Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villes capitales au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public

Marqueurs sociaux et symboliques des capitales

Oublier Constantinople ?

L’Éloge de Nicée par Théodore II Lascaris1

Laurence Delobette

Texte intégral

  • 1 Merci à Constance, qui a grandi avec l’Éloge de Nicée, pour sa patience et son indulgence ; Paul De (...)

« Maintenant, c’est assez d’éloge pour toi : en peu de mots, tu as tout. »

  • 1 Au pouvoir entre 1254 et 1258, Théodore II Lascaris est le troisième empereur de l’État byzantin ex (...)

1Vers 1252-1254, au moment où le futur empereur Théodore II Lascaris compose un éloge de la ville de Nicée1, celle-ci ne constitue pas le siège de l’État : l’empereur n’y réside pas en permanence. Depuis le début du règne de Jean III Vatatzès (1222-1254), le centre de l’empire s’est en effet déplacé vers le sud et la vallée du Méandre. Stricto sensu, le statut de Nicée n’est donc pas celui d’une capitale. Durant la période, qui correspond à l’occupation de Constantinople par les Latins après la Quatrième croisade, la notion de capitale politique semble néanmoins difficile à définir. Le basileus paraît constamment en déplacement, au gré des guerres à mener, dirigeant les affaires publiques depuis l’endroit où il se trouve, même fort loin.

2Pourtant, fût-elle épisodique, la présence impériale nécessite sur place un palais, une église et tout un ensemble d’équipements. En outre, conformément à la tradition, les empereurs doivent se comporter en bienfaiteurs et fonder dans la ville des constructions qui profitent à tous et qui témoignent de la piété des souverains. Aussi Nicée attire-t-elle tout ce qui différencie une capitale – sans donner à ce terme une connotation strictement politique et administrative – d’une ville quelconque, même de grande taille. À l’évidence, la cité s’impose, et ce d’autant plus qu’elle demeure la métropole religieuse de l’empire, où se développe aussi, de façon liée, un pôle culturel de première importance. Comment Théodore II Lascaris rend-il perceptible la prépondérance de Nicée ? Le discours en l’honneur de Nicée permet-il d’apprécier la manière dont la fonction de capitale s’inscrit dans le paysage urbain ?

3L’Éloge de Nicée doit sans doute se lire comme un texte de propagande, à destination des puissances politiques du monde méditerranéen. Alors que les basileis successifs ont mené depuis 1204 une politique de restauration, en partie tournée vers le redressement et le renforcement de leur autorité sur la scène extérieure, il leur faut disposer d’une capitale qui les symbolise et les magnifie. Pour la première fois, il ne s’agit donc pas de Constantinople, qui s’est dissociée de la basileia. De façon inouïe, l’empereur est réputé régner de façon légitime, alors même qu’il ne tient pas la Ville. Aux yeux des réfugiés et des élites, cette situation ne saurait être que transitoire : Nicée joue le rôle d’une capitale de repli, en attendant que soit restauré l’ordre du monde. Il ne me semble pas que l’auteur de l’Éloge partage cette vision des choses. À lire ce discours, tout se passe comme si le centre de l’empire et de l’oikouménè avait basculé en Anatolie.

Le portrait d’une capitale

4Parmi les éléments qui fondent la primauté de Nicée, viennent en premier lieu les fortifications de la ville.

Une place-forte

  • 2 Éloge de Nicée, § 1. La traduction citée est celle que j’ai présentée pour l’obtention d’un doctora (...)
  • 3 Guillaume de Tyr, Histoire des faits et gestes dans les régions d’Outre-mer, Guizot éd., coll. des (...)
  • 4 Nicolas Mésaritès est l’ancien skeuophylax de Sainte-Sophie et le futur métropolite d’Ephèse. La bl (...)
  • 5 Théodore Métochite, cité par V. Kravari, « Évocations médiévales », dans B. Geyer et J. Lefort éd.,(...)
  • 6 J.-P. Grelois, « Hans Dernschwam, Voyage en Asie Mineure (1555) », dans La Bithynie au Moyen Âge, o (...)
  • 7 Cf. J. Le Goff, entretien accordé à Fr. Giron, Le Point, 23-30 décembre 2004, p. 115 : (à propos de (...)

5Le discours d’éloge de Nicée débute par celui des fortifications urbaines. C’est la qualité esthétique des murailles qui est célébrée en premier lieu. Théodore II évoque en effet le « beau rempart qui entoure comme un cercle son espace intérieur, […] la remarquable grandeur et l’équilibre de ce rempart, […] [les] tours, […] la hauteur des unes et des autres, […] [le] très vif éclat des matériaux choisis »2. Ce compliment, loin d’être propre à l’auteur, figure au contraire dans toutes les évocations de Nicée, dès avant le xiiie siècle et longtemps après. À lire Guillaume de Tyr, les fortifications constituent ainsi un objet d’admiration pour l’armée de la Deuxième croisade. Le chroniqueur le rapporte en ces termes : « Nos troupes, lorsqu’elles y arrivèrent, admirèrent à la fois la beauté des fortifications et la bonne construction des ouvrages d’art3. » En 1207, Nicolas Mésaritès, au retour d’une mission à Constantinople, distingue avec soulagement la ville dans le lointain, grâce à l’éclatante couleur blanche des murs et des tours : « Nous vîmes les remparts et les tours de Nicée […] ; de loin, ils apparaissaient blancs comme neige4. » Théodore Métochite, qui compose vers 1290 un autre éloge en l’honneur de Nicée, évoque pour sa part la « beauté invincible » des fortifications5. Au xvie siècle, le voyageur Hans Dernschwam décrit « une magnifique enceinte de murailles6 ». Conformément aux canons esthétiques des contemporains, la ville l’emporte donc par la beauté de ses murs7.

  • 8 Éloge de Nicée, § 4, p. 29.

6Le rôle défensif des murailles n’est pas mentionné d’emblée, mais seulement au fil du discours. Nicée est célébrée parce qu’elle assure la protection de ses habitants ; au dire de l’auteur, « elle [les] protège en retour avec plus d’éclat, elle [les] garde comme ses enfants8 ». Cette fonction est renforcée dans la période par le doublement de l’enceinte, ordonné par l’empereur régnant, Jean III Vatatzès, comme l’affirme l’Éloge :

  • 9 Éloge de Nicée, § 9, p. 37. L’Éloge de Nicée est, à ma connaissance, la seule source qui permette d (...)

« Après en effet que de la main créatrice de Dieu, celle-ci (Nicée) a reçu le premier rang, selon des voies que Lui seul connaît et que des bienfaits excellents du très haut empereur, elle a reçu l’extension, comme il était juste, des enceintes et des tours qu’elle possédait, sa sécurité est doublée, puisqu’elle est fortifiée de tours avancées et que ses remparts sont revêtus d’autres remparts, toutes choses dont l’épanouissement lui est une parure et dans la solidité desquelles elle tire sa force. Et encore une fois, après que l’empereur a solidement uni cette unité de force à ses deux vêtements bien connus à la ronde, elle l’emporte de beaucoup sur les villes de la terre dont on parle sans cesse depuis l’Antiquité9. »

  • 10 Cf. A. M. Schneider, « The City Walls of Nicaea », Antiquity, 12, 1938, p. 441 et n. 2 ; Cl. Foss, (...)
  • 11 Au xive siècle, Nicée résiste à l’envahisseur turc jusqu’en 1331.
  • 12 Cf. K.-P. Todt, « Antioch in the Middle Byzantine Period (969-1084) : The reconstruction of the Cit (...)

7Le second mur, construit à l’emplacement de l’ancien fossé, s’élève à trois ou à quatre mètres pour une largeur d’environ deux mètres ; plus bas et plus fin que le mur intérieur, distant de treize à seize mètres, il est cependant renforcé de quatre-vingt-quinze tours, semi-circulaires et crénelées, et de douves10. Le complexe ainsi constitué assure une défense plus active11. Aux yeux de l’encomiaste, les murailles permettent à Nicée de l’emporter sur les « villes de la terre dont on parle sans cesse depuis l’Antiquité » ; parmi elles figurent sans doute Antioche sur l’Oronte et Constantinople, fermées par une enceinte double12.

  • 13 Éloge de Nicée, § 1, p. 26 : « Nicéens, la ville très célèbre qui est la vôtre, dès le premier rega (...)
  • 14 P. Gros, « La construction d’un espace méditerranéen et les premières mégapoles (viiie siècle av. J (...)
  • 15 Éloge de Nicée, § 1, p. 26. Le terme grec est celui de « spartiasis ». L’encomiaste n’indique pas q (...)
  • 16 C’est par exemple au palais impérial de Nicée que se tient en 1234 un synode en vue de l’union des (...)

8Quant à la surface comprise à l’intérieur des murs, l’auteur ne donne aucune indication à son sujet. La ville se laisse appréhender dans toute son extension « dès le premier regard13 ». L’espace urbanisé n’est donc pas exceptionnellement vaste : loin de constituer une mégapole, Nicée correspond à l’idéal antique de l’hôrismenon, de ce qui est limité et donc maîtrisable par l’esprit rationnel14. La cité se distingue par son plan orthogonal, « ses angles tracés au cordeau conformément aux règles de l’art »15. En revanche, le discours ne dit mot de l’architecture urbaine. Il n’est procuré aucune description de monument remarquable ou ayant un lien avec les fonctions politiques ou administratives de la ville, pas même du palais impérial16. Théodore II Lascaris se borne à souligner la diversité des quartiers et la splendeur des maisons :

  • 17 Éloge de Nicée, § 9, p. 36.

« Une fois entré, ayant examiné la diversité de ses parties intérieures, la forme des spectacles qu’elle offre, la splendeur de ses maisons, il dira qu’elle ne peut être rien d’autre sinon la ville des Grâces, érigée bien au-dessus de la terre des Bienheureux17. »

  • 18 Théodore Métochite, Nicaeus, loc. cit., p. 91.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.

9Le paysage urbain est pourtant digne d’intérêt, si l’on en croit Théodore Métochite, qui souligne la richesse des bâtiments et qui décrit « la suite ininterrompue des édifices magnifiquement décorés qui s’y pressent, dont la plupart s’élancent vers le ciel et exhibent dans les hauteurs la richesse de leur construction »18. Au nombre des constructions civiles figurent notamment les thermes qui, par tradition, caractérisent les villes où réside la cour impériale : « Les bains procurent une profusion de plaisirs, et la grâce qui s’y ajoute allie le luxe à la nécessité19. » Théodore Métochite mentionne encore les statues qui ornent la ville, sur le modèle constantinopolitain : « Quant à ces splendides statues, sources de beauté, ces stèles superbes témoignant de notre philosophie, […] quelle autre ville pourrait en montrer un si grand nombre et de telle qualité ?20 »

10S’attachant à vanter la primauté de Nicée, l’auteur s’intéresse ainsi, presque par métonymie, aux seules fortifications ; mais c’est peut-être aussi parce que le paysage urbain, loin d’être pétrifié, offre l’aspect d’un paradis.

Un paradis

11Les murailles distinguent la cité de la campagne, sans pour autant l’en séparer. Ainsi, l’abondante végétation rurale ne s’arrête pas aux portes de la ville, laquelle partage avec les cités orientales le fait d’être un jardin. La beauté de ce jardin en fait une parure quasi royale : Théodore II souligne combien l’œil et l’odorat sont flattés, au fil d’une description progressive, de l’extérieur vers l’intérieur :

  • 21 Éloge de Nicée, § 9, p. 36. Le terme grec est paradeisos. C’est aussi celui qu’emploie par exemple (...)

