Version classiqueVersion mobile

Experts et expertises au Moyen Âge. Consilium quaeritur a perito

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

L’expertise matérielle

L’expertise architecturale au service d’une décision controversée : la cathédrale de Gérone, 1386 et 1416*

Sandrine Victor

Résumé

L’élaboration du plan de la cathédrale de Gérone a nécessité la réunion par deux fois de conseils d’experts, en 1386 et en 1416, afin de déterminer si l’édifice devait être achevé selon un tracé à une ou trois nefs. Au-delà de la simple querelle technique entre partisans de l’une ou l’autre option, ces conseils sont le théâtre de tensions entre les autorités décisionnaires : l’évêque, le chapitre et les experts de la construction. Les enjeux sont, certes, architecturaux, mais un parti pris esthétique peut aussi assurer le prestige et la grandeur de la ville ou du diocèse. De même, une rupture semble se dessiner entre la Catalogne du Nord, frottée au gothique international, plus innovante peut-être, et la Catalogne du Sud, plus attachée à la tradition. Dès lors, pour chacun, tous les arguments sont bons à faire valoir : économiques, esthétiques et enfin techniques.

Texte intégral

  • * Abréviations utilisées : ACG pour Arxiu capitular de Girona ; AHPG pour Arxiu historic provincial (...)
  • 1 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, Paris, 1992, p. 81.
  • 2 V. Mortet, « L’expertise de la cathédrale de Chartres en 1316 », Mélanges d’archéologie (Antiquité (...)
  • 3 Ph. Braunstein, « Les débuts d’un chantier : le dôme de Milan sort de terre (1387) », Pierre et mé (...)
  • 4 E. Serra i Ràfols, « La nau de la Seu de Girona », Miscel. lània Puig i Cadafalch, recull d’estudi (...)

1L’art de bâtir n’a jamais suivi une méthode stricte au Moyen Âge. Pour reprendre les mots de Pierre du Colombier1, c’est un art « essentiellement expérimental ». La demande de conseils d’experts à l’heure de bâtir est par conséquent fort répandue. Convoquées par le promoteur d’un chantier, la fabrique ou les maîtres eux-mêmes, les réunions d’architectes ont pour but de lever un doute technique ou de régler un désaccord architectural. Les exemples sont nombreux, comme à Chartres en 13162, à Milan en 13913 et, dans le cas présent, à Gérone en 1386 et 14164. Prendre la décision de poursuivre la construction de la cathédrale de Gérone selon un plan à une ou trois nefs ne fut pas chose aisée. L’expertise des maîtres devait être seule garante de la continuité du chantier selon une option ou une autre. Mais la situation se révèle bien plus complexe qu’une simple consultation technique. La réunion d’un conseil d’experts dans ce cas a pour objectif d’assurer une médiation dans un conflit larvé au sujet de la poursuite des travaux entre le point de vue de l’évêque, celui du chapitre et celui de l’architecte en charge du chantier. La constitution de ce conseil d’experts devient alors un enjeu stratégique pour l’un des partis. La question du poids de cette commission face aux questions de l’évêque et surtout celle de l’application de ses recommandations techniques surgissent en outre rapidement. Au demeurant, écoutait-on réellement les avis des bâtisseurs ou les convertissait-on immédiatement en données économiques ou politiques ? Et, en définitive, qui eut réellement le pouvoir décisionnaire et quel rôle joua le conseil d’experts dans cet épisode ? Ainsi, l’exemple de la cathédrale de Gérone permet d’analyser le recours singulier à cette double expertise, son champ d’action, la forme de la réunion et son inscription dans la mémoire collective et dans celle de l’institution.

  • 5 AHPG, not. Pere de Pont, lxii, 1386-1387.
  • 6 ACG, Deliberatio capituli, 1417.
  • 7 ACG, Obra de la Seu, 1416-1418.
  • 8 AHPG, not. 2, no 220, cité dans Victor, La construction…, op. cit. n. 4, p. 100-101, et dans P. Fr (...)

2Il est possible d’étudier et d’analyser les modalités de ces réunions, la composition et les enjeux des commissions d’experts, et surtout la manipulation et l’utilisation de ce comité par les parties en présence, aux intérêts divergents, grâce aux comptes rendus des deux réunions de 13865 et 14166, conservés aux archives de la cathédrale de Gérone et aux archives notariales de la ville, aux comptes de la fabrique7 et à un document complémentaire et peu étudié, celui de la réunion d’architectes convoquée pour la suite du chantier du couvent Saint-Daniel de Gérone en 14478.

