Version classiqueVersion mobile

Experts et expertises au Moyen Âge. Consilium quaeritur a perito

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

L’expertise matérielle

Experts et expertise sur les chantiers de construction en Normandie méridionale : l’exemple de la ville d’Argentan au xve siècle

Marie-Anne Moulin

Résumé

Depuis longtemps, le rôle déterminant des experts dans le lancement, le déroulement et la réception des travaux de construction a été mis en lumière. Si les maîtres d’ouvrage décident de tous les travaux dans les bâtiments qui dépendent de leur autorité, l’avis d’experts professionnels est déterminant pour lancer le chantier, en fixer les orientations architecturales et techniques, choisir les matériaux et le nombre d’ouvriers à employer. Ils valident finalement les travaux menés. Dans le duché d’Alençon, l’étude de nombreux chantiers majeurs a permis de confirmer le rôle central des experts dans le domaine de la construction. Les pratiques locales se distinguent de ce qui a pu être constaté en France par la présence, sur les chantiers, d’experts non professionnels, consultés régulièrement. Leur avis détermine, conjointement à celui des hommes de métier, le lancement des travaux.

Texte intégral

  • 1 La question de l’expertise dans le bâtiment médiéval n’a été qu’un sujet périphérique des diverses (...)

1La riche bibliographie consacrée à la construction a depuis longtemps déjà mis en lumière la présence d’experts sur les chantiers et le rôle central qu’ils y jouent1. Le recours systématique aux experts ressort de toutes les études sur les chantiers de construction médiévaux. Requis pour inspecter le chantier avant une importante campagne de travaux, ils interviennent également lors de leur exécution, lorsque les solutions architecturales envisagées sont inapplicables. À la fin d’un chantier, leur venue évalue la qualité des travaux réalisés. Ils sont donc des rouages majeurs dans le déroulement d’une construction. Les chantiers de la ville d’Argentan, au nord de l’apanage d’Alençon, n’échappent pas à l’attention d’hommes de métier qui y examinent châteaux, murailles, églises et bâtiments hospitaliers. Si les expertises y revêtent des formes bien connues pour d’autres régions, les pratiques locales se distinguent par la présence originale sur les chantiers d’experts non professionnels. Ces hommes, qui n’interviennent en rien dans l’expertise technique, sont consultés régulièrement et leur avis détermine, conjointement à celui des hommes de métier, le lancement des travaux.

  • 2 M.-A. Moulin, Argentan au Moyen Âge. Aspects urbains, sociaux et économiques, doct. histoire, EHES (...)

2L’intérêt local de l’expertise réside, en outre, dans quelques spécificités du milieu de la construction argentanais. Dans cette petite ville, le marché de la construction est particulièrement étroit et, pour l’essentiel, les ouvriers du bâtiment embauchés sur les chantiers urbains sont originaires de la ville ou de ses environs immédiats2. De plus, à l’image d’autres petits sites urbains, il n’y a à Argentan aucun maître des œuvres du roi, du duc, de la ville ou des fabriques, et les fonctions d’expertise normalement dévolues aux maîtres des œuvres sont tenues par des artisans locaux. Il ressort de cette situation que les experts de métier consultés sur les aspects techniques des chantiers sont invariablement liés aux ouvriers employés pour appliquer leurs recommandations. Dans ce petit monde de la construction argentanais, tous sont liés professionnellement ou matrimonialement.

Les experts

  • 3 Paris, BNF, fr. 26031, no 3168, 1440.

3Les experts sont omniprésents dans la riche documentation dont nous disposons, tant pour le site castral et les fortifications urbaines – quittances de travaux et mandements – que pour les chantiers paroissiaux et hospitaliers par le biais des comptabilités. Deux groupes d’experts se distinguent sur les chantiers argentanais : d’une part, des experts professionnels dont la présence est habituelle au Moyen Âge et, d’autre part, des habitants de la ville. Les sources exploitées insistent sur la collégialité et sur l’appel à de véritables commissions mixtes d’experts. Une quittance de réception le rappelle, les experts sont « plusieurs notables personnes, tant charpentiers, couvreurs de tuille, maçons, terrasours pionniers manouvriers que autres plusieurs notables personnes3 ». Si le mode de désignation des experts n’est pas explicité dans les sources, il est clair que ces hommes sont choisis du fait de leur réputation et de leur notabilité. Le vocabulaire est éloquent : « personnes notables », « notables dudit métier ». Les experts sont donc des conseillers reconnus dans leur milieu social et professionnel, mais ils sont aussi reconnus comme membres actifs de la communauté.

  • 4 V. Mortet, « L’expertise de la cathédrale de Chartres en 1316 », Congrès archéologique de France ( (...)
  • 5 Paris, BNF, fr. 10560, fol. 66v : comptes de la fabrique de Saint-Germain (1442-1443). Un cas simi (...)
  • 6 Paris, BNF, fr. 26287, no 73.
  • 7 Rouen, Arch. dép. de Seine-Maritime, collection Danquin, 100 J 34/27 (12 juillet 1437).
  • 8 Les actes font mention de « plusieurs notables personnes » (Paris, BNF, fr. 26059, no 2485 [12 mar (...)

