Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les élites urbaines en Flandre et en Artois

Alain Derville

Texte intégral

1Elites, le concept n'a aucun contenu précis. On ne peut le définir ni par son extension, ni par sa compréhension. Cela dépend des sociétés étudiées. Donc, on ne peut parler d'une élite que par référence à la masse dont elle se distingue, ce qui implique une connaissance sommaire de la société globale, de ses structures, de ses clivages.

  • 1 A. Derville, Saint-Omer des origines au début du XIVe siècle, Lille, 1995.

2Il y eut beaucoup de villes en Flandre, dont sept grandes, trois dans la Flandre Flamingante (Bruges, Gand, Ypres), deux dans la Flandre Wallonne (Douai, Lille) et deux en Artois (Arras et Saint-Omer). Pour l'histoire sociale, la documentation est pauvre, la littérature encore plus. On demande la permission d'user et d'abuser de l'exemple audomarois, qui est le plus généreux, quand il n'est pas le seul1

Xe et XIe siècles

3Les villes flamandes naquirent vers 900. Leur croissance lut vigoureuse et on peut penser que la population tripla à chaque siècle, comme la superficie enclose de Saint-Omer. Si cette ville comptait 40.000 habitants vers 1300, elle avait dû en avoir 13.333 vers 1200, 4.444 vers 1100, 1.481 vers l'an mil et 494 vers 900 : les domestiques des Eglises de Sithiu. Ces différences quantitatives impliquent des différences qualitatives : un village de 494 habitants se stratifie plus difficilement qu'une ville de 10.000 feux. D’autre part, il semble évident qu'à toutes les époques la croissance démographique résulta d'une forte immigration.

4La population initiale fut composite. Dans le castrum de Saint-Omer résidaient les chanoines et dans celui de Saint-Bertin les moines. Les castellani qui en assuraient la défense avaient des fiefs, en particulier, dans la ville même, des cours et des mottes. On les cite encore en 1050, en 1127. Quand il avait fondé la ville, le comte avait sécularisé le vaste monasterium carolingien et l'avait loti en mansurae de 1800 m2 attribuées aux habitants du burgus, de l'oppidum, aux burgenses, aux oppidani. Ceux-ci s'établirent d'abord autour du marché, aux portes du château. C'étaient des artisans du cuir, du métal ou de la fesse comme le révèlent les noms des rues ayant constitué ce premier peuplement, Orfaverie, Escucherie, Lormerie, Heuzerie, rue des Epéers, Putainpont et même, près de Saint-Bertin, rue du Con. Il doit aussi y avoir assez vite des marchands, car les oratores et les bellatores avaient besoin de produits que le pays ne produisait pas, le fer, le sel, le vin, etc.

  • 2 Cartulaire de l'abbaye de Saint-Bertin, éd. B. Guérard, Paris, 1840 (Collection de documents inédi (...)
  • 3 Galbert de Bruges, Histoire du meurtre de Charles le Bon, comte de Flandre (1127-1128), éd. H. Pir (...)

5Entre ces différents groupes les rapports étaient intimes. A Saint-Omer en 944, lors de la réforme de Saint-Bertin, les anciens moines furent expulsés malgré la résistance des laïques, avec qui ils avaient beaucoup d'accointances2. Les chanoines, qui furent longtemps mariés, ne se réformèrent qu'au XIIe siècle et ne fermèrent leur enclos canonial que vers 1250. Pour la Bruges de 1127, Galbert cite un bourgeois parent d'un noble, un autre beau-frère d'un chevalier, un autre chevalier adoptant le fils d'un cordonnier3. Par la suite de semblables connivences furent rares : le clergé grégorien s'isola du laïcat et les nobles cessèrent de résider en ville à cause des nuisances de l'industrialisation et pour le profit qu'il y avait à lotir leurs vastes fiefs. Mais auparavant il n’y eut pas, et de longtemps, de structures sociales solides, étanches.

  • 4 Lambert de Saint-Omer, Liber Floridus, éd. A. Derolez, 1968, p. 577.

6Dans cette population que grossissaient sans cesse les bataillons de l'immigration il n'y avait pas, non plus, de structures familiales vastes et solides comme on peut en observer dans l'aristocratie rurale. Dans les villes, point de lignages : il n'y avait que des individus. Dans la généalogie du chanoine Lambert de Saint-Omer (vers 1120) qui recouvre huit générations et cite 81 individus depuis 900 environ4 il n'y a pas de cognomina et aucun prénom héréditaire. A Saint-Omer, les surnoms étaient encore rares vers 1165, mais cinquante ans plus tard chacun avait son patronyme définitif. Les premières villes flamandes furent donc des conglomérats d’aventuriers. D'où l'importance de la solidarité entre voisins, de l'amitié.

  • 5 R. Maunier, L'origine et la fonction économique des villes, 1910.

7Pour reprendre les définitions d'un ancien mais excellent sociologue5 le clan familial est une société simple sans base locale définie, la ville est une société complexe avec une base définie et même étroite : c'est une agglomération. De fait la ville médiévale était un espace bien délimité, matériellement autant que juridiquement. C'était dont une communauté de résidence ; c'était, comme tout village, un voisinage.

8La communauté était mal structurée mais fortement soudée. A Saint-Omer la confrérie du saint, alias Ghilda Mercatoria, devait regrouper à peu près toute la population. Ses statuts, achevés vers 1080-1100, montrent qu'elle associait dans le culte de son saint patron et dans la potacio annuelle, non seulement les bourgeois et les chanoines, copropriétaires du corps saint, mais aussi les milites. La ville pouvait alors compter 850 mâles adultes. Il n'est pas sûr que tous pouvaient trouver place dans la ghildhalle pour la potacio et peut-être certains devaient-ils, comme à Valenciennes, faire la queue devant les portes pour toucher leur setier de vin.

  • 6 Galbert de Bruges, op. cit., § 27, 33, 43, 51, 53, 87, 95, 100, 106, 110, 113, 116.

9Enfin les premières communautés urbaines furent des communautés sans chefs, comme on le voit lors de la crise de 1127-1128, celle qu’ouvrit le meurtre du comte Charles et dont le notaire Galbert a tenu la chronique à chaud, au jour le jour6. Pour Bruges, Galbert montre une communauté bien soudée de bourgeois (cives), « les nôtres » (nostri) écrit-il. Dans douze paragraphes, il note l'intervention de porte-parole, de représentants qualifiés, Il les appelle sapientes ou sapientiores (6 fois), meliores (4 cas), discreti ou discretissimi (3 occurrences), prudentes ou prudentiores (2 fois), fortiores ou magis fideles (1 fois). Manifestement la bourgeoisie de Bruges n'avait pas de chefs capables de la représenter ès qualités. Ce qui comptait, c'étaient les qualités morales, le prestige personnel, l'éloquence, non le statut social.

