Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villes capitales au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public

Marqueurs sociaux et symboliques des capitales

De l’an mil à la Renaissance : de qui donc Rome fut-elle la capitale ?

Pascal Montaubin

Texte intégral

  • 1 Thème sur lequel je n’entends pas m’attarder, préférant renvoyer à A. Giardina et A. Vauchez, Il mi (...)

1S’il est manifeste que Rome servit symboliquement de référence à de nombreuses ambitions impérialistes durant les siècles médiévaux, qui puisèrent dans les glorieux souvenirs réinterprétés de la Rome républicaine, de la Rome impériale païenne et plus encore de la Rome impériale chrétienne, cela permet uniquement de conclure que la ville, ancienne capitale d’empire, fut toujours perçue comme une capitale potentielle et imaginaire1.

  • 2 Pour l’histoire événementielle : P. Brezzi, Roma e l’impero medievale (774-1252), Bologne, 1947 ; E (...)

2En revanche, il est plus délicat de déterminer les moments et les conditions qui firent concrètement de cette ville moyenne d’Italie centrale, désormais trop au large dans sa muraille aurélienne, une véritable capitale. La question se pose avec une acuité particulière entre l’an mil (lorsque l’empereur Otton III y réside avec le pape Sylvestre II) et la Renaissance au milieu du xve siècle, lorsque Rome devient incontestablement la capitale de l’État pontifical jusqu’en 18702.

3Caput mundi, beaucoup (et les Romains avant tous les autres) étaient prêts à conférer le titre à la ville des bords du Tibre, vouée à la domination du monde ! Pourtant, la réalité historique médiévale contredisait les ambitieux rêves de puissance. Rome fut alors rarement capitale, même au niveau régional…, car le statut de capitale dépend moins de la ville d’accueil et de son décor que de la nature et de la structure du pouvoir susceptible de s’installer dans un lieu et de gouverner des populations et des territoires à partir de cette résidence devenue centre de commandement.

4Durant quatre siècles et demi, plusieurs pouvoirs concurrents aux dynamiques différenciées se disputèrent certes la ville : son évêque voire ses évêques aux revendications universelles, l’empereur germanique, l’aristocratie latiale et la commune aux ambitions plus régionales. Mais qui chercha à la transformer en capitale ?

La capitale impériale d’un jour (962-1452)

  • 3 G. Laehr, Die konstantinische Schenkung in der abendländischen Literatur des Mittelalters, Berlin, (...)

5La renaissance de l’empire en Occident, en 800 puis en 962, fut le fruit d’une alliance entre un prince germanique (le Franc Charlemagne, le Saxon Otton Ier) et le pape, évêque de Rome et patriarche d’Occident, qui se prétendait l’héritier du pouvoir impérial romain en vertu de la pseudo-donation de Constantin invoquée à partir de la seconde moitié du viiie siècle3.

6Rome ne fut cependant pas choisie comme capitale de ces nouveaux États. Les bases territoriales de l’Empire carolingien, puis celles du Saint Empire romain germanique différaient grandement de celles de l’ancien Empire romain d’Occident déchu en 476. La ville y tenait une position totalement excentrée au point que cela eut été pour l’empereur une grossière erreur géostratégique de s’y installer durablement.

7Les nécessités politiques et économiques imposaient aux souverains des ixe-xiie siècles une vie itinérante peu compatible avec le schéma géopolitique d’une capitale fixe et unique, comme on la connaît à la même époque dans l’empire grec ou dans l’empire musulman. Ce modèle ne fut d’ailleurs suivi que durant quelques décennies par les Carolingiens à Aix-la-Chapelle. L’Empire germanique fonctionna avec une pluralité de lieux centraux de la souveraineté jusqu’en 1806 (Aix, Francfort, Prague, Ratisbonne, etc.). Le prestige de la capitale impériale antique ne suffisait pas à compenser les avantages concrets procurés par l’enracinement territorial, familial et féodal des princes allemands accédant au trône impérial. Ils ne pouvaient compter à Rome sur aucune véritable base politique, sociale, administrative favorable à leur domination.

  • 4 G. Althoff, Otto III., Darmstadt, 1996 ; P. E. Schramm, Kaiser, Rom und Renovatio. Studien zur Gesc (...)

8Rome ne fut pas une Constantinople occidentale et ne disposa pas d’une résidence impériale. Sur 500 ans, la présence cumulée des empereurs germaniques n’y totalise que 5 ans et n’a laissé presque aucune trace. Seul Otton III s’installa de manière quasi permanente sur l’Aventin de 999 à 1001, en collaboration avec le savant pape français Gerbert/Sylvestre II (999-1003), dans le cadre d’une Rompolitik hantée par les souvenirs de la Rome antique et par les fastes de Constantinople vantés par sa mère Théophano4. Mais il fut chassé par une émeute fomentée par l’aristocratie romaine et mourut le 24 janvier 1002 près du Mont Soracte avant d’avoir pu reconquérir son éphémère capitale.

  • 5 A. M. Drabek, Die Verträge der frankischen und deutschen Heerscher mit dem Papsttum von 754 bis 102 (...)

9Rome et sa région ne firent pas clairement partie des empires germaniques et les papes se montrèrent régulièrement soucieux de faire respecter leur souveraineté sur Rome et l’Italie centrale, sinon des territoires plus vastes. Pépin le Bref (756), puis Charlemagne (806), Louis le Pieux (817), Otton Ier (962), Henri II (1020) acceptèrent de reconnaître les acquis plus ou moins étendus de la donation de Constantin5.

10À partir d’Otton Ier, l’objectif des souverains allemands consista avant tout à contrôler le siège épiscopal de la ville : en intervenant plus directement (papes imposés par les Ottoniens de 963 à 1002 non sans retournements de situation, papes germaniques promus par Henri III de 1046 à 1054) ou alors en s’appuyant sur des familles aristocratiques romaines plus ou moins fidèles (les Théophylactes comtes de Tusculum, 1012-1046, auxquels les empereurs reconnurent le titre de Patrice des Romains). Mais l’administration impériale à Rome s’étiola après les Ottoniens, puis disparut lorsque la papauté s’émancipa au milieu du xie siècle. Après le décret de 1059 modifiant les modalités de l’élection pontificale, l’empereur ne contrôla plus l’accession au trône papal, sauf à susciter des antipapes.

11Aucun empereur après Otton III ne réussit à se maintenir durablement dans la ville et n’en manifesta d’ailleurs le souhait, pas même Frédéric Barberousse (1152-1190), Frédéric II (1212-1250) et Louis de Bavière (1314-1347). L’occupation militaire germanique ne réussissait souvent à s’étendre qu’à quelques quartiers. Les révoltes populaires et aristocratiques ou la malaria obligeaient rapidement l’armée allemande à reprendre la route du Nord, ce qui ruinait du même coup l’autorité de l’empereur sur la ville.

12L’influence impériale se trouvait conditionnée par des politiques conjoncturelles et éphémères impliquant généralement de favoriser les ennemis du pape :

  • alliance avec une faction aristocratique (les comtes de Tusculum contre les Crescenzi) ;

  • soutien à des antipapes, de Guibert de Ravenne/Clément III (1084-1100) à Pietro da Corbara/Nicolas V (1328-1329) ;

    • 6 J. Petersohn, « Kaiser, Papst und Praefectura Urbis zwischen Alexander III. und Innocenz III. », Qu (...)

    flatteries envers les citoyens romains, qui n’entendaient néanmoins pas passer sous contrôle germanique. Frédéric Ier développa une politique plus entreprenante en articulant la reformatio imperii totius orbis avec la domination sur l’Urbs : il chercha à transformer le préfet de Rome en sorte de podestat et s’ingéra dans l’organisation administrative de la commune, mais sa politique s’effondra à la fin de son règne6.

  • 7 A. de Boüard, Le régime politique et les institutions de Rome au Moyen Âge, 1252-1347, Paris, 1920, (...)

13Néanmoins, Rome demeurait la nécessaire capitale impériale d’un jour : le point de passage obligatoire, et souvent périlleux, pour accéder légitimement au trône impérial7. Cela impliquait pour le roi des Romains d’engager une politique de concorde avec le pape, maître de la cérémonie, mais aussi avec le peuple romain et ses dirigeants susceptibles d’entraver les réjouissances par leur révolte. Il fallut souvent conquérir et pacifier un quartier de la ville pour accomplir le rite du couronnement.

  • 8 Clément III pour Henri IV (1084), Pascal III pour Frédéric Ier (1167), Nicolas V pour Louis de Bavi (...)
  • 9 Henri IV (1084), Lothaire de Supplimbourg (1133), Henri VII (1312).

14Lorsque le calme permettait un déroulement complet de la cérémonie (ainsi pour Henri VI en 1191 ou Frédéric II en 1220), le roi des Romains était tout d’abord accueilli à l’extérieur de la ville par les autorités civiles et le clergé. Ensuite, pour l’onction et le couronnement, le pape (ou l’antipape suscité pour la circonstance8) jouait un rôle déterminant dans la basilique Saint-Pierre, comme en 800, mais des troubles obligeaient parfois à se replier sur Saint-Jean de Latran9. Puis, pour se rendre au banquet offert dans le Palais du Latran, le nouvel empereur traversait en cavalcade triomphale toute la ville, acclamé par le peuple romain et les corps constitués. Rome redevenait l’espace d’une journée le cadre nécessaire des fastes impériaux et contribuait par les actes du pape et les acclamations des habitants à conférer au souverain la légitimité de son pouvoir universel. La réforme de l’institution impériale par la Bulle d’or de 1356 rendit l’accès à la fonction impériale indépendant de la papauté. Néanmoins, le couronnement à Rome par son évêque fut encore mis en œuvre pour Sigismond (1433) et Frédéric III (1452).

  • 10 La lex regia de imperio de Vespasien servit de base aux révoltés de la commune romaine en 1154 pour (...)

15Passée la journée du couronnement, les empereurs n’avaient plus besoin de Rome et n’y retournaient souvent jamais. Les papes d’Avignon le leur imposèrent : Henri VII en 1312 et Charles IV en 1355 jurèrent a priori de quitter la ville le soir même de leur sacre ; en 1336, Louis de Bavière dut renoncer à jamais à toute autorité sur Rome en faveur du pape. D’ailleurs, les souverains germaniques avaient depuis le xie siècle la prudence d’éviter le guêpier politique romain. Conrad III (1138-1152) ne se rendit pas à Rome, malgré les appels répétés du nouveau régime communal à partir de 1143. Frédéric II hésita, mais ne s’empara pas de la ville durant son conflit avec Grégoire IX et Innocent IV de 1239 à 1250. Les Romains ne parvinrent pas à persuader les Allemands de faire de Rome la capitale de l’empire, ni de faire du sénat et du peuple romain la source de la transmission du pouvoir impérial au détriment du pape10.

  • 11 H. Houben, « La componente romana nell’istituzione imperiale da Ottone I a Federico II », dans Roma (...)
  • 12 R. Folz, L’idée d’Empire en Occident du ve au xve siècle, Paris, 1953.
  • 13 Roma aurea à partir d’Henri III ; Roma aurea caput mundi ; Roma caput mundi regit orbis frena rotun (...)
  • 14 Frédéric II utilise cet adage pour excuser son absence du royaume allemand en 1226 : E. Kantorowicz (...)

16Néanmoins les empereurs germaniques récupèrent le pouvoir symbolique de la Rome impériale11, mais avec la parcimonie qu’autorisaient le succès de la théorie de la translatio imperii (des Romains aux Grecs, puis aux Francs) et la définition d’autres sources de légitimité (la tutelle de saint Charlemagne, le rôle des princes électeurs, etc.)12. Les Ottoniens, les Saliens puis les Staufen partageaient une même idée abstraite de Rome, sedes imperii Romani. Ils multipliaient les références à Rome sur leurs monnaies, leurs sceaux, rappelant qu’elle était caput mundi13, mais ils ne firent rien pour y résider et y installer leur administration. D’ailleurs, l’antique adage du droit romain, Ubi imperator, ibi Roma, les dispensait d’habiter sur les bords du Tibre pour exercer légitimement leur pouvoir14. Otton II fut le seul empereur enterré à Rome (983), dans un sarcophage impérial antique placé dans l’atrium de Saint-Pierre.

17Par conséquent, aucun élément matériel, en dehors de la journée du couronnement, ne rattachait la ville de Rome au Saint Empire et ne permettait de la considérer comme sa capitale après les déboires d’Otton III.

La capitale facultative de la monarchie pontificale (1059-1377)

18Rome ne pouvait être transformée en capitale de l’Empire germanique, parce qu’elle était déjà la résidence d’un autre pouvoir universel qui revendiquait lui aussi une partie de l’héritage impérial antique. Est-ce à dire que Rome fut la capitale des papes ? Cela ne se produisit de manière contingente que lorsque deux conditions se trouvaient réunies : quand la papauté disposa d’un pouvoir souverain et quand elle établissait effectivement son centre de commandement dans la cité.

  • 15 D. J. Birch, Pilgrimage to Rome in the Middle Ages. Continuity and Change, Woodbridge, 1998.

19D’un point de vue religieux et canonique, Rome était incontestablement le lieu de résidence de son évêque, tenu de vivre avec sa communauté de fidèles en vertu d’un mariage spirituel. La présence des tombeaux de Pierre et Paul et des martyrs visités par tant de pèlerins accourus de tout l’Occident15 assurait les fondements de la tradition apostolique du siège épiscopal et par conséquent les prérogatives exceptionnelles de ses titulaires successifs. D’autre part, les droits et la légitimité politique découlant de la pseudo-donation de Constantin incitaient la papauté à constituer Rome en capitale, au cœur de son programme d’imitatio imperii et de ses ambitions territoriales.

20Pourtant, du milieu du xie siècle à la fin du xive siècle, Rome ne fut que par intermittence la capitale des papes. Le contexte politique et social (les factions aristocratiques, la commune, l’influence impériale, etc.) empêcha souvent les pontifes d’y maintenir leur domination et même d’y séjourner. Mais il convient aussi de prendre en compte des éléments structurels : la nature originale du pouvoir pontifical médiéval à la vocation universelle et la difficile construction d’un État territorial en Italie centrale n’impliquaient pas nécessairement de demeurer à Rome.

21À partir de la réforme du milieu du xie siècle, la papauté constitua un gouvernement atypique, confessionnel et supranational où temporel et spirituel s’entremêlaient de manière inextricable. D’institution divine, sa souveraineté était ancrée dans un passé millénaire, exaltée par une symbolique puisant dans les Saintes Écritures et imitant le modèle impérial, garantie par le droit canonique et une ecclésiologie spécifique. Elle développait des ambitions universelles et revendiquait un magistère et une juridiction sur tous les chrétiens, voire l’ensemble de l’humanité ; elle entendait en outre superviser les affaires temporelles des puissances laïques, sous certaines conditions toutefois.

22Mais c’est uniquement lorsque le pape y résidait avec sa curie que Rome assumait pleinement la fonction de capitale politique et religieuse du Saint-Siège et constituait un des centres de gouvernement majeurs de l’Occident médiéval : capitale de l’État papal d’une part, mais aussi capitale des affaires religieuses de la Chrétienté et pôle diplomatique euro-méditerranéen de première importance. La chancellerie apostolique correspondait avec tous les souverains et les prélats du monde connus d’elle, les tribunaux pontificaux traitaient des milliers de causes que lui soumettaient les fidèles, la Chambre apostolique gérait les revenus de l’État pontifical et percevait les taxes imposées dans toute l’Église catholique, etc.

Le décor d’une capitale16

  • 16 É. Hubert, « L’organizzazione territoriale e l’urbanizzazione », dans Roma medievale, A. Vauchez éd (...)
  • 17 A. Augenti, Il Palatino nel Medioevo. Archeologia e topografia (secoli vi-xiii), Rome, 1996 (à corr (...)

