Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marquer la prééminence sociale

 | 
Jean-Philippe Genet
, 
E. Igor Mineo

Partie IV. Les processus de distinction

Manuscrits de luxe et distinction sociale à la fin du Moyen Âge

Émilie Cottereau-Gabillet

Texte intégral

  • 1 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, éd. par A. Queux de Saint-Hilaire et G. Raynaud, Paris, Firm (...)

Heures me fault de Nostre Dame,
Si comme il appartient a fame,
Venue de noble paraige,
Qui soient de soutil ouvraige
D’or et d’azur, riches et cointes,
Bien ordonnées et bien pointes,
De fin drap d’or tresbien couvertes ;
Et quant elles seront ouvertes,
Deux fermaulx d’or qui fermeront
Qu’adonques ceuls qui les verront
Puissent par tout dire et compter
Qu’om ne puet plus belles porter1.

1Ces quelques vers d’Eustache Deschamps – qui s’insèrent dans une critique des apparences du mariage – mettent en lumière deux éléments distincts quoique interdépendants : d’une part le lien entre la noblesse d’un possesseur et la richesse de son manuscrit ; de l’autre, la dimension de représentation sociale du livre ainsi orné, dont l’une des fonctions est d’être montré et, par là même, de rendre compte de la dignité de celui qui le détient.

  • 2 Selon les manuscrits, le commanditaire et le destinataire du volume pouvaient être une seule et mê (...)

2C’est autour de ces thématiques que s’organisera notre propos, dont l’objectif est de préciser dans quelle mesure le manuscrit – et notamment le manuscrit de luxe – s’insérait dans les logiques de distinction sociale. Dans cette perspective, on évoquera tout d’abord les raisons pour lesquelles cet objet distinguait celui qui le possédait ou l’offrait. On reviendra plus précisément ensuite sur la manière dont le statut social du destinataire se traduisait dans le manuscrit de luxe. Il s’agira tout d’abord de déterminer si la corrélation entre statut social et caractéristiques des manuscrits était toujours observée et, le cas échéant, pour quelles raisons elle ne l’était pas ; on tentera ensuite de préciser les caractéristiques privilégiées pour marquer la distinction sociale. Que l’on envisage le premier point (la possession même du manuscrit) ou le second (ses caractéristiques), se pose enfin la question de la mise en évidence de cette distinction. Celle-ci paraît en effet moins manifeste pour le manuscrit que pour d’autres objets, dont la richesse semble notamment avoir été plus visible. Après avoir rappelé les circonstances qui pouvaient malgré tout placer le manuscrit au cœur d’une véritable mise en scène, on se demandera donc si la distinction sociale qui lui est associée s’accompagnait nécessairement d’une forme d’ostentation, ou bien si le manuscrit pouvait distinguer son commanditaire et/ou destinataire tout en restant un trésor caché2.

La distinction sociale par le manuscrit

Les différentes valeurs d’un objet au statut spécifique

3Le manuscrit – et notamment le manuscrit de luxe – pouvait sans doute, par sa nature même, être considéré comme un objet de distinction sociale.

  • 3 C. Bozzolo, E. Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge. Trois essais de codicolo (...)
  • 4 Le fait que les manuscrits aient parfois été mis en gage confirme cette dimension. Ainsi le roi de (...)
  • 5 En France, les imprimés ne firent ainsi leur entrée dans la bibliothèque royale que très tardiveme (...)
  • 6 En témoignent les comptes princiers dans lesquels il apparaît qu’un volume a pu coûter plusieurs d (...)
  • 7 Sur cette question, voir notamment G. Hasenohr, « L’essor des bibliothèques privées aux xive et xv(...)

4La réalisation ou l’acquisition d’un manuscrit s’accompagnait tout d’abord, quelles qu’en soient les caractéristiques, d’une dépense importante. Les travaux d’Ezio Ornato et de Carla Bozzolo ont ainsi montré que les seuls éléments que constituent le support et le salaire du copiste entraînaient une dépense moyenne de 7 livres au moins pour un manuscrit non décoré, ce qui correspondait à environ 11,5 jours de salaire d’un secrétaire de chancellerie en fin de carrière3. Le manuscrit, avec des degrés certes divers, était ainsi un objet relativement rare qui signalait une certaine richesse4, que l’on considère d’ailleurs les individus ou les institutions associées aux volumes considérés. Cette rareté – liée au coût même de l’objet – impliquait nécessairement une forme de distinction sociale pour son commanditaire et/ou son destinataire. Sans doute le caractère unique du manuscrit participait-il aussi de cette distinction, ce qui explique la réticence initiale de beaucoup de personnages de haut rang face à l’imprimé5. Quant au luxe du volume, qui entraînait parfois des dépenses beaucoup plus élevées que celles évoquées ci-dessus6, il ne faisait qu’accentuer cette distinction. Pour le livre comme pour d’autres objets, celle-ci pouvait enfin être liée à une dimension quantitative, c’est-à-dire à l’accumulation des volumes dans le cadre de collections7. Les deux facteurs (nombre et niveau de richesse des manuscrits) pouvaient d’ailleurs se combiner de diverses manières : certains personnages possédaient ainsi d’importantes bibliothèques de manuscrits dont beaucoup étaient luxueux tandis que d’autres choisissaient de limiter la richesse de ces derniers afin d’en multiplier le nombre, ou bien encore concentraient tout leur argent pour la réalisation d’un seul et unique volume.

  • 8 F. Avril, N. Reynaud,Les manuscrits à peinture en France (1450-1520), cat. expo. « Quand la peintu (...)
  • 9 F. Avril (dir.), Jean Fouquet. Peintre et enlumineur du xve siècle, Paris, Bibliothèque nationale (...)
  • 10 G. Guerzoni, « Liberalitas, Magnificentia, Splendor. Le origini classiche del fasto rinascimentale (...)

5En plus d’être un bien matériel relativement coûteux, le manuscrit de luxe était également considéré comme un véritable objet d’art, notamment lorsqu’il contenait des miniatures. Au Moyen Âge, l’enluminure n’était d’ailleurs en aucun cas considérée comme un art mineur8, les plus grands peintres tels Jean Fouquet ayant réalisé à la fois des miniatures et des tableaux9. Dès lors, celui qui promouvait la réalisation de livres manuscrits luxueux apparaissait comme un véritable mécène, ce qui participait également à sa distinction. Si bien sûr l’aspect financier avait à nouveau un poids indéniable, la question du mécénat dépassait cette seule sphère. C’est bien l’image sociale du personnage qui était ici en jeu, comme en témoigne le discours des humanistes italiens de la fin du Moyen Âge, pour lequel un prince digne de ce nom se devait d’être mécène10.

6Comparé aux autres objets d’art, le manuscrit disposait enfin d’un atout qui lui était spécifique. Parce qu’il contient et transmet un texte, le livre pouvait en effet aussi être considéré comme un élément de distinction intellectuelle qui renvoyait, dans une certaine mesure, à une forme de distinction sociale. À la fin du Moyen Âge, la maîtrise des lettres n’était pas partagée par tous. Par le livre qu’il possédait ou qu’il offrait, un individu se distinguait donc d’abord en s’intégrant à ce monde des lettrés. Par ailleurs, pour certains personnages, la commande de tel ou tel livre (et non d’un livre indifférencié) témoignait d’une volonté de disposer de textes rares ou de versions les plus correctes possibles, notamment dans le contexte humaniste de redécouverte de l’Antiquité. Posséder ou offrir tel ou tel manuscrit, c’était alors se distinguer par sa capacité à disposer d’un texte auquel tous ne pouvaient avoir accès, celle-ci pouvant parfois recouper de manière plus ou moins directe des questions financières.

Manuscrit, modèle social et distinction

7Cette logique de distinction sociale associée au manuscrit était perçue par les personnages les plus haut placés dans la société, mais aussi par ceux qui les prenaient comme modèles.

  • 11 Sur cette question, voir par exemple les réflexions liminaires proposées dans D. Quéruel, « Du méc (...)
  • 12 J. Krynen, L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France (xiiie-xve siècle), Paris, Gal (...)

