Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Experts et expertises au Moyen Âge. Consilium quaeritur a perito

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Rapports introductifs

Expertises et cultures pratiques

Laurent Feller et Catherine Verna

Texte intégral

  • 1 Cette question est actuellement traitée dans le cadre d’un projet réunissant une équipe franco-esp (...)
  • 2 M. Polanyi, The Tacit Dimension, Londres, 1966 ; sur l’arrière-plan culturel dans lequel se dévelo (...)

1Les rapports existant entre expertise et vie économique sont, pour l’époque médiévale, encore mal connus. Il existe pourtant un grand nombre de circonstances au cours desquelles le recours à des experts est nécessaire, à quelque niveau de l’activité que l’on se place, qu’il s’agisse de la compréhension des problèmes théoriques et méthodologiques posés par les grands chantiers de construction ou, au niveau le plus humble, de la connaissance des critères de qualité élaborés par la Boucherie de Paris pour juger du caractère consommable ou non d’une viande, et donc de la licéité de sa mise sur le marché1. Pour aborder ce problème, nous placerons au centre de notre réflexion le concept de culture ou de savoir pratique, qui renvoie à ce que les historiens des techniques appellent des « savoirs tacites », c’est-à-dire des « savoirs non écrits qui se transmettent par la parole, mais surtout par le geste », notamment lors de l’apprentissage2. Ces savoirs non formalisés sont au cœur des pratiques économiques et des gestes techniques qui sont effectués lors des processus de production ; ils sont intimement liés à la question de l’expertise, en tant que celle-ci implique la maîtrise de savoir-faire et la mobilisation de compétences. Qu’il s’agisse d’éviter ou de résoudre un conflit, de prévenir un risque ou d’établir des responsabilités lors d’un accident survenu sur un chantier et mettant en cause des biens ou des personnes, d’établir la qualité d’un produit, voire son authenticité, il est besoin de personnes dont la parole détient une autorité particulière du fait de leurs compétences, de leur position sociale ou de leur fonction juridique : l’expert est celui dont le témoignage établit en justice la vérité d’un fait. Il est aussi celui qui, dans les processus liés à la production ou à l’échange, est capable de mesurer la valeur des choses produites, d’estimer les matériaux et de juger les procédures mises en œuvre pour les agencer. Sa position est alors complexe : il doit être du métier mais doit aussi être placé dans une situation telle que sa parole soit incontestable et qu’aucun conflit d’intérêt ne soit perceptible.

  • 3 P. Portet, « Une expertise en Camargue en 1405. Bertrand Boysset et le bornage du vallatum vetus » (...)

2L’expertise n’a pas de nom au Moyen Âge : relatio, visitatio, conseil ou délibération sont employés communément pour la désigner, quand elle l’est dans les sources, ce qui est finalement assez rare. Ce sont la qualité des hommes, qualifiés d’experti, de periti, signalés comme maîtres ou boni homines, les conditions et les formes de leur rassemblement qui définissent l’expertise comme un événement particulier. Des figures intermédiaires apparaissent également dans les procédures, parce qu’elles sont nécessaires au déroulement de l’expertise, celles des « sachants », que les textes désignent parfois comme « sapiteurs », appelés en tant que de besoin pour contribuer à la résolution d’un problème, dans les aspects que l’expert ne maîtrise pas nécessairement3. Si leur dire peut contribuer à éclairer l’expertise, il ne suffit pas, à lui seul, à établir la vérité d’un fait. Quoi qu’il en soit, l’expertise doit d’abord être considérée non comme le métier ou l’état d’un individu particulier, mais comme un événement dont le déroulement doit obéir à un certain nombre de règles et réunir un certain nombre de conditions. Compétence technique, expérience professionnelle et expertise sont des notions proches mais qui ne se recouvrent pas. Il est impossible d’être expert si l’on ne maîtrise pas un savoir spécialisé, mais la possession de celui-ci ne crée pas pour autant de position particulière et privilégiée permettant de juger, d’estimer, d’aider à la prise de décision, voire de contrôler les processus de production. La période que nous allons considérer s’étend du xiiie au xve siècle, et nous le ferons en trois temps en examinant l’expertise et le risque ; l’expertise et les procédures de contrôle ; le déroulement de l’expertise.

L’expertise et le risque

  • 4 Sur la thématique du risque, la recherche est actuellement en cours de renouvellement. La question (...)

3Quels que soient la nature de l’expertise, son champ d’application ou sa place dans des procédures diverses, elle naît d’une situation de doute, au double sens de crainte et d’interrogation. Elle répond à un besoin d’assurance, en particulier quand le risque est à l’origine de l’expertise, ce qui est souvent le cas. Elle peut ainsi être définie comme l’une des modalités de gestion du risque, c’est-à-dire d’un danger prévisible qui, dans les cas qui nous intéressent ici, est tout autant d’ordre matériel que financier et contre lequel une stratégie peut être mise en place4. Pour illustrer le cas de l’expertise en situation de risque, nous allons mobiliser deux exemples, celui de la mine de Pampailly et celui de la cathédrale d’Amiens, qui disposent d’incontestables atouts du fait de l’enquête archéologique dont ils ont bénéficié récemment.

Dans la mine de Pampailly

  • 5 Voir, pour une présentation générale de la situation, M. Mollat, Les affaires de Jacques Cœur. Jou (...)

4À Pampailly, dans les monts du Lyonnais, où l’on exploite le plomb argentifère, il n’y a pas de danger physique mais un risque économique lié à une impasse technique : l’extraction du minerai est ralentie par des problèmes liés à l’exhaure, c’est-à-dire au drainage de l’eau. Quand la mine est reprise par le roi en 1454, le creusement d’une galerie d’écoulement en travers-banc n’est toujours pas achevé, du fait de la complexité de l’opération5. Le procureur Dauvet, chargé de l’administration de la mine par le roi dans le cadre de l’affaire Jacques Cœur, convoque alors les maîtres des montagnes, qui sont des professionnels de la mine, salariés, appelés ici en qualité d’experts. Après avoir longuement discuté entre eux, ils s’en rapportent à un autre personnage, un spécialiste allemand des questions minières, Claus Smermant, que l’un d’entre eux va chercher à Bâle. Celui-ci donne alors un avis qui, mis en œuvre, permet de reprendre l’exploitation dans les meilleures conditions possibles. Comme le prouve l’enquête archéologique, la formulation de cet avis est passée par un examen attentif du terrain, une véritable analyse géologique. Le spécialiste trouve, ou plutôt retrouve, un plan de faille et ordonne de reprendre l’excavation en le suivant à main gauche. Du fait de la présence de la faille, le creusement est possible, même à l’intérieur d’une roche extrêmement dure. Le travail d’expertise consiste donc ici en l’analyse d’une difficulté technique et en une proposition pour la surmonter et reprendre un travail interrompu.

