Version classiqueVersion mobile

Experts et expertises au Moyen Âge. Consilium quaeritur a perito

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Le savant expert

Si quilibet lector idoneus affuisset, incunctanter ad rei veritatem pertigissemus

Identifier et authentifier les reliques (ixe-xiie siècle)

Thomas Granier

Résumé

Cette étude sélectionne huit récits d’invention ou de transfert de reliques français, lotharingiens et italiens du ixe au xiie siècle, caractérisés par l’exposé d’une démarche rationnelle d’identification et d’authentification. Après un bilan du petit nombre de critères récurrents mis en œuvre, l’étude montre que tous ces récits font reposer le processus d’identification sur un personnage clé. Dans les cas les plus détaillés et les plus significatifs, celui-ci est l’auteur lui-même, un lettré de haut niveau, prélat ou patronné par un prélat, qui se présente comme découvreur de reliques et maître de la rhétorique de la démonstration. On met donc en évidence quelles sont les stratégies adoptées par ces auteurs pour présenter la démarche d’expertise, y compris dans les cas d’insuffisance de l’information vérifiable.

Texte intégral

  • 1 Pour une approche générale : M. Heinzelmann, Translationsberichte und andere Quellen des Reliquien (...)

1Parmi les très nombreux récits d’invention ou de transfert de reliques médiévaux, un très petit échantillon, ici repéré, s’éloigne nettement des topoi du genre et se caractérise par l’évocation de démarches rationnelles visant à les identifier et les authentifier par un raisonnement logique appuyé sur des preuves et censé fonder une vérité1. Pour saisir qui effectue ces opérations, à partir de quelle information, de quelles compétences, par quels raisonnements, on recourt à huit récits italiens, français et lotharingiens, échelonnés du ixe au xiie siècle : le transfert des reliques de l’impératrice Hélène de Rome au monastère de Hautvillers (au diocèse de Reims) en 841-844, rapporté peut-être vers 860 par le moine Almann à la demande d’Hincmar ; celui du martyr Sossius de Misène à Naples en 906, raconté aussitôt après par le diacre Jean ; l’invention de Landoald et de ses compagnons à Wintershoven et leur transfert à Saint-Bavon de Gand, dossier rédigé en 980 par Hériger de Lobbes et placé sous le nom de Notger de Liège, auquel s’ajoute un second récit, anonyme, de la même invention ; le transfert de reliques de Calixte de Rome à Saint-Mihiel (au diocèse de Verdun) par l’abbé Nantère vers 1021, relaté par la Chronique du monastère écrite en 1036-1051 ; l’invention de reliques de Bertin à Saint-Bertin par l’abbé Bovon en 1050, dont il fait lui-même le récit ; celle des reliques de Sabinus de Canosa à Bari en 1091, rapportée par l’archidiacre Jean ; celle d’un martyr thébain à Saint-Géréon de Cologne en 1121, racontée par une lettre de Raoul, abbé de Saint-Trond, à ses moines ; enfin celle de l’évêque Privat et des Saints-Innocents dans la cathédrale de Mende par l’évêque Aldebert III en 1170, qu’il raconte lui-même dans cinq opuscules.

  • 2 Par exemple Historia translationis [Helenae] ad coenobium Altivillarense (BHL 3773), AASS Augusti (...)

2On peut d’abord faire le bilan des critères et arguments qui caractérisent ces discours – au moins prétendus – d’authentification : quelle est la nature des preuves ? Il y a d’abord la référence systématique, dans tous les récits, à des témoins dignes de confiance, nommés, socialement et institutionnellement situés de façon plus ou moins détaillée ; l’auteur dit les connaître ou nomme ceux qui les ont connus. Dans cinq cas, la démarche de recherche de vérité est explicite, avec un vocabulaire récurrent : examinatio souvent, certus et ses dérivés, mais surtout quaerere et ses dérivés (inquisitio), les plus fréquents. Veritas désigne l’objet de la recherche et le résultat de la démonstration2. Viennent ensuite, chacun dans cinq ou six textes, trois critères de type matériel ou historique : inscription ou authentique de relique (en particulier les épitaphes hors de la tombe et les croix portant le nom du saint à l’intérieur), état de la tombe et/ou du corps, confirmation par des sources textuelles.

  • 3 Rodulfi abbatis Trudonensis epistolae, Hanovre, 1852 (MGH SS, 10), p. 330-332, ici p. 330, l. 18-4 (...)

3Les deux textes les plus tardifs – la lettre sur l’invention d’un martyr thébain à Saint-Géréon et les opuscules d’Aldebert sur les reliques des Saints-Innocents à Mende – sont ceux qui évoquent les corps avec le plus de précision. Raoul décrit minutieusement un squelette de grande taille, en tenue militaire avec baudrier et fragment de glaive : c’est bien un légionnaire ; il est tombé en poussière, mais néanmoins « intact », c’est-à-dire « non dérangé » ; enfin, la tombe renferme les mottes de terre imbibées du sang du martyr. Raoul donne donc tous les éléments qui prouvent que c’est bien la première sépulture d’un soldat martyr, juste après sa mise à mort3.

