Version classiqueVersion mobile

Les villes capitales au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public

Conclusions

Jean Kerhervé et Sylvie Denoix

Texte intégral

1Les pistes que nous avons explorées au cours de ces trois jours stanbouliotes sont d’une richesse et d’une diversité telles qu’en faire la synthèse en quelques minutes ou en quelques pages est une véritable gageure. Nous avons entendu plus d’une vingtaine d’intervenants. Comme la conclusion du congrès fut à deux voix, celle des actes se devait d’être à quatre mains. J. Kerhervé s’est chargé d’en dégager les principaux enseignements, en rapport avec les grands thèmes du congrès, et de souligner quelques pistes qui restent à explorer ; S. Denoix s’est attachée à prolonger la réflexion et à montrer que la capitale implique aussi une part de rêve, pas toujours réalisé et tournant parfois au cauchemar.

–1–

2Pour naturel qu’il semble en ce lieu, le thème des « villes capitales » n’en a pas moins quelque chose de magique quand il est évoqué dans la cité du Bosphore. La ville n’est certes plus capitale d’État – ce qui aurait pu nous inciter à traiter plus que nous ne l’avons fait des transferts de capitales au cours de l’histoire –, mais elle reste triplement capitale impériale pour les médiévistes : romaine à ses débuts, byzantine pendant le millénaire médiéval, ottomane au moment où le Moyen Âge cède la place aux Temps modernes dans nos découpages occidentaux. Placée en Europe par la géographie, et aussi par ses origines, elle s’est trouvée rattachée aux civilisations du Proche-Orient par la conquête turque de 1453. Le parti du comité scientifique qui a élaboré le programme de notre rencontre de prendre en considération les espaces occidental, byzantin et musulman se trouve donc pleinement justifié. Trois thèmes avaient été retenus : « Capitales d’empires », « Formes d’émergence, d’affirmation et de déclin des capitales », « Marqueurs sociaux et symboliques des capitales ». Cette division, comme l’ont montré les exposés, avait quelque chose de rigide, voire d’arbitraire, car chacun des thèmes inclut en fait les deux autres : difficile de parler des capitales sans évoquer leur destinée, qu’elles soient d’empires, d’États monarchiques ou de principautés ; difficile d’évoquer leur destin, quelles qu’elles soient, sans parler de leurs habitants, des images et des symboles qui s’attachent à elles ; impossible de traiter de leurs marqueurs sociaux et symboliques sans inscrire ces données dans le temps historique et la diversité géographique. Remarque banale, qui explique que telle ou telle communication aurait pu trouver sa place ailleurs que dans le thème auquel elle a été rattachée. Mais il nous fallait un cadre de travail, un plan « en trois parties », équilibrées de préférence, comme nous les aimons ! Et ce cadre s’est finalement révélé opérationnel, puisqu’il nous a permis, au-delà des cas particuliers, de réfléchir à ce qu’était une « ville capitale » au Moyen Âge, dans un espace fort large, des îles Britanniques au Proche-Orient, et sur la longue période, des temps mérovingiens au tout dernier siècle médiéval. Plusieurs remarques s’imposent au terme de nos travaux.

  • 1 Il n’est pas attesté en français avant 1509, selon O. Bloch, W. von Wartburg, Dictionnaire étymolo (...)
  • 2 J. Favier, Dictionnaire de la France médiévale, Paris, 1993.
  • 3 En 1420, O. Bloch, W. von Wartburg, ibid.

3Commençons par le vocabulaire, car la chose est moins simple qu’il n’y paraît. Le mot « capitale » – le substantif – n’est pas employé dans l’espace occidental médiéval à notre connaissance, comme l’a brièvement rappelé P. Monnet1. L’entrée est d’ailleurs absente des dictionnaires du Moyen Âge, même les plus récents, dont certains se contentent, lorsqu’ils l’utilisent, de renvoyer à des exemples : Aix, Arles, Toulouse2 … L’explication se trouve probablement dans le fait que le concept de capitale, tel que nous l’avons compris dans ce congrès, celui de ville centre d’un État territorial, où siègent les pouvoirs publics, n’était pas encore pleinement dégagé. Un État pouvait exister sans capitale clairement identifiée et une « ville-centre » n’avait pas forcément encore acquis la mentalité ni le mode de fonctionnement de nos capitales modernes. Changer de capitale, migrer, était même un moyen de gouvernement. Plusieurs villes dans un État pouvaient prétendre au rang de capitale et le pouvoir s’organisait éventuellement autour de plusieurs capitales ou résidences princières. Le mot n’existait donc pas, mais la chose existait assurément et c’est ainsi que l’ont compris les orateurs. À partir des premières décennies du xve siècle – l’époque n’est pas anodine car elle correspond au moment de la prise de conscience véritable de l’État moderne national –, le terme est employé comme adjectif3 : les textes administratifs et politiques parlent de « ville capitale » dans l’espace français du royaume et des principautés. Le titre exact de notre congrès qui privilégie l’adjectif au féminin est donc pleinement justifié.

  • 4 A. Furetière, Dictionnaire universel, La Haye, 1690.
  • 5 Le Grand Larousse de la langue française, Paris, 1971, donne comme synonymes de l’adjectif : « déc (...)

4C’est sous cette forme aussi, celle de l’adjectif, que le mot est le mieux défini dans les dictionnaires de l’époque moderne : « C’est une épithète qu’on donne à ce qui a quelque prééminence, qui est comme le chef et la source de quelque chose. » Le mot « se dit aussi de ce qui regarde la teste ou le chef » (au sens anatomique et étymologique – caput – du terme). « En termes d’imprimerie » enfin, les lettres capitales sont « différentes par leur grosseur, mais la plupart le sont aussi par leur figure ». Ces définitions, empruntées au Dictionnaire de Furetière4, que reprennent à l’envi ses successeurs, en y ajoutant parfois les synonymes et les contraires pour mieux les préciser5, résument assez bien les grandes lignes de notre réflexion : « prééminence », « chef », « source » (modèle), « tête », « grosseur » ou taille, « figure » ou aspect, de tout cela nous avons abondamment traité.

