Version classiqueVersion mobile

Les villes capitales au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public

Marqueurs sociaux et symboliques des capitales

Les demeures de l’empire

Palais urbains et capitalisation du pouvoir au Caire (xive-xve siècle)

Julien Loiseau

Texte intégral

  • 1 Ibn Taghrî Birdî (m. en 1470), Al-Nujûm al-zâhira fî mulûk Misr wa-l-Qâhira, W. Popper éd., Univer (...)
  • 2 Preuve a contrario, les velléités d’ingérence de Mehmed II, cinq ans après la prise de Constantino (...)
  • 3 Les dénombrements de feux, effectués au lendemain de la conquête ottomane, permettent d’estimer la (...)

1On sait le retentissement qu’eut, en Occident, la prise de Constantinople en 1453 par le sultan ottoman Mehmed II. L’événement fut, tout autant, reçu à sa juste mesure dans les États islamiques de la région. Au Caire, en octobre de la même année, la liesse attendait l’ambassadeur ottoman et ses captifs, des membres du clergé de Sainte-Sophie exhibés comme les meilleures preuves de ce succès inattendu de l’islam sur son plus vieil adversaire1. L’affaire, cependant, n’était pas sans conséquences fâcheuses pour le sultan du Caire. Avec la prise de Constantinople, l’Ottoman disposait désormais d’une légitimité islamique incontestable, à même de soutenir, contre le souverain mamelouk, son ambition à l’hégémonie politique sur l’islam sunnite2. Avec la prise de Constantinople, l’Ottoman disposait désormais d’une véritable capitale, comparable par son histoire, sinon par ses dimensions, à la capitale des sultans mamelouks : Le Caire, la plus grande ville du monde islamique aux xive et xve siècles3. La prise du Caire par le sultan Selim en 1517 ouvrait au pouvoir ottoman près de trois siècles d’hégémonie au Proche-Orient.

  • 4 Ibn Iyâs (mort en 1524), Badâ’i’al-zuhûr fî waqâ’i’al-duhûr, M. Mustafa éd., Le Caire, V, 1984, p. (...)
  • 5 Sur les derviches mevlevi, leur installation dans l’enceinte du palais Yashbak et la construction (...)

2En 1517, la capitale impériale des sultans mamelouks glisse ainsi irrémédiablement en province. De cette déchéance, les monuments du Caire pourraient apporter de multiples illustrations. En 1521 encore, des officiers du sultan ottoman Soliman, de passage au Caire, sont logés au pied de la Citadelle, dans l’un des plus grands palais de la ville, le Palais Yashbak construit deux siècles plus tôt (ill. 1)4. Mais en 1607, l’édifice et son vaste périmètre urbain sont concédés en waqf à l’ordre des derviches mevlevi, venus d’Anatolie en Égypte dans les bagages des Ottomans5. Le Palais Yashbak est démobilisé. Avec ce palais disparaît de l’espace politique cairote l’un des lieux les plus éminents qui, deux siècles durant, avait puissamment polarisé la vie politique si versatile du sultanat mamelouk.

  • 6 Voir N. Rabbat, The Citadel of Cairo. A New Interpretation of Royal Mamluk Architecture, Leyde, 19 (...)
  • 7 Ce siècle de bouleversements politiques et urbains, qui voit l’entrée en crise du pouvoir et la re (...)

3L’histoire des palais urbains pourrait bien ainsi être prise à témoin des configurations de pouvoir propres au statut de capitale impériale, qui fut à nouveau celui du Caire sous les sultans mamelouks. A contrario, le siège du pouvoir souverain au Caire – cette Citadelle de la Montagne voulue par Saladin, à l’écart de la ville dont elle domine puissamment le paysage – n’a pas changé, sinon dans ses aménagements intérieurs, depuis le déclassement des palais fatimides au centre du Caire à la fin du xiie siècle jusqu’à la construction en ville, en 1863, d’un palais à la française pour le khédive Ismâ’îl6. Du contrebas de la Citadelle – que la capitale officielle soit Damas comme au temps des Ayyoubides, Le Caire sous les mamelouks ou Istanbul avec les Ottomans –, le pouvoir ne semble guère avoir changé de cours. À l’ombre des palais urbains en revanche, une autre histoire devient lisible, celle des puissants réajustements qui, en quelques décennies, affectèrent en profondeur les formes de la domination urbaine et, à l’heure de la grande crise de la fin du Moyen Âge, modifièrent pour longtemps l’ancrage du pouvoir dans la ville7.

Le sultanat mamelouk, une épopée urbaine

  • 8 Sur l’histoire médiévale du Caire, on pourra se reporter au beau texte de J.-Cl. Garcin, « Le Cair (...)

4Au milieu du xiiie siècle, une aventure politique sans précédent rend Le Caire à son destin impérial. Cité palatiale fondée en 969 par le calife fatimide, à l’écart de Fustât, la grande métropole établie trois siècles plus tôt lors de la prise de l’Égypte par les contingents arabes, Le Caire avait été déchue de son statut de capitale, et ramenée en province, par la promotion de Damas dans la nébuleuse dynastique des Ayyoubides. C’est l’avènement des mamelouks qui prépare son apogée médiéval8.

  • 9 Pour une approche générale de l’histoire des esclaves soldats en Islam, voir D. Ayalon, Le phénomè (...)
  • 10 Voir J.-Cl. Garcin, « Le Proche-Orient à l’époque mamluke », dans J.-Cl. Garcin et alii, États, so (...)

