Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marquer la ville

 | 
Patrick Boucheron
, 
Jean-Philippe Genet

Partie I. L'empreinte du pouvoir sur la ville

Lecture d’une symbolique seigneuriale : le Louvre de Charles V

Alain Salamagne

Texte intégral

Le Louvre avant Charles V

  • 1 P. Henwood, « Raymond du Temple, maître d’œuvre des rois Charles V et Charles VI », Bulletin de la (...)
  • 2 M. Warnke, L’artiste et la cour. Aux origines de l’artiste moderne, Paris, Maison des sciences de (...)
  • 3 Qualifié par Charles V, qui acceptera d’être le parrain d’un de ses fils, de notre « amé sergent d (...)

1Le Louvre de Charles V, c’est d’abord sous la direction de Raymond du Temple, maître maçon du roi, un extraordinaire foyer de rénovation artistique. Raymond du Temple (vers 1330-1403)1, qui travailla d’abord en 1362 pour le duc de Normandie, futur Charles V, avant de devenir maître d’œuvre de Notre-Dame de Paris en 1363, puis, en avril 1364, maître maçon du roi en la vicomté de Paris, artiste de cour2 par excellence et proche de la personne du roi3, fut le véritable concepteur et maître d’œuvre du projet voulu par Charles V peu de temps après son avènement. L’impact du chantier du Louvre fut considérable, non seulement parce qu’il était directement lié à la personne royale et au pouvoir souverain, mais aussi parce qu’il proposait du château une image et une réalité nouvelle. Largement occupé par les commandes royales, Raymond du Temple, interviendra néanmoins sur d’autres chantiers, ceux du duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, frère du roi Charles V (le château de l’Écluse, près de Bruges et la chartreuse de Champmol, près de Dijon, entre autres) ou encore du duc Louis d’Orléans. Guy de Dammartin, secondé probablement par son frère Drouet, sous la direction de Raymond du Temple au Louvre, contribua par la suite à diffuser le style de cour, de Flandre en Bourgogne et en Berry.

  • 4 M. T. Davis, « Desespoir, Esperance, and Douce France: the New Palace, Paris, and the Royal State  (...)
  • 5 R. Delachenal(éd.), Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, Paris, Société de l’histoire (...)
  • 6 G. de Nangis, Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300 avec la continuation de cette (...)
  • 7 E. Petit, « Les séjours de Charles V », Bulletin historique et philologique du Comité des travaux (...)

2Le château capétien, forteresse flanquant à l’ouest l’enceinte urbaine de Philippe Auguste, fut transformé à des fins de résidence et de gouvernement. Le projet de Charles V ne se fondait pas sur la seule idée de fuir le vieux palais de la Cité, centre de l’administration du royaume qui abritait le parlement, les cours de justice, outre le chapitre de la Sainte-Chapelle4. Certes le roi pouvait avoir conservé le souvenir des événements dramatiques de 1358 et de l’assassinat sous ses yeux de ses deux maréchaux, mais le Louvre avait été de la même manière envahi par les émeutiers – qui, de surcroît, l’avaient fortifié en 1358 contre le roi, en condamnant la porte vers la Seine, en restaurant les murailles, en approfondissant les fossés et en élevant sur leur contrescarpe un mur bas défendu de ballistes5 – et n’offrait donc en aucune manière un refuge plus sûr6. Soulignons enfin que les séjours du roi semblent avoir été rares au Louvre jusqu’aux années 13727, c’est-à-dire durant la période où les travaux y furent particulièrement actifs.

  • 8 Bon exposé introductif aux problèmes des rapports entre architecture et cérémonial dans W. Paravic (...)

3Mais, en raison de ses fonctions administratives, judiciaires et commerciales, et d’une clôture qui semble n’avoir été jamais achevée, le palais de la Cité offrait des espaces facilement accessibles, où « gens de tous états et conditions » se côtoyaient, même si les logis du roi et de la reine se trouvaient rejetés à son extrémité occidentale. Il importait donc de redéfinir le cadre de représentation où le monarque se donnait à voir et de mettre en œuvre l’image d’un pouvoir souverain par la construction de nouveaux corps de logis où fonctions résidentielles et de représentation seraient intimement liées, dans une emblématique et un décor qui en redéfiniraient le caractère princier8.

  • 9 J. Glénisson, J. Guérout, Registres du Trésor des chartes. Inventaire analytique, t. 1, Règne de P (...)
  • 10 En dernier lieu, A. Salamagne, « Le Louvre de Charles V »,dansid. (dir.), Le palais et son décor a (...)

4Le Louvre n’était aux origines qu’une forteresse – une grosse tour, érigée vers 1190 par Philippe Auguste, et ceinturée vers 1205-1210 d’une enceinte de plan quadrangulaire –, forteresse construite à l’extérieur des murailles urbaines édifiées par le même roi. Élevé le long de la Seine dont il pouvait contrôler le cours, le château répondait parfaitement aux règles de la nouvelle fortification diffusées à la fin du xiie siècle, plan régulier, flanquement par des tours semi-circulaires, défense par embrasures de tir et chemin de ronde crénelé. En contrepartie, son rôle résidentiel ne devait être encore que limité : la grande salle ou « salle par terre » accompagnée de sa chapelle n’avait que des dimensions restreintes (17,35 × 9,98 m, soit 173 m2) et les logis résidentiels devaient se réduire à quelques logements ou « maisons » appuyées à l’intérieur de la cour contre les courtines. Au-delà des murailles mêmes du château, jardins et bâtiments annexes abritant des services ou servant d’habitation à des particuliers étaient compris dans « l’enclos du Louvre » ; ainsi est-il fait mention en 1436, à propos d’une fondation, de la maison pour le logement du chapelain « qui fut à feu Guillaume de Bella Fago9 ». Saint Louis, vers 1230-1240, prolongea l’aile ouest d’un nouveau corps de logis qui allait porter son nom, la salle Saint-Louis : son niveau inférieur était surmonté de la chambre du roi, tandis que la chambre de la reine pouvait occuper l’aile nord. Philippe le Bel vers 1310 devait compléter les corps de logis de l’aile nord en construisant, pour le roi comme pour la reine, des salles privatives10 (ill. 1 et 2).

Ill. 1 — Le Louvre de Philippe Auguste

Ill. 1 — Le Louvre de Philippe Auguste

(restitution A. Salamagne)

Ill. 2 — Le Louvre sous Philippe le Bel

Ill. 2 — Le Louvre sous Philippe le Bel

(restitution A. Salamagne)

  • 11 Sur les toitures considérées comme un moyen d’expression de l’architecture, voir C. Bruzelius, « A (...)

5Du château antérieur, Charles V garda la structure d’ensemble, dont la grosse tour symbole du pouvoir suzerain alors même qu’elle gênait les nouveaux aménagements résidentiels. Les courtines du xiiie siècle furent conservées sur une hauteur correspondant aux deux premiers niveaux, le second niveau étant en outre repercé sur les ailes orientales et septentrionales de fenêtres à croisée. Les corps de logis nord et ouest furent élargis, surélevés et couronnés de combles, dont la hauteur dépassait maintenant celle du parapet des courtines et qui s’affirmaient visuellement pour devenir les supports d’un illusionnisme formel renouvelé. Entre le parapet et les toitures en retrait, des galeries (« allées ») couvertes ou découvertes, des terrasses dallées et plombées, témoignaient d’un statut nouveau accordé aux parties hautes du château11 (ill. 3 et 4).

