Version classiqueVersion mobile

Les métamorphoses du déchet

 | 
Grégory Hamez
, 
Martine Tabeaud

Le compostage des déchets « verts » en Île de France

Caroline Guesnon et Martine Tabeaud

Résumé

L’Île de France produit chaque année 900 000 tonnes de déchets végétaux provenant d’espaces verts publics et de jardins de particuliers. Actuellement, l’essentiel est incinéré et mis en décharge. Les nouvelles réglementations obligeront en 2002 à généraliser le tri sélectif et le compostage.

Texte intégral

1Les déchets « verts » ont la particularité d’être pour certains encore vivants contrairement à la plupart des autres déchets et d’être utilisés depuis toujours (le fumier) pour produire « la vie ». C’est ce paradoxe du déchu à l’usage du vivant qui nous a interpellé et nous usons à dessein du terme de déchet « vert » car l’adjectif « vert » renvoie à la fois à la matière verte et aux partis écologistes.

2Les déchets « verts » appartiennent à la catégorie des déchets ménagers et assimilés. Mais leur nature diffère quelque peu des détritus banals. Ils sont constitués de tous les débris végétaux : résidus de tontes de pelouse, feuilles, branchages issus de tailles, déchets floraux. Ils proviennent d’espaces verts publics, des alignements d’arbres dans les rues, de jardins privés, d’établissements publics (écoles, universités par exemple)... En France, le volume annuel de déchets « verts » s’élève à environ 7 millions de tonnes pour l’ensemble du territoire national (évaluation statistique, ADEME, 1998). Parmi les régions les plus productrices figurent le Nord, PACA, et l’Île de France. Cette région-capitale, qui regroupe dans 8 départements, 1281 communes sur 1 201 230 ha, se caractérise par une urbanisation très dense (la densité moyenne est de 905 hab./km2). Pourtant en dehors des cultures, plans d’eau, zones bâties, elle compte près de 87 000 ha d’espaces verts publics et privés, soit 6,4 % de la superficie régionale.

3Dans une perspective de développement durable, la loi-cadre du 13 juillet 1992 a initié une politique de prévention, de valorisation et de recyclage de tous les déchets, qui s’applique donc aux déchets « verts ». Mais leur gestion spécifique est compliquée, particulièrement en Île de France à cause du type d’habitat, de la faiblesse de débouchés locaux et des coûts d’élimination. La production conséquente de déchets « verts » franciliens pour être traitée sur des sites de compostage nécessite en amont une collecte sélective, tant auprès des collectivités qu’auprès des particuliers. C’est cette filière qui fera l’objet du présent article.

I- La production de déchets « verts » en Île de France

4L’entretien des espaces verts publics et privés génère une quantité totale de déchets d’environ 900 000 tonnes par an.

5La production annuelle « mobilisable », c’est-à-dire celle des espaces publics s’élève à près de 400 000 tonnes, soit un peu moins de la moitié. Elle est inégalement répartie dans les huit départements franciliens (figure 1). Elle augmente grossièrement de Paris vers la grande couronne. Mais, la quantité de déchets « verts » d’espaces publics produite par département dépend aussi du taux d’urbanisation, d’où la faiblesse relative de la Seine-et-Marne très rurale. Elle varie aussi avec la forme du bâti qui reflète le patrimoine naturel (anciennes forêts royales par exemple) et les investissements publics en matière de jardins, d’où l’écart entre les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis.

6La production de déchets « verts » issus des jardins privés a été estimée à l’aide d’un ratio compris entre 1 et 1,3 kg/m2/an. Rapporté à la surface des jardins de particulier, on obtient une production de déchets « verts » d’environ 600 000 tonnes (figure 2). Du centre à la périphérie de l’Île de France, la production est croissante. En effet, les jardins de particuliers sont rares dans Paris intra-muros, plus nombreux en banlieue, leur taille passe en moyenne de 500 m2 en petite couronne à 2 000 m2 en grande couronne.

7En Île de France, les déchets « verts » sont principalement constitués de feuilles et d’herbes (respectivement 36 et 34 % du total des déchets « verts » produits), alors qu’en moyenne, en France, les résidus d’élagage (40 %) prennent la première place (figure 3). La production est très irrégulière, avec un maximum saisonnier d’automne mais peut également présenter des variations imprévisibles associées à des conditions météorologiques favorisant les bris et les chablis (tempête, brouillards givrants...). Les conséquences de la tempête du 26 décembre 1999 ont par exemple produit à Elancourt (78) plus de déchets végétaux que la saison automnale !

