Version classiqueVersion mobile

Experts et expertises au Moyen Âge. Consilium quaeritur a perito

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Conclusion

Chris Wickham

Texte intégral

  • 1 Ce texte est la version légèrement remaniée de mon intervention orale au congrès. Je suis très rec (...)

1Quand la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public a choisi de tenir son XLIIe Congrès à Oxford, nous, c’est-à-dire la faculté d’histoire de cette université, étions naturellement très heureux et honorés de l’accueillir. Et cette occasion a donné lieu, à la fois, à une rencontre importante d’un point de vue humain et amical, et à une expérience scientifique capitale. Les résultats ici présentés le démontrent. Ce livre offre une contribution importante à l’histoire de l’expertise, un domaine d’étude très en pointe actuellement, notamment dans l’historiographie transnationale chère aux historiens du xxe siècle, et facilement transposable aux experts médiévaux, tant clercs que laïcs. La tâche d’en écrire une conclusion est d’autant plus difficile, mais nécessaire1.

2Je voudrais commencer par une relecture de l’argumentaire du congrès, parce qu’il a fourni un cadre aux idées et aux interventions des participants. Les organisateurs ont compris l’expertise surtout dans le contexte des qualifications et des décisions précises, c’est-à-dire l’expertise en tant que conseil des experts possédant un but déterminé, concentré sur la résolution de problèmes spécifiques. Les thèmes qui n’étaient pas envisagés comprenaient « les conseils généraux adressés à telle ou telle catégorie ou fonction », « la littérature d’expertise », y compris les miroirs des princes, c’est-à-dire la théorie, si elle n’a pas « un rapport direct avec la pratique de l’expertise », ou bien les conseils « en tant qu’instances délibératives ». En revanche, les thèmes conseillés comprenaient le recours à l’expertise dans des situations déterminées, comme les enquêtes royales, le statut des experts comme « véritables groupes professionnels » – à travers, par exemple, la reconnaissance académique et les champs de l’expertise –, la médecine et le droit évidemment, mais aussi l’art militaire – peu invoqué durant le congrès cependant –, la théologie, les comptes, la technologie, les rapports entre les savants experts et l’exercice pratique de l’expertise, et les rapports entre le conseil et la décision prise.

3Je ne cite cet argumentaire ni pour féliciter les contributeurs de ce livre pour la précision avec laquelle ils l’ont suivi, ni pour me lamenter sur le fait que certains thèmes n’ont pas toujours été au centre des démonstrations des articles. Globalement, le livre est vraiment issu de ces thèmes, mais il est également vrai que tout livre riche échappe en partie aux intentions initiales des auteurs ou des éditeurs, et devrait le faire pour que la recherche avance. C’est précisément dans le rapport ou l’écart entre les formulations initiales et les résultats différents que réside l’intérêt d’un congrès et d’un livre collectif, pris comme un ensemble. Par conséquent, le lecteur trouvera beaucoup plus de matière, par exemple, sur le rôle des experts en théologie, droit et médecine, ainsi que dans les affaires judiciaires, que ne l’avait prévu l’argumentaire du colloque. C’est un point fort du livre en effet, et j’y reviendrai. Inversement, il est vrai, et c’est bien juste, que les conseils spécifiques des experts ont été au centre du livre, comme l’argumentaire l’a voulu. Ce volume, en effet, se concentre sur l’effet pratique de l’expertise reconnue comme telle, et pas sur les aspects théoriques.

4Je voudrais donc offrir deux directions pour un développement des discussions sur la pratique. Premièrement, je voudrais considérer les situations dans lesquelles l’expertise n’est pas utilisée comme une connaissance spécifique afin de résoudre un problème donné, mais plutôt de manière plus transversale, y compris pour faire carrière. Je reviendrai ensuite à la pratique et discuterai brièvement le rapport entre expertise formelle et expertise informelle.

