Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les élites urbaines : aperçus problématiques (France, Angleterre, Italie)

Élisabeth Crouzet-Pavan

Texte intégral

1Dans une société urbaine divisée en un agrégat de corps et parcourue de solidarités complexes, que représentent les élites ? Elles paraissent former un groupe, ou plutôt des groupes supplémentaires, ajoutant à la complexité d'un tissu social organisé en ensembles et sous-ensembles divers. Elles semblent susciter une catégorie de plus pour une analyse sociologique prompte à traquer réseaux, communautés et associations, attentive à définir et à nommer toutes les coalescences sociales. Or, de suite, ces constatations fort banales appellent, il faut le remarquer, des questions qui ne le sont pas moins. Ce terme d'« élites » qualifie-t-il un véritable groupe, historiquement conscient de lui-même, reconnu et distingué par l'ensemble de la communauté à laquelle il appartient ? Ou bien, cette appellation, commode parce que très générique, ne constitue-t-elle qu'un instrument de mesure pour l'historien, qu'un de ces paramètres artificiels qui aident à la reconstitution plus ou moins aléatoire de ce qui fut une société, voire un des outils obligés reflétant plus des critères historicistes de représentations que ceux d'un passé dans lequel la sanior pars se pensait comme l'expression même, hors d'une véritable discontinuité, de la totalité du corps social ? Ou encore, troisième interrogation et dernière possibilité, y aurait-il coïncidence absolue entre la réalité et son identification, intersection parfaite entre l'objet et sa représentation ? Pour séduisante que soit cette hypothèse, elle doit être immédiatement écartée, pour de simples raisons sémantiques. Les usages nombreux du vocable « élites », les connotations multiples et disparates qui sont les siennes conduisent, en effet, à douter de la fermeté même du concept et de son caractère opératoire. Sans l'ajout d'un déterminant, le mot, vague déjà, gagne encore en imprécision. Et même doté, comme dans le cadre problématique de la présente rencontre, d'un premier déterminant qui le rapporte à la ville, il demeure opaque puisqu'il peut, partout et sans spécification chronologique, nommer autant de minorités qui sont identifiées en position de supériorité sociale, économique, politique, voire culturelle.

2Une fois cette série de questions posées, je m'attacherai à traiter de plusieurs points qui me paraissent essentiels mais qui n'entendent absolument pas appréhender l'ensemble des problèmes que le concept d'élite urbaine peut poser aux médiévistes. Dans une première partie, je tenterai de distinguer les modes d'approche historiographique des élites et de décrire comment, au sein même de ces modes d'approches, l'attention des historiens français s'est comme majoritairement fixée sur un phénomène central : il s'agit de la structure d'analyse qui a concentré l'attention sur les processus de formation et de renouvellement des élites urbaines et qui a semblé mettre au jour une autonomie de la situation française dans l'Europe urbaine. Ensuite, dans une seconde partie, je m'efforcerai de proposer quelques corrélations permettant de désenclaver voire de déspécifier le cas français en le mettant en parallèle avec des modèles d'analyse concernant des situations urbaines autres. Je voudrai indiquer qu'au sein d'univers sociaux, économiques, politiques et culturels différenciés, éloignés spatialement aussi, les systèmes de distinction des élites urbaines sont bien souvent moins sujets à l'écart qu’on a tendance à le penser. C'est-à-dire que je justifierai indirectement ce qui est l'objet du présent colloque, la nécessité d'une histoire globalisante et comparée.

  • 1 La place manquant ici pour signaler les principaux ouvrages théoriques qui ont contribué à la défi (...)
  • 2 L'introduction de l'ouvrage de P. Burke, Venise et Amsterdam. Etude des élites urbaines au XVIIe s (...)
  • 3 On renverra ici à l'excellente mise au point de M. Vallerani, « La città e le sue istituzioni. Cet (...)

3Premier temps donc dans cette communication. Il faut ici retracer brièvement comment une histoire des élites urbaines s'est imposée aux médiévistes. C'est parce que tout un vocabulaire, longtemps usuel et axé sur l'antagonisme classes dominantes-classes dominées, a été chassé du champ de l’analyse sociale pour avoir provoqué abondance de polémiques et de débats idéologiques, que le mot d’élites, pourtant ambigu et lourd de significations, a commencé sa carrière, importé par les historiens à moindres frais conceptuels des théories et des traités de sociologie générale1. Je n'en retracerai pas le cheminement et les progrès somme toute rapides dans l'historiographie récente2. Et je ne commenterai que très rapidement les diversités, voire les quasi-dichotomies qui s'observent selon les écoles historiques. Ainsi les médiévistes italiens, tôt et largement, ont-ils appliqué la théorie des élites, et sans doute pas seulement parce que ses principaux concepteurs étaient italiens3. L'usage du mot même ne s'est pas en revanche imposé puisqu'ici triomphe plutôt l'expression de « ceto diligente ». Dans tous les cas, je relèverai donc simplement que la diffusion et la fortune soit de la théorie soit du vocable sont prouvées par l'existence même de ce colloque et ses exigences implicites de bilan. Et, en lui-même, le programme de cette rencontre, tel qu'il s'est peu à peu et spontanément élaboré, traduit bien l'état des travaux et surtout des approches. Historiographiquement, ce sont deux grandes modalités d'analyse qui peuvent être isolées.

  • 4 R. Favreau, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Age. Une capitale régionale, 2 vol., Poitiers, (...)

4L'analyse que j'appellerai empirique domine tout d'abord. Elle consiste à individualiser une strate de population, c'est-à-dire un ensemble d’agents susceptibles d'être soumis à des partitions réelles, grâce à différents critères de nature économique, politique, symbolique... Ce sont les grands travaux qui se sont intéressés aux contribuables les plus imposés de Poitiers (R. Favreau), aux plus notables bourgeois de Senlis et de Compïègne (B. Guenée) ou aux cent premières familles des patriciats lyonnais (G. de Valous) et rémois (P. Desportes)4. Pour autant, il peut sembler que cette strate de population n'en demeure pas moins relativement insaisissable, et que ses contours s'avèrent parfois fluctuants ; peut-être parce que les différents critères retenus, même définis et croisés avec soin, ne permettent en définitive, en l'état des sources et du fait de la relative complexité des sociétés anciennes, que de bien connaître un échantillon restreint, ou que quelques individus ou lignages phares au sein de la couche dominante.

5Et puis surtout, force est d'admettre qu'à trop être multipliés les déterminants que l'on accole au terme « élites » finissent par brouiller plutôt qu’éclaircir la lecture sociale. Dans le cadre urbain, puisqu'ici au moins notre population se meut dans un lieu prédéfini, dans une catégorie spatiale unique à défaut d'être uniforme, il faut dire que l'axe de problématisation porte avant tout sur ce que sont et ce que font les élites. Il semble que, dans la plupart des analyses de cas, elles sont en situation de domination politique, économique et culturelle. Mais avant que d'en arriver à la distinction de cette position de supériorité que décèle ou qu'élabore l'historien, laquelle de ces situations faut-il d'abord valoriser ? D'où la domination résulte-t-elle ? Comment est-elle manifestée, exercée, maintenue ? Les réponses varient selon les temps et les lieux ; en outre, il arrive souvent, principalement pour les époques les plus anciennes, que ce groupe des élites, des dominants, surgisse dans l'analyse déjà cristallisé, sans que l'on puisse vraiment établir les mécanismes de sa constitution, sans que l'on sache précisément ce qui a fondé et continue à fonder sa supériorité et ses privilèges. Dans tous les cas, et même lorsque les dossiers documentaires autorisent des reconstitutions plus précises, un risque demeure : celui de se tromper de critères, de paramètres et donc d'élites, celui de disséquer et d'étiqueter les couches ou les groupes à l'aide d'un système de valeurs, d'une taxinomie peut-être anachronique, inadéquate.

6On pourra objecter qu'un tel risque est inhérent à toute analyse sociale. Disons simplement qu'il s'amenuise un peu lorsqu'on s'attaque aux ensembles homogènes, aux corps constitués, aux communautés soudées, dotées d'un nom, d'une personnalité, d'un statut, et surtout d’une reconnaissance identitaire collective : aristocratie consulaire ou lignages de podestats, officiers de finances ou gens de loi, chanoines ou évêques, pour évoquer quelques exemples volontairement hétéroclites. Mais répétons qu'il menace particulièrement qui entend saisir cette « crème » sociale des notables, des élites, la mince frange de tous ceux qui n'étaient pas la « masse », si ce dernier terme peut avoir un sens.

7Dès lors, le deuxième type d'analyse, minoritaire dans cette rencontre, affiche sa légitimité. Face au goût pour les trajectoires exemplaires et les brillants itinéraires individuels, c'est une étude statistique que l'on a pu choisir de déployer. Ce sont les grands travaux de F. Autrand, d’H. Millet, ou encore les contributions réunies dans le cadre de la réflexion impulsée par J.-Ph. Genet sur la Genèse de l’Etat moderne. L'ambition est alors d'atteindre à une véritable sociologie historique qui définit les conditions d’appartenance au groupe, qui en module la hiérarchie et en esquisse la dynamique. De la sorte peut être mise au jour une typologie et un dictionnaire est constitué au sein duquel le singulier n'a de sens que parce qu'il est constamment corrélé au multiple, à l'ensemble de la « population » prise en compte.

