Version classiqueVersion mobile

Les villes capitales au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public

Marqueurs sociaux et symboliques des capitales

La mémoire de Troie en Occident, d’Orose à Benoît de Sainte-Maure

Magali Coumert

Texte intégral

1Dans l’Empire romain, le souvenir de Troie se prêtait à de multiples interprétations. La chute d’une capitale y marquait la disparition d’un royaume et de sa dynastie, mais aussi la fin d’un monde et le début d’une nouvelle domination, celle de Rome. À travers la pérégrination d’Énée, la chute de Troie annonçait aussi, cependant, la possibilité de fonder une nouvelle ville au prodigieux destin, où Troie pourrait non seulement survivre, mais étendre sa domination à l’ensemble du monde connu. Tel que l’avait présenté Virgile, l’héritage de Troie justifiait la domination de Rome sur les peuples voisins, puis sur l’ensemble du monde connu, mais laissait aussi ouverte la possibilité d’une chute de cette nouvelle Troie, dont les dieux lares pourraient être portés par un nouveau fugitif.

2La fin de la domination romaine en Occident, au cours du ve siècle, ne provoqua pas la disparition de la référence à Troie. Au contraire, au haut Moyen Âge, la mémoire de Troie, en partie libérée du carcan de la tradition classique, put s’adapter à des réalités complètement nouvelles et rester un mythe vivant, aux significations complexes et variables, évoquées aussi bien dans des chroniques universelles latines que des histoires d’un peuple, des poèmes puis des épopées versifiées en langue vernaculaire. Nous étudierons tout d’abord comment, dans l’Antiquité tardive, la chute de Troie et ses conséquences devint l’objet de récits contradictoires, redonnant à chaque auteur une grande capacité d’innovation. Puis nous verrons comment la mémoire de Troie fut au centre des présentations du destin des royaumes occidentaux, avec la présence de nouveaux Troyens comme de nouvelles Troies.

3En 410, le sac de Rome obligea les contemporains à la douloureuse prise de conscience du danger qui menaçait l’empire occidental. Le rappel des origines troyennes de Rome leur fournissait alors un point de comparaison pour ce désastre et permettait une réflexion sur l’avenir de la domination romaine. Jérôme comparait ainsi la prise de Rome à celle de Jérusalem décrite par les Psaumes, puis à celle de Troie suivant Virgile :

  • 1 Jérôme, Lettres, CXXVII, 12 :
    Quis cladem illius noctis, quis funera fando
    Explicet, aut possit lacr (...)

« Le désastre de cette terrible nuit, les morts, quelle parole les raconterait ? Ou qui pourrait égaler ses larmes à sa douleur ? Une ville antique s’écroule ; pendant de longues années, elle fut maîtresse du monde1. »

  • 2 Orose, Histoires, I, 17, 3 et 18, 1.

4Orose, répondant aux accusations des païens contre les chrétiens, opposait la férocité des vainqueurs grecs lors du sac de Troie à la volonté de paix, en 410, des Goths christianisés2. Augustin rappelait la destruction dont Rome était issue pour la transformer en annonce de sa propre perte, soulignant l’illusoire protection offerte par des dieux vaincus :

  • 3 Augustin, La cité de Dieu, I, 3 : Si igitur Vergilius tales deos et victos dicit, et, ut vel victi (...)

« Si donc Virgile appelle ces dieux, des “dieux vaincus” et ajoute qu’ils ont été confiés à un homme pour les sauver à tout prix, même vaincus, quelle démence de penser que Rome fut sage de les prendre pour protecteurs et de croire qu’à moins de les perdre, elle ne pourrait être dévastée ? Je dirai mieux : Honorer comme protecteurs et défenseurs des dieux vaincus, est-ce autre chose que posséder, non de bonnes divinités, mais de mauvais payeurs ?3 »

5Les Pères de l’Église insistaient donc sur l’importance des origines troyennes pour comprendre le destin de Rome, autre ville capitale, vouée à la fragilité des entreprises humaines. Mais ils se refusaient à faire le récit de la guerre de Troie ou de la fondation de Rome. Orose affirmait ainsi qu’il était inutile de répéter le récit d’Homère :

  • 4 Orose, Histoires, I, 17, 1-2 : At uero ante Urbem conditam CCCCXXX anno raptus Helenae, coniuratio (...)

« Cependant en 430 avant la fondation de Rome, l’année de l’enlèvement d’Hélène, s’annonce la coalition des Grecs et la concentration de mille vaisseaux, puis un siège de dix ans et enfin la fameuse destruction de Troie. Dans cette guerre menée de façon très sanglante pendant dix ans, que de nations, combien de peuples enveloppa et coucha au sol la même tourmente ! Homère, illustre au premier rang des poètes, l’a dévoilé dans un poème très brillant, et nous n’avons pas maintenant à le développer dans l’ordre, parce que cela allongerait notre ouvrage et que tout le monde le sait4. »

  • 5 Augustin, La cité de Dieu XVIII, 16 : « La ruine de Troie est un désastre célèbre en tout lieux, b (...)
  • 6 Jérôme, Chronique, Ann. ab Abr. 835 : « Troie prise. De la chute de Troie jusqu’à la première olym (...)

6Tout comme Augustin5, Orose justifiait son silence en affirmant que la ruine de Troie était un désastre connu de tous depuis l’école primaire et qu’il n’était pas nécessaire de le raconter de nouveau. La Chronique d’Eusèbe-Jérôme témoigne de la même attitude, puisque les mots Troia Capta barrent la chronologie de l’ensemble des empires, mais sans être commentés6. Quant aux origines de Rome, les brèves notices annuelles y rappellent Énée et Ascagne, mais refusent la présentation païenne de leur descendance. La louve n’y est par exemple que le surnom de Lupa donné à la femme du berger Faustulus. Les origine troyennes de Rome font ainsi l’objet dans la Chronique d’Eusèbe-Jérôme d’une présentation sommaire et contradictoire en de nombreux points.

  • 7 Cassiodore, Institutions, p. 94. De même, les érudits irlandais semblaient davantage s’intéresser (...)
  • 8 Voir L. Holz, « La survie de Virgile », cité à la page précédente, p. 218 et id., « La redécouvert (...)

7Les auteurs chrétiens de l’Antiquité tardive refusaient donc l’interprétation païenne des origines de Rome tout en témoignant du rôle fondamental joué par l’œuvre de Virgile pour l’enseignement du latin. Au vie siècle, les Institutions de Cassiodore, qui définissent la culture nécessaire à tout moine, montraient la volonté de séparer l’étude de la langue de l’Énéide de ses conceptions païennes. Elles conseillaient pour l’apprentissage du latin la lecture non du poème, mais de son commentaire par Donat7. Au viie siècle, Isidore de Séville témoigne de la réussite d’une telle entreprise, à savoir apprendre le latin de l’Énéide sans pour autant lire le poème, puisqu’il se réfère près de deux cent cinquante fois à l’œuvre de Virgile. Toutes ses citations proviennent néanmoins d’un traité grammatical chrétien8 : le sens païen du poème paraissait disparu dans le morcellement des citations. Même si l’Énéide resta connue tout au long du haut Moyen Âge, elle ne fut étudiée comme une œuvre complète qu’à partir de l’époque carolingienne. Auparavant, sa présentation des conséquences de la chute de Troie n’était donc connue que de façon fragmentaire.

  • 9 Voir B. Bischoff, « Das griechische Element in der abendländische Bildung des Mittelalters », Byza (...)
  • 10 Voir M. Campopiano, « Le mythe troyen et les origines de Rome et de Pise dans la culture pisane au (...)
  • 11 Voir M. Scaffai, Ilias Latina, Bologne, 1982, p. 11-57 et G. Fry, Récits inédits de la guerre de T (...)

8Le refus par les lettrés chrétiens des interprétations païennes explique la disparition en Occident des récits de la guerre de Troie dépendant d’Homère. L’absence de manuscrits de l’Iliade et de l’Odyssée copiés après le ve siècle, sauf en Italie du sud et en Sicile, s’explique, bien sûr, par la quasi-disparition de la maîtrise du grec9. Mais le même manque d’intérêt frappa les brefs récits latins qui s’étaient inspirés d’Homère. L’Ilias Latina, compilation en prose sous forme d’un dialogue à usage scolaire, fut probablement composée au vie siècle ap. J.-C. Elle ne fut pourtant utilisée que par Guido de Pise, vers 1119, pour présenter les origines de Rome et de Pise10. L’Excidium Troiae, composé en latin dans la deuxième moitié du premier siècle de notre ère, tentait de présenter en hexamètres l’intrigue de l’Iliade sous une forme concentrée, proche de la tragédie. Elle fut probablement utilisée par Dracontius à la fin du ve siècle, mais elle ne fut citée de nouveau qu’au milieu du ixe siècle, par un élève de Raban Maur. Il semble que l’œuvre ait été redécouverte par Angilbert, qui la fit copier avec les œuvres de Darès et Dictys entre 790 et 814 ap. J.-C.11. L’Ilias Latina comme l’Excidium Trojae furent très peu diffusées au haut Moyen Âge.

