Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les élites urbaines dans l’empire d’orient à la fin du Moyen Âge : noblesse de service ou groupes de pression ?

Alain Ducellier et Thierry Ganchou

Texte intégral

  • 1 La meilleure synthèse sur ce thème reste E. Kirsten, « Die byzantinische Stadt », dans Berichte zum (...)
  • 2 E. Kirsten, art. cit. p. 35-36, et, sur les dénominations diverses de ces archontes, p. 37-38.
  • 3 Il est du reste clairement spécifié que, à Phanari, il y a des « ἄρχОντες μείζονες τε ϰαὶ μιϰροί », (...)

1S'interroger sur les élites urbaines de Byzance à la fin du Moyen Age implique d'abord une définition de ce qu'on peut alors nommer une ville. Avec toutes les précautions d’usage, disons que le terme de cité doit probablement être réservé à des villes d’une certaine étendue, pouvant compter quelques milliers d’habitants, se distinguant par la présence d’un métropolite et fonctionnant comme des centres administratifs, militaires, commerciaux et artisanaux. Il est en effet difficile d’en donner une définition plus précise, tant les Byzantins eux-mêmes répugnaient à établir de claires distinctions en la matière : ainsi, le terme kastron était-t-il employé indifféremment, dès le ΧIIe siècle, pour désigner des établissements ceints de murailles, quelle que fût leur taille1. Même quand il était de dimensions modestes, tout kastron avait ses archontes, que nous définirons provisoirement comme son élite, mais leur poids social et politique était évidemment proportionnel à l’importance relative des kastra2 : certains archontes pouvaient donc, dans certains cas, voir leur position sociale fortement déprimée, tels ces archontes de Phanari, en Thessalie qui, au XIVe siècle, devaient le service au grand propriétaire local3, ce qui interdit donc de faire de ces deux termes de purs et simples synonymes.

2Or, le phénomène archontal est extrêmement ancien, puisqu'il est intimement mêlé à l'histoire même du fait urbain à Byzance depuis ses origines et pose, d'une manière durable, le problème majeur des relations entre le pouvoir impérial et des aristocraties dont les assises ne sont jamais spécifiquement urbaines.

***

  • 4 Sur les bouleutai, équivalents aux curiales occidentaux, cf. J. Durliat, De la ville antique à la v (...)

3Depuis le IVe siècle, l’autorité impériale, dont l’autocratie ancienne est théoriquement portée à la perfection grâce à l’adoption du christianisme, qui fait de l’Empereur le lieutenant tout puissant de Dieu, se heurte à la permanence de cités fortement personnalisées, dotées de leurs institutions propres, et que dominent des aristocraties locales aux traits accusés. Ce sont elles qui peuplent les boulai, assemblées municipales dont les responsabilités les plus remarquables, surtout fiscales et culturelles, maintiennent dans les cités un esprit fortement porté à l’autonomie, d’autant que les bouleutai ont d’importantes implantations terriennes dans le plat pays qui dépend de leur ville4. La christianisation ne fait en outre que substituer aux cultes païens propres à chaque cité la vénération de saints aussi fortement ancrés dans les réalités locales, si bien que guerres extérieures et crises internes aidant, les difficultés de communication entre la capitale et les provinces confortent des élites locales, à la fois urbaines et rurales, sur lesquelles le pouvoir, si absolu soit-il en théorie, n’a en fait que peu de prise.

  • 5 Il va de soi qu’il y entraîne aussi d’importants bouleversements topographiques, ne serait-ce que p (...)
  • 6 M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance du VIe au XIe siècle, Paris, 1992, p. 256-258, ouvrage (...)
  • 7 Théophane Continué, Bonn, p. 319-321 ; M. Kaplan, Les hommes et la terre, op. cit., part. p. 333-33 (...)
  • 8 Outre l’article de G. Dagron, cité ci-dessus, l’ouvrage de base est ici D. Claude, Die Byzantinisch (...)

4Ces aristocraties, qu’il ne faut pas hésiter à nommer « noblesses », résistent plus longtemps qu’on ne le croit d’ordinaire, bien qu’en partie noyées, à partir du VIe siècle, sous le flux d’exode rural qu’entraînent les grandes migrations qui touchent l’Empire, et particulièrement à la suite des invasions slaves et des attaques musulmanes : les contours sociaux des élites urbaines deviennent plus flous, puis l’autorité des évêques, bouleutai eux-mêmes, prend temporairement leur relais dans les villes5, tandis qu’une partie des vieilles familles se retire sur ses domaines ruraux. Là, à ses côtés (et non à sa place), se développe une nouvelle aristocratie, issue des couches les plus dynamiques du paysannat, et qui ne doit donc rien aux villes : au VIIIe siècle, la famille de Philarète le Miséricordieux en est la meilleure expression6 ; mais elle n’étouffe pas entièrement les élites anciennes, qui peuvent rester des puissances locales, comme l’est, sous Basile Ier et Léon VI, dans la région de Patras, la célèbre veuve Danélis7. Sans qu’elles disparaissent jamais, les villes ont cependant connu leur étiage entre VIe et VIIIe siècles8 : il en reste cependant le maillage urbain gréco-romain, qu’il suffira de réactiver quand, une fois passée la crise, le pouvoir s’emploiera à en faire les points d’application d’une autorité désormais exercée directement par Constantinople sur l’ensemble du territoire impérial.

5Les vrais créateurs de cette nouvelle gestion centralisée, très allégée, et qui culmine avec le système thématique, sont les empereurs iconoclastes du VIIIe siècle : hommes nouveaux venus de la capitale et n’ayant à en répondre qu’au basileus, les fonctionnaires comme les stratèges ne peuvent avoir aucune attache avec leur circonscription, et cette politique, qui garantit l’autorité centrale, est officiellement maintenue jusqu’au XIIe siècle.

  • 9 Ce n’est pas un hasard si Philarète marie sa fille à l’héritier du trône, tandis que Danèlis, sous (...)

6Elle ne peut faire disparaître la noblesse terrienne, rémanence des aristocraties citadines locales ou issue des classes rurales enrichies, obstacle en tout cas aux visées unificatrices du pouvoir, mais elle lui rogne les ongles en l’attirant vers Constantinople afin de la mieux contrôler9.

7Le phénomène de « constantinopolitanisation » étudié par Hélène Ahrweiler, qui se développe dans l’Empire entre VIIIe et XIe siècle, revêt dès lors deux aspects complémentaires : une absorption des élites locales, avant tout rurales, par la Ville, qui peut du reste être plus apparente que réelle et dépend, en tout état de cause, de la puissance de contrôle de l’État, et d’autre part, la mise en place d’un nouveau système administratif homogène, qui repose sur des fonctionnaires issus de la capitale et, plus précisément, de l’entourage impérial, et dont les points d’application en province sont les villes, qu’il vise à réactiver sur des bases socio-politiques entièrement nouvelles.