La place des réunions dans le processus de construction

  • 9 Victor, La construction…, op. cit. n. 4, p. 32-48 ; voir également P. Freixas i Camps, L’art gotic (...)
  • 10 ACG, Obra de la Seu, 1370, s/f.
  • 11 ACG, Obra de la Seu, mai 1384, s/f : per un albre que el mestre de l’Obra en comprà a obs de since (...)
  • 12 ACG, Obra de la Seu, novembre 1384, s/f.
  • 13 ACG, Obra de la Seu, septembre 1385, s/f.

3Attachons-nous tout d’abord à redéfinir le contexte de convocation de ces réunions. En 1312, la nouvelle abside de la cathédrale gothique prend forme9. Les travaux durent jusqu’en 1347, date à laquelle l’autel est transféré du vieux temple roman à la nouvelle abside gothique. Les travaux se poursuivent par la suite, bon an, mal an, ballottés entre les terribles épidémies de la fin du xive siècle et les crises économiques. En 1368, Pere Sacoma devient maître majeur de l’œuvre et joue un rôle clef dans le choix de la nef unique pour continuer le chantier. En 1370, en effet, les comptes de la fabrique enregistrent des dépenses du maître pour consulter Vesian de Cadinhac, maître d’œuvre de Narbonne, pour le tracé de la nef10, puis les sources se taisent. En mai 1384, le procurateur de la fabrique paie 9 sous au juif Bonanasch Estruch pour un tronc dont le maître se sert en guise de compas pour « tracer la voute11 ». Un peu plus tard, en novembre de la même année, Pere Sacoma achète des cordes pour compassar le plan, c’est-à-dire en fixer les mesures12. En septembre de l’année suivante, tout porte à croire que les équipes sont déjà passées de la théorie à la pratique, car la fabrique acquiert un roncin pour « apporter l’eau à la voûte où l’on travaille13 ». Pere Sacoma avait donc passé les années 1384-1385 à tracer grandeur nature le plan de sa nef unique, et ce sans opposition apparente ni de l’évêque, ni de la fabrique, ni du chapitre. Alors pourquoi convoquer en 1386 une première série de réunions d’architectes pour débattre d’un plan dont l’application était déjà visiblement en cours ?

  • 14 Serra i Ràfols, « La nau de la Seu… », loc. cit. n. 4, p. 189.
  • 15 ACG, Obra de la Seu, février 1386 : dominica vii post natale Domini anni LXXXVI, lo senyor Rey ic (...)
  • 16 ACG, Obra de la Seu, février 1386 : per los iii meestres que ic vengren de Barcelona. Los dits mee (...)
  • 17 Cité par Serra i Ràfols, « La nau de la Seu… », loc. cit. n. 4, p. 189.
  • 18 Ibid.

4Galceran de Vilanova, archidiacre de Besalu, et Pere Carrera, prévôt du chapitre, furent nommés en 1385 ouvriers et procurateurs de la fabrique. Ils auraient eu vent que certains maîtres de Gérone contestaient publiquement la solidité de la nef unique en construction14. Or, en février 1386, le roi Pierre III est de passage à Gérone15, et nos deux hommes lui dénoncent le fait, afin de se couvrir et de ne pas engager leur responsabilité en cas de problème. Le roi leur propose donc de faire venir des maîtres de Barcelone pour comparer leur expertise avec celle des maîtres de Gérone, Pere Sacoma et son équipe, ce qui fut fait très rapidement : les comptes de la fabrique mentionnent, le 24 février 1386, les frais engendrés par cette venue : 67 sous 8 deniers d’hébergement et de frais de bouche16. Notons que les maîtres reçoivent également une rétribution de 110 sous chacun pour leurs conseils, donnée par le vicaire du chapitre : Lo senyor vicari e l’onrat Capitol manaren que donàs als dits mestres, entre tots tres, trente florins que valen cccxxx sous17. De même, Narcis Rocha, autre maître barcelonais appelé en septembre 1386, touche 15 florins pour son expertise technique : e feren-li donar per son trebay xv florins18. Cette première réunion d’experts est donc convoquée en plusieurs temps, de février à octobre 1386. Le plan à trois nefs est retenu par l’évêque, Berenger d’Anglesola, ainsi que par le chapitre. Cependant, entre 1386 et 1416, seuls deux piliers correspondant au plan à trois nefs sont réalisés. Il semble que certains des acteurs du chantier ne soient pas disposés à mettre à exécution la décision de 1386. En 1416, Guillem Bofill, maître d’œuvre depuis 1402, convoque sur l’ordre de l’évêque Dalmau de Mur un autre conseil pour débloquer la situation. Ce fut chose faite : la nef unique est adoptée et mise en œuvre, après un demi-siècle de débats.

