Version classiqueVersion mobile

Les villes capitales au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public

Capitales d'empire

Les capitales d’empire : rapport introductif

Jean-Claude Cheynet

Texte intégral

  • 1 Ces mégalopoles ont fait l’objet d’une réflexion collective : Cl. Nicolet, R. Ilbert, J.-Ch. Depau (...)
  • 2 J.-M. Carrié, A. Rousselle, L’Empire romain en mutation des Sévères à Constantin, Paris, 1999, p.  (...)

1Ouvrir une session d’un congrès de médiévistes qui traite des villes capitales à Istanbul invite irrésistiblement à évoquer Constantinople, l’ancienne Byzance. L’État romain avait connu une centralisation croissante qui avait donné à l’Urbs, à l’origine une cité parmi d’autres, un statut hors du commun, conforté, à partir d’Auguste, par l’installation de l’empereur et de son administration. Rome, pourtant, n’avait pas étouffé les anciennes capitales hellénistiques, Antioche ou Alexandrie, dont la nombreuse population concourait à en faire sinon de vraies capitales régionales, puisqu’il leur manquait un pouvoir politique autonome, du moins un contrepoids local, sur le plan économique, voire culturel1. Au reste, la crise du iiie siècle démontra que de nouveaux centres de pouvoir émergeaient dès que faiblissaient les institutions centrales. Elle avait également rendu itinérants les empereurs et leur cour, multipliant les lieux de résidence impériale, notamment au temps de la Tétrarchie. Rome n’est plus dans Rome, même si l’Urbs « demeure le milieu de célébration de la grandeur nationale2 ».

Créer une capitale : un pari risqué

  • 3 G. Dagron, Naissance d’une capitale : Constantinople et ses institutions de 330 à 451, Paris, 1974
  • 4 Ibid., p. 62-63.

2Lorsque Constantin décida de fonder une ville destinée à abriter une résidence impériale dans la cité de Byzance à laquelle il donnait son nom, il prenait un risque dont nous n’avons plus conscience, tant la réussite finale nous paraît attendue. Une question légitime pouvait se poser : serait-elle seulement une capitale impériale de plus ? Les raisons d’un tel geste ont été exposées, entre autres, par G. Dagron3 : Constantin ne cherchait pas à abaisser le prestige de l’ancienne Rome qui, sous son règne, garda, seule, ses privilèges de capitale, disposant d’un Sénat de plein exercice et d’un préfet de la Ville. Cependant, dès l’époque du fondateur, Constantinople ne relevait plus du statut provincial des cités, mais du jus italicum, comme son aînée, lui donnant d’emblée une place qui la mettait au-dessus des autres cités provinciales4.

  • 5 J. Durliat, De la ville antique à la ville byzantine : le problème des subsistances, Rome, 1990 ; (...)
  • 6 C. Mango, Le développement urbain de Constantinople ( ive-viie siècles), Paris, 19902.
  • 7 Le nom de Seconde Rome remonte à l’époque constantinienne et dès 324, Alexandre portait le titre d (...)

3L’empereur espérait en effet que la nouvelle métropole dominerait la partie orientale de l’empire qu’il venait de réunifier, en s’imposant aux mégalopoleis déjà en place, Antioche et Alexandrie. Ces deux cités étaient au reste elles-mêmes d’anciennes capitales de royaumes hellénistiques, depuis longtemps soumis à Rome. Antioche avait pu prétendre, un temps, au titre de capitale, car l’empereur y résidait pour de longs séjours. La croissance de Constantinople résulta d’une volonté politique déterminée qui se traduisit par un effort financier colossal et par l’octroi de privilèges économiques. Les citoyens obtinrent des annones transmissibles. Les plus riches sénateurs d’Orient furent invités à construire des palais dans la cité. En effet, une capitale ne se conçoit pas sans une population nombreuse. D’emblée, la ville disposait presque de tous les atouts, puisqu’elle était admirablement située sur la rive du Bosphore et dotée d’un abri protégé dans la Corne d’or. Son ravitaillement était assuré à bon marché et en abondance par le blé d’Égypte5. L’absence de ressources en eau qui avait freiné le développement de Byzance fut surmontée par de gigantesques travaux menés pendant près d’un siècle6. La volonté politique avait triomphé et créé les bases économiques et démographiques d’un succès durable par un effort énorme d’investissements : une seconde Rome était en train de naître7.