5Une aristocratie militaire des plus singulières, formée d’esclaves soldats, importés et affranchis par leurs pairs, s’est alors rendue maîtresse de la capitale égyptienne. Elle a su imposer sa domination, en trois décennies, à l’ensemble du Proche-Orient, repoussant la menace apocalyptique des cavaliers mongols, réduisant à une peau-de-chagrin la souveraineté déchue des descendants de Saladin, liquidant enfin les ultimes reliefs des États latins de Terre sainte. Les mamelouks, les esclaves soldats, ne sont certes pas des nouveaux venus dans l’histoire de l’Islam. Depuis Samarra au ixe siècle, l’Orient connaît la redoutable efficacité des milices serviles ; les Ottomans, quant à eux, n’y renonceront qu’un millénaire plus tard9. Mais nulle part les esclaves affranchis ne purent jamais prétendre au pouvoir souverain, sinon au Caire en cette fin du Moyen Âge. Fondée sur un recours presque exclusif à l’esclavage, la société militaire mamelouke rassemble ainsi des homines novi, importés des périphéries de l’empire (les plaines de la Volga, le Caucase, l’Anatolie), convertis à l’islam et aux arts de la guerre, convertis à cette société urbaine arabe dont les premiers d’entre eux deviendront les principaux notables et dont quelques-uns pourront même prétendre devenir le souverain10.

  • 11 Selon le principe de l’iqtâ’, auquel eurent fréquemment recours les pouvoirs islamiques à partir d (...)
  • 12 Voir l’ouvrage fondateur d’Ira M. Lapidus, Muslim Cities in the Later Middle Ages, Cambridge, 1967
  • 13 Voir C. F. Petry, The Civilian Elite of Cairo in the Later Middle Ages, Princeton, Princeton Unive (...)

6Cette aristocratie militaire est citadine. C’est en ville, dans la capitale ou dans les chefs-lieux de province, que les officiers et leurs hommes résident, qu’ils tiennent leur société, qu’ils concentrent leurs investissements tant matériels que spirituels ; en ville, qu’ils vivent, meurent et se font inhumer. Des territoires soumis à leur autorité, les mamelouks ne connaissent bien souvent que le nom des circonscriptions qui leur sont concédées, et leur rapport fiscal11. Mieux, dans son exercice même, la domination des mamelouks est pour l’essentiel une hégémonie urbaine12. C’est à la porte de leurs maisons que se noue le réseau des clientèles qui structurent la société urbaine. C’est dans leurs mosquées que l’on prie, de leurs fondations pieuses que vit la foule des oulémas, ces hommes de lettres et de loi qui forment la principale notabilité urbaine arabe13. C’est à leurs greniers que l’on vient s’approvisionner, pour alimenter les marchés et faire tourner les moulins. C’est au rythme de leurs chantiers, enfin, que s’écrit l’histoire des villes.

Le grand Caire, ou la ville des émirs

  • 14 On trouvera un inventaire exhaustif des édifices d’époque mamelouke conservés au Proche-Orient, ai (...)
  • 15 C’est la position adoptée par D. Behrens-Abouseif, « Al-Nâsir Muhammad and al-Ashraf Qâytbây – Pat (...)
  • 16 Voir D. Ayalon, « Studies on the Structure of the Mamluk Army », II, Bulletin of the School of Ori (...)

7De cette épopée urbaine, Alep, Damas, Jérusalem ou encore Gaza portent les traces et conservent le souvenir14. Mais c’est au Caire que s’est joué l’épisode principal. Avec l’avènement du sultanat mamelouk, Le Caire est redevenu capitale : résidence du souverain, siège de la cour et des bureaux qui répartissent l’énorme manne fiscale tirée de la vallée du Nil ; la ville où les premiers officiers de l’État tiennent leur maison, celle où sont encasernés dans leur grande majorité les contingents de l’armée mamelouke. Cette restauration, acquise avec la stabilisation politique de la fin du xiiie siècle, explique largement la forte croissance de la ville, et sa monumentalisation spectaculaire dans le demi-siècle qui suit. Si l’on identifie souvent le grand Caire du xive siècle au long règne du sultan al-Nâsir Muhammad (1310-1341)15, les principaux maîtres d’œuvre de cet apogée urbain sont pourtant les émirs, les officiers de l’armée mamelouke. L’établissement d’un nouveau cadastre, en 1315, n’a guère entamé la fortune fiscale des grandes maisons émirales16. Les officiers sont, loin devant le souverain, les principaux importateurs de mamelouks. Ce sont aussi, dans les villes de province où les conduit leur cursus, comme dans la capitale où ils cherchent à revenir, les premiers édiles.

  • 17 Voir J.-Cl. Garcin, « Le waqf est-il la transmission d’un patrimoine ? », dans J. Beaucamp, G. Dag (...)

8Mosquées, madrasas, couvents de soufis ; caravansérails, bains publics, fontaines : l’équipement spirituel et matériel de la ville est largement le fait des émirs. L’ensemble de ces investissements, qu’ils soient ou non menés dans le même quartier ou la même ville, repose bien souvent sur une base légale unique : le waqf. Cette procédure consiste à établir une fondation pieuse et à lui attribuer soit l’usufruit, soit le revenu de biens mobiliers ou immobiliers, désormais réputés inaliénables, destinés à assurer son fonctionnement et son entretien, et à garantir sa perpétuité jusqu’au jour de la Résurrection. Selon la jurisprudence de certaines écoles de droit, le fondateur reste libre de se désigner lui-même ou de désigner des ayants droit, souvent ses descendants et ses affranchis, comme usufruitiers de ces biens ou bénéficiaires de tout ou partie de leurs revenus, jusqu’à sa mort ou jusqu’à leur extinction, repoussant ainsi l’accomplissement de l’œuvre pieuse à une date indéterminée17. Le waqf est donc intrinsèquement à l’articulation de pratiques édilitaires et de stratégies patrimoniales.

L’émir en sa maison

  • 18 De toutes les réalisations urbaines des émirs, la demeure (dâr) est la plus fréquemment mentionnée (...)
  • 19 Ainsi l’émir Aytmish al-Bajâsî, l’un des principaux officiers du sultan al-Zâhir Barqûq (1382-1399 (...)
  • 20 Dans son vaste tableau historique de l’Égypte et du Caire, véritable biographie de la ville éclaté (...)