5Nous nous sommes interrogés avec beaucoup de pertinence sur le sens précis de la notion que nous avions choisi de privilégier et nous nous sommes accordés pour lui donner un sens historique (différent de celui des géographes), et rattacher la capitale à l’histoire de l’État, mais aussi à celle des villes ; son histoire s’inscrit dans celle de l’urbanisation (D. Menjot). Nous l’avons aussi définie de manière négative, en disant pourquoi une cité n’est pas une capitale, même si dans l’imaginaire collectif ou dans le langage courant elle finit, avec le temps, par acquérir ce statut : à l’image d’Épinal de Charlemagne sont associées la barbe « fleurie » de l’empereur, « l’invention » de l’école et… la capitale d’Aix-la-Chapelle. Or il s’avère qu’Aix était plutôt un palais d’hiver au départ, le centre d’un ensemble de palais ensuite et non une véritable ville capitale (M. Sot). Il en va de même de Londres, sauf à considérer l’ensemble Londres-Westminster, dont les centres sont séparés de quelques kilomètres seulement il est vrai, comme un pôle urbain capital (J.-Ph. Genet). À ce stade de réflexion, en détruisant les mythes et les idées reçues, notre congrès a pris des allures d’iconoclaste, ce qui ne saurait surprendre à Constantinople…

6Nous avons vu aussi que les mots peuvent être trompeurs et que le siège du pouvoir ou du royaume (sedes regni) ne peut se confondre avec son centre politique, si tant est que cette expression ait un sens en Occident entre le ve et le xiie siècle, même quand il est qualifié de caput ou d’urbs regia (Ph. Depreux). Mieux vaut l’interpréter comme un lieu symbolique, important pour le pouvoir et même incontournable pour le prince qui doit, sinon le conquérir, du moins s’y montrer pour y faire reconnaître sa prééminence. Ce qui est vrai pour les temps anciens vaut aussi pour la Rome impériale ou pontificale, Reims à la fin du Moyen Âge, Rennes au temps des ducs Montforts, Dijon pour les premiers Valois de Bourgogne, respectivement villes du sacre, du couronnement ou de l’investiture mais non capitales au sens moderne du mot. Le rapport au pouvoir est donc incontournable : le terme de capitale appartient au vocabulaire politique, le lien avec l’État est essentiel, si bien que certains exposés ont parfois glissé du discours sur la capitale au discours sur l’État émergent. Les expressions modernes de capitale économique, religieuse ou culturelle, parfois introduites dans les exposés, n’appartiennent pas au champ lexical du Moyen Âge, même si toutes ces dimensions – la richesse et la puissance démographique, le caractère religieux voire sacré, le rôle culturel – ont été évoquées à propos des capitales médiévales.

7Du point de vue politique, qui reste essentiel et qui permet le mieux de distinguer la capitale d’une ville ordinaire même riche et peuplée, quelques idées-forces ont été dégagées. Celle de lieu de séjour du prince est primordiale ; le palais du prince est parfois même à l’origine de la capitale, plus encore dans les espaces extérieurs à l’Occident, à Constantinople, à Bagdad, au Caire (J.-C. Cheynet, H. Inalcik, J. Loiseau). Mais la notion de résidence ne suffit pas à fixer la capitale. La plupart des pouvoirs sont itinérants, pour des raisons économiques, politiques, stratégiques ou culturelles : le roi d’Angleterre ne vit pas toujours à Londres ni celui de France à Paris, pas plus que le duc d’Anjou n’est attaché à Angers ou à Aix-en-Provence, et le pape lui-même n’est que très rarement dans Rome avant le milieu du xve siècle (P. Montaubin). Dans ces conditions, on peut être tenté de dire que là où est le prince, là est la capitale, ubi papa, ibi Roma, ce qui n’est pas tout à fait conforme à la réalité.

  • 6 B. Chevalier, Tours, ville royale. 1356-1520, Paris-Louvain, 1975, p. 573.
  • 7 É. Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel. 1285-1314, mémoire d’habilitation dactyl., Paris, 2003 (...)

8Car le rapport au pouvoir est aussi et surtout à considérer sous l’angle des institutions centrales de l’État. La ville capitale est celle qui, dans un royaume ou une principauté, concentre un maximum d’institutions monarchiques, celles qui remplissent les fonctions de gouvernement sans doute, mais plus encore celles dont relèvent le contrôle financier et l’appel en justice : conseil, chambre des comptes, chancellerie, parlement ou ses équivalents. Et ces institutions centrales y demeurent même quand le prince est absent : « La capitale moderne ne se trouve pas vraiment là où réside le roi, mais au lieu où s’installent à demeure les bureaux6 », ce qui pose par ailleurs le problème de la communication et du lien permanent entre la capitale et son maître itinérant7. Autant que la peur de créer une capitale fixe, assimilée par certains à la tyrannie, l’incapacité de l’empire allemand à développer des institutions centrales dignes de ce nom est l’explication majeure donnée à l’échec de l’émergence d’une capitale dans cet espace (P. Monnet).

9Enfin, le rapport au pouvoir se décline sous l’angle du spectacle. La ville capitale est celle où le pouvoir se met en scène. Le prince y entre la première fois par des portes spécifiques (porte Saint-Denis à Paris, porte Dorée à Constantinople, porte Mordelaise à Rennes). C’est le lieu des cérémonies publiques, celui où s’exprime le mieux la religion princière (C. Gauvard), même si la capitale n’en a pas l’exclusivité. C’est le lieu où le prince démontre sa puissance et où il entend perpétuer sa mémoire, en l’inscrivant au besoin dans le bronze des inscriptions ou la pierre des monuments qu’il y élève (palais, château). C’est le lieu où il affiche sa piété en y élevant des sanctuaires, ou encore en s’y présentant comme le défenseur de l’orthodoxie comme le faisaient déjà les ducs lombards (T. Granier). De Constantinople devenue Istanbul, Memet II voulait faire la plus grande et la plus belle ville du monde, en s’inspirant au besoin des études italiennes sur la ville idéale, et lui donner une identité musulmane en créant de nouveaux espaces publics et en développant de nouveaux monuments symboles de la dimension nouvelle de l’État ottoman (Ç. Kafesçioğlu).

10Nous avons aussi réfléchi au destin des capitales, à leur émergence, leur affirmation et leur éventuel déclin ou déclassement, même si ce dernier aspect du sujet n’a été qu’assez brièvement évoqué, en dehors des rapports introductifs et des exemples de Nicée (L. Delobette) et du Caire (J. Loiseau). La vocation capitale n’est pas nécessairement inscrite dans les gènes de la ville qui le devient au terme d’un processus séculaire. Il faut écarter ici toute idée de déterminisme géographique, même si les facteurs géographiques contribuent également au succès de certaines métropoles et expliquent que des pouvoirs successifs choisissent de conserver la capitale de leurs prédécesseurs. Le choix du prince, le « geste fondateur », est en effet primordial (P. Boucheron).

