Version classiqueVersion mobile

Experts et expertises au Moyen Âge. Consilium quaeritur a perito

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

L’expertise judiciaire

Secundum artem et peritiam medicine

Les expertises dans les affaires d’empoisonnement à la fin du Moyen Âge

Franck Collard

Résumé

À partir du xiiie siècle s’opère une évolution de la procédure judiciaire qui privilégie désormais les preuves dites rationnelles. Concomitant avec l’essor du droit d’ailleurs souvent intervenu dans les mêmes lieux, celui de la médecine a permis d’installer de doctes physici au rang d’experts à même de délivrer des conseils, y compris dans le domaine de la justice. Le crime de poison offre des perspectives particulièrement riches sur la question de l’expertise médico-légale. Dans quels cas l’expertise est-elle sollicitée, par qui et auprès de qui ? Quels usages les « experts » font-ils de leurs savoirs ? De quel poids pèse leur avis ? Quelle valeur juridique lui est-elle concédée ? Quelles incidences ces expertises ont-elles sur le cours de la justice et sur le statut des experts ? Autant de questions que nous nous proposons d’explorer à partir de quelques cas du xive siècle principalement.

Texte intégral

  • 1 Voir Fr. Collard, Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, 2003.
  • 2 Sur la question du recours de la justice aux médecins, voir notamment C. D. Fonseca, La storia del (...)
  • 3 Ortalli, « La perizia… », loc. cit. n. 2, p. 259.
  • 4 Courtemanche, « The Judge… », loc. cit. n. 2 : Manosque dès 1262.
  • 5 Sur le cas du parlement de Paris, voir L. de Carbonnières, La procédure devant la chambre criminel (...)
  • 6 En 1431, à peine élu, Eugène IV se croyant empoisonné demande une expertise à un médecin florentin (...)
  • 7 Une première esquisse de réflexion sur le problème des expertises d’empoisonnement a été faite par (...)

1La toxicatio est un crime dont l’établissement pose, au Moyen Âge, d’énormes problèmes, non seulement en raison des limites de la science de l’époque, mais aussi en raison des modalités spéciales d’une forme d’homicide qui dissocie le geste criminel de l’accomplissement du meurtre, escamote l’arme dissimulée en pots et viandes, et joue sur le brouillage de ses traces dans l’organisme puisque l’œuvre du poison peut passer pour celle de la nature1. L’essor de la procédure inquisitoire, les mutations du système probatoire, marquées par l’extension des preuves rationnelles, ont ouvert aux juges de nouvelles perspectives pour établir la réalité du veneficium. Les évolutions de la médecine à partir du xiie siècle ont favorisé les expertises médico-légales2. En Italie, l’essor des professions médicales offre un personnel adéquat aux autorités. Tous types de crimes confondus, les archives judiciaires bolonaises conservent près de sept fois plus de rapports d’expertise pour l’an 1359 que pour l’an 13103. Semblable phénomène s’opère en Provence dès le xiiie siècle4 et dans le royaume de France un peu plus tard5. Commise à l’aide de substances provoquant maux et lésions semblables à ceux d’une maladie, la venenatio alléguée avec une fréquence croissante à la fin du Moyen Âge paraît donc propice à l’entrée en action d’experts médicaux6. Leurs interventions ont retenu l’attention de quelques historiens7. Tentons de faire le point.

  • 8 La Lex Cornelia de sicariis stipule qu’en cas de frappes multiples au cours d’une rixe, il convien (...)
  • 9 L’essentiel est dans M. Luchessi, Si quis occidit occidetur. L’omicidio doloso nelle fonti consili (...)
  • 10 Pierre Jame, Libellus practicae, Francfort, 1575, fol. 407.
  • 11 Voir M. Ascheri, « Consilium sapientis, perizia medica e res iudicata : Diritto dei “dottori” e is (...)
  • 12 Ortalli, « La perizia… », loc. cit. n. 2, p. 235.
  • 13 Constitutio criminalis Carolina, éd. J. Kohler, W. Scheel, Halle, 1900, réimpr. Aalen, 1968, p. 34
  • 14 Voir Gui de Chauliac, Inventarium seu Chirurgia magna, éd. M. R. Mc Vaugh, M. S. Ogden, Leyde, 199 (...)
  • 15 Voir Fr. Collard, « Écrire sur le poison entre Moyen Âge et Renaissance. Introduction à une enquêt (...)

2L’examen par des médecins de supposés empoisonnés ou de poisons ne transparaît pas dans les écrits anciens de rhétorique judiciaire ou de droit8. Les textes juridiques qui parlent de la poursuite du veneficium traitent des moyens d’en rechercher les preuves par l’aveu et s’interrogent sur les degrés de culpabilité, qui engagent la peine9. En 1311, le Libellus practicae du juriste méridional Pierre Jame (ou Petrus Jacobi) mentionne brièvement la procédure d’expertise, mais la réserve aux cas de coups mortels10. Favorable au consilium sapientium, le droit canon se limite également aux expertises pour coups et blessures. Le De maleficiis d’Albertus Gandinus dit simplement au titre De homicidiariis : ad eum recurrendum est qui habet peritiam rei11. La législation communale italienne est peu bavarde. À Bologne, l’article De medicis mittendis des statuts de 1335 ajoute aux coups les strangulations, étouffements et empoisonnements comme requérant une expertise12. Mais la Carolina, l’ordonnance de justice impériale de 1532, ignore l’expertise médicale, bien qu’elle énumère les procédures à suivre en cas d’affaire de poison13. Si la littérature médicale peut fournir des préceptes pour l’examen des plaies et des blessures14, elle n’est d’aucun secours sur les examens à pratiquer en matière de venenatio. Les traités des poisons qui s’écrivent à partir de la fin du xiiie siècle décrivent très précisément les signes que produisent les venena mais n’indiquent jamais ni l’utilité de leur recherche en cas de procès, ni la marche à suivre. Les Giftschriften n’affichent aucune ambition médico-légale. Leur perspective est uniquement de reconnaître les venena pour soigner la venenatio15.

