Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les milites dans les villes de la marche de trévise (XIe -XIIIe siècles)

Stefano Gasparri
Traduction de Cécile Caby

Texte intégral

  • 1 J. K. Hyde, Padua in the Age of Dante, Manchester-New York, 1966, p. 103.
  • 2 G. Tabacco, « Nobiltà e potere ad Arezzo in età medievale », Studi Medievali, 15 (1974), p. 1-24, (...)

1A Padoue, en 1318, les témoins d'un procès appelés à déposer sur le cas de Traversaro Dalesmanini, membre d'une puissante famille de la ville alors en déclin et entachée, qui plus est, par la pratique de l'usure, définissent la condition de militaris vir, de chevalier, au moyen d'une description des pratiques sociales les plus caractéristiques de l'aristocratie militaire. Être chevalier signifiait uti cum militibus et domicellis, et equis et armis et osellis, et facere corredos et bagordare et doare ; ou encore, selon un autre témoin, uti cum valorosis, et equitare, et se dellectare in equis, canibus et osellis, et ire equitando et ad cazandum et paysandum1. En somme, avoir à faire aux chevaliers et aux damoiseaux, aux chevaux et aux armes, aller à la chasse au faucon, pratiquer les jeux chevaleresques et la cérémonie de l'adoubement sont autant d'éléments qui constituent la marque distinctive du chevalier, à savoir – c'est clair – du noble. On est frappé par l'exacte correspondance entre ces affirmations et les dépositions, environ un siècle plus tôt, des témoins d'un autre débat juridique, mené à Arezzo, pour déterminer la condition sociale des descendants d'un certain Ughetto di Sarna. Pour chercher à éviter aux descendants d'Ughetto d'être réintégrés dans les rangs des dépendants du monastère Santa Fiora, les témoins en leur faveur avaient alors soutenu qu'Ughetto ne pouvait avoir été un humble homo alterius, un simple dépendant de l'abbaye de Santa Fiora, puisque, en son temps, il avait pratiqué les jeux chevaleresques avec les autres domicelli dans le château de Torrita : vixit more militum ludendo cum armis cum aliis domicellis2.

  • 3 A. Fortini, Nova vita di s. Francesco, Assise, 1959, t. II, p. 144, cité et discuté dans S. Gaspar (...)
  • 4 Salimbene de Adam, Cronica, éd. G. Scalia, Bari, 1966, p. 61-62 ; dans ce cas aussi, cf. S. Gaspar (...)

2Nous retrouvons aussi des concepts similaires dans une source complètement différente, la vie de saint François de Thomas de Celano, où un compagnon du saint, Leonardo di Sassorosso, revendique pour sa famille une noblesse supérieure à celle de la famille de François, en déclarant non ludebant de pari parentes huius et mei !. Et le saint de lui donner raison, en reconnaissant que Leonardo, par ses origines, est plus noble que lui3. Plus proche de la Marche de Trévise – zone à laquelle je consacrerai en priorité mon attention-, le chroniqueur Salimbene de Adam rapporte en ces termes les reproches dont il fit l'objet pour avoir choisi la vie religieuse et avoir renoncé à la place qui lui revenait comme membre du groupe dirigeant de sa ville : « tu aurais dû courir avec un destrier à travers Parme, rendre la joie aux personnes tristes par tes évolutions et offrir un spectacle aux dames ». Il est évident que tel est le mode de vie d'un noble citadin4.

3Nous sommes face à des témoignages divers, qui couvrent un arc de temps assez vaste et un espace englobant l'Italie communale toute entière, mais qui, en substance, affirment tous la même chose. L'élément distinctif signalant l'appartenance au groupe supérieur est donc le comportement more militum. Cette « vie de chevalier » a pour caractéristiques le jeu des armes (bagordum, ludus, hastiludium, tomeamentum) et la chasse au faucon : ce qui implique, naturellement, la familiarité avec les armes et les chevaux. Cette vie se déroule au milieu des pairs, les chevaliers, les milites ou domicelli, nuance de vocabulaire qui peut être interprétée exclusivement en référence au jeune âge des protagonistes de ce style de vie ou aussi comme une allusion technique au fait qu'il s'agissait le plus souvent de jeunes cavaliers pas encore adoubés. Le rituel de l'adoubement, qui plus est peu attesté dans la Marche, ne paraît toutefois pas constituer l'élément déterminant mais seulement l'un des éléments caractérisant la condition de chevalier.

  • 5 D. Canzian, Oderzo medievale. Castello e territorio, Trieste, Dipartimento di Storia dell’ - Unive (...)

4Des témoignages examinés jusqu'ici, il ressort que les pratiques chevaleresques, et la valeur ennoblissante qui leur est associée, ont pour cadre tant la ville que le contado, tant Padoue ou Parme que Torrita ou Sassorosso. Un document à propos d'Oderzo – un petit centre, en suspens entre dimension urbaine et rurale – et concernant précisément la cérémonie de l'adoubement confirme que même dans la Marche de Trévise les rituels chevaleresques étaient diffusés aussi en dehors des principaux centres urbains5.

5Constater que les pratiques de la chevalerie étaient enracinées tant dans le cadre citadin que dans le cadre rural ne résout pourtant pas le problème du rapport entre ville et campagne. Bien plus, c'est précisément là que se nouent les principales difficultés : est-il possible de construire un concept de noblesse spécifique aux villes italiennes en utilisant des catégories comme celles de la chevalerie, qui ont, au contraire, leurs racines dans le monde des châteaux ? Et en outre : quelle place ont, dans tout ceci, les institutions féodales au sens technique, à savoir les liens féodo-vassaliques ?

  • 6 H. Keller, Adelsherrschaft und städtische Gesellschaft in Oberitalien (9.-12. Jahrhundert), Tübing (...)

6L'historiographie la plus récente a abordé de front cet ensemble de problèmes, contribuant à débarrasser ce domaine de positions désormais trop datées. Le lieu serait mal choisi pour un examen approfondi des travaux les plus importants, mais il est nécessaire de faire au moins une allusion à ceux de Hagen Keller, actuellement revenus au premier plan grâce à la récente publication de l'édition italienne, précédée d'une nouvelle introduction, de son grand livre de 1979, Adelsherrschaft und städtische Gesellschaft in Oberitalien, consacré plus spécifiquement aux IXe-XIIe siècles, mais qui contient aussi de nombreuses informations et ouvertures sur le siècle suivant6. Le but principal de Keller est d'insérer le phénomène communal italien dans le cadre européen plus général de l'évolution des institutions seigneuriales et féodales. La commune italienne serait un résultat du développement de la société féodale : à l'origine de la commune même, l'élément féodal aurait été décisif et les vassaux auraient constitué le premier moteur de l'organisation communale.

