Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villes capitales au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public

Formes d'émergence, d'affirmation et de déclin des capitales

Londres est-elle une capitale ?

Jean-Philippe Genet

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement Derek Keene, qui s’est lui aussi penché sur le problème, de m’avoir fait parv (...)
  • 2 T. F. Tout, « The Beginnings of a Modern Capital : London and Westminster in the Fourteenth Centur (...)

1La question peut faire sourire. La réponse à une telle question – que je suis loin d’être le seul à poser1 – est cependant tout sauf évidente, et on me permettra de la réserver jusqu’au dernier instant. Certes, des historiens et non des moindres ont déjà répondu par l’affirmative, tel Thomas Frederic Tout : « La guerre de Cent Ans, qui a fait de l’Angleterre une nation, a fait de Londres une capitale » ; mais à relire son article, on s’aperçoit qu’il doute lui-même de la véracité de son propos : « L’histoire de la capitale n’est jamais ou presque celle de la Cité, mais celle de ses banlieues2. » En réalité, sa conclusion découlait de l’observation qu’à partir de 1339, l’Échiquier, suivi un peu plus tard par la chancellerie, revenait s’installer à Westminster pour ne plus le quitter. Westminster, mais pas Londres : nul ne contestera que Londres est, pendant presque toute la période médiévale, la principale ville de l’Angleterre : mais cela suffit-il à en faire automatiquement une capitale ? Et le choix royal de s’installer dans la « banlieue » (suburb) et non à Londres est-il aussi « neutre » que Tout semble le penser ?

  • 3 Pour la préhistoire de ce problème, voir C. Bruhl, Palatium und Civitas, I, Gallien, et II, German (...)
  • 4 Sur la notion de capitale, B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles. Les États, Paris, 4e éd. (...)

2J’essaierai donc de répondre à cette question en me référant toujours à la problématique de notre rencontre, et en concentrant l’essentiel de mon propos sur la période où l’on peut véritablement parler d’un royaume d’Angleterre unifié, bien que cela ne puisse me dispenser de faire un bref rappel de la période antérieure. Si l’on peut admettre assez facilement que Londres est bien la plus riche (et de loin) des villes anglaises et qu’elle est en un sens imagé une « capitale économique », se contenter de ce même style imagé (que l’on retrouve aujourd’hui dans une multitude de publications municipales, genre Auch capitale : on est toujours la capitale de quelque chose) risque de nous faire commettre quelques anachronismes. Quant au politique, dans son sens moderne, le recours au terme « capitale » implique la domination d’un ensemble territorial qui est celui d’un État (éventuellement, en Italie, d’un « État régional »), non celui d’une cité. Or, que l’on accepte ou non la problématique de la genèse de l’État moderne, cela suppose que la capitale est le siège du gouvernement, qui se confond souvent avec la résidence royale – qui n’est pas forcément installée dans une cité au haut Moyen Âge3, ce qui explique que les historiens ne parlent en général de capitales qu’à la fin du Moyen Âge, lorsque les monarchies occidentales se sont pour la plupart sédentarisées4. Le processus dont il est question ici est donc celui de l’acquisition progressive des fonctions et du statut de capitale en liaison avec les transformations de l’État médiéval, de la monarchie féodale à l’État moderne. Pris sous cet angle, le cas de Londres n’est pas isolé et pour mieux faire ressortir ce qui me semble être la spécificité du cas londonien, j’aurai recours à la méthode comparative : la comparaison avec Paris va courir en filigrane tout au long de cet article.

  • 5 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc ( viie-xe siècles), Paris, 1995, p. 48-52.

3Si le choix de Paris comme terme de comparaison s’impose immédiatement, c’est qu’à Londres comme à Paris, nous sommes en présence depuis le haut Moyen Âge, d’une « duopole », une cité épiscopale couplée avec un monastère prestigieux qui entretient, pendant une période plus ou moins longue, une relation forte, et à certains égards plus forte que celle de la cité, avec une famille royale. Ce lien entre monastère et famille royale nous ramène à la structure caractéristique des Eigenkirche, ces églises familiales fondées par les grandes Sippen de l’aristocratie germanique5. Saint-Denis est en effet successivement liée à la Sippe mérovingienne puis, à partir du moment où elle s’implante en Neustrie, à la Sippe pippinide puis carolingienne. Le même phénomène s’observe à Westminster avec Édouard le Confesseur et la descendance qu’il s’est apparemment choisie, la famille des ducs de Normandie. Dans l’espace toutefois, la situation n’est pas identique, puisque Westminster est deux fois plus proche de la cité que ne l’est Saint-Denis, et il est surtout directement accessible par la rivière : un simple schéma permettra de visualiser les similarités et les différences entre les deux situations.

4Toutefois, l’article reste centré sur Londres. Mais la référence fréquente à Paris permettra de faire ressortir plus facilement quelques spécificités de l’histoire londonienne qui importent pour son destin de capitale – car, que l’on se rassure, elle finira bien par en devenir une, et même une capitale impériale. Ces spécificités doivent être bien précisées dès l’abord, afin de pouvoir examiner de façon plus approfondie les relations que la Cité a entretenues avec les souverains anglais, et les choix de ces derniers en matière de résidence et de localisation du gouvernement. Nous pourrons alors nous pencher sur le gouvernement de Londres, lorsqu’il finit par se stabiliser à la fin du Moyen Âge, et sur l’attitude de la Cité à l’égard du pouvoir royal, ce qui permettra de comprendre la place qu’occupe Londres dans le dispositif de l’État moderne anglais.

*

  • 6 Sur la topographie londonienne, M. D. Lobel éd., The City of London from Prehistoric Times to c. 1 (...)

5Il faut d’abord noter que si Londres a toujours ou presque eu un rôle économique essentiel, l’émergence de Londres comme centre politique a été lente et coupée de périodes d’obscurité presque complète. Londres, c’est d’abord un site naturel : c’est le premier endroit où l’on peut passer la Tamise à gué, tant elle s’y élargit, et où les effets de la marée s’atténuent (ce qui n’est d’ailleurs plus tout à fait le cas aujourd’hui)6. Au début de notre ère – le cours comme le débit du fleuve ont en effet changé au gré des variations climatiques – la marée cessait de faire sentir ses effets exactement là où a été construit le pont de Londres. Dès que les techniques le permettront, en effet, c’est-à-dire dès l’époque romaine, un pont a été construit, permettant de mettre en contact les deux rives ; mais la rivière est trop large pour qu’une même ville puisse se développer sur les deux rives. La rive sud est toujours au Moyen Âge restée en dehors de la cité : elle appartient à un autre comté, à un autre diocèse, et ses deux bourgs principaux, Southwark et Lambeth, ont simplement un rôle de contact, l’un économique, l’autre religieux. La présence du pont est déterminante : le tracé romain de la grande route commerciale qui part de la Manche et gagne les Midlands, la Watling Street, en ligne droite, couperait la Tamise à… Westminster, pas à Londres ; le pont est la cause du décroché vers le nord. Ce site naturel explique en tous cas que Londres a de tous temps été une capitale économique de l’Angleterre du Sud sinon de toute l’Angleterre : le réseau des routes romaines a été construit et structuré en fonction de cette position dominante.

  • 7 W. F. Grimes, The Excavation of Roman and Medieval London, Londres, 1968.
  • 8 P. Marsden, Roman London, Londres, 1980 ; M. Fulford, « Roman London », dans P. L. Garside, Capita (...)

6Mais de capitale économique à capitale politique, il y a un pas qu’il n’est pas si facile de franchir. Il a été franchi une première fois pour des raisons stratégiques : l’archéologie7 prouve en effet que les établissements les plus anciens se trouvaient sur la rive sud, là où est aujourd’hui Southwark. Longtemps, il n’y a rien eu sur la rive nord, mais c’est pourtant celle-ci que les Romains ont choisie quand, en même temps que la construction du pont, ils ont entrepris celle de la cité de Londres, puis sa reconstruction après la grande révolte de Boudica en 60, au cours de laquelle la ville, jugée indéfendable par le gouverneur C. Suetonius Paullinus, avait été réduite en cendres8. C’est en effet la nécessité de pacifier ce qui est aujourd’hui le pays de Galles qui a déterminé les Romains à déplacer vers l’ouest le centre de leur pouvoir, jusque-là installé sur la côte à Colchester, tout en restant au nord de la Tamise. En superficie, Londres, telle qu’Hadrien l’a reconstruite, est la plus grande des cités romaines. Elle a un grand forum, au moins une grande basilique, un amphithéâtre et au moins deux bains publics et elle est défendue, au coin nord-est de la muraille, par un vaste fort, reconstruit en pierre. Les Romains y installent donc leur gouverneur, dont on pense avoir retrouvé le palais à Cannon Street, à l’est du Walbrook, très près du rivage de la Tamise, mais le conseil provincial a continué à se réunir à Colchester. Lorsque la muraille est construite au début du iiie siècle, elle enclôt 125 ha mais tout laisse à penser que le déclin de la cité a déjà commencé. D’ailleurs, elle n’est plus alors que la capitale de la Britannia Superior et, quand Dioclétien réorganise le gouvernement de l’île, elle n’est plus que celle de la Maximia Caesarensis, l’une des quatre provinces de la Britania. Si Constantin lui décerne le titre d’Augusta, son statut administratif tend donc à perdre de son importance. D’ailleurs les fouilles archéologiques montrent qu’une partie de la cité romaine est abandonnée avant la fin du ive siècle, alors que la croissance de la ville continue sur le front de la rivière : dès avant le départ définitif des troupes romaines, la fonction économique a donc repris le dessus : si la ville romaine finit par être abandonnée, les forts de la Tamise sont quant à eux entretenus et restent jusqu’au bout de la présence romaine en pleine activité, preuve de l’intérêt que l’on porte à cette voie commerciale comme de la crainte de la voir utilisée par des envahisseurs.

7Comme toutes les autres villes anglaises, Londres a souffert aux ve et vie siècles au point de presque disparaître, mais dès le viie siècle, elle a retrouvé une grande prospérité économique. Dans la loi du Kent de 680, on parle pour la première fois de Lundenwic : comme les autres wiks de l’Europe du Nord-Ouest (en Angleterre, Norwich, Ipswich, Hamwih et sur le continent Dorestad ou Quentovic) Londres est un site commercial. Ce site se trouve à l’ouest de la cité romaine, donc au-delà du pont, lequel semble avoir été détruit : c’est la zone qui sera appelée plus tard l’old wik (Aldwych). Les fouilles archéologiques montrent une activité continue, mais le site de la ville romaine, à l’intérieur des murs, est pratiquement abandonné. En revanche, le rôle politique du wik est nul, ce qui explique l’absence de Londres dans des sources narratives avant tout préoccupées par les évènements politiques et religieux. Il est vrai qu’au plan politique Londres est mal située. Les Saxons du centre (Middlesex) ne semblent pas avoir eu de roi, et les Saxons de l’Est (Essex) ont vite été dominés par les Merciens. Mais ceux-ci centrent leur pouvoir autour de Lichfield, et quand c’est au tour des rois de Wessex d’exercer leur hégémonie, leur pouvoir est lui centré autour de Winchester : Londres se trouve donc sur une frontière, et si les rois du Wessex et de la Mercie se battent pour contrôler son commerce, ils n’ont aucune envie de s’y installer. Londres ne sera jamais une résidence royale anglo-saxonne. Nous tenons donc ici une différence essentielle entre Londres et Paris : si le passé romain de Lutetia est sans doute moins glorieux que celui de Londinium, la continuité du rôle politique de Paris est très supérieure à celle qu’a connue Londres.

  • 9 C. N. L. Brooke, London 800-1216 : The Shaping of a City, Londres, 1975, p. 18.
  • 10 Pour la liste particulièrement imprécise des évêques de la Londres pré-normande, voir Handbook of (...)
  • 11 Carte et liste dans C. N. L. Brooke, London 800-1216… op. cit., p. 123-125, fondé sur le travail d (...)
  • 12 Un fait placé en exergue par C. M. Barron, London in the Later Middle Ages. Government and People, (...)

