Version classiqueVersion mobile

Experts et expertises au Moyen Âge. Consilium quaeritur a perito

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Experts et société

Les experts juifs à Marseille au xive siècle

Quand l’infidèle contribue à dire le droit*

Juliette Sibon

Résumé

Confronter fait minoritaire et expertise à Marseille au xive siècle conduit à soulever le paradoxe entre l’infériorité du juif, théoriquement « infidèle », et le statut de publicus qu’il se voit reconnaître en qualité d’expert. Les documents notariés signalent, de manière inattendue, le recours aux experts juifs pour l’estimation de parcelles de vigne, de la qualité d’un produit ou des termes d’une transaction économique à partir de documents latins. Le crédit personnel que leur accordent les chrétiens relève de leur fama publica et est garanti par la sanction judiciaire. Mais l’approche de l’expertise des juifs montre que la confiance dont ils bénéficient participe surtout de l’échange culturel au sein des élites urbaines, de l’adhésion à un même code d’honneur, en dépit des différences confessionnelles.

Texte intégral

  • * Abréviation utilisée : ABDR pour Marseille, Arch. dép. des Bouches-du-Rhône.
  • 1 La comparaison systématique des communautés juives, de Valence à Marseille, est en cours au sein d (...)

1Confronter fait minoritaire et expertise dans le contexte de l’Occident chrétien au bas Moyen Âge conduit à soulever le paradoxe entre l’infériorité du juif, théoriquement « infidèle », et le statut public qu’il se voit reconnaître à titre individuel dans la cité, en qualité d’expert notamment. Ce paradoxe a aussi pour corollaire celui du statut juridique des écritures hébraïques, qui ont une force probatoire en pays de droit écrit, devant la justice de la société majoritaire. Là encore, c’est dire la foi que l’on accorde à la parole du juif, seul capable d’expertiser ces écritures. Ces données, qui mettent en contradiction les normes et les pratiques, s’observent au bas Moyen Âge dans une aire qui englobe au moins, par-delà les frontières politiques, la Couronne d’Aragon et le midi de la France, dont le comté de Provence, sous domination angevine depuis 1246. En effet, de Marseille à Valence, au sein de l’espace urbain, les juifs sont appelés à aider à dire le droit – c’est-à-dire à aider la justice de la société majoritaire à trancher les litiges –, couramment et en grand nombre, dans des domaines de compétences qui ne leur sont pas nécessairement spécifiques1.

  • 2 Cette réflexion poursuit l’analyse amorcée dans J. Sibon, « Pourquoi a-t-on besoin d’experts juifs (...)
  • 3 J. Sibon, Les juifs de Marseille au xive siècle, Paris, 2011.
  • 4 La pratique de l’expertise par les juifs s’observe en particulier dans les actes d’estimation de b (...)

2La communauté juive de Marseille, qui sert de cadre à cette réflexion2, représente entre 1 000 et 2 000 individus, soit 10 % de la population totale de la ville au xive siècle. Elle ne subit aucune violence collective consécutive à la Peste noire, et les notables juifs, qui représentent plusieurs dizaines de familles, poursuivent leurs activités économiques sans ralentissement significatif et, en particulier, sans qu’aucun obstacle théorique lié à leur statut de minorité ne soit opérant, comme, par exemple, la proscription absolue de tout intérêt sur le crédit à partir de 1318. Il semble même que les élites urbaines juives amplifient leurs investissements fonciers, liés à des stratégies avérées d’accumulation patrimoniale, preuves de la confiance en leur pérennité à Marseille et dans le comté de Provence, y compris dans la seconde moitié du siècle3. Les archives notariales et judiciaires exhument des pratiques en contradiction totale avec les législations ecclésiastiques et laïques sur le statut des juifs4. Des documents notariés signalent explicitement le recours à l’expertise des juifs, par exemple, de manière inattendue, pour des estimations de parcelles de vigne, tandis qu’il existe à Marseille un estimateur général chargé de la tâche. En outre, les archives judiciaires recèlent des litiges qui engendrent l’intervention de juifs chargés d’expertiser les termes d’une transaction économique ou la qualité d’un produit. Il existe aussi des traces implicites de recours à des experts juifs dans des documents relatifs à des domaines de compétences spécifiquement juifs, telle la cacherout – ensemble des règles relatives à l’alimentation – ou les écrits hébreux. Quels sont les mécanismes qui conduisent à rendre valide l’expertise des juifs en dépit de la norme coercitive qui s’impose à l’infidèle en monde chrétien ? La contradiction entre les obstacles théoriques et la pratique courante et élargie du recours à l’expertise des juifs est, en effet, évidente. Des portraits d’experts juifs marseillais aideront à cerner l’origine de la reconnaissance de leurs compétences et à analyser comment l’expertise des juifs est valide et vaut tout autant que celle des chrétiens.

