Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses du déchet

 | 
Grégory Hamez
, 
Martine Tabeaud

Les eaux usées urbaines entre produit et déchets. La valorisation agricole en Île de France

Catherine Carre et Emmanuel Forlini

Résumé

Une des singularités de la gestion des eaux usées urbaines en Île de France réside dans la valorisation agricole exclusive des boues de la station d’Achères et le maintien de l’épuration par épandage des eaux usées. Toutefois, ces modes de valorisation sont remis en cause par les incertitudes qui pèsent sur ces filières.

The wastewater treatment in Paris is unique insofar as sludge is being re-used almost completely for agricultural purposes, and the waste water for the irrigation of the fields. Still, these ways of wastewater re-use have been made unsure. The management of sludge at Achères and the soil pollution in Pierrelaye Bessancourt, show the intricate games of the different agents.

Texte intégral

1En Île de France se pose de façon aiguë la question du traitement des eaux usées. Avec dix millions d’habitants, la région fournit une forte quantité d’effluents dans son bassin versant ; de plus, l’assainissement y est concentré en majeure partie dans une seule station d’épuration, celle de Seine aval à Achères. Les quatre stations d’épuration du Syndicat Interdépartemental d’Assainissement de l’Agglomération Parisienne (SIAAP) traitent les trois quarts des eaux usées produites. La station de Seine aval représente 65 % des capacités de traitement de la région. Avec 2 millions de m3 par jour, c’est deux fois le volume de l’Arche de la Défense qui est rejeté à la Seine. Dans le système d’assainissement parisien, les déchets de l’assainissement ne sont pas seulement constitués des résidus de station d’épuration. On précisera dans la première partie ce que sont ces différents déchets.

2La particularité de la filière de traitement de Seine aval est de conjuguer le traitement des effluents en station avec valorisation agricole des boues, et l’épandage d’eaux usées, héritage du mode d’assainissement à la fin du XIXe siècle. C’est dans ce cadre que sera analysé le transfert du statut des boues, qui de source de richesse encore à la fin du XIXe siècle devient progressivement un déchet, au statut ambigu. Aujourd’hui, cette double filière rencontre plusieurs difficultés : une réglementation plus sévère de la filière boue et de la valorisation agricole, des inquiétudes sur la qualité des boues, l’avenir incertain des sols pollués par l’épandage des eaux.

3De multiples acteurs sont concernés par la modification de la filière des boues à Achères et par la gestion des sols pollués de la plaine de Pierrelaye Bessancourt. En raison du jeu complexe des acteurs et de l’interpénétration des niveaux de décision, il est difficile de trouver des solutions au devenir des boues et d’aménager les sols pollués.

1. Les déchets issus de l’épuration en Île de France

Les déchets incluent les boues de stations urbaines et d’autres produits

4Les résidus du cycle de l’eau comprennent quatre grandes familles de produits : les terres de décantation des usines d’eau potable ; les boues de curage des réseaux d’assainissement ; les matières de vidange issues de l’assainissement individuel (fosse septique) ; les résidus des stations d’épuration, à savoir les résidus de prétraitement et les boues d’épuration. Les données disponibles à l’échelle de la région ne sont que des estimations (ORDIF, 1998).

5L’assainissement individuel concerne 10 % de la population francilienne, ainsi que des établissements industriels. Le produit des fosses septiques des particuliers correspond à 250 000 m3/an, et fournit une quantité de boue allant de 60 à 100 000 tonnes par an, celui des fosses industrielles à 100 000 m3/an. Ces matières de vidange sont le plus souvent traitées en station d’épuration. Elles font rarement l’objet d’épandages agricoles, car malgré leur contenu en azote et matière organique, leur qualité est très variable.

6L’assainissement collectif comprend les boues de curage d’égouts. Ces boues sont un mélange de sédiments souillés, et ne peuvent pas faire l’objet d’une valorisation agricole car leur valeur fertilisante est presque nulle et elles renferment dans certains cas de fortes teneurs en métaux lourds.

7Les chiffres concernant les sous-produits de l’assainissement doivent donc être pris avec précaution, car ils comprennent ces matières de vidange et boues de curage d’égout. De même, lorsque les données sur les boues issues de l’épuration sont disponibles, elles ne comprennent généralement pas les boues issues de l’assainissement des stations privées.