  • 16 Jean de Saint-Victor, Memoriale historiarum, éd. partielle Recueil des historiens des Gaules et de (...)
  • 17 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, éd. J. A. Buchon, Paris, 1843, p. 364.
  • 18 Clément de Fauquembergue, Journal, éd. A. Tuetey, Paris, 1903-1914, t. 1, p. 32 (séance du 16 juil (...)
  • 19 Shatzmiller, Médecine et justice…, op. cit. n. 2, p. 89.
  • 20 Pas de précision dans Courtemanche, « The Judge… », loc. cit. n. 2.
  • 21 Paris, Arch. nat., X2A 14, fol. 174.

3À la pénurie et à l’imprécision des sources normatives s’ajoute le flou des sources narratives et judiciaires. Le « jugement des médecins » détermine qu’une femme a été empoisonnée en 1308, mais le chroniqueur n’indique pas sur quel type d’examen il se fonde, ni si l’expertise a été faite à la demande de la justice16. D’autres cas renvoient non à des expertises mais à des constats faits à l’occasion d’embaumements. Selon la Chronique de Charles VI, le cardinal de Laon, mort de façon suspecte en 1388, « feut ouvert et trouva-on les poisons ». Mais cette découverte ne résulte d’aucune enquête de justice puisque la victime, soucieuse de paix et de concorde, avait exprimé la volonté de ne pas demander la poursuite des coupables17. Les dauphins de Charles VI, les ducs de Guyenne et de Touraine, morts en 1415 et 1417, « après leur mort, furent ouvers en presence de medicins et aultres, et n’y avoit quelque signe d’empoisonnement18 ». Le cadre est toujours celui de la thanatopraxie. Dans les archives judiciaires, des observations faites par des « physiciens » présents aux derniers moments d’une victime ou après sa mort sont fréquemment recueillies, mais à titre de témoignages. En 1300, maître Étienne, fisicus de Manuesca, ne dépose pas en tant qu’expert mais comme testis19. Même chose au même endroit en 1394. Un médecin témoigne après la mort d’un homme dont on soupçonne la femme de l’avoir empoisonné ou ensorcelé. Il n’a pas été délégué spécialement par le juge auprès du défunt mais rapporte les observations faites au chevet de celui qui devait être son patient20. La grande majorité des médecins cités lors du procès en appel de Pierre Gerbais, trésorier du comte de Savoie accusé d’avoir empoisonné le sire de Grammont (1375), interviennent, eux aussi, à titre de témoins de la maladie et du trépas du sire. Les archives du parlement de Paris présentent des cas semblables. En avril 1402, dans une affaire opposant deux hommes dont l’un accuse l’autre d’avoir empoisonné son père en 1393, les médecins mentionnés sont interrogés rétrospectivement à propos de signes d’empoisonnement qu’ils auraient remarqués neuf ans plus tôt21. Les exemples pourraient être multipliés. Souvent médecins et chirurgiens témoignent, ils n’expertisent pas, même si c’est assurément au nom de leur expertise, entendue au sens de « science », qu’ils sont invités à parler.

  • 22 Exemple cette expertise de 1314 citée dans Münster, « La medicina legale… », loc. cit. n. 2, p. 26 (...)
  • 23 Elles sont même absentes à Fribourg, selon l’étude de P. Volk et H. J. Warlo, Gerichtliche Medizin (...)

4Il existe cependant des mentions d’expertises stricto sensu. Les archives de la justice bolonaise en rapportent plusieurs dès les premières décennies du xive siècle22. Si les pratiques semblent dotées en Italie d’une certaine consistance, voire d’une certaine régularité, ce qui traduit la double avance juridique et médicale de la partie nord de la Péninsule, elles paraissent avoir été occasionnelles et peu distinctes en d’autres endroits23. C’est à partir de quelques exemples pris à Bologne et ailleurs que l’étude précise de leur déroulement est à mener.

  • 24 Dall’Osso, L’organizzatione medico-legale…, op. cit. n. 2 ; Münster, « La medicina legale… », loc. (...)
  • 25 Münster, « La medicina legale… », loc. cit. n. 2, p. 262.
  • 26 O. Mazzoni Toselli, Racconti storici estratti dall’archivio criminale di Bologna, Bologne, 1866-18 (...)
  • 27 Carbonnières, La procédure…, op. cit. n. 5, p. 525.
  • 28 Courtemanche, « The Judge… », loc. cit. n. 2.
  • 29 Paris, Arch. nat., X2A 12, fol. 213v.
  • 30 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 165 sq.
  • 31 Ascheri, « Consilium sapientis… », loc. cit. n. 11, p. 558.
  • 32 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 342.
  • 33 Ibid., p. 408.
  • 34 Recueil de pièces servant de preuves aux mémoires sur les troubles excités en France par Charles I (...)
  • 35 Paris, Arch. nat., X2A 12, fol. 213v.
  • 36 Edmond de Dynter, Chronica ducum Lotharingiae et Brabantiae, éd. P. F. X. de Ram, Bruxelles, 1854- (...)

5Les expertises, comme les témoignages de médecins ou autres praticiens, obéissent à des règles de procédure précises qui s’appliquent bien au-delà des affaires de poison. À Bologne, le podestat ou son juge ad maleficia requiert et mandate des experts, soit de son propre chef, soit à la demande des parties24. Le podestat peut agir d’office quand nulle accusation n’est portée, dans le cas, par exemple, où un corps est retrouvé gisant25. Une affaire bolonaise de 1335 montre des maîtres requis par le juge d’expertiser le cadavre d’une femme supposée empoisonnée26. À Paris, la demande d’expertise est souvent faite à la justice par les accusés pour s’exonérer de la faute et la reporter sur le « mauvais gouvernement » de la victime. L’opération est à la charge du demandeur27. Dans l’affaire manosquaine de 1394, c’est un frère de la suspecte qui sollicite de la juridiction compétente, la cour jugeante des Hospitaliers, de faire venir déposer le médecin du défunt28. Mais la victime ou ses représentants sont parfois à l’origine de la démarche. En 1394, c’est à la demande d’Arnaud Guilhom, qui se croit empoisonné, qu’un conseiller au Parlement, maître Pierre Chanteprime, se rend accompagné de quatre médecins auprès de lui29. L’affaire Gerbais montre bien que la sollicitation de médecins revient à l’une et l’autre des parties antagonistes, sous l’autorité de la justice en charge de l’enquête, mais pas à son initiative30. Il semble n’y avoir eu ni tentative de s’accorder sur des « physiciens » reconnus des deux côtés, ni imposition d’un collège d’experts par le juge, comme cela pouvait se faire31. Quelle qu’en soit l’origine, les demandes d’expertises mobilisent soit des individus, soit des groupes composés ad hoc. Au procès Gerbais, les médecins sont à désigner in viam collegii vel singulariter32, et, en l’occurrence, il s’agit de cinq docteurs régents du studium de Montpellier, qui opèrent sub modo collegii aux côtés de docteurs bien individualisés33. Les affaires manosquaines mettent en scène un seul expert, mais les juridictions parisiennes en mandent plusieurs, dix en 138534, quatre en 139435. En 1430, le corps du duc de Brabant est livré à l’examen de sept experts36.