23La transformation de la cité épiscopale en capitale universelle impliquait des aménagements architecturaux et urbanistiques : une renovatio Romae. Avec une intensité variable conditionnée par les aléas politiques, les souverains pontifes embellirent la ville et y imprimèrent les marques de leur pouvoir à la fois religieux et impérial. Les lieux symboliques de l’autorité papale ne sont pas à chercher sur la colline du Palatin17, dont les vieux palais impériaux furent délaissés aussi bien par les empereurs (même Otton III) que par les papes à l’exception de Jean VII (705707), mais dans une bipolarité géographique découlant de l’histoire du christianisme et du pouvoir impérial antique : les basiliques du Latran et du Vatican associées à des palais.

  • 18 I. Herklotz, Gli eredi di Costantino. Il papato, il Laterano e la propaganda visiva nel XII secolo,(...)
  • 19 A. Paravicini Bagliani, « Bonifacio VIII, l’affresco di Giotto e i processi contro i nemici della C (...)
  • 20 I. Herklotz, « Der Campus Lateranensis im Mittelalter », Römische Jahrbuch für Kunstgeschichte, 22, (...)

24Le Latran18 incarnait l’héritage de l’Empire romain chrétien. La basilique dédiée au Sauveur et à saint Jean était considérée comme la mère de toutes les églises et constituait la cathédrale de Rome. Comme elle, le baptistère et le palais épiscopal remontaient à l’empereur Constantin qui les avait donnés au pape Sylvestre Ier (314-337). Ce fut par excellence la demeure des pontifes romains et le siège de leur administration jusqu’au xiiie siècle. Le Patriarcatum prit le nom de Palatium à la fin du viiie siècle, pour devenir le sacrum palatium Lateranense à partir du milieu du ixe siècle. Les bâtiments furent sans cesse luxueusement rénovés et agrandis pour manifester de manière ostentatoire le caractère impérial de l’autorité apostolique : triclinia de Léon III à la fin du viiie siècle, décors politiques sous Calixte II (1119-1124) et Innocent II (1130-1143), chapelle de la Sancta Sanctorum de Nicolas III (1277-1280), loggia de Boniface VIII vers 1300, etc. Cette dernière, adossée au flanc nord du palais et décorée par Giotto, dominait la place au débouché de trois grandes voies conduisant vers le centre de la ville ; elle fut sans doute construite d’abord pour rappeler l’excommunication des Colonna ennemis des Caetani avant de servir aux manifestations du premier jubilé19. Sur cette même place se déployaient déjà depuis des siècles les manifestations de la puissance spirituelle et temporelle des pontifes romains (bénédictions, sermons, promulgation et exécutions publiques des sentences de la justice papale en ville), dans un impressionnant décor scénographique qui associait loggia, portique, escalier et des bronzes et marbres antiques signifiant l’héritage impérial du pouvoir apostolique (statue équestre de Marc Aurèle confondu alors avec Constantin, Louve, tireur d’épine, fragments d’une statue colossale dite de Constantin – tête, main avec globe, pied –, tables de la loi de Vespasien, etc.20).

  • 21 M. Maccarrone, « La Cathedra Sancti Petri nel medioevo : da simbolo a reliquia », Rivista di Storia (...)

25Bien qu’intra muros, le palais du Latran se trouvait néanmoins en position très excentrée dans le tissu urbain, d’autant plus que la dépression démographique et la désertification de quartiers entiers l’isolaient progressivement du noyau peuplé de la ville : la boucle du Tibre au Nord du Capitole. La basilique Saint-Jean voyait son prestige décliner relativement, puisqu’elle était simplement considérée comme le siège de l’évêque de Rome alors que celle de Saint-Pierre du Vatican, qui abritait la tombe et la chaire de saint Pierre21, était exaltée comme le siège du princeps des apôtres, chef de l’Église universelle. Les papes ne résidèrent plus guère dans leur palais esseulé après 1303.

  • 22 L’archittetura della basilica di San Pietro ; storia e construzione, Quaderni dell’Istituto di stor (...)
  • 23 A. M. Voci, Nord o Sud ? Note per la storia del medioevale palatium apostolicum apud Sanctum Petrum(...)

26Le Vatican22 jouissait dès l’Antiquité d’un prestige spirituel exceptionnel, confirmé par l’afflux des pèlerins. La basilique avait elle aussi été élevée par Constantin et sa liturgie fut revalorisée à partir de Léon IX (1048-1054). Le quartier, très dynamique, présentait l’avantage d’être situé à proximité du cœur urbain rive gauche, tout en étant protégé par le fleuve, les murailles élevées depuis Léon IV (en 848-852) et l’ancien mausolée d’Adrien, qui avait été transformé en forteresse au iiie siècle et contrôlait l’accès du seul pont sur le Tibre vers ce nouveau Borgo. Le château Saint-Ange servit souvent de refuge aux papes, tel Grégoire VII en 1084 assiégé par les partisans de l’empereur Henri IV. Les pontifes résidèrent dès le ve siècle à plusieurs reprises au Vatican, mais toujours de manière très secondaire par rapport au Latran. Ils y disposaient d’un palais résidentiel23, aménagé sous Léon III (795-816, il s’agissait avant tout d’une résidence pour l’empereur de passage) et sous Adrien IV (1154-1159), mais sans annexes spécifiques pour l’administration curiale.

  • 24 A. Tomei, « Un modello di committenza papale : Niccolo III e Roma », dans Sancta Sanctorum, Milan-V (...)
  • 25 P.-Y. Le Pogam, De la Cité de Dieu au Palais du pape : les résidences pontificales dans la seconde (...)

27Il faut attendre Innocent III (1198-1216) et Nicolas III (1277-1280) pour que se déploie une politique d’envergure plaçant Saint-Pierre de Rome à la source de la légitimité des prétentions idéologiques pontificales et transformant le Vatican en résidence susceptible d’accueillir la curie sur la longue durée. Innocent III valorisa nettement l’héritage de l’apôtre Pierre en gratifiant la basilique du Vatican du titre de mater ecclesiarum (que seul le Latran détenait jusque-là) et en procédant à la réfection de la confession et des mosaïques absidiales. Il fonda dans le quartier l’important hôpital Santo Spirito in Sassia. Surtout, il y fit reconstruire un palais pour son hébergement, mais aussi pour accueillir ses services administratifs. Il préparait donc une véritable alternative au Latran et passa d’ailleurs 21 % de ses séjours romains au Vatican contre 79 % au Latran. Néanmoins, ses successeurs y résidèrent peu ou prou, préférant le traditionnel palais du Latran, alors que plusieurs fêtes liturgiques stationales étaient déplacées de Saint-Jean à Saint-Pierre au cours du xiiie siècle. Tout en ne délaissant pas le Latran, Nicolas III Orsini entama d’importants travaux au Vatican : agrandissement du palais et aménagement de jardins24. Cet ancien archiprêtre de Saint-Pierre entendait profiter de la domination de sa famille sur le château Saint-Ange et le quartier outre Tibre de Montegiordano. Il passa 93 % de ses séjours romains au Vatican, mais Honorius IV Savelli (1285-1288) privilégia son palais familial sur l’Aventin et Nicolas IV (1288-1292) le palais de Sainte-Marie-Majeure, dans le quartier de ses protecteurs Colonna. Boniface VIII (1294-1303) maintint quant à lui un équilibre entre le Vatican et le Latran ; il y résida de manière à peu près égale. Il commanda au sculpteur Arnolfo di Cambio son tombeau à Saint-Pierre dès le début de son pontificat, mais fit décoré par Giotto une magnifique loggia au Latran25.

  • 26 R. Krautheimer, Rome, portrait d’une cité, 312-1308, Paris, 1999 (éd. américaine, Princeton, 1980)  (...)
  • 27 H. Toubert, Un art dirigé. Réforme grégorienne et iconographie, Paris, 1990 ; V. Pace, « Caratteri (...)

28L’évolution de la géographie palatiale dans la capitale reflétait la réflexion idéologique du pouvoir papal et ne fut pas sans répercussions importantes dans la dynamique urbaine : elle retarda l’abandon du quartier du Latran excentré et stimula le dynamisme du Borgo de Saint-Pierre. La politique édilitaire et décorative des pontifes et de leur entourage curial investit l’ensemble de la ville. Ils ne cessèrent de construire, rénover et embellir ses églises, honorant le culte chrétien et manifestant aussi le pouvoir du successeur de Pierre dans sa capitale26. Leurs choix esthétiques dénotaient des préoccupations politico-religieuses : exalter Rome comme caput mundi et mater ecclesiarum. Ils marquaient en ce sens une prédilection pour le répertoire antiquisant, surtout le style paléochrétien, l’art du réemploi de matériaux antiques (en particulier le porphyre), la tradition des mosaïques dorées, les trônes pontificaux dans le presbyterium des basiliques (xiie siècle-mi xiiie siècle)27. La renovatio Ecclesiae engagée sur le plan théorique par la réforme grégorienne engendrait concrètement une renovatio Romae à partir des grands chantiers sous Pascal II (1099-1118) (églises Saint-Clément, Sainte-Croix-de-Jérusalem, Quatre-Saints-Couronnés), qui mettait en scène le triomphe impérial de l’Église, par le développement des colonnades avec architraves, les portiques de façade, les clochers, les pavements de marbres cosmatesques. Les papes se présentaient comme les héritiers de Constantin par un processus esthétique d’imitatio imperii.

  • 28 J. Gardner, « Il patrocinio curiale e l’introduzione del gotico : 1260-1305 », dans Il Gotico europ (...)

29Plusieurs chantiers de qualité ponctuèrent l’abondante commande artistique papale et curiale au cours des xiie et xiiie siècles : Saint-Crisogone (1123), Sainte-Marie-du-Trastévère (1140), le Latran, le Vatican, Saint-Laurent-hors-les-Murs d’Honorius III, la chapelle des Quatre-Saints-Couronnés sous Innocent IV, etc. La résidence régulière de papes romains dans le dernier quart du xiiie siècle se traduisit par l’implantation d’un décor de capitale renouvelé : la chapelle de la Sancta Sanctorum de Nicolas III au palais du Latran, les mosaïques des Colonna à Sainte-Marie Majeure, la loggia de Boniface VIII au Latran, etc. Papes et cardinaux employaient les plus grands peintres, mosaïstes et sculpteurs de leur temps : Jacopo Torriti, Pietro Cavallini, Arnolfo di Cambio, Giotto, etc. Le cosmopolitisme de la curie facilita même une timide introduction à Rome du style gothique venu de France durant la seconde moitié du xiiie siècle28. Couronnant cet actif mécénat culturel, Boniface VIII fonda une université dans sa capitale en 1303 ; un studium existait certes à la curie romaine depuis Innocent IV en 1245, mais il suivait les déplacements de la curie.

  • 29 P.-Y. Le Pogam, « Emplacement marginal des palais pontificaux et “recentrage urbain” dans la Rome d (...)

30Entre les pôles du Latran et du Vatican, les papes déployèrent aussi au cours du xiiie siècle des stratégies spatiales pour marquer leur présence et leur influence au cœur de la zone habitée dominée par la Commune et convoitée par l’empereur, les Angevins ou des familles nobles rivales29. Cela se traduisit de manière traditionnelle par les chantiers des basiliques. Mais ils s’appuyèrent aussi sur les fortifications et les tours détenues par leurs familles quand ils étaient issus des lignages baroniaux (construction de la tour des Conti sous Innocent III, acquisition de la Tour des Milices par les Caetani en 1301). Ils favorisèrent de manière précoce l’implantation à l’intérieur de la ville des couvents mendiants qui leur étaient très favorables : les franciscains furent transférés de Sainte-Marie-du-Peuple (où les ermites augustins les remplacèrent) à Sainte-Marie-du-Capitole en 1250 près du palais communal avec lequel elle rivalisait ; les dominicains furent installés à Saint-Sixte-l’Ancien en 1219, puis à Sainte-Sabine sur l’Aventin en 1221 et à Sainte-Marie sopra Minerva en 1280. Deux papes sénateurs apposèrent même leur marque sur le palais sénatorial du Capitole, symbole du pouvoir communal : Nicolas III (armes peintes dans une salle) et Boniface VIII (adjonction d’une tour et d’une loggia en 1299 qui modifiait l’orientation du bâtiment désormais tourné vers la place et le Vatican).

  • 30 A. Paravicini Bagliani, Le corps du pape, Paris, 1997 (éd. italienne, Turin, 1994) ; B. Schimmelpfe (...)

31Remodelé et décoré, l’espace urbain de la capitale servait de théâtre aux cérémonies papales publiques30, conformément à un double impératif : les fidèles devaient suivre l’enseignement pastoral de leur évêque et le souverain devait aussi faire régulièrement la démonstration symbolique de sa puissance.

  • 31 La storia dei giubilei, vol. I : 1300-1423, G. Fossi dir., Prato, 1997, p. 168-277.

32Depuis la fin de l’Antiquité, la liturgie papale était stationale à Rome ; le pontife accomplissait les mystères divins pour le bien de tous, aux yeux de tous, et manifestait sa domination sacrée sur l’ensemble de sa cité, comme en témoignent encore les cérémoniaux réorganisés au xiie siècle (Boson, Benoît, Albinus, Cencius, etc.). L’année liturgique était ponctuée de très nombreuses fêtes qui impliquaient des processions rassemblant le clergé et le peuple autour de son évêque depuis le Latran jusqu’aux diverses basiliques de la ville, des messes célébrées par le pape en personne dans différents sanctuaires, etc. En outre, la foule pouvait recevoir les bénédictions solennelles du pape, signes de son pouvoir spirituel universel, lors de certaines grandes fêtes, avec une importance particulière lors des jubilés instaurés à partir de 1300. L’origine du jubilé est certes moins à rechercher du côté des papes que de la ferveur populaire ancienne et de la politique des chanoines du Vatican pour développer le culte de saint Pierre. Mais Boniface VIII comprit le parti qu’il pouvait en tirer pour exalter le trône pontifical et renforcer son influence à Rome, tout en renflouant les caisses de la curie. En outre, soucieux d’insister sur la tradition apostolique du siège romain, il étendit les bénéfices spirituels du pèlerinage à Saint-Pierre à la visite associée de Saint-Paul-hors-les-Murs dans la bulle de proclamation du jubilé (22 février 1300, avec effet rétroactif au 1er janvier) ; Saint-Jean de Latran n’y fut ajouté qu’en 1350. Sur le plan spirituel, Rome égalait désormais Jérusalem, la symbolique capitale sainte par excellence de tout chrétien, retombée aux mains des infidèles31 !

  • 32 S. Twyman, Papal Ceremonial at Rome in the Twelth Century, Rochester, 2002.
  • 33 A. Boureau, « Vel sedens, vel transiens : la création d’un espace pontifical aux xie et xiie siècle (...)