  • 7 H. Keller, op. cit., en particulier le chapitre I, p. 17-61.

7La position de Keller est d'un grand intérêt, du fait surtout, qu'elle établit des relations très étroites entre ville et contado, où la couche supérieure de l'aristocratie féodale urbaine, celle des capitaines, détenait des fiefs de seigneurie ; les vavasseurs, l'autre élément de l’aristocratie, tenaient des fiefs des capitaines. Ces deux groupes de vassaux épiscopaux, quoique différenciés en leur sein, devaient également se fermer au lendemain de l'edictum de beneficiis de Conrad II en 1037, édit qui leur concédait l'hérédité des fiefs et le droit d'être jugés par leurs pairs. Or ce sont précisément les curies des vassaux épiscopaux qui deviendront les centres dirigeants des premières communes. L'aristocratie ainsi définie allait constituer une véritable noblesse de droit, comme en témoignent les Libri feudorum, qui – au milieu du XIIe siècle environ – définissent comme plebei ceux qui recevaient noviter leurs fiefs des capitaines et des vavasseurs. En somme, à cette date, la fermeture des deux groupes supérieurs, sur une base juridique, aurait déjà eut lieu. C'est cette situation que saisit, à la même époque, Otton de Freising lorsqu'il écrit de la population des villes italiennes qu'elle était divisée en trois groupes (Stände) : capitaines, vavasseurs et peuple7.

  • 8 H. Keller, « Militia. Vasallität und frühes Rittertum im Spiegel oberitalienischer MilesBelege des (...)

8Les thèses de Keller ont déjà été plusieurs fois examinées dans leurs lignes générales, soit pour leurs indubitables mérites, soit pour les limites qu'implique une généralisation peut-être excessive d'une modèle principalement milanais et lombard. Elles ne m'intéressent ici que pour les effets qu'elles ont sur le groupe dominant urbain, auquel le même auteur a consacré, après 1979, d'autres essais d'importance, se concentrant franchement sur l'analyse de la noblesse et de la chevalerie urbaine. Je tiens à préciser d'emblée que mon point de désaccord avec ces thèses concerne l'évaluation du rôle exclusif attribué aux institutions féodales dans la construction de la noblesse urbaine. En effet, une chose est de parler du contado, où – comme l'a récemment démontré Alessandro Barbero – les concessions de fief et les liens de vassalité ont un rôle important dans la formation du paradigme nobiliaire. La controverse a trait à la ville. Là, selon Keller, à la fin du XIe siècle au plus tard, la stratification de la population urbaine en trois ordines (ou groupes ou Stände) – dont les origines sont à rechercher dans la période immédiatement précédente, entre Xe et XIe siècles – serait un fait acquis dans presque toute l'Italie du nord8.

  • 9 R. Bordone, La società cittadina del regno d’Italia. Formazione e sviluppo delle caratteristiche u (...)
  • 10 A. Castagnetti, La società veronese nel medioevo, II, Ceti e famiglie dominanti nella prima età co (...)

9Bien que l'on puisse discuter – et d'autres, comme Renato Bordone9, l'ont fait – sur la réalité de la diffusion dans toute l'Italie du nord de ces trois groupes, il ne fait néanmoins aucun doute que ces derniers étaient bien présents dans la Marche de Trévise où, entre les XIe et XIIe siècles, les capitaines et les vavasseurs figurent au premier plan dans les groupes communaux dominants en prenant part au gouvernement des villes ; ainsi, par exemple, à Vérone, avec les familles capitanéales des Erzoni, des Turrisendi, des Da Nogarole, des Da Lendinara ; et de même aussi ailleurs, comme à Padoue où l'on connaît l'importance politique de la curia vassallorum de l'évêque, ou à Trévise et à Vicence, où nous voyons les capitaines et les vassaux entourer l'évêque dans un important document de 1123. Ces deux groupes confluent, au cours du XIIe siècle, dans le groupe des milites dont feront ensuite également partie les représentants des anciennes familles comtales de la ville10.

  • 11 Voir les travaux de Castagnetti cités à la note précédente et G. M. Varanini, « Istituzioni, socie (...)

10Il n'y a donc pas à douter du poids social et politique effectif des milites dans le sens féodal du terme, c'est-à-dire en premier lieu des familles capitanéales – caractérisées par leurs liens vassaliques avec les principaux officiers du royaume, et surtout avec les évêques, et par la propriété de juridictions seigneuriales dans les campagnes – et ensuite de leurs vassaux, les vavasseurs. Toutefois, l'analyse sociale du groupe dirigeant de la Marche de Trévise tel qu'il a été mené à plusieurs occasions par Andrea Castagnetti (et pour une période plus tardive par Gian Maria Varanini) a montré comment, dès le premier âge communal, au groupe des milites appartenaient des groupes d'origines et d'extractions sociales différentes. Outre les capitaines et les vavasseurs, on y trouvait les familles liées à des fonctions publiques importantes, pas seulement les comtes déjà mentionnés, mais aussi les Visconti, les Avvocati, les Visdomini, les Confalonieri ; il y avait aussi les familles que Castagnetti définit des « milites de tradition urbaine », qui souvent détenaient aussi des bénéfices d'églises et de monastères urbains. En outre, en particulier à Vérone, certaines familles mercantiles – comme les Crescenzi – se rapprochèrent très tôt des milites, pour confluer dans leurs rangs dès le XIIe siècle11.

  • 12 H. Keller, Adelsherrschaft..., op. cit. (n. 6), p. 23-24, soutient précisément que la distinction (...)
  • 13 H. Keller, Adelherrschaft..., op. cit, p. 35-36.

