Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villes capitales au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public

Capitales d'empire

Aix-la-Chapelle au miroir de Constantinople

Michel Sot

Texte intégral

1Aix-la-Chapelle a été la capitale de l’Empire carolingien. Constantinople est la capitale de l’Empire romain continué. Il était tentant, dans un congrès sur les « villes capitales » au Moyen Âge réuni à Istanbul de mettre en rapport, sinon de comparer, les deux « capitales ». C’est ce que je tenterai ici, avec les risques que comporte une telle recherche pour un historien de l’Occident qui ignore au moins la moitié du sujet qu’il entend traiter. À Constantinople, je m’efforcerai de suivre des guides compétents et sûrs, en espérant ne pas les compromettre dans des erreurs dont je serai seul responsable.

  • 1 J. T. Nelson, « Aachen as a place of power », dans M. de Jong, F. Thews dir., Topographies of Powe (...)

2Derrière l’identité de désignation – capitale – les réalités que nous pouvons apercevoir sont bien différentes. De fait, la rurale villa d’hiver d’Aix, même rebâtie par Charlemagne avec tous les moyens dont l’Occident était alors capable, ne peut supporter la comparaison avec le Grand Palais de Constantinople, installé dans une cité antique riche en monuments, devenue une mégapole qui réunit la plus grande concentration d’habitants du monde de cette époque. Deux capitales, deux palais, mais apparemment une seule ville : Constantinople. Pourtant, dans un article récent Janet T. Nelson affirme que « la croissance qualitative et quantitative d’Aix l’a transformée en quelque chose comme une ville champignon du tiers-monde actuel (a modern mushroom city)1 ».

3Je ne discuterai pas ici le fait que Constantinople soit une ville et une capitale : je le tiens pour acquis. Mais je voudrais m’interroger dans un premier point sur le caractère de capitale, de palais et éventuellement de ville, d’Aix-la-Chapelle. Ensuite je tenterai une approche de Constantinople en miroir – sous la direction de Gilbert Dagron – en recherchant des analogies possibles et impossibles entre les deux capitales, puis j’examinerai les hypothèses d’emprunts de l’une à l’autre. Enfin, à l’instigation de Marie-France Auzépy, j’essaierai de rassembler les indices avérés de relations de l’une avec l’autre, ce qui laissera en partie ouverte la question de l’influence de l’une sur l’autre.

Aix-la-Chapelle : une capitale ?

  • 2 Je reprends ici des éléments développés dans ma communication « Le palais d’Aix : lieu de pouvoir (...)
  • 3 J. Barbier, « Le système palatial franc : genèse et fonctionnement dans le nord-ouest du regnum »,(...)
  • 4 Ibid., p. 253.
  • 5 Voir Th. Zotz, « Palatium publicum, nostrum, regium. Bemerkungen zur Königspfalz in der Karolinger (...)

4Dans nos textes, Aix est d’abord un palatium2. Josiane Barbier nous a très bien montré ce qu’est un palatium et ce qu’est le système palatial franc. « En premier lieu, dans une signification institutionnelle et abstraite, le “palais” désigne l’entourage du souverain franc, l’administration centrale du royaume, le gouvernement royal ; ensuite, avec un sens concret autant qu’institutionnel, […] le palais est un lieu d’exercice et de représentation du pouvoir civil. Le palais est enfin le bâtiment ou l’ensemble monumental où siège le roi3. » Une inflexion est apparue vers le milieu du ixe siècle et le mot palatium, dans la date et le lieu des diplômes, désigne désormais une localité et non plus seulement l’entourage royal ou les bâtiments qui l’abrite. « Les palatia forment un ensemble structuré de lieux, parcouru par le souverain, selon une périodicité déterminée, préexistant à (ou indépendant de) la personne royale » et le vocable palatium fait figure d’attribut régalien4. « Autrement dit, résume ailleurs Thomas Zotz, il y avait un palatium, mais aussi des palatia particuliers dispersés dans le regnum5 », un palatium qui accompagnait le roi itinérant entre ses palatia.

5Pour apprécier si, et dans quelle mesure, Aix devient « capitale », le nombre et la durée des séjours du souverain et de sa cour sont des éléments essentiels. Pépin III fréquente surtout les palais de l’Oise (Verberie, Compiègne, Quierzy), mais les Annales royales indiquent à l’année 765 que le roi célébra Noël à Aix (in Aquis villa). C’est la plus ancienne mention d’Aix et l’on comprend qu’il s’agit de ce que les historiens, à la suite de Peter Classen, appellent un « palais d’hiver » (Winterpfalz). Trois ans plus tard (768), l’année de la mort de Pépin III, le roi Charles célèbre encore Noël à Aix, mais c’est le palais de Herstal, à une trentaine de kilomètres d’Aix, qui l’accueille le plus souvent pour l’hiver jusqu’en 784 (11 séjours), puis, en raison des opérations militaires, des palais situés plus à l’est, jusqu’en l’année 794.

  • 6 J. T. Nelson, « Aachen… », cité n. 1, p. 219.

6Pendant 25 ans (769-794) le roi n’est pas revenu hiverner à Aix sauf une fois, en 788/789 où, profitant semble-t-il de la seule année de trêve relative dans les opérations militaires, il séjourne à Aix. Et il y donne la fameuse Admonitio generalis dans laquelle on peut voir le programme de son action future. Janet Nelson, à la suite de Donald Bullough, tire argument de cette conjonction pour défendre l’idée que Charlemagne avait bien l’intention de faire d’Aix sa capitale6.

7De fait, à partir de 794, Charlemagne a séjourné chaque année à Aix, au moins pendant l’hiver, puis pendant la plus grande partie de l’année après la fin des guerres de conquête. En 795 il y fait déposer le trésor enlevé aux Avars et il y fait entreprendre la construction de la grande église que nous appelons « chapelle ». Mais il faut noter que dans les vingt années qui suivent, jusqu’à la mort de Charlemagne en 814, les actions de gouvernement n’émanent pas seulement d’Aix : pas de plaid général à Aix avant 808 ou même 811, quand Charles fut immobilisé par la maladie ; mais les synodes s’y tiennent plus souvent (797, 800, 801 ?, 802, 809 et 813). Les palais de Nimègue, de Thionville ou d’Ingelheim sont aussi des lieux de séjour, d’assemblée et d’expédition de capitulaires royaux puis impériaux. Louis le Pieux, pendant les vingt-six années de son règne, a multiplié les assemblées. Il a souvent réuni, en janvier ou février, un conventus de quelques grands personnages en une sorte de conseil de l’empereur, presque toujours à Aix. Mais les deux grandes assemblées, de printemps et d’automne, ont presque toujours eu lieu ailleurs qu’à Aix.

  • 7 Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, IV, 1, Ph. Lauer éd. et trad., Paris, 1926, p. 116.

8Évoquant Aix dans son Histoire des Fils de Louis le Pieux vers 844, Nithard écrit : Aquis palatium quod tunc sedes prima Franciae erat7. On s’appuie souvent sur cette citation et cette expression – prima sedes – pour dire qu’Aix était bien alors considérée comme la « capitale » de l’empire, ce qui nous renvoie à un débat théorique sur ce qu’est une capitale. Cette capitale-là est un palais principal, mais qui reste en relation avec un ensemble de palais, au centre d’un « système palatial ». Le partage de l’empire entre les trois fils de Louis le Pieux à Verdun en 843 le fait éclater et Aix se retrouve dans la part de Lothaire, la Francie médiane, qui comporte aussi le Bourgogne et l’Italie avec d’autres capitales historiques : Trèves, Lyon, Milan, Ravenne et Rome. Elle fait davantage figure de sedes après 855, mais c’est pour la seule partie de l’ancien empire échue à Lothaire II, celle que l’on appellera désormais Lotharingie ou Lorraine. Ce n’est qu’un siècle ou un siècle et demi plus tard que le palais d’Aix reprendra de l’importance, avec Otton III en particulier, et l’exploitation du souvenir de Charlemagne dans le nouvel empire, jusqu’au xixe siècle au moins.

  • 8 L. Falkenstein, « Charlemagne et Aix-la-Chapelle », Byzantion, 61, 1991, p. 231-269, plus part. p. (...)

9La réflexion sur ce qu’aurait été une capitale de l’Empire carolingien rejoint ici les questions sur la nature même de cet Empire carolingien. Sa division est consommée après la mort de Louis le Pieux, mais on sait que la question du partage a gravement troublé le règne du successeur de Charlemagne. En 814, il s’était par hasard trouvé seul fils survivant de l’empereur défunt et la question d’un partage de l’empire ne s’était pas posée. Mais dès 806, par le capitulaire de Thionville, Charlemagne avait prévu une divisio regnorum entre ses fils. Dans ce capitulaire, on ne lit rien qui aille dans le sens d’une résidence royale ou impériale privilégiée, et donc d’une capitale de l’empire, ni à Aix, ni ailleurs8.