  • 8 B. Guenée, L’Occident au xive et xve siècles. Les États, Paris, 1998, p. 199.

11En ce qui concerne l’Occident, l’émergence des capitales est plutôt tardive. Quand elle s’opère, ce n’est pas avant les trois derniers siècles du Moyen Âge : Londres-Westminster, Paris ou les capitales italiennes n’accèdent guère à ce statut avant le xive siècle, et même le suivant pour les dernières. Cette difficulté d’affirmation tient à divers facteurs tels l’itinérance des pouvoirs, déjà signalée, ou la lenteur de la fixation des institutions centrales, qui ne sont pas encore toutes stabilisées à la fin de la période, ou pas toutes fixées en un même lieu. Les vicissitudes du temps ont aussi leur responsabilité, la guerre en particulier qui fait que le prince peut être tenté de fixer son centre plus ou moins durablement en un lieu stratégiquement mieux adapté, plus proche des zones de combat : pendant les guerres d’Écosse, York a pu rivaliser avec Londres8. L’instabilité politique et la concurrence des pouvoirs font parfois naître des capitales temporaires ou concurrentes et provoquent le dédoublement des institutions, comme dans la France du xve siècle, écartelée entre le Paris des Lancastres, Bourges, Poitiers et même Tours, « villes refuges » du roi Valois, sans compter les capitales princières. Il en va de même de l’Empire ottoman où l’occupation de Constantinople par les Occidentaux assure la promotion temporaire de Nicée, et même de l’Église au temps du Grand Schisme d’Occident, déchirée entre Rome et Avignon.

  • 9 A. Toynbee, Les villes dans l’histoire, Paris, 1972, p. 83.

12Dans le cas italien, excepté Naples et Palerme dont nous n’avons paradoxalement guère parlé, la notion de capitale ne peut prendre corps qu’à partir du moment où l’on passe de la Cité-État à l’État territorial. La première, à notre sens, n’est pas une vraie capitale puisque l’État se confond avec la ville, même si celle-ci contrôle un contado plus ou moins étendu, alors que la capitale suppose une certaine hiérarchisation urbaine qui met précisément en exergue la spécificité et la supériorité de la ville principale9. On nous a expliqué comment ces jeunes capitales (Milan, Florence, Venise), moins nombreuses au demeurant que les Cités-États qui les ont précédées, construisent leur État quand la situation politique de la péninsule trouve enfin sa stabilité, après la paix de Lodi en 1454 notamment, comment aussi elles ont pu être tentées, qu’elles soient républicaines (Florence) ou dominées par des despotes (Milan), d’asseoir leur légitimité sur un sentiment identitaire (« florentinité », « milanité » ?) destiné à fidéliser leurs « filles dévouées », pour s’imposer alors comme de vraies villes capitales (P. Gilli).

13Nous n’avons pas manqué de scruter de près la société des capitales, d’en rechercher l’éventuelle originalité, ni d’évoquer les problèmes particuliers que la ville promue à ce rang pose au pouvoir qui la domine. L’exemple de Venise, en particulier, nous a fait toucher du doigt l’angoisse des difficultés de ravitaillement, qui conduit la cité à remettre en cause, pendant les années de crise, le jeu libéral des échanges et à prendre en mains, au moins partiellement, l’approvisionnement de la cité. Pareille attitude permet à la métropole non seulement d’éviter la faim à sa population mais aussi de redistribuer une partie des vivres vers les campagnes environnantes, ce qui contribue à renforcer l’image de la capitale et à fidéliser les populations du plat pays (F. Faugeron). Le modèle de dirigisme modéré ou à éclipse de la cité des doges, qui s’accommode de la création de magistratures spécifiques, faciles à mettre en veilleuse ou à réactiver selon les circonstances, pourrait être comparé à ce qui se passe ailleurs, à Paris par exemple (prévôté des marchands) ou dans les cités flamandes pendant les temps difficiles du xive siècle.

14Les rapports socio-politiques et les tensions sociales prennent également une dimension particulière dans les capitales, comme l’a montré l’étude du cas parisien sur la longue période (B. Bove). Ici en effet – mais le modèle est transposable ailleurs, à Londres par exemple –, la population côtoie le pouvoir central et peut à l’occasion exercer une pression physique immédiate sur lui, ce qui n’est pas à la portée des villes plus ordinaires. Ces rapports douloureux avec les habitants de leur capitale, tous les pouvoirs en ont fait l’expérience à un moment ou à un autre. Le prince se méfie donc de sa capitale, la place sous la surveillance de ses forteresses, élevées à la limite du territoire urbain. Il lui arrive même de restreindre la liberté de ses sujets et de mettre en tutelle les autorités municipales qu’il laisse se développer ailleurs. Parfois, il lui faut fuir, gouverner de loin, contre la ville, et même la reconquérir. Mais la capitale est aussi le lieu d’échanges plus pacifiques : le dialogue s’y noue directement avec le prince qui doit séduire ses interlocuteurs, dans les assemblées ou même dans la rue, pour obtenir, sinon leur adhésion, du moins leur soumission. La capitale est donc aussi le lieu du compromis, d’autant plus nécessaire que les deux parties – population et pouvoir central – ont besoin l’une de l’autre et ont donc intérêt à normaliser leurs relations. Dans ces conditions, plus on avance dans le temps et plus les temps de crise sont l’exception : le pouvoir se renforce et la capitale, qui a renoncé à le contrôler, préfère exploiter les bénéfices de l’alliance et de la collaboration. De ce point de vue, les élites des capitales ne se comportent pas autrement que celles des autres « bonnes villes » insérées dans l’État moderne.