Ill. 3 — Le Louvre remodelé par Charles V

Ill. 3 — Le Louvre remodelé par Charles V

(restitution A. Salamagne)

Ill. 4 — Le Louvre d’après Les Très Riches Heures du duc de Berry

Ill. 4 — Le Louvre d’après Les Très Riches Heures du duc de Berry

© RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly) / René-Gabriel Ojéda

Le palais de Charles V : cérémonial et parcours

L’accès au roi

  • 12 J. Froissart, Chroniques, t. 14, 1389-1392, s. l., éd. par Kervyn de Lettenhove, 1867-1877, p. 285 (...)

6Sous Charles VI, le récit que Froissart fait d’une ambassade anglaise en 1390 nous rapporte les étapes de l’approche cérémoniale à travers la cour du Louvre. Arrivant à cheval devant la porte orientale du château, les plénipotentiaires anglais y mettaient pied à terre et étaient accueillis par les proches du roi qui les conduisaient, en contournant la masse imposante de la tour maîtresse, « moult doucement en une belle chambre où le roy les attendoit », c’est-à-dire probablement par la vis d’angle nord-ouest du logis nord, dans la chambre de parement. Ôtant leurs chaperons et s’inclinant, ils présentaient alors leurs lettres au souverain qui, en les acceptant, leur permettait de se relever et de se retirer. Après l’ouverture de ces lettres pour en vérifier la « créance » et après en avoir montré le contenu à son frère le duc de Touraine et à ses oncles, le roi leur accordait la parole. Les ambassadeurs étaient ensuite conduits pour dîner « en une chambre parée et atournée moult richement, et là avoit-on couvert une table pour euls »12, chambre que l’on peut identifier avec la salle. Après dîner, ils gagnaient « la chambre du roy » pour prendre vin et épices dans des « grans drageoirs d’or et d’argent ». Quittant enfin cette dernière, ils redescendaient « les degrès » et traversant de nouveau la cour récupéraient, à l’extérieur du château, leurs montures.

  • 13 A. Salamagne, « Le Louvre de Charles V », art. cité, p. 118.
  • 14 J. Froissart, Chroniques, op. cit., t. 13, p. 142-143.
  • 15 H. Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, Charles Moette, 1724 (...)

7Ainsi le personnage de marque à cheval devait-il mettre pied à terre aux portes du château ; seul l’empereur Charles IV lors de sa visite au Louvre en 1378 put y accéder en litière, portée à bras d’homme. Les écuries royales, et le montoir même du roi, se trouvaient à l’extérieur du château, au sud près de la Seine13 ; c’est là, à la suite de la cérémonie d’hommage qu’il avait prêté à Charles VI en 1388, que le duc de Bretagne fut raccompagné : « jusques en la court où ses chevauls estoient14 ». Au xviie siècle encore, l’historien Henri Sauval se faisait l’écho de ce cérémonial qui s’imposa jusqu’à la seconde moitié du xvie siècle : « Il n’y avoit que les enfans de France, qui osassent entrer à cheval, en chariot, en coche et en litière, au Louvre, aux Tournelles et aux autres maisons royales, il falloit que les princes et les princesses descendissent à la porte, les grands seigneurs et les autres dans la rue15. »

  • 16 M. Le Roux de Lincy, « Comptes des dépenses faites par Charles V dans le château du Louvre des ann (...)
  • 17 S. Solente (éd.), Christine de Pisan. Le livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, Par (...)
  • 18 Notre interprétation est plus restrictive que celle de M. Whiteley, « Ceremony and Space in the ch (...)
  • 19 R. Delachenal(éd.), Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., t. 2, p. 232.
  • 20 Ibid., p. 283 ; R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. 5, 1377-1389, Paris, Picard, 1931, p. 97.
  • 21 P. Contamine, Guerre, état et société à la fin du Moyen Âge. Études sur les armées des rois de Fra (...)

8Les entrées du Louvre étaient bien contrôlées par des huissiers et sergents d’armes en livrée16, même si Christine de Pisan témoigne de l’accessibilité de la personne royale à certains moments de la journée, après déjeuner, lorsque pouvaient venir converser avec lui tant « ambassadeurs d’estranges pais et seigneurs divers, princes estranges » que « chevaliers de diverses contrées ». Cette énumération quelque peu étonnée de l’écrivain sur la diversité des origines de ceux qui pouvaient l’approcher – tous au moins chevaliers – atteste du fait que la coutume était jusque-là loin d’être générale dans les cours princières et qu’elle participait de la volonté royale de réinscrire la monarchie dans l’imaginaire féodal. Aussi, en ces moments de collation publique, « y avoit tel presse de baronnie et chevalerie, que d’estrangiers, que de ceulz de son royaume, que en ses chambres et sales grandes et magnificens, à peine se povoit-on tourner17 ». Mais il ne s’agissait pas de toute personne, mais des seuls barons et chevaliers18 ! Christine de Pisan ne nous précise pas où se donnaient ces audiences que l’on peut situer dans la salle de parement : dans ce contexte se comprend mieux la monumentalité de la grande vis qui y donnait accès (par la salle). Au Louvre, les accès pouvaient être facilement contrôlés, au contraire de ceux du palais de la Cité où le roi, lors de la visite de l’empereur le 6 janvier 1378, mécontent de la garde aux portes assurée la veille par les sergents d’armes du Châtelet qui avaient laissé passer trop de monde, la fit assurer par les chevaliers et écuyers de son hôtel qui ne laissèrent entrer « que chevaliers et escuiers ou autres gens d’estat19 ». Il est probable aussi que les membres de l’Hôtel royal étaient mieux à même de reconnaître le rang – « l’estat » – qui autorisait l’accès au roi. Quant au banquet le soir même qui réunissait dans la grande salle du palais un millier de personnes, les tables royales en étaient fermées de barrières et palissades aux pieux aiguisés que l’on ne pouvait franchir que par des passages étroits gardés et défendus par des chevaliers en arme20. Enfin la sécurité du roi était encore assurée par les contingents de garde du corps permanents, vingt hommes d’armes et vingt-quatre arbalétriers à cheval, chevaliers et écuyers, qu’il avait constitués à partir ou dès avant 1379 « pour estre et demourer continuellement a la garde et seureté de nostre corps21 ». L’accès à la personne du roi demeurait possible, mais parce qu’on était en mesure de le contrôler précisément !

9Ainsi des circulations officielles existaient qui menaient, de l’extérieur du palais à l’escalier et de l’escalier aux appartements – l’expression « moult doucement » rendant compte de cette approche indirecte vers le logis du roi, situé en fond de cour lorsqu’on entrait par la porte méridionale, à droite lorsqu’on parvenait par la porte orientale. Galeries, escaliers d’honneur et de service conduisant à des pièces nobles ou du commun, à des pièces retirées ou privatives, qui caractérisent l’architecture à la française, sont nés de cette volonté d’isoler dans le château des parcours réservés.

L’or et l’argent

  • 22 M. Whiteley, « Royal and Ducal Palaces in France in the Fourteenth and Fifteenth Centuries. Interi (...)
  • 23 Même idée dans E. Gonzalez, Un Prince en son hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au xve siècl (...)