Acteurs et enjeux

  • 19 Dictionnaire de l’Académie française [http://www.academie-francaise.fr/dictionnaire/], article « E (...)

5Si nous nous penchons à présent sur les acteurs et les questionnements qui ont eu lieu lors de ces conseils, il convient de s’interroger sur la nature même de ces réunions : sont-elles réellement des réunions d’experts ? Si l’on s’en tient à la définition de l’Académie, les experts sont des personnes expérimentées, qui ont acquis, par la pratique, compétence et habileté, et qui, en raison de leur compétence dans tel ou tel domaine, sont désignées par une juridiction pour donner un avis technique autorisé19. Dès lors, les décisions prises lors de ces réunions sont-elles des expertises ?

6Les acteurs de ces réunions sont les premiers à devoir être étudiés. D’un côté, on trouve les maîtres, techniciens, architectes, tailleurs de pierre, sculpteurs. Les grands corps de métier liés à la pierre sont interrogés, et pas seulement des maîtres majeurs ou des concepteurs. En 1386 sont conviés aux côtés du maître majeur de Gérone, Pere Sacoma, les grands maîtres Pere Arvei, maître de l’œuvre de la loge des marchands de Barcelone, Bernat Rocha, maître majeur de la cathédrale de Barcelone, mais également un imagier de Gérone, Guillem Morey, deux maîtres de maison de Barcelone, Bartomeu Sisbert et Arnau Bargues, et des maîtres tailleurs de pierre de Gérone, Guillem Mieres et Pere Ramon Bosch. En 1416 étaient présents, ce 23 janvier, Pasqual de Julbe, maître majeur de la seu de Tortosa, Joan de Julbe, son fils et collaborateur, Pere de Vallfogona, maître majeur de la cathédrale de Tarragone, Guillem de la Mota, tailleur de pierre et associé du maître d’œuvre de la seu de Tarragone, Bartomeu Gual, superviseur des travaux de la cathédrale de Barcelone, Antoni Canet, imagier de Barcelone et maître majeur de la seu d’Urgell, Guillem Abiell, responsable de divers ouvrages à Barcelone, comme les églises Del Pi et Del Carme, ainsi que de l’hôpital Santa Creu de la même ville, Arnau Valleras, maître de la cathédrale de Manresa, Antoni Antigo, maître majeur de Santa Maria de Castello d’Empurias, Guillem Sagrera, de Saint-Jean de Perpignan, Joan de Guincamps, tailleur de pierre de Narbonne, et Guillem Bofill, le maître majeur de la cathédrale de Gérone en activité. Dix des douze participants sont des maîtres majeurs, et les deux restants sont maîtres tailleurs de pierre.

7À titre de comparaison, lors d’une autre expertise tenue en 1447, l’abbesse de Saint-Daniel s’entoure des pus famosos de Gerona, c’est-à-dire, en dehors du maître majeur de la cathédrale, Berenger Cervia, des maîtres de maison, Pere Cervia, Joan Cervia et Joan Tomas, et même d’un tuilier, Montserrat Guinau, dont on dit qu’il est expert dans son art. Premier constat donc, la réunion la plus technique, en tout cas de plus haut niveau, est celle de 1416, où l’on demande leur avis aux experts les plus aiguisés, ceux qui sont le plus en mesure de théoriser la solution architecturale, et non aux artisans extraits du chantier, dont l’expertise s’appuie d’abord et avant tout sur la pratique, comme en 1386 et surtout en 1447. Cela ressemble plus à une réunion de chantier qu’à un conseil d’architectes. D’ailleurs, dans ce dernier cas, il ne semble pas que cette réunion soit convoquée, car il subsiste un désaccord entre techniciens et commanditaire. Peut-on, dès lors, parler de conseil d’architectes, avec vocation à résoudre un problème technique ? Ces hommes, en tout cas, doivent mettre leur expertise théorique ou pratique au service de la vulgarisation d’un problème technique complexe vis-à-vis de profanes, à savoir les chanoines et l’évêque, ou l’abbesse dans le dernier cas. Ils doivent convaincre ces décisionnaires de la validité de leur point de vue et, pour ce faire, ils doivent trouver les arguments qui feront mouche.

