Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autobiographies souveraines

 | 
Pierre Monnet
, 
Jean-Claude Schmitt

Le plaidoyer de ‘Abd Allâh ibn Zîrî

Gabriel Martinez-Gros

Résumé

Cette contribution porte sur les Mémoires – si l’on s’en tient au titre que leur a donné leur inventeur, Evariste Lévi-Provençal – du dernier roi de la taifa de Grenade, ‘Abd Allâh ibn Zîrî, détrôné comme tous ses semblables par les Almoravides victorieux en 1090-1091. Ces Mémoires sont en fait un plaidoyer que ‘Abd Allâh écrit pour sa défense et pour celle de ses ancêtres, accusés par les vainqueurs d’usurpation et de complicité avec l’ennemi chrétien. Aux Almoravides, qui n’hésitent donc pas à convoquer le tribunal de la religion et des hommes de religion, ‘Abd Allâh oppose la réalité des pratiques du pouvoir, de tout pouvoir, quelle qu’en soit la couleur religieuse. Il affirme que ces pratiques ont leurs règles, qu’on ne saurait réduire aux prescriptions de la loi religieuse. Ce souci de dégager un espace du politique rapproche ‘Abd Allâh de la grande théorie de l’histoire d’Ibn Khaldûn (1332-1406), de trois siècles postérieure, mais dont les Mémoires annoncent de manière frappante une bonne part des thèses.

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire de cette découverte, on consultera l’introduction à la traduction espagnole de l’œu (...)

1C’est presque par miracle que le texte des Mémoires de ‘Abd Allâh ibn Zîrî nous est parvenu. Le manuscrit unique, réduit à des feuilles volantes, et définitivement mutilé, fut découvert au hasard d’un relevé des bâtiments de la mosquée des Qarawiyîn de Fès dans l’entre-deux-guerres1. Une minuscule chambre murée mise en évidence par les géomètres livra une sorte de « géniza », de trésor de vieilles écritures, en l’occurrence de débris de manuscrits à demi dévorés par les insectes et les rongeurs. Les Mémoires de ‘Abd Allâh en étaient. Il fallut l’acharnement d’Évariste Lévi-Provençal pour reconstituer, éditer et traduire partiellement un texte dont l’intérêt pour la connaissance de l’histoire andalouse est manifeste.

  • 2 Sur cette hypothèse – l’unique manuscrit dont nous disposons serait la copie d’Ibn al-Khatîb –, vo (...)

2On ne sait pas qui a copié ce manuscrit – dans la mesure où il ne s’agit pas d’un autographe –, ni pourquoi la mosquée des Qarawiyîn l’a conservé, et mal conservé à l’évidence, presque à contrecœur. L’hypothèse avancée par Lévi-Provençal et Garcia Gomez, est que ces Mémoires furent copiés sur l’ordre ou par les soins du célèbre vizir nasride de Grenade Lisân al-Dîn ibn al-Khatîb, lors de son exil à Fès entre 1365 et sa mort en 1372. On sait que le vizir occupa une partie du temps de sa disgrâce à rassembler les matériaux d’une histoire de Grenade, dont précisément ‘Abd Allâh fut le souverain à la fin du xie siècle. Un coup d’État qui porta au pouvoir ses ennemis fut fatal à Ibn al-Khatîb, emprisonné, étranglé dans sa cellule, et dont le corps fut ensuite déterré et brûlé pour le punir d’une hétérodoxie supposée2.

  • 3 Par exemple pour le secrétaire andalou Ibn al-Abbâr, lui aussi accusé d’impiété, et dont les écrit (...)

3Les circonstances dramatiques de cette disparition peuvent expliquer le destin singulier du livre, s’il s’agit bien de l’exemplaire qu’Ibn al-Khatîb fit copier. Le vizir grenadin jouissait peut-être encore d’une trop grande renommée littéraire pour qu’on détruise simplement ses écrits, comme on le fit pour d’autres3 ; mais il était d’une orthodoxie trop suspecte pour qu’on laisse circuler librement ce qu’il avait commandité. L’emmurage éternel était une solution moyenne, une destruction qui n’en avait pas le nom. Elle ménageait un avenir qui n’appartient qu’à Dieu. Et cet avenir se présenta en effet six siècles plus tard, en la personne des géomètres du Protectorat et de Lévi-Provençal.

Du manuscrit à ‘Abd Allâh

  • 4 Par commodité, et bien qu’une assez large partie du texte ait été traduite en français par É. Lévi (...)
  • 5 Siglo, p. 325-328, Tibyân, p. 197-199.
  • 6 Siglo, p. 328-329, Tibyân, p. 200.

4L’histoire romanesque du manuscrit rejoint celle, non moins sombre, de l’auteur ‘Abd Allâh ibn Zîrî, roi de Grenade déchu en 1090 par les envahisseurs almoravides, la première des dynasties berbères qui prirent le contrôle d’al-Andalus, menacé par les avancées de la Reconquête chrétienne. L’écriture de ce livre est en rapport direct avec l’échec politique du roi ‘Abd Allâh. D’abord parce que sa destitution l’a engagé dans une autre vie, toute différente de ce métier de prince pour lequel il avait été élevé, nous dit-il4 ; ensuite parce que cette seconde vie lui offrit des enfants dont il avait été privé pendant son règne, et tout un médiocre bonheur domestique où la réflexion sur le destin des rois put prendre sa place. Tout cela a compté, ‘Abd Allâh ne le nie pas5. Mais il y a beaucoup plus important. Ce livre est un fils « qui témoignera pour son père » devant les hommes quand ‘Abd Allâh aura quitté ce monde6.

  • 7 Siglo, p. 331, Tibyân, p. 202 : ‘Abd Allâh s’y défend contre le lecteur hostile, et il écarte les (...)
  • 8 Siglo, p. 75, Tibyân, p. 13. L’auteur y souligne qu’on n’attaque jamais que les vaincus et les dyn (...)
  • 9 Parmi les plus fameux de ces poètes sévillans de la cour d’al-Mu‘tamid, Ibn Zaydûn et surtout Ibn (...)
  • 10 Le meilleur exemple de cette victoire posthume d’al-Mu‘tamid sur son vainqueur Yûsuf ibn Tashfîn s (...)
  • 11 Siglo, p. 303, Tibyân, p. 178.
  • 12 La réputation d’avarice de ‘Abd Allâh explique sans doute les mauvais traitements qu’il subit de l (...)
  • 13 « Les choses étant ce qu’elles sont, il ne me reste plus qu’à manifester ma sincère adhésion à l’é (...)