15Reste pourtant la question de la spécificité de la société des capitales, de ses traits originaux. Nous en avons surtout parlé pour l’Orient, en évoquant, à propos de Constantinople, la place des eunuques (G. Sidéris), celle des moines des grands monastères (C. Giros), et aussi celle des esclaves-soldats devenus notables au Caire (J. Loiseau). À l’Ouest, les traits sont sans doute moins accentués, encore que, dans le cas parisien, la prolifération des institutions monastiques qui préexistent à la capitale se trouve renforcée au xiiie siècle par l’arrivée des frères mendiants qui occupent largement la rive gauche de la Seine : ces religieux de la capitale exercent eux aussi une influence sensible sur le pouvoir qui, au temps de Louis IX, s’est vu reprocher sa dépendance à l’égard de ces clercs qui indisposent ceux que gêne le renforcement de l’autorité monarchique. De même, en Occident comme en Orient, la puissance attractive des capitales n’est pas sans conséquence sur la composition de leur milieu social. Partout elles attirent les « provinciaux » et aussi les étrangers à qui la présence du prince ou de ses services donne l’espoir d’y trouver pension, travail et emploi ou d’y réaliser de belles affaires. Ce qui a été dit des palais des émirs du Caire pourrait être transposé jusqu’à un certain point à Londres ou Paris, mais à Nantes aussi comme dans les capitales italiennes, où les riches demeures, ornées ou non de tours, d’une aristocratie ou d’un baronnage en voie de domestication tendent à se rapprocher des sièges du pouvoir. Ajoutons que la fonction culturelle des capitales, et notamment la création des universités qui voient le jour à partir des xiiie et xive siècles dans nombre de capitales royales (Paris, Naples, Valladolid, Prague) ou princières (Aix-en-Provence, Angers, Bordeaux, Nantes) contribue à renforcer le cosmopolitisme et la turbulence de la société locale dont la moyenne d’âge est sans doute plus basse qu’ailleurs.

  • 10 Voir, en dernier lieu, M. Gaude-Ferragu, D’or et de cendres. La mort et les funérailles des prince (...)

16Enfin, il nous fallait parler de la dimension symbolique de la capitale et des mythes qui en accroissent l’aura. Elle a été présentée comme un lieu hors du commun, pour lequel on se bat. C’est le cas d’Aix, Paris, Rome, Tolède, mais aussi de Constantinople dont la prise constitue sinon un idéal, une mission religieuse. Dans le dernier cas, il s’agit même d’une mission à risque car la ville, dans la littérature ottomane d’avant la conquête, a mauvaise réputation et sa chute pourrait être synonyme de malédiction pour le pouvoir qui s’en emparerait (F. Emecen). La conquête de Constantinople n’en a pas moins été le catalyseur qui a permis la transformation de la principauté ottomane en un empire véritable (Ç. Kafesçioğlu). De manière plus générale, posséder la capitale contribue puissamment à la légitimation de son maître. C’est un lieu emblématique où se déploie toute la symbolique du pouvoir, un espace qui manifeste jusque dans son organisation et dans son occupation de l’espace toutes les ambitions de ce dernier (C. Gauvard). C’est aussi un lieu sacré, associé aux sépultures des saints (Rome) et/ou à celles de la dynastie qui la domine dont les nécropoles, à Paris, Londres, Angers, Auch, Dijon (Champmol), Moulins (Souvigny), Orthez et même Nantes d’une certaine manière, s’élèvent souvent à l’intérieur ou à peu de distance de ses murs10.

  • 11 Sur le nom de Paris, voir Rigord, Gesta Philippi Augusti, dans H. F. Delaborde, Œuvres de Rigord e (...)

17C’est même un lieu mythique, car la légitimité de la capitale se trouve parfois dans le mythe ou la légende qui perpétuent le souvenir de capitales qui ne l’ont jamais été ou dont le pouvoir de fascination est indépendant de leur importance politique réelle, comme Jérusalem ou Troie. La capitale s’alimente donc à des modèles mythiques : Rome, Paris, Londres et même Xanten sont d’une certaine manière de nouvelles Troies, fondées par des descendants de Priam ou de ses sujets, car le mythe présente l’avantage d’une grande plasticité qui permet son adaptation aux situations locales. L’idée communément admise de la translatio imperii, des Grecs à l’Occident, justifie, s’il en est besoin, l’existence d’une capitale pour en accomplir le destin (M. Coumert). C’est du moins ce qu’on dit à Paris, qui revendique des origines troyennes, mais les Bretons voyaient en elle simplement l’émule de la mythique Ys, qui surpassait toute ville en éclat : Paris n’était pour eux que pareille à Ys – par Ys –, d’où son nom, preuve étymologique aussi pseudo-savante que douteuse de l’antériorité et donc de la supériorité de la race bretonne sur celle des Francs conquérants de la Gaule11.

  • 12 P. Blanc, « La construction d’une utopie néo-urbaine : Rome dans la pensée, l’action et l’œuvre de (...)
  • 13 A. Giardina, A. Vauchez, Rome et le mythe, du Moyen Âge à nos jours, Paris, 2000, p. 8-9.

18Le modèle a souvent plus de consistance historique, ce qui explique qu’il ait marqué fortement l’imaginaire médiéval, même s’il a disparu, comme Carthage, à plus forte raison quand il a franchi les siècles comme Rome, la référence universelle – maintes fois citée par les intervenants –, où se fondent les héritages des empereurs romains, des saints apôtres et des souverains carolingiens, et dans laquelle Pétrarque voit la capitale naturelle de l’Italie, nostro capo12, bien que Florence, au xve siècle, se présente volontiers comme une altera Roma (P. Gilli). Constantinople aussi fait figure de « mirouer et exemplaire » : on ne peut totalement écarter l’idée qu’Aix-la-Chapelle puisse se lire à son image (M. Sot) ; Nicée peine à oublier l’exemple de sa voisine alors même qu’elle ambitionne de la remplacer (L. Delobette), et Bénévent se souvient d’elle quand elle élève son église Sainte-Sophie (T. Garnier). Le modèle fonctionne également comme référence idéologique : le souvenir de Rome justifie dès le Moyen Âge les expériences politiques les plus diverses et les plus opposées, du césaro-papisme à la théocratie pontificale en passant par les régimes républicains13.

  • 14 J.-C. Cassard, « Les premiers émigrés. Heurts et malheurs de quelques Bretons dans le Paris de Sai (...)

19La notion de capitale peut donc se décliner du point de vue de l’affectif, de l’image, des représentations. Et cette image est celle que lui prêtent les gens de l’extérieur, car la ville capitale, pour être vraiment telle, doit être pleinement reconnue et respectée, même si les populations qu’elle domine en dénoncent au besoin le comportement oppresseur et prédateur (P. Gilli, P. Boucheron). Il est vrai que ses habitants, prenant conscience du caractère particulier de leur cité, cultivent eux-mêmes des clichés et entretiennent précocement un complexe de supériorité qui n’exclut pas un certain snobisme : à Constantinople, on se moque des accents et de la lourdeur des provinciaux (J.-C. Cheynet), et à Paris, dès le xiiie siècle, les Bretons souffrent d’un mépris analogue, accusés de « baragouiner » parce qu’ils parlent une langue inaudible, et jugés tout juste bons à alimenter les professions infamantes, les « bordeaux » pour les filles, le curage des fosses d’aisance pour les garçons14. À l’image de la ville capitale moderne, dynamique et développée intellectuellement, s’oppose donc dès la fin du Moyen Âge celle d’un plat pays arriéré et pesant. [J. K.]