8Désormais dépourvues d’élites dignes de ce nom, masses amorphes et modestes qui n’ont plus guère que le rôle de marchés agricoles, leurs seuls cadres sont, outre l’évêque et son entourage, expression d’une haute Église domestiquée, les stratèges et les kritai, à la tête d’une administration légère et, surtout, des corps de troupes des thémata, dont l’État connaît parfaitement la composition puisque le double des rôles sur lesquels ils sont enregistrés est systématiquement expédié à l’administration centrale. Et comme les nouvelles provinces, les thèmes, sont d’ampleur bien moindre que les anciennes provinces héritées de Rome, les chefs-lieux administratifs sont aussi plus nombreux, ce qui entraîne la promotion de centres urbains naguère subordonnés à des villes plus notables, tandis que d'autres, qui n’ont pas été choisis, subissent au contraire une certaine dégradation. A quelques exceptions près, dont Thessalonique est la plus notable, la carte urbaine de l’Empire en ressort au total ponctuée de villes moyennes, dont la classe dominante n’est guère faite que du personnel qu’y délègue la capitale.

  • 10 Vers la fin du Xe siècle, les archontes de Sparte firent appel à un saint homme du nom de Nikôn, es (...)

9Cependant, cette phase de contrôle des élites n’a qu’un temps, car l’administration engendre à son tour une « noblesse de fonctions » qui investit ses revenus dans la terre et, au bout de quelques générations, s’y est suffisamment implantée pour se sentir au moins l’égale des « nobles » traditionnels, dont beaucoup ont su choisir, eux aussi, la filière administrative, si bien que, dès le Xe siècle, les textes nous restituent une classe archontale qui semble déjà très unifiée et consciente des intérêts locaux, comme en témoigne le comportement des archontes Spartiates, au rapport de la Vie de Nikôn le Métanoïte10.

  • 11 Il s’agit en fait d’une famille attestée dès le VIIIe siècle, mais en tant que famille moyenne ; M. (...)

10Les exemples que ce texte nous fournit suggèrent que les archontes jouaient un rôle décisif dans la vie d’une cité provinciale. Mais qui étaient ces archontes ? Nous connaissons le nom de certains d’entre eux. Le plus important était Jean Malakénos, présenté non seulement comme le premier citoyen de la ville, mais aussi du Péloponnèse tout entier. Lui et sa famille avaient apparemment plus qu’une influence purement locale. Vers la fin de la vie de Nikôn, Malakénos fut soupçonné de collusion avec les Bulgares, tout comme au même moment, les dynastes de Dyrrachion, les Chrysélioi. Aussi Basile II envoya-il deux compagnies de soldats à Sparte pour se saisir de lui et le conduire prisonnier à Constantinople. Avant d’être emmené, il demanda à saint Nikôn de prier pour lui, et comme il fut en définitive relâché sans dommages, persuadé qu’il devait sa délivrance à l’intercession du saint, mort entre-temps, il commanda une icône à son effigie. Malakénos était aussi du nombre des archontes qui avaient offert une colonne destinée à la nouvelle église réclamée par saint Nikôn, la deuxième colonne ayant été donnée par un membre de la famille des Rhentakioi, attestée comme l’une des plus importantes de la région depuis le début du Xe siècle11.

11Il est clair, par conséquent, que les archontes prééminents d’une ville étaient issus de vieilles familles dotées de forts intérêts locaux, tout en maintenant des liens avec Constantinople et l’administration impériale. Et les soupçons nourris par Basile II à l’égard des Malakénoi de Sparte, tout comme, du reste, des Chrysélioi de Dyrrachion, confirment l’importance du pouvoir local de ces archontes. La question est de savoir en quoi consistaient ces pouvoirs. Avant tout, un archonte est le détenteur d’un office impérial. Il est peu ou prou l’équivalent du dynatos tel que le définit Romain Lécapène dans son chrysobulle de 934 : le titulaire d’un rang au sein de l’administration impériale. Notons pourtant que, dans un chrysobulle précédent, daté de 922, le même souverain définissait, d’une manière plus pragmatique, l’état de dynatos en termes de capacité à peser de son influence sur les autres, cette dernière définition illustrant le caractère informel de l’exercice du pouvoir qui, à Byzance, découlait de l’extrême diversité des situations locales. C’est ainsi que, dans les provinces orientales, c’est parce qu’elles contrôlaient les thèmes anatoliens à partir de leurs grands domaines que les grandes familles pouvaient peser de tout leur poids, tandis que dans celles d’Europe, ce sont les villes qui regroupaient l’essentiel des grandes lignées, bien que, dans les deux cas, l’organisation militaire constituât l’assise majeure de leur pouvoir. Ainsi, le cadastre de Thèbes montre que, au début du XIe siècle, bien des archontes détenaient une fonction militaire. Il révèle aussi que tous les grands propriétaires terriens de la région ne résidaient pas à Thèbes même. Certains vivaient à Chalkis, dans l’île d’Eubée, d’autres à Athènes. C’est encore le cas à Andrinople plus avant dans le siècle, tout simplement parce que cette cité continua à être le centre des armées occidentales.

***

  • 12 Psellos, Chronographie, Constantin IX, XCIX, éd. Renauld, t. II, p. 14.

12La fusion des deux noblesses est donc chose faite au XIe siècle, lorsque, sous une « constantinopolitanisation » de moins en moins réelle, cette noblesse composite, après les terres, domine déjà les villes provinciales, dont elle active les fonctions de production par sa présence et l’importance numérique de ses dépendants : toujours plus unifiée grâce à une politique systématique d’alliances matrimoniales, elle est désormais en mesure d’entretenir des réseaux de clientèle, tant dans la Ville que dans ses implantations urbaines de province. Les intercommunications entre ces clientèles, qui peuvent mener jusqu’à leur identification, donnent progressivement à certaines maisons une coloration locale, voire ethnique, très forte, qui peut se concrétiser, à l’occasion d’un affaiblissement passager du pouvoir, en blocs de pression qui vont jusqu’à prétendre infléchir ou même confisquer l'État. Tels sont les Thessaliens, Macédoniens, Anatoliens que mentionnent les sources des XIe et XIIe siècles : n’en donnons qu’un exemple, celui de Léon Tornikios, cousin de l’empereur Constantin IX Monomaque, et dont Psellos nous précise qu’il « habitait Andrinople, et suait l’orgueil macédonien » et que, parvenu à l’âge adulte, « la faction macédonienne ( Μακεδονικ μερϊς) se groupa définitivement autour de lui » Et Psellos de nous montrer les membres de ce véritable parti, brûlant d’entreprendre une action contre le pouvoir, mais n’y arrivant pas pour diverses raisons et « cachant au fond de leurs âmes leurs idées de rébellion » jusqu’au moment où, en effet, leur chef leur donne occasion de se soulever contre l’empereur12.