5Or, s’il faut témoigner, si la métaphore judiciaire s’impose dans ce livre, c’est parce que ‘Abd Allâh n’a pas seulement été vaincu – à vrai dire vaincu sans combattre tant l’issue d’un éventuel affrontement faisait peu de doutes –, mais qu’il a aussi été convaincu, de crime. Sa mésaventure politique s’aggrave ainsi d’une double circonstance. Roi incapable, ‘Abd Allâh est en outre accusé d’avoir été criminel, traître à l’islam, complice des chrétiens à l’heure où la bataille décisive s’engageait entre croyants et infidèles dans la péninsule Ibérique7. Qui plus est, cette accusation dont il n’a pas su se défendre comme le faisaient les rois, c’est-à-dire en la faisant rentrer dans la gorge de ses détracteurs, retombe sur ses ancêtres, sur les trois générations qui se sont succédé avant lui sur le trône de la principauté de Grenade. Ces procès sont sans doute les plus graves parce qu’ils touchent la défense des morts, qui ne sont plus en mesure de parler, parce qu’ils visent l’honneur du croyant, et parce qu’ils trahissent une parfaite mauvaise foi8. Or, ils ne sont pas encore perdus pour ‘Abd Allâh, parce que les armes n’y sont pas l’argument majeur. À l’heure où il écrit sans doute, son présumé complice, le roi de Séville al-Mu‘tamid ibn ‘Abbâd, lui aussi déchu et capturé par les Almoravides, est déjà sauvé. Les poètes, dont Mu‘tamid était et qu’il avait toujours comblés de faveurs au temps de sa puissance, lui étaient restés fidèles9. La détresse de cet ami des arts, parangon du raffinement andalou, sera vite opposée à la grossièreté de ses vainqueurs almoravides, qui ne s’en relèveront pas10. Certes, ‘Abd Allâh, quant à lui, n’est pas poète11 et son avarice l’a peut-être privé de cet appui posthume, sans doute le plus puissant dans la culture arabe en général et andalouse en particulier12. Mais il sait la puissance de l’écriture, une puissance que ses accusateurs almoravides ne maîtrisent guère, par chance. Les Mémoires sont donc bien un plaidoyer, élaboré en vue d’un procès qui n’est pas clos, que les Almoravides n’ont pas encore gagné, contrairement à ce que ‘Abd Allâh, rendu prudent par ses malheurs, suggère parfois13.

Le plaidoyer d’un roi

  • 14 Siglo, p. 75, Tibyân, p. 13.
  • 15 Ainsi de sa stérilité royale (dont certains affirment qu’elle tenait à ses pratiques homosexuelles (...)

6Or, ce plaidoyer est doublement royal. Il l’est d’abord parce que ‘Abd Allâh fut roi, mais surtout parce qu’il prétend défendre une lignée de princes. L’histoire qu’il raconte commence avec l’entrée de sa famille en al-Andalus14. Il ne parle de lui qu’en tant que roi – nous ne savons rien de sa vie avant son avènement, ni après sa chute, si ce n’est son autre rôle d’auteur15.

  • 16 Sur le procès fait aux rois des taifas, voir François Clément, Pouvoir et légitimité en Espagne mu (...)

7Mais il est une autre raison, plus décisive encore, pour laquelle ce plaidoyer mérite d’être qualifié de royal. C’est que ‘Abd Allâh récuse la logique, toute religieuse, de l’accusation. Pour les Almoravides, mais surtout pour les oulémas andalous et pour les plèbes urbaines qui ont justifié et soutenu l’action des Berbères, le schéma historique de l’époque des taifas est clair et les charges qui pèsent contre eux sont capitales. Ces aventuriers qu’on nomme « rois des taifas » ont profité de l’effondrement du califat de Cordoue – entre 1010 et 1031 – pour se répartir le territoire d’al-Andalus et imposer leur pouvoir de fait. Leur illégitimité et leur faiblesse militaire les ont contraints à s’incliner devant les exigences grandissantes des royaumes du nord de la péninsule Ibérique, surtout des rois de Léon, et en particulier d’Alphonse VI (1072-1109). Ces exigences d’abord financières (les parias) les conduisirent à multiplier les impôts illégaux au détriment de leurs sujets musulmans pour acquitter auprès du roi chrétien une sorte de tribut de soumission dont le principe même est contraire au droit musulman. Qui plus est, lorsque les exigences des chrétiens devinrent territoriales, après la prise de Barbastro en 1064, de Coïmbre en 1065 et surtout de Tolède en 1085, les rois des taifas furent poussés, par la nécessité et à l’appel pressant de leurs peuples, à solliciter l’aide des Almoravides, qui venaient d’affirmer leur pouvoir sur l’ensemble du Maghreb Le plaidoyer de ‘Abd Allâh ibn Zîrî 97 occidental. Mais ils n’ont pas cessé ensuite de jouer chrétiens contre Almoravides et Almoravides contre chrétiens, maintenant la balance égale entre les infidèles et les musulmans engagés dans le combat sacré du jihâd. Les rois des taifas ont ainsi ajouté à leur tyrannie fondamentale le péché de trahison, qui valut la mort à l’un d’entre eux au moins, Ibn al-Aftas de Badajoz16.

  • 17 Sur la montée de la protestation anti-fiscale et les problèmes insolubles de paiement des troupes (...)
  • 18 « Al-Mu‘tamid aussi en prit de l’ombrage [de l’accord passé avec Alphonse] car, voyant que le roi (...)

8‘Abd Allâh répond que ce procès est truqué, parce qu’il pourrait être mené avec le même succès contre tout pouvoir royal islamique – en particulier parce que le niveau légal de l’impôt fut fixé à Médine à l’époque des premiers califes, en un temps où l’État ignorait jusqu’à la notion de dépenses militaires. La guerre de conquête alors engagée sur tous les fronts était source de profits plus que de dépenses. Depuis le milieu du ixe siècle au moins, dans l’empire abbasside, les termes de la guerre se sont renversés : l’armée s’achète à prix d’or, au détriment de contribuables désarmés et accablés d’impôts. Tout pouvoir islamique exige donc des prélèvements fiscaux très supérieurs à ce que la Sunna – la pratique traditionnelle du Prophète et des premiers califes – autorise17. Tous les pouvoirs agissent à ce titre illégalement. Ainsi lorsque ‘Abd Allâh acquitte un lourd tribut à Alphonse VI après la victoire chrétienne d’Aledo en 1089, l’année qui précède sa déchéance, son rival sévillan al-Mu‘ tamid est persuadé que, pour un montant aussi élevé, ‘Abd Allâh a dû contracter à son service des mercenaires chrétiens avec lesquels il envisage peut-être de s’attaquer à Séville. Il n’en était rien, dit ‘Abd Allâh. Mais les Sévillans, comme tous les gouvernements des taifas, confondaient d’autant plus aisément tribut et enrôlement de soldats que toutes les armées de la péninsule, en cette fin de xie siècle, reposaient sur le mercenariat – et que tous les régimes des taifas étaient donc illégaux au regard du droit musulman, si on considère le niveau d’imposition qu’ils requéraient de leurs sujets18.