4Les étapes qui firent de Constantinople la capitale du monde romain sont bien balisées. Sous Constant II, Constantinople conforta son statut de capitale politique en obtenant les deux institutions qui lui manquaient, un Sénat comparable à celui de Rome et une préfecture de la Ville, et elle l’assit définitivement lorsque, à partir de Théodose Ier, elle devint la résidence permanente de l’empereur, et plus encore sous le règne de son petit-fils, Théodose II, souverain casanier, qui fit construire la formidable enceinte terrestre, qu’on voit encore aujourd’hui. L’empereur désormais renonçait au modèle tétrarchique et constantinien et ne conduisait plus lui-même les armées, puisque tant que tenaient les murailles, l’empire était sauvé. Lorsque Rome s’efface sous les coups des envahisseurs et que l’institution impériale pâlit singulièrement en Occident, le rôle de Constantinople est incontesté.

  • 8 Pour un exposé récent, cf. J.-M. Mayeur, Ch.(†) et L. Pietri, A. Vauchez, M. Venard, dir., Histoir (...)

5Elle conservait cependant un handicap par rapport à la Vieille Rome, dans la mesure où, sur le plan religieux, l’évêque de Constantinople ne jouissait pas d’un statut comparable à celui de l’évêque de Rome, évêque de la ville impériale par excellence et successeur de Pierre. L’obstination des évêques de Constantinople, relayée par la bienveillance impériale, donna à leur siège une vaste circonscription qui leur permit de participer au gouvernement de l’Église comme membre de la pentarchie. Très rapidement, les évêques de la Nouvelle Rome s’estimèrent les égaux en droit des papes de l’Ancienne Rome et prétendirent à une autorité de fait sur les sièges orientaux. Ces étapes de la promotion du patriarcat de Constantinople sont trop connues pour que je m’y arrête, mais la promotion politique de Constantinople avait entraîné par un mouvement quasi naturel, celle de l’Église qui lui était attachée8.

6Lorsque l’empire s’éteignit en Occident en 476, Rome avait depuis longtemps cessé d’être la résidence impériale au profit de Milan et de Ravenne. Constantinople n’avait plus de concurrente dans le monde chrétien, même si Alexandrie et Antioche conservaient un haut niveau de population et un rayonnement local marqué. Au ve siècle, elle était devenue sans conteste la plus grande ville du monde chrétien. Le nombre d’habitants qu’elle renferme reste un sujet de discussion entre les historiens, mais les plus pessimistes lui accordent au moins 400 000 âmes. Certains, plus optimistes, sans doute à l’excès, admettent qu’à son apogée elle en aurait compté 700 000 ou 800 000.

  • 9 G. Dagron, Constantinople imaginaire. Études sur le recueil des « patria », Paris, 1984.

7La reconquête de Rome sous Justinien accentua la prépondérance constantinopolitaine, puisque l’empereur ne songea pas à en faire la capitale de l’Italie, qu’il maintint à Ravenne où il établit le préfet. La Ville (polis) par excellence n’en est pas moins atteinte par une série de catastrophes qui débutent dès le règne du grand empereur. La peste qui fit sa réapparition dans le monde méditerranéen la frappa en 542, provoquant la disparition d’une part importante des habitants, Procope évoquant un nombre supérieur à 200 000 morts. Au siècle suivant, la ville, affaiblie par cette saignée, fut pour la première fois assiégée par les Avars et les Perses en 626, mais sauvée, selon les contemporains, par l’intervention de la Vierge qui dispersa la flotte slave. La Vierge se serait à nouveau employée, en 674-678 et 717-718, à protéger ses fidèles avec le même succès, cette fois aux dépens des Arabes. La Théotokos avait toutefois été secondée par les puissantes murailles édifiées sous Théodose II. Ces victoires spectaculaires ne masquent pas l’étendue de la décadence. Une population, réduite par un facteur dix – C. Mango estime qu’elle ne dépasse pas 40 000 personnes –, vit dans une cité fantôme où les vieux monuments hérités de l’époque romaine restent debout, mais le décor antique n’est plus compris9.

La capitale incontestée du monde chrétien

8Paradoxalement, c’est durant cette époque si difficile que Constantinople est devenue la « Reine des villes », sans rivale dans le monde connu. Toutes ses concurrentes potentielles, en effet, ont davantage décliné. Rome n’abrite plus qu’un évêque dont l’autorité réelle ne s’étend guère au-delà de l’Italie et qui reste jusqu’en 751 un sujet plus ou moins docile de l’empereur. En Occident, aucun pouvoir politique ne peut soutenir la comparaison avec l’empire, même affaibli par les défaites face aux Lombards, aux Slaves et aux Arabes, les rois francs n’ayant pas de vraie capitale fixe. En Orient, Antioche et Alexandrie, dépeuplées, sont sous l’autorité du califat. De plus, l’empire a vu disparaître l’armature de cités qui avait caractérisé les royaumes hellénistiques et l’Empire romain, pour se transformer en communautés de villages protégées par des kastra où se réfugiaient les garnisons et les représentants de l’administration centrale. Plus aucune ville, à l’exception peut-être de Thessalonique, n’avait de population proprement occupée à des fonctions économiques majeures qui ne soient pas liées au monde rural.