  • 4 Bovonis relatio de inventione et elevatione sancti Bertini (BHL 1296), Hanovre, 1887 (MGH SS, XV1) (...)
  • 5 Rodulfi abbatis Trudonensis epistolae, op. cit. n. 3, p. 331, l. 3-4.
  • 6 Les Miracles de saint Privat, suivis des opuscules d’Aldebert III, évêque de Mende, éd. C. Brunel,(...)

4Bovon écrit que c’est l’inscription sur la croix qui permet d’identifier Bertin avec exactitude : quisnam esset nesciretur, ni tria verba loquerentur4. Dans la lettre de Raoul, on ne trouve pas d’inscription nominale ; l’auteur s’en tient donc aux limites de l’identification possible : un soldat martyr ; il signale que pour certains c’est précisément Géréon, refusant d’être lui-même aussi précis sans preuve5. L’importance des inscriptions est aussi révélée par l’insistance d’Aldebert de Mende à les rechercher. Or, la seule qu’on ait trouvée est illisible. Ses efforts maladroits pour expliquer leur absence – ce seraient des saints inhumés sans identification pour éviter le vol de leurs reliques – prouvent surtout qu’il a bien conscience de ce qui est crucial pour l’identification et de la gravité de cette absence6.

  • 7 Historia translationis…, op. cit. n. 2, c. 13, p. 602C ; J. Guyon, Le cimetière aux Deux Lauriers. (...)
  • 8 Translatio sancti Landoaldi sociorumque (BHL 4700-4706), Hanovre, 1888 (MGH SS, XV2), p. 601-607, (...)

5La vérification de l’authenticité des reliques grâce à des sources est illustrée par le dossier composé par Almann sur Hélène : Vie, Translation, Miracle, Épitaphe. À la fin de la Vie, il conclut de ses sources (Jérôme, Bède, l’Histoire Tripartite et le Liber Pontificalis) qu’Hélène est bien morte et inhumée à Rome : on peut donc y trouver ses reliques. Dans la Translation, un synode réuni à Reims pour discuter de leur authenticité examine des sources narratives et des guides de pèlerinage (revolvuntur historiae et profertur in medium mappa Romanae urbis) et arrive aux mêmes conclusions qu’à la fin de la Vie : les reliques étaient bien à Rome7. Le cas de Landoald et de ses compagnons donne un exemple standard de la combinaison de ces critères objectifs d’authenticité : on peut les identifier, car on les retrouve à Wintershoven, ce qui coïncide avec le récit de repositio de la fin de la Vie et ce que savent les clercs du lieu, nommés, qui témoignent ; Landoald et Amand sont désignés par une inscription, Vinciane par son nom sur une petite croix d’argent8.

  • 9 Historia inventionis II sancti Sabini…, op. cit. n. 2, c. 4, p. 331B.
  • 10 Pour Bovon, la veritas découle clairement des indicia des miracles qui confirment l’identification (...)

6Dans le genre des Inventions et des Translations, le miracle est quasi omniprésent. Dans l’échantillon ici examiné, il n’est totalement absent que dans deux récits, ceux qui concernent Sabinus et le martyr thébain. Le récit de Bari évite même la totalité des topoi du genre : pas d’odeur de sainteté et mention, rare, de tissus décomposés. La découverte d’une inscription attribuant la déposition à l’évêque Angelarius confirme l’ancienneté de la tombe : environ deux cent quarante ans, calcule Jean. Tout permet donc de situer la déposition des reliques dans un passé assez précis, sans recourir à des faits miraculeux9. Dans les autres cas ici retenus, le miracle peut venir confirmer une identification solide par ailleurs, ou suppléer à un défaut avoué d’information10.

  • 11 Faiblesse de Bovon (Bovonis relatio de inventione…, op. cit. n. 4, c. 3, p. 527, l. 55-60) ; appel (...)

7Dans ces récits, l’intervention de la hiérarchie ecclésiastique n’est pas en soi argument d’identification, mais peut sanctionner la démonstration en en confirmant les résultats : elle est évoquée dans trois cas, ceux d’Hélène – l’archevêque de Reims réunit un synode –, de Landoald – Notger de Liège réunit lui aussi un synode, puis obtient la confirmation de l’archevêque de Reims – et de Bertin. Dans ce dernier cas, Bovon écrit être frappé d’une grande faiblesse pour avoir fait ouvrir l’autel aux reliques sans attendre la présence de l’évêque, Drogon de Thérouanne. Il fait ensuite appel à Léon IX, à qui l’on présente la croix inscrite trouvée dans la tombe et qui, entouré de prélats sages et vertueux, conclut à l’authenticité. Puis Bovon obtient de Drogon une lettre d’introduction auprès de l’archevêque, Gui de Reims, à qui l’on présente les mêmes éléments qu’au pape, et qui conclut de la même façon, le 11 janvier 1052. Bovon mentionne toutefois la colère de Drogon face à cette ingérence de l’archevêque : ce sont apparemment des tensions entre Bovon et Drogon, peut-être la crainte d’ambitions de celui-ci sur les reliques, qui motivent l’appel aux hautes autorités11.

  • 12 Historia translationis…, op. cit. n. 2, c. 10, p. 601F, c. 14, p. 602D, et c. 16, p. 602EF ; Flodo (...)
  • 13 Récit d’Hériger : Translatio sancti Landoaldi…, op. cit. n. 8, c. 9, p. 603 ; récit de l’anonyme :(...)

