Version classiqueVersion mobile

Experts et expertises au Moyen Âge. Consilium quaeritur a perito

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

L’expertise matérielle

Formes et figures de l’expertise dans les chantiers royaux en Angleterre aux xiie et xiiie siècles : des compétences techniques au service du politique*

Fanny Madeline

Résumé

Les formes de l’expertise dans l’administration royale anglaise des xiie et xiiie siècles ne constituent pas un phénomène stable et bien identifié comme tel. Au xiie siècle, les legales homines chargés d’attester les comptes de construction des shérifs à l’Échiquier étaient parfois choisis pour leurs compétences techniques. Sous les règnes d’Henri II et de Richard, les ingénieurs du roi exercent des fonctions multiples, dont vraisemblablement celle de l’expertise des chantiers royaux. À partir du xiiie siècle, cette figure de l’ingénieur expert disparaît. Ce n’est qu’en 1256 qu’apparaît, sous une autre forme plus nettement définie, l’expertise des chantiers royaux, lorsqu’Henri III missionne deux professionnels de la construction, un charpentier et un maçon, pour voir les travaux à effectuer, évaluer leur coût et la manière de les réaliser à moindres frais.

Texte intégral

  • * Abréviations utilisées : CLR pour Calendar of the Liberate Rolls […] Reign of Henry III ; CR pour (...)
  • 1 Matthieu Paris, Life of St Alban : Dublin, Trinity College, ms. 177 (E. i. 40), fol. 59v (v. 1245- (...)
  • 2 M. R. James, Illustrations to the Life of St Alban in Trin. Coll. Dublin MS. E. I. 40. Reproduced (...)
  • 3 La première mention de ce système de contrôle intervient sur le rouleau de l’année 1161, lorsque l (...)
  • 4 H. M. Colvin, R. A. Brown, A. J. Taylor, The History of the King’s Works, Londres, 1963, p. 96.

1Deux célèbres enluminures des Vitae Offarum de Matthieu Paris, chroniqueur à Saint Albans au milieu du xiiie siècle, représentent Offa, roi de Mercie au viiie siècle, ordonnant la construction de l’abbaye de Saint Albans à son retour de Rome (fig. 1 et 2)1. Offa y est figuré s’adressant aux ouvriers d’un chantier et accompagné de deux hommes. Le premier peut être identifié à l’architecte, car il tient un grand compas d’appareilleur et une équerre, et pointe son doigt en direction du chantier comme pour décrire ce qui s’y passe, inspirant sans doute les ordres du roi. Le second, sans signe distinctif, fait également un geste en direction du chantier. Dans la copie du xive siècle, la scène est légèrement différente : le roi est au centre, donnant des ordres à l’architecte, tandis que le second personnage, derrière lui, fait un geste marquant une forme d’approbation2. Qui est donc ce laïc qui semble conseiller le roi face au maître d’œuvre et que fait-il là ? Celui qu’on a généralement décrit comme un simple homme de cour, ne pourrait-il pas incarner la figure de l’expert qui accompagne le roi – voire se substitue à lui – sur les chantiers, afin de le conseiller sur leur organisation matérielle et financière ? À l’époque où Matthieu Paris réalise la première de ces enluminures, une telle figure recouvre en effet une certaine réalité à la cour des rois d’Angleterre, et le changement de position des personnages pourrait bien illustrer le rôle croissant de ce conseiller. Rien sur ces dessins ne permet de signifier l’expérience de cet homme et sa qualité, mais la documentation administrative de la monarchie anglaise fourmille, quant à elle, de multiples informations sur l’apparition de cette figure de l’expert en bâtiment au service du roi : dans les rouleaux de l’Échiquier, tout d’abord, qu’on appelle les great rolls of the pipe ou pipe rolls, et qui constituent un ensemble documentaire relativement homogène, dès 1156, lorsqu’ils commencent à être conservés de manière pratiquement ininterrompue, mais aussi et surtout dans les lettres royales, patentes, closes ou de paiements, conservées à partir du début du xiiie siècle. Cette documentation suggère qu’avant la définition précise d’une figure d’expert des chantiers royaux au milieu du xiiie siècle, des formes d’expertise ont existé bien que de manière aléatoire et détournée. L’origine de ces formes d’expertise des chantiers royaux peut être retracée à partir de la réforme de l’audit des comptes de l’Échiquier, entreprise au début des années 1160 par Henri II. Ce dernier impose alors que les comptes de construction des shérifs soient attestés par des notables locaux, des legales homines3. Ce système d’attestation devient systématique à partir de 1166 et perdure jusqu’à la fin du xiiie siècle, à l’exception des grands chantiers dont la gestion est rapidement confiée à des clercs chargés de tenir la comptabilité sur des documents particuliers4. Mais ce système de contrôle a posteriori fait vite entrevoir la nécessité de recourir au savoir et à l’expérience d’hommes de terrain, capables d’intervenir avant l’audit des comptes. Après avoir envisagé le rôle et la fonction de ces legales homines, nous verrons donc comment Henri II s’est attaché le service d’« ingénieurs » dans le but de rationaliser l’organisation de ses chantiers royaux. Si leur action en tant qu’« experts » ne peut être perçue que de manière hypothétique, la réforme de 1256, effectuée sous la pression de ses barons, lassés des frasques architecturales du roi, fait en revanche apparaître plus clairement deux figures d’« experts ». Dans un dernier temps, nous verrons plus précisément quelles étaient les missions attribuées au maçon et au charpentier du roi chargés de parcourir les principaux chantiers du royaume, afin d’évaluer les dépenses restant à effectuer et de conseiller les officiers locaux sur la manière de les achever au plus vite et à l’avantage du roi.