  • 19 Des règles qui peuvent même heurter la morale commune : ainsi les détours tortueux que son grand-p (...)
  • 20 Sur la haine recuite des hommes de religion contre les taifas, on se réfèrera au portrait du plus (...)

9Le point le plus remarquable, dans l’argumentation de ‘Abd Allâh, tient à ce qu’elle ne répond pas directement à l’accusation des théologiens-juristes qui appuient le procureur almoravide, mais met en évidence une autre logique, peut-être même une autre morale, qui distingue le gouvernement, la politique, avec ses besoins et ses calculs, de la loi musulmane, héritée de l’idéal gouvernement de Médine, mais dont l’efficacité dans les affaires de ce monde est contestable. En un mot, ‘Abd Allâh fait émerger, en face de la mosquée et sa loi, le palais et ses règles19. Parmi ces règles figure la nécessité de défendre la dynastie en tant que telle, dans sa totalité, pour mieux se défendre soi-même. ‘Abd Allâh perçoit bien que ce procès n’est pas seulement le sien, mais celui des rois des taifas en général, et celui des rois berbères de sa famille surtout. La haine des juristes et de la plèbe est aussi vieille que la chute des Omeyyades, où les Zirides – la famille de ‘Abd Allâh – ont joué un rôle majeur. Pour se faire comprendre, et pour se défendre, ‘Abd Allâh doit donc raconter toute l’histoire depuis le début20.

Le début de l’histoire

10Ce début a le mérite de démentir le fondement même de l’accusation. Tout commence en effet, les deux parties en conviennent, avec la chute de la dynastie omeyyade. Mais le témoignage à charge des historiens et des oulémas andalous oppose volontiers les gloires du gouvernement d’al-Mansûr (978-1002), dernier grand ministre de la monarchie omeyyade, et la faiblesse des taifas. Al-Mansûr a soumis les royaumes chrétiens du Nord, infligé à la chrétienté tout entière l’affront de la prise de Compostelle (997), tandis que les taifas ont alimenté les désordres intérieurs qui ont réconforté la puissance chrétienne. Les rois des taifas ont durablement gagné, dans l’historiographie andalouse, le nom péjoratif de thuwwâr, (les rebelles, les révoltés), comme s’il existait encore au xie siècle un pouvoir califal qui dénoncerait leur illégitimité fondatrice.

  • 21 Siglo, p. 81-82, Tibyân, p. 16.

11Or cette version de l’histoire est fausse, rappelle ‘Abd Allâh. L’origine véritable des troubles tient en fait à l’usurpation de ce même al-Mansûr, tant vanté et tant pleuré par la mémoire andalouse. C’est lui qui s’empara du pouvoir, en 978, par la ruse et la violence ; c’est lui qui, pour exercer un pouvoir que lui contestait alors le camp légitimiste de la famille omeyyade et de ses serviteurs, et en particulier le noyau d’origine syrienne de l’armée, fit venir du Maghreb de l’Ouest, dont les Omeyyades venaient juste de prendre le contrôle, des troupes berbères dont il avait pu éprouver la valeur. Son but était de diviser (les Arabes d’origine syrienne contre les Berbères maghrébins) pour mieux régner21.

  • 22 Ajoutons bien sûr qu’avec les Almoravides, ce sont d’autres Berbères qui sont sollicités pour sauv (...)

12Zâwî ibn Zîrî, issu de la famille régnante d’Ifriqiya, mais vaincu dans les luttes de succession de la dynastie de Kairouan, décida de répondre, avec son clan composé de plusieurs centaines, voire d’un millier d’hommes, à l’appel du hâjib (régent) andalou al-Mansûr. C’est avec ces mêmes troupes berbères, les Zirides et d’autres, en particulier des Zanâta des confins algéro-marocains d’aujourd’hui, qu’al-Mansûr obtint ses succès militaires étonnants, sans précédent en effet dans l’histoire andalouse ; succès dont il est à tort, nous dit ‘Abd Allâh, exclusivement crédité. Il est donc sans objet d’opposer la force militaire d’al-Mansûr à la faiblesse des taifas, et en particulier de la Grenade des Zirides. Car ce sont ces mêmes Maghrébins qui règnent à Grenade et qui ont exécuté la politique du grand ministre22.

  • 23 Sur tous ces événements, on consultera par exemple É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulm (...)
  • 24 Il n’en subsiste, à la fin du siècle, qu’une dizaine, qui ont absorbé les autres. Parmi les plus e (...)

13Le personnage d’al-Mansûr est donc central dans le plaidoyer. Se placer dans son ombre historique est une première protection. Démontrer que « diviser pour régner » fut sa politique tout autant que celle des taifas, que ce sont les mêmes principes monarchiques qui guident nécessairement l’action des gouvernements, est un bien meilleur argument encore. Une des preuves de ces constantes réside dans le sort malheureux de l’entreprise d’al-Mansûr comme de celle des Zirides, ce qui ôte toute pertinence à ceux qui voient dans la chute des taifas l’effet d’un jugement négatif de la Providence. Après la mort du hâjib en effet, en 1002, ses fils ‘Abd al-Mâlik et ‘Abd al-Rahmân lui succédèrent – entre 1002 et 1009. Mais au printemps 1009, une révolution de palais renversa avec une déconcertante facilité (la même facilité que les Almoravides connaîtront quatre-vingts ans plus tard face à ‘Abd Allâh) un pouvoir déjà vieux de trente ans, dans le but de rétablir les Omeyyades dans la plénitude de leurs droits. La plèbe de Cordoue en profita pour libérer sa haine des Berbères, serviteurs de la dictature d’al-Mansûr et de ses fils. Leurs familles furent massacrées cependant que les troupes berbères étaient en marche, avec l’armée, vers les territoires du Nord. Revenus en hâte, les soldats berbères se choisirent pour chef Zâwî, et firent échouer, au terme de quatre ans de combats, la révolution cordouane. En 1013, ils prirent d’assaut la ville, qu’ils soumirent à un sac dont elle ne se releva jamais23. Ce furent les premiers épisodes d’une guerre civile qui ne s’acheva qu’en 1031 avec la disparition de la dynastie omeyyade et la division d’al-Andalus en une trentaine de principautés indépendantes, les taifas24.