8L’estimation de 100 000 tonnes de matière sèche (MS) par an pour l’Île de France ne comprend que les boues urbaines. Il faut rajouter d’une part les boues d’eaux résiduaires industrielles dont le volume est jugé sensiblement équivalent, et d’autre part les boues extraites des dix-neuf usines d’eau potable, soit 18 000 tonnes de matière sèche par an.

9La loi sur l’eau du 3 janvier 1992 et les décrets d’application mentionnent, à travers les nouvelles obligations des communes, ces nombreux sous-produits issus de l’épuration collective et autonome. L’article L.372-1-1 du Code des communes (mentionnant le décret no 94-469 du 03.06.94 relatif à la collecte et au traitement des eaux usées) dispose que « les communes prennent à leur charge les dépenses relatives aux systèmes d’assainissement collectif, notamment aux stations d’épuration des eaux usées et à l’élimination des boues qu’elles produisent, et les dépenses de contrôle des systèmes d’assainissement non collectif. » Les communes sont désormais obligées d’assurer le transport, le stockage, l’épuration, le rejet, la réutilisation de toutes les eaux collectées, qu’il s’agisse des eaux usées domestiques ou du mélange de ces eaux avec des eaux industrielles usées, ou encore des eaux de ruissellement. Cette réglementation va donc jusqu’à l’élimination des sous-produits de l’épuration.

La valorisation agricole des boues résiduaires de Paris – Seine aval

10L’épandage des boues en agriculture est une pratique en usage depuis plus de 40 ans, i.e depuis la mise en place de stations d’épuration. Cette pratique peut être considérée comme une solution avantageuse. Elle offre l’opportunité de recycler la matière organique nécessaire au sol. Les boues représentent un fertilisant peu onéreux qui permet à l’agriculteur de réduire ses charges en engrais fertilisants classiques. La station de Paris-Seine aval est un cas exemplaire de valorisation agricole.

11Les 140 000 tonnes de boues produites chaque année par la station de Paris-Seine aval sont entièrement valorisées par l’épandage agricole. Le processus permet de sortir un produit à 52 % de matière sèche de bonne qualité (M. Berger, directeur de l’usine des boues de Seine aval, SIAAP), car ces boues sont stabilisées, hygiénisées. Leur faible tonnage permet un transport par semi-remorques jusqu’aux agriculteurs. Les boues sont commercialisées sous le nom de Fertifond P. Elles sont semblables à de la terre végétale riche en phosphore, en azote et en oligo-éléments. Deux tonnes de Fertifond P apportent l’équivalent de 30 Kg de carbone, ou d’une tonne de fumier.

12Ces boues sont distribuées dans dix-neuf départements ; leur destination était à l’origine le Vexin français, aujourd’hui l’aire de distribution s’étend aux départements du Nord, de la Somme de la Seine et Marne et du Loiret. Le SIAAP dépense 120 F par tonne pour assurer leur valorisation, i.e le suivi administratif (cf. les dossiers de présentation de campagne aux préfectures), le suivi agronomique et le transport. Les boues non saines sont jusqu’à présent mises en décharge à Bessancourt (Val d’Oise) pour un coût de 250 F la tonne.

13Ces données permettent de mieux interpréter les résultats fournis pour la totalité du bassin de Seine Normandie et la comparaison avec les données fournies pour les autres agences de l’eau. La situation de l’agglomération parisienne ne ressort pas nettement des statistiques qui donnent une valorisation de 88 % pour l’Île de France, et de 58 % sur l’ensemble du bassin.

Figure 1 : Part de la valorisation agricole des boues de station par bassin, 1993

14La singularité du choix de la valorisation agricole pour une très grosse station d’épuration (Achères est la deuxième station d’épuration du monde, derrière Chicago), remonte au milieu du XIXe siècle.