8Une des caractéristiques saillantes de ces récits est de toujours faire reposer ces démarches d’authentification sur des hommes au rôle déterminant. Dans le cas d’Hélène, tout repose sur celui qui est dit l’acteur du transfert, le prêtre Theugisus : ce sont ses dires que l’on confronte à des documents, que l’on va vérifier à Rome et que l’on éprouve par ordalie. Si les faits sont de 841-844 et la rédaction de 860 environ, Almann peut très bien ne recueillir que des souvenirs à son sujet. Son argumentaire convainc toutefois Flodoard qui, dans l’Histoire de l’Église de Reims, en retient le cœur, nommant Theugisus mais pas Almann12. Au sujet de Landoald, Hériger et l’anonyme mentionnent un même informateur principal, Sarabertus, dont la connaissance se fonde surtout sur le fait de résider à Wintershoven et de connaître les hommes qui y reposent les corps. Selon Hériger, Sarabertus se fonde aussi sur une Vie du saint, probablement inexistante : il cède ici au topos de la source perdue. Sarabertus fait probablement la synthèse de ce que l’on raconte sur Landoald à Wintershoven et à Saint-Bavon ; Hériger mêle ces traditions à des extraits des Gesta des évêques de Liège pour composer la Vie. Sarabertus n’est donc pas un simple témoin, puisqu’il fournit des informations qui relèvent d’une connaissance construite, et pas de la seule expérience13.

  • 14 Phénomènes habituels à l’ouverture d’une tombe : Rodulfi abbatis Trudonensis epistolae, op. cit. n (...)
  • 15 Historia inventionis II sancti Sabini…, op. cit. n. 2, c. 1, p. 330B ; inscription (c. 4, p. 331BC (...)

9On passe à une tout autre dimension de la valorisation des compétences et de l’action de l’individu dans cinq des huit dossiers, qui présentent un caractère largement personnel, voire autobiographique : la Translation de Sossius à Naples rédigée en 906-907, et les récits d’invention de Bertin, Sabinus, Géréon et des reliques de Mende, cinq cas très inégalement répartis, Jean Diacre étant exceptionnellement précoce par rapport aux quatre cas les plus récents (1050-1170). Ces hommes, acteurs et auteurs des récits les plus détaillés, mettent en scène à la première personne leur propre démarche d’expert. Celle de Raoul à Cologne repose sur ses observations et déductions, sur une expérience ou du moins une réflexion générale – il évoque ce qui est habituel à l’ouverture d’une tombe –, sur la précision et l’exactitude de la description de ce qu’il dit voir et faire, sur sa crédibilité et son autorité comme abbé : il écrit pour prouver à ses moines la parfaite authenticité des reliques dont une partie est offerte à Norbert de Xanten, et dont lui-même leur envoie d’autres portions14. Jean de Bari donne toutes les preuves possibles de sa compétence et de sa crédibilité : il a des liens privilégiés avec les deux archevêques maîtres de l’affaire, Ursus l’initiateur et Élie le réalisateur ; il participe à l’ouverture de l’autel et à la découverte des ossements et de l’inscription. Lettré et homme de confiance des archevêques, il est le mieux placé pour rédiger une Vie en vers du saint, ainsi que ce récit d’invention et la nouvelle inscription placée sur l’autel, dans laquelle il donne justement les informations qu’il dit avoir lui-même cherchées : noms des saints, date de l’invention, nom de l’archevêque qui y préside. Élie et Jean prévoient donc exactement ce dont on aurait besoin dans le futur pour identifier les reliques : on a bien là une démarche d’expert15.

  • 16 Translatio sancti Sossii (BHL 4134-4135), AASS Septembris VI, Paris-Rome, 1867, p. 874-884 ; rappo (...)

10Mais le cas le plus spectaculaire est celui du Napolitain Jean : dans les ruines de la cathédrale de Misène, des moines de Saint-Séverin de Naples découvrent une inscription avec trois lettres du nom de Sossius, et rentrent l’annoncer à leur abbé, disant être sûrs de pouvoir trouver le corps, à condition d’être aidés d’un lector idoneus pour lire l’inscription : c’est l’expression qui donne son titre à cette étude. L’abbé envoie Jean et des compagnons ; sur place, Jean se rend compte qu’il s’agit en fait de la légende d’une image, puis découvre la véritable tombe ; il annonce la découverte du corps, ce qui est confirmé par la diffusion de l’odeur de sainteté ; il commente : « N’est-ce pas ce que j’avais promis ? » (quid nisi quod supra in Domino confisus spoponderam ?). Puis il fait un songe, qu’il qualifie de « présage de vérité » (veritatis indicium) et qui est suivi de l’identification du squelette par l’évêque de Cumes, car son état correspond à la façon dont Sossius a été mis à mort : vision et examen précis des reliques se combinent pour les identifier. Enfin, une tempête pendant le voyage de retour se calme quand Jean annonce qu’il va tremper la châsse dans l’eau. On a là une spectaculaire mise en scène des compétences de lettré et de chercheur de tombe, ainsi que de la proximité et de la familiarité avec le saint : Jean sait, observe, déduit et prouve, en même temps qu’il est le canal privilégié d’une révélation et d’un miracle16.