10Le point focal du château était bien constitué par la « grande vis » du Louvre érigée en 1365 contre le logis nord par l’architecte Raymond du Temple. Depuis cet escalier, qui débouchait dans la salle, étaient distribuées des pièces à fonctions privatives autant que représentatives : chambre, garde-robe (et retrait), chambre à parer, salle et chapelle, salle du Conseil, garde-robe et taillerie, outre des études, chambres hautes et oratoires dans les pièces retirées. Les actes de la vie publique du prince, ceux par lesquels il se représentait comme roi et souverain, allaient désormais se dérouler dans les salles de parement ou du conseil et non plus dans la grande salle qui traditionnellement jouait ce rôle, au palais de la Cité comme au Louvre. En ce sens, ces dispositions ne témoignaient pas d’une véritable séparation entre espaces privés et espaces publics comme le pensait Mary Whiteley22, mais au contraire d’une imbrication plus grande des pièces publiques autour de la personne royale23. L’ajout d’une pièce comme la taillerie, à la suite de la chambre du Conseil, s’inscrivait justement dans ce goût du paraître et du port des vêtements de prestige que le prince portait dans les actes de la vie publique. La grande chambre conservait encore une vocation semi-officielle, mais la superposition de la chambre du roi à celle de la reine – on la rencontrait déjà au xiiie siècle au château de Pontoise – en donnait la dimension intime.

  • 24 É. Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel (1285-1314), t. 2, Routes et résidences, Paris, Institu (...)
  • 25 L. Borrelli de Serres, Recherches sur divers services publics du xiie au xviie siècle, Paris, A. P (...)

11Le roi pouvait encore, de sa salle, par la galerie de la grande vis et un escalier privatif descendant au niveau de la passerelle franchissant les fossés, accéder directement à la tour maîtresse qui enfermait le trésor ou une partie du trésor de la monarchie française et y contempler l’éclat de l’or. Si la tour du Temple enfermait bien le Trésor, dès le règne de Saint Louis au moins une partie de celui-ci se trouvait dans la tour du Louvre et la totalité après 132024. Philippe le Bel, à une collection d’objets précieux qui y était entassée donna une ampleur nouvelle en l’accroissant d’un dépôt monétaire dont l’administration fut désormais confiée aux trésoriers du Louvre25. C’est évidemment la seule raison d’être de la conservation de la tour maîtresse dans le projet de 1365, malgré les immenses difficultés qu’elle généra : donner au roi – et accessoirement aux quelques commis concernés par la gestion des écritures – un accès privilégié au trésor (ill. 5).

Ill. 5 — L’accès à la tour maîtresse depuis la salle

Ill. 5 — L’accès à la tour maîtresse depuis la salle

(restitution A. Salamagne)

  • 26 M. Fleury, V. Kruta, « Le Louvre des Rois : les fouilles de la cour carrée », Dossiers histoire et (...)
  • 27 H. Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, op. cit., t. 2, p. 16 : lui (...)

12Comme bien des tours maîtresses de Philippe Auguste, celle du Louvre possédait trois niveaux voûtés qui s’élevaient sur un soubassement taluté, puissant cylindre de 19,10 m de diamètre en fondation, 18 m au soubassement et 15,70 m aux niveaux supérieurs26. À une élévation de 31,20 m selon Sauval27, il faut ajouter celle de sa toiture qui devait porter son faîte à une quarantaine de mètres de hauteur.

  • 28 M. Le Roux de Lincy, « Comptes des dépenses… », art. cité, nos 102 et 103 ; probable évocation de (...)
  • 29 A. Chatelain, « Recherche sur les châteaux de Philippe Auguste », Archéologie médiévale, 22, 1991, (...)
  • 30 L. Borrelli de Serres, Recherches sur divers services publics du xiie au xviie siècle, Paris, A. P (...)

13Ses murs, épais de 4,20 m à la base, étaient percés de deux portes : celle du sud, décalée par rapport à l’axe de la porte méridionale du Louvre, était précédée d’un pont dormant interrompu par un pont-levis ; un second accès existait – disposition fréquente sur les tours maîtresses de Philippe Auguste – ménagé vers le logis nord : c’est celui qu’empruntait le roi pour accéder, depuis la salle, à la tour maîtresse. Descendant l’escalier étroit ménagé à l’angle sud-est de la galerie haute, le roi gagnait le chevet de la passerelle reliant la tour maîtresse au corps de logis puis, par cette passerelle, la tour dont l’accès était barré d’un pont-levis28. Ses trois niveaux29 étaient respectivement occupés, de bas en haut, par la « chambre aux joyaux », le « comptoier du trésor » et enfin une chambre où l’on conservait également les étoffes précieuses30. L’accès à chacune de ces pièces était, à partir de l’escalier à vis, autonome. Si les murs de ces trois pièces étaient percés de huit croisées grillagées (de quatre pieds de hauteur sur trois de large, soit 1,30 × 0,97 m) – probablement contemporaines des transformations opérées par Philippe le Bel au début du xive siècle – elles ne devaient ménager, en raison de l’épaisseur des murs qu’un demi-jour.

  • 31 L. Douët d’Arcq, Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI, Paris, Société de l’Hi (...)
  • 32 M. Le Roux de Lincy, « Comptes des dépenses… », art. cité, no 109 : « Pour la ferure de quatre gra (...)
  • 33 H. Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, t. 2, p. 17.
  • 34 Ibid. ; pour la somme de 6 £, 8 s. p.
  • 35 Charles V entreposa également à partir de 1367 une partie de son trésor monétaire dans la tour de (...)

14L’inventaire du château du Louvre du 3 juin 1421, de « la chambre ou l’on a acoustumé de tout temps mectre nostre vaisselle d’or et d’argent et autres noz joyaulx » ou « chambre par bas, appelée la Chambre aux Joyaulx » – la pièce du niveau inférieur – relève les nombreuses pièces d’orfèvrerie (« bacins d’argent dorez a laver mains », salières d’argent, chandeliers, calices d’or, mors de chappe, évangéliaires, hanaps d’or, etc.), qui y étaient conservées dans des armoires31 aux portes renforcées de lourdes ferrures et serrures32. Sauval nous précise d’autre part que la porte de l’escalier à vis, dans le couloir d’entrée, était « fermée par bas d’une porte de fer épaisse et garnie de quantité de ferrures, et de verrouils33 ». L’accès à la tour avait donc été sécurisé et, côté cour, la seconde porte probablement condamnée ; Jean de Saint-Romain y avait sculpté au tympan la figure de Charles V, haute de quatre pieds34. Ainsi le roi, Philippe le Bel certes, mais plus encore peut-être Charles V, qui avait fait sculpter son image sur la porte côté cour, avaient fait de la tour capétienne, et à proximité de leurs appartements, le lieu du dépôt de leur trésor35.

Le château de Fortune

  • 36 S. Solente (éd.), Christine de Pisan.Le Livre de la mutacion de fortune par Christine de Pisan, pu (...)

15Au-delà des amplifications de la littérature courtoise, c’est bien l’image du Louvre de la fin du xive siècle que donne à voir, dans le château de Fortune, Christine de Pisan36, qui décrit du palais de plan quadrangulaire, une fois franchie la porte principale, la cour pavée de carreaux de cristal et ses bâtiments à plusieurs étages :

  • 37 Ibid., vers 2904-2914.

  Entour la court a haulx estages :
        Palays royaux, grans edefices,
        Ou les gens de divers offices
        Sont logiez, selon leur degré.
        A monter y a maint degré,
        Tournelles, vis entortillees,
        De marbre fin bien entaillees ;
        Beaulx fenestrages, grans et lez,
        Bien taillez y a de tous lez,
        Et trestous ouvrez a fueillages,
        A outiaulx et a mains ouvrages […]37

16Autour de la cour, les logis nobles (les « haulx estages ») percés de fenêtres à remplages décorées de chapiteaux sculptés, et accessibles par des tourelles d’escalier à vis, encadrent le « hault donjon » :

  • 38 Ibid., vers 2971-2973.

  Et, pour la grant haulteur qu’il a,
        Plus de mille lieues de la
        Loings voit on l’ombre du chastel38.