II- Mise en décharge et incinération : les modes les plus répandus de traitement

A) Dans les communes de banlieue

8La collecte et le traitement des déchets « verts » sont de la compétence des collectivités locales ou des structures de gestion intercommunale (les Syndicats intercommunaux de Traitement des Ordures Ménagères SICTOM).

9La plupart des communes d’Île de France ne pratiquent pas de tri sélectif des déchets végétaux. Les déchets « verts » sont donc ramassés avec les ordures ménagères et éliminés de la même façon. En 1996, près de la moitié (49 %) était déposée en décharge et un quart incinéré (figure 4). Même si l’incinération permet une récupération d’énergie, cette filière est mal adaptée aux déchets « verts » qui sont principalement constitués d’eau, ce qui perturbe le fonctionnement des incinérateurs.

10La loi-cadre de 1992, qui a pour objectif de réserver les décharges aux seuls déchets ultimes à partir de 2002, a imposé la recherche de moyens de recyclage. Dans ce cas, la filière la plus appropriée est le compostage : les déchets « verts » sont broyés et stockés en tas, puis retournés et arrosés afin de subir une fermentation lente. Cette méthode de valorisation progresse lentement. L’Île de France avec 17 % de déchets « verts » compostés est en retard puisque la moyenne nationale est de 21 %.

B) Le cas de Paris

11Paris, pour une superficie d’environ 105 ha, compte près de 400 jardins et squares, des arbres d’alignements dans toutes les grandes rues, avenues et boulevards, plusieurs cimetières intra et extra-muros, et deux bois. Les services techniques de la Direction des Parcs et Jardins de la Ville de Paris doivent gérer l’évacuation de plus de 11 500 tonnes de déchets « verts » tous les ans (figure 5).

12Les déchets des squares et petits parcs, comme les déchets « verts » issus de la voie publique, sont évacués en même temps que les ordures ménagères, et sont incinérés dans l’un des trois centres de la petite couronne. Ce mode de traitement est le plus utilisé (figure 6). Les parcs de plus grande taille et les cimetières sont souvent équipés de « pourrissoirs » où sont stockés les déchets « verts ». Peu à peu, ces enclos bétonnés sont remplacés par des bacs spécifiques. Les produits de cette collecte sont ensuite acheminés vers une plate-forme. Les jardins indépendants (le Jardin des Plantes par exemple, qui appartient au Muséum) font appel à des entreprises privées pour le transport vers des décharges ou vers des plates-formes selon le type de déchet.

13La Ville de Paris utilise donc l’incinération comme principale filière de traitement. Chaque tonne de déchet incinéré lui coûte environ 700 francs (350 francs de collecte et transport, 350 francs de traitement). Mais une plate-forme de compostage, réservée aux déchets « verts » de la Ville de Paris est en projet.

14Pour pouvoir rentabiliser le compostage, les communes doivent organiser un tri à la source, aussi bien pour les particuliers que pour les espaces publics afin de rassembler au maximum la ressource.

III- Composter nécessite un tri préalable

15Le traitement biologique est la solution la plus adaptée à la valorisation des déchets « verts », car il est économique. La tonne compostée revient à 250 francs environ, alors que le prix est de 350 francs la tonne incinérée et 300 à 330 francs la tonne mise en décharge (tableau 1). Il permet de réduire les quantités stockées en décharge, et donc de diminuer la production de gaz malodorants, et de lixiviats polluants. Il contribue aussi à la résorption des dépôts sauvages, interdits et nuisibles. Il permet la production d’un amendement organique naturel, de qualité, adaptable à des usages différents. Enfin, il devrait permettre de faire participer les administrés de chaque commune à une politique globale de gestion des déchets ménagers.

Tableau 1 : Les coûts d’élimination des déchets verts (ordif, 1998)

Filière d’élimination

Coût moyen

incinération

en moyenne 350 F/tonne

décharge

entre 300 et 330 F/tonne

compostage

entre 200 et 300 F/tonne ; en moyenne 250 F/t

16Mais composter nécessite la concentration de la matière première et donc le tri sélectif. Or, la collecte des déchets « verts » est très en retard sur celle du verre ou du papier.

