Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villes capitales au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public

Formes d'émergence, d'affirmation et de déclin des capitales

De la commune à la capitale du Stato di Terra : La politique annonaire et la constitution de l’État de Terreferme vénitien (1re moitié du xve siècle)

Fabien Faugeron

Texte intégral

  • 1 La question du passage de la commune urbaine à l’État territorial, longtemps négligée, fait aujour (...)
  • 2 Pour un rappel des étapes de la conquête de la Terreferme et une mise au point historiographique s (...)
  • 3 Voir A. Tenenti, « Il senso dello Stato », dans Storia di Venezia, vol. IV, Il Rinascimento…, op. (...)
  • 4 Ce sujet a donné lieu à de rares études générales, pour la plupart anciennes : voir notamment B. C (...)
  • 5 L. Palermo, « Il commercio del grano in un sistema annonario : l’Italia centrale nel Tardo Medioev (...)
  • 6 Voir notamment S. Ciriacono, « Venise et ses villes. Structuration et déstructuration d’un marché (...)
  • 7 S. R. Epstein, « Storia economica… », op. cit., p. 103-104 et P. Lanaro, I Mercati…, op. cit., p.  (...)

1Dans l’histoire de la constitution des États territoriaux italiens et de la « promotion » concomitante de quelques communes urbaines au rang de capitales de ces nouvelles entités, Venise constitue un cas particulier1. L’entreprise de conquêtes et d’annexions, qui débute en 1404 avec l’incorporation de Vérone, de Vicence puis de Padoue et s’achève en 1449 avec celle de Crema, fait d’elle la capitale non plus d’un seul empire maritime mais aussi de l’un des cinq États régionaux italiens2. Cependant, elle est l’unique ville à avoir mené à terme ce processus de territorialisation tout en conservant un pouvoir patricien de nature collective. L’abandon, en 1423, de l’expression de « commune des Venises » au profit de celle de Seigneurie ou encore de dominium, ne doit point faire illusion3 : la persistance du cadre communal et l’originalité de l’expérience coloniale confèrent à cette capitale une physionomie et un mode d’affirmation propres. Nous tenterons de les saisir à travers le prisme de sa politique annonaire4. L’importance de cette dernière, en tant qu’« élément du processus de bureaucratisation qui caractérise la naissance de l’État moderne5 », a été soulignée à plusieurs reprises. De même, son rôle dans la formation de marchés régionaux a retenu l’attention6 : l’annone est ainsi devenue l’un des champs privilégiés de la recherche lors du récent regain d’intérêt pour les politiques mises en œuvre par les pouvoirs centraux7.

2Cette contribution se propose d’étudier la politique annonaire lors la première époque de la domination vénitienne, une période d’« hésitations » et d’ajustements, dominée par les guerres. Le problème du passage de la commune urbaine à la capitale d’un État régional s’y décline à plusieurs niveaux : celui de l’ordonnancement administratif qui, derrière une continuité apparente, connaît des adaptations structurelles aux nouveaux défis de la formation d’un État territorial ; celui de la structuration – ou non – d’un espace économique régional, parallèlement au processus de formation étatique ; celui, enfin, de l’affirmation et de la légitimation politiques.

Les instruments de la politique annonaire face au Stato di Terra

Une apparente continuité

  • 8 Sur les institutions vénitiennes, voir notamment l’ouvrage « classique » de G. Maranini, La costit (...)

3La conquête d’un vaste État territorial n’a pas suscité, dans un premier temps, de profondes réformes institutionnelles. L’absence de dessein théorique et programmatique de création d’un État unifié, aujourd’hui objet d’un consensus historiographique, n’a évidemment pas encouragé à une refonte de la « constitution vénitienne8 ».

  • 9 Voir A. M. Pult Quaglia, « Per provvedere ai popoli » : il sistema annonario nella Toscana dei Med (...)
  • 10 À ce propos, on pourra se reporter à M. Aymard, Venise, Raguse et le commerce du blé pendant la se (...)

