Version classiqueVersion mobile

Autobiographies souveraines

 | 
Pierre Monnet
, 
Jean-Claude Schmitt

Les Commentarii d’Enea Silvio Piccolomini (Pie II, 1405/1458-1464)

Claudia Märtl

Résumé

Les Commentarii de Pie II, seule œuvre autobiographique connue d’un pape, rédigés en 1462-1463 et ordonnés en 12 livres, ont été transmis par deux manuscrits : le BAV Reg. Lat. 1995, qui contient des parties autographes et de nombreuses corrections de la main de l’auteur ; le Roma Bibl. Corsiniana ms. 147, édition de dernière main en calligraphie humaniste. Cette œuvre, rétrospective pour la partie couverte par les six premiers livres, rassemble la somme du savoir et de l’œuvre historique, biographique et géographique de Piccolomini. Ces Commentarii devaient immortaliser pour la postérité la figure de Pie II à la fois en qualité de pontife élu par Dieu et de politique avisé. Son activité littéraire et rhétorique devait occuper une place importante dans cette entreprise. Comme le montrent les études (jusqu’à présent partielles et éparses) consacrées aux documents attestant le travail de préparation et de correction des Commentaires, l’image de l’action du pape et du monde politique qui l’entourait était très dépendante du temps même de la rédaction, ce qui ne fut pas sans conduire à des déformations rétrospectives.

Texte intégral

Temps de composition, tradition du texte, structure de l’œuvre

  • 1 Pour le pontificat d’Enea Silvio Piccolomini, voir le résumé de Marco Pellegrini, « Pio II », dans (...)

1Pie II est, à notre connaissance, le seul pape qui ait rédigé une autobiographie1. C’est une situation particulièrement difficile de son pontificat qui inspire à ce grand humaniste le projet de forger lui-même sa mémoire. Enea Silvio Piccolomini, devenu pape le 19 août 1458, commence à rédiger les Commentarii en 1462. Il conçoit l’idée d’écrire l’Historia de pontificatu suo, comme il appelle cette œuvre dans le prologue, probablement lors du voyage qu’il entreprend en Toscane en mai 1462. Après son accession au trône de saint Pierre, la croisade contre les Turcs a éclipsé dans un premier temps toutes ses autres préoccupations, puis est reléguée à l’arrière-plan quand le pape se voit confronté à des résistances acharnées. En 1462, son autorité pontificale est menacée sur plusieurs fronts : l’archevêque de Mayence est en train d’entraîner l’épiscopat allemand dans une opposition virulente contre Rome, les relations avec le royaume de France promettent de se compliquer à cause de la question de l’Italie méridionale, et dans le Patrimonium Petri, plusieurs vassaux pontificaux défient le pouvoir temporel du pape par des actions militaires. Après avoir apaisé les problèmes les plus urgents, Pie II retourne à la croisade qui avait animé les débuts de son pontificat. En décembre 1463, il met fin au douzième livre des Commentarii, juste après avoir décidé de passer enfin à l’action contre les Turcs. On peut supposer qu’il considère son œuvre comme achevée, parce qu’il charge l’un de ses scribes d’en faire une copie très soignée sur le modèle des manuscrits humanistes (ill. 4). Il existe cependant le début d’un treizième livre, qui devait contenir l’histoire de la croisade commencée en 1464, vouée à l’échec quand le pape meurt à Ancône le 14-15 août de la même année. La rédaction des douze livres des Commentarii accompagne donc à peu près un an et demi du pontificat de Pie II. Dans les éditions modernes, le texte occupe environ six cents pages imprimées.

  • 2 Pii II Commentarii rerum memorabilium que temporibus suis contigerunt, éd. par Adriano van Heck, 2 (...)
  • 3 Pour les autographes datant du pontificat de Piccolomini, voir Martin Wagendorfer, Die Schrift des (...)

2Le texte des trois éditions critiques2 se fonde sur deux manuscrits : la copie déjà mentionnée, qui présente une version corrigée et approuvée par l’auteur (Rome, Bibliothèque Corsini, ms. 147), et le Codex Reginensis latinus 1995 de la Bibliothèque vaticane, qui contient la version pour ainsi dire « originale » de l’œuvre avec des parties autographes de Pie II3. Les interventions autographes se trouvent surtout dans le premier livre, qui résume la vie de l’auteur avant son accession au pontificat et se termine par le célèbre récit du conclave de 1458. Les pages qui racontent le conclave sont entièrement autographes ; la qualité du papier et les filigranes laissent penser qu’elles constituent la partie la plus ancienne du manuscrit, donc le point de départ du récit. Les livres qui suivent sont rétrospectifs jusqu’à la fin du sixième livre ; à partir du septième sont racontés des événements contemporains de la rédaction. Dans les parties dictées par le pape ou copiées par ses secrétaires, on relève souvent les traces d’une rédaction par l’auteur lui-même ; il est très intéressant aussi de constater qu’un certain nombre de malentendus se produisent pendant la dictée, qui sont aussitôt corrigés.

Illustration 4 – Le manuscrit des Commentarii avec le « portrait » de Pie II comme auteur, Rome, Biblioteca della Academia Nazionale dei Lincei Corsinianna, ms. Cordiniano 147, c. 1r.

3Pie II élabore certains passages sur des notes qu’il avait prises autrefois, mais il utilise aussi des textes déjà prêts ou qui lui sont préparés par ses familiers. Il est évident que les Commentarii se présentent comme une sorte de patchwork, et dans certaines parties, ils donnent même l’impression d’une œuvre pour ainsi dire collective issue des cercles les plus intimes de la curie de Pie II. Le pape lui-même se rend d’ailleurs compte que la structure de son œuvre n’est pas des plus rigoureuses et qu’elle manque quelquefois de respect pour la chronologie. Dans ses chapitres rétrospectifs, Pie II part ordinairement d’un événement contemporain de son pontificat, comme la mort de Charles VII ou une maladie de Philippe le Bon, pour esquisser des tableaux historiques. Occasionnellement, Pie II s’excuse de la confusion qui semble régner dans la chronologie en remarquant qu’il écrit l’histoire de ces temps telle qu’elle se présente aux contemporains et qu’il insère des informations au fur et à mesure qu’il les reçoit lui-même (Comm., VI, 21 ; IX, 21). Malgré ces confusions occasionnelles, il cherche à donner dans les Commentarii un récit cohérent de faits souvent chaotiques.

Les intentions de l’auteur

4On a quelquefois jugé que la tendance de Pie II à se perdre dans des récits historiques étendus était le signe d’un échec des Commentarii en tant qu’œuvre autobiographique. Ces digressions apparentes sont néanmoins une partie entière et importante de son projet autobiographique : car raconter avec une telle richesse de détails des événements qui s’étaient déroulés en Angleterre, en France, dans la péninsule Ibérique, dans les pays est-européens et dans l’Empire, c’était rattacher les Commentarii à la biographie précédente de l’auteur et prouver en même temps que la papauté se trouvait de nouveau au centre de la chrétienté. Après la fin du schisme, il fallait mettre en évidence l’horizon européen de Rome, et cet horizon était garanti par la personnalité et la biographie du pape. Pie II avait l’intention d’écrire l’histoire définitive de son temps en se plaçant lui-même au centre de l’action.

5Dans le premier livre des Commentarii, Pie II se complaît à énumérer les signes de l’élection divine qui l’a fait pape. Loin de renier son passé comme membre du concile de Bâle, il suit le modèle des récits de conversion, comme les Confessions de saint Augustin, pour expliquer le chemin qui l’a conduit sur le trône de saint Pierre. En tant que vicaire du Christ, il est le souverain de tous les rois de ce monde, ce qu’il exprime à plusieurs reprises dans les onze livres qui suivent. En décrivant les pratiques de pouvoir employées pendant son pontificat, il vise consciemment à combiner son rôle pontifical avec la « sagesse en actes et en paroles » (faciendi dicendique sapientia) des orateurs de l’Antiquité. En effet, Enea Silvio Piccolomini voulait se représenter en politicien avisé (et l’on pourrait presque dire aussi en manager avisé).

  • 4 Dieter Brosius, « Breven und Briefe Papst Pius’ II. », Römische Quartalschrift, 70, 1975, p. 180-2 (...)

6Or, il ne faut jamais oublier que les Commentarii étaient adressés à la postérité et avaient pour but de fixer l’image que Pie II voulait laisser de son pontificat. La motivation de l’œuvre est expliquée dans le prologue : l’auteur s’était aperçu que les papes de la première moitié du xve siècle avaient été critiqués sévèrement pendant leur vie, mais que toutes les critiques avaient cessé après leur mort pour faire place à des éloges également exagérés. Selon lui, c’était l’envie qui avait poussé les contemporains à dénigrer ces papes, et il était parfaitement conscient d’être lui-même l’objet d’une observation sans pitié. Il se montrait cependant convaincu de ce que la postérité ne lui dénierait pas sa place parmi les plus grands papes de l’histoire. Les Commentarii étaient destinés à transmettre l’histoire vraie de ses actions à des lecteurs qui devaient d’abord se recruter parmi les proches du pape, mais ce dernier visait également un public plus vaste dans le futur. La recherche de la renommée (fama) se dégage comme motivation centrale de l’auteur. Les Commentarii sont le deuxième monument, après sa ville natale de Pienza, que Pie II voulait laisser de lui. Il fit aussi recueillir les lettres rédigées par lui-même pendant son pontificat pour conserver certaines de ses décisions dans la forme qu’il avait voulu leur donner4.

