Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de la ville

 | 
Hélène Noizet

Cinquième partie. La structuration de l’espace urbain

Chapitre XXII. Les réalités ecclésiastiques de la fabrique urbaine

Texte intégral

  • 1 Galinié, Ville, espace urbain…, op. cit., p. 73-84.

1Aucun des trois styles parcellaires dégagés dans le chapitre précédent ne résulte de la volonté des acteurs. Aucun groupe social, aussi compétent soit-il, n’a formulé le projet de construire ces espaces urbains et d’organiser la matérialité de la ville de cette manière ou de telle autre. Et pourtant, ces espaces existent bel et bien : cette réalité matérielle est indéniable. Ainsi, il faut admettre qu’il n’y a pas de causalité directe et immédiate à l’urbanisation : on ne peut déterminer un fait, un événement ou un acteur social qui serait fondateur. Puisqu’il n’est pas possible de rendre compte de cette matérialité urbaine en la considérant au niveau de l’intention des acteurs, il faut élargir le seul registre de la compréhension pour entrer dans celui de l’explication : si la compréhension a consisté à analyser les fins poursuivies par les acteurs, ou leur absence de projet, la démarche explicative intègre les résultats de la compréhension pour les confronter à la structure urbaine, et ce dans une optique dialectique. Après avoir compris comment, selon des temporalités courtes, de l’ordre de la décennie ou du siècle, les acteurs sociaux s’étaient diversement impliqués dans cet espace urbain, chacun à son échelle et en fonction de ses propres finalités, c’est le temps long du processus qu’il convient d’interroger pour expliquer comment la matérialité de la ville a pu non seulement enregistrer, mais aussi influencer ces activités sociales. Le concept de fabrique urbaine, courant dans l’archéologie britannique, a été formalisé par Henri Galinié1 pour désigner cette interaction, permanente et dialectique, entre sociétés et espaces urbains qui caractérise le processus d’urbanisation.

2Nous proposons donc de mettre en relation les trois styles parcellaires décrits précédemment avec les activités sociales opérantes, c’est-à-dire les configurations fonctionnelles qui participent à expliquer la structure urbaine de cet espace. Nous allons donc vérifier comment, en diachronie, les différents comportements des acteurs ont indirectement favorisé, ou au contraire freiné, la structuration urbaine de Tours, ainsi que les effets en retour de ces structures sur les configurations sociales observées.

Sociétés et espaces urbains : une relation dialectique

Dans l’espace de Saint-Julien

3Dans cet espace intermédiaire de la ville, entre la Cité et Châteauneuf, cinq configurations successives participent à en expliquer la structure.

4Le premier moment important correspond aux années 938-943, c’est-à-dire au rétablissement de Saint-Julien par Téotolon, qui fit le choix de la règle bénédictine. Cette refondation a conditionné des besoins de consommation spécifiques, qui ont durablement influencé la faible densité du parcellaire dans ce secteur. Téotolon et Odon ont rassemblé à Saint-Julien une quarantaine de moines : comparé à Saint-Martin, qui comporte plus de deux cents chanoines, ce chiffre fait de Saint-Julien un établissement de moindre envergure. Nourrir, vêtir, chauffer quarante personnes ne nécessite pas autant de main-d’œuvre ni de matières premières que pour deux cents personnes. Surtout, la demande économique suscitée par la présence d’une telle population est relativement faible dans la mesure où Saint-Julien est un monastère : le choix de la règle bénédictine détermine un niveau de consommation peu élevé, que ce soit en ce qui concerne les produits eux-mêmes ou le personnel nécessaire au ravitaillement du monastère. D’une part, le régime alimentaire monastique se caractérise par une certaine austérité, comme en témoigne la règle bénédictine, qui interdit la viande de quadrupède. Cette interdiction fut même durcie par les capitulaires monastiques de 816-817, qui prohibèrent de surcroît la consommation de volatiles. Les graisses et le vin sont limités par la pratique du jeûne le vendredi et à certains moments de l’année. D’autre part, la règle bénédictine oblige les moines à consacrer une partie de leur journée au travail manuel : celui-ci peut correspondre à l’entretien du jardin, des bâtiments… Ainsi, les moines assurent eux-mêmes une partie du fonctionnement de leur abbaye, sans avoir besoin de recourir pour cela à une main-d’œuvre externe très nombreuse : même s’ils disposaient de serviteurs laïcs, leur nombre était réduit au strict minimum. L’approvisionnement de Saint-Julien ne nécessite finalement que peu de structures et de personnes. Les bâtiments nécessaires au stockage et à la transformation des matières premières en produits consommables, qui sont relativement peu nombreux par rapport à Saint-Martin, sont tous compris dans le vaste enclos monastique. L’autofonctionnement monastique de Saint-Julien ne suscite donc pas une densité des installations : au contraire, l’enclos monastique gèle à lui seul un peu moins de trois hectares.

5Le deuxième moment important est perceptible à partir du milieu du xie siècle : il est peut-être plus ancien, mais les sources ne permettent pas de remonter au-delà. Cette configuration concerne les relations établies par les moines avec leurs serviteurs laïcs. L’exclusion des habitants laïcs, installés loin de l’enclos monastique, participe en effet à expliquer la structure du parcellaire dans cette partie de la ville. Nous avons pu établir que, dès le xie siècle, la distance entre les moines et leurs serviteurs laïcs avait été pensée : elle a été traduite spatialement par un rejet de ces habitants du côté de Saint-Martin. Ainsi, le boulanger, le cuisinier, le cordonnier, le portier, qui sont pourtant obligés de fréquenter quotidiennement le monastère, ont leurs maisons à plus de cent cinquante mètres à l’ouest du monastère. Les moines ont manifestement cherché à éloigner au maximum la population laïque, dont la présence était jugée encombrante : cela explique en partie l’absence d’habitat et le maintien des vignes et des terres arables tout autour du monastère. Ces vignes et ces prés, qui sont mentionnés continûment dans les actes de la deuxième moitié du xe siècle, correspondent aux grandes parcelles repérées au centre des îlots de cet espace. Ce fonctionnement monastique a ainsi produit un espace spécifique, caractérisé par une faible densité et une faible diversité du parcellaire autour de Saint-Julien.

6Mais les choses n’en restent pas là, comme en témoigne une nouvelle configuration au début du xiie siècle. L’incompatibilité entre la vie monacale et la présence d’une population laïque a été en effet très fortement réactualisée en 1114. Nous avons auparavant observé que les moines de Saint-Julien avaient cherché à obtenir la fermeture d’une voie nouvellement aménagée à proximité de leurs murs : celle-ci remplaçait l’ancienne voie, qui permettait d’aller de la Cité à Châteauneuf en longeant la Loire, mais qui avait été inondée dans le secteur de Maufumier. L’accord trouvé en 1114, entre les différents acteurs concernés par cet espace, à savoir principalement les moines et le comte, permet de montrer l’interaction de la matérialité spatiale et du fonctionnement social : en effet, cet accord peut être considéré à la fois comme une conséquence et une cause supplémentaire de la structure du parcellaire autour de Saint-Julien. Pour que le comte accepte de concéder aux moines le bénéfice de la voie afin de la condamner, c’est que l’espace environnant était déjà relativement atone : c’est parce que cette rue était relativement peu empruntée et qu’elle n’avait pas une fonction essentielle dans la circulation des hommes et des produits à Tours que l’on pouvait se permettre de la fermer. Le comte n’aurait sans doute pas autorisé que soit condamnée une voie très passante, abondamment fréquentée par la population, et dans laquelle seraient installés plusieurs commerces et artisans, qui payent des taxes sur leurs produits et activités : c’est que les activités urbaines sont aussi une source de revenus pour le pouvoir seigneurial. Or, dans la rue près de Saint-Julien, il n’y a rien de tout cela : étant donné l’autofonctionnement monastique de Saint-Julien, il n’y avait que des vignes et des champs à proximité immédiate de l’abbaye. Il y a donc bien une influence de l’espace sur la nouvelle configuration de 1114. Mais, en retour, ce moment spécifique réactive et entretient singulièrement la faible densité du parcellaire autour de Saint-Julien. Cette nouvelle modalité de l’accord entre les moines et le comte a ensuite contribué à maintenir un paysage clairsemé : non seulement l’accès à la Loire était coupé, mais c’est également tout l’espace autour de Saint-Julien qui était ainsi verrouillé. En bloquant toute circulation dans ce secteur, les moines ont empêché qu’un bourg se développe : la fermeture de la voie a paralysé les activités économiques favorisées par la présence d’une forte densité de population. C’est le potentiel urbain de ce secteur qui se trouvait ainsi entravé.