  • 13 H. Ahrweiler, « La Frontière et les Frontières de Byzance en Orient », dans Actes du XIVe Congrès i (...)

13Un schéma est désormais tracé, celui d’innombrables lignages qui, successivement, cherchent à remplacer, par la force, la famille dominante qui s’en défend en plaçant le plus grand nombre possible de ses membres aux leviers de commande. En ce sens, la constantinopolitanisation a bien réussi, mais elle suppose évidemment la permanence de la Ville à la tête de l’Empire, la compétition pour le pouvoir à Constantinople continuant à masquer des implantations territoriales plus ou moins lointaines qui n’attendent que de se révéler, en cas de défaillance du centre. En Anatolie, déjà sous les Comnènes, les opérations militaires réussies ou non dans les zones frontières, suscitent chez les généraux grecs des velléités d’indépendance qui aboutissent à l’apparition d’unités territoriales, indépendantes en pratique du gouvernement central, de véritables « émirats grecs », pour reprendre l’expression d’H. Ahrweiler, qui sont pourtant les produits d’une élite constantinopolitaine en principe domestiquée. Par exemple, quand le contrôle s’affaiblit, sous les Anges, la troisième croisade, en 1190, donne l’occasion à un rebelle, Isaac Comnène, de se rendre pleinement indépendant en Chypre13.

  • 14 Citons ce Gabras, que le sultan avait chargé d’honneurs et envoyé même en ambassade auprès de Manue (...)

14Certes, le Comnène de Chypre reste traditionnel, dans la mesure où son île n’est toujours, pour lui, qu’un marche-pied qu’il compte utiliser pour reconquérir le vrai pouvoir, qui subsiste à Constantinople ; cependant, dès cette époque, sous la dynastie des Anges, des ambitions plus modestes, mais sans doute plus dangereuses, tendent à la dissolution de l’Empire sous l’action de grandes familles qui, déjà, semblent ne plus voir dans la Ville le seul recours. C’est surtout le cas en Anatolie où quelques grands seigneurs byzantins, expression même de l’élite constantinopolitaine, et le plus souvent investis de fonctions importantes, jugèrent de leur intérêt d’aller s’établir en Turquie, tout en restant pourtant fidèles à leur religion, avec ouvertement pour but de s’émanciper du pouvoir central14.

  • 15 Malgré ce qu’en dit J.-C. Cheynet, « Philadelphie, un quart de siècle de dissidence, 1182-1206 », d (...)
  • 16 Nicétas, van Dieten, p. 400 ; J.-C. Cheynet, art. cit. p. 53. Sur ce personnage, voir aussi A. Duce (...)
  • 17 J.-C. Cheynet, « Philadelphie », art. cit., 45-51, où l’on trouvera toutes les sources relatives à (...)

15Ces défections s’aggravent lorsque le pouvoir faiblit, comme le montre l’exemple de nombreux personnages qui, membres eux aussi de l’élite constantinopolitaine, hauts fonctionnaires délégués par la Ville à la gestion de provinces, se taillent des domaines autonomes, dont la chute de 1204 fait de véritables principautés. Un bon exemple est Théodore Mangaphas, gouverneur de Philadelphie15, déjà révolté contre Isaac II, en 1188-1189, et appuyé par le sultan Kilidj-Arslan II et ses Turkmènes frontaliers16, puis livré aux Grecs en 1192 : après un long séjour en prison, on le voit se comporter en toute indépendance, toujours dans la même région, dès 1203, s’opposer à Théodore Laskaris jusqu’à la fin de 1205 et, sans doute, ne pas finir trop mal, puisque sa famille conserva un statut social élevé à Philadelphie sous les Laskaris17.

  • 18 Léon Sgouros est le Lasgur dont Villehardouin nous montre la résistance à Boniface de Montferrat, q (...)

16Ce qui signifie que, à trop insister sur les archontes traditionnels, qu’ils soient laïcs ou ecclésiastiques, on en oublie trop souvent l’émergence, relativement précoce, de véritables seigneurs urbains, qu’on désignera sous le vocable de dynastes, des personnages totalement officieux mais ayant su s’imposer à la faveur des divisions et rivalités internes et dont la promotion s’explique aussi en partie par la nécessité de protéger la ville de toutes les prétentions extérieures, pouvoir impérial inclus. Et lorsque ce dernier s’affaiblit encore, vers la fin du XIIe siècle, la situation ne fait qu’empirer : survient alors une série de rébellions qui fait apparaître au grand jour une réalité jusque-là méconnue, mais probablement déjà ancienne, le contrôle de fait d’un grand nombre de villes par des dynastes quasi-autonomes, comme l’illustre, par exemple, le cas de la ville de Nauplie, en Argolide, tenue par le dynaste Léon Sgouros, qui avait déjà hérité cette position de son père, mais avait fortifié sa position grâce à son mariage avec Eudocie, fille du basileus Alexis III Ange18. Sauf cas d’exceptions, la conquête latine qui suivit 1204 eut en général pour effet de consolider le pouvoir de ces dynastes urbains, avec qui les Occidentaux s’entendirent souvent pour faciliter l’établissement de leur domination, à condition toutefois qu’ils ne fussent pas des « seigneurs » trop puissants : citons seulement le Pactum Adrianopolitanum, de 1206, qui reconnaît l’autonomie de la ville d’Andrinople sous l’autorité de son « capitaneus », traduction latine de dynaste, le césar Théodore Branas, qui occupait sa position secundum successionem, ce qui suggère qu’il la tenait déjà de son père.

17Rien ne garantit en outre que les membres de l’élite constantinopolitaine qui demeurent dans la capitale jusqu’à la chute n’aient pas été travaillés par les mêmes pulsions sécessionnistes : après 1204, ces élites semblent, en vertu de leur fidélité de principe aux représentants du pouvoir déchu, se contenter d'émigrer vers les points d’ancrage de la résistance byzantine, Trébizonde et, surtout, Epire et Nicée, où l’on retrouve exactement les mêmes familles dans les entourages princiers : en fait, il s’agit seulement de l’attitude classique de familles impériales ou liées de près à elles, qui ambitionnent, chacune pour son compte, de reconstituer l’Empire unitaire autour de Constantinople reconquise. Le plus important est que la dispersion et le partage de l’Empire soient le révélateur final d'ambitions réellement sécessionnistes, déjà difficiles à masquer avant 1204. Au sein des trois sous-ensembles à vocation impériale, de grandes familles, cependant généralement sans liens avec les dynasties régnantes, se révèlent parfaitement capables de circonscrire leurs ambitions dans des domaines restreints, comme c’est le cas des « seigneurs » de la vallée du Méandre, Mangaphas et autres, dont la crise de 1204 ne fait que clarifier les buts déjà anciens.