7Si les Commentarii ont été souvent interprétés comme une œuvre devant sa naissance à une évidente intention défensive, on peut se demander si toutes ces mesures, qui trahissent un souci profond de conserver sa propre mémoire, ne sont pas plutôt des éléments d’une stratégie offensive inspirée par les paramètres de l’humanisme. Ce sont pratiquement toujours les Commentarii seuls qui ont été pris en considération en tant que document autobiographique, mais pour mieux comprendre la signification qu’ils durent avoir pour leur auteur, il faut les confronter aux textes autobiographiques qui datent des étapes antérieures de sa vie.

Les autoportraits antérieurs à l’ascension au pontificat

8Au cours de sa vie, Enea Silvio a éprouvé à plusieurs reprises le besoin de créer des autoportraits, qui se détachent nettement de la foule d’informations éparses sur sa vie qu’il fournit au fil de ses lettres. Il s’agit d’efforts conscients pour faire le point sur sa situation présente en réfléchissant sur les évolutions de sa biographie. Son passage du conciliarisme au papalisme a inspiré au moins l’un de ces autoportraits. La réflexion autobiographique apparaît cependant chez lui bien avant ce tournant ; on la trouve dès ses premières œuvres conservées.

  • 5 Aeneas Sylvius Piccolominus (Pius II), De gestis concilii Basiliensis commentariorum libri II, éd. (...)

9Le traité De gestis concilii Basiliensis, composé en 1440, est précédé d’un étonnant prologue5 qui consiste, de la première à la dernière ligne, en un portrait de l’auteur à l’âge de trente-cinq ans. Tandis que les prologues expliquent normalement le contenu de l’œuvre en s’adressant à des lecteurs ou à des auditeurs présumés, ce texte se présente comme un monologue centré autour des choix existentiels de l’auteur, sans ouverture visible vers un public. Enea Silvio y affirme son intention de poursuivre les studia humanitatis ; il a renoncé aux possibilités que lui auraient offertes les études de droit qu’il avait poursuivies à Sienne, et il sait que, selon toute probabilité, il est trop tard pour entrer dans une carrière régulière. Ses propos aboutissent à une acceptation de son destin et se révèlent dans leur partie centrale comme une affirmation de lui-même contre les attentes de sa famille. Bien plus qu’un consentement fataliste à un futur inévitable, il s’agit de l’annonce orgueilleuse d’une vocation. C’est essentiellement l’autoportrait d’un écrivain en herbe, qui lance un défià tous ceux qui lui avaient conseillé de s’adapter aux nécessités de la vie.

  • 6 Der Briefwechsel des Eneas Silvius Piccolomini, éd. par Rudolf Wolkan, vol. I, 1, Vienne, Hölder, (...)

10L’esprit d’opposition, qui est au fondement de cette première réflexion autobiographique, motive également le deuxième des autoportraits de Piccolomini ; il s’oppose à l’un de ses amis, avec qui il s’était brouillé à la cour de Frédéric III. Le différend ne devait pas durer longtemps, mais il conduit Piccolomini à écrire une longue lettre6 pour éclaircir, de son point de vue, certains aspects de leur relation. Piccolomini, alors âgé de bientôt trente-neuf ans, procède en dressant la liste des qualités qui les distinguent. Quoiqu’on puisse percevoir une note légèrement négative dans le portrait de son ami, Piccolomini s’abstient d’un jugement moral trop évident ; il introduit ce passage par la remarque qu’il ne veut pas se louer et qu’il est très possible que la manière de vivre de son ami soit meilleure que son propre style de vie. Ce n’est plus un autoportrait en écrivain, même si certains traits se répètent par rapport au prologue du De gestis concilii Basiliensis (le mépris de l’argent, la littérature vécue comme besoin intérieur), c’est une réflexion sur sa propre nature en opposition avec celle d’un homme qui avait été son meilleur ami et qu’il connaissait intimement.

  • 7 Ibid., vol. II, 1912, no 6, p. 30-33 (lettre à Johann Vrunt, Vienne, 8 mars 1446).
  • 8 Ibid., no 19, p. 54-65 (lettre à Jordan Mallant, recteur de l’université de Cologne, Cologne, 13 a (...)

11Un an et demi après cette lettre, Piccolomini, qui a maintenant quarante ans, écrit à un autre ami ayant déploré dans une lettre qu’une femme qu’il avait aimée se soit mariée. Des conseils que Piccolomini cherche à lui donner, il résulte un troisième autoportrait7. C’est bien sûr le thème traditionnel du contemptus mundi et de la caducité du monde qui fait son apparition ici, en liaison avec le motif de la connaissance de soi-même. Mais le développement de ces sujets est fondé sur l’observation de ses propres évolutions physiques et psychiques, donc autobiographique. À lire la lettre entière, on s’aperçoit qu’il s’agit de nouveau d’un autoportrait construit autour d’une opposition : Piccolomini suppose que son ami est en pleine vigueur. Il s’agit là d’une construction à des fins rhétoriques pour mieux mettre en valeur la description de son propre déclin. Le destinataire de cette lettre vit à Cologne, dont l’université reçut plus tard la première des rétractations de Piccolomini8, lettre qui présente un compte rendu des raisons qui l’ont fait passer du conciliarisme au parti d’Eugène IV. On pourrait qualifier ce traité de récit typique de conversion : membre du concile de Bâle, l’auteur avait critiqué l’église romaine, parce qu’il avait été un jeune homme arrogant qui avait surestimé ses connaissances, mais il s’était converti après avoir eu la chance de s’éloigner des mauvaises influences ; loin de nier ce qu’il définit maintenant comme des erreurs, il les reconnaît et en profite pour styliser sa propre biographie sur le modèle de celle de saint Paul ou de saint Augustin.

  • 9 Aeneae Silvii Piccolomini Senensis […] opera inedita, éd. par Josephus Cugnoni, Rome, Salviucci, 1 (...)

12Après une ascension rapide dans la hiérarchie ecclésiastique, Enea Silvio sent de nouveau le besoin de faire le point sur sa biographie quand il approche de la cinquantaine. À l’âge de quarante-huit ans, il cisèle deux autres autoportraits qui se complètent mutuellement. Dans le dialogue connu sous le titre De donatione Constantini, qui décrit un voyage dans l’au-delà, Piccolomini fait dresser le bilan de sa vie par saint Bernardin de Sienne9. Bernardin énumère les plus éclatants progrès de la carrière de Piccolomini, qui sont tous liés à ses activités diplomatiques et surtout aux grandes harangues, par lesquelles il se met en valeur à partir du milieu des années quarante : sa prestation d’obédience au nom de Frédéric III devant Eugène IV, sa préparation des fiançailles de Frédéric avec la princesse portugaise Éléonore, sa participation au couronnement de l’empereur, ses relations avec les princes allemands, les nombreuses légations qu’il avait entreprises dans l’Empire et les efforts qu’il avait déployés pour la croisade contre les Turcs. Bernardin accompagne ce beau tableau de sévères critiques morales. Le dialogue permet à Enea de répondre en montrant son extrême humilité et en indiquant ses prochains projets. Il confesse ne pas penser suffisamment à la mort, tandis qu’il conviendrait de vivre chaque jour comme si c’était le dernier, mais il peut rassurer Bernardin au moins sur un point : dès qu’il en aura l’occasion, il retournera à Sienne pour ne plus quitter sa patrie. Il est évident que Bernardin de Sienne représente dans ce contexte une instance intérieure d’Enea lui-même. La mise en garde contre des vices tels que l’ambition et l’arrogance prononcée par le fameux franciscain est une manière d’éviter des reproches à l’auteur, qui aurait pu se les attirer s’il avait tout simplement énuméré ses exploits lui-même.

  • 10 Der Briefwechsel des Eneas Silvius Piccolomini, ouvr. cité, vol. III, 1, 1918, no 133, p. 238-241 (...)

13Le dialogue entre Bernardin et Enea livre une sorte de double autoportrait, qui présente un côté extérieur et un côté intime : il tient compte d’une brillante carrière de diplomate et d’homme d’Église, dont Enea peut être légitimement fier, mais il trahit aussi une inquiétude profonde due à la tension entre les nécessités de cette carrière et l’idéal clérical qu’Enea a adopté après avoir été ordonné prêtre. Si l’énumération des étapes de sa propre ascension entre dans la ligne d’affirmation de soi-même exprimée dans le prologue du De gestis concilii Basiliensis, elle ne confirme pas du tout l’image du bon évêque, dont on attend qu’il s’occupe surtout de son diocèse. Quelques semaines avant son quarante-huitième anniversaire, Piccolomini écrit à son cousin Gregorio Lolli10, qui avait demandé des nouvelles de son état de santé. Dans sa réponse, il dresse un tableau dramatique des signes de vieillissement et des nombreuses maladies chroniques qui affaiblissaient sa condition physique.

14Mis ensemble, le dialogue De donatione Constantini et la lettre à Gregorio Lolli donnent une idée assez précise de la vision qu’avait Enea Silvio Piccolomini de lui-même deux ans avant son retour définitif en Italie. On peut y distinguer trois champs : le récit de la carrière professionnelle, la réflexion morale (ou spirituelle) et l’autoportrait physique. On peut constater aussi qu’il était devenu impossible pour Enea Silvio de parler de lui-même aussi directement qu’il l’avait fait à l’âge de trente-cinq ans. Le regard sur sa carrière n’était permis qu’accompagné de commentaires appropriés à un homme d’Église, et il convenait mieux encore de confier la narration de ses succès à un autre ; l’observation du propre corps devait être confinée à la correspondance avec les amis, que l’on pouvait impressionner par la souffrance corporelle ; seule la réflexion morale ou spirituelle permettait de s’adresser à un public plus vaste pour parler de sa propre évolution. Ce serait cependant une erreur de croire qu’Enea Silvio renonce désormais à l’affirmation de soi-même qui avait animé son premier autoportrait. Dans les Commentarii, qu’il commence à composer à l’âge de cinquante-six ans, cet aspect revient au premier plan.