  • 12 Des papyrus découverts en 1899 et en 1966 prouvent que l’œuvre de Dictys possédait un original gre (...)
  • 13 Pour l’œuvre de Darès, il n’existe aucune preuve d’un original grec ; la rédaction en latin de l’œ (...)
  • 14 Darès, Histoire de la destruction de Troie, 44.

9Pour présenter la guerre de Troie furent préférées deux œuvres qui refusaient toute intervention des dieux païens : l’Éphéméride de la guerre de Troie de Dictys de Crète12 et l’Histoire de la destruction de Troie de Darès le Phrygien13. Ces deux ouvrages existaient dans une version latine dans la deuxième moitié du ve siècle. Fruits de la tradition antique de critique rationalisante d’Homère, tous deux refusaient sa présentation des événements, jugée mensongère, en lui opposant le témoignage de deux combattants de la guerre de Troie. Le titre de Dictys, Éphéméride de la guerre de Troie, montre ainsi sa volonté de présenter son récit comme celui d’un combattant, écrit au jour le jour suivant le modèle des Commentaires de César. De même, Darès appelle son œuvre des acta diurna, comme s’il s’agissait du journal des affrontements14.

  • 15 Ibid., 7.
  • 16 Ibid., 34.
  • 17 Ibid., 7 et 9.
  • 18 Ibid., 40.
  • 19 Ibid., 39.

10Dans un style volontairement dépouillé, ces récits des combats refusent les interventions divines et multiplient les détails réalistes. Les héros d’Homère sont souvent malmenés, tandis que sont exaltés des personnages auparavant considérés comme secondaires. Ainsi, suivant le récit de Darès, Pâris ne choisit qu’en songe entre les déesses rivales15 ; Achille mourut à cause de son amour pour Polyxène, la fille de Priam16 ; Troïlus se montra aussi vaillant qu’Hector17 et le cheval de Troie n’était qu’un signe sur une porte de Troie18, lorsque Anténor et Énée livrèrent la ville à la suite d’une querelle entre les chefs troyens19.

  • 20 Isidore de Séville, Étymologies, I, 41, 1 : « Chez les Anciens, nul n’écrivait l’histoire s’il n’a (...)

11Leur exigence de rationalité et le refus de la mythologie païenne expliquent l’adhésion des auteurs chrétiens à de telles présentations de la guerre de Troie. Dans ses Étymologies, Isidore de Séville apporta ainsi toute son autorité à l’œuvre de Darès en la considérant réellement comme le récit d’un témoin oculaire de la guerre de Troie20.

  • 21 Voir J.-P. Callu, « Impius Aeneas : échos virgiliens du Bas-Empire », dans Présence de Virgile. Ac (...)

12Du ve au viie siècle, les Pères de l’Église d’Occident refusèrent donc la tradition classique, emplie de paganisme, concernant la guerre de Troie et ses conséquences. Ils choisirent des présentations du conflit refusant toute intervention divine, en décalage volontaire avec la tradition homérique. Si leurs réflexions et l’œuvre de Virgile, conservée pour son usage scolaire, rappelaient les origines troyennes de Rome, celles-ci étaient devenues l’objet de présentations brèves et contradictoires. La confusion était établie quant aux péripéties de la guerre de Troie : Hector était-il le plus vaillant des Troyens ? Comment mourut Achille ? Énée était-il un traître21 ? Ainsi libérée de la contrainte d’une tradition littéraire figée, la mémoire de Troie redevenait vivante et le mythe de cette capitale déchue pouvait être adapté à une nouvelle réalité : les royaumes barbares d’Occident.

  • 22 Chronique mozarabe de 754, p. 71-75, cité et traduit par D. Millet-Gérard, Chrétiens mozarabes et (...)

13Au haut Moyen Âge, la guerre de Troie ne fournit pas seulement une comparaison pour les batailles où naissent et meurent les royaumes. Certes, c’est à la chute de Troie que la Chronique mozarabe de 754 compare la défaite de l’Espagne wisigothique face aux armées musulmanes22, mais loin de n’être qu’un événement lointain, rappelé seulement par la tradition littéraire, la mémoire de Troie restait vivante par les différents peuples qui y situaient leurs origines.

  • 23 Orose, Histoires, I, 15, 10.
  • 24 Dictys de Crête, Éphéméride de la guerre de Troie, II, 1-7.

14Au vie siècle, Jordanès fut le premier à exploiter les contradictions entre les différentes présentations du destin de Troie pour le lier aux origines d’un peuple barbare. Dans son Histoire des Goths, il considérait, comme Orose23, que les Amazones étaient les femmes des Goths et il rappelait les exploits que, suivant Darès et Dictys, elles accomplirent pour défendre Troie. Mais il affirmait aussi qu’un roi des Goths combattit dans le camp de Priam. Dictys relatait un premier débarquement des Grecs, en route vers Troie, dans le royaume de Télèphe, un fils d’Hercule marié à une sœur de Priam24. Jordanès présentait ce Télèphe comme un antique roi des Goths. Pour ce faire, il transforma son royaume de Mysie, une région située au nord-ouest de l’Asie mineure, au sud de Troie, en un royaume de Mésie :

  • 25 Jordanès, Histoire des Goths, 58 à 60 : Is ergo Tehlephus, Herculis filius natus ex Auge, sororis (...)

« Donc ce Télèphe, fils d’Hercule et d’Augè s’unit par le lien du mariage à une sœur de Priam […] Il eut ainsi pour royaume ce que les Anciens appelaient la Mésie. Cette province a comme limite à l’Est l’embouchure du Danube, au Sud la Macédoine, à l’Ouest l’Istrie, au Nord le Danube »25.

15Le royaume de Télèphe correspond ainsi à la région par laquelle les Goths pénétrèrent dans l’Empire romain au ive siècle de notre ère. La continuité spatiale ainsi créée permettait de présenter Télèphe, roi de Mésie, comme un ancêtre des Goths.

16Cette transformation de Jordanès montre la plasticité du mythe à la fin de l’Antiquité tardive : la guerre de Troie était désormais située de façon floue dans le temps comme dans l’espace et de nouveaux héros pouvaient être insérés dans le conflit. Troie pouvait ainsi devenir le symbole de l’introduction des peuples barbares dans l’histoire du monde méditerranéen.

  • 26 Chronique de Frédégaire III, 9 ; Liber Historiae Francorum, 3.
  • 27 Histoire des Bretons 10.
  • 28 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, I, 3. Voir P. Bouet, « Dudo (...)

17À partir de la deuxième moitié du viie siècle, les Francs se prétendirent eux-mêmes descendants des Troyens, suivis par les Bretons au ixe siècle, puis les Normands au xie siècle. Contenus dans des chroniques latines ou des histoires d’un peuple particulier, les récits d’origine de ces peuples rapportaient le destin de leurs héros fondateurs, liés aux héros de la guerre de Troie. Francion, héros éponyme des Francs, était ainsi présenté comme le descendant de Priam26. Pour les Bretons, il s’agissait de Britto, fils de Silvius Postumus et petit-fils d’Énée, exilé à cause du meurtre accidentel de son père27. Dudon de Saint-Quentin, dans le premier quart du xie siècle, préféra quant à lui faire des Normands les descendants d’Anténor28.

  • 29 Voir R. Collins, Fredegar, Aldershot, 1996, p. 73-138 (Authors of the Middle Ages. Historical and (...)
  • 30 Frédégaire, Chronique, II, 5.
  • 31 Voir R. A. Gerberding, The Rise of the Carolingians and the Liber Historiae Francorum, Oxford, 198 (...)
  • 32 Liber Historiae Francorum, 2.

18De telles affirmations étaient possibles grâce à la différence entre les héros valorisés par Darès et Dictys et ceux retenus par Homère, Virgile et les poètes latins. Ainsi, la Chronique de Frédégaire, écrite entre 659 et 71529, présente pour la première fois les origines troyennes des Francs en évoquant les démêlés des Troyens fugitifs avec Ulysse en Phrygie30. Les auteurs des récits d’origine exploitaient aussi le flou spatial et chronologique qui entourait désormais la guerre de Troie. Ainsi, suivant le Liber Historiae Francorum, rédigé en 727 ap. J.-C.31, Priam était contemporain de l’empereur romain Valentinien32.