33Certaines apparitions du pape prenaient un caractère plus politique tout en restant intégrées à la liturgie. Leur faste s’amplifia et se théâtralisa à l’époque moderne. Si l’élection du pape se tenait dans un endroit indifférent depuis 1059, sa première entrée dans Rome donnait lieu à des cérémonies solennelles, imitées des rites d’accueil de l’empereur dans sa capitale et du modèle du Christ aux Rameaux32. Jusqu’au milieu du xiiie siècle (l’ordre fut ensuite inversé dans le Cérémonial de Grégoire X), le nouveau pontife se rendait d’abord au Latran pour une oraison dans la basilique puis les rites de prise de possession du palais. Il gagnait ensuite la basilique Saint-Pierre pour être consacré (ou béni s’il était déjà évêque) et couronné (à partir de 1059)33. Les Grands de la ville lui baisaient les pieds et lui juraient fidélité dans les Ordines du ixe siècle, mais seuls le clergé et les cardinaux le faisaient encore dans ceux du xiie siècle ; cette évolution témoigne de l’indépendance cléricale de la papauté, mais aussi de sa perte d’influence sur la société politique romaine. Le nouvel évêque et souverain revenait au Latran en traversant tout le centre de sa capitale le long de la via sacra ou via papalis. La cavalcade, plus ostentatoire et festive à partir du xiie siècle, le mettait en scène comme Christ et empereur : chevauchant un cheval blanc (dès 998), il défilait revêtu des insignes pontificaux et impériaux (manteau rouge, couronné d’une tiare, surmonté d’un dais), escorté par l’empereur ou à défaut d’un prince qui tenait la bride de sa monture en signe de soumission. La procession rassemblait les curialistes, les différents ordres du clergé romain, le préfet (seule autorité civile représentant la ville), les milites portant la bannière de chaque quartier, les notaires, etc. Le pape recevait les honneurs des clercs des églises, des Juifs romains, de la foule. Cette processio prit significativement l’appellation de possessio à partir de Sixte IV (1471-1484), lorsque le pape domina effectivement la ville qu’il parcourait. Au cours de cette journée, il figurait donc à la fois comme le maître du palais du Latran, le maître de la ville exaltée comme capitale et le maître de l’Église universelle. La cérémonie d’accession au trône papal comportait aussi beaucoup de rites d’auto-humiliation, mais ils s’accomplissaient dans les basiliques et le palais et non devant la foule en ville où l’on privilégiait l’imitatio imperii.

34L’événement le plus impressionnant sur le plan politique était le couronnement de l’empereur par le pape, réunissant dans Rome les deux grandes puissances universelles de la Chrétienté, mais la cérémonie fut souvent exécutée en hâte en raison des troubles. Le pape assistait aussi à des fêtes populaires : la Cornomanie sur la place du Latran (attestée du ixe siècle mais disparue déjà au xiie siècle), le carnaval du dimanche de Carême (connu à partir de la fin du xiie siècle ; le pape présidait les jeux après avoir circulé en procession avec les autorités urbaines depuis son palais du Latran jusqu’au Testaccio), etc.

35Les funérailles pontificales étaient célébrées avec un faste particulier, surtout après 1274 lorsque la législation sur le conclave les étala sur 9 jours, mais l’élection de sépulture ne se portait pas systématiquement sur les basiliques romaines (surtout le Latran et le Vatican). Nombreuses furent les dépouilles qui, aux xiiie et xive siècles, reposèrent à Viterbe, Pérouse, Naples, Avignon, etc.

Une capitale contingente

  • 34 S. Carocci éd., Itineranza pontificia. La mobilità della curia papale nel Lazio (secoli xii-xiii), (...)
  • 35 Les papes ne séjournèrent à Rome que durant 82 ans de 1100 à 1304. Par exemple, Urbain II (1088-109 (...)

36Du milieu du xie siècle à la fin du xive siècle, jamais les pontifes romains ne furent aussi longtemps absents de leur cité, emportant dans leurs voyages ou leurs exils toute leur administration, leur trésor et leurs archives et retirant ainsi de facto à Rome son statut de capitale et une grande partie des bénéfices économiques induits par la présence de la curie (hébergement et nourriture, activité bancaire, liens entre l’aristocratie romaine et le milieu curial, etc.). L’absence du pape hors de Rome34 constitue un phénomène de grande ampleur : plusieurs années à partir du milieu du XIe, la moitié du xiie siècle (bien qu’il faille considérer également la résidence des antipapes), presque deux tiers du xiiie siècle, trois quarts du xive siècle35 !

37Plusieurs raisons se conjuguent pour expliquer cet abandon plus ou moins long de Rome, mais elles n’eurent pas toujours le même poids historique. Il s’agissait le plus souvent pour les pontifes de fuir les dangers politiques de la ville : les factions aristocratiques qui cherchaient à prendre le contrôle du siège épiscopal, les ambitions de la commune, la menace impériale Salienne puis Staufen, etc. Les papes se réfugiaient alors en Italie du Sud comme Grégoire VII, en France comme Urbain II, Pascal II, Calixte II, Innocent II, Eugène III, Alexandre III et plus tard Innocent IV ; la plupart restaient en Italie centrale, comme Adrien IV, Lucius III, Urbain III, Innocent III, Honorius III, Grégoire IX, Alexandre IV, Urbain IV, Clément IV, Martin IV, etc. L’exil était plus fréquent quand les pontifes étaient étrangers à la ville : papes français (Urbain II, Calixte II, Urbain IV, Clément IV, Martin IV, en attendant les papes d’Avignon), italiens non romains (comme Pascal II, Alexandre III, Innocent IV, etc.). Pour Martin IV (1281-1284), Rome fut la capitale d’un jour : celui de son couronnement. Toutefois, lorsque la situation politique se stabilisait, les pontifes restaient plus volontiers à Rome, comme Clément III Scolari et Célestin III Boboni après l’accord de 1188 avec la commune, ou dans le dernier quart du xiiie siècle avec l’affermissement du pouvoir angevin en Italie du Sud et le développement du népotisme baronnial dans le Latium (Nicolas III Orsini, Honorius IV Savelli, Nicolas IV et les Colonna, Boniface VIII Caetani). La mobilité apparaît donc la plupart du temps contrainte aux xie et xiie siècles et encore souvent au xiiie siècle.

  • 36 M. T. Gigliozzi, I palazzi del papa, op. cit., p. 9-43, 107-226.

38Mais comme pour les autres princes contemporains, l’itinérance des papes était aussi un moyen efficace pour surveiller ses propriétés, pour prendre le contrôle de nouveaux territoires en vertu de la politique de recuperatio, pour y démultiplier le réseau féodo-vassalique, pour en développer les structures étatiques, pour y exercer concrètement les attributs liés à la souveraineté : droits politiques, judiciaires et fiscaux (dans le cadre du fodrum à l’origine). La présence physique du pape souverain était essentielle pour contenir localement les ambitions des familles aristocratiques, des communes et l’influence germanique et/ou sicilienne. Ainsi, à partir de la fin du xie siècle et plus nettement au cours du xiie siècle (surtout Eugène III, Adrien IV, Alexandre III) en Campanie romaine et au xiiie siècle pour d’autres provinces (avant tout la Tuscie romaine, l’Ombrie et encore le Latium méridional), les papes parcoururent l’Italie centrale et y établirent progressivement l’administration d’un État. De nombreuses villes comme Anagni, Segni, Viterbe, Pérouse, Orvieto, Rieti, etc. accueillirent la curie pour des séjours répétés et parfois longs, au point que des palais pontificaux furent construits dans quelques-unes d’entre elles36, sans qu’elles puissent toutefois se prévaloir du titre de capitale.

  • 37 S. Carocci, Il nepotismo nel Medioevo. Papi, cardinali e famiglie nobili, Rome, 1999.

39Si le développement de la souveraineté apostolique et l’importance moindre de la sujétion vassalique au profit du pape rendaient moins nécessaires les déplacements au xiiie siècle, d’autres facteurs expliquent néanmoins l’itinérance, en particulier le souci de certains pontifes issus de l’aristocratie latiale de conforter les seigneuries de leur famille et de profiter de leur protection (Innocent III Conti, Alexandre IV, Nicolas III Orsini, Boniface VIII Caetani) dans le cadre du népotisme37.

40Les papes souhaitaient aussi se garantir de la pestilence estivale (malaria) de Rome. Une itinérance de villégiature pour des raisons d’hygiène se développa ainsi au xiiie siècle à partir d’Innocent III. Il ne s’agissait généralement pas de quitter Rome définitivement, mais d’en sortir durant les mois très chauds de l’été pour jouir d’un climat plus salubre dans les monts et au bord des lacs d’Italie centrale, avant de rentrer à l’automne. Rome conservait donc son statut de capitale de référence ; le Latran était parfois qualifié de palais d’hiver.

41Si les voyages des papes furent souvent contraints par leur faiblesse locale, ils fournissaient aussi pour la papauté réformatrice et impériale une plus grande liberté de gouvernement et des occasions efficaces pour traiter les affaires de toute la Chrétienté. Rome pouvait paraître géographiquement marginale, alors que la vallée du Rhône, aux frontières du royaume de France, traditionnel protecteur du Saint-Siège, constituait un des grands carrefours du monde latin. Le changement de lieu de convocation des grands conciles œcuméniques est emblématique de cette géopolitique pontificale pragmatique : aux quatre conciles du Latran (1123, 1139, 1179, 1215), manifestation éclatante de Rome comme capitale de la Chrétienté, succèdent ceux de Lyon (1245, 1274), Vienne (1311-1312) et plus tard, dans un contexte ecclésiologique certes différent, ceux d’Italie centro-septentrionale (Pise 1409, Florence 1439) et de la zone germanique méridionale (Constance 1414-1418, Bâle 1431-1437). L’installation durable en Avignon (1309-1377) s’inscrivait dans cette logique spatiale cohérente.

Ubi papa, ibi Roma

42L’évolution de la monarchie grégorienne autorisait un relatif détachement par rapport à tout lieu, même Rome. Le pouvoir papal sur les hommes et les territoires s’articulait directement à la personne même du souverain pontife, successeur de saint Pierre, et non à un lieu, fut-il sacré comme les tombeaux du Vatican et de Saint-Paul-hors-les-Murs. Les papes pouvaient s’installer ailleurs car c’est leur présence qui sacralisait les lieux. Ils se donnèrent d’ailleurs les moyens administratifs, financiers et logistiques pour gagner leur indépendance par rapport à Rome. À partir du milieu du xie siècle, la bureaucratie palatine du Latran fut progressivement remplacée par les nouveaux organes de la curie, capables de suivre entièrement le pape dans ses déplacements.

43Parallèlement, la pensée juridique cautionnait la rupture du lien physique entre le pontife et sa cité. Une première brèche fut ouverte par le décret sur l’élection pontificale en 1059 : il était prévu que l’élection du pape pouvait se dérouler hors de Rome en cas de danger et l’élu pourrait jouir des biens de l’Église romaine dès cette élection, avant d’être intronisé à Rome. La constitution Ubi periculum de 1274 trahissait une indifférence accrue à Rome, puisque le conclave devait se tenir dans la localité du décès du pontife, quelle qu’elle fût.

  • 38 M. Macarrone, « Ubi est papa, ibi est Roma », dans Aus Kirche und Reich. Studien zur Theologie, Pol (...)

44Plus généralement, dans le sillage de la réforme du xie siècle, théologiens et canonistes développaient à partir des concepts de Sedes Petri et Sedes apostolica la théorie que la Romana ecclesia représentait non seulement l’Église du diocèse de Rome, mais l’ensemble de l’Église universelle ; on pouvait en tirer la conséquence que l’Église romaine universelle n’avait pas besoin de Rome pour exister. Le processus d’abstraction canonique amorcé au milieu du xiie siècle conclut au milieu du xiiie siècle à l’identité fictive du pape et de sa capitale : Ubi papa, ibi Roma, permettant ainsi de dépasser l’unité originaire entre Rome et son évêque qui avait une forte valeur théologique et pastorale38.

45Les évêques suffragants de Rome, les archevêques et les abbés exempts devaient effectuer une visite auprès du pape, juste après leur élection et à des intervalles variables. Cette démarche avait certes pris une dimension plus administrative et juridique comme signe de subordination depuis la réforme grégorienne, mais elle restait spirituellement l’héritière du pèlerinage au tombeau des apôtres Pierre et Paul. À partir du milieu du xiie siècle, les canonistes (Ruffin, Uguccio de Pise, Jean le Teutonique, Innocent IV, etc.) commencèrent à assimiler le tombeau des apôtres, la ville de Rome, l’Église romaine à la curie et au pape en personne. L’adage Ubi papa, ibi Roma fut pleinement développé par Henri de Suse († 1270) et fut largement repris par les théologiens et les canonistes des xive et xve siècles (Jean Lemoine, Giovanni di Andrea, Alvaro Pelayo, Balde, Jean Gerson, etc.). Il ne semble pas en revanche que cette assimilation de Rome au pape soit directement tributaire de l’adage du droit romain qui identifiait Rome à l’empereur, car le parallèle entre le pape et l’empereur n’est pas explicité avant Balde († 1400).

  • 39 L’abbé d’Andres (Flandres), se rendant à la cour d’Innocent III alors à Viterbe en 1207, s’exclamai (...)

46Cette idée de considérer le lieu où réside le pape comme une véritable Rome dépassait le cercle des canonistes39. Au début du xive siècle, tout avait mûri pour que la capitale/tête de la Chrétienté puisse ne pas être nécessairement au bord du Tibre. Même la liturgie pontificale s’était adaptée à partir d’Innocent III, dans l’Ordinaire de sa chapelle, pour s’accomplir éventuellement hors du cadre des basiliques romaines et se concentrer dans la résidence papale. Des cérémonies étaient désormais prévues dans la chapelle du palais apostolique, avec les chapelains et familiers du pape, et non plus le clergé et la foule de Rome. Élections, couronnements, funérailles papales ne se déroulaient plus nécessairement à Rome : chose encore rare au xiie siècle, fréquente au xiiie siècle, systématique sous les papes d’Avignon.

  • 40 B. Guillemain, Histoire d’Avignon, Aix-en-Provence, 1979, p. 175-275 ; contributions de V. Theis, D (...)
  • 41 B. Schimmelpfennig, « Die Funktion des Papstpalastes und der Kurialiengesellschaft vor und während (...)

47La ville des bords du Tibre n’apparaissait donc plus que comme le lieu sacré incontournable. Les papes lui avaient trouvé des substituts éphémères depuis la fin du xie siècle. Avignon40 devint progressivement une alternative plus consistante de 1309 à 1377, et plus longtemps encore pour une des obédiences du Grand Schisme ; elle fut même une capitale de la Chrétienté comme Rome ne l’avait jamais été à ce point jusque-là ! Les impératifs bureaucratiques et la mémoire archivistique réclamaient une plus grande stabilité aux xive et xve siècles. L’administration curiale amplifiée redevenait palatine, mais dans un grandiose palais dominant le Rhône, où les papes reconstituèrent un espace liturgique rappelant le souvenir du Latran, du château Saint-Ange et du Vatican41.

L’impossible capitale régionale (1143-1443)

48Le gouvernement de Rome même fut contesté aux papes par l’aristocratie urbaine et régionale et plus ponctuellement par l’empereur germanique. Mais à partir de 1143, la commune romaine autonome s’avéra un pouvoir temporel rival souvent plus coriace, jusqu’à sa dénaturation par Boniface IX en 1398. Les Romains acceptaient volontiers le rôle de capitale religieuse avec les bénéfices économiques que cela induisait, mais non celui de capitale politique du pape lorsque celui-ci s’ingérait dans leurs affaires internes. Les pontifes furent donc souvent conduits à trouver leur salut dans la fuite ou à rechercher des alliés extérieurs pour se maintenir à Rome, y revenir et la contrôler : les Normands de Sicile, parfois les empereurs germaniques, puis la dynastie angevine, etc. Ces aléas perturbèrent jusqu’au xve siècle les liens qui auraient pu s’établir par l’intermédiaire du pape entre la cité, capitale putative, et l’État d’Italie centrale que le Saint-Siège se constituait à grand peine. De son côté, la Rome communale, périodiquement muselée par la papauté, ne réussit pas à se hisser au rang des grandes communes italiennes dominant un contado toujours plus élargi au point de former un État à la fin du Moyen Âge, comme pour Florence, Milan ou Venise. Elle échoua à s’imposer militairement sur une grande région, à défendre la valeur de sa monnaie, à imposer sa fiscalité, etc., car elle se heurta constamment à la construction de l’État papal dans le Latium.