8Lors du conseil de 1386, l’évêque Berenger d’Anglesola et les membres du chapitre et de la fabrique ne guidèrent pas les réflexions des techniciens. Ceux-ci eurent à développer les arguments qui leur semblaient les plus probants pour défendre leur opinion. La première constatation à faire est que peu d’arguments techniques de poids furent avancés. Les arguments des partisans des trois nefs sont redondants, repris mot pour mot par les uns et les autres : la nef unique n’est pas solide, elle n’est pas sûre, et, élément de choix, selon eux, les trois nefs sont moins chères et plus rapides à construire. C’est le cas, par exemple, de Bartolomeus Sisberti qui témoigne :

  • 20 AHPG, not. Pere de Pont, lxii, 1386-1387.

Deposuit et testificatus fuit quod juxta ejus judicium et intencionem opus dicte ecclesie esset magis tutum et securum fieri et continuari ut inceptum fuerat cum tribus navibus quam cum una navi, nam secundum suum arbitrium et intellectum faciendo ipsum opus cum una navi tantum nunquam poterit esse stabile neque firmum ; et quod fietur cum minoribus expensis et celerius et sine periculo si reducetur et continuaretur ad tres naves20.

9L’autre camp réagit alors de façon épidermique : la nef unique est sûre, belle, prestigieuse. Pere Ramon Bosch, tailleur de pierre de Gérone, qui se pose d’ailleurs en expert (magistris in dicta arte expertis), est le seul à aborder un aspect purement technique : une nef est valable, mais il faudra des contreforts puissants :

  • 21 Ibid.

Dictum opus fieri ad tres naves est pulcrum et stabile atque firmum et sine aliquo periculo, sed pulcrius et multo notabilius esset ipsum opus si fieret ad unam navim prout est inceptum cum suis mensuris sive midas, dum tamen haberet complementum de rerespatles (sic)21.

  • 22 AHPG, not. 2, no 220 : E primerament digueren e ordenaren tot ensems concordes que lo primer dels (...)

10Les arguments de part et d’autre ne s’appuient donc sur aucune démonstration, aucun exemple. A contrario, le conseil de Saint-Daniel de 1447 est plus technique : les artisans présents justifient leur choix en calibrant, mesurant, planifiant, choisissant les matériaux et en définissant très précisément ce que sera l’ouvrage, à la palme près22. Cependant, dans le cas de 1386, les arguments des partisans des trois nefs, tous de Barcelone, ressemblent fort à un mouchoir rouge que l’on agite : le discours « tout sécurité » adopté joue clairement avec l’affect des chanoines néophytes. Ainsi, Bernat Rocha, en septembre 1386, est très clair :

  • 23 AHPG, not. Pere de Pont, lxii, 1386-1387.

Dictum opus prout nunc continuatur cum una navi tantum, secundum sui altitudinem et amplitudinem, nullo modo stare posse sine magno periculo et quod facere ipsum opus prout nunc est inceptum cum una navi est magnum periculum sed juxta ipsius deponentis consilium ad firmitatem et securitatem ipsius operis et ad dictum periculum evitandum ipsum opus prout erit inceptum fietur ad tres naves23.

11Le principe de précaution est adopté par la majorité du chapitre et par l’évêque, décision sans surprise si l’on se souvient que cette réunion avait déjà été convoquée par les procurateurs pour ne pas engager leur responsabilité en cas de problème.

  • 24 ACG, Deliberatio capituli, 1417 : E nom de nostre Senyor Deu è de la Verge Madona Sancta Maria sob (...)
  • 25 Voir la synthèse des réponses dans le tableau joint en annexe.