11Le discours hagiographique est toujours destiné à éliminer le doute, à faire face à des contestations avérées ou possibles, à se prémunir contre des critiques fondées sur la dénonciation du faux. Il le fait par la foi, par la raison, ou par les deux, en proportions variables. L’originalité des auteurs de l’échantillon ici repéré est de le faire principalement ou uniquement à partir d’arguments présentés comme authentiques et vérifiables : ils comblent les failles de l’incertitude par un discours fondé sur quelques critères récurrents, ceux que l’on a vus en établissant le bilan des preuves. La démarche de vérité est donc, comme tout discours hagiographique, une construction. Elle trouve de ce fait ses limites, en fonction de la quantité et de la qualité de l’information et des preuves disponibles. Face à ces limites, l’auteur peut adopter trois grands types de démarche : soit il les reconnaît et aboutit à une démonstration partielle ou contestable ; soit il tente de passer outre, fragilisant ainsi son raisonnement ; soit enfin il y supplée par le fictif, voire le mensonger, biaisant le récit.

  • 17 Les Miracles de saint Privat…, op. cit. n. 6, II, 14 p. 82-83 et V, 1, p. 121.
  • 18 Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du viiie siècle, éd. N. Gauthi (...)

12Aldebert reconnaît ne pas pouvoir parvenir au même degré de certitude pour toutes les reliques. Outre celles de Privat et des Saints-Innocents, il évoque des objets ayant appartenu à Constantin lors de l’Invention de la Croix, et qu’Hélène aurait apportés à Mende. Il affirme clairement n’être sûr de rien à leur sujet, disant en substance : nous n’arrivons pas à prouver par des arguments sûrs tout ce que nous croyons savoir, mais mieux vaut tenir pour saintes des choses que l’on connaît mal que de les rejeter. Il avoue donc livrer à la postérité ce qu’il pense de ces reliques, priant les hommes du futur d’être indulgents envers sa dévotion, de même qu’il leur pardonne s’ils refusent de croire. Dans le cinquième opuscule, il reconnaît qu’un autre de ses raisonnements, incomplet par manque d’information, peut ne pas convaincre. Il y a donc pour lui des limites à l’identification rationnelle. La foi peut se substituer au raisonnement, et permettre de croire néanmoins, mais elle ne le complète pas : Aldebert ne met pas les deux sur le même plan17. Limite d’information aussi, quoique d’un autre type, pour la démarche de Raoul : tout repose sur le fait qu’un soldat chrétien martyr a reçu sa sépulture dans ce qui est devenu le sous-sol de Saint-Géréon et que la tombe n’a pas été touchée depuis ; c’est possible, mais non certain. Le lieu est une nécropole depuis le ier siècle et, au ive siècle, la construction d’un important martyrium prouve la croyance en la présence de martyrs en ce lieu ; le corps découvert a de ce fait toutes les chances d’être celui d’un grand officier militaire inhumé ad sanctos18.

  • 19 M. Gaillard, M. Goullet, A. Wagner, « Traduction de la Chronique de Saint-Mihiel (xie siècle) », R (...)

13Dans le cas des reliques de Calixte que Nantère prendrait à Saint-Valentin de Rome, l’auteur de la Chronique dit se fonder sur une Passion de Calixte qui, en réalité, indique que celui-ci est au cimetière de Calepodius, Via Aurelia. Nous savons par ailleurs que les reliques, ou du moins une partie d’entre elles, sont à Sainte-Marie du Trastevere en 838-839. En 844-847, d’autres sont amenées à Brescia, puis, en 854, à Cysoing pour la fondation d’Eberhard de Frioul. Enfin, il y a des reliques de Calixte à Reims au moins depuis le temps de l’archevêque Foulque (883-900). Le chroniqueur de Saint-Mihiel a donc une idée précise des critères d’authentification et il les utilise dans un récit plausible, mais fictif : vers 1021, Nantère peut au mieux trouver des reliques partielles de Calixte à Rome, et de toute façon pas à Saint-Valentin19. Enfin, il est impossible d’ignorer que le récit d’Almann reste l’unique source sur Theugisus, sa démarche et son témoignage ; la reprise du récit par Flodoard n’en prouve pas l’authenticité, et Theugisus peut être une figure fictive, inventée par Almann pour expliquer la présence des reliques.

  • 20 C’est Norbert qui est à l’initiative de tout : il s’adresse au prieur de Saint-Géréon, il autorise (...)
  • 21 Les Miracles de saint Privat…, op. cit. n. 6, p. xxxii et xliv.
  • 22 K. Ugé, Creating the Monastic Past in Medieval Flanders, Woodbridge-Rochester-York, 2005, p. 78-87