17Mais le donjon est aussi la partie résidentielle du château qui enferme des salles identifiées par leur hauteur et leur largeur, et des chambres et galeries plus nombreuses :

  • 39 Ibid., vers 3543-3545.

  De grans sales haultes et lees
        Et plus de chambres et d’alees,
        Retrais et autres neccessaires […]39.

18Les chambres du palais se révèlent encore par leur mobilier, la richesse de leur décor, les peintures et tapisseries qui en ornementent les murs :

  • 40 Ibid., vers 3548-3553.

  N’en ce monde n’a riche chose,
        Paremens ouvrez, ne paintures,
        Beaulx lis, ne riches couvertures,
        Chambres tendues a courtines
        D’or ou de soye les plus fines
        Que l’en pourroit ymaginer40.

  • 41 Ibid., vers 2908-2910, vers 3013 et suiv.

19Des quatre principaux escaliers, le plus « grant et large », aux marches d’or fin, conduit des édifices communs aux « haulx estages », lieu d’aboutissement du parcours initiatique41. La structuration des niveaux reflète ainsi l’ordre du monde, aux logis inférieurs le personnel de l’hôtel :

  • 42 Ibid., vers 3351-3352 et 3555-3556.

  Com les premiers, n’a tel haultece,
        Si nobles, ne de tel richece […]
        La est l’ediffice commun
        Pour gens moyens et pour commun […]42.

20Avec, dans la cour, la foule des gens de tous états, des officiers aux artisans qui y ont installé leurs étaux :

  • 43 Ibid., vers 3759-3763.

  Car la a gens de tous estas :
        Chevaliers et nobles a tas,
        Clercs et bourgois de toutes guises,
        Marchans de toutes marchandises,
        Prevos, baillis et officiers […]43

21Alors que dans les « haulx estages » demeurent les « plus grans seigneurs », des papes aux empereurs et rois.

  • 44 P. André, « Le château de Suscinio xiiie-xve siècles », Congrès archéologique de France, 141e sess (...)
  • 45 Comme sur les châteaux ducaux des Bavière en Hainaut à partir de la décennie 1360.

22Cette valorisation des parties hautes du château fut un trait fondamental de l’histoire du château à partir de la fin du xive siècle : ainsi le châtelet logis de Suscinio abritait-il à son dernier niveau, dans les combles couverts d’un berceau, l’appartement du duc de Bretagne qui, de sa chambre, gagnait la « loggia » lui permettant le soir de découvrir sur une mer irisée le spectacle merveilleux du couchant44. Tout au long du xve siècle, la conservation des tours maîtresses (à Oudon, à Trèves, à Largoët, etc.) s’explique aussi par la volonté de réserver au maître des lieux des salles et chambres hautes – comme image du statut noble – tout en faisant de la terrasse sommitale un lieu de découverte du paysage du monde. C’est alors que se multiplient dans les comptabilités domaniales les mentions de ces « hautes chambres » seigneuriales désignant les chambres nobles, dont les fenêtres ouvraient vers les jardins ou les viviers45.

  • 46 A. Salamagne, « Le Louvre de Charles V », art. cité, p. 85.
  • 47 J. Guérout, « L’hôtel du roi au palais de la Cité à Paris sous Jean II et Charles V », dans Jean C (...)
  • 48 R. Delachenal(éd.), Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., t. 2, p. 225 ; S. S (...)
  • 49 R. Delachenal(éd.), Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., t. 2, p. 258-262.

23Au Louvre, Charles V était probablement hébergé avant 1365, alors qu’il n’était que dauphin, dans les combles de la chapelle du logis occidental à proximité de la grande chambre de son père à l’étage de l’aile Saint-Louis46. On sait qu’au palais de la Cité, le dauphin logeait dans les « chambres à galatas » que Jean le Bon avait fait en 1354 aménager au-dessus de la galerie Mercière47. En 1375 encore, lors de la visite de l’empereur, Charles V choisit de prendre au palais de la Cité son logement « es haultes chambres à galathas48 », chambres qui pouvaient cette fois-ci correspondrent aux combles du bâtiment du logis royal, bâtiment situé plus à l’ouest et qui ouvrait vers les jardins. C’est également en passant par le galatas que la reine Jeanne de Bourbon put gagner à l’hôtel Saint-Pol, en 1378, la chambre ou reposait l’empereur Charles IV et qui était celle du dauphin, futur Charles VI : cette dernière chambre se trouvait donc très probablement également dans les combles49.

  • 50 Ce que n’a pas compris M. Whiteley (« Ceremony and Space in the châteaux of Charles V, King of Fra (...)
  • 51 H. Akkari, « Par desuz et par desoz li degrez : fonctions et symboles de l’escalier dans le châtea (...)
  • 52 C’est ainsi que nous traduisons l’inscription latine : Clericus et miles pergant, ad cetera viles  (...)

24Ainsi Christine de Pisan se fait-elle l’écho direct de cette extraordinaire vision du château de la fin du xive siècle comme support de l’ordre social : les étages hauts, valorisés par la richesse de leur architecture et leur décor intérieur, étaient ceux du prince, les niveaux inférieurs – de la cour50 – ceux du commun de l’hôtel, du « desoz » opposé au « desuz »51. L’inscription du lavabo de la salle haute du palais épiscopal d’Angers, vers 1240, rappelait déjà cet état de fait : « ici n’entrent que les clercs et chevaliers, ailleurs les gens du commun, à ceux-là convient la salle haute, aux autres la salle commune52 ».

L’image du palais

  • 53 A. Salamagne, « Archères, mâchicoulis et tours dans l’architecture militaire du Moyen Âge (xiiie-x (...)
  • 54 W. G. Van Emden, « Medieval French Representations of City and Other Walls », dans J. D. Tracy (di (...)

25Dans la littérature médiévale, la forteresse et ses tours sont décrites avec leurs murs de pierre de taille maçonnés à la chaux ou au ciment, « vermeil comme cerise53 ». L’éclat de leur parement métamorphose la pierre en marbre et le ciment rosé qui les assemblent, comme aux monuments romains, devient un signe de pérennité54. Mais aux châteaux de Charles V, la beauté esthétique de l’appareil mis en œuvre suffisait à sa noblesse sans nécessiter le recours à une romanité travestie. Au-delà des murailles du château, délimitant un espace circonscrit et merveilleux, la tour maîtresse affichait avec ostentation sa monumentalité devenant dans le rappel de ses origines « une marque d’ancienneté », imposant en 1390 aux ambassadeurs anglais la vision d’une monarchie pérenne et de ses droits suzerains sur tous les fiefs du royaume. Signe prééminent, c’est bien ainsi que la représente le peintre des Très Riches Heures du duc de Berry, dominant de sa masse imposante le château.

  • 55 M. T. Davis, « Desespoir, Esperance, and Douce France: the New Palace, Paris, and the Royal State  (...)

26En reconstruisant le Louvre, dont il conservait intact le plan et les tours, Charles V réinscrivait sa dynastie dans la légitimité de celle des capétiens, de Philippe Auguste qui, contre l’Angleterre, avait reconquis des terres illégitimement détachées du royaume, dont la Normandie, à Philippe le Bel qui, au palais de la Cité, avait inséré les structures anciennes comme des reliques dans les nouveaux bâtiments qu’il avait fait ériger55.

  • 56 R. Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Genève, Droz, (...)
  • 57 R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. 4, 1368-1377, Paris, Picard, 1929, p. 316-318.

