Version classiqueVersion mobile

Les villes capitales au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public

Marqueurs sociaux et symboliques des capitales

Le « siège du royaume » : enjeux politiques et symboliques de la désignation des lieux de pouvoir comme sedes regni en Occident (vie-xiie siècle)

Philippe Depreux

Texte intégral

  • 1 W. Berges, « Das Reich ohne Hauptstadt », dans Das Hauptstadtproblem in der Geschichte. Festgabe z (...)
  • 2 E. Ewig, « Résidence et capitale pendant le haut Moyen Âge », Revue historique, 230, 1963, p. 25-7 (...)
  • 3 J. Barbier, « Le système palatial franc : genèse et fonctionnement dans le Nord-Ouest du regnum »,(...)
  • 4 C. Brühl, « Remarques sur les notions de “capitale” et de “résidence” pendant le haut Moyen Âge »,(...)
  • 5 C. Brühl, « Zum Hauptstadtproblem im frühen Mittelalter », dans Festschrift für Harald Keller, Dar (...)
  • 6 Introduction commode à la question et présentation des grands chantiers dans C. Ehlers dir., Orte (...)
  • 7 A. Kraus, Civitas regia. Das Bild Regensburgs in der deutschen Geschichtsschreibung des Mittelalte (...)
  • 8 Cf. par exemple Paul Diacre, Historia Langobardorum, G. Waitz éd., Hanovre, 1878 (MGH, SS. Rer. Ge (...)

1Si l’on considère le monde mérovingien et l’espace politique qui s’est développé à partir de lui, en Francie occidentale et en Germanie, on peut considérer le concept de « ville capitale » comme étranger au premier Moyen Âge ; à la différence de la France, l’inexistence d’une véritable capitale devait même demeurer une constante de toute l’histoire du Saint-Empire1. Certes, les rois mérovingiens, dans la continuité de la tradition antique, avaient résidé dans les cités2, un usage dont les Carolingiens s’écartèrent en privilégiant les palais ruraux3. Mais on ne saurait reconnaître dans ces résidences urbaines des capitales si l’on considère que « l’installation à demeure des autorités centrales » en un lieu « et le fait que celles-ci ne [le] quittent pas, même lorsque le souverain part en voyage, introduisent […] la transition vers le type moderne de capitale », comme c’est le cas pour Paris et Londres au Moyen Âge central et tardif4. Cependant, l’absence de capitale choque à ce point notre conception du pouvoir central que même un historien allemand, dont le pays n’est pourtant pas nourri des traditions jacobines qui prévalent sur l’autre rive du Rhin, éprouve quelque difficulté à faire le deuil de ce concept : en témoigne la manière dont Carlrichard Brühl, dans son étude sur « le problème de la capitale au haut Moyen Âge », annonce d’entrée de jeu que l’« Empire (das Reich) n’a pas possédé de véritable capitale, mais seulement plusieurs regni sedes » pour, dans cet article, se livrer à l’examen des critères qui pourraient permettre de distinguer, quand même, quelque capitale avant la lettre5. C’est ainsi que l’existence de mansiones ou de curtes, grâce auxquelles les hauts dignitaires spirituels et temporels jouissaient d’un pied-à-terre à la cour, souligne l’importance relative d’Aix-la-Chapelle du temps de Charlemagne et de Louis le Pieux, de Pavie (la chose est attestée vers la fin du ixe siècle mais pourrait remonter à l’époque lombarde) et de Ratisbonne (à l’échelle de la Bavière, vers le milieu du xe siècle). Mon propos n’est pas de dresser une typologie des palais et des résidences royales, une vaste entreprise pour laquelle la bibliographie est abondante6, ni de traquer les expressions exaltant les liens entre tel lieu et le pouvoir royal (j’écarterai donc en principe les dénominations de civitas ou urbs regia – cette dernière pouvant faire office soit de prédicat, comme c’est souvent le cas pour Ratisbonne7, soit de quasi-toponyme, concernant la ville choisie pour accueillir le XXXVIe Congrès de la Société des médiévistes8). En revanche, je voudrais réfléchir sur le contexte dans lequel l’expression de sedes regni est employée dans les sources diplomatiques et narratives, dans le cadre d’une réflexion plus large sur les formes de transmission du pouvoir en Occident pendant le premier Moyen Âge.

  • 9 J. Barbier, « Le système palatial franc… », p. 262-263.
  • 10 G. Ripoll et J. M. Gurt dir., Sedes regiae (ann. 400-800), Barcelone, 2000.
  • 11 Cf. par exemple A. Dierkens et P. Périn, « Les sedes regiae mérovingiennes entre Seine et Rhin », (...)
  • 12 En dépit du profond respect qu’on éprouve à l’égard de l’œuvre d’Eugen Ewig, force est de regrette (...)

2Comme l’a déjà observé Josiane Barbier, « la sedes regni jouit d’une dimension symbolique essentielle. Désignée comme le centre du regnum, elle le personnifie ; sa possession est un enjeu de taille dans l’acquisition du royaume. Elle est le lieu où se réunissent conciles et synodes, où se déroulent les cérémonies solennelles de l’accession des rois et des reines comme de leurs funérailles9 ». Peut-être faut-il apporter quelque bémol en relativisant le systématisme que suppose cette analyse, à laquelle il convient toutefois de souscrire pour l’essentiel. Ce qui, à mon sens, pose surtout problème, c’est la généralisation du recours à l’expression de sedes regni dans le discours historique (en tant qu’ersatz avoué ou implicite du concept de capitale), une généralisation qui ne correspond pas à la parcimonie avec laquelle les auteurs médiévaux l’employaient – le titre même d’un volume récent, produit des rencontres organisées dans le cadre du programme international de recherches sur « The Transformation of the Roman World », illustre cette tendance10. L’étude des sites appelés sedes regni à quelque moment de leur histoire suppose un recensement des occurrences et une analyse topographique11. Mais toute ville où réside la cour n’est pas pour autant ou à jamais sedes regni12. Pour apprécier à sa juste valeur le prédicat de sedes regni, il me semble que l’étude du vocabulaire doit également porter sur le contexte dans lequel les historiographes et les notaires médiévaux employaient cette expression. Mon propos portera sur la Gaule, la France et l’empire, du vie au xiie siècle.

  • 13 Annales regni Francorum inde ab a. 741 usque ad a. 829 qui dicuntur Annales Laurissenses maiores e (...)
  • 14 Annales de Saint-Bertin, † F. Grat, J. Vieillard, S. Clémencet éd., avec une introduction et des n (...)
  • 15 Les Annales de Flodoart, P. Lauer éd., Paris, 1905 (Collection de textes pour servir à l’étude et (...)
  • 16 Flodoard von Reims, Die Geschichte der Reimser Kirche, M. Stratmann éd., Hanovre, 1998 (MGH, SS, 3 (...)
  • 17 Suger, Vie de Louis VI le Gros, H. Waquet éd., Paris, 1929 (Les classiques de l’histoire de France (...)
  • 18 Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux. Epitoma vitae regis Rotberti Pii, éd. et trad. R.-H. Ba (...)

3En dépit des apparences, l’expression de sedes regni n’est pas très répandue. Certains auteurs l’ignorent semble-t-il totalement : ainsi, on ne rencontre cette expression ni dans les Annales royales13, ni dans leur continuation en Francie occidentale, les Annales de Saint-Bertin14 ; Flodoard ne l’emploie ni dans ses Annales15, ni dans son Histoire de l’Église de Reims16. Dans le domaine français toujours, mais à une époque où la royauté capétienne commence à s’affirmer, l’abbé Suger ignore également cette expression dans sa Vie de Louis VI le Gros17 (alors qu’Helgaud de Fleury, un siècle plus tôt, l’emploie dans sa Vie de Robert le Pieux18 – d’une manière qui, nous le verrons, s’écarte d’ailleurs sensiblement des traditions établies depuis l’époque mérovingienne). Certains auteurs n’ont recours que de manière fort rare à l’expression de sedes regni, pour désigner le trône et, par métonymie, le pouvoir royal, ou pour désigner une ville que nous inclinons souvent à estampiller comme « capitale ».

  • 19 On rencontre une seule fois l’expression de sedes regia, dans un acte faux de Childéric II pour l’ (...)
  • 20 Ce constat est fondé sur la consultation des indices des volumes des Monumenta Germaniae Historica(...)
  • 21 Die Urkunden Ludwigs des Deutschen, Karlmanns und Ludwigs des Jüngeren, P. Kehr éd., Hanovre, 1934 (...)
  • 22 Recueil des actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), J. Dufour éd., t. 1, Paris, 1992, p. 45 (...)
  • 23 Recueil des actes de Charles le Simple, roi de France (893-923), Ph. Lauer éd., Paris, 1949, p. 26 (...)
  • 24 Die Urkunden Friedrichs I., 1158-1167, H. Appelt éd., Hanovre, 1979 (MGH, Diplomata regum et imper (...)
  • 25 I diplomi di Berengario I, L. Schiaparelli éd., Rome, 1903 (Fonti per la storia d’Italia, 35), p.  (...)

4La récolte documentaire est encore plus restreinte dans les sources diplomatiques. Les expressions de sedes regni et sedes regia n’appartiennent pas au vocabulaire diplomatique mérovingien19. Elles sont également rarissimes dans les diplômes ultérieurs20. L’expression de sedes regni, au sens de trône, métonymie du pouvoir royal, apparaît tel un hapax dans un diplôme faux de Louis le Germanique datant du début du xie siècle21 ; au xiie siècle, on trouve cette mention dans quelques rares actes22. De manière générale, les expressions de sedes regia ou sedes regalis apparaissent très sporadiquement dans des diplômes authentiques à partir du xe siècle et semblent devenir un peu plus fréquentes au xiie siècle. En revanche, le terme de sedes est courant, dans les actes royaux, pour désigner un siège épiscopal ou le Siège apostolique. Les rares palais à être désignés comme « siège royal » le sont dans le dispositif, et presque jamais dans l’eschatocole. Comme exceptions, on peut mentionner deux diplômes de Charles le Simple (22 et 25 avril 921) faits à Compiègne, le « palais du siège royal »23, et un diplôme de Frédéric Barberousse pour le monastère Saint-Zénon de Vérone (6 décembre 1163), donné en la sedes regalis de Monza24. L’expression de caput regni est tout aussi rare dans les eschatocoles (on la trouve toutefois, en 902, à propos de Pavie, dans un diplôme de Bérenger Ier, conservé en original25). S’il est spécieux de raisonner a silentio sur la signification de l’absence de cette expression de sedes regni chez tel ou tel auteur, il n’est pas inutile de prêter plus d’attention au contexte dans lequel ceux qui y ont recours le font. C’est ce que j’aimerais montrer ici.

Grégoire de Tours et les sedes regni mérovingiennes

  • 26 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, trad. R. Latouche, t. 1, Paris, 1963 (Les classiques de l’ (...)
  • 27 Grégoire de Tours, Historiarum libri decem (MGH, SS rer. Merov., 1,1), p. 89 (II, c. 38) : Egressu (...)
  • 28 Grégoire de Tours, Historiarum libri decem…, p. 50 (II, c. 7) : Haec ille audiens, cum velocitate (...)
  • 29 Grégoire de Tours, Histoire des Francs…, t. 1, p. 90.
  • 30 À propos de la désignation de Childebert II comme successeur du roi Gontran, cf. Grégoire de Tours (...)
  • 31 Grégoire de Tours, Historiarum libri decem…, p. 154-155 (IV, c. 22) : Chilpericus vero post patris (...)
  • 32 Grégoire de Tours, Historiarum libri decem…, p. 345-346 (VII, c. 27) : At ille ait : « Ego regis C (...)