14La démonstration de la possession de reliques authentiques est bien entendu cruciale pour le promoteur et l’acteur de l’invention. Les reliques de Calixte légitiment Nantère comme réformateur de Saint-Mihiel ; celles du martyr thébain légitiment Norbert de Xanten, qui fonde Prémontré précisément en 1121, ainsi que Raoul lui-même, alors chassé de son monastère où il ne rentre qu’en 113220. La rédaction par l’évêque de Mende de ses propres découverte et identification des reliques lui permet de mettre en scène le rétablissement de son prestige après une révolte des vassaux dans les années 116021. Résistances et incrédulités apparaissent de même dans l’argumentaire de Bovon sur les reliques de Bertin, qui montre comment elles sont vaincues. Incrédulité parmi les moines, parce que l’on possède déjà des reliques de Bertin, et Bovon doit donc justifier qu’il puisse y en avoir d’autres. Mais peut-être surtout revendications de l’évêque : Bovon avoue qu’il commence par agir sans lui, qu’il ne le devrait pas et qu’il en est puni, mais ce châtiment le purifie et le rend digne de toucher et de garder les reliques ; la haute hiérarchie le confirme, et Drogon doit s’incliner, sans toutefois perdre la face, puisqu’il participe à l’élévation. La minutieuse démonstration d’identification vise à exposer clairement les arguments fiables présentés à Léon IX et Gui, et qui fondent leur sanction. La longue démarche d’expertise est instrumentalisée dans le récit, elle sert à justifier l’intervention et à fonder la sanction de l’archevêque par-dessus les droits de l’évêque. Comme celui de Jean Diacre, le récit de Bovon est aussi une spectaculaire mise en scène de l’acteur-auteur lui-même : la démonstration d’un lien étroit avec le saint, par l’identification de nouvelles reliques, vise à faire de lui au moins l’égal de son prédécesseur, le grand réformateur Roderic, auquel il a la lourde tâche de succéder. Malgré tout le soin apporté à la crédibilité du récit, l’entreprise est un semi-échec : les nouvelles reliques ne répondent pas à une attente des moines et de l’aristocratie et ne suscitent pas de regain des donations. À la mort de Bovon en 1065, la nouvelle abbatiale reste inachevée22.

  • 23 Liste des acteurs selon Hériger : Translatio sancti Landoaldi…, op. cit. n. 8, p. 604, l. 21-22 ; (...)
  • 24 Rôle de l’abbé laïc Landbertus ou Lantzo et des moines d’autres monastères selon Hériger : Transla (...)

15Le dossier de Landoald est le plus révélateur de ce qui motive le prétendu discours de vérité. Il contient en effet deux récits de l’invention : celui d’Hériger, puis l’anonyme, qui l’utilise, mais le prolonge aussi en évoquant la contestation des moines du Mont-Blandin : Notger réunit alors un synode, entend les témoins, tranche en faveur de l’authenticité et de Saint-Bavon et confie à Hériger le soin de mettre tout cela par écrit. Les moines du Mont-Blandin en appellent à l’archevêque de Reims, qui confirme la sentence de Notger et promulgue un acte en faveur de Saint-Bavon. L’évêque de Noyon vient enfin procéder à l’élévation solennelle les 12 et 13 juin 982. L’anonyme révèle donc le contexte du travail d’Hériger, ce que lui-même ne fait pas. Son récit présente des variantes significatives : la contextualisation d’ensemble, l’initiative de recherche des reliques et les acteurs sont complètement différents ; l’inscription est en partie illisible à cause de la destruction du site – l’hagiographe cède ici à l’effet de réel –, mais la sépulture est plus soignée, les corps étant protégés par des sceaux (sigilla/signacula), nouveau critère d’identification ; enfin le quatrième saint n’est pas Adeltrude, mais Landrade, trace d’une adaptation à d’autres traditions hagiographiques de Saint-Bavon, absentes chez Hériger23. Si ces récits divergent, c’est que, malgré toutes les apparences de précision de la narration, les faits, quoique très récents, sont labiles : liste des acteurs, état de la tombe et identité même des saints sont entachés d’incertitude. C’est que, surtout, l’enjeu est alors important pour Saint-Bavon : la fin de l’abbatiat laïc (attestée par des diplômes royaux connus) et celle de la sujétion au Mont-Blandin, soit l’accès au rang de monastère indépendant de plein droit. La démonstration de la possession des reliques authentiques du fondateur et de la nullité des contestations est donc vitale, mais elle repose sur une base factuelle plus que fragile : à elles seules, les divergences entre Hériger et l’anonyme prouvent qu’il n’y a pas une réalité sûre et unique dont on peut rendre compte. Chez ce dernier, la liste nominale des acteurs, théoriquement garante d’authenticité, est profondément modifiée pour éliminer l’initiative laïque et la participation des hommes des autres monastères24.

  • 25 M. Otter, Inventiones. Fiction and Referentiality in Twelfth-Century English Historical Writing, C (...)