  • 7 A. Derville, « Les communautés villageoises de la Flandre Wallonne d'après l'enquête fiscale de 14 (...)

10Bruges était donc alors une « communauté sans chefs », comme encore les villages de XVe siècle, comme, aujourd'hui, certains groupes humains dits primitifs7. Il y avait, certes, des fonctionnaires comtaux, un officier qu'à Saint-Omer en 938 on appelait le pretor urbanus et des juges, les échevins, apparus vers l'an Mil, mais ceux-ci ne détenaient pas un pouvoir urbain, pas plus qu'aujourd'hui le percepteur ou le receveur des PTT. Le pouvoir urbain, de nos jours, est détenu par le maire et le conseil municipal. Rien de tel pendant les premiers siècles de la vie urbaine : les villes n'étaient pas des communes, mais des communautés informelles.

11Les élites urbaines de cette période durent être composites. A Saint-Omer l'élite comprenait des clercs savants, comme Lambert, qui écrivit vers 1120 son Liber Floridus, des grégoriens déterminés, des officiers comtaux, des milites plus arrogants que la moyenne, des marchands hardis allant vendre leurs draps jusqu'à Barcelone tel, vers l'an Mil, Robert fils d'Alward, des riches comme ce Titboldus Dives dont Lambert de Saint-Omer crut devoir noter le décès en 1088 ou comme le Lambert qui construisit une église en 1040, ou encore comme Winrad, fondateur de la maladrerie en 1106. C'était l'époque des réussites individuelles, des aventuriers, le melting pot, le Far West du XIXe siècle, comme l'avait si bien senti Pirenne. Appartenir à l'élite urbaine était une question de prestige personnel, non de statut social. Il n'y avait pas d'élite cohérente, encore moins fermée.

Le XIIe siècle

12Le XIIe siècle vit s'opérer, vers 1125, vers 1150, vers 1175 et vers 1200, quatre profonds changements.

13Ce fut d'abord l'apparition de la commune. Des communes sont attestées à Gand et Saint-Omer en 1127 ; peut-être avaient-elles été jurées à la faveur de la grave crise ouverte par l'assassinat du comte Charles.

14Le mouvement communal fut assez général dans la France du nord après 1075. Certains auteurs ont eu tendance à l'édulcorer, à voir en lui un simple désir de paix, une dernière floraison des mouvements de paix qui avaient éclos vers l'an Mil, une aspiration à une amitié collective, l'instauration d'une ère des bons sentiments. Les clercs de l'époque furent, au contraire, systématiquement hostiles à ces « détestables » nouveautés. Le mouvement communal s'accompagna souvent, en effet, de graves violences. Plus grave encore, c'était la manifestation, officieuse d'abord, puis officielle, de la contre-violence. Etablir la paix ? Certes, mais en luttant les armes à la main et tous ensemble contre les perturbateurs de la paix, c'est-à-dire contre la malitia de la militia, vainement proscrite, vers l'an Mil, par les mouvements de paix, et toujours renaissante, vue l'incapacité des pouvoirs légitimes à mater leurs noblesses. Le fruit du mouvement communal fut l'autonomie des populations urbaines et leur gouvernement par des jurés, sans doute élus. Les villes devinrent alors des communautés de droit public, des personnes morales capables de s'insérer dans le réseau des liens féodo-vassaliques, de tenir des fiefs et d'avoir des vassaux. Ce furent, comme disait si bien Giry, des vassales collectives.

  • 8 A. Derville, « Les origines des libertés urbaines en Flandre », dans Les origines des libertés urb (...)

15La commune fut assez générale dans le sud de la Flandre, encore que des villes importantes, comme Béthune et Calais, n'aient été des communes qu'assez tard8.

  • 9 L. Vanderkindere, « La première phase de l'évolution constitutionnelle des communes flamandes », A (...)
  • 10 H. Pirenne, « La question des jurés dans les villes flamandes », Revue belge de philologie et d'hi (...)
  • 11 G. Espinas, Recueil de documents relatifs à l'histoire du droit municipal en France des origines à (...)

16Il est d'usage de dire que les villes flamingantes ne furent pas des communes. C'est sans doute une erreur. En tout cas Courtrai en fut une tout au long du dernier Moyen Age et la communie des Gantois est citée en 1127. Au début de ce siècle, L. Vanderkindere avait parlé sans crainte des jurés urbains flamands et cité ceux de Furnes (1168), Gand (1183) et Poperinge (1209)9. Il fut repris vertement par Pirenne dans un article aussi péremptoire qu'alambiqué qui est un chef-d'œuvre de la langue de bois10. Par exemple, les jurés de Furnes de 1168 (choremanni, coratores) auraient été, « de toute évidence », des magistrats territoriaux, non urbains. Point final. Quant aux jurés gantois de 1183, ils paraissent dans une charte qui est une « copie servile » de celle de 1168, ce qui entraîné leur élimination « automatique ». Or un texte artésien de 1232, qui avait échappé à Pirenne, cite les choremanni de burgo Fumensi, les jurés de la ville de Fumes11. Il faut donc restituer à Furnes ses jurés et de même, automatiquement, les siens à Gand. A une époque où les historiens belges s'acharnent à démolir toutes les thèses de Pirenne, il serait peut-être bon qu'on soumît à la critique ses affirmations concernant les institutions des villes flamandes. Se référer toujours aux marchands et au jus mercatorum n'est certes pas le meilleur moyen d'appréhender ces institutions.

17Ce point d'érudition étant fixé, on peut dire que la commune fit naître dans les villes flamandes un groupe dominant, une élite politique. On ne peut malheureusement pas dire qui étaient ces jurés : on n'en a pas de listes comme on en a pour les échevins. Ces derniers constituaient, certes, une élite du prestige, mais leur pouvoir était faible et limité : ils étaient seulement les juges du comte et ils se bornaient à rendre la justice traditionnelle, une justice d'autant plus diminuée qu'ils n'avaient comme sanction ultime que la vieille amende carolingienne de 60 sous, alors que les jurés disposaient de la peine du talion et du droit de vengeance par l'arsin ou l'abattis de maison. Ces jurés étaient vraiment les chefs de la communauté urbaine, des chefs élus : à Aire-sur-la-Lys la commune (amitié) avait à sa tête douze magistrats élus (selecti judices). C'était bien l'élite politique.