4L’expertise est, à Argentan, comme sur tous les chantiers médiévaux, collégiale4. Le nombre d’experts est variable, de deux, à l’église Saint-Germain en 14425, à onze, sur le chantier castral en 14356. Bien que leur intervention ne soit pas détaillée, il est probable que le nombre d’experts varie selon la technicité et l’ampleur du chantier. La présence d’un seul expert en 1437, pour l’examen du pont Saint-Jean, est inédite7. Elle peut être liée à la grande technicité de l’édification des arches, maîtrisée par un nombre limité de maçons. Habituellement, les experts ne sont ni dénombrés, ni nommés8. Dans le cas contraire, le procédé vise à mettre en exergue leur valeur professionnelle et leur réputation. Le patronyme n’est jamais notifié pour les experts notables, qui n’interviennent pas en leur nom propre mais comme représentants de la communauté urbaine.

Les experts professionnels

  • 9 Mortet, « L’expertise de la cathédrale… », loc. cit. n. 4, p. 308.
  • 10 Voir notamment, à ce sujet, les travaux de Ph. Lardin, Les chantiers du bâtiment en Normandie orie (...)
  • 11 C’est le cas à Chartres : P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, Paris, 1973, p. 102.
  • 12 Les ouvriers sollicités pour l’expertise d’un point urbain en 1437 sont, selon le texte, « œuvrier (...)
  • 13 Paris, BNF, fr. 26287, no 73 (17 mars 1435, n. st.).

5L’expertise fait partie des fonctions habituelles des constructeurs au Moyen Âge9. Les experts professionnels, interrogés collégialement – ce qui est habituellement le cas –, sont des représentants de leur métier et se portent donc garants des pratiques et techniques utilisées par leurs confrères. Dans ce cas, leur identité n’apparaît pas, et ils sont désignés collectivement comme « gens adce congnoissans ». Un tel vocabulaire se retrouve en Normandie orientale10. La maîtrise des techniques et des matériaux préside au choix de certains maîtres aux compétences particulières. À Argentan, les maîtres d’ouvrage privilégient la consultation d’hommes d’expérience11 dont les aptitudes professionnelles sont attestées par l’emploi de l’adjectif « notable », accolé à la mention de leur métier12. Nommés individuellement, ils sont consultés en tant que maîtres de leur métier, à l’autorité et au savoir-faire incontestés13.

  • 14 Ibid.
  • 15 Ph. Bernardi, Métiers du bâtiment et techniques de construction à Aix-en-Provence à la fin de l’ép (...)
  • 16 Alençon, Arch. dép. de l’Orne, A 410 (1440).
  • 17 Paris, BNF, fr. 23064, no 3914.

6Selon la règle admise au Moyen Âge, les experts doivent être étrangers à la ville où leur avis est requis et sont souvent maîtres des œuvres de villes ou de chantiers voisins, ce qui n’est pas le cas à Argentan. Dans la liste d’experts de 1435, chaque expert cité est ouvrier ou maître d’œuvre sur l’un des chantiers de la ville14. L’exemple des travaux du pont Saint-Jean, en 1437, atteste l’habitude de consulter des professionnels locaux du bâtiment. Guillot Le Coifferel, désigné pour cette expertise, est actif sur plusieurs sites de construction argentanais. La préférence locale va donc à la désignation d’hommes connus, à la réputation professionnelle et morale bien établie et dont l’expertise est garantie par le risque professionnel qu’ils encourent si leur estimation se révèle fausse. Désigner des experts sur place est rare, mais le cas existe aussi à Aix-en-Provence, où les autorités choisissent souvent des « constructeurs aixois de renom » pour mener à bien la réception des chantiers et s’assurer de la solidité de l’ouvrage15. Les experts du métier conseillent les solutions techniques à adopter, le plan à privilégier et les matériaux nécessaires. Ce sont donc leurs compétences techniques qui sont mises en avant dans les sources, comme le prouve le vocabulaire employé : « ouvriers connaisseurs de telles œuvres16 » ou bien « ouvriers adce congnoissans17 ».

Les notables consultés

  • 18 Les bourgeois constituants sont les bourgeois désignés par une partie représentative de la communa (...)
  • 19 Bernardi, Métiers du bâtiment…, op. cit. n. 15, p. 103.
  • 20 Les assistants sont repérés sur les chantiers défensifs et semblent assurer l’impartialité du devi (...)