18En outre, en Epire et surtout à Nicée, une différenciation s’opère entre l’élite proprement constantinopolitaine, qu’il vaudrait d’ailleurs mieux nommer désormais une élite de cour puisque, pour elle qui ne voit de salut que dans la récupération de la capitale, Arta ou Nicée ne sauraient être que des exils provisoires, et des groupes aristocratiques, certes toujours liés à l’ancien pouvoir, mais qui se satisfont de l’atomisation de l’Empire : eux aussi sont liés à la cour, mais à celle de Nicée, puis à celle de Smyrne, et oublient de plus en plus, tout au long des cinquante-sept ans d’exil, l’ancien creuset commun de Constantinople.

  • 19 C’est l’interprétation qu’adopte encore H. Ahrweiler, « L’expérience nicéenne », Dumbarton Oaks Pap (...)
  • 20 Sur la volonté de « légitimer » la famille Vatatzès, assez obscure avant 1204, cf J. Langdon, John (...)
  • 21 J.F. Vannier, Les premiers Paléologues, Paris, 1986 (Etudes Prosopographiques, Byzantina Sorbonensi (...)
  • 22 En fait, malgré réticences et parti-pris, les sources de l’époque, Georges Akropolitès, Nicéphore B (...)
  • 23 La chose a été démontrée en détail par M. Angold, A Byzantine Government in Exile, Oxford, 1974, su (...)
  • 24 Le dépouillement du cartulaire de la Lembiotissa en témoigne ; cf. M. Angold, A Byzantine Governmen (...)

19A Nicée, et même à la belle époque de Jean Vatatzès que les chroniqueurs décrivent généralement comme opposée au désastre social que sera la remontée aristocratique sous Michel VIII19, c’est pourtant bien l’ancienne élite constantinopolitaine qui domine : sans entrer dans les détails, très confus, des successions impériales à Nicée, il est clair que, aussi bien en 1222, quand le pouvoir passe entre les mains de Vatatzès20, qu’en 1258-59, lors de l’usurpation de Michel Paléologue21, l’état d’esprit « légitimiste » de l’élite nicéenne éclate jusque dans son souci d’affirmer l’appartenance de deux lignées jusque-là non régnantes au cercle restreint des familles de sang impérial22. Rares sont donc, sous le règne de Jean III, les montées sociales, que l’empereur ne semble guère avoir d'ailleurs affectionnées23, en sorte que s’y opposent, très classiquement, une force dominante, qui ne rêve que de reprendre la Ville et de s’y réinstaller, même si elle est bien pourvue en Asie Mineure, et des élites plus provinciales, beaucoup moins urbaines, sises en Anatolie depuis au moins le XIIe siècle, qui peuvent en effet avoir rêvé d’un empire purement micrasiatique, mais qui, en définitive, sont les perdantes après la reprise de la Ville, en 1261. L'essentiel est du reste que, entre ces deux éléments de l’aristocratie, il n’y a aucune véritable différence sociale : anciennement implantées ou pourvues de terres par le pouvoir nicéen, ces élites ont rigoureusement le même comportement, comme le prouvent les abus réprimés par Jean III, et qui sont le fait aussi bien de pronoiaires « provinciaux » que de détenteurs de terres issus de l’élite « constantinopolitaine »24.

20Certes, poussés par les besoins de la reconquête, les souverains nicéens, puis les Paléologues, furent amenés à concéder, à partir du milieu du XIIIe siècle, toute une série de chrysobulles qui, au-delà de l'identité légale accordée aux villes, en faisaient des communautés réellement privilégiées. Mais il serait risqué d’interpréter ces concessions comme le fruit d’une politique destinée à amoindrir le pouvoir archontal au sein de villes désormais globalement privilégiées. Il est clair, bien sûr, que ces privilèges s’appliquaient à la communauté urbaine toute entière, et non au groupe restreint des archontes, puisqu’on stipule dans ces documents que les juifs de la cité jouiront des mêmes privilèges que les kastrènoi. Pourtant, on peut douter que ces privilèges destinés à l’ensemble de la communauté urbaine aient affecté la position des archontes au sein de la cité lorsque l’on considère l’exemple de Monemvasia où le pouvoir était détenu avant 1204 par un tirumvirat de familles archontales, les Eudaimonoiôannis, les Mamônas et les Sophianoi. Sphrantzès rapporte en effet qu’à l’extrême fin du XIVe siècle, la ville était dirigée par le chef de la famille Mamônas qui, une fois de plus, tenait cette position de son père.

***

  • 25 A preuve, son intransigeance à l’égard de Rome atteint désormais la mauvaise foi, en tout cas le re (...)
  • 26 Du reste, s’ils s’y refusent, c’est que cette renaissance est profondément orthodoxe, puisque sa fi (...)

21La question qui, en fait, vaut ici d’être posée est de savoir dans quelle mesure l’élite dirigeante de Nicée, puis celle de l’Empire reconquis, peut être considérée comme une élite urbaine. Paradoxalement, elle l’est sans l’être : toutes les composantes y sont, à Nicée d’abord, à Smyrne ensuite, les deux capitales successives de l’Empire : une aristocratie de gouvernement exactement taillée sur le modèle en vigueur à Constantinople, une Eglise traditionnelle qui, tout comme à Constantinople, est le meilleur rempart de cette aristocratie dont elle procède25. Ajoutons-y des institutions d’enseignement, depuis toujours typiques de la ville, et qui, sous l’impulsion d’un Nicéphore Blemmydès et d’un Maxime Planoudès, posent les bases d’une renaissance qui, à ce titre, devrait plus justement être nommée nicéenne que paléologue puisque ses promoteurs, eux, n’ont jamais voulu revenir vers Constantinople reconquise26.Cependant, tous ces éléments sont comme en instance en Asie Mineure ; ce n’est ni Nicée ni Smyme qui les engendrent, car c’est bien plutôt l’élite venue de Constantinople qui, très provisoirement, façonne ces villes à la mode d’une capitale, quitte à les délaisser du jour au lendemain pour se couler à nouveau dans son milieu naturel, la Ville.

  • 27 Sur l’origine de cette principauté, qui naît à la mort du despote d’Epire Michel II, en 1271, et pa (...)