  • 12 A. Derville, « De Godric de Finchale à Guillaume Cade : l'espace d’une révolution », dans Le march (...)
  • 13 L. Musset, « A-t-il existé en Normandie, au XIe siècle, une aristocratie d'argent ? », Annales de (...)

18Le XIIe siècle vit aussi naître, vers 1150, une élite économique, celle des grands marchands capitalistes12. Emporté par son enthousiasme, Pirenne avait vu des marchands dans tous les riches que citent les maigres sources des Xe et XIe siècles. C'était une erreur : justement ils n'en étaient pas ! On peut dire de la Flandre de cette époque ce que L. Musset a dit de la Normandie ducale : les riches n'étaient pas des marchands, les marchands n'étaient point riches13. C'étaient des colporteurs, des « pieds poudreux », comme disaient les Anglais. Avec le célébrissime et richissime Guillaume Cade de Saint-Omer, qui mourut vers 1166, on a au contraire le prototype du gros marchand capitaliste, celui qui fait fructifier ses capitaux par des contrats de commande et qui est capable de prêter des sommes énormes aux rois, aux barons, aux prélats.

  • 14 E. Van Drival, Cartulaire de l'abbaye de Saint-Vaast d'Arras rédigé au XIIe siècle par Guiman, Arr (...)

19Le XIIe siècle ne s'acheva pas qu'il n'ait vu s'opérer un troisième changement décisif dans la société urbaine, l'industrialisation. Le cartulaire de Guiman d'Arras14 montre que vers 1175 l'artisanat, même textile, était encore plus qu'à moitié rural. Les draps flamands étaient, certes, d'une excellente qualité, puisqu'ils s'exportaient dans tout le monde connu, mais la production n'était pas standardisée, ce pourquoi on peut trouver, sur le marché de Gênes par exemple, des différences de prix importantes pour les draps d'une même ville, le même jour.

20C'est dans le dernier quart du siècle que la draperie se concentra dans les villes. Les bas quartiers se peuplèrent d'artisans occupant de misérables maison-celles dans des ruelles sordides. A Saint-Omer, où le phénomène a pu être étudié, la première population avait été constituée par des bourgeois (oppidum) occupant dans le bourg (oppidum) des masures de 1800 m2 qu'ils possédaient librement à titre héréditaire : c'étaient des hommes heritaules (viri hereditarii). Ces grandes parcelles furent loties à mesure que la population s’accroissait. Mais les ouvriers immigrés vers la fin du XIIe siècle ne possédaient sans doute pas la maison qu'ils habitaient : ce devaient être des locataires. Dès lors on peut distinguer deux groupes sociaux, les propriétaires et les prolétaires. Les premiers constituaient-ils une élite de la richesse ? N'exagérons rien, car certains ne possédaient qu'une faible fraction du sol urbain.

  • 15 G. Espinas, Les origines du capitalisme. I : Sire Jean Boinebroke, patricien et drapier douaisien (...)

21Le développement de la draperie fit-il naître une élite de capitaines d'industrie, d'entrepreneurs, de drapiers ? C'est probable, sans plus. En 1933, G. Espinas proposa le modèle du marchand entrepreneur de draperie, le fameux Jehan Boinebroke de Douai15. C'était une illusion résultant d’un éhonté tripatouillage des textes. Boinebroke ne produisait pas ses draps, il les achetait. Il dut donc y avoir, pour organiser la complexe manufacture des draps, des tisserands plus dynamiques que les autres et qui faisaient travailler les multiples artisans spécialisés. Au XIIIe siècle on s'efforça souvent de limiter la taille de leur entreprise en interdisant aux tisserands d'avoir plus de deux ostilles (métiers). Il est donc vraisemblable qu'il y avait eu, au début, une authentique élite des drapiers, mais ils étaient passés sous les fourches caudines des marchands.

22C'est vers 1200, en effet, que les marchands conquirent le pouvoir urbain. Les jurés communaux, magistrature trop démocratique sans doute, furent supprimés. Tous les pouvoirs furent concentrés entre les mains des échevins, le renouvellement annuel de l'échevinage se faisant par cooptation. A Saint-Omer le premier acte de ces nouveaux échevins fut de grouper les marchands dans une hanse d'accès difficile et de leur réserver le monopole du commerce lointain. De même ces échevinages s'employèrent à supprimer les ghildes d'artisans. Le fait, qui est bien documenté pour Arras, a été soigneusement occulté par les historiens arrageois. Enfin la draperie fut soumise à une réglementation draconienne ayant pour but de livrer au commerce, c'est-à-dire au marchand, des produits de qualité homogène et garantie par la ville, pour les marchands.

23Donc vers 1200 le capitalisme commercial a réussi à contrôler le pouvoir urbain. Ainsi fusionnèrent l'élite politique et l'élite économique. Il n'y eut plus qu'un groupe dominant.

Le XIIIe siècle

24Pirenne qui, à la différence des idéologues actuels, ne se voilait pas la face devant les luttes sociales qui ensanglantèrent les villes flamandes du XIIIe siècle, a bien vu que la société urbaine était une société de classes : d'un côté les grands, les gros, les riches, de l'autre, les petits, les menus, les pauvres, comme disent les textes. Mais sa pudeur de grand bourgeois l'a dissuadé d'employer les mots riches et pauvres ; il leur a substitué le couple patriciat/commun, qui était aseptisé.

  • 16 R. Fossier, Cartulaire-chronique du prieuré Saint-Georges d'Hesdin, Paris, Ed. du CNRS, 1988 (Docu (...)

25Reculade malencontreuse ! Le mot commun, qui est authentiquement médiéval, désignait l'ensemble des dirigés par opposition aux dirigeants : d'un côté les échevins « et leurs alliés », de l'autre les administrés, toutes classes sociales confondues. On peut même trouver, au XIIe siècle, une donation faite par un individu avec l'accord du « commun de sa maison », à savoir sa femme et ses enfants16 : le chef de famille et ses subordonnés. Quand on a des listes des représentants du commun, ainsi à Saint-Omer en 1305, on y découvre, rangés dans l'ordre hiérarchique, des représentants de toutes les classes sociales, des bourgeois les plus riches aux artisans les plus humbles. Donc le commun n'était pas une classe sociale et la lutte du commun contre les échevins n'avait pas d'enjeux socio-économiques ; de même à Bruges, à Gand. Donc le mot commun était mal choisi. Quant au patriciat, c'est encore pire : aucun texte médiéval ne cite de patriciens. Le terme a été emprunté à la Rome républicaine. Sa signification juridique, religieuse et politique ne peut convenir aux sociétés médiévales. C'est une coquille qu'il faut vider et remplir.