  • 10 P. Magdalino, « Observations on the Nea Ekklesia of Basil I », Jahrbuch der österreichischen Byzan (...)

9Constantinople a même bénéficié des malheurs de l’empire. Héraclius a tiré la leçon de la conquête de Jérusalem par les Perses qui, en 614, avaient transféré la Vraie Croix à Ctésiphon. Lorsque l’invasion arabe menaça directement la Ville Sainte, l’empereur fit évacuer vers Constantinople les précieuses reliques, dont la Croix reprise aux Perses. Ces reliques rejoignent la collection déjà rassemblée par ses prédécesseurs. La capitale byzantine est désormais la Nouvelle Jérusalem où viennent se recueillir des pèlerins venus de tout le monde chrétien. Tout au long du Moyen Âge, les empereurs purent distribuer aux illustres visiteurs qu’ils souhaitaient honorer des reliques, au premier rang desquelles figuraient des fragments de la Vraie Croix dont ils étaient dépositaires. Michel III et Basile Ier, son successeur et meurtrier, firent assaut de propagande dans le Grand Palais, le premier en restaurant l’église du Pharos pour abriter les reliques néo-testamentaires (la Couronne d’épines, le Clou, le Fouet, la Tunique, la Lance, la Ceinture de la Vierge), et le second en bâtissant la Néa où il rassembla des reliques vétéro-testamentaires, parmi les plus réputées : le rameau d’olivier apporté à Noé, la trompette de Josué, la verge de Moïse, la corne de Samuel…10

  • 11 A.-M. Dubarle, « L’homélie de Grégoire le Référendaire pour la réception de l’image d’Édesse », Re (...)
  • 12 I. Kalavrezou, « Helping Hands for the Empire. Imperial Ceremonies and the Cult of Relics », dans (...)

10Dans la seconde moitié du xe siècle, au moment de la reconquête des territoires perdus face aux musulmans trois siècles plus tôt, les empereurs firent venir dans leur capitale les reliques les plus célèbres encore conservées dans les régions réoccupées ou sous la menace de leurs armées. Le mandylion d’Édesse fut ainsi accueilli en août 944 par l’empereur Romain Lécapène en personne, accompagné des coempereurs, ses fils et son gendre, Constantin VII Porphyrogénète11. En 956, ce dernier déposa au Grand Palais le bras de saint Jean-Baptiste, qu’il avait fait venir d’Antioche. Le reliquaire est encore conservé au musée de Topkapi12.

11Ce rôle sans pareil de Constantinople fut reconnu par les Arabes qui tentèrent pendant plus d’un siècle de s’en emparer pour en faire leur propre capitale. La chute de la ville aurait signifié la fin de l’empire et assuré le triomphe de l’Islam, dont l’accomplissement passait par la prise de l’unique capitale du monde. Cette conscience de la valeur symbolique d’un tel succès explique l’acharnement des conquérants arabes pour mener un siège si difficile et l’énormité des efforts consentis pour construire une flotte considérable et lever de fortes armées. Cet espoir avait conduit le califat omeyyade à choisir comme capitale Damas, ville d’importance moyenne, mais sise à proximité du front principal. Damas ne remplit pas le rôle de Ctésiphon la capitale perse du siècle précédent, car les califes, peut-être persuadés du caractère temporaire de leur installation en attendant la chute de Constantinople, ne fondèrent que progressivement les édifices symboliques de leur pouvoir. Ainsi, ils s’étaient contentés, à l’origine, de s’installer dans l’ancien palais du gouverneur byzantin de Damas. L’échec du premier siège conduisit les califes à établir une administration proprement islamique et l’on notera que les travaux de la grande mosquée de Damas sont également postérieurs à 678. Le renoncement définitif coïncide avec le changement de régime qui plaça la dynastie abbasside au pouvoir en 750. La fondation de Bagdad, en 763, avait bien sûr de nombreuses justifications, mais, en s’éloignant des frontières byzantines, les califes abbassides abandonnaient, sans le proclamer, l’espoir d’une conquête prévisible de Constantinople, à laquelle ils reconnaissaient de fait sa place de capitale de l’autre État auquel ils se résignaient à faire une place. Au reste Bagdad en est un peu le miroir puisque l’émir des croyants construisit son palais à côté de la mosquée principale, à l’image du Grand Palais communiquant avec Sainte-Sophie, même si l’arrière-fond idéologique diffère sensiblement.