7La quatrième configuration que nous avons repérée correspond à la mise en place du prieuré clunisien de Saint-Michel-de-la-Guerche au sud-ouest de cette partie de la ville. Nous avons vu que le chapitre de Saint-Martin, se désintéressant de cette zone qui lui avait été concédée en fief, par le roi Louis VI en 1119, l’avait concédée à son tour, au plus tard en 1171, à des moines dépendant de la Charité-sur-Loire : ceux-ci se sont constitués en une véritable communauté monastique à Saint-Michel-de-la-Guerche. Là encore, cette nouvelle modalité de l’accord entre les chanoines de Saint-Martin et les moines clunisiens permet de vérifier la nature dialectique du processus de la fabrique urbaine. Si cette configuration résulte en partie de l’organisation spatiale, elle favorise en retour le maintien d’un espace peu densément habité et peu diversement exploité. L’influence de la matérialité spatiale fournit une des raisons permettant d’expliquer que les chanoines de Saint-Martin ont abandonné ce fief, alors qu’ils auraient pu exploiter ces terrains pour y développer un bourg, à la manière de celui de Saint-Pierre-le-Puellier. Nous avions évoqué l’effet psychologique de la forte césure entre les deux pôles de la ville, dans la mesure où Saint-Michel-de-la-Guerche se situait à l’extérieur de l’enclave martinienne, du côté de la ville de l’évêque. Mais à cet élément s’ajoute certainement celui de la structure parcellaire : c’est que, malgré leur qualification commune de burgus dans l’acte de donation de 1119, l’espace de Saint-Michel-de-la-Guerche n’était pas celui de Saint-Pierre-le-Puellier. Alors que Saint-Pierre-le-Puellier se situe entre Saint-Martin et la Loire, Saint-Michel-de-la-Guerche se trouve au sud-est, c’est-à-dire nulle part : à Saint-Michel-de-la-Guerche, on était encore au milieu des vignes et des champs, comme l’indique le toponyme de la voie des prés de Saint-Julien de l’acte de 1190. Il n’y avait donc pas d’enjeu, à moins de procéder à des aménagements lourds, d’installer une population, bref d’avoir un projet d’envergure pour exploiter cet espace au même titre que Saint-Pierre-le-Puellier. Or, dans cette deuxième moitié du xiie siècle, les chanoines n’étaient pas capables, au vu de leurs difficultés internes, de susciter une telle dynamique. Ainsi, c’est en partie parce qu’il ne préexistait pas de structure urbaine un peu conséquente que les chanoines ne se sont pas investis dans cet espace, qu’ils se sont contentés de céder à cens aux moines de la Guerche. Les modalités de l’accord de 1171 résultent donc entre autres de la structure finalement assez peu urbaine dans cette partie de la ville. Mais, par la suite, cette nouvelle configuration de 1171 contribue à entretenir un parcellaire de type rural. Ces infrastructures monastiques ont en effet gelé une partie de l’espace dans cette partie de la ville, et ce même si ce prieuré était de taille plus modeste que le monastère de Saint-Julien. La mise en place de ce monastère constitue un nouveau frein à l’urbanisation dans cet espace intermédiaire. Son effet prolonge ceux induits précédemment par les activités de Saint-Julien, même s’il n’y a aucun lien entre les deux établissements et même si les installations de Saint-Julien et de Saint-Michel-de-la-Guerche renvoient à des projets et des fonctionnements sociaux totalement différents : d’une part, l’action monastique de Téotolon et, d’autre part, le désintérêt du chapitre de Saint-Martin.

  • 2 Chevalier, Tours, ville royale, op. cit., p. 381.

8La cinquième et dernière configuration utile à notre propos n’a pas été décrite auparavant, puisque, concernant le xve siècle, elle avait déjà été analysée par B. Chevalier dans sa thèse. Celui-ci2 a montré que, pendant tout le xive siècle, et encore pendant toute la première moitié du xve siècle, les prix du terrain à bâtir et des maisons ont constamment baissé : l’historien en conclut que l’offre dépassait la demande, et ce jusqu’en 1445 environ. Ainsi, des terrains vides d’habitations existaient encore à l’intérieur de l’enceinte de 1356, tout au moins jusqu’aux premières décennies du xve siècle. Puis l’historien repère un changement, à partir des années 1420-1430, justement dans le secteur de Saint-Julien : les moines commencent à aliéner une partie de leur enclos. Du côté sud, le long de la Grande-Rue, des maisons sont construites et accensées à des particuliers au profit de l’aumônier et du sacristain. La construction s’intensifie singulièrement après les années 1450 : c’est à cette époque que la partie occidentale de la place Foire-le-Roi a été lotie. Ce sont ces lotissements qui sont visibles sur le plan cadastral : ils correspondent au parcellaire dense et laniéré qui occupe tous les fronts de rue, et notamment ceux des principales artères que sont la Grande-Rue, d’une part, et les rues de la Scellerie et des Halles, d’autre part. Là encore, nous pouvons observer l’interaction de la structure spatiale et du fonctionnement social. Ce modèle d’accord entre les moines et les habitants à la fin du xve siècle constitue une nouvelle étape du processus de la fabrique urbaine. Ainsi, il est assuré que c’est le réseau viaire qui a commandé l’urbanisation : aux yeux de ces habitants, qui cherchaient à être bien placés et à circuler aisément, les maisons les plus intéressantes étaient celles qui se trouvaient à proximité des voies de passage importantes, telles que la Grande-Rue. C’est pourquoi l’urbanisation s’est développée de manière linéaire.

9Mais ce faisant, cet accord spécifique a eu en retour une influence majeure sur la structure du parcellaire dans ce secteur. En effet, ces maisons ayant été construites le long des principales voies, en laissant derrière elles les champs, les vignes ou terrains vagues, elles ont scellé le parcellaire de type rural situé à l’intérieur des îlots. Ces maisons formaient désormais un rideau difficilement franchissable pour atteindre ces parcelles enclavées, auxquelles seuls des passages étroits et peu commodes permettaient d’accéder. Dès lors, les parcelles qui se trouvent en arrière ne présentent que peu d’intérêt, et l’effet d’entraînement joue de nouveau à plein. La linéarité de l’urbanisation à la fin du Moyen Âge a en quelque sorte produit les conditions de son propre blocage dans les décennies suivantes : en entravant l’accès aux grandes parcelles situées juste derrière les maisons, elle a empêché une réelle densification de l’habitat dans cette partie de la ville. Ceci fournit également une nouvelle preuve de l’absence de projet d’urbanisme qui aurait été marqué par le percement de nouvelles rues de desserte.

10Envisagée dans le long terme, l’interaction de ces multiples configurations sociales avec la structure spatiale permet de rendre compte de l’auto-entretien de la fabrique dans ce secteur. Il n’y a pas de filiation à établir entre chacune de ces configurations : simplement, chacun de ces moments réactualise à sa manière les caractéristiques de la structure du parcellaire, c’est-à-dire une faible densité et une faible diversité. Au total, il y a bien une tendance commune qui se dégage de ces différentes situations, même si personne ne l’a voulue ni décidée à aucun des moments envisagés ci-dessus : cette évolution tend à maintenir un paysage urbain clairsemé dans cet espace intermédiaire entre la Cité et Saint-Martin, qui n’a été urbanisé que sur les franges des îlots, formant ainsi des fronts de rue.

  • 3 ADIL, H 462.
  • 4 BMT, fonds ancien, ms. 1200, no 21.

11Il y a bien une tentative de renversement de la tendance, à la fin du xve siècle : mais celle-ci est intervenue à la fois trop tardivement, trop individuellement et trop faiblement pour modifier l’effet de structure induit par les configurations précédentes. C’est par l’opération du percement de la seule rue Ragueneau, en 1482-1483, que les habitants de ce quartier ont cherché à favoriser l’accès à la Loire ainsi que le développement des activités urbaines de ce secteur. En effet, l’exposé des motifs de l’acte royal de Louis XI, qui autorise le percement de cette rue, sur l’ancien emplacement de la venelle autrefois condamnée par les moines de Saint-Julien, évoque les motivations des habitants. Écoutons-les3 : « Les dits suppliants ne peuvent avoir si aisément leurs provisions et neccessités devers la dite riviere de Loire comme ils auroient si la dite poterne estoit ouverte, et leur convient pour aller à la dite rivière faire grand tour et circuit et aller à Maufumier où à la Foire le Roy pour avoir leurs provisions et neccessités et tellement que le denier leur couste deux, et aussy si la dite poterne estoit ouverte, il y a lieu et place convenable pour faire un des beaux ports qui soit en la dite ville ne sur la rivière de Loire car il seroit au milieu de la dite ville, et où on pourroit mettre en seureté plus de biens et marchandises qu’en tous les autres ports de la dite ville qui seroit pareillement un grant bien et profit évident pour tous les habitans de notre dite ville. » Ainsi, la volonté de ces habitants prend le contre-pied de la tendance observée jusque-là dans cet espace. Ceux-ci cherchent désormais à aménager un port au bord de la Loire, qui leur éviterait d’aller à Maufumier ou à la Foire-le-Roi : ils ont ainsi parfaitement compris que la présence du monastère de Saint-Julien avait empêché le développement urbain et économique de cette partie de la ville. Leur discours met en avant l’utilité publique qu’il y aurait à réaliser ces aménagements : ils ont même réussi à convaincre les moines de l’utilité de ce projet, essentiellement par l’argument financier, dans la mesure où les moines pourraient tirer des revenus non négligeables de cette urbanisation. Dans cette partie de la ville, on peut considérer que ce n’est qu’à partir de ce moment-là qu’il y eut une prise de conscience urbaine. Mais elle intervient un peu tard. En effet, les maisons construites le long des grandes rues ont en quelque sorte muré le parcellaire de type rural situé à l’intérieur des îlots : une fois tous les fronts de rue colonisés, il était beaucoup plus difficile de développer l’urbanisation en s’inscrivant dans cette structure parcellaire. Le seul moyen consistait effectivement à ouvrir de nouvelles rues. Mais étant donné la lourdeur des procédures, qui impliquaient d’exproprier et d’indemniser les habitants délogés, on mesure parfaitement l’effet d’inertie de la fabrique : celui-ci était alors trop fort pour renverser la tendance qui avait été à l’œuvre depuis le xe siècle. Cette ultime influence de la structure spatiale sur l’activité sociale se perçoit dans le fait que Saint-Julien n’est jamais devenu un de ces quartiers commerçants de la ville. Le plan de 1675-1687 de Tonon de Rochefou prouve d’ailleurs que cette partie centrale de la ville contient, encore à cette époque, de larges zones restées en friches4.