–2–

20Les capitales ont non seulement été tout cela mais elles ont aussi été une part de rêve. Elles ont été le produit de rêves et ont généré des rêves ; elles ont été le plus beau des rêves ou un rêve qui a mal tourné, un cauchemar. Rêve des contemporains, notamment celui du fondateur, et nos collègues ont souvent étudié les représentations que les acteurs sociaux du temps se sont faites des capitales. Rêves des panégyristes aussi, des chroniqueurs ou des historiens qui ont écrit sur ces capitales ; plusieurs intervenants se sont préoccupés des textes que ces villes particulières ont suscités, ce qui incite à se pencher sur l’historiographie qui a été produite à leur sujet. Le rêve peut ne pas se réaliser comme à Aix-la-Chapelle, dépasser les rêves les plus fous du fondateur, comme à Constantinople, ou bien encore il peut se transformer en cauchemar, ce qui nous conduit à considérer ces capitales dans la diachronie, sur la longue durée, à les explorer non seulement dans leurs permanences mais aussi sous l’angle de leurs mutations.

  • 15 Suétone, Vie des Douze Césars, Paris, 1990 ; Éginhard, Vita Karoli Magni, Paris, 1824 (trad. en fr (...)
  • 16 J. Habermas, L’Espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la soci (...)

21Dire que les capitales ont correspondu à un rêve, c’est rappeler qu’elles ont fait suite à un projet, souvent politique, qui s’est plus ou moins réalisé. Ainsi J.-C. Cheynet nous a parlé de la prise de risque de Constantin : fonder Constantinople, alors que Rome était encore capitale, était une gageure. Si les projets de fondation peuvent être originaux, comme celui de Constantin, ils peuvent aussi s’ancrer dans le rêve des prédécesseurs qui, eux, ont été réalisés. Ainsi M. Sot nous a présenté le rêve de Charlemagne. On sait que sa référence était, là, antique : l’écriture des Douze Césars15, sorte de Miroir des Princes à la mesure de l’empereur franc, est une des manifestations de cette fascination de l’antique. Mais Aix-la-Chapelle n’a jamais donné naissance à une ville importante. Pour des raisons politiques ? Le partage de Verdun aurait-il brisé le rêve impérial et la possibilité de développement de son expression urbaine ? (P. Depreux) Ou bien est-ce parce que les rituels urbains du pouvoir ne sollicitèrent pas assez le peuple ? Ceux de Constantinople n’avaient pas d’équivalent à Aix, où ils se déroulaient dans le palais. Pas de publicité, pas de sorties dans l’espace public pour que le peuple admire la grandeur du prince16.

22Les rituels de cour sont en effet un des indicateurs de l’idéologie du pouvoir. Ainsi, comme nous l’a appris G. Sidéris, lorsque l’empereur est entouré de ses eunuques, il s’agit de représenter le Christ entouré de ses anges. Et C. Gauvard nous a rappelé que même la vengeance a besoin de l’extrême publicité de celui qui la commet : ainsi, ce n’est pas un hasard si le meurtre du duc d’Orléans eut lieu à Paris. Mais revenons à Aix-la-Chapelle : la ville n’a-t-elle pas « pris » pour des raisons culturelles ? Dans l’espace occidental où elle s’insère, il n’y avait pas de traditions urbaines et la construction d’un ensemble palatin ne pouvait suffire pour qu’une ville se mette en place. Autre cas : parfois, la ville est là, dotée même d’un passé prestigieux, mais elle ne peut plus se hisser au rang de capitale : ni la commune romaine de 1143, ni les papes, qui furent impuissants à constituer un hinterland et qui, du xie au xive siècle, furent si souvent absents, ne purent rendre à Rome son statut de capitale avant le xve siècle (P. Montaubin).

  • 17 F. Micheau, dans J.-C. Garcin, avec la collaboration de J.-L. Arnaud et S. Denoix, Grandes villes (...)
  • 18 R. Mantran dir., Histoire de l’Empire ottoman, Paris, 1989.

23A contrario, on a fait remarquer que, quelquefois, le rêve impérial ou califal a donné naissance à une ville. Ainsi la ville ronde de Bagdad était une cité princière, avec les palais du calife et de ses proches, les vizirs et les groupes politiques, les contingents de l’armée, les souks nécessaires à cette élite17. Autour de la ville palatine, se sont développés des faubourgs avec de nombreux habitants, des souks encore. Le calife ne s’est pas rêvé urbaniste mais sa fondation palatine a généré une grande et prospère cité. Le passé prestigieux aussi alimente le rêve, et le professeur Inalçık a bien montré que Fatih le conquérant, se voulant kayser al-bahrayn « empereur des deux mers », a proposé un projet syncrétique alliant une tradition turque asiatique originaire d’Asie centrale et un héritage musulman, d’une part, à un héritage romain, d’autre part, puisqu’il se considérait comme l’héritier du basileus18. Le rêve ottoman se réalise alors dans l’appropriation de lieux de culte comme Sainte-Sophie et par leur conversion en mosquées par l’adjonction de minarets.

24Mais l’histoire de ces cités peut aussi alimenter le cauchemar. Istanbul a été considérée dans les sources comme une ville maudite (F. Emecen). D’où l’intérêt de passer les sources historiographiques au crible de notre analyse critique pour examiner quelle vision de la ville elles nous livrent.

25Effectivement, de nombreuses communications de ce congrès se sont posé la question de l’historiographie. Si la création d’Aix-la-Chapelle a été la manifestation du rêve du prince, sa perception comme nouvelle Constantinople relève surtout d’une élaboration historiographique (M. Sot). La tentation téléologique est en effet fréquente. P. Depreux en donne un exemple pour les Mérovingiens et B. Bove un autre pour les Capétiens. Les premiers n’avaient pas de capitale à proprement parler mais des sedes regni que l’on réactivait à l’occasion, pour un avènement par exemple : dans ce cas extrême, le palais est une métaphore du pouvoir et, à l’inverse, le lieu du pouvoir, par le jeu d’une sorte de figure métonymique produite par une analyse rétrospective, est appelé sedes regni. Le même type de reconstruction a posteriori s’observe à propos du Paris des Capétiens pour lequel les historiens ont longtemps considéré que les choses se jouaient, dans le cadre de la constitution d’un État centralisé, dans le sens de la tutelle politique de la capitale, comme si le contrôle de cette dernière s’était fait contre les Parisiens. En fait, cette historiographie fait son miel des périodes de crises, alors qu’il est possible d’inverser la perspective et de partir des périodes de paix qui sont, somme toute, la norme, pour mettre au jour la stabilité des relations entre les souverains capétiens et leur ville.