  • 5 Voir pour un bilan intéressant de ces études prosopographiques : N. Bulst, J.-P. Genet (sous la di (...)
  • 6 On rappelera simplement que l'histoire ancienne a été un des premiers domaines d'application de ce (...)
  • 7 L'auteur explique la méthode suivie, c'est à dire comment, à partir de l'analyse systématique d'un (...)

8Même si les voies sont nombreuses pour les amateurs de prosopographie5, celle qui mène à la minorité dominante a été de loin la plus fréquentée6. Un temps réservée aux siècles des informations nombreuses, des listes continues et des fichiers plus aisément constitués, l'étude prosopographique des élites a beaucoup progressé ces dernières années pour les siècles médiévaux, assurément stimulée par l'intérêt pour l'histoire de l'Etat et la volonté de mieux connaître sa nature, ses rouages et ses structures. Ont été ainsi inventoriées diverses fractions de la couche urbaine dominante, de l'ensemble de ces hommes qui, un temps, et dans un milieu donné, captèrent la puissance, l'autorité, le savoir et qui élaborèrent signes et manifestations de leur position de prestige et de supériorité. Mais priorité a été bien sûr donnée dans ces enquêtes à la définition d'une image sociale des élites administratives, c'est-à-dire à une histoire sociale du pouvoir politique : « l'histoire de l'Etat s'est faite en France histoire sociale », écrit F. Autrand dans son introduction à ce qui constitue l'étude de la formation du premier grand corps de l'Etat7. Le groupe est, grâce à cette méthode, cerné, ses membres identifiés, connus de leur naissance à leur mort, dans leur carrière comme dans leurs alliances et amitiés, dans leur fortune comme dans leurs sentiments religieux. La variété des informations susceptibles d'être rassemblées forme, dans cette perspective, comme une attestation de la pertinence de la méthode adoptée.

9Reste que cette approche quantitative ne résoud pas toutes les difficultés et n'épuise pas toutes les questions. La collection d'individus et de personnalités ainsi sélectionnée ne tend au total à former qu'un portrait de groupe simplement plus exhaustif que ceux qu'une méthode plus empirique pouvait assembler. L'image renvoyée n'en demeure pas moins, comme dans tout portrait, un peu fixe. C'est du moins la restriction que l'on peut avancer. En effet, le principe même d'une découpe horizontale de la société, même si peuvent être toujours aisément distinguées des communautés d'intérêts, se heurte aux réalités de sociétés dans lesquelles les liants fonctionnaient également et peut-être prioritairement verticalement, dans lesquelles encore les positionnements de domination ne passaient pas que par la simple logique des fonctions, des patrimoines ou des savoirs. L'étude des élites exige que l'on scrute la vie de ce groupe selon la grille de l'interaction des facteurs économiques, politiques et culturels. Mais l'histoire des interactions, du système des relations que ces élites entretenaient avec le reste du corps social, est moins aisément abordée par cette grille prosopographique, comme si la fameuse logique de la domination suffisait, à elle seule, à épuiser le sujet.

10Sans doute alors est-ce pour à obvier ce risque d'une pétrification de la société en catégories stables et prédéterminées que les historiens des sociétés urbaines, massivement, se sont intéressés au problème de la formation et de la circulation des élites. Et c'est au traitement de ce thème que je consacrerai maintenant, dans un second temps de cette première partie, une brève série de remarques.

  • 8 J. Le Goff, « L'apogée de la France urbaine médiévale », dans G. Duby (sous la direction de), Hist (...)
  • 9 P. Desportes, op. cit., p. 132 ; P. Dollinger, « Patriciat noble et patriciat bourgeois de Strasbo (...)

11Le modèle historiographique français, tel qu'il a été établi par une série de grandes monographies, est exemplaire d'une telle méthode d'analyse. On y voit d'abord une nouvelle société urbaine se mettre en place au temps de l'essor ininterrompu des villes, puis achever de se constituer durant l'apogée urbain. Et le constat historique suivant a été proposé : bien que la ville médiévale naisse et se développe au sein du système féodal, les segmentations qui sont les siennes ne sont pas celles de la société féodale8. La ville médiévale est patricienne, disait Max Weber. Toute une série de travaux ne disent pas autre chose en définissant une élite de l’argent et de l'influence. Car qu'est-ce que le patriciat ? « Un amalgame entre vieux lignages ministériaux et enrichis de plus ou moins fraîche date », « l'ensemble des lignages qui, par leur richesse mobilière et foncière, dominent la cité »9. Ces familles, ou au moins l'élite d’entre elles, tiennent le pouvoir. Mais il faut le noter, avant même que soit examiné comment, politiquement, ces dominants dominent, c'est à leur puissance économique que les analyses sont prioritairement réservées. Toutes les lignées du patriciat en effet n'ont pas également accès aux organes dirigeants de la cité. La charge politique apporte un surcroît de notabilité et sanctionne l'intégration au plus honorable du cercle oligarchique. Mais, d'abord, compte la richesse.

  • 10 On peut ainsi citer les pages que R. Fétier consacre à l'oligarchie bisontine, aux composantes de (...)
  • 11 Il faut ici rappeler l’étape historiographique qu'a représenté l'ouvrage de J. Lestocquoy, Les vil (...)
  • 12 Pour des études classiques sur les grands marchands : P. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse (...)
  • 13 G. Espinas, Les origines du capitalisme, 2 vol., Lille, 1933-1936 ; A. Derville, Saint-Omer. Des o (...)
  • 14 Ainsi les Louve, à partir de Jean II, se lancent-ils dans les entreprises financières ; Colignon L (...)

12D'une communauté à l'autre, de Poitiers (R. Favreau) à Besançon (R. Fétier), on calcule donc quel mince pourcentage de contribuables accapare la majeure part de la richesse10. Et dans les villes engagées dans le grand commerce et l'industrie, les possibilités de l'enrichissement peuvent être considérables11. Ainsi le sont-elles à Toulouse (Ph. Wolff) et à Douai, à Strasbourg (Ph. Dollinger) et à Metz (J. Schneider)12... D'une ville à l'autre, voilà que certains secteurs économiques principaux déterminent les activités principales des lignages dominants. A Amiens ou à Strasbourg, les patriciens sont hommes d'affaires, ils monopolisent le commerce des produits tinctoriaux ou la navigation sur le Rhin ; à Douai ou à Saint Orner, ils se font entrepreneurs de l'industrie textile13 ; ailleurs, les grosses fortunes proviennent plutôt de la spéculation et de l'usure. Mais, d'une ville à l'autre, tous les patriciens participent au commerce des produits alimentaires, des grains, du vin, tous sont engagés dans de fructueuses opérations financières : prêts à intérêt, usure, achats de rentes...14. Tous ont acquis des biens immobiliers et fonciers : belles maisons, granges de bonnes dimensions, hectares de terre arable dans le territoire de la ville...

  • 15 P. Desportes, op. cit., p. 277.

13« Le devant de la scène se modifie à chaque génération »15. Ascensions et déclins tendent à recomposer la liste des notables. Certains lignages se poussent au premier rang de la fortune et de la notabilité, d'autres voient doucement, en même temps que leur patrimoine, leur influence se réduire, leur crédit se rétracter, leurs alliances devenir moins flatteuses ; la mort, sociale, avant que d'être biologique, les guette. Dans chaque communauté, l'étude saisit ces mouvements qui rythment la vie d’un groupe social. Le patriciat n'est, nulle part, identifiable comme fermé. Mais partout, il dure, partout, il profite de l'embellie économique, partout, il s'établit solidement dans l'espace de la ville et, globalement, résiste au temps.

  • 16 On renverra ici aux deux synthèses de J. Rossiaud, « Crises et consolidation. 1350-1530 », dans Hi (...)

14Et puis, en quelques décennies, de la Peste noire aux années 1380, le paysage social des dominants est soudainement redessiné. Ce processus d'anaclase a été parfaitement analysé16. Quoique la mortalité soit différentielle, les épidémies à répétition frappent aussi les riches : les maisons se vident, les familles sont emportées, les continuités défaites. Ici hécatombe, ailleurs extinction plus lente, la tourmente est attestée à Reims, à Toulouse ou à Périgueux... La ville est devenue cimetière pour sa « ploutocratie patricienne ». La peste n'explique toutefois pas tout. Les rôles fiscaux montrent la débâcle des patrimoines : l'argent se déprécie, le commerce stagne, les maisons et les terres ne se louent plus, les rentes s'effondrent... Dans l'espace social ainsi libéré, quand commence le dernier tiers du XIVe siècle, quelques individus vont se précipiter. Ils acquièrent la richesse, l'influence et la culture ; ils s'établissent et, à leur tour, fondent des lignages.