  • 37 Paris, Arch. nat., JJ 209, fol. 119v.
  • 38 J. Monfrin, « Étudiants italiens à la fin du xive siècle », MEFR, 63 (1951), p. 195-281, ici p. 20 (...)
  • 39 Voir n. 34.
  • 40 Registre criminel du Châtelet, éd. H. Duplès-Agier, Paris, 1861-1864, t. 1, p. 315.
  • 41 C. G. Carbonelli, Gli ultimi giorni del conte rosso e i processi per la sua morte, Pignerol, 1912, (...)
  • 42 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 430.
  • 43 Courtemanche, « The Judge… », loc. cit. n. 2.
  • 44 Edmond de Dynter, Chronica…, op. cit. n. 36, t. 3 ; livre VI, chap. 236.
  • 45 Louis de Carbonnières (La procédure…, op. cit. n. 5), reprenant Katherine Park, estime cependant q (...)
  • 46 Wolff, « Leichen-Besichtigung… », loc. cit. n. 2, p. 254.

6Lorsqu’un suspect a été intercepté avant d’avoir commis son forfait, les substances trouvées en sa possession sont soumises à examen en vue d’établir leur nature et leur nocivité. Une affaire de 1482 dit joliment que des poudres découvertes chez une suspecte sont « mises en justice37 ». La démarche se rencontre bien plus tôt. En 1379, à Bologne, les poudres suspectes retrouvées au fond d’un plat par le précepteur du futur évêque de Mantoue sont montrées et soumises à examen38. Le Parlement, en 138539, et le Châtelet, en 139040, font procéder à l’identification des poudres trouvées en possession d’individus suspects. En 1391, faute de substances à leur disposition, les juges chargés de déterminer si le médecin d’Amédée VII a empoisonné le comte de Savoie soumettent à l’examen de médecins les recettes d’onguents écrites de sa main41. La quête de la vérité conduit surtout les juges à prendre en compte l’inspection des mal en point ou des morts. L’inspection externe du corps du patient est destinée à y retrouver les marques et signes d’un empoisonnement exposés dans la littérature médicale. L’état du sire de Grammont est très précisément décrit ante et post mortem dans le 20e article de l’enquête : sensations thermiques et physiques, couleur des ongles, mains, bouche, lèvres et dents, tremblements, état psychique, appétit, enflure. Aux médecins requis est soumise cette liste de signa à mettre à l’épreuve de leur science42. À Manosque, en 1394, le médecin mandé par la juridiction compétente considère le visage, les lèvres, la langue, les mains, les ongles, les cheveux et les vomissures d’un trépassé43. En 1430, l’observation externe du cadavre de Philippe de Brabant n’ayant pas donné tous les éléments souhaitables, il est procédé à un examen interne44, qui, à cette période, n’est plus une nouveauté45. La première expertise médico-légale interne attestée a un rapport avec le poison : en 1302, à Bologne, sur ordre d’un juge fut ouvert le corps d’un certain Azzelino tenu pour avoir été empoisonné46. Les marques laissées par le poison sur les organes, les traces de son passage dans les conduits digestifs ou autres, voire le poison lui-même sont alors recherchés.

  • 47 Registre criminel du Châtelet, op. cit. n. 40, t. 1, p. 315.
  • 48 Voir n. 34.
  • 49 A. Pastore, Veleno. Credenze, crimini, saperi nell’Italia moderna, Bologne, 2010, p. 191 sq.

7Dans les cas d’expertise de substances supposées toxiques, les modalités précises de l’examen ne sont guère données. La couleur, la consistance, l’odeur sont sans doute observées. En 1390, devant le Châtelet, les herbes transportées par l’ermite Jehan le Porchier sont déclarées toxiques, sans que soient mentionnés les moyens par lesquels il fut procédé47. Même absence d’indications en 1385, quand les poudres retrouvées sur Robert Wourdreton sont identifiées comme étant de l’arsenic48. Des tests de nocivité effectués dans un cadre médico-judiciaire sur un animal ou un humain, courants à l’époque moderne49, ne se pratiquent pas à notre connaissance au cours de la période précédente.

  • 50 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 430.
  • 51 Ibid., p. 427, déposition de Raymond de Pouzols : inspectis primo […] libris medicinalis scientie.
  • 52 Voir les considérations de l’auteur sur la « rhétorique médicale » (ibid., p. 209 sq.).
  • 53 Voir Gui de Chauliac, La grande chirurgie, VI, I, 8 : « Les signes d’un homme mort de poison qu’on (...)
  • 54 Jean de Saint-Amand, Arnaud de Villeneuve, Bernard de Gordon.
  • 55 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 415, déposition de Raymond Chalmel du Vivier. Le texte (...)
  • 56 Courtemanche, « The Judge… », loc. cit. n. 2, p. 116.
  • 57 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 433, témoignage de Mathieu Cambril, médecin, Romans (9 (...)
  • 58 Ibid., p. 416, déposition de Raymond Chalmel du Vivier : prout magistri practicantes interdum et o (...)