Une capitale mal maîtrisée : de l’administration papale à la commune romaine42

  • 42 W. Maleczek, « Rombeherrschung und Romerneuerung durch das Papsttum », dans Rom im hohen Mittelalte (...)

49Dans la première moitié du viiie siècle, l’autorité de l’empereur de Constantinople sur Rome, simple chef-lieu d’un duché dépendant de l’exarchat de Ravenne, s’étiola rapidement, laissant de fait l’autorité dans la cité à son évêque. Le renouveau de l’empire en Occident au profit des Carolingiens puis des Ottoniens n’affecta pas durablement la situation acquise par la papauté : elle promulguait les lois, rendait la justice, percevait les impôts, taxes et amendes, levait les troupes armées, dirigeait l’administration urbaine, etc., mais il n’y eut plus d’atelier monétaire papal après 985.

  • 43 K. J. Herrmann, Das Tuskulaner-Papsttum, 1012-1046, Stuttgart, 1973 ; P. Toubert, Les structures du (...)
  • 44 R. Elze, « Das Sacrum Palatium Lateranense im 10. und 11. Jahrhundert », Studi gregoriani, 4, 1952, (...)

50Entre la mort de Sylvestre II (1003) et les interventions de l’empereur Henri III en 104643, les pouvoirs du pape sur Rome furent comparables à ceux des autres évêques dans les cités italiennes. Un important groupe aristocratique dominait la ville par l’intermédiaire du prélat issu de ses rangs. Il y avait adéquation entre gouvernement temporel et gouvernement spirituel. Sous les papes tusculans (1012-1046), le pontife assumait le gouvernement temporel à la place du patrice et faisait figure de chef du principal clan aristocratique. L’administration papale, tant ecclésiastique que domaniale et urbaine, se concentrait dans le palais du Latran44. Le pape supervisait l’administration urbaine et en nommait les officiers (préfet et juges).

51Ces enjeux temporels locaux incitaient la noblesse régionale à contrôler l’accès au trône pontifical. Avec moins de constance, les empereurs germaniques poursuivaient le même but. Mais la papauté réformatrice réussit à échapper à ces pressions à partir du milieu du xie siècle. Ses prétentions nouvelles au dominium mundi eurent des répercussions sur la place du pape dans sa cité et sur son gouvernement de la ville. Les pontifes s’absentèrent de Rome, volontairement ou contraints, pour propager les idées réformatrices, tenir des conciles, contrôler la discipline, etc. Ils prirent mieux soin de l’Église universelle, mais perdirent en partie le contact avec la société romaine, laissant le champ plus libre aux ambitions de la vieille noblesse, de la nouvelle aristocratie et des antipapes soutenus par les empereurs.

  • 45 H. W. Klewitz, « Die Entstehung des Kardinalskollegiums », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rec (...)

52L’administration papale fut réorganisée sur le modèle impérial (chapelle, chancellerie) et clunisien (chambre apostolique)45. Elle se détacha de l’ancienne administration palatiale du Latran qui continua à administrer la cité jusqu’au xiie siècle. Durant ses absences, le pape était représenté par un vicaire, attesté à partir de 1119 (jusqu’en 1154 puis à partir de 1165) et généralement issus du Sacré Collège, dont les prérogatives étaient spirituelles, mais il développait aussi une activité politique et administrative mal connue. Durant la période avignonnaise, ses attributions augmentèrent et il assura un contrôle plus étroit des magistratures communales à partir du milieu du xive siècle. Le pape pouvait aussi déléguer ses prérogatives à des légats.

  • 46 I. Baumgärtner, « Rombeherrschung und Romerneuerung. Die römische Kommune im 12. Jahrhundert », Que (...)

53L’affirmation d’un gouvernement communal46 de 1143 à 1398 constitua un obstacle majeur au développement de Rome comme capitale pontificale. Depuis la fin du xie siècle, une nouvelle aristocratie se développait à Rome, dans le sillage de la papauté réformatrice qu’elle avait souvent soutenue (Pierleoni, Frangipani, etc.). Cette élite sociale récente, alliée à la petite noblesse et à la population, profita de l’affaiblissement et des absences de la papauté, qui luttait contre l’empereur, pour revendiquer une participation à l’administration de la ville et contester le pouvoir temporel de son évêque, tout en écartant la grande noblesse latiale, dans un contexte d’affirmation des communes face au pouvoir épiscopal en Italie. En 1116-1117, une émeute imposait à Pascal II le choix du préfet.

  • 47 Une légende racontait que les consuls et les sénateurs antiques avaient gouverné le monde depuis la (...)
  • 48 Les deniers du sénat portaient la devise Roma caput mundi. Malgré l’accord de 1188, la papauté ne r (...)

54En 1143, la capitulation honorable accordée par Innocent II à la ville de Tivoli, qui avait militairement humilié les Romains l’année précédente, provoqua la révolte de la population qui mit en place un gouvernement communal sur le Capitole. On institua un sénat (l’antique collège ayant disparu vers 600), un conseil et une assemblée populaire ; un patrice se substituait au préfet papal. L’agitation se poursuivit dans un sens anticlérical dans les années suivantes à l’instigation d’Arnaud de Brescia. La commune rivalisa avec la papauté pour récupérer le passé antique légitimant : construction du palais communal (1151) sur le Capitole47, création d’un ordre équestre, réparation de la muraille aurélienne (1157), protection de la colonne trajanne (1162), etc. Elle étendit progressivement ses compétences au détriment de la souveraineté papale en matière de police, de justice, de travaux publics, de fiscalité, de monnaie48, etc. En trois quarts de siècle, sa nouvelle administration se substitua aux officiers pontificaux, non sans une certaine continuité formelle parfois (juges, bibliothécaire, préfet, etc.).

55Les papes luttèrent immédiatement contre le régime communal : en 1145, Lucius II fut tué lors d’un assaut du Capitole. Ils ne ménagèrent jamais leurs efforts pour contenir ce pouvoir concurrent dans leur cité et essayer de lui faire reconnaître leur souveraineté, sans parvenir à le détruire avant 1398. Les conflits aboutirent à une série de compromis de 1145 à 1188 : le pape admettait la nouvelle institution communale et participait aux dépenses urbaines, mais elle lui prêtait le serment de fidélité et lui restituait ses biens. Malgré des accrochages sous Innocent III et Grégoire IX, la paix de 1188 permit à la curie de résider tranquillement à Rome jusqu’en 1241. La réduction du nombre de sénateurs de 56 à 1 ou 2 à partir de 1204 traduit l’alliance tactique conclue entre Innocent III et l’aristocratie romaine qui monopolisait ces plus éminentes charges communales. Grégoire IX réussit à imposer à la commune l’organisation de l’inquisition contre les hérétiques en 1231. L’excommunication et l’interdit fournissaient au pontife un moyen de pression non négligeable, tout comme le départ de la curie aux conséquences négatives sur la vie économique de la ville. Mais l’instauration de régimes populaires se révélait généralement défavorable à l’autorité papale, comme ceux de Brancaleone degli Andalo de Bologne (1252-1257), puis de son oncle Castellano (1257-1258).

56Débarrassé de la concurrence Staufen (1250/1268), le Saint-Siège chercha à reprendre le contrôle de la commune, mais connut bien des déboires. Charles d’Anjou se révéla un allié encombrant qui cumulait le sénat (1263-1265, 1268-1278, 1281-1284) avec la couronne sicilienne. Clément IV (1265-1268) et Clément V (1305-1314) se résignèrent à accepter des régimes populaires, alors que d’autres pontifes comme Nicolas III Orsini (1277-1280) et Boniface VIII Caetani (1294-1303) s’ingéniaient à tenir la commune en s’appuyant sur le népotisme baronnial. À partir de la bulle Fundamenta militantis Ecclesiae de Nicolas III en 1278, la charge sénatoriale fut réservée à un ressortissant romain et généralement conférée à vie au pontife régnant, qui la déléguait à un tiers de son choix. La seigneurie du pape se fit plus lourde, tout en sauvegardant les apparences des institutions communales et en dépit de nombreuses révolutions populaires et du poids socio-politique des familles baronniales. Ainsi, Boniface VIII contrôla la commune, nommant ses parents et ses fidèles aux charges citadines, excluant ses ennemis Colonna de celles-ci, intervenant dans la juridiction urbaine et dirigeant même des travaux au palais sénatorial du Capitole !

57Le départ de la curie pour Avignon ruina les positions acquises. Rome devint un champ d’action secondaire pour la papauté, qui le gouverna par des intermédiaires tel Robert d’Anjou (1313-1328). Plusieurs révoltes populaires ou aristocratiques lui firent momentanément perdre tout contrôle sur la cité, en particulier en 1328 lorsque Louis de Bavière y fut couronné empereur par son antipape Nicolas V. Mais la papauté changea de stratégie dans les années 1340, comme en témoignent ses relations ambiguës avec Cola di Rienzo (1347-1348, 1354) ; elle abandonna son alliance avec les barons qui dominaient sans partage Rome et le Latium pour se rapprocher du popolo et de la noblesse secondaire.

58Dans la deuxième moitié du xive siècle, les légats soumirent l’Italie centrale afin de permettre le retour de la curie. La commune romaine, passée aux mains d’une nouvelle élite, fut réorganisée avec l’aval de la papauté. En 1358, Innocent VI instaura un sénateur unique et un conseil de 7 réformateurs ; il interdit aux Romains l’accès au sénat, coupant ainsi une racine de la puissance des barons. En 1363, les nouveaux statuts communaux furent édictés sous le contrôle papal. Urbain V, durant son séjour romain de 1367-1370, s’arrogea la nomination du sénateur et inaugura un conseil de 3 conservateurs. La maîtrise des institutions communales fut totalement acquise par Boniface IX en 1398.

L’impact du gouvernement pontifical sur la société romaine

  • 49 S. Carocci et M. Vendittelli, « Società ed economia (1050-1420) », dans Roma medievale, A. Vauchez (...)

59Que Rome fût effectivement capitale de la papauté ou non, la question influait de manière déterminante sur la dynamique sociale de la ville, en particulier sur la sélection de ses élites49. La société romaine oscilla entre les opportunités de profiter du développement de la monarchie apostolique et les velléités autonomistes communales, alors que la papauté entendait garantir sa propre indépendance tout en recherchant une certaine connivence avec l’aristocratie romaine pour pouvoir se maintenir dans la cité.

  • 50 T. DI Carpegna Falconieri, Il clero di Roma nel Medioevo. Istituzioni e politica cittadina (secoli (...)
  • 51 Le sénat reconnut en 1235 qu’il n’avait pas juridiction sur le clergé, ni sur les familiers du pape (...)
  • 52 De 1058 à 1503 : 12 papes sur 62 sont originaires de Rome ou du Latium (4 de 1058 à 1198, 7 de 1198 (...)

60La période de l’Adelspapsttum constitua une alliance harmonieuse entre la bureaucratie papale et la haute noblesse romaine, mais elle ne sembla pas propice à la Libertas Ecclesiae. Les évolutions institutionnelles de la réforme germanique puis grégorienne provoquèrent un détachement entre le gouvernement apostolique et la société de la capitale. Les procédures électorales de 1059 et l’affirmation du Sacré Collège rendaient plus probable l’avènement de pontifes et de curialistes non romains. La curie s’autonomisa par rapport à l’administration urbaine du Palais du Latran, mais aussi par rapport au clergé diocésain50. Plus tard, elle maintint son immunité par rapport à la commune51. Non dynastique, le gouvernement pontifical constituait un puissant facteur de mobilité sociale, car chaque nouveau pape apportait une nouvelle clientèle, tout comme le recrutement des cardinaux et des officiers curiaux devenait plus international52. De 1046 à 1130, la société romaine ne fournit que peu de cardinaux et aucun pape. Par conséquent, les groupes aristocratiques anciennement dominant (Crescenzi, Tusculans) déclinèrent dans la seconde moitié du xie siècle et le début du xiie siècle, malgré leurs efforts pour rétablir leur hégémonie.

  • 53 M. Vendittelli, In partibus Anglie. Cittadini romani alla corte inglese nel Duecento : la vicenda d (...)

61Le schisme de Guibert/Clément III (1084-1100) montra combien il était important de pouvoir compter sur les cardinaux et leurs églises en titre, ainsi que sur la bureaucratie du Latran pour tenir les quartiers de la ville. Tout en évitant de retomber dans l’orbite d’une famille, les papes réformateurs recherchèrent l’alliance de l’entreprenante élite marchande et financière romaine qui profitait des circuits internationaux de la curie et du développement de la centralisation pontificale (prêts et transferts de fonds) : Pierleoni, Frangipane, Normanni, Sant’Eustachio, etc., auxquels s’ajoutèrent de nouveau lignages à partir des années 1130-1140 (Mannetti, Magalotti, Saraceni, Tiniosi, etc.)53.

  • 54 S. Carocci, Il nepotismo nel medioevo, op. cit. ; A. Rehberg, Kirche und Macht im römischen Trecent (...)

62Mais la mise en place de la commune en 1143 braqua la papauté contre la nouvelle élite romaine qui investissait les rangs du sénat. On ne compte que 8 cardinaux romains sur 90 créations au Sacré Collège de 1145 à 1185. Des relations plus étroites s’instaurèrent néanmoins entre le Saint-Siège et la nouvelle aristocratie sénatoriale, qui put ainsi entrer massivement à la curie à partir de Clément III (le Romain Paolo Scolari, 1187-1191) et jusque sous Grégoire IX (1227-1241). La bureaucratie curiale et les affaires financières de la papauté centralisatrice offraient des opportunités d’enrichissement et d’ascension dans la société de la capitale, à condition de maintenir toutefois une nécessaire fidélité politique. Les sympathies gibelines des mercatores romains leur fermèrent les portes de la curie d’Innocent IV (1243-1254), qui les remplaça par des banquiers toscans. Leur rayon d’action déclina irrémédiablement. Par ailleurs, ces familles de l’aristocratie moyenne et inférieure furent à partir des années 1240 subordonnées à une quinzaine de familles baronniales romaines et latiales (surtout les Annibaldi, Colonna, Conti, Orsini, Savelli, et plus tardivement les Caetani), qui se montraient très agressives dans leur gouvernement féodal et seigneurial et qui devaient leur émergence au népotisme d’un pape ou d’un cardinal54. Ce processus de sélection interne de la noblesse correspondait à la formation du groupe des magnats dans les autres communes italiennes, mais il prit des caractères originaux en raison du statut de capitale assumé par Rome. Le rapport au développement étatique pontifical, régional et universel, conduisit à la bipartition de la noblesse romaine. Les liens avec la curie, présente ou non à Rome même, permirent aux familles baronniales d’acquérir une dimension latiale, italienne voire internationale (bénéfices ecclésiastiques, inféodation de châteaux, gouvernement des provinces de l’État papal, exercice des charges municipales, etc.). Elles tinrent leur rang d’élite de capitale étatique, s’adaptèrent aux exigences culturelles de l’administration papale, en envoyant leurs enfants dans les écoles et universités de Paris et Bologne afin de mener de brillantes carrières cléricales. Les papes se servirent d’elles pour gouverner l’État papal et pour contrôler la commune de Rome, qu’elles accaparèrent souvent des années 1240 aux années 1340 par le biais de l’attribution des charges sénatoriales.

  • 55 F. Allegrezza, « Trasformazioni della nobilità nel Trecento », dans Roma medievale, P. Delogu éd., (...)