  • 17 Selon R. Fédou, la classe de robe naît entre 1370 et 1450, décennies durant lesquelles de véritabl (...)
  • 18 Pour une étude de la composition sociale de la classe consulaire qui montre l'importance des homme (...)
  • 19 Il faut faire justice à de nécessaires nuances régionales. Ainsi, dans les villes du duché de Bret (...)

15Ainsi a-t-il été démontré qu'une élite nouvelle est en voie de cristallisation dans les villes françaises. Quelques voies s'ouvrent largement pour ces aventuriers de la promotion sociale. La réussite sourit aux hommes de loi. Venus des campagnes ou des bourgades proches, gradués en droit et notaires s'installent à Lyon, à Compiègne et à Senlis17. Mais la réussite sourit aussi aux gens de finance. Et tous ces parvenus, devenus bien vite honorables, alliés aux familles de marchands – quoique l'honorabilité des marchands inexorablement décline dans la hiérarchie des valeurs et des représentations – dominent ensemble la ville. Chacun aura identifié dans cette synthèse, presque caricaturale à force d'être rapide, une poussière de destins individuels, ceux d'hommes et de familles de Lyon, de Tours, ou, avec davantage de difficultés et bien plus de modestie, de Saint-Flour18 ; mais on aura surtout reconnu des mutations sociales générales, présentes, même si leur ampleur et leur chronologie diffèrent, dans les villes de Bretagne comme dans celles du bailliage de Senlis19.

  • 20 Pour l'étude exemplaire d’une ascension sociale familiale ou comment des descendants d'apothicaire (...)
  • 21 B. Chevalier, Les bonnes villes, op. cit. ; M. Couturier, Recherches sur les structures sociales d (...)

16Voilà donc dans les premières décennies du XVe siècle les nouvelles élites urbaines françaises constituées. Et elles font à l'historien des villes un assez long usage historique puisque, grossies des habituels hommes nouveaux20, elles sont à l'œuvre, socialement et politiquement, tout au long du premier XVIe siècle, au temps des rapports présumés, excessivement sans doute, harmonieux entre le roi et ses bonnes villes21. Alors, que déduire des mécanismes français de la circulation des élites ? A mon sens, deux remarques au moins.

17D'abord, il est à noter qu'effacement et renouvellement des lignages dominants procèdent en apparence ici sans crises majeures, je veux dire sans déchirures ou conflits violents. Certes, peut-il être objecté, dans ces villes françaises, les chocs semblent venir de l'extérieur : la mort, la guerre, les troubles, la dépression affaiblissent puis démantèlent des lignages, dont certains déjà peut être étaient en déclin, dont d'autres, à l'image des Ysalguier de Toulouse, aspiraient à quitter la ville et son genre de vie. Il est en outre avéré que l'ancienne élite patricienne ne mourut pas sans sursauts. Beaucoup des « gros », des « gras » bataillèrent pour garder jusqu'au bout leur place, pour conserver leur rang. Enfin, bien sûr, les études s'attachent à signaler les hiérarchies qui ordonnent au XVe siècle, au sein du nouveau monde des dominants, les familles selon leur état et leur honneur.

  • 22 E. Maugis, Recherches sur les transformations du régime politique et social de la ville d'Amiens, (...)
  • 23 Cette particularité des analyses historiographiques françaises a été également soulignée par B. Ch (...)

18Pourtant, si l'on excepte l'exemple historiographique d'Amiens où les oppositions entre officiers et gens de justice d'une part, vieilles familles marchandes de l'autre, ont été minutieusement reconstituées22, c'est ordinairement plutôt l'unanimité, l'accord au sein du groupe dirigeant qui sont valorisés comme si le partage du pouvoir politique et économique pouvait s'exercer sans engendrer clivages et surtout violence23. Que le terme d'élites vienne recouvrir celui de « patriciat » ou qu'il remplace le mot « oligarchie », plus usuel pour qui s'intéresse à la classe dirigeante du XVe siècle, toujours il paraît nommer un groupe relativement homogène et uni.

19Quant à ma deuxième remarque, elle concerne précisément les rapports de ces élites à la sphère du politique.

  • 24 P. Wolff, « Communes, libertés, franchises urbaines ; le problème des origines : le cas des consul (...)

20Au temps du patriciat, les premières des lignées avaient mis la main sur les fonctions échevinales ou consulaires. Mais, ainsi qu'il a été noté, la richesse, la position économique servaient primordialement à cerner les contours du groupe dominant. Car, et le fait me paraît essentiel à souligner, ce groupe était loin de détenir un monopole du pouvoir. En premier lieu, le pouvoir municipal était souvent encore en voie de définition et d'affermissement. Plus ponctuellement aussi, d'autres que les « riches hommes » purent accéder aux charges dirigeantes. Dans les villes du Midi languedocien par exemple, l’autorité fut un temps partagée entre les plus riches des « citoyens » et une noblesse urbaine, les chevaliers de Nîmes ou de Narbonne24.

21Au temps de l'oligarchie, les valeurs fondatrices s'inversent : désormais, c'est le contrôle du pouvoir municipal qui définit la plus ou moins grande honorabilité. Distinguant les familles et les hommes les plus notables, il crée, au sein de l'élite, une élite...

22A ce point de l'exposé, une conclusion provisoire s'impose. Cette incursion dans l'histoire et l'historiographie des sociétés urbaines françaises n'a en rien réduit les flottements sémantiques du vocable « élites », bien au contraire, puisqu’elle a fait successivement apparaître une ploutocratie patricienne, puis une oligarchie de notables, des dominants de l’argent avant des dominants du pouvoir et de la culture, même si l'assise économique de ces derniers était plus que solide. Le schématisme de la reconstitution a, de surcroît, contraint à laisser de côté toute une série d'interrogations annexes sur les liens de cette catégorie aux autres catégories sociales et juridiques, telles la bourgeoisie ou la noblesse. Mais les envisager ne ferait qu'accroître la complexité ainsi que le prouve un unique exemple. Les élites urbaines françaises ne sont pas nobles, est-il généralement écrit. Certes ; mais elles tendent à l'anoblissement, au XIIIe comme au XVe siècle ; mais, dans les parages de Metz comme dans les villes bretonnes, on découvre des gentilshommes de ville...

23D'approximations en incertitudes, on comprend pourquoi l'emploi des termes du temps est encore préférable à tous les autres. Que sont les élites dans la France des bonnes villes ? « La plus grant, la plus saine et meilleure partie des bourgeoys », la sanior pars. De telles expressions ne percent assurément pas l'opacité de la formation sociale ; mais elles rendent au moins compte de l'élection qui, dans la ville française, touche quelques-uns : les premiers, les meilleurs...

24L'analyse du cas français peut en conséquence, à mon sens, conduire à formuler une nouvelle série d'observations qui viennent en guise de seconde partie de cette communication. En élargissant le cadre spatial de la réflexion, elles visent à préciser, plus encore peut-être que l'apparente diversité des situations, celle, plus féconde, des méthodes de définition. Deux axes seront ici successivement envisagés : premièrement, il me semble qu'une lecture plus résolument politique, faite par les historiens italiens et anglo-saxons, peut modifier quelque peu la perspective française dominante, qui passe par la primauté donnée au mécanisme para-biologique de construction et de déconstruction des élites urbaines. Deuxièmement, je m'interrogerai sur le mouvement historique de distinction française d'une élite administrative urbaine, partie-prenante d'un Etat que P. Chaunu a appelé « Etat de justice » et « de finance » et je le mettrai étroitement en relation avec les situations flamande et italienne.

25Premier point donc. Quoiqu'à ma connaissance, cette notion n'ait pas été appliquée par l'historiographie française, c'est en termes de « life-cycle » que l'histoire de la circulation des élites urbaines françaises, telle au moins que la recherche l'a établie, semble devoir être lue. Ailleurs, et même si les cycles constituent un facteur général et pertinent d'explication, la lutte pour le contrôle du pouvoir urbain paraît donner davantage sens à ce processus de renouvellement naturel, quasi biologique, qui ferait surgir des élites des couches inférieures de la société tandis que d'autres, tout aussi inexorablement, seraient condamnées à la disparition, à l'anéantissement.

  • 25 A cet égard, est significatif le titre de la communication de P. Cammarosano, « Elites sociales et (...)
  • 26 Pour une synthèse éclairante : L. Martines, Power and Imagination. City-States in Renaissance Ital (...)
  • 27 On citera, pour des exposés d'ensemble : G. Tabacco, Egemonie sociali e strutture del potere nel M (...)
  • 28 Sur le popolo : J. Koenig, Il « popolo » nell'Italia del nord nel XIII secolo, Bologne, 1986 ; J.- (...)
  • 29 On indiquera ici quelques titres utiles à des études régionales ainsi qu'à l’analyse de villes aux (...)