8Les princes constituaient les premiers commanditaires et destinataires des manuscrits de luxe, qui participaient de leur distinction sociale au même titre que d’autres possessions ou activités, et symbolisaient leur puissance11. Au-delà des goûts personnels de ces princes, les volumes qu’ils possédaient et les collections de manuscrits qu’ils constituaient reflétaient en effet leurs capacités financières, tout en les rattachant à l’image du prince lettré idéal. Héritière de Salomon et développée par les auteurs du Moyen Âge, réactivée par les humanistes, la figure du souverain sage, incarnée notamment par Charles V en France et par de nombreux princes italiens, faisait bien du livre un élément de distinction, les dimensions intellectuelles et sociales étant ici intrinsèquement liées12.

  • 13 Sur l’influence qu’exerce le modèle princier sur la noblesse dans le domaine des livres, voir la s (...)
  • 14 F. Avril, « Le destinataire des Heures “Vie à mon désir” : Simon de Varie », Revue de l’Art, 67, 1 (...)

9À la fin du Moyen Âge, ce modèle princier s’imposait à l’ensemble de la noblesse, à la haute administration royale et à la bourgeoisie marchande13. Posséder un ou des manuscrits était une marque de réussite sociale. Parmi les commandes réalisées pour les membres de ces catégories sociales, celles qui concernaient les livres d’heures occupaient une place privilégiée. Ainsi Simon de Varie, fils d’un riche marchand drapier de Bourges récemment anobli, qui apparaît dans les sources comme commis à l’argenterie du roi puis contrôleur général des finances pour le roi en Languedoc, possédait-il un magnifique livre d’heures peint par Jean Fouquet14. Dans son étude du manuscrit, François Avril insiste sur la forte présence de l’héraldique, qu’il analyse comme une volonté délibérée d’imiter les signes distinctifs dont usait alors la vieille aristocratie terrienne et militaire. La possession d’un tel manuscrit peut ainsi être considérée comme une sorte de signe d’ostentation, destiné à distinguer son destinataire, mais aussi à l’intégrer dans la société de cour. La distinction va ici de pair avec une volonté de s’agréger à un autre milieu, plus élevé et plus digne.

  • 15 Sur cette question, voir É. Palazzo, « Les livres dans les trésors du Moyen Âge. Contribution à l’ (...)

10À un autre niveau – que l’on ne développera pas ici car il nous éloigne sans doute un peu de notre propos –, on notera enfin que la possession de manuscrits, et notamment de volumes luxueux, participait également au rayonnement politique, social et culturel des grandes institutions. Ceci est particulièrement vrai pour les livres liturgiques conservés dans les trésors monastiques et cathédraux, qui distinguaient par leur présence même les établissements qui les conservaient. Si le luxe et la richesse des manuscrits étaient ici des éléments importants, s’y ajoutait souvent une dimension mémorielle que les livres intégraient de manière tout à fait particulière et qui participait, elle aussi, à cette distinction15.

La distinction sociale dans le manuscrit

11Si le fait de posséder un manuscrit était déjà en soi une marque de distinction sociale importante, il est certain que les caractéristiques matérielles des manuscrits, très variables d’un volume à l’autre, participaient à la distinction de ceux auxquels ils étaient destinés, comme l’ont d’ailleurs déjà suggéré certaines des considérations précédentes. Deux questions peuvent cependant être posées. Existait-il un lien systématique entre le statut social des destinataires et les caractéristiques des manuscrits qui leur étaient associés ? Parmi ces dernières, quelles étaient celles qui variaient le plus en fonction de la richesse et du statut social du destinataire ?

Du statut social des destinataires aux caractéristiques matérielles des manuscrits

  • 16 É. Cottereau, La copie et les copistes français de manuscrits aux xive et xve siècles. Étude socio (...)

12Concernant la première de ces deux questions, il faut sans doute distinguer tendance générale et cas particuliers. D’un point de vue global, on ne peut que constater un lien entre le statut social des destinataires et les caractéristiques des manuscrits qui leur sont associés. L’examen des données rassemblées lors d’une enquête portant sur un corpus de plusieurs centaines de manuscrits français des xive et xve siècles fournira ici quelques éléments de réflexion16. Les destinataires ont été classés en trois grandes catégories en fonction de leur niveau social : personnages de haut rang (grands princes, membres de la haute noblesse laïque et du haut clergé, etc.) ; personnages ayant une position sociale intermédiaire (aristocrates de second rang, membres du moyen clergé, etc.) ; catégories sociales les moins aisées (artisans, membres du bas clergé, etc.). Ce classement, qui s’appuie sur des choix quelque peu arbitraires, présente d’indéniables limites mais permet de mettre en évidence quelques grandes tendances.

  • 17 Ibid., p. 985.
  • 18 Ibid., p. 1002. On notera que la différence est également sensible entre haut clergé et bas clergé, (...)
  • 19 Ibid., p. 1038.

13Le premier élément qui retiendra notre attention est le type de support utilisé. On se limitera ici au xve siècle, dans la mesure où la part du papier était encore très réduite au siècle précédent. L’analyse des résultats fait apparaître que les manuscrits destinés aux catégories sociales les plus élevées sont beaucoup plus fréquemment copiés sur parchemin que les volumes réalisés pour les individus appartenant aux catégories sociales intermédiaires et inférieures (80 % de manuscrits sur parchemin pour les premières et 64 % et 52 % pour les secondes17). La même constatation peut être effectuée lorsque l’on prend en compte la richesse des initiales, bon indice du niveau global de richesse de la décoration : celle-ci est en effet en moyenne plus élevée pour les manuscrits ayant appartenu aux membres des catégories les plus aisées. Pour le seul monde laïc, on observe ainsi que 87 % des manuscrits destinés aux personnages de plus haut rang contiennent des initiales historiées ou ornées, pourcentage qui tombe à 59 % pour les volumes des laïcs de rang moyen ou faible18. Enfin, une comparaison du soin apporté à l’écriture (quel que soit le type d’écriture employé) met également en évidence un lien avec le statut du destinataire, les manuscrits les plus soignés ayant appartenu aux ecclésiastiques et aux laïcs les plus haut placés dans la société19.

  • 20 Ce principe devait également être respecté lorsque le destinataire n’était pas le commanditaire du (...)

14Il semble ainsi exister une sorte de standing général pour les manuscrits réalisé pour tel ou tel type de destinataires. Par leurs caractéristiques mêmes, les volumes étaient liés au statut de ces derniers et, de ce fait, associés à une dimension de représentation sociale. Dans tous les cas, les choix effectués pour la réalisation matérielle des volumes renvoient tout d’abord à des dépenses plus ou moins importantes : le luxe du manuscrit reflétait le niveau de richesse du commanditaire-destinataire. Pour celui-ci, pouvoir faire réaliser un volume présentant telle caractéristique constituait également un moyen de distinguer son manuscrit du reste de la production et, au-delà, une manière de se distinguer lui-même. La distinction dont il est question est à la fois affaire de différenciation et d’intégration. Un individu se devait en quelque sorte de disposer de manuscrits dignes de son statut social, du moins pour les volumes qu’il commandait20.

  • 21 Pierre Malhoste, marchand et bourgeois de Melun, a ainsi fait réaliser un missel destiné à l’églis (...)

15Le parallélisme entre richesse des manuscrits et statut social des destinataires n’est toutefois pas absolu. Certains manuscrits particulièrement luxueux ont ainsi été copiés et enluminés pour des individus dont le niveau social n’est pas des plus élevés, et se révèlent en tout cas plus richement décorés que des manuscrits réalisés pour des personnages à la situation bien plus prestigieuse que la leur. Ainsi, certains des volumes destinés aux souverains français de la fin du Moyen Âge ne sont pas nécessairement plus luxueux que ceux qui ont été réalisés pour Pierre Malhoste, bourgeois de Melun, pour Jean de Daillon, seigneur du Lude, ou encore pour Louis de Laval, même si bien sûr il ne s’agit en aucun cas ici de petites gens21. Si ce décalage peut parfois s’expliquer par le fait que les manuscrits considérés étaient des cadeaux reçus de la part de personnages dont le statut social était différent de celui du destinataire du volume, il est également perceptible lorsque le commanditaire est le destinataire du manuscrit.