26Pirenne l'a fait et, avec sa vigueur coutumière, il a tracé le portrait du patricien flamand. Habiter un steen (maison de pierre) muni de tours et de créneaux, se faire appeler « sire », boire du vin, posséder cheval et armure, et s'en servir, ne rien faire de ses mains, frayer et s'allier par mariage avec le sang bleu des nobles, acquérir fiefs et seigneuries, accéder à la chevalerie, fonder hôpitaux et chapelles et gésir pour l'éternité, dans une église, sous une dalle armoriée, tels étaient, pour la généreuse imagination de Pirenne, les traits distinctifs du patricien. Après lui on y a ajouté le fait de cultiver ou de patronner la lyrique courtoise, de faire usage de sceaux et de pratiquer la guerre privée (faide) comme un des beaux arts. Lacune étrange, personne n'a avoué que les patriciens étaient riches et qu'ils détenaient le pouvoir urbain. Eliminer le fric et la force, c’est pousser un peu loin le respect de la bienséance bourgeoise !

27Bref, le patriciat pirennien est un concept de compréhension maximum et, fatalement, d'extension minimum. Il est difficile, sinon impossible, de trouver un patricien dans la documentation, pourtant riche, des années 1300. Pour Saint-Omer, il ne s'en est pas trouvé. Donc le patricien n'est pas le portrait-robot de l'élite urbaine, c'est un idéal vers lequel tendaient tous les riches, sans jamais l'atteindre. Cet idéal définissait peut-être le « plan de carrière » de la haute bourgeoisie, les rêves de la moyenne, les fantasmes de la petite, mais il n'y avait pas de barrière séparant les patriciens des autres : c'était comme une route où s'égrennent les coureurs, certains menant la course en tête, suivis du peloton et de nombreux coureurs lâchés, qui n'arriveraient pas dans les délais.

28Pirenne a été très discret sur l'histoire de son patriciat. Il n'a pas dit quand il était apparu mais seulement quand son histoire avait pris fin : en 1302 quand la révolution des métiers lui avait fait perdre le monopole du pouvoir urbain, ainsi à Bruges, à Gand, à Ypres. Soit, mais dans les villes où cette révolution n'a pas triomphé, ne s'est même pas manifestée, faut-il conclure que le patriciat a subsisté au XIVe, au XVe siècle... ? Jusqu'à quand ? Si, comme l’ont écrit certains, le patriciat était « une classe sociale particulièrement éminente », ne faut-il pas parler d'un patriciat du XXe siècle ? Pirenne a donc laissé beaucoup à faire à ses disciples, à ses successeurs.

  • 17 F. Blockmans, Het Gentsche stadspatriciaat tot omstreeks 1302, 1938.
  • 18 P. Godding, Le droit foncier à Bruxelles au Moyen Age, 1960.

29En 1938 parut une étude volumineuse sur le patriciat gantois17. Son auteur avait adopté un critère simple, rigoureux et facilement utilisable : le patricien aurait été celui que le Moyen Age appelait l'homme heritaule (vir hereditarius), c'est-à-dire le propriétaire à titre héréditaire d'une parcelle du sol urbain (hereditas). Compréhension minimum, donc extension maximum : les patriciens seraient tous les possédants, sans doute tous les bourgeois. Le patriciat aurait été un groupe social très vaste, fort hétéroclite, sûrement pas une élite de la richesse et du pouvoir, ni un acteur des luttes sociales, ni une force politique, si bien que pour Bruxelles, un historien a cru ne devoir retenir comme patriciens que ceux qui possédaient au moins trois hereditates18. Cet arbitraire en dit long sur le fiasco de cette thèse.

  • 19 J. Lestocquoy, Les dynasties bourgeoises d'Arras du XIeau XVe siècle, 1945.

30En 1945 parut un petit livre sur le patriciat d'Arras19. Y furent présentés tous les Arrageois, peu nombreux heureusement, que citent les sources du XIIIe siècle. Conclusion : le patriciat monopolisait toutes les activités urbaines ; et réciproquement : tous les actifs étaient patriciens. C'est une pétition de principe. Bref le patriciat arrageois aurait été une collection hétéroclite d'échevins, de marchands, d'usuriers, de drapiers, de poètes et de mécènes. Un s :ul fut-il jamais tout cela ? Non.

31On peut passer sur les autres utilisateurs du concept et sur les acrobaties auxquelles ils se sont livrés pour distinguer des patriciats parallèles et concurrents, concentriques, successifs. Bref le patriciat est un problème, non un outil. Pour finir les historiens belges y ont renoncé et le mot ne survit plus que dans les profondeurs de la province française, comme une facilité de plume.

32L'échec de Pirenne a tué l'histoire sociale des villes flamandes, du moins en Belgique. Pour la France on a vu paraître deux thèses fondées sur la prosopographie.

  • 20 R. Berger, Littérature et société arrageoises au XIIIe siècle. Les chansons et dits artésiens Arra (...)
  • 21 R. Berger, Le nécrologe de la confrérie des jongleurs et des bourgeois d'Arras, 1194-1361, 2 vol., (...)
  • 22 C. Dherent, Abondance et crises. Douai ville frontière 1200-1375, thèse de doctorat, Université de (...)

33Pour Arras une thèse a été consacrée aux « Chansons et dits artésiens »20. L'auteur, qui n'est pas un historien, a livré un commentaire historique indigent. Il s’est surtout appliqué à compiler la prosopographie de 1701 personnages appartenant à 82 familles dont un des membres fut, pour quelque ridicule, blasonné par un poète du XIIIe siècle. Certains ne sont connus que pour avoir acheté une rente, ce qui n'a rien à voir avec la haute finance ; la plupart ne le sont que pour avoir été inscrits au nécrologe de la confrérie des Ardents21. Ce nécrologe comporte, de 1194 à 1361, environ 11.300 confrères ou consœurs, 1.700 par génération : c'est le groupe des bourgeois, une élite vraiment trop large pour mériter ce nom. Pour Douai une énorme thèse a compilé quelque 25.000 références archivistiques concernant quelque 10.000 personnages ayant vécu entre 1200 et 1375. Autant étudier l'annuaire des PTT ! Cette montagne n’a accouché que d'une souris : une amusante étude onomastique, mais rien de sérieux sur le plan social22. Faut-il s'étonner de ces deux échecs ? Non. La prosopographie n'est possible que pour des groupes assez réduits et bien homogènes. De toute façon ce n'est pas dans un who's who que peut se lire le portrait d'une société.