8L’examen n’implique pas forcément la vision matérielle du corps. En 1380, les médecins qui ont à se prononcer sur l’éventuel empoisonnement du sire de Grammont travaillent à partir d’un descriptif du malade décédé cinq ans auparavant50. La démarche consiste à comparer, secundum artem et peritiam medicine, les signa et accidentia présentés par la victime présumée avec les signes d’empoisonnement que fournissent les écrits médicaux51, puis l’expérience. Les médecins se livrent à un exercice apparenté à un commentaire de texte universitaire. Leur raisonnement reprend, parfois mot à mot, le contenu des articles de l’enquête en l’éclairant de la doctrine des auctores abondamment allégués et parfois cités littéralement52. Les références principales sont le Canon d’Avicenne et la fen (chapitre) 6 de son livre IV, consacrée au venenum, ainsi que plusieurs traités de Galien, notamment le livre VI du De interioribus53. Rhazès (livre VIII du Ad Almanzorem), Mésué, Johannitius, Hippocrate reviennent aussi, plus que les auteurs latins, assez peu mobilisés54. Les textes savants convoqués par les experts sont des textes médicaux et non – en dehors d’un énigmatique De venenis de Galien55 – des traités des poisons pourtant riches en descriptions de signa et accidentia. La chose s’explique, en l’occurrence, par des raisons moins intellectuelles que judiciaires. Les experts parlant pour la défense n’ont pas intérêt à aller puiser aux écrits vénénologiques une matière qui y est forcément traitée sous l’angle de la toxicatio qu’ils entendent au contraire récuser. Le médecin juif requis par le justice de Manosque en 1394 suit le même cheminement intellectuel malgré une formation non universitaire. Il s’appuie sur le Tasrif d’Albucasis, traduit en hébreu entre 1254 et 1264, le Canon d’Avicenne, deux traités de Galien et le Circa instans de Platearius56. L’expérience vient soutenir l’expertise. Un des médecins du procès Gerbais indique : se per experientiam vidisse in multis talia signa vel aliqua ex eis patientibus57. Un autre évoque les choses apparaissant aux praticiens confrontés aux épidémies58. Mais l’appui livresque prédomine.

  • 59 Voir A. Carlino, Books of the Body. Anatomical Ritual and Renaissance Learning, Chicago-Londres, 1 (...)
  • 60 Wolff, « Leichen-Besichtigung… », loc. cit. n. 2, p. 254.
  • 61 Mazzoni Toselli, Racconti storici…, op. cit. n. 26, t. 3, p. 137.
  • 62 Edmond de Dynter, Chronica…, op. cit. n. 36, t. 3, p. 498 ; livre VI, chap. 237 : Cujus corde, hep (...)

9L’ouverture du corps obéit à la même logique intellectuelle : rapprocher ce qui est visible par les sens de ce qui est connu par les livres, même si la littérature médicale décrit peu de signes internes d’empoisonnement. La rougeur des tissus, trace du passage d’un venin échauffant, la corrosion d’un organe ou la coagulation du sang sont réputées signer la venenatio. La procédure matérielle reprend celle des embaumements et préfigure celle des dissections. Comme lors des leçons d’anatomie appelées à se développer au cours du xive siècle, les médecins donnent des instructions, sans manier eux-mêmes le scalpel59. À Bologne, en 1302, trois chirurgiens ouvrent devant deux maîtres le corps d’un trépassé60. En 1335, l’ouverture du cadavre d’une Bolonaise permet ainsi l’observation de l’estomac, où reste de l’arsenic, et du cœur, où stagne du sang coagulé61. Edmond de Dynter narre que le duc de Brabant fut ouvert « selon l’usage » (ut in talibus moris est), selon une procédure spécifique qui incise le tronc du pubis au thorax pour extraire et observer cœur, foie, poumons, estomac, rate et intestins62.

  • 63 Paris, Arch. nat., X2A 12, fol. 213v.
  • 64 Voir la déposition de Raymond Chalmel du Vivier, distinguant poison agissant simpliciter et poison (...)
  • 65 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 413.

10Le dernier stade de l’expertise consiste en l’expression et en la consignation des conclusions, parfois après débat, quand les experts sont multiples. Les médecins chargés d’expertiser le sang du plaignant de 1394 à Paris confèrent à part, puis confient à l’un d’eux la tâche de livrer leur avis63. Les experts énoncent ou rédigent des dépositions de longueur diverse et de forme variable. La brièveté et la liberté d’énonciation caractérisent les textes bolonais ou manosquains. L’expert dépose à la première personne du singulier après avoir décliné son identité. À Paris aussi, les avis sont brefs. En revanche, certaines depositiones recueillies par les juges savoyards en 1380-1381 s’étirent sur de nombreux feuillets dans un style scolastique et avec des considérations parfois théoriques sur la venenositas64. Mais ils suivent exactement l’ordre des articles de l’enquête à examiner. La parole des experts s’exprime sous serment. Au procès Gerbais, Jean de Tournemire, comme ses confrères, dépose per sacramentum prestitum et signe de sa propre main65.

  • 66 Shatzmiller, « The Jurisprudence of the Dead Body… », loc. cit. n. 2, p. 230.
  • 67 Voir Fr. Collard, « Les risques d’un métier ou quand l’apothicairerie devient débit de poisons (Fr (...)
  • 68 Voir n. 40.
  • 69 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 356.

11Il n’a pas existé de médecins légistes toxicologues au Moyen Âge. Les diverses branches des métiers sanitaires concourent aux expertises en fonction de la nature de celles-ci. Un chirurgien de Bologne refuse de coopérer, estimant que la détermination d’un empoisonnement incombe aux physiciens66. C’est en effet le cas, et les médecins prédominent. Aux chirurgiens revient l’ouverture du corps. En 1430, le corps du duc de Brabant est livré à une autopsie faite per medicos et chirurgicos. La participation de cinq chirurgiens à l’expertise de poudres ordonnée par les juges parisiens en 1385 s’explique par leur familiarité avec l’arsenic utilisé sur les plaies. À leurs côtés, autant d’apothicaires dont la présence est due à leur activité de débitants de substances nocives67. Un « herbier » est requis par le Châtelet en 139068, mais l’on s’éloigne des professions médicales. Et la « science » de ces catégories est de moindre niveau, comme l’admet un apothicaire interrogé lors du procès Gerbais : Dicit nihil scire quia non habet experientiam medicine69.