5Pour l’historiographie française, l’évocation de Clovis dans les Dix livres d’histoires de Grégoire de Tours peut être considérée comme un récit fondateur. Cela s’avère vrai quant au fond, mais pas quant à la lettre. L’évêque de Tours a recours à une expression singulière à propos de l’installation de Clovis à Paris, suite à sa victoire à Vouillé et à sa promotion au consulat. Cet extrait est fort célèbre : « […] Il retourna à Tours où il offrit de nombreux présents à la basilique de saint Martin. [c. 38] Puis il reçut de l’empereur Anastase le codicille du consulat et ayant revêtu dans la basilique du bienheureux Martin une tunique de pourpre et une chlamyde, il mit sur sa tête un diadème. Ensuite étant monté à cheval, il distribua avec une très grande générosité de l’or et de l’argent sur le chemin qui se trouve entre la porte du vestibule (de la basilique) et l’église de la cité en les jetant de sa propre main aux gens qui étaient présents, et à partir de ce jour il fut appelé consul ou auguste. Puis il quitta Tours pour venir à Paris et y fixa le siège du royaume26. » Grégoire de Tours emploie l’expression de cathedra regni27 ; il use d’ailleurs à plusieurs reprises du terme de cathedra dans le sens de trône. Ainsi, lorsqu’il relate la ruse d’Aetius pour s’emparer du butin d’Attila et de ses Huns en chassant des champs Catalauniques Thorismond, le fils du roi des Goths, Théodoric, tombé au combat, Grégoire place ces paroles dans la bouche du général romain : « Hâte toi de rentrer vite dans ta patrie pour que sous la pression de ton frère tu ne sois pas dépouillé du royaume de ton père », et l’évêque de commenter : « En entendant ces mots, ce dernier s’en alla avec rapidité afin de devancer son frère et d’être le premier à occuper le trône (cathedra) de son père28. C’est par un stratagème semblable qu’il fit détaler le roi des Francs29. » Plusieurs exemples de l’emploi de cathedra pour désigner le trône pourraient encore être cités30. On rencontre la référence à la cathedra regni en tant que siège du gouvernement en un autre passage des Dix livres d’histoires, où cette expression est employée conjointement à celle de sedes regni. Lorsqu’il évoque le partage du royaume à la mort du roi Clotaire Ier, en 561, l’évêque de Tours écrit : « Après les funérailles de son père, Chilpéric prit les trésors qui étaient réunis dans la villa de Berny, puis il s’aboucha avec les Francs les plus influents et, les ayant fléchis avec des présents, il les soumit. Aussitôt après il fait son entrée à Paris et occupe le siège (sedes) du roi Childebert, mais on ne lui permit pas de le posséder longtemps, car ses frères, s’étant associés, l’en expulsèrent et ensuite tous ces quatre, à savoir Charibert, Gontran, Chilpéric et Sigebert, firent un partage régulier. Le sort donna à Charibert le royaume de Childebert avec Paris pour siège (sedes) ; à Gontran le royaume de Clodomir et pour siège (sedes) Orléans ; à Chilpéric le royaume de Clotaire son père avec Soissons pour capitale (cathedra) ; à Sigebert enfin le royaume de Thierry avec Reims pour siège (sedes)31. » L’attrait particulier exercé par Paris en tant que sedes regni est illustré par le dialogue que Grégoire de Tours met dans la bouche de l’usurpateur Gondovald et de l’évêque de Toulouse, Magnulf. Au prélat, qui doute de son identité, Gondovald répond : « Je suis le fils du roi Clotaire [Ier] et je m’emparerai immédiatement d’une partie du royaume, puis je me rendrai rapidement jusqu’à Paris où j’établirai le siège du royaume32. »

  • 33 Chronicarum quae dicuntur Fredegarii scholastici (MGH, SS rer. Merov., 2), p. 103 (III, c. 24) : C (...)
  • 34 Liber historiae Francorum, B. Krusch éd., dans MGH, SS rer. Merov., 2, Hanovre, 1888, p. 271 (c. 1 (...)
  • 35 Vita Remigii episcopi Remensis auctore Hincmaro (MGH, SS rer. Merov,. 3), p. 256 (table des chapit (...)
  • 36 Vita Remigii episcopi Remensis auctore Hincmaro (MGH, SS rer. Merov., 3), p. 285 (c. 9).
  • 37 Vita Remigii episcopi Remensis auctore Hincmaro (MGH, SS rer. Merov., 3), p. 256 (table des chapit (...)
  • 38 Grégoire de Tours, Historiarum libri decem…, p. 71 (II, c. 27) : His ita gestis, mortuo Childerico (...)
  • 39 Hinkmar von Reims, Collectio de ecclesiis et capellis, M. Stratmann éd., Hanovre, 1990 (MGH, Fonte (...)

6Grégoire de Tours pourrait bien être l’inventeur de l’expression de cathedra regni, une expression sans véritable lendemain – à l’exception de sa reprise par « Frédégaire33 ». En revanche, l’auteur du Liber historiae Francorum modifie cette formulation pour revenir à celle, plus classique, de sedes regni34. De même, quelque cent cinquante ans plus tard, l’archevêque de Reims, Hincmar, préfère parler de « sa » sedes – c’est-àdire la sedes de Clovis – lorsqu’il évoque les faits relatés par Grégoire dans sa Vie de saint Remi35 (Hincmar bouleverse également la chronologie du récit pour situer l’installation de Clovis à Paris avant sa promotion comme consul). Il est frappant de constater qu’Hincmar évite de parler de sedes regni. Lorsqu’il évoque un siège du pouvoir, il parle de la sedes du roi, nommément cité. C’est le cas à propos de Paris, mais aussi à propos de Toulouse, sedes du roi Alaric II36, et à propos de Soissons, où Clovis est censé avoir établi sa sedes après en avoir chassé Syagrius37 (Grégoire de Tours et, à sa suite, l’auteur du Liber historiae Francorum, écrivent certes que Syagrius avait Soissons pour sedes38, mais pas que Clovis y établit sa propre sedes après avoir vaincu le rex Romanorum). On peut interpréter l’emploi du mot sedes en tant que siège du gouvernement dans la Vie de saint Remi comme le résultat de l’influence des Dix livres d’histoires sur Hincmar ; au contraire, dans les Annales dont il assura la continuation (c’est-à-dire la troisième partie des Annales de Saint-Bertin), l’archevêque de Reims ne désigne aucune cité comme la sedes de Charles le Chauve, alors qu’il a par ailleurs très souvent recours à l’expression de « siège apostolique » et à ses variantes pour évoquer la papauté – Rome était, aux yeux de l’archevêque de Reims, la véritable capitale de l’Occident, comme il l’expose dans sa Collection des églises et des chapelles, où il cite et commente l’un des canons du concile de Chalcédoine : « Si un évêque ou un clerc engage une action contre le métropolitain de sa province, que, selon le concile de Chalcédoine, il s’adresse au primat du diocèse ou au siège de la ville royale (sedes regiae urbis), qui pour nous est Rome39. » Ainsi, la Ville éternelle détrône Constantinople.

De la sedes regni à la capitale : le cas de Paris

  • 40 Cf. R.-H. Bautier, « Quand et comment Paris devint capitale », Bulletin de la Société de l’histoir (...)
  • 41 Gesta Dagoberti I. regis Francorum, B. Krusch éd. (MGH, SS rer. Merov., 2), p. 401 (c. 2) : Siquid (...)
  • 42 E. Ewig, « Die fränkischen Teilungen und Teilreiche (511-613) », dans Akademie der Wissenschaften (...)
  • 43 J. Favier, Paris : Deux mille ans d’histoire…, p. 267.
  • 44 Ibid., p. 269.
  • 45 P. Bourgain, « Wilhelm der Bretone », dans Lexikon des Mittelalters, t. 9, Munich, 1998, col. 125- (...)
  • 46 É. Carpentier, « Histoire et informatique : Recherches sur le vocabulaire des biographies royales (...)
  • 47 Recueil des actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), J. Dufour éd., t. 1, Paris, 1992, p. 466 (...)
  • 48 Ibid., p. 464.
  • 49 La 4e version (datant de 2000) du CD-Rom Cetedoc Library of Christian Latin Texts (CLCLT) recense (...)
  • 50 Ottonis episcopi Frisingensis Chronica sive Historia de duabus civitatibus, A. Hofmeister éd., Han (...)
  • 51 Ottonis et Rahewini gesta Friderici I. imperatoris, G. Waitz, B. von Simson éd., Hanovre, 1912 (MG (...)
  • 52 On la rencontre toutefois dans une Vie de Boniface rédigée à Mayence dans la première moitié du xi(...)
  • 53 Ottonis et Rahewini gesta Friderici I.…, p. 180 (Rahewini Gesta Friderici, III, c. 12).
  • 54 Gunther der Dichter, Ligurinus, E. Assmann éd., Hanovre, 1987 (MGH, SS rer. Germ., 63), p. 311 (V, (...)
  • 55 Die Urkunden Friedrichs I., 1158-1167, H. Appelt éd., Hanovre, 1979 (MGH, Diplomata regum et imper (...)
  • 56 Die Urkunden Friedrichs I., 1168-1180, H. Appelt éd., Hanovre, 1985 (MGH, Diplomata regum et imper (...)
  • 57 Ibid., p. 289 : […] dat. in palatio Arelatensi, III° kalendas augusti mensis, die dominico, quo co (...)

7Le récit de Grégoire de Tours est souvent considéré comme un jalon essentiel de l’histoire de Paris comme capitale. Le statut privilégié de Paris à l’époque mérovingienne est incontestable40 : c’est la ville de sainte Geneviève et de Clovis. Plus tard, les Carolingiens, particulièrement liés à Saint-Denis, firent de l’abbaye au nord de la cité la nécropole tradition nelle des rois, renforçant ainsi son prestige (le moine de Saint-Denis qui, vers 830, rédige les Gesta Dagoberti, revendique un statut particulier pour Paris lorsqu’il affirme que les rois des Francs avaient généralement pour habitude de gouverner depuis cette ville41). Néanmoins, il est abusif de parler de Paris en tant que « capitale » au motif que les frères de Charibert Ier ne parvinrent pas, en 567, à s’accorder sur le partage de la ville et des environs (dans un périmètre incluant Chartres, Beauvais et Senlis42) ou simplement parce que le roi Clotaire II y convoqua une assemblée d’évêques en 614 et y promulgua l’édit par lequel il faisait siennes leurs décisions. C’est en réalité à partir du xiie siècle que Paris devient peu à peu le « siège de la royauté43 ». L’évolution est consommée sous Philippe Auguste. À ce propos, Jean Favier observe : « Dans sa Philippide, le chapelain et chroniqueur Guillaume Le Breton donne alors à la ville son titre définitif : elle est le chef (caput, la tête) du royaume44. » C’est en 1224 que la Philippide fut publiée45. Or dès la fin du xiie siècle (vers 1190 selon Élisabeth Carpentier46), Rigord, dans ses Gesta Philippi, eut recours à l’expression de caput regni, dont il pourrait bien être l’inventeur, en tant qu’elle s’applique à la ville de Paris, tout comme il est à l’origine du surnom du roi (toutefois, en 1124, un moine de Saint-Denis avait déjà osé lancer cette expression, en l’appliquant à son propre établissement47, dans un acte de Louis VI datant d’un moment critique, « où le roi était aux abois »48). D’autres villes avaient, dans le passé, été désignées comme caput regni. C’est le cas, depuis l’Antiquité tardive au moins, de Jérusalem et de Babylone49 (l’allusion à Babylone, caput regni Persarum, comme lieu de naissance de l’Antéchrist est récurrente). Otton de Freising désigne également Alexandrie comme la « tête du royaume » d’Égypte50 (c’est la seule occurrence de l’expression de caput regni dans un sens spatial chez cet auteur, qui l’emploie également pour désigner le roi à propos de l’élection de Frédéric Barberousse51 – une acception qui ne semble pas très fréquente52). Une génération plus tard, Gunther le Poète, dans l’épopée qu’il compose à partir des Gesta Friderici, célèbre Arles, que Rahewin désigne ailleurs comme sedes regni Burgundiae53, en tant que jadis, tout à la fois, « tête et siège du royaume54 ». En cela, il reprend la manière dont Arles était qualifiée dans les diplômes de Barberousse lui-même. C’est ainsi que, dans le diplôme du 16 avril 1164 par lequel il confirmait les privilèges de l’archevêque d’Arles, l’empereur désigna l’église d’Arles comme la « tête (caput) de la Provence et le premier siège de l’empire (principalis sedes imperii)55 ». Il la qualifia également de « premier siège du royaume de Bourgogne, de toute antiquité56 » dans le privilège qu’il lui accorda, en le palais d’Arles, le 30 juillet 1178, jour où il y fut couronné57.

  • 58 Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, historiens de Philippe-Auguste, H.-Fr. Delaborde éd., (...)
  • 59 Ibid., p. 105 (Rigordi liber, c. 71) : […] civitas Parisii, quam rex multum diligebat […].
  • 60 Ibid., p. 22 (Rigordi liber, c. 11) : Eodem anno, XIIII kalendas octobris, feria quinta, obiit Lud (...)
  • 61 Cf. P. E. Dutton, « Medieval Approaches to Calcidius », dans G. J. Reydams-Schils dir., Plato’s Ti (...)
  • 62 C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 24.
  • 63 Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton…, t. 1, p. 58 (Rigordi liber, c. 38) : […] transitum fa (...)
  • 64 Ibid., p. 161 (Rigordi liber, c. 142) : Superveniente vero sancti Johannis festivitate, nullum a r (...)

8Rigord mentionne très souvent Paris, où se trouve le palais de Philippe Auguste58, et il affirme que le roi « aimait beaucoup » cette ville59. Il ne lui décerne toutefois le titre de caput regni qu’à une seule occasion, bien particulière : celle du décès, à Paris, de Louis VII. Rigord relate et commente cela de la manière suivante : « Louis, très pieux roi de France, mourut en la cité que l’on appelle de nos jours Paris et qui est la tête du royaume de France (caput regni Francorum). Cela semble être une attention du Seigneur, de telle sorte que celui qui était le roi et la tête de tout le royaume de France rejoigne le Seigneur en son palais, en la cité qui est la tête du royaume de France pour qu’il soit ainsi manifeste à tous qu’il migra glorieusement d’un palais vers un palais, d’un royaume vers un royaume – du palais terrestre vers le vaste paradis céleste, d’un royaume transitoire vers le royaume éternel60. » Il s’agit indiscutablement d’une présentation destinée à exalter la royauté capétienne. C’est, donc, au moment de la passation de pouvoirs que Paris est célébrée comme la « tête du royaume », en un temps de redécouverte de l’idée de corps politique61. Le choix de cette expression prend tout son relief en comparaison avec la manière dont Rigord relate l’installation des « Troyens » conduits par le duc Ybor, dont il est l’inventeur62, à Lutèce, où ils établirent leur sedes63 (cette similitude avec les textes mérovingiens n’est, en cet endroit du récit, vraisemblablement pas fortuite). Paris n’est toutefois pas la seule ville à être qualifiée de caput : c’est également le cas de Rouen, « tête de toute la Normandie ». Là encore, le contexte n’est pas indifférent, puisque c’est à l’occasion de la commise du duché de Jean sans Terre que Rigord désigne ainsi la cité normande64.