Une capitale parmi d’autres

12Dès la seconde moitié du viiie siècle, Constantinople n’est donc plus la seule ville capitale du monde connu, mais retrouve sa position antérieure lorsqu’elle rivalisait avec Ctésiphon, résidence du roi perse. Quelques décennies plus tard, elle perd également son monopole dans le monde chrétien. L’empire est rétabli en Occident et l’empereur Charlemagne décide de faire d’Aix-la-Chapelle, plus qu’une résidence, une capitale. Rome retrouve également de nouvelles fonctions, puisque le pape est désormais un souverain temporel et qu’il étend progressivement sa juridiction sur l’ensemble de la chrétienté latine. De plus, il n’est pas d’empereur en Occident sans couronnement à Rome. Otton Ier ne dérogea point à ce principe. Dans le monde musulman, si Bagdad garda sa prééminence, elle fut également concurrencée par d’autres capitales, Cordoue dans la lointaine Espagne, puis le Caire, enfin toutes les villes choisies par des gouverneurs prétendant à l’autonomie, sinon à l’indépendance.

  • 13 Parmi les ouvrages récents, cf. P. Magdalino, Constantinople médiévale. Études sur l’évolution des (...)

13Au moment où Constantinople perdait son statut si singulier, elle renaissait progressivement de ses épreuves et se repeuplait à partir de la seconde moitié du ixe siècle. Elle garda sa prépondérance démographique dans le monde chrétien, sans doute jusqu’en 1204 et, de même, aucune autre ville dans l’empire ne peut lui être comparée, ni Antioche un temps reconquise, mais réduite au rang de ville provinciale, ni même Thessalonique, cité dynamique depuis que l’empire contrôlait à nouveau une partie, puis la totalité de son hinterland balkanique13.

Constantinople dans l’empire

  • 14 Cette révolution est analysée en détail dans la thèse encore inédite de M. Nichanian, Aristocratie (...)

14Constantinople se confond avec l’empire, qui a connu des fluctuations territoriales majeures au cours des siècles. À plusieurs reprises, le pouvoir n’a tenu qu’à l’abri des murailles assiégées, que ce soit au temps des grands sièges arabes, de la crise de la fin du xie siècle ou encore lors de terribles révoltes militaires, telles celles de Thomas le Slave, en 821-823, ou de Léon Tornikios en 1047. Constantinople est d’abord la résidence du basileus qui régit l’empire éternel des Romains. Chacun connaît la maxime de Kékauménos, selon lequel celui qui occupe le trône de Constantinople l’emporte toujours. Elle s’est constamment vérifiée jusqu’en 1204, à la curieuse exception d’Artavasde qui, durant deux ans, de 742 à 744, fut basileus à Constantinople et reconnu comme tel par les chancelleries étrangères, avant d’en être finalement expulsé par son beaufrère, Constantin V, l’héritier légitime qui avait dû lui céder sa capitale14.

  • 15 G. Dagron, « Trônes pour un empereur », dans A. Avramea, A. Laiou, E. Chrysos dir., Byzantium. Sta (...)

15Le pouvoir s’y dévoile et s’y justifie sous toutes ses formes. Il y est d’abord mis en scène dans un cadre longtemps sans égal, sauf à Bagdad, puis au Caire. Les salles de réception du Grand Palais, le Chrysotriklinos et la Magnaure, où l’empereur siège sur le trône de Salomon, soulignent par leur plan le rôle du souverain, lieutenant de Dieu15. Le cérémonial d’accueil des ambassadeurs étrangers renforce la majesté impériale : silence, absence de contacts directs entre l’empereur et ses interlocuteurs, maîtrise des éléments, symbolisés par les automates musicaux. Les courtisans sont vêtus de leur tenue de cérémonie, où dominent les soieries dont les couleurs et les formes donnent la clé de la hiérarchie. Près de l’empereur et, à l’occasion, de l’impératrice s’affairent les eunuques, dont le nombre et l’influence entre les ive et xie siècles distinguent la cour du basileus de toutes les autres cours chrétiennes.

  • 16 G. Dagron, « L’organisation et le déroulement des courses d’après le Livre des cérémonies », Trava (...)
  • 17 Au regard des Arabes, dont nombre d’entre eux eurent l’occasion de le voir de leurs propres yeux, (...)