Dans la cathédrale d’Amiens

  • 6 É. Lefebvre, « Le chaînage du triforium de la cathédrale Notre-Dame d’Amiens », L’homme et la mati (...)

5La série d’expertises dont la cathédrale d’Amiens a été l’objet permet de compléter cette analyse, le grand vaisseau gothique ayant bénéficié récemment de recherches stimulantes dans les domaines de l’archéologie du bâti et de la paléométallurgie6. Ces dernières ont abouti à une radiographie virtuelle du bâtiment qui modifie la lecture et l’interprétation de la documentation écrite. Deux expertises se déroulent le 14 mars, puis le 25 mars 1497 dans la cathédrale d’Amiens, où le flambage des piliers de la croisée du transept entraîne un déséquilibre de la structure générale de la nef au point que les grandes arcades se fissurent. À cet emplacement précis, là où se réunirent les experts, la hauteur de la voûte s’élève à 42 mètres. La première réunion rassemble au moins six personnes dont les noms sont reportés dans le procès-verbal, associées à « plusieurs autres » qui demeurent inconnues. Trois représentants du chapitre, à l’origine de cette visite – le doyen, le cellérier et le maître de la fabrique –, sont entourés de trois maîtres, à savoir deux maîtres maçons – Colart de Haudrechies et Pierre Tarisel, ce dernier maître maçon du roi, de la ville et de la cathédrale et qui encadrera les travaux jusqu’en 1503 – et le maître charpentier de la fabrique, Pierre Blanregnier. Le compte rendu de la visite expose successivement la situation constatée de visu et l’avis énoncé à l’issue de cette première réunion. Ce rapport, il est vrai connu par une copie tardive, est signé du seul Colart de Haudrechies. C’est encore une fois son nom seul qui est cité le 16 mars, lors de l’enregistrement par le chapitre des délibérations de l’expertise, alors que le texte du compte rendu associe clairement l’ensemble des présents à la délibération suivie de la prise de décision. Colart de Haudrechies est peut-être un expert étranger, dans ce cas originaire de la région de Mons, comme le laisse supposer son patronyme, appelé pour ses compétences particulières. Quoi qu’il en soit, il est prévu de mettre en place un chaînage de fer d’Espagne sur l’ensemble du bâtiment à la hauteur du triforium. En raison du coût élevé du fer d’Espagne, l’usage de pièces de chêne est proposé pour l’ancrage, associées à un chaînage en fer selon des modalités techniques très précises afin de suppléer la moindre résistance du bois.

6Onze jours plus tard, le 25 mars 1497, une seconde expertise est à nouveau convoquée par le doyen du chapitre. Le nombre des participants est bien supérieur et s’élève à vingt-deux individus. Magistrats municipaux – cinq échevins d’Amiens – et officiers royaux – le prévôt et le receveur des aides – y participent. Les maîtres sont également plus nombreux : à Pierre Tarisel (maçon) et Pierre Blanregnier (charpentier), déjà présents lors de la première expertise, sont associés deux autres charpentiers, un féron et un serrurier. Il est alors décidé, après un nouvel examen des désordres constatés à la croisée du transept, que le chaînage se fera exclusivement avec du fer d’Espagne. Le texte est très explicite : les ancres doivent être « de bon fer d’Espagne et non d’autre fer, ne de bois ». Les qualités du fer d’Espagne sont aujourd’hui bien connues. Le fer que sa désignation d’origine rapporte à l’Espagne est produit selon le procédé de réduction directe, dans des bas fourneaux. Il parvient dans le nord de l’Europe par voie maritime, transporté par des Basques qui en assurent la distribution. Hétérogène, ce matériau que l’on peut décrire comme un assemblage de fer et d’acier, est incontestablement à la fois souple et résistant, c’est-à-dire bien adapté aux poussées auxquelles le chaînage devra résister. On peut supposer que la seconde expertise est venue préciser la première à deux niveaux. Du point de vue technique, l’usage du bois est exclu et seul le fer d’Espagne est retenu. Ce choix répond à l’état de détérioration avancée du bâtiment mais entraîne un coût important du fait de la qualité du matériau combiné à son transport. C’est pourquoi l’expertise technique est approuvée par ceux qui devront participer au financement des travaux : le roi et la ville. L’approvisionnement en fer d’Espagne et son coût sont d’ailleurs discutés dans les délibérations du conseil d’échevinage.

7Le risque est indéniablement à l’origine de l’expertise et ces deux exemples extrêmes nous le rappellent avec clarté : il lui est lié de façon intrinsèque. Dans la mine d’argent de Pampailly comme dans la cathédrale d’Amiens, l’expertise intervient pour mesurer la situation et répondre aux risques encourus dans le cas spécifique d’une situation de danger immédiat. L’expertise accélère la prise de décision, qu’elle assure à un haut niveau de compétence. Le risque met ici en cause les biens autant que les personnes. Il ne se limite pas pour autant aux dégâts matériels ou physiques et touche également à la réputation des individus qui sont en charge de la situation. Ainsi, l’expertise dans la cathédrale d’Amiens répond également aux risques moraux encourus par les pouvoirs garantissant l’intégrité du lieu et de son usage courant et dont la réputation est en cause. L’expertise se situe donc, dans ces deux cas, en amont de la procédure éventuelle, ce qui répond à l’une de ses applications. L’expertise peut, en effet, également être intégrée à une procédure de contrôle dont elle constitue une étape.