Seconde particularité : l’épuration par épandage des eaux usées

15Ce mode d’assainissement a été le premier mode épuratoire de la Ville de Paris, à la fin du siècle dernier. En 1910, les champs d’épandage représentaient une superficie de 5 000 hectares, essentiellement dans le Val d’Oise et les Yvelines. Cette superficie a diminué avec l’urbanisation de l’agglomération. En 2000, ces terrains recouvrent 2 000 hectares, à Achères et Carrières-Triel (Yvelines), et dans la plaine de Pierrelayre Bessancourt (Val d’Oise). Ils jouent toujours un rôle non négligeable dans le système d’assainissement de l’agglomération, car les champs reçoivent en moyenne 75 000 000 m3/an, soit 5 % des eaux usées du SIAAP.

16Sur les 12 000 000 de m3 épandus dans la plaine de Pierrelaye Bessancourt, les eaux usées épandues viennent du SIAAP, du Syndicat intercommunal d’Assainissement de la Région d’Enghien (SIARE) et du Syndicat Intercommunal d’Assainissement de la Patte d’Oie d’Herblay (SIAPOH). Cet d’épandage a une triple fonction. Il permet l’irrigation par drainage. Il fertilise les sols sableux pauvres. Le coût de revient pour les agriculteurs est de 200 F à l’hectare par an, contre au minimum 1 215 F, à l’hectare et par an pour une fumure traditionnelle. Enfin, cette technique permet l’épuration par filtration dans le sol.

Figure 2 : La part importante en 1999 de l’épandage dans l’assainissement parisien

Types de pollutions traitées

Champs d’épandage

Traitement en station

Matières en suspension

95 %

90 %

Pollution carbonée

94 %

78 %

Pollution azotée

82 %

7 %

Germes

99,9 %

90 %

Tableau 1 : Taux d’épuration moyens annuels en 1999 (source SIAAP)

Figure 1. Localisation des champs d’épandage dans l’espace francilien en 1910.

Photo 1. Bouche d’irrigation ouverte par les agriculteurs selon leurs besoins.

Photo 2. Peupleraie participant à l’épuration des eaux usées.

2. La maîtrise impérative du devenir des boues urbaines. Des incertitudes concernant la plaine de Pierrelaye-Bessancourt

17Une série d’arrêtés (9 mars 1998, 31 mars 1998, puis 2 en 1999) ont suspendu la production et la commercialisation du thym dans la plaine, et interdit la commercialisation des produits maraîchers venant des champs d’épandage. Depuis 1921, les services départementaux d’assainissement avaient interdit l’utilisation des eaux usées pour les végétaux consommés crus. En 1996, des études faites par la Direction départementale de l’agriculture et de la forêt et le SIAAP ont montré une pollution par les métaux lourds du sol ainsi que du thym. Une plainte de l’association Val d’Oise Environnement a été déposée le 29/01/1998 devant le Procureur de la République de Pontoise pour connaître les responsables de cette pollution et le manque d’intervention des services de l’État.

18Depuis mai 1998, la mise en service de l’usine d’épuration de Seine centre (Colombes) assure un traitement des eaux usées du SIAAP par clarifloculation, c’est à dire une décantation physico-chimique accélérée par ajout de produits chimiques. Les eaux usées du SIARE subissent un simple dégrillage - dessablage, tandis que les eaux usées du SIAPOH ne reçoivent aucun traitement. Pour répondre aux exigences de la loi sur l’eau et aux différents avis défavorables interdisant l’épandage, la construction d’une unité supplémentaire de clarifloculation est envisagée dans l’usine de relèvement de Pierrelaye (qui contrôle l’ensemble de l’irrigation des champs d’épandage) pour un coût d’une trentaine de millions de francs. Les maires des communes concernées (Pierrelaye, Bessancourt, Frépillon, Méry-sur-Oise, Herblay et Saint-Ouen-l’Aumône) ont formé un Syndicat Intercommunal pour l’étude d’une charte d’urbanisme et d’aménagement qui a pour objectif de réfléchir au devenir de cette plaine, en prenant en compte les préoccupations des agriculteurs et l’avis que doit prendre le Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France sur la qualité et la conformité des eaux clarifloculées.

19L’exemple de la plaine de Pierrelaye Bessancourt a été largement repris par la presse, les discours des hommes politiques faisant l’amalgame entre l’épandage des eaux usées non traitées et la valorisation agricole des boues de station. Néanmoins, si cet amalgame n’a pas lieu d’être, la valorisation agricole des boues connaît elle aussi des difficultés.