« Tout autour d’elle croît une végétation abondante et plus encore à l’intérieur : si quelqu’un l’aperçoit de loin, il dira que c’est un bois orné de tout côté d’arbres au beau feuillage plutôt qu’il ne pensera à une ville ; s’il en approche, les senteurs excellentes et enchanteresses qui en émanent lui feront croire qu’il s’agit d’un paradis. Ensuite, s’étant encore approché, l’atteignant, ce sont tous ses sens qui seront réjouis21. »

  • 22 Le texte fait songer à la réception de Lysandre par Cyrus dans son paradis de Sardes ; cf. Xénophon (...)
  • 23 Cf. Théodore Métochite, Nicaeus, loc. cit., p. 92.
  • 24 Ibn Battûta, Voyages et périples, éd. citée, p. 658.
  • 25 J.-P. Grelois, « Hans Dernschwam, Voyage en Asie Mineure (1555) », dans La Bithynie au Moyen Âge, o (...)

12Le passage relève de la rhétorique du locus amoenus22, mais il montre aussi comment l’activité agricole n’est pas étrangère aux citadins. L’éloge dû à Théodore Métochite offre davantage de précisions : outre des essences stériles mais ornementales, le paradis nicéen porte aussi des cultures destinées à la consommation ; on lit en effet : « [à] la sortie [du sanctuaire] on rencontre immédiatement un spectacle plein de grâce : ici des prairies qui s’étalent, là des arbres couverts de bons et de nombreux fruits, ainsi que certains arbres improductifs [comme le cyprès]23. » Dans la première moitié du xive siècle, lorsque Ibn Battûta traverse la ville, l’emprise rurale s’est considérablement développée. Le voyageur décrit un paysage devenu végétal : « [à] l’intérieur de la cité, on voit des jardins, des maisons, des terres et des champs. Chaque habitant possède sa maison, son champ et son jardin, d’un seul tenant. […] On trouve là toutes sortes de fruits ; les noix et les châtaignes y abondent et sont bon marché24. » En 1555, la situation est similaire et Hans Dernschwam prend note de l’abondance des fruits et légumes locaux : « Nicée a dû être jadis un paradis et un endroit riant. Il y avait ce jour-là toutes sortes de beaux fruits qui étaient encore verts, maintes variétés de cerises, de poires, de pommes, de noisettes, de noix, de pêches jaunes, de concombres, de citrouilles, de grosses grenades25. »

  • 26 Éloge de Nicée, § 10, p. 38. À propos des vignes, Ibn Battûta note : « On y trouve aussi du raisin (...)
  • 27 Cité par R. Bondoux, « Les villes », dans La Bithynie au Moyen Âge, op. cit., p. 396. Cf. aussi Cat (...)
  • 28 Cf. L. Robert, « Les Kordakia de Nicée, le combustible de Synnada et les poissons-scies. Sur les le (...)
  • 29 Cf. L. Robert, ibid., p. 158 et n. 2 et 3 ; V. Kravari, « Évocations médiévales », dans La Bithynie (...)
  • 30 Guillaume de Tyr, Histoire des faits et gestes dans les régions d’Outre-mer, éd. citée, vol. I, liv (...)
  • 31 Théodore Métochite, Nicaeus, loc. cit., p. 90.
  • 32 Cf. K.-P. Todt, « Antioch in the Middle Byzantine Period (969-1084) : The reconstruction of the Cit (...)
  • 33 M. Holobolos, Orationes, M. Treu éd., Postdam, 1907, t. 2, p. 57-59. En 1453, le grand nombre de ja (...)

13La ville bénéficie en effet de la proximité d’une campagne vaste et fertile, que les habitants savent aménager et exploiter. Théodore II l’évoque en quelques mots : « Autour de celle-ci en effet, je le dirai encore, se trouvent des arbres largement épanouis, des vignobles au-dessus du nombre que la nature sait compter26. » La fertilité de la campagne nicéenne est célébrée avec constance depuis l’Antiquité. Avant l’époque hellénistique, la ville est connue sous le nom de Helikorè, « riche en sarments27 ». La Vie de saint Néophytos évoque « [la] terre labourable et fertile tout autour, [les] vignes aux beaux sarments, [les] oliviers chargés de fruits28 ». Selon Jean le Géomètre, auteur dans la seconde moitié du Xe siècle d’un éloge en vers de la cité, « Nicée l’emporte par ses oliviers, et d’abord par ses vignes, et aussi par ses prairies, ses jardins, ses arbres29… ». Selon la description laissée par Guillaume de Tyr, « la campagne est riche, le sol fertile et les vastes forêts qui l’avoisinent offrent encore de nombreux avantages30 ». À la fin du xiiie siècle, Théodore Métochite vante la qualité et l’abondance du vignoble en ces termes : « Tant de plaines convergent de tous côtés vers la ville et se fondent l’une à l’autre ainsi qu’en la ville. Leur fertilité est d’une grande utilité et toute récolte est bonne […] les récoltes de toutes sortes sont abondantes ; et les vignes – quelle chose merveilleuse ! – on peut voir leur grand nombre et la qualité de leur produits31. » Ce paysage marqué par la ruralité est commun à nombre de villes médiévales. Antioche offre ainsi à l’intérieur de son enceinte un ensemble agreste composé de vergers, de prés et de champs32. À Constantinople, les jardins des Manganes et ceux du Mesokepion, sur l’une des terrasses du Grand Palais, sont réputés ; restaurés après 1261 sur l’ordre de Michel VIII Paléologue, leur beauté est telle qu’ils sont comparés à ceux d’Alcinoos33. Partout, l’abondance de la végétation est étroitement liée à la présence de l’eau.

Une fontaine de vie

  • 34 Cf. L. Robert, « Les Kordakia de Nicée », loc. cit., p. 106 : « Ce fleuve, jaillissant au nord de N (...)
  • 35 Les citernes sont localisées vers la porte ouest : cf. A. Bryer, « Nicaea, Byzantine City », loc. c (...)
  • 36 Éloge de Nicée, § 10, p. 38. Dans la Vie de saint Néophytos, citée par L. Robert, « Les Kordakia de (...)
  • 37 Les frais de construction des aqueducs, très lourds, étaient souvent pris en charge par le pouvoir (...)
  • 38 J. Raby, A Seventeeth Century Description of Iznik-Nicaea, Istanbuler-Mitteilungen, 1976, p. 157.
  • 39 Éloge de Nicée, § 10, p. 38.
  • 40 Théodore Métochite, Nicaeus, loc. cit., p. 92. L’auteur signale l’existence de bains à Nicée, lesqu (...)
  • 41 J.-P. Grelois, « Hans Dernschwam, Voyage en Asie Mineure (1555) », loc. cit., p. 136.
  • 42 M. Holobolos, Orationes, M. Treu éd., Postdam, 1907, t. 2, p. 57-59. Cf. H. Maguire, « Gardens and (...)

14L’eau, qui est réputée couler en abondance à Nicée, donne à la ville une image de confort et de plaisir. Même si aucun cours d’eau ne la traverse, elle se trouve néanmoins bien arrosée grâce à la proximité de la double chaîne de montagnes du Sipylos au nord et de l’Olympe au sud. De nombreux torrents mêlent leurs eaux à celles du lac, tel le Pharmoutios qui a son embouchure au sud des remparts34. Sans dire mot des citernes35 ni surtout du lac Askanios, Théodore II évoque le système hydraulique qui permet de conduire l’eau jusque dans la cité. Il donne en effet à admirer « des eaux jaillissantes, faciles à transporter et conduites sans difficulté à travers les équipements spéciaux de l’aqueduc, et en même temps potables et très claires, qui à la fois jaillissent alentour audessus des têtes et qui arrosent complètement la cité tout autour36 ». L’aqueduc achemine l’eau des sources de la montagne Elmali Dagh. L’auteur ne s’arrête pas à l’aspect monumental de cet équipement, construit sous le règne d’Hadrien et restauré à l’époque de Justinien, comme si seul son caractère fonctionnel était pris en considération37. L’ouvrage pénètre dans la ville par la porte orientale ou porte de Lefké38. Grâce à lui, les habitants bénéficient du confort propre aux plus grandes villes. Imitant l’Antiochikos de Libanios, Théodore II affirme que la recherche de l’eau est épargnée aux Nicéens et aux étrangers : « Jamais l’un des indigènes n’irait ailleurs chercher de l’eau : chacun en effet a une source chez soi. Et l’étranger ne les jalousera pas puisque l’eau jaillit en abondance39. » Théodore Métochite évoque pour sa part « toutes les eaux qui coulent : celles que la terre fournit généreusement, et celles que l’art force la nature à produire, en inventant le moyen de les faire jaillir40 ». L’une de ces fontaines paraît subsister au xvie siècle, signalée par le voyageur Hans Dernschwam41. La ville se trouve ainsi dotée des agréments d’une capitale. À Constantinople notamment, de nombreuses fontaines, parfois associées à des automates, ornent les places publiques, les parcs et les jardins42.

  • 43 Cf. Genèse, 2, 6 : « Toutefois un flot montait de terre et arrosait toute la surface du sol. »

15De façon symbolique, la circulation de l’eau constitue comme une métaphore, dans le paysage urbain, de la volonté impériale d’assurer le bien-être de chaque sujet. Elle renvoie sans doute aussi à l’image de la fontaine de vie, et à celle de la source des quatre fleuves du Paradis43. C’est pourquoi la charis de la cité, qui figure celle de l’empereur, est comparée à une source très pure et à une eau jaillissante :

  • 44 Éloge de Nicée, § 6, p. 32-33.

« Assurément c’est pour cela que Nicée brille avec surabondance, telle une source toute pure qui s’écoule paisiblement, elle verse à grands flots les ondes de la piété : elle arrose toutes les autres villes, de la plus haute cime elle distribue ses flots, pour ainsi dire, aux endroits peuplés de la plaine, elle verse l’eau qui jaillit ; eh bien, ce faisant, elle rassasie l’âme des pauvres et des moins pauvres44. »

16L’évocation de l’approvisionnement en eau, qui se prête aux images scripturaires, contribue à célébrer le fait que Nicée constitue une ville sainte.

La cité de Dieu

  • 45 Éloge de Nicée, § 9, p. 37. Le texte cite en partie Genèse, 28, 12.
  • 46 C’est par exemple le cas en 1258 pour Michel VIII Paléologue ; cf. Georges Pachymérès, Relations hi (...)
  • 47 Ainsi en 1234, 1247 et 1250.
  • 48 Cf. E. Patlagean, « La double Terre sainte de Byzance. Autour du xiie siècle », Annales HSS, 2, 199 (...)
  • 49 Éloge de Nicée, § 9, p. 37.
  • 50 Éloge de Nicée, § 6, p. 33. La cité accueillit le premier et le dernier des conciles œcuméniques, e (...)
  • 51 Éloge de Nicée, § 9, p. 36.
  • 52 L’église de Saint-Tryphon est la seule qui soit nommée par Théodore Métochite dans le Nicaeus. Peut (...)
  • 53 Il s’agit peut-être de l’église C, dont le plan paraît suivre le modèle de celui de Saint-Hyacinthe (...)
  • 54 Cf. R. Janin, Les églises et les monastères des grands centres byzantins, Paris, 1975, p. 105-126 ; (...)