Procédure, contrôle et expertise

  • 7 S. Abraham-Thisse, « La fraude dans la production des draps au Moyen Âge : un délit ? », Fraude, c (...)

8Ainsi, par exemple, dans le cas de l’industrie de la laine où, à toutes les étapes, des contrôles sont organisés pour vérifier que le travail est bien réalisé selon les règles prévues par le métier et que le produit fini présente toutes les qualités que l’on attend de lui. Il doit être conforme aux définitions qu’en donnent les ordonnances ou les statuts, en distinguant bien l’erreur matérielle de la fraude pure et simple : l’eswardeur ou le garde doit donc être en mesure de faire le départ entre la volonté manifeste de tromper et ce qui résulte de mauvaises techniques ou de mauvaises manipulations. Il doit, en particulier, déceler l’utilisation de matières premières ne correspondant pas aux définitions du métier. Il arrive d’ailleurs qu’il soit incompétent sur ce point et, incapable de dire si les processus de fabrication ont été ou non suivis, ne soit pas en mesure de juger lui-même de la qualité du produit fini, ce qui contraint à avoir recours à des personnes d’autorité dont la parole ne peut être mise en doute, des experts, souvent extérieurs à la ville. C’est ce que prévoient les règlements des villes flamandes, lorsqu’ils organisent des visites de maîtres tisserands extérieurs à la ville concernée pour décider de la qualité d’un drap et juger de sa conformité aux règlements. Au cas où le produit ne répondrait pas aux critères réglementaires, ils doivent dire s’il y a eu fraude ou simplement erreur. Ainsi, à Liège, en 1429, les échevins de la ville demandent aux eswars de Huy, Tongres, Looz, Hassel et Saint-Trond de venir les aider à trancher sur le cas d’un drap qu’ils considèrent comme mauvais. L’étape du contrôle se révélant insuffisante, les autorités de la ville de Liège ont donc recours à l’expertise de professionnels étrangers7. On sort alors de la procédure routinière de contrôle administratif intégrée à la production, garante de la qualité d’un produit et de la bonne renommée de son fabricant, pour entrer dans des procédures destinées à distinguer le vrai du faux, la contrefaçon du produit de bonne foi. On est donc aux limites du judiciaire et du politique, comme c’est le cas à Montpellier au xive siècle. Dans cette ville, il existe des officiers, des gardes, chargés de garantir les transactions, de repérer et de réprimer les fraudes, mais sans pouvoir judiciaire. S’ils remarquent une fraude, ils doivent simplement en référer aux consuls, qui, seuls, peuvent entreprendre une action répressive.

9Ainsi, le 11 septembre 1326, les gardes des marchandises signalent aux consuls que du safran falsifié était entre les mains de deux marchands catalans. Les magistrats convoquent alors quatorze marchands d’épices montpelliérains, accompagnés de trois collègues, respectivement originaires d’Aix, de Marseille et d’Avignon. Qualifiés de témoins (testes) dans le texte, ils sont choisis du fait de leur expérience professionnelle en matière de safran et parce qu’ils savent reconnaître un produit falsifié d’une marchandise « sincère ». Ce sont cependant les consuls qui, finalement, authentifient leur parole. Les experts mobilisent un savoir qui est de l’ordre du pratique et produisent un jugement dont les effets se projettent dans l’ordre juridique, voire politique. L’expertise permet alors de consolider les normes urbaines édictées par les consuls sous la forme de statuts et d’établissements. Elle donne une légitimité au contrôle exercé par le pouvoir consulaire sur les activités professionnelles à travers la réglementation qu’ils édictent. Elle permet, enfin, de régler des litiges réels ou potentiels entre les personnes présentes dans la ville. Le verdict des experts sur ce safran est formel : il est corrompu et, de ce fait, « il n’est, disent-ils, bon ni du point de vue légal, ni du point de vue commercial ». On est donc passé d’un jugement portant sur la qualité intrinsèque d’un produit à la formulation de ses implications économiques, sociales et juridiques.

  • 8 Sur la pratique des essais opérés sur les minerais argentifères et les techniques dont ils procède (...)
  • 9 Verna, L’industrie au village…, op. cit. n. 2.

10L’expertise, en tant qu’étape d’un contrôle, n’intervient pas uniquement dans le cadre d’un conflit, mais peut également relever d’une procédure courante. Les mines d’argent sont un champ privilégié d’observation de cette forme d’expertise par le biais de la législation royale qui réglemente à la fois la mise en exploitation et les revenus fiscaux qui en découlent. Dans ce cas, l’expertise est associée à la délicate pratique des essais sur le minerai. Dans le domaine des mines poly-métalliques, apprécier la qualité du minerai avant l’ouverture d’une exploitation, toujours coûteuse, est une absolue nécessité d’ordre financier. Le contrôle rigoureux de la qualité du minerai passe par la pratique de l’essai qui mesure la part de l’argent métal dans le minerai. L’essai permet ainsi d’évaluer le profit escompté. Il constitue pour ceux qui souhaitent s’engager dans l’exploitation minière un pont entre le domaine technique de l’extraction et de la fusion, d’une part, et la gestion de l’entreprise en devenir, d’autre part, ce qui est une utile mesure du risque encouru8. Cependant, c’est dans un autre contexte que celui de l’entreprise que l’essai relève spécifiquement de l’expertise. Il répond alors à une nécessité d’ordre fiscal. Dans la Couronne d’Aragon, au xve siècle, la construction de la législation minière impose l’essai comme préalable à l’extraction. Il permet de mesurer la teneur en argent pour préciser la part proportionnelle à la richesse du minerai qui devra être versée au roi (ordonnance de 1427). Contrairement à la Couronne d’Aragon, c’est parce qu’il choisit un prélèvement fixe que le royaume de France ignore l’essai comme forme d’expertise dans le cadre de l’ordonnance royale de 14139. Ainsi l’expertise sur le minerai se situe obligatoirement en amont de la procédure administrative qui conduit à autoriser l’ouverture de l’exploitation. Les essais sur les minerais démontrent comment une pratique de contrôle de la qualité, exigeante en termes de savoirs techniques, peut évoluer vers l’expertise, celle-ci intégrée à un processus administratif en rapport avec l’écriture de la fiscalité royale.