À Châteauneuf

12À l’inverse de Saint-Julien, l’urbanisation a été très forte à Châteauneuf. Il s’y est produit, depuis le ixe siècle, une succession d’activités sociales qui tendaient, toujours de manière indirecte et involontaire, à renforcer la densité et la diversité du parcellaire. Là encore, les six configurations que nous avons pu repérer répondaient à chaque fois à un problème spécifique, qui n’avait en soi rien d’urbain. Mais si aucun projet urbain n’a été en tant que tel formulé, toutes ces situations ont favorisé la structuration d’un espace urbain dense et diversifié.

  • 5 J.-P. Devroey, « Ad utilitatem monasterii. Mobiles et préoccupations de gestion dans l’économie mo (...)

13Le premier moment que nous avons pu discerner se situe entre 816 et 862 : il correspond à l’adoption de la règle canoniale à Saint-Martin, ainsi qu’à la mise en place d’une organisation spécifique des ressources destinées à répondre aux besoins de consommation. Le choix de la règle canoniale influe de deux manières sur le fonctionnement de la collégiale. Tout d’abord, le régime de vie, et notamment alimentaire, des chanoines est très confortable dans la mesure où il ne comporte pas d’interdiction particulière : ainsi la viande est autorisée, ce qui implique de disposer des structures de ravitaillement adaptées à ce type de denrée périssable. De plus, aucun travail manuel n’est exigé des chanoines : ceux-ci doivent donc s’en remettre totalement à une main-d’œuvre externe, chargée d’assurer la totalité des travaux et des tâches quotidiens indispensables au bon fonctionnement d’une telle communauté. Cette configuration canoniale nécessite donc une domesticité nombreuse, ainsi que des produits en grande quantité et variés, avec notamment de la viande. Il faut ajouter à cela le nombre très élevé de chanoines appartenant à l’institution tourangelle : pas moins de deux cents chanoines vivent à cette époque à Saint-Martin, ce qui en fait localement la communauté ecclésiastique la plus importante du point de vue de l’effectif. Enfin, le dernier élément qui entre en jeu dans cette configuration initiale est le pèlerinage de Saint-Martin. La localisation de la tombe de saint Martin, dans une nécropole publique à mille cinq cents mètres à l’ouest de la cathédrale, correspondrait en réalité à un des premiers moments de l’histoire urbaine post-romaine de cette partie de la ville, moment qu’il conviendrait de mettre en exergue dans le cas d’une étude qui inclurait l’Antiquité tardive. La présence de la tombe de saint Martin s’est révélée être une véritable mine d’or, dans la mesure où les visites des nombreux pèlerins fournissaient des revenus à la population locale qui leur proposait des services. Rappelons que, au Moyen Âge, le pèlerinage à Saint-Martin de Tours était le quatrième en importance en Europe, après Saint-Jacques de Compostelle, Jérusalem et Rome. On comprend dès lors que les besoins de consommation fussent très élevés : il fallait donc beaucoup de produits et beaucoup d’hommes pour assurer la « bonne gestion de la maisonnée », qui constituait, selon Jean-Pierre Devroey5, l’objectif premier de ces propriétaires ecclésiastiques. Les effets induits par la présence d’une telle communauté expliquent donc la mise en place d’un parcellaire dense et diversifié dès le haut Moyen Âge, et ce même si les chanoines n’ont à aucun moment voulu fabriquer une ville. La structuration véritablement urbaine de l’espace a été impulsée par l’obligation qu’il y avait de loger et faire vivre toute cette population cléricale et laïque : rappelons que nous avons calculé que l’effectif des habitants à Saint-Martin pourrait se situer dans un ordre de grandeur d’environ 1 500 à 2 000 personnes, effectif auquel il convient d’ajouter la population passagère des pèlerins. Les chanoines ont organisé leur patrimoine de manière à faire face à de tels besoins. Pour cela, ils ont mobilisé les compétences géographiques et fluviales de leurs possessions dont certaines ont été mises en réseau. Or la mise en œuvre de ces ressources a conditionné une caractéristique importante de l’espace urbain dans ce secteur : l’attraction exercée par la Loire. Il semble que le chapitre ait fait parvenir par bateau certains des produits indispensables à son fonctionnement, comme la laine. Dès 816, il avait obtenu à cet effet les exemptions de taxes nécessaires à de tels échanges, et tout particulièrement pour la Loire et ses affluents, sur lesquels douze de leurs bateaux pouvaient circuler librement. Il est donc logique qu’à Châteauneuf la Loire conditionne fortement l’organisation du réseau viaire, puisque c’est de là que provenaient une grande partie des produits utiles au fonctionnement de l’agglomération martinienne. Les dispositions, prises par les chanoines pour assurer leur ravitaillement en viande, ont favorisé d’une autre manière la densification du parcellaire. Ceux-ci ont fait le choix d’installer les structures d’élevage à quelques kilomètres au sud, dans les prairies des varennes, c’est-à-dire non loin, mais pas sur le site de Tours : ces installations de type agricole ont donc été rejetées à une certaine distance du quartier de Saint-Martin. Les choses auraient été différentes si les chanoines avaient décidé de mettre en place leur centre d’élevage dans l’environnement immédiat de leur monastère, à Tours même. Une grande partie du sol aurait alors été gelée par ces terrains laissés à l’état de prés, bloquant ainsi le développement d’habitations à proximité de la basilique. Cette configuration, qui dissociait lieu de production et lieu de consommation, a donc favorisé le processus de la fabrique urbaine. Comme pour la Loire, il n’y a aucun projet urbain spécifique, mais simplement la volonté d’exploiter au mieux les potentialités de leur environnement, à savoir les prairies des varennes, qui constituaient des terres d’embouche enrichies par les limons, déposés lors des inondations fréquentes dans cette dépression topographique. Si l’on peut souligner la capacité de ces hommes à s’insérer dans leur environnement physique, à la fois terrestre et fluvial, leur dessein n’était pas de créer à proprement parler une ville.

14Cette configuration initiale fut l’objet d’un réordonnancement, au début du xe siècle, en liaison avec la construction du castrum de Saint-Martin. La nouvelle modalité de l’accord entre chanoines et habitants laïcs s’est traduite par l’installation des laïcs dans la moitié nord du castrum, tandis que la moitié sud était destinée en théorie aux seuls chanoines. Une autre possibilité aurait consisté à exclure les laïcs de la totalité du castrum, comme les moines de Saint-Julien l’ont fait avec leur enclos. Or, ce n’est pas ce choix qui a été fait par les chanoines. La raison est certainement à chercher du côté de leur insertion dans le siècle : le mode de vie canonial n’impliquait pas en effet une distance entre clercs et laïcs aussi stricte que dans un monastère bénédictin. Cette dévolution de la partie septentrionale du castrum aux seuls laïcs a joué un rôle majeur dans la structuration urbaine de cet espace. Elle constitue le premier facteur expliquant deux de ses caractéristiques : le fait tout d’abord que le parcellaire soit très différent entre le nord et le sud du castrum, et, à l’inverse, le fait qu’il soit de même nature dans cette moitié nord et dans le bourg Saint-Pierre-le-Puellier. Le tropisme de la Loire fut également conforté par cette nouvelle configuration de 918. En 918 et 919, la communication avec la Loire fut manifestement recherchée, comme en témoignent les deux temps de la concession de l’immunité pour le suburbium du castrum de Saint-Martin : d’abord concédée pour le seul castrum, l’immunité fut ensuite étendue à toute la bande de terrain comprise entre la Loire et le castrum nouvellement construit. Une telle mise en place de la nouvelle unité juridique autour de Saint-Martin montre que la Loire restait une préoccupation majeure : elle était toujours un axe de communication essentiel entre Saint-Martin de Tours et le reste du monde. Une autre preuve en est la localisation de la boulangerie en 920 : à cette date, elle se trouve dans le bourg de Saint-Pierre-le-Puellier, justement entre le castrum et la Loire. Cette localisation, dont on ne sait si elle est nouvelle ou si elle préexiste au castrum, prouve que les structures économiques nécessaires aux chanoines n’étaient pas cantonnées dans le quartier canonial. Celles-ci auraient pu en effet se situer dans la moitié sud du castrum, puisque c’est là que les chanoines sont censés vivre. Cette localisation aurait été d’autant plus justifiée que Tours avait souffert des incursions scandinaves durant la seconde moitié du ixe siècle : or les Vikings étaient justement arrivés par bateau depuis la Loire. Ainsi, le traumatisme viking n’a pas modifié l’organisation de l’espace à Tours : l’accès à la Loire restait une priorité pour les chanoines, ce qui a réactivé l’orientation du réseau viaire vers le fleuve.