À l’origine de l’expertise des chantiers royaux : le système d’attestation des comptes de constructions royales au xiie siècle

  • 5 Adventus vicecomitum ad Scaccarium in crastino Sancti Michaelis, et Adventus vicecomitum in crasti (...)
  • 6 À partir du règne de Jean sans Terre et jusqu’en 1226, ces lettres étaient enregistrées par la cha (...)
  • 7 Des enquêtes sont menées dans chaque comté en 1255, pour relever les exactions des shérifs dans le (...)
  • 8 Rotuli Hundredorum Temp. Hen. III. et Edw. I. in Turr’ Lond’et in Curia Receptae Scaccarii Westm. (...)

2L’Échiquier est une institution de la monarchie anglaise fonctionnant à la fois comme organe fiscal et judiciaire. Chaque année, à Pâques et à la Saint-Michel, les barons de l’Échiquier tenaient une session à laquelle devaient aller tous les shérifs pour rendre les comptes de la ferme de leur office5. Ils apportaient avec eux toutes les lettres royales qu’ils avaient reçues au cours de l’année fiscale, leur ordonnant des dépenses à déduire de leur ferme à l’Échiquier (computabitur ad Scaccarium). Outre les dépenses coutumières, qui étaient les premières inscrites sur les pipe rolls, étaient déduites, le cas échéant, du corps de la ferme du comté, les dépenses de construction, de réparation et d’aménagement réalisées sur les châteaux royaux dont les shérifs avaient la responsabilité. Cependant, les lettres envoyées aux shérifs ne comportaient que rarement le montant exact des dépenses à effectuer, celles-ci ne pouvant être constatées qu’une fois les travaux réalisés6. Très vite, la nécessité de faire contrôler les dépenses affectées aux constructions royales s’impose donc, afin de limiter les fraudes des shérifs7. Nombre de passages de l’enquête effectuée entre 1274 et 1275, au début du règne d’Édouard Ier, témoignent de la corruption des agents du gouvernement local : par exemple, il est dit que « lorsque Jean de Sperling était gardien de la Tour de Londres et Henri Powel était son clerc, ledit Henri détourna des pierres et de la chaux, pendant la nuit pour ériger une maison à lui avec les pierres du roi et la chaux, sans en avoir reçu l’autorisation par une personne supérieure8 ». Il est clair que ce type de fraude existait bien avant que la documentation du xiiie siècle ne commence à les enregistrer. D’ailleurs, dès les premières années de son règne, Henri II organise la vérification des dépenses des shérifs effectuées pour les constructions.

  • 9 D. M. Stenton, English Justice between the Norman Conquest and the Great Charter, 1066-1215 (Jayne (...)
  • 10 C. E. Odegaard, « Legalis Homo », Speculum, 15 (1940), no 2, p. 186-193. Les jurys déterminés par (...)
  • 11 C. Gauvard, « La fama, une parole fondatrice », Médiévales, 24 (1993), p. 5-13.
  • 12 Rotuli litterarum clausarum in Turri Londinensi asservati, t. 1, 1204-1224, éd. T. D. Hardy, Londr (...)

3La mise en place de ce système d’attestation des dépenses apparaît en même temps que s’organisent les nouvelles procédures judiciaires de la Common Law, substituant aux officiers locaux des juges royaux itinérants (dans des circuits d’Eyre), chargés de juger d’après enquête et sur le témoignage d’hommes assermentés, choisis au sein des communautés locales9. Ces deux réformes avaient en commun de faire appel directement et régulièrement à des legales homines, c’est-à-dire à des hommes reconnus pour leur droiture, leur respect des lois, et n’ayant jamais commis de délit, des hommes d’honneur et de bonne réputation dont le serment était considéré comme fiable10. C’est d’ailleurs précisément leur bona fama qu’ils devaient utiliser lors des procès auxquels ils pouvaient être appelés11. Plus qu’une catégorie juridique, les legales homines constituaient donc plutôt un groupe défini par une norme sociale commune, les assimilant à celui des hommes libres, notamment à partir du moment où la condition de vilain est plus strictement définie à la fin du xiie siècle. Les lettres envoyées aux shérifs par Jean sans Terre précisent aussi, parfois, que les constructions devaient être vues par des hommes « libres et respectueux des lois » (per visum librorum et legalium hominum) ou bien des prud’hommes (proborum hominum)12. Ceux-ci devaient alors se présenter en même temps que le shérif à l’Échiquier pour attester, per visum et testimonium, la réalité des dépenses ordonnées par le roi.

  • 13 F. Madeline, La politique de construction des Plantagenêt et la formation d’un territoire politiqu (...)
  • 14 O. Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en (...)
  • 15 W. A. Morris, The Mediaeval English Sheriff to 1300, Manchester, 1968 (1re éd. 1927) ; D. Carpente (...)