27C’est par la destruction des châteaux et de leurs archives aux moments les plus sombres de l’insurrection urbaine que la jacquerie avait menacé le pouvoir seigneurial et royal, et que les milices parisiennes, bientôt imitées par celles des autres villes, avaient contesté un ordre souverain56. Au moment même où s’élevait le Louvre, le pouvoir de Charles V n’était pas totalement assuré : en 1370 encore le roi contemplait depuis l’hôtel Saint-Pol les foyers allumés par les Anglais aux portes même et au sud de la capitale, devant laquelle ils mettaient en ordre de bataille leur armée. Les villages d’Arcueil, de Villejuif, l’hôtel de Bicêtre, etc., étaient incendiés, les terres les plus fertiles du domaine dévastées, le pouvoir royal restant impuissant, pour un temps, à conjurer la menace57.

  • 58 P. Boucheron, Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (xive-xve siècles), R (...)
  • 59 M. Le Roux de Lincy, « Comptes des dépenses… », art. cité, no 52 : mention de 247 châssis de fenêt (...)

28Patrick Boucheron s’interrogeant sur l’efficacité politique d’une entreprise architecturale a souligné que la magnificence permettait au prince une démonstration de force, l’architecture palatiale exprimant son invulnérabilité58. La reconstruction du Louvre, face et devant les murailles parisiennes, constituait bien un acte de réaffirmation du pouvoir royal, métaphore de la reconstruction du royaume. La qualité de l’appareil, le jaillissement des parties hautes, la richesse ostentatoire de leur décor rayonnant affirmaient l’idée d’une renovatio. Est-ce un hasard si le peintre des Très Riches Heures a représenté le Louvre depuis le sud en donnant à son environnement un caractère agreste, oblitérant de fait la vision de la ville, comme si le Louvre n’était, ainsi que Mehun-sur-Yèvre, qu’un château de plaisance ? Du Louvre, la multitude des fenêtres (une centaine59) et des souches de cheminées (plus d’une trentaine) jaillissant des toitures renvoyait au nombre des logis et des chambres hautes qu’il enfermait, et les mâchicoulis formant encorbellement continu, comme le décor polychrome des parties hautes, à l’image de la demeure royale, du palais.

  • 60 Albrecht en faisait un lieu porteur de symbole étatique (U. Albrecht, Von der Burg zum Schloss. Fr (...)
  • 61 À Aix, le trône de l’empereur est attesté au-dessus du porche depuis 936. L’étage de la chapelle d (...)
  • 62 M. Chatenet, La cour de France au xvie siècle, Paris, Picard, 2002, p. 206 : ainsi en 1501, lors d (...)
  • 63 J. Labarte, Inventaire du mobilier de Charles V, Paris, Imprimerie nationale, 1879, p. 10 : « estu (...)
  • 64 U. Albrecht (Von der Burg zum Schloss, op. cit., p. 52) y reconnait l’emplacement de l’étude où le (...)

29Le roi apparaissait-il à la fenêtre du balcon surplombant le passage du châtelet méridional, à l’instar de l’empereur qui, à Aix-la-Chapelle, se faisait glorifier, depuis la fenêtre de la tour porche, par les courtisans massés dans l’atrium occidental60 ? Certes, le contexte en était différent, la chapelle d’Aix étant avant tout liée à la cérémonie liturgique du couronnement, cérémonie exceptionnelle61. Mais c’est ainsi qu’au château de Blois, au début du xvie siècle, du balcon en encorbellement s’ouvrant de la chambre de son logis, Louis XII apparaissait à la foule des courtisans62. À Vincennes, c’est une étude, donc une pièce privative63, qui était abritée au-dessus du porche de la chemise de la tour maîtresse : ses fenêtres devaient donner sur des jardins ou « préaux » situés entre les fossés de la chemise et la façade actuelle de la chapelle ; en tout cas, la présence en ce lieu de l’étude royale de même que le sens du décor de la façade du châtelet d’entrée attestent suffisamment de l’intégration de ces lieux dans un parcours symbolique. Au château de Mehun-sur-Yèvre en 1385, l’étude ducale surplombait également l’accès ménagé dans un châtelet : entre les deux fenêtres à croisée qui l’éclairait, la figure du roi surplombait les figures probables du duc de Berry et de son épouse64.

  • 65 R. Delachenal(éd.), Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., t. 2, p. 245. S. So (...)
  • 66 Cité par J. Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement, Paris, Fayard, 1991, p. 23, et, sur l’i (...)
  • 67 J. Chapelot, « Le Vincennes des quatre premiers Valois : continuités et ruptures dans un grand pro (...)
  • 68 Schéma iconographique que l’on retrouvait sur la porte orientale de la Bastille avec saint Antoine (...)

30En janvier 1378, gagnant en compagnie de l’empereur Charles IV, du palais de la Cité sur un « batel paré et richement aourné » et par la Seine le Louvre, Charles V « li monstra et fist monstrer, au dehors et dedenz, le nouvel édifice qu’il y avoit fait65 ». Le château « au dehors » comme « au dedans » devenait support et miroir du prince. C’est par le châtelet méridional que l’empereur s’approcha, puis de sa litière mis pied à terre pour gagner par la porte construite par Philippe Auguste (Auguste car comparable aux empereurs romains nous rapporte Rigord66 !), sous les figures et les armes royales que Charles V avait fait blasonner au tympan supérieur, la cour d’où surgissait brutalement la masse monumentale de la tour capétienne. Quelques jours après, reçu dans la tour de Vincennes67, l’empereur de nouveau franchissait le seuil de la porte sous les « images » du roi et de la reine, de leurs enfants, Charles au moins, et probablement de Louis d’Orléans68, pour découvrir, levant les yeux, la tour cette fois-ci construite par les Valois.

  • 69 R. Folz, L’idée d’empire en Occident du ve au xive siècle, Paris, Aubier, 1953, p. 171 et suiv., e (...)
  • 70 S. Solente, Christine de Pisan. Le livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, op. cit., (...)
  • 71 Caractéristique est le refus de Charles V à la Noël 1378 de laisser l’empereur célébrer en habits (...)
  • 72 Ibid., p. 62 et suiv ; F. Autrand, « Mémoire et cérémonial : la visite de l’empereur Charles IV à P (...)
  • 73 R. Delachenal(éd.), Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., t. 2, p. 200.

31À la fin du xiiie siècle, avait été affirmée la théorie (Guillaume Durant le Jeune) selon laquelle le roi de France est empereur en son royaume, confirmant ainsi la totale souveraineté du roi de France par rapport à l’empereur. Sous Charles V, l’auteur du Songe du vergier expliquait l’absence du titre impérial officiel en France par la précellence du titre royal69. De même, on le sait, Louis Ier d’Anjou partageait-il le rêve impérial comme l’idée de reprendre Jérusalem70. Du palais de la Cité au Louvre, les programmes de sculpture devaient sans cesse rappeler cette prétention des rois de France71 : la visite de l’empereur à Paris en 1378 fut accompagnée le jour de l’Épiphanie d’une célébration liturgique à la Sainte-Chapelle où le roi de France, offrant par trois fois une coupe dorée à l’archevêque de Reims, s’identifiait dans le geste d’offrande à chacun des rois mages72. Le chroniqueur – sans doute le chancelier Pierre d’Orgemont – rappelait enfin que, dans toutes les villes où il entra lors de son voyage, l’empereur « n’a esté receu en quelque eglise a procession, ne cloches sonnans, ne fait aucun signe de quelconques dominacion ne seigneurie, comme a nul autre que au Roy, ou a ceuls qui ont la cause de lui, n’appartienne à estre fait, en tout le royaume de France73 ».