11En substance, le groupe des milites est composite dès les premières étapes de sa formation, entre les XIe et XIIe siècles. Pour Keller, au contraire, les milites, doivent être compris dans le sens rigidement féodal signalé précédemment, et forment eux-mêmes un ordo : bien plus, l'ordo militum constituerait la vraie noblesse urbaine nettement délimitée vers le bas et caractérisée, depuis de nombreuses générations, par la consuetudo feudi12. Non que Keller ne soit pas conscient que la stratification sociale par groupes, qu'il met en évidence, était destinée à être en partie dépassée par l'évolution de la société urbaine dès le XIIe siècle ; et pourtant il estime que « l'appartenance à un groupe au XIIe siècle était une dimension rigide » : les limites entre les groupes seraient donc restées infranchissables. L'acquisition des principales charges publiques, comme le consulat, ou celle de la dignité chevaleresque, ou encore l'acquisition d'un fief, ne pouvaient désormais conférer à un civis, à l'égard des milites, rien de plus qu'« une assimilation sociale, surtout si sa richesse lui permettait un style de vie à la hauteur, mais pas une égalité juridique ». Au XIIIe siècle, encore, l'ancienne ligne de division entre noblesse chevaleresque et non nobles aurait eu une valeur décisive dans la vie politique et sociale13.

  • 14 G. Tabacco, compte-rendu de H. Keller, Adelherrschaft..., Rivista Storica Italiana, 1981, p. 852-8 (...)
  • 15 G. Tabacco, « La storia politica e sociale », dans Storia d’Italia, II/1, Dalla caduta dell’Impero (...)
  • 16 Voir note précédente et Statuti del comme di Padova dal secolo XII all’anno 1285, éd. A. Gloria, P (...)

12L'impression que l'on retire des pages de Keller est que, totalement absorbé par sa tentative de démontrer l'importance de l'aristocratie féodale dans la formation de la commune, Keller finit ainsi, peut-être au-delà de ses propres intentions, par proposer – au moins dans les conclusions14 – une sorte de cristallisation des processus de la dynamique sociale typiques de la société urbaine italienne. En effet, il est peu convainquant d’accepter l'existence de barrières juridiques rigides en présence de fortes dynamiques sociales : au total, ce qui convint peu est l'adoption du concept de noblesse comme classe juridiquement protégée. Selon moi, au contraire, la principale caractéristique de l'aristocratie médiévale italienne de l'époque communale est précisément, comme l'a écrit Giovanni Tabacco, « l'évidente absence d'une définition juridique », à savoir le fait qu'elle ne constitue pas une « "classe juridique" formellement héréditaire »15. Cela ressort de façon évidente, par exemple, dans la seconde moitié du XIIIe siècle surtout, des tentatives extrêmement laborieuses pour définir les ainsi dits magnats. Ces derniers, dans la législation promulguée par le popolo contre eux, sont désignés par les termes les plus divers : magnats, précisément, ou encore grands, puissants, nobles, chevaliers ou d'autres façons encore. Le critère fondamental d'insertion dans le groupe des magnats était, sans aucun doute, la non appartenance au populus en tant que structure politique organisée, mais, en plus, les statuts s'emploient à énumérer avec une minutie extrême les critères qui déterminent l'appartenance à ce groupe : renommée, richesse, vie noble, présence de chevaliers adoubés dans leurs rangs, non pratique de travaux manuels. Parfois, cela ne suffît pas : et alors, comme dans les statuts de Padoue où cela se vérifie bien trois fois au cours du XIIIe siècle, les personnes concernées par les décisions – dans ce cas il s'agissait essentiellement de la défense d'exercer des juridictions privées dans les villages du contado – sont énumérées nominalement, pour éviter le moindre équivoque16.

  • 17 A. Castagnetti, La società veronese..., op. cit. (n. 11), p. 7-10 et passim ; édition du document, (...)

13Quelque chose de comparable s'était vérifié, à une époque plus ancienne, à Vérone. En juin 1171, l'évêque Ognibene avait concédé en location et en fief perpétuels les terres de la localité dite Isolo (formée, près de la ville, par un bras de l'Adige) à quarante-cinq personnes, excluant, dans le même temps, comme il était d'usage dans de tels cas, les personnes « dangereuses » de la possibilité d'acquérir de la part des concessionnaires le droit utile sur les biens concédés : le but était d'éviter que les biens eux-mêmes finissent par confluer dans le patrimoine de familles puissantes, dans la mesure où cela aurait pu signifier la fin de leur contrôle par l'évêque. Dans les formules des documents véronais de cette période, on fait en général référence (pour en confirmer l'importance) aux milites, ou encore aux capitaines et aux vavasseurs ; cette fois, au contraire, l'évêque, pour plus de sécurité, est contraint à énumérer une trentaine de noms, individualisant soit des milites de tradition urbaine ou des membres des deux familles comtales véronaises, soit des ressortissants des familles de fonctionnaires ou de marchands17. Il ne s'agit pas seulement, de la part de l'évêque, d'une volonté d'être précis en indiquant les familles qui – grâce à la contiguïté géographique de leurs biens – auraient pu être dangereuses : il manquait, c’est une évidence, une définition précise du groupe des potentes. Et le manque d'un terme unique et stable trahissait la nature composite et socialement fluide et ouverte du groupe dirigeant, continuellement exposé à de nouveaux apports provenant de l'extérieur.

  • 18 La bibliographie est très ample et il est impossible d'en rendre compte avec exhaustivité. Le thèm (...)
  • 19 Bartolo di Sassoferrato, In Duodecim libros Codicis Commentaria, Basilea, 1562, p. 938-945, cit. d (...)
  • 20 J. K. Hyde, Padua..., op. cit., p. 57-90 (mais surtout les p. 63-65, où sont également cités les e (...)

14Du reste, il n'y avait pas d'accord, pas même sur le plan théorique, sur ce qu'était la noblesse. Même sans porter la discussion sur son versant littéraire18, on connaît bien l'embarras d'un juriste comme Bartolo da Sassoferrato qui, après avoir disserté sur le rôle de l'autorité souveraine et sur celui de la chevalerie de rite, notant de fortes disparités entre une ville et une autre, finit par conclure que la noblesse dépend, de fait, des coutumes locales19. En revanche, à Padoue, au début du XIVe siècle, le chroniqueur Giovanni da Nono, dans son De generatione aliquorum civium urbis Paduae, estime noble la famille qui peut se vanter d'un privilège impérial lui accordant une haute juridiction. Da Nono, que John Hyde définit comme « un conservateur romantique », est d'opinion fortement aristocratique ; et pourtant, s'intéressant non seulement au passé mais aussi au présent de sa ville, il analyse les vicissitudes de toutes les familles qui à son époque étaient puissantes, par leur richesse, leurs liens de parentèle, leur puissance politique : sa définition étroite et abstraite de la noblesse ne lui fournissait pas, en effet, à elle seule, un élément interprétatif suffisant pour analyser le groupe dominant de la Padoue de son temps. Cet élément, en revanche, était tout à fait présent dans les listes, très concrètes, de magnats inclus dans les statuts. Et quand bien même – comme l'affirme John Hyde – il faudrait distinguer la noblesse « concept social », fondée sur l'estime et sur le prestige, du concept « légal et politique » de magnat, à savoir celui qui menaçait l'autorité communale par sa puissance et le fait de détenir des juridictions privées, il n'en demeure pas moins vrai que les deux concepts, même s'ils ne coïncident pas, ne peuvent pas ne pas être étroitement liés20. En effet, la nobilitas ne se fondait pas sur des fermetures juridiques réelles. Elle était un fait social, dépendant des coutumes locales. Et c'est à ce point précis qu'entre en jeu la chevalerie dans ses multiples aspects.