  • 9 De ordine palatii, T. Gross et R. Schieffer éd., MGH, Fontes Iuris Germanici Antiqui, vol. 3, Hano (...)

10Après cette approche du palais d’Aix dans sa fonction de « capitale » des empereurs carolingiens, essayons de le saisir dans sa réalité topographique et démographique : quels bâtiments et quels habitants ? Le palais-capitale devient-il une ville ? Il faut mettre ici en œuvre les travaux archéologiques sur Aix et deux documents importants. Le premier est le traité de ordine palatii dont nous connaissons la version donnée par l’archevêque de Reims Hincmar (dans les années 870 ?) mais dont il est maintenant établi qu’il est très largement l’œuvre d’Adalhard, abbé de Corbie, composé avant la mort de Charlemagne à l’intention de Bernard d’Italie, et donc qu’il témoigne du fonctionnement du palais au début des années 810. Le second document est le capitulaire de disciplina palatii Aquisgranensis, de peu postérieur, mais du début du règne de Louis le Pieux. Sans oublier évidemment l’indispensable Vie de Charlemagne par Éginhard, écrite plus tard9.

  • 10 L. Hugot, « Die Pfalz Karls des grossen in Aachen. Ergebnisse einer topographischarchäologischen U (...)

11L’archéologie a permis de dresser le plan bien connu du palais d’Aix (voir en annexe), avec une basilique au nord qui subsiste aujourd’hui à la base de l’hôtel de ville, une église au sud largement conservée avec des adjonctions postérieures, une galerie reliant l’une à l’autre avec un monument au centre qui fait figure de porte. À l’est, les thermes romains qui ont donné leur nom au lieu. C’est dans ces bâtiments de pierre que s’exprime principalement la fonction palatiale d’Aix. Mais il est nécessaire d’imaginer une quantité (plus ou moins grande) de bâtiments contribuant à la fonction palatiale : bureaux, archives, logement de la famille impériale, logement des dignitaires, de leurs employés et de leurs serviteurs, présence de défenseurs et d’un clergé important. Il faut imaginer aussi les bâtiments indispensables à l’approvisionnement de tout ce monde, et donc des magasins et des exploitations agricoles pour les alimenter, un marché et des marchands, venus de près ou de loin… et pourquoi pas de Constantinople. Les textes signalés plus haut peuvent donner à penser qu’il y a foule à Aix. Mais ces bâtiments étaient des constructions légères que nous connaissons fort mal et les grandes halles bien alignées sur le plan et la maquette proposés par Leo Hugot en 1965 sont largement hypothétiques10.

  • 11 J. T. Nelson, « Aachen… », cité n. 1, p. 224.

12Est-ce qu’une ville s’étend autour du palais dès le temps de Charlemagne et Louis le Pieux ? Dans le capitulaire De disciplina palatii Aquisgranensis, sont évoqués des servi « d’Aix et des domaines voisins », que doit surveiller un actor du nom de Radbertus. Un certain Petrus et un certain Gunzo doivent contrôler les exploitations (mansiones) des actores. Un certain Ernaldus doit quant à lui contrôler les marchands « tant chrétiens que juifs ». Un mansionarius, « officier de la cour chargé des logis », doit veiller sur les maisons des évêques, des abbés, des comtes et des vassaux royaux lorsqu’ils ne les occupent pas. Ce document et le De ordine palatii d’Adalhard feraient apparaître une foule de gens venus demander justice, de clients, de serviteurs qui s’ajoutent aux mendiants et aux marchands. D’où la description enthousiaste de Janet T. Nelson qui voit autour du palais : « Une population relativement importante et dense, une base économique diversifiée, des maisons de type urbain, des différenciations sociales et une organisation religieuse complète11. »

  • 12 Éginhard, Vie de Charlemagne…, cité n. 9, chap. 22, p. 69.

13On peut douter. Mais comment traduire les indications sûres de nos sources en termes démographiques et topographiques. Nos textes ne parlent explicitement, en dehors du palatium, que d’un vicus. Ni l’archéologie, ni les textes ne révèlent la moindre fortification, ni pour le palais, ni pour le vicus : si ville il y avait, ce ne pouvait être qu’une ville ouverte. De combien d’habitants ? Une seule indication chiffrée dans Éginhard : jusqu’à cent personnes et plus dans la piscine avec Charlemagne12. Mais combien d’habitants pour un baigneur ? Notre seule donnée chiffrée ne se prête guère au calcul du démographe.

14Revenons aux bâtiments de pierre et à leurs fonctions dans Aix considérée comme capitale. La basilique nord, munie d’une grande abside à l’ouest où se trouve le trône impérial est sans doute la salle d’audience où sont reçus les ambassadeurs et où se tiennent les assemblées, dans la tradition de l’Antiquité tardive. Il n’en faut pas davantage pour que l’on soit allé en chercher le modèle à Ravenne, à Rome, voire à Constantinople. Cette salle basilicale est flanquée d’une tour (appelée aujourd’hui Granusturm) dont on ne sait pas à quoi elle servait : on a voulu y voir les archives et le trésor (E. Ewig) ou encore l’habitation de l’empereur et de sa famille. De la basilique à la grande église court une galerie à deux étages qui ferme l’espace du palais du côté est. À égale distance des deux monuments se trouve un porche dont l’étage supérieur aurait abrité la famille de l’empereur selon les uns ; le tribunal royal selon d’autres, et l’on évoque à son sujet la « chalcè », la porte de bronze du palais de Constantinople.

15On sait qu’en 801, Charlemagne a fait apporter de Ravenne à Aix une statue équestre de Théodoric. On reprend aujourd’hui l’hypothèse du xixe siècle selon laquelle elle a été placée à l’extérieur du palais, devant le porche. Mais en 1965, Hugot la plaçait devant la basilique et d’autres dans la cour du palais. Une grande incertitude règne donc quant aux fonctions des bâtiments civils du palais d’Aix.

  • 13 Ibid., chap. 26, p. 77.

16Reste l’église, dédiée à sainte Marie, Mère de Dieu. On a voulu voir dans son plan centré, formant un octogone à l’intérieur, qui se duplique en seize côtés à l’extérieur, et sa couverture par une coupole, des influences byzantines. Éginhard évoque les mosaïques d’or et d’argent, les luminaires, les balustrades et les portes de bronze, et surtout « les colonnes et les marbres apportés de Ravenne et de Rome13 ».

  • 14 L. Falkenstein, « Charlemagne et Aix-la-Chapelle »…, cité note 8, p. 265-266. Ce n’est qu’en 972 q (...)

17Il ne convient pas, à son sujet, de parler de « chapelle palatine » comme on le fait trop souvent. Il ne s’agit pas de l’oratoire du souverain et de sa cour et elle n’est pas desservie par des chapelains (clercs de la cour) mais par un collège de douze chanoines. Selon Ludwig Falkenstein, il s’agit de l’église paroissiale du vicus (de la ville ?) d’Aix pour tout le Moyen Âge et jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. La partie supérieure servait d’église paroissiale, comportait les fonds baptismaux et l’autel dédié au Saint-Sauveur. La partie inférieure était la collégiale où les chanoines assuraient la prière continue pour le salut de l’empereur et de l’empire ; son autel était dédié à sainte Marie14.

  • 15 A. Dierkens, « Autour de la tombe de Charlemagne. Considérations sur les sépultures des souverains (...)

18Le prestige de l’église fut considérablement accru du jour où Charlemagne y fut inhumé, mais il n’est pas sûr que Charlemagne ait envisagé d’en faire son mausolée. Éginhard nous dit qu’il n’avait rien prévu à ce sujet. Un acte de 769 indique qu’il avait souhaité être inhumé à Saint-Denis comme son grand-père Charles Martel, son père et sa mère, Pépin III et Bertrade. En 814, on a oublié ce vœu et on inhume l’empereur au lieu de sa mort, dans l’église qu’il a fait construire. Au lieu aussi où il vient de couronner son fils comme empereur. On peut donc, avec Alain Dierkens, considérer que cete inhumation à Aix est dans la logique « d’un Empire dont Aix serait une réelle capitale et un véritable centre : la présence du corps de Charlemagne ne pouvait qu’ajouter à la symbolique du palais15 ». C’est en tout cas cet aspect qui fut développé par la suite, avec l’exhumation par Otton III en l’an 1000 en particulier.