12En 1416, la situation est sensiblement différente : l’évêque Dalmau de Mur guide les réflexions des experts, qui doivent se prononcer impérativement sur trois thèmes : la nef unique peut-elle continuer à être construite de façon ferme, quitte et sûre ? Si une cathédrale à trois nefs est choisie, mérite-t-elle d’être construite et jusqu’à quelle hauteur pour ne pas dévier ? Quelle serait, enfin, la nef la plus compatible et proportionnée au chœur déjà construit ? Les questions abordent donc les thèmes de la sécurité, de l’esthétique et de la technique24. Les experts développent dans ce cadre des arguments élaborés25. D’abord, la sécurité d’une nef unique ne fait plus de doute : dix des douze experts la qualifient comme ne présentant aucun danger. Seuls Guillem de la Mota, tailleur de pierre de Tarragone, et Bartolomeu Gual, parlier de la cathédrale de Barcelone, s’émeuvent du danger possible, surtout lors d’un tremblement de terre. Argument réfuté catégoriquement par Guillem Sagrera de Saint-Jean de Perpignan, qui s’avère très visionnaire sur ce point : le tremblement de 1428 ne fit pas bouger la nef. Sur le plan technique, les débats divisent davantage les experts (six contre six), qui, dès lors, sont contraints d’apporter des arguments originaux pour convaincre. Pour les partisans de la nef unique, les trois nefs sont plus difficiles à construire, moins nobles, plus coûteuses (argument choc) ; certains les qualifient de « pas belles », « mauvaises » et les condamnent. Le camp adverse réplique que les trois nefs sont la meilleure solution, la plus sûre et la plus harmonieuse. Comme on peut le voir, une fois les arguments techniques liés à la solidité effacés (ceux-là mêmes qui avaient été surexploités par le camp des trois nefs en 1386), la plupart des arguments sont convenus. En fait, il semble que cette première question, concernant la sécurité de la nef, ne présente plus de réel enjeu : trente ans après 1386, on sait qu’une nef unique est sûre. Mais certains des arguments techniques des experts, en revanche, sont plus aiguisés : Antoni Antigo avance le fait que les contreforts sont largement suffisants pour contenir la nef face aux tremblements de terre et à la tramontane. Ce débat s’enrichit du point de vue d’Arnau de Velleras, qui expose qu’à Manresa, la cathédrale n’a pas besoin de contreforts aussi imposants, mais que la pierre qui y est extraite est parfaite par rapport à celle de Gérone, qui est légère. Pour finir, c’est le maître Joan Guingamps de Narbonne qui entre le plus dans l’expertise technique : le mur qu’il faut construire entre le chœur et la nef unique sera imposant et surtout très lourd, d’où une pression nouvelle pour les contreforts. Il propose donc de percer ce mur de trois rosaces pour l’alléger, solution qui sera d’ailleurs retenue. Enfin, quant à l’esthétique, c’est-à-dire quant à choisir la nef la « plus convenable », les trois nefs remportent les suffrages avec sept partisans contre cinq, qui ne manquent pas d’ailleurs de rappeler le gain économique de leur solution, même à ce sujet. Alors que la solution des trois nefs recueillait plus de suffrages entre la 2e et la 3e question, et contre toute attente, l’évêque tranche : ce sera une nef unique.

Débats techniques ou dissensions politico-économiques ?

  • 26 AHPG, not. Pere de Pont, lxii, 1386-1387.

13Cette décision prise par l’évêque Dalmau de Mur, à contre-pied de l’avis des experts, nous interroge sur le réel pouvoir décisionnaire de ces assemblées et sur les enjeux politiques et économiques qui transcendent les débats techniques. Après le conseil de 1386, les partisans de la nef unique, déboutés, ne se résignent pas et font même preuve d’une particulière opiniâtreté. C’est en particulier le cas de trois hommes, dont on entend la voix par-delà l’immense majorité du chapitre qui soutient les trois nefs. Il s’agit du trésorier Berenger de Font, du chanoine Dalmau de Vilalleons et du prévôt Pere Montcorb. Très officiellement, ils font consigner leur désaccord dans l’acte par le notaire Pere de Pont et ils égrainent leurs arguments : selon eux, cela fait plus de quarante ans que la nef unique est commencée26. Notons que cette remarque nous porte vers 1347, date de la translation de l’autel de l’église romane au chœur gothique, bien avant la maîtrise d’œuvre de Pere Sacoma. Le plan à une nef aurait donc d’emblée été envisagé pour le prolongement de la nouvelle abside. En résumé, quarante ans de chantier ont vu passer de nombreux maîtres d’œuvre, cinq pour le moins. Ils s’étonnent dès lors que ces hommes, experts dans leur art, concepteurs et garants du plan de la cathédrale, n’aient jamais douté de la solidité et de la grandeur d’une nef unique. Ils ajoutent que des avis extérieurs avaient déjà été recueillis, en particulier celui du maître de Narbonne Vesian de Cardinhac. Ils réclament, dès lors, une consultation plus vaste, avec des maîtres venus d’autres villes que la seule Barcelone et qui, ne connaissant pas la pierre, le ciment ou la chaux de Gérone, par leur expertise, donneraient un avis objectif sur la nef unique, se basant sur un savoir technique et les possibilités physiques d’un tel ouvrage. En dernier ressort, et si la ville de Gérone doit se contenter d’une cathédrale à trois nefs, « vulgaire et sans envergure », ils exigent qu’un ouvrage exceptionnel soit construit pour contrebalancer cette honte : une cloche, un clocher ou autre. En somme, ils ne baissent pas les bras, et il apparaît que leurs efforts, liés obligatoirement à la résistance du maître majeur et d’une partie de ses équipes, voire du procurateur de la fabrique lui-même, portent leurs fruits : le chantier se paralyse jusqu’en 1416, et ce jusqu’à la gestion comptable. Durant cette période, en effet, les recettes de la fabrique ne sont plus prélevées.