8Car Londres n’est pas non plus une ville importante sur le plan religieux : elle ne sera pas la capitale religieuse de l’Angleterre médiévale, alors même qu’il semble que Grégoire, lorsqu’il a conçu la mission d’Augustin, avait songé à établir un archevêque à Londres et un archevêque à York. En réalité, c’est à Canterbury, au cœur d’un royaume du Kent ouvert au christianisme par ses liens avec la Gaule mérovingienne, que s’est installé Augustin et l’évêché qu’il a installé à Londres où le roi du Kent Aethelbert a fondé la cathédrale Saint-Paul en 604 (bien que la ville soit alors la capitale des Saxons de l’Est) a rapidement dû être abandonné : l’évêque installé à Londres, Melitus, reviendra à Canterbury pour y être l’un des successeurs d’Augustin. L’influence du Kent chrétien a en effet vite décliné et la ville est tombée sous celle de la Mercie païenne. Pire : en 1023, l’archevêque de Canterbury s’approprie sans que nul ne proteste les reliques de l’archevêque martyr saint Aelfeah (saint Alphege), pourtant massacré à Londres en 1012 par des Vikings pris de boisson, et les emmène de Londres à Canterbury9. La capitale religieuse (en dépit de la longue querelle de la primatie avec York) s’est définitivement fixée à Canterbury, et Londres n’a au haut Moyen Âge qu’une cathédrale d’importance secondaire10 comparée aux grands sièges anglo-saxons, comme Winchester, Worcester, Lichfield, sans parler d’York et de Canterbury ; mais Canterbury est trop proche de Londres pour ne pas entretenir avec elle une relation particulière, nous y reviendrons. Aucun monastère d’envergure n’a été fondé à Londres : le monastic revival du ixe siècle n’a pu faire renaître des monastères là où il n’y en avait point ! Londres est une ville de paroisses : il y en a 95 en 1086 et il y en aura plus de cent au début du xiiie siècle11. Ceci explique peut-être que plus tard, le Maire et les aldermen de Londres n’ont pratiquement aucune activité religieuse : ils ne participent même pas, en tant que corps constitué, à une procession comme celle de Corpus Christi, que l’on retrouve dans de nombreuses villes anglaises. Ils se contentent, au retour du Mayor’s riding (à Westminster !) d’aller prier à Saint-Paul pour l’âme de l’évêque Guillaume qui obtint pour Londres du roi Guillaume le Conquérant des franchises plus ou moins mythiques12.

  • 13 G. Milne, The port of medieval London, Stroud, 2003, p. 14.
  • 14 D. Keene, « London in the Early Middle Ages 600-1300 », dans Garside, op. cit., p. 13-26.
  • 15 T. Dyson et J. Schofield, « Saxon London », dans J. Haslam éd., Anglo-Saxon Towns in Southern Engl (...)

9L’archéologie et la numismatique confirment certes le rôle économique de Londres, mais les invasions danoises réduisent malgré tout son activité, d’autant que les cités vikings du Nord (York et Dublin) sont alors au sommet de leur prospérité. Pourtant, le pont est reconstruit, même s’il y a beaucoup d’incertitudes sur la date de cette reconstruction. Ce n’est seulement à la fin du ixe siècle que, dans le cadre de la politique d’urbanisation et de création-rénovation des burhs entrepris par Alfred, les rois s’intéressent à nouveau à Londres : après trois siècles d’abandon presque total du site, Alfred réinstalle Lundenburh à l’intérieur des murailles romaines, et si la zone portuaire continue à se développer tout le long de la Tamise, c’est maintenant à l’intérieur des murs, entre Queenhithe et Billingsgate, le site à l’ouest de la muraille étant à son tour plus ou moins délaissé13. Sauf au nord-est, où les ruines du fort induisent un tracé quadrillé à la romaine, la voirie londonienne est déterminée par cette réinstallation : les deux voies principales sont parallèles, la première à environ 150 mètres de la Tamise, donnant naissance plus tard à l’ouest au New Fish Market, et à l’est à Candlewright Street et à l’East Cheap, la seconde longeant la muraille d’Alfred, et se transformant plus tard en Cornmarket et West Cheap. Comme le souligne Derek Keene14, c’est là le tournant décisif dans le développement de la topographie londonienne. Londres sera la Cité, à l’emplacement de la ville romaine : mais la structure de la voirie ne sera pas vraiment romaine, puisque le site a été abandonné très longtemps. Ajoutons, pour en finir sur ce point, qu’au xiie siècle, le mur romain qui défendait la ville des attaques par la Tamise est complètement détruit, et qu’une nouvelle voie, Thames Street (divisée en Upper et Lower par le Walbrook) sert de point de départ aux accès à la rivière, qui sont perpendiculaires et se terminent souvent par des canaux ou des jetées, et non par un quai unique longeant la rivière comme aujourd’hui15.

  • 16 Les paroisses de Londres en portent la trace : Olaf, le futur saint et roi de Norvège, prend alors (...)

10Par ailleurs, à partir de l’unification de la Mercie et du Wessex par Édouard l’Ancien, Londres se trouve à nouveau dans une position centrale. En fait, c’est seulement au moment de la lutte qui oppose les Danois et les Anglo-Saxons entre 994 et 1016 que Londres se trouve au centre des évènements : du fait que la ville a pu, grâce à sa muraille, résister à tous les sièges, Aethelred puis son fils Edmund Ironside y ont souvent séjourné. Quand à la mort d’Edmund, Cnut prend le pouvoir, c’est à Londres qu’il le fait, car non seulement elle était devenue un important centre de population viking16 mais la ville avait déjà achetée sa paix pour son propre compte et les Danois avaient conduits leurs bateaux à Londres pour y prendre leurs quartiers d’hiver. La mort d’Edmund a eu un autre avantage pour la ville, dans la mesure où la paix entre Edmund et Cnut avait prévu un nouveau partage entre le Wessex et la Mercie. Désormais, pour la première fois mais pour toujours, Londres est au centre d’un espace unifié. Et, après la crise du xe siècle, l’essor économique reprend avec une grande vigueur. Pourtant, le fait d’être à nouveau une capitale économique et au centre des évènements politiques n’en fait pas pour autant une capitale. Certes, le premier roi anglo-saxon – c’est aussi le dernier ! – qui s’installe réellement à Londres est Édouard le Confesseur, qui y a été acclamé roi après que son demi-frère Harthacnut soit mort au cours d’un banquet à Lambeth : mais le soutien que les Londoniens accordent à son adversaire Godwin lors de la crise de 1052 le conduisent à abandonner son logis londonien d’Aldermanbury et à s’installer à Westminster, sur le site d’une médiocre fondation monastique du ixe siècle, Thorney. Là, il se consacre au développement du grand monastère de Saint-Pierre et construit son palais royal à proximité. En reconstruisant le monastère dans le style normand continental et en lui donnant une ampleur inégalée jusque-là en Angleterre, en construisant à côté un palais royal et en choisissant d’être enterré dans le monastère qu’il venait de reconstruire, Édouard donnait véritablement son caractère royal à Westminster et créait ainsi de toute pièce la duopole anglaise.

11C’est cette structure que Guillaume le Conquérant trouve quand il conquiert l’Angleterre : il ne peut y échapper, car il est l’héritier désigné d’Édouard – du moins est-ce ainsi qu’il se présente. Donc, c’est à Westminster qu’il se fait couronner roi, c’est là qu’il réside le plus souvent dans le palais d’Édouard où son propre fils, Guillaume Rufus, édifiera ce qui est alors sans doute la plus grande salle d’apparat dans toute l’Europe, en tous cas la plus somptueuse en Angleterre même. Certes, Guillaume construit aussi un château à Londres, la « Tour Blanche » (la Tour de Londres) : mais, comme les autres donjons construits dans les burhs anglais, c’est un château qui est plus destiné à tenir la ville qu’à la défendre, même s’il s’y trouve aussi des appartements royaux. Deux autres châteaux ferment symétriquement la ville à l’est : Castle Baynard, tenu à partir de 1111 par la famille de Clare (les Fitzwalter de Clare sont les chefs héréditaires de la milice de Londres), et Montfichet. Le site sera utilisé à partir de 1275 pour y transférer le couvent des Dominicains, qui hériteront de ce fait de la responsabilité de la portion de muraille correspondante.

  • 17 C. N. L. Brooke, op. cit., p. 18.
  • 18 R. Le Jan, op. cit., p. 49.

12Le doublet Londres-Westminster est ainsi définitivement constitué. Il ne peut pas ne pas évoquer une autre structure double, celle que constituent Paris et Saint-Denis. La comparaison vaut que l’on s’y arrête un instant car, si géographiquement et politiquement il y a de grandes similitudes, les deux termes de la comparaison présentent aussi des différences notables. Tout d’abord, Saint-Denis et Westminster. Le prestige et l’importance intellectuelle de Saint-Denis sont très supérieurs à ceux de Westminster. L’abbaye dédiée à Saint Pierre n’est, au regard de Saint-Denis, qu’une fondation récente. Certes, elle saura se doter d’une histoire qui la fera remonter au légendaire roi Lucius (sans d’ailleurs faire mieux que Glastonbury et son Joseph d’Arimathie !) : Offa semble être le premier à avoir fondé un monastère dans l’île de Thorney, mais, à la différence de sa grande fondation à Saint Alban17, cette fondation végéta, puisque le pouvoir des rois de Mercie sur Londres déclina au profit de celui des rois du Wessex. De toutes façons, ce monastère a été abandonné pendant la grande crise du monachisme anglais et ce n’est qu’au moment du monastic revival que Saint Dunstan, en 959 plutôt qu’en 965, a créé le monastère dédié à Saint Pierre, sur un terrain offert par le roi Edgar, désireux de renforcer son pouvoir sur la région de Londres. Le territoire donné au monastère part de la rive gauche de la Fleet et va jusqu’à la rivière Tyburn, qui, au moment de se jeter dans la Tamise, se divise en deux, créant l’île de Thorney. Westminster est au voisinage immédiat de Londres, mais le centre urbain qui se développe autour du palais et de l’abbaye n’en est pas moins distinct de Londres : il y a quatre kilomètres de l’abbaye au centre de Londres. Les choses sont différentes à Saint-Denis : l’abbaye est déjà célèbre au viie siècle quand Dagobert y fait construire une splendide église pour y transférer les reliques de saint Denis et de ses compagnons. Elle devient la nécropole mérovingienne et, avec les grands abbés Fulrad et Hilduin, noue avec la dynastie carolingienne des liens étroits matérialisés par la sépulture de plusieurs souverains (Charles Martel, Pépin le Bref et son épouse Bertrade18) ; cette liaison est poursuivie et intensifiée par les Robertiens et les Capétiens. Mais, précisément, l’abbaye est peut-être déjà trop célèbre et trop illustre pour faire place à une résidence royale ; et, à la différence de Londres, Paris a quant à lui non seulement une longue tradition politique mais aussi un grand prestige religieux, du fait de l’importance de l’évêché parisien mais aussi de la présence de l’église de Sainte Geneviève où Clovis s’est fait enterrer. Résumons : en France, une division entre un pôle religieux et un pôle royal s’opère, mais Paris est bien le pôle royal. En Angleterre, le pôle religieux et le pôle royal sont identiques, et Londres n’est ni l’un, ni l’autre : les deux sont à Westminster.

*

  • 19 C. M. Barron, « London in the Later Middle Ages 1300-1500 », dans Garside, op. cit., p. 27-40 ; D.(...)
  • 20 Henri II n’a passé que 154 mois en Angleterre et en Irlande sur les 414 de son règne ; Richard Cœu (...)
  • 21 Voir en général R. A. Brown, H. M. Colvin et A. J. Taylor, The History of the King’s Works, I, Lon (...)
  • 22 Photographie du site dans J. Steane, op. cit., p. 85.
  • 23 R. Bartlett, England under the Norman Kings, 1075-1225, Oxford, 2000, p. 139. Sur la valeur symbol (...)
  • 24 L. Harf-Lancner, « L’enfer de la cour : la cour d’Henri II Plantagenêt et la mesnie Hellequin », d (...)