5Il est évident que les experts peuvent faire carrière, surtout au bas Moyen Âge, grâce à leur expertise, dans les champs où leur savoir est plus directement utile : les canonistes deviennent évêques et même papes, les civilistes deviennent juges et administrateurs, etc. Ceci est le résultat d’une valorisation des avantages de l’éducation scolaire, qui devient de plus en plus importante après le xiie siècle ; nous le savons tous. Pourtant, il est également vrai que le monde de l’État et, en général, l’art de la conduite des affaires de l’État – nous dirions le statecraft en anglais – étaient parfois ouverts à toutes sortes d’expertises, de manière intéressante. L’argumentaire du congrès n’a pas envisagé ce thème de recherche, sans doute pour éviter que tout le monde parle des conseils d’État, des conseillers politiques et donc d’un monde très bien connu des médiévistes. Mais évidemment certains contributeurs l’ont abordé, et à juste titre : on le trouve dans les articles de Nathalie Gorochov, Guilhem Pépin, Jean-Baptiste Santamaria et Fanny Madeline, entre autres. Mais il est surtout intéressant que les carrières des experts ne soient pas toujours limitées à des domaines relativement voisins, comme les ingénieurs qui deviennent gardiens des palais en Angleterre, par exemple. Ainsi n’est-il pas rare qu’un expert dans un champ donné de la connaissance soit aussi utilisé comme expert dans des champs assez éloignés. Prenons des exemples, parce que je crois qu’ils sont pertinents pour notre sujet.

  • 2 Théodulfe d’Orléans, Contra judices, éd. E. Dümmler, Berlin, 1881 (MGH Poetae, 1), p. 493-517.
  • 3 Pour sa carrière : E. Dahlhaus-Berg, Nova antiquitas et antiqua novitas, Cologne, 1975.

6Commençons avec Théodulfe d’Orléans : c’est le théologien le plus important de la cour de Charlemagne, auteur de l’Opus Caroli, le traité le plus systématique et le plus original sur la théologie des images jamais écrit dans l’Occident médiéval. Il est aussi poète, ce qui fait de lui l’un des membres les plus « courtois » de l’entourage du roi, au sein de la première génération des intellectuels carolingiens. Il a écrit un poème bien connu, souvent nommé Contra judices, sur les pratiques judiciaires, qui, entre autres thèmes, critique la corruption dans les tribunaux. Théodulfe a vu lui-même, quand il faisait une tournée judiciaire dans le sud de la France actuelle, des gens lui offrir des dons pour obtenir des décisions favorables, et pas simplement de petits dons honorifiques habituels, comme les poulets, mais aussi des cadeaux coûteux, comme des monnaies d’or arabes2. Il s’agit d’un texte étudié surtout pour ses détails : on échange donc des biens avec al-Andalus à la fin du viiie siècle, etc. Pour nous, cependant, ce qui importe est que Théodulfe, expert de la théologie et poète – c’est pour cela qu’il se trouve chez Charlemagne –, est, pour cette raison, le type de personne qui peut être missus judiciaire en Languedoc3.

  • 4 Pour sa carrière : P. Riché, Gerbert d’Aurillac, Paris, 1987. Citations dans Die Briefsammlung Ger (...)

7Le second exemple concerne Gerbert d’Aurillac. Je ne veux pas esquisser ici sa carrière longue et compliquée, mais c’était un homme venu de nulle part, qui fit carrière à Barcelone, Rome, Bobbio, Reims, Magdebourg, Ravenne et, de nouveau, à Rome comme pape, parce qu’il était expert. Chassé de l’archevêché de Reims en 997, il aurait bien pu suivre la disgrâce d’Ebbon de Reims cent cinquante ans auparavant, autre archevêque sans famille honorable, qui s’est trouvé condamné parce qu’il avait fait des erreurs politiques. Mais, au lieu de cela, Gerbert a été récupéré immédiatement par Otton III et amené en Saxe, et finalement jusqu’au trône pontifical, en raison de son expertise. Expertise en quoi ? Nous avons la lettre d’acceptation de Gerbert, adressée à Otton : il lui dit, en résumé, « naturellement je viens ; j’ai tant à vous enseigner dans le domaine des mathématiques ». Thietmar de Mersebourg signale d’ailleurs une génération après, dans son histoire, l’horloge astronomique que Gerbert a fait construire à Magdebourg, sans doute en 997 même. Gerbert est certes un fidèle des Ottoniens, mais il est reconnu, puis entre dans les conseils royaux et se trouve promu aux offices les plus importants, parce qu’il est mathématicien4.

8Or, ces exemples viennent du haut Moyen Âge. Le lecteur aura noté que la très grande majorité des articles du livre traitent du Moyen Âge tardif, des siècles postérieurs à 1200. Il y aurait peut-être ici un métarécit implicite, qui voit cette période comme plus « moderne » que les sept siècles précédents, plus professionnalisée ; un monde qui possède, finalement, des experts plus définis, les intellectuels de Jacques Le Goff : les civilistes dans les tribunaux royaux de la France du xiiie au xve siècle, les canonistes de la Curie, les médecins reconnus experts grâce aux grades universitaires, les architectes et non plus les maîtres maçons, mais chacun dans son propre champ.