16Il est intéressant de noter que la corrélation entre le statut social du destinataire et la richesse du manuscrit peut en réalité surtout être observée en « négatif », même si le phénomène n’est pas systématique : il était ainsi très rare qu’un individu de rang très aisé commande un manuscrit de piètre aspect ; en revanche, il pouvait arriver qu’un petit personnage, parce qu’il était bibliophile ou pour diverses autres raisons, soit amené à faire réaliser un manuscrit particulièrement luxueux, notamment pour tout ce qui avait trait à la dévotion. Sans doute la situation était-elle elle aussi différente selon que la commande de manuscrits était, pour un individu donné, une pratique exceptionnelle ou régulière. Comme cela a déjà été évoqué, on peut en effet penser qu’un personnage qui souhaitait faire réaliser un seul manuscrit (par exemple un livre d’heures) y consacrait une somme très importante alors qu’un autre, qui avait comme perspective de constituer une bibliothèque de plusieurs dizaines voire centaines de volumes, limitait la richesse de ces derniers.

Les critères du choix

  • 22 E. Ornato, « Exigences fonctionnelles, contraintes matérielles et pratiques traditionnelles dans l (...)

17Comme l’indique Ezio Ornato, « […] dans la plupart des cas, chaque volume est le fruit d’un compromis, explicite ou tacite, plus ou moins éloigné du plafond qualitatif que l’on pourrait atteindre dans l’absolu22 ». Afin d’appréhender ce compromis, il semble intéressant de préciser les critères privilégiés par les commanditaires – et en contrepoint les éléments sacrifiés – lorsqu’ils étaient obligés de faire des choix. La question est ici celle de savoir ce qui, à leurs yeux, semblait essentiel pour « se distinguer ».

  • 23 É. Cottereau, À lire ou à regarder…, op. cit.
  • 24 Ibid., p. 100 et suiv.

18Pour répondre à cette question, on évoquera quelques résultats obtenus dans le cadre d’une recherche consacrée aux manuscrits de la version française du De casibus de Boccace23. Cette étude nous avait permis de conclure qu’il existait indéniablement une sorte de « synergie de richesse » dans la fabrication des manuscrits24. Ainsi, les volumes pour lesquels peuvent être constatés l’emploi d’un support de très mauvaise qualité associé à une décoration extrêmement luxueuse, ou les volumes richement décorés mais écrits tels des brouillons sont extrêmement rares. Le support constitue un élément essentiel : le choix du papier indique ipso facto que l’on se trouve dans une catégorie de manuscrits « au rabais », moins luxueux que ceux copiés sur parchemin. De même, un manuscrit qui ne présente que des initiales nues ne possède généralement pas d’enluminures. Ces différentes constatations semblent donc montrer qu’il existait ce que l’on pourrait appeler des « classes » de manuscrits, encadrant de ce fait les compromis évoqués plus haut.

  • 25 Sur ce point, voir notamment R. Bergeron, E. Ornato, « La lisibilité dans les manuscrits et les im (...)
  • 26 É. Cottereau, À lire ou à regarder…, op. cit., p. 124 et suiv.

19Les choix ne sont toutefois pas totalement absents. Ainsi, concernant le seul parchemin, on sacrifiait souvent la qualité au profit de la quantité, afin de disposer de grands volumes aux pages aérées. Pour ce qui est de la décoration, on notera en revanche que l’on privilégiait généralement la richesse à la quantité. Nombreux sont ainsi les manuscrits dans lesquels la décoration n’est pas très présente quantitativement mais se caractérise par un grand luxe (alors que pour une dépense identique, un commanditaire aurait pu vouloir multiplier les initiales au détriment de leur qualité). Un dernier aspect peut enfin être abordé, celui de la qualité de la transcription, envisagée non pas dans sa dimension purement esthétique mais en lien avec la transmission du texte contenu dans le volume. Deux points très différents peuvent être évoqués : la lisibilité du texte qui relève de l’analyse de toute une série de caractéristiques périgraphiques (fréquence des abréviations, des coupures en fin de ligne, etc.) et de la présence de systèmes de repérage (titres courants, etc.)25 ; la conformité du texte copié à l’original. Pour ce qui est du premier de ces deux points, l’étude précédemment mentionnée relative aux manuscrits du De casibus de Boccace avait permis de constater que lisibilité et richesse n’étaient pas nécessairement corrélées, la lisibilité ne semblant pas être considérée comme un critère de richesse26. À ce niveau, il s’agissait donc d’un élément de distinction intellectuelle, mais non de distinction sociale. Si nous ne disposons pas de données précises concernant la fidélité de la transcription au texte original, la conclusion est sans doute la même pour une partie au moins des commanditaires de manuscrits de la fin du Moyen Âge : considérer la fidélité au texte original comme un élément de distinction relevait d’une démarche intellectuelle très approfondie ; si le lien avec l’idée d’une distinction sociale était possible, elle n’était ainsi sans doute pas automatique mais plutôt réservée à quelques individus particulièrement sensibles à cette question.

La question de la personnalisation des volumes

  • 27 Sur la présence de l’héraldique dans les manuscrits, on pourra consulter les quelques pages synthé (...)

20La personnalisation des volumes constitue enfin une autre manière d’inscrire la distinction sociale au sein du manuscrit. Le premier élément qu’il convient d’évoquer à ce propos est sans doute l’héraldique. Le manuscrit est en effet l’un des objets – et notamment des objets d’art – le plus fréquemment associé à la présence d’armoiries, régulièrement inscrites sur les reliures, dans les bordures et parfois à l’intérieur des lettres voire des miniatures, notamment dans les frontispices27. Cette présence héraldique, d’une part parce qu’elle signalait une appartenance à une catégorie relativement aisée et, d’autre part, parce qu’elle rendait compte de l’identité du destinataire et de son rang social, participait à la distinction de celui-ci.

  • 28 P. Boucheron évoque ainsi la dialectique entre styles locaux (renvoyant à l’existence de différent (...)
  • 29 Ainsi les commandes de Jean de Berry, pour ne prendre que cet exemple, témoignent d’une volonté d’ (...)
  • 30 Concernant l’iconographie, nombreuses sont les études qui s’attachent ainsi à mettre en évidence l (...)

21Le lien entre personnalisation et distinction peut également être envisagé d’une autre manière, que nous résumerons par une question : dans quelle mesure cherchait-on l’originalité pour se distinguer ? La réponse s’avère complexe et, sur ce point, l’attitude des commanditaires était sans doute ambiguë28. Il est ainsi indéniable que, dans un certain nombre de cas et dans le cadre d’une véritable émulation, la plupart d’entre eux cherchaient à faire réaliser des volumes uniques, originaux dans leur programme iconographique comme dans le style artistique des miniatures29. Toutefois, il apparaît tout aussi évident qu’ils entendaient disposer de manuscrits qui répondaient à un certain nombre de canons, voire qui s’inspiraient directement de volumes possédés par d’autres personnages30. La distinction individuelle qui naissait de cette recherche d’une certaine originalité n’avait ainsi de valeur que si elle ne remettait pas en cause, de manière globale, la distinction sociale du commanditaire.

Le manuscrit : un objet de distinction peu visible ?

  • 31 À propos des modalités de conservation des manuscrits, on pourra consulter J. Vezin, « Le mobilier (...)

22Si le manuscrit de luxe était en lui-même un objet de distinction et s’il semble avoir reflété, du moins en partie, le rang social de son destinataire, il n’en demeure pas moins au cœur d’un paradoxe. Souvent conservé dans des coffres ou des armoires31, il devait en effet être feuilleté pour donner à voir toute sa richesse. Il semble dès lors avoir été moins à même de témoigner de manière immédiate de la distinction de son destinataire que d’autres œuvres d’art, apparemment plus visibles car plus exposées. Comment expliquer alors que le manuscrit ait été si apprécié des hautes couches de la société ? La mise en scène de la distinction sociale n’a-t-elle pas besoin d’un public pour prendre tout son sens ?