  • 23 A. Derville, Saint-Omer, op. cit. (n. 1) ; voir aussi Id., « Le bourgeois artésien au XIIIe siècle (...)

34L'élite urbaine du XIIIe siècle et, complément indispensable, la société urbaine elle-même sont donc des sujets vierges. Il est juste de dire que la documentation est souvent pauvre. A Saint-Omer elle est assez riche pour qu'on ait pu, dès 1970, fournir une analyse précise de la société urbaine23. D'abord on peut établir que vers 1300 la ville comptait environ 10.000 feux, soit 40.000 habitants. Ensuite l'étude d'un rôle fiscal de 1308 a permis de distinguer un groupe de 2.500 contribuables soumis à l'impôt immobilier en tant que propriétaires d'une maison. C'est ce qu'on a appelé les possédants. A ce niveau-là on était sans doute bourgeois et on avait assez de biens pour créer une rente à léguer à quelque institution pieuse. Dans ce groupe aucun clivage n'apparaît : la richesse, c'est du plus ou moins, du continu. Il n’y a pas de riches dans l'absolu ; on n'est jamais que plus ou moins riche que son voisin. De même les fondations pieuses ne laissent voir aucun clivage. Les plus généreux n'étaient pas toujours les plus riches mais peut-être, tout simplement, ceux qui n’avaient pas d'enfants. En tout cas le standing religieux n'était pas le reflet du standing social.

35A l'intérieur de ce groupe de possédants se distingue une authentique élite, celle des bonnes gens, comme on disait, à Gand aussi. Pour en faire partie, il fallait avoir un cens de 500 livres, ce qui rendait éligible à l'échevinage, ce qui obligeait à servir à cheval dans la milice communale. A ce niveau-là on était inscrit à la hanse, ce qui donnait accès au commerce, et on avait souvent un fief. Ces honestae personae, comme on disait à Bruxelles, devaient avoir les mains douces et blanches et non pas des paumes calleuses et des ongles bleus. On n'était pas hirsute, mais rasé de près tous les matins. On les vouvoyait ; ils vous tutoyaient. Vers 1300 leurs femmes et leurs filles étaient saluées du titre de damoiselle, eux, moins régulièrement, de celui de sire. Il y avait donc ici une coupure nette, qualitative, un fossé. Cette élite était assez large : sans doute 300 chefs de familles ; compréhension moyenne, extension de même.

  • 24 A. Derville, « Les échevinages de Lille et de Saint-Omer ; étude comparée », dans Actes du 45econg (...)

36Plus haut se trouvait le groupe des 24 échevins. Ce n'était pas un groupe social car, vue la forte compétition pour le pouvoir, il était assez changeant. Au mieux on était échevin à vie, soit quelques années seulement si on avait été élu trop vieux. La succession des fils aux pères n'est attestée que pour quelques familles puissantes. Autrement dit, l'expression famille échevinale n'a pas grand sens, n'en déplaise à ceux qui croient que les mêmes familles se sont maintenues au pouvoir pendant des siècles. De 1200 à 1500 le renouvellement du groupe dirigeant fut exactement aussi fort à Saint-Omer, Lille et Douai et il obéit aux mêmes phases d'ouverture et de fermeture24.

37La véritable super-élite urbaine était constituée par les individus, pas plus de six, douze peut-être, qui accédèrent à la noblesse vers 1300, qui furent chevaliers, qui acquirent des seigneuries, tout en continuant d'être des échevins et de faire du commerce ou de la finance.

38Pour résumer, on dira que Saint-Omer vers 1300, c’était 10.000 foyers dont 2.500 de possédants ou de bourgeois, dont 300 de bonnes gens, dont une dizaine de nobles. Il y avait une toute petite élite, celle des nobles, une élite plus large, celle des bonnes gens, et une autre, celle des bourgeois, si nombreuse qu'elle ne mérite pas ce nom.

Les XIVe et XVe siècles

39Après 1302 il faut distinguer les villes flamingantes et les villes francophones. Pour les premières l'élite sociale n'a sans doute pas beaucoup changé, mais elle n'a pas été étudiée, l'attention des historiens s'étant concentrée sur l'élite politique. Dans les trois grandes villes la révolution de 1302, dite révolution des métiers, accorda à ceux-ci une place prépondérante dans le gouvernement urbain. Les sièges scabinaux furent partagés entre trois, quatre ou neuf « membres ». Le premier membre était la poorterie ou bourgeoisie, dont les échevins étaient nommés par le prince. Les autres membres étaient les métiers ou les groupements de métiers, huit à Bruges, trois à Ypres et Gand, soient les tisserands, les foulons et les petits métiers, qui élisaient chacun leurs échevins.

  • 25 M. Boone, Geld en macht. De Gentse stadsfinanciën 1384-1453, 1990, et Gent en de Bourgondische her (...)

40Les tisserands jouèrent partout le premier rôle. A Gand ils évincèrent les foulons au terme de luttes sanglantes. Ils entreprirent avec succès de contrôler la nomination des échevins représentant la poorterie, voire de s'adjuger tout le pouvoir par des gouvernements insurrectionnels (capitaines, doyens, assemblées). Ces révoltes furent matées par le prince qui réussit, non sans mal, à ressaisir son droit de nommer les échevins, ainsi à Ypres, à Bruges après 1350. Gand résista jusqu'en 1453 (paix de Gavere) et lut enfin réduite au droit commun et à la lettre de ses anciens privilèges. L'élite politique gantoise a été bien étudiée. En droit elle était issue des métiers, de celui des tisserands en particulier. En fait, la draperie gantoise était agonisante et ces soi-disant tisserands étaient des politiciens professionnels inscrits au métier pour la forme. Cette clique égoïste et corrompue mit au pillage les finances de la ville25.

  • 26 J. van de Cavele, Gand, apologie d'une ville rebelle, 1989.