19L’église était flanquée au nord et au sud de deux basiliques dont l’une portait le nom de Latran : Louis le Pieux y a réuni les conciles réformateurs de 816 et 817. L’autre servait peut-être de bâtiment communautaire pour les chanoines, mais Éginhard nous parle d’une domus pontificis, qui peut être l’une des deux. À l’ouest s’étendait un atrium entouré de quatre petites absides (et non deux comme sur le plan de Hugot en 1965).

20Même s’il est important de noter la fonction paroissiale de l’église d’Aix, ce qui soulignerait l’importance du vicus et de la ville en formation, sa dimension impériale dès l’origine n’est pas niable. Nulle part n’a été construite une aussi grande église, aussi soignée dans sa conception et sa réalisation. Même si les chanoines ne sont pas des chapelains, leur fonction est bien de prier pour l’empereur et l’empire ; même si, selon Éginhard, Charlemagne n’avait rien prévu à ce sujet, c’est là que ses proches l’enterrent dans un sarcophage antique.

21Si Aix-la-Chapelle est capitale de l’Empire carolingien, c’est parce qu’elle est un palais où les empereurs ont séjourné davantage que dans les autres, mais jamais de façon exclusive. Dans les bâtiments civils conservés ou révélés par l’archéologie et les sources écrites, les chercheurs ont tenté de localiser les fonctions attendues d’un palais qui serait une capitale. De ces fonctions on peut induire qu’Aix a rassemblé une foule importante et que le palatium et le vicus seraient devenus une ville dès l’époque carolingienne : rien ne le confirme.

  • 16 L. Falkenstein, « Charlemagne et Aix-la-Chapelle »…, cité n. 8, p. 279-281.

22Seule la chapelle, par son ambition et l’ampleur de son programme, va dans le sens de ce que nous appelons « une capitale de l’Empire carolingien », au moins sur le plan symbolique. Mais il faut attendre Otton III pour que, autour de l’an mil, Aix apparaisse vraiment comme une ville. Par deux diplômes de 997, un de 998 et un de 1000, il enrichit de très vastes possessions l’église Sainte-Marie, il y fait venir quantités de reliques. Il fonde aussi trois nouveaux établissements religieux : un monastère féminin dédié au Saint Sauveur et à la Sainte Couronne, une collégiale dédiée à saint Adalbert et un monastère d’hommes16.

Constantinople en miroir

  • 17 G. Dagron, « Constantinople », dans C. Nicolet, R. Ilbert, J.-Ch. Depaule dir., Mégapoles méditerr (...)

23Gilbert Dagron nous avertit : « Constantinople est une ville trop exceptionnelle pour avoir servi de modèle, et si bien enracinée dans la géographie et dans l’histoire qu’elle a pu préserver sa singularité tout au long du Moyen Âge et jusqu’à la fin de l’époque ottomane. » Il souligne que Constantinople n’est pas une ville type qui aurait été reproduite en de multiples exemplaires dans l’aire culturelle byzantine17. On peut ajouter tout de suite, a fortiori au-delà ! Mais ne renonçons pas trop vite et interrogeons-nous sur divers aspects de la capitale de l’empire qui peuvent éclairer notre approche d’Aix-la-Chapelle.

À la recherche d’analogies structurelles entre les capitales

24La fondation en 324 d’une capitale dans la partie orientale de l’empire par Constantin à Byzance s’est faite après hésitation entre plusieurs sites possibles. Une consecratio eut lieu en 328 et l’inauguration en 330. Les sources postérieures et l’historiographie ont présenté la naissance de Constantinople comme une fondation volontariste de l’empereur pour en faire « sa » capitale à laquelle il a donné son nom. En fait, il s’agit d’une construction sur le modèle de bien d’autres résidences impériales de l’époque de la tétrarchie (Trèves, Milan, Sirmium, Antioche, Thessalonique ou Héraclée du Pont) qui sont autant de lieux de présence intermittente de l’empereur et rien n’indique que Constantinople avait plus qu’une autre vocation à devenir capitale.

25Moins d’un siècle plus tard, vers 420, l’expansion démographique amenait Théodose II à construire une seconde enceinte, doublant la surface primitive. Au cours du ve siècle, les églises et les monastères prolifèrent, en même temps que se mettent en place les premiers éléments de la légende constantinienne et l’idéologie de la nouvelle Rome chrétienne, de la capitale politique et religieuse.

26Soulignons prudemment l’analogie : une résidence tétrarchique est devenue une capitale en Orient, comme près de cinq siècles plus tard une résidence d’hiver des rois carolingiens est devenue « capitale » en Occident, avec toutes les réserves que nous avons émises. Dans les deux cas, on voudrait que la volonté du prince soit à l’origine de l’établissement d’une capitale. Dans les deux cas, nous sommes en face d’élaborations postérieures, et dans les deux cas le prince et le pouvoir restent largement itinérants.

27La situation exceptionnelle de Constantinople, à la césure de l’Orient et de l’Occident, pointe avancée de l’Europe vers l’Asie, au croisement des routes de terre et de mer, a été souvent invoquée comme élément d’explication pour son développement et sa permanence. On peut montrer qu’Aix-la-Chapelle occupait aussi une situation favorable proche de l’axe fluvial S.-N. de la Meuse (à environ 17 km tout de même), sur la voie romaine de Cologne à Maastricht, de la vallée du Rhin à la mer. Par rapport aux palais mérovingiens de Neustrie, Aix était plus proche des régions nouvellement conquises par Charlemagne à l’est et au nord. Mais d’autres palais, à commencer par le proche palais d’Herstal qui, lui, est vraiment sur la Meuse, sont dans une situation au moins aussi favorable.

28Dans le prolongement du grand débat sur Mahomet et Charlemagne on a insisté sur le déplacement du centre de gravité de l’Occident de la Méditerranée vers le nord et fait de l’établissement d’une capitale à Aix un symbole : c’est évidemment une reconstruction a posteriori, confortée d’ailleurs par le fait que les capitales de l’actuelle « Europe à vingt-cinq » sont à Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg. Aix se situe donc dans une région-capitale qui occupe bien une position centrale dans l’Empire carolingien entre l’est et l’ouest, mais elle est nettement septentrionale.

29Cette région est le cœur des possessions de la famille carolingienne, ce qui nous renvoie à l’aspect rural et patrimonial des palais carolingiens. Il nous faut donc conclure sur ce point que, au regard de celle de Constantinople, la situation d’Aix-la-Chapelle n’est pas exceptionnelle.

30Dans sa présentation de Constantinople, Gilbert Dagron insiste aussi sur le fait que : « Elle n’est pas au centre d’un territoire. Elle n’a ni circonscription à administrer, ni région qui la nourrisse… et cette absence d’assise qui la fragilise, la qualifie en même temps comme ville impériale. » (Remarque importante dans la réflexion menée à ce congrès sur les « villes-capitales ».) Il montre ensuite que le développement de Constantinople, nouvelle Rome, s’est fait aux dépens d’une autre romanité plus diffuse, celle du réseau urbain des cités moyennes dont les citoyens étaient citoyens romains. Il montre enfin que, dans le système de thèmes qui, après la conquête arabe, remplace celui des provinces, les stratèges (chefs d’armée) prennent en charge l’administration civile en la militarisant fortement : ils sont définis comme « les représentants personnels de l’empereur ».

  • 18 Cf. U. Nonn, Pagus et comitatus in Niederlothringen. Untersuchungen zur politischen Raumgliederung (...)

31Quelle est l’assise d’Aix-la-Chapelle ? – Une villa ou plutôt un ensemble de villas constituant un fisc alimentant le palais. L’assise d’Aix-la-Chapelle est donc rurale, patrimoniale et fiscale à la fois. Le palais et le domaine d’Aix constituent une sorte de comté sans comte, un districtum Aquense que le traité de Meersen en 870 signale parmi les comtés. Avec le districtum Trectis (Maastricht), il est placé sous la juridictio d’un mandataire royal18. Quant aux stratèges ils peuvent évoquer les comtes, « compagnons » de l’empereur et ses représentants, responsables de l’ost, de la justice et des finances, avec bien des limites à la comparaison. On peut aussi évoquer ici les missi dominici, envoyés du palais mais pas forcément du palais d’Aix.

32Soulignant que la capitale attire les élites, Gilbert Dagron montre encore qu’elle devient seule pourvoyeuse de fonctions lucratives et honorifiques, exercées au nom du palais, autour duquel se constitue un groupe d’hommes de la maison impériale qui monopolise les fonctions militaires, judiciaires et civiles dans les régions les plus riches. On pourrait tenter ici la comparaison avec la Reichsaristocratie que l’on voit solidement établie autour de la famille carolingienne et donc du palais.