13À partir du xie siècle, la position de Londres comme principale ville de l’Angleterre ne fait que s’affirmer : la conquête normande et le reflux de la puissance scandinave ont ruiné York et le nord de l’Angleterre. La ville connaît un développement rapide et abrite une population que l’on estime généralement à 80 000 habitants vers 130019. Le problème de sa relation avec le pouvoir royal n’en est que plus important. Pourtant, la première chose qui frappe, quand l’on observe les relations du roi et de la Cité, c’est l’absence royale. On le sait maintenant, les rois normands et angevins sont très peu présents en Angleterre, avant que Jean sans Terre ne soit contraint d’y résider plus souvent par la perte de l’essentiel de ses domaines continentaux en 120420. Et quand ils sont en Angleterre, ils ne sont guère à Londres, ni même à Westminster : Winchester est sous les rois normands un endroit où le roi tient le plus souvent sa cour de Pâques quand il est en Angleterre, et celle de Noël a été parfois tenue à Gloucester21. Surtout, leur plus grande occupation reste la chasse, et ils visitent systématiquement leurs loges de chasse, n’hésitant pas à y traiter les affaires les plus importantes du royaume : les Assises de Clarendon sont ainsi nommées parce qu’elles ont été adoptées à ce palais qu’Henri II avait considérablement embelli et qui est situé au milieu des bois, à la frontière du Hampshire et du Wiltshire22. Une chaîne continue de résidences royales s’égrène tout au long du vaste croissant qui de la célèbre forêt de Sherwood au nord, jusqu’à la New Forest près de Winchester et des ports d’embarquement pour la France, court à travers toute l’Angleterre23. C’est seulement avec Henri III que le roi d’Angleterre se fixe pour toujours en Angleterre et que la question de la capitale se pose véritablement, d’autant que la croissance rapide des départements de l’administration royale impose désormais leur sédentarisation. Le temps de la « mesnie Hellequin24 » est passé.

  • 25 G. Sabatier, « Le palais d’État en Europe, de la Renaissance au Grand Siècle », dans M.-F. Auzépy (...)
  • 26 D. A. Carpenter, The Struggle for Mastery. Britain 1066-1284, Londres, 2003, p. 150.
  • 27 D. A. Carpenter, « King Henry III and the Tower of London », The London Journal, XIX, 1994, p. 95- (...)
  • 28 S. Thurley, « Royal Lodgings at the Tower of London, 1216-1327 », Journal of the Society of Archit (...)
  • 29 D. A. Carpenter, « King Henry III… », art. cité, p. 97.
  • 30 M. Prestwich, Edward I, Londres, 1988.
  • 31 D. A. Carpenter, « King Henry III… », art. cité, p. 102-103 d’après E. W. Safford, Itinerary of Ed (...)

14Ce sont Henri III et Édouard Ier qui vont effectivement choisir de développer le site de Westminster et en faire leur « palais d’État25 » : « Henri III a passé plus de temps à Westminster que n’importe lequel de ses prédécesseurs », constate David Carpenter26. Choisir Westminster veut bien dire refuser Londres. Henri III et Édouard Ier ont pourtant fait d’importants travaux à la Tour, qui est déjà un Trésor, un arsenal et une prison : Henri y a dépensé 9 000 £, en particulier pour refaire le mur d’enceinte et ses tours27, et Édouard 6 000 £, faisant re-décorer la tour Wakefield, reconstruire la tour Saint Thomas, et édifier une grande chambre et un grand hall nouveaux28. Mais ils y ont passé très peu de temps : après sa minorité, Henri III n’y a effectué que onze séjours en 45 ans de règne, et en général en raison de circonstances politiques agitées ; ainsi, quand, après le mariage en janvier 1238 de sa sœur Éléonore et de Simon de Montfort, les magnats viennent en armes à la réunion de Stratford-at-Bow, le roi s’enfuit d’une traite à la Tour29. Nous disposons pour le règne d’Édouard Ier30 d’un itinéraire beaucoup plus précis du souverain : de 1274 à 1280, il ne séjourne à la Tour que trente-six jours ; pendant la décennie suivante il n’y réside jamais, et il n’y sera que quatorze jours pendant les dix-sept dernières années de son règne ! En revanche, pendant la même période, on a la trace de longs séjours à Westminster : Édouard est à Westminster sans discontinuer du 23 décembre 1289 au 2 février 1290, ou du 24 décembre 1291 au 5 février 1292, puis encore du 23 mars au 8 avril de la même année, pour ne prendre que quelques exemples au hasard31. La résidence royale est bien enracinée à Westminster dans la seconde moitié du xiiie siècle, et deux éléments renforcent cet enracinement, le développement de l’administration royale à Westminster même, et le déséquilibre en matière d’investissement religieux entre Londres et Westminster.

  • 32 T. F. Tout, op. cit. supra.
  • 33 Je suis ici la description donnée par John Watts, « Looking for the State in Later Medieval Englan (...)

15Le gouvernement royal s’est donc développé à Westminster : c’est là que s’installent, au fur et à mesure que leur croissance leur donne leur autonomie, ses divers départements. Certes, le plus ancien d’entre eux, le Trésor, qui reste à Winchester jusqu’en 1170, a été partagé entre la Tour de Londres et Westminster. Mais l’Échiquier, les Cours de justice (Court of Common Pleas, Court of the King’s Bench), la chancellerie, du moins quand elle cesse définitivement d’être itinérante, tous ces départements sont installés de façon permanente à Westminster, exception faite de quelques périodes où les guerres écossaises les entraîneront à York : mais la guerre avec la France ramène vers le sud le centre actif du gouvernement : c’est d’ailleurs à ce moment-là que Tout estime que la capitale s’est fixée à… Londres32. L’administration est pour l’essentiel installée dans le Hall33 : du nord au sud, on trouve l’Échiquier (upper et lower) dans deux pièces situées de part et d’autre d’une allée centrale, puis les Common Pleas, dans un espace délimité par des barres, le mur du fond étant peint en vert, et enfin la chancellerie et le King’s Bench, situés sur un espace surélevé où se trouvent aussi le trône et la table de marbre utilisés pour les cérémonies royales, mais aussi, si besoin est, par les juges et le chancelier. En cas de grande fête, tout le matériel lié aux activités administratives est enlevé temporairement. C’est aussi à Westminster qu’à partir du milieu du xive siècle se réunit de plus en plus fréquemment le Parlement et que s’organise le système des deux chambres (chambre des Lords et chambre des Communes) qui le caractérise à partir de la fin du xive siècle. Enfin, c’est à Westminster, parce que c’est désormais là que le roi réside le plus souvent, que s’installe la household, dont le personnel représente de 300 à 400 personnes selon les époques. Rien, ou presque, de la machinerie gouvernementale, ne se trouve à Londres : celle-ci n’est qu’une capitale indirecte, nous y reviendrons.

  • 34 Voir Ch. Given-Wilson, The Royal Household and the King’s Affinity. Service, Politics and Finance (...)
  • 35 M. C. Hill, The King’s Messengers, 1199-1377, Londres, 1961.
  • 36 Ch. Given-Wilson, op. cit., p. 31.
  • 37 J. Steane, op. cit., p. 83-84 : c’est sur le site de Sheen que Henri VII fera construire le premie (...)

16La household, il est vrai, reste itinérante34. En effet, pour son plaisir ou simplement pour avoir une vie privée, le roi réside souvent dans l’un de ses autres manoirs de la région londonienne, le plus souvent à un jour de distance de Westminster auquel il reste relié de façon continue par le service des King’s Messengers35 : King’s Langley (Hertfordshire) est le séjour favori d’Édouard II qui y fera enterrer son cher Piers Gaveston dans le couvent dominicain voisin du palais. Eltham est beaucoup utilisé par Édouard II et Édouard III (surtout à la fin de sa vie) ; Henri IV y fait reconstruire les appartements royaux, avec une chapelle, une nouvelle chambre et une salle d’étude dans laquelle il a deux meubles dont un où il tient ses livres36 ; et Édouard IV en fera reconstruire le grand hall. Windsor est un peu dans la même position que Vincennes à Paris, servant à la fois de lieu de délassement pour la chasse et de second « palais d’État », surtout après la création de l’ordre de la Jarretière et son installation à la chapelle Saint James. Une autre résidence favorite est Sheen, que Richard II a fait raser au sol après la mort de son épouse Anne de Bohême, et qui a été considéré sur le plan architectural comme la première summer house royale ; Henri V la fera reconstruire37. Richard II est aussi resté très attaché au manoir de son père, le Prince Noir, à Kennington. En dépit de ces voyages du souverain et de la cour, l’administration reste à Westminster. Même les services de la household finissent par ne plus se déplacer, si ce n’est à Windsor.

  • 38 D. Knowles et R. Neville Hadcock, Medieval Religious Houses. England and Wales, Londres, 1971, p.  (...)
  • 39 J.-Ph. Genet, Les îles britanniques des origines à la fin du Moyen Âge, Paris, 2005, p. 119-123.
  • 40 Voir notamment N. Vincent, The Holy Blood : King Henry III and the Westminster Blood Relic, Cambri (...)
  • 41 R. A. Brown, H. M. Colvin et A. J. Taylor, King’s Works, op. cit., p. 130-157 ; P. Binski, Westmin (...)
  • 42 Cf. J.-Ph. Genet, « Les langages de la propagande », à paraître dans V. Challet, J.-Ph. Genet, R. (...)

17Au plan religieux, le contraste entre Londres et Westminster est sans doute moins net qu’il ne l’est au plan politique, mais il existe tout de même. Les rois normands, à commencer par Guillaume le Conquérant, ont fait de Westminster la plus riche de toutes les abbayes anglaises : au moment de la dissolution des monastères, son revenu était estimé à 3 470 livres sterling, supérieur même à celui de l’archevêché de Canterbury38. Mais alors même que l’Église avait accompli sous l’égide des rois normands et angevins une formidable œuvre de reconstruction, dotant chaque évêché et chaque monastère important d’une grande église dans le style contemporain39, les bâtiments de l’abbaye manquent de prestance, notamment si on les compare à ceux de la nouvelle cathédrale Saint-Paul à Londres, une des plus vastes d’Europe, et dont la flèche, qui culminera à 164 m, est commencée en 1220. C’est Henri III qui, à partir de 1245, entreprend la reconstruction de l’abbaye fondée par Édouard le Confesseur, en l’honneur duquel il nommera son fils, renouant ainsi avec le passé anglo-saxon. Il pourra y transférer le corps du saint le 13 octobre 1269, après avoir trouvé l’énergie nécessaire pour y dépenser plus de 40 000 livres sterling, malgré les crises financières aiguës et les orages politiques de son règne. On sait que le souverain est obsédé par le désir de suivre le modèle que représente pour lui son beau-frère Saint Louis : comme ce dernier avait installé les reliques de la couronne d’épines, Henri tente d’organiser un culte nouveau autour du Saint Sang afin de faire de sa nouvelle église un reliquaire monumental et un lieu de pèlerinage capable de concurrencer le tombeau de Thomas Becket à Canterbury40. L’abbatiale de Westminster est d’ailleurs de toutes les églises anglaises celle qui a le style le plus français, et Henri III a décidé d’en faire une sépulture dynastique comme l’était Saint Denis pour les Capétiens, puisque l’abbaye de Fontevraud qui avait rempli cette fonction était désormais aux mains des Français41. En s’inspirant à Westminster du cas de Saint-Denis, Henri III accentue encore la dissymétrie entre Londres et Paris : à Westminster sont concentrés le palais et le sanctuaire, et le roi est presque complètement absent de la Cité, que ce soit politiquement ou religieusement. Et si le roi de France a bien son sanctuaire dynastique hors de la Cité, son engagement religieux à Paris est sans commune mesure avec celui des rois d’Angleterre à Londres42.

  • 43 R. B. Dobson et D. N. Lepine, « Two English Cathedrals : Exeter and York », dans H. Millet et E. M (...)
  • 44 En fait, Walworth a simplement porté le premier coup à Tyler, et c’est ensuite lui qui a ordonné q (...)