Le devenir des boues confronté au renforcement des normes

20Jusqu’en 1998, la France ne fixait pas de teneur limite aux éléments-traces organiques, à la différence de l’Allemagne et de la Suisse. C’est sur ces différences de normes que s’appuyait l’entreprise Bonduelle pour refuser des produits agricoles « cultivés sur des terres recevant des boues non conformes aux règles de qualité interne à l’entreprise » (Lupton, 1998). Cette situation a cessé depuis l’arrêté du 08/01/1998 sur l’épandage des boues de stations d’épuration, arrêté lui-même modifié par l’arrêté du 03/06/1998 avec les prescriptions techniques sur l’organisation de l’épandage. Depuis ce décret, il existe une réglementation unique pour l’épandage des boues.

21La modification de la réglementation rapproche la France de ses voisins. Elle oblige les stations d’épuration à revoir la production de leurs boues. En 1996, la station d’Achères avait déjà dû modifier le traitement des boues pour faire tendre la norme de cadmium vers un taux de 10 g/kg de MS à l’horizon 2004. En 1999 l’usine des boues a été deux fois en alerte pour une non conformité aux teneurs limites en PCB (polychlorobiphényles). Le respect des teneurs limites des éléments-traces (métalliques, organiques) s’obtient par une prévention à la source, en commençant par contrôler les rejets industriels, ce qui est loin d’être le cas pour les eaux traitées par le SIAAP, même si ce dernier en a fait une de ses priorités.

22La mise en décharge concernait en 1997 de 20 à 25 % des boues produites en France. La nouvelle législation sur les déchets modifie cette donne. A partir de 2002, les décharges seront transformées en centre de stockage où l’admission des boues sera restreinte. La loi du 13 juillet 1992 stipule que les boues résiduaires urbaines n’y seront plus admises. Il ne s’agit plus de mettre les déchets bruts en décharge, mais seulement les résidus de traitement tel que le recyclage ou l’incinération. « La hiérarchisation des voies d’évacuation des boues est l’un des fondements de la loi sur les déchets. Elle entend en effet promouvoir la valorisation et réduire la mise en centre de stockage » (OTV, 1998, p.39). Pour Achères, les lots non valorisables ne pourront donc plus être mis en décharge, et les résidus d’incinération seront mis en décharge de classe 1. Le coût de la mise en décharge varie alors de 1 000 à 2 000 F la tonne.

23Il ne reste alors que deux voies d’élimination : la valorisation en agriculture et l’oxydation thermique (incinération dans un four spécifique, co-incinération avec les ordures ménagères, oxydation par voie humide). L’oxydation thermique s’inscrit, comme la mise en centre de stockage et la valorisation agricole, dans un cadre législatif rigoureux ; par exemple les normes de traitement de fumée sont de plus en plus sévères pour l’incinération, avec là aussi un alignement sur les normes allemandes pour les valeurs de rejet. Elle suppose ensuite une valorisation des sous-produits ou un stockage des résidus. Il n’existe, en 2000, que trois incinérateurs de boues pour toute l’Île de France, à Noisy Le Grand, Valenton et Colombes, celui de Saint Thibault les Vignes ayant été arrêté car il n’était plus aux normes.

Les volumes de boues résiduaires, urbaines et industrielles augmentent

24La quantité de boues à traiter ou à évacuer est liée à la quantité et à la qualité des effluents arrivant dans une station, ainsi qu’à la qualité de rejet désirée. A l’horizon 2005, la France vise une collecte de 80 % des effluents et une élimination de la pollution de 80 %, pour atteindre un taux de dépollution de 65 %. Avec la mise à niveau progressive des ouvrages d’épuration, l’augmentation du taux de collecte se traduira par une production voisine de 1 300 000 tonnes de matière sèche par an.