11Ces exemples, aussi éloignés puissent-ils paraître, ont néanmoins deux points communs. Tous deux témoignent, en effet, d’un contrôle traditionnel de la qualité des produits, opéré avec beaucoup de soin sur des marchés sensibles, où les enjeux financiers associés à la réputation du produit sont très lourds et la fraude forcément courante. Ils témoignent, également, de la volonté de faire de l’expertise un outil politique. Dans ce cas, la pratique de l’expertise est intrinsèquement liée à l’exercice du pouvoir, comme elle est liée aussi à la question du statut des connaissances. Il ne s’agit pas uniquement de contrôler la qualité d’un produit mais d’être en droit exclusif de le faire, de l’autoriser ou de l’imposer. L’aspect politique prédomine de manière éclatante dans des expertises liées à des conflits à un moment où les procédures d’écriture prennent une importance croissante dans les pratiques de gouvernement.

  • 10 P. Chastang, « Pouvoir urbain et expertise à Montpellier au début du xive siècle », Expertise et v (...)

12À Montpellier, dans les années 1320, un mouvement de contestation du gouvernement traditionnel par un parti populaire se produit. Les modes de gouvernement comme la légitimité de l’élite politique sont alors mis en cause au moyen d’une procédure lancée contre les consuls, qui aboutit à l’expertise rétrospective des comptes des clavaires sur une période de vingt ans10. Dans ce conflit, qui est ouvert dès 1323, les populaires réclament de peser davantage sur l’orientation politique choisie par les gouvernants et d’organiser eux-mêmes des audits, ce qui revient à exiger de pouvoir désigner eux-mêmes des experts, voire à être eux-mêmes considérés comme des experts en matière de comptabilité. L’expertise a lieu en octobre 1326, et la rédaction d’un document de synthèse permet d’exposer les erreurs et malversations commises par les clavaires qui se sont succédé et de préciser les sommes à acquitter par les fautifs ou leurs descendants. Cela n’eut guère d’incidence effective, mais montre comment une demande et une mise en œuvre d’expertise peuvent être mobilisées dans un conflit politique dont l’enjeu est évidemment essentiel, puisqu’il s’agit d’une tentative de disqualification du groupe de gouvernement. En effet, la demande d’expertise par les populaires est d’abord une revendication tactique dans le cadre du conflit ouvert entre populaires et patriciat, mais elle est aussi emblématique d’exigences politiques plus radicales. Les populaires veulent un gouvernement soumis à une forme de contrôle exercé périodiquement et publiquement par l’universitas. L’expertise est donc ici au cœur de la lutte politique et au cœur de l’exercice même du pouvoir, puisqu’elle est destinée à permettre un jugement sur l’action des gouvernants.

Le déroulement de l’expertise

13Nous avons préalablement défini l’expertise comme un événement. Or celui-ci procède d’un déroulement codifié, des modalités de convocation des experts à l’application (ou non) de leurs avis. La convocation des experts relève de l’autorité qui est en charge de la résolution du problème. Les cas que nous avons examinés successivement en pointent la diversité : le procureur Dauvet représentant du roi dans la mine de Pampailly, le doyen et les chanoines de la cathédrale d’Amiens, les consuls de Montpellier associés aux gardes du Métier, etc. Dans la majorité des cas, les experts forment un groupe d’individus. L’expertise est donc collective. Il en est ainsi parce qu’elle doit aboutir à un consensus exprimant la vérité : elle ne peut pas ressortir de l’opinion. Ainsi, à Pampailly, les experts proposent d’abord trois solutions très différentes, montrant des divergences de fond quant à la nature du problème rencontré. L’expertise est terminée lorsqu’ils sont parvenus à l’unanimité, c’est-à-dire lorsque Claus Smermant a convaincu ses collègues de la supériorité de sa solution.

  • 11 La position solitaire et particulière de l’expert, lorsqu’il intervient au cours d’un procès, est (...)
  • 12 Cette distinction est discutée par Yves Mausen, ibid.
  • 13 Portet, « Une expertise en Camargue… », loc. cit. n. 3.

14Pourtant, l’expert peut aussi être seul. L’expertise intervient alors précisément dans le cadre d’un procès et l’expert dispose d’une autorité qui relève de son rattachement à l’institution judiciaire11. Il est expert appelé auprès des tribunaux et son expertise procède de l’expression de la vérité et non d’un avis argumenté12. C’est le cas du très célèbre Bertrand Boysset, dextrator et terminator publicus, quand il est appelé en 1405 comme expert dans le cadre d’un procès opposant la communauté d’Arles et le seigneur d’Albaron au sujet des limites de leurs territoires respectifs. Il est connu que la cité d’Arles profite, depuis la fin du xiiie siècle, d’experts assermentés dans le domaine de l’arpentage. Dans ce cas précis, Bertrand Boysset agit seul bien qu’entouré de témoins (testes) et lui seul lit publiquement, et devant le viguier, le procès-verbal de son expertise dont il porte la responsabilité13. Cette place de l’expert renvoie aux champs de ses compétences.

15Par définition un expert est un individu compétent dans un domaine précis correspondant à une situation forcément particulière imposée par la nature même de l’expertise. Dans le domaine des cultures pratiques qui nous intéressent ici, et comme nous l’avons spécifié dès l’introduction, son niveau de compétences relève couramment des savoirs tacites. Les comptes rendus d’expertise ne suppléent que très rarement à cette forme orale des circulations des savoirs, puisque, le plus couramment, après l’énoncé de la situation qui a exigé l’intervention des experts, seul est restitué l’avis final dont la formulation procède forcément d’une réécriture. Or, cet avis restitue l’application pratique du savoir correspondant à la résolution du problème qui est à l’origine de l’expertise et non les débats qui auraient pu éclairer les formes du savoir.

  • 14 L’article de référence demeure J. S. Ackerman, « Ars sine scientia nihil est. Gothic Theory of Arc (...)