18Leur engagement n’est toutefois pas inexistant. Dans l’église anglaise, l’évêché et la cathédrale Saint-Paul sont restés à un rang modeste, sinon secondaire comme à la fin de l’époque anglo-saxonne. L’évêque n’est par ses revenus que le onzième des évêques anglais. Quant au chapitre, il est le quatrième par ordre de richesse des chapitres séculiers, qui sont en général moins riches que les grands prieurés cathédraux bénédictins – Christ Church de Canterbury, Norwich, Winchester. Le chapitre de Saint-Paul a incontestablement des liens avec le pouvoir royal : mais les prébendes londoniennes dont la valeur moyenne est comprise entre 5 et 10 marcs attirent beaucoup moins les King’s clerks que celles de Lincoln, où elle est par exemple de 60 marcs, Exeter ou York ; c’est d’ailleurs avec York que la chancellerie royale a développé des relations privilégiées43. En revanche, il existe à Londres à partir de 1391 un collège des chantries, Saint Peter’s College, qui regroupe les chapelains de ces fondations londoniennes (il y en a plus d’une soixantaine au xive siècle). Ce collège est presque aussi riche que le chapitre lui-même, et ceci se conjugue avec la richesse des paroisses londoniennes pour attirer dans la Cité un important clergé, souvent de formation universitaire – les paroisses sont souvent desservies par des gradués de Cambridge : mais les protecteurs de ces curés, vicaires ou chapelains sont les membres de la bourgeoisie londonienne, non le roi. De même, une seule collégiale londonienne (Saint-Martin le Grand) accueille en nombre les serviteurs de l’État mais son importance relative décline avec le développement de la chapelle Saint-Étienne à Westminster et de la chapelle Saint-Georges à Windsor, l’une et l’autre fondées par Édouard III, ce qui concorde bien avec la chronologie de Tout. La richesse de Saint-Martin le Grand a d’ailleurs été utilisée en grande partie par Henri VII pour refonder la chapelle Saint-Étienne : il s’agit bien de transférer hors de Londres les prébendes destinées à rémunérer les clercs du roi. Telle qu’elle est devenue au xve siècle, SaintMartin le Grand ne se distingue guère des autres collégiales londoniennes fondées par des bourgeois : elle est même moins riche que Saint-Michaël, l’église fondée en 1381 par Sir William Walworth, le Maire de Londres célèbre pour avoir tué ou exécuté, c’est selon, le chef rebelle Wat Tyler44.

  • 45 C. M. Barron, London in the Later Middle Ages… op. cit., p. 289-295. Les quatre fondations royales (...)
  • 46 À l’exception de Saint Thomas Acon, ces établissements sont tous le long de la muraille et doivent (...)
  • 47 La chartreuse de Sheen a été fondée à proximité du manoir royal par Henri V en 1414 sans doute pou (...)

19En ce qui concerne les hôpitaux, les quatre hôpitaux qui sont fondés par les souverains (en l’occurrence, autant par les reines que par les rois) ne se distinguent pas des autres hôpitaux londoniens45. Et pour les monastères, presque rien n’a été fait, avant le règne d’Henri V, pour corriger l’absence de fondations royales à Londres : seulement deux prieurés augustins, comme Saint-Batholomew et Holy Trinity, fondés respectivement par Henri Ier et son épouse Mathilde, qui ne tranchent pas plus que les hôpitaux royaux dans un paysage monastique londonien assez médiocre (par exemple, par comparaison avec Paris) et de toutes façons largement suburbain, la plupart des monastères et des hôpitaux importants étant installés hors les murs, à l’exception des couvents mendiants, de l’hôpital de Saint-Thomas Acon et du prieuré de Holy Trinity d’Aldgate46 : c’est seulement en 1371 que l’on peut voir une fondation de grande envergure, celle de la Charterhouse, par Sir Walter Manny, l’un des plus illustres capitaines de la guerre de Cent Ans au service d’Édouard III. De plus grande envergure encore sont les fondations d’Henri V, mais elles ne sont pas situées à Londres même : le monastère brigittin de Syon, et la chartreuse de Sheen47. Il semble donc que sous Henri Ier et Étienne, le roi n’ait pas rechigné à fonder des établissements à Londres, mais que lorsque les souverains recommencent à avoir une politique de fondations active à partir d’Henri III, ils délaissent complètement la Cité.

  • 48 L’église a été, comme presque toutes les autres églises londoniennes (parmi les exceptions il y a (...)

20Il se dégage de ce tableau une conclusion essentielle : l’église londonienne est une église civique, plus proche de celle des cités italiennes ou flamandes que, par exemple, de celle de Paris. À Paris, la splendeur des églises, des monastères et des collèges, dont beaucoup (à commencer par Notre-Dame de Paris) jouissent de la faveur royale, redoublent celle des palais royaux ; les marqueurs urbains du pouvoir ecclésiastique et du pouvoir royal se renforcent mutuellement. La vie religieuse londonienne est essentiellement l’affaire de la bourgeoisie londonienne. Mais la situation ecclésiastique de Londres présente une autre singularité, qui la rend presque symétrique de sa situation politique : l’archevêque de Canterbury, le plus important des prélats anglais, est présent à Lambeth, à proximité de la cité, comme l’est le roi à Westminster. Sa résidence principale est à Lambeth, face à Westminster (et non face à Londres), sur la rive sud de la Tamise. En simplifiant, l’on pourrait dire que les affaires de son diocèse sont traitées à Canterbury, le plus souvent par ses représentants, alors que les affaires de l’église d’Angleterre sont traitées à Lambeth. Mais, à la différence de l’administration royale, l’administration ecclésiastique est bien présente dans Londres. Lorsque sont venus les beaux jours de la justice ecclésiastique, c’est dans Londres même, à Saint Mary le Bow, une église paroissiale de Cheapside, qu’est établie la Court of Arches, la cour d’appel religieuse la plus importante en matière ecclésiastique de la province de Canterbury. L’importance civique de cette église est marquée par son appellation populaire, Bow Bells. Car c’est là que l’on sonnait le couvre-feu le soir, à neuf heures48.

  • 49 Southwark a deux autres manoirs, l’un aux Templiers, l’autre aux Hospitaliers. Ce dernier, inondab (...)
  • 50 R. Megarry, Inns Ancient and Modern. A Topographical and Historical Introduction, Londres, 1972.

21Il ressort à l’évidence de ce qui précède que nous ne nous trouvons pas en présence d’une dichotomie classique ville-faubourg ou villebanlieue. Il y a bien quelques lambeaux de banlieue autour de Londres, nés de l’essor économique de la Cité et voués à des activités interdites à Londres, comme Holborn pour les tanneries, Bermondsey pour les mégisseries, ou Southwark pour les bordels. Mais si Southwark, au débouché du pont de Londres sur la rive droite, peut être décrite comme une banlieue, elle n’est pas seulement cela. Toutes ces agglomérations qui gravitent autour de Londres ont non seulement un statut juridique autonome, elles ont aussi leurs manoirs et leurs fonctions spécifiques. En fait, Londres semble fonctionner comme une planète entourée de ses satellites. Lambeth, avec le manoir de l’archevêque et Southwark qui, avec son manoir du Clink, abrite le palais de l’évêque de Winchester et les hôtels des abbés de Beaulieu, Waverley et de Hyde, du prieur bénédictin de Saint-Swithun à Winchester et de l’archidiacre du Surrey, sont deux satellites ecclésiastiques49. Westminster est le satellite gouvernemental, Windsor, Sheen, Eltham les satellites résidentiels royaux, Islington un satellite monastique. Leur fonction détermine ensuite le placement des nouveaux centres : ainsi les Inns of Court vont logiquement s’installer sur des espaces vacants (utilisant notamment les anciens locaux du Temple) entre Holborn et la Tamise à mi-chemin de la Cité et de Westminster, les hommes de loi étant ainsi à proximité aussi bien des tribunaux royaux à Westminster que de leur clientèle dans la Cité50. Comment la planète conserve-t-elle sa position centrale et son autonomie, comment se dégage-t-elle de l’emprise du pouvoir royal installé à Westminster ?

*

  • 51 B. M. S. Campbell, J. A. Galloway, D. Keene et M. Murphy, A Medieval Capital and its Grain Supply  (...)
  • 52 S. L. Thrupp, The Merchant Class of medieval London [Chicago, 1948] Ann Arbor, 1977, p. 206-210.
  • 53 E. Ekwall, Studies on the Population of Medieval London, (Kungl. Vitterhets. Historie och antikwit (...)

22En fait, s’ils ne se sont pas véritablement installés dans la ville, les souverains anglais ont toujours eu besoin de la ville et de sa puissance économique et commerciale. Londres est toujours au Moyen Âge la plus importante ville anglaise par la population, culminant sans doute à 80 000 habitants vers 1300 pour redescendre à 40 000 après la Peste Noire. En termes de richesse, Londres est largement au-dessus des autres villes et l’écart ne fait que croître : en 1334, Londres est cinq fois plus riche que sa suivante immédiate, Bristol, et en 1524-1525, elle est dix fois plus riche que sa seconde, en l’occurrence Norwich. Elle domine un vaste hinterland où la satisfaction de ses besoins alimentaires structure le marché, même s’il ne s’agit pas encore d’un marché national mais seulement d’un marché régional51. D’ailleurs, ses activités et son déficit démographique permanent drainent vers la Cité une population de nouveaux arrivants qui viennent de toute l’Angleterre, avec une domination des Home Counties (Middlesex, Buckinghamshire, Hertfordshire, Essex, Kent et Surrey) jusque vers 1280, puis des Midlands, et notamment des Midlands de l’est par la suite52. L’immigration est d’ailleurs si importante que le dialecte londonien se transforme profondément, d’autant que le niveau social des gens venus des Midlands est élevé : le dialecte londonien est aussi un dialecte de classe53. Et comme toute capitale économique, Londres est cosmopolite : bien des familles dominantes du xiie et du xiiie siècle sont d’origine normande, poitevine, gasconne ou flamande, et elle abrite d’importantes communautés : juive (jusqu’en 1290, date de l’expulsion des Juifs par Édouard Ier), italienne, flamande et germanique, les Hanséates étant installés à Dowgate puis dans une sorte de ghetto, le Steelyard.

  • 54 C. N. L. Brooke, London… op. cit., p. 37-38.
  • 55 Ibid., p. 54-56.
  • 56 J. R. Maddicott, Simon of Montfort, 1994 ; sur le rôle militaire des Londoniens à la bataille de L (...)

23Surtout, il était hors de question qu’ils en laissent le contrôle à d’autres. Cela s’est produit à plusieurs reprises, mais l’expérience a toujours été involontaire et de courte durée : de 1141 à 1143, la ville a été livrée aux ravages de l’earl d’Essex, Geoffrey de Mandeville, par le simple fait que l’impératrice Mathilde lui a abandonné le contrôle de la Tour de Londres et concédé le titre de sheriff et de juge héréditaire de Londres, du Middlesex de l’Essex et du Hertfordshire54 ; en 1215-1216, la possession de Londres a été l’un des principaux atouts de Robert Fitz Walter et des barons contre Jean sans Terre et, de 1263 à 126555, l’un des fondements du pouvoir de Simon de Montfort est le soutien que lui apporte Londres, dont les élites soutiennent sa politique de réforme56. Mais le roi d’Angleterre n’entend ni assurer le contrôle direct du gouvernement de la Cité, ni laisser à celle-ci une complète autonomie : c’est seulement dans des moments de faiblesse insigne que le pouvoir royal concède à la Cité une commune, en 1141 quand le roi Étienne a désespérément besoin de soutien, en 1191 quand le prince Jean intrigue contre les représentants de son frère Richard Cœur de Lion parti en croisade ; en réalité, le fait essentiel est qu’à partir de 1191 il y a un maire et que, finalement, l’autonomie politique de Londres et les pouvoirs de son maire sont, nolens volens, acceptés en 1215 et confirmés en 1216 par la monarchie. Il est vrai que les sheriffs (sauf quand un Geoffroy de Mandeville accapare la fonction) sont plus des intermédiaires entre le roi, toujours avide de prêts et les marchands, qu’un agent chargé de pressurer la Cité.

  • 57 S. Reynolds, An Introduction to the History of English Medieval Towns, Oxford, 1977, p. 105-108.
  • 58 N. Fryde, The Tyranny and Fall of Edward II, Cambridge, 1979, p. 165-175.
  • 59 Voir R. Cazelles, Paris de la fin du règne de Philippe Auguste à la mort de Charles V (Nouvelle Hi (...)