L’expertise des juifs, entre normes et pratiques

  • 5 G. Dahan, La polémique chrétienne contre le judaïsme, Paris, 1991, p. 123-136 ; et D. Sansy, L’ima (...)
  • 6 S. Grayzel, The Church and the Jews in the xiiith Century, 1254-1314, New-York, 1989, t. 2, p. 4-5 (...)
  • 7 R. Pernoud, Les statuts municipaux de Marseille, Paris-Monaco, 1949. Voir précisément les Statuts (...)
  • 8 Il s’agit de l’ordonnance du 8 février 1294 au sujet de la morale religieuse, qui passe, par exemp (...)

3Le statut d’infidèle imposé à la minorité juive en Occident chrétien latin du bas Moyen Âge se fonde sur son refus de reconnaître le Christ, perçu comme une menace pour la chrétienté, au même titre que celle des païens et des hérétiques5. L’Église produit bulles et canons destinés à manifester l’infériorité des juifs, non sans ambivalence, depuis la bulle Sicut Judaeis (1123), issue du premier concile du Latran réuni par Calixte II, jusqu’à Latran IV (1215), dont le canon 69 pose l’interdiction pour tout juif d’exercer une charge publique6. Les législations comtales et municipales se font le relais de la norme ecclésiastique et poursuivent l’objectif de maintenir les juifs dans l’infériorité par des mesures discriminantes, à l’instar des Statuts de Marseille, codifiés entre 1252 et 1257, qui définissent le statut juridique des citoyens juifs de la ville7. Si le canon 69 de Latran IV n’est pas repris dans les statuts, Charles Ier d’Anjou l’insère dans la législation comtale par un édit daté de 1266, précisé par Charles II en 12948, qui rend impossible pour un juif de détenir le moindre pouvoir sur un chrétien et, partant, d’être sollicité en tant qu’expert, quel que soit le domaine de compétence envisagé. Or, la pratique est en contradiction totale avec l’impossibilité théorique de recourir à l’expertise des juifs. Les faits observés ne relèvent pas de contournements ponctuels de la loi, ni de petits arrangements illicites. Bien qu’illégal, le recours à l’expertise des juifs s’avère parfaitement accepté et légitime au sein de la société urbaine. Les juifs sont appelés à trancher des litiges en amont de la procédure judiciaire en tant qu’arbitres, dans le cadre de compromis : ils interviennent sur mandement du juge de la Cour du Palais – tribunal du comte de Provence –, en tant que courtiers et vendeurs à l’encan. Dans le cadre de ces fonctions, ils sont d’ailleurs explicitement qualifiés de publici – en contradiction manifeste avec les normes angevines de 1266 et de 1294 – dans les expressions d’incantator publicus et d’incantatrix publica.

  • 9 J. Billioud, « De la confrérie à la corporation : les classes industrielles en Provence aux xive, (...)
  • 10 D. Smail, Mapping Networks and Knowledge in Medieval Marseille, 1337-1362. Variations on a Theme o (...)
  • 11 J. Sibon, « La fides des infidèles. Les courtiers juifs à Marseille au xive siècle », Chrétiens, j (...)
  • 12 Voir notamment : J. Shatzmiller, Jews, Medicine and Medieval Society, Londres, 1994.