25Cette augmentation des boues va concerner l’Île de France, à commencer par l’Agglomération parisienne. Le SIAAP, a prévu de réduire sa capacité épuratoire à Achères, de 2,1 millions de m3/jour à 1,5 (Schéma directeur d’assainissement de 1991, étude sur l’assainissement en zone centrale de la région Île de France présentée début 1998). Dans l’état actuel du traitement des boues à Achères, sachant que l’usine peut faire face à 2 millions de m3 d’eaux usées par jour. Cette diminution des volumes traités à Achères s’accompagne de création et de modification des autres stations. La nouvelle usine de Colombes produit 240 000 m3/jour ; dans les stations existantes le SIAAP s’est engagé à augmenter le rendement des stations (il n’est en moyenne que de 70 % actuellement), à assurer le traitement de la pollution azotée et phosphorée, et à traiter les situations de temps de pluie (capacité totale de traitement de 90 m3/jour). À cela s’ajoute la décision de doubler la capacité de Valenton, en construisant deux nouvelles stations à l’aval d’Achères (usine des Grésillons) et en Seine-Saint-Denis à La Morée, soit au total 500 000 m3/jour en plus, avec approximativement 30 tonnes de matière sèche produites par jour, et quotidiennement 100 tonnes de boues à 30 % de siccité à évacuer. Ces données ne concernent que l’agglomération parisienne. Pour l’ensemble de la région, il faut prendre en considération l’effort de collecte, la construction de nouvelles stations et l’amélioration du traitement des stations existantes.

26La lecture des ouvrages sur les villes européennes de l’époque moderne indique que « la ville vit sur la boue, et l’un des traits caractéristiques de la ville de l’Ancien Régime est l’importance accordée au recyclage dans les pratiques urbaines et artisanales, si bien que la notion de déchet n’y a pas vraiment de sens » (Barles, 1998). Les vidanges de fosses d’aisance sont collectées de nuit par charrette, transportées à Bondy, et vendues aux agriculteurs sous le nom de poudrette. Les villes actuelles sont confrontées à un double enjeu contradictoire, la minimisation des déchets par la limitation de la mise en décharge et l’obligation de recyclage d’une part, la production de biens en quantité croissante d’autre part.

3. Des contraintes et des solutions régionales ?

27Les choix de filière de traitement et d’aménagement s’inscrivent dans une logique régionale, avec des contraintes réglementaires et économiques européennes et des négociations d’aménagement locales. Cet emboîtement des échelles transparaît aussi bien dans les difficultés d’aménagement des terrains pollués par l’épandage d’eaux usées, que dans le choix de filière de traitement d’épuration et les destinations des boues.

28La minimisation et la prévention de la production de déchet passent pour l’épuration par des solutions techniques et économiques. L’objectif est à la fois de garantir la sécurité de l’élimination des boues, et de favoriser la valorisation des boues, en pesant le moins possible sur les coûts. Cela passe aussi par un travail de concertation entre les acteurs impliqués afin que les solutions retenues soient acceptées et durables.

Les boues entre produits et déchets : un statut ambigu

29L’intérêt de la loi sur les déchets et l’épandage agricole est d’avoir rendu responsables les producteurs de boues. Les producteurs, à commencer par le SIAAP, deviennent responsables de l’élimination des boues, considérées comme un déchet, et doivent prévoir, organiser, surveiller. Cette loi rend la filière agricole transparente et responsabilise tous les acteurs.

30Le maintien de la destination agricole des boues passe par un énorme travail de concertation avec l’ensemble de la filière agro-alimentaire et les consommateurs. Les réticences et le refus des agriculteurs et des entreprises agro-alimentaires sont justifiés au-delà des effets de mode par la mise en avant des différences de normes avec d’autres pays européens ainsi que par le principe de précaution. La notion de valorisation agricole suppose un énorme travail de connaissance et de gestion du réseau de collecte dans la station, un dossier de caractérisation du produit épandu, une étude sur l’aptitude à l’épandage et au raisonnement agronomique, un programme d’épandage annuel, et un suivi agronomique (Dossier démarche qualité, AESN, 1999).

31Les ouvrages (OTV, ORDIF, 1998) et les commentaires des décrets (Le Moniteur, décembre 1997) attirent l’attention sur le statut ambigu des boues résiduaires. Le décret n°97-1133 du 8 décembre 1997 ne fait que maintenir cette ambiguïté. L’article 2 rappelle : « Ces boues ont le caractère de déchets au sens de la loi du 15 juillet 1975 ». Considérées comme déchet, les boues risquent d’être rejetées par les consommateurs et donc par les agriculteurs, et posent pour les exploitants des stations d’épuration une grosse incertitude sur la pérennité de cette filière.