  • 70 Voir Fr. Collard, « L’empereur et le poison : de la rumeur au mythe. Les enjeux historiographiques (...)
  • 71 Monfrin, « Étudiants italiens… », loc. cit. n. 38, p. 231 sq. Le traité a été composé entre 1379 e (...)
  • 72 Voir E. Wickersheimer, Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge, Paris, 1936, (...)
  • 73 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 392.
  • 74 Ibid., p. 190 sq. L’auteur a procédé à la prosopographie des médecins requis.
  • 75 Ibid., p. 434.
  • 76 Courtemanche, « The Judge… », loc. cit. n. 2, p. 116.

12En Italie, les gens de justice s’adressent aux gens de savoir, gradués et parfois universitaires, quand l’examen est interne. La première autopsie médico-légale intervenue à Bologne en 1302 use des services de maître Bartolomeo de Varignana, fameux docteur qui devait témoigner onze ans plus tard en cour pontificale sur la mort de l’empereur Henri VII70. Les médecins les plus fameux semblent avoir prêté leur concours à la justice, d’autant plus que leur pratique anatomique les rendait aptes à s’acquitter d’une tâche apparentée. On trouve même en 1379, parmi les experts du poison prétendument déposé dans un plat, un futur auteur de traité des poisons, Cristoforo degli Onesti71. Un même haut niveau caractérise ceux qui officient à Paris : parmi les experts de 1394 figure le médecin du roi Enguerran de Saint-Fuscien72. Les médecins dits notabiles et expertos de l’expertise de 1430 ont été notamment choisis parmi ceux de la toute récente université de Louvain. En cas de sollicitation d’avis par des parties adverses, celles-ci visent à mobiliser des médecins renommés. En 1380, les amis de Pierre Gerbais se tournent vers des figures prestigieuses de la cour d’Avignon et de l’université de Montpellier, bonos, probos et legales, valentes et espertos in arte medicine73. Les fameux Raymond Chalmel et Jean de Tournemire sont ainsi sollicités, de même que le médecin du pape Raymond de Pouzols74. L’accusation, si elle mande aussi un maître et aligne quatre bacheliers, semble ne pouvoir compter que sur des phisici de faible envergure, dont l’un doit même se faire traduire en langue vulgaire trois des articles sur lesquels il a à se prononcer75. Car les experts se recrutent aussi dans le monde des empiriques, sans doute en fonction des gens disponibles, voire des cas à traiter. La justice de Manosque emploie les services d’un médecin juif en 1394, Vivas Jozep76. Cela enlève-t-il du poids aux expertises ?

  • 77 Ortalli, « La perizia… », loc. cit. n. 2, p. 223.
  • 78 J.-Ph. Lévy, La hiérarchie des preuves dans le droit savant du Moyen Âge, Paris, 1939, p. 25.
  • 79 Ibid., p. 86.
  • 80 Georges Chastellain, Chronique, éd. J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1863-1866, livre II, chap. (...)
  • 81 Voir n. 71.
  • 82 Paris, Arch. nat., X2A 12, fol. 213v.
  • 83 Paris, Arch. nat., X2A 14, fol. 175.

13Le jus civile fait de l’intervention des medici en général « davantage un jugement qu’un témoignage » (magis judicium quam testimonium)77. Mais le « jugement » de l’expert qui interroge les choses a-t-il finalité et valeur probatoires comme l’interrogatoire d’un accusé ? Une formule revenant dans les actes du second procès Gerbais pourrait le laisser croire. Des articles de l’accusation sont « à prouver par les médecins » (probandi per medicos). Mais il faut comprendre qu’ils sont à éprouver, c’est-à-dire à soumettre à l’épreuve de l’observation (ad sensum) et du raisonnement savant. Expertiser n’est pas prouver. Parmi les douze sortes de preuves qu’il retient, Guillaume Durand ne prend pas en compte l’expertise, simple variété de témoignage78. La véridicité de ce type de testimonium, appelé attestatio de credulitate, n’est pas négligeable, mais le credere vient après le scire, le videre, l’audire et l’audire dici dans la hiérarchie des preuves79. En Provence, les constats médico-légaux ne valent pas pour preuve. En Italie, ils participent certes de la réunion d’indices, mais occupent un degré assez bas de leur hiérarchie. Ailleurs, le fait qu’ils ne soient pas indispensables corrobore l’impression d’un manque de poids. Il semble bien qu’au nord des Alpes, la réquisition d’experts ne vienne qu’à titre d’approfondissement ou de complément d’enquête. En 1430, le duc de Brabant est examiné seulement après que des interrogatoires de membres de son hôtel ont échoué à dévoiler la vérité80. Au-delà des théories juridiques, la raison de cette déficience probatoire de l’expertise réside sans doute dans la fragilité des savoirs toxicologiques. Quoiqu’auteur d’un épais traité des venins, Cristoforo degli Onesti s’avère bien incapable de déterminer la vraie nature des poudres qui lui sont montrées en 137981. Et, en 1394, les médecins parisiens avouent : « Il n’est pas a plain traictié es livres de medecine comment on peust certainement congnoistre s’aucune personne est empoisonnee par l’inspection de son sang seulement82. » L’équivocité des signes d’empoisonnement vient troubler la clarté des expertises. En avril 1402, si des médecins mandés devant le parlement de Paris disent que l’enflure du cadavre signe, entre autres choses, le crime, d’autres estiment que « maintes gens meurent enflez qui ne sont pas empoisonnez83 ». Experts et témoins médicaux pèsent-ils néanmoins sur le cours des choses ?

  • 84 Courtemanche, « The Judge… », loc. cit. n. 2, p. 121 : dans son rendu de sentence (mars 1395), le (...)
  • 85 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 413, déposition de Jean de Tournemire.
  • 86 Sur cette assimilation, voir entre autres : J. Arrizabalaga, « Facing the Black Death : Perception (...)