23La question qui se pose ici est à la fois celle de la destination du manuscrit – de sa finalité – et du nombre de ceux qui y avaient accès. Afin de fournir quelques éléments de réponse, on commencera par préciser les circonstances dans lesquelles ces manuscrits pouvaient être exposés et donc témoigner de la distinction de leur commanditaire et/ou destinataire de manière « publique ». On s’interrogera ensuite sur l’existence d’une distinction sans exposition, en évoquant notamment l’intérêt que pouvait représenter la moindre visibilité du manuscrit pour celui qui le possédait, dans la perspective même d’une recherche de distinction sociale.

Les manuscrits offerts : cadeaux et exemplaires de dédicace

  • 32 Ils ne sont d’ailleurs pas vraiment distingués par E. Inglis, dont les travaux nous ont fourni plu (...)

24Sans doute le présent d’un livre constituait-il l’une des occasions privilégiées de le faire voir. Nous considérerons ici deux cas assez différents mais qui, du point de vue qui est le nôtre, présentent d’importantes similitudes32. Il s’agit d’une part des manuscrits offerts comme cadeaux à un bibliophile par un autre bibliophile ou un familier, de l’autre des manuscrits de présentation ou de dédicace remis par l’auteur (ou son représentant) à un prince.

  • 33 Sur ces dons de manuscrits, on trouvera de très nombreux exemples dans L. Delisle, Le cabinet des (...)
  • 34 Voir J. Guiffrey, Inventaires de Jean de Berry (1401-1416), Paris, Leroux, 1894, t. 1, par exemple (...)
  • 35 On peut ainsi évoquer cette lettre de l’ambassadeur du duc de Milan Francesco Sforza, qui relate l (...)
  • 36 Pour le premier de ces deux cas de figure, voir par exemple J. Guiffrey, Inventaires de Jean de Be (...)
  • 37 Voir J. Guiffrey, Inventaires de Jean de Berry…, op. cit., t. 1, It. 939, p. 246 : « Item, un livr (...)
  • 38 B. Buettner, « Past Presents : New Year’s Gifts at the Valois Courts ca. 1400 », The Art Bulletin, (...)
  • 39 Dans sa lettre (cf. note 34), l’ambassadeur du duc de Milan Francesco Sforza précise ainsi qu’au-d (...)

25De nombreuses sources témoignent du fait que les manuscrits de luxe étaient souvent offerts en cadeau33. Les liens entre celui qui offrait et celui qui recevait le manuscrit pouvaient être de natures très différentes. Les deux acteurs appartenaient tout d’abord parfois au même monde, celui des princes et de la très haute noblesse. Ainsi, l’inventaire de la bibliothèque de Jean de Berry mentionne les présents reçus de la part du roi ou du duc de Bourgogne34, tandis que les sources épistolaires ou narratives recèlent plusieurs exemples de manuscrits échangés dans le cadre de contacts diplomatiques entre puissants35. Dans d’autres cas, la relation était dissymétrique, que le prince reçoive un manuscrit d’un personnage de moindre envergure ou qu’il lui en offre un36. Ce don était l’occasion, à la fois pour celui qui offrait et pour celui qui recevait, d’être mis à l’honneur et distingué. Par les caractéristiques retenues pour le volume réalisé, le donateur se positionnait socialement. L’effort financier auquel il avait consenti pour pouvoir faire réaliser ce manuscrit – et peut-être aussi sa capacité à avoir choisi les bons artistes et artisans – lui permettaient de se distinguer aux yeux du destinataire comme du public éventuellement présent lors de la remise du cadeau. Le destinataire du présent était également distingué par la qualité et la richesse du manuscrit offert, celui-ci devant être digne de sa position sociale. C’est sans doute ce qui explique que les secrétaires du duc de Berry aient préféré s’associer lorsqu’ils offrirent au duc le livre des Propriétés des choses aux étrennes de l’année 1403 (1404 n. st.)37. Concernant les circonstances concrètes dans lesquelles se déroulait la remise du présent, nous disposons surtout d’informations relatives aux étrennes, extrêmement importantes sous les Valois et qui ont souvent donné lieu à des échanges de livres manuscrits38. D’après ce que l’on sait plus généralement de cette remise de cadeaux, elle se déroulait devant un public de courtisans et constituait un véritable rituel. Celui qui offrait un manuscrit savait donc que ce dernier serait non seulement consulté par le récipiendaire direct, mais également vu par son entourage immédiat qui pouvait se composer de grands officiers ou de familiers39. Comme l’a bien montré Brigitte Buettner, il s’agissait ici, devant ce que l’on pourrait appeler des témoins, de rendre visible cette richesse et de marquer la distinction sociale, du destinataire comme de celui qui offrait le manuscrit. Le cadeau était là pour signifier la position de chacun des deux acteurs et les relations qui les unissaient.

  • 40 L’existence de ces manuscrits de présentation est par ailleurs mentionnée dans les inventaires eux (...)
  • 41 Voir par exemple l’analyse de la Complainte de Martin Le Franc, P. Charron, « Les réceptions du Ch (...)
  • 42 Sur cette question, voir notamment K. J. Holzknecht, « Presentation », dans Literary Patronage in (...)

26Les cérémonies de remise de manuscrits de présentation sont globalement mieux documentées40. Nous disposons ainsi à la fois de miniatures de présentation (souvent reproduites dans des volumes qui ne sont plus des exemplaires de présentation) et de textes relatant la réception du volume. Ces deux types de sources doivent sans doute être considérés avec précaution : les miniatures étaient en réalité souvent réalisées avant que la remise effective du manuscrit n’ait eu lieu, tandis que les textes étaient fréquemment élaborés a posteriori par certains auteurs, souvent lors de la réalisation d’une nouvelle version de leur texte41. Dans les deux cas, l’image et le récit étaient dès lors au cœur d’une construction et d’une élaboration pour lesquelles l’enjeu politique et symbolique était extrêmement présent. Malgré ces limites, ces deux sources ne sauraient être ignorées et permettent de disposer de quelques éléments sur la manière dont se déroulait la remise du manuscrit. Elles ont d’ailleurs été largement étudiées et nous ne ferons ici que proposer quelques remarques en lien avec les questions de visibilité et de distinction sociale qui constituent l’objet de notre propos42. On notera tout d’abord que le destinataire est parfois présenté comme attentif à l’aspect matériel du volume. Froissart décrit ainsi l’attitude de Richard II à qui il a offert un recueil de poèmes dans la camera regis, en présence de membres de la cour :

  • 43 Jean Froissart, Œuvres : Chroniques, éd. par J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, V. Devaux, 1867-1 (...)

Il l’ouvry et regarda ens, et luy pleut très-grandement et bien plaire luy devoit, car il estoit enluminé, escript et historié et couvert de vermeil velours à dix clous attachiés d’argent dorés et roses d’or ou milieu, à deux grans frumaus dorés et richement ouvrés ou milieu de roses d’or43.

  • 44 Parmi d’autres exemples, on peut mentionner la lecture du Méliador de Froissart devant la cour de (...)
  • 45 Sur cette question, voir J. Coleman,Public Reading and the Reading Public in Late Medieval England (...)

27Miniatures et textes font également état de la présence de courtisans autour du destinataire dans le cadre, là encore, d’un véritable rituel. Les textes mentionnent même parfois une lecture du volume devant la cour44. Il est probable que dans ce contexte les enluminures, qui participent au récit, étaient présentées au public45. Si la consultation et la lecture du manuscrit devant témoins peuvent s’expliquer par un simple intérêt du prince et de son entourage, il n’en demeure pas moins qu’il s’agissait aussi d’un moment qui permettait d’apprécier et de montrer que le volume offert était en quelque sorte à la hauteur de son destinataire. La cérémonie de remise du livre semble donc bien avoir été l’occasion d’une mise en scène « publique » de cette distinction sociale par le manuscrit.

Des manuscrits montrés ?

  • 46 Parmi les circonstances que nous n’évoquerons pas ici, on mentionnera les séances de lecture colle (...)

28D’autres circonstances que ces différentes cérémonies pouvaient conduire à ce qu’un manuscrit soit montré à d’autres que son destinataire principal, notamment lorsque le volume était particulièrement luxueux. Nous en évoquerons deux, sans prétendre ici à la moindre exhaustivité46.