19L’existence à la fin de l’Antiquité tardive de présentations contradictoires de la guerre de Troie et de ses conséquences avait donc rendu possible la revendication d’une origine troyenne par différents peuples barbares. Quels en étaient les enjeux idéologiques ?

20Le sens premier de telles origines troyennes me semble être la reconnaissance de l’héritage culturel latin. Les nouveaux maîtres de l’Occident étaient désormais suffisamment familiers avec l’historiographie latine pour choisir de présenter leur passé suivant ses références. Issus de Troie, foyer de la tradition antique, Francs, Bretons et Normands pouvaient se prétendre les légitimes héritiers de la culture latine.

  • 33 Les liens de Virgile le Grammairien avec l’hispérisme ont fait supposer qu’il écrivait en Irlande, (...)
  • 34 La connaissance des travaux d’Isidore de Séville par Virgile le Grammairien et la présence de son (...)

21Virgile le Grammairien, qui écrivait probablement en Gaule33 dans la deuxième moitié du viie siècle34, montre comment il était possible de ne retenir de la chute de Troie que son aspect symbolique :

  • 35 Virgile le Grammairien, Epitomae ch. XII : De catalogo grammaticorum : Primus igitur fuit quidam s (...)

« Il y eut d’abord un vieillard appelé Donat, qui vécut à Troie pendant mille ans dit-on. Il vint voir Romulus, le fondateur de la ville de Rome et fut reçut avec de grands honneurs ; il resta auprès de lui quatre années de suite, y construisit une école et laissa d’innombrables ouvrages. […] Il y eut également à Troie un Virgile, élève de ce même Donat, très habile dans l’art de faire des vers. Il a écrit soixante-dix volumes de métrique et une lettre sur l’explication du verbe adressée à Virgile d’Asie. Le troisième Virgile, c’est moi. […] Il y avait en outre trois Vulcain : un en Arabie, un autre en Inde, le troisième en Afrique. Ils avaient été les professeurs de mon maître Énée35. »

22Suivant cette surprenante présentation, ce n’est plus un descendant des Troyens qui fonda Rome, mais c’est Donat, venu de Troie, qui forma Virgile et fonda une école à Rome.

23Si elle ne respecte ni la chronologie ni les personnages, cette vision des rapports entre Troie et Rome conserve le sens des origines troyennes telles que les avaient présentées Virgile : la domination culturelle grecque n’était qu’une parenthèse, la culture qui lui donna naissance passa directement de Troie à Rome et cette ville était appelée à devenir le nouveau centre de la civilisation. Virgile le Grammairien, se présentant comme l’élève d’Énée, lui-même élève de Vulcain, s’affirmait ainsi comme l’héritier direct de l’ensemble de la sagesse antique.

  • 36 Frédégaire, Chronique, II, 8 : « On dit qu’Énée et Friga étaient frères », Aeneas et Frigas fertur (...)
  • 37 Voir par exemple, l’Histoire des Bretons, 28.

24La revendication des origines troyennes ne se limitait pas à la reconnaissance d’une profonde acculturation latine, car les descendants de Troie contestaient la supériorité de Rome. Les récits des origines troyennes des peuples barbares insistaient tout d’abord sur l’égalité avec les Romains, affirmant par exemple que Frigas, le premier roi des Francs, était le frère d’Énée36. Mais ils présentaient ensuite les combats des descendants des Troyens contre les armées romaines et soulignaient leur résistance, malgré leur infériorité numérique37. Si les Romains purent parfois les battre, ce ne fut jamais durablement, comme le souligne la Chronique de Frédégaire à propos des Francs :

  • 38 Frédégaire, Chronique, II, 6 : Attamen semper alterius dicione negantes, multo post tempore cum du (...)

« En refusant toujours une domination étrangère, [les Francs] eurent pendant longtemps des ducs, jusqu’au temps du consul Pompée, lequel, se battant contre eux et contre les autres nations des peuples qui habitaient en Germanie, les soumit tous à la domination de Rome. Mais rapidement alliés aux Saxons, les Francs se rebellèrent contre Pompée et refusèrent son autorité. […] Après cela, aucun peuple ne put dominer les Francs, qui au contraire purent les soumettre à leur autorité38. »

  • 39 Liber Historiae Francorum, 1 et Historia Daretis Frigii de origine Francorum, p. 199, l. 14 à 21.

25Sur le plan politique, les origines troyennes des Francs et des Bretons ne les disposaient donc pas à une soumission à l’Empire romain, mais au contraire à la remise en cause de sa légitimité. Deux récits des origines troyennes des Francs rédigés au viiie siècle présentent ainsi Énée comme un tyran39, en s’appuyant pour l’un d’eux sur l’œuvre de Darès. Rivaux des Romains, eux aussi descendants des Troyens, Francs et Bretons justifiaient par la gloire et l’ancienneté de leurs origines leur refus de se soumettre à Rome aussi bien que leur supériorité sur les peuples voisins.

  • 40 Histoire des Bretons, 15.
  • 41 Ibid., 31 et 45-46.

26En ce sens, les récits des origines troyennes précèdent toujours la description des conflits successifs pour conquérir et conserver un royaume. Au ixe siècle, l’Histoire des Bretons insistait ainsi sur l’antériorité de la présence des Bretons sur l’île, installés peu après la prise de Troie, bien avant les Pictes, les Scots40, et surtout les Saxons, présentés comme des barbares païens ne devant leurs succès militaires qu’à la traîtrise41.

  • 42 Chronique de Frédégaire, II, 6.
  • 43 Des poèmes de cour rappellent les origines troyennes de la lignée carolingienne, comme l’épitaphe (...)
  • 44 Karolus Magnus et Leo Papa, v. 94-95.

27La chute de Troie était aussi le symbole de la translatio imperii. L’Énéide présentait l’installation d’un nouveau pouvoir dans le Latium, capitale d’un empire étendu à l’ensemble du monde méditerranéen. Les origines troyennes des Francs les promettaient eux aussi à l’empire : la Chronique de Frédégaire les plaçait sur le même plan que les Romains, les Turcs et les Macédoniens, trois peuples conquérants, eux aussi issus des Troyens42. À la cour de Charlemagne puis de Louis le Pieux, le thème des origines troyennes fut repris et lié à la présentation des origines de la famille carolingienne43. Un poème épique dédié à Charlemagne, le Karolus Magnus et Leo Papa rappelait ainsi les origines troyennes des Francs et leur rivalité avec Rome avant de présenter Aix-la-Chapelle comme une « deuxième Rome44 ».

  • 45 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, I, 3 : « Les Daces s’appell (...)

28Après l’élévation de Charlemagne à l’empire, revendiquer des origines troyennes permettait aussi de prétendre rivaliser avec la réussite politique des Francs. Au début du xie siècle, Dudon de Saint-Quentin appelait les Normands des Danois, reconnaissant leur parenté avec les peuples nordiques, mais aussi Daces et Danai, affirmant l’antiquité de leur présence dans l’histoire du monde méditerranéen45. Il les présentait aussi comme des Troyens, descendants d’Anténor : ils étaient donc parents des Francs et pouvaient, à ce titre, négocier avec eux d’égal à égal, dès lors qu’ils étaient chrétiens. Les origines antiques et troyennes des Normands justifiaient ainsi leur installation sur les territoires des Francs.

  • 46 Frédégaire, Chronique, III, 2.
  • 47 Liber Historiae Francorum, 1.

29À partir du viie siècle, la mémoire de Troie fut donc vivante en Occident à travers l’ensemble des peuples qui y situaient leurs origines et justifiaient par elles la constitution de leurs royaumes. Mais la mémoire de Troie était aussi, plus concrètement, celle d’une ville disparue dans un cataclysme, d’une capitale à fonder de nouveau. L’Énéide présentait comme les fondateurs de nouvelles Troies non seulement Énée, mais aussi Hélénus et Anténor. Dans les royaumes francs, alors même qu’ils étaient dépourvus de capitale fixe, les récits des origines troyennes rappelaient la nécessité de la fondation d’une capitale pour accomplir pleinement leur destin. La Chronique de Frédégaire évoquait ainsi une ville nommée d’après Troie située aux bords du Rhin46, tandis que le Liber Historiae Francorum présentait les Francs comme les fondateurs de la ville de Sicambria, en Pannonie47.

  • 48 Voir M. Borgolte, « Europas Geschichten und Troia. Der Mythos im Mittelalter », dans Troia. Traum (...)
  • 49 Voir E. Nellmann, Die Reichsidee in deutschen Dichtungen der Salier-und frühen Stauferzeit, Annoli (...)

