Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villes capitales au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public

Capitales d'empire

Une société de ville capitale : les eunuques dans la Constantinople byzantine (ive-xiie siècle)

Georges Sidéris

Texte intégral

Un troisième sexe

  • 1 J’ai développé la question de la constitution des eunuques comme sexe à part entière à Byzance dan (...)
  • 2 Théophile, Institutiones, I, 11, 9, E. C. Ferrini, J. et P. Zépos éd., t. 3, p. 31 ; N. J. 22 (535 (...)
  • 3 Théophile, Institutiones, I, 11, 9, E. C. Ferrini, J. et P. Zépos éd., t. 3, p. 31 ; Institutes, I (...)
  • 4 Novelle 26, P. Noailles, A. Dain éd., p. 100-105.

1Les eunuques sont un sexe dans l’Empire byzantin, aux côtés des sexes masculin et féminin, de ce fait ils constituent une catégorie juridique spécifique, avec des limitations en droit1. Est eunuque tout homme qui est dans l’incapacité de procréer. Les juristes byzantins définissent deux ou trois catégories d’eunuques. D’une part les eunuques naturels, ou spadones, c’est-à-dire qui sont tels du fait de leur anatomie ou de leur physiologie ou le sont devenus suite à une affection. Ils peuvent adopter et se marier. Toutefois leur mariage peut être rompu à la demande de l’épouse ou des parents de cette dernière si le mariage n’a pas été consommé du fait de l’impuissance naturelle du mari dans un délai de trois ans après la célébration de l’union2. D’autre part les castrats dont les parties génitales ont été retranchées ou dont les testicules ont été froissés lorsqu’ils étaient en bas âge et qui ne peuvent engendrer de façon définitive, on appelle alors parfois ces derniers thlibiai. Les castrats ne peuvent pas se marier, et jusqu’au ixe siècle ne peuvent adopter3. L’empereur Léon VI le sage (886-912) modifie cette dernière situation en autorisant tous les eunuques à adopter4.

  • 5 Paul d’Égine, Chirurgie, c. LXVIII, éd. trad. fr. R. Briau, p. 288-289.
  • 6 Par exemple Mamas vit dans un village (kômè) appelé Zômeri, qui se situe près de Sébastée en Asie (...)
  • 7 Voir P. Magdalino, Paphlagonians, p. 143-150.

2À Byzance la castration consiste le plus souvent en une ablation des testicules, c’est-à-dire une double orchidectomie5. Cette opération soit est menée sur des hommes sains afin de créer des serviteurs castrés pour le Palais impérial et les maisons des aristocrates, soit elle a un but curatif. Il s’ensuit que le terme générique d’eunuque recouvre une société fort diversifiée et que les eunuques sont présents dans toutes les catégories de la population constantinopolitaine. En effet, la castration pour raison médicale n’est pas rare6. Certes, la législation impériale interdit la castration et c’est pourquoi l’on recourt à des eunuques achetés hors de l’empire, en Arménie ou dans le monde arabe. Mais la demande est telle et les perspectives d’ascension sociale si importantes au Palais impérial que la création de castrats a lieu à l’intérieur même de l’empire. En particulier, la Paphlagonie à l’époque mésobyzantine fournit des eunuques au Palais à Constantinople, promis à des carrières exceptionnelles7.

  • 8 N. J. 142, p. 705-706.
  • 9 Novelle 60, P. Noailles, A. Dain éd., p. 222-227.

3Justinien promulgue en 558 une novelle qui fait le point sur la situation de la castration dans l’empire et adopte de nouvelles mesures8. On voit en premier lieu que la législation antérieure n’a pas fait cesser la pratique à l’intérieur de l’empire. Justinien dit que cette action sacrilège non seulement n’a pas cessé mais qu’elle s’est accrue. On apprend également que la castration est pratiquée par des hommes mais aussi par des femmes. Parmi les mesures répressives adoptées se trouve l’application de la castration comme peine à tout homme ayant castré ou ayant contribué à la castration d’un autre homme, hors cause de maladie. Tout esclave opéré à Constantinople ou dans l’empire, y compris pour raison médicale, devient libre et doit être affranchi par son maître. On ne peut réduire en esclavage un castrat opéré dans l’empire. Plusieurs siècles après, l’empereur Léon VI constate que la loi punissant la castration n’est pas respectée, aussi promulgue-t-il une loi renouvelant l’interdiction de la pratique de la castration hors raisons médicales. Cette loi reprend largement les dispositions antérieures, elle confirme qu’un esclave castré dans l’empire doive être libéré mais elle abolit la castration comme peine pour les auteurs d’une castration9.

4La castration, quand elle est pratiquée sur le sol byzantin a donc pour conséquence non seulement de rendre libre mais constitue une garantie de liberté. Deux récits jettent une lumière vive sur la castration à Constantinople aux vie et viie siècles.

  • 10 Chrodieldis est fille du roi Charibert et elle s’est révoltée contre l’abbesse Leubevora du couven (...)

5Grégoire de Tours (v. 538-594) rapporte dans ses Histoires, qu’en 590, alors qu’il fait partie de la commission épiscopale chargée de juger la moniale Chrodieldis, il a auditionné un médecin, exactement un archiatre, nommé Reovalis. Ce dernier raconte alors l’histoire d’un petit garçon qui avait été malade de la cuisse. Sa mère était allée voir la reine Radegonde et celle-ci ordonna à Reovalis de soigner l’enfant s’il le pouvait. Reovalis lui fit alors couper les testicules comme, précise le texte « je l’avais vu faire autrefois par des médecins dans la ville de Constantinople et je rendis l’enfant guéri à la mère désolée ; mais j’ai su que l’abbesse n’était pas au courant de la chose ». À partir de ce moment le garçon ne se considère plus comme un homme et vit avec des vêtements féminins10.

6Ce témoignage exceptionnel nous enseigne que Constantinople dès le vie siècle est une cité où les médecins maîtrisent les techniques de castration et vers laquelle on vient se former à ces techniques. Il jette une lumière vive sur une source majeure pour l’histoire de la société constantinopolitaine, les Miracles de saint Artémios.

  • 11 Voir sur ces points et la datation de l’ouvrage : V. Déroche, Miracles de saint Artémios, p. 95-99 (...)
  • 12 Voir les tables sur le public de saint Artémios dans V. S. Crisafulli et J. W. Nesbitt, The Miracl (...)
  • 13 Enfants (Mir. 4, 10, 11, 28, 31, 33, 36, 38, 42, 43, 45, A. Papadopoulos-Kerameus éd., p. 4-5, 10- (...)
  • 14 Voir les tables, ainsi que les remarques de J. F. Haldon, dans V. S. Crisafulli et J. W. Nesbitt, (...)

7Les Miracles de saint Artémios sont un recueil de 45 miracles qui ont lieu principalement dans le cadre de l’église Saint-Jean-Prodrome à Constantinople, dans le quartier d’Oxéia. Chronologiquement, les miracles que l’on peut dater s’échelonnent du règne de Maurice (582-602), jusqu’à la dix-huitième année de celui de Constant II, vers 658-659. La collection originale de miracles elle-même est compilée entre 658 et 668. On vient, surtout de Constantinople mais aussi de l’Égée, voire d’Afrique, pour demander l’intervention du saint ou attendre la guérison par une action miraculeuse de ce dernier, pour des hernies, des maladies testiculaires et génitales. Certains dorment dans l’aile nord de l’église et attendent une guérison par incubation11. Le saint intervient surtout pour guérir des hommes ou des enfants mâles apportés par leur mère12. On rencontre tous les âges, des enfants jusqu’aux personnes âgées13, et un large éventail de professions et conditions sociales : acteur, sénateur et patrice, marchand, marin, des gens d’Église, diacre ou prêtre, hauts fonctionnaires, des riches ou des pauvres, d’humbles personnes ou de puissants personnages14.

8Si ces personnes demandent leur guérison à Saint Artémios au lieu de s’adresser à un médecin c’est parce que le plus souvent leur guérison passe par une castration. La castration faisait peur, on craignait pour sa vie mais elle entraînait une autre conséquence d’importance pour les Constantinopolitains puisque opéré on relevait désormais d’une catégorie juridique de genre particulière, du droit des eunuques.

9Ces différents exemples indiquent que les hommes devenus eunuques à la suite d’une maladie ou d’un accident se rencontraient dans toutes les couches de Constantinople. Ils confirment que les eunuques formaient un monde ou une galaxie dans la Constantinople byzantine.

10Le témoignage de Grégoire de Tours et les Miracles de saint Artémios suggèrent qu’il existait dès le vie siècle une véritable culture de la castration et de l’eunuque à Constantinople. Constantinople est donc une ville où on crée des eunuques. Cette culture de la castration se comprend dans une ville où les eunuques sont nombreux, occupent une place et détiennent un pouvoir considérables.

Une société spécifique de libres : les eunuques du Grand Palais de Constantinople

  • 15 Voir G. Sidéris, Palais, p. 163-177.

11Leur lieu de prédilection est d’abord le Palais impérial, au sein du Cubiculum en grec Koubouklion, la Chambre impériale, d’où ils tirent leur nom de cubiculaires. Ils sont, sous l’autorité du préposite eunuque, au service de l’empereur, de l’impératrice, de toute la famille impériale et de l’État byzantin15.

  • 16 Theoph. Cont., p. 318.
  • 17 Voir G. Sidéris, Palais, p. 168-169. Mention du gynécée au Palais : Procope, Anekdota, IV, 6, éd. (...)
  • 18 J. Herrin, Women, p. 71-94 et p. 100-101.

12L’omniprésence des eunuques au Palais, fait qu’au ixe siècle on les compare à des mouches dans l’enclos du bétail au printemps16. L’institution des eunuques comme gardes et serviteurs des femmes de la famille impériale au sein du gynécée a permis à l’impératrice de développer une sphère de pouvoir autonome au sein du Palais17. Tout naturellement, Irène s’appuie sur ses eunuques pour consolider son autorité lorsqu’elle devient régente (780-790), puis unique souverain (797-802)18.

  • 19 Sur les rapports entre Grand Palais et ville de Constantinople voir J. Herrin, Byzance, p. 216-230
  • 20 A. A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, t. II-2, p. 390.
  • 21 Theoph. Cont., p. 318.

13La présence massive des eunuques à Constantinople est étroitement liée à son statut de capitale et au fait que se tient au cœur de la cité le Palais impérial, siège du pouvoir et de la Cour19. Dans sa description de Constantinople aux alentours du début du xe siècle, le prisonnier arabe Harun Ibn Yahya, donne le chiffre de 5 000 serviteurs eunuques impériaux faisant partie du cortège qui accompagne l’empereur lorsqu’il se rend en procession à Sainte-Sophie, chiffre sans doute exagéré, mais qui donne une idée de leur grand nombre au Palais impérial20. Dans la seconde moitié du ixe siècle, lorsque la riche veuve péloponésienne Danièlis se rend au Palais impérial, elle apporte à son protégé l’empereur Basile Ier (867-886), parmi ses riches présents, cent beaux eunuques, car comme l’écrit Théophane Continué elle savait qu’il y a toujours place pour les eunuques au Palais impérial21.