9Dans ce dispositif, la demeure du fondateur du waqf occupe une place déterminante. Sa construction précède souvent, dans la carrière de l’émir, les œuvres édilitaires auxquelles il attachera son nom18. Elle détermine alors dans la ville son ancrage, le premier noyau d’un véritable domaine urbain qui s’articulera autour d’elle avec plus ou moins de cohérence, selon les quartiers et selon les moyens politiques et financiers de l’émir19. Enfin, reversé au patrimoine du waqf, le palais de l’émir devient un remarquable bien de rapport, que les régisseurs de la fondation, le plus souvent les descendants du fondateur, s’empressent de louer à un autre officier20.

  • 21 À sa mort en 1412, l’émir Taghrî Birdî al-Atâbakî, gouverneur de Damas et père de l’historiographe (...)
  • 22 Voir sur ce point le catalogue de l’exposition présentée à l’Institut du monde arabe, Chevaux et c (...)
  • 23 Voir J.-Cl. Garcin, « Habitat médiéval et histoire urbaine », op. cit., p. 213-215.

10C’est que ces palais urbains, à l’exemple du Palais Bashtak édifié dans les années 1330 (ill. 2), répondent aux besoins, au train de vie, à la sociabilité propres à cette aristocratie militaire. Les maisonnées sont particulièrement nombreuses, quand les grands officiers comptent leurs propres mamelouks par centaines sur l’ensemble d’une carrière, et vivent au jour le jour avec plusieurs dizaines d’esclaves soldats, sans compter leur domesticité servile21. Cavaliers férus de chevaux et d’arts équestres22, les émirs mamelouks tiennent en pleine ville leurs riches écuries, dont l’architecture puissante constitue souvent le socle du palais (ill. 3), jusqu’à désigner parfois l’édifice tout entier : ainsi, au milieu du xive siècle, le Palais Yashbak était-il connu sous le nom d’Écuries de Qûsûn. Signe distinctif des demeures émirales, dans une société où l’usage du cheval est réservé en principe à l’aristocratie militaire, les écuries font la fierté du maître des lieux : dans les dispositifs architecturaux qui s’imposent au cours du xive siècle, elles sont désormais associées, autour d’une même cour, à la grande loggia (maq’ad) où l’officier reçoit ses hôtes et leur offre le spectacle de ses chevaux (ill. 4)23.

  • 24 En 1389, le coup de force de l’émir Mintâsh commence dans sa demeure où, prétextant une maladie, i (...)

11C’est à l’étage, cependant, que trouve place l’élément le plus imposant de cette architecture palatiale : le qasr, littéralement le château, la grande salle de réception du palais (ill. 5). Jusqu’à la fin du xive siècle, tout au long de cette période où les grandes maisons émirales rivalisent avec le souverain dans la conduite du pouvoir, les palais urbains forment autant de cellules autonomes dans l’espace politique de la capitale. C’est là (ill. 6), dans la salle haute qui couronne son palais, que l’émir tient sa propre cour, là qu’il reçoit et comble de sa prodigalité les officiers qui ont rejoint son parti et soutiennent sa faction. Dans la littérature biographique, le palais est le lieu de la sédition, celui de la rupture dans l’ordre du pouvoir, le lieu où l’officier, descendu de la Citadelle où s’est enfermé le sultan, reprend et affirme son autonomie politique24.

  • 25 Voir J. Heers, La ville au Moyen Âge en Occident. Paysages, pouvoirs et conflits, Paris, 1990, p.  (...)

12Face à la Citadelle, siège du pouvoir souverain, les palais et leurs puissants murs d’enceinte se dressent comme de véritables forteresses urbaines (ill. 7). On comprend dès lors les enjeux que cristallise le portail de la demeure. Enjeux défensifs de ce bastion (ill. 8), où se joue l’essentiel de la défense du palais, quand s’affrontent en ville les factions mameloukes. Enjeu identitaire de cette entrée monumentale, où l’émir a fait graver son blason à l’adresse des passants et des hôtes – à l’exemple de l’émir Manjak, le porteur d’armes du sultan (silahdâr), et de son blason au sabre (ill. 9 et 10). Signe tangible de la puissance du maître des lieux, le portail n’est pas sans rappeler, dans ses fonctions urbaines, ces tours qui, jusqu’au début du xive siècle, hérissaient les villes italiennes et disaient l’indépendance des grands lignages nobles25.

Crise et aggiornamento de l’ordre mamelouk

  • 26 Si la chronologie de l’épidémie et de ses retours est désormais bien établie, il est en revanche t (...)
  • 27 Sur les 138 mosquées du vendredi que nous avons recensées pour Le Caire à la veille de la grande c (...)

13L’hégémonie urbaine de l’aristocratie mamelouke se fissure pourtant au milieu du xive siècle. Le sultanat mamelouk, comme l’Ancien monde dans son ensemble, est ravagé par la grande peste de 1348. L’épreuve est sans doute plus profonde encore qu’en Occident. Au Proche-Orient, la peste s’installe à l’état endémique et ses violents retours interdisent pour plusieurs siècles toute véritable récupération démographique26. L’effondrement rapide de la rente foncière plonge le sultanat mamelouk dans une crise politique durable, qui voit s’affronter les grandes maisons émirales pour la tutelle d’un souverain impuissant et le contrôle de la réalité du pouvoir. Au début du xve siècle, l’étiage semble bien atteint : Le Caire est en ruine27, la vallée du Nil une fois de plus dévastée par la peste, la Syrie ravagée par Tamerlan échappant pendant près de dix ans à l’autorité du sultan.

  • 28 La comparaison systématique des listes cadastrales conservées pour les années 1376 d’une part, et (...)

14Il faut pourtant revenir quelques années en arrière, dans les deux dernières décennies du xive siècle, pour prendre la mesure des bouleversements politiques opérés à la faveur de cette crise dramatique. Sous le règne du sultan al-Zâhir Barqûq (1382-1399), l’État mamelouk fait son aggiornamento. En quelques années, le souverain modifie en profondeur la répartition de la rente foncière, au détriment de l’aristocratie des émirs et pour le plus grand bénéfice de sa propre maison28. Cette reprise en main, qui s’accompagne d’un véritable réarmement fiscal, est confiée à un officier, l’intendant de la maison du sultan (ustâdâr) – une charge traditionnellement assumée par un émir, mais attribuée désormais de préférence à un administrateur civil dont les responsabilités nouvelles font l’un des personnages les plus puissants du sultanat.