22La reconquête de celle-ci, en 1261, ne fait donc pas disparaître les tensions internes aux élites, qui s’avivent avec la politique unioniste de Michel VIII : cette politique indique d’ailleurs bien que l’opposition aux Latins n’est pas le propre des aristocraties micrasiatiques puisque, si elle est génératrice de sécessions, celles-ci se situent maintenant surtout en Europe, avec pour cas le plus mémorable la Thessalie, devenue Grande-Vlachie, une province dont l’originalité était aussi ancienne que celle de la Macédoine, et qui trouve maintenant dans le refus de l’Union de Lyon, et sous la direction du César bâtard, Jean Doukas, une façon de se poser officiellement en dissidence27.

  • 28 Le problème de l’Union en reste le meilleur révélateur : après Michel VIII, et avant Jean V, les so (...)

23Cependant, la perte rapide de l’Anatolie ramène vers l’Ouest des éléments « rapatriés » qui garderont longtemps leurs contours et leurs options particulières, et durcissent sans aucun doute le débat, et on peut penser que le reclassement des élites qui s’opère alors lentement peut provenir de la reconversion interne d'éléments repliés à qui l'acquisition de fortunes terriennes n'était guère possible28. Restait le commerce, et particulièrement le grand négoce international, qui implique des liaisons avec les Italiens, sans préjuger nécessairement d'une adhésion à l'Union religieuse. Les familles qui s'affirment unionistes seraient-elles déjà spécialement impliquées dans les réseaux commerciaux occidentaux ? Rien n'est moins sûr, car les nuances s'imposent en la matière. En tout cas, quelle que soit leur orientation, si les élites urbaines se recrutent encore un temps au sein des vieilles familles, elles commencent à s’ouvrir à des nouveaux venus qui, dès avant la fin du XIVe siècle, y deviennent sans doute majoritaires.

24Certes, toutes les villes n'ont pas connu leur époque de prospérité au même moment : celle d’Athènes se situe aux XIe et XIIe siècles, tandis que les cités de l’Asie Mineure occidentale, comme Smyrne, Ephèse, Pergame, ne semblent avoir connu une prospérité comparable que durant une brève période, soit dans la première moitié du XIIIe siècle, cependant que les villes de Macédoine et d’Epire, telles Serrès et Iôannina, la connaissent du milieu du XIIIe au milieu du XIVe siècle. Si donc nous pouvons tenter ici de donner une idée des structures sociales des villes dans les derniers siècles de Byzance, il va de soi que cette structuration n'arrive pas à son terme partout au même moment et même que, dans certains cas, elle peut se révéler très divergente d'une ville à l'autre. Ce qui revient à dire qu’il serait faux d’imaginer des élites urbaines qui, partout dans ce qui reste ou fut l’Empire, seraient exactement superposables à elles-mêmes.

  • 29 Ce terme n’a certainement pas, en ville, une acception sensiblement différente de celle qu’il revêt (...)

25Cependant, si le temps de la prospérité a varié de ville à ville, comme varie, par conséquent, la configuration des élites urbaines, c’est au cours du XIe siècle que se sont déterminées ce que l’on peut considérer comme la forme et la structure caractéristiques de la ville byzantine. C’est aussi l’époque où la différenciation sociale de cette dernière, telle que nous la transmettent les sources contemporaines, tend à s’uniformiser, qu’il s’agisse de grands centres comme Thessalonique, ou d’agglomérations plus modestes du type, par exemple, de Melnik. Au sommet de la pyramide sociale, on trouve les archontes, puis les soldats, puis les oikodespotai, et enfin le peuple (dèmos, laos, ochlos selon les cas). Ces oikodespotai, que l’on pourrait approximativement traduire par les « pères de famille » ou les « maîtres de maison »29, représentent un groupe plus ou moins réductible à la notion de « classe moyenne » (mésoi). Certains d’entre eux s’exerçaient au commerce et aux affaires, d’autres étaient rentiers, possesseurs de propriétés agricoles dans le voisinage de la ville, et de propriétés immobilières dans la ville elle-même. Quelques-uns étaient fort riches, en sorte que, à s’en tenir aux critères de la prospérité matérielle, il était souvent difficile de distinguer un riche mésos du tout-venant des archontes.

  • 30 Miklosich-Müller, Acta Graeca Sacra et Profana, t. 4, p. 285-287.

26Bien qu’il soit difficile de dire si nous sommes en présence d’un cas typique, nous possédons un document significatif : l’inventaire de la propriété archontale d’un certain Goudélis Tyrannos, originaire de Nymphée, daté de mars 1294. Cet archonte possédait des domaines agricoles à l’extérieur de la ville ; à l’intérieur, un grand nombre de maisons dont certaines étaient hypothéquées pour la somme de 420 hyperpères, ainsi que des parts dans une parfumerie. De plus, il était à la tête de quatre ateliers de fabrication de vêtements, d’une boulangerie et d’une échoppe qui lui rapportaient un revenu annuel de 200 hyperpères30. Il tirait donc des ressources considérables de l’activité économique de la ville.

27Cela veut-il dire que cette activité était réellement encouragée par les archontes ? La réponse peut être positive dans la mesure où la ville fournissait un débouché aux productions de leurs domaines ruraux, et le cas de Goudélis inspire l’idée que cette complémentarité des activités archontales est bien un fait de longue durée. Dès l’époque classique, nombre de propriétés archontales fonctionnaient en effet comme des centres de production, ainsi à Thèbes où les archontes semblent avoir directement contribué au développement des manufactures de soie, alors que, à Sparte, si l’on en revient à la vie de Nikôn, c’est apparemment un « nouveau riche », Jean Aratos qui, en opposition ouverte aux archontes proprement dits, n’hésite pas, en véritable chef d’entreprise qu’il est, à faire rentrer nuitamment les juifs dans la ville afin de les remettre au travail dans ses ateliers. Cependant, le cas de figure le plus courant est celui de l’archonte qui, sans avoir à proprement parler d’activité productive, loue des boutiques ou des ateliers à qui veut bien les exploiter. Ce dernier avait donc tout intérêt à soutenir l’activité économique urbaine, mais il n’en reste pas moins qu’il était plus inspiré par ses intérêts de caste que par le souci du bien commun.

28Ce fait se lit singulièrement dans la manière dont les archontes se donnent à voir au sein du tissu urbain, de par leurs demeures aisément identifiables, ordonnées qu’elles sont autour de cours privées (aulai), complexes comportant une résidence familiale ainsi que diverses pièces destinées aux activités de réception et de représentation, tandis que, côté rue, s’alignaient échoppes et ateliers. Cependant, ces demeures archontales n’en restent pas moins au coeur de la cité, même si le terme de kastrènoi, souvent utilisé, a donné à penser à beaucoup d’historiens que ces archontes vivaient retirés du reste de la ville, sur la citadelle.