17Nicée bénéficie de la protection divine et figure la cité de Dieu. Selon Théodore II, « c’est ici la cité de Dieu, puisqu’il y voit, depuis le plus haut sommet, des anges monter et descendre et les pieux empereurs y accomplir tous ses commandements45 ». Après la chute de Constantinople, c’est ici qu’a été transporté le siège de l’Église et que sont couronnés les empereurs46. La plupart des légations pontificales y sont reçues par le souverain47. Le jeu légitimant de l’identification avec Jérusalem ne s’applique plus à Byzance, comme c’était le cas avant 1204, mais à Nicée48. Celle-ci est déclarée semblable au temple de Salomon : « C’est pourquoi, comme ses tours ont la droite élévation des cyprès et qu’elles ressemblent à des colonnes d’acier, l’on dirait la Maison de la Sagesse chantée par Salomon49. » Nicée est la cité du dogme, comme l’encomiaste n’omet pas de le rappeler : « La grâce en effet fait sourdre les dogmes ; cette ville les recueille, les distribue à qui le veut50. » Ville sainte, elle abrite une multitude d’établissements religieux, évoqués dans une hyperbole : « Des temples très beaux et de magnifiques sanctuaires, à l’infini51… » Ceux, nombreux, qui sont dus à la piété impériale, ne sont pas nommés. Le couvent de moniales de Saint-Antoine, à proximité de la porte sud de la ville, est une fondation de Jean III Vatatzès. Théodore II quant à lui reconstruit l’église consacrée à saint Tryphon, protecteur de l’État et dispensateur de miracles52. C’est à proximité de cette église qu’il installe une école de grammaire et de rhétorique53. Sur un total de dix ou onze églises, sept dépendent de monastères54. Théodore Métochite confirme le grand nombre de ces derniers et feint de s’interroger :

  • 55 Théodore Métochite, Nicaeus, loc. cit., p. 91-92.

« Les saints monastères où s’assemblent ceux qui ont choisi de s’écarter de la matière et de se consacrer à Dieu seul, quelle autre ville pourrait en montrer un si grand nombre ou de telle quantité ? Les uns sont des monastères d’hommes, les autres de femmes, qui ont choisi avec magnanimité la même ardeur, et qui montrent du zèle pour leur choix et tout ce qui en résulte ; c’est la préparation pour les jeunes et ceux qui n’ont pas encore l’âge, l’accomplissement pour ceux qui sont d’un âge avancé. Ceci ajoute à la ville une autre gloire, peut-être la plus grande de toutes. […] la ville a plus de moines que toute autre, et même plus d’établissements où ce noble choix est pratiqué […]55. »

  • 56 L’église, de plan cruciforme à coupole, a été détruite en 1922.
  • 57 V. Laurent, Regestes des actes du patriarcat de Constantinople, vol. I, fasc. IV, Regestes de 1208 (...)
  • 58 V. Laurent, ibid., p. 10, n ° 1209, pour les années 1208-1211, marquées par des troubles causés par (...)
  • 59 Le patriarche Méthode meurt quelques mois plus tard ; il est inhumé dans son église. Cf. Cl. Foss, (...)
  • 60 V. Laurent, Regestes des actes du patriarcat de Constantinople, op. cit., p. 113, no 1308. Ces moin (...)
  • 61 Alexis III, capturé en 1211 par les Nicéens alors qu’il combattait dans les rangs turcs, finit ses (...)
  • 62 Cf. Cl. Foss, Nicaea : A Byzantine Capital and Its Praises, op. cit., p. 98 et n. 2. Ni Jean Vatatz (...)
  • 63 Cf. Cl. Foss, ibid., p. 104. Sainte-Sophie est l’actuelle mosquée Aya Sofya.
  • 64 C. Jolivet-Levy, « Byzance. La domination latine », dans L’art du Moyen Âge, Paris, 1995, p. 340. C (...)

18Le plus ancien des établissements monastiques de la ville se trouve particulièrement lié au pouvoir royal. Il s’agit de Saint-Hyacinthe, auquel est attachée l’église de la Théotokos, dite aussi de la Dormition56. Saint-Hyacinthe est probablement le siège du patriarcat durant la période. Le 17 juin 1209, le patriarche Michel IV, élu le 20 mars 1208, y préside un synode composé de dix-sept évêques57. À la même date, semble-t-il, il y dirige le conseil chargé d’administrer la ville en l’absence de l’empereur58. En 1240, c’est l’abbé de Saint-Hyacinthe qui est élu patriarche59. En 1247-1248, la communauté monastique admet trois moines latins nommés Marc, Nectaire et Isaac, venus de Calabre dans la suite de Constance, fille de l’empereur Frédéric II et seconde épouse de Jean Vatatzès60. L’église sert enfin de nécropole impériale. Y sont inhumés Alexis III Ange, l’empereur déchu en 120361, l’impératrice Anne († octobre 1213), fille de celui-ci et épouse de Théodore I Lascaris, et ce dernier lui-même, mort en janvier 1222. Une inscription en vers datée de 1211 mentionne encore la tombe princière d’un Manuel Comnène, qui était peut-être un neveu d’Alexis III62. Dans l’église Sainte-Sophie, située au centre de la ville, s’était réuni le concile œcuménique de 787. Sous le règne de l’empereur Jean Vatatzès, des travaux d’embellissement sont réalisés63. Il s’agit notamment de fresques, aujourd’hui fragmentaires, « marquées par un classicisme, une idéalisation des figures et un modelé calme et large, qui sont caractéristiques de la nouvelle conception picturale qui s’impose au xiiie siècle64 ». Sans la nommer, Théodore Métochite procure la description de l’une des églises de la ville, qui correspond peut-être à Sainte-Sophie :

  • 65 Théodore Métochite, Nicaeus, loc. cit., p. 92.

« Un plafond en haut, magnifiquement orné d’un or éclatant et de fleurs peintes, où l’art se déploie dans toute sa variété ; et ces ornements se poursuivent de chaque côté sur les murs. La pierre, lumineuse et variée, prend le relais, s’élançant de toute la diversité de ses couleurs vers les beautés supérieures, aidée dans son élan par l’art, qui invente l’harmonie des proportions. De même, en bas, le sol est composé avec la même variété ; car il fallait que tout le bas rivalise avec le haut. Les bas-côtés offrent un changement : confiants dans les colonnes qui les soutiennent, chacun cherche à atteindre le chœur en premier, produisant ainsi un effet d’optique. Au centre, des colonnes se dressent, admirables les unes par leur volume, les autres par leur minceur, témoignant aussi bien de la richesse de la nature que de l’efficacité de l’art ; leurs couronnements et leurs bases offrent de multiples aspects de l’art de la taille. Et l’or, exploité partout pour sa richesse et sa beauté, est ici aussi introduit, rendant toute chose radieuse et la rehaussant de son éclat. Je n’ai pas encore évoqué la splendeur des icônes divines, ni le noble usage qui y est fait des pierres précieuses, ni l’or, qui est à nouveau sollicité pour le décor, ni les ex-voto témoins de la piété, ni les précieux objets liturgiques, ni les trésors de livres sacrés65. »

19Ainsi, presque rien de ce qui nous permettrait d’apprécier comment la fonction de capitale s’inscrit dans le paysage urbain ne nous est perceptible. Sont donnés à voir seulement les éléments de la parure urbaine : les murailles, les jardins, les eaux et les églises. La beauté de la ville constitue cependant la preuve de sa « noblesse » et de sa capacité à régner.

Nicée, la nouvelle ville qui règne

  • 66 Nicétas Choniatès, Orationes et Epistula, J. A. Van Dieten éd. (Corpus Fontium Historiae Byzantinae (...)

20Depuis le « cataclysme cosmique66 » du mardi 13 avril 1204, lorsque les forces de la Quatrième croisade ont investi un système défensif qui n’avait jamais été pris en défaut depuis la construction des murailles au ve siècle, les Latins occupent Constantinople.

La chute de Constantinople

21Selon Théodore II Lascaris, Constantinople a fait montre, au moment de l’agression latine, d’un comportement indigne. La lâcheté dont elle a fait preuve est celle d’un mercenaire, telle que la stigmatisent les Écritures :

  • 67 Éloge de Nicée, § 12, p. 40-41. Sur le mercenaire, cf. Jean, 10, 12-13 : « Le mercenaire, qui n’est (...)

« Quand en effet la ville qui fut autrefois celle de Constantin fut perdue et qu’elle passa sous la domination des ennemis, qu’elle eut fui devant l’armée italienne, qu’elle fut réduite en esclavage, qu’elle ne sut pas garder les autres villes, selon les préceptes de l’Évangile, mais qu’elle fit porter son regard sur les côtés, telle quelque initiée, effrayée par l’écho des fanfaronnades italiennes, en proie aux lionceaux qui pénétraient dans l’empire, prenaient les villes, soumettaient les armées, émoussaient les armes et emportaient une large victoire, quand la ville prit la fuite tel un mercenaire67… »

  • 68 J.-Cl. Cheynet, « Les effectifs de l’armée byzantine aux xe-xiie siècles », Cahiers de civilisation (...)
  • 69 Georges Pachymérès, Relations historiques, A. Failler éd., t. I, 27, p. 108.
  • 70 Robert de Clari, La conquête de Constantinople, A. Pauphilet éd., 1952, § 79, p. 60.
  • 71 Geoffroy de Villehardouin, La conquête de Constantinople, A. Pauphilet éd., 1952, § 54, p. 138.
  • 72 J.-Cl. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance, op. cit., p. 459-460. Théodore II mentionne seu (...)

22Dans le récit de la déroute, les mêmes verbes sont employés à la voix active pour rapporter les actes des Italiens, mais au passif quand ils concernent la cité qui ne se défend pas. La défaite constitue un objet de scandale d’autant plus grand que le danger n’était pas tel qu’il dût effrayer : « l’écho des fanfaronnades italiennes » ne présentait aucune menace réelle, tandis que les Latins n’étaient pas des fauves, mais de simples « lionceaux ». De fait, à l’été 1203, le rapport des forces avantage les Grecs. L’empereur Alexis III renonce pourtant à combattre les Latins et concentre l’armée à l’intérieur des remparts68. Nicétas Choniatès, contemporain de la dévastation de la ville, dénonce lui aussi la passivité de Constantinople quand il cite les mots du prophète Isaïe s’adressant à Jérusalem : « Réveille-toi, réveille-toi, toi qui as bu la coupe de la colère ! » À la fin du xiiie siècle, au dire de Georges Pachymérès, les grands nobles favorables à Michel VIII Paléologue imputent la défaite de 1204 à une défaillance du pouvoir ; l’historien transcrit leurs propos de la sorte : « Parce qu’on n’était pas gouverné comme il fallait, après une admirable navigation ce fut le naufrage69. » Les récits occidentaux ne contredisent pas cette vision des faits. Le chroniqueur Robert de Clari relate comment la ville est abandonnée sans défense : « […] cil qui deffendoient aus tours et aus murs virent que li François estoient entré en la cité et leur empereres s’en estoit fuis, si n’y osèrent demorer ains s’en fuirent qui mieux mieux : einsi fu la cité prise70. » Geoffroy de Villehardouin rapporte la surprise des croisés, qui s’attendaient à affronter une forte résistance, au moment où ils découvrent la capitale désertée : « Et issirent des herberges, et cuidèrent plus grant bataille trover que il n’avoient fait le jor devant, qu’il ne savoient mot que l’empereres s’en fust fuiz la nuit. Si ne trovèrent onques qui fust encontre eus71. » Théodore II ne dit mot du rôle joué face aux Latins par le fondateur de la dynastie nicéenne, son grand-père Théodore I Lascaris. Ce dernier les a pourtant combattus, avant d’être d’emprisonné lors du soulèvement populaire consécutif à la fuite du basileus, en juillet 1203. Il partit ensuite pour l’Asie Mineure, dès avant avril 120472. En réalité, l’auteur de l’éloge impute la responsabilité de la défaite non pas au pouvoir impérial mais à Constantinople. Les errements de la capitale ont provoqué sa chute et lui ont fait perdre sa légitimité, la transformant en une ville esclave.