24Londres obtient d’Henri Ier un avantage important, le privilège de choisir elle-même son sheriff et son juge (un office qui disparaît sous Henri II), dont les compétences s’étendent non seulement à Londres mais aussi au comté de Middlesex, qui entre ainsi dans une zone indirectement contrôlée par la municipalité londonienne57. Ce privilège est sans cesse bafoué, et le droit de Londres d’élire ses sheriffs sera à nouveau concédé en 1200 et confirmé en 1227 par Henri III. Mais ces franchises et ces libertés des Londoniens, y compris leur droit d’élire leur maire et leurs sheriffs, restent constamment sous la menace du pouvoir royal : ainsi, elles sont supprimées en 1267 après une brève commune dans le contexte de la révolte de Gilbert de Clare, earl de Gloucester, restaurées en 1270, saisies par Édouard Ier en 1285-1297 et par Richard II en 1392, sans parler d’une période de tension sous le règne d’Édouard II, de 1321 à 1326, culminant avec le massacre de l’évêque d’Exeter, Walter Stapledon, par la foule58. Par la suite, les relations entre la Cité et le roi se stabilisent, et la Cité, pour l’essentiel, se dirige elle-même, sous le regard attentif du souverain, qui n’intervient pourtant pas dans son gouvernement : une situation qui contraste fortement avec celle de Paris qui, sans même parler d’une franchise, d’une commune et d’un maire, n’a pas une véritable municipalité et où, du moins entre 1266 et 1382, le prévôt des marchands et les échevins, issus d’une simple organisation commerciale, la Hanse des marchands de l’eau, n’en sont pas moins placés sous le contrôle vigilant de la monarchie et de son prévôt de Paris59.

  • 60 C. M. Barron, London in the Later Middle Ages…, op. cit., p. 12 : « In relation to its wealth, Lon (...)
  • 61 G. A. Williams, Medieval London… op. cit. Ainsi, en 1265, une amende de 25 000 marcs est imposée à (...)
  • 62 R. Bird, The Turbulent London of Richard II, Londres, 1948 ; P. Strohm, Hochon’s Arrow. The Social (...)
  • 63 Cf. C. M. Barron, « London and the Crown, 1451-1461 », dans J. R. L. Highfield et R. Jeffs éd., Th (...)

25Derrière les conflits des xiiie et xive siècles se profilent deux problèmes, d’ailleurs interdépendants, dont la résolution va permettre l’harmonie et la stabilité du xve : celui de la satisfaction des besoins financiers de la couronne, et celui des luttes pour le pouvoir au sein de la ville. Tant qu’une solution institutionnelle cohérente n’a pas été apportée à chacun d’eux, la Cité demeure relativement instable. Quant aux besoins financiers de la Couronne, il faut souligner un paradoxe. Déjà, au xiie siècle, la ferme de Londres a été réduite de 500 à 300 livres. Par la suite, la ville est dans l’ensemble sous-taxée, comme le fait remarquer Caroline Barron60. Ce n’est évidemment pas par pure générosité que la Couronne agit de la sorte. Pendant tout le xiiie siècle et jusqu’à son abolition en 1327, elle a gardé la Cité sous la menace du tallage, une levée lourde à laquelle s’ajoutaient, de temps à autre, d’autres perceptions que seul l’arbitraire féodal légitimait61. En fait, une fois le pouvoir royal durablement installé à Westminster, une fois que la guerre de Cent Ans impose de façon permanente ses exigences financières à l’Angleterre, le pouvoir royal entend avant tout profiter du crédit que peuvent lui offrir les marchands de Londres, d’autant qu’ils ont épuisé les ressources de leurs banquiers italiens. Exception faite pour la crise de 1392-1397, la Couronne va tout faire pour consolider le pouvoir de l’oligarchie londonienne, tel qu’il s’est peu à peu façonné, non sans affrontements violents avec les « radicaux », partisans d’un élargissement de la base active de la municipalité londonienne, dans le courant du xive siècle62 : les luttes entre les factions yorkistes et lancastriennes, dès qu’elles sont constituées, engendrent bien des turbulences63, mais rien qui puisse se comparer à l’impact de la guerre civile entre les Armagnacs et les Bourguignons à Paris. En contrepartie, le pouvoir royal bénéficie presque toujours de l’indispensable appui financier de la Cité qui acquiert ainsi un rôle indirect mais essentiel dans le développement de l’État moderne en Angleterre.

  • 64 C. M. Barron, London in the Later Middle Ages…, op. cit., p. 121-127.

26Il faut dire que contrairement à Paris, Londres a une tradition politique qui se perd dans la nuit des temps. Le vieux système du gouvernement londonien, fondé sur l’assemblée générale des citoyens, le folkmoot, qui se réunissait trois fois par an, a perdu toute vitalité : d’ailleurs, en 1285, Édouard Ier a ordonné de fermer le cimetière Saint-Paul où elle se réunissait. En même temps que déclinait ce mode de gouvernement, deux systèmes concurrents se développaient, l’un fondé sur la topographie et les quartiers (wards) de Londres, l’autre fondé sur les métiers (crafts ou misteries). Les wards64 sont anciens, puisqu’ils sont antérieurs à 1100, et ont d’abord servi de cadre à la levée de la militia londonienne, cette milice dont nous avons évoqué le rôle à Lewes. Dans les 24 (puis 25 en 1394) wards se réunit l’assemblée des freemen, le wardmote, qui désigne un jury de douze prud’hommes, chargé des enquêtes de police et de la gestion du ward, et choisit l’alderman, qui n’entre en fonction que s’il est accepté par les autres aldermen et le maire. Élus en théorie pour un an, les aldermen restent en général beaucoup plus longtemps en fonction. À partir de 1397 cependant, la cooptation prime : le ward communique deux noms, parmi lesquels le maire et les membres de la cour des aldermen choisissent l’élu, désormais élu à vie. Les freemen de la Cité désignent aussi dans chaque ward leurs représentants au conseil de la Cité (le common council) : le nombre des conseillers varie selon l’époque et la population du ward (en 1419, 16, 12, 8 ou 4 conseillers).

  • 65 S. L. Thrupp, The Merchant Class…, op. cit., p. 191-206 : pour la période 1348-1467, 40 % des 483 (...)
  • 66 Ibid., p. 1-14. Les métiers sont les drapers, fishmongers, goldsmiths, grocers, haberdashers, iron (...)
  • 67 R. Bird, The Turbulent London…, op. cit., p. 30-43.

27Pourtant, cette structure topographique est à la fois concurrencée et sous-tendue par une structure occupationnelle : car c’est la position dans le métier qui garantit le statut de freeman. On ne peut en effet être freeman que de façon héréditaire (mais l’extinction des familles de l’élite londonienne est extrêmement rapide65) ou comme membre à part entière d’un métier. Ce sont donc les hommes qui gouvernent les métiers londoniens qui détiennent les clefs de l’accès à la franchise de la Cité. Parmi eux, les plus puissants sont ceux qui appartiennent aux métiers les plus prestigieux, les merchant companies, qui sont aussi les métiers à livrées (liveried companies), leurs membres les plus importants (en règle générale ceux qui ont échappé à la boutique) ayant seuls le droit de porter la « livrée » de la compagnie66. Au xve siècle, ce système commence d’ailleurs à être pratiqué par des compagnies moins prestigieuses. Au reste, au xive siècle, l’opposition n’est pas tant entre les compagnies marchandes et les autres qu’entre les compagnies spécialisées dans le commerce alimentaire et les autres. Les « radicaux » londoniens du xive siècle ont précisément essayé d’obtenir que ces élections ne soient plus faites dans les wards, où les membres des livrées peuvent jouer facilement de leur richesse et de leur prestige, mais qu’elles soient confiées à l’ensemble des membres de tous les métiers londoniens, ce qui permettait de faire entrer dans le système des gens d’un niveau social beaucoup plus modeste. C’est précisément ce que John de Northampton avait réussi à obtenir, non sans mal, pour les élections de 1376 au Common Council, et qui est aboli en 1384, à la chute de Northampton67. Les séquelles de la crise finiront par s’effacer, et l’oligarchie londonienne reste stable pendant tout le xve siècle.

  • 68 En théorie, tous les adultes mâles possédant la franchise peuvent voter. Dans la réalité, ce droit (...)
  • 69 Cf. B. Bove, Dominer la ville…, op. cit., p. 59 qui estime à un nombre de 430 à 680 les Parisiens (...)
  • 70 S. L. Thrupp, The Merchant Class…, op. cit., p. 279-287.

28Le Common Council et la Court of Aldermen forment le Common Hall qui est chargé d’élire le maire68. Avec les Masters, les Wardens et les membres des livrées des liveried companies, ils forment un groupe d’environ quatre à cinq cents personnes, qui constitue l’oligarchie dirigeante de la Cité. Il est difficile d’évaluer le nombre des freemen : peut-être un quart ou un tiers de la population adulte mâle de Londres, qui compte environ 40 000 habitants après la Peste Noire. Cela nous donnerait environ 4 000 freemen. L’oligarchie londonienne représente donc environ 10 % à 15 % du groupe des freemen, ce qui paraît sensiblement (relativement à la population totale de la Cité) plus que les familles de niveau échevinal analysées par Boris Bove à Paris69. Toujours est-il que si sa cohésion peut être affaiblie par sa double structure, cette oligarchie n’est plus menacée au xve siècle et elle n’est menacée que par sa propre fluidité en tant que classe. Il convient en effet d’observer que cette oligarchie est en constant renouvellement : non seulement le rythme d’extinction de ces familles est rapide, comme nous l’avons déjà observé, mais une proportion élevée quitte sans cesse la ville pour s’agréger à la gentry70. Elle tient fermement les rênes du gouvernement de la Cité, et elle peut à la fois conforter son identité et négocier en position avantageuse avec le souverain qui, s’il possède la force, a besoin de l’appui financier de cette riche bourgeoisie dominante.

  • 71 J. S. Roskell, C. Rawcliffe et L. Clark, The History of Parliament. The House of Commons 1386-1421 (...)
  • 72 La première élection de représentants londoniens remonte à 1283 et la répartition entre les représ (...)
  • 73 La comptabilité est difficile, quelques-uns de ces hommes appartenant à plusieurs compagnies.

29L’étude détaillée des représentants de Londres au Parlement qui a été menée par Carol Rawcliffe permet de se faire une idée assez précise de cette oligarchie londonienne pour la période 1386 à 142171. Londres élit quatre membres, deux représentant les aldermen, et deux représentant les commons72 : sur 71 députés connus, 27 ont aussi été maires et 31 ont été ou seront sheriffs. Deux ont été membres du Conseil Royal, d’autres ont occupé des offices de trésoriers des guerres ou de keepers of the sea, 18 (dont 11 marchands de laine) ont exercé des offices dans les douanes. Ils appartiennent surtout aux merchant companies : 18 grocers, 16 mercers, 12 drapers (dont 11 après 1402), 10 fishmongers, 5 vintners, 4 goldsmiths et 4 ironmongers73. Beaucoup sont des parlementaires expérimentés car en général on semble essayer de désigner une moitié de nouveaux venus : John Hadley a ainsi été onze fois député, Adam Carlisle sept fois, six l’ont été six fois, trois cinq fois, quatre quatre fois ; quarante de ces hommes n’ont été députés qu’une seule fois dans leur carrière. Le rôle de représentation des parlementaires londoniens est particulièrement important et la Cité qui en est consciente leur alloue des vêtements d’apparat et une somme destinée à leur permettre de recevoir dignement quand le Parlement se tient ailleurs qu’à Westminster. Les quatre députés qui siègent en 1388 au Parlement qui se tient à Cambridge reçoivent ainsi la somme exorbitante de 118 livres sterlings pour améliorer leur hôtel afin d’y organiser des réceptions et engager de bons cuisiniers et rien moins que les King’s Minstrels ! Il est vrai qu’un sujet important allait être discuté, puisque le Conseil Royal avait décidé d’obtenir le droit d’enquêter sur les coutumes et les règlements des guildes londoniennes : il n’était pas question de lésiner sur le lobbying !

  • 74 C. M. Barron, « The Quarrel of Richard II with London 1392-1397 », dans F. R. H. Du Boulay et C. M (...)
  • 75 G. L. Harriss, Cardinal Beaufort. A Study of Lancastrian Ascendancy and Decline, Oxford, 1988, pas (...)