14Les cas bolonais des années 1330 tendent à montrer que les dépositions des experts entraînent l’abandon des poursuites quand elles n’établissent pas la réalité de la toxicatio. Le cas manosquain de 1394 illustre l’effet disculpant du témoignage de l’expert médecin : la suspecte est relaxée, en partie parce que le médecin a exclu le venin des causes de la mort du mari84. Dans l’affaire Gerbais, il ne faut pas écarter a priori le rôle des experts dans l’issue favorable à l’accusé. Si les médecins présentés par l’accusation concluent à l’empoisonnement, leur argumentation est bien plus sommaire que ceux des doctes experts enseignant à Montpellier et soignant pape ou cardinaux, experts pour lesquels les signes présentés par Hugues de Grammont relèvent peut-être d’un empoisonnement, mais sine hominis dolo et fraude, provoqué non par un poison reçu ab extra, mais par une materia venenosa infra corpus generata85, venue du mauvais régime du sire ou d’une maladie assimilable à la peste, comparée depuis 1348 à un poison86. En réalité, le poids des experts dépend largement de paramètres socio-politiques. La parole des docteurs de Montpellier et d’Avignon sauve Gerbais, d’une part, en raison de leur position éminente qui leur confère l’autorité, d’autre part, parce que l’utilité du trésorier à l’État savoyard pesait plus lourd que la cause d’un lignage sur le déclin. Dans une affaire comme celle de 1430, le recours à des experts par les trois États de Brabant a pour but de dissiper les rumeurs visant le duc de Bourgogne, successeur du défunt et soupçonné de sa mort au nom du cui prodest. En un moment de vacance de l’autorité, le verdict revient à « aulcuns maistres en medecine » de l’université de Louvain, et la grande publicité donnée à leur intervention et à leur avis cherche à convaincre les Brabançons de la mort naturelle de leur seigneur naturel.

  • 87 Judices curent inspici cadaveres per peritos et confessio rei vel dictum testis non est sufficiens (...)
  • 88 Voir G. Pierini, Venefici. Dalle Quaestiones medico legales di Paolo Zacchia, Milan, 2001 ; et A. (...)

15Si, en Italie plus qu’ailleurs, les pouvoirs manifestent un besoin croissant de s’appuyer sur l’avis des gens de savoir, si l’autorité de la parole ou de l’écrit des experts a pris une certaine force liée à la fois à l’évolution des procédures et à la position sociale éminente des spécialistes de la médecine savante, le recours à l’expert n’a rien de systématique ni de déterminant dans le domaine particulier du crime de poison. Il faut attendre le xvie siècle pour que la situation évolue. Dans un traité de droit criminel paru à Venise en 1557 (De indiciis et tormentis libri duo), Francesco Casoni estime que l’expertise supplante les témoignages en cas d’empoisonnement87. Porte ouverte à l’essor de la toxicologie médico-légale, qui devait prendre son essor avec Paolo Zacchia au xviie siècle88.

Notes

1 Voir Fr. Collard, Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, 2003.

2 Sur la question du recours de la justice aux médecins, voir notamment C. D. Fonseca, La storia della medicina legale. Ricerche e problemi, Reggio, 1987 ; G. Wolff, « Leichen-Besichtigung und-Untersuchung bis zur Carolina als Vorstufe gerichtlicher Sektion », Janus, 42 (1938), p. 225-286 ; A. Garosi, « Perizie e periti medico-legali in alcuni capitoli di legislazione statutaria medioevale », Rivista di storia delle scienze mediche e naturali, 29 (1938), fasc. 7-8 ; E. Dall’Osso, L’organizzazione medico-legale a Bologna e a Venezia nei secoli xii-xiv, Césène, 1956 ; E. Ortalli, « La perizia medica a Bologna nei secoli xiii e xiv. Normativa e pratica di un Istituto giudizario », Deputazione di Storia patria per le provincie di Romagna, Atti et memorie, n. s., 17-19 (1965-1968), p. 223-259 ; L. Münster, « La medicina legale in Bologna dai suoi albori fino alla fine del secolo xiv », Bollettino dell’Accademia medica pistoiese Filippo Pacini, 26 (1955), p. 257-271 ; Y. O’Neill, « Innocent III and the Evolution of Anatomy », Medical History, 20 (1976), p. 415-431 ; J. Shatzmiller, Médecine et justice en Provence médiévale, Aix-en-Provence, 1989 ; Id., « The Jurisprudence of the Dead Body. Medical Practition at the Service of Civic and Legal Authorities », Il cadavere, Micrologus, 7 (1999), p. 223-230 ; A. Courtemanche, « The Judge, the Doctor and the Poisoner : Medical Expertise in Manosquin Judicial Rituals at the End of the 14th Century », Medieval and Early Modern Ritual. Formalized Behavior in Europe, China and Japan, éd. J. Rollo-Koster, Leyde-Boston-Cologne, 2002, p. 105-114 ; K. Park, « The Criminal and the Saintly Body : Autopsy and Dissection in Medieval Italy », Renaissance Quarterly, 47 (1994), p. 1-33 ; N. Gonthier, « Les médecins et la justice au xve siècle à travers l’exemple dijonnais », Le Moyen Âge, 101 (1995), p. 277-295.

3 Ortalli, « La perizia… », loc. cit. n. 2, p. 259.

4 Courtemanche, « The Judge… », loc. cit. n. 2 : Manosque dès 1262.

5 Sur le cas du parlement de Paris, voir L. de Carbonnières, La procédure devant la chambre criminelle du parlement de Paris au xive siècle, Paris, 2004, p. 514-537. Sur le point de vue médical, D. Jacquart, Le milieu médical en France du xiie au xve siècle, Paris, 1981, p. 291-293.

6 En 1431, à peine élu, Eugène IV se croyant empoisonné demande une expertise à un médecin florentin (K. Park, Doctors and Medicine in Early Renaissance Florence, Princeton, 1985, p. 94).