14Au Palais les eunuques forment un ordre, « taxis », puissant et redouté. Lors des cérémonies ils précédent les dignitaires barbus noneunuques et outre leurs charges spécifiques, des titres nobiliaires leur sont réservés. Ils entourent l’empereur et l’impératrice qui ont chacun leur service eunuque et leur propre préposite. Le parakoimômène se tient auprès de l’empereur et comme son nom l’indique il a la charge redoutable de dormir à proximité du souverain afin d’empêcher qu’il puisse être assassiné. Le parakoimômène à l’époque mésobyzantine est le chef du koitôn, dont les eunuques, les koitônites, assurent alors le service effectif de la Chambre impériale. Outre des fonctions domestiques comme le vestiaire, la table et les cuisines, les eunuques ont aussi en charge le trésor impérial, la sacelle, ils délivrent les codicilles de nomination des fonctionnaires, ils sont envoyés de Constantinople dans les provinces pour des missions précises. Les spathaires eunuques constituent une garde d’honneur près des souverains.

  • 22 N. Oikonomidès, Listes, p. 124-135 et p. 281-319 ; G. Sidéris, Eunuques et pouvoir, p. 284-310 et (...)
  • 23 Par exemple en 401, Jean évêque de Césarée de Palestine et Porphyre évêque de Gaza sont introduits (...)
  • 24 PLRE 3B, « Narses I », p. 912-927.

15Il s’est constitué au fil des siècles au sein du Palais une véritable bureaucratie eunuque, ce que j’appelle une eunucation d’État. Surtout, les eunuques conseillent l’empereur sur les affaires de l’empire et ils profitent à plein de leur proximité quotidienne avec l’empereur, la famille impériale et les hauts dignitaires civils et militaires pour influer sur les nominations aux dignités et charges, tant dans la capitale que dans les provinces. Les eunuques impériaux de Constantinople ont donc entre leurs mains un pouvoir considérable qui fait que les puissants dans l’empire essaient plutôt de se les concilier22. Lorsqu’on se rend des provinces dans la capitale pour solliciter l’empereur ou l’impératrice il est souhaitable de se faire recommander auprès d’un de ces puissants eunuques si l’on veut accroître ses chances d’obtenir une audience auprès des souverains23. De plus, les empereurs n’hésitent pas à leur confier la tête des armées. Au vie siècle le grand Narsès dirige les armées byzantines en Italie. Sa gloire est telle qu’elle marque aussi bien les chroniqueurs d’Orient que d’Occident, ces derniers mettant aussi l’accent sur les énormes richesses qu’il aurait accumulées24.

  • 25 G. Dagron, Constantinople, p. 108.
  • 26 C. J., XII, 5, 4, p. 455, loi de Léon Ier.
  • 27 Voir G. Sidéris, Comédie, p. 709 et Eunuques et pouvoir, p. 284-294.
  • 28 Par exemple C. J. III, 24, 3, p. 130-131, loi de Zénon de 490 ; voir R. Delmaire, Largesses, p. 44

16Ce pouvoir s’explique aussi par le fait que les eunuques constituent une véritable société au sein du Palais impérial de Constantinople qui est, pour reprendre l’expression de Gilbert Dagron, « une ville dans la ville25 ». Dès qu’il entre au Palais un eunuque devient libre s’il est un esclave car il ne sied pas à la majesté impériale d’être servi par des esclaves26. La société des eunuques palatins est donc une société de libres. Eunuque n’est donc pas un terme synonyme d’esclave à Byzance, et à Constantinople du fait du poids numérique dominant des eunuques palatins il est plutôt associé à celui de libre. Un eunuque entre souvent au Palais alors qu’il est enfant. Lorsque l’eunuque est intégré au service impérial il peut, à l’époque protobyzantine, changer de nom, marque de sa nouvelle identité. Puis il grandit au sein du Palais et il y reçoit de la part d’autres eunuques une éducation soignée, qui le prépare à ses futures fonctions domestiques, financières ou administratives. Ceci fait en particulier que les eunuques impériaux savent lire et écrire27. Les eunuques parvenus au sommet de la carrière des honneurs font partie de la noblesse byzantine et ils intègrent le sénat de Constantinople à leur sortie de charge28.

  • 29 Parastaseis, 26, T. Preger éd., t. I, p. 35. Voir PLRE 2, « Plato 2 », p. 891 ; G. Dagron, Constan (...)
  • 30 PLRE 2, « Urbicius 1 », p. 1188-1190 : il est mentionné comme préposite dès 449 et prend sa retrai (...)

17Les eunuques disposent d’un atout essentiel au Palais et à Constantinople : le temps. Ils exercent leur service en continu, quel que soit l’empereur régnant. Certes, un eunuque impérial n’est jamais à l’abri d’une brusque disgrâce voir d’une exécution et ce fût le lot de beaucoup. Parfois Constantinople garde la mémoire de ces eunuques au destin tragique. Le cubiculaire Platon est brûlé sous l’empereur Basiliskos (475-477). Ses parents obtiennent de l’empereur de pouvoir ériger une statue de leur fils défunt dans l’église de Saint-Prokopios du quartier de Chélôné où se trouvaient ses « maisons » (oikoi), statue qui fût par la suite déplacée à l’Hippodrome29. Mais à l’opposé les sources regorgent aussi de dignitaires eunuques prenant leur retraite couverts d’honneurs et de richesses, après une longue et brillante carrière. Il suffit d’évoquer la puissance d’un Ourbikios qui, au ve siècle, fut préposite sous sept empereurs30.

  • 31 Sur cette scène voir A. Mcclanan, Representations, p. 134-135. Sur les habits voir P. Kalamara, Sy (...)

18Nous disposons de plusieurs représentations d’eunuques de la cour impériale. Sur la mosaïque de l’impératrice Théodora à Saint-Vital de Ravenne, qui date du milieu du vie siècle, deux eunuques du Cubiculum de l’impératrice sont présents. Un de ces eunuques tient une portière. Personnage imberbe, il est revêtu de ses habits de cour, en particulier un grand manteau orné d’un carré d’étoffe pourpre ou tablion et au-dessous sa tunique blanche. La pourpre étant la couleur par excellence du pouvoir impérial byzantin, le tablion fonctionne comme signe visuel coloré signalétique de l’appartenance de cet eunuque au service des souverains et de son éminente dignité31.

  • 32 Codex Reginensis Graecus 1B, fo 2v. Cette miniature est reproduite par exemple dans K. Ringrose, P (...)

19Une miniature pleine page des alentours de 940 présente le portrait d’un de ces puissants eunuques de la cour constantinopolitaine, le patrice, préposite et sacellaire Léon, personnage imberbe, en proskynèse, un genou à terre, revêtu de ses riches habits de cérémonie, offrant une bible à la Vierge et au Christ en rémission de ses péchés. L’acceptation de la Bible par la Vierge et le Christ rendent visibles les vertus de l’eunuque et son salut futur. Cette image exprime tout à la fois la puissance et la pureté de l’eunuque à travers son riche manteau de couleur rouge bordé de broderies d’or et sa tunique blanche immaculée, mais aussi sa beauté physique et spirituelle qui émane de son expression empreinte de piété et de sérénité32.

  • 33 De cer., I, 1, A. Vogt éd., t. 1, p. 3-28.

20Les eunuques sont étroitement associés à la vie cérémonielle constantinopolitaine. C’est le préposite qui rappelle à l’empereur la date et le lieu d’une cérémonie. Et c’est au préposite que le souverain confie la responsabilité de l’organisation générale de la cérémonie et de la procession à travers les rues de la Ville. Puis, le jour même de la fête, c’est le préposite par ses ordres aux dignitaires qui, sur signe de l’empereur, met en rythme les différentes phases de déroulement de la cérémonie33.

  • 34 A. A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, t. II-2, p. 390. Voir K. Ringrose, Perfect Servant, p. 170- (...)
  • 35 De cer., I, 27 (18), A. Vogt éd., t. 1, p. 101.
  • 36 Voir G. Sidéris, Eunuchs, p. 165-168.

21L’espace et le temps constantinopolitains sont rythmés par les cortèges impériaux, les sorties et entrées ritualisées de l’empereur et de la famille impériale qui traversent la ville, par l’artère principale, la Mésè et ses places pour se rendre du palais jusque dans les différentes églises. Les eunuques comptent parmi les participants habituels de ces cortèges, où ils sont présents en grand nombre, aisément reconnaissables par leur aspect physique, qui évoque la pureté et la beauté des anges incorporels, par leurs vêtements, parures et insignes spécifiques34. Lorsque, au cours des cérémonies, l’empereur est couronné par le préposite, les eunuques se placent en cercle autour du souverain de telle sorte que ce dernier ne puisse être vu par les non eunuques35. Les eunuques sont un élément essentiel dans la représentation du caractère sacré de l’empereur. Ils entourent l’empereur comme les anges le Souverain Céleste36.

22Les eunuques sont une des composantes nécessaires à la ritualisation de l’espace et du temps constantinopolitains dans le cadre du cérémonial impérial. Cette ritualisation mobilise à la fois une présence physique et symbolique fortes.

Constantinople lieu de résidence d’une puissante aristocratie eunuque

  • 37 Voir C. Mango, Le développement, p. 61.
  • 38 Sur les puissants, détenteurs d’une parcelle de la puissance publique, par délégation de l’autorit (...)

23Du fait de leurs charges et dignités, de leur proximité avec l’empereur, de nombreux eunuques impériaux détiennent une réelle puissance. Le simple fait de servir au Palais les associe aux représentations du pouvoir et de la richesse, car outre le fait que le Palais est le siège du pouvoir impérial il est également un lieu où s’est produit au fil des siècles une importante thésaurisation des métaux précieux37. Le traitement ou roga que le souverain leur verse au titre de leurs charges et dignités, les autres donations qu’ils peuvent obtenir de la faveur impériale, les importantes rétributions qu’ils exigent de ceux qui les sollicitent à des titres divers, que ce soit pour favoriser une demande de promotion ou une audience auprès des souverains ou d’un haut fonctionnaire, toutes ces sources de revenus leur permettent d’accumuler des biens et des richesses à Constantinople et à travers l’empire, qui peuvent atteindre des niveaux considérables. Les plus puissants (dynatoi) eunuques38 de la cour impériale forment à Constantinople une véritable aristocratie.

  • 39 N. J. 43 du 17 mai 537, adressée à Longinos, préfet de la ville. Voir G. Dagron, Réglementation, p (...)
  • 40 R. Janin, Constantinople byzantine, p. 310 (Antiochou), p. 379 (Lausou).
  • 41 On a pu localiser exactement le palais d’Antiochos car il a été transformé en une église, Sainte-E (...)
  • 42 Patria, III, 37, 94 et 95, T. Preger éd., t. 2, p. 229-231 et p. 249. Voir P. Magdalino, Constanti (...)
  • 43 Voir I. Sevcenko, Inscription, p. 1-8.