30Tous ces récits d’origine insistaient sur l’abandon de cette fondation, venue trop tôt. Or un diplôme de l’empereur Henri III en 1047 reconnaît la présence, dans son empire, d’une telle fondation inachevée, en donnant le nom de Troia à la ville de Xanthen, l’ancienne Colonia Trajana, située au bord du Rhin48. La même situation d’une Troie en Germanie se trouve dans le Chant d’Anno, un poème en moyen haut allemand célébrant l’archevêque de Cologne Anno, qui fut écrit sans doute peu après 108049. Lui aussi rappelle les origines troyennes des Francs et la ville qu’ils fondèrent aux bords du Rhin :

  • 50 Chant d’Anno, strophe 23 : Triêri vûrin in der werilte
    wîdin irri after sedele[…]
    Franko gesaz mit d (...)

« Les Troyens errèrent longtemps de par le monde, à la recherche d’une nouvelle patrie. […] Franco s’installa avec les siens dans les régions lointaines au bord du Rhin. C’est là qu’ils établirent alors avec joie une nouvelle Troie. Ils appelèrent le ruisseau Xanthe en souvenir du fleuve de leur patrie. Ils prirent le Rhin pour la mer. Là se développa depuis le peuple franc50. »

31La présence de Troie-Xanthen devient dans ce poème la preuve que le destin des Francs s’est joué seulement à l’est du Rhin et que la continuité de l’empire des Francs, héritier de l’Empire romain, s’est maintenue dans les seules régions germaniques.

  • 51 Flodoard de Reims, Histoire de l’Église de Reims, I, 1. Contrairement à l’indication fournie par J (...)
  • 52 Rigord, Gesta Philippi Augusti, ch. 38. Voir M. Barroux, « Les origines légendaires de Paris »,(...)

32Le royaume issu de Francie de l’ouest s’appuyait lui aussi sur les récits de fondation de ses villes pour disputer à l’Empire germanique l’héritage de Charlemagne. Ainsi, Reims, ville très liée aux Carolingiens, affirmait au xe siècle, suivant Flodoard, sa fondation par Rémus51. En revanche, une fondation par des Troyens ne fut accordée à Paris, la capitale des Capétiens, que dans les dernières années du xiie siècle52.

  • 53 Lambert de Saint-Omer, Liber floridus, recto de la feuille ajoutée au 105r et les généalogies prés (...)
  • 54 Voir C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 47 et ID., « L’utilisation du mythe (...)

33Situer son origine à Troie permettait donc d’affirmer son droit à exercer le pouvoir sur les anciens territoires de l’Empire romain d’Occident, puis de l’Empire franc. Au xie siècle et au xiie siècles, des origines troyennes furent de nouveau attribuées aux nouveaux pouvoirs. Les lignages aristocratiques, comme celui des comtes de Boulogne après 1080, des comtes de Flandres en 1120 et des Welfs peu après53 se virent ainsi dotés de généalogies remontant jusqu’à Priam par des ancêtres carolingiens et mérovingiens54.

  • 55 Voir F. Ingledew, « The Book of Troy and the Genealogical Construction of History : The Case of Ge (...)
  • 56 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, 16.
  • 57 Ibid., 169 et 176.

34De même, la promesse d’un destin impérial grâce à des origines troyennes est exprimée dans la reprise du récit des origines bretonnes du ixe siècle par Geoffroy de Monmouth, vers 113655. Son Histoire des rois de Bretagne indique la promesse par Diane à Brutus d’une race royale, qui soumettra toute la terre56 et le roi breton Arthur ne dut qu’à la traîtrise de son neveu l’arrêt de sa marche triomphale sur Rome57. En outre, Geoffroy de Monmouth présentait pour la première fois comme nouvelle Troie une autre capitale que Rome ou Aix-la-Chapelle, en affirmant que Londres, fut fondée par Brutus sous le nom de Troia nova :

  • 58 Ibid., 22 : Diuiso tandem regno affectauit Brutus ciuitatem aedificare. Affectum itaque suum exequ (...)

« Après avoir partagé son royaume, Brutus décida de construire une ville. Pour l’exécution de ce plan, il parcourut tout le pays à la recherche d’un endroit convenable. Il arriva ainsi près de la Tamise dont il arpenta les rives et il découvrit un lieu idéal pour son projet. C’est là qu’il fonda sa ville, il l’appela Nouvelle Troie. La ville porta pendant longtemps ce nom qui devint ensuite, par altération, Trinovantum58. »

  • 59 Voir F. Mora-Lebrun, L’« Énéide » médiévale et la naissance du roman, Paris, 1994, p. 59.

35La convergence des origines troyennes des Bretons, des Normands et des Francs, faisaient, sans doute, de façon implicite, de la nouvelle dynastie des Plantagenêt les héritiers de cette promesse d’empire59.

36Loin d’être un souvenir figé, la mémoire de Troie resta vivante au haut Moyen Âge grâce à l’existence de traditions contradictoires, permettant aux auteurs au service des nouveaux pouvoirs d’inventer de nouveaux héros comme de nouvelles conséquences de la guerre de Troie. Francs, Bretons, et Normands purent ainsi se créer des origines troyennes pour justifier la fondation de leurs propres royaumes et prétendre eux-mêmes à l’empire. Héritiers du destin promis à la ville de Troie, ils rivalisaient ainsi avec le souvenir des empires qui avaient Rome ou Aix-la-Chapelle comme capitales.

37Les descendants de Troie affirmaient leur reprise de la culture latine et se plaçaient dans la continuité des civilisations et des pouvoirs antérieurs. Ainsi présentés, les bouleversements politiques n’apparaissaient pas comme des innovations, mais comme l’accomplissement d’un destin ancré dans le passé, comme le montre le rattachement continu des nouveaux pouvoirs, royaumes ou lignages à des héros troyens et francs.

  • 60 Benoît de Sainte-Maure, Le roman de Troie, v. 3004-3186.

38Quand se développèrent au xiie siècle une société et une civilisation spécifiquement urbaine mais aussi un idéal courtois et chevaleresque, c’est de nouveau à Troie que furent situées leurs origines : la ville de Troie que décrit Benoît de Sainte-Maure60 dans son roman inspiré des récits de Darès et Dictys est aussi bien fortifiée que la ville de Priam :

  • 61 Ibid., v. 3009-3010 et v. 3019-3022 :
    Aveit granz tors tot environ,
    Faites de chauz e de sablon. […](...)

« Tout autour de la cité se dressaient de hautes tours, construites en un mélange de chaux et de sable. […] On avait construit plus de mille maisons destinées aux rois et aux ducs La moins bien fortifiée n’aurait pas redouté toutes les forces du royaume de France61. »

39La ville unit ainsi à la force guerrière la beauté de son urbanisme :

  • 62 Ibid., v. 3036-3040 :
    « Ja nus hon n’i moillast son pié,
    Quar les rues erent voutices ;
    Les unes as a (...)

« Personne à Troie ne se mouillait les pieds, car les rues étaient couvertes de voûtes qui ne laissaient entre elles aucun espace. Le sol en était pavé et le plafond des voûtes était recouvert de mosaïque62. »

40C’est aussi à Troie que furent inventés les plaisirs raffinés :

  • 63 Ibid., v. 3179-3186 :
    « Onc ne fu riche maïstrie
    N’afaitement ne corteisie
    Dont l’on eüst delit ne jo (...)

« On peut bien dire que les Troyens inventèrent tout ce qui, sur le plan de l’ingéniosité, du divertissement ou des distractions courtoises, est capable de procurer à l’homme plaisir et joie. C’est là que furent inventés, sachez-le, le jeu d’échecs, le trictrac, le jeu de dés et bien d’autres divertissements aussi fastueux qu’intéressants et agréables63. »

41Du ve au xiie siècle, Troie, ville et capitale, a donc été à l’origine et au cœur de la civilisation occidentale.

Abréviations

42MGH : Monumenta Germaniae Historica.

43PL : Patrologia Latina cursus completus, J.-P. MIGNE éd., Paris, 1839-1864.

Bibliographie

Sources

Augustin, La cité de Dieu, B. Dombart et A. Kalb, éd., G. Combès, trad., Paris, 1960 (coll. des Études Augustiniennes).

Benoît de Sainte-Maure, Le roman de Troie, E. Baumgartner et F. Vielliard éd. et trad. partielles, Paris, 1998.

Cassiodore, Institutiones, R. A. B. Mynors éd., Oxford, 1937.

Chant d’Anno : Das Annolied, Mittelhochdeutsch, Neuhochdeutsch, E. Nellmann éd. et trad. en allemand moderne, Stuttgart, 1975 (4e éd., 1996).