4Point de surprise, donc, à ce que l’appareil annonaire « communal » demeure en place, comme à Florence9 : la guerre contre l’Empire byzantin avait entraîné l’instauration d’une administration permanente dès 1173. Elle est complétée par un conseil restreint, le Collège aux Blés, et par une nouvelle magistrature, les Provéditeurs aux Blés, lors de la mise en place de l’« État patricien », dans la première moitié du xive siècle10.

  • 11 A. Viggiano, Governanti e governati. Legittimità del potere ed esercizio dell’autorità sovrana nel (...)

5Comment se fait alors l’élargissement du champ territorial de compétence de cet appareil communal, avec la conquête du dominium ? Formellement, aucun texte législatif n’étend la juridiction des magistratures urbaines. Mais, dans la pratique, des délégations ponctuelles du pouvoir détenu par le Sénat ou le Collège aux Blés, eux-mêmes redevables de l’autorité du Grand Conseil, autorisent les magistratures à intervenir en Terreferme. Par ailleurs, l’exercice par le Collège aux Blés de fonctions d’appel pour les litiges en matières de céréales opposant des sujets ou des communautés de Terreferme offre un autre biais – particulièrement important – à la pénétration de l’influence de la capitale11.

  • 12 Pour une récente étude synthétique de la genèse et du fonctionnement des systèmes annonaires de Vé (...)
  • 13 Sur l’administration de l’empire colonial, voir F. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Âge, Pa (...)
  • 14 Voir la bibliographie indiquée en note 2. Sur les « pactes de dédition » qui étaient négociés avec (...)
  • 15 A. Ventura, « Introduzione », dans Dentro lo « stado italico »…, op. cit., p. 5-15, p. 10.
  • 16 Voir en particulier les exemples et l’analyse proposés par A. Ventura, Nobiltà e popolo…, op. cit. (...)
  • 17 Sur les propriétaires fonciers vénitiens en Terreferme : A. Ventura, Nobiltà e popolo…, op. cit., (...)

6En effet, chaque ville de Terreferme conserve son propre système annonaire, outre ses statuts et ses conseils12. Venise y applique des principes de base hérités de son expérience coloniale en Méditerranée et de la première domination de Trévise entre 1339 et 138113 : protection du marché réaltin, principe d’autonomie financière s’appuyant sur des chambres locales (les camere), reconnaissance de communautés dotées de privilèges juridictionnels et fiscaux14. L’État de Terreferme apparaît ainsi comme un agrégat d’entités non intégrées dans un ensemble normatif unitaire15 : au contraire, chacune de ces communautés a un rapport direct avec la Dominante par les pactes de dédition qui lui garantissent autonomie et privilèges. Les recteurs et podestats, nommés dans les villes soumises, assurent en principe le relais du pouvoir central, mais leur latitude de décision en fait parfois des opposants déterminés16. Les questions annonaires se trouvent donc au cœur, non pas d’une simple opposition dualiste entre centre et périphérie, mais bien d’un jeu complexe d’équilibres mettant en scène le pouvoir central, ses représentants locaux, l’administration des villes soumises, les communautés rurales ainsi que des groupes extra-institutionnels comme les propriétaires fonciers vénitiens17.

Des changements structurels

7La persistance des cadres anciens de l’annone urbaine, tant au niveau de la capitale qu’à celui des villes sujettes n’encourage guère, à première vue, l’innovation. Les transformations les plus significatives ont en fait eu lieu au xive siècle lors de l’apogée démographique et de la mise en place de l’État patricien. Cependant, des modifications dans les équilibres institutionnels et un transfert de l’initiative des décisions au sein des organes existants montrent la capacité de la République à affronter les problèmes posés par les nouvelles réalités territoriales, en ayant recours aux institutions en place : un double processus de renforcement de la centralisation s’amorce dans la première moitié du xve siècle, non seulement dans le rapport entre la capitale et les communautés sujettes, mais aussi et surtout au sein des institutions annonaires vénitiennes.