16Les comptes rendus d’expertises du Dôme de Milan sont parmi les rares qui aient consigné les débats houleux des experts et offert à l’historien une voie d’accès des savoirs codifiés aux savoirs tacites. En particulier, la sentence énoncée en 1400 par le Français Jean Mignot, Ars sine scientia nihil est, et la réponse péremptoire des architectes milanais, Scientia sine arte nihil est, ont été sujettes à bien des interprétations14. Ce n’est pas ici un lieu adapté pour traiter de la délicate question des rapports entre science et technique au Moyen Âge. Toutefois, les séries d’expertises convoquées au cours de l’édification de la cathédrale milanaise nous apprennent un certain nombre de choses sur la nature et la signification des débats d’experts.

  • 15 Dans la cathédrale de Lyon, les opérations d’archéologie du bâti ont permis de reconstituer les tâ (...)
  • 16 Ackerman, « Ars sine scientia nihil est… », loc. cit. n. 14.

17Le recours à un expert étranger, Gabriele Stornaloco, originaire de Plaisance, eut lieu en 1391. Son intervention est d’autant plus intéressante que l’homme est un mathématicien renommé, désigné comme expertus artis geometriae. C’est à son propos que Guy Beaujouan, en réponse à Erwin Panofsky, a traité de l’usage de la géométrie sur le chantier de Milan. Il souligne que les notions de géométrie convoquées par Stornaloco, dans ce cas précis, se réduisent à l’application du théorème de Pythagore, « un des lieux communs de la littérature scientifique médiévale », pour reprendre l’expression de Guy Beaujouan15. En outre, et cet aspect est fondamental, si ce savoir offre un socle théorique au projet d’élévation et aboutit à proposer une hauteur idéale de la nef, selon un modèle normé correspondant aux canons du gothique, il ne permet absolument pas de résoudre la question de son poids et donc celui des poussées et de l’équilibre de l’édifice en rapport avec les fondations, problème crucial et récurrent à l’origine des expertises16.

  • 17 P. Gautier Dalché, « Bertrand Boysset et la science », Église et culture en France méridionale, xi (...)

18Le débat qui se développa en 1400, autour de Jean Mignot, éclaire l’usage que font certains experts d’un savoir théorique, savant et universitaire. Le discours, en référence à la scientia, peut s’adosser à une solide connaissance de la science médiévale. De fait, celle-ci participe à la prise de décision, mais selon des modalités particulières, non qu’elle offre une solution théorique aux problèmes pratiques, mais parce qu’elle renforce un discours d’autorité qui consolide l’avis de l’expert. Ainsi, face à Jean Mignot qui connaît ses classiques, les Milanais se croient obligés de citer Aristote, dont ils n’ont aucunement besoin pour conforter leur position. Cette tactique est proche de celle d’un Bertrand Boysset, quand il invente une filiation artificielle entre les deux traités qu’il a rédigés et Arnaut de Villeneuve auquel il en attribue la paternité : une façon de hisser sa pratique et sa technique dans le champ des savoirs savants en attribuant le nom de siensa à leur codification par l’écrit. Dans ce cas également, il s’agit d’une entreprise de justification d’une pratique non reconnue dans le corps des disciplines universitaires17.

19Le savoir hors du champ théorique et universitaire n’en est pas moins efficace et adapté à l’immédiateté de l’expertise. Les solutions prises tiennent à l’expérience des experts, fondée sur un empirisme raisonné, qui aboutit à une prise de décision logique et propre à résoudre une situation difficile comme le prouvent les résultats des expertises quand l’enquête archéologique permet de les vérifier. Il convient de revenir un moment sur les deux cas de Pampailly et de la cathédrale d’Amiens, pour lesquels nous disposons de ce type d’informations, révélatrices du degré d’application de l’avis des experts. Dans la mine, l’expertise de Claus Smermant, qui se fonde sur l’identification d’un plan de faille, a permis de poursuivre le creusement de la galerie d’exhaure de telle façon que les deux équipes participant au chantier, d’un bout à l’autre de la montagne, puissent se rejoindre sous la terre. À Amiens, l’examen du chaînage en fer, toujours en place au niveau du triforium, atteste l’application de l’expertise mais également son interprétation par les autorités qui en ont la charge. Le fer utilisé n’est pas un fer d’Espagne mais un matériau local et les conseils techniques n’ont pas été strictement appliqués ; cependant, la structure de l’édifice a été stabilisée, des travaux supplémentaires engagés en 1503 ayant parachevé le sauvetage engagé dès 1497.

  • 18 Les exemples disponibles sont nombreux. Tous ceux que nous avons évoqués, de la mine de Pampailly (...)
  • 19 Sur la relation d’une expertise du haut Moyen Âge : F. Bougard, « Adalhard de Corbie entre Nonanto (...)

20Quelle qu’elle soit, la compétence des experts est associée à leur réputation, élément fondamental d’appréciation de leurs qualités, en particulier dans le cadre d’expertises sinon complexes du moins s’exerçant dans un contexte prestigieux, à fort impact politique, et qui exigent souvent la présence et l’autorité d’illustres étrangers18. Le niveau de compétence requis et la réputation sont, en effet, toujours relatifs à la situation spécifique de l’expertise et à la spécificité de la question à résoudre. Ce sont des problèmes que l’on rencontre dès le haut Moyen Âge, mais qui sont beaucoup plus faciles à appréhender pour des périodes postérieures19.

  • 20 J. V. Garcia Marsilla, « Valorar el precio de las viviendas. Poder municipal y mercado inmobiliari (...)

21Dans Valence reconquise et repeuplée, après 1238, il existe un contexte hautement spéculatif qui requiert de la part des acteurs des compétences importantes en matière d’estimation des prix du foncier. La ville, dont le tissu ne correspondait pas aux besoins de la société chrétienne qui s’y installait, s’est transformée au xiiie siècle en un chantier permanent, les nouvelles autorités apportant des modifications plus que substantielles à l’urbanisme, imposant des changements au tracé des rues, ouvrant des places et construisant de nouveaux quartiers sur des zones déjà bâties. De ce fait, les expropriations étaient fréquentes. Il fallut alors assigner aux maisons achetées pour être détruites un prix juste. Or, pour fixer le prix, il est nécessaire de se livrer à des calculs complexes qui prennent en compte la situation, la qualité de la construction, le poids des charges, cens ou hypothèques, les grevant. Un corps d’officiers spécialisés dans ces calculs d’experts, les clavaires, est établi en ville afin de répondre à ces besoins spécifiques. Les mêmes sont également en mesure d’estimer la rentabilité de l’immeuble considéré et d’évaluer le profit que son propriétaire peut en tirer. Leur rôle est d’assurer aussi une forme de justice distributive, le prix devant refléter la valeur économique du bien. Il doit également être le reflet de la politique du gouvernement de la ville. Le travail de l’expert restitue alors l’attitude du magistrat à l’égard des citoyens et exprime une tension vers le bien commun, caractéristique de l’idéologie proclamée des politiques urbaines20.