4Si le recours à l’expertise des juifs est incontournable lorsqu’elle ressortit à leurs compétences exclusives – par exemple, pour la rédaction d’un instrument latin s’appuyant sur un acte hébraïque antérieur –, ce n’est plus le cas dès lors qu’il s’agit de domaines de compétences communs aux chrétiens et aux juifs. De surcroît, la norme et, qui plus est, le contexte de la naissance des métiers à Marseille devraient l’exclure en pratique. Le premier « métier juré » complet, au sens de « corporation », que l’on peut attester avec certitude dans le port, est celui des savetiers, qui date de 13659. Les confréries tendent à former des corps privilégiés, réservés aux fidèles qui se rassemblent autour d’un saint patron et qui pratiquent la commensalité lors d’un banquet annuel, à l’instar de celui de la Confrérie du Luminaire des Savetiers, réuni chaque année le 1er août10. La jurisprudence révèle la constitution d’embryons d’autres métiers jurés, qui n’excluent pas les juifs. Ces documents sont des listes d’artisans ou de courtiers qui prêtent serment individuellement. Ainsi, en octobre 1350, drapiers et tailleurs, chrétiens et juifs, jurent de concert, les premiers, ad sanctam Dei evangelia, les seconds, ad sanctam legem Moysi, de se conformer à un règlement promulgué antérieurement par le Conseil de la ville. Vingt hommes figurent sur la liste, à savoir trois drapiers chrétiens et dix-sept tailleurs, dont huit juifs. Les archives judiciaires ont aussi gardé la trace de quatre listes de courtiers et vendeurs à l’encan, majoritairement juifs cette fois-ci, datées des années 1350 et 1360, qui jurent, plus généralement, d’exercer leur officium bene et fideliter. Ces juifs assermentés sont donc sollicités à titre d’experts dans les domaines de la taille des draps et du courtage11. Par ailleurs, ils sont connus pour être de grands négociants, des corailleurs, des orfèvres, des bouchers et des maquignons. Hormis la prestation de serment, l’obtention de la licencia practicandi, qui, depuis 1272, autorise les juifs à exercer la médecine et la chirurgie dans le comté de Provence, attribue au diplômé juif le titre de magister. Ce dernier n’atteste pas seulement la compétence du savant et du praticien ; il confère l’aura de l’expert et de l’homme de confiance. Le recours à l’expertise médicale des juifs, bien connu dans le Midi12, est volontairement laissé de côté ici.

  • 13 Le droit de lods et trézain est considéré comme le prix de l’approbation et de l’investiture du no (...)
  • 14 ABDR, 355 E 18, fol. 328.

5Enfin, l’estimation des biens immobiliers est un autre domaine de compétence non spécifique aux juifs. Il existe pourtant un estimateur général mandaté par le juge du palais. Chrétiens comme juifs y recourent, en cas de litige sur la valeur d’un bien, de saisie d’hypothèque ou d’évaluation avant mise en location ou vente en emphytéose. Dans ce dernier cas, le propriétaire éminent fait coucher un certificat à la suite de l’estimation. Par exemple, en mars 1370, Bernard Rascasse, qui est le propriétaire éminent d’une vigne située au lieu de Moncau, pour laquelle son emphytéote, le citoyen juif de Marseille Astrug d’Aubenas, lui doit 46 sous de cens payable à la mi-août, a recours à l’estimateur général Pierre Arnulphe, citoyen chrétien de Marseille, mandaté par le juge du Palais. Le procureur de Bernard est un autre juif de Marseille, dénommé Davin Crescas, qui reconnaît avoir reçu intégralement le paiement du cens et du droit de lods et trézain13, et qui certifie en son nom l’estimation de la vigne14. Le même Astrug d’Aubenas a été sollicité en tant qu’expert, en décembre 1362, par les héritiers du juif Astrug Bonet et sa veuve Rachel, afin d’estimer un hôtel qu’ils détenaient en emphytéose et qu’ils destinaient à la vente, afin d’acquitter une dette. Dans ce cas, le propriétaire éminent n’est autre que l’évêque de Marseille, dont le procureur fait coucher le certificat d’estimation par le notaire.

  • 15 J. Sibon, « Bondavin revisité. Le prêteur juif de Marseille Bondavin de Draguignan (v. 1285-1361), (...)

6S’il est impossible de certifier que les experts autres que mandatés par la cour de justice, et juifs en l’occurrence, soient moins onéreux, nul doute qu’ils soient compétents. On l’a déjà signalé, les notables juifs sont actifs sur le marché de l’immobilier et s’illustrent dans de nombreuses opérations. Dans la première moitié du siècle, le célèbre prêteur juif marseillais Bondavin de Draguignan effectue des transactions sur quinze vignes, neuf autres terres, un jardin et une noiseraie sur le territoire de Marseille, ainsi que sur deux terres situées sur le territoire de Saint-Marcel. En ville, ses opérations portent sur deux immeubles, un « casal » (au sens de maison en ruine), deux jardins et deux vergers dans la juiverie de la ville basse, et sur cinq autres demeures dans le reste de la ville et à l’extérieur des murs. Le 11 juin 1319, il apparaît en tant qu’estimateur de biens fonciers, à savoir d’une maison et d’une demi-quarterée de vigne (dix ares) situées au Val de Serra, qui appartiennent au chrétien Arnaud Milotis et à son épouse. De même, le 15 mars 1320, en tant que procureur de son beau-frère Profach Dieulocrescas, il estime la vigne du laboureur chrétien Pierre Gaucelme, située au Plan de Fabas, et fait ensuite procéder à l’enregistrement de l’estimation par le notaire Guillaume Ferraud15.

