Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Experts et expertises au Moyen Âge. Consilium quaeritur a perito

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Avant-propos

Véronique Gazeau

Texte intégral

1Pour son XLIIe Congrès, la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public n’a pas dérogé à la coutume qui la conduit désormais, tous les trois ans, hors du territoire métropolitain. Seule fut modifiée la date du congrès, avancée en raison de la possibilité de loger dans des collèges, pendant les vacances universitaires oxoniennes. Après cinq dépaysements à Rome (1996), Göttingen (1999), Madrid (2002), Istanbul (2005) et Le Caire (2008), c’est donc Oxford qui fut choisi pour le thème Expertise et conseil au Moyen Âge. Le volume qui est issu de ce congrès porte un titre légèrement différent pour tenir compte de la nature des communications délivrées : « Experts et expertise au Moyen Âge. Consilium quaeritur a perito ». Les médiévistes français, pour des raisons historiques qui tiennent notamment à l’existence des écoles et des instituts français implantés à Rome, à Madrid, en Allemagne et au Proche-Orient, ont assez peu regardé vers l’Angleterre et les mondes britanniques. Il était temps que fût réparé cet oubli.

2Placé sous les auspices de la Maison française d’Oxford, dirigée par Luc Borot, un Institut français de recherche à l’étranger (IFRE) du ministère des Affaires étrangères et européennes et un laboratoire de recherche de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, le XLIIe Congrès a tenu ses sessions à la East School située dans les Examination Schools de l’université d’Oxford, grâce au dévouement de Chris Wickham, professeur d’histoire médiévale et Chair of the History Faculty Board. Grâce lui soit rendue, ainsi qu’à sa secrétaire Jacqui Julier, pour l’accueil qu’il nous a réservé dans une salle majestueuse, pour la réception offerte à la faculté d’histoire et pour l’organisation d’un banquet somptueux à Balliol College, sans oublier la visite de la Bodleian Library – guidée par le Dr Kaufmann –, certes pour quelques happy few, et les conclusions scientifiques du congrès, pleines d’humour et de subtilité quand elles démontrent l’écart entre l’argumentaire du congrès et les titres et contenus des communications ! La traditionnelle excursion a laissé place à des visites libres dans une ville riche en collèges, pubs et parcs.

3Le thème de l’expertise se situe dans un courant de recherches en plein renouvellement depuis quelques années et renvoie, comme le souligne Alain Boureau, à la demande sociale actuelle. Le texte d’orientation proposé par le comité scientifique du congrès impliquait de considérer les lieux, les moments, les hommes qui produisent une expertise, les documents qui la consignent et l’usage qui en est fait (ou qui n’en est pas fait). Il était recommandé de privilégier les questionnements autour du recours à l’expertise, du statut de l’expert, des champs de l’expertise, de la production et des outils, du savoir-faire et de l’auctoritas, ainsi que des usages de l’expertise. Les trois quarts des communications sur les experts et l’expertise portent sur les deux derniers siècles du Moyen Âge dans les sociétés européennes (voire d’Asie), ce qui s’explique par les sources produites et conservées, mais aussi par le développement de la procédure inquisitoire. Après une double introduction à trois mains, les actes répondent en partie aux larges prescriptions du comité scientifique et proposent quatre approches : le savant expert – l’homme d’Église, le théologien, l’universitaire, le conseiller du prince –, l’expertise judiciaire – en matière de droit, de meurtre et de médecine –, l’expertise matérielle – comptable, monétaire et architecturale – et les liens entre experts et société, plusieurs communications ayant porté sur le rôle social de l’expert et sur l’existence d’une expertise proprement féminine. La place de l’expert et de l’expertise tout au long d’un processus pré-ou para-décisionnel a ainsi fait l’objet d’une analyse croisée. S’il n’y a pas d’expertise sans experti, ceux-ci sont choisis pour leur compétence – le titre de « maître » reste le standard –, et la fama qui les fait désigner place ces personnages au cœur ou plutôt au sommet de la société. Un atelier de doctorants, venus très nombreux, a permis aux plus jeunes d’exposer leurs travaux, autant de works in progress que la SHMESP contribue à aider, grâce à des bourses.

4L’ouvrage tiré de ce XLIIe Congrès doit beaucoup aux membres du comité scientifique et du bureau de la SHMESP. Qu’il me soit permis, à cette occasion, de rappeler tout ce que notre Société doit à deux piliers du Bureau, qui ont, en l’absence d’un comité d’organisation local, préparé, depuis la France, le XLIIe Congrès : Pascal Montaubin, qui a quitté ses fonctions, et Charles Mériaux, qui s’apprête à le faire. Quant à la préparation des actes, elle fut l’œuvre de Cédric Giraud et de Philippe Jansen, sous l’égide de Thierry Kouamé. Les Publications de la Sorbonne et leur nouveau directeur, Patrick Boucheron, qui fut naguère responsable des Publications de la SHMESP, ont aussi droit à nos remerciements. Ce volume, qui vient enrichir la collection des actes des congrès de la SHMESP, témoigne d’une vitalité dont nous pouvons être heureux et fiers.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site