4Les compétences techniques n’apparaissaient donc pas nécessaires pour accomplir cette fonction. Entre 1154 et 1216, sur les 955 hommes recensés dans les pipe rolls pour avoir attesté les comptes de construction des shérifs, seuls 171 sont identifiés par leur profession ou leur fonction, et seulement 32 d’entre eux (soit 3,3 %) possèdent une fonction liée au chantier13. Lire et écrire n’était sans doute pas même exigé, car il suffisait que les hommes attestent de visu que des constructions avaient bien été effectuées sans qu’il soit nécessaire d’entrer dans le détail des comptes. Plus qu’une fonction comptable, le système qui imposait à des legales homines de se rendre à la Saint-Michel à l’Échiquier, à Westminster, avaient donc aussi pour objectif d’instaurer un dialogue avec ces élites locales, en les faisant pénétrer dans le « temple » de la principale institution monarchique14. À une époque où les shérifs ne sont pas encore les bureaucrates qu’ils deviendront par la suite, mais se recrutent toujours au sein d’une noblesse locale dont la fidélité et la loyauté pouvaient être parfois défaillantes, les liens tissés avec les représentants des communautés du royaume constituaient un enjeu essentiel, en contribuant notamment à la formation d’une société politique, maillon essentiel de la construction étatique15.

Les ingénieurs royaux du xiie siècle : une figure ambivalente de l’expertise

  • 16 J. H. Harvey, « The Medieval Office of Works », Journal of the British Archaeological Association,(...)
  • 17 PR H. II, 13e année, p. 1, 3 ; 14e année, p. 1, 200 ; 17e année, p. 148 ; 19e année, p. 183.
  • 18 PR H. II, 12e année, p. 106 ; 19e année, p. 183.
  • 19 PR H. II, 21e année, p. 209.
  • 20 PR H. II, 23e année, p. 26, 192.

5Si les legales homines étaient essentiellement choisis parmi les notables locaux, sans particularité professionnelle visible, en revanche, la gestion des gros chantiers et surtout leur mise en réseau impliquaient une centralisation administrative et une professionnalisation de plus en plus poussée des agents royaux chargés de la vérification des comptes, mais aussi du chantier lui-même. Ainsi, parmi les quelques hommes de chantier qui pouvaient être appelés à jouer ce rôle, le principal ingénieur d’Henri II (ingeniator regis), Ailnoth, a souvent exercé cette fonction. Ses interventions suggèrent qu’il agissait moins pour contrôler la comptabilité des shérifs que pour vérifier que les opérations techniques du chantier étaient proprement exécutées. En effet, la grande mobilité de cet ingénieur appelé à superviser de nombreux chantiers, parfois simultanément, montre qu’il avait un rôle central dans l’organisation logistique et l’approvisionnement en matériaux des grands chantiers royaux (fig. 3)16. Entre 1167 et 1173, il atteste les travaux effectués à Windsor17, en même temps qu’il supervise l’approvisionnement du chantier en plomb et en pierre, à partir de quatre carrières différentes18. Puis, de 1173 à 1175, ce sont les dépenses effectuées à la Tour de Londres dont il supervise l’approvisionnement en bois de merrain – en guidant un groupe de charpentiers pour couper du bois dans la forêt royale de Beckenham (Kent) en 1175 – et en plomb pour la couverture de la chapelle19. En 1177, il atteste également les dépenses du palais de Woodstock et supervise le transport du bois depuis les forêts royales du Warwickshire et du Surrey jusqu’au chantier20. Bien qu’aucun document ne permette de mesurer précisément son action en tant qu’expert, ses compétences manifestes dans le choix des matériaux et leur mise en œuvre laissent penser qu’il savait évaluer les besoins et peut être même en estimer le coût.

  • 21 P.-Y. Le Pogam, Les maîtres d’œuvre au service de la papauté dans la seconde moitié du xiiie siècl (...)
  • 22 N. Vincent, « Dereham, Elias of (d. 1245) », Dictionary of National Biography, Oxford, 2004, s. v.(...)
  • 23 PR H. II, 33e année, p. 27, 45 ; 34e année, p. 149-150 ; PR Richard, 3e année, p. 191 ; 7e année, (...)
  • 24 PR Richard, 7e année, p. 2, 113, 240.

6Le rôle d’Ailnoth dans l’organisation des chantiers royaux sous le règne d’Henri II apparaît cependant tout à fait exceptionnel : généraliste de la construction, il était un homme aux compétences polyvalentes, prenant la responsabilité des choix techniques, coordonnant les équipes de travailleurs, organisant la vie des chantiers dans toutes ses implications pratiques, s’occupant de l’achat des matériaux comme du financement des travaux. Mais ce qui caractérise et distingue cet ingeniator du simple maître d’œuvre est sa forte mobilité, à l’instar, d’une certaine manière, des maîtres d’œuvre de la cour pontificale au xive siècle21. Une telle fonction ne semble avoir été assumée par la suite que par un seul autre ingénieur, Elyas d’Oxford22. En 1195, lorsque celui-ci apparaît également sous le titre d’ingeniator dans les pipe rolls, il a déjà effectué une carrière de maçon (de 1187 à 1191) et de charpentier, un métier dans lequel il passe maître en 119623. Le chevauchement de ces qualifications suggère qu’elles désignaient tantôt une profession, tantôt une fonction au service du roi, consistant à superviser et à coordonner les différents chantiers entre eux. À partir du moment où il est appelé ingénieur, Elyas apparaît en effet dans plusieurs lieux à la fois. En 1195, il est à Oxford, Hastings et Pevensey, Rochester et Westminster (fig. 3)24. En 1197, on le retrouve sur le chantier de Marlborough, Berkeley et Freemantle ; en 1199, à la Tour de Londres ; en 1200, à Winchester, Woodstock, etc.