26En effet les périodes de paix génèrent des écrits rendant compte de meilleures relations entre les princes et leurs administrés. Cela dépend aussi du type de texte. Certains corpus sont plus propices que d’autres à proposer des représentations, sous-jacentes aux créations des capitales, de l’idéologie porteuse de ces projets ainsi que de l’image que les souverains voulaient donner par leurs fondations. Ainsi T. Granier, dans son analyse de la poésie d’éloge, des inscriptions monumentales et des épitaphes, nous montre comment l’action des princes lombards est magnifiée dans ces textes, comment les actions donnant une dimension sacrale à leur souveraineté y sont mises en exergue, comment enfin le registre conférant le plus haut degré de solennité à leur pouvoir y est choisi, tout cela pour donner du prince une image de défenseur et de restaurateur de l’orthodoxie. Les textes peuvent faire l’éloge des princes, mais aussi celui d’une ville : L’Éloge de Nicée, composé en 1252-1254 par le futur empereur Théodore II Lascaris, décrit les fondations édilitaires des basileis, qui ne résident pas en ville. Ce texte nous permet donc d’apprécier comment la fonction de capitale s’inscrit dans le paysage urbain et comment, paradoxalement, ces travaux édilitaires servent à légitimer des princes non résidants (L. Delobette).

27L’on a aussi le cas d’une image de capitale que s’approprient, pour des propos différents, divers groupes : M. Coumert a fait l’inventaire des diverses représentations que véhicule la mémoire de Troie. Virgile s’en était servi pour justifier la domination de Rome sur le reste du monde ; dans l’Antiquité tardive, la menace barbare rend plus présent encore le souvenir de sa chute ; au haut Moyen Âge, on se fait une représentation symbolique de Troie, considérée comme source du pouvoir légitime, à laquelle se réfèrent aussi bien les Francs que les Bretons du viie au ixe siècle qui fondent sur leur ascendance et leurs éponymes troyens leur prétention à la supériorité sur les autres nations. L’historiographie a non seulement concerné l’image des peuples et des princes, mais elle a pu se porter sur celle d’un groupe social particulier. C’est ainsi qu’elle a donné une image positive des eunuques, qui ont aidé l’empereur dans sa conversion (G. Sidéris). Les historiographes créent là une nouvelle réalité. On a en quelque sorte une inversion des signes.

28Restent les mutations. J.-C. Cheynet et J.-Ph. Genet ont joué le jeu difficile de la fresque sur la très longue durée et l’on remarque que ce sont souvent les nécessités de la guerre qui provoquent les changements les plus notables. Ainsi, F. Faugeron a montré comment, à Venise, ces réalités bouleversent le jeu institutionnel entre les nouvelles magistratures régionales et les anciens offices urbains. Les grandes ruptures correspondent aussi aux moments des conquêtes ou des reconquêtes. C’est le cas en 1204, lorsque les croisés latins prirent Constantinople ; lors du retour de Nicée en 1261 après la reconquête de Michel VIII Paléologue (C. Giros) ; et encore en 1453, lors de la prise de la ville par les Ottomans (Ç. Kafesçioğlu). Les périodes de difficultés ne sont pas seulement les moments de la guerre mais aussi ceux des crises économiques comme ce fut le cas dans Le Caire mamlûk : au xve siècle, lorsque le sultan reprend l’État en mains, les émirs s’investissent dans des pratiques de distinction (J. Loiseau). Ces périodes de mutations éclairent l’historien sur un certain nombre de phénomènes sociaux ou économiques. Ainsi, on comprend, mieux encore qu’en étudiant les périodes calmes de l’histoire byzantine, à quel point les fondations pieuses de la province alimentent la capitale.

29On assiste aussi à des mutations en chaîne. L’étrécissement de la province avec l’avancée des Ottomans en Anatolie réduisant les possessions territoriales byzantines et les sources de revenus de l’État, cela corrélé avec le schisme arsénite, rend nécessaire une légitimation des Paléologues, qu’ils s’assurent en apportant un soutien aux moines : non seulement les assises matérielles du pouvoir changent, mais ses fondements idéologiques et culturels aussi. Si les Paléologues sont largement impliqués dans la gestion des monastères, cette relation ne se limite pas à des aspects matériels : le type de spiritualité des princes et de leur entourage évolue avec un développement de l’ascétisme au xive siècle ; la culture courtisane change, et l’on voit que certains monastères sont mis en scène lors des rituels de cour (C. Giros). Lors d’un autre moment de mutation, la situation d’héritage dans laquelle se trouvent les conquérants ottomans les met dans une position ambivalente. D’une part, ils manifestent une rupture avec la capitale chrétienne, en affirmant une identité d’Ottomans, d’autre part ils se trouvent en position d’héritiers de la plus belle ville du monde connu de ce temps et ils continuent le projet impérial (Ç. Kafesçioğlu). Le rêve de Constantin, repris par les ennemis de ses descendants, se poursuit jusque dans la mutation. [S. D.]

–3–

30Les réflexions qui précèdent laissent-elles encore la place à de nouvelles investigations ? Imaginer le contraire serait mettre en doute la richesse d’un thème dont les intervenants ont montré qu’il méritait d’être réactualisé, indépendamment même du lieu où nous avons siégé. Ce n’était pas en fait un thème de circonstance. Souligner les limites de notre réflexion ne peut donc que contribuer à en montrer tout l’intérêt.