Chronique mozarabe de 754, J. E. Lopez-Pereira éd., Saragosse, 1980.

Darès le Phrygien, Daretis Phrygii De Excidio Troiae Historia, F. Meister, éd., Leipzig, 1873 (coll. Teubner, 68), G. FRY trad. en français, dans Récits inédits de la guerre de Troie, Paris, 1998, p. 245-287 (coll. La Roue à Livres).

Dictys de Crète, Dictys Cretensis Ephemeridos Belli Troiani Libri, W. Eisenhut éd., Leipzig, 1973 (coll. Teubner, 474), G. Fry trad. en français, dans Récits inédits de la guerre de Troie, Paris, 1998, p. 91-230 (coll. La Roue à Livres).

Dracontius, Poèmes profanes, J. Bouquet et E. Wolff éd. et trad., Paris, 1995-1996 (coll. des universités de France)

Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, J. Lair éd., Caen, 1865.

Epitaphe de Rothaid, E. Dümmler éd., Berlin, 1881, p. 57 (MGH, Poetae latini medii aevi, tome 1).

Excidium Troiae, A. K. Bate éd., Frankfort-Bern-New York, 1986 (Lateinische Sprache und Literatur des Mittelalters, 23).

Flodoard de Reims, Histoire de l’Église de Reims, M. Stratmann éd., Hanovre, 1998 (MGH, Scriptores, XXXVI).

Frédégaire, Chronique. Pour les livres I à III : B. Krusch éd., Hanovre, 1888 (MGH, Scriptores rerum Merovingicarum, tome II) ainsi que A. Kusternig, édition et traduction partielles, Quellen zur Geschichte des 7. und 8. Jahrhunderts, Darmstadt, 1982. Pour le livre IV et les Continuations : J. M. Wallace-Hadrill éd., O. Devillers et J. Meyers trad., Paris, 2001 (coll. Miroir du Moyen Âge).

Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, N. Wright éd., The Historia Regum Britanniae of Geoffrey of Monmouth I, Bern, Burgerbibliothek, MS. 568, Cambridge, 1985, L. Mathey-Maille trad., Paris, 1992 (coll. La Roue à Livres).

Hibernicus Exul, Poèmes, E. Dümmler éd., Berlin, 1881, p. 395-411 (MGH, Poetae latini medii aevi, tome 1).

Histoire des Bretons, E. Faral éd., dans id., La légende arthurienne. Études et documents. Première partie : les plus anciens textes, t. III, p. 2-44 (transcription du manuscrit de Londres, Harley 3859).

Historia Daretis Frigii de origine Francorum, B. Krusch éd., Hanovre, 1888 (MGH, Scriptores rerum Merovingicarum, tome II).

Ilias Latina, M. Scaffai éd. et trad. en italien, Bologne, 1982, G. Fry trad. en français, dans Récits inédits de la guerre de Troie, Paris, 1998, p. 31-67 (coll. La Roue à Livres).

Isidore de Séville, Étymologies, W. M. Lindsay éd., Oxford, 1911.

Isidore de Séville, Histoire des Goths, C. Rodriguez Alonso éd. et trad. en espagnol, Leon, 1975 (coll. Fuentes y estudios de historia Leonesa, no 13).

Jérôme, Chronique, PL, tome 27.

Jérôme, Lettres, J. Labourt éd., Paris, 1949-1963 (coll. des universités de France).

Jordanès, De origine actibusque Getarum (Getica), F. Giunta et A. Grillone éd., Rome 1991 (coll. Fonti per la storia d’Italia), O. Devillers trad., Paris, 1995 (coll. La Roue à Livres).

Karolus Magnus et Leo Papa, F. Brunhölzl éd. et trad. en allemand, dans Karolus Magnus et Leo Papa. Ein paderborner Epos vom Jahre 799, Paderborn, 1966, p. 60-97.

Lambert de Saint-Omer, Liber Floridus, Codex autographus bibliothecae universitatis Gandavensis, A. Derolez éd., Gand, 1968.

Liber Historiae Francorum, B. Krusch éd., Hanovre, 1888, (MGH, Scriptores rerum Merovingicarum, tome II), H. Haupt trad., Quellen zur Geschichte des 7. und 8. Jahrhunderts, Darmstadt, 1982.

Orose, Histoires (contre les païens), M.-P. Arnaud-Lindet éd. et trad., Paris, 1990 (coll. des universités de France).

Rigord, Gesta Philippi Augusti, H. F. Delaborde éd., Paris, 1882. Servius, commentaires sur les poèmes de Virgile (In Vergilii carmina commentariorum), A. F. Stocker et A. H. Travis éd., Oxford, 1946-1965.

Virgile le Grammairien (Virgilius Maro Grammaticus), Opera omnia, B. Löfstedt éd., Munich-Leipzig, 2003 (coll. Teubner).

Virgile, Énéide, J. Perret, éd. et trad., Paris, 1977 (coll. des universités de France).

Bibliographie

Barroux, M., « Les origines légendaires de Paris », Mémoires de la fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, t. 7, 1955 (impression 1956), p. 7-40.

Baumgartner, E., « Benoît de Sainte-Maure et le modèle troyen », De l’histoire de Troie au livre du Graal, le temps, le récit ( xiie-xiiie siècles), Orléans, 1994, p. 209-219.

Baumgartner, E., « La très belle ville de Troie de Benoît de Sainte-Maure », De l’histoire de Troie au livre du Graal, le temps, le récit ( xiie-xiiie siècles), Orléans, 1994, p. 203-208.

Baumgartner, E., « Troie et Constantinople dans quelques textes du xiie et du xiiie siècles : fiction et histoire », M.-C. Blancquart éd., La ville : histoires et mythes, Nanterre, 1986, p. 6-16.

Beaune, C., « L’utilisation du mythe des origines troyennes en France à la fin du Moyen Âge », Lectures médiévales de Virgile, Rome, 1985, p. 331-355 (coll. de l’École française de Rome).

Beaune, C., Naissance de la nation France, Paris, 1985.

Beschorner, A., Untersuchungen zur Dares Phrygius, Tübingen, 1992.

Bischoff, B., « Die europaïsche Verbreitung der Werke Isidors von Sevilla », dans Isidoriana, 1961, p. 171-194.

Bischoff, B., « Das griechische Element in der abendländische Bildung des Mittelalters », Byzantinische Zeitschrift, 44, 1961, p. 27-55, reproduit dans Mittelalterlichen Studien II, Stuttgart, 1967, p. 246-275.

Borgolte, M., « Europas Geschichten und Troia. Der Mythos im Mittelalter », dans Troia. Traum und Wirklichkeit, Stuttgart, 2001, p. 190-203.

Bouet, P., « Dudon de Saint-Quentin et Virgile : l’Énéide au service de la cause normande », dans Recueils d’études en hommage à Lucien Musset. Cahiers des Annales de Normandie, 23, Caen, 1990, p. 215-236.

Callu, J.-P., « Impius Aeneas : échos virgiliens du Bas-Empire », R. Chevallier éd., Présence de Virgile. Actes du colloque de 1976, Paris, 1978, p. 161-174.

Campopiano, M., « Le mythe troyen et les origines de Rome et de Pise dans la culture pisane au début du xiie siècle », dans Vérité poétique, vérité politique. Mythes, modèles et idéologies politiques au Moyen Âge, colloque tenu à Brest du 22 au 24 septembre 2005, à paraître.

Carozzi, Cl., « Des Daces aux Normands, le mythe et l’identification d’un peuple chez Dudon de Saint-Quentin », dans Cl. Carozzi, H. Taviani-Carozzi éd., Peuples du Moyen Âge. Problèmes d’identification, Aix-en-Provence, 1996, p. 7-27.

Collins, R., Fredegar, Aldershot, 1996, p. 73-138 (Authors of the Middle Ages. Historical and Religious Writers of the Latin West, vol. IV, no 13).

Croizy-Naquet, C., Thèbes, Troie et Carthage. Poétique de la ville dans le roman antique au xiie siècle, Paris, 1994.

Daintree, D., « Virgil and Virgil scholia in early medieval Ireland », Romanobarbarica. Contributi allo studio dei rapporti culturali tra mondo romano e mondo barbarico, 15, 1998, p. 347-361.

Eisenhut, W., « Spätantike Troja-Erzählungen mit einem Ausblick auf die mittelalterliche Troja-Literatur », Mittellateinisches Jahrbuch, vol. 18, 1983, p. 1-28.

Ewig, E., « Le mythe troyen et l’histoire des Francs », dans M. Rouche dir., Clovis, histoire et mémoire. Le baptême de Clovis, l’événement, Paris, 1997, p. 817-847.