L’autoportrait du pape en homme de lettres

  • 11 Pour les modèles stylistiques de Piccolomini (César, Virgile, Salluste, etc.), voir Adrian van Hec (...)

15Si l’on s’interroge sur les aspects qui pourraient plus spécifiquement rattacher les Commentarii aux autoportraits antérieurs d’Enea Silvio, on rencontre surtout des éléments d’un autoportrait en homme de lettres et en homme tout court – c’est-à-dire qui n’hésite pas à parler de ses sentiments, de ses impressions sensuelles et de ses handicaps physiques –, très différent de l’image hiératique de la papauté qu’il sait également produire pendant les grandes cérémonies. Les Commentarii sont une belle confirmation de la vocation d’écrivain qu’Enea avait professée dès son premier autoportrait. Ce n’est pas seulement le modèle de César11 qui lui suggère d’utiliser la troisième personne pour cette œuvre, c’est aussi qu’il ressent l’impossibilité, en tant que pape, d’utiliser la première personne pour ses Mémoires ou de s’adresser à lui-même par le biais des interlocuteurs d’un dialogue, comme il l’avait fait autrefois. Les restrictions que lui impose sa condition d’homme d’Église aboutissent à une nouvelle libération en tant qu’écrivain. La distance conférée par l’usage de la troisième personne lui permet d’exprimer sa propre pensée sans détours.

16Dans le premier livre nettement autobiographique, l’auteur présente les étapes de sa carrière, mais sans trop s’appuyer sur des commentaires moraux explicites, comme il avait encore jugé bon de le faire dans le dialogue De donatione Constantini. Pour éviter d’être accusé d’ambition, il tient à souligner que, d’une part, ses progrès étaient dus à l’excellent travail qu’il avait accompli au service de divers maîtres et que, de l’autre, les promotions les plus spectaculaires de sa carrière lui avaient été conférées sans qu’il les eût cherchées.

  • 12 Des traces de cette activité se trouvent aussi dans les comptes du pontificat de Pie II, cf. Cl. M (...)
  • 13 Voir Arnold Esch, Landschaften der Frührenaissance : auf Ausflug mit Pius II., Munich, Beck, 2008.

17Pie II fait allusion à son propre travail d’écrivain12 dans les Commentarii, par exemple en mentionnant qu’il était en train de dicter une partie de ce texte, quand un terrible orage éclata (Comm., XI, 19). Plusieurs fois, il renvoie à des manuscrits de ses lettres et harangues qu’il a fait préparer, et il se complaît surtout à étaler sans restriction ses succès rhétoriques dans un clair esprit de compétition. En dehors de l’influence omniprésente de Virgile, on trouve des remarques éparses qui prouvent l’intérêt continu que le pape nourrit pour la littérature et l’histoire : il observe le paysage lors de ses excursions pour y trouver des traces de ce qu’il avait lu dans les auteurs anciens13 ; lors d’une audience à Sienne, il se souvient d’un épisode de Boccace (Comm., IV, 32) ; il commente en connaisseur les œuvres de son secrétaire Flavio Biondo (Comm., XI, 23) ; il insère des poèmes d’un membre de sa curie, Giovanni Antonio Campano (Comm., V, 21 ; V, 26 ; VII, 12 ; VIII, 5) ; il se réjouit de pouvoir discuter avec Federico da Montefeltro sur l’histoire militaire (Comm., V, 26), etc.

  • 14 M. Wagendorfer, Die Schrift des Eneas Silvius Piccolomini, ouvr. cité, p. 190 et suiv. ; pour les (...)

18Comme certains des autoportraits antérieurs, les Commentarii racontent aussi l’histoire des maladies de Piccolomini, en commençant par les petites aventures de l’enfance, l’expérience presque mortelle de la peste à Bâle, la légation en Écosse qui eut des conséquences désastreuses pour sa santé. Dans les onze livres qui portent sur le pontificat, à côté des récits de succès politiques, des descriptions du paysage italien et des réflexions sur l’état du monde chrétien, on trouve de nombreuses remarques sur les problèmes physiques du pape. En dehors de plusieurs maladies non spécifiées, il est notamment torturé par une « grave maladie de l’estomac et une toux sèche » et par d’insupportables attaques de goutte qui le contraignent à passer des mois entiers dans les bains siennois. L’attention qu’il porte à son état physique va jusqu’à lui faire citer un diagnostic médical dans son œuvre14. Les remarques sur des problèmes de santé sont très souvent intégrées dans des narrations rapportant comment le pape remplit, en dépit de ces difficultés, les devoirs de son office. Puisque les adversaires de Pie II avaient argué de sa mauvaise santé pendant le conclave pour l’exclure comme candidat, il lui fallait également justifier son pontificat par sa présence corporelle. Dans les Commentarii, le récit de la souffrance physique rattache la biographie du pape à la vie du Sauveur lui-même. Il s’agit pour lui de démontrer qu’il remplit sa tâche à tous égards d’une façon exemplaire.

Biographie et autobiographie, ou les Commentarii comme jugement en dernière instance

  • 15 L. Totaro, Pio II nei suoi Commentarii, ouvr. cité, p. 13 n. 2.

19Les Commentarii ne sont pas seulement l’histoire du pontificat de Pie II, ils sont aussi l’histoire du monde politique en relation avec la curie, dont les protagonistes se trouvent dépeints par le pape. Un des éditeurs modernes, Luigi Totaro, a calculé qu’environ 2 000 personnages – souvent des contemporains – font leur apparition dans cette œuvre15. Il faut souligner que, si Piccolomini mentionne dans les Commentarii des personnages qui ont vécu au cours des siècles précédents, il ne leur accorde pas vraiment le même degré d’attention qu’à ses contemporains : jamais, par exemple, il ne rédige la biographie de personnes éloignées dans le temps. Cette relative indifférence se produit malgré l’intérêt d’Enea Silvio Piccolomini pour l’histoire et au contraire de ses modèles, tel Pétrarque, et à la différence de ses œuvres antérieures, où il avait créé de véritables galeries de portraits.

  • 16 Enee Silvii Piccolominei postea Pii P. II De viris illustribus, éd. par A. van Heck, Vatican, Bibl (...)

20À partir de 1445, il travaille à réunir un recueil de biographies, qu’il veut appeler De viris illustribus nostri evi (ou nostri temporis)16. Son intention de se limiter aux personnages contemporains fait de la construction de leurs biographies un exercice autobiographique, d’autant qu’Enea Silvio a connu personnellement les sujets de ses efforts de biographe. L’intention principale des vies du De viris illustribus semble consister à souligner le nombre d’hommes illustres qu’il a connus. Les plus riches en information, pour la biographie d’Enea Silvio lui-même, sont les vies des personnages au service desquels il avait été à Bâle. Ce sont notamment les vies de Bartolomeo Visconti, évêque de Novare, et de l’antipape Félix V. Comme il a l’habitude de réutiliser très souvent des textes qu’il avait composés, on retrouve fréquemment des fragments des vies du De viris illustribus dans ses autres œuvres. Ce phénomène précurseur du « copier-coller » des temps modernes devient plus intéressant dans les cas où Piccolomini a changé son jugement sur les personnages mentionnés.

  • 17 Enee Silvii […] De viris illustribus, ouvr. cité, p. 4-6. Pour Félix V et Piccolomini, voir aussi (...)
  • 18 Ibid., p. 74-79 ; pour ce personnage, voir la notice de Francesco Cognasso, « Felice V », dans M. (...)