  • 25 Rotuli de Liberate…, op. cit. n. 12, p. 195 : Isti subscripti atornanter ad pacem guarderobe carpe (...)
  • 26 V. Theis, « Décrire le chantier ou écrire le chantier ? Titres et offices dans les comptes de cons (...)
  • 27 P. Boucheron, Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan ( xive -xve  siècles) (...)

7Par la suite, les ingénieurs que l’on rencontre dans la documentation n’occuperont plus de telles fonctions. S’ils sont amenés à voyager, c’est uniquement dans un but militaire : construire des engins de siège, trébuchets, mangonneaux et autres catapultes, ainsi que les échafaudages. La particularité d’Ailnoth et d’Elyas était alors sans doute de combiner leur fonction professionnelle à l’office de gardien du palais (custos domorum) à Westminster, pour Ailnoth, et à Oxford, pour Elyas, ce qui leur donnait à la fois une fonction technique et une fonction administrative. Or, après 1204, le titre de gardien des demeures royales cesse d’être un mode d’insertion des ingénieurs royaux au service du roi. En 1210, lors de la campagne d’Irlande, c’est à la garde-robe du roi – une institution qui tend à se développer au sein de la Chambre au cours du xiiie siècle25 – que sont désormais rattachés les charpentiers du roi, vraisemblablement pour permettre une plus grande mobilité de ces hommes. En réalité, jusqu’au milieu du xiiie siècle, de tous les professionnels, ingénieurs, maçons, charpentiers, qui ont travaillé sur les chantiers d’Angleterre et de Normandie, très peu ont détenu un titre gagé les insérant formellement dans le milieu de la cour et du service du roi. La « curialisation » de ces hommes, c’est-à-dire leur insertion dans la hiérarchie déjà existante, en leur donnant un titre ne comportant pas de spécification de compétences, au lieu de créer un nouvel office spécifiquement lié à l’organisation des constructions, correspond à un parti pris politique, celui d’une normalisation du monde de l’art et d’une mise au service exclusif de la Couronne de leur compétence26. Comme à la fin du Moyen Âge, cette fonction reste réservée à une toute petite élite dont les compétences professionnelles sont mises à profit par la royauté pour expertiser, organiser et coordonner ses nombreux chantiers. Cette charge, qui rétribuait un petit nombre d’ingénieurs, faisait de ces agents des courroies de transmission entre l’organisation locale des chantiers et leur structuration au niveau central. C’est ainsi que l’on voit se dégager « les mécanismes qui œuvrent à la consolidation de l’État seigneurial, par le double jeu de la relation personnalisée au prince et de la hiérarchie administrative27 ».

  • 28 H. Vérin, La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du xvie au xviiie siècle, Paris, 1993 (...)

8Si Ailnoth et Elyas jouaient alors un rôle oscillant entre celui du maître d’œuvre et celui de l’ingénieur, sans tout à fait remplir les fonctions de ceux qui seront ensuite appelés « à intervenir dans tous les cas où la nécessité d’un contrôle financier, politique, se combine avec l’obligation d’inventer des solutions techniques particulières, sinon inédites, voire d’innover28 », ils permettent cependant d’envisager – d’un point de vue certes assez éloigné – le rôle d’expert qu’ils ont pu avoir, en l’absence d’une documentation précise de leur activité sur le terrain.

Les experts des chantiers royaux de 1256 à 1260 : profils et missions

  • 29 CR, t. 9 (1254-1256), éd. A. E. Stamp, Londres, 1931, p. 26 (1255) : Mandatum est abbati de Persor (...)
  • 30 CLR, t. 4 (1251-1260), éd. J. M. Thompson, A. Story Maskelyne, Londres, 1959, p. 350.
  • 31 Calendar of the Patent Rolls preserved in the Public Record Office. Reign of Henry III, t. 4 (1247 (...)

9Au milieu du xiiie siècle, la documentation permet de considérer concrètement le rôle des experts royaux sur les chantiers. En 1255, par exemple, l’abbé de Pershore reçoit l’ordre « de se rendre en personne, avec maître Jean de Gloucester, le maçon du roi à Westminster, à la demeure royale de Guildford pour y voir l’état du chantier du roi et pour faire exécuter la maçonnerie de ces travaux à la tâche, selon les conseils donnés par ledit Jean, du mieux qu’il peut29… » L’intervention de Jean de Gloucester, le maçon du roi en charge du chantier de Westminster à la suite d’Henry de Reyns, comme expert auprès de l’abbé de Pershore, constitue un précédent qui est systématisé par Henri III dès l’année suivante. Par une lettre close datée du 29 novembre 1256, il décide d’investir officiellement Jean de Gloucester ainsi qu’Alexandre, le charpentier du roi, dans des fonctions qui ressemblent beaucoup à celles « d’experts » royaux : ils sont, en effet, chargés de « voir les dommages des châteaux et des édifices royaux de ce côté de la Trent et pour donner des ordres selon leur expérience et pour le mieux dans l’intérêt du roi30 ». Une autre lettre patente de 1257 définit également l’espace et les objectifs de leur mission : John de Gloucester, le maçon du roi, et Alexandre, le charpentier du roi, « en tant que maîtres de tous les travaux des châteaux, manoirs et demeures de ce côté de la Trent et de l’Humber, devront voir les dommages et les réparer, ainsi que fournir les œuvres de maçonnerie et de charpenterie et nommer les superviseurs des travaux avec ordre aux shérifs, connétables et autres gardiens des travaux de leur apporter de l’aide31 ».