7Si la présence d’experts professionnels à Argentan correspond à une pratique ordinaire au Moyen Âge, elle se double localement de l’appel à des experts sans compétence dans les métiers de la construction. La complexité du droit coutumier local – coutume de Normandie et droits oraux communément acceptés – exige, en sus des hommes de métier, la désignation de notables qui, dans le cadre de leurs fonctions – officiers ducaux ou royaux, marchands – ou de leur statut – fabriciens, bourgeois gestionnaires de l’hôpital18 –, le manient et le maîtrisent. Le rôle des experts civils, dont la présence n’est pas attestée en Haute-Normandie, est déterminant dans la rédaction des devis. Leur connaissance du droit coutumier normand leur permet de fixer les salaires et d’estimer les prix d’achat des matériaux. Sur les chantiers médiévaux, le recours à des experts étrangers au monde de la construction est rare, mais Philippe Bernardi en note la présence exceptionnelle, lorsque les maîtres d’ouvrage ressentent « une certaine méfiance à l’égard de l’impartialité des artisans aixois19 ». Ils peuvent être aussi de simples observateurs, ou « assistens20 », contrôlant les estimations des hommes de métier.

  • 21 Paris, BNF, fr. 26060, no 2773 (12 mars 1436, n. st.). Les « demourans » se distinguent des bourge (...)
  • 22 Moulin, Argentan au Moyen Âge…, op. cit. n. 2, p. 65-70.
  • 23 Ni l’identité, ni l’activité professionnelle, ni la qualité de ces hommes ne sont spécifiées dans (...)

8Selon un mandement de travaux, ces hommes sont des bourgeois et des habitants d’Argentan : « par l’advis desdiz conseiller et procureur et autres bourgois et demourans audit lieu d’Argenthen21 ». Le statut de bourgeois renforce le poids de leur décision et assure le consentement de la communauté urbaine. S’assurer ainsi l’aval de la population revient, pour les maîtres d’ouvrage, à s’assurer de sa participation financière. Le recours à ces hommes garantit aussi la légalité des travaux et leur réalisation dans le respect du cadre juridique local. Ainsi, les salaires fixés en leur présence sont rendus indiscutables, tant en ce qui concerne leur niveau que l’octroi de frais de bouche ou de vin. Leurs compétences de maîtres d’ouvrage sont aussi mises à profit, puisqu’ils sont probablement fabriciens, responsables du chantier paroissial de Saint-Germain ou membres de l’administration hospitalière, chargés de l’entretien de Saint-Thomas22. L’anonymat qui les entoure, ainsi que leur présence collective démontrent qu’ils agissent non en tant qu’individus mais bien comme délégués de la communauté urbaine dont ils défendent les intérêts23. L’absence de précision quant à leur activité professionnelle plaide en ce sens.

9Aucune mention de non-professionnels du bâtiment n’a été relevée sur les chantiers paroissiaux. Les trésoriers sont choisis pour administrer le temporel de l’église du fait de leurs capacités comptables et de leur connaissance du droit normand. Il n’est donc pas nécessaire pour la fabrique de faire intervenir des experts extérieurs, leurs fonctions étant assurées par les fabriciens eux-mêmes. Les experts notables sont, de même, absents des chantiers hospitaliers. Là encore, les compétences comptables et juridiques du maître et administrateur, chargé de veiller à l’entretien du site hospitalier, rendent inutile le recours à l’expertise notable. Il apparaît donc bien que la consultation des notables sur les chantiers urbains et défensifs relève de la nécessité d’assurer l’adhésion de la population aux travaux, afin qu’elle y participe financièrement. Les sources ne laissent percevoir aucun antagonisme entre les deux groupes d’experts, bien que leurs intérêts diffèrent. Pour favoriser leur métier, les experts professionnels pourraient être tentés de gonfler l’estimation du nombre d’ouvriers ou de journées de travail, ou d’orienter les salaires à la hausse, alors que les notables, eux-mêmes souvent maîtres d’ouvrage, pourraient tendre à sous-évaluer les besoins du chantier. La présence simultanée des deux groupes d’experts et la discussion qui suit les visites annihilent ces éventuels conflits. L’impartialité des experts est, par ailleurs, garantie par une prestation individuelle de serment.

Les modalités de sélection et de rémunération des experts

  • 24 Lardin, Les chantiers du bâtiment…, op. cit. n. 10, p. 370.
  • 25 Le devis a été élaboré suite à l’examen des toitures par les couvreurs et les charpentiers « qui p (...)

10La désignation des experts dépend du maître d’ouvrage et, en l’absence d’indication, il est possible de conclure que leur convocation ainsi que les modalités de l’expertise (date, lieu et nature de l’expertise) leur sont transmises oralement. Cette situation n’est d’ailleurs en rien surprenante dans la région de droit oral qu’est la Normandie. Le cas haut-normand de la Haye-Malherbe, où des experts professionnels sont « désignés par justice24 », peut amener à penser, du fait de la similitude des pratiques dans toute la Normandie médiévale, que certains experts argentanais étaient convoqués par voie de justice. C’est le cas en 1438, où il semble que les couvreurs et les charpentiers requis pour analyser l’état des toitures du château ont été mandatés par les autorités judiciaires25. Une contrainte judiciaire pourrait expliquer que personne ne refuse de participer à une expertise. Le faible nombre d’expertises justifie qu’elles ne constituent pas à Argentan une profession : être un expert n’est en rien un statut au xve siècle. L’expertise marque plutôt la reconnaissance d’une réputation et d’une maîtrise technique.