21On peut en faire une démonstration très intéressante en étudiant les mentions et les portraits d’Amédée de Savoie, l’antipape Félix V, que Piccolomini avait servi comme secrétaire. Il faut commencer par la vie de Bartolomeo Visconti17, qui consiste en vérité à plus de moitié en une autobiographie d’Enea Silvio du temps où il avait été au service de cet évêque proche du duc de Milan. Cette période s’était achevée avec le grand scandale qu’avait déclenché Bartolomeo par son attentat manqué contre Eugène IV à Florence. C’était une affaire obscure dans laquelle Enea Silvio était impliqué, au motif que Bartolomeo l’avait chargé d’une lettre pour le condottiere Niccolo Piccinino, l’exécuteur matériel désigné de l’attentat. Dans les Commentarii, Pie II glisse sur le but de son voyage auprès de Piccinino et dit seulement qu’il fut envoyé « pour certaines choses importantes » (Comm., I, 4) ; dans la vie de Bartolomeo Visconti, il est beaucoup plus loquace, tout en essayant de s’excuser, parce qu’il n’aurait rien su des raisons qui constituaient le fond de cette mission. Quand le projet d’attentat fut révélé, Eugène fit emprisonner Bartolomeo, et Enea Silvio dut chercher un autre maître en la personne du cardinal Niccolo Albergati, avec lequel il partit pour Arras. Le scandale causé par Bartolomeo fut la raison pour laquelle Enea Silvio dut rester à Bâle ; c’est ce qu’il dit de manière identique dans le De viris illustribus et dans les Commentarii, mais dans le De viris illustribus, il est plus explicite sur les motivations de son passage ultérieur de la cour de Félix V à celle de Frédéric III : ce n’étaient pas des réflexions ecclésiologiques, mais l’échec concret de Félix V qui provoqua le changement de parti d’Enea Silvio. Le paragraphe final de la vie de Bartolomeo Visconti peut servir de charnière pour lier cette biographie à celle de Félix V18. La vie d’Amédée placée dans le De viris illustribus a été composée avant l’année 1449, lorsque Félix se réconcilia avec Nicolas V. Cette Vita se trouve parmi un groupe de biographies de princes séculiers, insérée juste après la vie de Charles VII et avant celle des rois d’Aragon, d’Angleterre, de Castille et du Portugal. Cette position et le titre De Amedeo Sabaudie comite démontrent assez ce qu’était le jugement d’Enea Silvio sur le pontificat de Félix V à l’époque où il composa sa biographie. La suspicion du lecteur en sort aussitôt confirmée. La vie d’Amédée de Savoie débute par un compte rendu d’environ cinquante ans de son règne comme duc, récit qui apparaît d’abord assez positif, mais qui contient déjà les raisons de son échec comme pape : selon Enea Silvio, Amédée évita de prendre parti dans la guerre de Cent Ans, raison pour laquelle aucun clan ne le suivit ensuite. Enea Silvio exprime aussi sa méfiance envers les motivations qui conduisirent Amédée à fonder l’ermitage de Ripaille : c’était un locus amoenus, donc pas du tout un lieu austère, car il ne voulait pas entièrement abandonner « le monde ». C’est pourquoi il faisait porter à ses ermites des croix d’or sur la poitrine, plutôt un signe du diable que de Dieu. Il restait également ambitieux, parce qu’il voulait conserver la première place dans cet ermitage et ne renonça pas à se mêler du gouvernement de la Savoie. De surcroît, on le suspectait déjà de vouloir devenir pape. Enea Silvio n’affirme pas tout cela par ouï-dire, il l’avait vu lui-même : « la première fois que je le vis, il était barbu, c’était à Ripallia » (hunc prius ego barbatum in eo loco vidi, cui Ripallia est nomen). Cette phrase marque la transition vers une réflexion autobiographique d’Enea Silvio, qui concerne surtout son propre rôle lors de l’élection de Félix ; il souligne : « Je n’ai rien vu qui ne fût conforme à l’honnêteté […] je n’ai rien vu qui ne fût pas licite » (Ego nihil umquam nisi honestatem vidi […] nihil ego vidi, quod non liceret). Il peut ainsi confirmer par sa propre expérience que le comportement des membres du concile de Bâle était correct quand ils avait élu Félix V.

22Dans le récit des faits du pontificat de Félix, Enea Silvio préfère rester dans l’ombre ; il mentionne seulement qu’il avait été embauché comme secrétaire à Thonon, « où il se fit raser et choisit ses officiers » (ubi et barbam deposuit et officiales elegit). Il rapporte les efforts de l’antipape pour faire reconnaître son pontificat, lesquels n’aboutirent à rien, de sorte qu’il peut réaffirmer sa neutralité initiale. La biographie s’achève néanmoins sur une note un peu plus positive, car Enea Silvio souligne dans les dernières phrases qu’Amédée est un homme très intelligent, qui avait appris à parler latin à un âge avancé. À l’époque de sa vie où Enea Silvio avait déjà pris la décision d’abandonner le conciliarisme tout en demeurant encore assez proche des événements conciliaires, son jugement sur Félix V était donc ambigu. S’il exprimait des réserves envers la motivation religieuse de l’antipape, il ne cachait pas pour autant une certaine admiration, qui lui était inspirée par le comportement de l’ex-duc absorbé par son souci de s’adapter à ses nouveaux rôles.

  • 19 Enee Silvii Piccolominei postea Pii P. II De Europa, texte édité par A. van Heck, Vatican, Bibliot (...)
  • 20 Voir Marco Piccat, « Amedeo VIII e le streghe della Savoia », dans L. Secchi Tarugi (dir.), Pio II (...)

23Environ dix ans plus tard, Enea Silvio réserve à Amédée une place considérable dans le chapitre sur la Savoie19 qu’il insère dans l’Europa, œuvre achevée en 1458. Chose étonnante, c’est une biographie assez positive ; les critiques formulées contre la motivation religieuse de Félix ayant disparu de ce texte, subsiste seulement le reproche adressé à Félix d’avoir accepté le pontificat « sans être favorisé par la grâce divine » (superis parum faventibus). Les remarques sur l’adaptation de l’ex-duc à ses nouveaux devoirs sont reprises : « Il se rase la barbe […] rapidement il apprit le cérémoniel ecclésiastique et la manière de prier » (Barbam totondit […] ecclesiasticas ceremonias et orandi morem repente didicit). On pourrait en déduire que la décision d’Amédée d’abdiquer comme pape avait modifié le jugement d’Enea Silvio dans un sens positif, et l’on pourrait s’attendre à voir perdurer cette attitude bienveillante dans les Commentarii, composés quatre ans plus tard. En effet, Pie II y parle à deux reprises de Félix V dans le premier livre (Comm., I, 4 et 10), mais il le fait en revenant sur certains points abordés dans De viris illustribus. Il mentionne d’abord brièvement sa première visite à Ripaille, où Amédée aurait mené une « vie plus vouée au plaisir qu’à la pénitence » (magis voluptuosam quam penitentialem vitam degebat), pour répéter ensuite les rumeurs qui circulaient dès cette époque sur le fait que l’ex-duc deviendrait pape. On trouve cependant une légère variante : Pie II identifie les auteurs de ces rumeurs avec « les jeteuses de sort possédant l’esprit pythonisse, dont regorgent les montages de Savoie » (sortilegae phytonicum spiritum habentes, quibus Sabaudie montes abundant20). Après ce début sinistre, il parle de sa participation à l’élection de Félix V, en soulignant qu’« il avait vu toutes les cérémonies utilisées par les Bâlois » et qu’il servit l’antipape jusqu’au voyage de Frédéric III dans le Sud-Ouest de l’Empire. Dans la partie entièrement rétrospective des Commentarii, Amédée est donc dépeint sous un jour un peu défavorable, mais point trop négatif.

  • 21 Der Briefwechsel des Eneas Silvius Piccolomini, I, 1, ouvr. cité, no 34, p. 107 (lettre à Juan de (...)

24Pie II revient cependant une troisième fois sur ce sujet dans un chapitre postérieur, bien éloigné de la chronologie historique qui dicte le récit du premier livre. Il s’agit du septième livre, dans lequel il rapporte des événements de l’année 1461, à l’occasion de la visite de Charlotte de Lusignan à Rome (Comm., VII, 8). La reine de Chypre avait l’intention de se rendre en Savoie chez son beau-père pour implorer son aide contre les Turcs, mais en vain, comme Pie II le savait déjà quand il décida « de présenter quelques informations sur les princes de ce pays ». À présent il ne mâche plus ses mots : le pontificat d’Amédée n’avait pas seulement été prédit par des sortilèges, Amédée avait même été abordé par des sorcières après la mort de sa femme et avait commencé sa vie à Ripaille parce qu’il avait cru en leurs promesses. Quand Amédée reçut la visite de Niccolo Albergati, les visiteurs – dont Enea Silvio lui-même – furent très impressionnés par la conversion du duc. Mais ensuite il contraignit le concile de Bâle par une extorsion à déposer Eugène. Enea Silvio fut parmi les ambassadeurs que le concile envoya à Ripaille pour annoncer à l’ex-duc son élection. Comme témoin oculaire, il n’avait jamais oublié d’insister sur la barbe que Félix se fit raser, et il y avait déjà fait une allusion déguisée dans sa toute première description de Félix en 1440, où il avait loué l’aspect de celui-ci : « les cheveux blancs vénérables, un port noble et un visage qui tout entier témoigne de sa sagesse » (veneranda canicies, decorus aspectus et facie tota prudentiam prae se ferens21). Or, dans le septième livre des Commentarii, il avance un récit qui laisse pantois. C’est comme s’il ouvrait une fenêtre sur des souvenirs qu’il avait toujours eus en tête, mais qu’il avait écartés jusqu’alors. Voilà ce qu’il dit de la cérémonie par laquelle Amédée accepta le pontificat :

  • 22 […] abrasa barba tonsoque vertice, corona brevi capillorum dimissa, pontificalibus indumentis ador (...)

[…] ayant rasé sa barbe et tondu le haut de son crâne, pour ne laisser qu’une mince couronne de cheveux, il revint vers le public revêtu des ornements pontificaux, semblant d’autant plus méprisable qu’il avait mis des vêtements plus précieux ; car le rasoir du barbier avait enlevé ce qui était son véritable ornement personnel, sa barbe longue et abondante, qui cachait toutes les taches de son visage et semblait lui conférer une certaine majesté ; sans elle, il offrait un visage petit, des yeux torves – en effet il louchait –, des joues pendantes comme s’il portait le masque d’un singe très obscène22.

25Ce jugement implique que c’était à ce moment que tout le monde eut finalement la possibilité de voir le vrai visage d’Amédée, et qu’il se trouvait démasqué à l’instant même où il croyait atteindre le but de son ambition. Les Commentarii aboutissent ainsi à un anéantissement moral de toute la personnalité de Félix V en dernière instance. Dans les Commentarii, on rencontre un certain nombre de portraits « au vitriol », et Amédée n’est pas le seul à faire rétrospectivement les frais de la fureur de Piccolomini : une fureur éveillée par des événements sous le règne de son prédécesseur. La construction de portraits se révèle aussi une arme pour influencer la mémoire des temps futurs.