  • 18 ASVE, Maggior Consiglio, Liber Leona, f° 149r, 8 décembre 1405.
  • 19 Sur la création de ces magistratures et sur leurs attributions, se reporter à G. Maranini, La cost (...)
  • 20 ASVE, Senato Terra, Reg. 2, f° 111v, 20 juin 1449 pour l’entrée de deux chefs des Dix, et ASVE, Co (...)

8Les réformes successives de la composition et des compétences du Collège aux Blés constituent un premier élément : dès le 8 décembre 1405, au lendemain de la chute de Padoue, le Grand Conseil transfère au Collège des pouvoirs supplémentaires et étend son autorité à tous les offices vénitiens18. En second lieu, des organes – anciens ou nouveaux –, dont la juridiction s’étend à tout le dominium, mais n’ayant pas spécifiquement une compétence annonaire, s’intègrent au dispositif : les trois groupes restreints des Sages du Conseil, des Sages aux Ordres et surtout des Sages à la Terreferme, créés vers 1420 au moment de la conquête du Frioul, sont associés toujours plus étroitement à l’appareil annonaire19. L’entrée de ces groupes d’« experts » au sein du Collège aux Blés, en février 1456, s’effectue quelques années après celle de deux chefs du Conseil des Dix20. Ce dernier tend dès lors à centraliser et superviser le processus décisionnel et législatif en matière annonaire, au détriment du Collège et du Sénat. Ces ajustements institutionnels enregistrent parallèlement une dépossession progressive des offices urbains, dans l’initiative des choix en matière annonaire, et leur confinement aux fonctions d’exécution ou de gestion des affaires courantes.

  • 21 Voir à ce sujet M. Knapton, « Il fisco nello stato veneziano di terraferma tra ‘ 300 e ‘ 500 ; la (...)
  • 22 Sur les banques, voir les synthèses récentes de U. Tucci, « Monete e banche nel secolo del ducato (...)

9Cette annone, élargie à l’État de Terreferme, plus « technique », et plus centralisée dans ses processus de décision, connaît également des mutations en ce qui concerne son financement : le recours aux camere de Terreferme pour couvrir les coûts de l’approvisionnement de la capitale, entorse au principe d’autofinancement21, et surtout le rôle croissant des banques, que la faillite retentissante de l’établissement Soranzo, en 1453, ne devait pas infléchir, constituent les deux traits marquants de la première moitié du xve siècle22.

10Les défis de la formation de l’État de Terreferme et de la promotion de Venise au rang de capitale « territoriale » ont ainsi été relevés dans le cadre institutionnel « communal » par un rééquilibrage progressif des divers conseils et offices participant de l’appareil annonaire, sans solution de continuité.

Le ravitaillement de la Dominante : facteur de constitution d’un marché régional ou économie de prédation ?

État territorial et marché (sub)régional

  • 23 Voir, entre autres : P. Malanima, « La formazione di una regione economica : la Toscana nei secoli (...)

11Si l’on déplace l’analyse sur le terrain économique, comme nous y invitent des travaux récents, la continuité, à nouveau, s’impose23 : la conquête politique de la Terreferme n’a pas eu dans un premier temps d’impact important sur le ravitaillement vénitien, et inversement.

  • 24 G. Luzzatto, Storia economica di Venezia dal xi al xvi secolo, Venise, rééd. 1995, p. 144-145.
  • 25 Paolo Morosini, Historia della città, e Republica di Venetia di Paolo Morosini senatore venetiano,(...)
  • 26 ASVE, Collegio, Notatorio, Reg. 5, f° 50v, 22 avril 1416.
  • 27 Les prix des froments de diverses provenances apparaissent régulièrement dans les décisions des Pr (...)