Constantinople, ville esclave

23Dans la période, la perte de Constantinople est ressentie comme une véritable souffrance par les Grecs. Ainsi, dès son élection en janvier 1223, le patriarche Germain II (1223-1240) s’adresse aux habitants de la Ville, en se lamentant de ne pouvoir se rendre auprès d’eux :

« Si Daniel calmait les lions, si saint Paul mettait ses gardiens à ses pieds, il n’est pas au pouvoir du patriarche de dompter ces fauves que sont les hommes. C’est pourquoi il ne peut se rendre auprès de ses enfants et les consoler par la parole […] pasteur d’un troupeau dont une partie se trouve auprès de lui, dont l’autre – et c’est à celle-ci qu’il s’adresse –, lui est inaccessible. »

  • 73 V. Laurent, Regestes des actes du patriarcat de Constantinople, op. cit., p. 42, no 1233.
  • 74 Éloge de Nicée, § 12, p. 40 : « Quand en effet la ville qui fut autrefois celle de Constantin fut p (...)
  • 75 Théodore II Lascaris, Éloge de Georges Acropolite, L. Tartaglia éd., Leipzig, 2000, p. 101, l. 136- (...)
  • 76 Théodore II Lascaris, Éloge de Jean Vatatzès, § 2, p. 124 : « […] après avoir, ainsi que pour une h (...)
  • 77 La papauté a vite supplanté l’autorité vénitienne sur le patriarcat latin ; Nicolas de Castro Arqua (...)

24Le patriarche ne perd pas espoir, qui attend « la délivrance » de la cité, « car la Théotokos prie pour la ville et le Christ son fils ne peut pas ne pas l’écouter73 ». Dans l’Éloge de Nicée en revanche, Constantinople n’est pas une prisonnière mais une esclave74. Dans un autre discours, Théodore II oppose de la même façon « la Reine de jadis » à « la ville esclave d’à présent75 ». De façon inouïe, l’auteur affirme que la capitale, jusqu’alors sublimée par les prophéties et par l’histoire, a perdu l’archè. La possession de la Ville ne fait donc pas de ceux qui la détiennent des souverains légitimes. L’auteur ne nomme pas l’usurpateur franc, en l’occurrence Baudouin II (1228-1261) ; il ne lui reconnaît aucun titre, mais il écrit que son diadème est factice et qu’il s’agit d’une « fausse couronne76 ». Aucune allusion n’est faite dans le texte au patriarche latin77. En revanche, Nicée constitue la nouvelle Ville qui règne.

Nicée, Reine des villes

  • 78 Éloge de Nicée, § 12, p. 41.
  • 79 Éloge de Nicée, § 12, p. 40.
  • 80 Éloge de Nicée, § 9, p. 37. Nicée signifie « victoire » en grec.
  • 81 Éloge de Nicée, § 12, p. 40.
  • 82 Éloge de Nicée, § 12, p. 41. Allusion au sens du prénom Jean en hébreu : « Dieu fait grâce ». Les v (...)
  • 83 Éloge de Nicée, § 2, p. 27.

25Nicée présente comme l’image inversée de Constantinople : autant en effet celle-ci fit preuve de lâcheté en 1204 face aux agresseurs latins, autant la première manifesta de courage. Usant de l’apostrophe, Théodore II s’adresse à sa ville et lui dit : « […] toi seule tu as bondi au milieu du combat telle une arme courageuse, tu as repoussé la pourriture venant des forces italiennes, et par une salaison, c’est-à-dire par ta stratégie et ta piété, tu as humilié et déshonoré l’orgueil pourri des ennemis »78. C’est à Nicée que le pouvoir impérial a trouvé refuge et protection contre les ennemis : « Parce que tu as recueilli la dignité impériale, l’empire opprimé par les adversaires dont j’ai parlé, tu le protèges telle une pierre infrangible, parce qu’à force de repousser les assauts des ennemis apeurés, tu émousses leurs lances et que tout en brisant l’assaut de leurs troupes, en protégeant les tiens et en luttant contre les ennemis, en sécurité chez toi-même tu fortifies les positions impériales, abandonnées et épuisées79. » Le nom de la ville est à lui seul une promesse de victoire : « À plus d’un titre assurément elle est fortifiée, puisque pour nom, elle a reçu de Dieu celui de la victoire80. » Ses trophées en font un phare qui illumine le monde entier : « […] ô très grande cité-phare de Nicée, parce qu’à la manière d’un flambeau, tes trophées étincellent dans le monde au-dessus de nos ennemis81. » Comme l’écrit Théodore II, sous le règne de Jean III Vatatzès en particulier de nombreux territoires ont été reconquis : « Et maintenant, sur ces fondations, c’est l’empereur Doukas, qui tire son nom de la grâce, à la main si forte et au cœur généreux : comme il a des milliers de fois augmenté le territoire de l’empire, il le ramène à peu de choses près à la magnificence qu’il avait dans le passé »82. Aussi Nicée estelle proclamée « Villes des villes » et « Reines des reines », qualificatifs jadis réservés à l’ancienne capitale83.

26Célébrer Nicée signifie donc faire l’éloge du pouvoir impérial. Comme la ville, ce dernier est resté inébranlable :

  • 84 Éloge de Nicée, § 11, p. 39.

« Mais toi (Nicée) tu t’élèves au-dessus de toutes (les villes) et tu les surpasses : depuis que de bien des manières le pouvoir romain fut partagé entre les armées païennes et vaincu – lui qui auparavant s’était lié aux villes et les avait soumises –, depuis qu’il a été dépouillé de son autorité, depuis que, sur tout notre sol, foulé pour la première fois par des ennemis, il a laissé place à la domination, depuis que spolié de sa magnificence d’autrefois, il est devenu sous le coup du malheur presque parcimonieux, et depuis que dépossédé de sa lourde richesse, il a abaissé par une pénible pauvreté la suprématie de l’empereur, chez toi seule, il est resté solidement établi, d’une manière ferme et fixe84. »

  • 85 Éloge de Jean Vatatzès, § 2, p. 123-124. Les « Allemands », cités d’abord, figurent parmi les adver (...)
  • 86 Éloge de Nicée, § 12, p. 41.

27Dans l’éloge qu’il consacre à son père Jean Vatatzès, l’encomiaste compare l’empereur à un nouvel Héraklès, triomphant d’« une hydre d’injustice (adikia) », à savoir les Latins. Il invite ainsi à considérer la guerre menée contre eux comme un acte de réparation, une dikè : « De l’épée que tient ton bras de géant, tu coupes les têtes multiples de ce monstre polycéphale, dans lequel, toutes fratries confondues, la tribu des Allemands, celle des Italiens : Vénitiens longobards et Génois lombards, des Pisans et autres Latins, s’étaient glissées pour imposer leur tyrannie85. » L’empereur et la ville ayant triomphé de leurs adversaires, Nicée mérite la première place : « Pour cela, je crois que tout homme sage te donnera le premier rang, parce que véritablement tu l’emportes sur toutes les villes, puisque c’est la loi que celui qui est resté sur le bateau pendant la tempête, celui-là en soit le maître. Si donc tu as résisté aux attaques ennemies, protégé l’empire, préservé l’État, équipé l’armée et chassé les ennemis, tu dois recevoir le prix de ta victoire, toi qui as fait coïncider le nom que tu portes et ton action, et tu dois devenir la souveraine de toutes les villes86. » À l’évidence, à la fin du règne de Jean III Vatatzès, la situation politique, économique et militaire de l’empire est bien meilleure qu’elle ne l’était avant 1204, sous la dynastie des Comnène puis des Ange. À Nicée cependant un écart s’est creusé, et les Nicéens ont acquis durant la période un sentiment d’identité, qui les différencie des Latins et aussi des autres Grecs.

Oublier Constantinople ?

28Chose inconcevable dans les premiers temps de l’exil, la reconquête de Constantinople ne paraît plus une ardente obligation.

Une nouvelle génération nicéenne

  • 87 L’expression est du patriarche Germain II, Contra Bogomilos, Patrologiae cursus completus. Series g (...)
  • 88 « L’an prochain à Constantinople », selon la formule d’Hélène Ahrweiler ; cf. H. Ahrweiler, « L’exp (...)
  • 89 Cf. Nicétas Choniatès, Orationes et Epistula, J. A. Van Dieten éd., p. 120-128.
  • 90 V. Grumel, « L’authenticité de la lettre de Jean Vatatzes, Empereur de Nicée, au Pape Grégoire IX » (...)

29Les deux premiers empereurs de Nicée appartiennent à la « génération des humiliés87 », pour laquelle le repli en Asie revêt un caractère seulement provisoire, appelé à cesser le plus rapidement possible88. Au début du siècle, selon le chroniqueur Nicétas Choniatès, la reconquête de Constantinople constitue pour l’empereur une ardente obligation. Ce dernier annonce en effet : « Nous aurons à nouveau les patries dont nous sommes chassés ; notre premier et ancien siège, le Paradis, la ville du Tout-Puissant, sise dans les détroits, la ville de notre Dieu, le joyau de la Terre, celle qui est désirée par tous les peuples et réputée dans le monde89. » Jean Vatatzès s’efforce quant à lui par tous les moyens, diplomatiques et militaires, de reprendre la capitale aux Latins. Telle lettre, écrite au pape Grégoire IX à la fin de l’été ou à l’automne de 1237, rend compte de la détermination impériale : « S’il s’agit de Constantinople, nous affirmons ceci et le faisons savoir à votre sainteté et à tous les Chrétiens, que jamais nous ne cesserons de mener le combat et de faire la guerre à ceux qui occupent Constantinople90. » La politique menée par le basileus conduit en effet à l’élimination des Latins, en Asie comme en Thrace et en Macédoine. En revanche, Théodore II Lascaris semble moins pressé de reconquérir la Ville, nommée seulement une fois dans le discours, et ce de manière négative. En outre, quand il évoque les reconquêtes opérées par son père, il n’est pas loin de les juger achevées :

  • 91 Éloge de Jean Vatatzès, § 14, p. 156.

« […] l’empereur du peuple qui porte le nom du Christ a uni en un territoire d’un seul tenant la terre des Ausones ; alors qu’elle était morcelée à l’infini sous l’effet de la polyarchie étrangère et tyrannique des Latins, des Perses, des Bulgares, des Scythes et autres peuples, il a fouetté les voleurs, il a protégé la part de son peuple, il a, par la lance et par l’épée, par des décisions avisées et sagaces, reconquis et restauré notre antique territoire et il a érigé un trophée de ses actes de bravoure. Comme il a réuni en une terre d’un seul tenant l’antique territoire il y a peu déchiré et taillé en pièces, et comme à la ronde il a exposé des stèles qui commémorent ses belles actions, il a rendu notre domaine inaccessible aux ennemis91. »

  • 92 Lettre adressée à Nicéphore Blemmyde ; cf. Theodori Ducae Lascaris Epistulae, N. Festa éd., Publica (...)
  • 93 V. Laurent, Regestes des actes du patriarcat de Constantinople, op. cit., no 1332 ; D. Stiernon, «  (...)
  • 94 Cf. H. Ahrweiler, « L’expérience nicéenne », loc. cit., p. 33 : « Le meilleur représentant de cette (...)