Le trône de Charlemagne, tête de l’empire

  • 65 Annales regni Francorum, p. 28 (a. 768) : Et domnus Carolus et Carlomannus elevati sunt in regnum, (...)
  • 66 Annales regni Francorum (version remaniée), p. 27-29 (a. 768) : Filii vero eius Karlus et Carloman (...)
  • 67 Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, éd. et trad. Ph. Lauer, Paris, 1926 (Les classiques (...)
  • 68 Annales Fuldenses sive Annales regni Francorum orientalis, Fr. Kurze éd., Hanovre, 1891 (MGH, SS r (...)
  • 69 Thegan, Die Taten Kaiser Ludwigs – Astronomus, Das Leben Kaiser Ludwigs, E. Tremp éd., Hanovre, 19 (...)
  • 70 Sur le trône de pierre de la chapelle d’Aix, cf. P. E. Schramm, Herrschaftszeichen und Staatssymbo (...)
  • 71 M. Hardt, « Königsthron », dans Reallexikon der germanischen Altertumskunde, t. 17, Berlin, 2001, (...)
  • 72 Die Werke Wipos, H. Bresslau éd., Hanovre, 1915 (MGH, SS rer. Germ., 61), p. 28 (Gesta Chuonradi I (...)

9Le destin de Paris montre de manière exemplaire la continuité possible entre une sedes regni et la capitale d’un État moderne. Mais ce cas d’école n’a pas valeur universelle, tant s’en faut ! La comparaison avec Aix-la-Chapelle en apporte l’illustration : de caput, elle ne porte que le nom. Dès la mort de Charlemagne, Aix-la-Chapelle jouit d’un statut particulier : c’était le « siège du royaume » par excellence. On en trouve déjà l’indice, en filigrane, dans la version remaniée des Annales royales, qui date du règne de Louis le Pieux. Après avoir relaté comment Charlemagne et Carloman furent élevés à la royauté à la mort de Pépin le Bref, l’auteur des Annales royales dit que Charlemagne célébra Noël à Aix-la-Chapelle et Pâques à Rouen65. Or l’auteur de la version remaniée reprend cette information, en précisant toutefois que celui qui se rendit à Aix pour les fêtes de Noël était l’aîné66 : l’annaliste sous-entendait-il ainsi que c’est en vertu de son aînesse que Charlemagne hérita d’Aix-la Chapelle ? Dans son récit des années sombres qui suivirent la mort de Louis le Pieux, Nithard écrit qu’en 842, « dès que Louis et Charles apprirent de façon certaine que Lothaire avait quitté son royaume, ils se rendirent au palais d’Aix, qui était alors la sedes prima Frantie » (on ne saurait toutefois y reconnaître la « capitale de la “France” », comme le traduisit Philippe Lauer67). Lorsque l’auteur des Annales de Fulda évoque le partage auquel Louis le Pieux procéda en 839, à Worms, il dit que Lothaire Ier, l’aîné, reçut le titre impérial et la sedes regni68 : il faut comprendre « Aix-la-Chapelle », qui se trouve effectivement dans « la partie à l’est de la Meuse » (selon les termes de l’Astronome pour décrire le lot de Lothaire69). Le rôle que joue, à cet égard, la présence du trône de Charlemagne – trône de pierre70, à la différence des trônes amovibles (tel celui « de Dagobert »), dont le déplacement explique le caractère mouvant des désignations de villes comme sedes regni en un moment donné71 – est explicité par Wipon, le biographe de Conrad II, qui écrit à propos de l’Umritt effectué par le roi au cours de l’année de son avènement (1024), qu’il se rendit d’abord au palais d’Aix, « où se trouve, depuis les anciens rois et principalement depuis Charles (c’est-à-dire Charlemagne), le trône public royal, que l’on considère comme le siège principal (archisolium) de tout le royaume ». C’est après avoir pris place sur ce trône que Conrad II commença effectivement à gouverner72.

  • 73 Die Urkunden Otto des II., éd. Th. Sickel, Hanovre, 1888 (MGH, Diplomata regum et imperatorum Germ (...)
  • 74 Die Urkunden Konrad I., Heinrich I. und Otto I., Th. Sickel éd., Hanovre, 1884 (MGH, Diplomata reg (...)
  • 75 Die Urkunden Heinrichs II. und Arduins, H. Bresslau, H. Bloch, R. Holtzmann et alii éd., Hanovre, (...)
  • 76 Die Urkunden der burgundischen Rudolfinger, Th. Schieffer éd., München, 1977 (MGH, Regum Burgundia (...)

10Le statut privilégié d’Aix-la-Chapelle est illustré par le fait que c’est – à l’exception d’un palais de Carinthie évoqué par Otton II, selon une formulation très neutre73 – le seul palais du royaume de Germanie mentionné en tant que sedes du souverain dans les diplômes royaux ottoniens : c’est le cas dans un seul diplôme d’Otton Ier pour la collégiale Notre-Dame fondée par Charlemagne, où le palais d’Aix est défini comme la principale sedes regia au nord des Alpes74. Dans un diplôme pour la collégiale Saint-Adalbert, qu’il avait fondée tout près du palais d’Aix, Henri II désigne ce dernier comme « notre sedes »75. Notons toutefois que, de manière assez isolée, on trouve mention de la villa d’Aix…- les-Bains en tant que sedes regalis – et de Neuchâtel en tant que regalissima sedes – dans un acte (conservé en original) fait à Aix-les-Bains (actum Aquis) en 1011, par lequel Raoul III de Bourgogne fit don à sa fiancée, Ermengarde, de divers biens76.

  • 77 Die Aachener « Vita Karoli Magni » des 12. Jahrhundert auf der Textgrundlage der Edition von Gerha (...)
  • 78 Die Urkunden Friedrichs I., 1158-1167…, p. 430-434 (no 502) ; Die Urkunden Pippins, Karlmanns und (...)
  • 79 On n’en retiendra ici que deux : R. FOLZ, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l’Empire g (...)
  • 80 Traduction : R. Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne…, p. 232.
  • 81 R. Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne…, p. 233.
  • 82 E. Meuthen, « Karl der Große – Barbarossa – Aachen… », p. 62
  • 83 Dans un diplôme du 23 mai 1174, l’église d’Aix-la-Chapelle est dite sedes et caput regni inter cis (...)
  • 84 Le fait qu’Aix est le lieu du couronnement est également souligné dans le diplôme du 9 janvier 116 (...)

11L’exaltation d’Aix-la-Chapelle connaît son apogée dans la « pragmatique sanction » de Charlemagne. Telle est la manière dont l’auteur de la Vie de Charlemagne rédigée sur l’ordre de Frédéric Barberousse à l’occasion de la canonisation de l’empereur désigne ce faux77, inséré dans le diplôme du 8 janvier 1166 en faveur de la collégiale Notre-Dame et de la ville d’Aix-la-Chapelle78. Cet acte est fort célèbre et a fait l’objet de nombreux commentaires79. Il n’est pas nécessaire de se livrer à un nouvel examen de ce diplôme dont on ne citera qu’un extrait : « Dans ce même temple sera installé le trône royal (regia sedes) ; il sera considéré comme la résidence du roi (locus regalis) et la capitale (caput) de la Gaule transalpine. Les rois, leurs successeurs et les héritiers du royaume y prendront place lors de leur avènement et ainsi initiés, ils recevront de droit et sans aucune opposition possible la couronne impériale à Rome. Ceci a été confirmé et sanctionné par le pape Léon et moi, Charles, empereur auguste des Romains […]. Irrévocable et inchangée demeurera notre décision qu’en ce lieu soit le siège de la partie transalpine du royaume (sedes regni trans Alpes) ainsi que la capitale (caput) de toutes les cités et provinces de la Gaule80. » Qu’on qualifie de correction81 ou de révision à la baisse82 le fait que le palais d’Aix-la-Chapelle ne soit plus désigné comme caput Gallie, mais comme caput et sedes regni Theutonici dans le diplôme de Frédéric Barberousse importe peu ici83. Ce qui est essentiel, c’est l’association de la métaphore du chef (caput), du trône qu’est la sedes et de la cérémonie du couronnement84.

La prise de possession de la sedes regni comme étape de l’accession au pouvoir

  • 85 Pauli Historia Langobardorum, L. Bethmann, G. Waitz éd. (MGH, SS rer. Lang.), p. 138 (IV, c. 51) ; (...)
  • 86 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens (Livre IV et Continuations), J. M. Wallace-Hadrill éd (...)
  • 87 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens…, p. 242 (cont., c. 38) : Praecelsus rex Pippinus vic (...)
  • 88 J. Fr. Böhmer, Regesta imperii, t. 1 : Die Regesten des Kaiserreichs unter den Karolingern, 751-91 (...)
  • 89 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens…, p. 262 (cont., c. 54) : His transactis, praedicti r (...)
  • 90 Annales Mettenses priores, B. Von Simson éd., Hanovre, 1905 (MGH, SS rer. Germ., 10), p. 56 (a. 76 (...)
  • 91 Cf. J. L. Nelson, « Gender and Genre in Women Historians of the Early Middle Ages », dans J.-Ph. G (...)
  • 92 S. Lebecq, Les origines franques, ve-ixe siècle, Paris, 1990 (Nouvelle histoire de la France médié (...)

12L’étude des désignations d’Aix-la-Chapelle montre l’importance de l’association qui existe entre sedes regni et avènement royal. Cela s’avère également vrai pour d’autres lieux. Dans les récits des temps mérovingiens, l’évocation d’une ville comme sedes regni a généralement lieu à l’occasion d’un avènement : untel devient roi et établit sa sedes en tel endroit ou prend possession de telle sedes. C’est également le cas lorsque Paul Diacre évoque la succession du roi lombard Aripert Ier, en 661, qui avait deux fils : « Godepert établit le siège de son pouvoir (sedem regni habuit) à Pavie, et Perctarit le sien dans la cité de Milan85. » Les continuateurs de « Frédégaire » ont assez souvent recours à l’expression de sedes regni pour désigner le trône86 ; toutefois, à deux reprises, le comte Nibelung, fils de Childebrand, l’emploie dans un sens indiscutablement spatial. Lorsqu’il évoque le retour de Pépin le Bref à la fin de l’expédition militaire de 756 en Italie, le chroniqueur écrit : « L’excellent roi Pépin, vainqueur, comblé de trésors et chargé de présents, fort d’un succès sans bataille, repartit dans le domaine de son royaume (ad propriam sedem regni sui), avec toute son armée, sans pertes, et la terre connut un répit de deux ans sans conflit87. » Les traducteurs n’ont pas interprété l’expression sedes regni comme une évocation de quelque localité. De fait, nos informations concernant le déroulement de l’année 756 ne nous permettent pas d’établir avec précision l’itinéraire de Pépin le Bref88 ; mais il est probable que le chroniqueur avait en tête un lieu précis. Ceci semble encore plus manifeste à propos de la promotion de Charlemagne et de Carloman à la royauté : après avoir inhumé leur père à Saint-Denis, « lesdits rois Charles et Carloman, chacun avec ses leudes, vinrent dans les terres de leur royaume » (selon la traduction d’Olivier Devillers et Jean Meyers ; j’incline au contraire à traduire que les rois se rendirent au siège de leurs royaumes respectifs – ad propriam sedem regni eorum). « Après avoir tenu un plaid et pris conseil avec leurs grands, au mois de septembre, le dimanche 18, Charles dans la ville de Noyon et Carloman dans la cité de Soissons, tous deux le même jour, furent élevés sur le trône (sublimati sunt in regno) par leurs grands et avec la consécration des évêques89. » Cette formulation fut reprise presque mot pour mot par l’auteur des Premières Annales de Metz90, qui écrivait à Chelles vers 805/806 – sous l’abbatiat de Gisèle, la sœur de Charlemagne91. Il semble évident que Nibelung et la religieuse de Chelles concevaient Noyon et Soissons comme les centres du pouvoir des deux jeunes rois (c’est ainsi que Stéphane Lebecq peut écrire que « Charles choisit de résider à Noyon et Carloman à Soissons – un peu comme les fils de Clovis qui avaient choisi de s’installer dans des capitales relativement voisines92 »). Soissons avait déjà fait office de sedes regni (ce fut la « capitale » du royaume Syagrius et, à la mort de Clovis, en 511, celle du royaume de Clotaire Ier) ; en revanche, Noyon ne jouissait pas d’un passé aussi prestigieux – somme toute était-ce néanmoins un lieu de sépulture royale, puisque Chilpéric II y avait été inhumé en 721.