A) La collecte auprès des particuliers

17Sur les 420 communes trieuses d’Île de France, seulement 86 communes réalisaient en 1996 la collecte en porte à porte. Aujourd’hui elles sont plus d’une centaine à l’effectuer (figure 7). Dans ce cas, les sacs en papier recyclé ou les bacs, qui sont distribués aux citoyens possédant un jardin, sont collectés une fois par semaine d’avril à novembre. Le reste de l’année, le ramassage ne se fait plus qu’une fois par mois, quand il ne s’arrête pas complètement. Les communes choisissent le réceptacle selon leur budget. Le bac est un investissement à long terme : il est solide, et peut recevoir de nombreux branchages (photo1). Le sac, plus adapté aux déchets de tonte, aux feuilles, a l’avantage de pouvoir être intégré dans le processus de compostage (photo 2). La quantité de déchets « verts » ainsi collectés a doublé entre 1996 et 1999 (figure 8).

18Quand ce type de service n’est pas organisé, les habitants peuvent parfois bénéficier d’une collecte « générale » au sein de la commune grâce à la mise en place de bennes réservées aux résidents (photo 3)

1910 % des communes d’Île de France ont choisi une autre alternative : celle de l’élimination des déchets « verts » à domicile grâce à des composteurs individuels (photo 4). La masse des ordures ménagères est ainsi réduite, et la commune évite de payer des frais de collecte et de transport.

20Enfin, les Franciliens font des apports volontaires dans les 80 déchetteries dispersées dans la région. Ces lieux de dépôt, réservés à l’origine aux habitants de la commune sur laquelle ils sont installés, acceptent parfois des dépôts d’autres communes avec lesquelles des ententes sont passées – un justificatif de domicile est alors demandé–.

B) Le ramassage des déchets « verts » des espaces publics

21Les communes organisent la gestion de leurs déchets « verts » principalement selon leur budget (les coûts de la gestion sont composés du prix de la collecte, du transport, et du traitement).

22Dans le cas du fonctionnement en régie, celle-ci s’occupe des travaux d’entretien comme la tonte, le ramassage des feuilles, le remplacement de décorations florales... mais les travaux d’élagage sont confiés à des entreprises privées spécialisées. Le territoire communal peut être divisé en secteurs, auxquels est attribuée une équipe (6 secteurs à Paris par exemple). Dans quelques cas, la commune fait appel à une entreprise privée pour l’ensemble de ces travaux, comme à Guyancourt ou à Rocquencourt (78).

23Le transport vers un centre de traitement est très souvent effectué par une entreprise privée. Si les déchets ont été mélangés à d’autres types de déchets, ils sont alors portés en décharge ou en incinération. S’ils sont triés, ils peuvent être dirigés vers une plate-forme. Quand les services techniques s’occupent de l’acheminement, les déchets sont portés soit en déchetterie, soit directement en plate-forme de compostage. La destination dépendra de l’éloignement du centre de traitement. Toutefois, si les déchets sont jugés trop souillés, ils suivent la même filière d’élimination que les ordures ménagères.

24Certaines communes éliminent leurs déchets « verts » directement sur leur territoire en leur réservant un espace de stockage spécifique : la commune de Chaville (92) utilise un enclos dans le bois de Meudon ; à Garches (92) ou Marnes la Coquette (78), c’est dans le cimetière.

25Les communes acheminant leurs déchets « verts » vers des plates-formes se situent en périphérie de petite couronne et en grande couronne, autour des sites de compostage (figure 9). Mais pour beaucoup de communes de proche banlieue par exemple, la distance aux sites de traitement spécialisé est la cause principale de l’absence de collecte sélective. En cas d’éloignement, des coûts de transport trop élevés majorent le prix de façon peu incitative.

IV- Vingt-quatre plates-formes de compostage

A) En grande couronne principalement

26Les entreprises de compostage sont soumises à la loi de 1976 relative aux installations classées, leur activité pouvant entraîner des nuisances. En effet, ces installations ont pour finalité de transformer, en milieu aérobie, les déchets « verts » en un « terreau » utilisable par l’agriculture. Elles ne peuvent donc se localiser n’importe où. Le choix du site se fera en fonction de plusieurs critères : suffisamment loin d’habitations pour que la population ne soit pas gênée par l’odeur que dégage la fermentation, sur un espace disponible assez vaste, bien desservi par des voies de communication existantes avec l’aire de production et de collecte.

27L’Île de France compte 24 installations de compostage. Une seule plate-forme est située en petite couronne, dans le Val de Marne. Les 23 autres installations se répartissent dans la grande couronne à raison de 5 à 7 plates-formes par département (figure 10).