30Mais le plus important est encore que trente-six de ces hommes ont prêté de l’argent à la Couronne. Le règne de Richard II contraste ici avec celui de son prédécesseur, comme avec ceux de ses successeurs, ce qui permet de mieux comprendre la brouille entre le souverain et la cité : la réticence des Londoniens a prêter de l’argent au roi est à l’origine directe de la confiscation des libertés de la cité par Richard II en 1392 ; et il leur en coûtera très cher (sans doute 30 000 £) pour les récupérer, bien que, même pendant la crise, quelques grands marchands londoniens, comme le célèbre Richard Whittington, aient continué à prêter de l’argent au roi74. Leur capacité de prêt financier est en effet l’une des composantes majeures de la puissance des marchands de Londres. Si l’on analyse les financements des campagnes victorieuses d’Henri V en France, Londres a prêté pour l’expédition de 1414-1415 27 000 £, soit le cinquième des 131 000 £ levées ; et pour celle de 1416-1417, elle a prêté 51 000 £, soit près du tiers des 161 000 £ réunies par Henri V. Pendant la minorité d’Henri VI et les premières années de son règne, les Londoniens sont aux côtés du Cardinal Beaufort le recours habituel d’un gouvernement aux abois75 ; et nous avons déjà évoqué les prêts à Henri VI et à Édouard IV pour la période 1448-1475. Et il ne faut pas oublier que beaucoup de marchands londoniens contribuent aussi au financement de l’état anglais sous une autre identité, celle de membres du fellowship of the Staple of Calais. Londres est donc un élément déterminant de l’efficacité de la force de frappe anglaise sur le continent, ce qui lui donne les moyens de négocier le maintien de ses libertés et de son autonomie politique avec le pouvoir royal.

  • 76 C. M. Barron, « The Quarrel… », art. cité, p. 182 ; J. Harvey, « Richard II and York », dans Du Bo (...)
  • 77 C. M. Barron, « The Quarrel… », art. cité, p. 197.
  • 78 J. S. Roskell et al., The History of Parliament… op. cit, IV, p. 737 ; Waldegrave est célèbre pour (...)

31Celui-ci dispose pourtant d’une autre arme, qui permet de mieux comprendre le statut exact de « capitale indirecte » de Londres. Dans la mesure où les organes du gouvernement ne sont pas à Londres même mais dans le palais royal de Westminster, le souverain peut les envoyer ou bon lui semble, du moins théoriquement, car en termes d’efficacité administrative, une telle mesure peut s’avérer désastreuse. Néanmoins, le coût pour Londres est plus grand encore. Ainsi, quand Richard II, à l’occasion de sa brouille avec Londres qui vient d’être évoquée, déplace l’Échiquier, la Court of Common Pleas et la chancellerie à York, il porte un coup très dur à la Cité, qui reçoit, nourrit et équipe tous ceux qu’un procès, une requête, une réunion importante appellent à Westminster76. Inversement, quand Richard II se réconcilie avec la Cité, c’est à Londres que lui et sa cour dépensent le fruit de leurs rapines : les dépenses de la wardrobe royale atteignent ainsi un sommet en 1392-1394 qui ne sera dépassé que lors des deux expéditions royales en Irlande ; sur les 13 000 £ des dépenses, environ 90 % tombent dans l’escarcelle des marchands londoniens qui récupèrent ainsi une bonne part des 30 000 £ extorquées à la Cité77, ce qui permet de comprendre qu’en dépit de cette crise, Londres s’est révélée peu favorable à l’usurpation d’Henri IV. Les réunions du Parlement sont aussi une bonne affaire pour les Londoniens qui doivent loger et nourrir les membres qui sont tous des consommateurs potentiels : et il n’y a pas que les marchands qui savent profiter de l’occasion, comme le démontre en 1382 la mésaventure de Sir Richard Waldegrave, qui, descendu à l’auberge du Swerd of the Hoope, se fait dévaliser, perdant pour 40 marcs de bijoux et surtout son sceau, ce dont il avertit aussitôt le chancelier de peur que le sceau volé soit utilisé à ses dépens78. Instruit par l’expérience, il achète une maison à Londres l’année suivante. Quand Richard II réunit le Parlement à Gloucester en 1379, alors qu’il s’était régulièrement réuni à Westminster depuis une cinquantaine d’années, c’est clairement une manifestation du mécontentement de son gouvernement à l’égard de la Cité. Les fréquentes réunions du Parlement hors de Londres au xve siècle (Coventry en 1404 et 1459, Leicester en 1414, 1426 et 1450, Reading en 1439 et 1453, Bury St Edmunds en 1447), souvent donc en terre lancastrienne, ont été peu appréciées par les Londoniens.

  • 79 C. M. Barron, « Centres… », art. cité.
  • 80 Cf. note 49 supra.
  • 81 C. M. Barron, « Centres… », art. cité, p. 5.
  • 82 Ibid., p. 8 ; je n’ai pu consulter D. Keene, « Wardrobes in the City : Houses of Consumption, Fina (...)
  • 83 De nombreuses lettres lui sont adressées « to Syr John Paston, knyght, lodgyd at the George by Pow (...)

32Londres possède donc sans aucun doute l’un des attributs d’une capitale : là viennent résider, de façon permanente ou temporaire, tous ceux qui participent à la vie politique du royaume79. Caroline Barron estime qu’il y avait en 1520 au moins 75 hôtels aristocratiques (inns en anglais) laïcs (une trentaine, mais leur nombre peut être sous-estimé) soit ecclésiastiques (45) dans la Cité ou dans sa banlieue immédiate80. Il n’en subsiste rien aujourd’hui, à l’exception de la chapelle du palais des évêques d’Ely (Ely Place, à Holborn). Ce sont les ecclésiastiques qui ont, les premiers, ressenti la nécessité de disposer d’un hôtel à Londres – le premier cas connu est celui de l’abbé de Ramsey, qui s’installe dès la première moitié du xiie siècle – à la fois pour y séjourner et pour y régler les affaires commerciales de leur évêché ou de leur monastère ; les hôtels laïcs ne font leur apparition qu’à partir de 1250. Les ecclésiastiques louent d’ailleurs souvent leur hôtel en totalité ou en partie, s’en réservant l’usage seulement pendant la durée des sessions du Parlement : ces hôtels sont aussi pour eux des sources de revenu, et l’abbé de Malmesbury, quand il achète en 1364 un hôtel, entend louer des boutiques le long de Holborn afin de pourvoir à l’éclairage de la chapelle de la Vierge dans son monastère81 ! Les grands seigneurs d’ailleurs disposent non seulement de leur hôtel, mais aussi d’une wardrobe : c’est à l’origine un entrepôt où ils stockent les biens achetés sur la place de Londres pour toutes leurs autres résidences en attendant qu’elles puissent y être acheminées. Mais, pour diverses raisons, ces wardrobes deviennent aussi parfois des résidences : pendant l’insurrection de 1381, Richard II réside non à la Tour de Londres, où les rebelles ont saisi et décapité le chancelier et d’autres, mais à La Riole, c’est-à-dire à la wardrobe de la reine, souvent utilisée par des membres de la famille royale82. Au reste, à côté de ces hôtels, apparaissent au xive siècle les premières auberges, dont plusieurs sont d’ailleurs d’anciens hôtels reconvertis, où on peut loger pour quelques semaines comme Waldegrave, ou louer une chambre à demeure comme Sir John Paston au George, dans Lombard Street près de Paul’s Wharf83. Et nous avons déjà évoqué l’installation des juristes dans les Inns of Court : c’est la combinaison des sessions du Parlement, des terms des Inns et des cours royales qui donnera naissance à l’époque moderne à la « saison » londonienne, sur le calendrier de laquelle se grefferont en temps voulu les différentes manifestations (fêtes, bals, salons, théâtre, opéra) que peut offrir une grande capitale.

  • 84 S. Cassagne-Brouquet, L’art en famille. Les milieux artistiques à Londres à la fin du Moyen Âge (1 (...)
  • 85 Voir le catalogue de l’admirable exposition Paris 1400. Les arts sous Charles VI, Paris, 2004. Ber (...)
  • 86 J.-Ph. Genet, La genèse de l’État moderne. Culture et société politique en Angleterre, Paris, 2003 (...)
  • 87 J. A. Burrow, Ricardian Poetry. Chaucer, Gower, Langland and the ‘Gawain’ Poet, Londres, 1971 [réé (...)
  • 88 L’exception qui confirme la règle est Geoffrey Chaucer : voir J.-Ph. Genet, « Analyse factorielle (...)
  • 89 S. Lusignan, La langue des rois au Moyen Âge. Le français en France et en Angleterre, Paris, 2004 (...)

33Cette concentration des élites explique l’incomparable importance économique de Londres quant au marché des produits de luxe, mais aussi pour l’une de ces composantes beaucoup plus complexes qui sont indispensables au statut d’une capitale. Directement liés au marché du luxe sont donc les « métiers d’art », à propos desquels Sophie Cassagnes-Brouquet vient de nous rappeler opportunément qu’il faut désormais remettre en question la bipolarisation italo-flamande de l’art de la fin du Moyen Âge que nous devons à Erwin Panofsky84 : grâce à elle, on peut désormais reconnaître en Londres l’une des grandes capitales artistiques de l’Europe de la fin du Moyen Âge, au même titre d’ailleurs que Paris, dont on a aussi longtemps minoré l’importance85. À ce rôle artistique correspond un rôle culturel plus fort encore : le poids de Londres a été déterminant non seulement dans le processus de standardisation de l’anglais et dans sa transformation en une véritable langue nationale, à la fois par le brassage de population qu’elle opère et par sa proximité avec la chancellerie royale86 ; mais Londres est également omniprésente dans le développement de l’anglais comme langue de culture au détriment du français des élites aristocratiques, en particulier dans cette poésie destinée à une audience nationale et dont les auteurs s’adressent au monarque comme l’expression de la conscience politique du royaume87. Cet aspect est d’ailleurs renforcé par le fait que ces auteurs ne sont pas tous des Londoniens : ils ne sont pas la voix de Londres, mais ils s’expriment à Londres88. Il faut en effet prendre garde aux anachronismes : les Inns of Court ne sont pas encore la troisième université d’Angleterre, les imprimeurs, les gens de théâtre et les gratte-papiers des bureaux ne rencontrent pas encore les gentilshommes cultivés dans les tavernes et ne peuvent encore former ce milieu culturel si dynamique qui sera celui de Londres à partir du règne d’Elizabeth ! En tout cas, dans le domaine culturel en général et plus particulièrement pour tout ce qui concerne la langue, la position de Londres apparaît dès le xive siècle comme symétrique de celle de Paris, dont le rôle dans la formation de la langue française a été récemment réévalué89.

*

  • 90 C’est l’expression qu’emploie Steen Eiler Rasmunssen, Londres, Paris, 1990.
  • 91 G. Rosser, Medieval Westminster 1200-1540, Oxford, 1989, p. 144.

34Donc, Londres est bien capitale. Mais il faut s’entendre sur ce que l’on désigne par Londres, et ce que l’on entend par capitale. Londres est capitale si on désigne par là la « ville dispersée »90, ou, pour employer un vocabulaire contemporain, le Greater London, cet ensemble multipolaire qui, sur les deux rives de la Tamise, regroupe sur une vingtaine de kilomètres plusieurs agglomérations dont Londres intra-muros est sans aucun doute possible le centre. Mais n’est-ce pas aller un peu vite, et perdre de vue un caractère original, une différence qui, historiquement parlant, peut s’avérer essentielle ? Lorsque l’on va à Westminster, on va chez le roi ; quand on est à Londres, on est dans une Cité qui se gouverne elle-même, et qui abrite toutes les couches de la société, des plus riches aux plus pauvres, y compris d’ailleurs le roi ou les membres de sa famille quand ils se réfugient pour quelques nuits dans une wardrobe, y compris les agents du pouvoir, qui se disputent les places dans les barques qui les conduisent des quais de Londres à Westminster, et les membres du Parlement, lorsqu’ils rentrent à Londres, le soir après les séances, dans leur auberge ou leur hôtel selon leur rang. Ville des affaires et du travail, ville de la convivialité et des plaisirs, Londres est bien la capitale de la société politique. Mais elle n’est pas la capitale royale. Les satiristes du xvie siècle ont bien noté qu’une fois franchi l’enceinte de Westminster, le visiteur qui se dirigeait vers l’abbaye ou le Palais, passe, juste avant Westminster Hall, devant trois bordels, Jane of Paradise, The Wife of Purgatory, et Margaret of Hell91. Qu’allait-il trouver à la Cour ? L’arbitraire souverain lui réserverait-il le paradis, le purgatoire ou l’enfer ? Les quelques miles qui séparent Londres de Westminster sont symboliquement infranchissables : les Tudors l’avaient bien compris, quand ils ont installé leurs palais d’État à Richmond et à Hampton Court, opportunément construit par le cardinal Wolsey sur la Tamise à mi-chemin entre Londres et Windsor. Autre dépouille de Wolsey, Whitehall (à l’origine, l’inn des archevêques d’York) et Saint James Palace construit en même temps que Whitehall mais surtout occupé après son incendie à la fin du xviiie siècle, sont toujours à l’extérieur de la Cité, tout près de Westminster. Mais celle-ci ne tient plus dans ses murs, qui ont d’ailleurs perdu toute utilité depuis que les guildes londoniennes peuvent exercer leur activité dans un rayon de cinq ou six miles autour de la Cité : et le grand feu de Londres en 1666 les efface pratiquement. La ville absorbe donc les palais et l’agglomération royale, et le roi ne sortira pas indemne de ce processus. Décapité devant son propre palais sur l’ordre du Parlement et de ceux qui représentent la société politique, Charles Ier est la victime d’une mixité qui ne pourra revivre que lorsque la société politique, après la « Glorieuse Révolution de 1688 », aura définitivement imposé son pouvoir au souverain ; à ce prix, la cohabitation du roi et de la Cité est possible. Quelques années auparavant, Louis XIV aura quant à lui quitté sa capitale dont la Fronde lui a fait éprouver la puissance pour s’installer à Versailles…

  • 92 Je renvoie aux excellentes mises au point de F. Cosandey et R. Descimon, L’absolutisme en France. (...)
  • 93 Voir, inter alia, Th. K. Rabb, Enterprise and Empire : Merchant and gentry Investment in the Expan (...)