12Tout d’abord, parce qu’en réalité, la Terreferme compte relativement peu dans l’approvisionnement de la capitale en ce début du xve siècle : l’argument d’une conquête politique destinée à pallier la perte des marchés de grains orientaux et à contrer les effets de la progression turque, longtemps avancé par une certaine tradition historiographique, est aujourd’hui battu en brèche24. En 1422, arrivent encore à Venise 170 000 setiers de froment de Dalmatie, d’Albanie et de Grèce, près de 150 000 de Ravenne, des Marches, Pouilles, Calabre et Sicile, contre 30 000 de la région de Padoue et de celle de Trévise. Il convient, il est vrai, de rajouter à ce dernier chiffre les quantités importées par les propriétaires fonciers vénitiens25. Certes, la guerre contre les Turcs et le progressif tarissement des fournitures de l’empire colonial entraînent une lente réorientation de l’approvisionnement de la capitale. Mais elle se fait d’abord en direction de la Sicile et des régions qui bordent l’Adriatique, et secondairement vers la Terreferme, dont le potentiel intéresse néanmoins la capitale : Lorenzo Capello, Provéditeur aux Blés, mandé par le Collège à Padoue, Vicence, et Vérone afin de mesurer les disponibilités pour l’annone vénitienne, établit dans son rapport du 22 avril 1416 que la capitale pourrait y acheter chaque année entre 20 et 30 000 setiers de millet à un demi-ducat le setier. Le Collège décide alors qu’un des Provéditeurs aux Blés devra se rendre sur place tous les ans afin d’acquérir, avec l’aide des recteurs, une quantité équivalente de millet26. Le prix s’avère décisif car, dans un contexte de disponibilités relativement abondantes qui n’est pas encore celui – plus tendu – de la seconde moitié du xve siècle, le coût du setier de froment de Padoue oscille entre 5 et 20 % de plus que celui des froments d’Albanie, de Ferrare ou des Pouilles et n’encourage évidemment pas à développer les importations depuis la proche Terreferme27.

  • 28 Voir notamment G. M. Varanini, « Mercato subregionale ed economia di distretto nella Terraferma ve (...)

13Aussi, les forts contrastes sous-régionaux dans le degré d’intégration au marché vénitien perdurent-ils dans la première moitié du xve siècle : les régions de Padoue et surtout de Trévise, du fait notamment de la pénétration foncière vénitienne dès le xiiie siècle, constituent un véritable marché « sous-régional » pour l’approvisionnement de la capitale, en particulier en vin et en viandes. En revanche, Vérone et Vicence n’entrent que très marginalement dans la sphère d’influence vénitienne, et Brescia gravite dans l’orbite milanaise28.

  • 29 Plusieurs pactes de dédition, à l’instar de celui de Vérone de 1405 contiennent des dispositions a (...)
  • 30 Voir G. M. Varanini, « Gli statuti delle città della terraferma veneta nel Quattrocento », dans G.(...)
  • 31 Voir M. Knapton, « Il fisco nello stato veneziano… », op. cit., en part. p. 28 et p. 33 ; G. M. Va (...)

14D’ailleurs, des données structurelles bloquent en apparence toute évolution rapide vers une intégration majeure que pour l’instant, la capitale n’envisage pas vraiment. Elle ménage plutôt les fragiles équilibres politiques et juridiques construits autour des pactes de dédition, dont elle se réserve toutefois de modifier le contenu29. Cependant, les révisions des statuts urbains et en particulier des clauses annonaires n’interviennent pas avant la seconde moitié du xve siècle quand le contexte économique, précisément, a bien changé30. Dans l’ensemble, les systèmes annonaires concurrents de chaque ville soumise restent donc en place, ainsi que le cloisonnement de l’État territorial – entretenu par de multiples douanes intérieures – en autant de sous-entités économiques. Venise y trouve son compte, car elle a accaparé à travers les camere de Terreferme la plus grande partie de ces dazi. Malgré l’institution d’un impôt direct, la dadia delle lance en 1417, les ¾ des revenus de la Terreferme proviennent de la fiscalité indirecte : les tarifs douaniers ne subissent donc guère de modifications et la capitale tend à maintenir ou à restaurer les prélèvements en vigueur à l’époque seigneuriale31.