26Dans l'espace italien, cette lutte pour le contrôle du pouvoir est ce par quoi l'histoire des élites est abordée et sans laquelle elle ne se structure pas. Le présupposé de l'analyse est alors tout à fait différencié par rapport à la grille d'étude de l'historiographie française : la ville est un lieu primordialement politique, et le concept d'élite, renvoyant d'ailleurs à des sous-concepts parfois problématiques (clans, factions, partis...) ne fonctionne que dans une sphère qui est politique ; de la sorte, il ne produit de renouvellement ou de stabilité que dans le cadre de conflits ou de réduction de conflits25. Il n'est pas besoin de scander les phases principales de cette histoire sociale qui coïncident, je le répète une fois encore, avec des phases institutionnelles et politiques26. Les contributions « italiennes » de ce colloque le font très analytiquement. Car elles cernent les élites – qui sont d'ailleurs loin ici de sortir de nulle part – au temps de la ville pré communale ; puis, elles les suivent dans les étapes principales de la consolidation de leur pouvoir, qui sont exactement celles de la consolidation des communes : temps des consuls, temps des podestats. Elles captent dans le même temps les processus de renouvellement en montrant comment des familles, enrichies par un dynamisme économique général, se désengluent de la « masse » et viennent s'agréger à l'aristocratie, adoptant son mode de vie, ses usages et ses valeurs27. Enfin sont examinées les tensions qui déchirent cette aristocratie dirigeante mais qui l'opposent surtout à des populares28, progressivement mieux organisés, capables, dans certaines cités, à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, de s'emparer du pouvoir et d'en exclure les anciennes élites, « magnats » et « loups rapaces »29... Les particularités de l'évolution des cités italiennes du Regnum expliquent, soulignera-t-on, qu'au long de cette marche qui les conduit vers une autonomie toujours accrue, le contrôle du pouvoir assume pour les élites les caractères d'une nécessité vitale, consubstantielle à leur existence même.

  • 30 M. Bonney, Lordship and the urban community. Durham and its overlords. 1250-1550, Cambrige, Cambri (...)
  • 31 G. Rosser, Medieval Westminster. 1200-1540, Oxford, 1989.

27Il reste que cette grille de lecture qui confère au politique une fonction ontologique est aussi appliquée là où un pouvoir central monarchique s'exerce, là où les villes demeurent de médiocres agglomérations ; j'en viens en effet à la situation anglaise. L'insaisissable objet social « élites » ne devient saisissable que lorsqu'il prend forme et corps dans une structure de pouvoir qui contrôle tout à la fois la vie politique et la vie économique. Il n'est qu'à considérer les communautés urbaines qui ne jouissent pas de franchises. Ainsi celle de Durham étudiée par M. Bonney. Dans cette communauté, l'administration est au XVe siècle assurée par un groupe de clercs et de notaires de l'évêque ou du prieur, et par les membres de la gentry locale qui possèdent une maison en ville30. Pour le reste, point d'élites, si ce n'est ces mêmes familles proches du milieu cathédral, que l'on retrouve par exemple dans la plus prestigieuse des confréries, celle du Corpus Christi. Non pas que les ecclésiastiques n'appartiennent pas aux élites urbaines ; mais on conviendra que le cercle dirigeant de Durham est assez singulier. Il est vrai que cette ville de marché demeure, tout au long du Moyen Age, fort modeste tout comme ses activités économiques, trop modeste peut-être pour que puisse se développer une élite locale. Le facteur de la taille de l'agglomération doit donc intervenir dans le raisonnement. Mais il s'avère à lui seul insuffisant pour expliquer les diversités anglaises ainsi que le montre l'exemple de Westminster31.

28Nul doute pour l'auteur de la plus récente histoire de la localité qu'il ne s'agisse, dans les faits, d'une ville bien que ce statut juridique et administratif lui soit dénié. Tout l’établit en effet : la densité de la population, la bigarrure du tissu social, la diversité de la vie économique. Rien en apparence ne différencie cette communauté de toute autre ville moyenne anglaise contemporaine. Mais jusqu'à 1585, si le terme de ville peut être occasionnellement employé par les textes vernaculaires, Westminster n'est rien d'autre qu'une villa, placée sous la juridiction d'un unique seigneur : l’abbé du monastère. Or, que remarque-t-on ? Le long chapitre d'histoire sociale élude le problème des élites : il traite des femmes, il traite des marges. Mais les dominants, les puissants n'apparaissent qu'à l'occasion de l'étude de la distribution de la richesse, bien sûr, extrêmement inégalitaire. Toutefois, des guildes sont organisées ; toutefois aussi, à partir du dernier tiers du XIVe siècle, divers officiers urbains sont attestés qui témoignent que l'abbé a conféré à la collectivité un certain degré d'autonomie administrative. Pour autant, on ne voit pas se dessiner les contours d'un véritable groupe de notables.

  • 32 La plupart de ces franchises sont accordées par le roi mais, dans quelques communautés, la guilde (...)
  • 33 A quelques exceptions près, comme York ou Colchester : R. H. Britnell, Growth and Decline in Colch (...)
  • 34 R. H. Hilton, op. cit., p. 91-95.
  • 35 S. L. Thrupp, The Merchant Class of Medieval London, Chicago, 1948. Sur les mutations décisives qu (...)
  • 36 Aperçus sur la richesse et les revenus de certains de ces marchands dans C. Dyer, Standards of liv (...)
  • 37 C. M. Barron, « Richard Whittington : the man behind the myth », dans A. E. J. Hollaender, W. Kell (...)
  • 38 S. L. Thrupp, op. cit., p. 206-210, p. 256-287.
  • 39 Le XVe siècle marque de surcroît, dans bien des cas, un renforcement de cette tendance oligarchiqu (...)
  • 40 Voir à cet égard J. I. Keermode, « Obvious Observations on the Formation of Oligarchies in Late Me (...)
  • 41 R. Horrox, « The Urban Gentry in the fifteenth century », ibid., p. 22-44.

29Il en va différemment dans les boroughs32. Dans un certain nombre de villes en effet, une élite marchande paraît précocement se dégager33 ; avec la même précocité, elle s'organise en guilde. Et lorsque des franchises urbaines sont accordées, par la couronne le plus souvent, par un seigneur plus rarement, le corps qui gouverne la ville ne se distingue pas, dans la plupart des cas, de celui qui gouverne la guilde34. A Londres même, dès le début du XIIIe siècle, riches marchands de vin ou riches merciers commencent à prendre le pas sur l'ancienne oligarchie des propriétaires fonciers. Cette suprématie économique se concrétise politiquement dans les décennies qui suivent : les guildes dominent la vie londonienne dans la deuxième moitié du XIIIe siècle. Et jusqu'au début du XVIe siècle, ainsi qu'une étude fameuse l'a montré, la stabilité sociale et politique paraît prévaloir35. Entre les campagnes et la ville, des flux se sont bien sûr établis. Drapiers, merciers, orfèvres et épiciers acquièrent des terres36 ; et pour certains, il n'est d'autre idéal que de se fondre dans la gentry. Dans le même temps, des rejetons de cette gentry arrivent en ville et, bien que tous ne soient pas Richard Whittington37, d'aucuns s'intègrent à l'élite marchande et dirigeante. Corps actif et vivant, fécondé par cette fluidité et ces échanges, la classe marchande londonienne continue à contrôler le gouvernement38. Et cette domination d'une étroite oligarchie monopolisant le pouvoir urbain paraît avoir été la règle dans la plupart des villes de province39, chacune d'entre elles élaborant des solutions quelque peu différentes au plan institutionnel pour favoriser la perpétuation de son pouvoir dans une relative paix sociale40. La situation de monopole semble d'ailleurs avoir été telle que l'historiographie urbaine anglaise la plus récente peine à étudier, faute de sources, l'existence d'une gentry urbaine qui pourtant existait bien41.

  • 42 Sur ce problème de la décadence des villes anglaises, pour la discussion du thème et une abondante (...)
  • 43 Elites que l'école historique anglaise nomme plutôt oligarchie ou « urban rulers »...

30Ici donc, point d'incertitude : il n'est d'élite urbaine que celle qui tient le pouvoir. Aux autres composantes sociales qui peuvent, telle la gentry, jouir d'un estimable capital économique et symbolique, d’autres vocables sont attribués. Ici encore, les difficultés démographiques et économiques, la décadence urbaine – même s'il faut sans doute en nuancer l'ampleur et le caractère général qui lui furent, par toute une série de travaux, attribués42 – ne précipitent pas un renouvellement complet des élites43.

31C'est par l'intermédiaire d'une interrogation que j'en viens au second point de ma deuxième partie.

  • 44 B. Chevalier, Les bonnes villes, l'Etat et la société dans la France de la fin du XVe siècle, Orlé (...)
  • 45 B. Chevalier, Les bonnes villes, op. cit., chapitre intitulé « La trahison des bourgeois ».