Portraits d’experts juifs : statut socio-économique et compétences techniques

  • 16 J. Shatzmiller, Shylock revu et corrigé. Les juifs, les chrétiens, et le prêt d’argent dans la soc (...)

7Bondavin de Draguignan, célèbre depuis l’ouvrage de Joseph Shatzmiller16, est l’une des figures d’experts juifs marseillais les mieux documentées. Né vers 1285 et mort en 1361, il s’est hissé au sommet de la société urbaine grâce à sa fortune fondée sur le crédit, le commerce maritime et la détention d’un patrimoine foncier. Connu pour être un gros prêteur de bonne fama, il est aussi l’homme d’affaires juif qui passe le plus de commandes dans le cadre d’expéditions, soit neuf dans les années 1330 et 1340, dont quatre pour la Sardaigne, deux au Levant (à Chypre, en Syrie, à Alexandrie), une en Italie (Gênes ou Sienne) et une à Bougie. Il expédie des toiles, des draps et du corail, et importe du bois de brésil et du sucre. Bondavin est aussi le seul juif pour lequel on dispose de traces explicites d’investissements dans la construction navale. En mai 1333, il contracte une société avec deux fustiers chrétiens dans laquelle il participe à hauteur d’environ un tiers à la construction du linh appelé le Saint-Louis – terme générique qui désigne un bâtiment à voiles ou à rames, de tonnage médiocre –, entreprise au Plan Fourmiguier, au fond du port, où se trouvent les chantiers navals créés en 1296 par Charles II d’Anjou.

  • 17 Sibon, « La fides des infidèles… », loc. cit. n. 11.
  • 18 ABDR, 355 E 667, fol. 81 ; 355 E 81, fol. 72v.
  • 19 Sibon, Les juifs de Marseille…, op. cit. n. 3, p. 192-203 et 208-221.

8Si aucun juif marseillais ne semble avoir connu une telle envergure économique, la communauté comporte toutefois de nombreux autres notables dont la fortune et la richesse se remarquent. Parmi ces notables, quelques femmes émergent. Sur la liste des courtiers datée de 1351, elles sont 13 femmes sur 86 courtiers juifs (soit environ 15 %). En 1356, elles sont 8 pour un total de 33 juifs (soit près d’un quart), 14 en 1365-1366 pour 77 (soit environ 18 %) et enfin 17 pour 71 en 1367-1368 (soit environ 24 %)17. Parmi ces femmes, Mireblanche Francisci († 1388) est connue grâce à une vingtaine de documents latins. Elle est issue de la famille des Cohen-Francisci, peut-être originaire du royaume de France et peut-être implantée à Marseille à la suite de l’expulsion générale ordonnée par Philippe le Bel en 1306. Elle prête serment deux fois en tant que courtière aux côtés de son époux, Élie, en 1351 et en 1365, trois fois en même temps que son frère Samuel Cohen et, dès 1356, avec son petit-fils Vivant. Elle figure également en tant que créancière avec sa fille Astes et son petit-fils Vivant. Enfin, elle possède plusieurs hôtels dans la juiverie de la ville basse, dont un qu’elle occupe avec sa fille Astes. Son petit-fils, lui, habite dans la rue droite de la juiverie, à côté de la synagogue dite du Verger18. Bondavin et Mireblanche incarnent parfaitement les élites juives marseillaises, qui se signalent par le mimétisme socioculturel avec le patriciat urbain chrétien, mimétisme qui passe, par exemple, par l’accumulation patrimoniale et la préservation d’un habitat socialement ségrégé19. Dans le cas de Mireblanche, ce mimétisme passe aussi par le choix d’un patronyme qui tend à se transmettre verticalement. Les investissements et les activités des experts juifs permettent, plus généralement, de saisir leurs compétences techniques.

  • 20 ABDR, 3 B 87, fol. 48 sq.
  • 21 ABDR, 3 B 127, fol. 12v.