L’éclat de l’or

  • 74 S. Solente (éd.), Christine de Pisan.Le Livre de la mutacion de fortune par Christine de Pisan, op (...)

32En ce château de Fortune74, on entrait par un « grant portail merveilleux » :

  Si dorez et si esmaillez,
        Plain de pommiaulx et de banieres
        De plus de cent mille manieres,
        Si qu’on ne le peüst voir a l’ueil,
        Quant contre rayoit le souleil,
        Qui faisoit l’or contre son luire
        Plus de cent lieues loing reluire ;
        Tout en resplendit la contree.

33Sur les hautes toitures des logis, au sommet des tours étaient affichées les couleurs du prince :

  • 75 Ibid., vers 2923-25.

  Pommeaulx dorez et a devises,
        Banieres sur les maisons mises
        Qui au vent en vont voletant […]75.

  • 76 Christine de Pisan nous décrit le roi chevalier à la tête de ses gens d’armes, dont les prouesses (...)
  • 77 Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 248.
  • 78 Passage intéressant à propos des armes de France et d’Angleterre dans Schnerb-Lièvre, Le songe du (...)

34Le château constituait ainsi l’arrière-plan symbolique à la représentation royale et, avec l’hyperbole de ses architectures et les attributs de ses tours, le support utopique d’un imaginaire chevaleresque : toits en pavillon ou coniques, enseignes et bannières faisaient des parties hautes du château le prolongement visuel de ces camps de toile, cadre au quotidien de la vie seigneuriale, où pavillons et tentes étaient sommées des bannières et oriflammes76, décor éphémère transplanté au sommet du château que le roi découvrait, quittant son étude ou sa chambre haute, dans un parcours aérien ou sous couvert des galeries, dans la brillance et le claquement des couleurs. Au-delà de la richesse de ses matériaux, le château dans le labyrinthe de ses salles reliées par des allées et des galeries, accessible par des tourelles d’escalier à vis, devenait le lieu d’un espace parcourable, du dehors au-dedans, de bas en haut, parcours qui conduisait par l’escalier au sommet du château, couronnement d’un ordre hiérarchique, dévolu au souverain, Maître du temps et de l’espace. Dans son éclat, dans l’épaisseur de son apprêt, l’or « couleur de la puissance77 », affichait aux ferronneries devenues pièces d’orfèvrerie, les signes tangibles d’une architecture royale, porteuse d’or et de lumière, signe éminent de dignité78.

Notes

1 P. Henwood, « Raymond du Temple, maître d’œuvre des rois Charles V et Charles VI », Bulletin de la Société d’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 105, 1978, p. 55-74, et I. Taveau-Launay, « Raymond du Temple, maître d’œuvre des rois de France et des princes », dans Du projet au chantier. Maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre aux xive-xvie siècles, colloque scientifique organisé les 1er, 2 et 3 octobre 1998 à Vincennes par Odette Chapelot, Paris, 2001, p. 323-338.

2 M. Warnke, L’artiste et la cour. Aux origines de l’artiste moderne, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1990.

3 Qualifié par Charles V, qui acceptera d’être le parrain d’un de ses fils, de notre « amé sergent d’armes et maçon maistre Raymon ». Voir encore P. Pradel, « L’architecte Raymond du Temple et son influence », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 109/2, 1965, p. 457-459.

4 M. T. Davis, « Desespoir, Esperance, and Douce France: the New Palace, Paris, and the Royal State », dans Margaret Bent et Andrew Wathey, Fauvel Studies: Allegory, Chronicle, Music, and Image in Paris, Bibliothèque nationale de France, MS français 146, Oxford/New York, Clarendon Press, 1998, p. 187-213, ici p. 201 et suiv.

5 R. Delachenal(éd.), Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, Paris, Société de l’histoire de France, 1910, t. 1, p. 170-171.

6 G. de Nangis, Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300 avec la continuation de cette chronique de 1300 à 1368, Paris, Renouard, 1843, t. 2, p. 256-257.

7 E. Petit, « Les séjours de Charles V », Bulletin historique et philologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1887, p. 197-266.

8 Bon exposé introductif aux problèmes des rapports entre architecture et cérémonial dans W. Paravicini, « Zeremoniell und Raum », dans id. (dir.), Zeremoniell und Raum, t. 4, Symposium der Residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften in Göttingen veranstaltet gemeinsam mit dem Deutschen Historischen Institut Paris und dem Historischen Institut der Universität Potsdam,Potsdam, 25. bis 27. September 1994, Sigmaringen, Thorbecke, 1997, p. 11-27 (Akademie der Wissenschaften in Göttingen, Deutsches Historisches Institut Universität Potsdam).

9 J. Glénisson, J. Guérout, Registres du Trésor des chartes. Inventaire analytique, t. 1, Règne de Philippe le Bel, Paris, Archives nationales, 1958, ici p. 273.

10 En dernier lieu, A. Salamagne, « Le Louvre de Charles V »,dansid. (dir.), Le palais et son décor au temps de Jean de Berry,Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2010, p. 75-138.

11 Sur les toitures considérées comme un moyen d’expression de l’architecture, voir C. Bruzelius, « Ad modum franciae: Charles d’Anjou and Gothic Architecture in the Kingdom of Sicily », Journal of Society of Architectural Historians, 50, 1991, p. 402-420, ici p. 403.

12 J. Froissart, Chroniques, t. 14, 1389-1392, s. l., éd. par Kervyn de Lettenhove, 1867-1877, p. 285-287.

13 A. Salamagne, « Le Louvre de Charles V », art. cité, p. 118.

14 J. Froissart, Chroniques, op. cit., t. 13, p. 142-143.

15 H. Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, Charles Moette, 1724, t. 1, p. 190. Merci à L. Gaugain pour avoir attiré notre attention sur ce passage.

16 M. Le Roux de Lincy, « Comptes des dépenses faites par Charles V dans le château du Louvre des années 1364 à 1368 », Revue archéologique, 8, 1851-1852, no 96 (qui renvoie au numéro d’édition du compte).

17 S. Solente (éd.), Christine de Pisan. Le livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, Paris, Société de l’Histoire de France, 1936, t. 1, p. 45.

18 Notre interprétation est plus restrictive que celle de M. Whiteley, « Ceremony and Space in the châteaux of Charles V, King of France », dans Werner, Paravicini (dir.), Zeremoniell und Raum, op. cit., p. 187-193, ici p. 188, et id., « The Courts of Edward III of England and Charles V of France: a Comparison of Their Architectural Setting and Ceremonial Functions », dans Nigel Saul, Fourteenth Century England I, Woodbridge, Boydell, 2000, p. 153-166, ici p. 160, selon laquelle toute personne depuis Saint Louis avait accès libre au roi. L’idée en vient probablement de Jeannine Quillet (Charles V le roi lettré. Essai sur la pensée politique d’un règne, Paris, Perrin, 1983, p. 51) affirmant que « le roi recevait toutes sortes de gens ».

19 R. Delachenal(éd.), Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., t. 2, p. 232.

20 Ibid., p. 283 ; R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. 5, 1377-1389, Paris, Picard, 1931, p. 97.

21 P. Contamine, Guerre, état et société à la fin du Moyen Âge. Études sur les armées des rois de France, 1337-1494, Paris/La Haye, Mouton, 1972, p. 148 et 611-612.

22 M. Whiteley, « Royal and Ducal Palaces in France in the Fourteenth and Fifteenth Centuries. Interior, Ceremony and Function », dans Jean Guillaume (dir.), Architecture et vie sociale. L’organisation intérieure des grandes demeures à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. Actes du colloque tenu à Tours du 6 au 10 juin 1988, Paris, Picard, 1994, p. 47-63.