  • 19 C. Mango, Le développement urbain de Constantinople…, cité n. 17, p. 51-62.

33Mais de toutes façons, la différence d’échelle entre Aix et Constantinople est considérable : peut-être 200 à 300 000 habitants à Constantinople aux ixe et xe siècles19. Évidemment rien de tel à Aix-la-Chapelle. Le Grand Palais de Constantinople est à lui seul un très vaste ensemble de bâtiments d’époques différentes qui a été agrandi et embelli par chaque empereur ou presque depuis près de cinq siècles au moment où Charlemagne fait construire son palais d’Aix. Il est en relations étroites avec l’église Sainte-Sophie, lieu de la rencontre entre l’empereur et Dieu, et avec l’Hippodrome, lieu de la rencontre entre l’empereur et le peuple. Il est dans une ville construite sur le plan des villes antiques, avec ses édifices publics, ses places et ses avenues, ses églises et ses autres palais. Tout un rituel organise le contact entre l’empereur et le peuple de la ville. On ne trouve évidemment rien de tel à Aix où nous n’apercevons guère de peuple et pas encore de ville.

Influences possibles de Constantinople sur les constructions d’Aix

34La question des influences possibles de Constantinople sur le palais d’Aix a donné lieu à une littérature importante, mais finalement peu convaincante. Reprenons de ce point de vue les trois éléments bien connus du palais d’Aix : la basilique, la galerie et l’église.

35Le modèle de basilique le plus proche est celui de Trèves. Mais la basilique de Trèves ne comporte pas d’absides latérales. Plusieurs modèles ont été envisagés et l’on peut retenir avec quelque vraisemblance celui du Triclinium du Latran de Léon III, à cause de la présence d’absides latérales ce qui nous renvoie en milieu byzantin à Rome, mais pas directement à Constantinople.

  • 20 Voir C. Mango, The Brazen House. A Study of the Vestibule of the Imperial Palace of Constantinople (...)

36Pour la galerie qui court de la basilique à l’église, on a tenté un rapprochement avec le passage couvert au sud de l’Augousteon, entre le Grand Palais de Constantinople et Sainte-Sophie après le passage par l’entrée principale du palais : la chalcè (voir plan en annexe). La galerie d’Aix passe par un monument rectangulaire situé à mi-chemin de la basilique et de l’église, que l’on interprète généralement comme une entrée monumentale. La comparaison est difficilement soutenable20.

  • 21 G. Bandmann, « Die Vorbilder des Aachener Pfalzkapelle », dans W. Braunfels dir., Karl der Grosse, (...)
  • 22 B. Ward-Perkins, « Constantinople : a City and its Ideological Territory », dans G. P. Brogiolo éd (...)

37Quant à l’église, elle est parée de marbres, de bronzes et de mosaïques et on ne connaît rien de semblable en pays francs. Le tropisme byzantin conduit donc au plus près à Ravenne et à l’église San-Vitale qui, par sa taille, son plan et son élévation, peut être rapprochée de l’église d’Aix, ce qui reste l’hypothèse la plus commune, exprimée dès le xixe siècle, minutieusement examinée et nuancée par Bandmann en 196521. Mais, fait observer dans un article récent de Brian Ward-Perkins, San-Vitale et Ravenne ne sont pas des lieux de références idéologiques royales et impériales importants à la fin du viiie siècle. « On peut alors penser à Sainte-Sophie de Constantinople comme lieu d’inspiration idéologique, même si elle est beaucoup plus vaste et beaucoup plus complexe. » Les deux églises ont en commun le plan central couvert d’un dôme et entouré d’une galerie, l’usage généralisé des marbres et des mosaïques. Mieux, il y avait à Aix des colonnes de porphyre, références impériales évidentes qui rappelleraient les grandes colonnes de porphyre qui soutiennent les arcades du rez-de-chaussée à Sainte-Sophie22. Admettons la comparaison, mais rappelons qu’Éginhard lui-même (chap. 26) nous dit que les marbres et les colonnes viennent de Ravenne. Rappelons aussi que la statue de Théodoric venait de Ravenne et que San-Vitale est décorée de la fameuse mosaïque de Justinien et Théodora, ce qui en matière d’idéologie impériale n’est pas rien.

  • 23 H. Fichtenau, « Byzanz und die Pfalz zu Aachen », Mitteilungen des Instituts für österreischiche G (...)
  • 24 F. Kreusch, « Kirche, Atrium und portikus der Aachener Pfalz », dans W. Braunfels dir., Karl der G (...)

38Brian Ward-Perkins n’est que le dernier des nombreux auteurs qui ont soutenu la thèse d’influences directes de Constantinople sur Aix-la-Chapelle. Fichtenau en 1951 avait établi un parallèle entre le Chrysotriclinos du palais de Constantinople, de forme octogonale, et l’église d’Aix, mais Bandman en 1965 a écarté l’hypothèse23. On a voulu voir dans les deux basiliques nord et sud de l’église une diakonikon et une prothesis24, mais on ne trouve jamais en Occident d’annexes ayant de tels usages. On a proposé de voir dans la basilique annexe du nord un metatorion, où l’empereur quittait ses vêtements de cérémonie pour revêtir des vêtements liturgiques, ce qui supposerait une procession se rendant du « palais » à « l’église » comme à Constantinople : nous n’avons rien dans les sources qui aille en ce sens.

  • 25 Voir M. Untermann, « Opere mirabili constructa. Die aachener « Residenz » Karls des Grossen », dan (...)

39Si on ne peut pas totalement écarter l’hypothèse d’une influence directe des constructions de Constantinople sur celles du palais d’Aix, les indices sont minces. Si influence des constructions byzantines il y a, c’est via Ravenne et Rome, peut-être aussi, selon une hypothèse récente, via Sainte-Sophie de Bénévent25.

Liturgies impériales

  • 26 G. Dagron, « Constantinople »…, cité n. 17, p. 381.

40Je cite encore Gilbert Dagron dans l’article qui m’a servi de guide : « S’il est vrai que le pouvoir, comme le vent, se sent mais ne se voit pas, une ville impériale est une ville où l’on s’efforce de le faire apparaître par une sorte de théophanie. Le cérémonial vise à exalter la personne du souverain, à souligner par l’éclat de l’or et le chatoiement des soieries ce qu’on appelait dans les vieilles civilisations mésopotamiennes sa “brillance”, à le présenter comme appartenant à une double hiérarchie, humaine et céleste, à remodeler par mimèsis et transfiguration le monde réel sur un monde imaginé. Telle est, partout et toujours, la fonction d’un cérémonial… Mais à Constantinople, le cérémonial sert aussi à expérimenter un pouvoir que rien d’extérieur ne limite, à éliminer la violence qui est à son origine, à le moraliser et à fixer les conditions de son exercice légitime. En ce sens il vaut histoire et constitution26. »

  • 27 Constantin VII Porphyrogénète, Le Livre des cérémonies, texte établi et trad. par A. Vogt, Paris, (...)
  • 28 Sur le cérémonial du palais à Byzance, il faut se reporter à un autre grand livre de G. Dagron, Em (...)

41Dans le fameux Livre des cérémonies au milieu du xe siècle, Constantin Porphyrogénète place en tête de toutes les cérémonies de la cour, la procession qui conduit solennellement l’empereur du Grand Palais à l’église Sainte-Sophie qui est à l’extérieur du palais27. De nombreux éléments du rituel ont déjà pris place à l’intérieur du palais, avant que l’empereur et la procession ne le quittent par la chalcè et ses portes de bronze pour gagner la place de l’Augoustéôn et pénétrer ensuite à Sainte-Sophie. D’autres itinéraires sont pratiqués entre la chalcè et la Grande Église, par les galeries fermant l’Augoustéôn à l’est, qui permettent à l’empereur un accès plus direct et plus discret à Sainte-Sophie28 (voir plan en annexe).

  • 29 Éginhard, Vie de Charlemagne…, cité n. 9, chap. 26, p. 77.