  • 25 De fait, après le sac de Cordoue en 1013, les Berbères soutinrent pendant trois ans le califat d’u (...)
  • 26 « D’un côté, ils ne voulaient se soumettre à personne et n’acceptaient les décisions d’aucun chef  (...)

14‘Abd Allâh est peu disert sur des événements où le rôle de Zâwî, son arrièrearrière-grand-oncle, pourrait justifier le nom de « rebelle » qu’il tient à lui épargner25. Selon ‘Abd Allâh, Zâwî et les Berbères, après avoir pourvu à la protection de leurs familles, auraient songé à quitter al-Andalus, en raison de la haine que ses habitants leur portaient. C’est alors, dit-il, qu’ils furent abordés par les gens de la province d’Elvira, qui leur demandèrent d’assurer, contre la rémunération d’un tribut, leur protection. C’était en fait, renchérit ‘Abd Allâh, les gens les plus lâches du monde, et dont l’incapacité à se battre était redoublée par leur absence totale de solidarité – au point que chaque famille importante avait fait construire son propre bain et son propre oratoire pour éviter d’avoir à croiser ses voisins dans un édifice public et commun26.

  • 27 On peut sans doute situer vers 1015-1016, à la fin du règne de Sulaymân al-Musta‘în à Cordoue, le (...)
  • 28 De fait, c’était bien un Qurayshite (de la même tribu que le prophète Muhammad), puisqu’il s’agiss (...)

15Ces gens de Grenade, ou plutôt d’Elvira, où se trouve alors la capitale de la province, offrent donc aux Berbères de les nourrir et de les placer à leur tête en échange de leur protection. Zâwî accepte27. Mais l’enracinement des Berbères en terre andalouse suscite refus et rancœurs. « Un révolté » auquel « on donna le nom d’al-Murtada » et qui « se disait Qurayshite28 » décida de donner l’assaut au réduit berbère d’Elvira. Face à la menace, Berbères et habitants renouvellent leur alliance, et la scellent en édifiant sur la hauteur de l’Alhambra une ville nouvelle au profit de laquelle Elvira est abandonnée : Grenade, précisément.

  • 29 Siglo, p. 86-87, Tibyân, p. 20-21. L’exemple du Prophète est très explicitement invoqué.

16Zâwî décide, comme le Prophète l’avait fait à Médine dans l’attente de l’assaut des Mecquois, de fortifier le site et de s’y retrancher29. Mais quand l’ennemi se présente, les Berbères, sous l’impulsion de Habûs, neveu de Zâwî et arrière-grand-père de ‘Abd Allâh, se ruent à sa rencontre et remportent une victoire totale. Le prétendant omeyyade est tué.

  • 30 C’est en tout cas la version de la mort de Zâwî que choisit ‘Abd Allâh, Siglo, p. 92, Tibyân, p. 2 (...)

17Étrangement, après ce succès éclatant, Zâwî décide de partir. Il est en effet conscient, nous dit ‘Abd Allâh, de la haine durable des Andalous pour les Berbères, et certain que cette bataille n’est pas la dernière que les Zirides auront à livrer. Il se résigne donc à regagner l’Ifriqiya, dont le souverain Bâdis, son neveu, vient de disparaître (1016), laissant le trône à un enfant, al-Mu‘izz, dont Zâwî prétend bien devenir le tuteur. En fait, il va trouver la mort dans l’aventure, sans doute empoisonné par les serviteurs de cet enfant, effrayés par le retour d’un si puissant personnage30.

  • 31 Comme ‘Abd Allâh ne manque jamais de le rappeler, Siglo, p. 82, 84, Tibyân, p. 17.

18On peut faire – et on peut penser que ‘Abd Allâh faisait – une double lecture de ces événements. La première est coranique et prophétique. Zâwî et ses compagnons, champions du jihâd qui les a amenés en Espagne31, sont chassés par la haine de Cordoue, qu’ils ont pourtant servie avec dévouement. La communauté d’Elvira en déshérence, sans protection ni solidarités, fait appel à eux comme jadis Médine divisée fit appel à Muhammad et à ses compagnons chassés de La Mecque. La haine de Cordoue s’acharne cependant sur les Berbères comme celle de La Mecque s’acharna sur les premiers musulmans. Sans succès dans les deux cas. L’assaut manqué d’al-Murtadâ soude Berbères et populations locales, et fonde Grenade, tout comme l’attaque manquée des Mecquois contre Médine assura la victoire de l’islam à Médine. On a vu que Zâwî faisait explicitement allusion à ce précédent prophétique à la veille de la bataille contre al-Murtadâ.

  • 32 Siglo, p. 91-92, Tibyân, p. 25-26.

19Mais cette première lecture est traversée par une autre, toute différente. Zâwî est un chef de tribu qui vise à être roi, et qui échoue. En Espagne, son neveu Habûs prend la tête de la tribu et ne lui laisse d’autre choix que l’exil. À Kairouan, où il retourne, Zâwî se heurte à des calculs monarchiques plus machiavéliques que les siens, et y laisse la vie32.

  • 33 Sur le raisonnement d’Alphonse, Siglo, p. 157-158, Tibyân, p. 72-73.

20Il est frappant de retrouver à la fin du texte et du règne de ‘Abd Allâh le raisonnement de Zâwî, cette fois dans la bouche du roi de Léon. Alphonse, quand il envisage la conquête (ou Reconquête) d’al-Andalus, en écarte la possibilité, en invoquant les mêmes arguments que Zâwî. L’un et l’autre savent qu’ils disposent de la supériorité militaire, mais qu’ils ont contre eux le nombre, le sentiment de l’immense majorité des populations qu’ils s’apprêtent à conquérir et à gouverner ; et que par conséquent, le temps joue contre eux33.

21Ce qui se transmet ainsi de Zâwî à ‘Abd Allâh et à Alphonse, c’est la logique de la monarchie, du calcul soigneux et rationnel, dont l’emprise et la pertinence franchissent les lignes de fracture des religions. Calcul dont ‘Abd Allâh démontre aussi à de nombreuses reprises l’inanité dans les circonstances les plus importantes : Zâwî échoue, Alphonse aussi, qui ne s’en tiendra pas à son sain calcul, mais s’efforcera, après la chute de Tolède, de conquérir des territoires dont les habitants lui sont presque unanimement hostiles. Et ‘Abd Allâh, bien sûr, échoue lui aussi ; ou plutôt, il ne relate l’échec de ses modèles que pour expliquer ou excuser le sien. Il y a dans l’aveu de cet échec la reconnaissance de la supériorité de l’élan religieux, mais aussi de la cohésion tribale sur les calculs de la monarchie. Les Almoravides ont l’un et l’autre, enthousiasme religieux et force tribale ; Habûs n’a pour lui que le penchant de la tribu, qui lui suffit à l’emporter sur l’embryon de construction monarchique que Zâwî avait fait naître.