24Un dignitaire eunuque est à la Ville à la tête d’une « maison », d’un oikos. Ce dernier est à la fois un capital investi et un élément du prestige social. Les possessions de l’eunuque qui composent son oikos peuvent s’étendre sur un quartier entier autour du palais. Outre le palais, l’eunuque peut posséder dans le quartier une église, parfois une fondation pieuse et des bains, des boutiques et des ateliers que l’eunuque impérial a pris soin de faire exonérer d’impôt39. D’ailleurs le nom de plusieurs quartiers a conservé le souvenir de ces eunuques, par exemple « ta Antiochou » et « ta Lausou », qui étaient voisins près de l’hippodrome40. De fait, au ve siècle, la grande aristocratie eunuque a tendance à s’installer près de l’hippodrome, à proximité immédiate du Palais impérial41. Puis les dignitaires eunuques s’éloignent de plus en plus du Grand Palais pour s’installer à travers la Ville. Le protospathaire Narsès sous Justin II (565-578), possède un oikos appelé « ta Narsou » qui comporte son palais, un hôpital, un hospice et une église. Il est fort bien situé aux abords du port appelé d’abord Julien puis Sophien, port situé sur la Propontide, l’actuelle mer de Marmara, et à l’extrémité sud du decumanus principal de la Ville constantinienne. Narsès obtient même l’érection de sa statue dans le port42. La mémoire de Narsès est inscrite dans la pierre à Constantinople en un autre endroit stratégique pour la ville, à savoir ses murailles. C’est lui qui conduit les travaux de restauration de l’avant-mur de la muraille théodosienne sous Justin II et l’impératrice Sophie, ouvrage qui est commémoré par une inscription sur le linteau de la porte extérieure de Rhesion (Mevlevihane Kapi), que l’on peut toujours lire de nos jours, portant mention du nom ainsi que des charges et dignités de l’eunuque, alors spathaire et sacellaire43.

  • 44 Patria, III, 197, T. Preger éd., t. 2, p. 277. Voir R. Janin, Constantinople byzantine, p. 426 ; P (...)

25Au tournant des vie et viie siècles le puissant patrice et préposite Smaragdos qui a été exarque de l’Italie byzantine entre 603 et 608, est à la tête d’un oikos comptant outre son palais un établissement de bains. Il donne son nom au quartier. L’ensemble est situé plus à l’ouest dans Constantinople, dans la vallée du Lykos44.

  • 45 Pour cette datation début vie siècle, A. Avraméa s’appuie sur les éléments suivants : Dexikratès, (...)

26Les eunuques acquièrent également des propriétés foncières, des domaines ou proasteia dans la banlieue de Constantinople. Nous savons, grâce à une inscription sur une borne, que le préposite Ourbikios partageait avec un certain Dexikratès un domaine, un proasteion, qui portait le nom de Kalamousos. Anna Avraméa en a donné la traduction suivante, « Bornes du domaine dit de Kalamousos appartenant à Dexikratès, le très glorieux patrice, et à Ourbikios, le très glorieux ex-préposite, ex-consul ». A. Avraméa propose de dater l’inscription du début du vie siècle. La pierre a été retrouvée au carrefour d’Eyüb. Le domaine se trouvait dans la banlieue de Constantinople45.

  • 46 Voir J.-C. Cheynet, Pouvoir, p. 287-301 et, en particulier, la p. 293 sur les eunuques favoris de (...)
  • 47 Léon Diacre, III, 7, C. B. Hase éd., p. 46-47 et Skylitzès, « Basile et Constantin », 7, I. Thurn (...)
  • 48 De cer., I, 96, I. I. Reiske éd., p. 437.

27Son influence, ses libéralités, le pouvoir qu’il exerce sur son oikos, permettent à un puissant eunuque, comme c’est le cas de l’aristocratie non-eunuque, de se constituer une clientèle dans la Ville même, qui peut être fort utile du point de vue politique46. Après la mort de Romain II, le 15 mars 963, Nicéphore Phocas est proclamé empereur par l’armée au mois de juillet à Césarée. Un haut dignitaire impérial, l’eunuque Basile, fait parakoimômène par Constantin VII, soutient Nicéphore. Il parvient à prendre le contrôle de la Ville en mobilisant ses amis, parents et serviteurs, au total 3 000 personnes, qui attaquent les maisons de ses adversaires et qui ramènent Nicéphore à Constantinople où il devient le nouvel empereur47. Le fait que les eunuques impériaux aient leur demeure à Constantinople ne va pas sans risques pour eux, en particulier pour les hauts dignitaires. Comme ils sont profondément impliqués dans la politique byzantine, leur palais est une cible de choix pour la foule mécontente. Lors de la prise de pouvoir par Nicéphore Phocas, comme le parakoimômène Joseph Bringas s’oppose à ce dernier et prépare la résistance de la capitale, le peuple attaque la maison de l’eunuque, la pille puis la détruit48.

  • 49 Voir P. Magdalino, Paphlagonians, p. 143-150.

28À l’époque mésobyzantine une évolution majeure s’amorce quant à la position des eunuques au sein de l’aristocratie constantinopolitaine. Il devient fréquent de voir un eunuque jouer un rôle important dans la promotion de sa famille et dans la carrière de membres de sa famille. Le cas est particulièrement net pour les familles issues de Paphlagonie. Leurs eunuques forment aux xe et xie siècles un véritable réseau d’influence à la cour de Constantinople dont l’exemple le plus parlant est celui du puissant eunuque Jean l’Orphanotrophe qui contribue à l’élévation au trône de son frère l’empereur Michel IV (1034-1041)49.

  • 50 Voir le commentaire de P. Gautier dans Théophylacte d’Achrida, p. 16-37.

29L’archevêque Théophylacte d’Achrida a fait ses études à Constantinople, puis a été le professeur du porphyrogénète Constantin Doukas, fils unique de l’empereur Michel Doukas avant d’être nommé vers 1088-1089, archevêque d’Achrida par Alexis Comnène. Il écrit au tournant des xie et xiie siècles (entre 1090 et 1112) une « apologie de l’eunuchisme » véritable traité de défense des eunuques. Il écrit ce texte en l’honneur de son frère eunuque, Dèmètrios, qui tient une haute position au sein du clergé de Sainte-Sophie puisqu’il entretient d’excellentes relations avec l’empereur, des sénateurs, de grands personnages de la cour et l’eximpératrice Marie d’Alanie. Dèmètrios use de sa position pour s’entremettre souvent auprès des hauts dignitaires impériaux, comme par exemple Adrien Comnène le frère du basileus, en faveur de son frère50.

  • 51 Sur l’importance de la naissance dans l’élite byzantine, d’être eugénès, « bien né », à Byzance vo (...)
  • 52 Voir R. Guilland, Les eunuques, p. 203 (= p. 168-169) et K. Ringrose, Perfect Servant, p. 118 avec (...)

30Les eunuques peuvent se rencontrer jusqu’au plus haut niveau, c’est-à-dire être issus d’une famille impériale51. Par exemple, Nicétas était le fils de l’empereur Michel Ier Rhangabé (811-813) et petit-fils de l’empereur Nicéphore Ier (802-811). En 813, il est castré après la déchéance de Michel Ier et fait moine. Trente ans plus tard, en 847, il devient patriarche de Constantinople sous le nom d’Ignace (847-858 puis 867-877). Son portrait en pied est toujours présent aujourd’hui, sur une mosaïque où il est représenté avec un visage imberbe, dans le tympan nord de Sainte Sophie, mosaïque sur laquelle est écrit « Ignatios O Neos », Ignace le jeune52.

Eunuques, Église, monastères et établissements d’assistance

  • 53 R. Guilland, Les eunuques, p. 203 (= p. 169)

31Les eunuques sont particulièrement présents dans l’Église constantinopolitaine et jusqu’à la tête même de l’église byzantine. Au xe siècle on peut mentionner les patriarches Étienne II (925-927), et Polyeucte (956-970)53.

  • 54 Sur les monastères et fondations pieuses comme biens patrimoniaux voir M. Kaplan, Les hommes, p. 2 (...)
  • 55 PLRE 2, « Gratissimus », p. 519.
  • 56 Sur ces différentes fonctions du monastère comme fondation privée à Byzance voir A.-M. Talbot, The (...)

32Comme nous l’avons vu les riches eunuques participent activement à la mise en place d’établissements d’assistance, de soins et à la vie spirituelle de la capitale. Ils créent des hospices ou hôpitaux, des monastères et des églises à Constantinople. La fondation de monastères ou le retrait dans un monastère pour des eunuques palatins à Constantinople, est chose courante. Ce phénomène s’explique certes par la piété des fondateurs, mais il faut voir également une réalité plus matérielle. Un monastère ou un établissement d’assistance sont dotés de biens-fonds dont les revenus sont perçus en grande partie par le fondateur. Par l’institution de monastères ou d’établissements d’assistance les eunuques s’inscrivent dans une stratégie qui est commune à l’ensemble de l’aristocratie byzantine54. Le monastère représente aussi un lieu de retraite pour les eunuques âgés. Par exemple le préposite Gratissimos fait bâtir dans les années 460 le monastère de Saint Kyriakos, en dehors de la porte dorée, probablement sur un de ses domaines. Il s’y retire lorsqu’il prend sa retraite55. S’assurer la possession d’un monastère doté de biens-fonds suffisants et dans lequel il pourra compter sur l’assistance des moines est d’autant plus nécessaire pour un eunuque qu’il ne peut se marier, ni adopter avant la loi de Léon VI. Il ne peut donc le plus souvent s’appuyer sur une famille en cas de besoin, quoique comme nous l’avons vu, cette situation commence à changer au ixe siècle, quand des familles byzantines décident de faire castrer un de leurs garçons afin qu’il entre au Palais. De plus, l’église monastique peut assurer la sépulture et la commémoration de la mémoire du défunt qui bénéficie des prières des moines pour son salut56.

  • 57 Patria, III, 161, T. Preger éd., t. 2, p. 266 ; Skylitzès, « Basile le Macédonien », 11, I. Thurn (...)
  • 58 Psellos, I, 19-20, éd. trad. E. Renaud, t. 1, p. 12-13. Sur Basile le Parakoimômène et l’histoire (...)

33Non seulement la possession d’un monastère va de soi pour un dignitaire eunuque impérial, par exemple l’eunuque Damianos, parakoimômène de l’empereur Michel III (842-867), fait bâtir à Constantinople un monastère connu sous son nom ta Damianou, mais la splendeur de la fondation se doit d’être à la mesure de la puissance et de la richesse de l’eunuque57. Basile le Parakoimômène, au sommet de sa puissance et à la tête d’une immense fortune foncière, fonde à Constantinople un monastère magnifique, bien doté, en l’honneur de saint Basile le Grand, façon de créer un établissement éponyme. Lorsque l’empereur Basile II renvoie l’eunuque, il entreprend de mettre à bas progressivement son monastère58.

  • 59 Skylitzès, « Michel le Paphlagonien », 8, I. Thurn éd., p. 398.
  • 60 Theoph. Cont., p. 364-365. R. Janin, Les églises, p. 298-300.
  • 61 Diataxis, P. Gautier éd., p. 26-29, 58-59 et 64-65. Voir aussi le commentaire de P. Gautier dans T (...)

34Des monastères de la capitale qui ne sont pas des fondations d’eunuques accueillent également ces derniers. Par exemple, en 1035, Nicéphore, un très haut dignitaire eunuque, décide de devenir moine au monastère de Stoudios après avoir personnellement réchappé à un tremblement de terre meurtrier59. L’empereur Léon VI fonde même, en 899-900, dans le quartier des Topoi, un monastère d’eunuques, Saint-Lazare, à proximité du Grand Palais, près du rivage de la Propontide60. En mars 1077 l’éminent juge et juriste Michel Attaliate fonde un monastère au cœur de la capitale devant accueillir des moines eunuques61.

  • 62 Skylitzès, « Léon le philosophe », 32, I. Thurn éd., p. 191.

35Le monastère est aussi un moyen commode de relégation pour un dignitaire palatin eunuque tombé en disgrâce. Ainsi, Léon VI fait enfermer le célèbre Samonas d’abord dans le monastère du patriarche Euthyme puis celui de Martinakios62.