42Éginhard nous dit que Charlemagne se rendait fréquemment à l’église : « Il ne manquait pas… de se rendre à cette église matin et soir ; il y retournait pour l’office de nuit et pour la messe29. » Il est tentant de le voir quitter la basilique civile du nord pour se rendre à l’église au sud en suivant la galerie et passant par le porche que l’on a pu rapprocher de la chalcè. Mais on a dit que l’on ne savait pas où se trouvait le séjour habituel de l’empereur à Aix. S’il passe par le porche, il ne passe pas sous le porche qu’il traverserait perpendiculairement. La basilique et l’église font manifestement partie du même ensemble monumental qui constitue le palais et la phrase d’Éginhard évoque plutôt des déplacements privés de l’empereur vers la chapelle qu’une procession organisée. Et dans l’église, il n’y a évidemment pas de patriarche, pas même d’évêque puisque Aix n’est pas une cité antique, mais seulement des chanoines dont il n’est fait aucune mention. Le rapprochement tourne court.

  • 30 A. Dierkens, « Autour de la tombe de Charlemagne ; considérations sur les sépultures et les funéra (...)
  • 31 Thégan, Vita Ludowici imperatoris, chap. 6, éd. et trad. all. E. Tremp, MGH, Scriptores rerum germ (...)

43De fait, on sait peu de choses des cérémonies impériales au palais d’Aix. Nous n’avons pas de description des funérailles de Charlemagne qui de toutes façons furent très brèves : mort le matin du 28 janvier 814, il était inhumé le soir, dans le sarcophage antique du IIe siècle représentant Proserpine, qui faisait sans doute partie des marbres apportés de Ravenne et Rome. Il est maintenant établi qu’il fut discrètement enterré devant l’entrée de l’église30. Les cérémonies, que nous connaissons le moins mal, sont celles qui ont eu lieu pour le couronnement de Charlemagne, mais à Rome. Du couronnement impérial de Louis le Pieux qui eut lieu à Aix, nous savons ce que nous dit Thégan : « Après cela, Charles revêtit les ornements royaux et plaça la couronne sur sa tête ; il s’avançait dans l’éclat de sa parure, orné comme il convenait à sa personne. Il gagna l’église qu’il avait intégralement fait bâtir, parvint jusqu’à l’autel le plus élevé de tous et consacré à Notre Seigneur Jésus-Christ ; il ordonna qu’on y dépose une couronne d’or, autre que celle qu’il portait sur sa tête31. » Aucune autre précision : nous sommes évidemment loin des rituels complexes et somptueux évoqués dans le Livre des cérémonies.

  • 32 Annales regni Francorum, G. H. Pertz et F. Kuze éd., MGH in usum scholarum…, Hanovre, 1895, p. 136 (...)

44C’est l’église Sainte-Marie qui est le lieu du cérémonial impérial carolingien et en particulier des laudes regiae. Quand les envoyés de l’empereur Michel Ier, le métropolite Michel de Philadelphie et les protospataires Arsaphios et Theognostos viennent en 812 reconnaître Charlemagne comme empereur, c’est dans l’église qu’a lieu la cérémonie : remise du traité passé entre les deux parties et acclamations en langue grecque comme imperator et basileus nous indiquent les Annales royales32. Nous n’en savons pas davantage.

45On peut donc conclure de cet essai de lecture d’Aix-la-Chapelle au miroir de Constantinople que, s’il donne à penser, il n’aboutit à aucune conclusion solide en ce qui concerne le rôle du palais de Constantinople comme modèle de celui d’Aix.

  • 33 M.-F. Auzépy, « Constantin V, l’empereur isaurien et les carolingiens », dans O. Redon, R. Rosenbe (...)

46Or, Marie-France Auzépy a attiré notre attention, à propos des relations entre l’empereur Constantin V (740-755), le roi Pépin (751-768) et le roi puis empereur Charlemagne (768-814), sur le fait que les empereurs de Constantinople « ont tenu, dans l’esprit et la politique des carolingiens, une place plus importante qu’on ne le dit généralement33 ». Peut-on élargir le propos ?

Des indices avérés d’échanges entre Aix-la-Chapelle et Constantinople

Voyages des princes, échanges d’ambassades et de correspondances

  • 34 Vita Karoli Magni, R. Rauschen éd., Publikationen der Gesellschaft für reinische Geschichtskunde, (...)

47C’est dans la Vita Karoli Magni du xiie siècle, écrite dans le contexte des croisades, que l’on évoque un voyage de Charlemagne à Constantinople, où Constantin et son fils Léon l’ont appelé à l’aide pour rétablir sur le siège épiscopal de Jérusalem le patriarche Jean, expulsé par les païens34. Charles rétablit le patriarche de Jérusalem, trouve miraculeusement la couronne du Christ et la rapporte avec d’autres reliques pour sa nouvelle capitale. Dans cette perspective, Charles, par Constantinople, détient la couronne du Christ et règne sur Jérusalem : il est le véritable empereur. De fait, Charlemagne n’est évidemment jamais allé à Constantinople.

  • 35 F.-L. Ganshof, « Les relations extérieures de la monarchie franque sous les premiers souverains ca (...)
  • 36 Annales regni Francorum, citées n. 32, a. 767, p. 24.

48Mais on sait que depuis Pépin III, les Carolingiens sont en étroites relations avec les papes, donc avec Rome et une grande partie de l’Italie, et, au-delà, avec Byzance. Marie-France Auzépy a montré que Pépin III et Charlemagne connaissaient bien Constantin V, le grand empereur honni par l’historiographie pour son iconoclasme. Le continuateur de Frédégaire et les Annales regni Francorum entre autres rapportent l’ambassade envoyée par Pépin à Constantin V pour conclure un pacte d’amitié, et les cadeaux envoyés en retour par l’empereur, dont un orgue fameux. En même temps, proposition de mariage est faite entre le prince byzantin et Gisèle, fille de Pépin. Nous sommes au lendemain des deux expéditions que Pépin a menées en Italie. Le Liber pontificalis indique qu’en 756, Pépin avait reçu à Pavie une ambassade de Constantin lui rappelant que les territoires occupés par les Lombards étaient byzantins et ne pouvaient donc pas être « restitués » à saint Pierre, c’est-à-dire au pape. À la suite de François-Louis Ganshof35 et en se fondant en particulier sur la correspondance du pape Paul Ier, Marie-France Auzépy montre qu’entre 757 et 767, les relations entre Constantin V et Pépin n’ont pas cessé : ambassades en 756, 757, 764-65 et 767 en relation en particulier avec les affaires italiennes du « patrimoine de saint Pierre » dont le sort n’est pas aussi bien réglé que le donnent à penser le Liber pontificalis et l’historiographie postérieure. En relation aussi avec l’iconoclasme : la dernière ambassade du règne participe au synode de Gentilly en 767 où « Grecs et Romains ont débattu de la Sainte Trinité et des images des saints36 ».

  • 37 Codex carolinus, E. Dümmler éd., MGH, Epistolae Karolini Aevi, I, Berlin, 1892.

49Elle invite aussi à relire dans cette perspective d’une bonne connaissance mutuelle entre les cours de Constantinople et d’Aix, le concile de Francfort de 794 et les Libri Carolini, ce que nous ferons plus bas après avoir montré les contacts non moins suivis entre Charlemagne et les empereurs de Constantinople. Ajoutons que Constantin V avait envoyé à Pépin une série de lettres que Charlemagne avait fait rassembler avec les lettres pontificales dans le Codex carolinus (avec celles qu’il avait lui-même reçues) comme l’indique le prologue, mais elles ont disparu par la suite37.

  • 38 Éginhard, Vie de Charlemagne…, cité n. 9, chap. 15, p. 45.

50Charlemagne s’est rendu cinq fois en Italie entre 773 et 800 et quatre fois à Rome. Il connaît Ravenne. Décrivant les conquêtes du roi qui a « presque doublé » le royaume des Francs, Éginhard écrit : « … il y ajouta toute l’Italie qui, d’Aoste jusqu’à la Calabre inférieure, où se trouve la frontière entre les Grecs et les Bénéventins, s’étend sur une longueur de plus d’un million de pas… il y joignit encore les deux Pannonies, la Dacie (sur l’autre rive du Danube), l’Istrie, la Liburnie, la Dalmatie, à l’exception des cités maritimes qu’il abandonna à l’empereur de Constantinople en gage d’amitié, ayant conclu avec lui un traité38. »

  • 39 Ibid., chap. 19, p. 61.
  • 40 Theophanis chronographia, C. de Boor éd., vol. I, Leipzig, 1883, p. 455 et 475.

51On apprend plus loin dans le même texte, mais l’événement eut lieu en 781, avant les négociations liées à l’établissement d’un empire en Occident, que « Rotrude, l’aînée des filles (de Charlemagne) avait été promise comme épouse (desponsata) à l’empereur des Grecs Constantin », en l’occurrence Constantin VI39. C’était une initiative d’Irène. Selon l’historien Théophane il y eut même échange de portraits et un précepteur grec fut envoyé pour préparer la princesse franque à son rôle d’impératrice de Byzance. Le même Théophane évoque une proposition de mariage d’Irène à Charlemagne qui n’est pas connue autrement40.