  • 21 La bibliographie sur la valeur du terme miles est très vaste ; je me limite ici à citer un travail (...)
  • 22 H. Keller, « Militia... », op. cit. (n. 8), p. 59-117.
  • 23 G. Tabacco, « Ghibellinismo e lotte di partito nella vita comunale italiana », dans P. Toubert et (...)
  • 24 G. Tabacco, « Vassalli, nobili e cavalieri nell’Italia comunale », Rivista Storica Italiana, 99 (1 (...)
  • 25 Voir supra les travaux de Castagnetti cités aux notes 10 et 11.

15Le mot miles dans l'Italie communale – comme ailleurs du reste21 – a des sens variés dont l'un ou l'autre semble prévaloir selon les époques mais qui, en réalité, coexistent. A la forte caractérisation en un sens féodal, typique de l'époque la plus ancienne et qui indique les vassaux, en particulier épiscopaux22, s'associe, au cours du XIIIe siècle, une caractérisation politique qui dérive seulement pour une part de la précédente. Comme il est bien connu, en effet, contre les milites s'affirme, dès le milieu du XIIe siècle, le terme populares pour définir la population « non noble » de la ville ; puis, à partir de 1200 environ, l'opposition entre milites et populares se fossilise en un conflit entre deux organismes politiques, deux factions : d'une part, la societas militum et de l'autre la societas populi23. Mais l'analyse sociale des deux factions a montré combien les confins entre aristocratie et popolo sont parfois confus, en particulier en ce qui concerne les groupes dirigeants des deux societates. En effet, les vassaux épiscopaux organisés dans des curies de pairs furent – comme l'a écrit encore une fois Giovanni Tabacco – seulement « l'ascendant historique opérant comme modèle [...] dans la formation des societates militum de l'époque communale »24. Sans compter que, pour la phase de transition entre XIIe et XIIIe siècles, on repère plutôt dans les sources de la Marche les traits d'une simple opposition entre les factions aristocratiques, luttant entre elles pour l'acquisition du contrôle de leur commune : ainsi à Vérone, entre la « partie du comte » et la « partie des Monticoli », ou à Vicence, entre la faction du comte et celle des da Vivaro ; au cours du siècle suivant, des familles comme les Estensi et les da Romano se livrèrent une âpre bataille – sur fond de conflit entre pars ecclesie et pars imperii – pour le contrôle de la Marche entière et des villes voisines. Au contraire, à Padoue, nous savons que les populares s'emparèrent du gouvernement de la ville en 1200, marginalisant temporairement les magnats. On repère donc des conflits entre factions, qui, cela dit, n'aident pas toujours à identifier les limites du groupe aristocratique25.

  • 26 A. Castagnetti, La società veronese..., op. cit. (n. 11), p. 74-80.

16Du point de vue politico-social, le signe distinctif de l'aristocratie était la domus, le groupe parental à structure patrilinéaire doté, en ville, d'un complexe édilitaire fortifié et enraciné dans le tissu urbain au moyen d'un réseau de rapports d'alliance et de vassalité, qui donnait naissance aux societates de turre, par lesquelles on mettait en commun entre parents et alliés la gestion du complexe fortifié. Ces groupes familiaux sont le noyau de base des partes aristocratiques. Mais, à nouveau, l'origine de ces noyaux familiaux est mixte : même les Monticoli, chefs de faction véronais, étaient une famille d'origine mercantile26.

  • 27 Rolandino da Padova, Cronica Marchiae Trivixanae, dans RIS2, VIII/1, Città di Castello 1905-1908, (...)
  • 28 Pseudo-Brunetto Latini, Cronica fiorentina, dans A. Schiaffini, Testi fiorentini del Dugento e dei (...)
  • 29 Rolandino da Padova, Cronica Marchiae Trivixanae, op. cit., II, 7.

17Les chroniqueurs réduisent les conflits de faction à un pur jeu de conflits et d'affrontements personnels. Rolandino de Padoue voit à l'origine des guerres civiles de la Marche le conflit entre deux des quatre clares domus et excellentes nobilium de la région : Este, da Camino, da Romano et Camposampiero. La haine réciproque entre ces deux dernières familles aurait déclenché les conflits internes ruineux qui déchirèrent la Marche27. Une explication rejetée par de nombreux chercheurs modernes et qui, pourtant, ne manque pas d'intérêt. Ce n'est pas un hasard si l'explication proposée pour l'origine des conflits de faction à Florence est du même type28. En effet, la recherche des racines sociales des conflits ne doit pas faire perdre de vue le fait qu'à la tête des factions il y avait des familles aristocratiques dont la règle était fidem observare amicis et vivere cum honore, comme l'écrit Rolandino lui-même29. L'interférence entre un code de vie aristocratique et les aspérités du choc politico-social mérite donc d'être rappelée, sans rejeter a priori les interprétations des conflits proposées par les protagonistes qui étaient mus par ces motivations conscientes.

  • 30 Cf. S. Gasparri, I milites cittadini..., op. cit. (n. 3), p. 21-29.
  • 31 Gli statuti veronesi del 1276 colle correzioni e aggiunte fino al 1323, éd. G. Sandri, Venise, 194 (...)
  • 32 Statuti del comune di Bassano dell’anno 1259 e dell’anno 1295, éd. G. Fasoli, Venise, 1940 (Monume (...)