  • 5 L. A. Muratori, Delle antichità estensi ed italiane, t. 1, Modène, 1717, p. 219-220.

9Je voudrais donc prendre un troisième exemple beaucoup plus tardif, datant du début du xviiie siècle. Quand j’ai lu les Antichità estensi de Lodovico Muratori, une histoire de la famille d’Este, j’ai été fasciné par les explications qu’il avance dans le préambule de son livre. Muratori a choisi de dédier le livre au membre alors le plus influent de la famille, l’électeur de Hanovre George Louis de Brunswick, futur roi George Ier d’Angleterre. Il lui envoie en 1715, quand George est déjà roi, une copie manuscrite du livre. Le roi lui répond qu’il lui conseille de montrer le livre à son intellectuel de cour à Hanovre, Gottfried Leibniz, pour avoir son opinion. Une erreur de catégorie ? Leibniz est l’un des deux mathématiciens les plus fameux de son époque, codécouvreur du calcul : pourquoi jugerait-il de l’histoire de la famille d’Este ? Mais les deux hommes ont déjà été en communication, et Leibniz écrit alors à Muratori pour lui expliquer qu’il est d’accord avec le fait qu’Oberto Ier, ancêtre des Este, premier marquis de la Marca Obertenga au milieu du xe siècle, a été l’arrière-petit-fils du marquis Adalberto II de Toscane, ce qui veut dire que la généalogie de la famille peut commencer avec Bonifacio Ier de Lucques, au début du ixe siècle, six générations avant Oberto. En outre, il explique à Muratori qu’il ne devrait pas être gêné par le fait qu’Adalberto de Toscane était sous le régime de la loi des Bavarois, bien qu’Oberto fût lombard, parce qu’il était beaucoup plus facile de changer de loi au Moyen Âge que les historiens ne l’admettent. Ce raisonnement est d’ailleurs tout à fait actuel à nos yeux, même si la filiation généalogique est moins convaincante5.

  • 6 M. R. Antognazza, Leibniz : An Intellectual Biography, Cambridge, 2009.

10Leibniz, évidemment, connaissait bien son sujet. J’ai découvert seulement plus tard pourquoi : il a passé trente ans à faire une histoire des ancêtres de la famille de Brunswick. Il a accumulé une montagne de matériaux, mais ne les a jamais publiés. Les électeurs, surtout George Louis, ont vraiment été fâchés par cette absence de publication, et Leibniz était précisément en train de perdre la faveur du prince quand il écrivait à Muratori. Leibniz était donc tout autant un mathématicien – et un logicien, et un philosophe (accompli) – qu’un historien (raté). Mais on découvre en outre que son grade universitaire était une licence en droit, et que sa première occupation était l’alchimie6. Leibniz a d’abord attiré l’attention des cours d’Allemagne – Mayence, puis Hanovre-Brunswick –, parce qu’il était expert en droit et développait donc une large expérience diplomatique, de manière attendue. Mais il continua d’être central pour la politique culturelle des Brunswick, parce qu’il était expert en tout autre chose. Évidemment, nous sommes dans le monde prélapsaire que Michel Foucault décrit dans Les mots et les choses, où les disciplines actuelles ne sont pas encore étroitement séparées. Mais, même pour eux, le saut de la mathématique à l’histoire était considérable.

11La conclusion que je veux mettre en évidence, à travers ces trois exemples, est que l’expertise est transposable, non pas seulement de personne à personne – cela est manifeste –, mais aussi de discipline à discipline, et pas seulement au haut Moyen Âge. Durant le millénaire médiéval, et longtemps après, on admettait que, dans certaines situations, un expert reconnu dans le champ de la connaissance, peut-être avec un titre formel, comme celui de magister, eût légitimité à s’exprimer dans d’autres champs. Les experts de droit civil dans le champ politique, comme Guillaume de Nogaret formé en droit romain, sont les exemples les plus fameux et les mieux connus. Mais on doit ajouter le méta-savoir plus généraliste des théologiens – je cite Alain Boureau –, comme Jacques de Viterbe, écrivant, lui aussi, pour Philippe le Bel. Et, évidemment, la mathématique était capable de produire un capital culturel suffisant pour toutes sortes de carrières, de Gerbert à Leibniz.