23 Même idée dans E. Gonzalez, Un Prince en son hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au xve siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 228.

24 É. Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel (1285-1314), t. 2, Routes et résidences, Paris, Institut de France, 2007, p. 139. A. Teulet (éd.), Layettes du trésor des Chartes, Paris, Plon Nourrit et Cie, 1866, t. 2, p. 54 : dans son testament de juin 1225, Louis VIII faisait donation à son fils et successeur du trésor amassé dans la tour maîtresse (quicquid habemus in Turri no(s)tra Parisiensi, juxta Sanctum Thomam, videlicet in auro et argento et pecunia numerata []).

25 L. Borrelli de Serres, Recherches sur divers services publics du xiie au xviie siècle, Paris, A. Picard et fils, 1895, t. 1, p. 311 et suiv.

26 M. Fleury, V. Kruta, « Le Louvre des Rois : les fouilles de la cour carrée », Dossiers histoire et archéologie, 110, 1986, p. 17.

27 H. Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, op. cit., t. 2, p. 16 : lui donne comme dimensions de 13 à 12 pieds d’épaisseur, 24 toises de circonférence et 16 toises de hauteur du rez-de-chaussée à la naissance de la charpente.

28 M. Le Roux de Lincy, « Comptes des dépenses… », art. cité, nos 102 et 103 ; probable évocation de ce chevet lorsque, à une date comprise entre le 1er mai 1367 et le 12 juillet 1368, on livrait des « parpains » et une grande « table » de liais de 8 pieds de longueur (2,60 m) pour réaliser « l’allée du pont-levis de la grosse tour ».

29 A. Chatelain, « Recherche sur les châteaux de Philippe Auguste », Archéologie médiévale, 22, 1991, p. 115-161, donne quatre niveaux à la tour du Louvre.

30 L. Borrelli de Serres, Recherches sur divers services publics du xiie au xviie siècle, Paris, A. Picard et fils, 1895, t. 2, p. 49 : « en la tour du Louvre ou haut estaige en la chambre sus ».

31 L. Douët d’Arcq, Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI, Paris, Société de l’Histoire de France, 1864, t. 2, p. 384 et suiv.

32 M. Le Roux de Lincy, « Comptes des dépenses… », art. cité, no 109 : « Pour la ferure de quatre grans huis enchassillez et enfoncez de ciprès, pour la volte de la grosse-tour, où le roi met ses joyaux […]. »

33 H. Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, t. 2, p. 17.

34 Ibid. ; pour la somme de 6 £, 8 s. p.

35 Charles V entreposa également à partir de 1367 une partie de son trésor monétaire dans la tour de Vincennes, dans soixante sacs remplis de pièces d’or et, en 1390, Charles VI une partie des joyaux et de la vaisselle, voir M. Whiteley, « La grosse tour du bois de Vincennes. Rencontre de la résidence et de la défense. Première partie. La grosse tour de Vincennes, résidence de Charles V », Bulletin monumental, 3/152, 1994, p. 327.

36 S. Solente (éd.), Christine de Pisan.Le Livre de la mutacion de fortune par Christine de Pisan, publié d’après les manuscrits, Paris, 1959, vers 1461 et suiv.

37 Ibid., vers 2904-2914.

38 Ibid., vers 2971-2973.

39 Ibid., vers 3543-3545.

40 Ibid., vers 3548-3553.

41 Ibid., vers 2908-2910, vers 3013 et suiv.

42 Ibid., vers 3351-3352 et 3555-3556.

43 Ibid., vers 3759-3763.

44 P. André, « Le château de Suscinio xiiie-xve siècles », Congrès archéologique de France, 141e session 1983, Morbihan, Paris, Société française d’archéologie, 1986, p. 254-266. R. Blanchard (Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne de 1431 à 1440, Archives de Bretagne, recueil d’actes, de chroniques et de documents historiques rares ou inédits, Nantes, Société des bibliophiles bretons, 1894, t. 7) a publié une pièce (2276) par laquelle Jean V anoblissait en 1437 Jehan le Dihoerz, maître charpentier, pour les travaux qu’il avait réalisés à Suscinio.

45 Comme sur les châteaux ducaux des Bavière en Hainaut à partir de la décennie 1360.

46 A. Salamagne, « Le Louvre de Charles V », art. cité, p. 85.

47 J. Guérout, « L’hôtel du roi au palais de la Cité à Paris sous Jean II et Charles V », dans Jean Chapelot et Élisabeth Lalou, Vincennes. Aux origines de l’état moderne, Actes du colloque scientifique sur Les Capétiens et Vincennes au Moyen Âge, Vincennes, les 8, 9 et 10 juin 1994, Paris, Presses de l’ENS, 1996, p. 219-295, ici, p. 233-234.

48 R. Delachenal(éd.), Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., t. 2, p. 225 ; S. Solente (éd.), Christine de Pisan. Le livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, Paris, Société de l’Histoire de France, 1940, t. 2, p. 104 ; R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. 2, 1364-1368, Paris, Picard, 1927, p. 269-270.

49 R. Delachenal(éd.), Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., t. 2, p. 258-262.

50 Ce que n’a pas compris M. Whiteley (« Ceremony and Space in the châteaux of Charles V, King of France », dans Werner Paravicini [dir.], Zeremoniell und Raum: 4. Symposium der Residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften in Göttingen veranstaltet gemeinsam mit dem Deutschen Historischen Institut Paris und dem Historischen Institut der Universität Potsdam, Potsdam, 25. bis 27. September 1994, Sigmaringen, Thorbecke, 1997, p. 188-189), qui faisait de la cour du Louvre un vestibule par lequel passait le roi pour gagner la chapelle ou la salle et où, chaque jour, les citoyens parisiens pouvaient côtoyer le roi ; c’est bien dans les étages ou les parties hautes que ce dernier recevait ses hôtes.

51 H. Akkari, « Par desuz et par desoz li degrez : fonctions et symboles de l’escalier dans le château du Moyen Âge », dans Jean-Marc Pastré (dir.), Château et société castrale au Moyen Âge, Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, 1998, p. 221-227, ici p. 224 et suiv.

52 C’est ainsi que nous traduisons l’inscription latine : Clericus et miles pergant, ad cetera viles ; nam locus hos primus decet, illos vilis et imus, écrit de droite à gauche, voir L. de Farcy, P. Pinier, Le palais épiscopal d’Angers, Angers, Germain et G. Grassin, 1903, p. 180.

53 A. Salamagne, « Archères, mâchicoulis et tours dans l’architecture militaire du Moyen Âge (xiiie-xve siècle) : éléments fonctionnels ou symboliques ? », dans A. Renoux (dir.), « Aux marches du Palais », Qu’est-ce qu’un palais médiéval, Actes du VIIe Congrès international d’archéologie médiévale, Le Mans-Mayenne, 9-11 septembre 1999, Le Mans,Université du Maine, 2001, p. 77-85.

54 W. G. Van Emden, « Medieval French Representations of City and Other Walls », dans J. D. Tracy (dir.), City Walls. The Urban Enceinte in Global Perspective,Cambridge,Cambridge University Press, 2000, p. 554 et suiv.