Ewig, E., « Troja und die Franken », Rheinische Vierteljahrsbläter, 62, 1998, p. 1-16.

Ewig, E., « Xanten dans la Chanson de Roland », dans La chanson de geste et le mythe carolingien. Mélanges René Louis, Saint-Père-sous-Vézelay, 1982, p. 480-490.

Génicot, L., « Princes territoriaux et sang carolingien », dans id., Études sur les principautés lotharingiennes, Louvain, 1975, p. 217-306.

Génicot, L., Les généalogies, Turnhout, 1975 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 15).

Gerberding, R. A., The rise of the Carolingians and the Liber Historiae Francorum, Oxford, 1987.

Giardina, A., « Le origine troiane dall’imperio alla nazione », dans Morfologie sociali e culturali in Europa fra tarda antichità e alto medioevo, Settimane di studio del centro italiano di studi sull’alto medioevo, 45, Spolète, 1998, p. 177-209.

Gosman, M., « L’Historia malmenée : l’idéalisation du pouvoir dans les « romans antiques », dans Troie au Moyen Âge, colloque du centre d’études médiévales et dialectales de Lille III, publié dans Bien Dire et Bien Aprandre. Revue de médiévistique, no 10, 1992, p. 51-63.

Graus, F., « Troja und trojanische Herkunftssage im Mittelalter », dans Kontinuität und Transformation der Antike im Mittelalter, actes du colloque de Fribourg du 15 au 19 mars 1987 présentés par W. Erzgräber, Sigmaringen, 1989, pp. 25-43.

Holz, L., « La redécouverte de Virgile aux viiie et ixe siècles d’après les manuscrits conservés », Lectures médiévales de Virgile, actes du colloque de 1982, Rome, 1985, p. 9-30 (coll. de l’École française de Rome, 80).

Holz, L., « La survie de Virgile dans le haut Moyen Âge », dans R. Chevallier éd., Présence de Virgile, actes du colloque de 1976, Paris 1978, p. 209-222.

Homeyer, H., « Beobachtungen zum Weiterleben der trojanischen Abstammungs-und Gründungssagen im Mittelalter », Res Publica Litterarum 5, vol. 2, 1982, p. 93-124.

Ingledew, F., « The Book of Troy and the Genealogical Construction of History : The Case of Geoffroy of Monmouth’s Historia regum Britanniae », Speculum, 69, 1994, p. 665-704.

Irigoin, J., « La culture grecque dans l’Occident latin du viie au xie siècle », dans La cultura antica nell’Occidente latino, Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, 22, Spolète, 1975, p. 425-446.

Jung, M.-R., « L’histoire grecque : Darès et ses suites », dans E. Baumgartner, L. Harf-Lancner éd., Entre fiction et histoire : Troie et Rome au Moyen Âge, Paris, 1997, p. 185-198.

Kugler, H., « Troianer allerorten. Die Stadt und ihre Ausstrahlung im kartografischen Weltbild des Mittelalters », dans Traum und Wirklichkeit Troia, Stuttgart, 2001, p. 226-238.

Law, V., Wisdom, Authority and Grammar in the Seventh Century. Decoding Virgilius Maro Grammaticus, Cambridge, 1995.

Le Goff, J., « Naissance du roman historique au xiie siècle ? », Nouvelle revue française, 238, 1972, p. 163-173.

Marcello-Nizia, C., « De l’Énéide à l’Enéas : les attributs du fondateur », dans Lectures médiévales de Virgile 1985, p. 251-266, (coll. de l’École française de Rome).

Martin, J.-P., « Les références au mythe troyen dans les chansons de geste à sujet carolingien », dans Troie au Moyen Âge, colloque du centre d’études médiévales et dialectales de Lille III, publié dans Bien Dire et Bien Aprandre. Revue de médiévistique, no 10, 1992, p. 101-117.

Mathey-Maille, L., « Mythe troyen et histoire romaine : de Geoffroy de Monmouth au Brut de Wace », dans E. Baumgartner, L. Harf-Lancner éd., Entre fiction et histoire : Troie et Rome au Moyen Âge, Paris, 1997, p. 113-123.

Merkle, S., Die Ephemeris belli Troiani des Diktys von Kreta, Franfort-Bern-New York, Paris, 1989.

Merkle, S., « Troiani belli verior textus. Die Trojaberichte des Dictys und Dares », dans H. Brunner éd., Die deutsche Trojaliteratur des Mittelalters und der frühen Neuzeit. Materialen und Untersuchungen, Wiesbaden, 1990, p. 491-522.

Millet-Gérard, D., Chrétiens mozarabes et culture islamique dans l’Espagne des viiie et ixe siècles, Paris, 1984 (coll. des Études augustiniennes).

Mora-Lebrun, F., L’« Énéide » médiévale et la naissance du roman, Paris, 1994.

Nellmann, E., Die Reichsidee in deutschen Dichtungen der Salier-und frühen Stauferzeit, Annolied, Kaiserchronik, Rolandslied, Eraclius, Berlin, 1963.

Pastré, J.-M., « L’Empire et Troie : les enjeux politiques et littéraires de la translatio regni », Troie au Moyen Âge, colloque du centre d’études médiévales et dialectales de Lille III, publié dans Bien Dire et Bien Aprandre. Revue de médiévistique, no 10, 1992, p. 113-128.

Riché, P., « Le grec dans les centres de culture d’Occident », dans id. De Charlemagne à saint Bernard. Culture et religion, Paris, 1995, p. 79-96 (coll. Varia, no 21).

Scaffai, M., Ilias Latina, Bologne, 1982.

Schneider, J., « Compte-rendu de Mathias Herweg, Ludwigslied, De Heinrico, Annolied. Die deutschen Zeitdichtungen des frühen Mittelalters im Spiegel ihrer wissenschaftlichen Rezeption und Erforschung, Wiesbaden, 2002 », Archiv für das Studium der neueren Sprachen und Literaturen, vol. 157, 2005.

Schöning, H., Thebenroman-Eneasroman-Trojaroman-Studien zur Rezeption der Antike in der französischen Literatur des 12. Jahrhunderts, Tübingen, 1991.

Solf, S., « Das Annolied. Textübertragung, Interpretation und kritischer Bericht zum Forschungsstand », dans Sankt Anno und seine viel liebe statt, Siegburg, 1975, p. 230-330.

Sot, M., « Autorité du passé lointain, autorité du passé proche dans l’historiographie épiscopale (viiie-xie siècle). Les cas de Metz, Auxerre et Reims », dans J.-M. Sansterre éd., L’autorité du passé dans les sociétés médiévales, Rome, 2004, p. 139-162.

Sot, M., Flodoard de Reims. Un historien et son Église au xe siècle, Paris, 1993.

Stohlman, J., « Trojadichtung. Mittellateinische Literatur », Lexikon des Mittelalters, Munich-Zurich, 1997, c. 1035-1036.

Tilliette, J.-Y., « Insula me genuit. L’influence de l’Énéide sur l’épopée latine du xiie siècle », dans Lectures médiévales de Virgile, 1985, p. 121-142 (coll. de l’École française de Rome).

Tilliette, J.-Y., « Invention du récit : la “Brutiade” de Geoffroy de Monmouth (Historia regum Britanniae, § 6 à 22) », Cahiers de civilisation médiévale, 39, 1996, p. 217-233.

Waswo, R., « Our Ancestors the Trojans : Inventing Cultural Identity in the Middle Ages », Exemplaria. A Journal of Theory in Medieval and Renaissance Studies, 7 (2), 1995, p. 269-290.

Notes

1 Jérôme, Lettres, CXXVII, 12 :
Quis cladem illius noctis, quis funera fando
Explicet, aut possit lacrimis aequare dolorem ?
Urbs antiqua ruit, multos dominata per annos. Jérôme cite Virgile, Énéide, II, v. 361-363.

2 Orose, Histoires, I, 17, 3 et 18, 1.

3 Augustin, La cité de Dieu, I, 3 : Si igitur Vergilius tales deos et victos dicit, et, ut vel victi quoquo modo evaderent, homini commendatos : quae dementia est, existimare his tutoribus Romam sapienter fuisse commissam et nisi eos amisisset non potuisse vastari ? Immo vero victos deos tamquam praesides ac defensores colere, quid est aliud quam tenere non numina bona sed nomina mala ?