  • 63 Sur ce rôle des moines et du saint homme voir G. Dagron, Monachisme, p. 246-276 et P. Brown, La so (...)
  • 64 Vie d’Hypatios, 12, 4-13, éd. trad. G. J. M. Bartelink, p. 116-121.

36Enfin, assurer la protection d’un monastère constantinopolitain est une façon pour un puissant eunuque de s’insérer dans les réseaux de sociabilité et de pouvoir de la ville capitale. Il peut tisser des liens, voire même se constituer une clientèle dans un monde qui est un puissant pouvoir à Constantinople, dont l’empereur et le Patriarche, les hauts fonctionnaires civils et militaires, mais aussi l’aristocratie tant masculine que féminine, doivent tenir compte, celui des moines de la Ville. Ce monde peut aussi être source d’une sainteté dont il est avantageux de s’assurer la protection63. À l’inverse, il est toujours précieux pour un monastère de pouvoir recourir à un eunuque impérial, qui a accès direct à l’empereur, à l’impératrice, ainsi qu’aux plus hauts dignitaires civils, ecclésiastiques et militaires de l’empire. Les rapports entre l’eunuque Ourbikios et le saint moine Hypatios sont emblématiques de cette étroite association. Au ve siècle, le cubiculaire Ourbikios peut hériter de la fortune du très riche patrice Aétios grâce au soutien de l’higoumène Hypatios. Ourbikios confie à Hypatios le patrice, malade, qu’il a arraché à son frère qui le maltraitait. Hypatios l’héberge dans son monastère situé près de Constantinople et du côté de la rive asiatique du Bosphore. Le patrice lègue toute sa fortune par testament à Ourbikios qui finance alors la réparation du monastère et l’agrandit, par la construction d’un oratoire et de nouvelles cellules64.

  • 65 Vie d’Hypatios, 15, 9 et 51, 11, éd. trad. G. J. M. Bartelink, p. 126-127 et p. 290-291.

37Par la suite Ourbikios devient préposite et cette fortune dont il a hérité a probablement fortement contribué à la réussite de sa carrière, puisque ce dernier comme nous l’avons vu précédemment, fut un des plus puissants eunuques de Byzance, en étant préposite de plusieurs empereurs successifs. La Vita précise que, devenu praepositus sacri cubiculi, Ourbikios fait bâtir, à la suite d’un vœu et avec la contribution d’un don impérial, un monument funéraire, un hérôon, pour les corps des frères du monastère. Et c’est encore Ourbikios qui fait don du sarcophage en pierre, dans l’oratoire du monastère, où Hypatios est déposé après sa mort en 44665.

  • 66 N. J. 133, 5, p. 672-673 (loi de 539). Sur les eunuques comme lien entre le monde et une sainte ou (...)

38De plus, les monastères féminins de la capitale recourent à des prêtres eunuques, en particulier pour donner la communion aux moniales ou défendre les intérêts du monastère, car ils peuvent approcher l’abbesse et faire le lien avec le monde extérieur masculin66.

  • 67 Jean d’Éphèse, Vie de Théodore le castrensis, p. 202-204. Sur le castrensis voir R. Delmaire, Les (...)

39La présence des eunuques impériaux a des conséquences matérielles importantes pour la population de Constantinople. Les eunuques ont une activité essentielle d’évergétisme et de charité, à travers les églises, hospices et hôpitaux qu’ils financent mais aussi par des distributions d’argent. Dans la Vie de Théodore, Jean d’Éphèse nous donne une idée assez précise des bienfaits que pouvaient représenter pour les pauvres de la capitale les activités charitables d’un dignitaire eunuque, au regard de son niveau de fortune. Théodore termine sa carrière sous Justinien comme castrensis, une des plus hautes fonctions pour un eunuque, car non seulement il est responsable au Palais de la Table impériale et donc également des cuisines, ainsi que des vivres, mais il a également sous son autorité des services d’entretien, responsabilités qui le placent à la tête de nombreux offices. En l’espace d’une année, Théodore distribue aux pauvres de Constantinople et de ses faubourgs au total plus de 15 ou 20 kentènaria, épuisant ainsi sa fortune en or. Il libère ses esclaves. On apprend également que des hommes libres lui sont attachés. Il leur offre des cadeaux ainsi qu’aux esclaves qu’il vient de libérer67.

Un poids spatial et numérique

  • 68 Voir R. Guilland, Les eunuques, p. 197-235 (= p. 165-189) et G. Sidéris, Eunuchs, p. 164-165.
  • 69 Akropolites Vita, 18, éd. trad. T. S. Miller, p. 366-367.

40Les eunuques sont des personnages familiers de la Constantinople byzantine. La Constantinople médiévale voit se croiser des eunuques libres ou esclaves, une foule de serviteurs eunuques du Palais Impérial qui compte de puissants nobles eunuques au service de l’empereur, de l’impératrice, de toute la famille impériale et de l’État byzantin, des eunuques moines ou clercs, le patriarche lui-même pouvant être eunuque68, voir jusque dans la principale léproserie de Constantinople, appelée Saint-Zôtikos, située sur les hauteurs de Péra, de l’autre côté de la Corne d’Or69.

  • 70 Vie de Matrôna, 35, p. 806.
  • 71 Vie de Sabas, 69, E. Schwartz éd., p. 171, l. 6-25.
  • 72 Theoph. Cont., VI, 9, p. 357 ; Skylitzès, « Léon le Philosophe », 12, I. Thurn éd., p. 175-176. Po (...)

41Les eunuques sont présents dans tout l’espace de la cité. Les puissants possèdent une domesticité d’esclaves eunuques au service des femmes de la famille dans le gynécée. Les femmes de l’aristocratie se déplacent dans les rues de Constantinople dans des litières fermées entourées de leur domesticité eunuque70. En 527-528, à la mort de la patricienne Anicia Juliana, ses eunuques sont suffisamment riches et nombreux pour se rendre en Terre Sainte et, après un passage par Jérusalem, aller fonder un monastère près de Jéricho, qui devint rapidement célèbre sous le nom de « monastère des eunuques »71. Cette domesticité eunuque privée peut elle aussi constituer un pouvoir important dans la capitale, lorsqu’elle est au service de puissants aristocrates constantinopolitains. L’exemple de Mousikos illustre cet aspect. Il est un serviteur eunuque du basiléopatôr Stylien Zaoutzès, qui l’écoute. Zaoutzès par sa charge de basiléopatôr non seulement exerce de très hautes fonctions au Palais impérial, mais c’est un personnage d’autant plus considérable que sa fille, Zoé, est la maîtresse et future épouse de l’empereur Léon VI. Voulant favoriser les affaires de négociants amis, Staurakios et Kosmas, Mousikos parvient à obtenir grâce à son puissant maître, le transfert de Constantinople à Thessalonique des marchandises importées de Bulgarie pour la Ville. Puis il obtient que la perception des droits de douane sur ces marchandises soit confiée à ses amis négociants72.

  • 73 Foucher de Chartres, I, 9, p. 331-332.
  • 74 Sur la perception des eunuques de Byzance par les Occidentaux au Moyen Âge voir S. Tuchel, Kastrat (...)

42Quelle est la place numérique des eunuques à Constantinople ? Comme nous l’avons vu, Harun Ibn Yahya parle de 5 000 serviteurs eunuques impériaux au début du xe siècle. Foucher de Chartres participa à la croisade et en juin 1097 il est aux côtés d’Étienne de Blois au siège de Nicée. Son évocation de Constantinople en 1097 est donc un témoignage précieux. Il estime à 20 000 le nombre d’eunuques vivant à Constantinople en cette extrême fin du xie siècle73. Voilà un montant considérable qu’on hésite à retenir. Si l’on ajoute aux eunuques impériaux, les eunuques présents dans les églises et les monastères, ainsi que les eunuques des maisons privées aristocratiques, il est à peu près certain que la capitale byzantine abritait plusieurs milliers d’eunuques. Plus que leur nombre exact, ce qui semble essentiel c’est qu’ils étaient perçus comme un groupe très nombreux, une foule, qui distinguait Constantinople, marquait son identité spécifique et son rang de ville exceptionnelle. Pour Foucher, le grand nombre d’eunuques vivant en permanence à Constantinople fait partie de la noblesse et de la parure de la cité au même titre que ses monastères, ses palais, ses « mirabilia », ses reliques et ses richesses. Les eunuques apparaissent comme un signe d’identité de la Ville. Certes, on peut penser qu’il les évoque comme une des curiosités notables de la capitale, mais sa mention est tout de même remarquable, venant d’un de ces Francs en général si hostiles aux castrats, qui aiment plutôt à représenter les eunuques comme un signe de la décadence des Byzantins74.

Les eunuques et la mémoire de la Ville

43Constantinople est donc le lieu privilégié d’intégration des eunuques à Byzance. C’est non seulement la ville où un eunuque doit venir tenter sa chance s’il veut réussir socialement mais c’est la cité par excellence des eunuques dans l’empire. Cette réalité atteint un tel degré de vérité aux yeux des Byzantins que dès le viiie siècle, l’eunuque est partie intégrante de la mémoire de la Ville, de sa sainteté et de la perception que les Constantinopolitains ont de leur identité. Ceci fait que dès les viiie-xe siècles, Constantinople ne peut plus se concevoir elle-même sans ses eunuques.

  • 75 Parastaseis, 7, T. Preger éd., t. I, p. 23. Sur les Parastaseis voir G. Dagron, Constantinople ima (...)
  • 76 Patria, I, 58, T. Preger éd., t. 2, p. 143-144. Sur les Patria voir G. Dagron, Constantinople imag (...)
  • 77 Patria, I, 65, T. Preger éd., t. 2, p. 147. Sur le parakoimômène et le protovestiaire voir R. Guil (...)

44Les parastaseis, ensemble de notices brèves composées au viiie siècle, mentionnent la présence à Constantinople, sur une place appelée Smyrnion, d’une statue d’un préposite de Constantin le Grand, Hilarion75. Les Patria, qui sont un recueil de récits, datant du xe siècle, et qui comportent des aspects légendaires, présentent Constantin associant des dignitaires eunuques, le parakoimômène Euphratas, le préposite Olybrios, Ourbikios et le protovestiaire Michel, à la construction de Constantinople76. Les Patria présentent aussi le « parakoimômène » Euphratas comme ayant incité Constantin à devenir chrétien. C’est cet Euphratas qui installe, sur ordre de Constantin, les familles sénatoriales venues de Rome dans leur nouveau domicile. Les titres de parakoimômène et de protovestiaire sont des anachronismes pour le ive siècle, car la première mention vraisemblable d’un parakoimômène se situe sous le règne de l’empereur Maurice, entre 582 et 602 et celui de protovestiaire est attesté au ixe siècle77.

  • 78 Voir R. Delmaire, Les institutions, p. 151-153.

45Tous ces récits sont probablement largement légendaires. Même s’il n’y a pas lieu de remettre en question le fait qu’il existait un préposite à la tête de la Chambre impériale, le Cubiculum, sous Constantin et qu’il est fort probable que des serviteurs eunuque étaient présents dans la domesticité impériale, lorsque Constantin entama la construction de sa capitale78.

  • 79 Voir G. Sidéris, Eunuchs, p. 163-165.