Un récit khaldounien

22La rivalité implicite de la monarchie et de la tribu, qu’elle soit animée ou non par le sentiment religieux, dicte une bonne part des développements du livre. L’importance de ces mêmes problèmes dans l’œuvre d’Ibn Khaldûn explique l’étrange similitude qu’on trouve entre cette théorie du xive siècle et le récit de ‘Abd Allâh, de trois siècles antérieur. En ce sens, les Mémoires sont un exemple frappant de la banalité de ces comportements du prince dont Ibn Khaldûn établira la théorie. D’emblée, la constitution de l’État ziride de Grenade correspond exactement au schéma d’Ibn Khaldûn : une majorité désarmée, émasculée, désolidarisée, qui doit faire appel, pour assurer la continuité des fonctions de l’État – police, arbitrage judiciaire et surtout défense – à une milice bédouine, étrangère, dont le chef devient aussitôt roi – entendons qu’il s’engage aussitôt dans les manœuvres obliques et les calculs retors de la monarchie. Comme le dit la théorie d’Ibn Khaldûn, il entre aussitôt dans les vues de Zâwî d’affaiblir sa tribu. La monarchie ne peut se créer que par la solidarité clanique – la ‘ asabiya ; mais elle a ensuite pour destin de combattre et d’anéantir les siens.

  • 34 « Chacun des contribules de Habûs était le maître (sultân) du territoire qui lui avait été assigné (...)
  • 35 Siglo, p. 101, Tibyân, p. 32.

23Il serait trop long de suivre pas à pas le fil du texte pour y relever les traits qu’il partage avec la théorie d’Ibn Khaldûn. Notons le plus important. Le premier règne, comme le veut la théorie, reste largement bédouin. Habûs (1018-1038) est encore un chef de clan, le primus inter pares d’un conseil de notables qu’il consulte34. Son fils Bâdis (1038-1075) accomplit au contraire l’essentiel du travail de distanciation de la monarchie et de mise à l’écart des Berbères au profit de serviteurs venus de rien : le juif Samuel ibn Naghrela, puis son fils Joseph ; un esclave militaire sévillan, al-Nâya ; les troupes des Banû Birzâl, Berbères de Ronda et de Carmona chassés par l’expansion du royaume de Séville et auxquels Bâdis confie la citadelle de Grenade pour en éloigner les Sinhâja, sa propre tribu. Les hommes qui ont la confiance du prince viennent en particulier de ces communautés minoritaires qu’on peut exploiter à loisir, et sur lesquelles il convient de rejeter l’impopularité inséparable de l’exercice de l’autorité. Les juifs surtout présentent l’avantage de pouvoir être arrêtés, torturés et exposés à restituer par contrainte (on peut même leur faire rendre gorge) ce qu’ils ont soutiré au peuple sans provoquer de protestation. L’humilité de leur origine, l’impopularité de ces dhimmis trop ambitieux en font des serviteurs dociles et, le moment venu, des cibles faciles. Ce propos machiavélique, ‘Abd Allâh l’expose avec une franche candeur35.

  • 36 Siglo, p. 109-110, Tibyân, p. 38-39.
  • 37 Siglo, p. 249-250, Tibyân, p. 139-141. Au commencement de son règne personnel (vers 1080), ‘Abd Al (...)

24La hargne des Berbères est d’autant plus prévisible que le but de la monarchie et donc la tâche des juifs, comme le dira Ibn Khaldûn, consiste à les désarmer pour mieux ramener vers la capitale la totalité des revenus des provinces. Ainsi Bâdis ôte-t-il le gouvernement de Guadix, la seconde ville du royaume, aux Banû Qarâwî, populaires chez les Sinhâja, au profit du juif Joseph ibn Naghrela, qui lui en a promis un revenu décuplé36. Cette préférence pour un cercle de serviteurs serviles, ‘Abd Allâh avoue lui-même y avoir cédé. Quand il fut question de marier sa sœur, certains lui laissèrent entendre qu’il conviendrait d’offrir sa main à Yûsuf ibn Tâshufîn, l’émir almoravide. Mais d’autres conseillers l’incitèrent au contraire à choisir un beau-frère d’une condition inférieure, et ils furent écoutés37.

  • 38 Siglo, p. 132, 238, Tibyân, p. 54, 130-131.
  • 39 Siglo, p. 255-256, Tibyân, p. 143.
  • 40 Siglo, p. 295-296, Tibyân, p. 174.

25La faiblesse des solidarités claniques dans une société profondément sédentarisée multiplie ces pions que la monarchie sacrifie sans crainte et sans scrupule. Joseph ibn Naghrela est acculé à la révolte avant d’être massacré avec les juifs de Grenade. Le fils d’un trésorier juif de Lucena est convoqué à Grenade pour livrer sous la torture l’emplacement des sommes détournées que son père n’a pas dû manquer de cacher38. L’emploi de ces juifs de cour relève de la même logique de fidélité obligée que le service des traîtres. ‘Abd Allâh tient ainsi constamment dans son jeu Ibn Rashîq, qui s’est réfugié auprès de lui après avoir rompu avec son maître, le roi de Séville, dont il était le gouverneur de Murcie. Cet appui à un aventurier dont les bonnes relations avec les chrétiens sont de notoriété publique lui sera reproché. À tort. « Il est connu, dit ‘Abd Allâh, que les rois engagent ainsi des négociations et des rapprochements dont certains aboutissent et d’autres ne sont faits que pour “trainer en longueur”39. » Il y avait en outre beaucoup d’hypocrisie dans ces reproches. Les Almoravides tireront ce même Ibn Rashîq de sa prison pour l’employer à la conquête de Badajoz, qu’il mènera d’ailleurs à bien40.

  • 41 Sur ce passage célèbre, Siglo, p. 158-159, Tibyân, p. 73.
  • 42 Sur l’ultime négociation avec Alphonse, qui met constamment en balance Grenade et Séville, Siglo, (...)