  • 93 Die Urkunden Friedrichs I., 1158-1167…, p. 53 (no 253) : […] innotescere dignum duximus, quod in c (...)
  • 94 H. C. Peyer, « Friedrich Barbarossa, Monza und Aachen », Deutsches Archiv, 8, 1951, p. 438-460.
  • 95 À ce propos, cf. aussi Ottonis et Rahewini gesta Friderici I. imperatoris, G. Waitz, B. von Simson(...)
  • 96 C’est ce que fait également Rahewin, cf. Ottonis et Rahewini gesta Friderici I. imperatoris…, p. 2 (...)

13Les observations faites à partir des sources narratives du haut Moyen Âge sont confirmées par la documentation diplomatique du Moyen Âge central. Outre la mention de Monza comme sedes regalis dans l’eschatocole d’un diplôme de 1163, on ne constate l’affirmation du rang privilégié de cette résidence royale (attestée dès l’époque des rois ostrogoths) que dans le diplôme du 26 janvier 1159 par lequel Frédéric Barberousse, comme suite à la diète de Roncaglia (novembre 1158), où il avait restauré les droits de la couronne face aux communes italiennes, et en représailles de l’insoumission de la ville de Milan, toute proche, accorda l’immédiateté à sa sedes royale particulière, « qui est la tête (caput) de la Lombardie et le siège de ce royaume (sedes regni illius), là où nos prédécesseurs avaient pour coutume d’être couronnés du droit du royaume ». La mesure est justifiée par un jeu sur les mots : l’empereur s’engage à ne céder à quiconque aucun droit sur Monza, de manière à ne pas séparer cette sedes des membres du corps dont elle est la tête93. En réalité, la tradition des couronnements royaux à Monza est une légende ; cet usage n’est pas antérieur au xiie siècle : Conrad III y fut couronné le 29 juillet 1128 par l’archevêque Anselme de Milan et Frédéric Barberousse y porta la couronne le 14 septembre 1158, à l’occasion d’une Festkrönung destinée à célébrer la soumission (éphémère) de Milan94. C’est donc, encore une fois, comme c’est aussi le souvent le cas en ce qui concerne le palais d’Aix95, dans le contexte des traditions d’avènement royal et d’affirmation du pouvoir royal qu’on exalte le caractère d’un lieu comme sedes regalis ou sedes regni96.

La sedes regni comme lieu de manifestation du pouvoir royal

  • 97 Die Sachsengeschichte des Widukind von Korvei, P. Hirsch, H.-E. Lohmann éd., Hanovre, 1935 (MGH, S (...)
  • 98 Ibid., p. 115 (III, c. 20) : […] urbem regiam quae dicitur Rainesburg […].
  • 99 Ibid., p. 72 (II, c. 6) : Qua presumptione rex audita condempnavit Evurhardum centum talentis aest (...)
  • 100 Pauli Historia Langobardorum, L. Bethmann, G. Waitz éd. (MGH, SS rer. Lang.), p. 113 (III, c. 34)  (...)
  • 101 Cf. M. Borgolte, « Memoria. Bilan intermédiaire d’un projet de recherche sur le Moyen Âge », dans (...)
  • 102 Recueil des actes de Charles le Simple, roi de France (893-923), Ph. Lauer éd., Paris, 1949, p. 26 (...)
  • 103 Recueil des actes de Charles le Simple…, p. 264 (no 109).
  • 104 A. Eckel, Annales de l’histoire de France à l’époque carolingienne : Charles le Simple, Paris, 189 (...)
  • 105 Sur le rapport qu’entretenait Charles le Simple avec Compiègne, cf. B. Schneidmüller, Karolingisch (...)
  • 106 Recueil des actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), J. Dufour éd., t. 1, Paris, 1992, p. 110 (...)

14De même, c’est lorsqu’il relate la conquête du pouvoir en Italie par Otton Ier en évoquant son mariage avec Adélaïde, qui devait lui permettre de s’imposer au sud des Alpes, que Widukind de Corvey désigne Pavie comme la sedes regia97. Pavie est d’ailleurs la seule ville que Widukind désigne comme « siège royal », alors qu’il désigne Magdebourg, ce centre du pouvoir ottonien alors en plein essor, et Ratisbonne comme des « villes royales » (urbs regia98). L’évocation de Magdebourg comme « ville royale » participe de l’affirmation du pouvoir royal, puisque Widukind relate alors comment Otton Ier punit le duc Évrard de Franconie d’avoir détruit Helmern et imposa à tous ceux qui l’avaient aidé dans cette entreprise l’humiliation de porter des chiens jusqu’à Magdebourg99. Cela nous mène à évoquer un autre aspect : l’exaltation du fait d’exercer le pouvoir en se référant à la sedes regni. C’est ainsi que Chalon-sur-Saône est désignée comme le « siège du royaume » de Gontran par Paul Diacre lorsque ce dernier relate comment, suite à un rêve, le roi avait trouvé un trésor. « Avec cet or, le roi fit faire […] un ciboire massif, d’une taille extraordinaire et pesant bon poids, qu’il fit orner à l’envi des pierres les plus précieuses. Devant l’impossibilité de l’envoyer au sépulcre du Seigneur à Jérusalem comme il l’aurait voulu, il le fit mettre sur le corps du bienheureux martyr Marcel, enterré à Chalon là où était le siège de son royaume ; il s’y trouve encore aujourd’hui100 » (l’on rejoint ici la problématique de la memoria101). Parfois, la référence à la sedes regni peut servir à rappeler une légitimité contestée. C’est probablement le cas chez Charles le Simple. Les deux diplômes donnés en 921 en le palais de la sedes royale de Compiègne sont des actes particulièrement importants pour la memoria du roi, puisque, d’une part, Charles unissait au monastère des Fossés celui de Saint-Maur-sur-Loire et y faisait une fondation destinée, notamment, à associer le comte Haganon à son propre souvenir102, et que, d’autre part, le roi faisait une fondation en dotant Saint-Corneille de Compiègne103, la collégiale fondée par Charles le Chauve en imitation de ce que Charlemagne avait fait à Aix-la-Chapelle. Ces datations, particulières, soulignaient ainsi le prestige du palais de Compiègne à un moment où Charles le Simple était, certes, nominalement maître d’Aix-la-Chapelle (comme le traité de Bonn, en novembre suivant, devait implicitement le rappeler), mais à une époque, en fait, où ses relations avec les membres de l’aristocratie, tant en Francie occidentale qu’en Lotharingie, demeuraient tendues – malgré quelque répit apparent104 : à l’heure où le roi insiste sur l’importance du palais de Compiègne, associé au souvenir de Charles le Chauve, son trône est en réalité déjà menacé105. Le statut particulier de Compiègne est également souligné par Louis VI qui, alors qu’il évoque parfois le pouvoir royal de manière métonymique en le désignant par le trône qu’est la sedes regia, ne parle d’un palais en tant que sedes des rois qu’à propos de Compiègne, dans un diplôme pour les habitants de la ville où il rappelle l’amour particulier de ses prédécesseurs pour ce lieu auquel il désire, lui aussi, témoigner son attachement106.

  • 107 Annales Laureshamenses (MGH, Scriptores, t. 1, Hanovre, 1826), p. 38 (a. 801) : Et quia iam tunc c (...)
  • 108 On notera, une fois encore, le rang particulier de Paris, seule à être qualifiée de civitas alors (...)
  • 109 Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux…, p. 102-103 (c. 21) : Quis autem ei mos fuerit dande he (...)
  • 110 Cf. W. M. Newman, Le domaine royal sous les premiers Capétiens (987-1180), Paris, 1937, notamment (...)
  • 111 Cf. J. Richard, Les ducs de Bourgogne et la formation du duché du xie au xive siècle, Paris, 1954 (...)
  • 112 G. Althoff, Die Macht der Rituale. Symbolik und Herrschaft im Mittelalter, Darmstadt, 2003 ; ID., (...)
  • 113 Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux. Epitoma vitae regis Rotberti Pii, éd. et trad. R.-H. Ba (...)
  • 114 Gotifredi Viterbiensis Pantheon, G. Waitz éd., dans MGH, Scriptores, t. 22, Hanovre, 1872, p. 221 (...)

15Selon l’auteur des Annales de Lorsch, la maîtrise de l’ensemble des sedes regni constituait le préalable (ou la condition) à l’accession à l’empire. En effet, après avoir rappelé que le titre impérial n’était plus porté que par une femme (Irène), cet auteur prétend que, lors du couronnement de Charlemagne à la Noël 800, le pape Léon III et les évêques présents à Rome, réunis en concile, avaient décidé « d’appeler empereur ce même Charles, roi des Francs, lui qui tenait Rome elle-même, où les Césars avaient l’habitude de demeurer (sedere), ainsi que les autres sedes en Italie, en Gaule et en Germanie ; car c’est Dieu tout-puissant qui plaça toutes ces sedes en son pouvoir. Pour cette raison, il leur semblait juste qu’il eût ce nom [d’empereur], avec l’aide de Dieu et à la demande de l’ensemble du peuple chrétien107 ». L’annaliste ne mentionne pas nominalement les sedes regni qui se trouvaient en le pouvoir de Charlemagne ; de manière plus générale, il faut reconnaître que les énumérations ne courent pas les textes. La plupart des sources où il est fait mention d’une sedes regni ne mentionnent qu’un seul « siège », en une occasion particulière qui met en relief le rang spécial de ce lieu. Le pluriel est rarissime. On le trouve toutefois sous la plume d’Helgaud de Fleury, dans sa Vie de Robert le Pieux : « Nous ne voulons point passer sous silence l’habitude qu’il avait de faire l’aumône dans les résidences de son royaume (in sui regni sedibus). Dans la cité de Paris108, à Senlis, à Orléans, à Dijon, à Auxerre, à Avallon, à Melun, à Étampes, dans chacune de ces résidences (in unaquaque harum sede), du pain et du vin étaient donnés en abondance à trois cents ou, ce qui est plus exact, à mille pauvres109. » On trouve dans cette liste plusieurs sièges épiscopaux (Paris, Senlis, Orléans, Auxerre) et des chefs-lieux de comtés (Dijon, Avallon, Melun). L’ordre dans lequel Helgaud énumère ces lieux semble décroissant. En fin de liste, il mentionne Étampes, qui dut son essor à Robert le Pieux lui-même, qui y établit un palais. Tous ces sites du domaine royal110 ou du duché de Bourgogne, revendiqué victorieusement par Robert le Pieux, le neveu du duc Henri Ier mort en 1002 sans descendant direct111, ont en commun d’être des centres urbains. On notera que c’est à l’occasion d’une manifestation de la générosité royale, qu’on pourrait interpréter comme une « mise en scène » de la royauté112, qu’Helgaud énumère ces sièges du royaume – il ne saurait en aucun cas s’agir de capitales, mais de lieux privilégiés de manifestation du pouvoir royal. En un autre passage de la Vie de Robert le Pieux, le moine de Fleury désigne également Poissy comme « résidence royale » (sedes regalis)113 : il s’agit là, somme toute, d’un synonyme de « palais » (comme Étampes, Poissy était un lieu apprécié par Robert le Pieux et la reine Constance, qui en favorisèrent l’essor, notamment par la fondation de collégiales). De même, vers la fin du xiie siècle, Geoffroy de Viterbe énumère dans son histoire universelle intitulée Panthéon les « quatre principaux sièges de l’Empire romain » que sont, dans l’ordre, Aix-la-Chapelle (primus locus), puis Arles, Milan – promue pompeusement regalis sedes (car son archevêque couronne le roi d’Italie) – et Rome, évoquée par une périphrase114. Il s’agit ici, bien évidemment, de lieux plus prestigieux que ceux énumérés par Helgaud de Fleury puisqu’ils sont associés au couronnement des empereurs.

  • 115 B. Bischoff, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme der w (...)
  • 116 Liber historiae Francorum, B. Krusch éd., dans MGH, SS rer. Merov., 2, Hanovre, 1888, p. 245 (c. 5 (...)
  • 117 E. Ewig, « Résidence et capitale pendant le haut Moyen Âge »…, p. 384.
  • 118 E. Ewig, « Die fränkischen Teilungen und Teilreiche (511-613) »…, p. 165.
  • 119 Grégoire de Tours, Historiarum libri decem (MGH, SS rer. Merov., 1,1), p. 313 (VI, c. 41) : Conper (...)
  • 120 Ottonis et Rahewini gesta Friderici I. imperatoris…, p. 104 (Ottonis Gesta Friderici, II, c. 3) – (...)

16Il n’y a généralement pas, dans les sources narratives que j’ai pu voir, de projection dans le passé ancien d’une situation actuelle par le recours à la désignation d’un lieu comme sedes regni. Ainsi, à propos des sedes des temps mérovingiens, on observe une grande fidélité à l’égard de Grégoire de Tours. Rarissimes sont par conséquent les additions du style de celle qui figure en note marginale dans un manuscrit du Liber historiae Francorum, le manuscrit londonien Arundel 375, copié en France du Sud dans le deuxième quart du ixe siècle115, où une allusion à l’urbs de Cambrai est commentée par la glose « Cambrai est la sedes regia des Gaules116 » (cette résidence des « roitelets francs du ve siècle117 » avait, de fait, pu servir de site de repli pour le roi Chilpéric lorsqu’il se trouvait en difficulté118 : en 584, il y transféra le trésor royal119). Néanmoins, on se doit de noter le décalage dans le temps entre la désignation de Paris comme sedes du royaume de Clovis et la fixation par écrit de ce prédicat : une soixantaine d’année s’est écoulée avant que Grégoire ne donne un nom au symbole qu’était devenue la cité de Clovis dont on se disputait l’héritage. La projection, dans le passé, d’une réalité nouvelle par la désignation d’un lieu comme sedes regni était toutefois possible, comme l’illustre de manière exemplaire le diplôme de 1159 de Frédéric Barberousse pour Monza. En accord avec la lettre des diplômes de cet empereur, Otton de Freising et Rahewin ne désignent, dans le territoire de l’empire, qu’Aix-la-Chapelle, Arles et Monza comme des sedes regni120.