4 Orose, Histoires, I, 17, 1-2 : At uero ante Urbem conditam CCCCXXX anno raptus Helenae, coniuratio Graecorum et concursus mille nauium, dehinc decennis obsidio ac postremo famosum Troiae excidium praedicatur. In quo bello per decem annos cruentissime gesto quas nationes quantosque populos idem turbo inuoluerit atque adflixerit, Homerus poeta in primis clarus luculentissimo carmine palam fecit, nec per ordinem nunc retexere nostrum est quia et operi longum et omnibus notum uidetur.

5 Augustin, La cité de Dieu XVIII, 16 : « La ruine de Troie est un désastre célèbre en tout lieux, bien connu des enfants, auquel son ampleur et les hautes qualités de ses narrateurs ont valu une prestigieuse renommée », Troia vero eversa excido illo usque quaque cantato puerisque notissimo quod et magnitudine sui et scriptorum excellentibus linguis insigniter diffamatum atque vulgatum est.

6 Jérôme, Chronique, Ann. ab Abr. 835 : « Troie prise. De la chute de Troie jusqu’à la première olympiade, il y eut 406 ans », TROJA CAPTA. A captivitate Trojae usque ad primam olympiadem fiunt anni CCCCVI. Voir ensuite Ann. ab Abr. 838, Ann. ab Abr. 854, Ann. ab Abr. 861 et 870, Ann. ab Abr 1220, Ann. ab Abr. 1245 et Ann. ab Abr. 1264. La chronique se poursuit en rappelant les différentes étapes de la fondation de Troie suivant une relecture chrétienne : l’arrivée d’Énée dans le Latium, l’expulsion de Troie des descendants d’Anténor par les fils d’Hector, la fondation d’Albe et de la famille des Julii par Ascagne, le sauvetage de deux jumeaux petits-fils du roi d’Albe Numitor par la femme du berger Faustulus, surnommée Lupa, puis la naissance de Romulus et Remus et enfin la fondation de Rome.

7 Cassiodore, Institutions, p. 94. De même, les érudits irlandais semblaient davantage s’intéresser à l’exégèse virgilienne, avec les commentaires de Servius (et peut-être de Donat), qu’à l’œuvre de Virgile elle-même. Voir L. Holz, « La survie de Virgile dans le haut Moyen Âge », Présence de Virgile, actes du colloque de 1976 édités par R. Chevallier, Paris 1978, p. 209-222 et D. Daintree, « Virgil and Virgil scholia in early medieval Ireland », Romanobarbarica. Contributi allo studio dei rapporti culturali tra mondo romano e mondo barbarico, 15, 1998, p. 347-361.

8 Voir L. Holz, « La survie de Virgile », cité à la page précédente, p. 218 et id., « La redécouverte de Virgile aux viiie et ixe siècles d’après les manuscrits conservés », dans Lectures médiévales de Virgile, actes du colloque de 1982, Rome, 1985, p. 9-30 (coll. de l’École française de Rome, 80).

9 Voir B. Bischoff, « Das griechische Element in der abendländische Bildung des Mittelalters », Byzantinische Zeitschrift, 44, 1961, p. 27-55, reproduit dans id., Mittelalterlichen Studien II, Stuttgart, 1967, p. 246-275, J. Irigoin, « La culture grecque dans l’Occident latin du viie au xie siècles », dans La cultura antica nell’Occidente latino. Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, 22, Spolète, 1975, p. 425-446 et P. Riché, « Le grec dans les centres de culture d’Occident », De Charlemagne à saint Bernard. Culture et religion, Paris, 1995, p. 79-96 (coll. Varia, no 21).

10 Voir M. Campopiano, « Le mythe troyen et les origines de Rome et de Pise dans la culture pisane au début du xiie siècle », dans Vérité poétique, vérité politique. Mythes, modèles et idéologies politiques au Moyen Âge, colloque tenu à Brest du 22 au 24 septembre 2005, à paraître.

11 Voir M. Scaffai, Ilias Latina, Bologne, 1982, p. 11-57 et G. Fry, Récits inédits de la guerre de Troie, Paris, 1998, p. 15-30 (coll. La Roue à Livres).

12 Des papyrus découverts en 1899 et en 1966 prouvent que l’œuvre de Dictys possédait un original grec avant le iiie siècle ap. J.-C. La version latine correspond probablement à une traduction effectuée au siècle suivant. La première allusion à l’œuvre de Dictys date de la première moitié du ve siècle. Voir S. Merkle, Die Ephemeris belli Troiani des Diktys von Kreta, Francfort, 1989, p. 16-24.

13 Pour l’œuvre de Darès, il n’existe aucune preuve d’un original grec ; la rédaction en latin de l’œuvre eut lieu avant la fin du ve siècle, puisque Dracontius l’utilisa pour l’un de ses poèmes, De raptu Helenae. Voir W. Eisenhut, « Spätantike Troja-Erzählungen mit einem Ausblick auf die mittelalterliche Troja-Literatur », Mittellateinisches Jahrbuch, vol. 18, 1983, p. 1-28, A. Beschorner, Untersuchungen zur Dares Phrygius, Tübingen, 1992, p. 193-243 et G. Fry, op. cit. Supra, n. 11, p. 233-241.

14 Darès, Histoire de la destruction de Troie, 44.

15 Ibid., 7.

16 Ibid., 34.

17 Ibid., 7 et 9.

18 Ibid., 40.

19 Ibid., 39.

20 Isidore de Séville, Étymologies, I, 41, 1 : « Chez les Anciens, nul n’écrivait l’histoire s’il n’avait partagé et vu les faits qu’ils rapportaient. En effet, nous saisissons mieux ce qui se produit sous nos yeux que ce que nous apprenons par ouï-dire », Apud veteres enim nemo conscribebat historiam, nisi is qui interfuisset et ea quae conscribenda essent vidisset. Melius enim oculis quae fiunt deprehendimus, quam quae auditione colligimus. Ibid., I, 42, 1 : « Chez les païens, Darès le Phrygien écrivit le premier l’histoire des Grecs et des Troyens, qu’il aurait inscrite sur des feuilles de palmier », Apud gentilles vero primus Dares Phrygius de Graecis et Troianis historiam edidit, quam in foliis palmarum ab eo conscriptam esse ferunt.

21 Voir J.-P. Callu, « Impius Aeneas : échos virgiliens du Bas-Empire », dans Présence de Virgile. Actes du colloque des 9, 11 et 12 décembre 1976, R. Chevallier éd., Paris, 1978, p. 161-174.

22 Chronique mozarabe de 754, p. 71-75, cité et traduit par D. Millet-Gérard, Chrétiens mozarabes et culture islamique dans l’Espagne des viiie et ixe siècles, Paris, 1984, p. 22 (coll. des Études augustiniennes).

23 Orose, Histoires, I, 15, 10.

24 Dictys de Crête, Éphéméride de la guerre de Troie, II, 1-7.

25 Jordanès, Histoire des Goths, 58 à 60 : Is ergo Tehlephus, Herculis filius natus ex Auge, sororis Priami coniugio copulatus […] huius itaque regnum Moesiam appellavere maiores ; quae provincia habet ab oriente ostia fluminis Danubii, a meridie Macedoniam, ab occasu Histriam, a septemtrione Danubium.

26 Chronique de Frédégaire III, 9 ; Liber Historiae Francorum, 3.

27 Histoire des Bretons 10.

28 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, I, 3. Voir P. Bouet, « Dudon de Saint-Quentin et Virgile : l’Énéide au service de la cause normande », dans Recueils d’études en hommage à Lucien Musset, Cahiers des Annales de Normandie, 23, Caen, 1990, p. 215-236.

29 Voir R. Collins, Fredegar, Aldershot, 1996, p. 73-138 (Authors of the Middle Ages. Historical and Religious Writers of the Latin West, vol. IV, no 13) et l’introduction de O. Devillers et J. Meyers, Frédégaire, Chronique. Le livre IV et ses continuations, Paris, 2001 (coll. Miroir du Moyen Âge).

30 Frédégaire, Chronique, II, 5.

31 Voir R. A. Gerberding, The Rise of the Carolingians and the Liber Historiae Francorum, Oxford, 1987.

32 Liber Historiae Francorum, 2.

33 Les liens de Virgile le Grammairien avec l’hispérisme ont fait supposer qu’il écrivait en Irlande, mais la façon dont il mentionne les Gaulois ferait plutôt penser qu’il a écrit son œuvre en Gaule : Virgile le Grammairien, Epistola, III, De verbo, VIII, 4 : « Et avant tout beaucoup de nos Gaulois », et multi nostrorum maxime Gallorum. Ses remarques sur la grammaire et les auteurs qui la promeuvent restent obscures, probablement liées aux jeux littéraires d’un cercle érudit dont les allusions nous échappent. Voir V. Law, Wisdom, Authority and Grammar in the Seventh Century. Decoding Virgilius Maro Grammaticus, Cambridge, 1995.