Peut-on envisager à Achères une double filière de traitement des boues ?

32Le devenir des boues doit désormais être intégré dès la phase de conception des usines de traitement. Le maintien de cette destination des boues passe par la garantie de leur innocuité, en plus des contraintes de nature des sols, de type de culture, de coût de transport et de capacité d’épandage. Cela suppose un contrôle des déversements industriels sur le réseau et un contrôle des boues en sortie d’usine.

33La notion de double filière est préconisée dans le choix de processus de l’usine d’épuration pour les moyennes et grandes agglomérations. C’est le choix que l’on retrouve à Colombes : « L’ensemble de l’usine est conçu sur un principe « multifilière ». Ainsi, après avoir été centrifugées pour faire passer leur siccité de 3.5 à 30 %, les boues issues de traitement physicochimiques et biologiques peuvent être au choix chaulées à des fins de valorisation agricole ou brûlées dans des fours d’incinération (...). La combinaison subtile de ces différentes filières garantit l’élimination des boues en toutes circonstance » (Planète, no 30, 1998, p. 11). L’usine est située dans un milieu urbain dense, à proximité de la Seine, mais a été acceptée car elle n’occasionne pas de nuisances sonores ni olfactives, et les fumées rejetées sont dépoussiérées, filtrées et traitées par catalyse, sans panache de cheminée. Cependant, le mode presque exclusif de traitement est l’incinération (quatre fours, dont un de secours) et la question de la faisabilité de l’évacuation des boues par péniche ou camion reste posée. Cette solution d’une double filière, valorisation agricole/incinération, est-elle envisageable à Achères ?

34Les équipements de la station d’épuration Seine aval doivent être conçus à l’échelle de l’agglomération parisienne. Un contentieux se présente avec les riverains, qui ont l’impression de subir des contraintes épargnées aux Parisiens. L’extension prévue de la station Achères V s’est heurtée à une très forte opposition, en partie menée par une association, le CAPUI. Or, cette association s’était structurée à l’origine pour s’opposer à la construction d’une usine d’incinération d’ordures ménagères. Si la filière incinération est choisie pour Achères, la réalisation de fours d’incinération nécessitera un gros travail de persuasion à l’égard des riverains. Si les boues ne sont pas brûlées sur place, cela suppose de trouver ailleurs une usine d’incinération qui pour l’instant n’existe pas.

La difficile gestion des sols agricoles pollués par l’épandage des eaux

35À Pierrelaye-Bessancourt des points de vue différents se rencontrent : la vision réglementaire de l’ensemble de la filière française décidée à Bruxelles, les contraintes d’épuration à l’échelle de l’agglomération pour le SIAAP, les préoccupations du maintien du cadre de vie à l’échelle locale. Bien des incertitudes pèsent sur l’aménagement de la plaine.

36Malgré un prétraitement des eaux usées épandues sur la plaine, les normes ne sont pas respectées, et le Conseil supérieur de l’hygiène publique de France a rendu un avis défavorable sur le maintien de l’épandage. Cette décision met en cause l’avenir de l’agriculture dans la plaine car, sans eau pour irriguer, l’agriculture s’arrêtera. Une des solutions envisagées est de construire une station de clarifoculation à Pierrelaye. Les six maires des communes concernées, regroupés dans un syndicat intercommunal ont engagé une réflexion sur le devenir de la plaine de Pierrelaye. Elle a été classée comme espace agricole dans le Schéma Directeur de l’Île de France de 1994. Elle entre dans la constitution de la ceinture verte de la région. Les maires soutiennent activement la poursuite de l’activité agricole, par souci paysager et pour limiter l’installation des gens du voyage sur les friches. En 1997, 400 caravanes étaient recensées à Herblay, une centaine à Pierrelaye. Les gens du voyages achètent les terres agricoles jusqu’à 300 F le m2 (prix moyen de vente : 30 F). Les franges de la plaine sont fragilisées par la pression de l’urbanisation, entre la ville de Cergy et la vallée de l’Oise, ainsi que par la construction de nouvelles infrastructures routières comme le prolongement de l’Α 115.