15La restauration de l’État mamelouk au profit de la Maison du sultan bouleverse l’économie générale de la capitale. À l’effondrement des marges financières dont disposaient les émirs, répond la promotion des grands serviteurs de la Maison du sultan – eunuques et administrateurs civils – aux premiers rangs de l’État et des fortunes urbaines. De manière plus décisive encore, la nouvelle répartition des revenus fiscaux fait du souverain le premier acteur de l’économie urbaine.

Palais de fonction et contrôle sultanien

  • 29 C’est particulièrement vrai du patronage des mosquées du vendredi. De 1300 à 1379, les émirs mamel (...)
  • 30 Les deux derniers palais, construits par des officiers mamelouks, que Maqrîzî (m. en 1442) prend l (...)
  • 31 Ibn al-Furât (m. en 1405) mentionne ainsi en 1389 la résidence de l’émir Qijmâs « dans le waqf de (...)
  • 32 Ainsi, en octobre 1425, l’émir Jârqutlû al-Zâhirî, gouverneur d’Alep, s’installe à son arrivée au (...)

16Passée la fin des années 1350, les émirs ont, à de rares exceptions près, cessé de contribuer à l’équipement et à la monumentalisation de la capitale du sultanat. D’autres ont pris le relais : le sultan lui-même, de manière spectaculaire, mais aussi les serviteurs de sa maison, grands eunuques et administrateurs civils, qui ont su s’approprier les fonctions édilitaires restées jusque-là l’attribut urbain de l’aristocratie militaire29. Les émirs n’ont guère plus, désormais, les moyens de bâtir leur demeure30. Rares sont ceux, également, qui s’en portent acquéreurs. Désor mais les grands émirs prennent en location les palais construits par leurs glorieux aînés, auprès des fondations pieuses établies autrefois par ces derniers31. Surtout, les grands officiers changent désormais fréquemment de demeures, au gré de leur carrière, au rythme de leurs nominations, démultipliant le nombre de leurs résidences successives, parfois à quelques mois d’intervalle32. Cette instabilité urbaine, reflet nouveau d’une vie politique depuis longtemps versatile, prive les émirs de l’ancrage urbain personnel que leur offrait autrefois leur demeure. Les signes d’appropriation rapportés – comme le blason que l’on fait graver à nouveaux frais sur le portail et dans l’écurie du palais – ne permettent plus d’associer durablement son nom à une résidence urbaine.

  • 33 Entre la fin des années 1370 et la fin des années 1450, sur les 132 mentions de résidence d’émirs, (...)
  • 34 En 1414, profitant de l’absence de la plupart des grands émirs partis pour la Syrie avec le sultan (...)

17Dans le même temps, d’autres évolutions tendent à donner à ce parc immobilier des palais urbains du Caire la valeur d’un patrimoine collectif. Le xve siècle voit la société militaire mamelouke se hiérarchiser bien plus que par le passé, multiplier pratiques identitaires et signes de distinction. Dans l’espace de la capitale, les quartiers de résidence aristocratique se replient aux abords de la Citadelle, résidence du sultan et siège de la cour33. Au sein de l’agglomération, une nouvelle discrimination spatiale accuse ainsi les traits de la ville des grands émirs. Or, les palais urbains sont désormais attribués aux officiers en fonction de leur rang dans la hiérarchie et, pour certains d’entre eux, ex officio, à raison de l’office qu’ils occupent à la cour. De ces palais de fonction, le plus éminent est sans conteste le Palais Yashbak (ill. 1) qui, sans que l’usage ne devienne une règle, est attribué au xve siècle au premier officier de la hiérarchie mamelouke, le commandant en chef des armées (atâbak). Les chroniques ne le désignent d’ailleurs plus guère que comme la Maison du Grand émir. Les palais urbains font dès lors l’objet d’une attention collective, l’aristocratie des émirs dépouillant les waqfs qui les détiennent légalement de tout contrôle effectif sur ces édifices prestigieux34. Parc immobilier hérité des grands émirs du xive siècle, les palais urbains constituent désormais, pour l’aristocratie mamelouke, un patrimoine collectif sur lequel chaque émir, en fonction de son rang, peut un jour faire valoir ses droits.

  • 35 Ministère des Waqfs, doc. 880, copie postérieure des actes de waqf du sultan al-Ashraf Barsbây (14 (...)

18Cette nouvelle configuration sanctionne surtout l’ascendant sans précédent pris par le sultan sur l’ensemble de la société militaire. Les moyens financiers dont il dispose désormais lui permettent d’intervenir directement dans ce marché immobilier fermé. Au xve siècle, le sultan rachète, rénove ou construit de neuf de nombreux palais dans sa capitale : à l’image du Palais Âlîn Âq (ill. 11), édifié à la fin du xiiie siècle, racheté par le sultan al-Ashraf Barsbây à la fin des années 1420 et reversé à son waqf comme six autres palais urbains35. C’est le sultan qui, bien souvent, loue aux émirs leur résidence urbaine. Mieux, même lorsqu’il n’en est pas le détenteur légal, c’est le sultan qui, d’autorité, attribue désormais aux émirs les palais du Caire, en fonction de leur rang mais aussi de la faveur dont ils jouissent auprès de lui. Au xve siècle, du haut de la Citadelle, le sultan est bien devenu le principal donneur d’ordre et le premier acteur d’un marché immobilier éminemment politique. Signe de la redistribution nouvelle du pouvoir au profit de la maison du sultan, les palais urbains du Caire, héritage des grands émirs du xive siècle, sont largement passés dans son orbe.