14Ces hommes du chapitre se sont donc levés contre leur évêque, Berenger d’Anglesola, homme prudent nommé par l’antipape Benoît XIII, et qui fait preuve, en plein schisme, d’une forte rigueur morale. On peut le supposer peu enclin aux nouveautés architecturales. Inversement, c’est la volonté de l’évêque Dalmau de Mur qui brise l’avis des experts en 1416. Pourquoi ce revirement de situation ? Flattant les idées de grandeur, d’honorabilité, de prestige de l’évêque, il semble que les partisans de la nef unique aient fait mouche. Gérone, ville qui porte le titre de « clef du royaume », première cité à la sortie des Pyrénées, se doit d’avoir une cathédrale à la hauteur de ses ambitions. Dalmau de Mur, de plus, est un mécène, un fervent défenseur des arts et un amateur d’architecture, ce qui lui vaudra, plus tard, de financer sur ses propres deniers le chœur de la cathédrale de Saragosse. Des rivalités entre Barcelone et Gérone semblent ancrées dans les débats jusque dans les conceptions techniques. Si nous reprenons le conseil de 1386, les quatre maîtres de Barcelone, envoyés par le roi, sont tous contre la nef unique, alors que les Géronais lui sont favorables. En 1416, plus qu’à la division entre la capitale et les villes de son royaume, on assiste à une division entre deux conceptions architecturales : le Nord, plus au contact du gothique international, plus moderne, est largement favorable à la nef unique, prouesse technique de l’époque. Le Sud, au contraire, plus conservateur, privilégie les trois nefs traditionnelles. L’influence des nouveautés du gothique international se fait également sentir dans l’idée de génie du maître de Narbonne d’ouvrir le chœur de trois rosaces, à défaut des hautes verrières des trois nefs, inondant parfaitement de lumière la nef unique, qui s’impose alors esthétiquement. Les chanoines ne peuvent qu’admettre la clarté et la solennité de la nef unique qui est, en outre, plus économique à construire.

15Pour résumer, dans le cas du conseil de 1386, on a une décision technique peu argumentée, peut-être mandatée, suivie par des autorités politiques frileuses, mais non appliquée par les équipes techniques locales. En 1416, le phénomène est presque contraire : les avis des experts ne sont pas écoutés, la décision est politique et novatrice, et immédiatement suivie d’effet. Tirant profit de leur expérience, les partisans de la nef unique, enfin victorieux, ne veulent pas laisser le temps à leurs opposants de bloquer le chantier comme ils l’ont fait eux-mêmes, et, dès le lendemain du conseil, Antoni Canet est embauché pour tracer le nouveau plan, les arriérés comptables sont perçus, et le chantier démarre sur les chapeaux de roues. En 1424, on place déjà officiellement la première clef de voûte de la première travée. C’est la preuve que la fabrique, jusque-là bien silencieuse, faisait partie du groupe de pression en faveur de la nef unique. Il serait autrement assez peu compréhensible que cette autorité comptable et régulatrice n’ait pas réagi à la paralysie du chantier et, plus encore, qu’elle ait gelé ses recettes. Elle n’envisageait pas, en effet, de telles dépenses.