  • 121 Reginonis abbatis Prumiensis Chronicon cum continuatione Treverensi, Fr. Kurze éd., Hanovre, 1890 (...)
  • 122 Th. Zotz, « Ludwig der Deutsche und seine Pfalzen. Königliche Herrschaftspraxis in der Formierungs (...)
  • 123 Adam von Bremen, Hamburgische Kirchengeschichte, B. Schmeidler éd., Hanovre, 1917 (MGH, SS rer. Ge (...)

17À partir du ixe siècle, on constate la promotion de nouveaux centres de pouvoir au titre de sedes regni. C’est en particulier le cas de Francfort121, d’où Louis le Germanique gouvernait tout son royaume (à la différence du palais de Ratisbonne, où il ne traitait que les affaires concernant la Bavière, ainsi que Thomas Zotz l’a remarquablement démontré tout récemment122). Dans la continuité des traditions mérovingiennes, on observera que toutes les sedes regni étaient ou devinrent des villes. Le caractère urbain, presque par définition, de la sedes regni est illustré par l’usage qu’en fait Adam de Brême, dans les années soixante-dix du xie siècle. De manière intéressante, Adam définit Roskilde à la fois comme une civitas (il s’agit certes d’un siège épiscopal depuis 1022) et comme la sedes regia des Danois123.

  • 124 C. Brühl, « Remarques sur les notions de “capitale” et de “résidence”… », p. 130.
  • 125 Cf. E. H. Kantorowicz, « The “King’s Advent” and the enigmatic panels in the doors of Santa Sabina (...)

18Carlrichard Brühl considérait qu’on « ne peut rien tirer de louanges littéraires, ni de la formule sedes regalis ou regni, à l’aide de laquelle la chancellerie des Hohenstaufen désigne les lieux de couronnement réels ou supposés du roi germanique, Aix-la-Chapelle, Monza, Arles, lesquels ne peuvent entrer en ligne de compte en tant que “capitales”, comme le montre déjà un coup d’œil sur la statistique des séjours royaux124 ». J’espère avoir apporté la preuve que si, de fait, les allusions à la sedes regni ne contribuaient en rien à la connaissance des capitales dans un monde qui ignorait le mode de gouvernement qu’elles supposent, en revanche, l’étude du contexte dans lequel on faisait référence à certains lieux en tant que « sièges du royaume » montre qu’il s’agit de places où le roi se devait de se manifester comme tel au cours des étapes de son accession au pouvoir (probablement à l’occasion d’un adventus125). Il ne s’agit pas d’une expression de tous les jours, et l’on devrait éviter de voir dans ces lieux autre chose qu’un symbole conservatoire des traditions royales : c’est, généralement, à propos des avènements royaux ou dans le contexte d’une manifestation ou d’une « mise en scène » du pouvoir royal que les médiévaux se réfèrent aux villes de cour ou aux palais comme à des sedes regni, et non à n’importe quel propos. Telle ville peut donc être le « siège du royaume » : l’on ne réactive cette potentialité qu’en cas de nécessité. La seule observation notable qu’on puisse faire à propos du vocabulaire, entre le vie et le xiie siècle, concerne non pas les conditions d’emploi de l’expression de sedes regni, mais l’apparition d’un terme nouveau, venu la concurrencer : celui de caput, apparemment étranger aux auteurs mérovingiens et carolingiens en tant que lieu central de leur propre royaume.

  • 126 Dans une de ses lettres à Éginhard, Loup de Ferrières fournit une belle illustration de cet état d (...)
  • 127 J. Barbier, « Le sacré dans le palais franc », dans M. Kaplan dir., Le sacré et son inscription da (...)

19Les sedes regni sont pleinement des lieux de mémoire. En effet, la désignation de cités et de palais comme des sedes regni s’avère bien souvent le produit d’une analyse rétrospective. J’ai déjà rappelé le décalage qui existe entre Clovis et Grégoire de Tours. Ce même décalage vaut à propos des sedes regni des temps carolingiens : c’est alors que le règne de Charlemagne commence à faire figure d’un âge d’or irrévocablement perdu – une génération à peine après sa mort126 – que l’on se met à désigner le palais où l’empereur s’était établi vers la fin de sa vie comme la sedes regni, le lieu de référence où se trouvait son trône. La sacralité plus particulièrement attachée à certains lieux, tels Aix-la-Chapelle ou Compiègne, peut contribuer à renforcer le prestige de ces sedes regni127. Il n’en demeure pas moins qu’elles relèvent plus de l’histoire des représentations que de celle des pratiques du gouvernement au jour le jour.

Notes

1 W. Berges, « Das Reich ohne Hauptstadt », dans Das Hauptstadtproblem in der Geschichte. Festgabe zum 90. Geburtstag Friedrich Meineckes, Tübingen, 1952 (= Jahrbuch für Geschichte des deutschen Ostens, 1), p. 1-29.

2 E. Ewig, « Résidence et capitale pendant le haut Moyen Âge », Revue historique, 230, 1963, p. 25-72 ; rééd. dans id., Spätantikes und fränkisches Gallien. Gesammelte Schriften (1952-1973), H. Atsma éd., t. 1, Munich, 1976 (Beihefte der Francia, 3/1), p. 362-408.

3 J. Barbier, « Le système palatial franc : genèse et fonctionnement dans le Nord-Ouest du regnum », Bibliothèque de l’École des chartes, 148, 1990, p. 245-299.

4 C. Brühl, « Remarques sur les notions de “capitale” et de “résidence” pendant le haut Moyen Âge », Journal des Savants, 1967, p. 193-215, rééd. dans id., Aus Mittelalter und Diplomatik. Gesammelte Aufsätze, t. 1 : Studien zur Verfassungsgeschichte und Stadttopographie, Hildesheim, 1989, p. 115-137, à la p. 137.

5 C. Brühl, « Zum Hauptstadtproblem im frühen Mittelalter », dans Festschrift für Harald Keller, Darmstadt, 1963, p. 45-70, rééd. dans id., Aus Mittelalter und Diplomatik…, t. 1, p. 89-114 (citation p. 89 : « Den deutschen Historiker des Mittelalters bewegt vor allem die Frage, warum das Reich keine echte Hauptstadt, sondern nur mehrere regni sedes besessen hat »).

6 Introduction commode à la question et présentation des grands chantiers dans C. Ehlers dir., Orte der Herrschaft. Mittelalterliche Königspfalzen, Göttingen, 2002. Au sein de la production historiographique de langue française, on retiendra en particulier les travaux de Josiane Barbier, notamment (outre sa thèse, manuscrite) l’article cité supra note 3 et son étude sur le palais d’Attigny : J. Barbier, « Palais et fisc à l’époque carolingienne : Attigny », Bibliothèque de l’École des chartes, 140, 1982, p. 133-162, ainsi que : A. Renoux dir., « Aux marches du palais ». Qu’estce qu’un palais médiéval ?, Le Mans, 2001.

7 A. Kraus, Civitas regia. Das Bild Regensburgs in der deutschen Geschichtsschreibung des Mittelalters, Kallmünz, 1972 (Regensburger Historische Forschungen, 3) ; A. Schmid, « Urbs Regia. Regensburg zur Karolingerzeit », Beiträge zur Geschichte des Bistums Regensburg, 19, 1985, p. 113-120.

8 Cf. par exemple Paul Diacre, Historia Langobardorum, G. Waitz éd., Hanovre, 1878 (MGH, SS. Rer. Germ., 48), p. 226 (VI, c. 34) ; Arnulf von Mailand, Liber gestorum recentium, C. Zey éd., Hanovre, 1994 (MGH, SS rer. Germ., 67), p. 136 (I, c. 13).

9 J. Barbier, « Le système palatial franc… », p. 262-263.

10 G. Ripoll et J. M. Gurt dir., Sedes regiae (ann. 400-800), Barcelone, 2000.

11 Cf. par exemple A. Dierkens et P. Périn, « Les sedes regiae mérovingiennes entre Seine et Rhin », dans G. Ripoll et J. M. Gurt dir., Sedes regiae…, p. 267-304.

12 En dépit du profond respect qu’on éprouve à l’égard de l’œuvre d’Eugen Ewig, force est de regretter que, de manière significative, son développement sur les « Sedes regiae du haut Moyen Âge » (E. Ewig, « Résidence et capitale pendant le haut Moyen Âge », p. 366-368) ne comporte aucune analyse du vocabulaire et de la chronologie des emplois de cette expression.

13 Annales regni Francorum inde ab a. 741 usque ad a. 829 qui dicuntur Annales Laurissenses maiores et Einhardi, F. Kurze éd., Hanovre, 1895 (MGH, SS rer. Germ., 6).

14 Annales de Saint-Bertin, † F. Grat, J. Vieillard, S. Clémencet éd., avec une introduction et des notes par † L. Levillain, Paris, 1964.

15 Les Annales de Flodoart, P. Lauer éd., Paris, 1905 (Collection de textes pour servir à l’étude et à l’enseignement de l’histoire).

16 Flodoard von Reims, Die Geschichte der Reimser Kirche, M. Stratmann éd., Hanovre, 1998 (MGH, SS, 36).

17 Suger, Vie de Louis VI le Gros, H. Waquet éd., Paris, 1929 (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge).

18 Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux. Epitoma vitae regis Rotberti Pii, éd. et trad. R.-H. Bautier et G. Labory, Paris, 1965 (Sources d’histoire médiévale, 1).

19 On rencontre une seule fois l’expression de sedes regia, dans un acte faux de Childéric II pour l’abbaye de Nantua, forgé à une époque difficile à déterminer (probablement entre le ixe et le xie siècle), cf. Die Urkunden der Merowinger, T. Kölzer éd., t. 1, Hanovre, 2001 (MGH, Diplomata regum Francorum e stirpe Merovingica), p. 273 (no 105).

20 Ce constat est fondé sur la consultation des indices des volumes des Monumenta Germaniae Historica et de la collection des Chartes et diplômes, jusqu’au xiie siècle compris (à l’exclusion toutefois des actes de Philippe Auguste, dont l’édition est encore dépourvue d’index ; par la force des choses, les actes de Louis le Pieux et des premiers Capétiens n’ont pas été pris en compte).

21 Die Urkunden Ludwigs des Deutschen, Karlmanns und Ludwigs des Jüngeren, P. Kehr éd., Hanovre, 1934 (MGH, Diplomata regum Germaniae ex stirpe Karolinorum, 1), p. 248 (diplôme de Louis le Germanique no 175) : Cumque ego, quem divina clementia in sedem regni eius [c’est-à-dire Louis le Pieux] assciverat […].

22 Recueil des actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), J. Dufour éd., t. 1, Paris, 1992, p. 45 (no 22) – formulation reprise p. 283 (no 138) ; p. 157 (no 70) ; Die Urkunden Friedrichs I., 1158-1167, H. Appelt éd., Hanovre, 1979 (MGH, Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 10, 2), p. 99 (no 286).

23 Recueil des actes de Charles le Simple, roi de France (893-923), Ph. Lauer éd., Paris, 1949, p. 261 (no 108) : Actum vero Compendio regalis sedis palatio fideliter. Amen (acte conservé en original) ; p. 264 (no 09) : Actum Compendio regiae sedis palatio. Firmiter (copie moderne).

24 Die Urkunden Friedrichs I., 1158-1167, H. Appelt éd., Hanovre, 1979 (MGH, Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 10, 2), p. 311 (no 422) : […] dat. apud Modoyciam sedem regalem […].

25 I diplomi di Berengario I, L. Schiaparelli éd., Rome, 1903 (Fonti per la storia d’Italia, 35), p. 104 (no 35) : Actum pa[la] tio Ticinensi, quod est caput regni nostri.

26 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, trad. R. Latouche, t. 1, Paris, 1963 (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge), p. 132-133. Sur la cérémonie de Tours, cf. M. McCormick, « Clovis at Tours, Byzantine Public Ritual and the Origins of Medieval Ruler Symbolism », dans E. K. Chrysos et A. Schwarcz dir., Das Reich und die Barbaren, Vienne, 1989 (Veröffentlichungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung, 29), p. 155-180.

27 Grégoire de Tours, Historiarum libri decem (MGH, SS rer. Merov., 1,1), p. 89 (II, c. 38) : Egressus autem a Turonus Parisius venit ibique cathedram regni constituit. Ibi et Theudericus ad eum venit. Sur cette expression, cf. R. Schmidt, « Zur Geschichte des fränkischen Königsthrons », Frühmittelalterliche Studien, 2, 1968, p. 45-66, aux p. 53 et suiv.

28 Grégoire de Tours, Historiarum libri decem…, p. 50 (II, c. 7) : Haec ille audiens, cum velocitate discessit, quasi antecipaturus fratrem et prior patris cathedram adepturus.