  • 21 P. Benito i Monclús, « Marché foncier et besoin d’expertise dans la Catalogne des xe-xiie siècles. (...)

22Mutatis mutandis, c’est également le cas des boni homines catalans du xiie siècle étudiés par Pere Benito et qualifiés de veri agricultores. Ils procèdent, dans le cadre des communautés rurales, à l’expertise de la valeur des biens dans le cas de successions ou de minorités difficiles : les experts sont en fait les notables, ceux qui détiennent la mémoire du village et possèdent le respect de leurs concitoyens21. Cette titulature de veri agricultores illustre combien le titre attribué à l’expert valide sa compétence, parce qu’elle est reconnue et attribuée par une communauté ou une institution. Sont également mobilisés les corps des officiers royaux ou urbains. On est cependant là en présence d’un groupe non d’experts mais de « sachants », dont les compétences sont nécessaires et sont requises lors d’un certain nombre d’opérations. Rappelons que Bertrand Boysset porte le titre d’arpenteur public, dextrator et terminator publicus, de la cité d’Arles.

  • 22 Voir le cas des expertises de la cathédrale de Gérone présenté par Sandrine Victor dans ce volume.
  • 23 Portet, Bernard Boysset…, op. cit. n. 17.

23Cette compétence est-elle rétribuée ? Les mentions d’une rémunération ne sont pas courantes dans les sources. Cependant, même dans le cas de dossiers documentaires étoffés, chantiers urbains ou miniers par exemple, défraiement et prise en charge des dépenses courantes, réputation et plus rarement participation aux travaux conseillés dans le cadre de l’expertise, semblent constituer la rétribution des experts22. Il apparaît que seuls les experts qui disposent d’une charge, associée à une fonction dans le domaine public, reçoivent un paiement qui peut être l’objet d’une tarification publique. C’est le cas, à partir du xiiie siècle, des arpenteurs de la cité d’Arles : la somme attribuée aux experts correspond à celle communément versée aux arpenteurs au service de la cité, soit deux sous par jour23. C’est également le cas des clavaires de Valence, pour lesquels l’expertise est partie intégrante de leur profession.

24On l’aura compris, choix et rassemblement des experts, exposé du problème à résoudre, débats, énoncé de l’avis, contre-expertise quand les solutions proposées par un premier groupe d’experts n’ont pas abouti à une prise de décision et ont même, parfois, créé des tensions au sein des autorités en charge de l’expertise, telles sont les étapes de l’expertise reportées dans les comptes rendus. Or, si la phase des débats apparaît comme une étape essentielle du temps de l’expertise, nous avons vu qu’elle était rarement présentée dans le détail. Néanmoins, quand cela est le cas, il n’est pas anodin de remarquer que le rapport l’assimile à une disputatio savante. Cette forme est très clairement celle que prennent les séries d’expertises qui jalonnent l’élévation de Saint-Ambroise comme celle de la cathédrale de Gérone, examinée récemment par Sandrine Victor, où des arguments contradictoires s’affrontent. De même, l’aspect condensé que prend l’avis des experts exprime bien leur position d’autorité par l’immédiateté et l’assurance de la connaissance, une forme parfaitement codifiée dans le domaine spécifique de l’expertise judiciaire.

  • 24 H. Stein, « Une expertise au xive siècle », BEC, 70 (1909), p. 446-455.
  • 25 D. Jacquart, « L’observation dans les sciences de la nature au Moyen Âge : limites et possibilités (...)

25Les sources rendent régulièrement compte des sens qui sont mobilisés par l’expert. Si au cours de l’expertise du faux safran à Montpellier, celui-ci est longuement manipulé, c’est l’ouïe, support du processus d’échange, et surtout la vue qui apparaissent comme les sens inhérents à la pratique de l’expertise. Dans les procès-verbaux, l’usage courant des verbes se rapportant à la vue répond à la désignation de l’expertise comme une « visitation ». Ces formes sont, en particulier, celles utilisées dans les expertises très formalisées qui interviennent dans le cadre d’une procédure judiciaire, qu’elle dépende du parlement de Paris ou, à une autre échelle, de la viguerie correspondant à la petite ville d’Arles24. Certes, la vue est tout simplement le sens le mieux adapté à l’analyse de la situation, étape fondamentale de l’expertise. Cette constatation ne doit pas pourtant faire oublier qu’elle est également le sens dont la seule mention suffit à rendre compte du savoir mobilisé comme des qualités de raisonnement de l’expert. Son usage, en effet, tel qu’il est rapporté par l’écrit, doit se lire en référence à Aristote selon lequel l’expérience sensible et l’observation, en particulier, sont à l’origine du processus d’acquisition des connaissances. La raison est désignée couramment comme les yeux de l’esprit. Rappelons que cette idée s’enrichit, à partir du xiiie siècle, du développement de l’optique et de la médecine, qui renforcent, par l’importance accordée à l’expérience sensible, la place de la vue et de l’observation dans l’élaboration de la pensée rationnelle25.

  • 26 Verna, L’industrie au village…, op. cit. n. 2 ; Benito i Monclús, « Marché foncier… », loc. cit. n (...)
  • 27 Mollat, Les affaires de Jacques Cœur…, op. cit. n. 5, p. 359-361 (contrat avec Claus Smermant). Le (...)