16Un récit d’invention de reliques est, avant tout, une construction littéraire, à la fonction métaphorique et symbolique majeure : rattacher une église à ses racines par la démonstration, si possible inattaquable, de la possession des reliques d’un fondateur ou d’un saint des premiers temps, pour faire face à des difficultés particulières, démontrer un prestige fragile et/ou réfuter de sérieuses contestations. Dans quelques rares cas, ici étudiés, l’hagiographe dispose en outre des informations, des preuves et des compétences intellectuelles nécessaires à la rédaction d’une démonstration rationnelle détaillée. Le discours de vérité se fait alors véritable morceau de bravoure littéraire par lequel cet homme de talent prouve sa capacité à maîtriser une information aux multiples détails et à bâtir un raisonnement complexe précis. Ce pourquoi exactement il choisit de le faire, alors que d’autres hagiographes peuvent disposer des preuves nécessaires et livrer néanmoins un récit topique, entièrement fondé sur la certitude a priori, le miracle et la révélation, nous échappe en revanche totalement. La plus forte concentration des cas en milieu monastique français et lotharingien aux xie et xiie siècles s’explique probablement par la floraison intellectuelle des écoles et des scriptoria, mais surtout par la très active réforme des institutions religieuses, dans laquelle renouer avec les origines est crucial25. Des tours de force rationnels et rhétoriques comme celui de Raoul de Saint-Trond sont caractéristiques d’un nouveau contexte intellectuel et littéraire. Quelques cas, comme celui de Jean de Naples, sont exceptionnellement précoces. Ces récits ne peuvent se passer complètement des topoi hagiographiques (miracles, visions, odeur de sainteté) que dans quelques cas. Ceux-ci mis à part, la démarche d’identification n’est que l’une des voies possibles de l’authentification, et Aldebert en signale les limites : dans la mesure où elles sont humaines, les preuves rationnelles peuvent mentir. Il nous est presque toujours impossible de vérifier la véracité de ces récits. Certains sont en grande partie crédibles : ainsi Raoul fait-il probablement un compte rendu exact de ce qu’il trouve, mais le corps n’est sans doute pas celui d’un martyr des environs de 300. D’autres sont clairement entachés de fausseté : d’Hériger et de l’anonyme, l’un au moins falsifie les faits en plusieurs points.

17L’identification rationnelle des reliques est bien une démarche d’expertise, dans la mesure où elle part d’un constat de la réalité, où elle mobilise un double savoir (observation et recueil d’informations, mobilisation de connaissances et d’une expérience), où elle est une recherche de vérité par déduction, où elle débouche sur une conclusion fondée, tenue pour une vérité, qui peut susciter la décision et l’action. En matière d’identification de reliques, il n’y a nulle règle commune mais seulement, dans des récits, des critères récurrents, dont la relativité, la complémentarité et la hiérarchie ne sont organisées par aucun droit. Chaque discours d’expertise définit donc ses propres règles, il n’est ni mesurable, ni vérifiable à l’aune d’une norme permanente et commune, pas plus que ne l’est la compétence de ceux qui bâtissent ces discours d’authentification.

18Il y a donc compétence et démarche d’expertise, mais non statut d’expert : Sarabertus, Raoul et les deux Jean italiens sont d’abord définis par leur état clérical ou monastique, et non par une compétence en matière de reliques. Deux critères peuvent donner à ces hommes un rôle momentané d’experts. Avant tout la position institutionnelle, fondement de la crédibilité : Bovon, Raoul, Aldebert, chefs de communautés, sont responsables de leurs reliques et du prestige qu’elles leur apportent ; ensuite le savoir lettré et l’expérience de l’hagiographe, comme les deux Jean, mais en second lieu seulement, car leur crédibilité vient peut-être surtout de l’appui des prélats qu’ils servent. Ceux qui s’approchent le plus du profil d’expert sont bien plus que des témoins : ils produisent les récits et mettent en scène de façon détaillée leur action de lector idoneus et leur témoignage qui conclut à la rei veritatem. Il y a donc un poids déterminant de l’individu et du moi : joue le rôle d’un expert celui qui, puissant prélat ou homme de confiance privilégié de celui-ci, est capable de produire un raisonnement appuyé sur des constats, témoignages et sources écrites, et de le mettre en scène de façon convaincante, dans une intimité spéciale avec le saint par la connaissance de son histoire et la manipulation et l’authentification de ses reliques.

Notes

1 Pour une approche générale : M. Heinzelmann, Translationsberichte und andere Quellen des Reliquienkultes, Turnhout, 1979 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 35) ; sur l’identification : N. Herrmann-Mascard, Les reliques des saints. Formation coutumière d’un droit, Paris, 1975 (Collection d’histoire institutionnelle et sociale, 6), p. 106-142 ; sur la vérité : K. Schreiner, « Discrimen veri ac falsi. Ansätze und Formen der Kritik in der Heiligen-und Reliquienverehrung des Mittelalters », Archiv für Kulturgeschichte, 48 (1966), p. 1-53 ; et Id., « Zum Wahrheitsverständnis im Heiligen-und Reliquienwesen des Mittelalters », Saeculum, 17 (1966), p. 131-169 ; les critères qui prouvent l’intégrité de la sépulture et des reliques sont déjà exposés dans la lettre de Basile de Césarée à Ambroise de Milan sur les reliques de Denys en 375 : « Que personne ne doute, que personne n’hésite : c’est bien là cet invincible athlète […] Un seul coffre avait reçu ce précieux corps, personne n’était couché auprès de lui, son tombeau portait une inscription, on l’honorait comme un martyr. C’est de leurs propres mains que des chrétiens, qui lui avaient donné l’hospitalité, le déposèrent alors et viennent maintenant de l’enlever […] Ce sont donc des hommes pieux qui l’ont remis, des hommes consciencieux qui l’ont reçu. Nulle part le mensonge, nulle part la fraude : nous en sommes témoin. Que la vérité ne soit pas calomniée par vous ! » (Basile, Lettres, éd. Y. Courtonne, t. 2, Paris, 1961, n cxcvii, p. 149-152, ici p. 152).