9La connaissance du droit latin est assurément une nécessité, dans la mesure où, dans le judaïsme, depuis le iiie siècle, les tensions entre droit rabbinique et droit local se résolvent en vertu du principe exprimé en araméen du dina de-malkhuta dina. Il signifie littéralement que « la loi du royaume est la loi » et commande aux juifs de se conformer au droit local, même lorsqu’il entre en contradiction avec les règles communautaires. Les notables et hommes d’affaires juifs apprennent la « loi du royaume » sur le tas. Ils entament des procédures et consomment les services des notaires quotidiennement. Ils conservent chez eux, dans leurs coffres, les instruments latins qu’ils ont ordonnés et sont capables de les déchiffrer. Sinon, comment les deux experts juifs associés, Pisan et Profach, qualifiés d’incantatores publici, auraient-ils pu estimer une société contractée entre deux chrétiens et faisant l’objet d’un litige ? Les pièces, contenues dans un registre de la Cour du Palais et datées entre juillet et septembre 1375, ne sont pas développées. La procédure se tarit après l’intervention des experts juifs, preuve, peut-être, que cette dernière a été décisive et qu’elle a permis au plaignant d’obtenir gain de cause. On note que les deux opposants sont chrétiens – il s’agit d’un certain Jean Scuriani et du clavaire de Marseille Sylvestre Bénigne – et que les deux experts juifs ont été mandatés par le juge du Palais. Le texte ne le précise pas, mais on devine aisément qu’ils ont été amenés à examiner des documents latins. L’acte d’estimation, en revanche, a été mis par écrit par l’un des courtiers juifs, en hébreu ou, du moins, en caractères hébraïques20. Outre l’apprentissage par la pratique, les juifs apprennent aussi le droit latin dans des livres qu’ils possèdent, à l’instar du médecin et rabbin Bonjuson Bondavin, né vers 1355, arrière-petit-fils et unique héritier de Bondavin de Draguignan ; il est au service de la reine Marie de Blois jusqu’en 1389, puis, après son départ définitif pour la Sardaigne, au service du roi d’Aragon Martin Ier. Parmi les objets de la vie quotidienne qu’il se fait envoyer depuis Marseille à Alghero se trouve un liber juris christianorum, sans autre précision21.

  • 22 ABDR, 351 E 53, fol. 115v.
  • 23 C. de Ribbe, La société provençale à la fin du Moyen Âge d’après des documents inédits, Paris, 189 (...)
  • 24 ABDR, 3 B 72, fol. 161 sq.

10La connaissance qu’ont les juifs du droit et des procédures, leur maîtrise de l’information économique – information sur la qualité et le cours des produits – et leurs savoir-faire techniques ne font aucun doute, et ce dans le domaine de l’artisanat comme dans celui de l’agriculture. Ce dernier comprend la viticulture, mais aussi le remembrement des bastides et l’élevage. La maîtrise technique viticole est une nécessité pour les juifs dans la mesure où le vin est soumis à des règles de cacherout. Par exemple, en octobre 1383, les trois juifs Vital Cassin, Vital Bondavin et Astrug Robert prennent une vigne en emphytéose, située aux Terres-Blanques, pour le prix de trois poules, et s’engagent à la tailler avec une serpe (putare) – tâche qui s’effectue au mois de février –, à la fossoyer pour déchausser (fodere), à chausser les ceps (reclaudere), ainsi qu’à provigner (accabussare)22. Les juifs sont aussi manifestement acteurs de la constitution des bastides par une série d’achats de terres souvent incultes, une « coagulation » parcellaire que son créateur transforme par son travail personnel de débroussaillement, d’épierrement, de labourage, de construction d’adductions d’eau et de plantation23. Par exemple, Mordacays Cohen achète un domaine au chrétien Pierre Novelle en mars 1354, au prix de 100 florins. Dix ans plus tard, son bien est évalué à 250 florins24.

La validité de l’expertise des juifs

  • 25 ABDR, 3 B 843, fol. 399 sq.

11Couramment sollicitée, on l’a vu, l’expertise d’un juif vaut donc tout autant que celle d’un chrétien. Un procès dans le milieu des tailleurs marseillais en livre une illustration25. En novembre 1389, le juif Vidalet de Lunel fait appel d’un jugement qui l’a condamné en première instance à rembourser la valeur d’une cottehardie qu’il a fabriquée pour la chrétienne Massileta, épouse d’un laboureur. Cette dernière lui a fourni le tissu, dont on ignore la nature. Or, selon l’accusation, le tissu aurait été abîmé accidentellement par Vidalet avec une petra calida, peut-être une braise ou une pierre chauffée destinée à détendre le tissu. Toujours d’après l’accusation, en dépit de l’accident, le tailleur juif a quand même jugé bon de conserver la pièce de tissu, si bien qu’il a livré à sa cliente le vêtement endommagé sur quatre doigts. Une première expertise est réalisée à la demande de Massileta. Il s’agit de celle du tailleur chrétien, maître Guillaume de Béziers, qui déclare le vêtement invendable en l’état. Le défendeur juif demande alors une contre-expertise, réalisée par deux pareurs de drap chrétiens, spécialistes de la qualité des tissus. Tous deux affirment que le tissu ne peut pas avoir été abîmé par une braise et définissent le défaut comme intrinsèque. La matière première a donc été fournie telle quelle par la cliente à son tailleur. Puis, deux autres experts, juifs cette fois-ci, confirment. Il s’agit des tailleurs Juffet de Saint-Paul et Boniaquet Marvan, qui affirment que le tissu, même au contact d’une braise, ne peut avoir brûlé.