  • 47 Voir par exemple les enluminures situées dans les manuscrits Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, 152, f (...)
  • 48 On pense notamment ici aux livres de chants, dont certains étaient enchaînés dans les édifices rel (...)
  • 49 Regards sur les manuscrits d’Autun (vie-xviiie siècle), Autun, Ville d’Autun, 1995, p. 129.

29Le premier exemple est lié à un type de volumes particuliers, à savoir les manuscrits liturgiques d’autel. Ces derniers étaient en effet parfois exposés sur des lutrins dans les églises et chapelles comme le montrent certaines miniatures47. Ces volumes pouvaient être vus, soit lors de la messe (le prêtre, qui tournait le dos à l’assemblée, utilisait un manuscrit que l’assemblée pouvait voir même s’il n’était sans doute pas ostensiblement montré), soit en dehors de ces célébrations car certains de ces volumes restaient fréquemment sur place48. Dans le cas des chapelles privées, c’est le destinataire qui était mis à l’honneur à travers son ou ses manuscrits (qu’il en soit ou non le commanditaire). Si le luxe des manuscrits témoignait d’une volonté de glorification divine, leur richesse était en effet aussi visible par tous ceux qui pouvaient pénétrer dans cette chapelle. Le luxe des manuscrits offerts par le cardinal Jean Rolin pour sa chapelle, alors même qu’il conservait des manuscrits plus modestes dans sa bibliothèque, participait ainsi à son image et à son statut, en même temps qu’il témoignait de sa dévotion49. Dans d’autres cas, le manuscrit était offert à une église « publique ». C’est ici le commanditaire et donateur qui recueillait les fruits de l’exposition du manuscrit. Là encore, si les motivations religieuses étaient probablement essentielles, sans doute existait-il de la part des donateurs une volonté de montrer à ceux qui pénétraient dans ces églises le type de volume qu’ils étaient capables d’offrir. Le don et l’exposition du manuscrit offert étaient ainsi pour eux des moyens de se distinguer socialement.

  • 50 Nous ne reviendrons pas ici sur les présents entre princes ou membres de la très haute noblesse –  (...)
  • 51 E. Muller (éd.), Deux voyages en Asie du xiiie siècle, par Guillaume de Rubriquis, envoyé de saint (...)
  • 52 C. M. Rosenberg, « The Bible of Borso d’Este : Inspiration and Use », dans Cultura figurativa ferr (...)

30Le second exemple que nous retiendrons, plus directement politique, témoigne d’une volonté plus explicite encore de montrer un manuscrit particulièrement luxueux : il s’agit de sa présentation – au sens de simple « mise en présence » – à des ambassadeurs ou à des alliés politiques50. Ainsi, en 1253-1254, saint Louis envoya une ambassade de frères franciscains en Extrême-Orient, chez les Mongols, dans le cadre d’une démarche diplomatique (il s’agissait de les convaincre de rejoindre les croisés). Or on sait que le roi confia au chef de l’ambassade, Guillaume de Rubrouck, une Bible et d’autres livres liturgiques, dont on peut penser qu’il souhaitait qu’ils fussent montrés à la cour du grand khan, ce qui fut fait à deux reprises. Les manuscrits envoyés étaient extrêmement luxueux et il est probable qu’il s’agissait ici pour le roi de signifier sa puissance et de montrer, à travers ces volumes, sa richesse et son goût51. À la fin du Moyen Âge, Borso d’Este faisait en quelque sorte de même lorsqu’il montrait sa fameuse Bible aux ambassadeurs présents à Ferrare. Lorsqu’il se rendit à Rome vers la fin de 1471, il fit même refaire la reliure et emporta sa Bible, qui apparaît donc comme un véritable symbole de sa piété mais aussi de son prestige52.

Une distinction qui peut se passer d’exposition ?

  • 53 Nous retrouvons ici les conclusions d’E. Inglis, « A Book at Hand… », art. cité, p. 67.

31Les différentes circonstances évoquées dans les lignes qui précèdent peuvent être considérées comme donnant lieu à une mise en scène de la distinction sociale. Elles montrent bien que le destinataire du manuscrit n’était pas le seul à pouvoir en admirer la richesse53. Il n’en reste pas moins, comme nous le mentionnions plus haut, que d’autres objets auraient sans doute pu témoigner de manière plus visible de la prééminence sociale de tel ou tel individu.

32Si le manuscrit de luxe a malgré tout bénéficié d’un intérêt aussi important de la part des personnages les plus puissants, cela tient sans doute tout d’abord au statut particulier du livre. Comme nous l’avons indiqué plus haut, celui-ci, au-delà de son éventuelle richesse, renvoyait en effet également à des considérations plus culturelles et finalement plus politiques : aux yeux des commanditaires, la moindre visibilité du manuscrit était ainsi en quelque sorte compensée par cette forme d’aura symbolique particulière dont il bénéficiait.

  • 54 Pour un exemple qui donne une large place aux manuscrits, B. Buettner, « Le système des objets dan (...)

33D’autres explications peuvent toutefois être avancées. On notera tout d’abord que la dimension de distinction sociale du manuscrit – comme d’ailleurs de tout autre objet – pouvait exister indépendamment de toute visibilité. On peut en effet penser que même en l’absence de tout public, dans le secret de leur chambre, les destinataires considéraient qu’il existait une sorte de lien nécessaire entre leur statut social et les caractéristiques des objets qu’ils possédaient, qui devaient donc être dignes d’eux. Il est probable que la question de la transmission n’ait par ailleurs pas été absente de leurs préoccupations, le manuscrit étant un bien que l’on léguait et qui participait aussi de la mémoire du défunt54.

34Dans le cas spécifique du manuscrit, il est sans doute possible d’aller au-delà, en se demandant si l’absence de visibilité ne constituait finalement pas un atout dans la perspective même d’une distinction sociale. Le détenteur d’un manuscrit de luxe ne pouvait-il en effet pas apprécier le fait même que le livre soit un objet dont la richesse et le luxe ne se dévoilaient qu’à celui qui pouvait en feuilleter les pages et, à l’inverse, se dérobaient aux yeux des autres – sauf si ces derniers étaient invités par ce même détenteur à le feuilleter à ses côtés ou avec son autorisation ? Il nous semble ainsi – même si nous ne formulons ici qu’une hypothèse – que cet « accès réservé », lié à la forme matérielle même de l’objet-livre, participait aussi de la distinction sociale à laquelle renvoyait le manuscrit : d’une part le détenteur pouvait, tout en montrant l’extérieur de l’objet (notamment une belle reliure), se réserver l’accès à la décoration luxueuse du manuscrit ou à une partie d’entre elle ; d’autre part il pouvait distinguer, au sein de son entourage ou lors de contacts plus exceptionnels, ceux auxquels il donnait accès à ces trésors.

  • 55 Plusieurs auteurs de la fin du Moyen Âge regrettaient d’ailleurs l’importance pris par cet aspect (...)

35Les manuscrits, et notamment les volumes les plus luxueux, sont donc des objets au statut spécifique, dont la fonction (contenir et transmettre un texte) et les caractéristiques physiques se combinaient à la fin du Moyen Âge dans une perspective de représentation et de distinction sociales55. Dans sa dimension matérielle, le livre manuscrit devait notamment être à la hauteur de son destinataire, que celui-ci le feuillette pour lui-même ou bien qu’il le montre dans le cadre d’une exposition « contrôlée », qui ne faisait sans doute qu’augmenter cette distinction.

  • 56 R. Chartier, Culture écrite et société. L’ordre des livres (xive-xviiie siècle), Paris, Albin Mich (...)

36L’invention et le développement de l’imprimerie modifièrent progressivement le rôle de marqueur social du livre, à la fois par la réduction considérable du coût de fabrication d’un volume et par la relative standardisation des différents exemplaires produits, même si le livre n’était pas accessible à tous et pouvait toujours présenter différents niveaux d’exécution. Même si elle n’est pas immédiate, la disparition des scènes de présentation dans les exemplaires imprimés dans la seconde moitié du xvie siècle montre ainsi sans doute que, dans sa dimension matérielle, le livre ne participait plus vraiment d’une distinction sociale, ou du moins qu’il ne le faisait plus dans les mêmes termes56.

Notes

1 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, éd. par A. Queux de Saint-Hilaire et G. Raynaud, Paris, Firmin-Didot, 1878-1904, vol. 9, no 15, v. 1310-1322, p. 45-46.