15Un troisième moment important paraît correspondre au premier quart du xie siècle, lors de transfert des moniales de Notre-Dame-de-l’Écrignole à Beaumont. Le trésorier Hervé a profité de l’énorme chantier de la reconstruction de la basilique pour éloigner ces bénédictines, qui se trouvaient juste au nord de l’église capitulaire. Il cherchait à ce qu’elles soient mieux installées, dans un endroit qui présente les qualités de calme et de confort requis pour ce type de communauté féminine : c’est pourquoi elles quittèrent l’area magna pour Beaumont, c’est-à-dire un lieu-dit relativement peu habité, en périphérie de l’agglomération martinienne. Cette place de Châteauneuf constituait en effet un environnement peu propice à la vie bénédictine de ces moniales, dans la mesure où elle était fréquentée par les marchands et visiteurs de toutes sortes : l’activité y était singulièrement dense et variée en raison de la proximité de cette place avec le tombeau de saint Martin. Autrement dit, la structure urbaine héritée des ixe-xe siècles explique en partie la décision d’Hervé. Mais, en retour, cet accord entre le trésorier et les moniales a favorisé à nouveau la densification et la diversification du parcellaire : en effet, la communauté de Beaumont bloquait par son emprise une partie du sol de cette place. Leur départ a libéré du terrain qui a pu ensuite être loti, bâti, bref densément occupé. Désormais il devenait possible d’aménager, à proximité ou à la place des bâtiments monastiques, plusieurs maisons ou boutiques, permettant à un plus grand nombre de personnes de vivre et d’exercer leurs activités autour de cette place. L’expulsion de ces moniales a ainsi favorisé l’urbanisation dans la moitié nord du castrum.

16Puis, peu après, vers le milieu du xie siècle, les sources nous donnent à voir une nouvelle situation, liée cette fois-ci au bourg de Saint-Pierre-le-Puellier. Si nous avons examiné précédemment que les serviteurs laïcs de Saint-Julien avaient été rejetés de l’espace proche de ce monastère, nous pouvons maintenant évoquer l’endroit où ils ont été installés, à proximité de Saint-Pierre-le-Puellier. Ce choix, qui résulte tout d’abord de la volonté monastique d’éloigner les habitants laïcs de l’enclos de Saint-Julien, s’explique par la préexistence du bourg de Saint-Pierre-le-Puellier : il était commode d’installer à côté de ce bourg ces serviteurs, puisqu’il s’y trouvait déjà toutes les structures favorables au développement, c’est-à-dire de l’espace en bordure de fleuve, mais également les structures économiques nécessaires à leurs obligations vis-à-vis des moines, à savoir des produits, des marchés, des ateliers… Mais ce faisant, ces hommes ont agrandi d’autant ce secteur. Là encore, l’effet d’entraînement a joué à plein : la structure urbaine de cet espace a tout d’abord favorisé cette modalité de l’accord entre moines et laïcs de Saint-Julien, avant d’être stimulée à son tour par ce fonctionnement social.

17Un cinquième moment peut être défini à la fin du xie siècle, lorsque des banquiers et des orfèvres établissent leurs étaux sur la place de Châteauneuf, en accord avec les chanoines de Saint-Martin. Le désir de ces commerçants et artisans de développer leur activité les a poussés à choisir cette place. C’est bien parce qu’il y avait une demande économique forte à cet endroit que ces hommes s’y sont installés : la présence de nombreux pèlerins, encore accrue par l’augmentation des possibilités de logement et d’accueil à la suite du départ des moniales au début du xie siècle, justifiait de proposer de nouveaux services de change et de vente de produits d’artisanat. La fabrique urbaine a donc joué en faveur de cette nouvelle modalité de l’accord entre les chanoines et les habitants laïcs du castrum. Mais, par la suite, il est certain que l’installation de ces changeurs et artisans a intensifié d’autant l’activité urbaine et commerciale de cette place, entraînant la densification de la structure parcellaire. Cette nouvelle configuration sociale induit ainsi une augmentation de la pression foncière dans ce secteur.

18Ces trois configurations du xie siècle ont donc chacune leur contexte bien particulier – ici le respect de la clôture monastique féminine, là l’installation des hommes au service de Saint-Julien, et ailleurs la recherche d’un profit économique –, mais elles ont toutes en commun d’interagir avec l’espace urbain. Elles partagent toutes deux choses : le fait d’être en partie conditionnées par la matérialité spatiale et, en retour, le fait de renforcer le processus de densification et de diversification du parcellaire urbain à Châteauneuf. Mais cette relation dialectique entre espace urbain et activité sociale, qui s’est singulièrement accélérée au xie siècle, se prolonge encore au xiie siècle.

19Au milieu du xiie siècle, un nouvel accord conclu entre les bourgeois, le roi et les chanoines constitue un autre moment important dans la longue chaîne des interactions sociospatiales de la fabrique urbaine à Châteauneuf. Les bourgeois acquièrent en effet certains privilèges qui leur permettent de développer plus librement leurs activités économiques, qu’il s’agisse de la vente du vin dans les tavernes ou du prêt d’argent à des taux fort rémunérateurs. Il est certain que si les bourgeois de Châteauneuf cherchent à obtenir ces concessions auprès du trésorier du chapitre, c’est parce qu’il y a un important potentiel de consommateurs, qui peut leur rapporter beaucoup. C’est l’existence a priori d’une forte densité urbaine qui justifie la démarche des bourgeois, dans la mesure où ceux-ci cherchent à exploiter la présence d’une population à la fois nombreuse et variée, comme lors du concile de Tours de 1163 : cet événement montre d’ailleurs que, en ce qui concerne la prise en charge des besoins des pèlerins et des visiteurs, les chanoines avaient passé le relais aux bourgeois par le biais de l’activité hôtelière. Puis, là encore, cette modalité de l’accord entre chanoines et habitants de Châteauneuf réactive le processus de densification de la structure urbaine : l’ouverture des tavernes et des lieux d’accueil des visiteurs, qui a suivi l’octroi de ces privilèges, témoigne de la laïcisation de l’accueil des pèlerins et participe ainsi à accroître l’urbanisation dans cette partie de la ville.

Dans le cloître de Saint-Martin

20La structure matérielle de cet espace a évolué de manière inverse à Châteauneuf : autant les différentes situations concernant Châteauneuf y ont augmenté le processus d’urbanisation, autant celles liées au cloître ont toutes favorisé la mono-activité canoniale, ralentissant singulièrement la densification et la diversification du parcellaire dans ce secteur. Du point de vue chronologique, les rythmes de la structuration du parcellaire furent également différents : si Châteauneuf a connu une très forte intensification de son organisation viaire et parcellaire aux xe-xiie siècles, la fabrique du cloître a surtout été déterminée par des moments que l’on peut situer entre la fin du xiiie siècle et le début du xviie siècle.

21La première configuration que nous avons observée peut être établie au début du xe siècle avec la construction du castrum de Saint-Martin, même si l’orientation globale du cloître suggère une fixation sur l’orientation antique bien antérieure. Deux caractéristiques essentielles ont durablement influencé la nature du parcellaire : la règle canoniale et la bipartition du castrum. La règle canoniale, adoptée au début du ixe siècle, n’obligeait pas en effet les chanoines à faire vœu de pauvreté : ils pouvaient donc posséder des biens, et notamment une maison, dans laquelle chacun d’eux pouvait vivre individuellement. S’ils assumaient ensemble les offices et partageaient le repas quotidien au réfectoire, ils restaient relativement indépendants les uns des autres. Mais le cloître en tant que quartier canonial n’exista qu’à partir du moment où le castrum de Saint-Martin fut construit, après 918. La dévolution de la moitié sud du castrum aux seuls chanoines a constitué un facteur essentiel conditionnant la structuration du parcellaire dans cet espace. Même si des laïcs ont réussi à y habiter et à obtenir une maison, la plupart d’entre elles appartenaient aux chanoines de Saint-Martin. Étant donné que le cloître était réservé aux chanoines, il ne fut pas affecté par les évolutions qui avaient favorisé la densification à Châteauneuf, durant les xie et xiie siècles : dans le claustrum, il n’y avait pas de bourgeois à installer, de pèlerins à nourrir et loger, ni de commerçants et artisans vivant des précédents. Les deux moitiés du castrum ont donc évolué séparément, chacune de son côté. Cela explique la grande différenciation du parcellaire entre le claustrum et le nord du castrum. Même si, dans la pratique, les chanoines ne respectaient pas les interdits liés à la définition du cloître comme un espace sacré, en y invitant notamment les femmes, ils restaient les principaux propriétaires et habitants de ce quartier. Comme ils n’avaient pas besoin de travailler et qu’ils vivaient de leur prébende et de leurs rentes, produites ailleurs, ils ont suscité un mode d’habitation de type élitaire : celui-ci comprenait de grandes résidences, comme en témoigne la superficie parcellaire moyenne, qui était de 380 m2, soit presque quatre fois plus grande qu’à Châteauneuf.