63De leur côté, les barons amplifièrent leur domination sur Rome et l’Italie centrale en profitant du développement du pouvoir centralisateur des papes. L’éloignement de la curie en Avignon les laissa de fait uniques maîtres du Latium ; Orsini et Colonna, seuls Romains restés présents au Sacré Collège, se disputèrent violemment l’hégémonie dans Rome au point d’ajourner le retour des papes. Face à ces alliés devenus trop encombrants, les papes français opérèrent dans les années 1340 un renversement d’alliance politique avec les mouvements populaires qui leur étaient jusqu’ici très hostiles. Les barons perdirent le pouvoir communal au milieu du xive siècle et leur poids politique continua à décliner au xve siècle avec le développement de l’État papal auquel ils collaborèrent ou contre lequel ils se rebellèrent avec moins de succès. Ils conservaient néanmoins une grande influence par leur puissance économique et militaire. Quant à la noblesse secondaire citadine, son rôle politique resta très limité dans Rome en raison de la réassurance du pouvoir papal qui finit par retirer son autonomie à la commune en 139855.

Rome ne fut pas en soi la capitale de l’État papal

  • 56 G. Arnaldi, Le origini dello Stato della Chiesa, Turin, 1987 ; F. Marazzi, I Patrimonia Sanctae Rom (...)

64Gélase Ier (492-596) mit en œuvre la gestion centralisée des biens de l’Église romaine. Il s’agissait d’une administration domaniale et non étatique, même si les papes exerçaient certaines fonctions régaliennes ou municipales. Avec le recul des Grecs au milieu du viiie siècle, les papes récupérèrent l’autorité publique de l’empereur de Constantinople dans le duché de Rome et aspirèrent plus nettement au gouvernement temporel des anciens territoires byzantins d’Italie centro-septentrionale. Étienne II (752-757) développa l’idée d’une « République de la Sainte Église de Dieu et des Romains » et la pseudo-donation de Constantin étaya les prétentions pontificales. Rome devint alors la quasi-capitale d’une entité politique en pleine recomposition, aux contours fluctuants et à l’autonomie mal établie ; les Carolingiens puis les Ottoniens n’hésitaient pas à y appliquer leur autorité. Le Latran constituait le centre bureaucratique régional et supranational de la gestion du patrimoine de l’Église romaine. C’est là que, depuis Jean XIII (970), les cens et le denier de Saint Pierre étaient payés chaque année. La relative domination régionale de l’Adelspapsttum permit au Saint-Siège d’articuler le Latium à Rome56.

65L’indépendance qu’afficha la papauté réformatrice à partir du milieu du xie siècle s’accompagna d’un effort pour étendre son pouvoir temporel sur une aire plus large de l’Italie centrale, sans parler de l’originale inféodation de divers royaumes chrétiens. Rome pourrait être perçue comme une capitale pontificale, mais virtuelle dans la mesure où les prétentions des papes au dominium mundi n’étaient encore guère concrétisées et leur État ne se résumait qu’à une addition hétéroclite de droits domaniaux, seigneuriaux et régaliens. La curie se distingua de l’administration urbaine et épiscopale et prit en charge la gestion des biens de l’Église romaine par l’intermédiaire de la nouvelle Chambre apostolique organisée sous Urbain II (1088-1099).

66Il faut attendre les efforts politiques et militaires des papes du xiie siècle pour que la Campanie romaine soit effectivement gouvernée par la papauté et pour qu’une administration régionale s’y développe dans les années 1140. Le contrôle du Patrimoine en Tuscie, du duché de Spolète, des Marches ne fut péniblement acquis qu’à partir d’Innocent III (1198-1216) et de ses successeurs, malgré l’influence des Souabes, la rébellion des aristocrates et la concurrence des communes. La Romagne passa sous l’autorité papale en 1278, sans oublier le lointain Comtat Venaissin depuis 1274.

  • 57 Benoît XII essaya en vain d’intégrer Rome dans une province voisine de l’État papal par une union p (...)

67Dans ces territoires, les papes firent valoir au cours du xiiie siècle leurs prérogatives souveraines en matière de justice, de police, d’encadrement des populations, de fiscalité, etc. Ils déployèrent une nouvelle administration, mais cette structuration étatique s’accomplit de manière déconcentrée dans le cadre de chaque province. Les officiers (légats, recteurs, vicaires, trésoriers, etc.) ne relevaient que du souverain pontife, directement ou par l’intermédiaire de la Chambre apostolique. Rome ne saurait donc être considérée comme la capitale nécessaire de ce nouvel ensemble étatique : aucun lien organique ne rattachait la ville à l’Italie centrale57, car la curie, seule institution unificatrice de ce conglomérat politique, ne demeurait pas toujours à Rome. La restauration centralisatrice opérée par le légat Gil Albornoz dans les années 1350/1360 ne conforta d’ailleurs pas immédiatement la position de Rome dans la mesure où la papauté restait en Avignon.

  • 58 D. Waley, « Lo stato papale dal periodo feudale a Martino V », dans Storia d’Italia, G. Galasso dir (...)

68Les papes durent batailler jusqu’au xvie siècle pour faire admettre leurs prétentions territoriales et leur souveraineté aux populations, seigneurs et communes d’Italie centrale, surtout dans les zones plus éloignées des Apennins et de la basse plaine du Pô. Les régions de l’État pontifical n’avaient en effet pas d’identité commune et leurs limites résultaient des vicissitudes historiques. Rome en devint pleinement la capitale au xve siècle, mais uniquement parce que le souverain pontife retournait définitivement dans ses murs58.

La faiblesse du contado romain

  • 59 A. de Boüard, Le régime politique, op. cit., p. 199-224.

69La commune romaine créée en 1143 connut une expansion toujours limitée dans le Latium59. Elle ne pouvait utiliser les rouages de l’administration papale totalement autonome depuis le xie siècle pour étendre son influence en Italie centrale. Elle ne parvint pas à dominer un espace qui restait administrativement morcelé en plusieurs provinces, dont l’unité politique était le seul rattachement à la personne du pape souverain, et qui subissait les influences concurrentes des grandes familles seigneuriales et des autres communes expansionnistes (Anagni, Tivoli, Viterbe, Orvieto, Pérouse, Assise, etc., et la lointaine Bologne à partir de 1278), sans oublier Florence, Sienne, le royaume de Sicile, etc.

70La commune de Rome ne pouvait compter que sur ses seules forces pour développer son contado. Son autorité s’appliquait avant tout à son district, héritier de la circonscription des 100 milles affectée par l’empereur Hadrien à la juridiction du Préfet de la Ville, mais elle chercha à étendre de manière agressive dans le Latium ses prérogatives sur le plan politique, militaire, économique et fiscal à plusieurs reprises, avec Arnaud de Brescia (1143), Benedetto Carushomo (1191), Luca Savelli (1234), Brancaleone degli Andalo (1254-1257), Luca Savelli (1266), le sénateur Charles d’Anjou (1263-1284), Cola di Rienzo (1347-1348, 1354), etc. Elle établit différents degrés de sujétion économique et politique, marquée par le paiement de tributs, de taxes et d’impôts, par la nomination du podestat des communes soumises, par la fourniture de contingents militaires et la solidarité diplomatique, par la participation au parlement présidé par le sénateur romain et aux jeux du Testaccio et du Circo Agonale.

  • 60 Célestin III abandonna Tusculum (1191), Innocent III favorisa la soumission de Viterbe (1201), Grég (...)

71Attaques armées et menaces accablèrent souvent Velletri, Segni, Terracina, Anagni, Tivoli, Sutri, Vetralla, Corneto, Viterbe, etc., surtout sous les régimes populaires. Mais la domination resta géographiquement limitée et temporaire du fait des fréquents retournements de situation. Si certains papes, en raison de leurs faiblesses militaires ou de leurs intérêts politiques, se montrèrent parfois complaisants60, la plupart s’ingéniait à contrer l’expansion des Romains, en les combattant directement et en suscitant contre eux l’opposition des barons ou des autres communes, afin de conserver un équilibre politique dans le Latium favorable à leur autorité souveraine. Avec le départ des papes pour Avignon, la commune atteignit son expansion maximale en prenant le contrôle d’un territoire allant de Radicofani à Ceprano et de Montalto à Terracina, mais son autorité ne réussit pas à franchir les chaînes montagneuses et Robert d’Anjou finit par rétablir l’autorité de Jean XXII.

  • 61 T. di Carpegna Falconieri, Cola di Rienzo, Rome, 2002, en particulier p. 89-108 ; M. Miglio, « Il p (...)

72Le tribun populaire Cola di Rienzo61, qui prit la direction de la commune (19 mai 1347-15 décembre 1348, 1er août-† 8 octobre 1354), développa avec originalité et extravagance son idéal d’une Italie fédérée par une Rome héritière de l’Antiquité. Du 1er au 15 août 1347, il organisa une série de curieuses festivités grandioses, structurées par les rappels à l’histoire romaine antique et le millénarisme chrétien. En vertu de la Lex regia de imperio Vespasiani, il prétendit que le peuple romain disposait du pouvoir universel de l’empire, qu’il conservait sa juridiction sur l’ensemble du monde dont Rome était la capitale. Il accorda la citoyenneté et la liberté romaines à tous les peuples d’Italie et somma tous les puissants de la terre de comparaître au Latran devant le tribunal du peuple romain. Il fêta au Capitole l’unité de la péninsule italienne en distribuant, au nom du pouvoir universel de Rome, des anneaux d’or et des bannières à des représentants des villes italiennes qu’il s’était évertué de convoquer depuis mai, etc. Il entendait former un futur parlement italien. Le rêve éphémère d’une fédération ne se concrétisa pas en raison de la mégalomanie inconséquente de Cola, de l’hostilité des barons romains, de la volonté de la papauté de restaurer son État d’Italie centrale et du désir des villes et des princes italiens de conserver leur autonomie. Cola s’enfuit en décembre 1347. Son retour en 1354 avec le titre de sénateur et l’appui d’Innocent VI n’eut pas le même impact sur l’Italie et il fut rapidement assassiné.

73La Commune de Rome ne constitua donc pas un État stable dont elle aurait été la capitale et elle ne se développa pas en cité-État. Elle ne parvint pas à s’imposer en Italie centrale, car elle resta en deçà du niveau de développement atteint par l’État papal dans la région : les localités du Latium qu’elle soumettait restaient redevables envers le recteur pontifical et le Saint-Siège réclamait toujours sa souveraineté sur l’ensemble. La Rome communale ne sut développer un patriotisme provincial propre à la faire émerger comme capitale régionale, tant sa prétention à assumer le rôle de capitale universelle était historiquement puissante. La domination de la ville sur l’Italie centrale se réalisa néanmoins aux xve et xvie siècles, mais par le moyen d’une seigneurie papale largement étrangère à l’élite sociale romaine et latiale.

La capitale nécessaire de la papauté renaissante (1377/1443… jusqu’en 1870)

La Rome symbolique vainc la Realpolitik avignonnaise

  • 62 « Licet ad cunctos populos sub religione christiane fidei militantes, tanquam universalis pastor gr (...)

74L’écart entre la Rome symbolique concentrée dans la personne du pape et la Rome réelle fut toujours considéré comme transitoire, voire insupportable pour les habitants de la ville, des Italiens et des fidèles au xive siècle, qui ont contribué à développer la légende noire et contestable de la « captivité d’Avignon ». Les papes français eux-mêmes en avaient quelque peu mauvaise conscience62 : ils développèrent les jubilés (dès 1350) et multiplièrent les efforts pour se réinstaller sur les bords du Tibre, etc. Les péripéties des différents schismes de la fin du xie siècle au début du xve siècle soulignaient l’enjeu idéologique de la ville des apôtres et montraient l’importance pour celui qui se revendiquait pape de tenir ce que tous considéraient comme sa résidence légitime sinon sa capitale, celle vers laquelle convergeaient sans discontinuer les pèlerins.

  • 63 La storia dei giubilei, op. cit., I, p. 278-311.

75Durant le Grand Schisme et la crise conciliariste s’opposaient encore plusieurs manières de concevoir la capitale de la Chrétienté et le rôle légitimant de Rome. Les partisans du pape d’Avignon restaient en somme fidèles à l’adage Ubi papa, ibi Roma et Avignon, où était restée une partie des organes de la curie en 1377, redevint dès 1379 une capitale pour une partie de la Chrétienté jusqu’en 1403. Les conciliaristes tinrent leurs assemblées à Pise, Bâle, Ferrare, Florence, poursuivant ainsi la tradition des conciles de Lyon et de Vienne réunis dans une région centrale de la Chrétienté latine ; outre les considérations militaires, ils évitaient une Rome assimilée à la monarchie pontificale, alors que certains des pères se considéraient comme la tête de l’Église. Seuls les Urbanistes se montraient novateurs… en récupérant la tradition de l’évêque dans sa cité, aux sources tangibles de la succession apostolique ! Mais pour tous, Rome et ses tombeaux d’apôtres constituaient un enjeu symbolique incontournable. Un jubilé était opportun pour l’exalter : 1390 pour Urbain VI, 1400 pour Boniface IX, 1413 pour Alexandre V, le pape du concile de Pise, 1423 pour Martin V, élu à la suite du concile de Constance63.

  • 64 L’impact économique, évident durant le long séjour avignonnais, est déjà perceptible au xiiie siècl (...)
  • 65 Lettre du sénateur de Rome à Innocent IV parti à Lyon, 1245 (E. Dupré Theseider, L’idea imperiale d (...)

76De leur côté, les Romains, souvent peu désireux d’accepter la domination temporelle du pape sur leur ville, étaient conscients des retombées économiques bénéfiques induites par le retour de leur pasteur et de sa curie dans leurs murs, alors que leur absence se traduisait immanquablement par le ralentissement économique64, le dépeuplement (la population tomba effectivement de près de 40 000 à 20 000 habitants durant la première moitié du xive siècle) et le déchaînement de la violence nobiliaire. À plusieurs reprises aux xiiie et xive siècles, la commune envoya des ambassades pour demander au pape de rentrer dans sa cité. Les arguments avancés étaient de types variés, mais on insistait sur les devoirs pastoraux du pontifes envers les fidèles de son diocèse et on se plaisait à rappeler au successeur de Pierre la nécessité apostolique d’habiter Rome étayée par l’épisode du Quo Vadis65. La commune menaçait même de la guerre les villes qui auraient voulu retenir la curie.

  • 66 E. Kantorowicz, The King’s two bodies, op. cit., p. 205, no 35.
  • 67 E. Dupré Theseider, Roma dal comune, op. cit., p. 473-478.

77La question du retour du pape à Rome se posa avec une plus grande acuité au xive siècle et se conclut par l’impossibilité pour le pontife de délaisser définitivement son diocèse. Certes, l’assimilation canonique de Rome à n’importe quelle ville de résidence du pape connaissait son développement le plus abouti et se revêtait d’une dimension spirituelle : « Ubi est papa, ibi est Roma, Hierusalem et mons Sion, ibi est communis patria » commentait Balde († 1400)66. Mais cette thèse s’effaçait devant la conviction que le pape devait impérativement vivre dans sa cité, d’autant plus que Rome était censée être le lieu du Jugement dernier, selon une interprétation d’Innocent III dans la décrétale Per Venerabilem (X, 4, 17, 13), reprise par Henri de Suse et les défenseurs de Rome et du parti impérial au xive siècle. Ainsi, le 23 avril 1328, le sénateur-empereur Louis de Bavière, fauteur de l’antipape Nicolas V, promulguait une constitution approuvée par les élus populaires, pour obliger le pontife à résider à Rome en permanence, sauf à partir jusqu’à trois mois en vacances dans un rayon de deux jours de marche avec l’accord du peuple et du clergé et à la condition de revenir lorsqu’on le rappellerait, sous peine d’être déchu. Le 18 avril 1328, il avait déposé Jean XXII au motif entre autres que le Seigneur avait interdit à Pierre d’abandonner Rome67. Les Romains multiplièrent les ambassades solennelles pour inviter le pape d’Avignon à rentrer dans sa cité. Lettrés et mystiques redoublaient ces prières, tout en développant chacun sa conception de Rome : Dante, Boccace, Pétrarque, Catherine de Sienne, Brigitte de Suède, etc. Finalement convaincus, Urbain V en 1367-1370, puis Grégoire XI en 1377 reprirent le chemin de Saint-Pierre du Vatican avec une partie de leur curie.