  • 41 Annales regni Francorum, citées n. 32 : a. 804, p. 118 ; a. 810, p. 132 ; a. 811, p. 133 ; a. 812, (...)
  • 42 Éginhard, Vie de Charlemagne…, cité n. 9, chap. 16, p. 48.

52Les Annales royales signalent un échange d’ambassades entre Charlemagne devenu empereur et l’impératrice Irène, bientôt remplacée par Nicéphore, dès 802/803 ; un autre avec le même Nicéphore puis avec Michel Ier et Léon V en 810/811/812 qui aboutit à la reconnaissance de Charles comme imperator et basileus. Pour confirmer cette reconnaissance, Charles envoie encore une ambassade en 813 et c’est Louis le Pieux qui reçoit, en 814, celle que lui envoie en retour le nouvel empereur Léon Ier « pour renouveler leur amitié et confirmer l’accord antérieur41 ». Éginhard commente : « De même Charles reçut de fréquentes ambassades des empereurs de Constantinople, Nicéphore, Michel et Léon qui, spontanément, sollicitaient son amitié ou son alliance. Mais comme en prenant le titre d’empereur, il s’était rendu suspect à leurs yeux de vouloir leur arracher l’empire, il conclut avec eux un solide traité, afin de faire disparaître toute cause de conflit. La puissance des Francs inquiétait en effet toujours Romains et Grecs. Ce dont témoigne ce proverbe grec (en grec dans le texte) : “Si tu as le Franc comme ami, c’est que tu ne l’as pas comme voisin”42. »

  • 43 Ibid., chap. 28, p. 81.
  • 44 MGH, Epistolae Karolini Aevi, II, Berlin, 1892, p. 546 et 555.

53Ce sont ces longues et difficiles négociations qu’évoque encore Éginhard quand il écrit : « Il n’en supporta pas moins avec une grande patience la jalousie des empereurs romains qui s’indignaient du titre qu’il avait pris ; et grâce à sa magnanimité qui l’élevait si fort au-dessus d’eux, il parvint, en leur envoyant de nombreuses ambassades et en leur donnant le nom de “frères” dans ses lettres, à vaincre finalement leur résistance43. » D’autres ambassades sont signalées par les Annales royales entre Louis le Pieux et l’empereur Léon en 815/817 et 827, et l’on a conservé des lettres de Charlemagne à Nicéphore (801 ?) et à Michel Ier (813)44.

54Il faut insister aussi sur la qualité des ambassadeurs échangés, dont les textes nous donnent souvent les noms et les titres, ce qui est signe de leur importance. Ils débattent de questions graves et difficiles dans le domaine politique et parviennent, tant bien que mal comme toujours en diplomatie, à des solutions : parmi ces questions, celle de la possibilité d’une patrimoine de saint Pierre en Italie ; celle de l’unicité de l’empire et du titre impérial. Il est manifeste que dans ces domaines, de solides échanges d’arguments ont lieu, qui impliquent une intercompréhension linguistique, signe d’une bonne connaissance mutuelle.

Échanges et conflits théologiques

  • 45 Opus Caroli regis contra synodum (Libri Carolini), A. Freeman éd., MGH, Concilia, II, Suppl. 1, Ha (...)

55De cette connaissance mutuelle, on a la démonstration explicite dans les Libri carolini, écrits au nom de Charlemagne par Théodulf, comme l’a définitivement établi Ann Freeman45. Il s’agit d’une réponse argumentée au concile de Nicée II, tenu en 787, qui imposait le culte des images et mettait fin (provisoirement) à leur prohibition, imposée trente-trois ans plus tôt au concile de Hiéreia (744) par Constantin V. On a dit un peu vite que les Occidentaux avaient mal compris le débat parce qu’ils ne connaissaient pas le grec et que la première traduction latine des actes de Nicée II était médiocre.

  • 46 M.-F. Auzépy, « Constantin V… et les Carolingiens », cité n. 33, p. 62 et n. 62.

56De fait, il y a eu de sérieux débats au concile de Francfort qui témoignent de véritables échanges intellectuels, même s’il y a eu des incompréhensions. Quant aux Libri carolini, ils essaient de se tenir à égale distance de l’iconoclasme de Hiéreia et de l’iconodoulie réelle ou supposée de Nicée II mais, comme l’ont montré beaucoup de savants, ils sont plutôt iconoclastes et reprennent bien des éléments de Hiéreia. Sans prendre ouvertement le parti de Constantin V, ils reprochent à ses successeurs, Constantin VI et Irène, et au concile de Nicée II, de l’avoir comparé à un juif, de ne pas avoir assumé la continuité de l’Église, et finalement de ne pas honorer leurs père et mère. Marie-France Auzépy écrit : « Les Carolingiens se posent ici en successeurs légitimes de l’empire de Constantin V dont ils défendent en quelque sorte la mémoire. D’ailleurs, d’après les Libri carolini, la conduite de Constantin VI et d’Irène, aberrante au regard de Dieu comme au regard des hommes, est néfaste à l’empire : les empereurs de Nicée II n’ont pas craint, en imposant une doctrine nouvelle, le culte des icônes, de détourner l’armée des périls extérieurs vers une guerre intestine, de détacher d’eux leurs alliés, d’installer dans l’empire la guerre civile qui risque, par contagion, d’atteindre notre royaume46. » À l’horizon l’idée suivante : il n’y a plus d’empereur digne de ce nom à Constantinople (une femme a présidé le concile !). La place est libre pour Charlemagne.

  • 47 Ead., « Francfort et Nicée II », cité n. 33, p. 289-299.

57Que l’on souscrive ou non à cette conclusion, l’analyse minutieuse des Libri carolini démontre qu’il y est répondu point par point et de façon tout à fait pertinente aux arguments du concile de Nicée II en utilisant des arguments de Hiéreia47.

  • 48 Annales regni francorum, citées n. 32, a. 794, p. 95.

58Selon les Annales regni Francorum, le concile de Francfort a considéré que le concile de Nicée n’était pas le 7e concile œcuménique mais « un pseudo-synode des Grecs48 ». Le capitulaire de Francfort indique que le concile a rejeté l’adoration des images imposée par Nicée II. Selon ce dernier, les images devaient être éclairées et encensées, et tout chrétien devait se prosterner devant elles et les embrasser. Ceux qui refusaient de le faire étaient anathématisés et déclarés hérétiques. Si le concile était reconnu comme œcuménique, il s’appliquait à toute la chrétienté, y compris aux pays francs. D’où la réaction de Charlemagne et l’argumentation développée dans les Libri : montrer que, canoniquement, le concile de Nicée II n’était pas œcuménique et que, théologiquement, le culte rendu aux images n’était pas légitime.

59Les Libri carolini sont répartis en quatre livres, divisés chacun en courts chapitres discutant chacun un extrait ou un argument des actes du concile – plus ou moins bien traduits il est vrai – avec en particulier la confusion entre « proskynèse » et « latrie », l’une et l’autre traduites par « adoration ». Mais les erreurs de traduction sont ponctuelles et le sens des actes est parfaitement compris comme le montre la qualité des critiques sur tous les points faibles du concile : utilisation des sources, méthode et fond. Dans les livres I et II, il est démontré que les sources bibliques et patristiques ont été détournées en faveur du culte des images qui n’existe ni dans les Écritures ni chez les Pères. Dans les livres III et IV, il est démontré que ce que le concile appelle « tradition de l’Église » pour justifier le culte des images ne repose sur aucun fondement historique. Il est démontré aussi que le culte des images n’a jamais été un article de foi chrétienne et qu’il est impossible de rendre un culte à une chose qui n’entretient aucun lien avec son prototype. L’image ne peut être acceptée que comme décor et rappel de ce qui s’est passé : c’est la doctrine en Occident depuis Grégoire le Grand.

60Mais dans son argumentation, l’auteur des Libri carolini reprend bien des arguments de Constantin V : le culte des images est une nouveauté, sans fondement scripturaire ; ce qui est important c’est la Parole de Dieu et non son image ; la dévotion spirituelle prime sur la dévotion aux images. Dieu étant inlocalis, il ne peut être enfermé en un lieu déterminé : l’argument majeur de Hiéreia était que Dieu étant incirconscrit (aperigraphos), il ne pouvait être circonscrit et représenté sous peine d’hérésie, nestorienne si l’on représente la seule personne humaine, arienne et monophysite si l’artiste prétend représenter les deux natures que, de ce fait, il confond. Même s’ils ne vont pas jusque-là dans la précision, les Libri reprennent l’argumentation des empereurs isauriens (iconoclastes).