La perception des autres : Guillaume d’Estouteville

26Les Commentarii sont empreints de la perspective tout à fait subjective que Piccolomini portait sur les événements de son temps, mais cela ne signifie pas qu’il s’ingéniait à falsifier consciemment le déroulement des faits : il arrangeait simplement ses descriptions pour exprimer sa propre vision des choses. Il est assez difficile d’éviter les pièges cachés dans les Commentarii, parce qu’aucun des nombreux adversaires de Pie II ne réussit à opposer à l’interprétation pontificale de l’histoire une œuvre comparable pour faire valoir les opinions divergentes qui pourtant circulaient en grand nombre parmi les contemporains. Pie II faisait parfois même place au jugement des autres, mais il s’agit souvent d’une stratégie pour rehausser son propre rôle, surtout sa résistance contre des prises de position qu’il présente comme inspirées par un égoïsme irresponsable.

  • 23 Sur ce personnage, voir Anna Esposito, « Estouteville (Tuttavilla), Guillaume », dans Dizionario b (...)

27C’est par exemple le cas dans le fameux récit des Commentarii sur le conclave de 1458 (Comm., I, 36). Selon Pie II, le cardinal Guillaume d’Estouteville23, archevêque de Rouen, cherche à corrompre les autres cardinaux par des promesses démesurées et, en outre, accuse Piccolomini, auquel est reproché son passé de « poète », de vouloir éventuellement transporter la curie en Allemagne. Piccolomini, en revanche, contacte les cardinaux italiens et espagnols pour les soulever contre l’éventualité de voir le pape français transporter la curie en France. Finalement, c’est lui qui est élu, bien que Guillaume d’Estouteville ait tenté de falsifier le résultat de l’élection. L’échec qu’il subit lors du conclave se traduit chez d’Estouteville – selon Piccolomini – par un constant esprit d’opposition ; d’Estouteville aurait, par exemple, écrit en 1459 au roi de France qu’il ferait bien de contrecarrer le congrès de Mantoue.

  • 24 Publiés par Cl. Märtl, « Italienische Berichte von der Kurie Pius’II. (1458-1464) : ein Werkstattb (...)

28Guillaume d’Estouteville était alors le personnage le plus important parmi les cardinaux français : ses relations de parenté avec la maison des Valois, les légations qu’il avait entreprises en France (c’était lui qui avait contribué à réhabiliter Jeanne d’Arc lors d’une de ces ambassades), son immense richesse, faisaient de lui une figure de premier plan. Le récit de Piccolomini a été souvent reproduit sans que l’on cherche des indices trahissant l’opinion d’Estouteville sur le déroulement du conclave. On peut en effet trouver des traces des motivations de la stratégie d’Estouteville dans les dépêches diplomatiques que quelques ambassadeurs italiens ont envoyées à leurs seigneurs. Un ambassadeur du marquis de Mantoue rapporte deux entretiens qu’il avait eus avec d’Estouteville au printemps de 1459 et à celui de 146024. D’Estouteville racontait tant de détails sur ses efforts pour devenir pape que l’ambassadeur capitula malheureusement en notant seulement qu’il ne pouvait pas rendre compte de tout ce que d’Estouteville avait dit sur ce sujet : le cardinal était bien sûr toujours de l’avis qu’il aurait été le meilleur choix comme pape ; par ses relations, il n’y aurait pas eu de difficulté pour établir l’obédience envers Rome dans la chrétienté entière ; il insinuait en effet que Pie II s’était mis en route non pas pour aller à Mantoue, mais pour traverser les Alpes vers l’Allemagne ; il se montrait un défenseur énergique de la résidence des papes à Rome ; enfin, il reprochait à Pie II de « suivre trop sa propre tête » en nommant des gens inconnus et pauvres sans tenir compte des recommandations des princes chrétiens. Ces remarques confirment l’opinion de Pie II sur l’esprit d’opposition manifeste par son concurrent malchanceux, mais elles laissent aussi entrevoir les lignes sur lesquelles se serait développé le pontificat de ce cardinal : un d’Estouteville élu pape aurait probablement annoncé les grands pontifes qui conduisirent la Renaissance à Rome à son apogée.

Construction a posteriori : les rapports avec Jean Jouffroy

  • 25 Sur ce personnage, voir Cl. Märtl, Kardinal Jean Jouffroy († 1473) : Leben und Werk, Sigmaringen, (...)
  • 26 Voir Patrick Gilli, « Éléments pour une histoire de la gallophobie italienne à la Renaissance : Pi (...)

29Les relations troublées avec les cardinaux français forment comme le fil rouge qui unit d’une certaine manière les douze livres des Commentarii. Mais ce n’est pas d’Estouteville qui devient la bête noire de Pie II, c’est Jean Jouffroy25. Comme on l’a déjà constaté, l’évaluation positive ou négative d’un personnage dépendait parfois du niveau des informations du pape et elle pouvait changer quand il découvrait de nouvelles sources. Cette appréciation était cependant le plus souvent soumise au développement des relations politiques que ces personnes entretenaient avec Piccolomini. Cela vaut aussi pour les relations entre le pape et les Français26, qui – à en croire ses propres paroles – furent mauvaises dès le début. Pour observer le décalage existant entre la situation vécue par le pape dans l’instant de l’action même et l’impression qu’il veut en donner dans les Commentarii, il faut faire appel à des sources parallèles et indépendantes.

30Les premières mentions de Jean Jouffroy dans les Commentarii sont pour ainsi dire innocentes. Piccolomini le connaissait probablement depuis les années 1446-1447, c’est-à-dire depuis l’année de son ambassade à Rome, entreprise sur l’ordre de Frédéric III, pendant laquelle il se rallia à Eugène IV. Jouffroy était alors un jeune clerc bourguignon qui, après des études à Dole, Cologne, Paris et Pavie, était entré au service de Philippe le Bon. Il avait déjà fait preuve d’un remarquable talent rhétorique, aidé par sa prodigieuse mémoire et des connaissances étendues en matière de textes classiques. C’était un profil qui, selon toute probabilité, devait rendre ce personnage intéressant aux yeux de Piccolomini. Jouffroy, qui devint bientôt évêque d’Arras, se profila de plus en plus comme un diplomate très habile que Philippe le Bon employait surtout dans des ambassades en Italie. Il déclara le ralliement du duc bourguignon à Pie II et prononça au moins deux harangues pendant le congrès de Mantoue. Pie II enregistre ces apparitions de Jouffroy à sa curie dans les premiers livres des Commentarii sans laisser percevoir de sentiments négatifs. C’était bien sûr l’association de Jouffroy avec Philippe le Bon qui faisait de lui une figure particulièrement intéressante pour les projets de Pie II. Il atteignit le sommet de son influence dans les années 1460-1461. Les ambassadeurs milanais constataient alors dans leurs dépêches que Jouffroy jouissait d’une très bonne renommée auprès du pape.

31Or, on peut lire au quatrième livre des Commentarii une scène qui remonte aux premiers jours de mai 1460, au cours de laquelle Jean Jouffroy aurait subi une sévère réprimande de la part de Pie II. Il s’agit du fameux scandale causé par Jean V d’Armagnac, venu à la curie pour demander une dispense parce qu’il voulait légitimer une relation incestueuse avec sa propre sœur (Comm., IV, 21). Jean d’Armagnac était arrivé muni d’une lettre de recommandation de Philippe le Bon, et c’est pourquoi Jouffroy entreprit de le défendre. Pie II découvrit aussitôt que Jean d’Armagnac avait été trompé par deux faussaires, qui lui avaient fait croire qu’il obtiendrait une dispense « de consanguinité au premier degré » (in primo gradu consanguinitatis) s’il payait des droits élevés. Selon le texte des Commentarii, Jouffroy aurait alors pris la défense de Jean d’Armagnac au cours d’une harangue dans laquelle il chercha à justifier le comportement du comte par des renvois à des relations incestueuses dans la mythologie des Anciens. Pie II réagit très mal en lui reprochant publiquement de nourrir une trop haute estime de lui-même.

  • 27 Publiée par Cl. Märtl, « Wie schreibt ein Papst Geschichte ? », art. cité, p. 249-251.

32Une première esquisse autographe de Pie II, qui se trouve dans un de ses manuscrits à la Bibliothèque vaticane, jette cependant un doute sur cette version des faits27. Dans ce brouillon, Pie II avait rapporté ce cas mémorable dans un très bref délai. Dans la première version, de nombreux faits concordent avec le texte définitif des Commentarii : l’inceste, l’ingénuité du comte, la découverte des faussaires. Mais il n’y est pas question de Jouffroy. Au lieu de quoi, on trouve une harangue très rigoureuse de Pie II lui-même, dans laquelle le pape annonce à Jean d’Armagnac la punition de ses méfaits, qui consiste essentiellement dans l’obligation de participer en personne à la croisade contre les Turcs. L’intention de cette version, qui date, selon nous, de l’an 1460, était de mettre en lumière la rigueur du pape et ses connaissances du droit canonique. Quand il se met, deux ans plus tard, à incorporer la scène dans les Commentarii, son attention se concentre sur le rôle qu’avait joué Jouffroy. Il récrit la scène en ne mettant plus l’accent sur la punition de Jean d’Armagnac, mais sur le triste rôle qu’il fait jouer au défenseur de celui-ci. La raison de cette récriture est à chercher dans le développement politique de l’été 1462, qui colore les souvenirs de Pie II : rétrospectivement, il s’attribue dans la situation de mai 1460 les réactions pour lesquelles il penchait à l’été 1462, quand ses relations avec Jouffroy empiraient de jour en jour. Il n’est guère probable que le pape ait vraiment parlé à Jouffroy sur un ton aussi agressif en 1460, l’année où celui-ci était le garant le plus important des relations politiques avec Philippe le Bon.

  • 28 Déjà publiées en grande partie par Christian Lucius, Pius II. und Ludwig XI. von Frankreich 1461-1 (...)