L’établissement de la seigneurie papale sur Rome

  • 68 P. Partner, The Lands of St Peter, op. cit., p. 327-446 ; A. Esch, Bonifaz IX. und der Kirchenstaat (...)

78Le retour de la papauté à Rome passait d’abord par la reprise en main de l’Italie centrale, contre les ambitions de l’aristocratie, des communes d’Italie centrale, des ambitions de Florence et des Angevins de Naples. Grâce aux efforts des cardinaux-légats Bertrand de Déaulx, Audrouin de la Roche, Gil Albornoz, le rétablissement de l’autorité apostolique dans l’État pontifical fut acquis dans les années 1360. L’exploitation fiscale, économique et temporelle de ce territoire se révéla d’autant plus nécessaire pour fournir à la curie les moyens concrets d’une marge de manœuvre politique que le Grand Schisme et la crise conciliariste amputaient gravement les revenus internationaux que le pape de Rome pouvait espérer de la fiscalité mise en place depuis le xiiie siècle. Il fallut encore de nombreuses compagnes sous Martin V (1417-1431) et Eugène IV (1431-1447) et finalement la paix de Lodi de 1455 pour que la souveraineté papale soit pleinement reconnue en Italie centrale, alors que la Romagne conservait une certaine autonomie jusqu’au xvie siècle68.

79Cette reprise en main régionale s’articulait à l’établissement de la seigneurie papale sur Rome, afin qu’elle redevienne la capitale universelle de l’Église latine et de l’État de l’Église. Jusqu’en 1443, la position des papes resta incertaine dans la ville. Les pontifes d’obédience romaine ne purent y résider que par intermittence à cause de l’instabilité politique locale. L’antagonisme entre nobiles et populares provoquait les conjurations des barons et celles des partisans de la commune qui fut ainsi plusieurs fois rétablie (1404-1406, 1407-1408, 1414), mais les deux partis s’entendaient pour rejeter la seigneurie que les papes développaient depuis 1398. À cela s’ajoutaient les querelles entre les Angevins et les Aragonais pour la succession du royaume de Naples, ainsi que les luttes entre les partisans des papes de Rome, d’Avignon et des conciles !

  • 69 I. Lori San Filippo, La Roma dei Romani. Arti, mestieri e professioni nella Roma del Trecento, Rome (...)
  • 70 A. Esch, « La fine del libero comune di Roma nel giudizio dei mercanti fiorentini. Lettere romane d (...)
  • 71 P. Spagnesi, Castel Sant’Angelo. La fortezza di Roma, Rome, 1995.

80La réappropriation pontificale de la ville s’avéra donc longue et chaotique69. Mais le pape s’imposa progressivement comme le seul capable de rétablir la paix civile et de favoriser la prospérité. Le musellement de la commune par Boniface IX marqua une première étape fondamentale en 139870. La détermination énergique de Martin V Colonna, élu au concile de Constance en 1417, lui permit d’entrer triomphalement dans Rome le 28 septembre 1420 et de s’installer durablement au Latran. Mais après sa mort (1431), les Colonna déchus de la curie chassèrent son successeur Eugène IV (1431-1447) en 1434. Depuis Florence, il lui fallut habilement juguler la crise conciliariste (malgré l’antipape Félix V élu en 1439) et utiliser les victoires militaires de Giovanni Vitelleschi pour pénétrer de nouveau dans Rome en 1443. Désormais, la papauté unifiée n’eut plus à fuir sa capitale avant 1848. Elle y résidait en sécurité sous la protection des canons du château Saint-Ange acquis par Boniface IX et régulièrement renforcé par lui et ses successeurs71.

  • 72 S. Andretta, « Le istituzioni e l’esercizio del potere », dans Roma del Rinascimento, A. Pinelli di (...)

81Les charges et les institutions de la commune (sénateur, préfet, conservateurs) furent progressivement vidées de leurs prérogatives (mais laissées en consolations aux élites sociales romaines) au profit des nouveaux officiers du pape, supervisés par le cardinal-camerlingue. Ce dernier contrôlait les aspects économiques, fiscaux, judiciaires, politiques de Rome et de l’Italie centrale. Il organisait l’approvisionnement, les douanes, l’entretien des infrastructures urbaines, les ports, l’émission de la monnaie, les prisons, etc. Un vicaire du pape s’occupait des affaires spirituelles du diocèse. Les juridictions civiles de la ville virent leurs attributions diminuer face aux tribunaux de l’administration pontificale. La ville perdit aussi son autonomie financière, comme les autres localités de l’État papal, et passa sous le contrôle de la Chambre apostolique72.

  • 73 A. Modigliani, I Porcari. Storie di una famiglia romana tra Medioevo e Rinascimento, Rome, 1994, p. (...)
  • 74 P. Farenga, « I Romani sono pericoloso populo... Roma nei carteggi diplomatici », dans Roma capital (...)
  • 75 L. Palermo, « L’approvvigionamento granario della capitale. Strategie economiche e carriere curiali (...)

82En quelques décennies, la société communale et ses valeurs firent place à une société politique restructurée par la fidélité au seigneur pape et par le clientélisme curial. La dernière conjuration autonomiste, menée par Stefano Porcari, fut écrasée en 1453 par Nicolas V73. La vie civique s’étiola, même si les Romains pestaient contre l’anéantissement de leur liberté communale, l’afflux des étrangers à la curie, la politique urbanistique des papes, etc.74 ; seules les intrigues des clans curiaux continuèrent à l’animer (ainsi, la conspiration de l’Académie romaine en 1468-1469). La régulation du ravitaillement céréalier par l’Abbondanza papale ôtait le principal motif de troubles populaires à partir du milieu du xve siècle75. La seigneurie papale triomphait et l’assujettissement de la ville fut amplifié par les révisions statutaires de Paul II (1469), puis de Grégoire XIII (1580).

La prospérité sociale et économique d’une capitale76

  • 76 L. Palermo, « L’economia », dans Roma del Rinascimento, A. Pinelli dir., op. cit., p. 49-91 ; A. Es (...)

83Le retour de la papauté à Rome stimula de manière déterminante l’économie de la ville, généra l’augmentation des échanges et incita de nombreux migrants à s’installer : la population passa de 25 000 habitants à la fin du xive siècle à 32 000 vers 1430, puis à plus de 53 000 en 1526/1527.

  • 77 B. Schwarz, « L’organizzazione curiale di Martino V ed i problemi derivanti dallo schisma », dans A (...)
  • 78 Échappaient à la juridiction des tribunaux de la ville les curialistes, le groupe aux contours plus (...)
  • 79 Ch. Schuchard, Die Deutschen an der päpstlichen Kurie im späten Mittelalter, 1378-1447, Tubingen, 1 (...)
  • 80 A. Modigliani, « Continuità e trasformazione dell’aristocrazia municipale romana nel XV secolo », d (...)

84La curie romaine, plus nombreuse en dépit des souhaits des conciliaristes77, s’était en grande partie cléricalisée. Jouissant toujours d’une immunité juridique78, elle formait un monde cosmopolite, composé majoritairement de non-Italiens jusqu’à la fin du xve siècle79 et largement coupé de la société autochtone. Rares étaient les familles romaines qui arrivaient à se hisser au sommet de la hiérarchie curiale, hormis les Orsini et les Colonna ; ces derniers fournirent avec Martin V (1417-1431) le dernier pape romain avant 1590. Les barons avaient perdu leur influence politique en ville, mais conservaient une position économique prospère avec leurs domaines féodaux dans la campagne et des quartiers entiers à Rome. Les nouvelles familles dominantes en ville depuis la fin du xive siècle80, les bovattieri, bénéficiaient des retombées économiques de la présence de la papauté (alimentation, spéculation foncière et immobilière, etc.), mais n’occupèrent qu’une place marginale dans la bureaucratie pontificale avant le milieu du xve siècle. Le népotisme et le clientélisme curial, qui se renforçaient aux xve et xvie siècles, profitaient avant tout à des familles vénitiennes, siennoises, ligures, florentines, espagnoles, etc.

  • 81 A. Esch, « Das Papsttum unter der Herrschaft der Neapolitaner. Die führende Gruppe Neapolitaner Fam (...)
  • 82 M. Cassandro, « I banchieri pontifici nel XV secolo », dans Alle origini della nuova Roma, op. cit. (...)
  • 83 A. Esposito, Un’altra Roma. Minoranze nazionali e comunità ebraiche tra Medioevo e Rinascimento, Ro (...)

85En cela, la papauté revenue constituait un important moteur pour la mobilité sociale et le renouvellement de la population dans la capitale, où de nombreux étrangers s’établissaient dans son sillage. Après un intermède napolitain sous Boniface IX Tomacelli (1389-1404)81, les marchands et banquiers florentins (dont les Médicis) dominèrent l’économie locale82, marginalisant leurs homologues romains en déclin depuis le milieu du xiiie siècle. Ils prirent en main les finances papales, investirent la bureaucratie curiale (chancellerie), importèrent leur goût artistique et influencèrent même l’évolution de la langue parlée (toscanisation du romanesco). L’élection des papes Médicis Léon X (1513-1521) et Clément VII (1523-1534) couronna plus d’un siècle d’ascension dans la société romaine. L’attraction de Rome capitale explique aussi les importantes minorités d’Allemands, Lombards, Espagnols, Français, etc.83, alors que la communauté juive était installée de longue date. L’afflux d’étrangers favorisa le développement des fondations nationales à partir du xive siècle pour l’accueil des pèlerins, les confréries des communautés vivant à Rome et même les représentations diplomatiques à la fin du xve siècle.

  • 84 A. Esch, Ch. L. Frommel éd., Arte, committenza ed economia a Roma e nelle corti del Rinascimento, 1 (...)
  • 85 A. Esch, « Roma come centro di importazioni nella seconda metà del Quattrocento ed il peso economic (...)
  • 86 I. Ait et A. Esch, « Aspettando l’Anno Santo. Fornitura di vino e gestione di taverne nella Roma de (...)

86L’économie urbaine connut un réel dynamisme, stimulé par les ressources de la curie (reconstituées en partie après les troubles du Grand Schisme), les chantiers et le mécénat des papes et des cardinaux84, la croissance de la population et l’afflux des visiteurs et des pèlerins, ainsi que par son intégration dans les grands circuits commerciaux et financiers de l’Italie centrale et tyrrhénienne. Deux tiers des importations et de l’activité du port de Rome résultaient de la demande curiale en 1452-148085, en particulier pour les armes et les produits luxueux. L’afflux des pèlerins, attirés par les indulgences multipliées par les papes, soutenait grandement l’économie (hôtellerie, restauration, articles religieux, cierges, banque) et lui donnait même son rythme saisonnier au printemps et à l’automne86. La multiplication des jubilés, promulgués tous les quarts de siècle à partir de 1423, relançait l’activité économique et la rénovation urbaine.

Le décor renouvelé d’une capitale de la Renaissance87

  • 87 M. L. Gualandi, « Roma resurgens. Fervore edilizio, trasformazioni urbanistiche e realizzazioni mon (...)

87Croît démographique et immigration soutenus provoquèrent une densification urbaine intra-muros notable. La capitale perdit en partie son aspect campagnard pour prendre l’allure d’une grande ville. Dès Martin V (1417-1431), les papes souverains urbis et orbis développèrent une politique de prestige édilitaire et de mécénat artistique caractéristique des princes de la Renaissance, mais amplifiant aussi une attitude déjà perceptible chez leurs prédécesseurs. Rivalisant avec les vestiges antiques admirés sur place, papes et cardinaux construisirent toujours plus grand et plus somptueux, pour leur gloire propre et celle de Dieu.

  • 88 O. Verdi, Maestri di edifici e di strade a Roma nel secolo XV, Rome, 1997.
  • 89 G. Curcio, « Nisi celeriter reparetur totaliter est ruitura. Notazioni su struttura urbana e rinnov (...)
  • 90 F. Benzi, Sisto IV renovator Urbis. Archittetura a Roma, 1471-1484, Rome, 1990.
  • 91 C. W. Westfall, L’invenzione della città. La strategia urbana di Niccolo V e Alberti nella Roma del (...)
  • 92 A. Pinelli dir., La Basilica di San Pietro in Vaticano, Modène, 2000.
  • 93 S. Valtieri, Il palazzo del principe, il palazzo del cardinale, il palazzo del mercante nel Rinasci (...)
  • 94 M. Magri, « Il palazzo senatorio dal pontificato di Bonifacio IX ai primi del’500 », dans La faccia (...)

88L’espace public devint étroitement contrôlé par les magistri viarum instaurés par Martin V en 1425 ; ils s’occupaient de la voirie, de l’hygiène, des constructions88. Ponts, aqueducs, rues furent réparés ou nouvellement créés ; les basiliques furent restaurées ou entièrement reconstruites. Après de timides débuts sous Martin V89, le remodelage urbain s’épanouit dans les projets grandioses mais inachevés de Nicolas V (1447-1455) et de Sixte IV (1471-1484)90, qui ouvraient la voie aux grands bâtisseurs du xvie siècle (Jules II, Pie IV, Grégoire XIII, Sixte V). Le quartier du Vatican, bien fortifié et désormais résidence habituelle du pape depuis le retour d’Urbain V en 1367, fut réorganisé pour héberger la curie, peut-être sous l’inspiration d’Alberti91. En 1452, même l’antique et emblématique basilique constantinienne de Saint-Pierre commença à être démolie pour faire place à des projets architecturaux démesurés qui n’aboutirent qu’un siècle et demi plus tard92. La curie débordait dans les autres quartiers de la ville, où les cardinaux rivalisaient de luxe dans la construction de somptueux palais accueillant leurs cours princières raffinées93. Le Capitole, ancien centre politique de la commune, fut monumentalement réorganisé par les papes qui y imprimèrent fortement leur marque : fortification et changement d’orientation du palais communal94, adjonction par Nicolas V du Palais des Conservateurs (1450-1453) à l’ouest de la place, installation muséale et théâtrale de bronzes antiques transférés par Sixte IV en 1471 depuis le Latran (dont le palais était délaissé depuis Nicolas V), en attendant la mise en scène de la nouvelle place par Michel Ange sous Paul III (1534-1549).

  • 95 F. Farinella, « Un percorso nella cultura artistica romana (1423-1622) », dans Roma del Rinasciment (...)
  • 96 Roma e lo Studium Urbis. Spazio urbano e cultura dal Quattro al Seicento, Rome, 1992.
  • 97 G. Lombardi, « Libri e istituzioni a Roma : diffusione e organizzazione », dans Roma del Rinascimen (...)
  • 98 M. A. Visceglia, « Ceremoniali romani : il ritorno e la trasfigurazione dei trionfi antichi », dans(...)

89Artistes et humanistes lettrés étaient protégés par les papes et les cardinaux dans une capitale où les restes antiques attiraient la curiosité95. La papauté réorganisa l’université (1406, surtout en 1431-1433)96 et ouvrit aux savants sa précieuse bibliothèque au palais du Vatican (1475)97. La culture latine fut mise au service du pontife, nouvel empereur dans une Rome rénovée comparée à celle de l’Antiquité (Cyriaque d’Ancône, Giannozzo Manetti, Leon Battista Alberti, Biondo Flavio, Lorenzo Valla, Baldasare Castiglione, etc.). Le jour des Rameaux 1507, après la reconquête de Bologne, Jules II, Christ et César, rentrait en triomphe dans sa capitale98.

  • 99 M. Maccarrone, « La concezione di Roma città di Pietro e Paolo : da Damaso a Leone I », dans Roma. (...)