61Au livre III il est bien expliqué pourquoi Nicée II n’est pas un concile œcuménique : c’est un concile oriental qui n’a pas pris la peine de consulter les autres Églises, donc un concile provincial qui a la prétention de parler pour l’Église universelle. Or l’empereur (à Constantinople) n’est plus vraiment à la tête de l’empire universel. Charlemagne défend la mémoire et l’œuvre de Constantin V et, d’une certaine façon, en assure la relève.

62L’examen de ce passionnant dossier témoigne d’une connaissance fine de l’Orient par l’Occident. Des savants carolingiens, le roi puis empereur lui-même, connaissent les grandes questions théologiques, politiques et ecclésiologiques posées à Constantinople, et les documents (actes de conciles) qui les approfondissent. Ce qui nous ramène à « Aix-la-Chapelle au miroir de Constantinople ». Dans les domaines politiques et théologiques qui sont des grands domaines de la culture carolingienne, ce qui émane de l’Empire byzantin est assez bien connu et très présent. Rien ne s’oppose donc, en principe, à ce qu’il en soit de même dans le domaine de la construction du palais ou même de la mise en place de ses institutions. Notons une concordance de dates : c’est en 795, juste après le concile de Francfort et la rédaction des Libri carolini, que Charlemagne fait entreprendre la construction du palais d’Aix.

  • 49 Voir P. Bonenfant, « L’influence byzantine sur les diplômes des Carolingiens », Mélanges H. Grégoi (...)
  • 50 On pense en particulier ici à l’Évangéliaire du couronnement. Cf. W. Koeler, Die karolingischen Mi (...)

63Il faudrait élargir la recherche et ouvrir d’autres dossiers où se manifestent des emprunts carolingiens à la culture byzantine, témoignant d’une connaissance de Byzance en Occident. On ne peut pas le faire dans le cadre de cette communication, mais indiquons en deux. Celui de la diplomatique tout d’abord où, après 800, les Carolingiens ont emprunté certaines pratiques aux empereurs de Constantinople49 ; celui de la peinture sur manuscrits où les peintres carolingiens ont très certainement emprunté aux peintres grecs50.

64Notre approche d’Aix-la-Chapelle au miroir de Constantinople dans un congrès consacré aux villes capitales nous a permis de mieux situer un nouveau et relativement modeste palais en face de la plus grande ville du monde, qui comporte, entre autres, un immense palais. Même si le palais d’Aix remplit un certain nombre de fonctions de gouvernement, il les partage avec d’autres, et rien, ni dans sa construction, ni dans son fonctionnement ne peut être assurément rapproché de la capitale de l’empire. Le palais d’Aix n’est en aucune manière une nouvelle Constantinople.

65Mais les Carolingiens n’ignorent pas tout de la pensée et des pratiques politiques, religieuses et culturelles de la nouvelle Rome, de l’empire continué dont Constantinople est bien la ville capitale. Ils en ont même une connaissance bien meilleure – directement ou via l’Italie – qu’on ne l’avance généralement. On ne peut donc pas exclure que Charlemagne, couronné empereur à Rome, gardien attentif de l’orthodoxie jusqu’à vouloir la renforcer en ajoutant le filioque au credo de Nicée-Constantinople, qui se considérait comme responsable du salut du peuple dans l’Église universelle, ait voulu « emprunter » à Constantinople pour son palais d’Aix. Il ne semble pas l’avoir fait. Pourquoi ? Nous laissons la question ouverte.

Annexes

Annexe 1 — Plan du palais d’Aix-la-Chapelle

Annexe 1 — Plan du palais d’Aix-la-Chapelle

Plan établi d’après Karl der Grosse : Werke, Ausstrahlung und Ueberleben, Catalogue de l’exposition de 1965 d’Aix-la-Chapelle, p. 386.

Annexe 2 — Plan de Constantinople

Annexe 2 — Plan de Constantinople

Annexe 3 — Itinéraires du Palais à Sainte-Sophie

Annexe 3 — Itinéraires du Palais à Sainte-Sophie

(d’après C. Mango, The Brazen House)

Notes

1 J. T. Nelson, « Aachen as a place of power », dans M. de Jong, F. Thews dir., Topographies of Power in the Early Middle Ages, p. 217-241. Voir p. 219 : après 795, Aachen’s qualitative and quantitative growth tranformed it into an effective capital as well as something like a modern third-world « mushroom town ».

2 Je reprends ici des éléments développés dans ma communication « Le palais d’Aix : lieu de pouvoir et de culture », au colloque Le monde carolingien : bilan, perspectives, champs de recherches, organisé par W. Falkowski et Y. Sassier, Poitiers, 18-20 novembre 2004 (à paraître).

3 J. Barbier, « Le système palatial franc : genèse et fonctionnement dans le nord-ouest du regnum », Bibliothèque de l’École des chartes, 148, 1990, p. 245-299, cité p. 249.

4 Ibid., p. 253.

5 Voir Th. Zotz, « Palatium publicum, nostrum, regium. Bemerkungen zur Königspfalz in der Karolingerzeit », dans F. Staab dir., Die Pfalz. Probleme einer Begriffsgeschichte vom Kaiserpalast auf dem Palatin bis zum heutigen Regierungsbezirk (Veröffentlichung der pfälzischen Gesellschaft zur Förderung der Wissenschaften 81), Speyer, 1990, p. 71-99.

6 J. T. Nelson, « Aachen… », cité n. 1, p. 219.

7 Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, IV, 1, Ph. Lauer éd. et trad., Paris, 1926, p. 116.

8 L. Falkenstein, « Charlemagne et Aix-la-Chapelle », Byzantion, 61, 1991, p. 231-269, plus part. p. 276 et n. 133.

9 De ordine palatii, T. Gross et R. Schieffer éd., MGH, Fontes Iuris Germanici Antiqui, vol. 3, Hanovre, 1980. Pour l’attribution (en partie) à Adalhard de Corbie qui aurait rédigé ce texte pour Bernard d’Italie, voir B. Kasten, Adalhard von Corbie, Düsseldorf, 1996 ; De disciplina palatii Aquisgranensis (v. 820), MGH, Capitularia, vol. 1, no 146, p. 297-298, trad. angl. en annexe à J. T. Nelson, « Aachen… », cité n. 1 ; Éginhard, Vie de Charlemagne, L. Halphen éd. et trad. (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge), Paris, 1938, réed. 1967.

10 L. Hugot, « Die Pfalz Karls des grossen in Aachen. Ergebnisse einer topographischarchäologischen Untersuschung des Ortes und der Pfalz », dans W. Braunfels dir., Karl der Grosse, Lebenswek und Nachleben, Düsseldorf, 1965, vol. III, p. 534-572.

11 J. T. Nelson, « Aachen… », cité n. 1, p. 224.

12 Éginhard, Vie de Charlemagne…, cité n. 9, chap. 22, p. 69.

13 Ibid., chap. 26, p. 77.

14 L. Falkenstein, « Charlemagne et Aix-la-Chapelle »…, cité note 8, p. 265-266. Ce n’est qu’en 972 qu’un diplôme d’Otton Ier ordonna que l’abbé de l’église Sainte-Marie soit choisi parmi les chapelains.

15 A. Dierkens, « Autour de la tombe de Charlemagne. Considérations sur les sépultures des souverains carolingiens et des membres de leur famille », Byzantion, 69, 1991, p. 156-180, cité ici p. 163.

16 L. Falkenstein, « Charlemagne et Aix-la-Chapelle »…, cité n. 8, p. 279-281.

17 G. Dagron, « Constantinople », dans C. Nicolet, R. Ilbert, J.-Ch. Depaule dir., Mégapoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospective, Paris-Rome, 2000, p. 376-391. Cet article de synthèse nous sert de guide dans l’essai comparatif qui suit. Mais il faut aussi recourir aux grands livres du même auteur : G. Dagron, Naissance d’une capitale, Constantinople et ses institutions de 330 à 451, Paris, 1974 ; id., Constantinople imaginaire. Études sur les recueils des « Patria », Paris, 1984. On a également tiré parti des travaux suivants : J. Herrin, « Byzance : le palais et la ville », Byzantion, 61, 1991, p. 213-220 ; C. Mango, Le développement urbain de Constantinople ( ive- viie s.), Paris, 1985, 19902 ; « De Constantinople à Istanbul », résumé de la table ronde tenue à l’École française de Rome, 22-23 avril 1994, Mélanges de l’École française de Rome, 108, 1996, 1, p. 355-374 (contributions de G. Dagron, C. Morisson, C. Mango, J. Lefort et J. Durliat).