30Selon lui, la restauration de la capitale ne devrait pas être obtenue au prix d’un compromis politique. Pour cette raison, Théodore II s’oppose aux négociations menées avec Rome, en vue d’échanger la soumission au pape de l’Église grecque contre l’obtention de Constantinople. Ces pourparlers existent dès le règne de Théodore I et se multiplient durant celui de son successeur, Jean III Vatatzès. En 1253, le protocole d’accord contient la mention de la restitution aux Grecs de Nicée des territoires occupés par les Latins, du patriarcat de Constantinople et des autres patriarcats. S’opposant à ce projet, Théodore II considère que le pape s’engage à combler les Grecs de leurs propres richesses92. À ses yeux, l’union avec Rome devrait au contraire accompagner la reconnaissance par le pontife de la suprématie à la fois politique et spirituelle du basileus. À l’automne 1256, le patriarche Arsène Autoreianos fait parvenir au pape Alexandre IV une lettre qui semble plutôt de la main de Théodore II, tant elle magnifie le pouvoir impérial. Au centre de la scène, l’empereur est le seul homme capable d’ôter le scandale de la désunion chrétienne et de combler l’abîme séparant les deux Églises, le seul chef d’orchestre en mesure d’harmoniser la cacophonie qui déchire la chrétienté, le seul coryphée assez habile pour rapprocher le pape et le patriarche, les amener à se prendre par la main, tels les apôtres Pierre et Jean, et à s’acheminer ainsi d’un pas égal vers les portes du temple de la pacifique Jérusalem93. C’est à l’empereur qu’il revient d’éclairer les chefs des Églises sur les points du dogme qui les ont opposés. C’est à lui d’opérer la réconciliation et c’est lui également qui présidera la chrétienté réunie. La reconquête de l’ancienne capitale suivra l’union des Églises, et ne saurait constituer le motif d’une renonciation à l’orthodoxie ni de l’abandon des prérogatives impériales. Théodore II semble ainsi représentatif d’une « nouvelle génération nicéenne », pour laquelle Constantinople est à reconquérir, mais pas à tout prix94. Sans doute parce que Nicée apparaît comme le centre d’un empire qui s’est déplacé vers les régions asiatiques.

Un empire grec en Asie Mineure

  • 95 M. Holobolos, Anecdota graeca, J.-Fr. Boissonade éd., Paris, 1833, V, 159 s. ; cf. E. H. Kantorowic (...)
  • 96 M. J. Angold, A Byzantine Government in Exile, Government and Society under the Lascarids of Nicaea (...)
  • 97 Éloge de Nicée, § 6, p. 31.
  • 98 Epistulae, N. Festa éd., Lettre no 80 à Georges Acropolite, p. 107.
  • 99 M. Angold, A Byzantine Government in Exile, op. cit., p. 30.
  • 100 Nicéphore Blemmyde est né à Constantinople en 1198 ou 1199. Il appartient à la génération de lettré (...)
  • 101 Epistulae, N. Festa éd., op. cit., lettre no 5, p. 8-10.

31Conformément à la tradition, les sujets de l’empereur sont nommés les « Romains » et l’empire, la « terre des Ausones ». Manuel Holobolos, l’un des fidèles de Théodore II et futur rhéteur de la Grande Église après 1261, appelle de même « Ausonôn polis » la cité du Bosphore95. Cependant, dans le discours d’éloge, figure souvent le mot « Hellènes ». Ce terme a cessé depuis le début du xiiie siècle de renvoyer au paganisme, pour se rapporter à une forme de culture et de civilisation dont les Nicéens revendiquent l’héritage96. Nicée est comparée à Athènes, avec laquelle elle partage le goût de la culture, de la raison et de la rhétorique97. La relation de la visite accomplie à Pergame par Théodore II est significative d’une réelle attirance pour l’antiquité grecque : « […] cette ville illustre est emplie d’anciens théâtres flétris par le temps. Ils nous montrent cependant, comme dans un miroir, la gloire et la magnificence de ceux qui les ont bâtis. Ces édifices, images de la sagesse, portent l’empreinte du génie grec. La ville nous les montre pour notre honte à nous, descendants d’ancêtres illustres98. » La prise de conscience par les Byzantins de la valeur de leur passé et de leur culture a sans doute été accélérée au moment des croisades. C’est alors que les Grecs perçoivent les grands progrès accomplis par la science occidentale au xiie siècle99. Dans une lettre adressée à son maître Nicéphore Blemmyde100, notre auteur exprime la crainte que la philosophie ne déserte les Grecs ; la concurrence latine en la matière est telle que la barbarie peut un jour changer de camp. Il expose ainsi son inquiétude : « [La philosophie] appartient aux Grecs et voilà qu’ils [les jeunes Grecs] la proscrivent maintenant comme une étrangère. C’est pourquoi elle ira chercher asile chez les barbares et elle les glorifiera. Toute la misère retombera sur ceux qui l’ont persécutée. Elle deviendra notre ennemie et elle nous fera la guerre. Et pourrait-on résister à la sagesse ? C’est pourquoi, ou bien elle nous livrera à l’anéantissement, ou elle nous rendra barbares101. »

  • 102 W. Lameere, La tradition manuscrite de la correspondance de Grégoire de Chypre, patriarche de Const (...)
  • 103 Georges Acropolite, A. Heisenberg éd., p. 166, l. 6-7. Les Grecs établis en Epire sont déclarés « h (...)
  • 104 Éloge de Jean Vatatzès, § 14.
  • 105 Epistulae, N. Festa éd., op. cit., lettre n ° 49 à Nicéphore Blemmyde, p. 281.

32Pour certains des contemporains de l’auteur, notamment pour les partisans ou alliés de Michel VIII Paléologue, l’empire dans son ensemble est grec. Vers la fin du siècle, le futur patriarche Grégoire de Chypre écrit à propos de l’île dont il est originaire qu’elle forme une partie de la « Grécité » (to Hellènikon)102. Georges Acropolite pour sa part voit dans les sommets du Pinde, situé dans les Balkans, une frontière entre « l’ancienne et la nouvelle Epire et notre terre hellène103 ». En revanche, pour Théodore II comme pour Nicéphore Blemmyde, seule l’Asie Mineure contrôlée par Nicée constitue la patrie grecque. Le premier la nomme to Hellènikon ou Hellas. Les troupes impériales forment « l’armée grecque », to hellènikon, et les soldats sont réputés « les fils des Grecs104 ». Nicéphore Blemmyde désigne l’Anatolie comme sa « mère la Grèce », mèter Hellas ; il donne aussi à l’empire de Nicée le nom d’Hellènis épikrateia. Devenu empereur, contraint de réprimer les révoltes des Bulgares et des Epirotes, Théodore II Lascaris conduit des expéditions militaires en Europe, lesquelles ne cherchent pas à reprendre Constantinople, mais à rétablir l’équilibre politique dont il a hérité. Comme il vient d’infliger une défaite aux forces bulgares, en 1254-1255, il offre la victoire à « la sainte terre d’Anatolie » et ajoute que le mérite en revient à la vertu des Grecs : « Le dragon est sorti, mais nous l’avons tué et nous avons érigé avec son cadavre un trophée à notre gloire. Admire de tout ton cœur ces hauts faits de la bravoure hellénique105. » À ce moment, la conscience qu’il existe une césure entre les deux parties, occidentale et orientale, de l’empire est sensible, comme le montre une autre lettre, datée de 1255 et adressée à l’un de ses proches, Georges Mouzalôn. On y lit en effet le fait que « négliger les provinces de l’Occident serait l’anéantissement universel », indice, peut-être, de ce que la question pouvait se poser. Le point de vue se trouve ainsi inversé par rapport aux siècles précédents.

  • 106 Nicétas Choniatès, Historia, J. A. Van Dieten éd. (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, XI), Berlin (...)
  • 107 Cf. H. Ahrweiler, « L’expérience nicéenne », loc. cit., p. 35.
  • 108 Germain II, Contra Bogomiles, PG 140, col. 641, C.
  • 109 Chronique de Morée, introduction, traduction et notes par R. Bouchet, Paris, 2005, p. 131.

33En Asie, les populations locales se montrent particulièrement attachées à la dynastie au pouvoir. Contrairement en effet à la situation qui prévalait avant 1204, les provinces asiatiques ne sont pas réduites à la pauvreté au bénéfice de Constantinople, mais au contraire connaissent une réelle prospérité106. Dès 1261, au moment où Michel VIII Paléologue va recouvrer la capitale historique, les habitants d’un village proche de Nicée se révoltent pour que le pouvoir soit rendu à l’héritier des Lascaris107. Au xive siècle, alors que les Paléologues peinent à défendre l’Asie Mineure contre la progression turque, un culte est rendu en Lydie à Jean III Vatatzès, considéré comme saint et réputé opérer des miracles. Selon l’expression du patriarche Germain II, la « métaphuteuseis » ou transplantation fut donc réellement suivie d’un enracinement, « rhizobolèsis »108. Le morcellement de l’empire en 1204 donne ainsi lieu à l’émergence d’« éléments territoriaux », dont l’Anatolie réputée grecque. D’autres textes témoignent de cette nouvelle géopolitique, telle la Chronique de Morée, écrite au début du xive siècle. S’y trouve évoqué « l’empereur messire Théodore Lascaris, qui vivait en ces années-là en Anatolie, puisqu’à Constantinople se trouvait un roi franc […] ; messire Théodore Lascaris régnait en ce temps-là sur les Grecs109 ». Cependant, en refusant de faire de la reconquête de Constantinople une priorité, Théodore II se heurte aux aspirations de l’aristocratie.

Nicée et la renovatio Imperii

  • 110 Éloge de Nicée, § 4, p. 29.
  • 111 Éloge de Nicée, § 5, p. 30.
  • 112 Georges Pachymérès, Relations historiques, A. Failler éd., t. I, 15, p. 64.
  • 113 Ibid., t. I, 8, p. 40-42.
  • 114 Ibid., t. I, 13, p. 60.
  • 115 Georges Acropolite, A. Heisenberg éd., p. 122-123. Théodore II Lascaris donne à ses protégés de nob (...)