19Au total, en un siècle de bouleversements tant économiques que politiques, les palais du Caire ont changé de statut. Les résidences prestigieuses des émirs du premier siècle mamelouk sont devenues les demeures de l’empire, un patrimoine non plus individuel mais collectif, où l’aristocratie militaire investit son identité et sa hiérarchie. L’enjeu politique que représentent ces palais est à la mesure de la place qu’occupe désormais la capitale dans l’économie politique globale du sultanat. À la faveur de la crise de la fin du Moyen Âge, la restauration de l’État mamelouk s’est accomplie par un puissant recentrement du pouvoir sur sa capitale. Désormais, dans la constitution des patrimoines comme dans la conduite des carrières, l’essentiel se joue au Caire, les grandes villes de province n’ont jamais paru si lointaines. Cette capitalisation spectaculaire des ressources et des supports du pouvoir, dont les palais urbains sont devenus l’un des leviers, donne au sultanat mamelouk une sédentarité sans précédent dans l’histoire du Proche-Orient médiéval. Le Caire annonce en cela Istanbul, et l’ordre ottoman réinventé en 1453.

Figure 1 — Façade du Palais Yashbak (1337) (cliché J. Loiseau)

Figure 1 — Façade du Palais Yashbak (1337) (cliché J. Loiseau)

Figure 2 — Façade et salle haute (qasr) du Palais Bashtak (1334-1339) (cliché J. Loiseau)

Figure 2 — Façade et salle haute (qasr) du Palais Bashtak (1334-1339) (cliché J. Loiseau)

Figure 3 — Écuries et salles d’armes, au 1er niveau du Palais Yashbak (1337) (cliché J. Loiseau)

Figure 3 — Écuries et salles d’armes, au 1er niveau du Palais Yashbak (1337) (cliché J. Loiseau)

Figure 4 — Grande loggia (maq‘ ad) d’un palais édifié par le sultan al-Ashraf Qâytbây (1468-1496)

Figure 4 — Grande loggia (maq‘ ad) d’un palais édifié par le sultan al-Ashraf Qâytbây (1468-1496)

Source : J.-Cl. Garcin et alii, Palais et maisons du Caire, I, Paris, CNRS, 1982)

Figure 5 — Façade ouest du Palais Âlîn Âq (1293) (cliché J. Loiseau)

Figure 5 — Façade ouest du Palais Âlîn Âq (1293) (cliché J. Loiseau)

Figure 6 — Vue intérieure de la salle haute (qasr) du palais Âlîn Âq (1293) (cliché J. Loiseau)

Figure 6 — Vue intérieure de la salle haute (qasr) du palais Âlîn Âq (1293) (cliché J. Loiseau)

Figure 7 — Mur d’enceinte du Palais Yashbak (1337) (cliché J. Loiseau)

Figure 7 — Mur d’enceinte du Palais Yashbak (1337) (cliché J. Loiseau)

Figure 8 — Portail et entrée en chicane du Palais Âlîn Âq (1293) (cliché J. Loiseau)

Figure 8 — Portail et entrée en chicane du Palais Âlîn Âq (1293) (cliché J. Loiseau)

Figure 9 — Porche d’entrée du Palais Manjak (1346-1347) (cliché J. Loiseau)

Figure 9 — Porche d’entrée du Palais Manjak (1346-1347) (cliché J. Loiseau)

Figure 10 — Blason de l’émir Manjak, porteur d’armes (silahdâr) du sultan, sur le porche d’entrée de son palais (cliché J. Loiseau)

Figure 10 — Blason de l’émir Manjak, porteur d’armes (silahdâr) du sultan, sur le porche d’entrée de son palais (cliché J. Loiseau)

Figure 11 — Vue du Palais Âlîn Âq (1293) depuis le minaret voisin (cliché J. Loiseau)

Figure 11 — Vue du Palais Âlîn Âq (1293) depuis le minaret voisin (cliché J. Loiseau)

Notes

1 Ibn Taghrî Birdî (m. en 1470), Al-Nujûm al-zâhira fî mulûk Misr wa-l-Qâhira, W. Popper éd., University of California Publications in Semitic Philology [désormais abrégé en UCPSP], VII, 1926-1929, p. 437 et variante ms. H., note ii) / W. Popper trad., UCPSP, XXII, 1960, p. 38 et note 35.

2 Preuve a contrario, les velléités d’ingérence de Mehmed II, cinq ans après la prise de Constantinople, dans les relations entre le sultan du Caire et ses sujets chrétiens de Jérusalem, dans les interstices de sa souveraineté : voir R. S. Hattox, « Mehmed the Conqueror, the Patriarch of Jerusalem and Mamluk Authority », Studia Islamica, 90, 2000, p. 105-123.

3 Les dénombrements de feux, effectués au lendemain de la conquête ottomane, permettent d’estimer la population du Caire à la fin du Moyen Âge à environ 270 000 habitants. Voir J.-Cl. Garcin, « Note sur la population du Caire en 1517 », dans id. dir., Grandes villes méditerranéennes du monde musulman médiéval, Rome, 269, 2000, p. 205-213.

4 Ibn Iyâs (mort en 1524), Badâ’i’al-zuhûr fî waqâ’i’al-duhûr, M. Mustafa éd., Le Caire, V, 1984, p. 401/G. Wiet trad., Journal d’un bourgeois du Caire, Paris, 1960, p. 386, cité par J.-Cl. Garcin, « Habitat médiéval et histoire urbaine à Fustat et au Caire », dans J.-Cl. Garcin, B. Maury, J. Revault, M. Zakariya, Palais et maisons du Caire, I, Époque mamelouke ( xiiie- xvie siècles), Paris, 1982, p. 143-216, p. 185.

5 Sur les derviches mevlevi, leur installation dans l’enceinte du palais Yashbak et la construction de leur théâtre de cérémonie (sama’khâna), voir G. Fanfoni, « Historical and Architectural Aspects of the Cairo Mawlawiya », dans M. Kiel, N. Landman, H. Theunissen éd., Proceedings of the 11th International Congress of Turkish Art, Electronic Journal of Oriental Studies, IV, 2001, p. 1-35. Sur la procédure du waqf, ses enjeux édilitaires et patrimoniaux, voir infra.