29 Grégoire de Tours, Histoire des Francs…, t. 1, p. 90.

30 À propos de la désignation de Childebert II comme successeur du roi Gontran, cf. Grégoire de Tours, Historiarum libri…, p. 216 (V, c. 17) : Et inponens eum super cathedram suam, cunctum ei regnum tradedit, dicens : « Una nos parma protegat unaque asta defendat ». À propos du baptême de Clotaire II, cf. ibid., p. 521 (X, c. 28) : Sed in quantum cernimus, nihil de promissione tua custodis, sed potius quae promiseras praetermittis et puerum istum in urbis Parisiacae cathedram regem statues.

31 Grégoire de Tours, Historiarum libri decem…, p. 154-155 (IV, c. 22) : Chilpericus vero post patris funera thesaurus, qui in villa Brannacum erant congregati, accepit et ad Francos utiliores petiit ipsusque muneribus mollitus sibi subdidit. Et mox Parisius ingreditur sedemque Childeberthi regis occupat ; sed non diu ei hoc licuit possedere ; nam coniuncti fratres eius eum exinde repulerunt, et sic inter se hii quattuor, id est Chariberthus, Gunthramnus, Chilpericus atque Sigiberthus, divisionem legitimam faciunt. Deditque sors Charibertho regnum Childeberthi sedemque habere Parisius, Gunthramno vero regnum Chlodomeris ac tenere sedem Aurilianensem, Chilperico vero regnum Chlothari, patris eius, cathedramque Sessionas habere, Sygibertho quoque regnum Theuderici sedemque habere Remensim ; Grégoire de Tours, Histoire des Francs…, t. 1, p. 205. Sur le trésor royal, cf. S. Gasparri, « Il tesoro del re », dans S. Gelichi et C. La Rocca dir., Tesori. Forme di accumulazione della ricchezza nell’alto medioevo (secoli V-XI), Rome, 2004, p. 47-68 ; M. Hardt, Gold und Herrschaft. Die Schätze europäischer Könige und Fürsten im ersten Jahrtausend, Berlin, 2004.

32 Grégoire de Tours, Historiarum libri decem…, p. 345-346 (VII, c. 27) : At ille ait : « Ego regis Chlothacharii sum filius et partem regni de praesenti sum percepturus ; et usque Parisius velociter accedam et ibi sedem regni statuam » ; Grégoire de Tours, Histoire des Francs…, t. 2, p. 101.

33 Chronicarum quae dicuntur Fredegarii scholastici (MGH, SS rer. Merov., 2), p. 103 (III, c. 24) : Cumque Parius perrexisset, ibique cathedram regni constituit. De même, à propos du partage de 561, « Frédégaire » respecte les choix de vocabulaire de Grégoire, bien qu’il modifie sa formulation, cf. ibid., p. 107-108 (III, c. 55) : Dedit sors Gairiberto regnum Childeberti, Parisuos sedem habens ; Guntramnus vero regnum Chlodemeris, sedem habens Aurilianis ; Chilperico regnum Chlotharii, patris eius, cathedram Soissiones ; Sigybertum quoque regnum Theuderici, sedem Mittens.

34 Liber historiae Francorum, B. Krusch éd., dans MGH, SS rer. Merov., 2, Hanovre, 1888, p. 271 (c. 17) : De Toronis autem egressus, Parisius civitate veniens, ibi sedem regni sui constituit. On observe le même phénomène à propos du partage de 561, cf. ibid., p. 289 (c. 29) : Accepitque Charebertus regnum Childeberti sedemque constituit Parisius ; Guntramnus regnum Chlodomiris accepit, Aurilianis sedem instituit ; Chilpericus vero regnum Chlotharii, patris sui, accipiens, Suessionis civitate sedem statuit ; Sighibertus autem regnum Theuderici accepit, sedem habere Remus civitate constituit.

35 Vita Remigii episcopi Remensis auctore Hincmaro (MGH, SS rer. Merov,. 3), p. 256 (table des chapitres, c. 19) : Quomodo Hludowicus rex in Parisii civitate sedem suam constituit, et de vino benedicto, quod ei contra Alaricum pergenti sanctus Remigius dedit ; ibid., p. 310 (c. 19) : In diebus illis rex Hludowicus cum venisset Parisius civitatem, ubi sedem suam constituit, ait ad reginam et ad populum suum : « Satis mihi molestum est, quod Gothi Arriani partem obtimam Galliarum tenent ».

36 Vita Remigii episcopi Remensis auctore Hincmaro (MGH, SS rer. Merov., 3), p. 285 (c. 9).

37 Vita Remigii episcopi Remensis auctore Hincmaro (MGH, SS rer. Merov., 3), p. 256 (table des chapitres, c. 17) : Quomodo Chludowicus rex sedem suam in Suessionis civitate constituit et sancto Remigio villas Codiciacum et Luliacum dedit, et de miraculis, que tunc Deus per illum ostendit ; et qualiter Sparnacum villam ab Eulogio comparavit, sed et qualiter partem silve in Vosago pretio emit et de miraculo ibidem per eum facto ; ibid., p. 306 (c. 17) : Hludowicus rex sedem suam in Suessionis civitate, unde Siagrium expulerat, constituens, delectabatur presentia et colloquio beati Remigii.

38 Grégoire de Tours, Historiarum libri decem…, p. 71 (II, c. 27) : His ita gestis, mortuo Childerico, regnavit Chlodovechus, filius eius, pro eo. Anno autem quinto regni eius Siacrius Romanorum rex, Egidi filius, apud civitatem Sexonas, quam quondam supra memoratus Egidius tenuerat, sedem habebat ; Liber historiae Francorum…, p. 250 (c. 8, version A) : Siagrius enim, filius eius, in regnum eius resedit ; constituit sedem regni sui in Suessionis civitate ; ibid. (c. 8, version B) : […] habitavitque in Suessionis civitatem, ubi et sedem regni tenebat.

39 Hinkmar von Reims, Collectio de ecclesiis et capellis, M. Stratmann éd., Hanovre, 1990 (MGH, Fontes iuris Germanici antiqui, 14), p. 71 : Quodsi adversus eiusdem provintiae metropolitanum episcopus vel clericus habet querelam, iuxta Calcidonense concilium petat primatem dioceseos aut sedem regiae urbis, quae nobis est Roma. On trouve la même formulation dans un réquisitoire d’Hincmar de Reims contre Rothade de Soissons, qui date d’à peu près la même période, cf. Die Briefe des Erzbischofs Hinkmar von Reims, 1re partie, E. Perels éd., Berlin, 1939 (MGH, Epistolae, 8), p. 136 (no 160, texte b, c. 2).

40 Cf. R.-H. Bautier, « Quand et comment Paris devint capitale », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 105, 1978, p. 17-46, rééd. dans id., Recherches sur l’histoire de la France médiévale, Hampshire, 1991 (no I) ; J. Favier, Paris : Deux mille ans d’histoire, Paris, 1997, p. 260-261.

41 Gesta Dagoberti I. regis Francorum, B. Krusch éd. (MGH, SS rer. Merov., 2), p. 401 (c. 2) : Siquidem in ea urbe reges Francorum maxime sceptra tractare consueverant. Cette formulation est reprise par l’auteur de la Vita Dagoberti III. regis Francorum, B. Krusch éd., ibid., p. 515 (c. 6). Sur ce texte, cf. C. Wehrli, Mittelalterliche Überlieferungen von Dagobert I., Bern, 1982 (Geist und Werk der Zeiten, 62), p. 33-57.

42 E. Ewig, « Die fränkischen Teilungen und Teilreiche (511-613) », dans Akademie der Wissenschaften und der Literatur Mainz. Abhandlungen der geistes-und sozialwissenschaftlichen Klasse, t. 9, Wiesbaden, 1953, p. 651-715 ; rééd. dans id., Spätantikes und fränkisches Gallien…, t. 1, p. 114-171, à la p. 139. Au contraire, A. Longnon était d’avis que seule la ville de Paris (c’est-à-dire la Cité et ses environs immédiats) fut indivise, mais que le territoire de la civitas Parisiorum fut partagé en trois lots déterminés par les eaux de la Seine et de la Marne, coïncidant avec les trois archidiaconés du diocèse de Paris formés ultérieurement, cf. A. Longnon, Géographie de la Gaule au vie siècle, Paris, 1878, p. 351-352 ; sur le partage de 567, cf. ibid., p. 125 : « Aucun des copartageants […] n’avait voulu qu’on accordât à l’un de ses frères la capitale de Charibert, en raison de l’importance que les Francs attribuaient à cette ville, dont Clovis avait fait son siège royal : le territoire parisien avait donc été divisé en trois fractions, ainsi que le territoire des cités voisines, Chartres, Senlis, Beauvais. La ville même de Paris fut considérée par le partage de 567 comme une ville neutre où nul des trois rois ne pouvait entrer sans l’agrément de ses frères, sous peine de perdre sa part du royaume de Charibert. »

43 J. Favier, Paris : Deux mille ans d’histoire…, p. 267.

44 Ibid., p. 269.

45 P. Bourgain, « Wilhelm der Bretone », dans Lexikon des Mittelalters, t. 9, Munich, 1998, col. 125-126.

46 É. Carpentier, « Histoire et informatique : Recherches sur le vocabulaire des biographies royales françaises », Cahiers de civilisation médiévale, 25, 1982, p. 3-30, à la p. 10. Toujours fondamental sur le sujet : H.-Fr. Delaborde, « Notice sur les ouvrages et sur la vie de Rigord, moine de Saint-Denis », Bibliothèque de l’École des chartes, 45, 1884, p. 585-614.

47 Recueil des actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), J. Dufour éd., t. 1, Paris, 1992, p. 466 (no 220) : […] in capite regni nostri, videlicet apud sanctos martyres […].

48 Ibid., p. 464.

49 La 4e version (datant de 2000) du CD-Rom Cetedoc Library of Christian Latin Texts (CLCLT) recense une vingtaine d’occurrences.

50 Ottonis episcopi Frisingensis Chronica sive Historia de duabus civitatibus, A. Hofmeister éd., Hanovre, 1912 (MGH, SS rer. Germ., 45), p. 313 (VII, c. 3). Sur Otton de Freising, cf. H.-W. Goetz, Das Geschichtsbild Ottos von Freising. Ein Beitrag zur historischen Vorstellungswelt und zur Geschichte des 12. Jahrhunderts, Köln, 1984 (Beihefte zum Archiv für Kulturgeschichte, 19).

51 Ottonis et Rahewini gesta Friderici I. imperatoris, G. Waitz, B. von Simson éd., Hanovre, 1912 (MGH, SS rer. Germ., 46), p. 103-104 (Ottonis Gesta Friderici, II, c. 2).

52 On la rencontre toutefois dans une Vie de Boniface rédigée à Mayence dans la première moitié du xie siècle, cf. Vitae sancti Bonifatii archiepiscopi Moguntini, W. Levison éd., Hanovre, 1905 (MGH, SS rer. Germ., 57), p. 92 (Vita quarta, c. 1).

53 Ottonis et Rahewini gesta Friderici I.…, p. 180 (Rahewini Gesta Friderici, III, c. 12).

54 Gunther der Dichter, Ligurinus, E. Assmann éd., Hanovre, 1987 (MGH, SS rer. Germ., 63), p. 311 (V, vers 268-269) : […] Quaque caput regni sedesque fuisse vetusti/Fertur Arelatum, priscorum curia regnum […]. La source d’inspiration de ce passage est : Ottonis et Rahewini gesta Friderici I. imperatoris…, p. 156 (Ottonis Gesta Friderici, II, c. 48), où il est simplement fait mention de la cité d’Arles.

55 Die Urkunden Friedrichs I., 1158-1167, H. Appelt éd., Hanovre, 1979 (MGH, Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 10, 2), p. 332 (no 436) – acte donné à Pavie.

56 Die Urkunden Friedrichs I., 1168-1180, H. Appelt éd., Hanovre, 1985 (MGH, Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 10, 3), p. 288 (no 742) : Quoniam igitur Arelatensis ecclesia speciali ratione ymperio pertinet, utpote que ab antiquis temporibus principalis sedes regni Burgundie esse dinoscitur […].

57 Ibid., p. 289 : […] dat. in palatio Arelatensi, III° kalendas augusti mensis, die dominico, quo coronatus est in ecclesia Arelatensi imperator. Sur ce couronnement, cf. J. Fried, « Friedrich Barbarossas Krönung in Arles (1178) », Historisches Jahrbuch, 103, 1983, p. 347-371.

58 Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, historiens de Philippe-Auguste, H.-Fr. Delaborde éd., t. 1, Paris, 1882, p. 53 (Rigordi liber, c. 36) : […] Philippus rex semper Augustus cum suis, Dominum laudans et magnificans, in palatium suum Parisius reversus est cum gloria.

59 Ibid., p. 105 (Rigordi liber, c. 71) : […] civitas Parisii, quam rex multum diligebat […].

60 Ibid., p. 22 (Rigordi liber, c. 11) : Eodem anno, XIIII kalendas octobris, feria quinta, obiit Ludovicus piissimus Francorum rex, in civitate que nunc Parisius dicitur et est caput regni Francorum. Forte Domino ita procurante factum est, ut ille qui rex erat et caput totius regni Francorum, in civitate que caput regni Francorum est, in palatio suo feliciter migraret ad Dominum : ut etiam sic omnibus manifestum fieret, quod de palatio ad palatium, de regno ad regnum, gloriose transiret, de palatio terreno ad latitudinem celestis paradisi, de regno transitorio ad regnum eternum […].