90De l’an mil à la Renaissance, Rome concentre de manière contrastée différents aspects de la capitale médiévale. Pour que cette ville devienne une capitale, il fallait en effet qu’elle accueille la résidence stabilisée d’un de ses maîtres potentiels et concurrents, mais aussi que celui-ci constitue un État territorial hiérarchisé et qu’il ait besoin d’un pôle fixe pour le contrôler. Quoique trésor de légitimité symbolique politique et religieuse, Rome ne réunit pas pleinement et durablement ces conditions avant le xve siècle, parce que les pouvoirs susceptibles de l’investir n’en avaient pas le projet, la nécessité ou les moyens. Elle fut donc à la fois ou successivement une capitale virtuelle, une capitale à éclipse, une capitale déchue pour l’empereur trop germanique, pour la commune incapable de transformer son contado en État, mais aussi pour la papauté privilégiant l’adaptation à la géopolitique de la Chrétienté latine, avant qu’elle ne limite au xve siècle ses ambitions temporelles à un État d’Italie centrale organisé depuis une curie sédentarisée sur le tombeau sanctifiant de Pierre dans le décor de l’ancien Empire romain. Le modèle obsédant de la capitale antique se trouvait alors rénové par le princeps de l’Ecclesia Romana, assimilée à la caput totius Romani orbis, elle-même spirituellement étendue au monde, concrétisant et infléchissant une réflexion remontant aux ive et ve siècles99. Au xvie siècle, le dôme du Vatican domine la capitale catholique et rivalise avec celui du Panthéon antique, de la cité-État florentine et de l’impériale et musulmane Istanbul ottomane, urbi et orbi.

Notes

1 Thème sur lequel je n’entends pas m’attarder, préférant renvoyer à A. Giardina et A. Vauchez, Il mito di Roma da Carlo Magno a Mussolini, Rome, 2000.

2 Pour l’histoire événementielle : P. Brezzi, Roma e l’impero medievale (774-1252), Bologne, 1947 ; E. Duprè Theseider, Roma dal comune di popolo alla signoria pontificia (1252-1377), Bologne, 1952 ; P. Paschini, Roma nel Rinascimento, Bologne, 1940. Synthèses récentes : A. Vauchez dir., Roma medievale, Bari, 2001 ; P. Delogu dir., Roma medievale. Aggiornamenti, Florence, 1998 ; M. Chiabo, G. D’Alessandro, P. Piacentini, C. Ranieri éd., Alle origini della nuova Roma. Martino V (1417-1431), Rome, 1992 ; S. Gensini dir., Roma capitale (1447-1527), San Miniato, 1994 ; A. Pinelli dir., Roma nel Rinascimento, Bari, 2001 ; A. Fiorani et A. Prosperi, Roma, la città del papa. Vita civile e religiosa dal giubileo di Bonifacio VIII al giubileo di papa Wojtyla, Turin, 2000.

3 G. Laehr, Die konstantinische Schenkung in der abendländischen Literatur des Mittelalters, Berlin, 1926 ; E.-D. Hehl, « 798. Ein erstes Zitat aus der konstantinischen Schenkung », Deutsches Archiv, 47, 1991, p. 1-17.

4 G. Althoff, Otto III., Darmstadt, 1996 ; P. E. Schramm, Kaiser, Rom und Renovatio. Studien zur Geschichte des römischen Erneuerungsgedankens vom Ende des karolingischen Reiches bis zum Investiturstreits, 2 vol., Leipzig, 1929, 4e éd., Darmstadt, 1984 ; P.-Y. LE Pogam, « Otton III sur le Palatin ou sur l’Aventin ? Notes sur les résidences aristocratiques de l’Aventin au xe siècle, notamment celle de Sainte-Sabine », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 116, 2004, p. 595-609, qui remet en question la thèse de la résidence d’Otton III sur le Palatin, défendue par C. Brühl, « Die Kaiserpfalz bei St Peter und die Pfalz Ottos III. auf dem Palatin », dans id., Aus Mittelalter und Diplomatik. Gesammelte Aufsatze, I, Darmstadt, 1989, p. 32-51.

5 A. M. Drabek, Die Verträge der frankischen und deutschen Heerscher mit dem Papsttum von 754 bis 1020, Vienne, 1976 ; P. Partner, The Lands of Saint Peter. The Papal State in the Middle Ages and the Early Renaissance, Berkeley, 1972, p. 1-106.

6 J. Petersohn, « Kaiser, Papst und Praefectura Urbis zwischen Alexander III. und Innocenz III. », Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken, 60, 1980, p. 157-188 ; id., « Der Vertrag der römischen Senats mit Papst Clemens III. (1188) und das Pactum Friedrichs Barbarossa mit der Römern (1167) », Mitteilungen des Instituts für Österreichischen Geschichte, 82, 1974, p. 289-337.

7 A. de Boüard, Le régime politique et les institutions de Rome au Moyen Âge, 1252-1347, Paris, 1920, p. 114-126.

8 Clément III pour Henri IV (1084), Pascal III pour Frédéric Ier (1167), Nicolas V pour Louis de Bavière (1327).

9 Henri IV (1084), Lothaire de Supplimbourg (1133), Henri VII (1312).

10 La lex regia de imperio de Vespasien servit de base aux révoltés de la commune romaine en 1154 pour proposer à Frédéric Ier de le couronner sur le Capitole. Frédéric II s’y référa pour flatter les Romains et gagner leur alliance. Cola di Rienzo en fit aussi une large interprétation.

11 H. Houben, « La componente romana nell’istituzione imperiale da Ottone I a Federico II », dans Roma antica nel medioevo. Mito, rappresentazioni, sopravvivenze nella « Respublica christiana » dei secoli IX-XIII. Atti della XIV settimana internazionale di studio (Mendola, 24-28 agosto 1998), Milan, 2001, p. 27-47.

12 R. Folz, L’idée d’Empire en Occident du ve au xve siècle, Paris, 1953.

13 Roma aurea à partir d’Henri III ; Roma aurea caput mundi ; Roma caput mundi regit orbis frena rotundi et une représentation schématique de la ville sur le sceau de Conrad II (1033) ; à peu près la même chose pour Frédéric II qui appelait Rome Caput imperii nostri, tout en ne tentant rien pour s’en emparer ou y résider.

14 Frédéric II utilise cet adage pour excuser son absence du royaume allemand en 1226 : E. Kantorowicz, The King’s two bodies. A study in mediaeval political theology, Princeton, 1957, p. 204 note 34. Le processus de dissociation entre la ville de Rome et l’idée politique de Rome, source de la légitimité de l’imperium, a débuté au ier siècle avant J.-C. : R. Turcan, « Rome hors de Rome de Sertorius à Constantin : processus et modalités historiques d’une dissociation », dans Roma fuori di Roma : istituzioni e immagini. Atti del V seminario internazionale di studi storici Da Roma alla terza Roma (21-22 aprile 1985), P. Catalano, P. Siniscalco éd., Rome, 1985, p. 59-68.

15 D. J. Birch, Pilgrimage to Rome in the Middle Ages. Continuity and Change, Woodbridge, 1998.

16 É. Hubert, « L’organizzazione territoriale e l’urbanizzazione », dans Roma medievale, A. Vauchez éd., op. cit., p. 159-186 ; S. Romano, « Arte del medioevo romano : la continuità e il cambiamento », dans ibid., p. 267-289 ; A. Monciatti éd., Domus et splendida palatia : residenze papali e cardinalizie a Roma fra xii e xv secolo, Pise, 2004.

17 A. Augenti, Il Palatino nel Medioevo. Archeologia e topografia (secoli vi-xiii), Rome, 1996 (à corriger en ce qui concerne l’hypothèse erronée de la résidence d’Otton III).

18 I. Herklotz, Gli eredi di Costantino. Il papato, il Laterano e la propaganda visiva nel XII secolo, Rome, 2000 ; M. T. Gigliozzi, I palazzi del papa. Archittetura e ideologia : il Duecento, Rome, 2003, p. 45-105.

19 A. Paravicini Bagliani, « Bonifacio VIII, l’affresco di Giotto e i processi contro i nemici della Chiesa. Postilla al Giubileo del 1300 », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 112, 2000, p. 459-483.

20 I. Herklotz, « Der Campus Lateranensis im Mittelalter », Römische Jahrbuch für Kunstgeschichte, 22, 1985, p. 1-43.

21 M. Maccarrone, « La Cathedra Sancti Petri nel medioevo : da simbolo a reliquia », Rivista di Storia della Chiesa in Italia, 39, 1985, p. 349-467.

22 L’archittetura della basilica di San Pietro ; storia e construzione, Quaderni dell’Istituto di storia dell’architettura, 25-30 (1995-1997), dont l’article de G. Villetti, « Architetture di Borgo nel Medioevo », p. 73-90.

23 A. M. Voci, Nord o Sud ? Note per la storia del medioevale palatium apostolicum apud Sanctum Petrum e delle sue cappelle, Vatican, 1992 ; M. T. Gigliozzi, I palazzi del papa, op. cit., p. 45-105.

24 A. Tomei, « Un modello di committenza papale : Niccolo III e Roma », dans Sancta Sanctorum, Milan-Vatican, 1995, p. 192-201.

25 P.-Y. Le Pogam, De la Cité de Dieu au Palais du pape : les résidences pontificales dans la seconde moitié du xiiie siècle (1254-1304), Rome, 2005.

26 R. Krautheimer, Rome, portrait d’une cité, 312-1308, Paris, 1999 (éd. américaine, Princeton, 1980) ; H. Belting, « Papal artistic commissions as definitions of the medieval Church in Rome », dans Light on the Eternal City, H. Hager et A. S. Munshower éd., State College, 1987, p. 13-89 ; J. Gardner, « Patterns of papal patronage », dans The Religious Roles of the Papacy : Ideals and Realities, 1115-1300, C. Ryan éd., Toronto, 1989, p. 439-456 ; A. M. Romanini éd., Roma nel Duecento. L’arte della città dei papi da Innocenzo III a Bonifacio VIII, Turin, 1994.

27 H. Toubert, Un art dirigé. Réforme grégorienne et iconographie, Paris, 1990 ; V. Pace, « Caratteri di continuità e valenze ideologiche nell’arte romana », dans id., Arte a Roma nel Medioevo, Rome, 2000, p. 5-20.

28 J. Gardner, « Il patrocinio curiale e l’introduzione del gotico : 1260-1305 », dans Il Gotico europeo in Italia, V. Pace, M. Bagnoli éd., Naples, 1994, p. 85-88.

29 P.-Y. Le Pogam, « Emplacement marginal des palais pontificaux et “recentrage urbain” dans la Rome du xiiie siècle », dans Les palais dans la ville. Espaces urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale, P. Boucheron, J. Chiffoleau éd., Lyon, 2004, p. 141-163.

30 A. Paravicini Bagliani, Le corps du pape, Paris, 1997 (éd. italienne, Turin, 1994) ; B. Schimmelpfennig, « Die Bedeutung Roms im päpstlichen Zeremoniell », dans Rom im hohen Mittelalter. Studien zu den Romvorstellungen und zur Rompolitik vom 10. bis zum 12. Jahrhundert, B. Schimmelpfennig, L. Schmugge éd., Sigmaringen, 1992, p. 47-61 ; M. A. Visceglia, C. Brice éd., Cérémonial et rituel à Rome (xvie-xixe siècle), Rome, 1997 ; B. Schimmelpfennig, Die Zeremonienbücher der römischen Kurie im Mittelater, Tubingen, 1973 ; M. Dykmans, Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance, 4 vol., Bruxelles, 1977-1985.

31 La storia dei giubilei, vol. I : 1300-1423, G. Fossi dir., Prato, 1997, p. 168-277.

32 S. Twyman, Papal Ceremonial at Rome in the Twelth Century, Rochester, 2002.

33 A. Boureau, « Vel sedens, vel transiens : la création d’un espace pontifical aux xie et xiie siècles », dans Luoghi sacri e spazi della santità, S. Boesch Gajano, L. Scaraffia éd., Turin, 1990, p. 367-379 ; N. Gussone, Thron and Inthronisation des Papstes von den Anfängen bis zum 12. Jahrhundert, Bonn, 1978 ; E. Eichmann, Weihe und Krönung des Papstes im Mittelalter, Munich, 1951 ; B. Schimmelpfennig, « Die Krönung des Papstes im Mittelalter dargestellt am Beispiel der Krönung Pius’II. (3.9.1458) », Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken, 54, 1974, p. 192-270.

34 S. Carocci éd., Itineranza pontificia. La mobilità della curia papale nel Lazio (secoli xii-xiii), Rome, 2003 ; A. Paravicini Bagliani, « La mobilità della curia romana nel secolo XIII. Riflessi locali », dans Società e istituzioni dell’Italia comunale : l’esempio di Perugia (secoli xii-xiv), I, Pérouse, 1988, p. 155-278 (avec l’itinéraire de la curie au xiiie siècle, p. 225-246) ; M. Dykmans, « Les transferts de la curie romaine du xiiie au xve siècle », Archivio della Società Romana di Storia Patria, 103, 1980, p. 91-116.

35 Les papes ne séjournèrent à Rome que durant 82 ans de 1100 à 1304. Par exemple, Urbain II (1088-1099) y résida 4 ans sur 11 (mais il lui fallait compter avec l’antipape Clément III, 1080-1100) ; Pascal II (1099-1118), 5 ans sur 18 ; Eugène III (1145-1153) 16 mois sur 100 ; Adrien IV (1154-1159) 30 mois sur 57 ; Alexandre III (1159-1181) 36 mois sur 252 (15 %). Au xiiie siècle, l’absence du pape n’est plus compensée par la présence d’antipapes. Grégoire IX (1227-1241) passe les deux tiers de son pontificat hors de Rome, Innocent IV (1243-1254) 90 %, Alexandre IV (1254-1261) les trois quarts, Nicolas IV (1288-1292) 55 %, Boniface VIII (1294-1303) 45 %, alors que l’absence des papes est presque totale de 1261 à 1277 et de 1281 à 1285.

36 M. T. Gigliozzi, I palazzi del papa, op. cit., p. 9-43, 107-226.

37 S. Carocci, Il nepotismo nel Medioevo. Papi, cardinali e famiglie nobili, Rome, 1999.

38 M. Macarrone, « Ubi est papa, ibi est Roma », dans Aus Kirche und Reich. Studien zur Theologie, Politik und Recht im Mittelalter, Festschrift für F. Kempf, H. Mordek éd., Sigmaringen, 1983, p. 371-382.

39 L’abbé d’Andres (Flandres), se rendant à la cour d’Innocent III alors à Viterbe en 1207, s’exclamait : « Viterbium tandem deveni et ibid. Romam inveni » (Chronica Willelmi Andrensis, dans Monumenta Germaniae Historica, Scriptores, 24, Hanovre, 1879, p. 737). Niccolo da Calvi, biographe d’Innocent IV au milieu du xiiie siècle, compare Lyon investie par la curie « tamquam ad Romam alteram » (A. Melloni, Innocenzo IV. La concezione e l’esperienza della cristianità come regimen unius personae, Gênes, 1990, p. 269).

40 B. Guillemain, Histoire d’Avignon, Aix-en-Provence, 1979, p. 175-275 ; contributions de V. Theis, D. Carru, J.-M. Poisson, dans Le palais dans la ville, P. Boucheron, J. Chiffoleau éd., op. cit. ; J. Gaudemet, « Ubi Papa, ibi Roma ? », dans Roma fuori di Roma, P. Catalano, P. Siniscalco éd., op. cit., p. 69-80.

41 B. Schimmelpfennig, « Die Funktion des Papstpalastes und der Kurialiengesellschaft vor und während des Grossen Schismas », dans Genèse et début du Grand Schisme d’Occident (1362-1394), Paris, 1980, p. 317-328.

