Version classiqueVersion mobile

Les métamorphoses du déchet

 | 
Grégory Hamez
, 
Martine Tabeaud

Le recyclage du verre à Paris

Martine Tabeaud

Résumé

Depuis 1981, le tri sélectif du verre est effectué à Paris. La récolte du verre brisé se fait soit par dépôt volontaire dans des colonnes spéciales situées sur la voie publique, soit par collecte en porte à porte. Le verre est ensuite revendu aux verriers.

Texte intégral

1Les objets en verre (bouteilles, pots...) représentent environ 10 % des déchets produits à Paris, soit 100 000 tonnes par an. Parmi les ordures ménagères, le verre se place en troisième position derrière les papiers-cartons (30 %) et les matières fermentescibles (25 %). Le verre présente l’originalité d’être un matériau très difficilement destructible, contrairement à la plupart des autres composants des déchets. Le verre doit donc être récupéré avant d’être recyclé. Ainsi s’est mise en place une filière officielle de recyclage du verre ménager qui n’a pas encore d’équivalent pour le verre de laboratoire et le verre industriel (vitres).

LA COLLECTE SÉLECTIVE

2La collecte sélective a débuté en 1981, après deux tests dans les VIe et XIIe arrondissements. Leurs résultats positifs ont conduit à généraliser la collecte aux arrondissements périphériques en 1983, puis aux arrondissements centraux l’année suivante. L’objectif est de rassembler une ressource éparpillée afin d’abaisser le coût de ramassage et donc le prix de revient du verre recyclé.

3La récupération du verre se fait sous deux formes :

4– le calcin ou verre brisé récupéré sur la voie publique dans des containers dodécaédriques verts de 2 m3. C’est 60 % du verre récupéré.

5Les containers au nombre d’un millier sont placés dans les endroits les plus passants des différents quartiers de la capitale. Leur nombre est un peu inférieur lors des périodes d’application du plan Vigipirate. Des recherches ont été menées avec Adelphe (société financée par des industriels du secteur vins-spiritueux-boissons, agréée par les pouvoirs publics qui a pour mission d’aider au développement du recyclage du verre) afin de limiter le bruit lors de la dépose et du vidage de la colonne...

6- des bouteilles entières dans des bacs roulants à couvercle blanc qui ont été mis gracieusement à disposition des gros producteurs comme les restaurants, les bars, les cantines... Ce ramassage spécifique en porte à porte est défini en concertation avec chaque producteur selon leur quantité produite et selon leurs contraintes horaires de travail. Une réflexion est actuellement menée sur la mise à disposition de ce type de bacs auprès des habitants d’immeubles de tous les quartiers de la capitale. À condition de disposer d’un espace suffisant, ils seront dépositaires d’un bac à couvercle blanc comme ils ont déjà un bac à couvercle bleu pour les journaux. L’expérience a débuté en 1998 dans le XIIIe arrondissement, où 40 000 parisiens ont déjà à leur disposition quatre poubelles distinctes (une pour le verre, une pour les journaux, une pour les emballages légers et une pour les ordures ménagères).

7L’ensemble de ces collectes a permis de rassembler un volume annuel correspondant à un tonnage compris entre 15 000 et 25 000 t au cours des dix dernières années. Même en 1994, année de la meilleure « récolte », les volumes étaient loin de la production potentielle annuelle. En fait, actuellement ne sont recyclés que 10 kg par an et par habitant pour un gisement potentiel de 47 kg par an et par Parisien. Afin de réduire cet écart, des politiques de responsabilisation, d’incitation sont menées par la Ville de Paris ; elles se traduisent dans les mairies d’arrondissement par des affiches, des dépliants (photo 1)....

LE DEVENIR DU VERRE

La revente du calcin aux verriers

8Une entreprise privée, la société Rhenus, a le monopole de la collecte du verre dans Paris. Elle dispose de douze camions-bennes équipés de dispositifs spéciaux de levage pour les containers et de caissons de 30 m3. Qu’il soit ramassé en porte à porte ou sur la voie publique, le verre parisien est transporté à Rozet sur Albain (Aisne) pour être transformé en calcin par la Société Samin, filiale de Saint Gobain. Après plusieurs tris, d’abord automatiques puis manuel, des éléments associés indésirables comme le métal, la porcelaine ou le plastique entrant dans la composition des divers bouchonnages (déchet de déchet !) le verre est broyé. Le calcin ainsi obtenu doit être le plus pur possible pour être fondu par les verriers.

9Le calcin parisien est acheminé enfin à la verrerie d’Oiry, près d’Épernay où il est fondu pour donner de nouvelles bouteilles dans l’usine Saint Gobain Emballages.

L’ancienne usine Écobouteille de Rungis

10Jusqu’en 1995, des camions de 30 m3 équipés d’un dispositif spécial acheminaient les bouteilles entières vers une usine de la banlieue parisienne située à Rungis. Le tri en vue d’un réemploi des bouteilles avait été confié à une filiale de Vivendi, la C.G.E.A., qui pouvait traiter 20 millions de bouteilles. Un système automatisé sélectionnait les bouteilles de forme standard, c’est-à-dire : les bouteilles de champagne, bordeaux et bourgogne qui après lavage et traitement étaient automatiquement mises en palette pour être revendues. La Ville de Paris a dû abandonner cette filière par suite de la fermeture de l’usine de Rungis, qui a cessé de fonctionner car les coûts de traitement étaient trop élevés par rapport au prix de vente.

TRIER LE VERRE C’EST AIDER LA LUTTE CONTRE LE CANCER

11Dès le début de la collecte une convention a été signée entre le Comité National de Lutte contre le Cancer et la Ville de Paris. Cette dernière s’est engagée à verser à cet organisme une somme proportionnelle au tonnage collecté sur une base qui représente environ 1 centime par bouteille. Ainsi 395 000 F ont été versés à la Ligue Nationale de Lutte contre le Cancer en 1992. La Mairie de Paris y voit un moyen de sensibiliser progressivement les Parisiens au tri sélectif des ordures ménagères.

12Nous remercions particulièrement Mme M.C. Manach des Services Techniques de la Propreté de Paris

Photo 1 : Container de collecte du verre sur la voie publique, à Paris
© Martine Tabeaud

Photo 2 : Couverture du dépliant appelant à trier le verre

Table des illustrations

Légende Photo 1 : Container de collecte du verre sur la voie publique, à Paris© Martine Tabeaud
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Légende Photo 2 : Couverture du dépliant appelant à trier le verre
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34206/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 450k

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search