55 M. T. Davis, « Desespoir, Esperance, and Douce France: the New Palace, Paris, and the Royal State », art. cité.

56 R. Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Genève, Droz, 1982, p. 321 et suiv., et le chapitre jacquerie et « décastillement ». A contrario, l’auteur du Songe du vergier louait le roi de la reprise d’une « grant multitude » de cités et de châteaux et en moins d’une semaine de châteaux « si puissans » que Charlemagne aurait du tenir un siège de sept ans (M. Schnerb-Lièvre, Le songe du vergier, Paris, CNRS Éditions, 1982, t. 1, p. 7). Voir aussi J. Quillet, Charles V le roi lettré, op. cit., p. 40.

57 R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. 4, 1368-1377, Paris, Picard, 1929, p. 316-318.

58 P. Boucheron, Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (xive-xve siècles), Rome, École française de Rome, 1998, p. 114-115.

59 M. Le Roux de Lincy, « Comptes des dépenses… », art. cité, no 52 : mention de 247 châssis de fenêtres.

60 Albrecht en faisait un lieu porteur de symbole étatique (U. Albrecht, Von der Burg zum Schloss. Französiche Schlossbaukunst im Spätmittelalter, Worms, Werner, 1986).

61 À Aix, le trône de l’empereur est attesté au-dessus du porche depuis 936. L’étage de la chapelle d’Aix était à la fois chapelle seigneuriale privative et tribune des musiciens. Voir, en dernier lieu, B. Brenk, « Wer sitzt auf der Empore? », dans J. Poeschke (dir.), Sinopien und Stuck im Westwerk der karolingischen Klosterkirche von Corvey, Münster, Rhema, 2002, p. 71-86, ici p. 74-77, et S. Müller, « Die Königskrönungen in Aachen (936-1531). Ein Überblick », dans Mario Kramp, Krönungen: Könige in Aachen - Geschichte und Mythos, cat. expo., Mayence, von Zabern, 2000, t. 1, p. 49-58, qui précise que l’acclamation comme intronisatio à partir de l’atrium n’est plus attestée après l’époque ottonienne. Nous remercions Madame Kristina Kruger d’avoir attiré notre attention sur cette bibliographie.

62 M. Chatenet, La cour de France au xvie siècle, Paris, Picard, 2002, p. 206 : ainsi en 1501, lors de joutes qui se déroulaient dans la basse-cour.

63 J. Labarte, Inventaire du mobilier de Charles V, Paris, Imprimerie nationale, 1879, p. 10 : « estude de la poterne du donjon ».

64 U. Albrecht (Von der Burg zum Schloss, op. cit., p. 52) y reconnait l’emplacement de l’étude où le duc conservait son trésor ; W. Prinz, R. G. Kecks, Das französische Schloss der Renaissance : Form und Bedeutung der Architektur, ihre geschichtlichen und gesellschaftlichen Grunlagen, Berlin, Mann, 1985, p. 51.

65 R. Delachenal(éd.), Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., t. 2, p. 245. S. Solente (éd.), Christine de Pisan. Le livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, op. cit., t. 2, p. 114 : « Le roy monstra à l’empereur les beaulx murs et maçonnages, qu’il avoit au Louvre fait ediffier ». Cf. le détail du voyage de l’empereur en 1377-1378 dans R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. 5, 1377-1389, Paris, Picard, 1931, p. 61 et suiv.

66 Cité par J. Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement, Paris, Fayard, 1991, p. 23, et, sur l’idée impériale et l’assimilation de Philippe Auguste à Charlemagne, p. 456 et suiv. De même, S. Solente (Christine de Pisan. Le livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, op. cit., t. 1, p. 116-133 et suiv.) assimilait-elle Charles V à Charlemagne, les vertus du roi lui conférant après Charles le Grand le titre de Charles le Sage.

67 J. Chapelot, « Le Vincennes des quatre premiers Valois : continuités et ruptures dans un grand programme architectural », dans Jean Chapelot et Élisabeth Lalou, Vincennes. Aux origines de l’état moderne, op. cit., p. 53-114, ici p. 83.

68 Schéma iconographique que l’on retrouvait sur la porte orientale de la Bastille avec saint Antoine. Mais pour J. Chapelot, « Le Vincennes des quatre premiers Valois… », art. cité, p. 82-86, l’hypothèse ne peut être retenue car Louis est né en 1372, alors que le châtelet était achevé au début de 1370 au plus tard.

69 R. Folz, L’idée d’empire en Occident du ve au xive siècle, Paris, Aubier, 1953, p. 171 et suiv., et, plus récemment, J. Krynen, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France, xiiie-xve siècle, Paris, Gallimard, 1993, p. 384 et suiv. : « L’empereur de France ». M. Schnerb-Lièvre, Le songe du vergier, op. cit. ; J Quillet, Charles V le roi lettré, op. cit., p. 61 et suiv.

70 S. Solente, Christine de Pisan. Le livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, op. cit., t. 1, p. 116-133 et suiv.

71 Caractéristique est le refus de Charles V à la Noël 1378 de laisser l’empereur célébrer en habits impériaux l’office, voir R. Delachenal, Histoire de Charles V, op. cit., t. 5, p. 69.

72 Ibid., p. 62 et suiv ; F. Autrand, « Mémoire et cérémonial : la visite de l’empereur Charles IV à Paris en 1378 d’après Les grandes chroniques de France de Christine de Pizan », dans F. Michaud-Fréjaville, N. Dauphin, J.-P. Guilhembet, Entrer en ville, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 91-103 ; L. Dulac, B. Ribémont(éd.), Une femme de lettres au Moyen Âge. Études autour de Christine de Pizan, Orléans, Paradigme (Medievalia, 16), 1995. Notons d’autre part que la cérémonie du sacre impérial à Aix était en relation au xivsiècle avec la fête de l’Épiphanie, voir S. Müller, « Die Königskrönungen in Aachen (936-1531). Ein Überblick », art. cité, p. 53.

73 R. Delachenal(éd.), Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, op. cit., t. 2, p. 200.

74 S. Solente (éd.), Christine de Pisan.Le Livre de la mutacion de fortune par Christine de Pisan, op. cit., vers 1461 et suiv.

75 Ibid., vers 2923-25.

76 Christine de Pisan nous décrit le roi chevalier à la tête de ses gens d’armes, dont les prouesses n’avaient d’équivalent depuis les Romains (S. Solente, Christine de Pisan. Le livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, op. cit., t. 1, p. 105 et suiv.). Alors dauphin, il fut fait chevalier par Jean II en 1350, à l’âge de 12 ans, et reçut l’insigne en 1351 du nouvel ordre de l’Étoile (J. Quillet, Charles V le roi lettré, op. cit., p. 49-50).

77 Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 248.

78 Passage intéressant à propos des armes de France et d’Angleterre dans Schnerb-Lièvre, Le songe du vergier, op. cit., p. 291-292 : « La couleur d’or est la plus noble, car si or represente lumiere et clerté, car, se aucun voulet figurer les rayes du solail, il ne lez pourret miex figurer que par rayes d’or et, conme dist une loy : “Il n’est rien plus noble que lumiere.” Ensuite viennent le rouge ou le pourpre, couleur que seul le roi doit porter puis l’azur, couleurs qui sont dites nobles. »

Table des illustrations

Titre Ill. 1 — Le Louvre de Philippe Auguste
Crédits (restitution A. Salamagne)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Ill. 2 — Le Louvre sous Philippe le Bel
Crédits (restitution A. Salamagne)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Ill. 3 — Le Louvre remodelé par Charles V
Crédits (restitution A. Salamagne)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Ill. 4 — Le Louvre d’après Les Très Riches Heures du duc de Berry
Crédits © RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly) / René-Gabriel Ojéda
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3377/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Ill. 5 — L’accès à la tour maîtresse depuis la salle
Crédits (restitution A. Salamagne)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3377/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 636k

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540