34L’Éloge de Nicée annonce la politique anti-aristocratique menée par la suite par Théodore II. Selon ce dernier, Nicée l’emporte par sa culture et non par le luxe ostentatoire des Grands ; il écrit ainsi : « Et précisément parce qu’elle tient de vous en retour un auguste caractère, elle est la ville des villes, puisqu’elle a en elle des habitants plus illustres par l’éloquence que par les richesses et les escortes très nombreuses110. » Les Nicéens sont célébrés non pour leur appartenance à un lignage aristocratique, mais pour leur amour du logos qui fonde l’excellence de la cité : « De même, la ville, voyant que ses propres membres, c’est-à-dire ceux qui résident chez elle, ont pour ornement leur éloquence, prend corps et l’harmonie lui est une magnifique parure ; puisqu’en son for intérieur elle possède en effet les perles de la raison, chaque jour elle règne et dépasse, du sommet où elle se trouve, ville après ville, elle qui a le logos comme motif de fierté111. » Il est vrai que les aristocrates résident surtout à la cour impériale en Lydie. Ainsi, à la mort de Théodore II Lascaris en août 1258, sont-ils rapidement assemblés à proximité de Magnésie par le protovestiaire Georges Mouzalôn. L’historien Georges Pachymérès relate les faits de la sorte : « […] il convoqua tout le Sénat et toute la famille impériale, tous les archontes et toute la classe militaire ; là furent aussi présents les frères de Laskaris, l’arrière-grand-père de l’empereur […] ; les aveugles, qui étaient Stratègopoulos et Philès, n’étaient pas non plus absents de la réunion, de même que tout autre grand complétant l’assemblée112. » Les deux derniers nommés doivent leur cécité à l’hostilité de Théodore II. Beaucoup d’autres, parmi ceux qui composent « la chaîne dorée des grandes naissances » sont durant son règne victimes de mesures destinées à « abaisser leur orgueil113 ». Sont écartés en particulier ceux qui ont appartenu à l’entourage de Jean III Vatatzès et qui ont combattu aux côtés de celui-ci en Europe. De façon générale, Théodore II réduit les privilèges aristocratiques et fait accéder aux plus hautes fonctions des roturiers choisis selon leurs mérites, tel son ami Georges Mouzalôn. À lire Georges Pachymérès, « il parut à charge aux dignitaires, car il choisissait, non selon la noblesse et l’alliance avec l’empereur, mais d’après le mérite, les hommes qui dirigeaient les affaires et il les honorait des charges appropriées ; quant à ceux qui se trouvaient être ses proches par le sang, il estimait un tel privilège suffisant et assez important en matière de distinction114 ». La plupart de ceux que le souverain distingue sont originaires d’Anatolie ; Georges Acropolite, né à Constantinople, n’omet pas de railler les manières rustiques d’un Constantin Margaritès, promu Grand Archonte115.

  • 116 Cf. J.-Cl. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance, op. cit., p. 245.
  • 117 Georges Pachymérès, Relations historiques, A. Failler éd., t. I, 27, p. 108. Les grands sont aussi (...)
  • 118 Georges Pachymérès, ibid., t. I, 23.

35Cette politique autocratique, visant à mener une Renovatio Imperii par le recours à des hommes nouveaux, implique de ne pas procéder trop rapidement à la reconquête de Constantinople. Depuis 1204 en effet l’occupation latine a considérablement réduit la fortune des grands116. Ces derniers en ont bien conscience, comme l’indiquent ces propos tenus en septembre 1258 par deux des opposants de Théodore II : « Ne savons-nous pas à quel degré d’infortune en vint l’empire des Romains, au point que nous fûmes chassés de la patrie et que nous perdîmes tout, enfermés que nous fûmes dans d’étroites frontières117… » Appauvris, les aristocrates se trouvent par là même affaiblis et incapables de mener une action politique d’envergure. Inversement, à la mort de Théodore II Lascaris, la restauration politique de l’aristocratie est immédiate et s’accompagne de la reconquête de Constantinople. De façon symbolique, c’est l’un des adversaires de l’empereur, Alexis Stratègopoulos, nommé César par Michel VIII Paléologue, qui s’empare de la Ville en juillet 1261. Comme le rapporte Georges Pachymérès, ce dernier a lui-même été élevé dans l’espoir qu’il entrerait en basileus à Constantinople : « Mais elle [Eulogie, l’une des sœurs de Michel VIII] fredonnait alors de ses lèvres mi-closes la cantilène qui avait trait à la Ville : les paroles souhaitaient courage à l’empereur de la Ville et disaient qu’il entrerait par la Porte Dorée et qu’il accomplirait avec gloire telle et telle chose118. »

  • 119 H. Ahrweiler, L’idéologie politique de l’Empire byzantin, Paris, 1975, p. 116.
  • 120 Georges Pachymérès, ibid., t. II, 28.

36Le chrysobulle promulgué par Michel VIII Paléologue en août 1261 proclame le retour de l’ordre ancien, dès lors que la capitale est de nouveau aux mains des Grecs : « La chute de la Ville a été suivie par la chute du reste de l’empire ; de la même manière sa reconquête annonce clairement la libération des autres territoires […] ; d’autres lieux suivront le sort de Constantinople, et ainsi le vide sera à nouveau comblé et un avenir plein de promesses attend le monde de notre pay119. s » Pourtant il ne s’agit pas du rétablissement du statu quo ante mais du triomphe de l’aristocratie, laquelle n’a cessé, durant la période, de s’opposer à l’empereur. La restauration de Constantinople traduit l’échec de la tentative d’une renovatio Imperii, visant à restaurer à Nicée les prérogatives impériales. Le prôtasèkrètis Michel Sénachérim, l’un des proches de Théodore II Lascaris, partage sans doute cette vision des choses, lui qui s’écrie à l’annonce de la reconquête en 1261 : « Oh, qu’est-ce que j’entends là ? Cela était réservé à nos jours ! Quels péchés avons-nous commis pour survivre et voir de si grands malheurs ? Désormais il n’y a rien à espérer de bon, puisque les Romains foulent à nouveau le sol de la Ville120. »

Notes

1 Au pouvoir entre 1254 et 1258, Théodore II Lascaris est le troisième empereur de l’État byzantin exilé à Nicée. Il est né dans cette ville en 1222. Élève de Georges Acropolite et de Nicéphore Blemmyde, il compose avant son avènement de très nombreux traités et discours ; cf. S. Georgiopoulou, Theodore II Laskaris (1222-1258) as an Author and an Intellectual of the xiiith Century, Ph. D., Harvard University, Cambridge-Massachusetts, 1990, p. 52-67.

2 Éloge de Nicée, § 1. La traduction citée est celle que j’ai présentée pour l’obtention d’un doctorat, sous la direction de M. Bernard Flusin ; Théodore II Lascaris, Éloge de Nicée, Éloge de Jean Vatatzès, édition, traduction et commentaire, Université de Paris Sorbonne, Paris IV, 1997, dactylographié. À B. Flusin, opheilô pollèn charin.

3 Guillaume de Tyr, Histoire des faits et gestes dans les régions d’Outre-mer, Guizot éd., coll. des Mémoires relatifs à l’histoire de France, vol. I, 1824, livre III, p. 127.

4 Nicolas Mésaritès est l’ancien skeuophylax de Sainte-Sophie et le futur métropolite d’Ephèse. La blancheur des murs est due à l’emploi d’un mortier ; cf. Cl. Foss, Nicaea : A Byzantine Capital and its Praises, Brookline-Massachusetts, Hellenic College Press, 1996, p. 94. Ce mortier comporte probablement une grande proportion de chaux, produite par la destruction des marbres antiques. C’est le cas à l’église E de Sardes, construite sous le règne de Jean III Vatatzès ; cf. H. Buchwald, « Job Site Organization in xiiith Century Byzantine Buildings », dans L’edilizia prima della rivoluzione industriale, secc. xiii-xviii, Prato, 26-30 avril 2004, Florence, Lemonnier, 2005, p. 625-667.

5 Théodore Métochite, cité par V. Kravari, « Évocations médiévales », dans B. Geyer et J. Lefort éd., La Bithynie au Moyen Âge, Paris, 2003 (Réalités byzantines, 9) (cité désormais : Nicaeus), p. 90 et p. 91 : « Qui, ayant vu ces murailles autour de la ville, ne les aurait pas admirées ? » ; « Offrant avec bienveillance aux hommes son étendue plane, la ville a confiance en elle et dans les remparts qui l’entourent, dont elle est si magnifiquement parée que c’est à la fois un plaisir et un sujet d’étonnement que de contempler en eux une inébranlable prévoyance, une beauté invincible, une noble fermeté. »

6 J.-P. Grelois, « Hans Dernschwam, Voyage en Asie Mineure (1555) », dans La Bithynie au Moyen Âge, op. cit., p. 135.

7 Cf. J. Le Goff, entretien accordé à Fr. Giron, Le Point, 23-30 décembre 2004, p. 115 : (à propos de l’image de la ville) « Les gens du Moyen Âge, anti-écolos à cent pour cent, trouvaient la campagne hideuse, les montagnes affreuses et la mer haïssable. Seule la ville était belle. Et cela, pas seulement parce qu’elle apportait la sécurité mais aussi pour des raisons purement esthétiques. C’est une des dernières fonctions, si l’on peut dire, des murailles, des tours, des portes. Elles sont belles, on les trouve belles. »

8 Éloge de Nicée, § 4, p. 29.

9 Éloge de Nicée, § 9, p. 37. L’Éloge de Nicée est, à ma connaissance, la seule source qui permette d’attribuer à Jean Vatatzès l’initiative du doublement de l’enceinte.

10 Cf. A. M. Schneider, « The City Walls of Nicaea », Antiquity, 12, 1938, p. 441 et n. 2 ; Cl. Foss, Nicaea : A Byzantine Capital and its Praises, op. cit., p. 94 ; A. Bryer, « Nicaea, Byzantine City », Peoples and Settlement in Anatolia and in the Caucasus, 800-1900, Variorum Reprints, Londres, 1988, p. 30. À la fin du xiiie siècle, le fossé est « profond, empli de boue » selon Théodore Métochite, Nicaeus, loc. cit., p. 91. Des ponts de bois amovibles sont signalés par Ibn Battûta ; cf. Voyages et périples. Présent à ceux qui aiment à réfléchir sur les curiosités des villes et les merveilles des voyages, textes traduits, présentés et annotés par Paule Charles-Dominique, Paris, 1995, p. 658. Ces douves existaient au xiie siècle, au pied du premier mur. Guillaume de Tyr décrit en effet des « murailles précédées de fossés toujours emplis d’eaux provenant de diverses sources et de petites rivières » ; cf. Histoire des faits et gestes dans les régions d’Outre-mer, éd. citée, vol. I, livre III, p. 127.

11 Au xive siècle, Nicée résiste à l’envahisseur turc jusqu’en 1331.

12 Cf. K.-P. Todt, « Antioch in the Middle Byzantine Period (969-1084) : The reconstruction of the City as an Administrative, Military, Economic and Ecclesiastical Center », TOPOI, Orient-Occident, 2004, p. 171. La qualité de la construction nicéenne est cependant moindre, constituée d’une alternance désordonnée de pierres et de briques.

13 Éloge de Nicée, § 1, p. 26 : « Nicéens, la ville très célèbre qui est la vôtre, dès le premier regard fait naître dans l’âme rationnelle un grand contentement. » Dans l’Antiquité, selon la tradition, il était possible de voir les quatre portes de l’enceinte depuis une pierre située au centre du gymnase ; cf. Strabon, Géographie, éd. et trad. Fr. Lasserre, Paris, 1981, t. IX, l. XII, 4, 7.

14 P. Gros, « La construction d’un espace méditerranéen et les premières mégapoles (viiie siècle av. J.-C.-vie siècle ap. J.-C.) », dans C. Nicolet, R. Ilbert, J.-Ch. Depaule dir, Mégapoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospective, Paris-Rome, 2000, p. 69 et p. 86, n. 18.

15 Éloge de Nicée, § 1, p. 26. Le terme grec est celui de « spartiasis ». L’encomiaste n’indique pas que le plan hippodamien est dû aux fondateurs de la cité à la période hellénistique. Cf. R. Bondoux, « Les villes », dans La Bithynie au Moyen Âge, op. cit., p. 396.