  • 26 Voir notamment : Shatzmiller, Jews, Medicine…, op. cit. n. 12 ; et Id., Médecine et justice en Pro (...)
  • 27 T. Guinnane, « Les économistes, le crédit et la confiance », Genèses, 79 (2010), no 2, p. 6-25.
  • 28 Sur le thème de l’économie morale, voir notamment : B. Rosenwein, To be the Neighbor of Saint Pete (...)

12Ce dernier exemple, ajouté aux précédents, pose la question de la foi en la parole de l’expert infidèle. Si la documentation ne permet pas d’envisager la supériorité de leurs compétences – hormis peut-être, dans le cas de la médecine26 –, d’autres explications peuvent être avancées. La confiance dans les compétences et la parole de l’expert juif est avérée. Mais que doit-on entendre par « confiance » ? L’économiste américain Timothy Guinanne a récemment stigmatisé le fait que, selon lui, les historiens français usent du terme dans le champ des relations économiques sans jamais vraiment prendre la peine de le définir27. Dans le contexte marseillais, la confiance est garantie, en amont, par l’information diffusée sur les partenaires économiques – sur leur fama publica – et, en aval, par la sanction judiciaire destinée à tenir les comportements. L’approche de l’expertise des juifs permet surtout de comprendre qu’elle ressortit d’une éthique commune, d’une économie morale dont les valeurs sont partagées par les élites urbaines, chrétiennes et juives28.

  • 29 Shatzmiller, Shylock revu et corrigé…, op. cit. n. 16.

13À travers le procès de Bondavin de Draguignan, Joseph Shatzmiller a montré que la bonne fama du prêteur repose avant tout sur la qualité des témoins qui distillent l’information29. Accusé par l’un de ses débiteurs chrétiens de réclamer une dette déjà éteinte, Bondavin refuse l’arrangement à l’amiable afin de défendre son honneur et sa réputation en place publique. Parmi les témoins qu’il sollicite, Montolieu de Montolieu, membre d’une grande famille de la noblesse urbaine marseillaise, dit sous serment qu’il considère Bondavin « comme bon dans sa loi, vertueux, pacifique et tranquille, de bonne renommée et de bonne opinion ». Il ajoute que Bondavin « a fait autrefois de nombreuses et grandes faveurs à différentes personnes ». Il dit aussi avoir vu Bondavin rendre souvent service « en diminuant la quantité et la part des dettes ». Le lendemain, le marchand Pierre de la Treille ajoute que Bondavin prête souvent de l’argent gratuitement et prolonge volontiers l’échéance du prêt à la demande de ses débiteurs.

  • 30 J. Sibon, « Du gage-objet au gage-chose. Une étude de cas au sommet de la société urbaine marseill (...)