12La société du califat abbasside avait un mot pour ce genre d’expertise généralisée : adab. Être qualifié dans un quelconque champ de la connaissance, à condition que l’expertise soit exprimée avec style, non pas seulement pour les autres experts, mais aussi de manière littéraire pour un public cultivé, était une qualification générale, un méta-savoir comme Alain Boureau l’a défini. Ici, on pouvait bien être mathématicien et historien à la fois : tous les deux étaient gens de l’adab. Il en allait de même pour un géographe et administrateur comme Ibn Khurradadhbih, à la fin du ixe siècle, ou un médecin et homme d’État comme Ibn Sina (Avicenne), au milieu du xie siècle. En effet, chez les Abbassides et leurs successeurs, même la pratique politique était une expertise comme les autres. Être magister au Moyen Âge tardif était également polyvalent : il est significatif que, bien des fois, nous sachions qu’un tel est magister, et non pas magister de quoi. On doit donc se demander dans quelles situations un expert d’un certain type est reconnu comme expert dans un autre champ, mais aussi dans quelles situations cette transposition de l’expérience n’est plus valide. Par conséquent, la reconnaissance comme expert et la relation entre cette reconnaissance et la force du conseil ne sont pas seulement une question de titres académiques ou d’expérience pratique fameuse ; elles sont beaucoup plus construites culturellement. La manière dont on pouvait revendiquer cette reconnaissance et celle dont les gens le faisaient au quotidien constituent une clef pour comprendre l’histoire culturelle de chaque siècle.

13Cela me porte à la seconde observation que je veux mettre en évidence dans cette conclusion. On peut également aborder le problème de la nature de l’expertise à travers une discussion du rapport entre expertise formelle et expertise informelle : le savoir et la sagesse, pour reprendre les termes de la belle comparaison d’Hannah Skoda, ou bien le savoir pratique, dans la formulation de Laurent Feller et de Catherine Verna. Hannah Skoda a mis en évidence la manière dont le savoir formel était genré : en 1322, Jacoba Felicia peut certes être matrone, c’est-à-dire un expert médical informel, mais elle ne peut pas être médecin. Les experts féminins, formellement reconnus, sont extrêmement rares tout au long du Moyen Âge, et, quand ils existent, la reconnaissance de leur expertise est habituellement contestée : peut-être pas pour une Hrotswitha de Gandersheim ou une Hildegarde de Bingen, lettrées et intellectuelles dans le cadre du monachisme féminin, mais certainement pour une Héloïse ou une Christine de Pizan, plus insérées dans le monde. Le savoir est donc genré. Mais la sagesse, l’expérience informelle, beaucoup moins. Être matrone est un rôle informel, mais il est respecté, même au tribunal, comme Martine Charageat l’a démontré. Mais, en ce qui concerne les mâles, avoir de l’expérience portait aussi à l’expertise. La « congnoissance » des comptes ou de la contrefaçon, comme l’ont montré Jean-Baptiste Santamaria et Pierre Prétou, avait une force politique et judiciaire. À l’instar des matrones et des médecins, l’avis de tels experts au tribunal avait une valeur probatoire bien supérieure à celle des simples témoignages.

  • 7 P. Brand, « Inside the Courtroom », The Moral World of the Law, éd. P. Coss, Oxford, 2000, p. 91-1 (...)
  • 8 C. Wickham, Courts and Conflict in Twelfth-Century Tuscany, Oxford, 2003, p. 40-55.

14Ce poids de l’expérience est également sensible dans l’office même du juge. La plupart des juges délégués de la justice ecclésiastique du xiie siècle n’étaient pas magistri ; ils avaient une expertise parfois très grande de la pratique de la justice, mais ils étaient abbés, évêques, formés dans le monde, pas dans les écoles. Les tribunaux laïques sont similaires. Le tribunal royal pour les causes civiles en Angleterre à la fin du xiiie siècle était entièrement fondé sur l’expertise orale ; elle était très recherchée, difficile à connaître même alors, mais certainement développée sans une éducation formelle ou précise7. En Italie, il y a toujours eu une dialectique entre le savoir des juristes et l’expérience ou la sagesse des magistrats laïques ; ils se trouvent dans les mêmes tribunaux, ils jugent de la même manière, mais c’est la pratique qui les unifie, et non la théorie. À Lucques, d’après les documents judiciaires que je connais assez bien, chaque tribunal a trois magistrats, un judex (ou causidicus), qui préside, et deux laïcs qui discutent avec lui. La formation du judex est très souvent bolonaise après la fin du xiie siècle, et c’est donc un expert formé au droit romain, autrement dit un juriste. Cependant, à Lucques, le droit local est lombard, et donc l’expertise réelle du juriste ne peut pas dériver de sa formation ; ici, il se trouve précisément au niveau de ses collègues non formés, qui apprennent comment on devait juger grâce à l’expérience quotidienne8. Et, évidemment, il y a aussi un continuum entre cette sorte de savoir pratique et l’expérience de tout bonus ou probus homo dans la vie quotidienne, ce qui n’est pas notre sujet, mais le sous-tend à chaque moment.