32Faut-il alors, comme différents travaux ont tenté de le faire, ébaucher une typologie générale qui rendrait compte des modes d'évolution des élites urbaines dans les derniers siècles médiévaux ? Cette analyse comparée tendrait à dissocier les élites françaises de celles des villes de Flandre, d'Italie du nord ou d'Allemagne de l'ouest au rythme de la chronologie suivante44. Alors que dans les bonnes villes françaises, l'oligarchie se désintéresserait progressivement de l'économie marchande dont elle retirerait ses capitaux, accomplissant la fameuse « trahison des bourgeois »45, ailleurs, un patriciat d'origine marchande conserverait et le pouvoir et son intérêt pour les affaires. Une telle typologie me paraît en fait fossiliser, tard dans le Moyen Age, une situation et une comparaison qui eurent surtout du sens pour Mgr Lestoquoy.

  • 46 Je suis ici M. Boone, « Gestion urbaine, gestion d'entreprises : l'élite urbaine entre pouvoir d’é (...)
  • 47 La référence fondamentale est ici H. Van Der Wee, « Industrial dynamics and the process of urbaniz (...)
  • 48 De manière générale, sur le problème des rapports entre réseaux urbains, bourgeoisies et pouvoir c (...)

33Que montre en effet l'exemple des villes flamandes et tout particulièrement de Gand ? Dès le début du XIVe siècle, les lignées patriciennes ne peuvent plus gouverner seules. Après différents troubles, les organisations corporatives arrivent au pouvoir. Lorsque vient la stabilité politique, à partir des années 1360-1380, la ville de Gand est ainsi gouvernée par les trois « membres », c'est à dire la bourgeoisie, héritière de l'ancien patriciat, puis les cinquante-trois menus métiers, enfin le « membre » dit de la draperie qui regroupe, moins les foulons, les métiers travaillant la laine. La suprématie du patriciat classique a donc été, dans les Flandres comme ailleurs, mise à mal. Parce que la croissance négative de la deuxième moitié du XIIIe siècle avait sapé ses positions économiques, son monopole politique fut, à son tour, rapidement contesté. Toutefois, et la nuance est de taille, même ainsi recomposée, l'élite au pouvoir continue d'être une élite aux affaires. Elle irrigue et contrôle le commerce et l'artisanat de la ville au point que l'on peut évoquer une véritable collusion entre intérêts privés et intérêts publics46. Tout cela n'empêche pas le centre de gravité des Pays Bas de glisser vers le nord et Anvers. Il a été bien sûr établi que les Habsbourg favorisèrent ce port aux dépens de Bruges ; mais, ce faisant, le pouvoir central favorisa tout au plus un développement économique en cours et le dynamisme grandissant du Brabant, puis de la Hollande47. L'élite corporative des villes flamandes était, à la fin du XVe siècle, condamnée au déclin, à cet effacement qu'avait, deux siècles plus tôt, connu l'ancien patriciat48.

  • 49 Ces mutations générales ont été fort bien synthétisées par D. Balestracci, extrait de R. Romano (s (...)

34Autre exemple, autre évolution qui infirme la typologie qui a été proposée, celle des villes italiennes des derniers siècles du Moyen Age. Car au XVe siècle, la ligne de partage entre la noblesse et la bourgeoisie se fait toujours plus ténue. Si quelques nobles s'intéressent toujours aux activités productrices du commerce ou de l'industrie, selon une dynamique irrépressible, plus généralement, ce sont les valeurs et les modèles de la noblesse qui s'imposent à une bourgeoisie qui était, rappelons-le, partie massivement depuis la fin du XIIIe siècle, à la conquête de la propriété foncière49. Le processus de fusion des élites se suit tout au long du XVe siècle à Pérouse, à Arezzo ou à Florence. Et l'une des manifestations les plus visibles du phénomène consiste en un contrôle massif, de la part de ces urbains, de la propriété des terres.

  • 50 On notera que, par exemple, autour de Rome, l'économie resta dominée par la production agricole qu (...)
  • 51 R. Romano, « Agricoltura e contadini nell'Italia dal XV e del XVI secolo », dans Tra due crisi : l (...)
  • 52 Pour un cadre général : M. Montanari, Campagne medievali. Strutture produttive, rapporti di lavoro (...)
  • 53 Sur la diffusion du contrat de métairie à partir du milieu du XVIe siècle en Vénétie où 10 à 20 % (...)
  • 54 G. Giorgetti, Contadini e proprietari nell'Italia modema. Rapporti di produzione e contratti agrar (...)
  • 55 G. Pinto, La Toscana del tarde medioevo. Ambiente, economia rurale, società, Florence, 1982 ; A. G (...)
  • 56 Voir sur ce point, et pour un renvoi à une très abondante bibliographie : E. Crouzet-Pavan, Sopra (...)
  • 57 Ead., La mort lente de Torcello. Histoire d'une cité disparue, Paris, 1995, p. 207-241.

35On a longtemps voulu voir dans ce « retour à la terre » une réponse à la crise des trafics50. En fait, cette diversification des investissements italiens se manifesta précocement et, à partir de la fin du XVe siècle, elle ne fit que s'amplifier51. L'importance grandissante conférée dans les patrimoines urbains à la rente foncière entraîna d'ailleurs, dans certaines régions d'Italie au moins, une relative reprise de l'agriculture. Les superficies cultivées augmentèrent, certaines cultures furent introduites (agrumes) ou développées (vigne, olivier, riz...), souvent les rendements furent améliorés52. Quant aux autres mutations qui résultèrent de la poussée du capital urbain dans les campagnes, elles sont également connues. La propriété paysanne se rétracta irrésistiblement et le contrat de mezzadria s'imposa dans les zones qui avaient, jusqu'alors résisté, à son introduction53. Le poids des propriétaires et de leurs pouvoirs juridictionnels augmenta, signe, dès la fin du XVe siècle, dans le nord comme dans le centre, que triomphaient des contrats agraires aux exigences accrues54. Pour autant, à Florence ou à Pérouse, à Milan ou à Vérone, ces propriétaires, urbains depuis des générations, n'abandonnèrent pas la ville55. Et nul doute que soit ici observé un processus général puisqu'on le repère, identique, dans une ville marchande comme Venise. Les indicateurs sont multiples à montrer, depuis le XIVe siècle, un intérêt accru pour la terre. L’estime des biens de 1514, quoiqu'incomplète, donne la mesure de ces investissements lourds56. Et c'est toute l'économie du duché comme les équilibres anciens qui s'étaient institués dans le bassin des lagunes qui subissent les effets de cette pénétration vénitienne dans les campagnes de Terre Ferme57.

  • 58 Ch. Klapisch-Zuber, La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l'Italie de la Renaissance, Pa (...)

36Ce tableau des bouleversements des élites urbaines italiennes ne serait pas complet si on n'y ajoutait deux à trois autres touches rapides. Il serait facile de trouver, là comme en France, des signes nombreux d'extinction des lignages. Le paysage social des contrade vénitiennes bouge sensiblement à hauteur des années 1380. Si les Florentins composent avec tant de fièvre, dans les mêmes années, leurs Ricordi, c'est, nous est-il dit, pour conjurer l'oubli qui, avec la mort, guette les lignages58. Et puis, autre réalité qui combat la thèse d'une stabilité supposée des anciens patriciats, dans toute cette part de l'Italie devenue princière, la faveur peut précipiter les ascensions, extraire hommes et familles de l'obscurité pour les porter au premier rang. De cette faveur sortent aussi ces élites spécifiques que sont les cercles ou les individualités humanistes, certainement beaucoup plus fragiles dans leur continuité, et ayant dans nombre de cas la particularité d'être importées par le fait du mécénat princier. Enfin comment oublier la place grandissante, ici comme dans les bonnes villes françaises, d'une élite administrative que l'on trouve présente dans les principales capitales et cités des états territoriaux en formation ?

37L'exemple vénitien peut être pris en compte à titre de témoin. Dans la métropole, cette élite administrative se déployait sur deux niveaux. D'une part, dans une ville où, très tôt, la noblesse avait été définie à partir de la fonction et d'une transmission patrilinéaire de la qualité, il est patent que certains nobles devinrent avant tout des administrateurs ou des techniciens. Et l'utilità des offices ne suffit pas à expliquer cet investissement nobiliaire dans la technostructure étatique. On peut oser sans trop de risque l'hypothèse d'une tension, dans l'élite même, qui porta certains des membres des lignages les plus distingués vers une procédure de sur-honorabilité passant par l'adoption d'une carrière qui s'articulait à une véritable professionnalisation politique. Ce sont ces hommes que l'on voit être élus en continuité à certaines charges, ou certains offices, ce qui ne les empêchait pas, soit dit en passant, de continuer à gérer un patrimoine immobilier ou de participer aux trafics et à leur financement. On peut aussi arguer que si, en toute logique, l'élite investit cette technostructure étatique afin de perpétuer sa situation de domination sociale et politique, elle n'en était pas moins portée par une certaine conscience qui fit d'elle la préservatrice du providentialisme vénitien.

  • 59 M. Neff, Chancellery secretaries in Venetian politics and society, 1480-1533, PH. D. Thesis, Los A (...)