  • 32 Colvin, Brown, Taylor, The History…, op. cit. n. 4, p. 102-103 ; CLR, t. 2 (1240-1245), éd. J. B. (...)
  • 33 Rotuli Hundredorum…, op. cit. n. 8, t. 2, p. 18b : Item dicunt quod Willelmus Herun tempore quo fu (...)
  • 34 CR, t. 3 (1234-1237), éd. C. Trice Martin, R. F. Isaacson, Londres, 1908, p. 443.

10Ces deux professionnels n’occupaient donc pas exactement la fonction de Keeper of the King’s Works, qui correspondait à celle qu’exerçait d’Ailnoth au xiie siècle. Au milieu du xiiie siècle, celle-ci était alors occupée par Edward de Westminster, un proche conseiller du roi, qui devint, selon les termes de Howard Colvin, la courroie de transmission entre le roi et ses constructions. Principalement en charge des travaux de Westminster (comme Ailnoth), Edward était parfois aussi appelé à fournir des matériaux de ses magasins pour les travaux de Windsor ou de la Tour de Londres, ou pour superviser les travaux du manoir d’Havering (Essex)32. Sa carrière correspond à la période d’extravagance architecturale du roi, ce qui lui attira l’hostilité des barons, qui voyaient en lui l’instigateur de ces choix dispendieux. Jean de Gloucester et Alexandre le Charpentier, en tant que « maîtres de tous les travaux », n’avaient pas en réalité pour fonction de superviser l’ensemble des chantiers, mais de limiter, dans chacun d’eux, les dépenses en expertisant les coûts des réparations strictement nécessaires, et ainsi d’atténuer les désastres causés par l’incurie des agents du gouvernement local, qui n’hésitaient pas à tromper, voire à corrompre, lorsque c’était possible, les legales homines chargés d’attester les dépenses de construction. Les Rotuli Hundredorum regorgent en effet d’exemples comme celui de William Heyrun qui, « lorsqu’il était connétable du château de Bamburg, a fait faire une grange dans le château qu’il a facturée au roi de 9 livres, alors qu’elle n’en valait que 4 selon une estimation de gens dignes de foi33 ». Le roi n’hésitait pas alors à nommer lui-même les hommes chargés de superviser les travaux34.

  • 35 CR, t. 10 (1256-1259), éd. K. H. Ledward, Londres, 1932, p. 69-70 : Cum rex fieri preceperit per c (...)
  • 36 CR, t. 10, op. cit. n. 35, p. 144 : Mandatum est Willelmo de Riston, ballivo de Wodest’, et Johann (...)
  • 37 CR, t. 10, op. cit. n. 35, p. 163 : Mandatum est magistro Johanni cementario regis quod habere fac (...)
  • 38 CLR, t. 4, op. cit. n. 30, p. 278 ; ibid., p. 488 : Liberate to master John de Gloucester king’s m (...)
  • 39 CR, t. 7 (1251-1253), éd. A. E. Stamp, Londres, 1927, p. 441 (v. 1253).
  • 40 CLR, t. 4, op. cit. n. 30, p. 480.
  • 41 Howard Colvin (The History…, op. cit. n. 4, p. 107) cite Victor Mortet et Paul Deschamps (Recueil (...)

11Il existe plus d’une centaine de contrebrefs dans les différents rouleaux de la chancellerie concernant les interventions de ces deux experts. Ils permettent de suivre concrètement leur action qui consistait, dans un premier temps, à voir les dommages et à estimer leurs coûts à l’avance, puis, en fonction de leur rapport, à conseiller le roi sur les réparations à exécuter35, à organiser la mise en place du chantier36, à prendre en charge l’approvisionnement en matériaux37, ainsi que le paiement des ouvriers38. En prenant la responsabilité de cette dernière fonction, qui était habituellement à la charge des shérifs39, le calcul précis du coût du travail, outre celui des matériaux, leur était également échu. Il n’est donc pas étonnant de voir que la plupart des travaux effectués sur les chantiers qu’ils ont visités ont été payés à la tâche. Malgré ces précautions, il apparaît que Jean de Gloucester est mort en laissant d’importantes dettes, probablement liées à une expertise trop approximative des coûts réels des chantiers, comme le suggère un contrebref des Liberate rolls adressé par le roi aux gardiens des travaux de Gloucester : il leur permet d’avoir « 5 marcs sur les revenus de la ferme de la ville pour réparer le pont du château, ainsi que Maître Jean de Gloucester l’avait indiqué alors pour 40 sous. Mais le roi comprend que le pont ne peut être réparé pour cette somme ; il en vient donc à leur accorder 5 marcs40 ». Si le travail à la tâche n’était pas sans danger, il avait le mérite d’établir à l’avance un prix fixe pour une partie déterminée du travail et ainsi de priver les officiers locaux de l’opportunité d’ajuster les comptes en leur faveur. La généralisation du travail à la tâche dans les chantiers royaux en Angleterre, à partir de cette époque, contraste d’ailleurs avec la situation continentale, puisque cette méthode était déjà largement utilisée en France sous le règne de Philippe Auguste41. Howard Colvin associe l’apparition du travail à la tâche à la nécessité alors pressante de rigueur budgétaire, mais on peut également voir sa généralisation comme le résultat des expertises des chantiers royaux, puisque le coût des travaux, main-d’œuvre incluse, devait être déterminé à l’avance pour qu’un bref de paiement soit émis par la chancellerie royale.