  • 32 Sur les effets économiques pervers de ces systèmes concurrents, S. R. Epstein, « Strutture di merc (...)
  • 33 ASVE, Senato Misti, Reg. 47, f° 317r (copie), 28 février 1407 : Quia utile et bonum est providere (...)

15À ce tableau général, il convient toutefois d’apporter quelques nuances : des arbitrages rendus entre des systèmes annonaires concurrents et paralysés par des interdictions mutuelles d’exporter, ou encore des franchises douanières, tendent à décloisonner ponctuellement les échanges, tout en esquissant timidement une coordination des politiques locales32. Mais surtout, très tôt, le 28 février 1407, le Sénat expérimente une étonnante tentative de « libéralisation » des échanges qui, selon le raisonnement économique de ses auteurs, doit favoriser le ravitaillement de chaque communauté et améliorer les entrées fiscales par l’accroissement des flux de marchandises : d’un coup les dispositions des statuts urbains interdisant les exportations hors du district se trouvent levées ; tous les recteurs de Terreferme se voient investis de la mission de garantir ces échanges inter-régionaux, de vérifier le paiement des dazi, et de veiller à ce que les vivres ne soient pas portés à l’étranger33

Un drainage des ressources au bénéfice de la capitale

  • 34 ASVE, Senato Misti, Reg. 47, f° 103r, 15 mars 1407.

16Cette tentative fait long feu : dès le 15 mars 1407, le Sénat prend acte de la déviation de certains flux commerciaux au détriment de la place vénitienne et la mesure ne sera dès lors appliquée, avec difficulté, que pour les denrées destinées à la capitale34.

  • 35 Pour un exemple de définition de ce monopole commercial : ASVE, Senato Misti, Reg. 49, f° 45r, 31 (...)

17De fait, les principes classiques de la politique annonaire communale perdurent : limitation et strict contrôle des exportations, encouragement à l’importation par des prêts et des primes, régulation des prix afin de garantir l’attractivité de la place vénitienne. Toutefois, la conquête de la Terreferme place l’annone vénitienne en position de force dans les différends qui l’opposent occasionnellement à ses homologues des villes sujettes, notamment en ce qui concerne le contournement de l’interdiction d’exporter en cas de pénurie. Par ailleurs, la territorialisation de la cité-État s’accompagne de l’intégration théorique de ses nouveaux sujets au système commercial de monopole obligeant au transit par la place vénitienne35.

  • 36 ASVE, Maggior Consiglio, Liber Novella, f° 21v, 3 mai 1351.
  • 37 M. Knapton, « Il fisco nello stato veneziano… », op. cit., p. 28 : Se ciò denota un atteggiamento (...)

18Une fois assuré le drainage des denrées nécessaires à sa subsistance – en particulier celui des revenus agricoles des propriétaires fonciers vénitiens, obligatoire depuis 1351, et garanti avant la conquête par des pactes avec les communes concernées –, Venise ne déploie guère d’efforts pour développer l’intégration d’un marché régional36. Elle se contente dans l’ensemble de gérer un statu quo globalement satisfaisant et largement préexistant à la conquête37.

  • 38 Par exemple ASVE, Senato Misti, Reg. 54r, f° 32v, 26 mai 1422 pour la réparation du pont de Bassan (...)
  • 39 La commune de Bergame, jalouse de ses privilèges, s’efforce de limiter ces concessions dans les ch (...)
  • 40 ASVE, Senato Misti, reg. 60, f° 28v, 30 juil. 1437. La magistrature des Provéditeurs sur les biens (...)

19Ainsi, très peu d’investissements structurels voient le jour : ils se limitent à l’entretien courant et aux réparations d’un réseau routier d’ailleurs négligé au profit des voies d’eau38. L’instauration de foires s’avère pratiquement nulle, mis à part quelques cas frontaliers dans le Bergamasque, chroniquement déficitaire en grains, afin de capter les céréales de Lombardie39. C’est aussi dans le Bergamasque qu’ont lieu, à la suite de la grave pénurie de 1432, les seules bonifications de la période40.