14En aval, parmi les garanties institutionnelles qui fondent la confiance dans le cadre de l’expertise, le serment et la caution solidaire sont les plus évidents. On l’a vu, à travers l’exemple des tailleurs et des courtiers, le serment more judaico, c’est-à-dire ad sanctam legem Moysi, est parfaitement valide. Le juif est admis devant la justice des chrétiens en tant que partie ou témoin, et son serment est reconnu dès lors qu’il contient une invocation religieuse conforme à sa foi. Quant à la caution solidaire, les quatre listes de courtiers révèlent l’engagement moral explicite de fidéjusseurs qui juraverunt […] et fidejusserunt unus pro alio. On a vu l’exemple de Mireblanche Francisci, qui prête serment en binôme avec son mari, son frère ou son petit-fils. Les chrétiens procèdent de même, comme en témoigne le serment prêté de concert par Isnard Boniface et Guillaume de Marseille, le 10 octobre 1356. La mixité confessionnelle s’observe également : la chrétienne Alasatia de Marseille et la juive Benvenguta de Mimet prêtent serment et se portent cautions solidaires le 31 septembre 1356. La surveillance mutuelle est possible par le biais des liens de réciprocité qui unissent les courtiers. D’autres garanties institutionnelles opèrent également, telle la confiance acquise dans le cadre de l’amicitia. On ne saurait traduire ce terme latin par celui d’« amitié », dans le sens où il s’agit d’autre chose que d’un sentiment affectif développé dans un cadre privé. Si l’amicitia relève bien de l’affectif, elle est publique et quasi institutionnalisée. Elle procède de comportements élitistes et implique l’adhésion à un code d’honneur. Elle se fonde d’abord sur l’interconnaissance. Bondavin de Draguignan, par exemple, entretient des relations de cette nature avec Montolieu de Montolieu, qui dit connaître Bondavin depuis sa naissance et qui était déjà sans doute proche de son père Abraham († 1316). Ce lien, qui diffère du clientélisme, s’exprime par la rhétorique. On trouve l’expression de pactum amicitie, qui lie des partenaires économiques juifs et chrétiens dans le cadre de transactions. Ainsi, lorsque le médecin et prêteur juif Senhoret de Lunel voit, en 1394, sa fama mise en doute par le fils de son ancien ami et associé noble chrétien François Galli, il peut compter sur le soutien de ses partenaires et alliés chrétiens, membres du patriciat urbain, qui mettent tout en œuvre pour rétablir sa potentia (ou crédit personnel)30. Le juif est accusé, à tort, de réclamer un gage au jeune Peyret, fils de François. Ce dernier déclare ne plus le détenir. Ce faisant, il brise la confiance et viole les règles morales partagées au sein des élites chrétiennes et juives. Finalement, sous la pression de sa mère, de son curateur et de ses affins, Peyret se résout à rendre les gages. L’honneur de Senhoret et la concorde entre les partenaires sont rétablis. L’exemple illustre combien l’opération économique, au-delà de la dimension lucrative, crée de l’engagement social. Dans ce cadre, le juif infidèle se voit reconnaître, à titre individuel, la « bonne foi » ou fides.

15Des preuves et des indices permettent donc d’affirmer que le juif infidèle n’est pas appelé à dire le droit dans le but de faire face à des besoins auxquels les chrétiens ne peuvent répondre. Rien ne permet non plus d’invoquer que l’expert juif dispense ses services à un tarif plus abordable que les chrétiens. Ces facteurs interviennent peut-être à la marge, mais ils ne s’avèrent pas déterminants. Si les juifs sont sollicités à titre d’experts, c’est d’abord parce qu’ils sont compétents, y compris dans des domaines parfois inattendus, telle l’expertise à partir de documents latins ou encore l’estimation de biens fonciers. Mais la foi que l’on accorde à leur expertise ne s’explique pas seulement par les institutions, à savoir par la mise en place de garde-fous destinés à dissiper les risques de fraudes et de larcins, et à rendre les juifs dignes de foi. Ce qui rend la confiance possible dans l’expertise des juifs, ce n’est pas la situation d’« extériorité » des notables juifs amenés à estimer des biens, mais au contraire leur insertion dans des réseaux de relations élitistes. L’expertise de l’infidèle est tout aussi valide que celle des chrétiens, et le juif est appelé à aider à dire le droit dans les villes de la chrétienté latine occidentale au bas Moyen Âge, car la confiance qui lui est accordée ne relève ni totalement d’un calcul rationnel, ni exclusivement de la sanction judiciaire. Elle participe surtout de l’échange culturel, de l’adhésion à un même code d’honneur, en dépit des différences confessionnelles.

Notes

1 La comparaison systématique des communautés juives, de Valence à Marseille, est en cours au sein du programme international de recherches JACOV (de Juifs À Chrétiens : à l’Origine des Valeurs au Moyen Âge), coordonné par Claude Denjean (Framespa, UMR 5136).

2 Cette réflexion poursuit l’analyse amorcée dans J. Sibon, « Pourquoi a-t-on besoin d’experts juifs à Marseille au xive siècle ? », Expertise et valeur des choses (1). Le besoin d’expertise, éd. C. Denjean, L. Feller, Madrid, à paraître.

3 J. Sibon, Les juifs de Marseille au xive siècle, Paris, 2011.

4 La pratique de l’expertise par les juifs s’observe en particulier dans les actes d’estimation de biens fonciers, les ventes à l’encan, les compromis et les prestations de serment conservés dans les registres notariés des Archives départementales des Bouches-du-Rhône et aux Archives municipales de Marseille, ainsi que dans les litiges en première et seconde instance devant le tribunal angevin.