18A ce point, se pose donc le problème du genre de vie. Si la nature féodale ou politique ne suffisent ni l'une ni l'autre à définir l'aristocratie urbaine, celle-ci est en revanche plus nettement caractérisée par un style de vie courtois et chevaleresque. Et à nouveau, également de ce point de vue, c'est le terme milites qui revient avec la plus grande fréquence pour définir les protagonistes de ce type de comportements. Les exemples, tirés des chroniques (en particulier celle de Rolandino), sont innombrables et bien connus : des curiae urbaines, aux jeux courtois, comme le très célèbre « castello d'amore » de Trévise en 1214 ; des règles de la guerre chevaleresque, déterminées par les milites sapientes, qui poussaient certains chevaliers, tel Teupo de Feltre, à combattre en gage d'amour, à celle de la capture des prisonniers effectuée curialiter et honeste30. La dimension courtoise de la vie aristocratique urbaine est confirmée par les statuts du XIIIe siècle, qui, à Padoue et à Vérone par exemple, prévoient des exceptions aux normes interdisant au podestat de participer aux fêtes urbaines, exclusivement s'il s'agit de curiae militum seu domicellorum31. La présence, enfin, de ioculatores, comme ceux que la commune de Bassano, à la fin du XIIIe siècle, embaucha pour chanter de gesta à Noël et à Pâques, confirme le poids de la culture courtoise dans le milieu urbain tout entier32.

  • 33 Rolandino da Padova, Cronica Marchiae Trivixanae, op. cit.., V, 4.
  • 34 Gli statuti veronesi del 1276.... éd. G. Sandri, op. cit., t. I, ΙII, CXI, p. 462-463.
  • 35 Cartularium Imolense, éd. S. Gaddoni et G. Zaccarini, t. II, p. 155, no 613 ; A. Solmi, « Le leggi (...)

19Même la mort avait ses règles. Rolandino décrit le planctus magnus de dompnae et milites à la mort de Tisolino de Camposampiero, assassiné, au cours des luttes urbaines de Ferrare, par une bande de paysans qu'il avait malencontreusement rencontrée. Bien que son cheval se soit effondré, Tisolino refusa de se rendre parce qu'il ne se trouvait personne de sang chevaleresque (de sanguine militari) auquel il puisse le faire en tout honneur, et il se fit donc tuer. Iacopo da Carrara, quant à lui, capturé par les Ezzeliniani, en 1240, fut décapité vêtu d'une cape noire, selon le mos imperii s'appliquant aux nobiles capturés alors qu'ils combattaient contre l'empire33. Il ne s'agit pas d'une invention de Rolandino : les statuts de Vérone prévoient, eux aussi, pour les délits jugés les plus graves, la décapitation pour le chevalier, tandis que le fantassin devra être pendu et la femme envoyée au bûcher34. La différence dans la mort se concrétisait aussi dans celle du lieu de sépulture. Non loin de la Marche, à Imola, en 1160, les capitaines et les vavasseurs étaient ensevelis dans l'église cathédrale, les membres du peuple dans le monastère de Santa Maria in Regula ; à une époque encore plus ancienne, à Plaisance, en 1059, les capitaines étaient ensevelis à Sant'Antonino. Aux côtés des capitaines de Plaisance, toutefois, sont mentionnés les magnats ; et à Imola, les maiores de populo s'étaient eux aussi fait ensevelir dans la cathédrale, soulevant les réactions des familles qui depuis toujours y ensevelissaient leurs parents35.

  • 36 G. B. Verci, Codice Diplomalico Eceliniano, dans ID., Storia degli Ecelini, t. ΙII, Bassano, 1779, (...)

20Il y avait donc une différence dans la mort, mais elle n'était pas tant liée à des catégories juridiques qu'à un genre de vie adopté jusque dans ses plus extrêmes ritualisations publiques. Un tel genre de vie était réglé par des coutumes : le mos imperii, ou encore la consuetudo regni, comme il est dit, en 1213, à propos des normes que devait appliquer – dans le dédommagement de son vainqueur – un chevalier de la Marche désarçonné au cours d’un tournoi in zostra vel abatisone aliqua36. Néanmoins, comme nous l’avons vu, à la coutume se greffait parfois la législation communale.

  • 37 Statuti del comme di Padova..., éd. A. Gloria, op. cit., t. I, XXIX, 337, p. 109.
  • 38 Statuti del Comme di Vicenza (1264), éd. G. Lampertico, Venise, 1886 (Monumenti Storici della Regi (...)
  • 39 Voir supra, note 5.

21On est frappé, dans ce contexte, par le silence presque total des sources sur l'adoubement. Les allusions trouvées çà et là laissent pourtant penser qu'il était présent et diffus : non seulement en raison de la mention de domicelli, jeunes attendant l'adoubement, mais du fait de l'existence de normes statutaires, comme celle concernant le podestat de Vicence dont on prévoit qu'il doit être un chevalier adoubé37, ou cette autre enregistrant des dispositions d'ordre somptuaire qui, presque incidemment, décrète que, exceptionnellement, les ioculatores ne peuvent prendre part aux fêtes si elles sont curiae militum, qui de novo absumpserint honorem militiae38. Enfin, comme nous l'avons déjà signalé, un exemple d'adoubement, que l'on peut dater du milieu du XIIIe siècle, est attesté à Oderzo39. Pour autant donc que l'on pouvait s'attendre – compte tenu du très fort climat chevaleresque décrit par les chroniques de la Marche – à une forte présence de l'adoubement, son absence presque absolue dans les sources (au moins jusqu'à la fin du XIIIe siècle) ne doit pas nous induire en erreur.

  • 40 Statuti del Comme di Vicenza..., éd. G. Lampertico, op. cit., p. 140.

22Les milites dans les villes de la Marche étaient donc membres d'une chevalerie rituelle au sens large : adoubement, fête, tournoi en rythmaient la vie sociale. Représentants du groupe dominant de la ville, sans fermeture en ce qui concernait leurs origines sociales, ils étaient en fait principalement des combattants à cheval : et c'est en tant que tels qu'ils guerroyaient, depuis toujours, dans les rangs de l'armée urbaine. Au cours du XIIIe siècle, toutefois, le nombre de ceux qui combattaient à cheval pour la commune allait s'accroissant et ce service, exigé sur la base de la propriété d'un patrimoine de niveau moyen, se diffusa aussi au-delà des familles qui traditionnellement l'exerçaient. L'expression miles pro communi indiquait en effet le combattant à cheval pour la commune, membre d’un groupe beaucoup plus large que le groupe le plus ancien des milites. Ceci n'impliqua pas pour autant le nivellement des différences sociales : les statuts, par exemple, nous parlent de chevalier à deux ou trois chevaux, les distinguant ainsi des autres. Dans certains cas, en revanche, nous restons dans le doute sur la nature effective de la chevauchée, l'obligation militaire imposée par la commune au simple miles : fonction guerrière ou simple fourniture d'un cheval à l'armée communale ? Quoi qu'il en soit et sans perdre de vue les grandes disparités de condition, tout laisse croire que, au XIIIe siècle, le service militaire à cheval concernait effectivement un éventail assez large de citadins, popolari compris40.