6 Voir N. Rabbat, The Citadel of Cairo. A New Interpretation of Royal Mamluk Architecture, Leyde, 1995.

7 Ce siècle de bouleversements politiques et urbains, qui voit l’entrée en crise du pouvoir et la restauration de l’État sultanien d’une part, la ruine du Caire et la mue urbaine qui accompagne sa reconstruction d’autre part, a fait l’objet de ma thèse de doctorat d’histoire : Reconstruire la Maison du sultan. Ruine et recomposition de l’ordre urbain au Caire (1350-1450), préparée sous la direction de G. Martinez-Gros et soutenue à l’Ehess en décembre 2004. Elle sera prochainement publiée sur les presses de l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao, Le Caire).

8 Sur l’histoire médiévale du Caire, on pourra se reporter au beau texte de J.-Cl. Garcin, « Le Caire des Ayyoubides et des Mamelouks (1174-1517) », dans A. Raymond dir., Le Caire, Paris, 2000, p. 147-276.

9 Pour une approche générale de l’histoire des esclaves soldats en Islam, voir D. Ayalon, Le phénomène mamelouk dans l’Orient islamique, Paris, 1996.

10 Voir J.-Cl. Garcin, « Le Proche-Orient à l’époque mamluke », dans J.-Cl. Garcin et alii, États, sociétés et cultures du Monde musulman médiéval, xe-xve siècle, t. I, L’évolution politique et sociale, Paris, 1995, p. 343-369.

11 Selon le principe de l’iqtâ’, auquel eurent fréquemment recours les pouvoirs islamiques à partir du xie siècle. : soit la concession par le pouvoir souverain à ses officiers, en échange d’un service armé, du revenu fiscal d’une ou plusieurs circonscriptions foncières, à charge pour eux de s’assurer de sa perception. Dans le sultanat mamelouk, héritier en Égypte d’une longue tradition cadastrale et fiscale, les circonscriptions attribuées au titulaire d’un iqtâ’sont le plus souvent dispersées dans plusieurs provinces ; leur concession, révocable, n’est pas attribuée à titre personnel, mais ex officio, selon le rang de l’émir dans la hiérarchie des offices militaires et des charges auliques. Voir S. Tsugitaka, State and Rural Society in Medieval Islam : Sultans, Muqta’s and Fallahun, Leyde, 1997, ouvrage consacré pour l’essentiel au sultanat mamelouk.

12 Voir l’ouvrage fondateur d’Ira M. Lapidus, Muslim Cities in the Later Middle Ages, Cambridge, 1967.

13 Voir C. F. Petry, The Civilian Elite of Cairo in the Later Middle Ages, Princeton, Princeton University Press, 1981 et J. P. Berkey, The Transmission of Knowledge in Medieval Cairo. A Social History of Islamic Education, Princeton, 1992.

14 On trouvera un inventaire exhaustif des édifices d’époque mamelouke conservés au Proche-Orient, ainsi qu’une recension très large des occurrences dans les sources littéraires, dans M. Meinecke, Die mamlukische Architektur in Ägypten und Syrien (648/1250 bis 923/1517), Abhandlungen des Deutschen Archaölogischen Instituts Kairo, Islamische Reihe, 5, Glückstadt, 1992.

15 C’est la position adoptée par D. Behrens-Abouseif, « Al-Nâsir Muhammad and al-Ashraf Qâytbây – Patrons of Urbanism », dans U. Vermeulen, D. De Smet éd., Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras, Orientalia Lovaniensia Analecta, 73, Louvain, 1995, p. 267-284.

16 Voir D. Ayalon, « Studies on the Structure of the Mamluk Army », II, Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 15/3, 1953, p. 448-476, repris dans id., Studies on the Mamlûks of Egypt (1250-1517), Londres, 1977. Sur le cadastre de 1315, voir S. Tsugitaka, « The Proposers and Supervisors of al-Rawk al-Nâsirî in Mamluk Egypt », Mamlûk Studies Review, 2, 1998, p. 73-92.

17 Voir J.-Cl. Garcin, « Le waqf est-il la transmission d’un patrimoine ? », dans J. Beaucamp, G. Dagron éd., La transmission du patrimoine : Byzance et l’aire méditerranéenne, Paris, 1998 (Travaux et Mémoires du Centre de recherches d’histoire et civilisation de Byzance, 11), p. 103-111.

18 De toutes les réalisations urbaines des émirs, la demeure (dâr) est la plus fréquemment mentionnée dans les quelque neuf cent biographies d’officiers que rédige, en véritable mémorialiste de l’aristocratie militaire, Ibn Taghrî Birdî (m. en 1470) dans le Manhal al-sâfî. Voir J. Loiseau, « L’émir en sa maison. Parcours politiques et patrimoine urbain au Caire, d’après les biographies du Manhal al-sâfî », Annales islamologiques [désormais abrégé en AI], 36, 2002, p. 117-137.

19 Ainsi l’émir Aytmish al-Bajâsî, l’un des principaux officiers du sultan al-Zâhir Barqûq (1382-1399) réside-t-il pendant près de deux décennies dans le quartier de la Porte du vizir. Ses différentes fondations pieuses (mosquée funéraire et madrasa, aire de prière funèbre, fontaine, abreuvoir, bain et caravansérail) lui donnent les moyens d’un véritable contrôle social sur les habitants du quartier. Ses opérations immobilières, conduites tout au long de sa carrière, lui permettent surtout de tenir les points-clés d’un espace de première importance pour la défense des abords de la Citadelle. Archives du ministère des Waqfs, doc. 1143 q ; M. M. Amîn, Catalogue des documents d’archives du Caire, Le Caire, 1981, no 325. Voir J. Loiseau, « La Porte du vizir : programmes monumentaux et contrôle territorial au Caire à la fin du xive siècle », Histoire urbaine, 9, avril 2004, p. 7-27.