16Construit sur le modèle du Circus Maximus, l’hippodrome, dont la spina était décorée de nombreuses statues antiques, constituait le plus grand espace public civil en service à l’époque médiévale. Ce monument doit sa survie au Moyen Âge en raison de son lien intime avec l’institution impériale. Ce n’est pas un hasard si c’est au xe siècle, date de la rédaction du De Cerimoniis, que l’hippodrome a reçu des gradins de pierre au lieu de bois. Le bâtiment contenait peut-être jusqu’à 50 000 spectateurs16. La loge impériale, le kathisma, appartient au Palais dans sa partie inférieure. Le basileus fait, à l’occasion, défiler dans l’hippodrome les prisonniers de guerre et le butin17. Les invités, dont parfois des prisonniers de marque comme Hârûn ibn Yahyâ, participent à l’exaltation du pouvoir impérial.

17Sainte-Sophie, que l’empereur et la cour peuvent rejoindre depuis le Palais, complète le dispositif. Les souverains étaient pleinement conscients des sentiments d’admiration déférente que les chants liturgiques dans un tel cadre suscitaient chez les visiteurs païens, souvent des Barbares voisins de l’empire, qu’il s’agissait de conduire à la conversion et à l’entrée dans le système des États dépendants.

  • 18 G. P. Majeska, Russian Travelers to Constantinople in the Fourteenth and Fifteenth Centuries, Wash (...)
  • 19 P. Magdalino, The Empire of Manuel I Komnenos 1143-1180, Cambridge 1993, p. 76-78 et 242.

18La visite de Constantinople, avant de devenir sous les Paléologues un simple circuit touristique destiné à prélever le maximum d’argent aux dépens de pèlerins, principalement russes18, œuvrait auparavant pour séduire les étrangers ou les convaincre de la supériorité morale et matérielle de l’empire. Manuel Comnène usa de la fascination exercée par cette métropole sans rivale en Orient à l’égard de Kilidj Arslan, le sultan de la bien modeste Ikonion, pour le convaincre de participer au système d’États vassaux que l’empereur constituait alors19.

19Constantinople concentrait les richesses de l’empire, ce dont témoignent encore tardivement Villehardouin et ses compagnons, en 1204, s’émerveillant du butin « si grand que personne ne saurait en faire le compte ». L’empereur fut, en effet, toujours en mesure de lever l’impôt sur toutes ses provinces, même si les modalités varièrent au cours des temps. À la différence du califat abbasside, où les gouverneurs retenaient les sommes nécessaires pour payer leur administration et leurs troupes, n’envoyant que le surplus à Bagdad, les percepteurs byzantins, le plus souvent indépendants des stratèges ou des ducs provinciaux, faisaient parvenir à Constantinople tout le produit des impôts. Ensuite, partaient de la capitale d’autres agents du fisc chargés de verser les rogai aux soldats et aux fonctionnaires. Les souverains contrôlaient donc les flux financiers et les plus économes d’entre eux, tels Théodora, la veuve de Michel III, ou Basile II, accumulaient des réserves susceptibles d’être immédiatement mobilisées en cas d’attaques soudaines des ennemis ou pour mettre fin aux révoltes les plus redoutables. C’est la possession de l’or fiscal qui sauva Michel d’Amorion face à Thomas le Slave, ou Basile II face à Bardas Phocas. Au reste, les rebelles prenaient soin d’intercepter les percepteurs, mais ils ne détenaient pas de trésors comparables à ceux des basileis.

20La concentration des biens à Constantinople s’accentua au cours des siècles du Moyen Âge car les hommes et les institutions les plus riches, à commencer par l’empereur, y étaient établis. Le basileus fut toujours le premier propriétaire et les aristocrates qui l’entouraient, toujours plus nombreux, possédaient également de vastes domaines fonciers et recevaient les plus hautes rogai. Pour ce qui est des institutions, nous avons aussi toutes raisons de croire que l’Église de Constantinople était la mieux dotée de l’empire et que les monastères de la capitale, sur lesquels nous avons moins d’informations que sur ceux de l’Athos, l’emportaient aussi en fortune sur tous les autres.

21L’affaiblissement notable de la perception directe de l’impôt à partir du xe siècle ne modifia pas sensiblement le tableau, puisque les ressources financières, qui se substituèrent aux sommes perdues, furent encore prélevées par le fisc qui, désormais, exploitait directement les terres qu’il cessa de revendre, et par les euageis oikoi, établissements religieux à caractère financier. Le flux monétaire ne fut donc pas détourné de Constantinople.

  • 20 Sur le rôle économique de Constantinople et l’importance des métiers d’art, cf. en dernier lieu G.(...)