B) Deux types d’établissements

28Depuis plus de vingt ans, neuf centres de compostage traitent à la fois les déchets « verts » et la partie fermentescible des ordures ménagères (tab.2)

Tableau 2 : Les unités de compostage (ORDIF, 1999, complété)

Tableau 2 : Les unités de compostage (ORDIF, 1999, complété)

29Seize plates-formes recyclent uniquement des déchets « verts ». Elles sont plus récentes et datent du début de la décennie 1990 et ont bénéficié des subventions de l’ADEME, des Conseils Général et Régional. Leurs capacités de traitement varient entre 1 200 tonnes (Poissy, 78) et 25 000 tonnes (Compans, 77). Leur taux d’utilisation est difficile à déterminer, mais certaines ne tournent qu’à 50 %. La plupart sont gérées par des agriculteurs qui ont créé leur société, ou parfois par une collectivité locale.

C) Des qualités différentes de compost

30Le compost produit doit répondre aux exigences instaurées par la norme AFNOR NF U 44051, relative au contrôle des matières fertilisantes.

31Mais, il est également important d’adapter le produit fini à la demande des utilisateurs potentiels, aussi bien pour la qualité de compost que pour son prix de vente.

32Le compost fourni par les entreprises utilisant en mélange déchets « verts » et ordures ménagères, mécontentait il y a 20 ans, certains utilisateurs ; les agriculteurs, les viticulteurs retrouvaient sur leur terre de nombreux morceaux de plastique et autres produits non organiques. Il a fallu améliorer la qualité du compost mis sur le marché puis en convaincre l’utilisateur.

33Aujourd’hui, le compost produit s’est adapté aux besoins des différents agriculteurs : il est commercialisé distinctement selon sa qualité et sa granulométrie (tableau 3). Le marché est dominé à 75 % par la grande culture. Les utilisateurs plus exigeants, comme les champignonniers et les pépiniéristes se partagent la seconde place avec les entreprises d’aménagement paysager et les collectivités locales.

Tableau 3 : La revente du compost (AFNOR, ADEME 1996)

Tableau 3 : La revente du compost (AFNOR, ADEME 1996)

34Quelques particuliers se fournissent directement sur ces plates-formes. En effet, la vente par les entreprises de petite et grande distribution est rare, les quantités produites n’étant pas suffisantes pour satisfaire un marché constant.

35Le traitement des déchets « verts » en Île de France est actuellement en pleine modification. D’ici 2002, toutes les communes vont devoir réorganiser leurs modes de collecte. La réussite du recyclage des déchets « verts » repose sur le partenariat entre collectivités locales et entreprises privées et sur la civilité des citoyens lors du tri sélectif. Afin de se généraliser, la collecte sélective devra mener des campagnes publicitaires auprès des particuliers, qui ont tendance à ne pas faire l’effort de séparer ce type de déchet des autres déchets ménagers. Quant au marché du compost, il devra pouvoir traiter au maximum les quantités produites en s’adaptant un peu à l’irrégularité de l’approvisionnement, imaginer des plates-formes sans gêne pour l’environnement et les habitations, rationaliser ses coûts encore trop élevés et multiplier ses débouchés.

Figure 1 : Évaluation de la quantité de déchets « verts » produite par les espaces publics, en Île de France (ordif, 1996)

Figure 2 : Évaluation de la quantité de déchets « verts » produite par les jardins des particuliers, en Île de France (ratio de 1 kg/m2/an) (ordif, et dpjev, 1999)

Figure 3 : Types de déchets produits en Île de France et en France (Schneider, 1996)

Figure 4 : Filière d’élimination des déchets « verts » en Île-de-France (Schneider, 1996)

Figure 5 : Estimation de la production de déchets verts à Paris (DPJEV, 1999) 1 : talus du Boulevard périphérique, soit 58 ha ; 2 : cimetières intra-muros, soit 92 ha ; 3 : bois de Boulogne et Vincennes, soit 1850 ha ; 4 : circonscriptions (jardins, squares), soit 330 ha ; 5 : plantations (voies publiques, jardins décoratifs, écoles...), soit 58 ha ; 6 : privés, classés, soit 240 ha ; 7 : congrégations religieuses, soit 95 ha ; 8 : Etat (5 parcs non gérés par la DPJEV, plan de sauvegarde), soit 150 ha

Figure 6 : Mode d’élimination des déchets verts parisiens (DPJEV, 1999)

Figure 7 : La gestion des déchets « verts » issus des jardins des particuliers en Île de France

Figure 8 : Évolution de la quantité de déchets verts collectés en porte à porte, en Île de France (ORDIF, 1999)

Figure 9 : Les filières d’élimination des déchets « verts » issus d’espaces publics : le cas de la petite couronne

Figure 10 : Les unités de compostage (ORDIF, ADEME 1999)