18 Cf. U. Nonn, Pagus et comitatus in Niederlothringen. Untersuchungen zur politischen Raumgliederung im früheren Mittelalter, Bonn, 1983, p. 189-193.

19 C. Mango, Le développement urbain de Constantinople…, cité n. 17, p. 51-62.

20 Voir C. Mango, The Brazen House. A Study of the Vestibule of the Imperial Palace of Constantinople, Copenhagen, 1959, en part. p. 87-91, et C. Meckseper, « Das Tor-und Gerichtsgebaüde der Pfalz Karls des Grossen in Aachen », M. Jansen, K. Winands éd., Architectur und Kunst in Abendland, Rome, 1992, p. 105-113.

21 G. Bandmann, « Die Vorbilder des Aachener Pfalzkapelle », dans W. Braunfels dir., Karl der Grosse, Lebenswerk und Nachleben, vol. 3, p. 424-462.

22 B. Ward-Perkins, « Constantinople : a City and its Ideological Territory », dans G. P. Brogiolo éd., Towns and their Territories between Late Antiquity and the Early Middle Ages, Leiden-Boston-Köln, 2000, p. 325-345.

23 H. Fichtenau, « Byzanz und die Pfalz zu Aachen », Mitteilungen des Instituts für österreischiche Geschichtsforschung, 50, 1951, p. 1-54. G. Bandmann, « Die Vorbilder des Aachener Pfalzkapelle »…, cité n. 21.

24 F. Kreusch, « Kirche, Atrium und portikus der Aachener Pfalz », dans W. Braunfels dir., Karl der Grosse, Lebenswerk und Nachleben, vol. 3, p. 463-533.

25 Voir M. Untermann, « Opere mirabili constructa. Die aachener « Residenz » Karls des Grossen », dans C. Stiegmann, M. Wemhoff dir., 799, Kunst und Kultur der Karolingerzeit. Karl der Grosse und Papst Leo III in Paderborn (Beiträge zum Katalog der Auststellung Paderborn 1999), Mayence, 1999, p. 152-164, en part. p. 160. et dans le même ouvrage collectif, J. Mitchell, « Karl der Grosse, Rom und das Vermächtnis der Langobarden », ibid., p. 95-108, en part. p. 98.

26 G. Dagron, « Constantinople »…, cité n. 17, p. 381.

27 Constantin VII Porphyrogénète, Le Livre des cérémonies, texte établi et trad. par A. Vogt, Paris, Les Belles Lettres, 1935-1940, 4 vol.

28 Sur le cérémonial du palais à Byzance, il faut se reporter à un autre grand livre de G. Dagron, Empereur et prêtre. Étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris, 1996, en part. p. 106-138 d’où je tire mon information.

29 Éginhard, Vie de Charlemagne…, cité n. 9, chap. 26, p. 77.

30 A. Dierkens, « Autour de la tombe de Charlemagne ; considérations sur les sépultures et les funérailles des souverains carolingiens et des membres de leur famille », Byzantion, 61, 1991, p. 156-180, sur ce point p. 179-180.

31 Thégan, Vita Ludowici imperatoris, chap. 6, éd. et trad. all. E. Tremp, MGH, Scriptores rerum germanicarum in usum scholarum…, vol. LXIV, Hanovre, 1995, p. 180-184 : Quod factum, (Carolus) ornavit se cultu regio et coronam capiti suo imposuit ; incedebat clare decoratus et ornatus sicut ei decuerat. Perrexit ad ecclesiam, quam ipse a fundamento construxerat, pervenit ante altare quod erat in eminentiori loco constructum caeteris altaribus et consecratum in honore domini nostri Hjesus Christi ; super quod coronam auream, aliam quam ille gestabat in capite suo iussit imponi.

32 Annales regni Francorum, G. H. Pertz et F. Kuze éd., MGH in usum scholarum…, Hanovre, 1895, p. 136 : 812… et Michael… imperator factus legatos domini imperatoris Karoli, qui ad Niceforum missi fuerunt, in Constantinopolim suscepit et absolvit. Cum quibus et suos legatos direxit, Michaelem scilicet episcopum et Arsafium atque Theognostum prothospaterios, et per eos pacem a Niceforo inceptam confirmavit. Nam Aquisgrani, ubi ad imperatorem venerunt, scriptum pacti ab eo in ecclesisa suscipientes more suo, id est Greca lingua, laudes ei dixerunt, imperatorem eum et basileum apellantes.

33 M.-F. Auzépy, « Constantin V, l’empereur isaurien et les carolingiens », dans O. Redon, R. Rosenberger dir., Les assises du pouvoir, temps médiévaux, territoires africains (Mélanges Jean Devisse), Paris, 1965, p. 49-65, cité ici p. 50 ; et surtout, Ead., « Francfort et Nicée II », dans R. Berndt dir., Das frankfürter Konzill von 794, Francfort, 1997, p. 279-300.

34 Vita Karoli Magni, R. Rauschen éd., Publikationen der Gesellschaft für reinische Geschichtskunde, VII, Die Legende Karls des Grossen, Leipzig, 1890, p. 1-94.

35 F.-L. Ganshof, « Les relations extérieures de la monarchie franque sous les premiers souverains carolingiens », Annali per la Storia del Diritto, V-VI, 1961-1962, p. 1-53 ; trad. angl. dans id., The Carolingians and the Frankish Monarchy : Studies in Caroligian History, Ithaca, N. Y., 1971.

36 Annales regni Francorum, citées n. 32, a. 767, p. 24.

37 Codex carolinus, E. Dümmler éd., MGH, Epistolae Karolini Aevi, I, Berlin, 1892.

38 Éginhard, Vie de Charlemagne…, cité n. 9, chap. 15, p. 45.

39 Ibid., chap. 19, p. 61.

40 Theophanis chronographia, C. de Boor éd., vol. I, Leipzig, 1883, p. 455 et 475.

41 Annales regni Francorum, citées n. 32 : a. 804, p. 118 ; a. 810, p. 132 ; a. 811, p. 133 ; a. 812, p. 136 ; a. 813, p. 137-139 ; a. 814, p. 140.

42 Éginhard, Vie de Charlemagne…, cité n. 9, chap. 16, p. 48.

43 Ibid., chap. 28, p. 81.

44 MGH, Epistolae Karolini Aevi, II, Berlin, 1892, p. 546 et 555.

45 Opus Caroli regis contra synodum (Libri Carolini), A. Freeman éd., MGH, Concilia, II, Suppl. 1, Hanovre, 1998. Sur la Verfasserfrage des Libri, voir l’introduction p. 12-23.

46 M.-F. Auzépy, « Constantin V… et les Carolingiens », cité n. 33, p. 62 et n. 62.

47 Ead., « Francfort et Nicée II », cité n. 33, p. 289-299.

48 Annales regni francorum, citées n. 32, a. 794, p. 95.

49 Voir P. Bonenfant, « L’influence byzantine sur les diplômes des Carolingiens », Mélanges H. Grégoire, III, Bruxelles, 1951, p. 61-117 ; et R.-H. Bautier, « La chancellerie et les actes royaux dans les royaumes carolingiens », Bibliothèque de l’École des chartes, 142, 1984, repris dans id., Chartes, sceaux et chancellerie, Études de diplomatique et de sigillographie médiévales, II, Paris 1990, p. 461-536, en part. p. 507-509.

50 On pense en particulier ici à l’Évangéliaire du couronnement. Cf. W. Koeler, Die karolingischen Miniaturen, III/1 : Die Gruppe des Wiener Krönungs-Evangeliars, Text, Berlin, 1960, p. 51-58. Voir aussi B. Bischoff, Die Hofbibliothek unter Ludwig dem Frommen, 1976, repris dans ID., Mittelalterliche Studien. Ausgewälte Aufsätze zur Schriftkunde und Literaturgeschichte, III, Stuttgart 1981, p. 170-186 (en part. p. 171, n. 5 et p. 179).

Table des illustrations

Titre Annexe 1 — Plan du palais d’Aix-la-Chapelle
Légende Plan établi d’après Karl der Grosse : Werke, Ausstrahlung und Ueberleben, Catalogue de l’exposition de 1965 d’Aix-la-Chapelle, p. 386.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33403/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Annexe 2 — Plan de Constantinople
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33403/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Annexe 3 — Itinéraires du Palais à Sainte-Sophie
Légende (d’après C. Mango, The Brazen House)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33403/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540