22À partir du xiiie siècle, de nouvelles configurations sociales tendirent à renforcer encore la singularité du cloître par rapport à Châteauneuf, empêchant ainsi la densification du parcellaire dans ce quartier. Tout d’abord, les réformes pontificales du xiiie siècle, et singulièrement celle de 1263, entraînèrent une fermeture de l’enclos canonial : si le but recherché par les légats était d’éviter la confusion des genres entre clercs et laïcs, et de maintenir une distinction canoniale, il n’en reste pas moins que leurs décisions eurent pour conséquence d’exclure toute éventuelle présence laïque, et donc de faire stagner, voire diminuer, la densité démographique à l’intérieur du claustrum. Cet accord entre chanoines et légats pontificaux a donc réactualisé les faibles densité et diversité sociospatiales héritées du xe siècle.

23La configuration de 1321, par laquelle le roi abandonne son droit de gîte dans le cloître, s’explique en partie par la structure spatiale du cloître. La motivation des chanoines, qui demandent à être déchargés de ce fardeau, est vraisemblablement financière. Mais si le roi n’a pu faire autrement que de répondre favorablement à cette requête, c’est bien parce qu’il s’agissait du cloître, c’est-à-dire d’un enclos réservé aux chanoines et dans lequel devait régner un certain calme, que les hommes du roi ne devaient pas manquer de troubler. Autrement dit, l’accord du roi a été conditionné par la structure matérielle de cet espace. Mais, en retour, il est certain qu’une telle décision a contribué à freiner l’urbanisation de ce quartier : le renforcement de la mono-activité canoniale a empêché de diversifier les installations à l’intérieur du cloître, puisqu’il n’était plus besoin de fournir aux hommes du roi toutes les commodités du siècle.

24Au milieu du xive siècle, ce fut cette fois-ci une situation extérieure au contexte tourangeau qui eut une influence sur les structures physiques du cloître : les chevauchées anglaises du Prince Noir. Cet événement, qui se place vers 1356, a renforcé l’enfermement du cloître et a permis son extension spatiale, qui fut rien moins que doublée. Si ce moment n’est pas à proprement parler conditionné par la fabrique de Tours, puisqu’il se situe à l’échelle politique des royaumes de France et d’Angleterre, il eut tout de même des répercussions sur la matérialité du cloître. Les chanoines prirent ainsi en charge la réfection et la construction de l’enceinte, dans le secteur qui s’étendait de Saint-Simple à la Guerche. Ce phénomène rend compte des différences dans l’organisation du réseau viaire à l’intérieur même du claustrum : autant la partie septentrionale du cloître conserve l’héritage de la desserte intérieure du castrum, autant la partie méridionale est marquée par des rues plus curvilignes principalement orientées d’est en ouest. Nous ne savons pas quels étaient le type d’habitat et le mode de rapport à l’espace dans ce quartier de Saint-Venant avant son inclusion dans le cloître. Mais force est de constater que sa structure parcellaire a été elle aussi influencée par la mono-activité canoniale, puisque nous y retrouvons pareillement ces grandes parcelles sur lesquelles de vastes résidences ont été édifiées.

25Enfin, un dernier moment intéressant correspond à l’exclusion des laïcs du cloître au tournant des xvie et xviie siècles, entre 1598 et 1624. Une fois de plus, cette configuration entretient des relations d’ordre dialectique avec l’espace du quartier canonial. La mesure prise par le chapitre a certainement été conditionnée par la structure physique du cloître : le fait que ce quartier était principalement composé des maisons canoniales, qui formaient de véritables hôtels urbains, a dû jouer dans la décision d’en expulser les quelques laïcs qui y vivaient. La position de ces laïcs étant minoritaire, il parut possible de les évincer totalement, même si certains chanoines se sont opposés à une telle ordonnance, qui entraînait pour eux un manque à gagner. Si ce quartier avait été peuplé pour moitié de laïcs par exemple, une telle éviction n’aurait pas été réalisable. En retour, cette modalité de l’accord entre chanoines a eu des retombées sur la structure parcellaire du cloître : elle a participé à maintenir l’inertie du paysage urbain dans la mesure où était exclue la population laïque, qui est forcément plus dense et plus variée que la seule population cléricale (hommes, femmes, enfants…). Il reste difficile de préciser le moment où le cloître acquit la configuration spatiale qui apparaît sur le plan du xviiie siècle. Celui-ci comporte un peu plus de quatre-vingts maisons, ce qui est supérieur à l’effectif de la population canoniale au ixe siècle (deux cents chanoines). Si l’on ne tient compte que des chanoines au sens strict, le premier tiers du xiiie siècle a pu constituer ce moment décisif : à partir de 1222-1237, le chapitre compte en effet cinquante prébendes simples et vingt prébendes doubles, auxquelles il faut ajouter un certain nombre de canonicats d’honneur. Ce nombre de quelque soixante-dix chanoines serait donc conforme au nombre de maisons canoniales. Mais cela implique de considérer que les cinquante-six vicaires, créés à la même époque pour parer à l’incurie des chanoines, ne sont pas logés dans le cloître, ce qu’il conviendrait de prouver.

26Les différences spatiales perceptibles entre Châteauneuf et le cloître ont peut-être encouragé le phénomène politique de l’émergence des bourgeois face au chapitre. En effet, l’urbanisation croissante dans la moitié nord du castrum et dans le bourg de Saint-Pierre-le-Puellier a abouti à un paysage urbain unifié. Ces deux ensembles, qui étaient primitivement séparés par l’enceinte de Saint-Martin, formaient désormais un ensemble cohérent : l’acte de 1163 qui établit que les bourgeois ont construit leurs maisons le long et sur le castrum du xe siècle prouve que la coupure initiale avait été complètement noyée dans le flot incessant des nouvelles habitations. Parallèlement, de l’autre côté de l’église abbatiale, le cloître avait évolué de façon exactement inverse. Autant Châteauneuf avait gagné en densité urbaine, tout en effaçant progressivement ses limites matérielles, autant le cloître a stagné en termes de densité tandis que sa délimitation s’est durcie au point de devenir une vraie frontière : ouverture et densification dans un cas, fermeture et stagnation dans l’autre. Cette évolution différenciée du paysage urbain n’a pu que favoriser la confrontation politique, qui s’est soldée au début du xive siècle par une véritable insurrection des bourgeois. Châteauneuf et le cloître étaient devenus deux quartiers que tout séparait : après l’exclusion des laïcs à la suite des réformes pontificales, il n’y avait plus aucun point commun. Ce n’est sans doute pas un hasard si les bourgeois n’ont pris d’assaut le cloître qu’en 1305 : il avait fallu laisser le temps faire son œuvre pour permettre cette distinction entre ces deux quartiers, qui étaient inclus à l’origine dans le même ensemble. C’est au début du xive siècle que l’incompréhension était parvenue à son comble, chacun vivant dans son monde, qui s’opposait en tout point à celui de l’autre. Ainsi, cette augmentation progressive des différences entre les deux mondes du cloître et de Châteauneuf est un marqueur, parmi d’autres, de la différenciation des conditions de vie, dont témoigne par ailleurs l’aspect tardif de l’explosion communale.

Moines et chanoines : deux types idéaux en regard de l’urbanisation

La démarche idéal-typique de Weber

  • 6 P. Fritsch, « Type, idéal-type, stéréotype », dans Figures de la ville : autour de Max Weber, M. H (...)

27Nous voudrions utiliser ici un des concepts méthodologiques développés par le sociologue Max Weber : l’idéal-type. Philippe Fritsch et Hinnerk Bruhns6 rappellent qu’il s’agit d’un outil construit abstraitement, qui établit toutes les caractéristiques possibles d’un phénomène, par exemple la ville, et qui, appliqué à une situation historique déterminée, par exemple à la ville du Moyen Âge, permet de déterminer en quoi celle-ci se singularise par rapport aux villes d’autres époques ou d’autres régions. L’idéal-type est donc une construction, qui n’existe pas en soi, mais qui sert à mettre en évidence des relations réelles et empiriques. Il est idéal, parce qu’il est une abstraction rationnelle et pure, qui ne correspond quasiment jamais aux phénomènes empiriques : le type idéal accentue les traits pour rendre plus intelligible le projet sous-jacent en train de se constituer.

28Cette méthode repose sur la position de principe selon laquelle il n’est pas possible de restituer l’extraordinaire complexité de la réalité : le fait que l’infinité du réel soit irréductible à un système de lois légitime la multiplicité des points de vue. Philippe Fritsch synthétise cette particularité de l’idéal-type en le qualifiant d’« arme antipositiviste ». Il faut garder à l’esprit que l’idéal-type n’est qu’un outil qui permet la pluralité des angles d’approche : il est à peu près le contraire d’une définition univoque. Cette méthode n’est utilisée que dans la perspective d’une problématique précise et bien définie : un idéal-type n’est pas une analyse en soi d’un objet, mais la simplification des traits d’un objet pour mettre en valeur son originalité par rapport à un processus. Le questionnement de Max Weber, dans son traité La ville, consiste à examiner le rôle de la ville européenne dans le processus de rationalisation occidentale : à quel enchaînement de circonstances doit-on imputer l’apparition, dans la civilisation occidentale, et uniquement dans celle-ci, et à partir du Moyen Âge, de phénomènes culturels à valeur universelle, comme la science rationnelle, un droit rationnellement établi, l’organisation capitaliste du travail, le concept de bourgeois et bourgeoisie ? Pourquoi des innovations techniques et des problèmes démographiques analogues en Asie et en Europe n’ont-ils pas abouti à la même recherche d’une rationalité dont l’autonomisation du champ économique est un exemple ? Mais Max Weber n’a jamais prétendu analyser de manière exhaustive le phénomène urbain en Occident, ni en Orient d’ailleurs : ses types idéaux de villes ne sont pas des définitions de la ville.