31Il apparaît d’abord que notre congrès, qui ambitionnait d’embrasser un temps long et un immense espace géographique, a payé ce double élargissement par un déséquilibre certain en ce qui concerne l’Occident, partiellement compensé seulement par les rapports introductifs de la deuxième séance (D. Menjot, P. Monnet, P. Boucheron). Nous avons incontestablement donné une place excessive à l’Italie du Nord, à laquelle ont été consacrées quatre des neuf communications touchant au monde occidental. Cette priorité donnée à la péninsule Italienne nous a conduits à passer sous silence des secteurs qui nous auraient amenés à réfléchir différemment au destin ou aux difficultés d’émergence des villes capitales. La péninsule ibérique, où la géopolitique, l’histoire, l’attitude des pouvoirs expliquent l’impossibilité de définir un centre dans chacun de ses royaumes, aurait mérité un exposé particulier. Pourquoi, par exemple, Tolède, la ville symbolique, ou Valladolid, où sont installées les principales institutions centrales (chambre des comptes, 1436, chancellerie, 1442) ne se sont-elles jamais élevées au rang de véritables capitales ? Il en va de même des capitales « régionales », ou plutôt, pour ne pas employer un terme anachronique, des capitales princières qui ont fleuri à travers l’Occident au xve siècle en particulier, au temps des principautés territoriales. Nous aurions pu parler davantage des capitales dans l’empire de ce temps, si du moins elles existent, compte tenu de l’indépendance d’esprit et de la puissance des villes marchandes.

  • 19 Les efforts de Charles le Téméraire pour faire de Malines, à partir de 1471-1473, la capitale admi (...)
  • 20 Voir en particulier les réflexions suggestives de N. Coulet à propos d’Aix, « Capus Provincie », E (...)

32Nous aurions aussi pu suivre les efforts des princes français pour faire émerger une ville capitale sur leur territoire, telles Moulins pour les États bourbonnais et Orthez pour le Béarn, ou au contraire pour respecter, en fonction de considérations géographiques, historiques ou politiques, le particularisme de plusieurs villes dotées de fonctions capitales, que l’État soit discontinu (Bourgogne ou Anjou) ou d’un seul tenant (Bretagne)19. Les thèmes que nous avons abordés – résidence du prince, rapports de pouvoir, concentration institutionnelle et décentralisation, travaux édilitaires, parure monumentale, mise en scène du pouvoir, symbolique – auraient alors bénéficié d’éclairages plus diversifiés et fort enrichissants, puisque nombre de travaux concernant les principautés s’interrogent sur l’existence en leur sein d’une véritable ville capitale20.

  • 21 Ici, la fixation de la chambre du conseil au palais delphinal et celle de la chambre des comptes f (...)
  • 22 O. Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge, Paris, 199 (...)

33Ces éclairages diversifiés nous auraient aussi permis d’approfondir notre réflexion sur le déclin ou le transfert des capitales, en rapport avec la centralisation personnelle ou les changements de résidence des princes : succès de Grenoble au détriment de Romans et de Beauvoir en Dauphiné21, éclipse de Villefranche et de Montbrison devant la montée de Moulins en Bourbonnais22, détresse de Vannes, après le départ de la cour ducale de Bretagne pour Nantes, marginalisation relative de Dijon par suite du déplacement du centre de gravité des États bourguignons vers le nord puis ascension lente de Bruxelles, qui tend à supplanter Gand et Lille, même si, il faut le redire, aucune de ces cités associées à l’histoire des principautés ne perd totalement les fonctions qui avaient fait d’elles, à un degré plus ou moins avancé, des villes capitales.

  • 23 La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Paris-Rome, 1994.
  • 24 B. Guenée, op. cit., p. 201.

34Nous aurions dû insister davantage aussi sur le rôle structurant des capitales dans l’État moderne en gestation. La capitale n’existe en effet – c’est ce qui la distingue de la Cité-État – qu’en fonction du pays dont elle est la tête, l’alpha et l’oméga. Ce rôle, évoqué à propos de Paris (C. Gauvard), aurait pu être mis en évidence par l’étude du réseau de relations de la capitale et des modalités suivant lesquelles ces relations sont mises en œuvre. Son influence sur les modifications du réseau de voies de communications, quand l’histoire ancienne a privilégié d’autres axes, est un fait établi, à grande échelle pour la France, à une échelle moindre pour Venise, qui porte une attention particulière aux routes et aux voies d’eau dont dépend son ravitaillement (F. Faugeron), ou pour le Bourbonnais où l’axe Moulins-Lyon, qui évite les monts de la Madeleine, s’affirme au xve siècle pour mieux relier la nouvelle ville dominante aux anciens centres de Montbrison et Villefranche. L’influence des capitales dépend aussi de leur capacité à diffuser leurs modèles et leurs ordres. Dans ces conditions, on comprend que la langue d’une capitale – celle de son prince – progresse partout au xve siècle, en France notamment, à l’échelon national comme au niveau régional, au détriment du breton dans le duché, de l’occitan ou du franco-provençal dans les États bourbonnais. Ces échanges entre capitale et pays supposent la bonne circulation des nouvelles et des informations, qui a fait l’objet d’un autre colloque de notre société23 : toutes les villes capitales entretiennent à la fin du Moyen Âge un service de messageries, sans lesquelles « les bureaux de la capitale ne sont plus qu’une araignée sans pattes »24, et les messagers du prince constituent un corps original de leur microsociété, même s’ils ne sont pas totalement spécifiques de ces localités.

***

  • 25 N. Coulet, O. Guyotjeannin dir., La Ville au Moyen Âge, Paris, 1999.
  • 26 P. Monnet, comparant l’historiographie espagnole et l’historiographie allemande.

35Comme nous le disons chaque année, nous avons donc beaucoup travaillé et bien travaillé, compte tenu du fait qu’il nous fallait élargir l’espace de notre analyse au-delà de l’Occident, plus familier au plus grand nombre d’entre nous. Nous avons examiné les cas ordinaires comme les cas extrêmes, ceux des capitales sans roi et des rois sans capitale ; nous avons vu que rien n’était joué d’avance et que le déterminisme géographique ne suffisait pas à expliquer la vocation d’une capitale, pas plus à Paris qu’à Londres ou à Aix-en-Provence25. Enfin nous avons compris que la question était encore sensible, et que le trouble qu’elle suscitait chez les historiens ne s’était parfois apaisé que dans un passé très récent26.

36Le sujet était donc immense. À vrai dire, nous aurions pu nous en douter, car le mot-clef choisi, celui de capitale, transformé en acronyme (C.A.P.I.T.A.L.E.), présente la particularité de contenir toutes les thématiques que nous avons illustrées :

C. comme Centre du pouvoir, Centralisation, Centralité. Le mot appartient incontestablement au registre politique.

A. comme Administration, ou Agents du pouvoir, ces derniers étant nombreux dans ses murs.

P. comme Prince, qui y a sa résidence, ses palais, y déploie ses cortèges, y élit sa dernière demeure (nécropole).

I. comme Itinéraires, celui du prince, car la capitale est un passage obligé pour le prince qui n’y réside pas en permanence, et les routes qui y mènent véhiculent les modèles dont elle se nourrit ou qu’elle diffuse.