20Ce sont en fait les nécessités de la guerre qui provoquent – à travers des expédients – les changements les plus notables et font de la politique annonaire un moyen d’affirmation et de légitimation de la capitale.

La politique annonaire : un moyen d’affirmation et de légitimation de la capitale ?

Per gratiam Yeshu Christi habeamus ad gubernandum quamplures civitates loca et territoria acquisita de novo et ad subveniendum eis de blado…

  • 41 Selon A. Ventura, Nobiltà…, op. cit., p. 257, le district de Bergame ne serait autosuffisant que q (...)
  • 42 A. Viggiano, « Il dominio da terra… », p. 565.

21L’entretien permanent de plusieurs milliers de soldats entre 1426 et 1454, stationnés – qui plus est – pour partie dans des régions traditionnellement déficitaires comme celle de Bergame41, ainsi que la fermeture de l’accès aux marchés lombards, même si Venise encourage une contrebande active, nécessitent « une intervention plus incisive et directe sur les hommes, les institutions et les procédures, à l’occasion d’une conjoncture exceptionnelle certes, mais avec des retombées sur le long terme42 ».

  • 43 Par exemple : ASVE, Senato Misti, Reg. 56, f° 96v, 1er mai 1427 : la franchise totale s’applique a (...)
  • 44 Parmi de très nombreuses décisions de la sorte : ASVE, Senato Misti, Reg. 58, f° 95r, 13 déc. 1431 (...)
  • 45 Ibid., f° 115r, 27 déc. 1438 : les recteurs de Padoue doivent obliger tous les particuliers, tant (...)

22La reprise de la guerre en 1426 s’accompagne en effet de diverses mesures : incitatives, avec des franchises totales et des primes accordées aux marchands de céréales, de vin et de viande destinés à l’armée43 ; dirigistes avec l’achat et l’expédition directe de céréales par les Provéditeurs aux Blés44 ; mais aussi coercitives, à l’occasion, avec l’obligation d’effectuer des « descriptions » de récoltes, ou encore avec la réquisition de fourrages et de chevaux45. Les recteurs vénitiens deviennent alors les agents d’une comptabilité régionale des disponibilités et des stocks, tandis que s’esquisse une gestion territoriale de l’annone.

  • 46 ASVE, Maggior Consiglio, Liber Leona, f° 149r, 8 décembre 1405 : Licet per gratiam Yeshu Christi h (...)
  • 47 ASVE, Senato Misti, Reg. 49, f° 65v, 12 novembre 1411. Dans une précédente réponse à une requête s (...)
  • 48 ASVE, Provveditori alle Biave, B. 1, Reg. 2, f° 38r, 30 mai 1432.

23Si le ravitaillement militaire constitue la préoccupation première, il entretient d’étroits liens avec celui des populations civiles : les surplus des stocks bergamasques et brescians profitent aux villes et leur sont périodiquement distribués tandis que leur approvisionnement bénéficie des franchises accordées et du décloisonnement des annones urbaines. D’ailleurs, la capitale accorde un souci tout particulier au ravitaillement de ces régions frontalières et de leurs populations. Dès 1405, des préambules de décisions vénitiennes insistent sur la nouvelle responsabilité de la ville-capitale vis-à-vis de ses États46 : la fonction nourricière n’incombe pas ici au Roi mais à la Dominante. Les communes de Terreferme ne s’y trompent pas : dès avant la guerre, en cas de pénurie, elles se tournent vers la capitale. Celle-ci y répond, comme en novembre 1411, en autorisant quiconque à importer à Venise des grains de l’Adriatique et à en réexpédier la moitié, après paiement du dazio, vers la Terreferme47. Le ravitaillement des villes du continent alimente ainsi celui de la capitale, qui effectue au passage un prélèvement « cum aliqua utilitate et lucro48 ».