26Mais quand l’heure vient, ‘Abd Allâh devient à son tour le pion des plus puissants. Et d’abord d’Alphonse, maître de ces armes favorites de la monarchie que sont l’argent et la trahison. Les rois des taifas ont longtemps acquitté à son père des parias, tributs d’autant plus humiliants que les musulmans les assimilaient à la jizya due par les « protégés » de l’islam. Mais Alphonse voit plus loin. Il s’agit pour lui d’épuiser les ressources des rois des taifas avant de lancer l’assaut final de la Reconquête – puisque l’idée d’une restauration du royaume goth est déjà bien présente et ouvertement exprimée par l’ambassadeur d’Alphonse, Sisnando Davidiz41. ‘Abd Allâh est constamment enfermé, comme les juifs le furent, entre l’alternative de payer – et de partager l’impopularité du chrétien, voire de paraître complice – ou de faire la guerre, et de risquer le pire. Bien négocier, obtenir de meilleures conditions, ne conduit qu’à resserrer le nœud coulant. Alphonse joue en effet de la rivalité des princes comme un roi de la jalousie de ses courtisans. En distinguer un, lui consentir des avantages, comme il le fera pour ‘Abd Allâh, c’est le désigner à la vindicte de ceux qui n’ont pas obtenu les mêmes faveurs42. On observe un parallélisme frappant entre le juif Joseph ibn Naghrela, qui ne trouve pas d’autre moyen de fuir une situation intenable que le complot, et ‘Abd Allâh quand il est pressé par les Almoravides. Se battre ? Ni l’un ni l’autre n’en ont les moyens. Fuir ? Mais celui qui les accueillera se hâtera de les livrer au vainqueur, ou à tout le moins, de les dépouiller des richesses qu’ils auront emportées. Trahir, appeler l’ennemi à l’aide ? C’est ce que fait Joseph, qui sollicite le roi d’Alméria, et il y perd la vie. C’est ce que refuse ‘Abd Allâh, qui se garde de faire appel à Alphonse, et il est probable que cette ultime prudence lui sauve la vie.

L’épuisement d’une dynastie

27‘Abd Allâh se rend donc aux Almoravides, conscient de la décomposition rapide de son pouvoir, et de la diversité des raisons apparentes, qu’il passe en revue, qui poussent toutes les couches de la population du palais et de la ville à converger comme autant de petits ruisseaux vers le fleuve des nouveaux maîtres. Ce fleuve, cette force, c’est celle de la tribu qui se présente “avec la force de la prophétie”. Sans doute Yûsuf ibn Tâshufîn, comme Zâwî autrefois, est-il un mujâhid. Mais l’essentiel est que les Almoravides n’ont en face d’eux qu’une foule informe de citadins sans courage et sans solidarité, un amas d’atomes qu’aucune force n’organise. Comme le veut la théorie d’Ibn Khaldûn, à trois générations de distance, les Almoravides font revivre le souffle de l’histoire des premiers Zirides, ces Berbères venus d’Afrique se mettre au service d’al-Mansûr ; cependant que l’arrière-petit-neveu de Zâwî, ‘Abd Allâh, est renvoyé aux calculs apeurés des Andalous de l’agonie omeyyade. L’affrontement d’Alphonse et de Yûsuf n’est pas seulement, ni même essentiellement, dans le récit de ‘Abd Allâh, celui de deux peuples ou de deux religions ; mais bien plutôt celui de deux principes – d’une part la monarchie d’Alphonse, mais aussi d’al-Mansûr ou de ‘Abd Allâh ; d’autre part la tribu, de Yûsuf l’Almoravide, mais aussi de Zâwî. ‘Abd Allâh succombe à ce même principe berbère qui a fondé son royaume, mais qui ne le gouverne plus.

  • 43 Sur la résistance de Séville, Siglo, p. 290-291, Tibyân, p. 170.
  • 44 Siglo, p. 202-203, Tibyân, p. 105-106.

28Cette hostilité sourde entre la défense du petit-fils et l’élan des aïeux, il n’est pas certain que ‘Abd Allâh la perçoive en ces termes, et il est exclu qu’il l’avoue. Dans le respect qu’il manifeste pour l’émir Yûsuf, on peut toutefois deviner qu’il a du mal à ne pas retrouver dans la figure de celui qui le juge la colère de ses propres ancêtres. Peut-être aussi reconnaît-il cette force berbère, bédouine, à laquelle il ne songe pas un instant, à la différence d’al-Mu’tamid de Séville, à résister43. Il n’est pas de calcul monarchique et rationnel qui puisse contenir ce flot. Alphonse lui-même, quand il prétend surprendre les Almoravides et profiter de leur ignorance du terrain andalou en hâtant l’affrontement, n’aboutit qu’au résultat contraire – souder les Andalous aux Africains – et il perd la bataille de Zallâqa44.

  • 45 Siglo, p. 308-309, Tibyân, p. 182-183.

29En fait, la métaphore la plus éloquente pour distinguer les deux principes, celui du calcul monarchique et celui de l’élan tribal, est bien celle de la maladie et de la mort, que ‘Abd Allâh distingue avec soin. Le médecin – comme le roi – peut soigner la maladie en mesurant et en réparant les déséquilibres des humeurs du corps. La mort en revanche vient à son heure et aucun calcul, aucune parade ne la peuvent retarder un seul instant45. L’heure de la dynastie de ‘Abd Allâh avait sonné. Yûsuf était son bourreau, et il n’y avait rien qu’on eût pu faire pour la sauver ou la prolonger.

30Ibn Khaldûn écrit qu’à la fin des dynasties, les petits-enfants des fondateurs, qui sont nés rois, ne savent plus ce qu’est le pouvoir, comment on le conserve, et encore moins comment on le conquiert – en particulier à la tête d’une tribu rassemblée par un appel religieux. ‘Abd Allâh au total ne semble pas si naïf. Si l’on en juge par la qualité de ce Tibyân (« Éclaircissement »), par la subtilité de ses argumentations, il est clair que ‘Abd Allâh, lointain rejeton d’une lignée de guerriers berbères dont il ne partageait plus les talents militaires, n’en avait pas moins bien appris, comme il nous le dit, son métier de roi.

Notes

1 Sur l’histoire de cette découverte, on consultera l’introduction à la traduction espagnole de l’œuvre, El siglo XI en primera persona : las « Memorias » de ‘Abd Allâh, último rey Zirí de Granada destronado por los Almorávides (1090), d’Emilio Garcia Gomez et Évariste Lévi-Provençal, Madrid, Alianza Tres, 1980, p. 46-47. Les auteurs s’y montrent beaucoup plus explicites sur le rôle des géomètres français que ne s’autorise à l’être É. Lévi-Provençal, qui écrit sa propre introduction sous le Protectorat, en 1935.