Photo 1 : Poubelle individuelle à déchets « verts » à Jouy en Josas, 78 (jan. 2000)

Photo 2 : Sac à déchets « verts » distribué à Buc, 78 (jan. 2000)

Photo 3 : Benne à déchets « verts » à Bièvres, 91 (décembre 1999)

Photo 4 : Composteur individuel fourni par la Mairie d’Antony, 92 (déc. 1999)

Hangar à camions de la Mairie de Paris
© Ouest-Lumière/Yann Toma

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ADEME, « Environnement : Gestion des déchets en Île-de-France », Guide de l’entreprise, Paris, Connaître pour agir, 1998, p. 112-121

ADEME, Les atouts du compostage des déchets verts, Paris, Connaître pour agir, 1996

Berlin N., Delavigne R., « Le compostage, solution écologique et économique de traitement des déchets », Note rapide sur l’environnement, no 4, Paris, IAURIF, 1995

Berlin N., Synthèse des connaissances sur les déchets végétaux d’Île de France, Paris, ORDIF, 1996

DIRECTION DES PARCS, JARDINS ET ESPACES VERTS, Les Jardins de Paris, Mairie de Paris, 1994

DIRECTION DES PARCS, JARDINS ET ESPACES VERTS, Valorisation des déchets verts de la ville de Paris, Mairie de Paris, 1999

Ducret B., Franconi A., « Les collectes sélectives en Île de France : premier bilan », Note rapide sur l’environnement, no 21, Paris, IAURIF, 1999

FranconI A., « La gestion des déchets ménagers en Île-de-France », Note rapide sur l’environnement, no 20, Paris, IAURIF, 1999

Garcin J-L., Girod P., 1993, Code pratique des déchets, Paris, Le Moniteur, p. 5-8, p. 85-87, p. 148-152

Lack O., Franconi A., Contribution à l’évaluation de la production des déchets végétaux en milieu pavillonnaire de la petite couronne, Paris, ORDIF, 1993

Robert J., « Comment valoriser les déchets verts ? », La Gazette des communes, no 28-1366, 1996, p. 13-17

Schneider P., Le Bozec A., 1995, La production des déchets verts des espaces verts publics, Rennes, CEMAGREF, 1995

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : Les unités de compostage (ORDIF, 1999, complété)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Tableau 3 : La revente du compost (AFNOR, ADEME 1996)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Figure 1 : Évaluation de la quantité de déchets « verts » produite par les espaces publics, en Île de France (ordif, 1996)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 2 : Évaluation de la quantité de déchets « verts » produite par les jardins des particuliers, en Île de France (ratio de 1 kg/m2/an) (ordif, et dpjev, 1999)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 3 : Types de déchets produits en Île de France et en France (Schneider, 1996)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 4 : Filière d’élimination des déchets « verts » en Île-de-France (Schneider, 1996)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 5 : Estimation de la production de déchets verts à Paris (DPJEV, 1999) 1 : talus du Boulevard périphérique, soit 58 ha ; 2 : cimetières intra-muros, soit 92 ha ; 3 : bois de Boulogne et Vincennes, soit 1850 ha ; 4 : circonscriptions (jardins, squares), soit 330 ha ; 5 : plantations (voies publiques, jardins décoratifs, écoles...), soit 58 ha ; 6 : privés, classés, soit 240 ha ; 7 : congrégations religieuses, soit 95 ha ; 8 : Etat (5 parcs non gérés par la DPJEV, plan de sauvegarde), soit 150 ha
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 6 : Mode d’élimination des déchets verts parisiens (DPJEV, 1999)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 7 : La gestion des déchets « verts » issus des jardins des particuliers en Île de France
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Figure 8 : Évolution de la quantité de déchets verts collectés en porte à porte, en Île de France (ORDIF, 1999)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 9 : Les filières d’élimination des déchets « verts » issus d’espaces publics : le cas de la petite couronne
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 10 : Les unités de compostage (ORDIF, ADEME 1999)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Photo 1 : Poubelle individuelle à déchets « verts » à Jouy en Josas, 78 (jan. 2000)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Photo 2 : Sac à déchets « verts » distribué à Buc, 78 (jan. 2000)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Photo 3 : Benne à déchets « verts » à Bièvres, 91 (décembre 1999)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Photo 4 : Composteur individuel fourni par la Mairie d’Antony, 92 (déc. 1999)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Hangar à camions de la Mairie de Paris© Ouest-Lumière/Yann Toma
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34188/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

Auteurs

UFR de géographie, Institut de Géographie, 191 rue Saint Jacques, 75005 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search