  • 41 Liber iuris civilis urbis Veronae, éd. B. Campagnola, Vérone, 1728, 190 et 266, p. 145-146.
  • 42 Sur le problème des deux niveaux de la noblesse urbaine, voir S. Gasparri, I milites cittadini..., (...)

23La diversité entre les milites ressort clairement de certaines normes très particulières des statuts véronais et trévisans, normes qui concernent la fiscalité à laquelle les milites veulent se soustraire en raison de leur rôle militaire en faveur de la ville. En effet, à Vérone, en 1228, sont exonérés des onera rusticorum ceux qui possèdent continue [...] equos et militaria arma ; sont également exonérés les gentiles homines, même s'ils sont appauvris au point de ne plus pouvoir posséder ni armes ni chevaux. Dans le contado urbain, donc, on distingue une aristocratie d'origine féodale et seigneuriale, dont la position traditionnelle se teinte de couleurs nobiliaires et qui conserve ses privilèges, même quand elle est économiquement appauvrie. La même année, les mêmes statuts prévoyaient l'éligibilité aux charges communales de ceux qui portaient armes et chevaux pendant trois parties de l'année au moins et qui possédaient un patrimoine s'élevant à mille lires de Vérone, à une exception près, à nouveau, en faveur de ceux qui, bien que n'ayant pas un patrimoine de ce montant, étaient pourtant des milites consueti, tout comme l'avaient été leurs ancêtres41. Nous somme cette fois dans un contexte franchement urbain. Le privilège dérive certes du service militaire traditionnellement exercé pour la ville, mais il est probable qu'il vaille aussi pour les gentiles homines. Dans les deux cas, se dessine un groupe, de milites ou, au moins, de membres de l'aristocratie militaire, dont les privilèges ne sont pas exclusivement fonctionnels (c'est-à-dire liés à une fonction effectivement exercée dans le présent) mais liés à l'origine familiale42.

  • 43 D. Canzian, Oderzo medievale..., op. cit. (n. 5), p. 76-77.
  • 44 Gli statuti del comune di Treviso, éd. G. Liberali, t. II, Venise, 1950, 396, 399, 556, p. 147-148 (...)
  • 45 Gli statuti del comme di Treviso, éd. G. Liberali, op. cit., II, 723, p. 282.
  • 46 De cette façon, on rejoint aussi la très fameuse thèse de M. Bloch sur la naissance de la noblesse (...)

24La concession de privilèges fiscaux aux milites se trouve également ailleurs dans la Marche, par exemple à Vicence ou dans le petit centre de Conegliano43. Le cas le plus intéressant est celui de Trévise : plus ou moins au même moment, y étaient exemptés de charges fiscales les milites consueti qui jouissaient par ailleurs d'autres privilèges concernant la chasse au faucon, élément caractéristique de la vie courtoise et chevaleresque44. Que ces « chevaliers de coutume » fussent perçus comme des nobles est attesté, toujours à Trévise, par le fait que dans un cas précis – l'obligation de posséder une zumenta gentilis – la catégorie exonérée est définie milites nobiles45 ; l'allusion à l’hérédité va également dans le même sens : référence aux maiores, à Vérone, ou aux fils des milites consueti, à Trévise, qui peuvent jouir des mêmes privilèges que leurs pères en matière de chasse au faucon. L'allusion aux filii militis présente dans les statuts de Trévise permet en outre d'émettre l'hypothèse de l'existence d'une catégorie de jeunes chevaliers non adoubés. Ce qui prouverait que, dans ces familles de plus ancienne tradition militaire, l'exercice héréditaire des armes au service de la commune allait de pair non seulement avec la vie courtoise en général, mais en particulier avec le rite de l'adoubement, présent dans la famille, même si parfois, pour des raisons de coût, il n'était pas toujours célébré à toutes les générations46.

  • 47 Voir supra note 42 et G. Tabacco, « Nobili e cavalieri a Bologna e a Firenze tra ΧII e XIII secolo (...)

25Quoi qu'il en soit, deux conclusions ressortent clairement. La première est que l'élément ennoblissant – et donc source de privilèges – est semble-t-il le fait d’être milites au service armé de la commune depuis des générations : la même situation, avec la même clarté, a été relevée à Bologne par Giovanni Tabacco. D'autre part, une telle nature se conjugait spontanément avec la vie courtoise et chevaleresque, symbolisé dans les statuts de Trévise par la chasse au faucon et, peut-être, par l'adoubement47.

  • 48 Voir supra note 15 et S. Gasparri, I milites cittadini..., op. cit. [n. 3], p. 126-131.

26Les privilèges fiscaux et politiques de l'aristocratie militaire seront presque totalement supprimés au cours de la seconde moitié du XIIIe siècle. On s'acheminait de la sorte vers la conception négative du groupe aristocratique de tradition militaire, qui trouvera son expression la plus caractéristique dans les listes de magnats, dangereux détenteurs de juridictions privées et d'une force politique alternative à celle de la commune48.

27Esquissons une conclusion. L'aristocratie urbaine, dans la Marche comme ailleurs en Italie, a différents caractères qui, à des époques variées (du XIe au ΧIIΙe siècle), ont constitué son identité dominante, en fonction des mutations de la situation politique, sociale et culturelle et des nouveaux apports qu'elle recevait. Ceci ne signifie pas qu'elle n'ait pas tendu à la fermeture. Mais – et c'est là que se situe le désaccord avec les thèses de certains – il ne s'est jamais agit que d'une tentative et le fait qu'elle ait été continuellement relancée suffit à témoigner de son inachèvement : d'abord sur la base du droit du fief, puis de l'appartenance politique aux partes aristocratiques, puis encore de la tradition militaire urbaine et de l'adoption d'un code rigide de comportement fondé sur les rituels sociaux de la chevalerie et de la courtoisie. Nous sommes face à une aristocratie de milites qui tend donc à devenir noblesse, sans toutefois jamais parvenir à se fermer tout à fait, dans une confrontation dynamique avec les forces populaires, impliquées elles aussi, pour des raisons de défense et non de privilèges, dans la définition des limites du groupe aristocratique Des limites qui resteront donc toujours fluides, même si le service en arme pour la ville et la chevalerie de rite semblent bien être les clefs de lecture les plus adaptées pour comprendre la formation d'une authentique conscience nobiliaire dans le groupe dominant de la Marche.