33Que s’était-il passé pendant ces deux années ? Charles VII était mort, Louis XI avait abrogé la Pragmatique Sanction en novembre 1461, et Jouffroy avait été promu cardinal. Dans les Commentarii, Pie II affirme que Jean Jouffroy, après la mort de Charles, avait offert d’entreprendre une légation en France dans l’espoir d’en revenir cardinal. Au cours de cette légation, il aurait envoyé des bulletins rassurants à Rome, dans lesquels il assurait que Louis XI avait abrogé la Pragmatique Sanction sans poser de conditions. Après l’abrogation de la Sanction, Pie II nomma deux cardinaux français, Jouffroy et Louis Lebret, en décembre 1461. Selon les Commentarii, c’est seulement après avoir reçu la nouvelle de sa promotion que Jouffroy aurait révélé que Louis XI attendait en vérité de Pie II qu’il cède sur la question du royaume de Naples (Comm., VII, 13). Ce récit jette sur Jouffroy le soupçon d’avoir consciemment trompé le pape, qui, selon ses propres affirmations, serait toujours resté ferme dans son intention d’opposer un net refus aux prétentions angevines en Italie. Il n’est pas improbable que Jouffroy ait joué un double jeu en faisant croire le plus longtemps possible au pape que Louis XI abrogerait la Pragmatique Sanction sans conditions, et en faisant croire au nouveau roi de France que Pie II céderait, si on lui offrait l’occasion de sauver la face. La diplomatie française proposa donc à Pie II d’accepter l’abrogation de la Pragmatique Sanction par Louis XI en la séparant des projets de croisade. En même temps le roi français offrit une contribution substantielle à la croisade, qui devait être facilitée par le transfert du royaume de Naples aux Anjou. Il existe cependant sur cette affaire une riche documentation en dehors des Commentarii, des lettres du pape, de Jouffroy et de Louis XI. Ce dossier est constitué en grande partie par les dépêches28 des ambassadeurs milanais qui rencontraient le pape quotidiennement. Leurs rapports prouvent que Pie II ne s’était jamais trompé sur les intentions de Louis XI, quels que fussent les bulletins de son légat. Pendant le printemps de 1462 circulaient en permanence en Italie des rumeurs selon lesquelles Pie II céderait sur la question du royaume, rumeurs parfois confirmées par des membres mêmes de la curie, tel un banquier venant voir le marquis de Mantoue et lui disant, quand il fut interrogé à ce sujet : « C’est le propre des sages de changer d’avis » (Sapientis est mutare propositum).

34Après son retour à Rome en mars 1462, presque toutes les actions de Jouffroy sont présentées sous un jour très défavorable dans les Commentarii. Jouffroy aurait probablement pu sauver sa position en demeurant du côté de Philippe le Bon ; mais la décision d’embrasser entièrement la cause de Louis XI entraîna sa ruine sous Pie II. On peut comparer cette dernière partie des Commentarii avec les dépêches des ambassadeurs milanais, auprès desquels le pape se plaignait souvent des agissements de Louis XI et de ses représentants. L’aversion du pape atteint son comble quand Jouffroy part de la curie en octobre 1463. Par son départ, il aurait évité d’être emprisonné avec l’accord du collège des cardinaux, comme nous le fait savoir Pie II dans le douzième livre des Commentarii. À cette occasion, le pape dédie à Jouffroy un portrait célèbre dans lequel il l’écrase moralement en essayant d’expliquer la promotion de cet homme au cardinalat par l’habileté avec laquelle Jouffroy aurait caché son « caractère pervers » lors des débuts de sa carrière (Comm., XII, 36).

35À partir de l’été 1462, les relations avec la France sont au centre des préoccupations du pape, comme on le voit dans les Commentarii, mais aussi dans les rapports des ambassadeurs milanais. Ce n’est pas un pur hasard chronologique si le pape utilise dans les Commentarii des sources françaises ou bourguignonnes à un degré beaucoup plus large qu’avant son accession au pontificat ; c’est que, devenu pape, il a senti le besoin de s’informer un peu mieux sur les faits. S’il devait se restreindre dans ses discours prononcés devant les ambassades françaises à des vues modérées par la diplomatie, il pouvait dans les Commentarii écrire ce qu’il pensait véritablement. Mais en regardant de plus près, on peut soupçonner que la rigueur du refus des positions françaises, dans laquelle Piccolomini se complaît dans les Commentarii, est au moins en partie une construction a posteriori, dont le besoin est né après la rupture définitive annoncée en automne 1462.

Pratiques de pouvoir et politique de l’image

  • 29 Voir notamment Arnold Esch, « Enea Silvio Piccolomini als Papst Pius II. : Herrschaftspraxis und S (...)

36À plusieurs reprises, Pie II souligne dans les Commentarii avoir, pour sa part et avec les meilleurs intentions, toujours agi pour le bien de la chrétienté et avoir en revanche été empêché dans la réalisation de ses désirs par les « vices », les ambitions et les faiblesses de ses contemporains. Mais il tient aussi à nous faire savoir qu’il était capable d’imposer ses décisions aux membres de sa curie et à ses partenaires politiques, même dans des circonstances peu propices. Une des fonctions les plus importantes des Commentarii est en effet d’immortaliser avec un certain orgueil les stratégies multiples que le pape développait pour renforcer son autorité pontificale29.

  • 30 La bibliographie récente est nourrie ; dans trois articles, nous avons essayé de faire le point su (...)

37Pie II déployait et dirigeait une véritable politique de l’image30, qui se réalisait sur plusieurs plans et dont les Commentarii devaient en partie assurer la survie dans la mémoire des temps futurs. La tradition de la « monarchie pontificale » mettait à la disposition de Pie II un véritable arsenal de références pour signifier la position souveraine du pape. Il en faisait un usage très conscient. En décrivant des cérémonies qui normalement devaient rester éphémères, il les conservait pour la postérité. Malgré ses problèmes de santé, il cherchait à paraître le plus souvent possible en public, surtout dans les grandes cérémonies liturgiques, telle la bénédiction de Pâques, mais il s’acquittait aussi volontiers de ses devoirs quotidiens de juge et d’administrateur, comme le démontrent les dépêches des ambassadeurs italiens et les registres de son pontificat. Les voyages qu’il entreprenait ne lui servaient pas seulement à trouver de la détente dans la nature ou en visitant des ruines antiques, c’étaient aussi des voyages d’inspection. En se montrant au peuple dans le Patrimonium Petri, il cherchait à obtenir le consensus de ses sujets à la fois comme seigneur temporel et spirituel. Sans oublier les mesures concrètes pour assurer sa souveraineté temporelle, comme la construction de l’imposante Rocca Pia à Tivoli, il s’efforçait toujours de mettre en avant la qualité spirituelle du pontificat. Il ne voyageait jamais sans porter la stola autour du cou, signe éminent de la prêtrise. L’étonnante humilité dont il faisait quelquefois preuve comptait parmi les qualités indispensables à l’image du successeur de saint Pierre.

  • 31 Cité dans Cl. Märtl, « Pius II. (1458-1464) », art. cité, n. 20.

38Mais il y a plus, car Pie II inventa des moyens visuels pour exalter son rang pontifical d’une manière insolite. C’est lui qui fit pour la première fois usage de la « chaise à porteurs » (sedia gestatoria) dans le contexte triomphal de ses entrées pontificales ; il mit en scène une « canonisation infernale » pour Sigismondo Malatesta dont il fit brûler des images sur les places de Rome ; il fit placer à l’entrée du palais pontifical un buste qui le représentait plein d’énergie et de confiance (ill. 5) ; il fit rénover l’escalier devant Saint-Pierre et ériger une loggia dans les formes de la première Renaissance qui devait lui servir de scène pour ses apparitions en public. Pie II resta cependant l’homme de lettres qu’il avait toujours été ; il entendait souligner ses qualités rhétoriques et littéraires, et il voulait démontrer le savoir-faire acquis dans une longue carrière au service de l’Église et de l’Empire. Dans ses entretiens avec des ambassadeurs, il prenait volontiers la parole pour esquisser des tableaux bien informés de la situation politique ; il projetait de réformer le style des bulles pontificales ; il ne renonçait pas à écrire lui-même les lettres auxquelles il attachait une importance particulière ; il rédigeait des bulles qui étaient des manifestes politiques. Toutes ces actions se laissent résumer en une phrase transmise par deux ambassadeurs milanais31 : Pie II leur confia sa conviction de remplir sa tâche pontificale d’une manière bien plus satisfaisante que ses critiques, princes ou clercs, ne remplissaient quant à eux leurs devoirs !

Illustration 5 – Buste de Pie II, Paolo Romano ou son atelier, ca. 1463/1464, musées du Vatican, sala dei papiri.

39On peut donc bien dire que les Commentarii manifestent « l’unité profonde de la vie » (Philippe Lejeune) de l’auteur. Cela devient encore plus évident lorsque l’on examine le réseau de références autobiographiques qui lient cette œuvre aux autres écrits de Piccolomini, et qu’on les confronte avec des sources parallèles et contemporaines. Mais il faut aussi concéder que de nombreux aspects de la personnalité d’Enea Silvio nous seraient restés cachés s’il n’était pas devenu pape et n’avait pas senti le besoin d’écrire ses Mémoires. La conscience de sa position pontificale lui conféra la possibilité de s’exprimer avec une liberté inouïe ; profondément convaincu de son élection divine, il chercha les signes de cette élection dans tous les événements de son pontificat. S’il rencontrait des résistances, c’était la volonté divine qui le mettait à l’épreuve. De cette façon, même les changements atmosphériques – comme le retour du soleil à la veille d’une importante cérémonie, après quelques jours de pluie (Comm., VIII, 1) – pouvaient servir d’indice que Dieu lui-même accordait une attention bienveillante aux activités de son vicaire (ill. 6).