  • 42 Howard Colvin (The History…, op. cit. n. 4, p. 114) a relevé une douzaine de manuscrits relatant l (...)
  • 43 CR, t. 11 (1259-1261), éd. A. E. Stamp, Londres, 1934, p. 29 : Mandatum est Edwardo de Monasterio (...)

12Enfin, la carte des lieux d’intervention montre que l’espace parcouru se limitait à la vallée de la Tamise et à ses proches environs (fig. 3). Au-delà de cet espace capable d’être parcouru par ces officiers rattachés à la cour du roi et appelés régulièrement à venir rendre des comptes à Westminster, l’autorité souveraine ne s’exerçait pas moins, mais selon des modalités différentes et de manière moins centralisée, comme par le biais de commissions d’enquête mandatées ponctuellement par le roi42. La mise en place de cette fonction d’expert itinérant ne peut donc être considérée selon la seule perspective d’une rigueur budgétaire. Au-delà de leur mission d’expertise, ces deux hommes avaient aussi pour fonction de parcourir les principaux lieux d’expression du pouvoir royal, afin d’y réaffirmer non seulement l’autorité souveraine sur des agents trop peu obéissants, mais aussi la capacité du roi à maîtriser le territoire du royaume. C’est en cela qu’ils perpétuent la fonction des legales homines chargés d’attester les comptes de construction des shérifs depuis le milieu du xiie siècle. Désormais cependant, le contrôle des officiers locaux s’effectue avant que les dépenses ne soient engagées et non plus a posteriori. Les itinéraires de ces deux experts n’avaient donc pas qu’une fonction financière, ils avaient aussi un rôle politique, et c’est sans doute la raison pour laquelle Henri III tenta de pérenniser leur action. En 1259, il ordonne ainsi à Edward de Westminster, au prieur et aux autres gardiens des travaux de Westminster de « renouveler les itinéraires tels qu’ils avaient été faits, lorsque Jean de Gloucester, le maçon du roi, et Alexandre, le charpentier du roi, étaient en mission itinérante, afin de pourvoir à l’approvisionnement desdits chantiers sur lesquels ils étaient alors engagés43 ». En rattachant cette fonction à celle du gardien du palais de Westminster, Henri III réattribuait également la fonction technique qui était autrefois associée à cet office et qui avait été perdue depuis l’époque d’Ailnoth.

  • 44 Harvey, « The Medieval Office… », loc. cit. n. 16.

13À partir du milieu du xiie siècle, le développement de la documentation administrative de la monarchie anglaise permet non seulement d’établir l’existence d’une expertise des constructions royales, mais aussi d’en décrire de plus en plus précisément les objectifs et les méthodes. Toutefois, les contours de l’expertise, en tant que fonction sociale spécifique, restent encore très flous, comme en témoigne la diversité des expériences auxquelles le roi fait appel pour contrôler les dépenses de construction de ses châteaux. Toutefois, depuis les legales homines, chargés de contrôler simplement per visum les dépenses a posteriori, jusqu’aux deux experts royaux nommés en 1256 pour établir a priori le coût des travaux à effectuer, en passant par les ingénieurs d’Henri II et de Richard Ier, dont l’expérience professionnelle est mise au service d’une rationalisation des constructions royales, on peut suivre comment se dégage progressivement une figure de l’expert, par la définition de plus en plus claire de sa fonction et de ses missions. Il faut cependant attendre l’année 1307, lorsqu’est créé « l’office des œuvres royales », pour que se stabilise le rôle de l’expert en bâtiment itinérant44. Du xiie au xive siècle, ces formes d’expertise partagent néanmoins un même objectif politique qui les sous-tend in fine : celui de renforcer l’autorité du roi sur les lieux du pouvoir royal, ainsi que son contrôle sur les agents du gouvernement local, afin de densifier sa puissance territoriale et son autorité souveraine.

Figure 1. — Offa faisant construire l’église de Saint Albans, Matthew Paris, Life of St Alban, Dublin, Trinity College, ms. 177 (E. i. 40), fol. 59v (v. 1245-1252)

Figure 2. — Offa faisant construire l’église de Saint Albans, Lives of the Offas, Londres, BL, Cotton, Nero D. 1, fol. 23v (v. 1320)

Figure 3. — Carte des chantiers royaux visités par les ingénieurs d’Henri II et Richard Ier, ainsi que par les experts en bâtiment du règne d’Henri III

Notes

1 Matthieu Paris, Life of St Alban : Dublin, Trinity College, ms. 177 (E. i. 40), fol. 59v (v. 1245-1252) ; sa copie, datée des années 1320, se trouve dans le manuscrit de Londres, BL, Cotton, Nero D. 1, fol. 23v.

2 M. R. James, Illustrations to the Life of St Alban in Trin. Coll. Dublin MS. E. I. 40. Reproduced in Collotype Facsimile, Oxford, 1924.