16 C’est par exemple au palais impérial de Nicée que se tient en 1234 un synode en vue de l’union des Églises ; l’empereur y reçoit quatre légats pontificaux, dont l’un note dans son rapport : « Cum in palatio imperiali convenissemus ad disputandum » ; cf. Disputatio Latinorum et Graecorum seu relatio Apocrisorum Gregorii IX de Gestis Nicaeae in Bithynia et Nymphaeae in Lydia (1234), P. G. Golubovich éd., O. Fr., Archivium franciscanum Historicum, XII, fasc. III-IV, 1919, p. 429.

17 Éloge de Nicée, § 9, p. 36.

18 Théodore Métochite, Nicaeus, loc. cit., p. 91.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Éloge de Nicée, § 9, p. 36. Le terme grec est paradeisos. C’est aussi celui qu’emploie par exemple Bessarion pour décrire Trébizonde, sa ville natale (paradeisoi). Cf. C. N. Constan-Tinides, « Byzantine Gardens and Horticulture in the Late Byzantine Period, 1204-1453 : The Secular Sources », dans A. Littlewood, H. Maguire, J. Wolschke-Bulmahn éd., Byzantine Garden Culture, Washington, D. C., Dumbarton Oaks, 2002, p. 88. Pour le sens de ce mot dans l’Antiquité grecque : cf. M. Brunet, « Le courtil et le paradis », dans J.-P. Brun, Ph. Jockey éd., Techniques et sociétés en Méditerranée, Paris, 2001, p. 157-168. Sur la perception byzantine du jardin comme un espace intérieur, fermé, cf. H. Maguire, « Paradise Withdrawn », dans Byzantine Garden Culture, éd. citée, p. 32 et n. 41 : « […] the gaze is rarely from the garden to the outside, but it is directed inward, from the outside to the garden, or within the garden itself. »

22 Le texte fait songer à la réception de Lysandre par Cyrus dans son paradis de Sardes ; cf. Xénophon, Économique, IV, 20-23.

23 Cf. Théodore Métochite, Nicaeus, loc. cit., p. 92.

24 Ibn Battûta, Voyages et périples, éd. citée, p. 658.

25 J.-P. Grelois, « Hans Dernschwam, Voyage en Asie Mineure (1555) », dans La Bithynie au Moyen Âge, op. cit., p. 136.

26 Éloge de Nicée, § 10, p. 38. À propos des vignes, Ibn Battûta note : « On y trouve aussi du raisin nommé ù adhârî [perles] comme je n’en ai jamais vu autre part, très sucré, très gros, de couleur claire, à la peau fine, chaque grain n’ayant qu’un seul pépin. » ; cf. Voyages et périples, éd. citée, p. 658.

27 Cité par R. Bondoux, « Les villes », dans La Bithynie au Moyen Âge, op. cit., p. 396. Cf. aussi Catulle : Nicaeaeque ager uber aestuosae, 46.5.

28 Cf. L. Robert, « Les Kordakia de Nicée, le combustible de Synnada et les poissons-scies. Sur les lettres d’un métropolite de Phrygie au xe siècle. Philologie et réalités. », Journal des Savants, 1961, p. 157.

29 Cf. L. Robert, ibid., p. 158 et n. 2 et 3 ; V. Kravari, « Évocations médiévales », dans La Bithynie au Moyen Âge, op. cit., p. 74. Pour l’olivier, Nicée est réputée l’emporter sur Préneste et Athènes.

30 Guillaume de Tyr, Histoire des faits et gestes dans les régions d’Outre-mer, éd. citée, vol. I, livre III, p. 127.

31 Théodore Métochite, Nicaeus, loc. cit., p. 90.

32 Cf. K.-P. Todt, « Antioch in the Middle Byzantine Period (969-1084) : The reconstruction of the City as an Administrative, Military, Economic and Ecclesiastical Center », loc. cit., p. 180.

33 M. Holobolos, Orationes, M. Treu éd., Postdam, 1907, t. 2, p. 57-59. En 1453, le grand nombre de jardins à Constantinople est mentionné par l’un des conquérants turcs, Tursun Beg ; cf. A. Pertusi, La caduta di Costantinopoli, Vérone, 1976, t. I, p. 307-308.

34 Cf. L. Robert, « Les Kordakia de Nicée », loc. cit., p. 106 : « Ce fleuve, jaillissant au nord de Nicée, vers les avancées des Monts Astakéniens et, longeant de ses détours une région plate et très boisée et, dans les prairies et les jardins après le pont de Trajan, devenu un autre Nil, il se mélange au lac. Son eau est très belle […]. »

35 Les citernes sont localisées vers la porte ouest : cf. A. Bryer, « Nicaea, Byzantine City », loc. cit., p. 22.

36 Éloge de Nicée, § 10, p. 38. Dans la Vie de saint Néophytos, citée par L. Robert, « Les Kordakia de Nicée », loc. cit., p. 157, sont évoqués des « canaux d’eau partout répandus, arrosant des moulins en file ».

37 Les frais de construction des aqueducs, très lourds, étaient souvent pris en charge par le pouvoir impérial. Pour Hadrien : cf. S. Sahin, Katalog der antiken Inschriften des Museums von Iznik (Nikaia), I, Bonn, 1979, p. 1 a, no 1 ; pour Justinien : cf. Procope, De aedificiis, V, 3, B. Dewing, Gl. Downey éd., p. 234. Théodore I Lascaris aurait également restauré l’aqueduc : cf. Cl. Foss, Nicaea : A Byzantine Capital and Its Praises, op. cit., p. 119.

38 J. Raby, A Seventeeth Century Description of Iznik-Nicaea, Istanbuler-Mitteilungen, 1976, p. 157.

39 Éloge de Nicée, § 10, p. 38.

40 Théodore Métochite, Nicaeus, loc. cit., p. 92. L’auteur signale l’existence de bains à Nicée, lesquels sont passés sous silence par Théodore II Lascaris.

41 J.-P. Grelois, « Hans Dernschwam, Voyage en Asie Mineure (1555) », loc. cit., p. 136.

42 M. Holobolos, Orationes, M. Treu éd., Postdam, 1907, t. 2, p. 57-59. Cf. H. Maguire, « Gardens and Parks in Constantinople », Dumbarton Oaks Papers, 54, 2000, p. 251-264.

43 Cf. Genèse, 2, 6 : « Toutefois un flot montait de terre et arrosait toute la surface du sol. »

44 Éloge de Nicée, § 6, p. 32-33.

45 Éloge de Nicée, § 9, p. 37. Le texte cite en partie Genèse, 28, 12.

46 C’est par exemple le cas en 1258 pour Michel VIII Paléologue ; cf. Georges Pachymérès, Relations historiques, éd., introduction et notes A. Failler, trad. V. Laurent, Paris, 1984, t. I, livre 2, 6, p. 138-139 : « Quant au patriarche, il [Michel VIII Paléologue] le renvoie à Nicée en lui promettant de s’y rendre sous peu lui-même avec le jeune empereur [Jean IV, fils de Théodore II], pour qu’ils y soient tous deux couronnés. En conséquence le patriarche, ainsi que le clergé et les évêques, après avoir pris congé des empereurs selon l’habitude, prirent le chemin de Nicée. »

47 Ainsi en 1234, 1247 et 1250.

48 Cf. E. Patlagean, « La double Terre sainte de Byzance. Autour du xiie siècle », Annales HSS, 2, 1994, p. 459-469.

49 Éloge de Nicée, § 9, p. 37.

50 Éloge de Nicée, § 6, p. 33. La cité accueillit le premier et le dernier des conciles œcuméniques, en 325 et en 787 ; à cette date, la dernière session du concile a cependant lieu à Constantinople.

51 Éloge de Nicée, § 9, p. 36.

52 L’église de Saint-Tryphon est la seule qui soit nommée par Théodore Métochite dans le Nicaeus. Peut-être située à proximité du théâtre, elle correspondrait au Monument B, de plan cruciforme ; cf. Cl. Foss, Nicaea : A Byzantine Capital and Its Praises, op. cit., p. 109. Le jour de la fête du saint, le 1er février, le lilas y fleurit miraculeusement. Théodore II a composé un éloge de ce saint, lequel figure sur les monnaies frappées par l’empereur ; cf. M. F. Hendy, Coinage and Money in the Byzantine Empire (1081-1261), 1969, Dumbarton Oaks, p. 256-261. Saint Tryphon est réputé avoir donné la victoire à l’armée impériale, au terme d’une expédition difficile ; cf. Théodore Skoutariotes, Additamentum Theodori Scutariotae ad Georgii Acropolitae Historiam, A. Heisenberg éd., Georgii Acropolitae Opera, t. II, Leipzig, 1903, p. 291.

53 Il s’agit peut-être de l’église C, dont le plan paraît suivre le modèle de celui de Saint-Hyacinthe ; cf. Cl. Foss, Nicaea : A Byzantine Capital and Its Praises, op. cit., p. 109.

54 Cf. R. Janin, Les églises et les monastères des grands centres byzantins, Paris, 1975, p. 105-126 ; Cl. Foss, Nicaea : A Byzantine Capital and Its Praises, op. cit., p. 110.

55 Théodore Métochite, Nicaeus, loc. cit., p. 91-92.

56 L’église, de plan cruciforme à coupole, a été détruite en 1922.

57 V. Laurent, Regestes des actes du patriarcat de Constantinople, vol. I, fasc. IV, Regestes de 1208 à 1309, Paris, 1971, p. 11, no 1210.

58 V. Laurent, ibid., p. 10, n ° 1209, pour les années 1208-1211, marquées par des troubles causés par les indigents. Le conseil comprend aussi deux responsables de l’ordre public, le mystique et le chef de la garnison ou procathimène.

59 Le patriarche Méthode meurt quelques mois plus tard ; il est inhumé dans son église. Cf. Cl. Foss, Nicaea : A Byzantine Capital and Its Praises, op. cit., p. 98.

60 V. Laurent, Regestes des actes du patriarcat de Constantinople, op. cit., p. 113, no 1308. Ces moines, ordonnés trois ans trop tôt, font l’objet d’une mesure de suspense par le patriarche en 1244-1245, pour empêchement canonique. Après la levée de cette mesure, ils demeurent à Nicée auprès de l’impératrice dans le couvent de Saint-Hyacinthe. Le mariage de Jean III Vatatzès et de Constance-Anne a lieu en 1244 selon Matthieu Paris ; il est condamné le 17 juillet 1245 par Innocent IV ; cf. V. Laurent, ibid., p. 112.

61 Alexis III, capturé en 1211 par les Nicéens alors qu’il combattait dans les rangs turcs, finit ses jours dans ce monastère ; Georges Acropolite, Opera. Volumen prius continens Historiam, Breviarum historiae, Theodori Scutariotae Additamenta, A. Heisenberg éd., Leipzig, 1903, p. 15-17.

62 Cf. Cl. Foss, Nicaea : A Byzantine Capital and Its Praises, op. cit., p. 98 et n. 2. Ni Jean Vatatzès ni son fils Théodore II ne sont inhumés à Nicée, mais au monastère de Sosandre, dans la région de Nymphée.