2 Selon les manuscrits, le commanditaire et le destinataire du volume pouvaient être une seule et même personne ou deux individus distincts.

3 C. Bozzolo, E. Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge. Trois essais de codicologie quantitative, Paris, Éd. du CNRS, 1980 [2e éd. 1983], p. 42-43.

4 Le fait que les manuscrits aient parfois été mis en gage confirme cette dimension. Ainsi le roi de Naples Ferdinand Ier d’Aragon mit-il en gage ses joyaux et sa bibliothèque en 1481 auprès du banquier florentin Battista Pandolfini, H. Omont, « Inventaire de la bibliothèque de Ferdinand Ier, roi de Naples (1481) », Bibliothèque de l’École des chartes, 70, 1909, p. 456-470 : ici p. 458 et suiv. Il fut également question, pendant un temps au moins, d’engager les livres de la librairie de Blois pour payer la rançon du duc d’Orléans, L. Delisle, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale (nationale), Paris, Imprimerie impériale/Imprimerie nationale, 1868-1881, vol. 1, p. 108. Cette mise en gage concernait également des manuscrits moins luxueux, F. Autrand, « Les librairies des gens du Parlement au temps de Charles VI », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 28, 1973, p. 1219-1243 : ici p. 1227.

5 En France, les imprimés ne firent ainsi leur entrée dans la bibliothèque royale que très tardivement, à l’époque de Charles VIII, D. Bloch, « La formation de la Bibliothèque du Roi », dans A. Vernet (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. 1, Les bibliothèques médiévales du vie siècle à 1530, Paris, Promodis/Cercle de la Librairie, 1989, p. 418-439 : ici p. 421-423.

6 En témoignent les comptes princiers dans lesquels il apparaît qu’un volume a pu coûter plusieurs dizaines voire centaines de livres. Voir par exemple certains des montants mentionnés dans P. M. de Winter, « Copistes, éditeurs et enlumineurs à la fin du xive siècle. La production à Paris de manuscrits à miniatures », dans Actes du 100e Congrès national des sociétés savantes (1975),Paris, Éd. du CTHS, 1977, p. 173-198. Il faut toutefois reconnaître que le coût de la plupart des manuscrits, y compris lorsqu’ils présentaient un luxe certain, restait dans la majorité des cas et à l’exception de quelques volumes hors norme, inférieur à celui d’autres réalisations tels des objets d’orfèvrerie ou des statues, ce que ne pouvaient ignorer les commanditaires ou destinataires et, au-delà, ceux qui étaient susceptibles d’être en contact avec ces volumes.

7 Sur cette question, voir notamment G. Hasenohr, « L’essor des bibliothèques privées aux xive et xve siècles », dans A. Vernet (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. 1, Les bibliothèques médiévales…, op. cit., p. 274-364.

8 F. Avril, N. Reynaud,Les manuscrits à peinture en France (1450-1520), cat. expo. « Quand la peinture était dans les livres, les manuscrits enluminés en France (1440-1520) », Paris, Bibliothèque nationale de France, 1993.

9 F. Avril (dir.), Jean Fouquet. Peintre et enlumineur du xve siècle, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2003.

10 G. Guerzoni, « Liberalitas, Magnificentia, Splendor. Le origini classiche del fasto rinascimentale italiano », Cheiron, 31/32, 1999, p. 49-82 ; A. Cole, La Renaissance dans les cours italiennes, Paris, Flammarion, 2008, p. 17 et suiv.

11 Sur cette question, voir par exemple les réflexions liminaires proposées dans D. Quéruel, « Du mécénat au plaisir de lire : l’exemple de quelques seigneurs bourguignons et en particulier de Louis de Gruthuyse », dans D. Bohler (éd.), Le goût du lecteur à la fin du Moyen Âge, Paris, Le Léopard d’or, 2006, p. 197-211.

12 J. Krynen, L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France (xiiie-xve siècle), Paris, Gallimard, 1993, p. 208-217. Sur l’enjeu politique et culturel que représente le livre, on pourra également consulter les quelques pages d’introduction dans F. Avril, La passion des manuscrits enluminés. Bibliophiles français (1280-1580), Paris, Bibliothèque nationale de France, 1991, ainsi que les développements consacrés à cette question dans S. Fourcade, « Clerc ne suis, […] livre ne ay point ». La noblesse française à la conquête du livre (vers 1300-vers 1530), thèse d’histoire dirigée par J. Verger, université Paris 4, 2008, p. 331 et suiv.

13 Sur l’influence qu’exerce le modèle princier sur la noblesse dans le domaine des livres, voir la synthèse proposée sur cette question dans ibid. On pourra également consulter H. Wijsman, Luxury Bound. Illustrated Manuscript Production and Noble and Princely Book Ownership in the Burgundian Netherlands (1400-1550), Turnhout, Brepols, 2010. Sur le modèle que constitue la cour dans le domaine artistique en général pour une partie de la société, voir S. Cassagnes- Brouquet, D’art et d’argent. Les artistes et leurs clients dans l’Europe du Nord (xive-xve siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 185-204.

14 F. Avril, « Le destinataire des Heures “Vie à mon désir” : Simon de Varie », Revue de l’Art, 67, 1985, p. 33-44.

15 Sur cette question, voir É. Palazzo, « Les livres dans les trésors du Moyen Âge. Contribution à l’histoire de la memoria médiévale », Annales. Histoire, sciences sociales, 52, 1997, p. 93-118.

16 É. Cottereau, La copie et les copistes français de manuscrits aux xive et xve siècles. Étude sociologique et codicologique, thèse d’histoire dirigée par C. Gauvard, université Paris 1 – Panthéon- Sorbonne, 2005.

17 Ibid., p. 985.

18 Ibid., p. 1002. On notera que la différence est également sensible entre haut clergé et bas clergé, les copies destinées aux ecclésiastiques étant globalement moins richement décorées que celles qui s’adressaient aux laïcs.

19 Ibid., p. 1038.

20 Ce principe devait également être respecté lorsque le destinataire n’était pas le commanditaire du manuscrit. La situation était en revanche sans doute assez différente pour les manuscrits acquis « d’occasion », qui étaient parfois, comme le montrent certains inventaires, des volumes plus modestes, sans doute retenus surtout pour leur contenu.

21 Pierre Malhoste, marchand et bourgeois de Melun, a ainsi fait réaliser un missel destiné à l’église de Saint-Aspais en 1489 (BNF, ms. lat. 880, en 2 vol.), le faisant enluminer par Jacques de Besançon, P. Durrieu, Un grand enlumineur parisien au xve siècle. Jacques de Besançon, et son œuvre, Paris, Champion, 1892, p. 35-37. À la fin du xve siècle, Jean de Daillon est le commanditaire d’un manuscrit (BNF, ms. fr. 127) de la version française du De casibus de Boccace particulièrement riche (approximativement au même niveau qu’un volume contenant le même texte réalisé pour Jean sans Peur), C. Bozzolo, Manuscrits des traductions françaises d’œuvres de Boccace (xve siècle), Padoue, Antenore, 1973, p. 56-58 ; É. Cottereau, À lire ou à regarder. Richesse et lisibilité dans les livres manuscrits et les incunables de la version française du « De casibus » de Boccace, mémoire de maîtrise sous la direction de C. Gauvard, université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne,1996, p. 98-99. Quant à Louis de Laval, seigneur de Châtillon et grand bibliophile, il s’adressa à Jean Colombe ou à son atelier pour enluminer plusieurs manuscrits, notamment un livre d’heures exceptionnel réalisé à la fin du xve siècle (BNF, ms. lat. 920), F. Avril, N. Reynaud, Les manuscrits à peinture…, op. cit. (voir notamment la présentation de ses Heures, p. 328-332).

22 E. Ornato, « Exigences fonctionnelles, contraintes matérielles et pratiques traditionnelles dans le livre médiéval : quelques réflexions », dans P. Ruck, M. Boghardt (éd.), Rationalisierung der Buchherstellung im Mittelalter und in der frühen Neuzeit. Ergebnisse eines buchgeschichtlichen Seminars der Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel (12-14 November 1990), Marbourg, Institut für Historische Hilfswissenschaften, 1994, p. 7-31 [republié dans La face cachée du livre médiéval. L’histoire du livre vue par E. Ornato, ses amis et ses collègues, Rome, Viella, 1997, p. 117-159 : ici p. 142].