26La question de l’expertise nous a fait parcourir un chemin qui, partant des savoirs tacites et des pratiques empiriques des producteurs, nous amène à évoquer Aristote et à nous interroger sur les conditions d’élaboration et d’énonciation d’une pensée rationnelle par des praticiens. Il apparaît que, quelle que soit la situation, l’expertise mobilise un savoir. En particulier, dans le cas des savoirs tacites, elle impose de les formaliser, de les extraire de la sphère du métier afin de les rendre audibles hors de leur champ d’application traditionnel. À Montpellier, l’expertise du safran a fonctionné en deux temps : d’une part, la recherche de la vérité sur un produit, conduite grâce à des compétences professionnelles, et, d’autre part, venant ensuite, la sanction juridique validée par la présence des consuls qui renforcent les normes en suivant l’avis formulé par les experts. Ceux-ci forment souvent un groupe plus ou moins étendu, extrait pour un temps des situations ordinaires du métier qu’ils pratiquent pour aider, par leur conseil ou leur avis, à trouver une vérité. Cette vérité n’est d’ailleurs pas exclusivement inscrite dans leurs capacités professionnelles mais peut en dériver, comme pour les experts miniers lorsqu’ils sont orfèvres ou apothicaires ou les veri agricultores26. Dans d’autres cas, comme à Pampailly, l’expert est un homme dont le savoir, les compétences et l’activité quotidienne, celle qui lui permet de gagner sa vie, définissent une sphère professionnelle. Le Bâlois Claus Smermant est un « expert de profession » qui va de mine en mine contribuer à trouver des solutions à des problèmes techniques difficiles. Sa rémunération principale réside dans le fait qu’il met en œuvre les solutions qu’il a lui-même préconisées27.

27Nous avons souligné en introduction combien la question de l’expertise dans le domaine des cultures pratiques était un champ à défricher. Il nous apparaît, au final, que trois thèmes mériteraient d’être approfondis : celui du consensus comme expression du débat entre experts, de la rémunération de l’expert et de son rapport à un métier. En premier lieu, dans la prise de décision finale, quelle est, en effet, la part du consensus entre experts, selon quelles modalités émerge-t-il et quelle est la place que lui accorde l’écrit normalisé des procès-verbaux ? En deuxième lieu, dans les domaines de l’économie et des techniques, la question de la rémunération doit être examinée de plus près. Elle renvoie à la figure de l’expert de profession qui s’affiche dans le domaine minier, mais également à la place de l’entrepreneur dans le processus d’expertise, quand le paiement de l’expert correspond à l’adjudication qui lui est faite des travaux prévus qu’il a lui-même conseillés. En dernier lieu, cette question en fait émerger une dernière : lorsque le savoir de l’expert, en œuvre dans l’expertise, est décalé par rapport à son champ professionnel, identifié par un métier, quelles sont les compétences requises ? En quoi ce glissement des catégories révèle-t-il une recomposition des savoirs, en particulier dans le domaine des savoirs non codifiés que sont les savoirs tacites ?

Notes

1 Cette question est actuellement traitée dans le cadre d’un projet réunissant une équipe franco-espagnole (Univ. de Valence, CSIC, Casa de Velázquez, Univ. Paris 1, UMR 8589-Lamop et IUF). Il bénéficie d’un financement spécifique du CNRS sous la forme d’un Programme international de coopération scientifique (PICS) pour les années 2010-2013. Un premier recueil de travaux est en cours de publication : Expertise et valeur des choses I. Le besoin d’expertise, éd. C. Denjean, L. Feller. Sur la qualité de la viande, voir dans le volume à paraître : B. Descamps, « “Sera veu et extimé par les jurez et gens en ce cognoissans”. La nécessité des procédures de contrôle dans la boucherie parisienne à la fin du Moyen Âge ».

2 M. Polanyi, The Tacit Dimension, Londres, 1966 ; sur l’arrière-plan culturel dans lequel se développent les travaux des frères Polanyi, voir S. C. Humphreys, « History, Economics and Anthropology : The Work of Karl Polanyi », History and Theory, 8 (1969), p. 165-212. Voir, pour les savoirs tacites, C. Verna, L’industrie au village (Arles-sur-Tech, xive et xve siècles). Essai de micro-histoire, dossier pour l’obtention de l’HDR, Univ. Paris 1, 2008.

3 P. Portet, « Une expertise en Camargue en 1405. Bertrand Boysset et le bornage du vallatum vetus », Savoirs des campagnes, éd. C. Verna, P. Benito, dans Études roussillonnaises. Revue d’histoire et d’archéologie méditerranéennes, à paraître.

4 Sur la thématique du risque, la recherche est actuellement en cours de renouvellement. La question est rarement abordée sous l’angle de la gestion matérielle et concrète du risque et du danger (voir cependant C. Olivera, E. Redondo, J. Lambert et alii, Els terratrèmols dels sigles xiv i xv a Catalunya, Barcelone, 2006), mais plutôt sous celui du calcul et de son rapport avec la scolastique. Voir, pour la période médiévale, S. Piron, « L’apparition du resicum en Méditerranée occidentale, xiie-xiiie siècles », Pour une histoire culturelle du risque. Genèse, évolution, actualité du concept dans les sociétés occidentales, éd. E. Collas-Heddeland, M. Coudry, O. Kammerer, A. Lemaitre, B. Martin, Strasbourg, 2004, p. 59-76 ; G. Ceccarelli, « Le jeu comme contrat et le risicum chez Olivi », Pierre de Jean Olivi (1248-1298). Pensée scolastique, dissidence spirituelle et société (Actes du colloque de Narbonne de mars 1998), éd. A. Boureau, S. Piron, Paris, 1999, p. 239-250.

5 Voir, pour une présentation générale de la situation, M. Mollat, Les affaires de Jacques Cœur. Journal du procureur Dauvet, Paris, 1952 ; Id., Jacques Cœur ou l’esprit d’entreprise, Paris, 1988, p. 245-261 ; P. Benoît, La mine de Pampailly xve-xviiie siècle, Brussieu-Rhône, Lyon, 1997.