Notes

1 J. K. Hyde, Padua in the Age of Dante, Manchester-New York, 1966, p. 103.

2 G. Tabacco, « Nobiltà e potere ad Arezzo in età medievale », Studi Medievali, 15 (1974), p. 1-24, a mis en lumière, en analysant de façon exhaustive le dossier documentaire relatif à l'affaire, l'importance du cas d'Ughetto di Sarna pour les études du concept de noblesse dans la ville et le contado.

3 A. Fortini, Nova vita di s. Francesco, Assise, 1959, t. II, p. 144, cité et discuté dans S. Gasparri, I milites cittadini. Studi sulla cavalleria in Italia, Rome, 1992, p. 48.

4 Salimbene de Adam, Cronica, éd. G. Scalia, Bari, 1966, p. 61-62 ; dans ce cas aussi, cf. S. Gasparri, I milites cittadini..., op. cit. (n. 3), p. 36.

5 D. Canzian, Oderzo medievale. Castello e territorio, Trieste, Dipartimento di Storia dell’ - Università degli Studi di Padova, 1995, p. 76, rapporte (en citant un procès inédit) le cas de Pecello Beraldi, qui simul cum domino Tholberto factus fuit miles à Oderzo, vers 1244.

6 H. Keller, Adelsherrschaft und städtische Gesellschaft in Oberitalien (9.-12. Jahrhundert), Tübingen, 1979, traduit en italien (éd. G. G. Merlo) sous le titre Signori e vassalli nell’Italia delle città (secoli IX-XII), Turin, Utet, 1995. Dans l'introduction de l'édition italienne, l'auteur propose une discussion critique de la bibliographie la plus récente à propos de son livre et des thèmes qu'il aborde.

7 H. Keller, op. cit., en particulier le chapitre I, p. 17-61.

8 H. Keller, « Militia. Vasallität und frühes Rittertum im Spiegel oberitalienischer MilesBelege des 10. und 11. Jahrhunderts », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 62 (1982), p. 59-117 ; Id., « Adel, Rittertum und Ritterstand nach italienischen Zeugnissen des 11.-14. Jahrhunderts », dans L. Fenske, W. Rosener, Th. Zotz (sous la direction de), Institutionen, Kultur und Gesellschaft im Mittelalter. Festschrift für J. Fleckenstein zum 65. Geburtstag, Sigmaringen, 1984, p. 581-608 ; A. Barbero, « Vassalli, nobili e cavalieri fra città e campagna. Un processo nella diocesi di Ivrea all’inizio del Duecento », Studi Medievali, 33 (1992), p. 619-644.

9 R. Bordone, La società cittadina del regno d’Italia. Formazione e sviluppo delle caratteristiche urbane nei secoli XI e XII, Turin, 1987, p. 160-182 ; méritent aussi d'être signalés, du même auteur, « Tema cittadino e "ritorno alla terra" nella storiografia comunale recente », Quaderni Storici, 52 (1983), p. 255-277 et « Civitas nobiles et antiqua. Per una storia delle origini del movimento comunale in Piemonte », dans Piemonte medievale. Forme del potere e della società, Turin, Einaudi, 1985, p. 36-42.

10 A. Castagnetti, La società veronese nel medioevo, II, Ceti e famiglie dominanti nella prima età comunale, Vérone, 1987, p. 13-18, et Id., Le città delta Marca veronese, Vérone, Libreria Universitaria Editrice, 1991, en particulier p. 97-138. Sur Padoue, voir aussi G. Rippe, « L’évêque de Padoue et son réseau de clientèles en ville et dans le contado (Xe siècle-1237), dans Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles), Rome, Ecole française, 1980 (Collection de l’Ecole française de Rome, 44), p. 413-428.

11 Voir les travaux de Castagnetti cités à la note précédente et G. M. Varanini, « Istituzioni, società e politica nel Veneto dal comune alla signoria (s. ΧIIΙ-1329) », dans A. Castagnetti et G. Varanini (sous la direction de), Il Veneto nel medioevo. Dai comuni cittadini al predominio scaligero nella Marca, Vérone, Mondadori, 1991, en particulier p. 289-293 (où sont analysées les caractéristiques du groupe des milites au XIIIe siècle).

12 H. Keller, Adelsherrschaft..., op. cit. (n. 6), p. 23-24, soutient précisément que la distinction entre les membres de l’ordo militum (capitaines et vavasseurs) et les plebei réside dans le fait même que les membres du peuple n'avaient peut-être pas à l'origine la capacité au fief ; par la suite (au XIIe siècle), eux aussi accédèrent à ce type de rapport, mais leurs fiefs restèrent non héréditaires dans un premier temps. Le traité de Oberto dall’Orto, les Libri feudorum qui constituent la source de Keller (cité p. 22), démontrerait en somme que même les acquisitions récentes de fiefs « ne constituent pas une raison d'ascension sociale » ; même si l’auteur concède qu’un tel acquis contribue « à relativiser les différences de groupe ».

13 H. Keller, Adelherrschaft..., op. cit, p. 35-36.

14 G. Tabacco, compte-rendu de H. Keller, Adelherrschaft..., Rivista Storica Italiana, 1981, p. 852-855, met en évidence une certaine rigueur dans les conclusions de Keller, tant du volume que de ses divisions, et l’oppose aux réflexions beaucoup plus nuancées dont le même auteur fait preuve dans de très nombreuses pages de son ouvrage.

15 G. Tabacco, « La storia politica e sociale », dans Storia d’Italia, II/1, Dalla caduta dell’Impero romano al secolo XVIII, Turin, Einaudi, 1974, p. 190-193.

16 Voir note précédente et Statuti del comme di Padova dal secolo XII all’anno 1285, éd. A. Gloria, Padoue, 1873, no 645, p. 213 (années 1235-1240) ; pour le cadre historique de la mesure, voir S. Bortolami, « Fra alte domus e populares homines : il comune di Padova e il suo sviluppo prima di Ezzelino », dans Storia e cultura a Padova nell’età di Sant’Antonio, Padoue, 1985 (Fonti e ricerche di storia ecclesiastica padovana, 16), p. 3-73.

