Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses du déchet

 | 
Grégory Hamez
, 
Martine Tabeaud

En guise d’introduction

Martine Tabeaud et Gregory Hamez

Texte intégral

1Le point culminant de New York City se trouve à Fresh Kills dans Staten Island, 460 pieds. Celui de l’Île-de-France à Élancourt dans les Yvelines, 216 mètres. Quel est leur point commun ? Il s’agit dans les deux cas d’amas de déchets, une décharge d’ordures ménagères pour New York, et pour l’Ile-de-France un amas de gravats accumulés suite à la construction de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines. Les grandes métropoles sont marquées durablement par les déchets qu’elles engendrent, non seulement par l’impact paysager des décharges illustré par ces deux exemples, mais aussi par le ballet incessant des camions poubelles et des fourgonnettes de nettoyage des rues, les escouades de balayeurs, les moto crottes...

2Les citadins se sentent-ils concernés ?

3Ce séminaire sur « le déchet » intervient quelques semaines après la réunion à l’Hôtel de Ville de Paris des « États généraux de la qualité de vie à Paris ». Une consultation des Parisiens durant les mois de septembre et octobre 1999 a précédé cette manifestation. 7976 Parisiens, soit 4 %, ont répondu à cette opportunité et leurs contributions écrites sont toutes publiées dans un livre de 457 pages, disponible en mairie. Après les problèmes de voirie-transport et d’espaces verts, les thèmes les plus fréquemment évoqués sont la propreté, les déchets, la sécurité. Le mot déchet a été employé par 159 personnes. La lecture de cette centaine de récriminations-propositions est riche de sens.

4Les déchets sont étroitement dépendants de la société qui les génère. Les Parisiens si proches mais si seuls ont des animaux familiers : les crottes de chien envahissent les trottoirs. Les Parisiens travaillent et mangent à midi dans les fast-foods ; cela se traduit par l’abandon de papiers gras ou de sacs en papier bruns au logo caractéristique, dans les caniveaux, les espaces verts des environs... L’information a envahi la rue et les tracts distribués aux passants sont lâchement ou distraitement abandonnés quelques mètres plus loin jonchant les sorties de métro, certains boulevards, etc.

5Les déchets sont généralement perçus comme des symboles de laideur et de puanteur. Les auteurs des méfaits associés aux déchets, quand ils sont nommés, sont les jeunes, les immigrés (et particulièrement « les Sri Lankais » !), les exclus (SDF)... ceux dont le mode de vie échappe à la norme du « Parisien moyen ». Dans cette logique, supprimer le déchet nécessite la répression par la loi, l’ordre, la taxe, l’amende.

6Quelques-uns, plus positifs, évoquent le gisement d’emplois que l’on pourrait associer à un nettoyage plus efficace. D’autres imaginent une nouvelle vie au déchet, une sorte de renaissance, par le recyclage, la récupération qui nécessite de changer de mode de pensée, de trier,... et donc de se poser des questions sur la nature de ce qui est mis au rebut. La nouvelle vie du déchet pourrait passer par la sensibilisation à sa beauté grâce à des expositions de déchets (un seul Parisien propose de telles manifestations)... qui sait-on jamais auront peut-être à Paris un jour autant de succès que les brocantes, elles aussi, ramassis d’objets déchus.

7De cette enquête ressort la nature ambivalente du déchet. Associé en première analyse aux notions de déchu, d’inutile et d’exclu, il ne peut être séparé de la notion de produit, que ce soit par l’activité dont il est le rebus ou par la ré-affectation qu’il peut connaître par le recyclage. Considéré tout d’abord comme laid, sale et indésirable, il n’est jamais très éloigné de la notion du beau, comme l’illustre la tendance continue dans l’art du XXe siècle à mettre en scène des déchets. Le déchet est inextricablement lié à ses contraires dans une relation dynamique et complexe.

8Comment appréhender cette complexité ?

9Le parti de cet ouvrage est de croiser les regards de plusieurs disciplines sur le déchet afin de mieux saisir ses différentes facettes. Deux tendances se combinent : une première qui apporte définition et connaissance du déchet, une seconde qui s’attache à cerner la gestion du déchet.

10Les premiers articles mettent à contribution la philosophie, l’histoire, l’histoire de l’art, les arts plastiques et l’archéologie.

11Les articles suivants s’attachent à la vie du déchet dans les cités, sous un angle juridique, géographique et économique, en particulier en Île de France.

Auteurs

Professeur de géographie et d'aménagement à l’Université de Lorraine (Metz) et directeur du Master en Border Studies, ses recherches s'inscrivent principalement dans le champ des Border Studies, appliqué aux espaces transfrontaliers de l’Union européenne.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540