16La mémoire collective a largement effacé les querelles et dissensions liées à ces réunions. Elles sont célébrées comme le triomphe du savoir-faire et de l’expertise au service de l’art le plus grand, comme en témoigne l’œuvre du sculpteur contemporain catalan Subirach, commandée pour célébrer le sixième centenaire de ces réunions. Il est bien complexe cependant de tirer des conclusions de ces deux épisodes. D’un côté, on a des techniciens dont l’expertise peut être mise en doute au regard de leur parti pris, mais qui sont écoutés par les autorités, et de l’autre, des experts au diagnostic plus aiguisé, mais moins écoutés. En fait, seule la consultation de 1447 pour le monastère Saint-Daniel est marquée par la pleine valeur de l’expertise technique des artisans. Mais l’abbesse y a posé des questions très concrètes, qui n’engageaient pas une innovation technique et donc ne prêtaient pas spécialement à débat. L’évêque, quant à lui, doit prendre une décision autant liée au prestige et à la grandeur de sa cathédrale qu’aux considérations techniques, qui ne servent alors que de prétextes à une décision politique, que ce soit pour flatter le roi et Barcelone ou au contraire pour leur tourner le dos en s’ouvrant au Languedoc et au Nord. La masse du chapitre, non experte, sans opinion clairement définie, fut ballottée entre ces deux pôles, séduite par des arguments plus prosaïques, en particulier économiques, et surtout épouvantée par des propos mettant en doute la sécurité du bâti. En définitive, le choix de cette nef unique n’est-il pas celui des hommes de terrain, tirant leur expertise de leur expérience locale, grands connaisseurs de leur chantier, tel un Guillem Bofill qui, en 1416, travaillait déjà depuis plus de trente-cinq ans sur la cathédrale, ou est-ce celui des fortes têtes locales, qui utilisaient l’art pour affirmer de manière exceptionnelle leur pouvoir ? On peut éventuellement remettre en question les diagnostics d’experts, mais pas la finesse et la force des partisans d’une nef qui, ils le savaient, serait unique.

Annexes. Synthèse des réponses

Les conseils de 1386

Origine

Architecte

Trois nefs

Nef unique

Barcelone

Pere Avrey

×

Barcelone

Bartomeu Asbert

×

Barcelone

Arnau Bargues

×

Gérone

Guillem Morey

×

Barcelone

Bernat Roca

×

Gérone

Guillem Mieres

×

Gérone

Pere Ramon Bosch

×

Gérone

Pere Sacoma

×

Le conseil de 1416

Origine

Architecte

Trois nefs

Nef unique

Barcelone

Bartomeu Gual

×

Tarragone

Pere de Vallfogona

×

Tarragone

Guillem de Mota

×

Tortosa

Pasqual de Julbe

×

Tortosa

Joan de Julbe

×

Barcelone

Guillem Abiell

×

Manresa

Arnau de Velleras

×

Castello d’Empuries

Antoni Antigo

×

Gérone

Guillem Bofill

×

Perpignan

Guillem Sagrera

×

Narbonne

Joan Guingamps

×

Urgell

Antoni Canet

×

Notes

1 P. du Colombier, Les chantiers des cathédrales, Paris, 1992, p. 81.

2 V. Mortet, « L’expertise de la cathédrale de Chartres en 1316 », Mélanges d’archéologie (Antiquité romaine et Moyen Âge). 2e série. Histoire de l’architecture, lexicographie, Paris, 1915, p. 131-152.

3 Ph. Braunstein, « Les débuts d’un chantier : le dôme de Milan sort de terre (1387) », Pierre et métal dans le bâtiment au Moyen Âge, éd. O. Chapelot, P. Benoit, Paris, 1985, p. 81-102, et également Id., Travail et entreprise au Moyen Âge, Paris, 2003, p. 65-72.

4 E. Serra i Ràfols, « La nau de la Seu de Girona », Miscel. lània Puig i Cadafalch, recull d’estudis d’arqueologia, d’història de l’art i d’història, Barcelone, 1947-1951, p. 185-204 ; voir également, S. Victor, La construction et les métiers de la construction à Gérone au xve siècle, Toulouse, 2008, p. 100-101 ; de même, J. Villanueva, Viaje literario a las iglesias de España, t. 12, Viaje a Urgell y a Gerona, Madrid, 1850.

5 AHPG, not. Pere de Pont, lxii, 1386-1387.

6 ACG, Deliberatio capituli, 1417.

7 ACG, Obra de la Seu, 1416-1418.

8 AHPG, not. 2, no 220, cité dans Victor, La construction…, op. cit. n. 4, p. 100-101, et dans P. Freixas i Camps, « El monestir de Sant Daniel. Reformes i ampliacions gòtiques », Estudi General, 1 (1981), no 1, p. 113-118.