38D'autre part, il faut prendre en compte l'émergence du ceto des cittadini, c'est-à-dire d'une classe bourgeoise exclue de l'élite de création institutionnelle, et par conséquent exclue de l'accès à la sur-élite administrative, mais qui, toutefois, est identifiée à partir et en vue de sa participation à la technostructure bureaucratique de l'Etat vénitien, dans le cadre d'une multitude d’offices formant l'ossature de cet Etat59. C'est dire que l'élite, parce qu'elle a discerné dans les rouages de l'Etat des lieux d'honorabilité publique consacrant son statut dominant, a tendu à Venise, par effet même des nécessités d'amplification administrative liées à une exigence panoptique, à dissocier d'elle des offices dévolus à des non-nobles et donc à laisser consciemment se constituer une élite non plus institutionnelle mais de vocation bureaucratique. Le problème n'est pas, cependant, de savoir quels peuvent avoir été les liens potentiels entre la procédure de sur-distinction au sein de l'élite nobiliaire et celle de constitution d'une élite externe. Il est plutôt de mettre en relation ces différentes segmentations avec une fameuse genèse de l'Etat moderne dont Venise a certainement été un des lieux d'expérimentation privilégiés.

39Que conclure ? Il faudrait bien insister sur un fait, qui est celui de la nécessaire approche, par-delà l'étude des fortunes et de leurs vicissitudes, des présences politiques et de leurs fluctuations, de l'ordre de la représentation Cette approche passe d'abord par les usages de la distinction élitaire, traqués ordinairement dans le champ vestimentaire, dans la manière d'habiter, de prier, de manger, de marier filles et hommes, de se mettre de manière générale, spontanément et rituellement, en spectacle... Elle inclut bien sûr tout ce qui concerne l'honneur, les préséances, les titres... Mais il s'agit là d'une dimension largement investie par la recherche.

  • 60 Pour une intéressante interprétation du régime oligarchique : S. Reynolds, An Introduction to the (...)

40Il me semble en fait que c'est sur un autre plan de l'ordre de la représentation qu'il faudrait insister. A savoir la constitution d'une identité de domination par un ensemble de procédures qui font fonctionner, si l'on suit P. Bourdieu, une violence symbolique ; en l'occurrence l'ensemble des moyens mis en œuvre pour dissimuler la réalité constante du rapport de forces fondateur de la domination sociale ou encore pour le légitimer afin de secréter une obéissance. Il s'agit certainement d'une direction riche à explorer, car la cité médiévale, par exemple italienne, est pleine de ces signes à commencer monumentaux qui disent la puissance. Mais il n'en est pas moins vrai que suivre cette dimension fait également encourir un risque : celui de l'occultation de ce pourquoi les élites s'appropriaient la domination, c'est à dire une certaine conscience du Bien Commun qui n'exclut pas la corruption, l'ambition effrénée, voire le crime politique60.

41D'où il ressortirait que si cette conscience est bien ce qui supporte l'identité des élites, c'est elle qu'il faudrait traquer dans l'écriture historique. Je me permettrai de terminer sur ce point en me référant à la cité de Venise. Les élites vénitiennes se reproduisent certainement parce qu'elles s'identifient à une création providentielle et que, par-là, elles se donnent et se redonnent la mission de maintenir la ville dans la continuité de cette création. Dans le discours qu’élaborent les élites pour se justifier, nous trouvons, comme par hasard, du moins c'est moi qui le dis, la preuve de leur existence.

Notes

1 La place manquant ici pour signaler les principaux ouvrages théoriques qui ont contribué à la définition progressive des élites comme catégorie sociologique, on renverra à la bibliographie qui ouvre le guide de recherche Prosopographie des élites françaises (XVIe-XXe siècles), publié par le CNRS, Institut d'histoire moderne et contemporaine, 1980.

2 L'introduction de l'ouvrage de P. Burke, Venise et Amsterdam. Etude des élites urbaines au XVIIe siècle, tr. fr., Brionne, 1992, me paraît très significative de ces mutations historiographiques. Ainsi peut-on citer la phrase suivante : « L'historien de l'aristocratie, du moins, peut apprendre quelque chose de l’étude sociologique des "élites" définies dans ce livre selon trois critères, comme des groupes bénéficiant d'un statut social élevé, d'un pouvoir important et d’une richesse considérable. La figure dominante de l'étude sociologique des élites est bien sûr Vilfredo Pareto... Pareto détourne l'histoire à son profit personnel ; il est donc permis aux historiens de l'utiliser à leur tour à leur profit », p. 17.

3 On renverra ici à l'excellente mise au point de M. Vallerani, « La città e le sue istituzioni. Ceti dirigenti, oligarchia e politica nella medievistica italiana del Novecento », Annali dell'Istituto storico italo-germanico in Trente, XX (1994), p. 165-230.

4 R. Favreau, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Age. Une capitale régionale, 2 vol., Poitiers, 1978 ; B. Guenée, Tribunaux et gens de justice dans le baillage de Senlis à la fin du Moyen Age (vers 1380-vers 1550), Paris, 1963 ; G. de Valous, Le patriciat lyonnais aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, 1973 ; P. Desportes, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, 1979, p. 276 et suiv.

5 Voir pour un bilan intéressant de ces études prosopographiques : N. Bulst, J.-P. Genet (sous la direction de), Medieval Lives and the Historian, Kalamazoo, 1986.

6 On rappelera simplement que l'histoire ancienne a été un des premiers domaines d'application de cette méthode. On citera, pour illustrer la diffusion de cette méthode à l'étude des sociétés modernes et contemporaines, publiées à partir de 1979, les notices de biographie sociale publiées sous la direction de L. Bergeron et de G. Chaussinand-Nogaret, Grands notables du premier Empire, Paris, 1979-1990 ; Id., Les Masses de Granit, 100 000 notables du Premier Empire, Paris, 1979. Voir, là aussi, pour les travaux anglo-saxons, pionniers en cette matière la bibliographie constituée dans Prosopographie des élites françaises, op. cit., p. 6-7.

7 L'auteur explique la méthode suivie, c'est à dire comment, à partir de l'analyse systématique d'un groupe de 678 personnes, elle a pu reconstituer l'histoire de la construction de la noblesse de robe : F. Autrand, Naissance d'un grand corps de l'Etat. Les gens du Parlement de Paris, Paris, 1981. On peut également se référer à l'introduction (par J.-P. Genet) du colloque Prosopographie et genèse de l'Etat moderne (F. Autrand éd., Paris, 1986) : « La prosopographie apparaît donc comme l'outil privilégié d'exploration de cette structure en quadrillage, en permettant la superposition de la situation d'un individu à un moment donné de sa trajectoire de carrière, et la comparaison avec la situation et la trajectoire des autres membres de la population étudiée » ; et « L'étude minutieuse des élites dirigeantes est le seul chemin qui puisse mener à la compréhension de la nature de classe de l'Etat ; et ceci vaut pour toute forme d'Etat, et non plus, comme pour la problématique précédente, pour le seul État moderne », p. 11. Il faut bien sûr indiquer que de telles enquêtes sur les élites administratives ont été menées par les historiens de la première modernité ; voir la recherche collective en cours sur les présidents à mortier et gens du roi du Parlement de Paris (R. Descimon).

8 J. Le Goff, « L'apogée de la France urbaine médiévale », dans G. Duby (sous la direction de), Histoire de la France urbaine, t. 2, La ville médiévale, Paris, 1980, p. 324 ; B. Chevalier, Les bonnes villes, l'Etat et la société dans la France de la fin du XVe siècle, Orléans, 1995, p. 70-72.

9 P. Desportes, op. cit., p. 132 ; P. Dollinger, « Patriciat noble et patriciat bourgeois de Strasbourg au XVIe siècle », Revue d'Alsace, XC (1950-1951), p. 52-82 et Id., « Le patriciat des villes du Rhin supérieur et ses divisions dans la première moitié du XIVe siècle », Revue suisse d’histoire, 3 (1952), p. 248-258. Sur l'importance comparée des lignages ministériaux dans le premier patriciat urbain : R. H. Hilton, English and French Towns in feudal society. A comparative study, Cambridge, 1992, p. 89-90. Il me semble toutefois important de prendre en compte la taille des villes : peut-on ainsi parler d'un patriciat à Vendôme, un patriciat qui serait formé par ceux se distinguant tout à la fois de la noblesse et du commun, comme le fait D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme de l'an mil au XIVe siècle, Paris, 1993, p 968-969 ?

10 On peut ainsi citer les pages que R. Fétier consacre à l'oligarchie bisontine, aux composantes de sa richesse et à la hiérarchie des fortunes, R. Fétier, La cité de Besançon de la fin du XIIe au milieu du XIVe siècle. Etude d'une société urbaine, 3 vol., Lille-Paris, 1978, t. 2, chap. 2 ; voir aussi R. Favreau, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Age. Une capitale régionale, 2 vol., Poitiers, 1977-1978, t. 2.

11 Il faut ici rappeler l’étape historiographique qu'a représenté l'ouvrage de J. Lestocquoy, Les villes de Flandre et d'Italie sous le gouvernement des patriciens, XIe-XVe siècles, Paris, 1952.

12 Pour des études classiques sur les grands marchands : P. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450). Toulouse, 1954 ; J. Schneider, La ville de Metz aux XIIIe et XIVe siècles, Nancy, 1950.