42 W. Maleczek, « Rombeherrschung und Romerneuerung durch das Papsttum », dans Rom im hohen Mittelalter, B. Schimmelpfennig, Schmugge éd., op. cit., p. 15-27 ; J.-Cl. Maire-Vigueur, « Il comune romano », dans Roma medievale, A. Vauchez éd., op. cit., p. 117-157 ; études classiques à réviser : L. Halphen, Étude sur l’administration de Rome au Moyen Âge (751-1252), Paris, 1907, p. 1-52 ; A. de Boüard, Le régime politique, op. cit.

43 K. J. Herrmann, Das Tuskulaner-Papsttum, 1012-1046, Stuttgart, 1973 ; P. Toubert, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du ixe à la fin du xiie siècle, Rome, 1973, II, p. 998-1038.

44 R. Elze, « Das Sacrum Palatium Lateranense im 10. und 11. Jahrhundert », Studi gregoriani, 4, 1952, p. 27-54.

45 H. W. Klewitz, « Die Entstehung des Kardinalskollegiums », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, kanonische Abteilung, 25, 1936, p. 115-121 ; K. Jordan, « Die Entstehung der römischen Kurie », ibid., 28, 1939, p. 97-152 ; J. Sydow, « Untersuchungen zur kurialen Verwaltungsgeschichte im Zeitalter der Reformspapsttum », Deutsches Archiv, 11, 1954/1955, p. 18-73.

46 I. Baumgärtner, « Rombeherrschung und Romerneuerung. Die römische Kommune im 12. Jahrhundert », Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken, 69, 1989, p. 27-79. Sur l’administration : L. Halphen, Étude sur l’administration, op. cit., p. 53 à fin ; A. de Boüard, Le régime politique, op. cit., p. 127-186.

47 Une légende racontait que les consuls et les sénateurs antiques avaient gouverné le monde depuis la colline du Capitole, qui devint le lieu du pouvoir de la commune médiévale (palais sénatorial, réunion des assemblées, lieu des lectures publiques des sentences et des exécutions capitales de la justice communale).

48 Les deniers du sénat portaient la devise Roma caput mundi. Malgré l’accord de 1188, la papauté ne rouvrit pas son atelier monétaire et Innocent III donna cours forcé et exclusif à la monnaie sénatoriale dans toute la Campanie.

49 S. Carocci et M. Vendittelli, « Società ed economia (1050-1420) », dans Roma medievale, A. Vauchez éd., op. cit., p. 71-116.

50 T. DI Carpegna Falconieri, Il clero di Roma nel Medioevo. Istituzioni e politica cittadina (secoli VIII-XIII), Rome, 2002.

51 Le sénat reconnut en 1235 qu’il n’avait pas juridiction sur le clergé, ni sur les familiers du pape et des cardinaux, sauf lorsqu’il s’agissait de Romains laïcs, ni sur les pèlerins qui eux relevaient de la justice du chapitre de Saint-Pierre de Rome. Abrogé, cet accord fut remis en vigueur en 1241, puis après Brancaleone (A. De Boüard, Le régime politique, op. cit., p. 188-189).

52 De 1058 à 1503 : 12 papes sur 62 sont originaires de Rome ou du Latium (4 de 1058 à 1198, 7 de 1198 à 1304, 0 de 1305 à 1417, 1 de 1417 à 1503, sans compter les antipapes). Sur les cardinaux : F. Broderick, « The sacred college of cardinals : size and geographical composition », Archivum Historiae Pontificiae, 25, 1987, p. 7-71.

53 M. Vendittelli, In partibus Anglie. Cittadini romani alla corte inglese nel Duecento : la vicenda di Pietro Saraceno, Rome, 2001 ; id., « Élites citadines : Rome aux xiie-xiiie siècles », dans Les élites urbaines au Moyen Âge, xviie congrès de la SHMESP (Rome, 23-25 mai 1996), Paris, 1997, p. 183-191.

54 S. Carocci, Il nepotismo nel medioevo, op. cit. ; A. Rehberg, Kirche und Macht im römischen Trecento. Die Colonna und ihre Klientel auf dem kurialen Pfründenmarkt (1278-1378), Tubingen, 1999.

55 F. Allegrezza, « Trasformazioni della nobilità nel Trecento », dans Roma medievale, P. Delogu éd., op. cit., p. 211-220.

56 G. Arnaldi, Le origini dello Stato della Chiesa, Turin, 1987 ; F. Marazzi, I Patrimonia Sanctae Romanae Ecclesiae nel Lazio (secoli IV-X). Struttura amministrativa e prassi gestionali, Rome, 1998 ; P. Toubert, Les structures du Latium, op. cit., II, p. 935-1081.

57 Benoît XII essaya en vain d’intégrer Rome dans une province voisine de l’État papal par une union personnelle, en 1337 et 1339 (de Boüard, Le régime politique, op. cit., p. 81).

58 D. Waley, « Lo stato papale dal periodo feudale a Martino V », dans Storia d’Italia, G. Galasso dir., vol. VIII/2 : Comuni e signorie nell’Italia nordorientale e centrale, Turin, 1987, p. 231-320 ; P. Partner, The lands of St Peter, op. cit. ; A. Sennis, « Un territorio da ricomporre : il Lazio tra i secoli IV e XIX », dans Atlante storico-politico del Lazio, Rome-Bari, 1997, p. 27-62.

59 A. de Boüard, Le régime politique, op. cit., p. 199-224.

60 Célestin III abandonna Tusculum (1191), Innocent III favorisa la soumission de Viterbe (1201), Grégoire IX autorisa Rome à imposer une forme de soumission à Viterbe, mais les Romains abusèrent et le pape les combattit (1233-1235).

61 T. di Carpegna Falconieri, Cola di Rienzo, Rome, 2002, en particulier p. 89-108 ; M. Miglio, « Il progetto politico di Cola di Rienzo ed i comuni del Italia centrale », dans ID., Scritture, scrittori e storia. I. Per la storia del Trecento a Roma, Manziana, 1991, p. 89-98.

62 « Licet ad cunctos populos sub religione christiane fidei militantes, tanquam universalis pastor gregis dominici pro eorum cura vigili attente mentis aciem extendamus, romanam tamen Urbem, quam divina clementia statuit caput orbis et ubi nostri sedem apostolatus celestis dispositio stabilivit et firmavit Ecclesie fundamenta, eo precordalius intuemur quo locus ille, majorum dignitatem precelsis titulis insignitus, potiori dignoscitur veneratione colendus… », Regestrum Clementis papae V, Vatican, 1884, no 1645 (voir aussi no 2257, 2272, 5056, etc.).

63 La storia dei giubilei, op. cit., I, p. 278-311.

64 L’impact économique, évident durant le long séjour avignonnais, est déjà perceptible au xiiie siècle dans les accords conclus entre la papauté et les communes d’accueil (par exemple Viterbe en 1266, 1269/70 et 1278) : les propriétaires de logements et les commerçants espéraient tirer des bénéfices du séjour de la curie (augmentation des prix des denrées et des loyers, consommation plus grande, etc.) ; A. Paravicini Bagliani, « La mobilità della curia romana », art. cité.

65 Lettre du sénateur de Rome à Innocent IV parti à Lyon, 1245 (E. Dupré Theseider, L’idea imperiale di Roma nella tradizione del medioevo, Milan, 1942, p. 192). En 1253, les Romains considèrent le pape uniquement comme leur pasteur spirituel et non comme le souverain de leur ville : « Romani […] papam rogabant ut Romam rediret, more boni pastoris gregem suum minaturus, et ut gaudeant Roma suo pontifice, sicut alie civitates suo presule gratulantur » (Matthieu Paris, Chronica majora, H. R. Luard éd., V, Londres, 1877, p. 372 ; voir aussi p. 417-418).

66 E. Kantorowicz, The King’s two bodies, op. cit., p. 205, no 35.

67 E. Dupré Theseider, Roma dal comune, op. cit., p. 473-478.

68 P. Partner, The Lands of St Peter, op. cit., p. 327-446 ; A. Esch, Bonifaz IX. und der Kirchenstaat, Tubingen, 1969 ; M. Caravale, « Lo stato pontificio da Martino V a Gregorio XIII », dans Lo Stato pontificio da Martino V a Pio IX, M. Caravale et A. Caracciolo dir., Turin, 1978, p. 1-371.

69 I. Lori San Filippo, La Roma dei Romani. Arti, mestieri e professioni nella Roma del Trecento, Rome, 2001.

70 A. Esch, « La fine del libero comune di Roma nel giudizio dei mercanti fiorentini. Lettere romane degli anni 1395-1398 nell’Archivio Datini », Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo e Archivio Muratoriano, 86 (1976-1977), p. 235-277.

71 P. Spagnesi, Castel Sant’Angelo. La fortezza di Roma, Rome, 1995.

72 S. Andretta, « Le istituzioni e l’esercizio del potere », dans Roma del Rinascimento, A. Pinelli dir., op. cit., p. 93-127.

73 A. Modigliani, I Porcari. Storie di una famiglia romana tra Medioevo e Rinascimento, Rome, 1994, p. 51-78.

74 P. Farenga, « I Romani sono pericoloso populo... Roma nei carteggi diplomatici », dans Roma capitale, S. Gensini éd., op. cit., p. 289-315.

75 L. Palermo, « L’approvvigionamento granario della capitale. Strategie economiche e carriere curiali a Roma alla metà del Quattrocento », dans ibid., p. 145-205.

76 L. Palermo, « L’economia », dans Roma del Rinascimento, A. Pinelli dir., op. cit., p. 49-91 ; A. Esposito, « Note sulla populazione romana dalla fine del secolo XIV al Sacco (1527) », dans Popolazione e società a Roma dal Medioevo all’età contemporanea, E. Sonnino éd., Rome, 1998, p. 37-47 ; L. Palermo, « Espansione demografica e sviluppo economico a Roma nel Rinascimento », dans ibid., p. 299-326.

77 B. Schwarz, « L’organizzazione curiale di Martino V ed i problemi derivanti dallo schisma », dans Alle origini della nuova Roma, op. cit., p. 339-345 ; P. Partner, The Pope’s Men : The Papal Service in the Renaissance, Oxford, 1990.

78 Échappaient à la juridiction des tribunaux de la ville les curialistes, le groupe aux contours plus flous des « Romanam curiam sequentes » (comme c’était déjà le cas au xiiie siècle), ainsi que les habitants du Borgo à partir de 1404. Tous relevaient de la juridiction de l’auditeur de la Chambre apostolique. Les curialistes laïques dépendaient de la Curia Savella, mais Sixte IV en réduisit les prérogatives en 1473.

79 Ch. Schuchard, Die Deutschen an der päpstlichen Kurie im späten Mittelalter, 1378-1447, Tubingen, 1987.

80 A. Modigliani, « Continuità e trasformazione dell’aristocrazia municipale romana nel XV secolo », dans Roma medievale, P. Delogu dir., op. cit., p. 267-279 ; A. Esposito, « Li nobili huomini di Roma. Strategie familiari tra città, curia e municipio », dans Roma capitale, S. Gensini dir., p. 373-388 ; J.-Cl. Maire-Vigueur, « Classe dominante et classe dirigeante à Rome à la fin du Moyen Âge », Storia della città, 1, 1976, p. 4-26.

81 A. Esch, « Das Papsttum unter der Herrschaft der Neapolitaner. Die führende Gruppe Neapolitaner Familien an der Kurie während des Schismas 1378-1415 », dans Festschrift für Hermann Heimpel, II, Göttingen, 1972, p. 713-800.

82 M. Cassandro, « I banchieri pontifici nel XV secolo », dans Alle origini della nuova Roma, op. cit., p. 220-234 ; E. Plebani, « Relazioni socio-economiche tra Roma ed i Medici alla fine del medioevo : lo stato attuale delle ricerche », dans Roma medievale, P. Delogu éd., op. cit., p. 331-338.

83 A. Esposito, Un’altra Roma. Minoranze nazionali e comunità ebraiche tra Medioevo e Rinascimento, Rome, 1995.

84 A. Esch, Ch. L. Frommel éd., Arte, committenza ed economia a Roma e nelle corti del Rinascimento, 1420-1530, Turin, 1995.

85 A. Esch, « Roma come centro di importazioni nella seconda metà del Quattrocento ed il peso economico del papato », dans Roma Capitale, S. Gensini dir., op. cit., p. 107-143 ; L. Palermo, Il porto di Roma nel XIV e XV secolo, Rome, 1979.

86 I. Ait et A. Esch, « Aspettando l’Anno Santo. Fornitura di vino e gestione di taverne nella Roma del 1475 », Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken, 73, 1993, p. 387-417.

87 M. L. Gualandi, « Roma resurgens. Fervore edilizio, trasformazioni urbanistiche e realizzazioni monumentali da Martino V Colonna a Paolo V Borghese », dans Roma del Rinascimento, A. Pinelli dir., op. cit., p. 123-160 (surtout p. 123-140 pour le xve siècle). Pour la signification politique de ce remodelage urbain : Ch. Savettieri, « Lo spettacolo del potere : i luoghi, i simboli, le feste », dans ibid., p. 161-198 (surtout p. 161-180 pour le xve siècle et le début du xvie siècle).

88 O. Verdi, Maestri di edifici e di strade a Roma nel secolo XV, Rome, 1997.

89 G. Curcio, « Nisi celeriter reparetur totaliter est ruitura. Notazioni su struttura urbana e rinnovamento edilizio in Roma al tempo di Martino V », dans Alle origini della nuova Roma, op. cit., p. 537-554.

90 F. Benzi, Sisto IV renovator Urbis. Archittetura a Roma, 1471-1484, Rome, 1990.

91 C. W. Westfall, L’invenzione della città. La strategia urbana di Niccolo V e Alberti nella Roma del’400, Rome, 1984 (trad. ital. de l’anglais, Pennsylvania, 1974), avec introduction de M. Tafuri, « Cives esse non licere. La Roma di Niccolo V e Leon Battista Alberti : elementi per una revisione storiografica », p. 13-39.

92 A. Pinelli dir., La Basilica di San Pietro in Vaticano, Modène, 2000.

93 S. Valtieri, Il palazzo del principe, il palazzo del cardinale, il palazzo del mercante nel Rinascimento, Rome, 1988, p. 33-54 ; C. Cresti, Ville e palazzi di Roma, Udine, 1998.

94 M. Magri, « Il palazzo senatorio dal pontificato di Bonifacio IX ai primi del’500 », dans La facciata del palazzo senatorio in Campidoglio. Momenti di storia urbana di Roma, Pise, 1994, p. 63-78.

95 F. Farinella, « Un percorso nella cultura artistica romana (1423-1622) », dans Roma del Rinascimento, A. Pinelli dir., op. cit., p. 337-401 ; S. Simoncini, « Tendenze e figure della cultura », dans ibid., p. 199-266 ; C. L. Stinger, The Renaissance in Rome : Ideology and Culture in the City of the Popes (1443-1527), Bloomington, 1985.

96 Roma e lo Studium Urbis. Spazio urbano e cultura dal Quattro al Seicento, Rome, 1992.

97 G. Lombardi, « Libri e istituzioni a Roma : diffusione e organizzazione », dans Roma del Rinascimento, A. Pinelli dir., op. cit., p. 267-290.

98 M. A. Visceglia, « Ceremoniali romani : il ritorno e la trasfigurazione dei trionfi antichi », dans Roma, la città del papa, A. Fiorani, A. Prosperi éd., op. cit., p. 111-170.

99 M. Maccarrone, « La concezione di Roma città di Pietro e Paolo : da Damaso a Leone I », dans Roma. Costantinopoli. Mosca (Rome, 21 aprile 1981), Naples, 1983, p. 63-85.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540