  • 26 Du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit. n. 11, p. 102. Sur les chantiers cathédraux (...)

11La rémunération des experts n’est pas une pratique habituelle à Argentan. Les notables ne reçoivent ni dédommagement, ni salaire. Seuls les experts ouvriers du bâtiment perçoivent soit une compensation, soit une rémunération. Les situations varient en fonction du maître d’ouvrage et du moment de l’expertise. Une indemnité en nature, souvent un repas dans une auberge, est acquittée lors des visites de réception des chantiers hospitaliers et paroissiaux. Elle n’est cependant pas systématique. La rémunération, d’un minimum de 9 deniers, n’est pratiquée que sur le chantier paroissial, lors des visites préalables aux travaux. Il n’existe pas de tarif de prestation pour les experts professionnels, qui ne sont d’ailleurs pas toujours récompensés pour leur venue. Les maîtres d’ouvrage royaux, ducaux et urbains ne versent aucune compensation, ni rémunération. Les experts rémunérés jouissent d’une réputation élevée et sont désignés comme maîtres. Si, ailleurs, la pratique de l’expertise peut constituer « une source fructueuse de revenus », à Argentan il apparaît plutôt qu’y participer permet d’asseoir sa réputation et de s’assurer plus de travail26.

Les domaines de l’expertise

12Le déroulement de l’expertise est connu grâce au vocabulaire employé, similaire à celui d’autres régions. Les experts se rendent d’abord sur le site à examiner. Leur venue se fait sous la conduite du maître d’ouvrage ou d’un représentant et éventuellement en présence d’officiers de justice. La durée de cette visite est inconnue, mais l’exemple haut-normand prouve qu’un après-midi suffit pour mener à bien l’inspection du site. Elle donne lieu à un examen approfondi des lieux à l’issue duquel les experts établissent des conclusions techniques et financières, au cours d’une réunion en un lieu neutre, une taverne ou une cour de justice locale. Les mandements ou quittances de travaux, comme dans les comptabilités, n’exposent que les frais liés à cette réunion, sans en détailler la tenue ou les modalités. À l’issue de ces débats, le collège d’experts expose oralement ses conclusions au donneur d’ordre, en présence probablement de témoins. L’inspection par les experts consiste avant tout à porter un regard professionnel, financier mais aussi juridique et légal, sur les travaux faits ou à faire.

La visite d’inspection préalable aux travaux

  • 27 Y. Bottineau-Fuchs, « Maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre en Haute-Normandie à la fin du Moyen Âg (...)
  • 28 Alençon, Arch. dép. de l’Orne, A 410 (1440).
  • 29 C’est ce que constatent Philippe Cailleux et Philippe Lardin (« Les mesures des bâtiments en Norma (...)

13Cette visite établit l’état du bâtiment avant de procéder à l’estimation architecturale, technique, « organisationnelle » et financière du chantier. Elle estime aussi la faisabilité du projet architectural du maître d’œuvre. Cette consultation est pratique courante à Argentan et existe aussi sur les chantiers haut-normands. Ainsi, sur le chantier cathédral rouennais, tout projet architectural est soumis à l’approbation des experts, du chapitre et de l’archevêque27. De même, les fabriciens de Saint-Germain d’Argentan consultent deux maîtres maçons pour « aviser ce qui estoit necessaire affaire le costé de l’eglise », lors d’une phase majeure du chantier en 1442. Cette étude de la faisabilité et de la nature des travaux revient aux experts professionnels, les notables confirmant la nécessité du chantier déjà attestée par les hommes de métier. L’estimation des travaux implique la visite in situ des experts et l’examen attentif du site. Sur un chantier déjà débuté, les actes signalent qu’ils viennent « visiter les lieux ou il sera mestier en faire [de telles œuvres]28 » et qu’ils sont présents pour « veoir », c’est-à-dire inspecter minutieusement le bâtiment avant les travaux. De tels contrôles sont habituels au Moyen Âge et leur pratique est attestée partout en Normandie29.

  • 30 Paris, BNF, fr. 26287, no 74 (7 août 1434).

14Les ouvriers consultés se prononcent également sur les corps de métier requis sur le chantier, sur le nombre de journées de travail nécessaires et sur les matériaux – quantité et qualité – à employer. Leur mission consiste à « apprécier » les travaux, c’est-à-dire à en estimer tout à la fois la nature et le coût. Il faut souligner ici que les cas d’expertise visant à établir des données purement techniques sont rares à Argentan et ne sont flagrants que lors de la restauration d’un pont de la ville. Les bourgeois interrogés statuent sur le type de marché à privilégier – taxation, adjudication, travail à la journée –, selon la nature et l’ampleur des travaux. Ils fixent également la durée du chantier d’après les indications techniques des professionnels. Ils déterminent les salaires, le prix des matériaux, ainsi que le coût du transport en fonction des pratiques locales et du droit coutumier. Le vocabulaire démontre que les experts ne décident de rien durant la visite d’inspection préalable au chantier, mais que leur tâche est d’« aviser » et de « conseiller », c’est-à-dire d’assister le maître d’ouvrage dans sa décision de lancer le chantier. La décision de procéder aux travaux du château, en 1434, résulte de cet « advis et oppinion dudit cappitaine de vous ledit viconte les conseil et procureur du roy […] et aultres personnes notables30 ». Le groupe des experts bourgeois donne bien l’ordre de faire procéder aux travaux conjointement au maître d’ouvrage.