61 Cf. P. E. Dutton, « Medieval Approaches to Calcidius », dans G. J. Reydams-Schils dir., Plato’s Timaeus as Cultural Icon, Notre Dame, 2003, p. 183-205. Je remercie le Professeur Claude Carozzi d’avoir attiré mon attention sur ce phénomène.

62 C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 24.

63 Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton…, t. 1, p. 58 (Rigordi liber, c. 38) : […] transitum facientes per Alemanniam, Germaniam et Austriam, venerunt in Galliam et ibi remanentes sedem suam apud Lutetiam constituerunt […].

64 Ibid., p. 161 (Rigordi liber, c. 142) : Superveniente vero sancti Johannis festivitate, nullum a rege Anglie succursum accipientes, Rothomagum civitatem opulentissimam, totius Normannie caput et principatum, cum duobus castellis predictis regi Francorum, sicut promiserant, sine contraditione tradiderunt.

65 Annales regni Francorum, p. 28 (a. 768) : Et domnus Carolus et Carlomannus elevati sunt in regnum, domnus Carolus VII. Id. Octobr. in Noviomo civitate, Carlomannus in Suessionis civitate similiter. Et celebravit praedictus gloriosus domnus Carolus rex natalem Domini in villa, quae dicitur Aquis, et pascha in Rodomo civitate.

66 Annales regni Francorum (version remaniée), p. 27-29 (a. 768) : Filii vero eius Karlus et Carlomannus consensu omnium Francorum reges creati, et Karlus in Noviomo civitate, Carlomannus in Suessona insignia regni susceperunt. Karlusque, qui maior natu erat, Aquasgrani profectus ibi natalem Domini et in Ratumago civitate pascha celebravit.

67 Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, éd. et trad. Ph. Lauer, Paris, 1926 (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge), p. 116-117 (IV, c. 1) : Utque Lodhuvicus et Karolus Lodharium a regno suo abisse certis indiciis cognovere, Aquis palatium, quod tunc sedes prima Frantie erat, petentes, sequenti vero die, quid consultius de populo ac regno a fratre relicto agendum videretur deliberaturi.

68 Annales Fuldenses sive Annales regni Francorum orientalis, Fr. Kurze éd., Hanovre, 1891 (MGH, SS rer. Germ., 7), p. 30 (a. 839) : Post pascha vero mense Maio Wormatiam veniens Hluthario filio suo de Italia in fidem eius venienti reconciliatur regnumque Francorum inter eum et Karlum filium suum minimum dividit, Hluthario quidem, qui maior natu erat, nominis sui dignitatem et sedem regni tribuens, Hludowico vero filio suo minori pro eo, quod eum offenderat, Baioariorum provincia tantum concessa.

69 Thegan, Die Taten Kaiser Ludwigs – Astronomus, Das Leben Kaiser Ludwigs, E. Tremp éd., Hanovre, 1995 (MGH, SS rer. Germ. 64), p. 530 (Astronome, c. 60).

70 Sur le trône de pierre de la chapelle d’Aix, cf. P. E. Schramm, Herrschaftszeichen und Staatssymbolik. Beiträge zu ihrer Geschichte vom dritten bis zum sechzehnten Jahrhundert, t. 1, Stuttgart, 1954 (Schriften der Monumenta Germaniae Historica, 13/1), p. 337 et suiv. ; S. Schütte, « Der Aachener Tron », dans M. Kramp dir., Krönungen. Könige in Aachen – Geschichte und Mythos. Katalog der Ausstellung, t. 1, Mainz, 2000, p. 213-222.

71 M. Hardt, « Königsthron », dans Reallexikon der germanischen Altertumskunde, t. 17, Berlin, 2001, p. 136-139. Rappelons que rien ne permet d’affirmer qu’il existait un seul trône à l’époque mérovongienne, cf. R. Schmidt, « Zur Geschichte des fränkischen Königsthrons »…, qui va même jusqu’à écrire : « So gab es also im Merowingerreich zwar viele Throne und doch keinen Thron. Zugespitzt könnte man sagen : Wo der König war, da war auch ein Thron » (p. 55). Sur l’intronisation, cf. R. Le Jan, « La sacralité de la royauté mérovingienne », Annales HSS, 58, 2003, p. 1217-1241, à la p. 1125.

72 Die Werke Wipos, H. Bresslau éd., Hanovre, 1915 (MGH, SS rer. Germ., 61), p. 28 (Gesta Chuonradi II. imperatoris, c. 6) : Collecto regali comitatu rex Chuonradus primum per regionem Ribuariorum usque ad locum qui dicitur Aquisgrani palatium pervenit, ubi publicus thronus regalis ab antiquis regibus et a Carolo praecipue locatus totius regni archisolium habetur. Quo sedens excellentissime rem publicam ordinavit ibique publico placito et generali concilio habito divina et humana iura utiliter distribuerat.

73 Die Urkunden Otto des II., éd. Th. Sickel, Hanovre, 1888 (MGH, Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 2,1), p. 345 (no 292) : […] in monte Carentano […] excepta nostra regali sede […].

74 Die Urkunden Konrad I., Heinrich I. und Otto I., Th. Sickel éd., Hanovre, 1884 (MGH, Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 1), p. 430 (diplôme d’Otton Ier no 316) : […] hoc palatium Aquisgrani precipuam cis Alpes regiam sedem […].

75 Die Urkunden Heinrichs II. und Arduins, H. Bresslau, H. Bloch, R. Holtzmann et alii éd., Hanovre, 1903 (Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 3), p. 505 (diplôme d’Henri II no 392) : […] ecclesiam in honore sancti Adalberti episcopi et martiris in monte contermino sedi nostre Aquensi a nobis fundatam […].

76 Die Urkunden der burgundischen Rudolfinger, Th. Schieffer éd., München, 1977 (MGH, Regum Burgundiae e stirpe Rudolfina diplomata et acta), p. 255 (no 99). R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne (888-1038). Étude sur les origines du royaume d’Arles, Paris, 1907 (Bibliothèque de l’École des Hautes Études, 163), p. 193, mentionne Aix et Neuchâtel parmi d’autres résidences royales, en notant les expressions qui nous intéressent ici sans toutefois leur accorder une importance particulière. On peut en effet se demander dans quelle mesure ces qualifications d’Aix-les-Bains et de Neuchâtel, qui supposent un prestige particulier (notons toutefois que Font est également qualifié de regale castellum), traduisent une réalité du gouvernement royal, cf. La Savoie des origines à l’an mil. Histoire et archéologie, Rennes, 1983, p. 358 (chapitre dû à J.-P. Leguay), où Aix se trouve aussi mentionnée comme un lieu parmi d’autres : « En l’absence de capitale, les princes se déplacent […] d’une abbaye ou d’une propriété à l’autre. On les rencontre tantôt dans le sud (à Arles ou à Vienne), plutôt en Suisse romande (à Morat, à Orbe, à Vevey), tantôt en Savoie, à Aix ou à Genève où l’archéologue H. Reinhard a cru devoir fixer le mausolée de la dynastie. Les monastères de Payerne et d’Agaune les attirent de préférence à tout autre séjour. »

77 Die Aachener « Vita Karoli Magni » des 12. Jahrhundert auf der Textgrundlage der Edition von Gerhard Rauschen unter Beifügung der Texte der Karlsliturgie in Aachen, H. et I. Deutz éd., Siegburg, 2002 (Veröffentlichungen des Bischöflichen Diözesanarchivs Aachen, 48), p. 120.

78 Die Urkunden Friedrichs I., 1158-1167…, p. 430-434 (no 502) ; Die Urkunden Pippins, Karlmanns und Karls des Großen, E. Mühlbacher éd., Hanovre, 1906 (MGH, Diplomata Karolinorum, 1), p. 439-443 (no 295).

79 On n’en retiendra ici que deux : R. FOLZ, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l’Empire germanique médiéval, Paris, 1950, p. 208 et suiv., et p. 225 et suiv. ; Er. Meuthen, « Karl der Große – Barbarossa – Aachen. Zur Interpretation des Karlsprivilegs für Aachen », dans Karl der Große. Lebenswerk und Nachleben, W. Braunfels éd., t. 4 : Das Nachleben, W. Braunfels, P. Er. Schramm éd., Düsseldorf, 1967, p. 54-76.

80 Traduction : R. Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne…, p. 232.

81 R. Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne…, p. 233.

82 E. Meuthen, « Karl der Große – Barbarossa – Aachen… », p. 62

83 Dans un diplôme du 23 mai 1174, l’église d’Aix-la-Chapelle est dite sedes et caput regni inter cisalpinas resplendens ecclesias, cf. Die Urkunden Friedrichs I., 1168-1180, H. Appelt éd., Hanovre, 1985 (MGH, Diplomata regum et imperatorum Germaniae, 10, 3), p. 113 (no 621).

84 Le fait qu’Aix est le lieu du couronnement est également souligné dans le diplôme du 9 janvier 1166 instituant deux foires annuelles à Aix-la-Chapelle, cf. Die Urkunden Friedrichs I., 1158-1167…, p. 434 (no 503) : Quoniam Aquisgranum locus regalis tum pro sanctissimo corpore beati Karoli imperatoris inibi glorificato, quod solus ipse fovere cernitur, tum pro sede regali, in qua primo imperatores Romanorum coronantur, omnes provincias et civitates dignitatis et honoris prerogativa precellit, congruum et rationabile est, ut […].

85 Pauli Historia Langobardorum, L. Bethmann, G. Waitz éd. (MGH, SS rer. Lang.), p. 138 (IV, c. 51) ; Paul Diacre, Histoire des Lombards, trad. Fr. Bougard, Turnhout, 1994 (Miroir du Moyen Âge), p. 100.

86 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens (Livre IV et Continuations), J. M. Wallace-Hadrill éd. (1960) et trad. O. Devillers et J. Meyers, Turnhout, 2001 (Miroir du Moyen Âge), p. 212 (cont., c. 7) : Dagobertus, filius eius, sedem regni patris sui accepit ; ibid., p. 216 (cont., c. 10) : Quo mortuo, Theuderico rege statuerunt in sedem regni, qui nunc locum solii regalis obtenit, annis vitae simul prestolatis ; ibid., p. 234 (cont., c. 33) : Quo tempore una cum consilio et consensu omnium Francorum missa relatione ad sede apostolica, auctoritate praecepta, praecelsus Pippinus electione totius Francorum in sedem regni cum consecratione episcoporum et subiectione principum una cum regina Bertradane, ut antiquitus ordo deposcit, sublimatur in regno ; ibid., p. 244 (cont., c. 39) : Langobardi una cum consensu praedicto rege Pippino et consilio procerum suorum Desiderio in sedem regni instituunt. On recontre également l’expression de sedes regni pour désigner le trône dans la Vie de Lambert, le successeur de saint Wandrille, rédigée au début du ixe siècle : Vita Lantberti abbatis Fontanellensis et episcopi Lugdunensis, W. Levison éd. (MGH, SS rer. Merov., 5), p. 610 (c. 3).

87 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens…, p. 242 (cont., c. 38) : Praecelsus rex Pippinus victor cum magnis thesauris et multa munera absque bellis eventu cum omni exercitu suo inleso ad propriam sedem regni sui remeavit incolumis. Et quievit terra a proeliis annis duobus (traduction ibid., p. 243).

88 J. Fr. Böhmer, Regesta imperii, t. 1 : Die Regesten des Kaiserreichs unter den Karolingern, 751-918, revu par E. Mühlbacher et complété par J. Lechner, Hildesheim, 1966, no 82(80) a.

89 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens…, p. 262 (cont., c. 54) : His transactis, praedicti reges Carlus et Carlomannus unusquisque cum leudibus suis ad propriam sedem regni eorum venientes, instituto placito initoque consilio cum proceribus eorum, mense Septembrio die dominico XIIII. Kl. Octobris, Carlus ad Novionem urbem et Carlomannus ad Saxonis civitatem, pariter uno die a proceribus eorum et consecratione sacerdotum sublimati sunt in regno (traduction ibid., p. 263). Le sacre des rois au viiie siècle a récemment fait l’objet d’un réexamen de la part de J. Semmler, Der Dynastiewechsel von 751 und die fränkische Königssalbung, Düsseldorf, 2003 ; cf. également M. Becher et J. Jarnut dir., Der Dynastiewechsel von 751. Vorgeschichte, Legitimationsstrategien und Erinnerung, Münster, 2004, et la présentation synthétique de cette question par Ch. Mériaux, « Du nouveau sur les “sacres” de Pépin le Bref (751 et 754) », dans Fr. Gugelot et Br. Maes dir., Passion de la découverte. Culture de l’échange. Mélanges offerts à Nicole Moine et Claire Prévotat, Langres, 2006, p. 164-177.

90 Annales Mettenses priores, B. Von Simson éd., Hanovre, 1905 (MGH, SS rer. Germ., 10), p. 56 (a. 768) : His quoque transactis predicti reges Carolus et Carolomannus cum proceribus suis et optimatibus ad propriam sedem regni eorum venientes, instituto placito, cum consilio omnium Francorum mense Septembrio, die dominico XIIII. Kal. Octobris Carolus rex ad Noviomum urbem, et Carolomannus in Suessione civitate per consecrationem sacerdotum et electionem omnium optimatum Francorum in regni solium exaltati sunt.