13 G. Espinas, Les origines du capitalisme, 2 vol., Lille, 1933-1936 ; A. Derville, Saint-Omer. Des origines au début du XIIIe siècle, Lille, 1995 (chap. « l'Argent au XIIIe siècle »).

14 Ainsi les Louve, à partir de Jean II, se lancent-ils dans les entreprises financières ; Colignon Louve est apparenté par sa mère à deux des financiers les plus importants de la seconde moitié du XIVe siècle : J. Schneider, « Un gentilhomme de ville : sire Nicole Louve, citain de Metz (1387-1462) », dans P. Contamine (sous la direction de), La noblesse au Moyen Age, XIe-XVe siècles, Paris, 1976, p. 175-199.

15 P. Desportes, op. cit., p. 277.

16 On renverra ici aux deux synthèses de J. Rossiaud, « Crises et consolidation. 1350-1530 », dans Histoire de la France urbaine, t. 2, op. cit., et B. Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, 1982, p. 66-76.

17 Selon R. Fédou, la classe de robe naît entre 1370 et 1450, décennies durant lesquelles de véritables dynasties de juristes se mettent en place : R. Fédou, Les hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Age. Etude sur les origines de la classe de robe, Paris, 1964, p. 153, p. 157-158 pour l'étude statistique des zones de provenance de ces gradués en droit et notaires qui viennent s'installer à Lyon. « Dans une bonne ville du temps de Charles VI, les avocats s'imposent d'abord comme bien d'autres par leur fortune. Mais c'est encore moins à leur fortune qu'à leur compétence qu'ils doivent d'être pour une bonne part maîtres de l'administration de leur ville. Leur richesse et leur profession se conjuguent pour en faire, jouant plus que tous autres les grands premiers rôles, les plus notables bourgeois de leur ville », B. Guenée, op. cit., p. 367.

18 Pour une étude de la composition sociale de la classe consulaire qui montre l'importance des hommes de loi à côté des marchands, même si leur percée, ici comme à Arles ou au Puy, est plus lente qu'ailleurs : A. Rigaudière, Saint-Flour, ville d'Auvergne au bas Moyen Age, étude d'histoire administrative et financière, 2 vol., Paris, 1982, t. 1, p. 343-344.

19 Il faut faire justice à de nécessaires nuances régionales. Ainsi, dans les villes du duché de Bretagne, une grand nombre de notables au début du XVe siècle appartiennent-ils encore au milieu commerçant (négociants nantais ou familles vannetaises spécialisées dans le cabotage...), même si les officiers forment une composante active au sein de cette aristocratie urbaine : J. P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Age. Les villes du duché de Bretagne aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1981, p. 317-318. En outre, il est certain que dans les villes qui sont engagées dans le grand commerce international, les marchands conservent importance et honorabilité au XVIe siècle ; leur style de vie continue par exemple à donner le ton : R. Gascon, Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle. Lyon et ses marchands, Paris-La Haye, 1971. Il faut enfin noter que l’activité commerciale est précieuse pour l'accumulation des capitaux nécessaires à la conquête des offices : R. Fédou constatait l’importance des affaires pour l'essor de la robe lyonnaise, op. cit. ; J. Kerhervé parvient aux mêmes remarques pour ces officiers de finances bretons : J. Kerhervé, L'Etat breton aux XIVe et XVe siècles. Les ducs, l'argent et les hommes, 2 vol., Paris, 1987, t. 2, p. 743-752.

20 Pour l'étude exemplaire d’une ascension sociale familiale ou comment des descendants d'apothicaires et d'épiciers gravirent tous les échelons de la judicature : D. Richet, « Une famille de robe : les Séguier avant le chancelier », dans De la Réforme à la Révolution. Etudes sur la France moderne, Paris, 1991.

21 B. Chevalier, Les bonnes villes, op. cit. ; M. Couturier, Recherches sur les structures sociales de Chateaudun, 1525-1789, Paris, 1969 ; A. Jouanna, « Des "gros et gras” aux" gens d'honneur” », dans G. Chaussinand-Nogaret (sous la direction de), Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle, Paris, 1991.

22 E. Maugis, Recherches sur les transformations du régime politique et social de la ville d'Amiens, Paris, 1906.

23 Cette particularité des analyses historiographiques françaises a été également soulignée par B. Chevalier, « L'état et les bonnes villes en France au temps de leur accord parfait (1450-1550) », dans N. Bulst, J.-P. Genet (sous la direction de), La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’Etat moderne (XIIe-XVIIIe siècle), Paris, 1988, p. 79-80

24 P. Wolff, « Communes, libertés, franchises urbaines ; le problème des origines : le cas des consulats méridionaux » et J. Caille, « Le consulat de Narbonne, problème des origines », dans Les origines des libertés urbaines, Rouen, 1990, p. 235-242 et p. 243-264.

25 A cet égard, est significatif le titre de la communication de P. Cammarosano, « Elites sociales et institutions politiques des villes libres en Italie de la fin du XIIe siècle au début du XIVe siècle ».

26 Pour une synthèse éclairante : L. Martines, Power and Imagination. City-States in Renaissance Italy, 2e éd., Baltimore, 1988.

27 On citera, pour des exposés d'ensemble : G. Tabacco, Egemonie sociali e strutture del potere nel Medioevo italiano, Turin, 1974 ; O. Capitani, R. Manselli, G. Cherubini, A. I. Pini, G. Chittolini, Comuni e signorie : istituzioni, società e lotte per l'egemonia, Turin, Utet, 1981 (Storia d’Italia). Et pour une vue d'ensemble : J. K. Hyde, Società e politica nell'Italia medievale, tr. it., Bologne, 1977.

28 Sur le popolo : J. Koenig, Il « popolo » nell'Italia del nord nel XIII secolo, Bologne, 1986 ; J.-C. Maire Vigueur, « Il comune popolare », dans Società e istituzioni dell'Italia comunale : l'esempio di Perugia (secoli XII-XIV), Pérouse, 1988, p. 41-56.

29 On indiquera ici quelques titres utiles à des études régionales ainsi qu'à l’analyse de villes aux destins politiques contrastés à partir de la fin du XIIIe siècle : communes populaires, seigneuries, régimes strictement oligarchiques... On pourra d'abord consulter les volumes « régionaux » de la Storia d'Italia Utet : A. Nada Patrone, G. Airaldi, Comuni e signorie nell'Italia settentrionale : il Piemonte e la Liguria, Turin, 1986 (vol. 5) ; A. Castagnetti, M. Luzzatti et alii, Comuni e signorie nell'Italia nord orientale e centrale : Veneto, Toscana, Emilia-Romagna, Turin, 1987 (vol. 7/1) ; J.-C. Maire Vigueur, P. Toubert, D. Waley, Comuni e signorie nell'Italia nordorientale e centrale : Lazio, Umbria, Marche, Lucca, Turin, 1987 (vol. 7/2). On retiendra un certain nombre de monographies parmi une très abondante bibliographie : D. Herlihy, Pisa in the early Renaissance. A study of Urban Growth, New-Haven, 1958 ; E. Cristiani, Nobiltà e popolo nel comune di Pisa dalle origini del podestariato alla signoria dei Donoratico, Naples, 1962 ; J. K. Hyde, Padua in the Age of Dante, a Social History of an Italian City-State, Manchester-New York, 1966 ; G. Cracco, Società e stato nel Medioevo veneziano (secoli XII-XIV), Florence, 1967 ; S. Raveggi et alii, Ghibellini, guelfi e popolo grasso. I detentori del potere politico a Firenze nella seconda metà del Dugento, Florence, 1978 ; Pisa nei secoli XI e XII : formazione e caratteri di una classe di governo, Pise, 1979 ; P. Racine, Plaisance du Xe à la fin du XIIIe siècle. Essai d'histoire urbaine, 3 vol., Lille-Paris, 1979 ; Structures féodales et féodalisme dans l'Occident méditerranéen, Rome, 1980 ; D. Waley, Orvieto medievale. Storia di una Città-stato italiano, tr. it., Rome, 1985 ; E. Carpentier, Orvieto à la fin du XIIIe siècle. Ville et campagne dans le cadastre de 1292, Paris, 1986 ; Storia di Vicenza, vol. 2,1988 ; Storia di Treviso, vol. 2, Venise, 1991 ; C. Lansing, The Florentine Magnates. Lineage and Faction in a Medieval Comune, Princeton, 1991 ; S. Carocci, Baroni di Roma. Dominazioni signorili e lignaggi aristocratici nel Duecento e nel primo trecento. Rome, 1993.

30 M. Bonney, Lordship and the urban community. Durham and its overlords. 1250-1550, Cambrige, Cambridge University Press, 1990, p. 182-183.

31 G. Rosser, Medieval Westminster. 1200-1540, Oxford, 1989.

32 La plupart de ces franchises sont accordées par le roi mais, dans quelques communautés, la guilde se voit reconnue par un seigneur, ainsi à Leicester, à Chester...