2 Par exemple Historia translationis [Helenae] ad coenobium Altivillarense (BHL 3773), AASS Augusti III, Anvers, 1737, n 10-17, p. 601-603, ici c. 13-15, p. 602CE ; Clavis scriptorum latinorum Medii Aevi. Auctores Galliae 735-987, t. 1, éd. M.-H. Jullien, F. Perelman, Turnhout, 1994, p. 102-113 ; voir la thèse de Céline Ménager, annoncée par une communication à l’atelier des doctorants de ce congrès, « L’authentification des reliques, une expertise en construction. Le cas d’Almanne d’Hautvillers et des reliques de sainte Hélène ». Jean de Bari insiste sur le fait que l’inquisitio débouche sur la certitude : Historia inventionis II sancti Sabini (BHL 7445), AASS Februarii II, Paris, 1844, p. 330-331, ici c. 1-2, p. 330C, et c. 3, p. 331A ; voir La tradizione barese di san Sabino di Canosa, éd. S. Palese, Bari, 2001 (Per la storia della Chiesa di Bari. Studi e materiali, 17) et O. Limone, « Il patrimonio letterario agiografico nella Puglia nei secoli xi-xii. Quindici anni di studi », Hagiographica, 15 (2008), p. 257-269, ici p. 259-260 et 262.

3 Rodulfi abbatis Trudonensis epistolae, Hanovre, 1852 (MGH SS, 10), p. 330-332, ici p. 330, l. 18-45, en particulier corpus totum intactum adhuc videbatur, l. 25.

4 Bovonis relatio de inventione et elevatione sancti Bertini (BHL 1296), Hanovre, 1887 (MGH SS, XV1), p. 525-534, ici c. 15, p. 533, l. 40.

5 Rodulfi abbatis Trudonensis epistolae, op. cit. n. 3, p. 331, l. 3-4.

6 Les Miracles de saint Privat, suivis des opuscules d’Aldebert III, évêque de Mende, éd. C. Brunel, Paris, 1912 (Collection de textes pour servir à l’étude et à l’enseignement de l’histoire, 46), I, 32-33, p. 65-67.

7 Historia translationis…, op. cit. n. 2, c. 13, p. 602C ; J. Guyon, Le cimetière aux Deux Lauriers. Recherches sur les catacombes romaines, Rome-Cité du Vatican, 1987 (BEFAR, 264 ; Roma Sotterranea Cristiana, 7), p. 257 et 485.

8 Translatio sancti Landoaldi sociorumque (BHL 4700-4706), Hanovre, 1888 (MGH SS, XV2), p. 601-607, en particulier c. 4, p. 604.

9 Historia inventionis II sancti Sabini…, op. cit. n. 2, c. 4, p. 331B.

10 Pour Bovon, la veritas découle clairement des indicia des miracles qui confirment l’identification de Bertin, mais c’est le nom inscrit sur la croix qui permet, lui, de savoir : la veritas n’est donc pas complètement de l’ordre du savoir, mais découle de la coïncidence entre savoir et croire : Bovonis relatio de inventione…, op. cit. n. 4, c. 7, p. 531, l. 14-17, et c. 15, p. 533, l. 38-41. Pour Aldebert, les preuves textuelles, que les hommes peuvent falsifier, ne doivent pas peser plus que les miracles, forcément divins. Tout en proposant une identification des reliques des Saints-Innocents par la petitesse des os, il déclare attendre le signe qui assurera l’identification : les visions peuvent suppléer à certaines informations, sans que leurs révélations sortent des limites du probable ; elles coïncident étroitement avec la nature et l’état des reliques découvertes et les traditions locales (Les Miracles de saint Privat…, op. cit. n. 6, I, 20, p. 52 et III, 1, p. 90) ; Non debent apud sapientium mentes plus valere litterarum monumenta quam miracula evidentissima. Scribere possunt homines quod volunt et quando volunt, sed non miracula facere quando volunt. In quo quidem litteris non detrahimus, set plane virtutum signa […] illis preferimus (ibid., I, 32, p. 65).

11 Faiblesse de Bovon (Bovonis relatio de inventione…, op. cit. n. 4, c. 3, p. 527, l. 55-60) ; appel à Léon IX et réponse de celui-ci (c. 5, p. 528-529) ; lettre à Gui et sentence de celui-ci (c. 7, p. 530, l. 31-38) : L. Morelle, « Nouveaux regards sur le privilège d’Omer, évêque de Thérouanne, en faveur de Sithiu (662) », Le diocèse de Thérouanne au Moyen Âge, éd. J. Rider, B.-M. Tock, Arras, 2010 (Mémoires de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 39), p. 11-29, ici p. 22-23 ; je remercie Laurent Morelle de m’avoir communiqué sa publication.

12 Historia translationis…, op. cit. n. 2, c. 10, p. 601F, c. 14, p. 602D, et c. 16, p. 602EF ; Flodoard de Reims, Historia Remensis Ecclesiae, Hanovre, 1998 (MGH SS, 36), II, 8, p. 150-153.

13 Récit d’Hériger : Translatio sancti Landoaldi…, op. cit. n. 8, c. 9, p. 603 ; récit de l’anonyme : Adventus et elevatio sancti Landoaldi sociorumque eius (BHL 4707-4708), op. cit. n. 8, p. 607-611, ici c. 1, p. 608.

14 Phénomènes habituels à l’ouverture d’une tombe : Rodulfi abbatis Trudonensis epistolae, op. cit. n. 3, p. 331, l. 18-20 ; garantie personnelle et envoi des reliques : ibid., p. 332, l. 12-18.