Illustration 6 – Pie II, Andrea Guazzalotti, après le 14 août 1464 (Leon Battista Alberti, a cura di Joseph Rykwert e Anne Engel, Milan, Electa, 1994, Cat. no 93, p. 488.)

Notes

1 Pour le pontificat d’Enea Silvio Piccolomini, voir le résumé de Marco Pellegrini, « Pio II », dans Massimo Bray (dir.), Enciclopedia dei Papi, 2, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 2000, p. 663-685 (avec bibliographie) ; pour les Commentarii, Hans Kramer, « Untersuchungen über die “Commentarii” des Papstes Pius II. », Mitteilungen des Österreichischen Instituts für Geschichtsforschung, 48, 1934, p. 58-92 ; Remo Ceserani, « Note sull’attività di scrittore di Pio II », dans Domenico Maffei (dir.), Enea Silvio Piccolomini – Papa Pio II. Atti del convegno per il quinto centenario della morte e altri scritti, Sienne, Accademia Senese degli Intronati, 1968, p. 99-115 ; Giuseppe Bernetti, « Ricerche e problemi nei Commentarii di Enea Silvio Piccolomini », dans Saggi e studi sugli scritti di Enea Silvio Piccolomini – Papa Pio II (1405-1464), Florence, Tipolitografia STIAV, 1971, p. 31-52 ; Luigi Totaro, Pio II nei suoi Commentarii : un contributo alla lettura della autobiografia di Enea Silvio de Piccolomini, Bologne, Pàtron, 1978 ; Jean Lecroix, « I Commentarii di Pio II fra storia e diaristica », dans Luisa Rotondi Secchi Tarugi (dir.), Pio II e la cultura del suo tempo, Atti del I Convegno internazionale 1989, Milan, Guerini, 1991, p. 133-149 ; Mario Pozzi, « Struttura epica dei Commentarii », ibid., p. 151-162 ; Claudia Märtl, « Wie schreibt ein Papst Geschichte ? Zum Umgang mit Vorlagen in den Commentarii Pius’II. », dans Rudolph Schieffer et Jaroslaw Wenta (dir.), Die Hofgeschichtsschreibung im mittelalterlichen Europa, Torun, Wydawnictwo Uniwersytetu Mikol ? aja Kopernika, 2006, p. 232-251, et « Pius II. (1458-1464) : offensive und defensive Strategien seiner Selbstdarstellung als Papst », dans Michael Matheus (dir.), Eigenbild im Konflikt. Krisensituationen des Papsttums zwischen Gregor VII. und Benedikt XV., Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2009, p. 64-88, ici p. 68-71 ; Zweder von Martels, « Pope Pius II and the appropriate thematisation of the Self », dans Martin Gosman, Alasdair MacDonald, Arjo Vanderjagt (dir.), Princes and Princely Culture, 1450-1650, vol. 2, Leiden, Brill, 2005, p. 1-21.

2 Pii II Commentarii rerum memorabilium que temporibus suis contigerunt, éd. par Adriano van Heck, 2 vol., Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1984 ; Enea Silvio Piccolomini, Papa Pio II : I Commentarii, éd. par Luigi Totaro, 2 vol., Milan, Adelphi, 1984 (2004, avec traduction italienne) ; Pii secundi pontificis maximi Commentarii, éd. par Ibolya Bellus et Ivan Boronkai, 2 vol., Budapest, Balassi Kiadó, 1993-1994. Pour ces éditions, voir les comptes rendus de Jozef Ijsewijn, Wolfenbütteler Renaissance Mitteilungen, 10, 1986, p. 125-129 ; Jürgen Petersohn, « Die Erstausgaben der Kommentare Papst Pius’II. », Zeitschrift für historische Forschung, 14, 1987, p. 317-324 ; Concetta Bianca, « La terza edizione moderna dei Commentarii di Pio II », Roma nel Rinascimento, 1995, p. 5-16.

3 Pour les autographes datant du pontificat de Piccolomini, voir Martin Wagendorfer, Die Schrift des Eneas Silvius Piccolomini, Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, 2008, p. 184 et suiv.

4 Dieter Brosius, « Breven und Briefe Papst Pius’ II. », Römische Quartalschrift, 70, 1975, p. 180-224, ici p. 212-219 ; Cl. Märtl, « Amtsautorität und Individualisierung in der päpstlichen Repräsentation der Frührenaissance », Mitteilungen des Sonderforschungsbereichs 573 « Pluralisierung und Autorität in der Frühen Neuzeit », 2007 (2), p. 33-42, ici p. 33-35, et « Pius II. (1458-1464) », art. cité, p. 66-68.

5 Aeneas Sylvius Piccolominus (Pius II), De gestis concilii Basiliensis commentariorum libri II, éd. par Denys Hay et W. K. Smith, Oxford, Clarendon Press, 1992 [1967], p. 2-4. Pour les relations de Piccolomini avec le concile, voir Simona Iaria, « Enea Silvio Piccolomini und das Konzil von Basel », dans Franz Fuchs, Klaus Arnold, Stephan Füssel (dir.), Enea Silvio Piccolomini nördlich der Alpen, Pirckheimer Jahrbuch für Renaissance-und Humanismusforschung, 22, 2007, p. 77-96.

6 Der Briefwechsel des Eneas Silvius Piccolomini, éd. par Rudolf Wolkan, vol. I, 1, Vienne, Hölder, 1909, no 158, p. 439-442 (lettre à Michael von Pfullendorf, Vienne, 1er octobre 1444).

7 Ibid., vol. II, 1912, no 6, p. 30-33 (lettre à Johann Vrunt, Vienne, 8 mars 1446).

8 Ibid., no 19, p. 54-65 (lettre à Jordan Mallant, recteur de l’université de Cologne, Cologne, 13 août 1447). Pour les rétractations de Piccolomini, voir Simona Iaria, « Enea Silvio Piccolomini und Pius II. : Ein Vergleich unter der Perspektive des Konziliarismus mit einem Ausblick auf die Reformation », dans Jürgen Dendorfer et Claudia Märtl (dir.), Nach dem Basler Konzil : die Neuordnung der Kirche zwischen Konziliarismus und monarchischem Papat (ca. 1450-1475), Berlin, LIT, 2008, p. 97-119, ici p. 110 et suiv.

9 Aeneae Silvii Piccolomini Senensis […] opera inedita, éd. par Josephus Cugnoni, Rome, Salviucci, 1883 (reprint Gregg, 1968), p. 234-299, ici p. 236-238. Une édition critique de ce texte est préparée par Duane R. Henderson, Munich ; voir Duane R. Henderson, « Zur Entstehung und Überlieferung des sogenannten Dialogus de donatione Constantini des Enea Silvio Piccolomini », dans F. Fuchs et alii (dir.), Enea Silvio Piccolomini, ouvr. cité, p. 97-120 ; sur les relations de Piccolomini avec Bernardin, Alessandro Scafi, « Un senese in paradiso : il viaggio letterario di Enea Silvio Piccolomini nell’aldilà di Dante e Virgilio », dans Enzo Mecacci (dir.), Conferenze su Pio II nel sesto centenario della nascita di Enea Silvio Piccolomini (1405-2005), Sienne, Accademia senese degli Intronati, 2006, p. 67-108, ici p. 87-94.

10 Der Briefwechsel des Eneas Silvius Piccolomini, ouvr. cité, vol. III, 1, 1918, no 133, p. 238-241 (Graz, 3 septembre 1453).

11 Pour les modèles stylistiques de Piccolomini (César, Virgile, Salluste, etc.), voir Adrian van Heck, « Amator vetusti ritus et observator diligens : stile e modelli stilistici di Pio II », dans L. Rotondi Secchi Tarugi, Pio II e la cultura del suo tempo, ouvr. cité, p. 119-132 ; Norbert Seeber, Enea Vergilianus – Vergilisches in den « Kommentaren » des Enea Silvio Piccolomini (Pius II.), Innsbruck, Wagner, 1997 ; Martin Wagendorfer, Studien zur Historia Austrialis des Aeneas Silvius de Piccolominibus, Vienne/Munich, Oldenbourg, 2003, p. 119-132 ; Emilie O’Brien, « Arms and letters : Julius Cesar, the Commentaries of Pope Pius II, and the politization of papal imagery », Renaissance Quaterly, 62, 2009, p. 1057-1097.

12 Des traces de cette activité se trouvent aussi dans les comptes du pontificat de Pie II, cf. Cl. Märtl, « Wie schreibt ein Papst Geschichte ? », art. cité, p. 238 n. 17.

13 Voir Arnold Esch, Landschaften der Frührenaissance : auf Ausflug mit Pius II., Munich, Beck, 2008.

14 M. Wagendorfer, Die Schrift des Eneas Silvius Piccolomini, ouvr. cité, p. 190 et suiv. ; pour les maladies du pape dans les comptes de son pontificat, voir aussi Cl. Märtl, « Körper-Kult : die Sorge um das leibliche Wohl am päpstlichen Hof », dans Thomas Ertl (dir.), Heiliger Pomp. Luxus und materielle Kultur am spätmittelalterlichen Papsthof, Rome, Istituto storico italiano per il medio evo (sous presse) ; pour le diagnostic du médecin siennois Bartolo di Tura, voir Antonia Whitley, « Mind over matter : living with ill health : the case of Pius II », dans Fabrizio Nevola (dir.), Pio Piccolomini : il Papa del Rinascimento a Siena. Atti del Convegno internationale di Studi, 5-7 maggio 2005, Siena, Protagon editori, 2009, p. 269-279.