  • 31 Eudes de Deuil, De via Sancti Sepulchri a Ludovico VII Francorum Rege inita, éd. H. Waquet, Paris, (...)

29Toute ville byzantine se divise en effet en une partie haute, la citadelle, et une ville basse la plupart du temps entourée d’un rempart ; cependant, le mot de kastrènoi ne saurait absolument pas désigner les archontes, mais seulement les habitants du kastron ou forteresse, occupée en fait par le gouverneur et sa suite. Il apparaît donc que les divisions géographiques de l’espace urbain byzantin ne correspondaient nullement à des divisions sociales : le chapelain de Louis VII, Eudes de Deuil, lors du passage de la deuxième croisade à Constantinople, souligne avec indignation que les riches construisent leurs maisons en encorbellement sur les rues étroites de la ville, privant les faibles de lumière et d’aération, ce qui traduit bien l’intime intrication des maisons riches et des demeures pauvres au sein de la ville31.

  • 32 Sur les archontes ecclésiastiques et leurs offices, cf. J. Darrouzès, Recherches sur les Offikia de (...)

30Confiné dans la citadelle, le gouverneur impérial ne jouait pas dans la cité un rôle très significatif : émanation du pouvoir central, rarement en poste pour plus d’un an, il était là pour maintenir l’ordre et la loi et s’assurer que l’impôt rentrât avec régularité. En revanche, de par sa permanence dans son poste, le seul personnage-clef de la ville était l’évêque, entouré de ses archontes ecclésiastiques. Son pouvoir n’avait fait que croître avec la renaissance des cités, car l’organisation notariale était rattachée à l’administration épiscopale, et il avait été plus masqué qu’amoindri par l’essor de l’administration thématique, à partir du VIIIe siècle. On considère généralement que les archontes ecclésiastiques étaient choisis au sein des familles archontales de la ville, mais c’est là un fait difficile à vérifier : il semble plutôt qu’ils formaient un groupe de familles à part entière. Dans certains sièges métropolitains, à Athènes par exemple, les offices de l’administration épiscopale étaient héréditaires, et certaines lignées se les transmettaient, même si l’héritier n’avait pas reçu les ordres. Et la pratique, de plus en plus fréquente, qui consistait à soutirer au basileus des chrysobulles garantissant à ses propriétés privilèges et protection, contribue à faire des archontes ecclésiastiques un groupe bien distinct à l’intérieur de l’élite urbaine32.

***

  • 33 D apparaît, dès 1320, parmi les inspirateurs de la révolte d’Andronic ΙII contre son grand-père, to (...)

31Cependant, à partir du XIVe siècle, les élites les plus traditionnelles, fidèles au complexe Empire-Église, ne peuvent plus entrevoir sa perpétuation que moyennant l’appui turc. A cet égard, les règnes d’Andronic III et de Jean VI Cantacuzène marquent un tournant essentiel : le soutien que les vieilles élites, essentiellement terriennes et administratives, accordent à Cantacuzène, est aussi un des derniers témoignages de leur suprématie, comme le laissent entendre la crise de la régence et une de ses conséquences, la « révolution » zélote, au cours desquelles se distinguent des nouveaux-venus, comme Alexis Apokaukos, dont les origines obscures et les implications avec l’Occident paraissent annoncer un renouvellement radical de l’encadrement social33.

32Mais on peut déjà pressentir que cette classe nouvelle, ouverte économiquement et parfois intellectuellement sur l’Occident, a peu de chances de fournir ses cadres à une société sur laquelle l’influence des aristocraties laïques est de moins en moins forte, tandis que le véritable encadrement est assuré par l’Église, les archontes ecclésiastiques et, sans doute, car l’enquête reste à faire, sur les éléments subsistants de l’élite traditionnelle, ramassée sur les gonika et surtout les pronoiai d’Europe et, par conséquent, désormais largement détachée de ses attaches urbaines traditionnelles, dans le cadre de domaines et de kastra sur lesquels les Turcs imposeront progressivement leur contrôle en général consenti.

  • 34 Bornons-nous ici à rappeler la mauvaise volonté des archontes moréotes devant la politique de recon (...)

33Au total, le XIVe siècle lègue à la période finale de Byzance des élites urbaines presque toutes ramassées sur Constantinople, dont la tonalité générale est unioniste et l’emprise sur le peuple à peu près nulle, tandis qu’une noblesse provinciale et même rurale, celle des archontopouloi grecs et des vlasteličići slaves, qui ne faisait jusque-là que très peu parler d’elle, perpétue en fait les positions socio-politiques de l’ancienne classe urbaine de gouvernement, sous l’égide d’une Eglise qui en est la meilleure héritière : les archontes moréotes, parmi lesquels se mêlent quelques représentants des grandes familles constantinopolitaines comme les Cantacuzènes, et une majorité de nobliaux locaux récemment propulsés sur le devant de la scène, le tout communiant dans une opposition à la capitale qu’exprime si bien Chalkokondylis34, en sont sans doute la meilleure expression.

34Bien d’autres investigations, en cours, restant à mener pour mieux comprendre le passage du système byzantin au monde ottoman, son héritier dans une large mesure, on ne peut que mettre fortement en relief cette persistance d’une élite sociale, souvent remodelée, dont le prestige urbain est toujours resté inséparable de ses attaches terriennes, et dont l’Église orthodoxe, à la veille de la chute des derniers lambeaux d’Empire, est devenue le seul encadrement. C’est là, au moins, une partie de l’héritage qui nous paraît incontestable.

Notes

1 La meilleure synthèse sur ce thème reste E. Kirsten, « Die byzantinische Stadt », dans Berichte zum XI. Internationalen Byzantinisten-Kongress, Munich, 1958, part. p. 21-23.

2 E. Kirsten, art. cit. p. 35-36, et, sur les dénominations diverses de ces archontes, p. 37-38.

3 Il est du reste clairement spécifié que, à Phanari, il y a des « ἄρχОντες μείζονες τε ϰαὶ μιϰροί », Miklosich et Millier, Acta Graeca Sacra et Profana, t. 5, p. 260-261 (acte du despote Michel Gabrielopoulos en faveur de ses habitants, daté de 1342) ; K. P. Kyrris, « The social Status of the archontes of Phanari in Thessaly (1342) », λληνιϰά, 18 (1964), p. 73-78. Et on peut induire une situation semblable à Melnik ; E. Kirsten, art. cit. p. 42-43.

4 Sur les bouleutai, équivalents aux curiales occidentaux, cf. J. Durliat, De la ville antique à la ville byzantine. Le problème des subsistances, Rome, 1990 (Collection de l’Ecole Française de Rome, 136), part. p. 368-378.