33 A quelques exceptions près, comme York ou Colchester : R. H. Britnell, Growth and Decline in Colchester. 1300-1525, Cambridge, Cambridge Univerty Press, 1986.

34 R. H. Hilton, op. cit., p. 91-95.

35 S. L. Thrupp, The Merchant Class of Medieval London, Chicago, 1948. Sur les mutations décisives que connaît Londres à partir du début du XVIe siècle et surtout sur la spectaculaire croissance de la ville : A. L. Beier, R. Finlay (sous la direction de), London 1500-1700. The making of the Metropolis, Longman-New-York, 1986.

36 Aperçus sur la richesse et les revenus de certains de ces marchands dans C. Dyer, Standards of living in the later Middle Ages. Social change in England c. 1200.1520, Cambrige, Cambridge University Press, 1989, p. 194-195, 205-206 ; S. L. Thrupp, op. cit., p. 118-129.

37 C. M. Barron, « Richard Whittington : the man behind the myth », dans A. E. J. Hollaender, W. Kellaway (sous la direction de), Studies in London History, Londres, 1967 p. 199-229.

38 S. L. Thrupp, op. cit., p. 206-210, p. 256-287.

39 Le XVe siècle marque de surcroît, dans bien des cas, un renforcement de cette tendance oligarchique : « The shift from informal plutocraty towards a more formal oligarchy can be seen in a number of late medieval towns and typically involved restrictions on who could stand as mayor, the replacement of burgess assemblies with councils, the appointment of officers from above rather than by election, and the introduction of office for life », S. H. Rigby, « Urban "oligarchy" in Late Medieval England », dans J. A. F. Thomson (sous la direction de), Towns and townspeople in the fifteenth century, Gloucester, 1988, p. 62-86, p. 76.

40 Voir à cet égard J. I. Keermode, « Obvious Observations on the Formation of Oligarchies in Late Medieval English towns », dans ibid., p. 87-106 ; on citera l'excellente définition de cet auteur : « Structural oligarchies can readily be identified in many medieval boroughs. Many oligarchies were plutocratic, some mercantile and the majority were probably self-perpetuating », p. 87.

41 R. Horrox, « The Urban Gentry in the fifteenth century », ibid., p. 22-44.

42 Sur ce problème de la décadence des villes anglaises, pour la discussion du thème et une abondante bibliographie, on consultera S. H. Rigby, art. cit., p. 65-66.

43 Elites que l'école historique anglaise nomme plutôt oligarchie ou « urban rulers »...

44 B. Chevalier, Les bonnes villes, l'Etat et la société dans la France de la fin du XVe siècle, Orléans, 1995, p. 70-81. Pour un essai d'analyse qui tente au contraire de cerner unitairement la classe dominante : D. Menjot, « La classe dominante des villes de l'Occident méditerranéen au seuil de la première modernité », extrait de 1490. En el umbral de la modernidad, Valence, 1994 p. 181-203.

45 B. Chevalier, Les bonnes villes, op. cit., chapitre intitulé « La trahison des bourgeois ».

46 Je suis ici M. Boone, « Gestion urbaine, gestion d'entreprises : l'élite urbaine entre pouvoir d’état, solidarité communale et intérêts privés dans les Pays-Bas méridionaux à l'époque bourguignonne (XIVe-XVe siècle) », extrait de Studia Historica Gandensia, 275, Gand, 1991, p. 839-862 ; voir aussi W. Prevenier, M. Boone, « Le rêve d'un état urbain (XIVe et XVe siècle) », dans Gand ; Apologie d'une ville rebelle, Anvers, J. Decavele, 1989, p. 81-105.

47 La référence fondamentale est ici H. Van Der Wee, « Industrial dynamics and the process of urbanization and de-urbanization in the Low Countries from the late middle ages to the eighteenth century. A synthesis », dans H. Van Der Wee (sous la direction de), The Rise and Decline of Urban Industries in Italy and the Low Countries. Louvain, 1988 ; et Id., The Growth of the Antwerp's Market and the European Economy, Louvain, 3 vol., 1963.

48 De manière générale, sur le problème des rapports entre réseaux urbains, bourgeoisies et pouvoir central : W. Blockmans, « Princes conquérants et bourgeois calculateurs. Le poids des réseaux urbains dans la formation des états », dans N. Bulst, J.-P. Genet (sous la direction de), La ville, la bourgeoisie, op. cit., p. 167-181. Cette étude montre d’ailleurs que dans les Pays-Bas l’histoire des relations entre villes et princes ne se résume pas à leurs conflits : « des exemples de collaboration entre bourgeoisies et princes ne font pas défaut », p. 178. Pour une étude sur les sociétés urbaines dans les villes des Flandres : W. Blockmans, Cinq études sur les structures sociales à Bruges, Courtrai et Gand aux XIVe et XVe siècles, Heule, 1971.

49 Ces mutations générales ont été fort bien synthétisées par D. Balestracci, extrait de R. Romano (sous la direction de), Storia d'Italia, Milan, 1989, vol. 3, p. 97-168, qui cite ainsi l'observation significative de R. Romano : « ogni grande borghese che viva sulla terra è ineluttabilmente destinato a trasformasi in nobile » ; voir également pour un aperçu commode : Id., « II Medioevo : dal crollo al trionfo », extrait de R. Romano (sous la direction de), Storia dell'economia italiana, Turin, Einaudi, 1990, p. 137-168 ; enfin, demeure indispensable P. Jones, « Economia e società nell'Italia medievale : la leggenda della borghesia », dans Storia d'Italia. Annali, 1, Dal feudalismo al capitalisme, Turin, 1978.

50 On notera que, par exemple, autour de Rome, l'économie resta dominée par la production agricole qui s'effectuait dans le cadre du grand domaine ; J. C. Maire Vigueur, « Classe dominante et classes dirigeantes à Rome à la fin du Moyen Age », dans Storia della città, 1976, p. 4-26 ; A. Cortonesi, Terre e signori nel Lazio medioevale. Un economia rurale nei secoli XII-XIV, Naples, 1988 ; S. Carocci, Tivoli nel basse medioevo. Società cittadina ed economia agraria. Rome, Istituto storico per il medio evo, 1991.

51 R. Romano, « Agricoltura e contadini nell'Italia dal XV e del XVI secolo », dans Tra due crisi : l’Italia del Rinascimento, Turin, 1971 ; G. Cherubini, Signori, contadini, borghesi. Ricerche sulla società italiana del basse medioevo, Florence, 1974 ; Id., « Le campagne italiane dall'XI al XV secolo », dans Comuni e Signorie (Storia d'Italia, IV), op. cit. p. 267-448.

52 Pour un cadre général : M. Montanari, Campagne medievali. Strutture produttive, rapporti di lavoro, sistemi alimentari, Turin, 1984 ; L. Chiappa Mauri, « Aspetti del mondo rurale lombardo nel Trecento », dans AA. W., La Lombardia delle Signorie, Milan, 1986.

53 Sur la diffusion du contrat de métairie à partir du milieu du XVIe siècle en Vénétie où 10 à 20 % des terres sont exploités ainsi : D. Gasparini, M. Amoux, « Le savoir et la pratique. Un bail de métairie en Vénétie au XVIe siècle », Histoire et sociétés rurales, 4 (1995), p. 232-280.

54 G. Giorgetti, Contadini e proprietari nell'Italia modema. Rapporti di produzione e contratti agrari dal secolo XVI a oggi, Turin, 1974. D. Balestracci, Storia d'Italia, art. cit., p. 164 cite quelques chiffres intéressants : au début du XVIe siècle, dans les campagnes florentines, la propriété paysanne représente, selon les zones, de 3 à 12 %, au milieu du XVIe siècle, ce pourcentage s'abaisse à 6 % dans les campagnes autour de Ravenne, à 3 % dans celles de Lombardie.

55 G. Pinto, La Toscana del tarde medioevo. Ambiente, economia rurale, società, Florence, 1982 ; A. Grohmann, Città e territorio tra Medioevo ed età modema (Perugia. secc. XIII-XVI), 2 vol., Pérouse, 1981.

56 Voir sur ce point, et pour un renvoi à une très abondante bibliographie : E. Crouzet-Pavan, Sopra le acque salse. Espaces, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Age, 2 vol., Rome, École française, 1992, t. 1, p. 512-513.

57 Ead., La mort lente de Torcello. Histoire d'une cité disparue, Paris, 1995, p. 207-241.

58 Ch. Klapisch-Zuber, La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l'Italie de la Renaissance, Paris, 1990, p. 37-38.

59 M. Neff, Chancellery secretaries in Venetian politics and society, 1480-1533, PH. D. Thesis, Los Angeles, University of California, 1985 ; A. Zannini, Burocrazia e burocrati a Venezia in età moderna : i cittadini originari (sec. XVI-XVIII), Venise, 1993.

60 Pour une intéressante interprétation du régime oligarchique : S. Reynolds, An Introduction to the History of English Medieval Towns, 1997 et Ead., « Medieval urban history and the History of political Though », Urban History Yearbook, 1982, p. 14-23.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.