22Par cette accumulation des surplus provinciaux se développa l’artisanat du luxe, bien connu par les descriptions des voyageurs ou le Livre de l’éparque qui réglementait certaines professions, dont les métiers liés à la fabrication des soieries. Parmi ces produits, il faut distinguer ceux élaborés dans les ateliers impériaux, la monnaie et les soieries pourpres. L’atelier de Constantinople, concurrencé dans l’Antiquité par de nombreux autres sites de frappe, dont les plus notables, Nicomédie, Antioche et Alexandrie, restèrent dans le ressort de l’empire d’Orient après 395, finit par acquérir le monopole de la frappe de l’or dans l’empire. De même, nul autre que l’empereur n’avait l’usage des soieries pourpres, tissées jusqu’au xie siècle sous l’autorité de l’archonte du blattion, au Grand Palais même, où œuvraient également les ouvriers spécialisés dans la frappe monétaire. Notons qu’au xiie siècle, Constantinople perdit son monopole des soieries de luxe au profit de Thèbes et de Corinthe20.

23Outre leur fonction économique, ces produits soutenaient le pouvoir impérial par leur prestige auprès des provinciaux et des étrangers. Les titres, qui leur offraient une rente proportionnelle à leur importance dans la hiérarchie, jouaient le même rôle. Par une distribution généreuse, mais calculée, le souverain de Constantinople maintenait dans la sphère d’influence impériale les provinces et les États limitrophes plus sûrement qu’avec ses armées. La détention d’un titre impérial, parfois doublée d’une alliance matrimoniale, distinguait le prince bénéficiaire de tous ses pairs et renforçait son statut auprès de ses sujets, d’autant que l’or byzantin facilitait sa générosité. Lorsque, sous les Paléologues, ces mécanismes s’enrayèrent, l’empire fut rapidement en difficulté.

  • 21 Cf. P. Magdalino, Constantinople médiévale…, op. cit., p. 325-356.

24Constantinople ne devint le centre intellectuel prépondérant de l’empire que fort progressivement. À l’origine, elle ne soutenait pas la comparaison avec les métropoles d’Orient, mais les empereurs, généreux, fournirent le financement de chaires publiques comme à Alexandrie ou Beyrouth. Le recul des lettres, perceptible lors des invasions arabes, fut moindre dans la ville impériale que dans les provinces. Désormais l’enseignement de niveau supérieur ne subsista qu’à Constantinople. Le maintien, même pendant les siècles dits obscurs, d’une administration très qualifiée a exigé la formation d’un personnel rompu aux opérations administratives. La crise iconoclaste, et les discussions théologiques qu’elle a stimulées dans un cadre presque exclusivement constantinopolitain, ont réveillé l’intérêt pour les Pères de l’Église et les raisonnements philosophiques hérités de l’Antiquité. L’exaltation croissante du pouvoir impérial, puis, à partir des Comnènes, son élargissement au cercle familial, ont créé un débouché pour les productions rhétoriques. Bien sûr, c’est à Constantinople seulement que ce milieu, payé par ses commanditaires, trouve sa subsistance21. Une nouvelle fois, sous les Paléologues, le tableau est différent avec le fractionnement du pouvoir, et Thessalonique rivalise avec la métropole du Bosphore.

L’esprit constantinopolitain

  • 22 P. Magdalino, « Byzantine snobbery », dans M. Angold éd., The Byzantine Aristocracy ix to xiii Cen (...)

25Enfin, les habitants de Constantinople développèrent un sentiment de supériorité qui se traduisit par un snobisme marqué envers les provinciaux et les étrangers : on moquait, à la cour de Constantin VII, l’accent slave des Rentakioi du Péloponnèse, et dans l’entourage de Constantin Monomaque, la prononciation cappadocienne de son favori, Romain Boïlas22.

26Ce mépris constantinopolitain ne constituait pas seulement un trait de caractère, il dictait, en partie, la conduite des affaires de l’empire. Les fonctionnaires civils et ecclésiastiques répugnaient à quitter le confort de Constantinople et à s’éloigner de la cour où se forgeaient les carrières pour prendre un poste dans une province lointaine, considérant de telles nominations comme une sorte d’exil. Les provinciaux critiquaient l’indifférence des gouvernants accusés de ne se soucier des provinces qu’en fonction de leur capacité fiscale. Nicétas Chôniatès constata amèrement que les paysans de Thrace, donc à proximité immédiate de la capitale, ne manifestèrent, après avril 1204, aucune compassion envers les réfugiés fuyant les Latins et se moquaient d’eux car ces derniers étaient réduits au même statut misérable qu’eux.