41Certains ont, récemment, fait l'« apologie » de cette « ville rebelle »26, sous le pieux prétexte que, l'Etat n'étant que le « crime organisé », toute révolte contre lui est bonne, juste et sainte. Ils ne se sont pas demandé ce que pensaient les autres Gantois de cette pseudo-démocratie des tisserands. On sait pourtant qu'ils soutenaient souvent le pouvoir princier. On les comprend. Bref, tout rentra peu à peu dans l'ordre, mise à part une violente révolte après la mort de Charles le Téméraire (1477-1492) et une ultime flambée en 1540.

  • 27 A. Derville, op. cit. (n. 24).

42Dans les villes francophones la révolution des métiers avorta ou fut vite écrasée. On a étudié les listes échevinales de Douai, de Lille et de Saint-Omer27, c'est-à-dire l'élite politique. Les échevins qui se renouvelaient par cooptation, restaient sans doute en place jusqu'à leur mort, mais le groupe se renouvelait peu à peu, certaines familles disparaissant plus ou moins vite, d'autres apparaissant et se hissant facilement au premier rang. La tendance à la fermeture oligarchique fut parfois sensible, mais sur la longue durée on peut dire que cette élite resta largement ouverte à des hommes nouveaux, ce qui ne contribua pas peu à la paix sociale. Ce qu'on aimerait connaître, c'est l'élite sociale. On se risquera ici à quelques considérations sur Saint-Omer.

43D'abord il est sûr que les mortalités des années 1340-1370 enlevèrent les trois quarts de la population et que les suivantes maintinrent cet étiage démographique. Les villes résistèrent un peu mieux (réduction des deux tiers). Les échevins disaient que le tiers des maisons étaient « chutes » ; donc les deux autres tiers étaient plus vastes : prolifération des grands et beaux hôtels pour l'élite urbaine. Cette baisse drastique de la population, mal compensée par la hausse générale du niveau de vie des masses, entraîna un net recul de la production industrielle et du commerce.

44La draperie se maintint relativement bien, surtout grâce aux débouchés hanséatiques, mais elle changea de mains. Les Allemands venant acheter les draps sur place, les gros marchands de draps audomarois disparurent. Ce fut la solution du conflit, qui avant 1306, avait opposé les marchands aux drapiers. Ces derniers s'adjugèrent le contrôle de la production drapière et constituèrent une élite économique nouvelle qui fournit beaucoup d'échevins et de mayeurs, surtout au XIVe siècle.

  • 28 A. Derville, « Le marché du vin à Saint-Omer. Ses fluctuations au XVe siècle », Revue belge de phi (...)

45Les Audomarois continuèrent à être très actifs dans le commerce du vin et certains, tels les Wissoc, se firent au XIVe siècle des fortunes qui devaient les mener, au XVe, aux premiers rangs de la société : fiefs, seigneuries, noblesse, service du prince. On prend des échevins en flagrant délit de commerce du vin en 1441, 1443, 1445, 1449, 1466 et beaucoup d'autres viniers portent des noms de familles échevinales. Quand la ville fut livrée aux Français en mai 1487, les traîtres furent surtout des viniers qui avaient des intérêts dans l'importation des vins de France et de Bourgogne. Quand elle eut été rendue aux Bourguignons, en février 1489, le nouvel échevinage comprit une dizaine de marchands de vin trafiquant de Gascogne, de Poitou, d'Orléans, le tout passant par Dunkerque28.

  • 29 A. Derville, « Le grenier des Pays Bas médiévaux », Revue du Nord, 69 (1987) n 267-280.
  • 30 A.M. Saint-Omer, Registre des délibérations municipales B, fol. 52 v° et 55.

46Il est sûr que l'Artois dépeuplé par les pestes eut de plus en plus de blé à exporter vers la Flandre et qu'une grande partie de ce commerce passa par Saint-Omer29, mais jusqu'à présent on n'a pas trouvé les noms des marchands qui contrôlaient ce trafic. On sait seulement qu'en 1461 les blés « envoyés marchandement » en Angleterre par sire Adrien Courteheuse, échevin, et David de Wissoc, futur échevin, furent « robés par des écumeurs de mer de Harfleur et Honfleur »30.

  • 31 Ibid., B 36.7 (pièces b et c).

47En 1470 les poissonniers de Saint-Omer, alias les « marchands hostelains » de poisson, finançaient la pêche dans les ports de la Mer du Nord, recevaient le poisson du Boulonnais et du Ponthieu et expédiaient le tout jusqu'à Paris. Ils étaient alors 14, dont trois échevins et, inévitablement, un Wissoc31.

  • 32 Renseignements obligeamment fournis par Claude Petillon qui achève une thèse prometteuse sur Saint (...)

48Le commerce du bois resta très actif. De 1416 à 1476, 39 comptes du bailliage de Saint-Omer livrent les noms de 96 marchands, presque tous audomarois, ayant affermé, souvent de conserve, les belles coupes des grandes forêts ducales. On y retrouve sans étonnement les noms de 12 échevins, soit à venir, soit en fonctions, comme l'indique leur titre de sire, dont, inévitablement, quelques Wissoc32.

  • 33 A.M. Saint-Omer, B 290.14.

49Bref, il subsista ici une très importante élite économique. Cela contredit l’opinion courante qui veut qu'après 1300 les « patriciens » flamands n'aient plus été que des courtiers. Quand on sait quels petits personnages étaient les courtiers médiévaux, on a envie de rire. A Saint-Omer en tout cas les échevins étaient souvent marchands et ils n'avaient pas tort de se plaindre en 1418 que leur charge les gênât pour exercer « leur marchandise »33. Par conséquent, l'élite économique se fondait dans l'élite politique. Il serait étonnant qu’il en ait été autrement dans les autres villes flamandes.

  • 34 Ibid, B 148.31.

50Cette élite des bonnes gens avait une forte conscience de classe. Vers 1475, quand le duc voulut soumettre leurs fiefs au droit de nouvel acquêt, dont ils étaient francs, ils affirmèrent hautement que la véritable noblesse résidait dans la franchise (liberté), la vertu et les bonnes mœurs, que beaucoup de nobles étaient vicieux et de mauvais gouvernement, ne faisant que piller et rober le peuple sans ordre ni discipline militaire, alors que beaucoup qui étaient de bas lignage étaient sages et ornés de belles vertus au profit de la chose publique, que par conséquent il convenait de ne pas priver de leur honneur les notables bourgeois des bonnes villes, ni de donner par là occasion de dédain aux plébéiens contre leurs gouverneurs34.