Photo 3. Prolongement de l’A115 sur la partie est de la plaine.

Photo 4. Front urbain de la commune de Pierrelaye.

37Du fait de l’amalgame eaux usées - boues de station, la question peut être posée d’une utilisation future de l’arrêté préfectoral de 1997 et du principe de précaution pour l’ensemble de la filière agricole des boues de station. La poursuite de la valorisation agricole des boues semble une option raisonnable, au regard des volontés actuelles de recyclage des déchets, et des procédures d’encadrement tout au long de la filière. Tout aménagement touchant le traitement des déchets est difficile. En 1927, M. Sentenac rappelait aux ingénieurs de la ville de Paris à propos de l’épandage des eaux usées : « Ce fut une période héroïque au cours de laquelle les agents de l’administration durent déployer beaucoup de zèle, d’activité, de dévouement et de persévérance inlassables. Grâce à leur travail, l’épandage a conquis droit de cité en Seine-et-Oise et les populations qui étaient autrefois les plus opposées réclament aujourd’hui avec insistance le développement de ces irrigations ».

38Le choix de l’incinération n’est pas retenu actuellement par l’agence de l’eau. L’ORDIF émet également de fortes réserves sur le recours à ce traitement. « L’incinération des boues aboutit à la création d’un déchet ultime, les cendres. Même si l’Île de France possède deux décharges de classe 1 (sur les douze qui existent en France), leurs capacités doivent être de préférence réservées à d’autres déchets, dont l’enfouissement constitue l’unique solution. » Le maintien de la filière agricole des boues passe par une volonté politique, relativement absente aujourd’hui en Île de France.

Bibliographie

Bibliographie

Agence de l’Eau Seine-Normandie (AESN), A la découverte d’un bassin La Marne, AESN, 1998

AESN, Le traitement des boues dans les stations d’épuration d’effluents domestiques ou assimilés, AESN, janvier 1997

AESN, Les différentes étapes de l’épandage des boues d’épuration et autres produits recyclés en agriculture, AESN, 1999

Ademe, Gestion des déchets en Île de France, Environnement éd. 2000, 1999

S. Barles, « Les temps de l’environnement dans la ville, XVIIIe-XXe siècles », Les temps de l’environnement, PIREVS, CNRS 1998, p. 35-43

P.-D. Boudriot, « Essai sur l’ordure en milieu urbain à l’époque pré-industrielle : boues, immondices et gadoue à Paris au XVIIIe siècle », Histoire, économie et société 5(4), 1986, p. 515

S. Edeline, « La mise en service de la nouvelle station d’épuration Seine centre à Colombes », Techni-cité no 5, 1998, p. 47-55

S. Lupton, « Les risques de l’épandage des boues de stations d’épuration », Études foncières, 81, 1998

ORDIF, Les sous-produits du traitement de l’eau en Île de France, IAURIF, 1999

O.T.V, Traiter et valoriser les boues, Lavoisier Tec&doc, Paris, 1997

F. Sentenac, L’épuration agricole des eaux d’égout, Eyrolles 1927

SIAAP, Rapport annuel 1998 sur le prix et la qualité du service public d’assainissement, SIAAP, 1999

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Part de la valorisation agricole des boues de station par bassin, 1993
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34209/img-1.jpg
Fichier image/, 145k
Légende Figure 2 : La part importante en 1999 de l’épandage dans l’assainissement parisien
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34209/img-2.jpg
Fichier image/, 134k
Légende Figure 1. Localisation des champs d’épandage dans l’espace francilien en 1910.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34209/img-3.jpg
Fichier image/, 251k
Légende Photo 1. Bouche d’irrigation ouverte par les agriculteurs selon leurs besoins.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34209/img-4.jpg
Fichier image/, 215k
Légende Photo 2. Peupleraie participant à l’épuration des eaux usées.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34209/img-5.jpg
Fichier image/, 180k
Légende Photo 3. Prolongement de l’A115 sur la partie est de la plaine.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34209/img-6.jpg
Fichier image/, 241k
Légende Photo 4. Front urbain de la commune de Pierrelaye.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34209/img-7.jpg
Fichier image/, 192k

Auteurs

UFR de géographie, Institut de Géographie, 191 rue Saint Jacques, 75005 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540