23 É. Cottereau, À lire ou à regarder…, op. cit.

24 Ibid., p. 100 et suiv.

25 Sur ce point, voir notamment R. Bergeron, E. Ornato, « La lisibilité dans les manuscrits et les imprimés de la fin du Moyen Âge. Préliminaires d’une recherche », Scrittura e civiltà, 14, 1990, p. 151-198 [republié dans La face cachée du livre médiéval…, op. cit., p. 521-554].

26 É. Cottereau, À lire ou à regarder…, op. cit., p. 124 et suiv.

27 Sur la présence de l’héraldique dans les manuscrits, on pourra consulter les quelques pages synthétiques proposées par M. Pastoureau : M. Pastoureau, « Présences héraldiques dans le livre médiéval », dans A. Vernet (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. 1, Les bibliothèques médiévales…, op. cit., p. 264-273.

28 P. Boucheron évoque ainsi la dialectique entre styles locaux (renvoyant à l’existence de différentes cours) et aspirations communes, P. Boucheron, « Signes et formes du pouvoir », dans J. Dalarun (dir.), Le Moyen Âge en lumière, Paris, Fayard, 2002, p. 173-206 : ici p. 178.

29 Ainsi les commandes de Jean de Berry, pour ne prendre que cet exemple, témoignent d’une volonté d’innovation indéniable, qui allait de pair avec des choix personnels originaux, Paris 1400. Les arts sous Charles VI, Paris, Fayard/Réunion des musées nationaux, 2004, p. 98-99.

30 Concernant l’iconographie, nombreuses sont les études qui s’attachent ainsi à mettre en évidence les relations entre manuscrits. À titre d’exemple, on peut évoquer les manuscrits jumeaux du texte Des Cleres et nobles femmes, de Boccace, destinés pour l’un d’entre eux au duc Philippe le Hardi et pour l’autre au duc de Berry, F. Avril, N. Reynaud, Les manuscrits à peinture…, op. cit., p. 264-265, ou encore l’existence d’un groupe de manuscrits des Grandes Chroniques de France fondés sur l’exemplaire royal exécuté pour Charles V, A. Hedeman, The Royal Image. Illustrations of the « Grandes Chroniques de France » (1274-1422), Berkeley/Los Angeles/Oxford, University of California Press, 1991.

31 À propos des modalités de conservation des manuscrits, on pourra consulter J. Vezin, « Le mobilier des bibliothèques », dans A. Vernet (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. 1, Les bibliothèques médiévales…, op. cit., p. 483-490, et G. Hasenohr, « L’essor des bibliothèques privées… », art. cité, p. 274-364 : ici p. 276-292.

32 Ils ne sont d’ailleurs pas vraiment distingués par E. Inglis, dont les travaux nous ont fourni plusieurs des exemples développés ci-dessous, E. Inglis, « A Book at Hand : Some Late Medieval Accounts of Manuscript Presentations », Journal of the Early Book Society for the Study of Manuscripts and Printing History, 5, 2002, p. 57-97.

33 Sur ces dons de manuscrits, on trouvera de très nombreux exemples dans L. Delisle, Le cabinet des manuscrits…, op. cit. Pour quelques considérations sur le don de livre dans le monde nobiliaire, on pourra également consulter S. Fourcade, « Clerc ne suis, […] livre ne ay point »…, op. cit., p. 404 et suiv.

34 Voir J. Guiffrey, Inventaires de Jean de Berry (1401-1416), Paris, Leroux, 1894, t. 1, par exemple It. 933, p. 244 : « Item, un petit livre appellé le Livre de la fleur des histoires de la terre d’Orient, escript en françoys, de lettre de court, enluminé et historié en pluseurs lieux ; en la fin duquel a un autre Livre de toutes les provinces et citez de l’universel monde ; et au commancement du second fueillet a escript : du royaume ; couvert de veluiau vermeil, à deux fermouers d’argent dorez, esmaillez aux armes de feu monseigneur de Bourgoigne, et seignaulx de pluseurs couleurs, et sur chascune ais v boullons d’argent dorez, hachiez ; lequel livre mondit seigneur de Bourgoigne donna à Monseigneur, à Paris, le xxiie jour dudit mois de mars l’an dessusdit mil CCCC et deux » ; t. 1, It. 934, p. 244 : « Item, une belle Bible en deux volumes, ecscripte en françoys, de lettre de fourme ; et au commancement du tiers fueillet du premier volume a escript : les nouvelles fere, et au commancement du tiers fueillet du second volume a escript : iniquité ; couvers tous deux de drap de soye vert, ouvré à oiseaulx, doublé de tiercelin vermeil, et fermans chascun de iiii fermouers d’or ; et ou premier volume a une pipe d’or, et ou second n’en a point ; laquelle Bible le Roy donna à monseigneur le Duc, à Paris, le xxve jour d’avril en suivant après Pasques l’an mil CCCC et III ».

35 On peut ainsi évoquer cette lettre de l’ambassadeur du duc de Milan Francesco Sforza, qui relate le cadeau de deux traités médicaux de Thomas Le Franc que le duc fit au roi de France Charles VII, dans P. M. Kendall, V. Ilardi (éd.), Dispatches with Related Documents of Milanese Ambassadors in France and Burgundy (1450-1483), Athens (Ohio), Northern Illinois University Press, 1970-1981, vol. 1, p. 258-265.

36 Pour le premier de ces deux cas de figure, voir par exemple J. Guiffrey, Inventaires de Jean de Berry…, op. cit., t. 1, It. 948, p. 249 : « Item, le Livre de la prinse et mort du roy Richart d’Angleterre, escript en françoys rimé, de lettre de court, et historié en pluseurs lieux ; et au commancement du second fueillet a escript : qu’il eust ; convert de drap de soye noir, à deux fermouers roons d’argent dorez, esmaillez aux armes de France ; que le feu vidame de Laonnois, en son vivant grant maistre d’ostel du Roy, donna a Monseigneur ». Sur la question des manuscrits offerts à des personnages de statut social moindre, voir par exemple les données rassemblées par L. Delisle sur les dons de manuscrits effectués par Charles V, L. Delisle, Le cabinet des manuscrits…, op. cit., vol. 1, p. 43-44.

37 Voir J. Guiffrey, Inventaires de Jean de Berry…, op. cit., t. 1, It. 939, p. 246 : « Item, un livre des Propriétés des choses, escript en françoys, de lettre de court ; et au commancement du second fueillet a escript : après parle ; couvert de cuir vermeil empraint, à deux fernouers de cuivre dorez et cinq boullons de mesmes sur chascune aiz ; lequel livre les iiii secreteres de Monseigneur, c’est assavoir maistres Pierre de Gynes, Michiel Le Beuf, Jehan de Candé et Erart Moriset lui donnerent, ausdictes estraines mil CCCC et III ».

38 B. Buettner, « Past Presents : New Year’s Gifts at the Valois Courts ca. 1400 », The Art Bulletin, 83, 2001, p. 598-635.

39 Dans sa lettre (cf. note 34), l’ambassadeur du duc de Milan Francesco Sforza précise ainsi qu’au-delà du roi, ce sont les courtisans qui ont admiré les volumes offerts, le souverain tenant même à les montrer aux membres de son conseil.

40 L’existence de ces manuscrits de présentation est par ailleurs mentionnée dans les inventaires eux-mêmes.

41 Voir par exemple l’analyse de la Complainte de Martin Le Franc, P. Charron, « Les réceptions du Champion des dames à la cour de Bourgogne : “Tres puissant et tres humain prince […] veullez cet livre humainement recepvoir” », Bulletin du bibliophile, 1, 2000, p. 9-29 ; H. Swift, « Martin Le Franc et son livre qui se plaint. Une petite énigme à la cour de Philippe le Bon », dans T. Van Hemelryck, C. Van Hoorebeeck (dir.), L’écrit et le manuscrit à la fin du Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2006, p. 329-342.