63 Cf. Cl. Foss, ibid., p. 104. Sainte-Sophie est l’actuelle mosquée Aya Sofya.

64 C. Jolivet-Levy, « Byzance. La domination latine », dans L’art du Moyen Âge, Paris, 1995, p. 340. Cf. Cl. Foss, Nicaea, p. 104 : « The whole project no doubt reflects the role of Nicaea as the capital of the Empire, and the attention lavished on it by the Laskarids. »

65 Théodore Métochite, Nicaeus, loc. cit., p. 92.

66 Nicétas Choniatès, Orationes et Epistula, J. A. Van Dieten éd. (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, III), Berlin-New York, 1972, p. 572, l. 79-p. 576, l. 95. La chute de Constantinople est attribuée, de façon durable, à la colère divine ; cf. V. Laurent, Regestes des actes du patriarcat de Constantinople, op. cit., p. 71, no 1261, Lettre du patriarche datée d’août 1232 : « […] les colères qui ont perdu les Grecs s’apaiseront et le péché commis jusqu’à soixante-dix fois sept fois trouvera rémission ».

67 Éloge de Nicée, § 12, p. 40-41. Sur le mercenaire, cf. Jean, 10, 12-13 : « Le mercenaire, qui n’est pas le pasteur, dont les brebis ne sont pas les siennes, à peine voit-il le loup venir, il laisse là les brebis et s’enfuit. »

68 J.-Cl. Cheynet, « Les effectifs de l’armée byzantine aux xe-xiie siècles », Cahiers de civilisation médiévale, 38, 1995, p. 332 et n. 118 ; id., Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris, 1990 (Byzantina Sorbonensia, 9), p. 459 et n. 4.

69 Georges Pachymérès, Relations historiques, A. Failler éd., t. I, 27, p. 108.

70 Robert de Clari, La conquête de Constantinople, A. Pauphilet éd., 1952, § 79, p. 60.

71 Geoffroy de Villehardouin, La conquête de Constantinople, A. Pauphilet éd., 1952, § 54, p. 138.

72 J.-Cl. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance, op. cit., p. 459-460. Théodore II mentionne seulement le rôle joué par son grand-père face aux « Perses », c’est-à-dire aux Turcs : « Tout se passe comme si, après la chute de l’Empire romain, c’est lui qui avait donné la première impulsion » ; Éloge de Nicée, § 12, p. 41.

73 V. Laurent, Regestes des actes du patriarcat de Constantinople, op. cit., p. 42, no 1233.

74 Éloge de Nicée, § 12, p. 40 : « Quand en effet la ville qui fut autrefois celle de Constantin fut perdue, […] qu’elle fut réduite en esclavage… »

75 Théodore II Lascaris, Éloge de Georges Acropolite, L. Tartaglia éd., Leipzig, 2000, p. 101, l. 136-137. Né à Constantinople en 1217, Georges Acropolite est envoyé à Nicée à l’âge de seize ans pour parfaire sa formation. Il appartient par la suite à l’entourage impérial et est notamment chargé de l’éducation du prince Théodore II.

76 Théodore II Lascaris, Éloge de Jean Vatatzès, § 2, p. 124 : « […] après avoir, ainsi que pour une hydre d’injustice, décapité leurs podestats, leurs taxiarques, leurs vicomtes, leurs consuls et premiers conseillers, leurs barons, leurs chefs d’armée et leur chef avec sa fausse couronne… »

77 La papauté a vite supplanté l’autorité vénitienne sur le patriarcat latin ; Nicolas de Castro Arquato (1234-1251) est à la fois patriarche et légat ; le dernier patriarche latin, Pantaleon Giustiniani (1253-1261) est l’un des chapelains d’Innocent IV.

78 Éloge de Nicée, § 12, p. 41.

79 Éloge de Nicée, § 12, p. 40.

80 Éloge de Nicée, § 9, p. 37. Nicée signifie « victoire » en grec.

81 Éloge de Nicée, § 12, p. 40.

82 Éloge de Nicée, § 12, p. 41. Allusion au sens du prénom Jean en hébreu : « Dieu fait grâce ». Les victoires de l’empereur grec valent à ce dernier une grande renommée auprès de ses contemporains ; ainsi, dans la Chronique de Morée, Vatatzès est le nom donné à presque tous les basileis, sans distinction de date.

83 Éloge de Nicée, § 2, p. 27.

84 Éloge de Nicée, § 11, p. 39.

85 Éloge de Jean Vatatzès, § 2, p. 123-124. Les « Allemands », cités d’abord, figurent parmi les adversaires de l’empire, alors même qu’en 1236 une alliance a été conclue entre Jean III Vatatzès et Frédéric II, en vue de la reconquête de Constantinople. À plusieurs reprises, Jean III Vatatzès fait parvenir à son allié en Italie des renforts en hommes et en argent. En 1244, l’accord politique est conforté par une union matrimoniale entre l’empereur et Constance-Anne, fille de Frédéric II. À la mort de ce dernier, en décembre 1250, Théodore II Lascaris compose un discours, dans lequel il s’interroge notamment sur les vicissitudes de la charge impériale (cf. S. Georgiopoulou, Theodore II Laskaris (1222-1258) as an Author and an Intellectual of the xiiith Century, op. cit., chap. VII, p. 255-279). Des membres de l’entourage de Manfred, le frère de Constance, bannis par Conrad IV, ayant trouvé refuge à Nicée, le marquis de Hohenburg y conduit au printemps 1254 une ambassade pour demander leur proscription. Son faste comme son objet sont insupportables à notre auteur. En ce qui concerne les Italiens, ni les Génois ni les Pisans n’ont participé à la Quatrième croisade, à la différence des Vénitiens, mais ils ont contribué au siècle précédent à l’affaiblissement de l’empire.

86 Éloge de Nicée, § 12, p. 41.

87 L’expression est du patriarche Germain II, Contra Bogomilos, Patrologiae cursus completus. Series graeco-latina (citée PG), J.-P. Migne éd., t. 140, col. 641, B.

88 « L’an prochain à Constantinople », selon la formule d’Hélène Ahrweiler ; cf. H. Ahrweiler, « L’expérience nicéenne », Dumbarton Oaks Papers, 29, 1975, p. 23.

89 Cf. Nicétas Choniatès, Orationes et Epistula, J. A. Van Dieten éd., p. 120-128.

90 V. Grumel, « L’authenticité de la lettre de Jean Vatatzes, Empereur de Nicée, au Pape Grégoire IX », Échos d’Orient, 29, 1930, p. 454 ; cf. Fr. Dölger, Regesten der Kaiserkunden des oströmischen Reiches, III, Regesten von 1204-1282, Munich, 19772, no 1757.

91 Éloge de Jean Vatatzès, § 14, p. 156.

92 Lettre adressée à Nicéphore Blemmyde ; cf. Theodori Ducae Lascaris Epistulae, N. Festa éd., Publicazioni del Real Istituto di Studi Superiori Pratici e di Perfezionamento, t. XXIX, Florence, 1898 (cité désormais : Epistulae), Lettre no 18, p. 24-25, l. 20-26.

93 V. Laurent, Regestes des actes du patriarcat de Constantinople, op. cit., no 1332 ; D. Stiernon, « Le problème de l’Union gréco-romaine vu de Byzance : de Germain II à Joseph Ier, 1232-1273 », dans 1274, année charnière. Mutations et continuités, Paris, 1977, p. 152.

94 Cf. H. Ahrweiler, « L’expérience nicéenne », loc. cit., p. 33 : « Le meilleur représentant de cette manière de voir l’avenir nicéen reste sans aucun doute le successeur de Vatatzès, son fils Théodore II Lascaris. »

95 M. Holobolos, Anecdota graeca, J.-Fr. Boissonade éd., Paris, 1833, V, 159 s. ; cf. E. H. Kantorowicz, Mourir pour la patrie, rééd. Paris, 2004, p. 142, n. 27.

96 M. J. Angold, A Byzantine Government in Exile, Government and Society under the Lascarids of Nicaea, 1204-1261, Oxford, 1975, p. 29-32 ; I. Irmscher, « Nikää als Zentrum des Griechischen Patriotismus », Revue des Études du Sud-Est européen, 8, 1970, p. 137.

97 Éloge de Nicée, § 6, p. 31.

98 Epistulae, N. Festa éd., Lettre no 80 à Georges Acropolite, p. 107.

99 M. Angold, A Byzantine Government in Exile, op. cit., p. 30.

100 Nicéphore Blemmyde est né à Constantinople en 1198 ou 1199. Il appartient à la génération de lettrés qui prépare la « Renaissance » du xive siècle. Il enseigne à l’école fondée à Nicée par Jean III Vatatzès avant de diriger un monastère à Éphèse. Par trois fois il se dérobe au patriarcat, expliquant qu’il ne veut pas devenir le « ministre de la religion » du souverain. Il meurt en 1272 sans avoir revu Constantinople.

101 Epistulae, N. Festa éd., op. cit., lettre no 5, p. 8-10.

102 W. Lameere, La tradition manuscrite de la correspondance de Grégoire de Chypre, patriarche de Constantinople (1283-1289), Bruxelles-Rome, 1937 (Études de philologie, d’archéologie et d’histoire anciennes publiées par l’Institut historique belge de Rome, II), p. 177. Originaire de Chypre, Grégoire doit affronter une véritable xénophobie dans l’empire de Nicée : venu compléter sa formation auprès de Nicéphore Blemmyde, il en est empêché par les disciples de celui-ci, qui le dissuadent d’approcher le maître en arguant du fait qu’il est pauvre et étranger ; cf. ibid., p. 181.

103 Georges Acropolite, A. Heisenberg éd., p. 166, l. 6-7. Les Grecs établis en Epire sont déclarés « homophyloi », mais jugés ennemis et traîtres : cf. ibid., p. 167, l. 20-23.

104 Éloge de Jean Vatatzès, § 14.

105 Epistulae, N. Festa éd., op. cit., lettre n ° 49 à Nicéphore Blemmyde, p. 281.

106 Nicétas Choniatès, Historia, J. A. Van Dieten éd. (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, XI), Berlin-New York, 1975, p. 699 et p. 717 ; Georges Acropolite, A. Heisenberg éd., p. 65, l. 15-20.

107 Cf. H. Ahrweiler, « L’expérience nicéenne », loc. cit., p. 35.

108 Germain II, Contra Bogomiles, PG 140, col. 641, C.

109 Chronique de Morée, introduction, traduction et notes par R. Bouchet, Paris, 2005, p. 131.

110 Éloge de Nicée, § 4, p. 29.

111 Éloge de Nicée, § 5, p. 30.

112 Georges Pachymérès, Relations historiques, A. Failler éd., t. I, 15, p. 64.

113 Ibid., t. I, 8, p. 40-42.

114 Ibid., t. I, 13, p. 60.

115 Georges Acropolite, A. Heisenberg éd., p. 122-123. Théodore II Lascaris donne à ses protégés de nobles épouses.

116 Cf. J.-Cl. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance, op. cit., p. 245.

117 Georges Pachymérès, Relations historiques, A. Failler éd., t. I, 27, p. 108. Les grands sont aussi désignés comme « les Constantinopolitains » ou megalopolitani, les habitants de la très grande ville.

118 Georges Pachymérès, ibid., t. I, 23.

119 H. Ahrweiler, L’idéologie politique de l’Empire byzantin, Paris, 1975, p. 116.

120 Georges Pachymérès, ibid., t. II, 28.

Notes de fin

1 Merci à Constance, qui a grandi avec l’Éloge de Nicée, pour sa patience et son indulgence ; Paul Delsalle sait tout ce que je lui dois.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540