46La mention de la conversion de Constantin nous donne une clé de la reconstruction légendaire. En premier lieu, il s’agit d’inscrire la fondation de Constantinople dans la figure et la tradition de la sainteté eunuque, qui s’élabore à Byzance à partir des eunuques présents dans la Bible, puis le martyr des serviteurs palatins eunuques de Dioclétien à Nicomédie79. En opérant ainsi, les patriographes récupèrent au profit de la Reine des Villes un puissant élément de légitimité sur le plan religieux.

47De plus, ces récits nous indiquent comment, d’une part, la tradition byzantine progressivement a étroitement associé les eunuques impériaux, Constantinople et les élites sénatoriales de la Ville et d’autre part, a construit ce lien étroit comme un fait fondateur des origines mêmes de la cité constantinienne. Ces récits tendent à suggérer que les eunuques impériaux constituent une composante originelle des élites constantinopolitaines. Comme si les eunuques étaient devenus une composante consubstantielle de l’identité des élites constantinopolitaines. D’ailleurs les différentes versions des Patria décrivent avec minutie les palais des eunuques, les églises et les monastères qu’ils ont fondé, les statues qui les représentent et les immortalisent, statues que les habitants de Constantinople voient quotidiennement et leur fait mémoire que ce troisième sexe est partie intégrante de l’identité de la Ville. Les Patria disent ce qui est devenu au cours des siècles une évidence pour les Constantinopolitains, une vérité constitutive de l’identité même des élites de la capitale byzantine.

  • 80 Théophane, AM 6272, C. de Boor éd., t. 1, p. 453, trad. et commentaires par C. Mango et R. Scott, (...)
  • 81 Sur cette inversion du cérémonial processionnel voir A. Cameron, The Construction, p. 130-131. Sur (...)
  • 82 Sur les parades triomphales et les cérémonies impériales à Constantinople, en particulier le long (...)

48Enfin, les eunuques sont intégrés à la mémoire sainte de Constantinople et ce de deux façons. D’une part dans la réalité martyriale de la ville. L’historien Théophane rapporte comment en 780, l’empereur iconoclaste Léon IV fit martyriser cinq cubiculaires eunuques iconodoules. Après les avoir faits fouetter et tonsurer, il les fit parader enchaînés le long de l’artère principale de la ville, la Mésè puis emprisonner dans la prison du Prétoire où l’ex-parakoimômène Théophane décède, méritant ainsi pour l’orthodoxie d’être placé au nombre des martyrs et confesseurs80. Le récit de leur procession à travers les rues de Constantinople a une double fonction. D’une part, il transmet le souvenir vraisemblable d’un défilé d’humiliation qui a pu réellement avoir lieu. De plus, le récit appelle l’attention sur un itinéraire qui reprend un des principaux axes des cortèges impériaux. Ce récit a pour fonction d’inscrire ces eunuques dans une mémoire multiple. En premier lieu, une mémoire urbaine commune à la population de Constantinople de la souffrance, de l’humiliation et de la déchéance, dans une ville où la mémoire porte le souvenir des nombreuses répressions dues aux souverains successifs. D’autre part, cette mise en scène des eunuques humiliés et enchaînés dans la Mésè, l’artère principale de la ville, joue comme image inversée des eunuques glorieux dans l’univers théâtralisé des cortèges impériaux que nous donne à voir le Livre des Cérémonies. Cette parade d’humiliation fonctionne comme un rituel d’inversion81. Ce faisant, elle souligne la volonté du pouvoir impérial, mais aussi du chroniqueur, de lier organiquement l’itinéraire de ces eunuques déchus au rituel du cortège processionnel impérial, dans la rue emblématique même de la Ville capitale, rue également des acclamations triomphales. Dès lors, Constantinople peut s’approprier d’autant mieux ces eunuques comme figures martyriales identitaires. Identitaires non seulement parce qu’ils incarnent une société, une communauté de genre spécifique à Constantinople mais aussi parce que leur martyr se décline sur un registre urbain propre à la ville-capitale, cadre des cérémonies impériales et des triomphes, qu’est Constantinople82.

Un médiateur dans la Ville

  • 83 Procope, Anekdota, 15, 26, éd. trad. H. B. Dewing, p. 182-183. Sur ce rôle de médiateur de l’eunuq (...)
  • 84 Vie d’Irène, 12, éd. trad. J. O. Rosenqvist p. 48-51. Voir N. Delierneux, Anne-Euphémianos, p. 119 (...)

49L’eunuque remplit une fonction de médiation entre le féminin et le masculin qui autorise l’établissement d’une communication. Cette fonction est visible à la Cour où l’impératrice ne reçoit des hommes qu’entourée de ses eunuques83. C’est un eunuque, Cyril, qui assure la connexion entre Irène, abbesse du monastère de Chrysobalanton à Constantinople, qui vécut au ixe siècle et jusqu’au début du xe siècle, et le monde extérieur, en particulier sa sœur qui vit dans la Ville84.

  • 85 Vie de Matrôna, 4-9 et 28-52, p. 792-795 et p. 803-813. Voir N. Delierneux, Virilité physique, p.  (...)

50Par son rôle de médiateur, l’eunuque introduit une fluidité, une perméabilité dans les identités de sexe que l’on peut saisir à Constantinople à la haute époque à travers la figure d’une sainte qui vécut de 420 à 524 environ, Matrôna qui d’abord passe pour un eunuque et vit une existence de moine au monastère de Bassianos, jusqu’à ce qu’on s’aperçoive de son véritable sexe. Puis, bénéficiant de l’appui des femmes de la haute aristocratie constantinopolitaine, elle peut fonder un monastère féminin dans la Ville85.

  • 86 Sur la liste des « passions », c’est-à-dire des « vices » reprochés par leurs ennemis aux eunuques (...)

51Mais cet état d’eunuque est aussi l’objet de railleries et l’on se plait à dénoncer la lubricité, l’ivrognerie, la passion pour les jeux et le théâtre de ces êtres au sexe ambivalent. Ces « passions » et « vices », réels ou supposés, sont surtout une arme politique utile pour dénigrer de puissants ennemis auxquels on reproche leur pouvoir dans l’appareil d’État byzantin86.

  • 87 Théophylacte d’Achrida, éd. trad. P. Gautier, p. 322-325. Pour le dossier tant textuel qu’iconogra (...)

52C’est que l’eunuque est médiateur à Constantinople au niveau le plus élevé, entre les mondes terrestre et céleste. Un aspect que nous ne pouvons plus vraiment reconstituer mais qui a dû jouer un rôle important à Constantinople est le rôle des eunuques dans l’espace sonore. En effet, des eunuques appartenant au clergé ou moines de leur état, chantaient non seulement à Sainte-Sophie mais aussi dans des églises de Constantinople et l’empereur disposait dans le clergé qui lui était attaché d’eunuques pour chanter la liturgie. De plus, Théophylacte d’Achrida évoque le chant des anges lorsqu’il parle du chant des eunuques87.

  • 88 Vision du moine Cosmas, éd. trad. C. Angelidi, p. 86-87 et p. 96-97. Voir les commentaires de C. A (...)

53Un discours prononcé ou écrit à Constantinople raconte la Vision du moine Cosmas. Lorsque le moine Cosmas, qui fut koitônite de l’empereur Alexandre, donc un eunuque impérial, voyage en 933, à travers une vision, dans l’au-delà, c’est au Palais de la Jérusalem céleste qu’il est accueilli par les eunuques angéliques qui sont auprès de l’empereur céleste, c’est-à-dire Dieu. Les anges apparaissent donc comme des eunuques célestes, à l’image des eunuques impériaux88.

Des eunuques angéliques pour la Constantinople terrestre

  • 89 Narratio, 4 et 5, T. Preger éd., t. 1, p. 78-81. Voir G. Dagron, Constantinople imaginaire, p. 198 (...)

54Nous terminerons sur les légendes qui courent sur Sainte-Sophie. Au ixe siècle est composé un récit légendaire sur la construction de Sainte-Sophie sous Justinien. Le récit dit que la partie de Sainte-Sophie englobant le Saint Puits, le sanctuaire, l’emplacement de l’ambon et jusqu’au milieu de la nef, a été bâtie sur l’emplacement de la demeure de l’eunuque Antiochos, ostiarios, c’est-à-dire un cubiculaire impérial. La partie droite du gynécée est bâtie sur l’emplacement de la demeure de l’eunuque Charitôn. Ce sont probablement des passages légendaires. Le récit perpétue à travers la fiction ce qui est une réalité historique, la présence de palais eunuques près de l’hippodrome et de Sainte Sophie. Mais il révèle aussi une idée ancrée dans les représentations des habitants de la Ville : le sanctuaire de Sainte-Sophie, espace de pureté n’a pu qu’être élevé sur un emplacement appartenant à un être chaste. Dans la même veine, l’association est évidente entre le gynécée, partie réservée aux femmes, et la maison de l’eunuque Charitôn, les eunuques étant les gardiens du gynécée89.

55Un jour, l’architecte en chef Ignatios laissa son fils de quatorze ans sur le chantier, là où on édifiait la partie droite des tribunes. Un eunuque vêtu d’un habit éblouissant, de belle apparence, comme un eunuque du Palais, lui apparaît et lui demande pourquoi les ouvriers ne se hâtent pas de terminer l’œuvre de Dieu. Il demande à l’enfant d’aller chercher les ouvriers et il lui fait le serment de ne pas partir tant qu’il ne sera pas revenu. Lorsque l’enfant retrouve son père celui-ci l’emmène jusqu’à la table impériale et comme l’enfant ne reconnaît aucun des eunuques impériaux, Justinien comprend que c’est un ange du Seigneur qui est apparu et que Dieu voit cette œuvre avec faveur. Il lui donne alors le nom de Sainte-Sagesse, Verbe de Dieu. Il interdit à l’enfant de retourner sur le chantier ainsi l’ange continuera à garder l’église sur ordre de Dieu jusqu’à la fin du monde.

56Le thème de l’ange-eunuque prend ici un aspect tout particulier puisque des anges et archanges sont représentés à Sainte-Sophie. Le récit nous suggère donc que ces anges sont représentés sous les traits et l’aspect des eunuques impériaux. Les habitants de Constantinople pouvaient donc quotidiennement élever leurs yeux vers ces anges-eunuques protecteurs de la Grande Église de la Ville.

  • 90 Narratio, 10, T. Preger éd., t. 1, p. 85-88. Pour la traduction française et un commentaire de ce (...)

57Ainsi, par ce récit et par l’image, le thème de l’eunuque céleste ancre pour toujours dans la mémoire le lien consubstantiel et protecteur qui lie Constantinople, nouvelle Jérusalem, image sur terre de la Jérusalem céleste, à ses eunuques90.

Figure 1 — Carte de Constantinople byzantine

Figure 1 — Carte de Constantinople byzantine

Figure 2 — Mosaïque de Théodora et de sa cour, San Vitale, Ravenne

Figure 2 — Mosaïque de Théodora et de sa cour, San Vitale, Ravenne

Figure 3 — L’archange Gabriel, mosaïque de Sainte-Sophie (peut-être ixe siècle)

Figure 3 — L’archange Gabriel, mosaïque de Sainte-Sophie (peut-être ixe siècle)

Figure 4 — Le patriarche « Ignace le jeune », mosaïque de Sainte-Sophie

Figure 4 — Le patriarche « Ignace le jeune », mosaïque de Sainte-Sophie

Figure 5 — La porte de Rhesion (Mevlevihane ou Mevlana Kapi) à Istanbul

Figure 5 — La porte de Rhesion (Mevlevihane ou Mevlana Kapi) à Istanbul

Bibliographie

Sources

Akropolites Vita (BHG 2480) : éd. et trad. angl. par T. S. Miller, « The Legend of Saint Zotikos according to Constantine Akropolites », Analecta Bollandiana, 112, 1994, p. 339-376.