  • 31 Cailleux, Lardin, « Les mesures des bâtiments… », loc. cit. n. 29, p. 248.

15Après l’examen visuel du chantier et avant d’exposer ses observations au maître d’œuvre, le collège d’experts procède à une discussion contradictoire à la fin de laquelle ceux-ci s’accordent sur les conclusions à présenter. L’exposé oral des observations de la commission, désigné par le terme « rapporter », donne lieu à un débat entre commanditaires des travaux et experts, à l’issue duquel le maître d’ouvrage dresse, en présence et sous le contrôle des experts, une description détaillée des travaux à entreprendre, du nombre d’ouvriers et de journées de travail nécessaires et des matériaux à acquérir. Portées par écrit, ces conclusions prennent la forme d’un devis non contraignant qui rappelle parfois les noms et fonctions des experts consultés. Comme en Haute-Normandie, c’est sur la base de ce devis que les marchés de construction sont criés et mis en adjudication31. Rien n’indique dans les sources la nature des techniques, ni les méthodes, ni les outils employés par les experts pour établir leur estimation.

L’intervention au cours du chantier

  • 32 Bottineau-Fuchs, « Maîtres d’ouvrage… », loc. cit. n. 27, p. 316.
  • 33 Face aux difficultés de l’entreprise, la fabrique de la cathédrale de Rouen consulte plusieurs maî (...)
  • 34 La visite en cours de chantier de la cathédrale de Sienne aboutit à la rédaction d’un rapport des (...)

16Que le maître d’œuvre change les orientations du chantier au cours de la campagne d’édification, à la demande du maître d’ouvrage ou avec son autorisation seule, et le devis est modifié. Les experts professionnels seuls peuvent être sollicités pour l’évaluation et la fixation de ces surcroîts, mais leur présence n’est pas alors systématique. Leur intervention en cours de chantier est, en effet, liée à des modifications majeures des orientations du chantier ou à des désaccords ou des conflits entre les deux parties. Les sources argentanaises restent laconiques sur ce sujet, bien que des exemples de conflits semblables aient été notés sur le chantier de la cathédrale de Rouen, rendant nécessaire le recours à des architectes de la ville qui statuent et tranchent32. Des difficultés techniques ou des suspicions de malfaçons peuvent également expliquer l’appel à des experts de métier, alors que les travaux sont déjà engagés33. La consultation d’experts n’est pas une particularité normande, comme le prouvent les exemples des cathédrales de Sienne, Florence et Milan au xive siècle, où des professionnels du bâtiment interviennent pour modifier le projet architectural en cours, mais aussi pour orienter les choix d’ornementation des lieux34. Toutefois, contrairement aux cas italiens, la consultation d’experts en cours de chantier n’aboutit pas à Argentan à la rédaction d’un rapport écrit, mais vraisemblablement à un exposé oral de leurs conclusions. Toute modification du devis initial donne lieu à un nouvel acte notarié ou à un simple accord verbal nommé « surcroît ». Le passage à l’écrit n’est en rien une obligation, ni une habitude dans le duché alençonnais, où les accords oraux ont une réelle valeur juridique.

La visite de réception du chantier

  • 35 Paris, BNF, fr. 26084, no 7030 (7 janvier 1456, n. st.).

17Le champ d’expertise des hommes de métier s’étend aux visites de réception du chantier durant laquelle des experts notables sont souvent présents. À l’issue du chantier, les experts se déplacent pour vérifier la qualité des travaux réalisés et leur conformité avec les termes du devis et, éventuellement, le respect des surcroîts au devis qui ont pu être fixés. Cette vérification nécessite la venue sur place des experts ayant déjà mené l’estimation technique et financière préalable, comme le prouve un acte de 1456. Cette quittance signale que les deux serruriers qui procèdent à la réception du chantier sont ceux-là mêmes qui « ont apprecié [les œuvres à faire]35 ». Elle consiste, comme les étapes précédentes, en un examen minutieux des édifices ou parties d’édifices construits. Il faut signaler ici que les visites de bâtiments par les commissions d’experts sont des procédures publiques. La visite de réception, qui a lieu en présence du maître d’ouvrage ou d’un ou plusieurs de ses représentants, aboutit à l’autorisation de paiement des ouvriers du bâtiment. La présence du maître d’œuvre, lors de la visite de réception, n’est jamais stipulée dans les actes de la pratique mais semble évidente, d’autant plus qu’il lui faut apporter le devis pour en comparer les termes avec les travaux réalisés. Il est d’ailleurs possible que la visite de réception débute par une lecture du devis pour en rappeler le contenu aux parties en présence. Après l’inspection, les experts prononcent leur accord oral sur le travail mené, et leur approbation est ensuite mise par écrit sous la forme d’un acte notarié, la quittance. Peu de ces quittances nous sont parvenues. Suite à la reddition et à la vérification des comptes définitifs, les fabriciens et les maîtres de l’Hôtel-Dieu les font détruire, puisqu’elles n’ont plus d’utilité légale. Seules des quittances pour des travaux de fortification nous sont parvenues. La présentation de la quittance au maître d’ouvrage permet la rémunération des ouvriers employés.