2 Sur cette hypothèse – l’unique manuscrit dont nous disposons serait la copie d’Ibn al-Khatîb –, voir encore El siglo XI en primera persona, ouvr. cité, p. 18-20. Ibn al-Khatîb dit explicitement avoir lu ces Mémoires à Aghmat, près de Marrakech, où ‘Abd Allâh passa les dernières années de sa vie et où il mourut. L’ancien vizir de Grenade avait obtenu le manuscrit du prédicateur de la mosquée (l’œuvre de ‘Abd Allâh y était donc conservée), « en meilleur état de conservation qu’on n’aurait pu le penser ». Voir la notice consacrée par Ibn al-Khatîb à ‘Abd Allâh dans l’Ihâta, reproduite par É. Lévi-Provençal en annexe du texte des Mémoires, al-Andalus, 1936, p. 126-127.

3 Par exemple pour le secrétaire andalou Ibn al-Abbâr, lui aussi accusé d’impiété, et dont les écrits furent brûlés après son exécution à Tunis en 1260.

4 Par commodité, et bien qu’une assez large partie du texte ait été traduite en français par É. Lévi-Provençal dans la revue al-Andalus (1935-1941), je me référerai à la traduction complète, en espagnol, d’E. Garcia Gomez et É. Lévi-Provençal, El Siglo XI en primera persona, ouvr. cité, (référence abrégée infra : Siglo) et à l’édition, elle aussi complète, d’É. Lévi-Provençal, Mudhakkirât al-amîr ‘Abd Allâh, âkhîr mulûk banî Zîrî bi-Gharnâta al-musammâ bi-kitâb al-Tibyân ‘an al-hâditha al-kâ’ina fî dawlat banî Zîrî fî Gharnata, Le Caire, Ifao, 1955 (référence abrégée infra : Tibyân). Sur l’apprentissage du métier de roi, Siglo, p. 72-75, Tibyân, p. 11-13.

5 Siglo, p. 325-328, Tibyân, p. 197-199.

6 Siglo, p. 328-329, Tibyân, p. 200.

7 Siglo, p. 331, Tibyân, p. 202 : ‘Abd Allâh s’y défend contre le lecteur hostile, et il écarte les accusations touchant à sa « vie privée », pour le dire comme E. Garcia Gomez, c’est-à-dire à l’immoralité des plaisirs des princes et aux dépenses qu’ils entraînent pour la communauté.

8 Siglo, p. 75, Tibyân, p. 13. L’auteur y souligne qu’on n’attaque jamais que les vaincus et les dynasties du passé ; et que les dynasties régnantes, fussent-elles tyranniques, sont toujours respectées.

9 Parmi les plus fameux de ces poètes sévillans de la cour d’al-Mu‘tamid, Ibn Zaydûn et surtout Ibn al-Labbâna, qui vint trouver le prince dans sa captivité d’Aghmât et lui renouvela son attachement.

10 Le meilleur exemple de cette victoire posthume d’al-Mu‘tamid sur son vainqueur Yûsuf ibn Tashfîn se trouve sans doute dans la Risâla d’al-Shaqundî sur l’éloge des Andalous. Comme pour mieux confirmer ce que dit ‘Abd Allâh sur les critiques qu’on adresse aux princes qui n’ont plus les moyens de châtier l’insolence, al-Shaqundî, secrétaire andalou au service des Almohades, écrit en 1202, un bon demi-siècle après la disparition de ces Almoravides qu’il vilipende et ridiculise.

11 Siglo, p. 303, Tibyân, p. 178.

12 La réputation d’avarice de ‘Abd Allâh explique sans doute les mauvais traitements qu’il subit de la part de ses premiers geôliers almoravides, avides de mettre la main sur ses trésors supposés considérables, et qui n’ont pas hésité à utiliser contre ‘Abd Allâh toutes les pressions physiques et morales pour les obtenir.

13 « Les choses étant ce qu’elles sont, il ne me reste plus qu’à manifester ma sincère adhésion à l’émir des Croyants (Dieu l’assiste) et à lui souhaiter que tout finisse bien, car de sa prospérité dépend celle des musulmans. Agir ainsi, c’est un devoir religieux, car un musulman a le devoir d’obéir aux imams qui le commandent et de leur être loyal », Siglo, p. 298, Tibyân, p. 176.

14 Siglo, p. 75, Tibyân, p. 13.

15 Ainsi de sa stérilité royale (dont certains affirment qu’elle tenait à ses pratiques homosexuelles, dont ‘Abd Allâh se défend à la fin du livre) ; et de sa fécondité après sa déchéance (il eut trois enfants), fécondité qu’il associe à l’écriture de son livre.

16 Sur le procès fait aux rois des taifas, voir François Clément, Pouvoir et légitimité en Espagne musulmane à l’époque des taifas ( ve-xie siècle) : l’imam fictif, Paris, L’Harmattan, 1997.

17 Sur la montée de la protestation anti-fiscale et les problèmes insolubles de paiement des troupes qu’elle pose aux souverains et sur l’équilibre de ce système au début du xie siècle, Siglo, p. 83, Tibyân, p. 17. « Al-Andalus, depuis toujours, était un pays de savants, de juristes et de gens de religion, auxquels on confiait la gestion de toutes les affaires, sauf ce qui concernait la domesticité du prince, ses esclaves et son armée. Celui-ci pouvait tirer de l’argent des premiers pour le donner aux seconds, avec l’objectif de constituer une armée et de la constituer des meilleures troupes pour fournir aux musulmans la meilleure défense possible », ibid.

18 « Al-Mu‘tamid aussi en prit de l’ombrage [de l’accord passé avec Alphonse] car, voyant que le roi chrétien envahissait ses terres et respectait les miennes, il crut que nous agissions de concert, sans penser que, si cela avait été le cas, j’aurais dû payer à Alphonse des sommes très supérieures à celle du tribut. La vérité, c’est que les Sévillans ne disposaient plus que de mercenaires, qui n’obéissaient à personne », Siglo, p. 232, Tibyân, p. 128.

19 Des règles qui peuvent même heurter la morale commune : ainsi les détours tortueux que son grand-père Bâdis emprunta pour se faire reconnaître comme héritier par son père, au détriment d’un cousin plus vertueux ; ou encore les négociations que ‘Abd Allâh lui-même fit mine d’entreprendre avec Ibn Rashîq de Murcie, ennemi des Sévillans, simplement pour faire pression sur al-Mu‘tamid ; ou encore l’utilisation du même Ibn Rashîq par les mêmes Almoravides, qui l’avaient condamné pour s’emparer de Badajoz. Voir Siglo, p. 94-96, 225, 255-256, 296, Tibyân, p. 27-29, 122, 143, 174.