17 A. Castagnetti, La società veronese..., op. cit. (n. 11), p. 7-10 et passim ; édition du document, p. 111-113.

18 La bibliographie est très ample et il est impossible d'en rendre compte avec exhaustivité. Le thème a été récemment repris par C. Lansing, The Florentine Magnates. Lineage and Faction in a medieval Commune, Princeton, 1991, p. 212-228 ; voir aussi G. Amaldi, « La maledizione del sangue e la virtù delle stelle. Angioini e Capetingi nella Commedia di Dante (II) », La Cultura, 30/2 (1992), en particulier p. 211-216.

19 Bartolo di Sassoferrato, In Duodecim libros Codicis Commentaria, Basilea, 1562, p. 938-945, cit. dans J. K. Hyde, Padua..., op. cit. (n. 1), p. 61-62.

20 J. K. Hyde, Padua..., op. cit., p. 57-90 (mais surtout les p. 63-65, où sont également cités les extraits de Da Nono).

21 La bibliographie sur la valeur du terme miles est très vaste ; je me limite ici à citer un travail particulièrement remarquable pour l'aire géographique qui m'intéresse, à savoir G. Duby, « La diffusion du titre chevaleresque sur le versant méditerranéen de la Chrétienté latine », dans La noblesse au Moyen Age, XIe-XVe siècle (Essais à la mémoire de Robert Boutruche), Paris, PUF, 1976, p. 39-70.

22 H. Keller, « Militia... », op. cit. (n. 8), p. 59-117.

23 G. Tabacco, « Ghibellinismo e lotte di partito nella vita comunale italiana », dans P. Toubert et A. Paravicini Bagliani (sous la direction de), Federico II e le città italiane, Païenne, Sellerio, 1994, p. 335-343.

24 G. Tabacco, « Vassalli, nobili e cavalieri nell’Italia comunale », Rivista Storica Italiana, 99 (1987), p. 247-268, citation p. 267.

25 Voir supra les travaux de Castagnetti cités aux notes 10 et 11.

26 A. Castagnetti, La società veronese..., op. cit. (n. 11), p. 74-80.

27 Rolandino da Padova, Cronica Marchiae Trivixanae, dans RIS2, VIII/1, Città di Castello 1905-1908, I, 1.

28 Pseudo-Brunetto Latini, Cronica fiorentina, dans A. Schiaffini, Testi fiorentini del Dugento e deiprimi anni del Trecento, Florence, 1954, p. 117-119.

29 Rolandino da Padova, Cronica Marchiae Trivixanae, op. cit., II, 7.

30 Cf. S. Gasparri, I milites cittadini..., op. cit. (n. 3), p. 21-29.

31 Gli statuti veronesi del 1276 colle correzioni e aggiunte fino al 1323, éd. G. Sandri, Venise, 1940 (Monumenti Storici della Regia Deputazione di Storia patria per le Venezie, IIΙ, Nuova Serie), t. I, I, IX, p. 27, et Statuti del comune di Padova..., éd. A. Gloria, op. cit. (n. 16), V, 72, p. 30 (en réalité, dans ce dernier cas on ne parle que de curia, sans plus de détails).

32 Statuti del comune di Bassano dell’anno 1259 e dell’anno 1295, éd. G. Fasoli, Venise, 1940 (Monumenti Storici delta Regia Deputazione di Storia patria delle Venezie, II, Nuova Serie), XXXIX, p. 242.

33 Rolandino da Padova, Cronica Marchiae Trivixanae, op. cit.., V, 4.

34 Gli statuti veronesi del 1276.... éd. G. Sandri, op. cit., t. I, ΙII, CXI, p. 462-463.

35 Cartularium Imolense, éd. S. Gaddoni et G. Zaccarini, t. II, p. 155, no 613 ; A. Solmi, « Le leggi più antiche del comune di Piacenza », Archivio Storico Italiano, 73 (1915), p. 12 ; sources citées par H. Keller, Signori e vassalli..., op. cit. (n. 6), p. XXXIX (il s'agit de la nouvelle introduction à l'édition italienne).

36 G. B. Verci, Codice Diplomalico Eceliniano, dans ID., Storia degli Ecelini, t. ΙII, Bassano, 1779, no 82 (1213), p. 155-158 (cité dans S. Gasparri, I milites cittadini..., op. cit. [n. 3], p. 103-104).

37 Statuti del comme di Padova..., éd. A. Gloria, op. cit., t. I, XXIX, 337, p. 109.

38 Statuti del Comme di Vicenza (1264), éd. G. Lampertico, Venise, 1886 (Monumenti Storici della Regia Deputazione di Storia patria delle Venezie, X, Serie II, 1), p. 154-155.

39 Voir supra, note 5.

40 Statuti del Comme di Vicenza..., éd. G. Lampertico, op. cit., p. 140.

41 Liber iuris civilis urbis Veronae, éd. B. Campagnola, Vérone, 1728, 190 et 266, p. 145-146.

42 Sur le problème des deux niveaux de la noblesse urbaine, voir S. Gasparri, I milites cittadini..., op. cit. [n. 3], p. 114-121 (p. 116-118 pour l'exemple véronais).

43 D. Canzian, Oderzo medievale..., op. cit. (n. 5), p. 76-77.

44 Gli statuti del comune di Treviso, éd. G. Liberali, t. II, Venise, 1950, 396, 399, 556, p. 147-148 et 209-210.

45 Gli statuti del comme di Treviso, éd. G. Liberali, op. cit., II, 723, p. 282.

46 De cette façon, on rejoint aussi la très fameuse thèse de M. Bloch sur la naissance de la noblesse ; pour un débat plus récent sur cette thèse, voir G. Tabacco, « Su nobiltà e cavalleria nel medioevo : un ritorno a M. Bloch ? », Rivista Storica Italiana, 91 (1979), p. 5-25 et D. Barthélemy, « Qu’est-ce que la chevalerie en France aux Xe et XIe siècles ? », RH, 587 (1993), p.

47 Voir supra note 42 et G. Tabacco, « Nobili e cavalieri a Bologna e a Firenze tra ΧII e XIII secolo », Studi Medievali, 17 (1976), p. 41-76.

48 Voir supra note 15 et S. Gasparri, I milites cittadini..., op. cit. [n. 3], p. 126-131.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.