T. comme Tête, ce qui nous ramène à l’étymologie, là où on ne l’attendait plus.

A. comme Aménagement de l’espace urbain, mais aussi comme Ambition, celle du pouvoir qui décore la ville et la marque de son em preinte. L. comme Lieu de pouvoir et Lieu de mémoire, nous l’avons souvent dit.

E. enfin, comme État, ce qui nous ramène au politique et à l’idée d’Émergence de l’État moderne qui fait naître vraiment les capitales.

37Jeu de mots sans doute, pour en terminer avec un congrès dont la densité et le sérieux ne sauraient souffrir d’une ultime facétie. Car le terme que nous avons ainsi découpé en autant de propositions qu’il contient de lettres est en définitive redoutable et n’a pas fini de retenir l’attention des chercheurs, puisque chacun de ses éléments peut se décliner presque à l’infini. [J. K.]

Notes

1 Il n’est pas attesté en français avant 1509, selon O. Bloch, W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, 1964, p. 106.

2 J. Favier, Dictionnaire de la France médiévale, Paris, 1993.

3 En 1420, O. Bloch, W. von Wartburg, ibid.

4 A. Furetière, Dictionnaire universel, La Haye, 1690.

5 Le Grand Larousse de la langue française, Paris, 1971, donne comme synonymes de l’adjectif : « décisif, essentiel, fondamental, majeur, primordial, principal, vital », et comme contraires : « accessoire, infime, insignifiant, minime, secondaire, subsidiaire », signes que le mot, par suite de l’émergence du substantif, a connu une évolution sémantique indépendante du politique.

6 B. Chevalier, Tours, ville royale. 1356-1520, Paris-Louvain, 1975, p. 573.

7 É. Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel. 1285-1314, mémoire d’habilitation dactyl., Paris, 2003, notamment vol. I, p. 49 et suiv.

8 B. Guenée, L’Occident au xive et xve siècles. Les États, Paris, 1998, p. 199.

9 A. Toynbee, Les villes dans l’histoire, Paris, 1972, p. 83.

10 Voir, en dernier lieu, M. Gaude-Ferragu, D’or et de cendres. La mort et les funérailles des princes dans le royaume de France au bas Moyen Âge, Lille, 2005, p. 34-90, qui souligne la préférence de la plupart des princes français pour leur capitale.

11 Sur le nom de Paris, voir Rigord, Gesta Philippi Augusti, dans H. F. Delaborde, Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, historiens de Philippe-Auguste, Paris, 1882, t. I, p. 58. En 1505, Pierre Le Baud – qui a lu Rigord – fait l’éloge d’Ys, dans Histoire de Bretagne avec les chroniques des Maisons de Vitré et de Laval, Ch. d’Hozier éd., Paris, 1638, p. 15 : « En laquelle cité, qu’on dit avoir esté submergee par les flots de l’Occean au temps de Grallon, second roy breton de l’Armorique, […], les forains y descendoient les marchandises dont elle estoit plus frequentee et habitee, et de si grand amplitude et authorité que, jaçoit ce que les historiens galliques ayent dit le nom de la cité de Paris avoir esté imposé en mémoire de Paris, fils du roy Priam de Troye ou de la deesse Isis qui anciennement y fut honoree, les Corisopitenses (Cornouaillais) se vantent ledit nom de Paris lui avoir esté attribué comme pareille a Ys. »

12 P. Blanc, « La construction d’une utopie néo-urbaine : Rome dans la pensée, l’action et l’œuvre de Pétrarque de 1333 à 1342 », dans Jérusalem, Rome, Constantinople. L’image et le mythe de la ville, D. Poirion éd., Paris, 1986, p. 149-163.

13 A. Giardina, A. Vauchez, Rome et le mythe, du Moyen Âge à nos jours, Paris, 2000, p. 8-9.

14 J.-C. Cassard, « Les premiers émigrés. Heurts et malheurs de quelques Bretons dans le Paris de Saint Louis », Médiévales, 1984.

15 Suétone, Vie des Douze Césars, Paris, 1990 ; Éginhard, Vita Karoli Magni, Paris, 1824 (trad. en français, A. Canu).

16 J. Habermas, L’Espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, traduit de l’allemand (titre original Strukturwandel der Öffentlichkeit, 1962), avec une préface inédite de l’auteur, Paris, 1993, 5e éd. (1re éd. française, 1978).

17 F. Micheau, dans J.-C. Garcin, avec la collaboration de J.-L. Arnaud et S. Denoix, Grandes villes méditerranéennes du monde musulman médiéval, Rome, 2000.

18 R. Mantran dir., Histoire de l’Empire ottoman, Paris, 1989.

19 Les efforts de Charles le Téméraire pour faire de Malines, à partir de 1471-1473, la capitale administrative des pays de « par-deçà », proche de la résidence princière de Bruxelles, et réduire les forces centrifuges représentées par les capitales de chacune des principautés des Pays-Bas, méritaient au moins une mention. Quant à la Bretagne des Montforts (1364-1491), elle se distingue par le maintien, dans un territoire sans solution de continuité, de trois capitales remplissant des fonctions distinctes : Rennes, la ville du couronnement, souvent qualifiée par les ducs de « ville capitale de nostre duché » ; Vannes, siège permanent de la chambre des comptes et même du parlement souverain à la fin de l’époque ducale (1485) ; Nantes enfin, résidence du prince après 1460, siège du conseil et de la chancellerie.

20 Voir en particulier les réflexions suggestives de N. Coulet à propos d’Aix, « Capus Provincie », Espace et relations d’une capitale (milieu du xivs.-milieu du xvs.), Aix-en-Provence, 1988, p. 582-590.

21 Ici, la fixation de la chambre du conseil au palais delphinal et celle de la chambre des comptes furent des éléments déterminants, A. Lemonde, Le temps des libertés en Dauphiné. L’intégration d’une principauté à la Couronne de France 1349-1408), Grenoble, 2002, p. 199-200.

22 O. Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge, Paris, 1998, p. 119 et suiv. (« Moulins, capitale de la principauté »).

23 La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Paris-Rome, 1994.

24 B. Guenée, op. cit., p. 201.

25 N. Coulet, O. Guyotjeannin dir., La Ville au Moyen Âge, Paris, 1999.

26 P. Monnet, comparant l’historiographie espagnole et l’historiographie allemande.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search