18Pas plus que pour la visite d’inspection préalable ou en cours de travaux, les méthodes établissant les avis des experts sur la solidité de l’édifice et le respect du devis ne sont décrites dans les sources. Aucune trace d’un refus de réception des travaux par les experts n’a été repérée. Il est possible que, dans un tel cas de figure, l’avis des experts ait entraîné la reprise des travaux mal exécutés aux frais des artisans incriminés. Comme le montre leur présence régulière sur les chantiers, les experts notables ou professionnels sont plus que de simples conseillers, ils valident de fait les étapes majeures du chantier par leur participation.

La valeur de l’expertise

L’utilité de l’expertise

19L’appréciation d’un bâtiment à construire, en cours de construction ou achevé est un outil nécessaire tant pour les donneurs d’ordre que pour les ouvriers embauchés. Elle joue un rôle également important pour les experts eux-mêmes. Pour les trésoriers, le maître de l’Hôtel-Dieu, comme pour les autorités seigneuriales ou urbaines, l’intervention des experts sert, dans un premier temps, à attester la nécessité des travaux et à justifier, aux yeux de la communauté, toute demande de participation à leur financement. La convocation d’hommes de métier et de droit se fait à l’initiative du maître d’ouvrage qui entend, dans un second temps, garantir l’impartialité de l’estimation d’un chantier et de sa réception. À terme, l’expertise vise à garantir le bien commun par la présence de notables, représentant la communauté urbaine. Consulter un collège d’experts est aussi un moyen pour l’institution donneuse d’ordre d’éviter toute contestation ultérieure par les paroissiens, les bourgeois et les habitants quant aux orientations architecturales, aux dépenses engagées ou à l’ampleur des travaux entrepris. Elle évite que les ouvriers embauchés ne contredisent les sommes fixées pour leur travail, puisqu’elles l’ont été par leurs pairs. L’avis des experts offre, en sus, la garantie pour le maître d’ouvrage d’une construction solide respectueuse des projets architecturaux et des termes de l’embauche des artisans du bâtiment. Pour le maître d’œuvre, le recours aux experts apporte la garantie d’un paiement de l’ouvrage et dégage sa responsabilité en cas de malfaçon, alors imputable à un défaut des matériaux.

  • 36 Paris, BNF, fr. 26287, no 73 (17 mars 1435, n. st.).
  • 37 Paris, BNF, fr. 26084, no 7030 (7 janvier 1456, n. st.).

20Quel que soit le moment de l’expertise ou sa nature, elle est, pour l’expert, la marque d’une compétence technique, la reconnaissance de capacités économiques et d’une autorité légale pour les experts civils. Participer à une expertise assure, de plus, un regain de renommée et des embauches sur d’autres chantiers. La prestation d’un serment individuel par tout expert atteste auprès de tous, constructeurs et maîtres d’ouvrage, de la probité et de l’honnêteté des conclusions et garantit l’intérêt de chaque groupe engagé dans le chantier. Les actes insistent sur cette pratique, puisque les hommes interrogés doivent, avant d’exposer leurs remarques et conclusions, « jurer par leurs sermens36 » ou, après leur visite, témoigner de la sincérité de leur expertise37. Faire jurer un témoin est une habitude en droit normand, pratique largement attestée dans les sources et à laquelle la justice a souvent recours pour trancher un conflit. L’avis des experts est enregistré et consigné devant témoins de façon détaillée, après sa présentation devant le maître d’ouvrage. L’expertise prend donc à la fois une importance morale par le geste religieux fort qu’est le serment et un poids juridique par son enregistrement. La parole de l’expert est alors doublement engagée.