5 G. Dahan, La polémique chrétienne contre le judaïsme, Paris, 1991, p. 123-136 ; et D. Sansy, L’image du juif en France du Nord et en Angleterre du xiie au xve siècle, doct. histoire, dir. A. Vauchez, Univ. Paris 10, 1994, p. 366-369.

6 S. Grayzel, The Church and the Jews in the xiiith Century, 1254-1314, New-York, 1989, t. 2, p. 4-5, et R. Foreville, Histoire des conciles œcuméniques, t. 6, Latran I, II, III et Latran IV, Paris, 1965, p. 380-382.

7 R. Pernoud, Les statuts municipaux de Marseille, Paris-Monaco, 1949. Voir précisément les Statuts de Marseille, II, 9 ; IV, 22 ; V, 8 ; V, 14.

8 Il s’agit de l’ordonnance du 8 février 1294 au sujet de la morale religieuse, qui passe, par exemple, par l’assistance à la messe et l’interdiction du concubinage, ainsi que par l’interdiction aux juifs d’avoir des serviteurs chrétiens et d’exercer des offices de justice. Voir C. Giraud, Essai sur l’histoire du droit français au Moyen Âge, Paris, 1846, t. 2, p. 28-33 et 87-88, et G. Giordanengo, « L’État et le droit en Provence », L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre xiiie et xive siècle, Rome, 1998, p. 35-80, ici p. 73.

9 J. Billioud, « De la confrérie à la corporation : les classes industrielles en Provence aux xive, xve et xvie siècles », Mémoire de l’Institut historique de Provence, 7 (1930), p. 5-35, ici p. 13-14.

10 D. Smail, Mapping Networks and Knowledge in Medieval Marseille, 1337-1362. Variations on a Theme of Mobility, Ph. D., Univ. of Michigan, 1994, p. 243-244.

11 J. Sibon, « La fides des infidèles. Les courtiers juifs à Marseille au xive siècle », Chrétiens, juifs et musulmans en Méditerranée médiévale. Études en hommage à Henri Bresc, éd. B. Grévin, A. Nef, E. Tixier, Paris, 2008, p. 103-113.

12 Voir notamment : J. Shatzmiller, Jews, Medicine and Medieval Society, Londres, 1994.

13 Le droit de lods et trézain est considéré comme le prix de l’approbation et de l’investiture du nouveau bailleur par son seigneur.

14 ABDR, 355 E 18, fol. 328.

15 J. Sibon, « Bondavin revisité. Le prêteur juif de Marseille Bondavin de Draguignan (v. 1285-1361), suite et fin », Le Moyen Âge, à paraître.

16 J. Shatzmiller, Shylock revu et corrigé. Les juifs, les chrétiens, et le prêt d’argent dans la société médiévale, Paris, 2000, p. 44-54.

17 Sibon, « La fides des infidèles… », loc. cit. n. 11.

18 ABDR, 355 E 667, fol. 81 ; 355 E 81, fol. 72v.

19 Sibon, Les juifs de Marseille…, op. cit. n. 3, p. 192-203 et 208-221.

20 ABDR, 3 B 87, fol. 48 sq.

21 ABDR, 3 B 127, fol. 12v.

22 ABDR, 351 E 53, fol. 115v.

23 C. de Ribbe, La société provençale à la fin du Moyen Âge d’après des documents inédits, Paris, 1898, p. 435.

24 ABDR, 3 B 72, fol. 161 sq.

25 ABDR, 3 B 843, fol. 399 sq.

26 Voir notamment : Shatzmiller, Jews, Medicine…, op. cit. n. 12 ; et Id., Médecine et justice en Provence médiévale. Documents de Manosque, 1262-1348, Aix-en-Provence, 1989.

27 T. Guinnane, « Les économistes, le crédit et la confiance », Genèses, 79 (2010), no 2, p. 6-25.

28 Sur le thème de l’économie morale, voir notamment : B. Rosenwein, To be the Neighbor of Saint Peter : The Social Meaning of Cluny’s Property, 909-1049, Ithaca-Londres, 1989 ; et L. Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, 2008.

29 Shatzmiller, Shylock revu et corrigé…, op. cit. n. 16.

30 J. Sibon, « Du gage-objet au gage-chose. Une étude de cas au sommet de la société urbaine marseillaise à l’extrême fin du xive siècle », Les objets sous contrainte. Gages, saisies, confiscation, vol, pillage, recel au Moyen Âge, éd. A. Rodriguez, L. Feller, à paraître.

Notes de fin

* Abréviation utilisée : ABDR pour Marseille, Arch. dép. des Bouches-du-Rhône.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search