29Cette difficulté à comprendre la véritable nature de l’idéal-type a occasionné des malentendus dans le monde scientifique : nombreuses ont été les critiques qui étaient en réalité infondées, parce qu’elles réduisaient l’idéaltype à une définition. Hinnerk Bruhns a montré par exemple que la schématisation des types idéaux de la ville antique de consommation et de la ville médiévale de production fournit un exemple de cette incompréhension de la démarche idéal-typique. Les lecteurs de Weber retiennent de ce tandem que la ville antique paye son propre équipement et son entretien non pas grâce aux fruits de son travail, mais grâce au contrôle qu’elle exerce sur les campagnes environnantes, qui lui permet de dépenser à son profit une part importante des surplus réalisés par le labeur des paysans. Une minorité de notables, tirant leurs revenus de la terre, les dépensent à la ville où ils habitent et alimentent le reste de la population urbaine. La ville antique est donc un parasite par rapport à la campagne, vivant d’elle, vivant sur elle. Mais, à la suite de la découverte de l’importance énorme de l’artisanat, d’une certaine manufacture et du commerce dans de nombreuses villes antiques, de nombreux historiens et archéologues ont contesté l’utilité heuristique de l’idéal-type qui fait de la ville antique une ville de consommation.

  • 7 Voir note précédente.

30Cette critique n’est pas justifiée car elle repose sur une mauvaise compréhension de la méthode idéal-typique, et donc sur une simplification excessive des propositions de Weber : son idéal-type de la ville antique ne signifie absolument pas que l’activité économique des villes antiques était moindre par rapport à celle des villes médiévales. C’est oublier qu’un idéal-type n’est qu’un cadre à une problématique précise, et non pas une définition en soi de l’objet. Écoutons le commentaire d’Hinnerk Bruhns7 : « Quand Max Weber dit que la spécificité de la ville antique est d’être une ville de consommateurs, c’est parce que sa recherche sur la ville vise à trouver les causes des développements si différents des capitalismes antique et moderne. Le capitalisme moderne et l’État moderne sont nés en Europe occidentale et à partir du Moyen Âge : pourquoi n’est-il pas apparu à l’époque antique ? En quoi les villes antiques permettent de comprendre que le capitalisme moderne n’est pas apparu à cette époque, et en quoi au contraire les villes médiévales ont été un facteur déterminant de la naissance du capitalisme et de l’État modernes ? Ce faisant, il ne nie absolument pas l’existence et la bonne tenue de l’économie antique. D’ailleurs la meilleure preuve de cette souplesse de l’outil d’idéal-type, qu’il ne faut pas chercher à figer, est donnée par Max Weber lui-même à propos des villes antiques : dans son étude sur les Agrarverhältnisse, l’essence des villes gréco-romaines est purement économique, alors que, dans le texte de La ville, elle est politique et militaire : c’est que ses questions n’étaient pas les mêmes et elles l’ont ainsi amené à mettre en valeur des aspects différents de son objet. » C’est bien parce que l’idéal-type de la ville antique a été confondu avec une définition de la ville antique que ces critiques ont été formulées : il ne faut donc pas faire dire plus à l’idéal-type que ce pour quoi il a été défini au départ.

Moines et chanoines : une typologie urbaine

31L’analyse de la fabrique urbaine, c’est-à-dire de l’interaction permanente des structures spatiales et des configurations sociales, comporte un certain nombre de récurrences liées au choix de la règle de vie par les communautés ecclésiastiques. Nous avons souligné à plusieurs reprises les effets de structure induits par le fonctionnement canonial ou monastique. C’est pourquoi il a paru intéressant de les formaliser, en utilisant pour cela l’outil méthodologique de l’idéal-type. La problématique qui est au cœur de la démarche concerne le processus d’urbanisation. Rappelons que celui-ci se caractérise par une augmentation constante de la diversification et de la densification sociospatiales, c’est-à-dire à la fois des sociétés et de la structure matérielle urbaine. Notre question est la suivante : pourquoi certains espaces sont-ils devenus plus urbains que d’autres ? La question se pose à des échelles spatiales variables : l’échelle peut être inter-urbaine, entre deux villes différentes, ou encore intra-urbaine, entre deux quartiers d’une même ville. Autrement dit, pourquoi certains espaces urbains ont connu une densification et une diversification de leurs structures et de leurs sociétés, tandis que d’autres ont vu stagner leurs caractéristiques urbaines ? La construction des deux types idéaux des chanoines et des moines pourrait apporter un élément de réponse à cette question.

  • 8 Pour l’édition de la règle bénédictine, ainsi que pour l’analyse de son contenu, nous renvoyons au (...)
  • 9 J. Semmler a montré qu’il n’y eut pas un seul Capitulare monasticum, mais deux capitulaires différ (...)
  • 10 Werminghoff, Concilia…, op. cit., no 39 A et B, p. 308-420. W. Hartmann, Die Synoden im Frankenrei (...)
  • 11 Selon G. Hocquard, l’édition de la règle, telle qu’elle est publiée par J.-B. Pelt, correspond au (...)

32Plusieurs sources normatives peuvent être mobilisées pour créer de tels outils. Concernant les moines, le texte fondateur est la règle bénédictine8, qui fut complétée par les deux capitulaires monastiques9 de 816 et de 817. Concernant les chanoines, l’Institutio Canonicorum10 fait figure de texte fondateur. C’est sur la base de la règle conçue par Chrodegang, l’archévêque de Metz11, pour les clercs l’aidant à desservir l’église cathédrale, que Benoît d’Aniane a fait procéder à la réécriture de la règle de vie canoniale en 816-819. Gabriel Hocquard a fait valoir que le contenu de la règle canoniale n’était pas un simple démarquage de celle de saint Benoît. Chrodegang a fait preuve d’originalité : quand il s’est agi de composer le texte des chapitres, il a procédé à un choix et il n’a repris que ce qui pouvait convenir à son propos. Les chanoines doivent en effet répondre à des besoins liturgiques spécifiques, c’est-à-dire ceux des laïcs, de la population des fidèles recherchant un contact avec Dieu par le biais des reliques. L’objectif n’est pas d’assouplir la règle bénédictine pour des clercs qui ne seraient pas capables de la respecter strictement, mais d’établir un véritable ordo, régulé par des principes en accord avec les fonctions liturgique et pastorale.

33À partir de ces sources normatives, il est possible de construire de la manière suivante les deux types idéaux des chanoines et des moines en relation avec la question de la ville. Le tableau ci-après synthétise les spécificités que nous avons sélectionnées en fonction de la seule problématique de l’urbanisation.

Fig. 24 – Types idéaux des chanoines et des moines au regard de l’urbanisation

Chanoines

Moines

Fonction ecclésiastique

assurer les besoins liturgiques et sacramentels d’une population laïque

sauver le monde en atteignant la perfection évangélique par la prière

Régime alimentaire

varié et riche (avec viande)

maigre et limité par des interdits (pas de viande ; jours de jeûne)

Régime vestimentaire

autorisation de porter de la laine et du lin ; pas d’interdiction formelle

vêtements médiocres ; interdiction de porter de la soie et des peaux de chèvre

Participation à l’entretien de l’abbaye

aucun travail n’est demandé

obligation de consacrer plusieurs heures par jour au travail manuel

Habitation

maisons personnelles dans le quartier canonial

dortoir commun ou cellules individuelles dans un même bâtiment à l’intérieur de l’enclos monastique

Contact avec les laïcs

une proximité permanente avec les laïcs, la seule réelle interdiction concernant la présence des femmes dans le claustrum

un rapport au siècle limité au strict minimum : voyages et sorties à l’extérieur seulement en cas de forte nécessité ; rejet des laïcs à l’extérieur de l’enclos

34Ces deux types idéaux instituent un rapport au monde totalement différent et influent chacun à sa manière sur la fabrique urbaine. Ils rendent compte du fait que l’activité sociale induite par le fonctionnement canonial tend à produire un espace plus urbain que celui engendré par le fonctionnement monastique. Les spécificités canoniales tendent en effet à favoriser le processus de densification et la diversification de la société urbaine et de l’espace urbain. L’élément fondamental est la fonction assignée à chacune de ces communautés. Leur place et leur rôle dans la société divergent profondément : si les chanoines sont là pour répondre directement aux besoins liturgiques et sacramentels de la population laïque, c’est de l’intérieur que les moines doivent tenter de sauver le monde. La démarche est donc radicalement différente. À partir de là, les conditions matérielles de ces deux types de communautés, conditionnées par leur fonction ecclésiastique respective, accroissent singulièrement leurs différences du point de vue de la ville. Alors que les communautés canoniales n’hésitent pas à recourir aux services offerts par les habitants laïcs, les communautés bénédictines cherchent à assumer au maximum leurs besoins, privilégiant un autofonctionnement à la dépendance vis-à-vis d’une population externe.

  • 12 À Tours, au xe siècle, la superficie totale de l’enclos de Saint-Julien étant de 2,735 ha pour qua (...)