6 É. Lefebvre, « Le chaînage du triforium de la cathédrale Notre-Dame d’Amiens », L’homme et la matière. L’emploi du plomb et du fer dans l’architecture gothique, Actes du colloque de Noyon (Noyon, novembre 2006), dir. A. Timbert, Paris, 2009, p. 141-147. Les deux expertises de 1497 portant sur la croisée du transept sont connues par des copies informes du xviiie siècle. Elles seront suivies, en 1503, d’une seconde série d’expertises conduite à la droite du chœur, voir A. Goze, « Documents concernant les réparations effectuées dans la cathédrale d’Amiens en 1497 et 1503 », Bulletin du comité de la langue, de l’histoire et des arts de la France, t. 1, Paris, 1854, p. 565-571 (cité par Émeline Lefebvre).

7 S. Abraham-Thisse, « La fraude dans la production des draps au Moyen Âge : un délit ? », Fraude, contrefaçons et contrebande de l’Antiquité à nos jours, éd. G. Béaur, H. Bonin, C. Lemercier, Genève, 2006, p. 431-457.

8 Sur la pratique des essais opérés sur les minerais argentifères et les techniques dont ils procèdent du Moyen Âge au xviie siècle, nous renvoyons à la thèse en cours de Joseph Gauthier (université de Mulhouse, dir. Pierre Fluck). On peut dès à présent consulter : J. Gauthier, L’essai des minerais avant le xviie siècle. L’exemple des minerais d’argent : approche historique et archéologique, mémoire de Master 2, Univ. Paris 1, 2007.

9 Verna, L’industrie au village…, op. cit. n. 2.

10 P. Chastang, « Pouvoir urbain et expertise à Montpellier au début du xive siècle », Expertise et valeur des choses…, op. cit. n. 1.

11 La position solitaire et particulière de l’expert, lorsqu’il intervient au cours d’un procès, est étudiée par Yves Mausen, dans le cas d’experts médicaux : « Ex scientia et arte sua testificatur. À propos de la spécificité du statut de l’expert dans la procédure judiciaire médiévale », Rechtsgeschichte, 10 (2007), p. 127-135.

12 Cette distinction est discutée par Yves Mausen, ibid.

13 Portet, « Une expertise en Camargue… », loc. cit. n. 3.

14 L’article de référence demeure J. S. Ackerman, « Ars sine scientia nihil est. Gothic Theory of Architecture at the Cathedral of Milan », The Art Bulletin, 31 (1948), p. 84-111. Plus récemment, Ph. Braunstein, « Un grand chantier à la fin du xive siècle : l’espace, les hommes et l’œuvre », Travail et entreprise au Moyen Âge, Bruxelles, 2003, p. 415-432 ; P. Boucheron, Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan ( xive-xve siècles), Rome, 1998, p. 151-197.

15 Dans la cathédrale de Lyon, les opérations d’archéologie du bâti ont permis de reconstituer les tâtonnements techniques inscrits dans la pierre qui ont abouti à résoudre les problèmes posés par l’élévation, en particulier le phénomène des poussées : voir N. Reveyron, « Science, empirisme et invention technique dans l’adaptation des modes de construction gothique en pays de culture romane. L’exemple de la cathédrale de Lyon (xiiie-xvie siècle) », Science et technique au Moyen Âge : une intersection pertinente. Hommage à Guy Beaujouan, Saint-Denis, juin 2011, à paraître.

16 Ackerman, « Ars sine scientia nihil est… », loc. cit. n. 14.

17 P. Gautier Dalché, « Bertrand Boysset et la science », Église et culture en France méridionale, xiie -xive  siècle, Toulouse, 2000 (Cahiers de Fanjeaux, 35), p. 261-285 ; P. Portet, Bertrand Boysset, la vie et les œuvres techniques d’un arpenteur médiéval (v. 1350-v. 1416), Paris, 2004.

18 Les exemples disponibles sont nombreux. Tous ceux que nous avons évoqués, de la mine de Pampailly au safran de Montpellier, font intervenir des experts étrangers que l’on va même chercher spécialement.

19 Sur la relation d’une expertise du haut Moyen Âge : F. Bougard, « Adalhard de Corbie entre Nonantola et Brescia (813) : commutatio, gestion des biens monastiques et marché de la terre », Puer Apuliae. Mélanges offerts à Jean-Marie Martin, éd. E. Cuozzo, V. Déroche, A. Peters-Custot, V. Prigent, Paris, 2008, p. 51-68 ; L. Feller, « Sur la formation des prix dans l’économie du haut Moyen Âge », Annales HSS, 66 (2011), p. 627-661, ici p. 650-654.

20 J. V. Garcia Marsilla, « Valorar el precio de las viviendas. Poder municipal y mercado inmobiliario en la Valencia medieval », Expertise et valeur des choses…, op. cit. n. 1.

21 P. Benito i Monclús, « Marché foncier et besoin d’expertise dans la Catalogne des xe-xiie siècles. Le rôle des Boni homines comme estimateurs de biens », Expertise et valeur des choses…, op. cit. n. 1.

22 Voir le cas des expertises de la cathédrale de Gérone présenté par Sandrine Victor dans ce volume.

23 Portet, Bernard Boysset…, op. cit. n. 17.

24 H. Stein, « Une expertise au xive siècle », BEC, 70 (1909), p. 446-455.

25 D. Jacquart, « L’observation dans les sciences de la nature au Moyen Âge : limites et possibilités », Micrologus, Il teatro della natura, 4 (1996), p. 55-75. Davantage axé sur la distinction entre expérience et expérimentation que sur l’observation et l’expertise, mais d’une lecture stimulante, Expertus sum. L’expérience par les sens dans la philosophie naturelle médiévale, Actes du colloque international de Pont-à-Mousson, février 2009, éd. T. Bénatouïl, I. Draelants, Florence, 2011 (Micrologus’ Library, 40). Consulter également Micrologus, I cinque sensi, 10 (2002).

26 Verna, L’industrie au village…, op. cit. n. 2 ; Benito i Monclús, « Marché foncier… », loc. cit. n. 13.

27 Mollat, Les affaires de Jacques Cœur…, op. cit. n. 5, p. 359-361 (contrat avec Claus Smermant). Le chantier est à prix fait, et nous ne savons pas à combien s’élève la somme demandée par Smermant, qui est cependant nourri et logé aux frais du roi. L’expertise semble n’avoir été ici qu’un moment dans l’exécution du chantier, voire une façon de répondre à un appel d’offre opposant Smermant à des entrepreneurs locaux.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540