L’impact et la valeur juridique de l’expertise

21Le poids de l’expertise est variable dans le cas d’un examen du chantier préliminaire aux travaux. Les experts n’émettent qu’un avis consultatif sur lequel le maître d’ouvrage s’appuie pour organiser et financer une campagne de travaux. Les experts n’interviennent aucunement dans le processus décisionnel, mais leur consultation peut être une condition sine qua non à l’obtention d’un financement ou du soutien des fidèles ou des habitants à des travaux. L’accord des experts peut déterminer le lancement ou l’abandon du projet architectural, selon l’ampleur et le coût estimés par le collège consulté, mais il ne constitue en rien un engagement par le maître d’ouvrage à les faire réaliser. Les experts sont garants de la nécessité de construire ou de restaurer, et leur accord permet de remporter l’adhésion de tous au projet. L’appel à des hommes réputés offre aux maîtres d’ouvrage la possibilité de poursuivre l’artisan – ou du moins d’exiger une compensation financière ou une reprise des travaux –, si, à l’issue de la visite de réception, il s’avère qu’il n’a pas suivi les recommandations des experts, rappelées dans le devis. Pour l’artisan du bâtiment, la réception de ses réalisations par le collège d’experts garantit le paiement de son travail. En cas de défection du maître d’ouvrage, il peut, sur la base de la quittance, demander réparation et paiement devant la justice.

22L’expertise et l’intervention des experts est donc, à Argentan comme ailleurs, principalement dévolue aux artisans du bâtiment dont le travail vise à fixer la durée, la nature et le coût des chantiers, puis à en surveiller la bonne exécution et à vérifier l’application des termes des contrats de construction. Mais cet examen détaillé des sites se fait également en présence d’experts notables chargés de veiller à l’intérêt commun par une fixation juste des salaires et des prix des matériaux. Ces experts notables engagent aussi, par leur présence, l’adhésion de la communauté urbaine aux projets architecturaux et à leur éventuel financement. Mais on peut se poser la question de la validité et de la légitimité des experts et de l’expertise dans une si petite ville, d’autant plus qu’aucun des hommes consultés n’est étranger à Argentan. L’objectivité de l’expertise se heurte, dans cet espace, à l’étroitesse du monde de la construction, où les artisans et les experts de métier sont souvent liés par des alliances professionnelles, matrimoniales ou familiales. De plus, rien n’interdit à l’artisan expert de se porter adjudicataire des travaux qu’il a contribué à estimer. Cependant, les expertises en général, et les expertises de réception en particulier, ne sont jamais remises en cause, ni par le maître d’ouvrage, qui en accepte les estimations avant travaux, ni par les artisans, qui dépendent de l’avis des experts pour être rémunérés. Bien que les sources soient muettes à ce sujet, l’autorité des expertises est certaine en cas de litige entre les institutions donneuses d’ordre et les constructeurs. Elle constitue la base de leur accord et est, a minima, ce qu’il convient de faire.

Notes

1 La question de l’expertise dans le bâtiment médiéval n’a été qu’un sujet périphérique des diverses études menées sur les chantiers de construction. Voir notamment à ce sujet : Artistes, artisans et production artistique au Moyen Âge, dir. X. Barral i Altet, Paris, 1986 ; I. Chave, Les châteaux de l’apanage d’Alençon (1350-1450), Alençon, 2003 ; A. Erlande-Brandenburg, L’art gothique, Paris, 1983 ; Ch. Freignang, « Organisation d’un chantier en France méridionale au xiiie et au xive siècle. L’exemple de Narbonne », Chantiers médiévaux, Paris, 1996, p. 169-193 ; M.-A. Moulin, « Les ouvriers du bâtiment à Argentan au xve siècle », Cahier des Annales de Normandie, 65 (2008), p. 137-154 ; K. J. Philipp, « L’Hôtel de ville de Gand. Le gothique commercial du Brabant », Chantiers médiévaux, Paris, 1996, p. 327-353 ; B. Schlock-Werner, « Le chantier de la cathédrale de Strasbourg. L’œuvre Notre-Dame », Chantiers médiévaux, Paris, 1996, p. 221-249 ; H. Stein, Les architectes des cathédrales gothiques, Paris, 1929 ; M.-O. Terrenoire, Le travail de l’architecte au temps des cathédrales, savoirs et savoir-faire, Paris, 2007 ; I. Vérité, Les comptes des trésoriers de l’église Saint-Germain d’Argentan, 1410-1476 : la gestion d’une église au xve siècle, doct. de 3e cycle, Univ. Paris 10, 1990.

2 M.-A. Moulin, Argentan au Moyen Âge. Aspects urbains, sociaux et économiques, doct. histoire, EHESS, 2007.

3 Paris, BNF, fr. 26031, no 3168, 1440.

4 V. Mortet, « L’expertise de la cathédrale de Chartres en 1316 », Congrès archéologique de France (Chartres, 1900), Paris-Caen, 1901, p. 308-329, ici p. 308.

5 Paris, BNF, fr. 10560, fol. 66v : comptes de la fabrique de Saint-Germain (1442-1443). Un cas similaire de visite de travaux par deux maîtres du métier a pu être repéré à la prison en 1456 : Paris, BNF, fr. 26084, no 7030 (7 janvier 1456).