35Tout d’abord, les produits exigés par une communauté canoniale sont plus nombreux, mais surtout plus variés et plus riches, que ce soit pour l’alimentation ou les vêtements : faire face à de tels besoins de consommation implique un approvisionnement plus développé et plus complexe que pour les seuls moines, et donc des structures matérielles plus denses et diversifiées. De plus, le fait de vivre dans sa propre maison, et non pas dans un dortoir ou dans un bâtiment commun, encourage le processus d’urbanisation : le claustrum canonial comporte ainsi une organisation viaire et un parcellaire, qui sont inexistants à l’intérieur de l’enclos monastique. En revanche, celui-ci possède en général des dimensions plus vastes que le quartier canonial, si on ramène la superficie au nombre de frères12. L’enclos monastique gèle ainsi une portion non négligeable du sol urbain, cette portion, qui est en quelque sorte mise entre parenthèses, échappant au processus de l’urbanisation au moins jusqu’à la fin du xviiie siècle, voire jusqu’à aujourd’hui. Le rapport au siècle augmente encore ces différences puisqu’il est réduit au strict minimum chez les moines, alors que les chanoines sont au contraire en contact permanent avec les laïcs, la seule restriction théorique concernant la présence des femmes dans l’enclos.

36Enfin, l’absence totale d’obligation de travail pour les chanoines les oblige à recourir d’autant plus à une main-d’œuvre laïque externe, tandis que les moines, s’ils ont également besoin de serviteurs laïcs, assurent eux-mêmes une partie de leurs besoins. La population laïque qui gravite autour d’une communauté canoniale est donc proportionnellement plus importante qu’autour d’un monastère. Cela augmente nécessairement la densification et la diversification de l’espace urbain, puisqu’il faut bien loger tous ces gens.

  • 13 P. D. Johnson, « La théorie de la clôture et l’activité réelle des moniales françaises du xie au x (...)

37Ainsi, les structures sociospatiales suscitées par l’idéal-type canonial sont nécessairement plus complexes et développées que celles engendrées par l’idéal-type monastique. Entendons-nous bien : il s’agit d’idéal-type et non pas de définition. Dans la schématisation proposée, les types idéaux des chanoines et des moines sont à l’urbanisation ce que les villes antique et médiévale étaient au processus de rationalisation dans l’analyse de Max Weber. Nous ne cherchons pas ici à analyser en soi les communautés canoniale ou monastique, mais uniquement à singulariser et à accentuer leurs différences par rapport à l’urbanisation. Nos propositions ne se situent pas sur le même plan méthodologique que les études centrées sur les communautés monastiques elles-mêmes. Si l’on étudie en soi les moines, force est de constater qu’ils ne vivent pas coupés du monde. Les historiens de ces communautés insistent en effet sur le fait que la claustration n’était pas aussi absolue dans la pratique que dans la théorie13. Mais notre point de vue est tout autre et ne peut donc être opposé à ces études.

L’application des types idéaux au cas de Saint-Denis

38Après avoir construit ces outils, il convient de les tester sur des cas concrets, afin de valider par la pratique leur bien-fondé théorique. Dans un premier temps, nous reviendrons sur le cas de Tours, avant d’examiner, dans un deuxième temps, l’exemple de la ville de Saint-Denis.

  • 14 Ce phénomène avait également été constaté en Bretagne et en Savoie par : J.-P. Leguay, « Le rôle d (...)

39L’analyse du cas de Tours permet d’épurer au maximum les types idéaux évoqués ci-dessus à cause de l’imbrication des deux espaces de Saint-Martin et de Saint-Julien. Si les composantes dominantes de ces types idéaux font que les chanoines, à l’inverse des moines, peuvent être considérés comme des acteurs involontaires de l’urbanisation, dans la réalité, ces types produisent toujours des espaces mixtes : d’une part, les communautés monastiques fabriquent en partie un espace urbain, celui dans lequel se trouvent leurs serviteurs laïcs, d’autre part, les communautés canoniales peuvent sécréter autour de leur cloître un espace peu densément structuré. L’idéal-type monastique produit en effet toujours un peu d’espace que l’on peut qualifier d’urbain, pour y installer les laïcs et les bourgeois qui se sont multipliés en relation avec le monastère, et ce même si l’étendue de cet espace urbain monastique reste largement inférieure à celle de l’espace maintenu dans un état rural14. Étant donné qu’à Tours les structures de Saint-Julien potentiellement denses ont été reportées à Châteauneuf, ces types idéaux s’opposent parfaitement. L’épure idéal-typique y est totale, puisque l’espace urbain produit par Saint-Julien renforce les structures urbaines de Saint-Martin, tandis que les éventuelles sociétés monastiques productrices d’espace rural sont rejetées de l’espace de Saint-Martin, soit à Saint-Julien (Saint-Michel-de-la-Guerche), soit bien au-delà de la ville (Beaumont).

  • 15 Wyss, Atlas historique de Saint-Denis…, op. cit., fig. 251, p. 281.

40La comparaison avec Saint-Denis permet de mesurer l’intérêt des outils proposés ci-dessus. C’est à partir de la documentation rassemblée par l’équipe des archéologues de Saint-Denis, réunie autour de Michaël Wyss, que nous avons pu procéder à cette comparaison. Le document qui a servi de source correspond au plan parcellaire qu’ils ont restitué15 pour la ville enclose dans ses murailles de la fin du xive siècle, enceinte construite, comme à Tours, en raison de la menace anglaise, lors de la guerre de Cent Ans. Indiquons cependant que notre analyse morphologique ne pourra pas être aussi précise que celle effectuée pour Tours : il faudrait pour cela disposer des outils informatiques permettant d’effectuer les comptages des îlots et des parcelles, ainsi que de mesurer leurs superficies, c’est-à-dire de l’équivalent de Totopi, le système d’information géographique mis en place pour Tours par l’équipe Archéologie et Territoires.

41Au moment où les frères de Saint-Martin adoptaient la règle canoniale, au début du ixe siècle, les frères de Saint-Denis faisaient quant à eux le choix de la règle bénédictine. Or l’analyse morphologique du plan parcellaire de Saint-Denis permet effectivement de mettre en évidence que le degré d’urbanisation de cette ville est globalement assez faible, et notamment plus faible qu’à Tours. À partir des critères urbains de la diversité et de la densité parcellaires, la structure de cet espace urbain peut être divisée en trois ensembles différents.

  • 16 Ibid., p. 138-141 et p. 321 pour le Croult.

42Tout d’abord, l’enclos monastique lui-même, qui se trouve au sud-est de l’espace enclos par la muraille de la fin du Moyen Âge, occupe une grande surface de la ville intra-muros : force est de constater que cette emprise a gelé une portion non négligeable de la ville. Cet enclos inclut toutes les infrastructures nécessaires au bon fonctionnement de la communauté monastique de Saint-Denis, à savoir, outre les édifices conventuels eux-mêmes, la boulangerie, des ateliers, mais également des jardins, des vergers, sans parler des aménagements hydrographiques liés à la dérivation du Croult, dont le bras sud traverse l’enclos16. L’autofonctionnement monastique, recherché par la norme bénédictine, a soustrait ce secteur du processus d’urbanisation.

43Au nord de l’enclos monastique, se trouve le seul espace que l’on peut véritablement qualifier d’urbain : même si nous ne pouvons étayer notre description par des chiffres, il comporte manifestement les plus fortes densités parcellaires. Comme à Châteauneuf, le nombre des îlots y est le plus élevé de toute la ville, de même que les tailles des îlots figurent parmi les plus petites. À l’intérieur des îlots, les parcelles sont de petites dimensions et ouvrent toutes directement sur une rue. Il n’y a donc pas de grande parcelle enclavée au milieu des îlots : les fonds de parcelles ne jouxtent que d’autres fonds de parcelles, qui donnent elles-mêmes sur une autre rue. On retrouve même une esquisse de réseau viaire labyrinthique, dans le secteur des Trois-Patrons, comme c’était le cas à proximité de la place de Châteauneuf à Tours. Mais cet ensemble ne recouvre au total qu’un secteur limité par rapport à l’ensemble de l’espace intra-muros.

44Au contraire, le troisième et dernier ensemble, qui est le moins urbain, est aussi le plus vaste : il s’étend dans les parties sud, ouest et nord de l’espace enclos au xive siècle. Ce parcellaire ressemble tout à fait à ce qui a été repéré autour de Saint-Julien à Tours : ici, l’urbanisation s’est limitée aux fronts de rue, comme le montre le parcellaire laniéré et oblong de part et d’autre des deux anciennes rues partant de la place du Châtelet, et allant l’une au sud vers la place à proximité des Récollets (rue de la Boulangerie) et l’autre à l’ouest, vers Saint-Denis-de-l’Estrée (rue Compoise). Mais l’urbanisation s’est arrêtée là : le tissu n’a pas été urbanisé en profondeur, puisque, derrière ce rideau plus ou moins continu de petites parcelles, on trouve d’immenses parcelles, qui sont certainement d’anciens champs ou terrains vagues non colonisés par l’habitat. Pas moins de cinq communautés bénédictines se sont installées à l’époque moderne sur ces grandes parcelles : les Visitandines, les Ursulines, les Récollets, les Annonciades et les Carmélites. Leur installation, permise par l’existence de ces terrains dégagés, c’est-à-dire par la structure matérielle, a renforcé la mono-activité monastique et a également participé à réactualiser la faible densité du parcellaire : la mise en place de ces couvents a ainsi contribué à pérenniser la structure lâche de l’espace urbain. Nous retrouvons là l’interaction dialectique entre la matérialité spatiale et le fonctionnement social des habitants d’une ville. Il est permis de se demander si, comparé à Tours, l’espace de Saint-Denis peut véritablement être qualifié d’urbain au Moyen Âge, vu la faible densité et la faible diversité de ses structures sociospatiales. La démarche idéal-typique proposée ci-dessus explique en partie ces caractéristiques par la présence du monastère bénédictin de Saint-Denis, renforcée par la suite par l’installation de nombreuses autres communautés monastiques. Loin de nous l’idée que l’idéal-type monastique est le seul facteur explicatif de la faible ampleur du processus d’urbanisation à Saint-Denis. Il nous semble évident qu’il se conjugue à d’autres phénomènes : ainsi, il faut vraisemblablement tenir compte de la proximité de la ville de Paris, vers laquelle ont pu se tourner les excédents démographiques du monde rural. Simplement, à cet effet de concurrence, nous ajoutons le facteur monastique. L’exemple de Saint-Denis fournit ainsi une première validation de ces outils méthodologiques, qu’il faudra tester sur d’autres cas.