C. J. : Codex Iustinianus, P. Krüger, W. Kunkel éd., 12e éd., Berlin, 1959 (Corpus Iuris Civilis, t. 2).

Corpus Iuris Civilis, t. 1, Institutiones, Digesta, 16e éd., Berlin, 1954, t. 2, C. J., 12e éd., Berlin, 1959, t. 3, N. J., 6e éd., Berlin, 1959.

Diataxis : P. Gautier, « La diataxis de Michel Attaliate », Revue des études byzantines, 39, 1981, p. 5-143.

De cer. : Constantini Porphyrogeniti imperatoris De Cerimoniis aulae byzantinae I et II, I. I. Reiske éd., Bonn, 1829. Constantin VII Porphyrogénète, Le livre des cérémonies, éd. trad. fr. et commentaires par A. Vogt, 4 vol., Paris, 1935-1940.

Foucher de Chartres : « Historia Hierosolymitana. Gesta Francorum Iherusalem peregrinantium, ab anno Domini MXCV usque ad annum MCXXVII, auctore domno Fulcherio Cartonensi », dans Recueil des historiens des croisades, historiens occidentaux, t. 3, Paris, 1866, rééd. Gregg International Publishers, Farnborough, 1967, p. 311-485.

Grégoire de Tours, Histoire : Gregorii episcopi turonensis libri historiarum X, B. Krusch, W. Levison éd., Monumenta Germaniae Historica, Scriptores Rerum Merovingicarum, I, 1, Hanovre, 1951 ; trad. fr. par R. Latouche, Grégoire de Tours, Histoire des Francs, t. 2, Paris, Les Belles Lettres, 2e tirage, 1979.

Institutes. : Institutiones, Digesta, P. Krüger, T. Mommsen, W. Kunkel éd., 16e éd., Berlin, 1954 (Corpus Iuris Civilis, t. 1).

Jean d’Éphèse, Vie de Théodore le castrensis : John of Ephesus, Lives of the Eastern Saints, éd. trad. angl. du texte syriaque par E. W. Brooks, III, Patrologia Orientalis XIX-2, Turnhout, 1989, p. 200-206.

Kyrillos von Skythopolis : E. Schwartz, Kyrillos von Skythopolis, Texte und Untersuchungen zur Geschichte der Altchristlichen Literatur, 49, Leipzig, 1939.

Léon Diacre : Leonis Diaconi Caloënsis historiae libri decem, C. B. Hase éd., Bonn, 1828.

N. J. : Novellae, R. Schöll, G. Kroll, W. Kunkel éd., 6e éd., Berlin, 1959 (Corpus Iuris Civilis, t. 3).

Mir. : Miracles de saint Artémios, BHG 173, A. Papadopoulos-Kerameus éd., Varia graeca sacra, Saint-Petersbourg, 1909, p. 1-75, (nous citons les miracles en utilisant l’abréviation Mir. suivie du numéro du miracle dans cette édition). Trad. angl. et commentaire V. S. Crisafulli et J. W. Nesbitt, The Miracles of St. Artemios. A Collection of Miracles Stories by an Anonymous Author of Seventh-Century Byzantium, The Medieval Mediterranean Peoples Economies and Cultures, 13, Leyde, 1997 (cité V. S. Crisafulli, J. W. Nesbitt, Miracles of Saint Artemios).

Novelle : Les novelles de Léon VI le sage, éd. trad. fr. P. Noailles et A. Dain, Paris, Les Belles Lettres, 1944.

Narratio : Anonymi Narratio de Aedificatione Templi S. Sophiae, dans T. Preger, Scriptores, t. 1, p. 74-108.

N. Oikonomidès, Listes : N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, intr., éd., trad. fr. et commentaire, Paris, 1972.

Paul d’Égine, Chirurgie, éd. trad. fr. R. Briau, Paris, 1855. Parastaseis : Parastaseis Syntomoi Chronikai, dans T. Preger éd., Scriptores, t. 1, p. 19-73.

Patria I, II, III : Patria Konstantinoupoleos, I, II, III, dans T. Preger éd., Scriptores, t. 2, p. 135-150, 151-209, 214-283.

Procope, Anekdota : Procopius, The Anecdota or Secret History, éd. trad. angl. par H. B. Dewing, Londres-Cambridge-Massachusetts, 1969.

Psellos : Michel Psellos, Chronographie, éd. trad. fr. par E. Renaud, 2 vol., Paris, 1926.

Scriptores : T. Preger éd., Scriptores Originum Constantinopolitanarum, 2 vol., Leipzig, 1901 et 1907.

Skylitzès : I. Thurn éd., Ioannis Scylitzae Synopsis Historiarum, Corpus Fontium Historiae Byzantinae V, Series Berolinensis, Berlin, 1973. Pour la traduction française et les commentaires : Jean Skylitzès. Empereurs de Constantinople, texte traduit par B. Flusin et annoté par J.-C. Cheynet, Réalités byzantines, 8, Paris, 2003.

Théophane : Theophanis Chronographia, C. de Boor éd., t. I, Teubner, Leipzig, 1883.

Theoph. Cont. : Theophanes Continuatus, I. Bekker éd., Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae, Bonn, 1838.

Théophile, Institutiones : Theophili Antecessoris Institutiones, ex editione E. C. Ferrini, dans J. et P. Zépos, Jus Graeco-Romanum, t. III, 2e éd. (réimpression de l’éd. d’Athènes, 1931), Darmstadt, 1962.

Théophylacte d’Achrida : Théophylacte d’Achrida, discours, traités, poésies, introd., texte, trad. fr. et notes par P. Gautier, Thessalonique, 1980.

Vie d’Hypatios (BHG 760) : Callinicos, Vie d’Hypatios, éd. trad. fr. et notes par G. J. M. Bartelink, Sources chrétiennes, no 177, Paris, 1971.

Vie d’Irène (BHG 952) : J. O. Rosenqvist, The Life of St. Irene Abbess of Chrysobalanton. A critical Edition with Introduction, Translation, Notes and Indices, Studia Byzantina Upsaliensia, 1, Uppsala, 1986.

Vie de Porphyre (BHG 1570) : Marc le Diacre, Vie de Porphyre évêque de Gaza, éd., trad. fr. et commentaire par H. Grégoire et M.-A. Kugener, Paris, 1930.

Vie de Matrôna (BHG 1221), Acta Sanctorum Novembris, t. 3, Bruxelles, 1910, p. 790-813.

Vie de Sabas (BHG 1608), E. Schwartz éd., dans Kyrillos von Skythopolis, p. 85-200.

Vie de Théodosios (BHG 1777), E. Schwartz éd., dans Kyrillos von Skythopolis, p. 235-241.

Vision du moine Cosmas : C. Angelidi, « La version longue de la vision du moine Cosmas », Analecta Bollandiana, 101, 1983, p. 73-99.

Bibliographie

M.-F. Auzépy, L’hagiographie : M.-F. Auzépy, L’hagiographie et l’iconoclasme byzantin. Le cas de la Vie d’Étienne le Jeune, Aldershot, 1999.

A. Avraméa, Bornes : A. Avraméa, « Bornes et propriétés foncières de Constantinople et de Thrace », Travaux et Mémoires du Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance, 10, 1987, p. 399-404.

J.-L. Ball, Byzantine Dress : J.-L. Ball, Byzantine Dress. Representations of Secular Dress in Eighthto Twelfth-Century Painting, New York, 2005.

A. Berger, Patria : A. Berger, Untersuchungen zu den Patria Konstantinupoleos, Poikila Byzantina, 8, Bonn, 1988.

P. Brown : La société et le sacré : P. Brown : La société et le sacré dans l’Antiquité tardive, trad. fr. par A. Rousselle, Paris, 1985.

A. Cameron, The construction : A. Cameron, « The construction of court ritual : the Byzantine Book of Ceremonies », dans D. Cannadine et S. Price, Rituals of Royalty. Power and Ceremonial in Traditional Societies, Cambridge, 1987, p. 106-136.

A. Cameron, J. Herrin, Constantinople : A. Cameron et J. Herrin, en collaboration avec A. Cameron, R. Cormack et C. Roueché, Constantinople in the Early Eighth Century : The Parastaseis Syntomoi Chronikai, intr. trad. angl. et commentaire, Leyde, 1984.

J.-C. Cheynet, Pouvoir : J.-C. Cheynet, Pouvoir et contestation à Byzance (963-1210), Byzantina Sorbonensia, 9, Paris, 1990.

G. Dagron, Constantinople : G. Dagron, Naissance d’une capitale. Constantinople et ses institutions de 330 à 451, Paris, 1974.

G. Dagron, Constantinople imaginaire : G. Dagron, Constantinople imaginaire. Études sur le recueil des « Patria », Paris, 1984.

G. Dagron, Monachisme : G. Dagron, « Les moines et la ville : le monachisme à Constantinople jusqu’au concile de Chalcédoine (451) », Travaux et Mémoires du Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance, 4, Paris, 1970, p. 229-276.

G. Dagron, Réglementation : G. Dagron, « Ainsi rien n’échappera à la réglementation. État, Église, corporations, confréries : à propos des inhumations à Constantinople (ive-xe siècle) », dans V. Kravari, J. Lefort et C. Morrisson, Hommes et richesses dans l’Empire byzantin, t. II : viiie-xve siècle, Réalités byzantines, 3, Paris, 1991, p. 155-182.

N. Delierneux, Anne-Euphémianos : N. Delierneux, « Anne-Euphémianos, l’épouse devenue eunuque : Continuité et évolution d’un modèle hagiographique », Byzantion, 72, 2002, p. 105-140.

N. Delierneux, Virilité physique : N. Delierneux, « Virilité physique et sainteté féminine dans l’hagiographie orientale du IVe au viie siècle », Byzantion, 67, 1997, p. 179-243.

R. Delmaire, Largesses : R. Delmaire, Largesses sacrées et Res Privata. L’Aerarium impérial et son administration du ive au vie siècle, Rome, 1989.

R. Delmaire, Les institutions : R. Delmaire, Les institutions du Bas-Empire romain, de Constantin à Justinien, I : Les institutions palatines, Paris, 1995.

V. Déroche, Miracles de saint Artémios : V. Déroche, « Pourquoi écrivait-on des recueils de miracles ? L’exemple des miracles de saint Artémios », dans C. Jolivet-Lévy, M. Kaplan, J.-P. Sodini, Les saints et leur sanctuaire à Byzance. Textes, images, monuments, Byzantina Sorbonensia, 11, Paris, 1993, p. 95-116.

G. Greatrex et J. Bardill, Antiochus : G. Greatrex et J. Bardill, « Antiochus the Praepositus : A Persian Eunuch at the Court of Theodosius II », Dumbarton Oaks Papers, 50, 1996, p. 171-197.

R. Guilland, Les eunuques : R. Guilland, « Les eunuques dans l’Empire byzantin », Études byzantines, 1, 1943, p. 197-238 (= R. Guilland, Recherches, p. 165-197).