15 Historia inventionis II sancti Sabini…, op. cit. n. 2, c. 1, p. 330B ; inscription (c. 4, p. 331BC) ; nouvelle inscription (c. 5, p. 331C).

16 Translatio sancti Sossii (BHL 4134-4135), AASS Septembris VI, Paris-Rome, 1867, p. 874-884 ; rapport des moines à l’abbé : Si tua, pater honorande, voluntas est, possumus sanctum reperire Sossium ; vidimus enim in ipso pariete, cui altare subjacet ipsum, tres apices quasi latitantes, qui nostris pro certo mentibus indiderunt quod, si quilibet lector idoneus affuisset, incunctanter ad rei veritatem pertigissemus (c. 24, p. 879E) ; reconnaissance de la légende (c. 26, p. 880AB) ; découverte de la tombe (c. 27, p. 880BC) ; identification du corps (c. 30, p. 881B) ; voir « Iohannes Neapolitanus diac. », Clavis scriptorum latinorum Medii Aevi. Auctores Italiae (700-1000), éd. B. Valtorta, Florence, 2006 (Edizione nazionale dei testi mediolatini, 17), p. 153-158.

17 Les Miracles de saint Privat…, op. cit. n. 6, II, 14 p. 82-83 et V, 1, p. 121.

18 Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du viiie siècle, éd. N. Gauthier, B. Beaujard, F. Prévot, t. 12, Province ecclésiastique de Cologne, Paris, 2002, p. 52-56.

19 M. Gaillard, M. Goullet, A. Wagner, « Traduction de la Chronique de Saint-Mihiel (xie siècle) », Retour aux sources. Textes, études et documents offerts à Michel Parisse, éd. S. Gouguenheim et al., Paris, 2004, p. 987-1013, ici c. 15-17, p. 1002-1003 ; Passion (BHL 1523), AASS Octobris VI, Tongerloo, 1794, p. 439-441 ; réaménagement des tombes au Trastevere par Grégoire IV : The Lives of the Ninth-Century Popes (Liber Pontificalis), trad. R. Davis, Liverpool, 1995 (Translated Texts for Historians, 20), n. 72, p. 64 ; Translation de Calixte à Cysoing (BHL 1525), Hanovre, 1887 (MGH SS, XV1), p. 418-422 ; reliques à Reims : Flodoard de Reims, Historia Remensis Ecclesiae, op. cit. n. 12, I, 7, p. 78, l. 18 ; IV, 1-2, p. 371-373, et IV, 8, p. 399, l. 15.

20 C’est Norbert qui est à l’initiative de tout : il s’adresse au prieur de Saint-Géréon, il autorise la fouille ; le fait que l’on identifie immédiatement le corps comme celui d’un martyr thébain s’explique par la concurrence entre Saint-Géréon et Saint-Cassien de Bonn : le prieur de Cologne veut les reliques d’un légionnaire thébain comme l’est Cassien. La réserve de Raoul quant à l’identification exacte à Géréon (voir n. 5) s’explique par sa volonté de ne pas trop favoriser Saint-Géréon face à Saint-Pantaléon qui l’accueille : M. Groten, Priorenkolleg und Domkapitel von Köln im Hohen Mittelalter, Bonn, 1980 (Rheinisches Archiv, 109), p. 65-66 et W. M. Grauwen, « Norbert en de reliekenvinding te Keulen, 12/13 oktober-24 november 1121 », Analecta Praemonstratensia, 67 (1991), p. 23-41 ; je remercie Uwe Brunn de m’avoir communiqué ces deux publications, ainsi que pour ses remarques générales et de détail qui améliorent beaucoup cette étude.

21 Les Miracles de saint Privat…, op. cit. n. 6, p. xxxii et xliv.

22 K. Ugé, Creating the Monastic Past in Medieval Flanders, Woodbridge-Rochester-York, 2005, p. 78-87.

23 Liste des acteurs selon Hériger : Translatio sancti Landoaldi…, op. cit. n. 8, p. 604, l. 21-22 ; selon l’anonyme : Adventus et elevatio…, op. cit. n. 8, c. 1, p. 608, l. 5-7 ; épitaphe illisible (l. 15-17) ; reliques de Landrade (l. 19).

24 Rôle de l’abbé laïc Landbertus ou Lantzo et des moines d’autres monastères selon Hériger : Translatio sancti Landoaldi…, op. cit. n. 8, p. 604, c. 1, l. 1-3, et c. 4, l. 18-22 ; diplômes d’Otton II restituant des patrimoines à Saint-Bavon : éd. Th. Sickel, Hanovre, 1888-1893 (MGH Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 2), no 69, p. 82-83 (21 janvier 974), et no 126, p. 142-144 (19 janvier 976) ; dénonciation de l’invasor par l’anonyme : Adventus et elevatio…, op. cit. n. 8 ; c. 1, p. 607, l. 33-35 ; contestation (c. 1, p. 610, l. 12-14) ; mise par écrit (c. 3, p. 610).

25 M. Otter, Inventiones. Fiction and Referentiality in Twelfth-Century English Historical Writing, Chapel Hill-Londres, 1996, p. 4, 21, 30-31 et 36.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search