35En effet, la Ligue d’abord, la Fronde ensuite, ont pu permettre à certains Parisiens – mais déjà, ce sont des Parlementaires plus que des bourgeois – d’envisager pour Paris un rôle un peu semblable à celui de Londres, celui d’une Cité politiquement autonome et maîtresse d’une bonne partie de son destin dans le cadre d’un État moderne en plein développement. Le triomphe de l’absolutisme en France (quel que soit le sens que l’on donne au terme, on voit bien à quel point le modèle français est éloigné du modèle britannique92) en décidera autrement. Les compagnies marchandes de Londres, associées aux élites de la société politique (et au roi lui-même) dans les sociétés, les ventures et les compagnies qui se multiplient depuis la seconde moitié du xvie siècle ont, entre temps, profité de leurs libertés et de leur autonomie pour développer leur pouvoir financier, faire de la Cité la première place financière européenne aux côtés d’Amsterdam93 : elles vont en faire la capitale non d’un royaume, mais d’un immense empire, pour le plus grand bénéfice d’un État qui trouvera toujours dans les ressources financières de Londres « l’élément déterminant de l’efficacité de la force de frappe anglaise sur le continent ». Certes, ceci est une autre histoire mais il peut y avoir un monde dans quelques miles…

Figure 1 — Paris et Londres, schéma de position

Figure 1 — Paris et Londres, schéma de position

Figure 2 — Londres sous Richard II

Figure 2 — Londres sous Richard II

Carte de Marjorie B. Honeybourne (1945) dans R. Bird, The Turbulent London of Richard II, Longman’s Green and C°, Londres, 1949

Figure 3 — La situation de Londres

Figure 3 — La situation de Londres

Notes

1 Je remercie vivement Derek Keene, qui s’est lui aussi penché sur le problème, de m’avoir fait parvenir son article « London : metropolis and capital, A. D. 600-1540 », dans A. Sohn et H. Weber, Hauptstädte und Global Cities an der Schwelle zum 21. Jahrhundert, Bochum, 2000, p. 29-56 ; et aussi, id., D. Keene, « London im Jahre 1245 : eine metropole noch keine Hauptstadt ? », dans W. Hartmann éd., Europas Städte zwischen Zwang und Freiheit. Die Europäische Stadt und die Mitte des 13 Jahrhunderts, Regensburg, 1995, 141-154. D. Keene et C. M. Barron ont par ailleurs écrit les deux chapitres sur l’histoire de Londres médiévale dans D. M. Palliser, The Cambridge Urban History of Britain, 600-1540, Cambridge, I, 2000.

2 T. F. Tout, « The Beginnings of a Modern Capital : London and Westminster in the Fourteenth Century », Proceedings of the British Academy, X, 1921-1923, p. 487-511 (repr. dans Collected Papers, Manchester, [1934] 1949, III, p. 249-275) ; G. A. Williams, Medieval London from Commune to Capital, Londres, 1963.

3 Pour la préhistoire de ce problème, voir C. Bruhl, Palatium und Civitas, I, Gallien, et II, Germanien, Cologne-Vienne, 1975 et 1990 ; cf. la communication de Michel Sot ici même.

4 Sur la notion de capitale, B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles. Les États, Paris, 4e éd., 1991, p. 195-204 est essentiel. Voir aussi P. Boucheron et D. Menjot, « La ville médiévale », dans J.-L. Pinol, dir., Histoire de l’Europe urbaine : de l’Antiquité au xviiie siècle, genèse des villes européennes, Paris, 2004, I, p. 591-592 ; M. Berengo, « La città capitale », dans ID., L’Europa delle cità. Il volto della società urbana europea tra Medioevo ed Età moderna, Turin, 1999, p. 3-38 ; et les réflexions de B. Chevalier dans Tours, ville royale 1356-1520, Paris-Louvain, 1975 pour qui le plus bel exemple de capitale est l’Avignon pontificale.

5 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc ( viie-xe siècles), Paris, 1995, p. 48-52.

6 Sur la topographie londonienne, M. D. Lobel éd., The City of London from Prehistoric Times to c. 1520 (The British Atlas of Historic Towns, III) Oxford, 1989.

7 W. F. Grimes, The Excavation of Roman and Medieval London, Londres, 1968.

8 P. Marsden, Roman London, Londres, 1980 ; M. Fulford, « Roman London », dans P. L. Garside, Capital Histories. A Bibliographical Study of London, Aldershot, 1998, p. 5-12.

9 C. N. L. Brooke, London 800-1216 : The Shaping of a City, Londres, 1975, p. 18.

10 Pour la liste particulièrement imprécise des évêques de la Londres pré-normande, voir Handbook of British Chronology, Londres, 1985, p. 219-220 ; cf. D. Keene, St. Paul’s : The Cathedral Church of London, 604-2004, New Haven, 2004.

11 Carte et liste dans C. N. L. Brooke, London 800-1216… op. cit., p. 123-125, fondé sur le travail de Gillian Keir, pour 104 paroisses. On en compte 110 en 1300… pour 354 tavernes.

12 Un fait placé en exergue par C. M. Barron, London in the Later Middle Ages. Government and People, 1200-1500, Oxford, 2004, p. 2.

13 G. Milne, The port of medieval London, Stroud, 2003, p. 14.

14 D. Keene, « London in the Early Middle Ages 600-1300 », dans Garside, op. cit., p. 13-26.

15 T. Dyson et J. Schofield, « Saxon London », dans J. Haslam éd., Anglo-Saxon Towns in Southern England, Chichester, 1984.

16 Les paroisses de Londres en portent la trace : Olaf, le futur saint et roi de Norvège, prend alors part aux combats aux côtés d’Aethelred et d’Edmund et cinq églises paroissiales lui sont dédiées dans la Cité, ainsi qu’une à Southwark. Le Clément de Saint Clement Danes est probablement un Viking, le Haakon de Saint Nicholas Acon l’est certainement, et Saint Bride (Brigitte) est probablement une fondation d’origine irlando-norvégienne : voir C. N. L. Brooke, London 800-121, op. cit., p. 138-142.

17 C. N. L. Brooke, op. cit., p. 18.

18 R. Le Jan, op. cit., p. 49.

19 C. M. Barron, « London in the Later Middle Ages 1300-1500 », dans Garside, op. cit., p. 27-40 ; D. Keene, « London from the Post-Roman Period to 1300 », dans D. Palliser éd., The Cambridge Urban History of Britain, I, Cambridge, 2000, p. 187-205.

20 Henri II n’a passé que 154 mois en Angleterre et en Irlande sur les 414 de son règne ; Richard Cœur de Lion n’y a séjourné que moins de deux mois pendant les cinq dernières années de son règne et Jean sans Terre seulement un quart de son temps entre 1099 et 1202 : J. Gillingham, The Angevin Empire, Londres, 2e éd., 2001, p. 73.

21 Voir en général R. A. Brown, H. M. Colvin et A. J. Taylor, The History of the King’s Works, I, Londres, 1963. Pour la tenue des cours aux grandes fêtes, J. Steane, The Archaeology of the Medieval English Monarchy, Londres, 1993, p. 71.

22 Photographie du site dans J. Steane, op. cit., p. 85.

23 R. Bartlett, England under the Norman Kings, 1075-1225, Oxford, 2000, p. 139. Sur la valeur symbolique de la chasse comme marqueur du pouvoir territorial, A. Guerreau, « Chasse » dans J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt dir., Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, 1999, p. 166-178.

24 L. Harf-Lancner, « L’enfer de la cour : la cour d’Henri II Plantagenêt et la mesnie Hellequin », dans Ph. Contamine, L’État et les aristocraties, xiie-xviie siècle (France, Angleterre, Écosse), Paris, 1989, p. 27-50.

25 G. Sabatier, « Le palais d’État en Europe, de la Renaissance au Grand Siècle », dans M.-F. Auzépy et J. Cornette, dir., Palais et pouvoir de Constantinople à Versailles, Saint-Denis, 2003, p. 81-107.

26 D. A. Carpenter, The Struggle for Mastery. Britain 1066-1284, Londres, 2003, p. 150.

27 D. A. Carpenter, « King Henry III and the Tower of London », The London Journal, XIX, 1994, p. 95-107.

28 S. Thurley, « Royal Lodgings at the Tower of London, 1216-1327 », Journal of the Society of Architectural Historians of Great Britain, 38, 1995, 36-57.

29 D. A. Carpenter, « King Henry III… », art. cité, p. 97.

30 M. Prestwich, Edward I, Londres, 1988.

31 D. A. Carpenter, « King Henry III… », art. cité, p. 102-103 d’après E. W. Safford, Itinerary of Edward I (List and Index Society, 103, 132, 135), Londres, 1974, 1976, 1977.

32 T. F. Tout, op. cit. supra.

33 Je suis ici la description donnée par John Watts, « Looking for the State in Later Medieval England », dans P. Coss et M. Keen éd., Heraldry, Pageantry and Social Display in Medieval England, Woodbridge, 2002, p. 243-267, à la p. 248-249.

34 Voir Ch. Given-Wilson, The Royal Household and the King’s Affinity. Service, Politics and Finance in England 1360-1413, New Haven-Londres, 1986, p. 28-39.

35 M. C. Hill, The King’s Messengers, 1199-1377, Londres, 1961.

36 Ch. Given-Wilson, op. cit., p. 31.

37 J. Steane, op. cit., p. 83-84 : c’est sur le site de Sheen que Henri VII fera construire le premier « palais d’État » de l’ère Tudor, Richmond.

38 D. Knowles et R. Neville Hadcock, Medieval Religious Houses. England and Wales, Londres, 1971, p. 58 et 79-80.

39 J.-Ph. Genet, Les îles britanniques des origines à la fin du Moyen Âge, Paris, 2005, p. 119-123.

40 Voir notamment N. Vincent, The Holy Blood : King Henry III and the Westminster Blood Relic, Cambridge, 2001.

41 R. A. Brown, H. M. Colvin et A. J. Taylor, King’s Works, op. cit., p. 130-157 ; P. Binski, Westminster Abbey and the Plantagenets : Kingship and the Representation of Power, 1200-1400, New Haven-Londres, 1995. J. Steane (op. cit., p. 167) remarque cependant que le style français a aussi été utilisé pour la fondation de Jean sans Terre, l’abbaye cistercienne de Beaulieu dans le Hampshire.

42 Cf. J.-Ph. Genet, « Les langages de la propagande », à paraître dans V. Challet, J.-Ph. Genet, R. Hippolito et J. Valdéon Baruque dir., La société politique en France et en Espagne : élites, peuple, sujets ?

43 R. B. Dobson et D. N. Lepine, « Two English Cathedrals : Exeter and York », dans H. Millet et E. Mornet, dir., I canonici al servizio dello stato in Europa, secoli xiii - xvi , Ferrare, 1992, p. 9-46 : les chiffres sont donnés d’après la taxatio ecclesiastica de 1291 (p. 11).