20 Dans son vaste tableau historique de l’Égypte et du Caire, véritable biographie de la ville éclatée en plus d’un millier de notices, le grand historiographe égyptien Maqrîzî (m. en 1442) retrace l’histoire de cinquante-huit des plus célèbres palais cairotes, édifiés entre le xiie et la fin du xive siècle : trente-cinq, depuis le milieu du xiiie siècle, sont l’œuvre d’émirs mamelouks ; dans dix cas, l’auteur signale la constitution en waqf du palais par l’émir qui l’a édifié. La proportion devait cependant être plus grande, tant l’exemplarité prime, dans l’écriture de Maqrîzî, sur le souci de l’exhaustivité. Al-Maqrîzî, Al-Mawâ’iz wa-l-i’tibâr fî dhikr al-khitat wa-l-âthâr [désormais abrégé en Khitat], A. F. Sayyid éd., Londres, al-Furqân Islamic Heritage Foundation, III, p. 170-259.

21 À sa mort en 1412, l’émir Taghrî Birdî al-Atâbakî, gouverneur de Damas et père de l’historiographe, comptait à son service 970 mamelouks : Ibn Taghrî Birdî (m. en 1470), Al-Manhal al-sâfî wa-l-mustawfî ba’d al-Wâfî, Le Caire, IV, 1986, no 760, p. 42-43. Sous le règne d’al-Ashraf Barsbây (1422-1438), l’émir Sûdûn al-Balâtî, officier apprécié du souverain sans être l’un des grands personnages de la cour, logeait dans sa propre demeure cent cinquante personnes, domestiques et mamelouks confondus, sans compter les jeunes esclaves soldats en apprentissage : Al-Sakhâwî (m. en 1497), Al-Daw’al-lâmi’li-ahl al-qarn al-tâsi’, Le Caire, 1934-1936, III, no 1055, p. 277-278, cité par J.-Cl. Garcin, « Habitat médiéval et histoire urbaine », loc. cit., p. 203.

22 Voir sur ce point le catalogue de l’exposition présentée à l’Institut du monde arabe, Chevaux et cavaliers arabes dans les arts d’Orient et d’Occident, Paris, 2002 où, malgré le titre, l’art des cours turques et persanes est omniprésent. Voir également D. Ayalon, « Notes on the Furûsiyya Exercises and Games in the Mamluk Sultanate », Scripta Hierosolymitana, 9, Jérusalem, 1961, p. 31-62, repris dans id., The Mamlûk Military Society, Londres, 1979.

23 Voir J.-Cl. Garcin, « Habitat médiéval et histoire urbaine », op. cit., p. 213-215.

24 En 1389, le coup de force de l’émir Mintâsh commence dans sa demeure où, prétextant une maladie, il s’est retiré à l’heure où se tient le service sultanien. Venus lui rendre, au nom du souverain, la visite rituelle dictée par ces circonstances, ses adversaires imprudents sont appréhendés par ses propres mamelouks : Ibn Taghrî Birdî, Al-Manhal al-sâfî, op. cit., IV, no 782, p. 96.

25 Voir J. Heers, La ville au Moyen Âge en Occident. Paysages, pouvoirs et conflits, Paris, 1990, p. 281-289 et É. Crouzet-Pavan, Enfers et paradis. L’Italie de Dante et de Giotto, Paris, 2001, p. 142-144.

26 Si la chronologie de l’épidémie et de ses retours est désormais bien établie, il est en revanche très délicat d’avancer une évaluation de ses ravages. Voir l’ouvrage très documenté de M. W. Dols, The Black Death in the Middle East, Princeton, 1977 : pour évaluer la mortalité générale de la grande peste, l’auteur s’en remet d’ailleurs aux ordres de grandeur établis par les historiens de l’Occident médiéval ; concernant Le Caire, ses calculs reposent cependant sur une surévaluation de la population de la capitale égyptienne. Voir également B. Shoshan, « Notes sur les épidémies de peste en Égypte », Annales de démographie historique, 1981, p. 387-404.

27 Sur les 138 mosquées du vendredi que nous avons recensées pour Le Caire à la veille de la grande crise, une cinquantaine peuvent être considérées, avec un degré variable de certitude, comme définitivement abandonnées dans les premières années du xve siècle.

28 La comparaison systématique des listes cadastrales conservées pour les années 1376 d’une part, et 1475-1480 d’autre part, nous a permis de prendre la mesure de cette redistribution au profit des différents bureaux (dîwân) du sultan, singulièrement du Bureau particulier créé au début des années 1380 : d’un siècle à l’autre, la dotation des différents bureaux du sultan passe de 57 circonscriptions fiscales à 306, dont 202 pour le seul Bureau particulier, sur un total de 2 295 pour l’ensemble de l’Égypte (compte non tenu des 158 circonscriptions de la très riche province de Gîza, pour laquelle la documentation est, sur ce point, d’un usage délicat). Voir Ibn Duqmâq (m. en 1406), Kitâb al-Intisâr li-wâsitat ‘ aqd al-amsâr, K. Vollers éd., Bûlâq, 1893-1896 et Ibn al-Jî’ân (m. en 1480), Al-Tuhfa al-saniyya bi-asmâ’l-bilâd al-misriyya, B. Moritz éd., Le Caire, 1898. Le rapport réel de la dotation fiscale du sultan n’a sans doute pas connu pour autant une croissance arithmétique, tant les surfaces cultivées semblent avoir régressé. Voir N. Michel, « Villages désertés, terres en friche et reconstruction rurale en Égypte au début de l’époque ottomane », AI, 36, 2002, p. 197-251.

29 C’est particulièrement vrai du patronage des mosquées du vendredi. De 1300 à 1379, les émirs mamelouks sont à l’origine de 51 % des nouveaux lieux de culte ; de 1380 à 1458, leur part s’abaisse à 21 % quand celle des administrateurs civils passe de 13 à 22 % et celle du sultan de 9 à 21 %. La stabilité de la part des grands eunuques de la maison du sultan (de 7 à 8 %) n’est, en revanche, guère significative de leur fortune nouvelle, tant leurs œuvres pieuses prennent, de manière privilégiée, la forme de petites madrasas destinées à accueillir leur dépouille, sans qu’y soit instituée la prière collective.