3 La première mention de ce système de contrôle intervient sur le rouleau de l’année 1161, lorsque le shérif du Yorkshire déduit £ 107 6 s. 8 d. pour les travaux du château de Scarborough, « attestés par Robert le Russe et David le Lardener » (PR H. II, 7e année, p. 36).

4 H. M. Colvin, R. A. Brown, A. J. Taylor, The History of the King’s Works, Londres, 1963, p. 96.

5 Adventus vicecomitum ad Scaccarium in crastino Sancti Michaelis, et Adventus vicecomitum in crastino clausi Pasche : la présentation des shérifs a lieu le lendemain de la Saint-Michel (30 septembre) et le lendemain du premier dimanche après Pâques, jours qui marquent le début des sessions de l’Échiquier.

6 À partir du règne de Jean sans Terre et jusqu’en 1226, ces lettres étaient enregistrées par la chancellerie sur les patent rolls ou les closes rolls. En 1226, intervient le transfert des lettres ordonnant ou garantissant des dépenses dans une nouvelle série appelée les Liberate rolls. C’est donc sur ces rouleaux que l’on peut dès lors trouver presque tous les mandats d’Henri III pour les chantiers, bien que les close rolls soient encore utilisés pour enregistrer les ordres qui n’employaient pas la formule liberate, computate, ou computabitur (Colvin, Brown, Taylor, The History…, op. cit. n. 4, p. 95).

7 Des enquêtes sont menées dans chaque comté en 1255, pour relever les exactions des shérifs dans le gouvernement local, mais seul un fragment de l’enquête de l’Oxfordshire a été conservé (ibid., p. 106-107).

8 Rotuli Hundredorum Temp. Hen. III. et Edw. I. in Turr’ Lond’et in Curia Receptae Scaccarii Westm. Asservati, éd. W. Illingworth, Londres, 1812, t. 1, p. 409b (v. 1234).

9 D. M. Stenton, English Justice between the Norman Conquest and the Great Charter, 1066-1215 (Jayne Lectures for 1963), Philadelphia, 1964, p. 15-16 ; J. Hudson, Land, Law, and Lordship in Anglo-Norman England, Oxford, 1997 ; C. T. Coleman, « Origin and Development of Trial by Jury », Virginia Law Review, 6 (1919), no 2, p. 77-86.

10 C. E. Odegaard, « Legalis Homo », Speculum, 15 (1940), no 2, p. 186-193. Les jurys déterminés par les Assises de Clarendon devaient être composés de « douze hommes les plus dignes de foi du hundred et quatre hommes de la ville liés par serment » (per xii legaliores homines de hundredo et iiii legaliores homines de qualibet villata per sacramentum) : Roger de Hoveden, Chronica, Londres, 1868-1871, t. 2, p. cii-cvi.

11 C. Gauvard, « La fama, une parole fondatrice », Médiévales, 24 (1993), p. 5-13.

12 Rotuli litterarum clausarum in Turri Londinensi asservati, t. 1, 1204-1224, éd. T. D. Hardy, Londres, 1833, p. 198 ; Rotuli Normanniae in Turri Londinensi asservati, éd. Id., Londres, 1835, p. 67 ; Rotuli de Liberate ac de misis et praestitis regnante Johanne, éd. Id., Londres, 1844, p. 93 ; C. Gauvard, « Prud’homme », Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, 2002, p. 1158. Juridiquement héritiers des boni homines carolingiens, les prud’hommes constituaient au xiie siècle un groupe social se distinguant, parmi les non-nobles, par leur sagesse et la qualité de leur comportement.

13 F. Madeline, La politique de construction des Plantagenêt et la formation d’un territoire politique, doct. histoire, dir. J.-Ph. Genet, Univ. Paris 1, 2009, p. 543-546.

14 O. Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, 309 (2007), p. 31-71.

15 W. A. Morris, The Mediaeval English Sheriff to 1300, Manchester, 1968 (1re éd. 1927) ; D. Carpenter, « The Decline of Curial Sheriff in England, 1194-1258 », The English Historical Review, 91, no 358 (1976), p. 1-32.

16 J. H. Harvey, « The Medieval Office of Works », Journal of the British Archaeological Association, 3e sér., 6 (1941), p. 20-87 ; C. T. Clay, « The Keepership of the Old Palace of Westminster », The English Historical Review, 59, no 233 (1944), p. 1-21.

17 PR H. II, 13e année, p. 1, 3 ; 14e année, p. 1, 200 ; 17e année, p. 148 ; 19e année, p. 183.

18 PR H. II, 12e année, p. 106 ; 19e année, p. 183.

19 PR H. II, 21e année, p. 209.

20 PR H. II, 23e année, p. 26, 192.

21 P.-Y. Le Pogam, Les maîtres d’œuvre au service de la papauté dans la seconde moitié du xiiie siècle, Rome, 2004.

22 N. Vincent, « Dereham, Elias of (d. 1245) », Dictionary of National Biography, Oxford, 2004, s. v. [www.oxforddnb.com].

23 PR H. II, 33e année, p. 27, 45 ; 34e année, p. 149-150 ; PR Richard, 3e année, p. 191 ; 7e année, p. 2, 240.

24 PR Richard, 7e année, p. 2, 113, 240.

25 Rotuli de Liberate…, op. cit. n. 12, p. 195 : Isti subscripti atornanter ad pacem guarderobe carpentarii.

26 V. Theis, « Décrire le chantier ou écrire le chantier ? Titres et offices dans les comptes de construction pontificaux de la première moitié du xive siècle », Offices, écrit et papauté ( xiiie- xviie siècle), éd. A. Jamme, O. Poncet, Rome, 2007, p. 643-666.