42 Sur cette question, voir notamment K. J. Holzknecht, « Presentation », dans Literary Patronage in the Middle Ages, Philadelphie, G. Banta, 1923, p. 156-168 ; P. Boucheron, « Signes et formes du pouvoir », art. cité ; E. Inglis, « A Book at Hand… », art. cité ; C. Thiry, « La présentation au prince », dans A. Corbellari et al. (éd.), Mythes à la cour, mythes pour la cour, actes du XIIe Congrès de la Société internationale de littérature courtoise, 27 juillet-4 août 2007 (universités de Lausanne et de Genève), Genève, Droz, 2010, p. 107-130 ; C. Prud’homme, « Donnez, vous recevrez. Les rapports entre écrivains et seigneurs à la fin du Moyen Âge à travers le don du livre et de la dédicace », COnTEXTES [en ligne], 5, 2009, mis en ligne le 25 mai 2009 (http://contextes.revues.org/4259 ; DOI : 10.4000/contextes.4259). Sur les miniatures relatives à la présentation des manuscrits, voir notamment la thèse de B. Beys, L’hommage du livre à la cour de France (xiiie-milieu xvie siècle). Approche culturelle, artistique et politique, dirigée par F. Robin, université Paul-Valéry de Montpellier.

43 Jean Froissart, Œuvres : Chroniques, éd. par J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, V. Devaux, 1867-1877, vol. 15, p. 167. On retrouvera une analyse de cet épisode notamment dans E. Inglis, « A Book at Hand… », art. cité ; C. Prud’homme, « Donnez, vous recevrez… », art. cité ; id., « Jean Froissart à la cour de Richard II : don du livre et mises en scènes du pouvoir », dans A. Corbellari et al. (éd.), Mythes à la cour…, op. cit., p. 165-177.

44 Parmi d’autres exemples, on peut mentionner la lecture du Méliador de Froissart devant la cour de Gaston Fébus relatée par l’auteur lui-même, Jean Froissart, Chroniques, éd. par L. Mirot, Paris, Renouard, 1931, vol. 12, p. 76 et suiv., ou encore celle des œuvres de Guillaume de Machaut par Eustache Deschamps à la cour de Flandre, Eustache Deschamps, Œuvres complètes, éd. par A. Queux de Saint-Hilaire et G. Raynaud, op. cit., vol. 1, p. 248-249 (« Ballade 127 », voir notamment le vers 19 : « Lire m’y fist, présent maint chevalier »).

45 Sur cette question, voir J. Coleman,Public Reading and the Reading Public in Late Medieval England and France, Cambridge, Cambridge University Press, 1996 ; id., « Aural Illumination : Books and Aurality in the Frontispieces to Bishop Chevrot’s Cité de Dieu », dans M. Chinca, C. Young (éd.), Orality and Literacy in the Middle Ages. Essays on a Conjunction and its Consequences in Honour of D. H. Green, Turnhout, Brepols, 2005, p. 223-252.

46 Parmi les circonstances que nous n’évoquerons pas ici, on mentionnera les séances de lecture collective à voix haute, pratique attestée dans le monde nobiliaire, au cours desquelles d’autres que le destinataire du manuscrit pouvaient l’avoir en main, S. Fourcade, « Clerc ne suis, […] livre ne ay point »…, op. cit., p. 717 et suiv.

47 Voir par exemple les enluminures situées dans les manuscrits Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, 152, fol. 13 ; BNF, fr. 27, fol. 205 vo, enluminures accessibles à partir des bases en ligne Liber Floridus (http://liberfloridus.cines.fr) et Mandragore (http://mandragore.bnf.fr/html/accueil.html).

48 On pense notamment ici aux livres de chants, dont certains étaient enchaînés dans les édifices religieux. P. Cordez, « Le lieu du texte : les livres enchaînés au Moyen Âge », Revue Mabillon, 78, 2006, p. 75-103.

49 Regards sur les manuscrits d’Autun (vie-xviiie siècle), Autun, Ville d’Autun, 1995, p. 129.

50 Nous ne reviendrons pas ici sur les présents entre princes ou membres de la très haute noblesse – évoqués plus haut – mais bien sur les circonstances qui pouvaient conduire un possesseur de manuscrits à montrer ces derniers à d’autres individus. Précisons, même si nous ne développerons pas cet aspect, que cette consultation pouvait aussi s’accompagner d’un prêt en vue d’une nouvelle copie, comme nous l’indique par exemple une note dans l’inventaire des meubles de Jean de Berry : « Lequel livre mondit seigneur de Berry fit prendre en l’église de Saint-Denis pour montrer à l’empereur Sigismond, et aussi pour le faire copier », mentionnée dans P. Paris, Les Grandes Chroniques de France, selon que elles sont conservées en l’église de Saint-Denis en France, Paris, Techener, 1836-1838, vol. 1, p. XXIV.

51 E. Muller (éd.), Deux voyages en Asie du xiiie siècle, par Guillaume de Rubriquis, envoyé de saint Louis, et Marco Polo, marchand vénitien, Paris, C. Delagrave, 1888, p. 55 et suiv.

52 C. M. Rosenberg, « The Bible of Borso d’Este : Inspiration and Use », dans Cultura figurativa ferrarese tra XV et XVI secolo. In memoria di Giacomo Bargellesi, Venise, Corbo e Fiore, 1981, p. 51-73.

53 Nous retrouvons ici les conclusions d’E. Inglis, « A Book at Hand… », art. cité, p. 67.

54 Pour un exemple qui donne une large place aux manuscrits, B. Buettner, « Le système des objets dans le testament de Blanche de Navarre », CLIO. Histoire, femmes et sociétés [en ligne], 19, 2004, mis en ligne le 27 novembre 2006, consulté le 30 juillet 2012 (http://clio.revues.org/644 ; DOI : 10.4000/clio.644).

55 Plusieurs auteurs de la fin du Moyen Âge regrettaient d’ailleurs l’importance pris par cet aspect matériel. Pétrarque dénonce ainsi le rapport que certains de ses contemporains ont avec les livres : « Car si quelques-uns amassent des livres pour s’instruire, il en est d’autres qui les recherchent pour leur plaisir et par vanité. Il en est qui ornent leurs chambres de ce genre de mobilier inventé pour orner l’esprit, et qui s’en servent comme des vases de Corinthe, des tableaux, des statues et autres objets sur lesquels nous venons de discuter. Il y en a qui, sous le couvert des livres, servent leur cupidité ; ce sont les pires de tous, car ils estiment les livres non à leur juste valeur, mais comme des marchandises. […] De même souvent, celui qui aurait lu avec fruit un seul livre en a ouvert et feuilleté plusieurs inutilement », Pétrarque, De l’abondance des livres et De la réputation des écrivains, traduit du latin par V. Develay, Paris, Librairie des bibliophiles, 1883, cité entre autres dans J. Cerquiglini-Toulet, « L’amour des livres au xive siècle », dans id. (éd.), Mélanges de philologie et de littérature médiévales offerts à Michel Burger, Genève, Droz, 1994, p. 333-340 : ici p. 334. Quant aux livres de Richard de Bury, ils s’expriment ainsi dans le Philobiblion : « Nous ajouterons un dernier article à la longue série de nos plaintes, mais qui sera fort court, d’après ce que nous avons à dire. Nous voulons parler de l’usage naturel, devenu contre nature, qui nous détourne du but dans lequel nous devons servir. En effet, nous qui sommes la lumière des âmes fidèles, nous devenons, entre les mains des peintres et des enlumineurs ignorants, un réceptacle de feuilles d’or au lieu d’être une source de la sagesse divine. Nous sommes réduits injustement en la puissance des laïcs, puissance plus cruelle pour nous que la mort, car ils nous vendent, sans en recevoir de prix, à nos ennemis, qui deviennent nos juges », Richard de Bury, Philobiblion, traduit par H. Cocheris, Paris, A. Aubry, 1856, p. 46-47, également cité dans J. Cerquiglini-Toulet, « L’amour des livres au xive siècle », art. cité, p. 339.

56 R. Chartier, Culture écrite et société. L’ordre des livres (xive-xviiie siècle), Paris, Albin Michel, 1996, p. 88 et suiv.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540