27Les relations entre les provinces et la capitale constituaient pourtant l’enjeu majeur pour la survie de l’empire. Les attaques aux frontières n’inquiétaient guère la population constantinopolitaine, à moins que les ennemis n’apparaissent devant les murs de la ville, comme les Bulgares de Kroum au début du ixe siècle ou les Turcs seldjoukides vers 1080. Alors, dans ces cas extrêmes, le pouvoir impérial était directement contesté. De même, l’aristocratie de la cité ne réagissait que lorsque ses biens fonciers étaient menacés, c’est-à-dire quand les ennemis atteignaient la Thrace en Europe, la Bithynie et la vallée du Méandre en Asie Mineure. Ainsi, la défaite de Manzikert n’éveilla guère d’écho à Constantinople, sinon au Palais où les Doucas éliminèrent les partisans de l’empereur Romain Diogénès, prisonnier des Turcs. Ce n’est qu’après plusieurs années, lorsque la pression des réfugiés provoqua une famine dans la capitale et lorsque les premières bandes turques parcoururent la Bithynie, que le mécontentement contre la politique de Michel VII, successeur de Romain, s’exprima ouvertement. On ne saurait sousestimer le changement qui s’opéra au cours du xie siècle, provoquant la domestication de l’aristocratie provinciale par des empereurs tirant les leçons des grandes révoltes de la fin du xe siècle. L’affaiblissement du lien qui unissait les élites locales et la capitale a sans doute facilité l’invasion de l’Asie Mineure dans le dernier tiers du siècle.

  • 23 M. Angold, The Fourth Crusade. Event and Context, Londres, 2003.

28Le nom sous lequel les lettrés byzantins désignaient communément leur capitale, la Reine des villes, ne fut donc pas usurpé, tant elle a concentré les pouvoirs de tous ordres, politique, religieux, économique et intellectuel. Plus qu’une capitale, Constantinople incarnait l’empire et tant que ses murailles protégèrent les organes gouvernementaux, le renouveau de l’empire semblait possible. Cependant, dès la fin du xiie siècle, apparurent les premiers signes du déclin : essor de villes provinciales qui commencèrent à détourner de la cour les élites locales – des chefs locaux grecs envisagèrent ainsi, avant 1204, la possibilité de se proclamer empereur sans chercher à s’emparer de Constantinople, ouvrant la voie aux États grecs autonomes de l’époque des Paléologues –, fin du monopole des produits impériaux, loyauté moins assurée des provinciaux et perte d’influence au-delà des frontières avec des princes désormais tournés vers un Occident latin et un Orient musulman plus dynamiques. La conquête latine de 1204 constitua un défi pour les Grecs, puisque, jusqu’à cette date, Constantinople plus que la capitale d’un État se confondait avec lui. Peu importait quelles provinces étaient sous sa dépendance, qu’elles soient vastes ou en voie de réduction, tant que les murailles restaient inviolées. Il fallut plus de deux ans avant que l’idée d’un empereur qui ne serait pas couronné à Constantinople puisse être acceptée par une partie de l’aristocratie. En effet, on néglige parfois le fait que, durant quelques mois, une partie des élites de la capitale fut prête à se rallier au nouvel empereur latin, car ce dernier était maître de Constantinople et certains Grecs n’étaient pas loin de penser qu’après le gouvernement faible des Anges, l’empire pourrait être revigoré sous la poigne énergique d’une dynastie latine23.

29De tous ces rôles, Constantinople conserve sous les Paléologues, alors que le territoire dominé se réduit à la banlieue de la ville, celui de capitale économique, qui n’était pas celui qui jusque-là lui avait donné son principal éclat, mais qui lui permettait de conserver une population de 50 000 habitants à la veille de la chute. En 1453, aucun recours politique ou militaire n’était plus possible et, le 29 mai, l’entrée du sultan Mehmet II dans la ville enfin conquise signait la fin de l’empire, même si la Morée échappait encore au gouvernement direct d’un bey turc.

30Les conditions qui avaient fait de l’ancienne Byzance une capitale d’empire, n’avaient pas été altérées par son lent déclin et, désormais, sous la conduite des sultans ottomans, au prix d’un effort de repeuplement, qui n’est pas sans rappeler les premières décennies d’existence de la cité, Constantinople-Istanbul redevint une capitale politique, économique et même religieuse, lorsque le sultan y transféra, depuis le Caire qu’il venait de conquérir, le siège du califat.

Notes

1 Ces mégalopoles ont fait l’objet d’une réflexion collective : Cl. Nicolet, R. Ilbert, J.-Ch. Depaule dir., Mégapoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospective, Paris-Rome, 2000. Sur le rôle d’Antioche, « dépouillée de sa fonction de capitale » par Rome, mais objet de la sollicitude des empereurs, cf. dans le même volume, la contribution de M. Sartre, « Antioche, capitale royale, ville impériale », p. 500-501.