27 P. Boucheron, Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan ( xive -xve  siècles), Rome, 1998, p. 287.

28 H. Vérin, La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du xvie au xviiie siècle, Paris, 1993, p. 10, 19-21.

29 CR, t. 9 (1254-1256), éd. A. E. Stamp, Londres, 1931, p. 26 (1255) : Mandatum est abbati de Persor’, eschaetori regis, quod assumpto secum magistro Johanne de Glouc’cementario regis, in propria persona sua accedat ad domos regis de Guildeford ad videndum operaciones regis ibidem, et cementariam operacionum illarum committat alicui faciendam ad tascam per consilium prefati Johannis ad melius quod poterit.

30 CLR, t. 4 (1251-1260), éd. J. M. Thompson, A. Story Maskelyne, Londres, 1959, p. 350.

31 Calendar of the Patent Rolls preserved in the Public Record Office. Reign of Henry III, t. 4 (1247-1258), éd. J. G. Black, R. F. Isaacson, Londres, 1908, p. 538.

32 Colvin, Brown, Taylor, The History…, op. cit. n. 4, p. 102-103 ; CLR, t. 2 (1240-1245), éd. J. B. W. Chapman, Londres, 1930, p. 253 ; CLR, t. 3 (1245-1251), éd. J. B. W. Chapman, Londres, 1937, p. 222.

33 Rotuli Hundredorum…, op. cit. n. 8, t. 2, p. 18b : Item dicunt quod Willelmus Herun tempore quo fuit constabularius castri de Bamburg’fieri fecit unum granarium in predicto castro cujus factura computata fuit domino regi per IX librarum et non valuit preter quatuor librarum per estimacionem fide dignorum.

34 CR, t. 3 (1234-1237), éd. C. Trice Martin, R. F. Isaacson, Londres, 1908, p. 443.

35 CR, t. 10 (1256-1259), éd. K. H. Ledward, Londres, 1932, p. 69-70 : Cum rex fieri preceperit per consilium magistrorum Johanni de Glouc’et Alexandri Carpentarii quamdam decentem cameram ad stagium in superiori ballio castri Windes’.

36 CR, t. 10, op. cit. n. 35, p. 144 : Mandatum est Willelmo de Riston, ballivo de Wodest’, et Johanni le Pour’, Nicholao le pestur et Reginaldo clerico, visoribus opercionum regis apud Wodest’[…] ita quod eedem operaciones fiant per ordinacionem magistrorum Johannis de Glouc’et Alexandri carpentarii Regis.

37 CR, t. 10, op. cit. n. 35, p. 163 : Mandatum est magistro Johanni cementario regis quod habere faciat Philippo Luvell’, thesaurario regis, duo miliaria france petre ; ibid., p. 188 : Mandatum est custodi foreste de Bernewode […] maeremium quantum necesse fuerit ad gaolam ejusdem castri reparandam prout magister Alexander carpentarius regis quem rex missurus est ad defectus ejusdem gaole videndos providerit et ei dixerit ex parte regis.

38 CLR, t. 4, op. cit. n. 30, p. 278 ; ibid., p. 488 : Liberate to master John de Gloucester king’s mason and the other keepers of the king’s works at Westminster £ 300 to distribute among the workmen there for the arrears of their wages for the 42nd year as testified by the said John.

39 CR, t. 7 (1251-1253), éd. A. E. Stamp, Londres, 1927, p. 441 (v. 1253).

40 CLR, t. 4, op. cit. n. 30, p. 480.

41 Howard Colvin (The History…, op. cit. n. 4, p. 107) cite Victor Mortet et Paul Deschamps (Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes en France, au Moyen Âge, xie-xiiie siècles, rééd. Paris, 1995, t. 2, p. 214). La première mention d’un travail à la tâche dans les registres royaux apparaît en 1165-1166, lorsque le maçon qui travaille ad tascham à Windsor reçoit £ 18 6 s. 8 d. (PR H. II, 12e année, p. 130), mais toutes les grandes tours d’Henri II semblent avoir été construites par un travail payé à la journée.

42 Howard Colvin (The History…, op. cit. n. 4, p. 114) a relevé une douzaine de manuscrits relatant les rapports d’enquête.

43 CR, t. 11 (1259-1261), éd. A. E. Stamp, Londres, 1934, p. 29 : Mandatum est Edwardo de Monasterio (sic) […] quod cum magister Johannes de Glovernia cementarius regis et magister Alexander carpentarius regis decetero itinerantes fuerint ad providencias faciendas ad operaciones predictas tunc eis vadia sua, dum fuerint in itinere predicto duplicari faciant.

44 Harvey, « The Medieval Office… », loc. cit. n. 16.

Notes de fin

* Abréviations utilisées : CLR pour Calendar of the Liberate Rolls […] Reign of Henry III ; CR pour Close Rolls of the reign of Henry III ; PR H. II pour The Great Roll of the Pipe for […] the reign of King Henry the Second ; PR Richard pour The Great Roll of the Pipe for […] the reign of King Richard the First.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search