51Effectivement les « notables bourgeois » n'étaient pas nobles. Il y avait cependant une noblesse urbaine. D'une part certaines familles chevaleresques, qui parfois avaient fui la ville au XIIIe siècle, y revinrent après 1370 ou 1400 pour y habiter les beaux hôtels qu'on a dits. Mais surtout des bourgeois accédèrent à la noblesse, comme le prouvent leurs titres d'écuyer. Ce fut le cas de nombreux échevins. Le tournant se place sans doute au début de l'époque bourguignonne, vers 1384.

  • 35 Ibid., B 66.1. ; A.D. Nord, cumulus 14352.

52Une affaire curieuse montre bien la nouvelle mentalité : ce fut une querelle d'honneur entre trois mayeurs ou échevins, sire Wistasse de Morcamp, sire Enguerrand Platel et sire Jean de Wissoc, qui se disaient « de grant honneur », « de bonne et grande extraction » et Clay Dane. Celui-ci descendait de Jean 1er Dane, échevin en 1280, de Jean II échevin en 1303 puis mayeur en 1317-1319, de Jean III échevin en 1321 et mayeur en 1331, de Jean V échevin en 1334 et mayeur en 1362-1374. Ce dernier avait eu six filles et cinq fils, dont un chevalier de Rhodes, un chanoine de Saint-Omer conseiller du duc et trois laïques qui avaient longtemps servi en armes le roi et le duc. L'aîné, Jean VI, « grand homme d'armes », avait été tué au siège de Bourbourg, en 1383, le puîné, Alard avait été receveur puis bailli de Saint-Omer, le cadet, Clay, écuyer, seigneur d'Etrehem, était échevin depuis 1384. Alard, le bailli, avait eu de nombreux conflits avec les échevins. Lors du procès l'avocat desdits échevins proposa que le père de Clay, le mayeur Jean V, n'avait pas été noble, n'ayant été ni chevalier, ni écuyer, mais plutôt issu des moindres lignées de la ville, les Maldres, Cathins, Steenstraet et Caprons qui étaient « tisserands et gens de petit estat ». Ces alliances ne pouvaient remonter qu'au XIIIe siècle et il est probable que les Dane d’alors faisaient partie du patronat drapier. Depuis ils avaient gravi les degrés de l’ascension sociale et les Dane de 1389 pouvaient se dire « des bonnes gens de la ville », « de grande et honorable extraction et lignée » et même « noble homme de sang et lignage ». Le débat dégénéra en grosses paroles : Clay Dane, accompagné de ses neveux et cousins, vint injurier les trois échevins à leur maison. L'affaire monta jusqu'au duc. Elle se solda par un pèlerinage à Compostelle35.

53Dans les listes échevinales de Saint-Omer le titre d'écuyer apparaît en 1370 avec une fréquence que l'on peut mesurer. Dans une décennie il y avait 120 sièges scabinaux à pourvoir. Dans les années 1370 les écuyers en occupèrent 15, puis 17, puis 21 ; dans la décennie 1400, 54, puis 54, 57 et 60. Le réforme de 1448, consécutive à de graves malversations, réduisit sévèrement leur nombre à 37, puis 41, 48 et 39 dans les décennies 1450, 1460, 1470, et 1480. De même la trahison de 1487 (livraison de la ville aux Français, dont les échevins avaient été les complices) et la libération de 1489 entraînèrent une baisse drastique, mais temporaire, du nombre des échevins nobles. Il semble donc que cette noblesse urbaine ait été aussi infidèle que corrompue. La trahison et la corruption étaient, on le sait, les péchés mignons du XVe siècle.

54Ces écuyers furent, de 1370 à 1500, au nombre de 69, dont une moitié de vieille souche audomaroise, les autres sans doute d'introduction plus récente. Ils provenaient de 38 familles différentes. Cela pouvait représenter de 12 à 15 nobles par génération. La situation n'était donc pas très différente de celle de 1300, sinon peut-être qu'à présent ils vivaient noblement, sans faire de commerce (sauf exception), sans déroger. En tout cas leur prestige leur réserva de plus en plus les premières places dans la hiérarchie des échevins.

  • 36 Ibid., Registre des délibérations C, fol. 37 v° (12.10.1456).
  • 37 Ibid., Registre des délibérations B, fol. 61 (26.11.1463).
  • 38 B.M, Saint-Omer, ms 933, sub verbo (greffier de la ville).
  • 39 A.M. Saint-Omer, B 3.26.
  • 40 B.M. Saint-Omer, ms 933, sub verbo.

55Vers 1500 on retrouve donc sans trop de peine les deux élites du XIIIe siècle. D'abord l’élite large des bonnes gens. Il n'y avait sans doute plus de cavalerie communale, l'ordre régnant dans la rue, et on ne s'inscrivait plus guère à la hanse, malgré les rappels à l'ordre du magistrat36, mais de nouveaux noms habillaient la vieille structure. En 1463 on parle de consulter les notables d'une paroisse37 ; en 1489 on parle d'« hommes de bien »38. Gens de bien ou bonnes gens, était-ce différent ? Quant à l'élite étroite, elle comprenait les nobles et les « gens vivant noblement », c'est-à-dire dans doute de leurs rentes. En 1480 c'est à eux, et aux gens d'Eglise, qu'on réserva le privilège de porter des draps forains39. A partir de 1484 on parle des Trois Etats de Saint-Omer. Y figuraient quatre prélats, les gentilshommes, le lieutenant du bailli, le magistrat au complet, les connétables et « moult notables »40.

Conclusion

56Ces sociétés urbaines étaient fondées sur l'argent. Donc elles étaient ouvertes, vers le haut et vers le bas. Si tant de familles du premier rang disparurent au fil des siècles, ce fut parfois faute de descendance ou parce qu'elles étaient tombées en quenouille ; ce fut plus souvent parce qu'il y avait trop d'enfants, que, vue la règle de l'égalité successorale, la fortune paternelle se pulvérisait très vite et que les descendants appauvris ne pouvaient plus tenir leur rang. Le statut du père ne garantissait pas celui des enfants et c'est une raison de plus de refuser le terme de patriciat. Inversement l'ascension sociale fut toujours possible : les listes échevinales comme le registre de la hanse sont pleines d'hommes nouveaux. Même au XIIIe siècle on voit des artisans s'inscrire à la hanse, à condition, bien sûr, de ne plus travailler de leurs mains et de payer de très lourds droits d'entrée. A partir de là il leur était possible d'atteindre aux sommets de la richesse, aux sommets de la société urbaine.