7 Une première esquisse de réflexion sur le problème des expertises d’empoisonnement a été faite par nos soins : « Ouvrir pour découvrir. Réflexions sur les expertises de cadavres empoisonnés à l’époque médiévale », Le corps à l’épreuve, éd. D. Quéruel, E. Samama, Fr. Collard, Langres, 2002, p. 177-190. Voir aussi l’étude monographique de S. Moyard, Crime de poison et procès politique à la cour de Savoie. L’affaire Pierre Gerbais (1379-1382), Lausanne, 2008 (Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 44).

8 La Lex Cornelia de sicariis stipule qu’en cas de frappes multiples au cours d’une rixe, il convient d’examiner chacun des coups (Digeste, 48, 8, 17), mais le texte ne dit pas à qui revient cet examen.

9 L’essentiel est dans M. Luchessi, Si quis occidit occidetur. L’omicidio doloso nelle fonti consiliari (secoli xiv-xvi ), Pavie, 1999.

10 Pierre Jame, Libellus practicae, Francfort, 1575, fol. 407.

11 Voir M. Ascheri, « Consilium sapientis, perizia medica e res iudicata : Diritto dei “dottori” e istituzioni comunali », Proceedings of the Fifth International Congress of Medieval Canon Law (Salamanque, 1976), éd. S. Kuttner, K. Pennington, Cité du Vatican, 1980, p. 533-579, ici p. 569.

12 Ortalli, « La perizia… », loc. cit. n. 2, p. 235.

13 Constitutio criminalis Carolina, éd. J. Kohler, W. Scheel, Halle, 1900, réimpr. Aalen, 1968, p. 34.

14 Voir Gui de Chauliac, Inventarium seu Chirurgia magna, éd. M. R. Mc Vaugh, M. S. Ogden, Leyde, 1997, p. 230 (traité des plaies et des maladies spéciales).

15 Voir Fr. Collard, « Écrire sur le poison entre Moyen Âge et Renaissance. Introduction à une enquête en cours », Mithridate. Bulletin d’histoire des poisons, 4 (décembre 2010), p. 22-29, revue électronique accessible sur Internet [http://dosctoc.com]. Certains auteurs sont soucieux de décrire les mécanismes d’empoisonnements accidentels, afin d’éviter poursuites judiciaires et tourments à des innocents suspectés à tort.

16 Jean de Saint-Victor, Memoriale historiarum, éd. partielle Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. 21, Paris, 1855, p. 651.

17 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, éd. J. A. Buchon, Paris, 1843, p. 364.

18 Clément de Fauquembergue, Journal, éd. A. Tuetey, Paris, 1903-1914, t. 1, p. 32 (séance du 16 juillet 1417).

19 Shatzmiller, Médecine et justice…, op. cit. n. 2, p. 89.

20 Pas de précision dans Courtemanche, « The Judge… », loc. cit. n. 2.

21 Paris, Arch. nat., X2A 14, fol. 174.

22 Exemple cette expertise de 1314 citée dans Münster, « La medicina legale… », loc. cit. n. 2, p. 262 : Magister Mercadante et Magister Germanus Raynerii, medici comunis Bononie, viderunt dominum Thomatem, priorem sancti Albertis, et eum anothomizantes (sic) invenerunt ipsum ex veneno fuisse mortum et hoc dicunt eorum sacramento.

23 Elles sont même absentes à Fribourg, selon l’étude de P. Volk et H. J. Warlo, Gerichtliche Medizin in Freiburg (1407-1970), Fribourg, 1966-1970.

24 Dall’Osso, L’organizzatione medico-legale…, op. cit. n. 2 ; Münster, « La medicina legale… », loc. cit. n. 2, p. 259.

25 Münster, « La medicina legale… », loc. cit. n. 2, p. 262.

26 O. Mazzoni Toselli, Racconti storici estratti dall’archivio criminale di Bologna, Bologne, 1866-1870, t. 3 p. 137.

27 Carbonnières, La procédure…, op. cit. n. 5, p. 525.

28 Courtemanche, « The Judge… », loc. cit. n. 2.

29 Paris, Arch. nat., X2A 12, fol. 213v.

30 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 165 sq.

31 Ascheri, « Consilium sapientis… », loc. cit. n. 11, p. 558.

32 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 342.

33 Ibid., p. 408.

34 Recueil de pièces servant de preuves aux mémoires sur les troubles excités en France par Charles II, éd. D. F. Secousse, Paris, 1755, t. 2, p. 494-509.

35 Paris, Arch. nat., X2A 12, fol. 213v.

36 Edmond de Dynter, Chronica ducum Lotharingiae et Brabantiae, éd. P. F. X. de Ram, Bruxelles, 1854-1857, t. 3 ; livre VI, chap. 237.

37 Paris, Arch. nat., JJ 209, fol. 119v.

38 J. Monfrin, « Étudiants italiens à la fin du xive siècle », MEFR, 63 (1951), p. 195-281, ici p. 207.

39 Voir n. 34.

40 Registre criminel du Châtelet, éd. H. Duplès-Agier, Paris, 1861-1864, t. 1, p. 315.

41 C. G. Carbonelli, Gli ultimi giorni del conte rosso e i processi per la sua morte, Pignerol, 1912, p. 225 : producuntur recepte […] super quibus requirunt pro parte curie proborum ferenda testimonia medicorum.

42 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 430.

43 Courtemanche, « The Judge… », loc. cit. n. 2.

44 Edmond de Dynter, Chronica…, op. cit. n. 36, t. 3 ; livre VI, chap. 236.

45 Louis de Carbonnières (La procédure…, op. cit. n. 5), reprenant Katherine Park, estime cependant que les gens d’Europe du Nord sont peu enclins à ouvrir les corps, parce qu’ils pensent que l’âme ne se détache pas du corps aussitôt après l’expiration.

46 Wolff, « Leichen-Besichtigung… », loc. cit. n. 2, p. 254.

47 Registre criminel du Châtelet, op. cit. n. 40, t. 1, p. 315.

48 Voir n. 34.

49 A. Pastore, Veleno. Credenze, crimini, saperi nell’Italia moderna, Bologne, 2010, p. 191 sq.

50 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 430.