91 Cf. J. L. Nelson, « Gender and Genre in Women Historians of the Early Middle Ages », dans J.-Ph. Genet dir., L’historiographie médiévale en Europe, Paris, 1991, p. 149-163 ; rééd. dans Ead., The Frankish World, 750-900, Londres, 1996, p. 183-197, aux p. 191 et suiv.

92 S. Lebecq, Les origines franques, ve-ixe siècle, Paris, 1990 (Nouvelle histoire de la France médiévale, 1), p. 229.

93 Die Urkunden Friedrichs I., 1158-1167…, p. 53 (no 253) : […] innotescere dignum duximus, quod in curia Roncalie, cum restitutionem regalium nostrorum de singulis civitatibus et cunctis principibus Lombardie de iure recepissemus, inter cetera etiam Modociam spitialem sedem nostram, que caput Lombardie et sedes regni illius esse dignoscitur, in qua etiam nostri antecessores de iure regni coronari consuaverant […] recuperavimus. Hunc itaque predictum locum nostre tantum iurisdictioni et soli nostre potestati ita spitialiter et proprie vendicavimus, quod in corde nostro inconvulsibiliter fixum tenemus prefatam sedem nostram regalem per feudum aliquod numquam velle inbeneficiare neque nostris temporibus aliquo modo ab imperio alienare, quia hoc esset caput de membris separare.

94 H. C. Peyer, « Friedrich Barbarossa, Monza und Aachen », Deutsches Archiv, 8, 1951, p. 438-460.

95 À ce propos, cf. aussi Ottonis et Rahewini gesta Friderici I. imperatoris, G. Waitz, B. von Simson éd., Hanovre, 1912 (MGH, SS rer. Germ., 46), p. 104 (Ottonis Gesta Friderici, II, c. 3).

96 C’est ce que fait également Rahewin, cf. Ottonis et Rahewini gesta Friderici I. imperatoris…, p. 226 (Rahewini Gesta Friderici, III, c. 50) : Princeps Romanus a Mediolano castra movens aput Modoicum, sedem regni Italici, coronatur.

97 Die Sachsengeschichte des Widukind von Korvei, P. Hirsch, H.-E. Lohmann éd., Hanovre, 1935 (MGH, SS rer. Germ., 60), p. 109 (III, c. 9) : Cumque eum virtus prefatae reginae non lateret, simulato itinere Romam proficisci statuit. Cumque in Longobardiam ventum esset, aureis muneribus amorem reginae super se probare temptavit. Quo fideliter experto, in coniugium sibi eam sociavit cumque ea urbem Papiam, quae est sedes regia, obtinuit.

98 Ibid., p. 115 (III, c. 20) : […] urbem regiam quae dicitur Rainesburg […].

99 Ibid., p. 72 (II, c. 6) : Qua presumptione rex audita condempnavit Evurhardum centum talentis aestimatione equorum, omnesque principes militum, qui eum ad hoc facinus adiuvabant, dedecore canum, quos portabant usque ad urbem regiam quam vocitamus Magathaburg. À ce propos, cf. G. Althoff, Die Ottonen. Königsherrschaft ohne Staat, Stuttgart, 2000, p. 79. Sur ce genre de peine infamante, cf. B. Schwenk, « Das Hundetragen. Ein Rechtsbrauch im Mittelalter », Historisches Jahrbuch, 110, 1990, p. 289-308 ; J.-M. Moeglin, « Harmiscara – Harmschar – Hachée. Le dossier des rituels d’humiliation et de soumission au Moyen Âge », Archivum Latinitatis Medii Aevi, 54, 1996, p. 11-65.

100 Pauli Historia Langobardorum, L. Bethmann, G. Waitz éd. (MGH, SS rer. Lang.), p. 113 (III, c. 34) : Sed cum minime potuisset, eodem supra corpus beati Marcelli martyris, quod in civitate Cavallono sepultum est, ubi sedes regni illius erat, poni fecit ; et est ibi usque in praesentem diem ; Paul Diacre, Histoire des Lombards, trad. Fr. Bougard, Turnhout, 1994 (Miroir du Moyen Âge), p. 75.

101 Cf. M. Borgolte, « Memoria. Bilan intermédiaire d’un projet de recherche sur le Moyen Âge », dans J.-Cl. Schmitt et O. G. Oexle dir., Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, 2002, p. 53-69 ; M. Lauwers, « Memoria. À propos d’un objet d’histoire en Allemagne », ibid., p. 105-126.

102 Recueil des actes de Charles le Simple, roi de France (893-923), Ph. Lauer éd., Paris, 1949, p. 261 (no 108). Sur l’intérêt de cet acte, cf. Ph. Depreux, « La dimension “publique” de certaines dispositions “privées” : fondations pieuses et memoria en Francie occidentale aux ixe et xe siècles », dans Fr. Bougard, Cr. La Rocca et R. Le Jan dir., Sauver son âme et se perpétuer. Transmission du patrimoine et mémoire au haut Moyen Âge, Rome, 2005 (Collection de l’École française de Rome, 351), p. 331-378 – avec traduction (document no 3).

103 Recueil des actes de Charles le Simple…, p. 264 (no 109).

104 A. Eckel, Annales de l’histoire de France à l’époque carolingienne : Charles le Simple, Paris, 1899, p. 108 et suiv.

105 Sur le rapport qu’entretenait Charles le Simple avec Compiègne, cf. B. Schneidmüller, Karolingische Tradition und frühes französisches Königtum. Untersuchungen zur Herrschaftslegitimation der westfränkisch-französischen Monarchie im 10. Jahrhundert, Wiesbaden, 1979 (Frankfurter Historische Abhandlungen, 22), p. 103-104.

106 Recueil des actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), J. Dufour éd., t. 1, Paris, 1992, p. 110 (no 54) : Quoniam predecessoribus nostris, Francorum regibus, sedem suam, villam scilicet Compendium, ob dignitatem singularis sanctuarii ususque sui multiplicitatem, quodam amoris privilegio, caram fuisse cognovimus, ideo nos quoque, consideratione simili, nostris eam temporibus disposuimus diligendam.

107 Annales Laureshamenses (MGH, Scriptores, t. 1, Hanovre, 1826), p. 38 (a. 801) : Et quia iam tunc cessabat a parte Graecorum nomen imperatoris, et femineum imperium apud se abebant, tunc visum est et ipso apostolico Leoni et universis sanctis patribus qui in ipso concilio aderant, seu reliquo christiano populo, ut ipsum Carolum regem Franchorum imperatorem nominare debuissent, qui ipsam Romam tenebat, ubi semper Caesaras sedere soliti erant, seu reliquas sedes quas ipse per Italiam seu Galliam nec non et Germaniam tenebat ; quia Deus omnipotens has omnes sedes in potestate eius concessit, ideo iustum eis esse videbatur, ut ipse cum Dei adiutorio et universo christiano populo petente ipsum nomen aberet.

108 On notera, une fois encore, le rang particulier de Paris, seule à être qualifiée de civitas alors qu’Helgaud mentionne d’autres sièges épiscopaux.

109 Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux…, p. 102-103 (c. 21) : Quis autem ei mos fuerit dande helemosine in sui regni sedibus, non pretermittimus. In Parisius civitate, Silvanectis, Aurelianis, Divione, Autissiodero, Avalone, Miliduno, Stanpis, in unaquaque harum sede, CCCtis, vel quod est verius, mille pauperibus dabatur panis et vini habundancia […].

110 Cf. W. M. Newman, Le domaine royal sous les premiers Capétiens (987-1180), Paris, 1937, notamment p. 105-107 (sur le domaine de Robert II à l’exclusion des évêchés) et p. 216 (sur les évêchés royaux).

111 Cf. J. Richard, Les ducs de Bourgogne et la formation du duché du xie au xive siècle, Paris, 1954 (Publications de l’université de Dijon, 12), p. 3 et suiv.

112 G. Althoff, Die Macht der Rituale. Symbolik und Herrschaft im Mittelalter, Darmstadt, 2003 ; ID., Inszenierte Herrschaft. Geschichtsschreibung und politisches Handeln im Mittelalter, Darmstadt, 2003.

113 Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux. Epitoma vitae regis Rotberti Pii, éd. et trad. R.-H. Bautier et G. Labory, Paris, 1965 (Sources d’histoire médiévale, 1), p. 70-71 (c. 9).

114 Gotifredi Viterbiensis Pantheon, G. Waitz éd., dans MGH, Scriptores, t. 22, Hanovre, 1872, p. 221 (part. 22, c. 15) : De quatuor principalibus sedibus imperii Romani. Scribere vera volens, quot sint loca prima corone,/Quatuor imperii sedes video ratione,/Nomina proponam, sicut et acta sonant. /Primus Aquisgrani locus est, post hec Arelati,/Inde Modoetie regali sede locari,/Post solet Ytalie summa corona dari. /Cesar Romano cum vult diademate fungi,/Debet apostolicis manibus reverenter inungi,/Percipietque patrem, cui loca sancta patent […]. Sur Geoffroy de Viterbe, cf. G. Baaken, « Zur Beurteilung Gottfrieds von Viterbo », dans K. Hauck et H. Mordek dir., Geschichtsschreibung und geistiges Leben im Mittelalter. Festschrift für Heinz Löwe zum 65. Geburtstag, Köln, 1978, p. 373-396.

115 B. Bischoff, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme der wisigotischen), vol. 2, B. Ebersperger éd., Wiesbaden, 2004, p. 105-106 (no 2415).

116 Liber historiae Francorum, B. Krusch éd., dans MGH, SS rer. Merov., 2, Hanovre, 1888, p. 245 (c. 5) : Chlodio autem rex misit exploratores de Disbargo castello Toringorum usque ad urbem Camaracum, avec la mention : Camaracum Galliarum sedem regiam en notes tironiennes.

117 E. Ewig, « Résidence et capitale pendant le haut Moyen Âge »…, p. 384.

118 E. Ewig, « Die fränkischen Teilungen und Teilreiche (511-613) »…, p. 165.

119 Grégoire de Tours, Historiarum libri decem (MGH, SS rer. Merov., 1,1), p. 313 (VI, c. 41) : Conperto autem Chilpericus rex, quod Gunthchramnus, frater eius, cum Childebertho, nepote suo, pacem fecerat et civitates, quas violenter invaserat, ei simul vellent auferre, cum omnibus thesauris suis in Camaracense urbe discessit et omnia quae melius habere potuerat secum tulit.

120 Ottonis et Rahewini gesta Friderici I. imperatoris…, p. 104 (Ottonis Gesta Friderici, II, c. 3) – à propos d’Aix ; p. 180 (Rahewini Gesta Friderici, III, c. 12) – à propos d’Arles ; p. 226 (III, c. 50) et p. 247 (IV, c. 11) – à propos de Monza.

121 Reginonis abbatis Prumiensis Chronicon cum continuatione Treverensi, Fr. Kurze éd., Hanovre, 1890 (MGH, SS. Rer. Germ., 50), p. 111 : […] apud Franconofurt principalem sedem orientalis regni residebat. Sur Francfort, cf. P. Monnet, « “Principalis sedes orientalis regni”. Francfort un pôle central de l’Empire à la fin du Moyen Âge ? », dans Chr. Lebeau dir., La construction de l’espace impérial, dynamiques spatiales, dynamiques d’Empire, Strasbourg, 2004, p. 97-114.

122 Th. Zotz, « Ludwig der Deutsche und seine Pfalzen. Königliche Herrschaftspraxis in der Formierungsphase des Ostfränkischen Reiches », dans W. Hartmann dir., Ludwig der Deutsche und seine Zeit, Darmstadt, 2004, p. 27-46.

123 Adam von Bremen, Hamburgische Kirchengeschichte, B. Schmeidler éd., Hanovre, 1917 (MGH, SS rer. Germ., 2), p. 233 (IV, c. 5) : Civitas eius maxima Roscald, sedes regia Danorum.

124 C. Brühl, « Remarques sur les notions de “capitale” et de “résidence”… », p. 130.

125 Cf. E. H. Kantorowicz, « The “King’s Advent” and the enigmatic panels in the doors of Santa Sabina », The Art Bulletin, 26, 1944, p. 207-231, rééd. dans id., Selected Studies, New York, 1965, p. 37-75 ; M. McCormick, Eternal Victory. Triumphal Rulership in Late Antiquity, Byzantium, and the Early Medieval West, Cambridge, 1986 ; D. A. Warner, « Ritual and Memory in the Ottonian Reich : The Ceremony of Adventus », Speculum, 76, 2001, p. 255-283.

126 Dans une de ses lettres à Éginhard, Loup de Ferrières fournit une belle illustration de cet état d’esprit, cf. Ph. Depreux, « Ambitions et limites des réformes culturelles à l’époque carolingienne », Revue historique, 307, 2002, p. 721-753, à la p. 724.

127 J. Barbier, « Le sacré dans le palais franc », dans M. Kaplan dir., Le sacré et son inscription dans l’espace à Byzance et en Occident. Études comparées, Paris, 2001, p. 25-41.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search