9 Victor, La construction…, op. cit. n. 4, p. 32-48 ; voir également P. Freixas i Camps, L’art gotic a Girona, segles xiii i xv , Gérone, 1983.

10 ACG, Obra de la Seu, 1370, s/f.

11 ACG, Obra de la Seu, mai 1384, s/f : per un albre que el mestre de l’Obra en comprà a obs de sincel o compas a obs de dictar la volta de la Obra.

12 ACG, Obra de la Seu, novembre 1384, s/f.

13 ACG, Obra de la Seu, septembre 1385, s/f.

14 Serra i Ràfols, « La nau de la Seu… », loc. cit. n. 4, p. 189.

15 ACG, Obra de la Seu, février 1386 : dominica vii post natale Domini anni LXXXVI, lo senyor Rey ic era.

16 ACG, Obra de la Seu, février 1386 : per los iii meestres que ic vengren de Barcelona. Los dits meestres arribaren aci divendres a vespre, e posaren en l’ostal d’En Lapart. Despeseren en mession entre lo divendres a vespre, el dissapte, el diumenge e dilluns, tan bé en pan com vin, en carn salada e fusta ( ?), pex, civada, lits, caneles e altres coses necessaries a els ab tres besties e ab dos macips, ab i parel de galines e i empola de vin blanch quel dit Carrera lus compra lo diumenge a dinar.

17 Cité par Serra i Ràfols, « La nau de la Seu… », loc. cit. n. 4, p. 189.

18 Ibid.

19 Dictionnaire de l’Académie française [http://www.academie-francaise.fr/dictionnaire/], article « Expert » (consulté le 12 septembre 2011).

20 AHPG, not. Pere de Pont, lxii, 1386-1387.

21 Ibid.

22 AHPG, not. 2, no 220 : E primerament digueren e ordenaren tot ensems concordes que lo primer dels dits respatlles fos construit e edificat en la cantera de la dita paret pus prop de la casa de la dita madona Margarida Sa Riera envers empro la paret de solixent lo qual fagues de gruix sis plams de cana de Gerona e onze palms d’axide e que montes en alt fins a quatre palms de la sime o altitut de la dite paret. Item digueren e ordenaren que lo segon respatlle fos edificat a xxvii palms del dit primer […] Item digueren concordatement que per refermacio de la dita obra e descarragament de la dite paret fora molt profitos e util que en le dessere de quescun tram, la bigue de carrech de la taulada del dit dormidor fos mesa una biga o simal sobre la dita volta del dit dormidor lo qual simal fos posat pla e travassant la paret de les claustres o sobre les claustres construides en la qual paret le dite teulade pren cap lo qual simal fos enclavat de part de fora de la dita paret e fos empernat o empiulat en lo cap de la dite bigue de carrec o sen prop del dit cap com puxe apart de dins envers le dite paret de solixent axi que lo dit simal treves tot lo tou qui es de la dite paret sobre les dites claustres a un la dite teulade com dit es pren cap e le dite paret envers solixent aunt le dite teulade fa vessant.

23 AHPG, not. Pere de Pont, lxii, 1386-1387.

24 ACG, Deliberatio capituli, 1417 : E nom de nostre Senyor Deu è de la Verge Madona Sancta Maria sobre los interrogatoris subsequents deven esser interrogats los Mestres è Obrers è Padresr apellats per la directio de la obra de la seu de Gerona. Primo si la obra de la dita Seu pus altament a una nau antigament comensada se pora continuar ab intencio que fos ferma, quitia, è sens tota dubtansa. Item posat que la dita obra a una nau quitiament è segura nos posques o nos volgues continuar si la obra derrerament de tres naus continuada es congrua è sufficient è tal qui merescha esser continuada o si mereix esser cessada o mudada en altra forma è al cas ques haia mudar en altra forma à quanta altura deu esser puiada specifficant ho per manera que no puixa deviar. Item qual forma o continuacio de les dites obres seria pus competible è mes proporcionable al cap de la dita Seu ja comensat fet è acabat. Sobre los quals articles sia entes que quescun dels dits Mestres è Padrers haia à deposar ab sagrament del vertader juy que haya en son cap de la continuacio de la dita obra.

25 Voir la synthèse des réponses dans le tableau joint en annexe.

26 AHPG, not. Pere de Pont, lxii, 1386-1387.

Notes de fin

* Abréviations utilisées : ACG pour Arxiu capitular de Girona ; AHPG pour Arxiu historic provincial de Girona.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search