5 Il va de soi qu’il y entraîne aussi d’importants bouleversements topographiques, ne serait-ce que par l’érection d’édifices du culte chrétien qui s’ajoutent, plus qu’ils ne se substituent, aux temples païens ; cf. G. Dagron, « Le christianisme dans la ville byzantine », Dumbarton Oaks Papers, 31 (1977).

6 M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance du VIe au XIe siècle, Paris, 1992, p. 256-258, ouvrage où l’on trouvera la bibliographie considérable qui traite de Philarète.

7 Théophane Continué, Bonn, p. 319-321 ; M. Kaplan, Les hommes et la terre, op. cit., part. p. 333-334.

8 Outre l’article de G. Dagron, cité ci-dessus, l’ouvrage de base est ici D. Claude, Die Byzantinische Stadt im VI. Jahrhundert, Munich, 1969.

9 Ce n’est pas un hasard si Philarète marie sa fille à l’héritier du trône, tandis que Danèlis, sous couleur de venir dans la capitale afin d’y être honorée par Léon VI, y recueille en fait seulement pour son fils un titre aulique modeste, celui de prôtospathaire, qui l’intégrera au nouveau système centralisé : un moyen d’acquérir un prestige que ne possédaient pas ces maisons provinciales, dont la puissance reposait sur la seule richesse, mais aussi l'acceptation d’un contrôle renforcé par Constantinople et, à la limite, d’une fusion dans la nouvelle classe dirigeante, un processus qui passe par la renonciation à son ancienne indépendance et à une partie de ses moyens économiques. La famille finit du reste, au début du règne de Léon VI, par léguer tous ses biens à l’Empereur, un geste qui cache en fait une vague de confiscations dont, malheureusement, nous avons trop peu d’exemples. Cf. M. Kaplan, op. cit., p. 334 et 341.

10 Vers la fin du Xe siècle, les archontes de Sparte firent appel à un saint homme du nom de Nikôn, espérant qu’il serait capable de chasser la peste de leur ville ; il arriva et mit le fléau sur le compte des juifs, persuadant les archontes de les chasser de la ville. Et c’est ainsi que cette dernière fut délivrée de l’épidémie. En témoignage de gratitude, les habitants acceptèrent de l’aider à construire une nouvelle église à Sparte, collectant les matériaux de construction sur le terrain vague qui avait été l’agora classique. Les archontes, eux, furent moins enthousiastes à l’idée de bâtir l’église en un lieu qu’ils utilisaient comme terrain de Ιζυϰανίον, sorte de terrain de polo, et qu’ils considéraient comme leur appartenant en propre. Mais la mort brutale d’un important citoyen de la ville qui, lui, s’opposait au projet parce qu’il impliquait l’expulsion des juifs qui fournissaient l’essentiel de la main-d’œuvre à ses ateliers de tissage, fit une telle impression sur les archontes qu’ils finirent par obtempérer. Ils accordèrent donc à Nikôn la terre qu’il réclamait, y ajoutant le versement du salaire des maçons. Deux d’entre eux firent même don d’une colonne antique, Vie de Nikôn le Métanoïte, BHG 1366, c. 33, p. 112-114.

11 Il s’agit en fait d’une famille attestée dès le VIIIe siècle, mais en tant que famille moyenne ; M. Kaplan, Les hommes et la terre, op. cit., p. 327. Pour l’épisode Spartiate, Testament de Nikôn le Métanoïte, dans S. Lampros, « 'Ο Βοίος Νίϰωνος τοῦ Μετανοίτε », Νέος λληννομνήμων, 3 (1906), ρ. 226.

12 Psellos, Chronographie, Constantin IX, XCIX, éd. Renauld, t. II, p. 14.

13 H. Ahrweiler, « La Frontière et les Frontières de Byzance en Orient », dans Actes du XIVe Congrès international des Etudes Byzantines, Bucarest, 1971, t. 1, p. 16. Ce fait témoigne d’une mutation mentale grave, puisqu’un tel particulatisme révèle, chez un représentant éminent du cercle constantinopolitain le plus étroit, celui de l’ancienne famille régnante, un certain oubli de l’unité impériale qui aurait pu mener à un Empire désormais fait de l’addition d’unités territoriales autonomes, en attendant sa dissolution en principautés indépendantes.

14 Citons ce Gabras, que le sultan avait chargé d’honneurs et envoyé même en ambassade auprès de Manuel Comnène après la défaite de Myrioképhalon, probablement l’ancêtre d’un autre Gabras qui, dans les années 1220, est représentant du sultan de Rûm auprès de Frédéric II lors des tractations de paix entre Venise et Konya, Nicétas, p. 245. Sp. Vryonis, The Decline of Medieval Hellenism in Asia Minor and the Progress of Islamization from the Eleventh through the Fifteenth Century, Berkeley-Los Angeles, 1971, p. 124, auquel on se reportera pour l’étude détaillée de ces phénomènes d’acculturation. M.E. Martin, « The Venetian-Seljuk Treaty of 1220 », English Historical Review, 95 (1980), p. 322, n. 5. B.G. Spiridonakis, Grecs, Occidentaux et Turcs de 1054 à 1453 : quatre siècles d’histoire des relations internationales, Thessalonique, 1990 (Institute for Balkan Studies, 239), p. 197.

15 Malgré ce qu’en dit J.-C. Cheynet, « Philadelphie, un quart de siècle de dissidence, 1182-1206 », dans Philadelphie et autres Études, Paris, 1984, p. 46-47, il nous paraît peu douteux qu’il ait occupé cette fonction en 1188.

16 Nicétas, van Dieten, p. 400 ; J.-C. Cheynet, art. cit. p. 53. Sur ce personnage, voir aussi A. Ducellier, Chrétiens d’Orient et Islam au Moyen Age, VIIe-XVe siècle, Paris, 1996, p. 263-264 et 273.

17 J.-C. Cheynet, « Philadelphie », art. cit., 45-51, où l’on trouvera toutes les sources relatives à la révolte de Mangaphas. Dans le même temps, d’autres révoltés comme Manuel Maurozomis et Sabas Asidénos, l’un dans la haute, l’autre dans la basse vallée du Méandre, s’émancipent eux aussi, avec l’aide des Turcs, et résistent aussi longtemps que Mangaphas, jusqu’aux années 1205-1206 ; J.-Cl Cheynet, art. cit., p. 49-50. Au XIIIe siècle, citons encore les frères Basilikos, originaires de Rhodes, couverts d’or par le sultan, mais qui revinrent pourtant se soumettre à Michel VHI à la suite de l’attaque mongole sur l’Anatolie et lui demeurèrent désormais parfaitement fidèles ; Pachymère, Michel Paléologue, II, 24, I, p. 129-130.