34 La connaissance des travaux d’Isidore de Séville par Virgile le Grammairien et la présence de son œuvre dans un manuscrit écrit à Wearmouth ou à Jarrow vers 700 montrent qu’il écrivait dans la deuxième moitié du viie siècle. Voir B. Bischoff, « Die europaïsche Verbreitung der Werke Isidors von Sevilla », dans Isidoriana, 1961, p. 171-194.

35 Virgile le Grammairien, Epitomae ch. XII : De catalogo grammaticorum : Primus igitur fuit quidam senex Donatus apud Troeam, quem ferunt mille uixisse annos. Hic cum ad Romulum a quo condita est Roma urbs, uenisset, gratulantissime ab eodem susceptus, IIII continuos ibi fecit annos, scolam construens, et innumerabilia opuscula reliquens. […] Fuit itidem apud Troeam quidam Uirgilius, eiusdem Donati auditor, qui in discribendis uersibus diligentissimus erat. Qui LXX uolumina de ratione metri scribens et epistolam ad Uirgilum Assianum missam de uerbi explanatione. Tertius Uirgilius ego. […] Erant praeterea tres Uulcani : unus in Arabia, alius in India, tertius in Africa, quos Aeneas meus praeceptores habuit.

36 Frédégaire, Chronique, II, 8 : « On dit qu’Énée et Friga étaient frères », Aeneas et Frigas fertur germani fuissent.

37 Voir par exemple, l’Histoire des Bretons, 28.

38 Frédégaire, Chronique, II, 6 : Attamen semper alterius dicione negantes, multo post tempore cum ducibus transaegerunt usque ad tempore Ponpegi consolis, qui et cum ipsis demicans seo et cum reliquas gentium nationes, quae in Germania habitabant, totasque dicione subdidit Romanam. Sed continuo Franci cum Saxonibus amicicias inientes, adversus Pompegium revellantis, eiusdem rennuerunt potestatem. […] Post haec nulla gens usque in presentem diem Francos potuit superare, qui tamen eos suae dicione potuisset subiugare. Ad ipsum instar et Macedonis, qui ex eadem generatione fuerunt, quamvis gravia bella fuissent adtrite, tamen semper liberi ab externa dominatione vivere conati sunt.

39 Liber Historiae Francorum, 1 et Historia Daretis Frigii de origine Francorum, p. 199, l. 14 à 21.

40 Histoire des Bretons, 15.

41 Ibid., 31 et 45-46.

42 Chronique de Frédégaire, II, 6.

43 Des poèmes de cour rappellent les origines troyennes de la lignée carolingienne, comme l’épitaphe de Rothaid, sœur de Charlemagne, sans doute composée par Paul Diacre, et un poème de l’Hibernicus Exul (Poème, II, v. 85 à 89).

44 Karolus Magnus et Leo Papa, v. 94-95.

45 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, I, 3 : « Les Daces s’appellent eux-mêmes Danai ou Dani et se glorifient de descendre d’Anténor, qui autrefois, lors de la chute de Troie, échappa aux Grecs, pénétra avec les siens dans le pays d’Illyrie », Igitur Daci nuncupatur a suis Danai vel Dani glorianturque se ex Antenore progenitos ; qui, quondam Trojae finibus depopulatis, mediis elapsus Achivis, Illyricos fines penetravit cum suis.

46 Frédégaire, Chronique, III, 2.

47 Liber Historiae Francorum, 1.

48 Voir M. Borgolte, « Europas Geschichten und Troia. Der Mythos im Mittelalter », dans Troia. Traum und Wirklichkeit, Stuttgart, 2001, p. 190-203, ici p. 197.

49 Voir E. Nellmann, Die Reichsidee in deutschen Dichtungen der Salier-und frühen Stauferzeit, Annolied, Kaiserchronik, Rolandslied, Eraclius, Berlin, 1963, p. 35-81. Je n’ai pu consulter M. Herweg, Ludwigslied, De Heinrico, Annolied. Die deustchen Zeitdichtungen des frühen Mittelalters im Spiegel ihrer wissenschaftlichen Rezeption und Erforschung, Wiesbaden, 2002 (Imagines medii aevi 13).

50 Chant d’Anno, strophe 23 : Triêri vûrin in der werilte
wîdin irri after sedele[…]
Franko gesaz mit den sîni
viliverre nidir bî Rîni.
dâ worhtin si du mit vrowedin
eini luzzele Troie.
den bach hîzin si Sante
nâ demi wazzere in iri lante ;
den Rîn havitin si vure diz meri.
dannin wûhsin sint vreinkischi heri.
Je remercie Jens Schneider de m’avoir fait profité de ses connaissances approfondies concernant ce texte et son historiographie.

51 Flodoard de Reims, Histoire de l’Église de Reims, I, 1. Contrairement à l’indication fournie par J. Heller et G. Waitz dans leur édition de l’Histoire de l’église de Reims de Flodoard (MGH, Scriptores, 13, Hanovre, 1881, p. 405-599), Hincmar n’avait rien mentionné de tel.

52 Rigord, Gesta Philippi Augusti, ch. 38. Voir M. Barroux, « Les origines légendaires de Paris », Mémoires de la fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, t. 7, 1955 (impression 1956), p. 7-40.

53 Lambert de Saint-Omer, Liber floridus, recto de la feuille ajoutée au 105r et les généalogies présentées par L. Génicot, Les généalogies, Turnhout, 1975, p. 18 et suiv. (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 15).

54 Voir C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 47 et ID., « L’utilisation du mythe des origines troyennes en France à la fin du Moyen Âge », dans Lectures médiévales de Virgile, 1985, p. 331-355 (coll. de l’École française de Rome) et C. Marcello-Nizia, « De l’Énéide à l’Enéas : les attributs du fondateur », ibid., p. 251-266.

55 Voir F. Ingledew, « The Book of Troy and the Genealogical Construction of History : The Case of Geoffroy of Monmouth’s Historia regum Britanniae », Speculum, 69, 1994, p. 665-704, J.-Y. Tilliette, « Invention du récit : la « Brutiade » de Geoffroy de Monmouth (Historia regum Britanniae, § 6 à 22) », Cahiers de civilisation médiévale, 39, 1996, p. 217-233 et L. Mathey-Maille, « Mythe troyen et histoire romaine : de Geoffroy de Monmouth au Brut de Wace », dans Entre fiction et histoire : Troie et Rome au Moyen Âge, E. Baumgartner et L. Harf-Lancner éd., Paris, 1997, p. 113-123.

56 Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, 16.

57 Ibid., 169 et 176.

58 Ibid., 22 : Diuiso tandem regno affectauit Brutus ciuitatem aedificare. Affectum itaque suum exequens circuiuit tocius patrie situm ut congruum locum inueniret. Perueniens ergo ad Tamensem fluuium deambulauit littora locumque nactus est proposito suo perspicuum. Condidit itaque ciuitatem ibidem eamque Troiam Nouam uocauit. Ex hoc nomine multis postmodum temporibus appellata tandem per corruptionem uocabuli Trinouantum dicta fuit.

59 Voir F. Mora-Lebrun, L’« Énéide » médiévale et la naissance du roman, Paris, 1994, p. 59.

60 Benoît de Sainte-Maure, Le roman de Troie, v. 3004-3186.

61 Ibid., v. 3009-3010 et v. 3019-3022 :
Aveit granz tors tot environ,
Faites de chauz e de sablon. […]
Tiels mil maisons i tot e plus
A reis a contes e a dus :
La meinz forz n’eüst pas dotance
De trestot l’empire de France.

62 Ibid., v. 3036-3040 :
« Ja nus hon n’i moillast son pié,
Quar les rues erent voutices ;
Les unes as autres jointices ;
De soz erent pavimentees,
De sus a or musique ovrees. »

63 Ibid., v. 3179-3186 :
« Onc ne fu riche maïstrie
N’afaitement ne corteisie
Dont l’on eüst delit ne joie,
Que ne trovassent cil de Troie.
Eschés e tables, jué de dé
I furent, ce sachiez, trové,
E mainte autre ovre deportable,
Riche e vaillant e delitable ». Voir E. Baumgartner, « Benoît de Sainte-Maure et le modèle troyen », De l’histoire de Troie au livre du Graal, le temps, le récit ( xiie-xiiie siècles), Orléans, 1994, p. 209-219, id., « La très belle ville de Troie de Benoît de Sainte-Maure », ibid., p. 203-208 et C. Croizy-Naquet, Thèbes, Troie et Carthage. Poétique de la ville dans le roman antique au xiie siècle, Paris, 1994.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search