20 Sur la haine recuite des hommes de religion contre les taifas, on se réfèrera au portrait du plus virulent, Ibn Qulay‘î, Siglo, p. 207-208, 219-220, Tibyân, p. 110, 117-118.

21 Siglo, p. 81-82, Tibyân, p. 16.

22 Ajoutons bien sûr qu’avec les Almoravides, ce sont d’autres Berbères qui sont sollicités pour sauver al-Andalus. ‘Abd Allâh, mais aussi les troupes berbères de Grenade étaient sensibles à cette parenté avec les Almoravides, Siglo, p. 201, 265, Tibyân, p. 104, 150. La parenté ethnique se dit qarâba dans le premier cas et jinsiya dans le second.

23 Sur tous ces événements, on consultera par exemple É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, Paris, Maisonneuve et Larose, 1950-1953, rééd. 1999, t. II, p. 291-320 en particulier.

24 Il n’en subsiste, à la fin du siècle, qu’une dizaine, qui ont absorbé les autres. Parmi les plus expansionnistes, la taifa de Séville annexa celles de Saltès, Carmona, Moron, Jerez et finalement Cordoue et Murcie. Valence était passée aux mains des Tolédans, Dénia et Tortose à la famille des souverains de Saragosse, les Banû Hûd. En 1085, les principales taifas avaient pour capitales Séville, Tolède, Badajoz, Saragosse, Grenade, Malaga et Alméria.

25 De fait, après le sac de Cordoue en 1013, les Berbères soutinrent pendant trois ans le califat d’un Omeyyade à leur dévotion, al-Musta‘în (1013-1016), avant de confier le califat à une branche de la famille idrisside, les Hammudides (1016-1023). ‘Abd Allâh passe totalement sous silence ces données.

26 « D’un côté, ils ne voulaient se soumettre à personne et n’acceptaient les décisions d’aucun chef ; mais d’un autre côté, c’était les gens les plus lâches du monde, et ils craignaient pour le sort de leur cité, car ils étaient incapables de faire la guerre à qui que ce soit, même à des mouches, sans l’assistance de milices étrangères qui les protègent et les défendent », Siglo, p. 84, Tibyân, p. 18-19.

27 On peut sans doute situer vers 1015-1016, à la fin du règne de Sulaymân al-Musta‘în à Cordoue, le repli de Zâwî et de ses fidèles sur la province de Grenade-Elvira. Voir É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, ouvr. cité, t. II, p. 322-324.

28 De fait, c’était bien un Qurayshite (de la même tribu que le prophète Muhammad), puisqu’il s’agissait d’un prince omeyyade qui se proclama calife en 1018 à Valence dans l’intention de restaurer à la fois la dynastie omeyyade et l’unité d’al-Andalus. Il attira dans son camp un très grand nombre de volontaires, dont le célèbre poète, juriste et théologien Ibn Hazm.

29 Siglo, p. 86-87, Tibyân, p. 20-21. L’exemple du Prophète est très explicitement invoqué.

30 C’est en tout cas la version de la mort de Zâwî que choisit ‘Abd Allâh, Siglo, p. 92, Tibyân, p. 25.

31 Comme ‘Abd Allâh ne manque jamais de le rappeler, Siglo, p. 82, 84, Tibyân, p. 17.

32 Siglo, p. 91-92, Tibyân, p. 25-26.

33 Sur le raisonnement d’Alphonse, Siglo, p. 157-158, Tibyân, p. 72-73.

34 « Chacun des contribules de Habûs était le maître (sultân) du territoire qui lui avait été assigné, dont il jouissait entièrement et où il exerçait le commandement sans partage de ses troupes. Habûs, Dieu lui fasse miséricorde, ne prenait aucune décision sans tenir compte de leur avis, ne formait aucun plan qu’il ne les ait consultés », Siglo, p. 93, Tibyân, p. 26.

35 Siglo, p. 101, Tibyân, p. 32.

36 Siglo, p. 109-110, Tibyân, p. 38-39.

37 Siglo, p. 249-250, Tibyân, p. 139-141. Au commencement de son règne personnel (vers 1080), ‘Abd Allâh s’abstiendra de faire emprisonner et exécuter son vizir et tuteur. Non par magnanimité, mais parce que le crime dont il aurait pu l’accuser (en l’occurrence l’exécution de plusieurs femmes du harem de Bâdis), ce vizir l’avait commis avec plusieurs personnages importants de la tribu royale que ‘Abd Allâh n’osa pas affronter.

38 Siglo, p. 132, 238, Tibyân, p. 54, 130-131.

39 Siglo, p. 255-256, Tibyân, p. 143.

40 Siglo, p. 295-296, Tibyân, p. 174.

41 Sur ce passage célèbre, Siglo, p. 158-159, Tibyân, p. 73.

42 Sur l’ultime négociation avec Alphonse, qui met constamment en balance Grenade et Séville, Siglo, p. 229, Tibyân, p. 126.

43 Sur la résistance de Séville, Siglo, p. 290-291, Tibyân, p. 170.

44 Siglo, p. 202-203, Tibyân, p. 105-106.

45 Siglo, p. 308-309, Tibyân, p. 182-183.

Auteur

Gabriel Martinez-Gros est professeur à l’université Paris 10-Nanterre et membre du Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen (EHESS). Il est agrégé d’histoire et ancien membre de la Casa de Vélasquez. Il a consacré ses recherches à l’étude du politique et à la relation entre pouvoir et culture en al-Andalus et, au-delà, dans le monde musulman médiéval. Parmi ses publications, on peut citer : L’idéologie omeyyade, Madrid, 1992 ; Identité andalouse, Arles/Paris, 1997 ; Pays d’Islam et monde latin (en collaboration avec Philippe Gourdin, Cyrille Aillet, Sophie Makariou et Emmanuelle Tixier), Paris, 2001 ; L’Islam en dissidence (en collaboration avec Lucette Valensi), Paris, 2004 ; Ibn Khaldun et les sept vies de l’Islam, Arles/Paris, 2006. Il a aussi traduit de l’espagnol Ce que la culture doit aux Arabes d’Espagne de Juan Vernet, Paris, 1985 ; et de l’arabe, De l’amour et des amants d’Ibn Hazm de Cordoue (xie siècle, Tawq al-hamâma fî-l-ulfa wa-l-ullâf), Paris, 1992.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540