44 En fait, Walworth a simplement porté le premier coup à Tyler, et c’est ensuite lui qui a ordonné qu’il soit finalement décapité à Smithfield, alors qu’il était peut-être déjà mort des suites de ses blessures : reconstitution des évènements et confrontation des sources dans A. Dunn, The Great Rising of 1381, Stroud, 2002, p. 102-109.

45 C. M. Barron, London in the Later Middle Ages… op. cit., p. 289-295. Les quatre fondations royales sont Saint Katharine by the Tower (par Mathilde, l’épouse du roi Étienne), Saint Giles Holborn (léproserie fondée par Mathilde [Édith], épouse d’Henri Ier) ; Saint Anthony a été fondé par Henri III sur le site d’une ancienne synagogue et le Savoy en 1505 par Henri VII.

46 À l’exception de Saint Thomas Acon, ces établissements sont tous le long de la muraille et doivent assumer la responsabilité de l’entretien de leur portion.

47 La chartreuse de Sheen a été fondée à proximité du manoir royal par Henri V en 1414 sans doute pour accomplir la pénitence imposée à son père par le pape Grégoire XII pour l’exécution de l’archevêque d’York Richard Scrope, et richement dotée avec les biens confisqués des prieurés « étrangers » (c’est-à-dire français). Le monastère brigittin de Syon a été fondé l’année suivante à Twickenham, en face de Sheen, mais transféré à Isleworth en 1431 (Ch. Allmand, Henry V, Berkeley, 1992, p. 272-279). Une vague idée de l’importance relative de ces monastères est donnée par le montant estimé de leurs revenus en 1536 : 1 731 £ pour Syon, 800 £ pour Sheen, 693 £ pour Saint Bartholomew, 642 £ pour la Chartreuse de Londres, 355 £ pour Holy Trinity (D. Knowles et R. Neville Hadcock, op. cit., passim).

48 L’église a été, comme presque toutes les autres églises londoniennes (parmi les exceptions il y a la Chartreuse et Saint Clement Danes), détruite par le grand feu de Londres, mais reconstruite par Sir Christopher Wren et c’est le son de ses cloches que la BBC a utilisé pendant la guerre comme indicatif sonore.

49 Southwark a deux autres manoirs, l’un aux Templiers, l’autre aux Hospitaliers. Ce dernier, inondable, a été abandonné. Ce terrain, recouvert de taillis impénétrables, abriterait les trafics les plus louches : selon William Fleetwood, c’est là que l’ambassadeur de France rencontrait les Écossais ! Caroline Barron fait remarquer qu’alors qu’au total 66 % des hôtels (inns) de l’aristocratie laïque sont situés à l’intérieur de la Cité, 25 % seulement des hôtels ecclésiastiques s’y trouvent ; encore sont-ils souvent loués (par exemple pendant les sessions du Parlement) à des laïcs : C. M. Barron, « Centres of Conspicuous Consumption : The Aristocratic Town House in London, 1200-1550 », London Journal, XX, 1, 1995, p. 1-16.

50 R. Megarry, Inns Ancient and Modern. A Topographical and Historical Introduction, Londres, 1972.

51 B. M. S. Campbell, J. A. Galloway, D. Keene et M. Murphy, A Medieval Capital and its Grain Supply : Agrarian Production and Distribution in the London Region c. 1300 (Historical Geography Research Series, 30), Londres, 1993.

52 S. L. Thrupp, The Merchant Class of medieval London [Chicago, 1948] Ann Arbor, 1977, p. 206-210.

53 E. Ekwall, Studies on the Population of Medieval London, (Kungl. Vitterhets. Historie och antikwitets, 2) Stockholm, 1956.

54 C. N. L. Brooke, London… op. cit., p. 37-38.

55 Ibid., p. 54-56.

56 J. R. Maddicott, Simon of Montfort, 1994 ; sur le rôle militaire des Londoniens à la bataille de Lewes, D. A. Carpenter, The battles of Lewes and Evesham, 1265/1265, Keele, 1987.

57 S. Reynolds, An Introduction to the History of English Medieval Towns, Oxford, 1977, p. 105-108.

58 N. Fryde, The Tyranny and Fall of Edward II, Cambridge, 1979, p. 165-175.

59 Voir R. Cazelles, Paris de la fin du règne de Philippe Auguste à la mort de Charles V (Nouvelle Histoire de Paris), Paris, 1972, p. 197-224 et B. Bove, Dominer la ville. Prévôt des marchands et échevins parisiens de 1260 à 1350, Paris, 2004, p. 173-256.

60 C. M. Barron, London in the Later Middle Ages…, op. cit., p. 12 : « In relation to its wealth, London was seriously undertaxed. »

61 G. A. Williams, Medieval London… op. cit. Ainsi, en 1265, une amende de 25 000 marcs est imposée à la Cité pour avoir soutenu Simon de Montfort.

62 R. Bird, The Turbulent London of Richard II, Londres, 1948 ; P. Strohm, Hochon’s Arrow. The Social Imagination of Fourteenth Century Texts, Princeton, 1992.

63 Cf. C. M. Barron, « London and the Crown, 1451-1461 », dans J. R. L. Highfield et R. Jeffs éd., The Crown and Local Communities in England and France in the Fifteenth Century, Gloucester, 1981, p. 88-109 : significativement, les Londoniens ont prêté à Henri VI 30 000 £ entre 1448 et juillet 1460 ; à partir de là et jusqu’en 1475, ils ont prêté 35 000 £ à Édouard IV la seule préoccupation des Londoniens est leur sécurité ; sur le cas particulièrement éclairant du maire Sir Thomas Cook, voir M. L. Kekewich, C. Richmond, A. F. Sutton, L. Visser-Fuchs and J. L. Watts, The Politics of Fifteenth-Century England. John Vale’s Book, Stroud, 1995.

64 C. M. Barron, London in the Later Middle Ages…, op. cit., p. 121-127.

65 S. L. Thrupp, The Merchant Class…, op. cit., p. 191-206 : pour la période 1348-1467, 40 % des 483 testateurs de la bourgeoisie londonienne n’ont pas d’héritier mâle.

66 Ibid., p. 1-14. Les métiers sont les drapers, fishmongers, goldsmiths, grocers, haberdashers, ironmongers, mercers, merchant taylors, salters, skinners et vintners.

67 R. Bird, The Turbulent London…, op. cit., p. 30-43.

68 En théorie, tous les adultes mâles possédant la franchise peuvent voter. Dans la réalité, ce droit de vote n’est exercé que par ceux qui sont convoqués individuellement ; le maire doit avoir exercé au moins une fois l’office de sheriff. Les membres du common proposent deux noms, et les aldermen en choisissent un. La même dualité se retrouve pour les deux sheriffs (un désigné par le maire, l’autre par le common).

69 Cf. B. Bove, Dominer la ville…, op. cit., p. 59 qui estime à un nombre de 430 à 680 les Parisiens faisant partie des deux tranches des plus riches contributeurs à la taille en 1292-1311.

70 S. L. Thrupp, The Merchant Class…, op. cit., p. 279-287.

71 J. S. Roskell, C. Rawcliffe et L. Clark, The History of Parliament. The House of Commons 1386-1421, 4 vol., Stroud, 1992, I, p. 492-501, pour le contenu de ce paragraphe.

72 La première élection de représentants londoniens remonte à 1283 et la répartition entre les représentants des aldermen et ceux du common date de 1335. Comme celle du Maire, l’élection est en théorie ouverte à tous les freemen ; en réalité, elle est le fait du Common Hall.

73 La comptabilité est difficile, quelques-uns de ces hommes appartenant à plusieurs compagnies.

74 C. M. Barron, « The Quarrel of Richard II with London 1392-1397 », dans F. R. H. Du Boulay et C. M. Barron, The Reign of Richard II. Essays in Honour of May McKisack, Londres, 1971, p. 173-201. La Cité a pu s’estimer heureuse de voir ramener de 100 000 à 10 000 £ l’amende collective impose par le roi et elle a dû consentir un prêt non remboursé de 6 666 £ en 1397, des cadeaux somptueux (comprenant l’érection de statues du roi et de la reine sur le pont de Londres) et d’énormes dépenses de réceptions.

75 G. L. Harriss, Cardinal Beaufort. A Study of Lancastrian Ascendancy and Decline, Oxford, 1988, passim.

76 C. M. Barron, « The Quarrel… », art. cité, p. 182 ; J. Harvey, « Richard II and York », dans Du Boulay et C. M. Barron, op. cit., p. 202-215.

77 C. M. Barron, « The Quarrel… », art. cité, p. 197.

78 J. S. Roskell et al., The History of Parliament… op. cit, IV, p. 737 ; Waldegrave est célèbre pour le sévère discours qu’il a prononcé en tant que Speaker du Parlement en octobre 1381, après la « révolte des Travailleurs ».

79 C. M. Barron, « Centres… », art. cité.

80 Cf. note 49 supra.

81 C. M. Barron, « Centres… », art. cité, p. 5.

82 Ibid., p. 8 ; je n’ai pu consulter D. Keene, « Wardrobes in the City : Houses of Consumption, Finance and Power », dans Thirteenth Century England, VII, 1999.

83 De nombreuses lettres lui sont adressées « to Syr John Paston, knyght, lodgyd at the George by Powlys Wherff in London », à charge pour l’hôtelier de les faire suivre « wherso he be, at Caleys, London, or other placys » : N. Davis éd., Paston Letters and Papers of the Fifteenth Century, I, Oxford, 1971, p. 606.

84 S. Cassagne-Brouquet, L’art en famille. Les milieux artistiques à Londres à la fin du Moyen Âge (1350-1530), Turnhout, 2005, p. 11.

85 Voir le catalogue de l’admirable exposition Paris 1400. Les arts sous Charles VI, Paris, 2004. Bernard Guenée décrit bien et en peu de mots la situation : « Paris s’était peu à peu affirmé comme la capitale politique et administrative de l’État. L’argent des impôts y affluait ; il y faisait vivre la cour du roi et les nombreux hôtels des seigneurs plus ou moins puissants qui gravitaient autour de lui » (p. 19) ; même cause, mêmes effets à Londres.

86 J.-Ph. Genet, La genèse de l’État moderne. Culture et société politique en Angleterre, Paris, 2003, p. 140-153 ; J. H. Fisher, M. Richardson et J. L. Fisher, An Anthology of Chancery English, Knoxville, 1984 et J. H. Fisher, The Emergence of Standard English, Lexington, 1996.

87 J. A. Burrow, Ricardian Poetry. Chaucer, Gower, Langland and the ‘Gawain’ Poet, Londres, 1971 [rééd. 1992] et A. Middleton, « The Idea of Public Poetry in the Reign of Richard II », Speculum, LIII, 1978, p. 94-114.

88 L’exception qui confirme la règle est Geoffrey Chaucer : voir J.-Ph. Genet, « Analyse factorielle et construction des variables. L’origine géographique des auteurs anglais (1300-1600) », Histoire & Mesure, XVII, 2002, p. 87-108. Le nombre des auteurs originaires de Londres connaît une augmentation spectaculaire au xvie siècle, mais pas avant.

89 S. Lusignan, La langue des rois au Moyen Âge. Le français en France et en Angleterre, Paris, 2004 et R. A. Lodge, Le français : histoire d’un dialecte devenu langue, Paris, 1997 et A sociolinguistic history of Parisian French, Cambridge, 2004.

90 C’est l’expression qu’emploie Steen Eiler Rasmunssen, Londres, Paris, 1990.

91 G. Rosser, Medieval Westminster 1200-1540, Oxford, 1989, p. 144.

92 Je renvoie aux excellentes mises au point de F. Cosandey et R. Descimon, L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, 2002.

93 Voir, inter alia, Th. K. Rabb, Enterprise and Empire : Merchant and gentry Investment in the Expansion of England, 1575-1639, Cambridge, Mass., 1967 (rééd. 1999), et R. L. Brenner, Merchants and Revolution : Commercial Change, Political Conflict and London Overseas Traders, 1550-1653, Cambridge, 1993.

Table des illustrations

Titre Figure 1 — Paris et Londres, schéma de position
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33394/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Figure 2 — Londres sous Richard II
Légende Carte de Marjorie B. Honeybourne (1945) dans R. Bird, The Turbulent London of Richard II, Longman’s Green and C°, Londres, 1949
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33394/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Figure 3 — La situation de Londres
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/33394/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540