R. Guilland, Parakoimomène : R. Guilland, « Le Parakoimomène », Études byzantines, 2, 1944, p. 191-201 (= R. Guilland, Recherches, p. 202-215).

R. Guilland, Protovestiaire : R. Guilland, « Le Protovestiaire », Études byzantines, 2, 1944, p. 202-220 (= R. Guilland, Recherches, p. 216-236).

R. Guilland, Recherches : R. Guilland, Recherches sur les institutions byzantines. Avec trois index par M. Nauenberg, t. I, Berliner Byzantinische Arbeiten, 35, Berlin-Amsterdam, 1967.

J. Herrin, Byzance : J. Herrin, « Byzance : le Palais et la ville », Byzantion, 61, 1991, p. 213-230.

J. Herrin, Women : J. Herrin, Women in Purple. Rulers of Medieval Byzantium, Londres, 2001.

R. Janin, Constantinople byzantine : R. Janin, Constantinople byzantine. Développement urbain et répertoire topographique, 2e éd., Paris, 1964.

R. Janin, Les églises : R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin, I, Le siège de Constantinople et le patriarcat œcuménique, t. 3 : Les églises et les monastères, 2e éd., Paris, 1969.

P. Kalamara, Système : P. Kalamara, Le système vestimentaire à Byzance du ive jusqu’à la fin du xie siècle, thèse du nouveau doctorat Histoire et Civilisations, sous la direction d’A. Guillou, École des hautes études en sciences sociales, 2 tomes, Paris, 2005.

M. Kaplan, Les hommes : M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance du vie au xie siècle. Propriété et exploitation du sol, Byzantina Sorbonensia, 10, Paris, 1992.

P. Magdalino, Constantinople : P. Magdalino, Constantinople médiévale. Études sur l’évolution des structures urbaines, Paris, 1996.

P. Magdalino, Paphlagonians : P. Magdalino, « Paphlagonians in Byzantine High Society », dans Byzantine Asia Minor (6th-12th Cent.), National Hellenic Research Foundation : Institute for Byzantine Research, International Symposium, 6, Athènes, 1998, p. 141-150.

C. Mango, Le développement : C. Mango, Le développement urbain de Constantinople ( ive-viie siècles), Paris, nouvelle édition, 1990.

C. Mango et R. Scott, The Chronicle : C. Mango et R. Scott, The Chronicle of Theophanes Confessor. Byzantine and Near Eastern History AD 284-813, Oxford, 1997.

A. Mcclanan, Representations : A. Mcclanan, Representations of Early Byzantine Empresses, New York, 2002.

M. McCormick, Eternal Victory : M. McCormick, Eternal Victory. Triumphal Rulership in Late Antiquity, Byzantium, and the Early Medieval West, Cambridge et Paris, 1986.

N. Moran, Castrati : N. Moran, « Byzantine castrati », Plainsong and Medieval Music, 11, 2, 2002, p. 99-112.

G. Peers, Subtle Bodies : G. Peers, Subtle Bodies. Representing Angels in Byzantium, Berkeley-Los Angeles-Londres, 2001.

PLRE 2 : J. R. Martindale, The Prosopography of the Later Roman Empire, t. 2, AD 395-527, Cambridge, 1980.

PLRE 3A et 3B : J. R. Martindale, The Prosopography of the Later Roman Empire, 2 volumes, AD 527-641, Cambridge, 1992.

K. Ringrose, Perfect Servant : K. Ringrose, The Perfect Servant. Eunuchs and the Social Construction of Gender in Byzantium, Chicago, 2003.

I. Sevcenko, Inscription : I. Sevcenko, « The Inscription of Justin II’s Time on the Mevlevihane (Rhesion) Gate at Istanbul », Zbornik Radova Vizantoloskog Institut, t. 12, 1970, p. 1-8.

G. Sidéris, Comédie : G. Sidéris, « La comédie des castrats. Ammien Marcellin et les eunuques, entre eunucophobie et admiration », Revue belge de philologie et d’histoire, 78, 2000, p. 681-717.

G. Sidéris, Eunuchs : G. Sidéris, « Eunuchs of Light. Power, Imperial Ceremonial and Positive Representations of Eunuchs in Byzantium (4th-12th centuries AD) », dans S. Tougher éd., Eunuchs in Antiquity and Beyond, The Classical Press of Wales and Duckworth, Llandysul, 2002, p. 161-175.

G. Sidéris, Eunuques et pouvoir : G. Sidéris, Eunuques et pouvoir à Byzance ive-viie siècle, thèse de doctorat de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris, 2001.

G. Sidéris, Palais : G. Sidéris, « Eunuques, chambre impériale et palais à Byzance (ive-vie siècles) », dans M.-F. Auzépy et J. Cornette éd., Palais et pouvoir de Constantinople à Versailles, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2003, p. 163-181.

G. Sidéris, Sexe : G. Sidéris, « Le sexe des anges : la byzantinologie et les questions de genre », dans M.-F. Auzépy dir., Byzance en Europe, Saint-Denis, 2003, p. 217-233.

A.-M. Talbot, The Monastery : A.-M. Talbot, « The Byzantine Family and the Monastery », Dumbarton Oaks Papers, 44, 1990, p. 119-129.

S. Tougher, Eunuchs : S. F. Tougher, « Byzantine Eunuchs : An overview, with special reference to their creation and origin », dans L. James, Women, Men and Eunuchs. Gender in Byzantium, Londres-New York, 1997, p. 168-184.

S. Tuchel, Kastration : S. Tuchel, Kastration im Mittelalter, Düsseldorf, 1998.

A. A. Vasiliev, Byzance et les Arabes : A. A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, t. II La dynastie macédonienne, édition française préparée par H. Grégoire et M. Canard, deuxième partie Extraits des sources arabes, traduits par M. Canard, Bruxelles, 1950.

Notes

1 J’ai développé la question de la constitution des eunuques comme sexe à part entière à Byzance dans ma thèse, voir G. Sidéris, Eunuques et pouvoir, p. 21-150, et sur les eunuques comme génos spécifique à Byzance, doté d’une sexualité, aux côtés des hommes et des femmes voir G. Sidéris, Sexe, p. 221-222. Dans la novelle 98, P. Noailles et A. Dain éd., p. 320-327, l’empereur Léon VI emploie ce terme de génos au sens de « sexe ». Il désigne comme génè, les sexes masculin et féminin, puis il appelle génos la catégorie des eunuques. Sur les eunuques comme « genre » à Byzance voir K. Ringrose, Perfect Servant, p. 4.

2 Théophile, Institutiones, I, 11, 9, E. C. Ferrini, J. et P. Zépos éd., t. 3, p. 31 ; N. J. 22 (535), c. 6, p. 150-151.

3 Théophile, Institutiones, I, 11, 9, E. C. Ferrini, J. et P. Zépos éd., t. 3, p. 31 ; Institutes, I, 11, 9, p. 5.

4 Novelle 26, P. Noailles, A. Dain éd., p. 100-105.

5 Paul d’Égine, Chirurgie, c. LXVIII, éd. trad. fr. R. Briau, p. 288-289.

6 Par exemple Mamas vit dans un village (kômè) appelé Zômeri, qui se situe près de Sébastée en Asie Mineure orientale. À la suite d’un accident il est castré dans sa jeunesse par les médecins. Il part pour Constantinople où il est recruté pour servir au Palais. Là il devient cubiculaire d’Anastase Ier (491-518) et fait une brillante carrière puisqu’il devient préposite, c’est-à-dire qu’il est placé à la tête de la Chambre de l’empereur et de ses eunuques, Vie de Théodosios, BHG 1777, E. Schwartz éd., p. 240.

7 Voir P. Magdalino, Paphlagonians, p. 143-150.

8 N. J. 142, p. 705-706.

9 Novelle 60, P. Noailles, A. Dain éd., p. 222-227.

10 Chrodieldis est fille du roi Charibert et elle s’est révoltée contre l’abbesse Leubevora du couvent Sainte Croix de Poitiers. Grégoire de Tours, Histoire, X, 15, p. 504, trad. R. Latouche, p. 288. Voir « Chrodieldis » PLRE 3A, p. 312 et « Reovalis », PLRE 3B, p. 1082-1083.

11 Voir sur ces points et la datation de l’ouvrage : V. Déroche, Miracles de saint Artémios, p. 95-99. V. S. Crisafulli et J. W. Nesbitt, The Miracles of Saint Artemios, p. 7-19, p. 33 et p. 38.

12 Voir les tables sur le public de saint Artémios dans V. S. Crisafulli et J. W. Nesbitt, The Miracles of Saint Artemios, p. 19-21.

13 Enfants (Mir. 4, 10, 11, 28, 31, 33, 36, 38, 42, 43, 45, A. Papadopoulos-Kerameus éd., p. 4-5, 10-11, 11-12, 40-41, 50-51, 57-59, 61-63, 71-72, 72, 74-75) ; jeunes hommes de 18 ans (Mir. 40, 41, p. 65-71), 20 ans (Mir. 1, 19, 20, 32, p. 2, 23-25, 45-50), jeunes hommes (Mir. 7, 15, p. 8-9, 14-16), hommes de 22 ans (Mir. 39, p. 63-65), 30 ans (Mir. 44, p. 72-74), 40 ans (Mir. 17, 37, p. 17-20, 59-61), de 45 ans (Mir. 2, p. 2-3), 50 ans (Mir. 13, 27, p. 13, 39-40), de 53 ans (Mir. 6, p. 6-8), de 55 ans (Mir. 30, p. 42-44), de 60 ans (Mir. 16, 26, p. 16-17, 36-39), 62 ans (Mir. 22, p. 28-31), 70 ans (Mir. 29, p. 41-42).

14 Voir les tables, ainsi que les remarques de J. F. Haldon, dans V. S. Crisafulli et J. W. Nesbitt, The Miracles of Saint Artemios, p. 19-21 et p. 37.

15 Voir G. Sidéris, Palais, p. 163-177.

16 Theoph. Cont., p. 318.

17 Voir G. Sidéris, Palais, p. 168-169. Mention du gynécée au Palais : Procope, Anekdota, IV, 6, éd. trad. H. B. Dewing, p. 44-45.

18 J. Herrin, Women, p. 71-94 et p. 100-101.

19 Sur les rapports entre Grand Palais et ville de Constantinople voir J. Herrin, Byzance, p. 216-230.

20 A. A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, t. II-2, p. 390.

21 Theoph. Cont., p. 318.

22 N. Oikonomidès, Listes, p. 124-135 et p. 281-319 ; G. Sidéris, Eunuques et pouvoir, p. 284-310 et p. 426-446.

23 Par exemple en 401, Jean évêque de Césarée de Palestine et Porphyre évêque de Gaza sont introduits auprès de l’impératrice Eudoxie grâce à l’entremise d’un de ses cubiculaires, Amantios : Vie de Porphyre, 37-40, H. Grégoire, M.-A. Kugener éd., p. 31-34.

24 PLRE 3B, « Narses I », p. 912-927.

25 G. Dagron, Constantinople, p. 108.

26 C. J., XII, 5, 4, p. 455, loi de Léon Ier.

27 Voir G. Sidéris, Comédie, p. 709 et Eunuques et pouvoir, p. 284-294.

28 Par exemple C. J. III, 24, 3, p. 130-131, loi de Zénon de 490 ; voir R. Delmaire, Largesses, p. 44.

29 Parastaseis, 26, T. Preger éd., t. I, p. 35. Voir PLRE 2, « Plato 2 », p. 891 ; G. Dagron, Constantinople imaginaire, p. 134 et p. 136 ; A. Cameron, J. Herrin, Constantinople, p. 200.