15 L. Totaro, Pio II nei suoi Commentarii, ouvr. cité, p. 13 n. 2.

16 Enee Silvii Piccolominei postea Pii P. II De viris illustribus, éd. par A. van Heck, Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1991 ; voir Sabine Schmolinsky, « Biographie und Zeitgeschichte bei Enea Silvio Piccolomini : Überlegungen zum Texttyp von “De viris illustribus” », Humanistica Lovaniensia, 44, 1996, p. 79-89.

17 Enee Silvii […] De viris illustribus, ouvr. cité, p. 4-6. Pour Félix V et Piccolomini, voir aussi Simona Iaria, « Ritratto di un antipapa : Amedeo VIII di Savoia (Felice V) negli scritti di Enea Silvio Piccolomini », Annali di Studi religiosi, 8, 2007, p. 323-342.

18 Ibid., p. 74-79 ; pour ce personnage, voir la notice de Francesco Cognasso, « Felice V », dans M. Bray (dir.), Enciclopedia dei Papi, ouvr. cité, p. 640-644.

19 Enee Silvii Piccolominei postea Pii P. II De Europa, texte édité par A. van Heck, Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, 2001, chap. 150.

20 Voir Marco Piccat, « Amedeo VIII e le streghe della Savoia », dans L. Secchi Tarugi (dir.), Pio II umanista europeo. Atti del XVII Convegno Internazionale dell’Istituto Petrarca (Chianciano-Pienza 18-21 luglio 2005), Florence, Franco Cesati, 2007, p. 829-842.

21 Der Briefwechsel des Eneas Silvius Piccolomini, I, 1, ouvr. cité, no 34, p. 107 (lettre à Juan de Segovia, Bâle, 13 août 1440).

22 […] abrasa barba tonsoque vertice, corona brevi capillorum dimissa, pontificalibus indumentis adornatus iterum in publicum rediit, tanto despiciendus magis quanto pretiosiores induerat vestes ; nam quod erat verum et proprium ornamentum tonsoris ferrum ademerat, prolixam et copiosam barbam, que omnes faciei maculas obtegebat et maiestatem quandam videbatur afferre ; sine qua prodiens facie parvula, obliquis oculis – erat enim strabo –, genis pendentibus quasi turpissime simie pre se speciem tulit (Comm., VII, 8). Pour les connotations liturgiques et religieuses de la barbe dans les récits du sacre de Félix V, voir Ursula Lehmann, « Die ‘ Heikle’Bartfrage – Verhandlungen und Zeremoniell anläßlich der Wahlannahme von (Gegen-) Papst Felix V. », Archiv für Kulturgeschichte, 91, 2009, p. 79-98.

23 Sur ce personnage, voir Anna Esposito, « Estouteville (Tuttavilla), Guillaume », dans Dizionario biografico degli Italiani, 43, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1993, p. 456-460.

24 Publiés par Cl. Märtl, « Italienische Berichte von der Kurie Pius’II. (1458-1464) : ein Werkstattbericht aus dem Projekt “Autorität und politische Kontingenz an der Kurie des 15. Jahrhunderts” », dans Mathias Thumser et Janusz Tandecki (dir.), Editionswissenschaftliche Kolloquien 2003/2004 : Historiographie, Briefe und Korrespondenzen, Editorische Methoden, Torun, Wydawnictwo Uniwersytetu Mikol̸aja Kopernika, 2005, p. 243-258, ici p. 251, p. 253 et suiv.

25 Sur ce personnage, voir Cl. Märtl, Kardinal Jean Jouffroy († 1473) : Leben und Werk, Sigmaringen, Thorbecke, 1996 ; pour ce qui suit, p. 59 et suiv., p. 100 et suiv., p. 121 et suiv.

26 Voir Patrick Gilli, « Éléments pour une histoire de la gallophobie italienne à la Renaissance : Pie II et la nation française », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 106, 1994, p. 275-311, ici p. 302 et suiv., et Au miroir de l’humanisme : les représentations de la France dans la culture savante italienne à la fin du Moyen Âge (c. 1360-c. 1490), Rome, École française de Rome, 1997, p. 99 et suiv., p. 202 et suiv., p. 243 et suiv.

27 Publiée par Cl. Märtl, « Wie schreibt ein Papst Geschichte ? », art. cité, p. 249-251.

28 Déjà publiées en grande partie par Christian Lucius, Pius II. und Ludwig XI. von Frankreich 1461-1462, Heidelberg, Winter, 1913 ; pour l’importance des dépêches milanaises en ce qui concerne en général l’interprétation du pontificat de Pie II, voir Barbara Baldi, Pio II e le trasformazioni dell’Europa cristiana (1457-1464), Milan, Unicopli, 2006.

29 Voir notamment Arnold Esch, « Enea Silvio Piccolomini als Papst Pius II. : Herrschaftspraxis und Selbstdarstellung », dans Hartmut Boockmann, Bernd Moeller, Karl Stackmann (dir.), Lebenslehren und Weltentwürfe im Übergang vom Mittelalter zur Neuzeit, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1989, p. 112-140.

30 La bibliographie récente est nourrie ; dans trois articles, nous avons essayé de faire le point sur divers aspects de ce sujet : « Pius II. (1458-1464) », art. cité ; « Amtsautorität und Individualisierung », art. cité ; « Epigraphisches zu Papst Pius II. (Enea Silvio Piccolomini, 1405/1458-1464) », dans Theo Kölzer, Franz-Albrecht Bornschlegel et Georg Vogeler (dir.), De litteris, manuscriptis, inscriptionibus…, Festschrift zum 65. Geburtstag von Walter Koch, Vienne-Cologne-Weimar, Böhlau, 2007, p. 329-351 ; sur les arts figuratifs, voir Alessandro Angelini (dir.), Pio II e le arti : la riscoperta dell’antico da Federighi a Michelangelo, Sienne, Monte dei Paschi di Siena, 2005 ; comme synthèse, Luciano Patetta, « L’architettura alla corte pontificia di Pio II a Roma », dans L. Secchi Tarugi (dir.), Pio II umanista europeo, ouvr. cité, p. 767-784 ; Tobia Patetta, « Pio II : committenze e scelte nelle arti figurative tra Siena e Roma », ibid., p. 795-814 ; pour les monnaies et médailles comme propagande visible, voir Markus Wesche, « Herrscherbild und Türkenkreuzzug : über das Aufkommen päpstlicher Medaillen und Ereignismünzen im 15. Jahrhundert », dans F. Fuchs et alii (dir.), Enea Silvio Piccolomini, ouvr. cité, p. 121-141.

31 Cité dans Cl. Märtl, « Pius II. (1458-1464) », art. cité, n. 20.

Table des illustrations

Légende Illustration 4 – Le manuscrit des Commentarii avec le « portrait » de Pie II comme auteur, Rome, Biblioteca della Academia Nazionale dei Lincei Corsinianna, ms. Cordiniano 147, c. 1r.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Légende Illustration 5 – Buste de Pie II, Paolo Romano ou son atelier, ca. 1463/1464, musées du Vatican, sala dei papiri.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33754/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 725k
Légende Illustration 6 – Pie II, Andrea Guazzalotti, après le 14 août 1464 (Leon Battista Alberti, a cura di Joseph Rykwert e Anne Engel, Milan, Electa, 1994, Cat. no 93, p. 488.)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33754/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 266k

Auteur

Claudia Märtl est professeure d’histoire médiévale à l’université Ludwig-Maximilian de Munich. Son enseignement et ses recherches portent plus spécialement sur la fin du Moyen Âge, l’histoire de la papauté, les institutions politiques et ecclésiastiques en Occident, l’histoire de l’humanisme, les pratiques médiévales de la négociation.

Elle est membre depuis 2006 de l’Académie des sciences de Bavière et dirige depuis 2009 la commission chargée du Repertorium des sources historiques du Moyen Âge allemand.

Elle a publié entre autres : Kardinal Jean Jouffroy († 1473) : Leben und Werk, Sigmaringen, 1996 ; « Pius II. (1458-1464) : Offensive und defensive Strategien seiner Selbstdarstellung als Papst », dans Michael Matheus et Lutz Klinkhammer (dir.), Eigenbild im Konflikt : Krisensituationen des Papsttums zwischen Gregor VII. und Benedikt XV., Darmstadt, 2009, p. 63-87 ; « Amtsautorität und Individualisierung in der päpstlichen Repräsentation der Frührenaissance », dans Sonderforschungsbereich 573 Pluralisierung und Autorität in der Frühen Neuzeit 15.-17. Jahrhundert, SFB-Mitteilungen 2/2007, p. 33-53 ; « Italienische Berichte von der Kurie Pius’II. (1458-1464) – Ein Werkstattbericht aus dem Projekt “Autorität und politische Kontingenz an der Kurie des 15. Jahrhunderts” », dans Matthias Thumser et Janusz Tandecki (dir.), Editionswissenschaftliche Kolloquien 2003/2004. Historiographie, Briefe und Korrespondenzen, Editorische Methoden, 2005, p. 243-257 ; « Wie schreibt ein Papst Geschichte ? Zum Umgang mit Vorlagen in den Commentarii Pius’ II. », dans R. Schieffer et J. Wenta (dir.), Die Hofgeschichtsschreibung im mittelalterlichen Europa, Torun, 2006, p. 232-251.
Elle a également traduit en allemand Les rois thaumaturges de Marc Bloch sous le titre : Die wundertätigen Könige, Munich, 1998.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search