30 Les deux derniers palais, construits par des officiers mamelouks, que Maqrîzî (m. en 1442) prend la peine de mentionner dans ses Khitat, furent édifiés en 1352 par les émirs Tâz et Sarghitmish. Sur les sept grandes demeures qu’il signale pour la seconde moitié du xive siècle, sur laquelle se clôt la section consacrée aux palais urbains, une seule est l’œuvre d’un officier, mais c’est un eunuque de la Maison du sultan. À défaut d’y voir un inventaire exhaustif, cette recension nous semble témoigner d’une tendance significative. Al-Maqrîzî, Khitat, op. cit., III, p. 240-245.

31 Ibn al-Furât (m. en 1405) mentionne ainsi en 1389 la résidence de l’émir Qijmâs « dans le waqf de l’émir Manjak », autrement dit dans le palais édifié par celui-ci quatre décennies plus tôt, et celle de l’émir Aytmish al-Bajâsî, « dans le waqf d’Aqsunqur », qui détenait en effet l’ancien Palais Âlîn Âq. Ibn al-Furât, Ta’rîkh al-duwal wa-l-mulûk, Q. Zurayq, N. ‘Izz al-Dîn éd., Beyrouth, 1938, IX/1, p. 89 et 92.

32 Ainsi, en octobre 1425, l’émir Jârqutlû al-Zâhirî, gouverneur d’Alep, s’installe à son arrivée au Caire dans le Palais Tashtamur ; en mai 1427, lors d’un nouveau séjour dans la capitale, il réside dans le Palais Âlîn Âq ; en mai 1429, enfin, nommé commandant en chef des armées d’Égypte (atâbak), il prend ses quartiers dans le Palais Tâz. Ibn al-Sayrafî (m. 1495), Nuzhat al-nufûs wa-labdân fî tawârîkh al-zamân, H. Habashî éd., Le Caire, III, 1973, p. 106 et 117 et Ibn Taghrî Birdî (m. en 1470), Al-Nujûm al-zâhira, op. cit., W. Popper éd., UCPSP, 1915-1923, VI, p. 642/W. Popper trad., UCPSP, XVIII, 1958, p. 62.

33 Entre la fin des années 1370 et la fin des années 1450, sur les 132 mentions de résidence d’émirs, datées et localisées, que nous avons recensées dans les sources, 78 % sont situées hors les murs de la vieille ville fatimide (al-Qâhira), entre la Porte de Zuwayla et la Citadelle de la Montagne ; l’esplanade de Rumayla, au pied de la Citadelle, concentre à elle seule 20 % des occurrences. À l’inverse, pour les mêmes années, 73 % des mentions de résidence d’administrateurs civils se retrouvent dans la vieille ville intra muros.

34 En 1414, profitant de l’absence de la plupart des grands émirs partis pour la Syrie avec le sultan, le petit-fils de l’émir Baktamur, régisseur et ayant droit du waqf de son grand-père, entreprit de dépouiller le palais fondé par celui-ci de tous ses matériaux précieux, substituant des dalles de calcaire aux marbres des pavements et des grilles de bois au fer des fenêtres. À leur retour, les émirs s’empressèrent de faire rendre gorge à leur bailleur indélicat : Al-Maqrîzî, Khitat, op. cit., III, p. 223. À l’inverse, le Palais Manjak eut à souffrir de l’incurie de ses prestigieux locataires, contraignant les régisseurs à financer sur les fonds propres du waqf la reconstruction des parties dégradées : Al-Maqrîzî, Kitâb al-Sulûk li-ma’rifat duwal al-mulûk, S.’Âshûr éd., IV /2, Le Caire, 1973, p. 797.

35 Ministère des Waqfs, doc. 880, copie postérieure des actes de waqf du sultan al-Ashraf Barsbây (1422-1438) datée du 5 janvier 1718, f° 32r-35v (Palais Salâr), f° 39r-41v (Palais Baysarî), f° 53r-54v (Palais ‘Umarî), f° 54v-56r (Palais Âlîn Âq ou Aytmish), f° 57r-58v (Palais Mughultây ou Nawrûz), f° 58v-62v (construction nouvelle ?) et f° 62v-63r (Palais Sûdûn al-Baqja).

Table des illustrations

Titre Figure 1 — Façade du Palais Yashbak (1337) (cliché J. Loiseau)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Figure 2 — Façade et salle haute (qasr) du Palais Bashtak (1334-1339) (cliché J. Loiseau)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Figure 3 — Écuries et salles d’armes, au 1er niveau du Palais Yashbak (1337) (cliché J. Loiseau)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33436/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Figure 4 — Grande loggia (maq‘ ad) d’un palais édifié par le sultan al-Ashraf Qâytbây (1468-1496)
Légende Source : J.-Cl. Garcin et alii, Palais et maisons du Caire, I, Paris, CNRS, 1982)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33436/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Figure 5 — Façade ouest du Palais Âlîn Âq (1293) (cliché J. Loiseau)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33436/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Figure 6 — Vue intérieure de la salle haute (qasr) du palais Âlîn Âq (1293) (cliché J. Loiseau)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33436/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Figure 7 — Mur d’enceinte du Palais Yashbak (1337) (cliché J. Loiseau)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33436/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Figure 8 — Portail et entrée en chicane du Palais Âlîn Âq (1293) (cliché J. Loiseau)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33436/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Figure 9 — Porche d’entrée du Palais Manjak (1346-1347) (cliché J. Loiseau)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33436/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 10 — Blason de l’émir Manjak, porteur d’armes (silahdâr) du sultan, sur le porche d’entrée de son palais (cliché J. Loiseau)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33436/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Figure 11 — Vue du Palais Âlîn Âq (1293) depuis le minaret voisin (cliché J. Loiseau)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33436/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 554k

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search