2 J.-M. Carrié, A. Rousselle, L’Empire romain en mutation des Sévères à Constantin, Paris, 1999, p. 713-716.

3 G. Dagron, Naissance d’une capitale : Constantinople et ses institutions de 330 à 451, Paris, 1974.

4 Ibid., p. 62-63.

5 J. Durliat, De la ville antique à la ville byzantine : le problème des subsistances, Rome, 1990 ; B. Sirks, Food for Rome : The Legal Structure of the Transportation and Processing of Supplies for the Imperial Distribution in Rome and Constantinople, Amsterdam, 1991.

6 C. Mango, Le développement urbain de Constantinople ( ive-viie siècles), Paris, 19902.

7 Le nom de Seconde Rome remonte à l’époque constantinienne et dès 324, Alexandre portait le titre d’« évêque de la nouvelle Rome » (G. Dagron [comme n. 3], p. 46).

8 Pour un exposé récent, cf. J.-M. Mayeur, Ch.(†) et L. Pietri, A. Vauchez, M. Venard, dir., Histoire du christianisme, t. 2, Naissance d’une chrétienté (250-430), p. 921-925 (P. Maraval) et t. 3, Les Églises d’Orient et d’Occident (432-610), p. 515-525 (B. Flusin).

9 G. Dagron, Constantinople imaginaire. Études sur le recueil des « patria », Paris, 1984.

10 P. Magdalino, « Observations on the Nea Ekklesia of Basil I », Jahrbuch der österreichischen Byzantinistik, 37, 1987, p. 51-64 ; id., « L’église du Phare et les reliques de la passion à Constantinople (viie/viiie-xiie siècles) », dans J. Durand et B. Flusin dir., Byzance et les reliques du Christ, Paris, 2004, p. 15-30.

11 A.-M. Dubarle, « L’homélie de Grégoire le Référendaire pour la réception de l’image d’Édesse », Revue des études byzantines, 55, 1997, p. 5-51, suivi par B. Flusin, « Didascalie de Constantin Stilbès sur le mandylion et la sainte Tuile », p. 53-79.

12 I. Kalavrezou, « Helping Hands for the Empire. Imperial Ceremonies and the Cult of Relics », dans H. Maguire dir., Byzantine Court Culture from 829 to 1204, Washington, D. C., 1997, p. 67-70.

13 Parmi les ouvrages récents, cf. P. Magdalino, Constantinople médiévale. Études sur l’évolution des structures urbaines, Paris, 1996. Cf. également, pour les fonctions de la ville, A. Ducellier, M. Balard dir., Constantinople 1054-1204. Tête de la chrétienté, proie des Latins, capitale grecque, Paris, 1996.

14 Cette révolution est analysée en détail dans la thèse encore inédite de M. Nichanian, Aristocratie et pouvoir impérial à Byzance ( viie-ixe siècle), université Paris IV-Sorbonne, 2004, p. 519-564.

15 G. Dagron, « Trônes pour un empereur », dans A. Avramea, A. Laiou, E. Chrysos dir., Byzantium. State and Society, in Memory of Nikos Oikonomides, Athènes, 2003, p. 179-203.

16 G. Dagron, « L’organisation et le déroulement des courses d’après le Livre des cérémonies », Travaux et Mémoires, 13, 2000, p. 110.

17 Au regard des Arabes, dont nombre d’entre eux eurent l’occasion de le voir de leurs propres yeux, l’hippodrome représente le monument le plus représentatif de Constantinople, cf. S. Métivier, « Note sur l’hippodrome de Constantinople vu par les Arabes », Travaux et Mémoires, 13, 2000, p. 175-180.

18 G. P. Majeska, Russian Travelers to Constantinople in the Fourteenth and Fifteenth Centuries, Washington, D. C., 1984.

19 P. Magdalino, The Empire of Manuel I Komnenos 1143-1180, Cambridge 1993, p. 76-78 et 242.

20 Sur le rôle économique de Constantinople et l’importance des métiers d’art, cf. en dernier lieu G. Dagron, « The Urban Economy, Seventh-Twelfth Centuries » ; Ch. Bouras, « Master Craftsmen, Craftsmen, and Building Activities in Byzantium » ; A. Cutler, « The Industries of Art », dans A. Laiou dir., The Economic History of Byzantium from the Seventh through the Fifteenth Century, Washington, D. C., 2002, respectivement p. 393-461, p. 539-554, p. 555-587.

21 Cf. P. Magdalino, Constantinople médiévale…, op. cit., p. 325-356.

22 P. Magdalino, « Byzantine snobbery », dans M. Angold éd., The Byzantine Aristocracy ix to xiii Centuries, Oxford, 1984, p. 58-78, repris dans P. Magdalino, Tradition and transformation in medieval Byzantium, Aldershot, 1991, no I.

23 M. Angold, The Fourth Crusade. Event and Context, Londres, 2003.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search