18 Léon Sgouros est le Lasgur dont Villehardouin nous montre la résistance à Boniface de Montferrat, qui l’assiège dans Corinthe à l’automne de 1204, alors que Michel, fils du sébastokratôr Jean et noble de cour, accompagne Boniface, quitte à s’enfuir peu après vers Arta, Villehardouin, La Conquête de Constantinople, éd. E. Faral, Paris, 1961, t. 2, § 301, p. 108-110.

19 C’est l’interprétation qu’adopte encore H. Ahrweiler, « L’expérience nicéenne », Dumbarton Oaks Papers, 29 (1975), part. p. 38.

20 Sur la volonté de « légitimer » la famille Vatatzès, assez obscure avant 1204, cf J. Langdon, John III Ducas Vatazès. Byzantine Imperium in Anatolian Exile, 1222-1254, MichiganLos Angeles, 1978, t. 1, p. 20-43 et part. p. 41-42, et les réflexions intéressantes de Cl. GyDupont, Jean III Vatatzès et l’Empire de Nicée, 1222-1254. Byzance ou l’impossible Renovatio Imperii, thèse d’État, Poitiers, 1996, p. 48 s.

21 J.F. Vannier, Les premiers Paléologues, Paris, 1986 (Etudes Prosopographiques, Byzantina Sorbonensia, 5), p. 170 s. ; J.-C. Cheynet, Pouvoir et contestation à Byzance (963-1210), Paris, 1990, p. 443 ; C. Gy-Dupont, op. cit., p. 51.

22 En fait, malgré réticences et parti-pris, les sources de l’époque, Georges Akropolitès, Nicéphore Blemmydès et, plus tard, Pachymère, louent surtout l’empereur pour avoir su user de prudence avec les cadres traditionnels, et c’est plus à ce conservatisme qu’à une hypothétique « politique consensuelle » qu’il faut attribuer l’impression générale de « paix sociale » qu’elles nous transmettent au sujet du règne de Jean IIΙ. C. Gy-Dupont, op. cit., p. 252-253, avec les références aux sources. Sous Vatatzès, malgré les apparences, la stabilité des élites est remarquable, jusque dans leurs deux tendances divergentes : rien ne permet en effet d’affirmer que, à cette époque, et jusqu’à la fin du règne de Théodore II, l’aristocratie ait été mise à l’écart pour ne redresser la tête qu’à partir de 1254 et, surtout, après 1258.

23 La chose a été démontrée en détail par M. Angold, A Byzantine Government in Exile, Oxford, 1974, surtout p. 154-155 et 294-295, exception faite de l’extrême fin du règne et de celui de Théodore II qui, précisément, tombent sous le coup de la critique des sources, toutes favorables à l’aristocratie traditionnelle.

24 Le dépouillement du cartulaire de la Lembiotissa en témoigne ; cf. M. Angold, A Byzantine Government, op. cit., p. 234-236 et 251, en opposition avec P. Gounaridis, Pratique politique et Discours politique dans l’Etat de Nicée (1204-1261), Thèse de 3e cycle, Paris, 1985, p. 211 et 228 ; cf C. Gy-Dupont, Jean III Vatatzès, op. cit., p. 254-255.

25 A preuve, son intransigeance à l’égard de Rome atteint désormais la mauvaise foi, en tout cas le refus déterminé de tout vrai dialogue, comme le prouve la Disputatio tenue à Nicée et à Nymphaeon en 1233-1234 avec les Frères Mineurs, M. Roncaglia, Les Frères Mineurs et l’Eglise Grecque orthodoxe au XIIIe siècle, Le Caire, 1954, p. 29s ; C. Gy-Dupont, Jean III Vatatzès, op. cit., p. 172 s.

26 Du reste, s’ils s’y refusent, c’est que cette renaissance est profondément orthodoxe, puisque sa figure la plus marquante est celle de Blemmydès, l’adversaire le plus acharné des Latins en 1233.

27 Sur l’origine de cette principauté, qui naît à la mort du despote d’Epire Michel II, en 1271, et passe à son bâtard Jean, cf. D.J. Geanakoplos, Emperor Michael Palaeologus and the West, Cambridge (Mass.), 1959, p. 231-232. Sur sa dissidence après 1274, Id., op. cit., p. 281 s.

28 Le problème de l’Union en reste le meilleur révélateur : après Michel VIII, et avant Jean V, les souverains, contestés et entraînés dans deux guerres civiles tandis que se précise la conquête turque, se posent de plus en plus en empereurs très orthodoxes, hostiles à Rome et favorables aux formes les plus spécifiques du christianisme oriental, comme la mystique hésychaste ; il en résulte un rôle accru de l’Eglise qui, elle aussi, semble bien avoir rapporté d’Asie une attitude plus intransigeante envers les tentations unionistes du pouvoir et qui a tendance, dès le début du XIVe siècle, à se faire protectrice de l’autorité impériale, dans l’intérêt bien compris de la foi orthodoxe.

29 Ce terme n’a certainement pas, en ville, une acception sensiblement différente de celle qu’il revêt dans les campagnes ; M. Kaplan, L’homme et la terre à Byzance, op. cit., part. p. 223 - 226.

30 Miklosich-Müller, Acta Graeca Sacra et Profana, t. 4, p. 285-287.

31 Eudes de Deuil, De via Sancti Sepulchri a Ludovico VII Francorum Rege inita, éd. H. Waquet, Paris, 1949 (Documents relatifs à l’histoire des Croisades), p. 53-54.

32 Sur les archontes ecclésiastiques et leurs offices, cf. J. Darrouzès, Recherches sur les Offikia de l’Église byzantine, Paris, 1970.

33 D apparaît, dès 1320, parmi les inspirateurs de la révolte d’Andronic ΙII contre son grand-père, tous nobles d’autre part comme Jean Cantacuzène et Théodore Synadénos ; selon Cantacuzène, il aurait fait fortune grâce à des malversations dans la perception des taxes sur les salines impériales, un emploi que Cantacuzène considère comme vil, avant de devenir caissier de l’Empereur ; cf. K. Matschke, Bemerkungen zum spätbyzantinischen Salzmonopol, Berlin, AkademieVerlag, 1973 (Studia Byzantina, 2), p. 37-60, et K.P. KYRRIS, Τò Βυζάντιον ϰατ Τòν ΙΔ ιῶνα, Nicosie, 1982, p. 22-23.

34 Bornons-nous ici à rappeler la mauvaise volonté des archontes moréotes devant la politique de reconstruction de l’Hexamilion promue par Manuel II qui, on le sait, doit les ramener de force vers Constantinople dont, du reste, ils s’enfuient presque aussitôt pour regagner la Morée ; Chalkokondylis, Explications historiques, L. IV, éd. Darko, Budapest, 1922-1926, t. 1, p. 172-173 et 202-203.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.