30 PLRE 2, « Urbicius 1 », p. 1188-1190 : il est mentionné comme préposite dès 449 et prend sa retraite vers 504-505.

31 Sur cette scène voir A. Mcclanan, Representations, p. 134-135. Sur les habits voir P. Kalamara, Système, t. 1, p. 101-105 et p. 269 ; J. L. Ball, Byzantine Dress, p. 24-25 et p. 40-56.

32 Codex Reginensis Graecus 1B, fo 2v. Cette miniature est reproduite par exemple dans K. Ringrose, Perfect Servant, p. 146. Pour une analyse de la représentation du patrice et préposite Léon voir G. Sidéris, Eunuchs, p. 168-169.

33 De cer., I, 1, A. Vogt éd., t. 1, p. 3-28.

34 A. A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, t. II-2, p. 390. Voir K. Ringrose, Perfect Servant, p. 170-173 et G. Sidéris, Eunuchs, p. 165-169.

35 De cer., I, 27 (18), A. Vogt éd., t. 1, p. 101.

36 Voir G. Sidéris, Eunuchs, p. 165-168.

37 Voir C. Mango, Le développement, p. 61.

38 Sur les puissants, détenteurs d’une parcelle de la puissance publique, par délégation de l’autorité impériale ou détenteurs de richesses voir M. Kaplan, Les hommes, p. 359-368.

39 N. J. 43 du 17 mai 537, adressée à Longinos, préfet de la ville. Voir G. Dagron, Réglementation, p. 157.

40 R. Janin, Constantinople byzantine, p. 310 (Antiochou), p. 379 (Lausou).

41 On a pu localiser exactement le palais d’Antiochos car il a été transformé en une église, Sainte-Euphémie et un établissement de bienfaisance ; le site a été fouillé et on a retrouvé une base de colonne avec une inscription « Antiochos Préposite ». Sur le palais d’Antiochos voir G. Greatex et J. Bardill, Antiochus, p. 193-197. Sur le palais de Lausos voir P. MagDalino, Constantinople, p. 42.

42 Patria, III, 37, 94 et 95, T. Preger éd., t. 2, p. 229-231 et p. 249. Voir P. Magdalino, Constantinople, p. 21.

43 Voir I. Sevcenko, Inscription, p. 1-8.

44 Patria, III, 197, T. Preger éd., t. 2, p. 277. Voir R. Janin, Constantinople byzantine, p. 426 ; PLRE 3B, « Smaragdus 2 », p. 1164-1166 ; A. Berger, Patria, p. 748-749.

45 Pour cette datation début vie siècle, A. Avraméa s’appuie sur les éléments suivants : Dexikratès, qui est mentionné comme patrice dans l’inscription, est consul en 503 et Ourbikios est encore attesté par Josué le Stylite en 505 mais précisément, à cette date, il est en retraite, donc ex-préposite. Voir A. Avraméa, Bornes, p. 400-401. Pour des exemples de proasteia situés à Constantinople ou à ses portes, voir M. Kaplan, Les hommes, p. 143-144.

46 Voir J.-C. Cheynet, Pouvoir, p. 287-301 et, en particulier, la p. 293 sur les eunuques favoris de Constantin VIII.

47 Léon Diacre, III, 7, C. B. Hase éd., p. 46-47 et Skylitzès, « Basile et Constantin », 7, I. Thurn éd., p. 258-259. Voir R. Guilland, Les eunuques, p. 224 (= p. 182).

48 De cer., I, 96, I. I. Reiske éd., p. 437.

49 Voir P. Magdalino, Paphlagonians, p. 143-150.

50 Voir le commentaire de P. Gautier dans Théophylacte d’Achrida, p. 16-37.

51 Sur l’importance de la naissance dans l’élite byzantine, d’être eugénès, « bien né », à Byzance voir J.-C. Cheynet, Pouvoir, p. 253-254.

52 Voir R. Guilland, Les eunuques, p. 203 (= p. 168-169) et K. Ringrose, Perfect Servant, p. 118 avec une reproduction du portrait en mosaïque p. 119.

53 R. Guilland, Les eunuques, p. 203 (= p. 169)

54 Sur les monastères et fondations pieuses comme biens patrimoniaux voir M. Kaplan, Les hommes, p. 292-302.

55 PLRE 2, « Gratissimus », p. 519.

56 Sur ces différentes fonctions du monastère comme fondation privée à Byzance voir A.-M. Talbot, The Monastery, p. 120-124.

57 Patria, III, 161, T. Preger éd., t. 2, p. 266 ; Skylitzès, « Basile le Macédonien », 11, I. Thurn éd., p. 127. A. Berger, Patria, p. 704.

58 Psellos, I, 19-20, éd. trad. E. Renaud, t. 1, p. 12-13. Sur Basile le Parakoimômène et l’histoire de ce monastère voir P. Magdalino, Constantinople, p. 62-63 et p. 66.

59 Skylitzès, « Michel le Paphlagonien », 8, I. Thurn éd., p. 398.

60 Theoph. Cont., p. 364-365. R. Janin, Les églises, p. 298-300.

61 Diataxis, P. Gautier éd., p. 26-29, 58-59 et 64-65. Voir aussi le commentaire de P. Gautier dans Théophylacte d’Achrida, n. 64, p. 328 et K. Ringrose, Perfect Servant, p. 121.

62 Skylitzès, « Léon le philosophe », 32, I. Thurn éd., p. 191.

63 Sur ce rôle des moines et du saint homme voir G. Dagron, Monachisme, p. 246-276 et P. Brown, La société et le sacré, p. 59-89.

64 Vie d’Hypatios, 12, 4-13, éd. trad. G. J. M. Bartelink, p. 116-121.

65 Vie d’Hypatios, 15, 9 et 51, 11, éd. trad. G. J. M. Bartelink, p. 126-127 et p. 290-291.

66 N. J. 133, 5, p. 672-673 (loi de 539). Sur les eunuques comme lien entre le monde et une sainte ou une abbesse, en particulier à Constantinople voir N. Delierneux, Anne-Euphémianos, p. 136-137.

67 Jean d’Éphèse, Vie de Théodore le castrensis, p. 202-204. Sur le castrensis voir R. Delmaire, Les institutions, p. 160-166.

68 Voir R. Guilland, Les eunuques, p. 197-235 (= p. 165-189) et G. Sidéris, Eunuchs, p. 164-165.

69 Akropolites Vita, 18, éd. trad. T. S. Miller, p. 366-367.

70 Vie de Matrôna, 35, p. 806.

71 Vie de Sabas, 69, E. Schwartz éd., p. 171, l. 6-25.

72 Theoph. Cont., VI, 9, p. 357 ; Skylitzès, « Léon le Philosophe », 12, I. Thurn éd., p. 175-176. Pour la traduction française, l’exposé des motivations de cette mesure et les débats sur cette question voir B. Flusin et J.-C. Cheynet, Jean Skylitzès, p. 147-148. Sur la charge de basiléopatôr voir aussi N. Oikonomidès, Listes, p. 307.

73 Foucher de Chartres, I, 9, p. 331-332.

74 Sur la perception des eunuques de Byzance par les Occidentaux au Moyen Âge voir S. Tuchel, Kastration, p. 44-60.

75 Parastaseis, 7, T. Preger éd., t. I, p. 23. Sur les Parastaseis voir G. Dagron, Constantinople imaginaire, p. 22.

76 Patria, I, 58, T. Preger éd., t. 2, p. 143-144. Sur les Patria voir G. Dagron, Constantinople imaginaire, p. 48-60.

77 Patria, I, 65, T. Preger éd., t. 2, p. 147. Sur le parakoimômène et le protovestiaire voir R. Guilland, Parakimomène, p. 193-194 (= p. 204) et Protovestiaire, p. 205-206 (= p. 218).

78 Voir R. Delmaire, Les institutions, p. 151-153.

79 Voir G. Sidéris, Eunuchs, p. 163-165.

80 Théophane, AM 6272, C. de Boor éd., t. 1, p. 453, trad. et commentaires par C. Mango et R. Scott, The Chronicle, p. 625-626. Voir aussi J. Herrin, Women, p. 71.

81 Sur cette inversion du cérémonial processionnel voir A. Cameron, The Construction, p. 130-131. Sur l’emploi de la pompe de dérision à Constantinople comme procédé d’humiliation par les empereur iconoclastes voir M.-F. Auzépy, L’hagiographie, p. 291.

82 Sur les parades triomphales et les cérémonies impériales à Constantinople, en particulier le long de la Mésè, voir M. Mccormick, Eternal Victory, p. 124-219.

83 Procope, Anekdota, 15, 26, éd. trad. H. B. Dewing, p. 182-183. Sur ce rôle de médiateur de l’eunuque voir K. Ringrose, Perfect Servant, p. 83-86.

84 Vie d’Irène, 12, éd. trad. J. O. Rosenqvist p. 48-51. Voir N. Delierneux, Anne-Euphémianos, p. 119 et p. 137.

85 Vie de Matrôna, 4-9 et 28-52, p. 792-795 et p. 803-813. Voir N. Delierneux, Virilité physique, p. 220-221.

86 Sur la liste des « passions », c’est-à-dire des « vices » reprochés par leurs ennemis aux eunuques voir Théophylacte d’Achrida, éd. trad. P. Gautier, p. 292-294 et p. 316-317. Sur le dénigrement des eunuques, en particulier dans des buts à visée politique Voir G. Sidéris, Eunuchs, p. 161-162 et Comédie, p. 699-717, mais aussi S. Tougher, Eunuchs, p. 172-175.

87 Théophylacte d’Achrida, éd. trad. P. Gautier, p. 322-325. Pour le dossier tant textuel qu’iconographique sur les chœurs d’eunuques dans les églises de Constantinople voir N. Moran, Castrati, p. 100-108.

88 Vision du moine Cosmas, éd. trad. C. Angelidi, p. 86-87 et p. 96-97. Voir les commentaires de C. Angelidi, p. 73-77 et p. 96-97.

89 Narratio, 4 et 5, T. Preger éd., t. 1, p. 78-81. Voir G. Dagron, Constantinople imaginaire, p. 198-199, p. 219-221 et p. 265-269.

90 Narratio, 10, T. Preger éd., t. 1, p. 85-88. Pour la traduction française et un commentaire de ce passage voir G. Dagron, Constantinople imaginaire, p. 200-201 et p. 229-233. Sur la mosaïque de l’archange Gabriel à Sainte-Sophie, datant peut-être du ixe siècle, voir G. Peers, Subtle Bodies, p. 52-55. Sur anges et eunuques voir K. Ringrose, Perfect Servant, p. 157-162 et G. Sidéris, Eunuchs, p. 166-168.

Table des illustrations

Titre Figure 1 — Carte de Constantinople byzantine
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 2 — Mosaïque de Théodora et de sa cour, San Vitale, Ravenne
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33409/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Figure 3 — L’archange Gabriel, mosaïque de Sainte-Sophie (peut-être ixe siècle)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33409/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Titre Figure 4 — Le patriarche « Ignace le jeune », mosaïque de Sainte-Sophie
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33409/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 5 — La porte de Rhesion (Mevlevihane ou Mevlana Kapi) à Istanbul
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33409/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 303k

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540