57Les organisateurs de ce congrès se sont excusés d'avoir choisi comme thème les élites, mot bien approximatif, ont-ils dit. On a fait ici un effort pour tirer des textes une nomenclature authentique et précise. Pour l'élite large on a trouvé d'abord les bonnes gens, puis les gens de bien ou, peut-être, les notables, ce qui doit correspondre à la poorterie des villes flamingantes. Pour l'élite restreinte il faut parler de noblesse urbaine, de gentilshommes. Un niveau intermédiaire était peut-être en train de se constituer à la fin du Moyen Age avec les gens vivant noblement. Au XVIe siècle on trouve des « personnes de qualité » que les seiziémistes placeront où il convient.

Notes

1 A. Derville, Saint-Omer des origines au début du XIVe siècle, Lille, 1995.

2 Cartulaire de l'abbaye de Saint-Bertin, éd. B. Guérard, Paris, 1840 (Collection de documents inédits sur l'histoire de France), p. 143-146.

3 Galbert de Bruges, Histoire du meurtre de Charles le Bon, comte de Flandre (1127-1128), éd. H. Pirenne Paris, 1891 (Collection de textes pour servir à l'étude et à l'enseignement de l'histoire), § 48,59, 89.

4 Lambert de Saint-Omer, Liber Floridus, éd. A. Derolez, 1968, p. 577.

5 R. Maunier, L'origine et la fonction économique des villes, 1910.

6 Galbert de Bruges, op. cit., § 27, 33, 43, 51, 53, 87, 95, 100, 106, 110, 113, 116.

7 A. Derville, « Les communautés villageoises de la Flandre Wallonne d'après l'enquête fiscale de 1449 », dans Les communautés villageoises en Europe occidentale du Moyen Age aux temps modernes, 1984 (Flaran 4, 1982), p. 221-227.

8 A. Derville, « Les origines des libertés urbaines en Flandre », dans Les origines des libertés urbaines, 1990, p. 193-215.

9 L. Vanderkindere, « La première phase de l'évolution constitutionnelle des communes flamandes », Annales de l'Est et du Nord, 1 (1905), p. 321-367.

10 H. Pirenne, « La question des jurés dans les villes flamandes », Revue belge de philologie et d'histoire, 5 (1927).

11 G. Espinas, Recueil de documents relatifs à l'histoire du droit municipal en France des origines à la Révolution. Artois, t.1, Paris, 1934, p. 240.

12 A. Derville, « De Godric de Finchale à Guillaume Cade : l'espace d’une révolution », dans Le marchand au Moyen Age, 1992, p. 35-47.

13 L. Musset, « A-t-il existé en Normandie, au XIe siècle, une aristocratie d'argent ? », Annales de Normandie, 9 (1959), p. 285-299.

14 E. Van Drival, Cartulaire de l'abbaye de Saint-Vaast d'Arras rédigé au XIIe siècle par Guiman, Arras, 1875.

15 G. Espinas, Les origines du capitalisme. I : Sire Jean Boinebroke, patricien et drapier douaisien (?-1282 environ), Lille, 1933.

16 R. Fossier, Cartulaire-chronique du prieuré Saint-Georges d'Hesdin, Paris, Ed. du CNRS, 1988 (Documents, études et répertoires publiés par l'IRHT), no 231.

17 F. Blockmans, Het Gentsche stadspatriciaat tot omstreeks 1302, 1938.

18 P. Godding, Le droit foncier à Bruxelles au Moyen Age, 1960.

19 J. Lestocquoy, Les dynasties bourgeoises d'Arras du XIe au XVe siècle, 1945.

20 R. Berger, Littérature et société arrageoises au XIIIe siècle. Les chansons et dits artésiens Arras, 1981.

21 R. Berger, Le nécrologe de la confrérie des jongleurs et des bourgeois d'Arras, 1194-1361, 2 vol., Arras, 1963 et 1970.

22 C. Dherent, Abondance et crises. Douai ville frontière 1200-1375, thèse de doctorat, Université de Paris I, 1992, 3 vol. dactyl.

23 A. Derville, Saint-Omer, op. cit. (n. 1) ; voir aussi Id., « Le bourgeois artésien au XIIIe siècle », Revue de l'Université de Bruxelles, 1978, p. 389-406.

24 A. Derville, « Les échevinages de Lille et de Saint-Omer ; étude comparée », dans Actes du 45e congrès de la Fédération des Cercles d'archéologie et d'histoire de la Belgique, Comines, 1980, t. 3, p. 33-44 et « Les échevins de Douai de 1228 à 1527 », Mémoires de la Société d'agriculture, des sciences et des arts de Douai, 8 (1980-1982,1983), p. 39-48.

25 M. Boone, Geld en macht. De Gentse stadsfinanciën 1384-1453, 1990, et Gent en de Bourgondische hertogen, ca 1384-ca 1453, 1990.

26 J. van de Cavele, Gand, apologie d'une ville rebelle, 1989.

27 A. Derville, op. cit. (n. 24).

28 A. Derville, « Le marché du vin à Saint-Omer. Ses fluctuations au XVe siècle », Revue belge de philologie et d'histoire, 40 (1962), p. 348-370.

29 A. Derville, « Le grenier des Pays Bas médiévaux », Revue du Nord, 69 (1987) n 267-280.

30 A.M. Saint-Omer, Registre des délibérations municipales B, fol. 52 v° et 55.

31 Ibid., B 36.7 (pièces b et c).

32 Renseignements obligeamment fournis par Claude Petillon qui achève une thèse prometteuse sur Saint-Omer au XVe siècle d'après les comptes de la ville.

33 A.M. Saint-Omer, B 290.14.

34 Ibid, B 148.31.

35 Ibid., B 66.1. ; A.D. Nord, cumulus 14352.

36 Ibid., Registre des délibérations C, fol. 37 v° (12.10.1456).

37 Ibid., Registre des délibérations B, fol. 61 (26.11.1463).

38 B.M, Saint-Omer, ms 933, sub verbo (greffier de la ville).

39 A.M. Saint-Omer, B 3.26.

40 B.M. Saint-Omer, ms 933, sub verbo.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540