Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses du déchet

 | 
Grégory Hamez
, 
Martine Tabeaud

Les déchets à l’université

Candice Goupil

Résumé

À l'occasion de ce colloque, nous avons organisé une enquête auprès des services de l’Université de Paris 1. Il en ressort que la majorité des déchets est constituée de papier et qu'aucun recyclage n'est effectué.

After a survey carried out in all the services of the University of Paris I Panthéon-Sorbonne, the waste produced by the University is most of all made of paper. The survey’s most alarming outcome is that no recycling process is established at all.

Texte intégral

1Un certain nombre d’universités françaises ont une gestion globale des déchets générés par leurs activités pédagogiques et de recherche. L’Université Biaise Pascal à Clermont-Ferrand, par exemple, a même demandé un programme pluri-formations sur ce thème. Dans cette logique, une enquête a été menée à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sur le devenir des déchets banals. Cent vingts questionnaires ont été envoyés aux différents services de l’Université pour connaître leurs habitudes en matière de déchets. Une quarantaine nous sont revenus, représentant cent quarante-trois personnes. Après dépouillement, le constat est alarmant. À deux ans de l’échéance imposée par la loi du 13 juillet 1992, aucun recyclage n’est opéré.

1. Un constat alarmant

- En ce qui concerne les déchets quotidiens

2D’un point de vue quantitatif, en moyenne les agents déclarent remplir chacun une poubelle de déchets quotidiennement. Une large majorité de ces déchets quotidiens est constituée de papier (environ 95 % des poubelles sont remplies d’au moins 75 % de papier). On note qu’aucun service n’est doté de poubelles spéciales pour la collecte du papier et qu’en conséquence, seul un service sur trente-sept procède à un tri de ses déchets papier. Cependant 64 % des personnes interrogées se déclarent prêtes à effectuer ce tri si des poubelles spéciales leur sont fournies.

3Quant aux produits spéciaux ou dangereux, on note quelques efforts de recyclage (deux services sur onze recyclent leurs piles usagées, six sur vingt-huit recyclent leurs cartouches d’encre) mais la grande majorité (80 %) ne procèdent à aucun tri. Les raisons invoquées sont d’abord l’absence de poubelles spéciales (73 %), ensuite le manque de temps (24 %).

- En ce qui concerne les décharges exceptionnelles

4Seuls 40 % des services interrogés y ont recours. Parmi eux, 26 % effectuent moins d’une décharge par an, 33 % en effectuent une, et 20 % en effectuent au moins deux par an.

5La proportion de papier jeté lors de ces décharges est moins importante que pour les déchets quotidiens. L’estimation des services concernés est variable. Le papier représenterait 25 à 75 % des déchets mis en benne selon les services. Aucun n’effectue de tri, mais 60 % se déclarent prêts à le faire.

6On peut donc d’ores et déjà noter une absence quasi totale de recyclage mais une volonté latente des services de s’y mettre.

2. Perspectives d’avenir

7Les déchets de l’université sont assimilables au niveau légal à la catégorie des déchets domestiques. En application de la loi du 15 juillet 1975, le producteur ou détenteur des déchets reste responsable de leur élimination, quelle que soit la nature du déchet ou son impact sur l’environnement. L’université est donc responsable de ses déchets.

8Or, l’enquête révèle que même des déchets « dangereux » de type produits chimiques ne font l’objet d’aucun traitement spécial. Bien sûr, il s’agit de petites quantités, mais en cas d’accident dû à l’un de ces produits, l’établissement universitaire verrait sa responsabilité engagée.

9Plus grave, la loi du 13 juillet 1992, applicable aux déchets ménagers et assimilés, prévoit qu’à partir de 2002, il ne sera possible d’enfouir que les déchets ultimes, c’est-à-dire non susceptibles de recyclage, de réutilisation.... Nous devons donc aller vers un système de recyclage, ce qui pose des questions de logistique mais également de changement de comportement.

- Problèmes de logistique

10Un recyclage des déchets papiers nécessite la mise en place de poubelles spéciales dans tous les bureaux. Quelques services (en minorité, cependant) estiment, au vu de l’organisation de leur travail, que le temps leur manquerait pour procéder au tri de leurs déchets. Il faudrait réfléchir avec eux pour trouver le système le plus adapté à la configuration de leur travail. Il semble en effet important, pour que le tri soit efficacement mis en place, d’avoir une forte adhésion des agents, ce qui suppose de ne compliquer leur tâche qu’au minimum et de les sensibiliser via une campagne d’information.

11Il faut ensuite décider des papiers à collecter. On peut choisir de ne faire qu’une catégorie regroupant papier blanc, papier de couleurs et cartons, ou de procéder à des collectes différenciées selon le type de papier. Cependant les expériences menées montrent qu’au-delà de deux catégories, l’efficacité du tri décroît. Pour l’Université, il semble judicieux d’opter pour un tri unique, la majorité des déchets étant constituée de papier blanc. Il sera envisageable dans un second temps de procéder à un tri différencié pour le papier blanc et le papier de couleur, une fois que l’habitude du recyclage sera acquise.

12Il faut enfin choisir le mode de collecte, en privilégiant la proximité. Il faut équiper chaque bureau d’un réceptacle, pour que les agents ne soient pas trop perturbés et installer de grands containers dans les lieux de forte production, comme les services de reprographie. Par ailleurs, toujours dans un but de simplicité, il faut une signalétique claire.

13Le choix des réceptacles est important : il peut s’agir de poubelles séparées, solution peu onéreuse mais qui prend de la place, ou d’une corbeille à plusieurs compartiments, solution pratique pour l’utilisateur et qui a l’avantage de marquer le changement, mais qui s’avère plus chère et pose des problèmes de définition des volumes des différents compartiments.

14On pourrait également s’inspirer de la solution mise en place par le Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement. Chaque bureau est équipé d’un porte papier (le millefeuille) pour stocker verticalement le papier usagé. On le vide ensuite dans un des bacs de regroupement situés dans les lieux communs et notamment près des photocopieurs.

15Reste à décider si la collecte doit être simultanée avec celle des autres déchets, ce qui implique que les sociétés de nettoyage prennent en charge le tri des déchets. Une autre solution consiste en un complément occasionnel. Dans ce cas, on stocke le papier sur le site et un prestataire particulier le reprend régulièrement.

16Comme on le voit, la mise en place d’un tri efficace des déchets pose de nombreuses questions. Le système doit être mis en place avant juillet 2002, il n’y a donc pas de temps à perdre.

- Changement comportemental

17On a vu que la majorité des services se déclarent prêts à effectuer un tri de leurs déchets, si on leur en fournit les moyens matériels. Cependant, il faudra vérifier dans quelle mesure ces déclarations d’intention se vérifient.

18Par ailleurs, il faut utiliser du papier recyclé, ce qui pour l’instant n’est pas le cas. En effet, si les administrations se mettent à recycler leurs déchets papiers, cela va engendrer un gros surplus. Il faut donc consommer du papier recyclé, pour rééquilibrer l’ensemble. Il serait sans doute possible de s’en servir pour le papier brouillon des examens ou pour les documents internes, par exemple.

19D’autre part, il serait intéressant de développer l’utilisation de l’informatique. Tous les services de l’Université sont connectés en réseau. Il faut que le courrier informatique devienne un réflexe. L’impression sur papier des documents affichés à l’écran est une pratique très répandue. On pourrait également évoluer sur ce point.

Décharge
© Ouest-Lumière/Yann Toma

Table des illustrations

Légende Décharge© Ouest-Lumière/Yann Toma
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34194/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540