45Nous avons pu établir que l’espace urbain comportait trois types différents d’organisation parcellaire. Bien que les chanoines de Saint-Martin n’aient à aucun moment cherché à créer une ville, ils ont, par leur fonctionnement canonial, créé les conditions favorables à une structuration urbaine de leur espace. À cette configuration initiale, héritée de la période carolingienne, ont succédé une série de situations, qui, bien que mettant en jeu des acteurs et des finalités différentes, tendaient toutes à y réactiver le processus d’urbanisation : dévolution aux laïcs de la moitié nord du castrum au xe siècle, puis, au xie siècle, expulsion en périphérie des moniales de l’Écrignole qui prenaient de la place près de la basilique Saint-Martin, installation des laïcs de Saint-Julien à Châteauneuf, développement des comptoirs des banquiers et artisans et, enfin, reconnaissance de l’activité financière et hôtelière des bourgeois de Châteauneuf au xiie siècle. La fabrique urbaine s’y traduisait donc par une densification et une diversification croissantes du parcellaire, alors que d’autres configurations sociospatiales ont au contraire freiné le développement à proprement parler urbain des secteurs de Saint-Julien et du cloître de Saint-Martin. Dans tous les cas, c’est bien l’interaction permanente des structures spatiales et des multiples fonctionnements sociaux, historiquement situés, qui a abouti à un tel paysage urbain. Aujourd’hui encore, les Tourangeaux partagent tous l’idée que le « Vieux Tours » correspond au quartier de Châteauneuf, et non pas à la cathédrale, ni même à Saint-Julien. La centralité urbaine n’est ni historique – ce n’est pas l’espace le plus ancien qui est automatiquement le centre – ni géographique – il n’existe aucune position idéale plus déterminante qu’une autre : tout en restant au bord de la Loire, le site de Tours aurait pu être plus en amont ou en aval, ou encore sur l’autre rive –, mais sociale : le centre urbain est bien l’espace qui a enregistré dans sa structure matérielle le plus grand nombre d’actions sociales au cours du temps. Un des éléments moteurs de la relation dialectique entretenue par les sociétés avec les espaces urbains nous semble résider dans le choix de la règle de vie, canoniale ou monastique : les deux types idéaux des chanoines et des moines, que nous avons proposés à partir de la méthode de Max Weber, constituent en effet des facteurs explicatifs de la structuration de la fabrique urbaine. Compte tenu des critères que sont la fonction ecclésiastique, les régimes alimentaire et vestimentaire, la participation à l’entretien de l’abbaye, et le contact avec les laïcs, l’activité sociale induite par le fonctionnement canonial tend à produire un espace plus urbain que celui engendré par le fonctionnement monastique, c’est-à-dire un espace à la fois plus dense et plus divers. Ces outils permettent de rendre compte du processus d’urbanisation et d’expliquer pourquoi certaines villes ou certains quartiers sont plus urbanisés que d’autres. Il est ainsi démontré en quoi les choix de vie canoniale et monastique, effectués respectivement par Saint-Martin et Saint-Julien aux ixe-xe siècles, pèsent aujourd’hui encore sur la structure spatiale de la ville de Tours.

Notes

1 Galinié, Ville, espace urbain…, op. cit., p. 73-84.

2 Chevalier, Tours, ville royale, op. cit., p. 381.

3 ADIL, H 462.

4 BMT, fonds ancien, ms. 1200, no 21.

5 J.-P. Devroey, « Ad utilitatem monasterii. Mobiles et préoccupations de gestion dans l’économie monastique du monde franc (viiie-ixe siècles) », Revue bénédictine, 103, 1993, p. 224-240 ; ici, p. 239-241.

6 P. Fritsch, « Type, idéal-type, stéréotype », dans Figures de la ville : autour de Max Weber, M. Hirschhorn (éd.), Paris, Aubier, 1985, p. 83-95 ; H. Bruhns, « La ville antique », dans Figures de la ville : autour de Max Weber, M. Hirschhorn (éd.), Paris, Aubier, 1985, p. 56-70.

7 Voir note précédente.

8 Pour l’édition de la règle bénédictine, ainsi que pour l’analyse de son contenu, nous renvoyons aux travaux d’A. de Vogüé : A. de Vogüé, La communauté et l’abbé dans la règle de saint Benoît, Paris, Desclée de Brouwer, 1961 ; A. de Vogüé, J. Neufville, La règle de saint Benoît, 7 vol., Paris, éd. du Cerf, 1971-1972 (Sources chrétiennes, vol. 181-186).

9 J. Semmler a montré qu’il n’y eut pas un seul Capitulare monasticum, mais deux capitulaires différents. Cet historien a établi que le texte édité par A. Boretius en 1883 dans les MGH en 83 chapitres, qui est totalement factice, comporte en réalité deux capitulaires distincts concernant les moines : un premier capitulaire promulgué à l’issu du concile de 816 en 36 chapitres, qui correspondent aux chapitres 1 à 21, 23 à 35, 38 et 40 de l’édition de A. Boretius ; un deuxième capitulaire, promulgué en 817, comportant 42 chapitres, qui correspondent aux chapitres 36-37, 41 à 63, 65-71, 73-74, 78. J. Semmler, « Legislatio Aquisgranensis », dans Corpus consuetudinum monasticarum, K. Hallinger (éd.), vol. 1, Siegburg, 1963, p. 423-582 ; ici, p. 453-482.

10 Werminghoff, Concilia…, op. cit., no 39 A et B, p. 308-420. W. Hartmann, Die Synoden im Frankenreich und in Italien, Paderborn, Munich, Vienne, Zürich, 1989 ; R. Schieffer, Die Entstehung von Domkapiteln in Deutschland, Bonn, 1975 (Bonner historische Forschung, vol. 43), p. 242-252 ; J. Semmler, « Die Kanoniker und ihre Regel im 9. Jahrhundert », dans Studien zum weltlichen Kollegiatstift in Deutschland, I. Crusius (éd.), Göttingen, 1995, p. 62-109.

11 Selon G. Hocquard, l’édition de la règle, telle qu’elle est publiée par J.-B. Pelt, correspond au texte de la règle au moment de la mort de Chrodegang : Pelt, Études sur la cathédrale de Metz…, op. cit., p. 7-28. Il en existe une version remaniée sur quelques points par le successeur de Chrodegang, Angelram, qui a été éditée par P. Labbé, puis reprise par Migne : P. Labbé (éd.), Sacrosancta concilia, vol. VII, Paris, 1671, p. 1444 ; PL, 89, col. 1095-1120. Pour plus de renseignements : G. Hocquard, « La règle de saint Chrodegang. État de quelques questions », dans Saint Chrodegang. Colloque de Metz pour le douzième centenaire de sa mort, Metz, 1967, p. 55-89.

12 À Tours, au xe siècle, la superficie totale de l’enclos de Saint-Julien étant de 2,735 ha pour quarante moines, la surface disponible par moine est donc environ de 684 m2. À Saint-Martin, la superficie totale du claustrum étant de 2,339 ha pour deux cents chanoines, la surface disponible par chanoine est donc environ de 117 m2.

13 P. D. Johnson, « La théorie de la clôture et l’activité réelle des moniales françaises du xie au xiiie siècle », dans Les religieuses dans le cloître et dans le monde. Actes du deuxième colloque international du CERCOR (Poitiers, 29 septembre-2 octobre 1988), Publication de l’université de Saint-Étienne, 1994, p. 491-505 ; M. Parisse, La Lorraine monastique au Moyen Âge, Nancy, 1981, p. 60.

14 Ce phénomène avait également été constaté en Bretagne et en Savoie par : J.-P. Leguay, « Le rôle des moines bénédictins dans la formation et le développement des villes et des paroisses urbaines au Moyen Âge. Exemples bretons et savoyards », dans Quinze siècles de présence bénédictine en Savoie et dans les Pays de l’Ain. Actes du colloque tenu en mars 1981 à Belley et Chambéry, L. Trénard (éd.), Cahiers de civilisation alpine, vol. 3, éd. Slatkine, 1983,, p. 95-119 ; ici, p. 106.

15 Wyss, Atlas historique de Saint-Denis…, op. cit., fig. 251, p. 281.

16 Ibid., p. 138-141 et p. 321 pour le Croult.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540