6 Paris, BNF, fr. 26287, no 73.

7 Rouen, Arch. dép. de Seine-Maritime, collection Danquin, 100 J 34/27 (12 juillet 1437).

8 Les actes font mention de « plusieurs notables personnes » (Paris, BNF, fr. 26059, no 2485 [12 mars 1485, n. st.]), de « plusieurs ouvriers et personnes notables » (ibid., fr. 26050, no 914 [1er juillet 1428]), de « plusieurs couvreurs et charpentiers » (Paris, Arch. nat., KK 338, no 32 [12 juillet 1438]).

9 Mortet, « L’expertise de la cathédrale… », loc. cit. n. 4, p. 308.

10 Voir notamment, à ce sujet, les travaux de Ph. Lardin, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale ( xive -xve siècles), Villeneuve d’Ascq, 1995.

11 C’est le cas à Chartres : P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, Paris, 1973, p. 102.

12 Les ouvriers sollicités pour l’expertise d’un point urbain en 1437 sont, selon le texte, « œuvriers notables dudit mestier de maçon » : Rouen, Arch. dép. de Seine-Maritime, 100 J 34/27 (1437).

13 Paris, BNF, fr. 26287, no 73 (17 mars 1435, n. st.).

14 Ibid.

15 Ph. Bernardi, Métiers du bâtiment et techniques de construction à Aix-en-Provence à la fin de l’époque gothique (1400-1550), Aix-en-Provence, 1995, p. 103.

16 Alençon, Arch. dép. de l’Orne, A 410 (1440).

17 Paris, BNF, fr. 23064, no 3914.

18 Les bourgeois constituants sont les bourgeois désignés par une partie représentative de la communauté bourgeoise pour désigner le maître de l’Hôtel-Dieu.

19 Bernardi, Métiers du bâtiment…, op. cit. n. 15, p. 103.

20 Les assistants sont repérés sur les chantiers défensifs et semblent assurer l’impartialité du devis.

21 Paris, BNF, fr. 26060, no 2773 (12 mars 1436, n. st.). Les « demourans » se distinguent des bourgeois argentanais par l’exercice d’un nombre plus limité de droits et de privilèges.

22 Moulin, Argentan au Moyen Âge…, op. cit. n. 2, p. 65-70.

23 Ni l’identité, ni l’activité professionnelle, ni la qualité de ces hommes ne sont spécifiées dans les actes de la pratique.

24 Lardin, Les chantiers du bâtiment…, op. cit. n. 10, p. 370.

25 Le devis a été élaboré suite à l’examen des toitures par les couvreurs et les charpentiers « qui pour ladite cause furent faiz venir » par le vicomte. L’expression et l’émission de la convocation par le vicomte font penser à un mandement légal : Paris, Arch. nat., KK 1338, no 92 (12 juillet 1438).

26 Du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit. n. 11, p. 102. Sur les chantiers cathédraux de Rouen et de Chartres, au xive siècle, les experts sont rémunérés à hauteur de quatre sous par jour, taux largement supérieur à celui d’Argentan un siècle plus tard.

27 Y. Bottineau-Fuchs, « Maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre en Haute-Normandie à la fin du Moyen Âge », L’architecture normande au Moyen Âge, t. 1, Caen-Condé-sur-Noireau, 1997, p. 315-335, ici p. 318.

28 Alençon, Arch. dép. de l’Orne, A 410 (1440).

29 C’est ce que constatent Philippe Cailleux et Philippe Lardin (« Les mesures des bâtiments en Normandie à la fin du Moyen Âge », Histoire et mesure, 16 [2001], no 3-4, p. 245-260, ici p. 247) : « Les documents qui nous sont parvenus des deux derniers siècles du Moyen Âge, en Normandie, font assez fréquemment mention, à l’occasion des chantiers d’une certaine importance, des visites des ouvriers spécialisés venus mesurer les travaux effectués. »

30 Paris, BNF, fr. 26287, no 74 (7 août 1434).

31 Cailleux, Lardin, « Les mesures des bâtiments… », loc. cit. n. 29, p. 248.

32 Bottineau-Fuchs, « Maîtres d’ouvrage… », loc. cit. n. 27, p. 316.

33 Face aux difficultés de l’entreprise, la fabrique de la cathédrale de Rouen consulte plusieurs maîtres des œuvres, assistés d’ouvriers « en ce congnoissans » en 1466, voir Lardin, Les chantiers du bâtiment…, op. cit. n. 10, p. 372.

34 La visite en cours de chantier de la cathédrale de Sienne aboutit à la rédaction d’un rapport des architectes sélectionnés pour la mener, et c’est à Milan que ces hommes décident, alors que la maçonnerie est achevée, de l’ornementation de l’église cathédrale. Sur ces travaux italiens et la présence sur place d’architectes, voir Du Colombier, Les chantiers des cathédrales, op. cit. n. 10, p. 40.

35 Paris, BNF, fr. 26084, no 7030 (7 janvier 1456, n. st.).

36 Paris, BNF, fr. 26287, no 73 (17 mars 1435, n. st.).

37 Paris, BNF, fr. 26084, no 7030 (7 janvier 1456, n. st.).

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search