51 Ibid., p. 427, déposition de Raymond de Pouzols : inspectis primo […] libris medicinalis scientie.

52 Voir les considérations de l’auteur sur la « rhétorique médicale » (ibid., p. 209 sq.).

53 Voir Gui de Chauliac, La grande chirurgie, VI, I, 8 : « Les signes d’un homme mort de poison qu’on luy a donné, on les a de Galen, au sixiesme des Internes… » (trad. E. Nicaise, Paris, 1890, p. 434).

54 Jean de Saint-Amand, Arnaud de Villeneuve, Bernard de Gordon.

55 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 415, déposition de Raymond Chalmel du Vivier. Le texte est cité littéralement. Il est signalé vers 900 sous le nom de Kitâb as-Sumûm (« Livre des poisons ») dans le Continens de Rhazès. Il figurait dans des bibliothèques de médecins au xve siècle, voir G. M. Varanini, D. Zumiani, « Ricerche su Gerardo Boldieri di Verona (1405-c. 1485), docente di medicina a Padova. La famiglia, l’inventario dei libri e dei beni, la capella », Quaderni per la storia dell’Universita di Padova, 26-27 (1993-1994), p. 49-147, libre accommodati ad usum studendi et legendi, no 15.

56 Courtemanche, « The Judge… », loc. cit. n. 2, p. 116.

57 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 433, témoignage de Mathieu Cambril, médecin, Romans (9 février 1381).

58 Ibid., p. 416, déposition de Raymond Chalmel du Vivier : prout magistri practicantes interdum et opere in Avinione potissime viderunt et ego etiam una cum illis.

59 Voir A. Carlino, Books of the Body. Anatomical Ritual and Renaissance Learning, Chicago-Londres, 1999.

60 Wolff, « Leichen-Besichtigung… », loc. cit. n. 2, p. 254.

61 Mazzoni Toselli, Racconti storici…, op. cit. n. 26, t. 3, p. 137.

62 Edmond de Dynter, Chronica…, op. cit. n. 36, t. 3, p. 498 ; livre VI, chap. 237 : Cujus corde, hepate, pulmone, splene, stomacho, et ceteris intestinis diligenter et fideliter visitatis et examinatis.

63 Paris, Arch. nat., X2A 12, fol. 213v.

64 Voir la déposition de Raymond Chalmel du Vivier, distinguant poison agissant simpliciter et poison agissant non simpliciter, le premier correspondant au poison qui agit de toute sa substance, le second de ses qualités premières (Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 414). Même excursus chez Arnold de Halle (ibid., p. 422), qui parle de poison agissant per virtutem orbis, par forme spécifique per quam res est id quod est.

65 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 413.

66 Shatzmiller, « The Jurisprudence of the Dead Body… », loc. cit. n. 2, p. 230.

67 Voir Fr. Collard, « Les risques d’un métier ou quand l’apothicairerie devient débit de poisons (France, xiiie-xvie siècle) », Pharmacopoles, pigmentarii et apothicaires. Antiquité, Moyen Âge, Temps modernes, éd. Fr. Collard, E. Samama, Paris, 2006, p. 135-150.

68 Voir n. 40.

69 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 356.

70 Voir Fr. Collard, « L’empereur et le poison : de la rumeur au mythe. Les enjeux historiographiques, politiques et idéologiques du prétendu empoisonnement d’Henri VII en 1313 », Médiévales, 41 (2001), p. 113-131.

71 Monfrin, « Étudiants italiens… », loc. cit. n. 38, p. 231 sq. Le traité a été composé entre 1379 et 1386 sous le titre Problemata de venenis : Paris, BNF, lat. 6910, fol. 87-113.

72 Voir E. Wickersheimer, Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge, Paris, 1936, rééd. Genève, 1979, s. v.

73 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 392.

74 Ibid., p. 190 sq. L’auteur a procédé à la prosopographie des médecins requis.

75 Ibid., p. 434.

76 Courtemanche, « The Judge… », loc. cit. n. 2, p. 116.

77 Ortalli, « La perizia… », loc. cit. n. 2, p. 223.

78 J.-Ph. Lévy, La hiérarchie des preuves dans le droit savant du Moyen Âge, Paris, 1939, p. 25.

79 Ibid., p. 86.

80 Georges Chastellain, Chronique, éd. J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1863-1866, livre II, chap. 26 ; et Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët d’Arcq, Paris, 1857-1862, réimpr. New York, 1966, t. 4, p. 399-400.

81 Voir n. 71.

82 Paris, Arch. nat., X2A 12, fol. 213v.

83 Paris, Arch. nat., X2A 14, fol. 175.

84 Courtemanche, « The Judge… », loc. cit. n. 2, p. 121 : dans son rendu de sentence (mars 1395), le juge indique d’abord que la fama de l’accusée et les preuves accumulées de son innocence la dispensent de torture ; ensuite que le médecin a exclu le poison comme cause de la mort du mari ; enfin que le seul Gauterii l’avait accusée sans être capable d’apporter des preuves.

85 Moyard, Crime de poison…, op. cit. n. 7, p. 413, déposition de Jean de Tournemire.

86 Sur cette assimilation, voir entre autres : J. Arrizabalaga, « Facing the Black Death : Perceptions and Reactions of University Medical Practitioners », Practical Medicine from Salerno to the Black Death, éd. L. Garcia-Ballester, R. French, J. Arrizabalaga, A. Cunningham, Cambridge, 1994, p. 237-288.

87 Judices curent inspici cadaveres per peritos et confessio rei vel dictum testis non est sufficiens ad faciendum constare de delicto cum non pertineant ad cognitionem (cité dans Wolff, « Leichen-Besichtigung… », loc. cit. n. 2, p. 276).

88 Voir G. Pierini, Venefici. Dalle Quaestiones medico legales di Paolo Zacchia, Milan, 2001 ; et A. Pastore, « Casi di venefici fra Cinque e Seicento : teoria medico-legale e pratica penale a confronto », Tra scienza juridica e sapere medico. Paolo Zacchia (1584-1659) e le origini della moderna medicina legale, éd. A. Pastore, G. Rossi, Milan, 2008, p. 153-176.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search