Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Avant-propos

Claude Gauvard

Texte intégral

1Pour la première fois de son histoire, les 23-25 mai 1996, la Société des Historiens médiévistes français de l'Enseignement supérieur public choisissait de tenir son congrès annuel dans un grand établissement d'enseignement supérieur situé hors de France, l'Ecole française de Rome. La publication des actes, commune aux deux organismes, scelle le fruit de cette rencontre, maillon significatif d'une longue suite d'échanges d'idée et de chercheurs, dont bénéficie largement l'histoire médiévale française.

2Il est vrai que nulle mieux que l'Urbs ne pouvait faire comprendre, symboliquement, le lien que la ville entretient avec les élites : elles s'y sont confortées l'une l'autre. La tâche était pourtant particulièrement difficile pour ces temps médiévaux, volontairement décrits dans leur plus grande dimension chronologique et géographique. Car la réalité de la ville médiévale comme celle des élites fuient. De la ville, on savait depuis longtemps déjà toutes les difficultés à la saisir et la conclusion de ces travaux demandée à Jacques Le Goff n'est pas le fruit du hasard. Des élites, on croyait que le concept, né des recherches d'histoire moderne et contemporaine, pourrait s'appliquer aux problématiques médiévales. En fait, il a fallu traquer les mots. Ils se sont révélés divers mais instructifs. Beaucoup empruntent à la noblesse, soit que les élites se confondent avec les nobles, soit qu'elles tendent à vivre comme les nobles, glissant facilement du notable au noble, more militum. D'autres tiennent à la prudence, à la sagesse ou à la vertu ; d'autres encore se placent sur des terrains mixtes, celui de la discrétion ou de la force, quand la richesse vient conforter la science. Enfin, bien des appellations s'établissent sur un mode comparatif. Les sapientiores, honestiores, meliores viri permettent de comprendre que la notion est perçue, dès le Moyen Age, comme relative et dominatrice, mais que sa valeur intrinsèque peut du même coup varier d'un lieu à l'autre. Fallait-il en conclure, comme Bariole dès le XIVe siècle, que la noblesse dépend, en fait, des coutumes locales, et s'arrêter là ?

3L'ensemble des communications lève le handicap en raisonnant sur un concept global, constitué a priori et considéré comme opératoire. Les élites doivent rassembler, idéalement, la naissance, la richesse et le savoir pour s'exacerber dans la domination urbaine, c'est-à-dire pour affirmer une vocation politique. Les élites constituent une oligarchie. Cette approche s'est révélée particulièrement fructueuse. Elle permet de dégager des portraits plus ou moins proches de ces normes, en particulier grâce à la méthode prosopographique, mais aussi, et c'est là l'un des grands apports de ce colloque, des étapes d'évolutions sensibles. Le domaine italien, légitimement privilégié, montre comment, dès l'origine des XIe-XIIe siècles, la constitution de la ville fait corps avec les élites issues des milites et des vassi episcopi. Puis on voit les milieux issus du notariat et du négoce se hausser sur le devant de la scène pour canaliser à leur profit les offices de justice ou de finances. Enfin, à la fin du Moyen Age, là où s'affirme le prince, son rôle devient déterminant, car il distribue les charges et les signes de reconnaissance à sa cour. Au moins deux conclusions s'imposent : en aucun cas, la naissance, la richesse ou le savoir suffisent à définir les élites urbaines. A l'inverse, la conjonction de tous ces domaines n’existe pas dans la réalité médiévale. Mais la société médiévale, en un temps et en un lieu donné, sait reconnaître ceux qui la dominent. Sans doute parce que la renommée des notables est un fait notoire et qu'elle est partagée par tous, du moins au sein de la communauté urbaine. Cette renommée s'impose d'évidence par la puissance des tours et des maisons fortes, par la prolixité des dons, par la décision de faire la guerre ou, au contraire, d'établir la paix. Elle peut se mesurer aux déclinaisons d'identité et à ce désir de légitimer le pouvoir dans un passé plus ou moins mythique qui peut conduire les élites urbaines à s'impliquer dans les récits historiques constitutifs des origines de leur cité. Mais plus subtilement, cette renommée se jauge au regard des autres, à leur jugement, à cette définition propre au groupe urbain qui, bien avant l'époque moderne, sait dégager en son sein des hommes et des femmes d'honneur. Ces contours laissent cependant percevoir une grande élasticité. Cette strate d'un tout petit nombre n'est jamais immobile. Sa dynamique se déroule en stratégies, matrimoniales, commerciales, culturelles, politiques. Elle ne constitue pas pour autant un groupe d'égaux. En son sein s’élaborent rapidement des hiérarchies, des conflits, voire des éliminations violentes. Enfin, face à elle, se presse la masse de ceux qui, définitivement exclus, butent sur une promotion sociale interdite. Le popolo grasso se heurte au popolo minuto, les riches aux menus. L'histoire des élites dans la ville ouvre donc sur les modes d'ascension sociale et sur les fractures du lien social à l'époque médiévale.

4La richesse d'un colloque vient naturellement des questions qu'il pose à l'historien. Remercions l'Ecole française de Rome et son impeccable organisation, son Directeur, André Vauchez, le Directeur des études médiévales, Jacques Dalarun, et nos collègues italiens largement présents, d'avoir permis un bilan scientifique aussi fructueux et d'avoir engagé la réflexion vers d'autres rencontres possibles.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.