15Les consilia juridiques sont très souvent associés aux experts plus formels, les periti, comme Nathalie Gorochov l’a mis en évidence. Mais ici aussi il y avait souvent une dialectique : les experts formels se trouvaient parmi d’autres experts, moins formels, mais établis par la pratique. Cette étude démontre clairement que les rois des xiie et xiiie siècles voulaient avoir des jurisperiti à leur cour, et cela n’était pas une nouveauté : bien avant 1100, l’expertise formelle d’un Théodulfe ou d’un Gerbert était prise en considération, mise en valeur. Mais elle n’était pas la seule expertise qui existait et n’était pas nécessairement l’expertise dominante. C’est la manière dont les expertises, formelle et informelle, s’articulèrent à chaque période qui vaut la peine d’être discutée, ce qui offre une autre clef pour comprendre notre période. Le consilium des experts en Franche-Comté, concernant le meurtre d’Étienne de Saint-Dizier en 1328, décrit par Michelle Bubenicek, démontre de manière particulièrement claire le problème que j’essaie de développer ici. Celle-ci publie et discute les avis d’au moins deux experts, tous les deux évidemment à la fois experts savants et hommes expérimentés dans la pratique : les avis sont divergents. L’expert le plus intéressant argumente qu’un procès criminel dans ce cas est beaucoup plus hasardeux qu’un procès civil, parce que les accusés sont nobles. En effet, la procédure criminelle reviendrait à diffamer les nobles par le témoignage des ignobles, ce qui ne serait pas juste, et donc la fama comme évidence ne fonctionnerait pas correctement dans un procès criminel. Cet argument mêle à la fois des distinctions juridiques et une insistance sur l’honneur qu’on ne trouve pas dans le Corpus juris civilis, mais qu’on aurait évidemment trouvé régulièrement dans la pratique judiciaire de la Franche-Comté au xive siècle. En outre, le savant qui propose l’argument mêlé était d’évidence en minorité au tribunal, parce que le juge, un comte, procède à un procès criminel, même si, six ans après, il arrive à un compromis beaucoup plus « normal » avec la principale accusée, la femme de la victime. Ici, nous nous trouvons au centre d’un mélange extrêmement compliqué entre savoir formel et informel (y compris celui du comte), mais aussi, dans le raisonnement savant, dans un mélange entre l’argument savant et la pratique.

16Nous voici, je crois, au cœur de notre sujet. C’est exactement l’articulation de ce mélange des expertises que nous avons, à mon avis, mise en valeur à travers tous les articles de ce livre. Entre praticiens et juristes, matrones et médecins, autres médecins et juges, ingénieurs et architectes, experts pratiques et magistri de tous types : ils ont souvent du respect pour les autres ; ils apprennent parfois les uns des autres, amis traitent toujours les uns avec les autres. C’est dans ce processus de négociation entre la connaissance savante et la connaissance pratique que notre sujet s’est formé sous nos yeux.

Notes

1 Ce texte est la version légèrement remaniée de mon intervention orale au congrès. Je suis très reconnaissant aux éditeurs d’avoir relu mon texte français.

2 Théodulfe d’Orléans, Contra judices, éd. E. Dümmler, Berlin, 1881 (MGH Poetae, 1), p. 493-517.

3 Pour sa carrière : E. Dahlhaus-Berg, Nova antiquitas et antiqua novitas, Cologne, 1975.

4 Pour sa carrière : P. Riché, Gerbert d’Aurillac, Paris, 1987. Citations dans Die Briefsammlung Gerberts von Reims, éd. F. Weigle, Weimar, 1966 (MGH, Die Briefe der deutschen Kaiserzeit, 2), no 187 ; Thietmar de Mersebourg, Chronicon, VI, 100, éd. R. Holtzmann, Berlin, 1935 (MGH, SS rer. Germ. N. S., 9), p. 392-393.

5 L. A. Muratori, Delle antichità estensi ed italiane, t. 1, Modène, 1717, p. 219-220.

6 M. R. Antognazza, Leibniz : An Intellectual Biography, Cambridge, 2009.

7 P. Brand, « Inside the Courtroom », The Moral World of the Law, éd. P. Coss, Oxford, 2000, p. 91-112.

8 C. Wickham, Courts and Conflict in Twelfth-Century Tuscany, Oxford, 2003, p. 40-55.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search