  • 49 Par exemple : ASVE, Senato Misti, Reg. 52, f° 9r, 26 avril 1417, pour le froment de Corfou, de Crè (...)
  • 50 ASVE, Provveditori alle Biave, B. 1, Reg. 2, f° 35r à 39v, 4 janv. 1432 – 11 déc. 1432.

24Mais les réponses changent avec les graves pénuries qui rythment périodiquement les années de guerre : quand les incitations ne suffisent plus, l’appareil annonaire de la capitale intervient alors en première ligne et procède à la redistribution de céréales acquises dans d’autres lieux de Terreferme, mais aussi et surtout dans l’empire, dans les Marches, les Pouilles ou encore en Sicile49. Lors de la crise de 1432, les Provéditeurs aux Blés négocient l’achat direct de près de 100 000 setiers de froment, dont plus du tiers est expédié à Brescia et à Bergame pour y être vendu aux populations civiles50. Entre 1451 et 1453, à nouveau, la capitale intervient puissamment.

  • 51 Sur les rapports ville / contado et les questions annonaires, se reporter entre autres à E. Fiumi, (...)
  • 52 ASVE, Senato Terra, Reg. 3, f° 111v, 15 avril 1454.
  • 53 ASVE, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni Miste (ensuite Dieci), Reg. 15, f° 93v, 12 mai 1456. Par (...)
  • 54 Voir la relation du recteur de Trévise en 1577, citée par F. Vecchiato, Pane e politica…, op. cit. (...)

25Les villes ne sont pas les seules bénéficiaires de la redistribution opérée en temps de crise par la capitale : à plusieurs reprises, Venise prodigue une aide directe aux campagnes, ces contadi soumis et exploités par les communes urbaines et sur lesquels repose l’essentiel des prélèvements directs51. En avril 1454, 11 500 setiers de millet sont ainsi distribués aux communes rurales contre restitution lors de la récolte suivante52. Lorsque les villes refusent de se porter garantes du remboursement dû par les rustici de leur district, Venise distribue directement les céréales dans les campagnes en court-circuitant les administrations annonaires53. Ces interventions ne contribuent pas peu à la fidélité paysanne vis-à-vis du Lion de Saint-Marc, telle qu’elle devait s’exprimer, notamment, lors du désastre d’Agnadello. L’image d’une capitale nourricière vient ainsi concurrencer, dans les représentations collectives, celle de la capitale parasitaire et dévorante, et contribue à légitimer une conquête de facto54.

26Mais surtout, en établissant un lien direct avec les communautés rurales par le contournement de l’échelon urbain, la capitale affirme son autorité souveraine.

L’affirmation de la capitale lors du paroxysme de 1453-1456

27De ce point de vue, les années qui précèdent et suivent immédiatement la paix de Lodi marquent un tournant, dont la politique annonaire constitue l’un des vecteurs essentiels. Les crises précédentes, localisées, avaient vu la mise en place éphémère de mesures d’exception, et d’un dirigisme économique.

  • 55 ASVE, Senato Terra, Reg. 3, f° 81v, 18 septembre 1453 et ASVE, Dieci, Reg. 14, f° 185v, 12 déc. 14 (...)
  • 56 ASVE, Dieci, Reg. 15, f° 25v, 31 oct. 1454.
  • 57 Ibid., f° 14v-15r, 22 août 1454 :… in diebus veneris et sabbati proxime preteritis cum populus et (...)

28Mais celle, généralisée, des dernières années de guerre, se double d’une crise financière aiguë. Au cours de l’hiver 1453, la pénurie qui règne en Terreferme gagne Venise alors que la faillite de la banque Soranzo et la fuite mystérieuse de son caissier ont compromis plusieurs contrats d’approvisionnement55. Au printemps, la situation s’améliore quelque peu, mais l’été et l’automne 1454 enregistrent une brusque dégradation, car l’empire colonial – la Crète en particulier – accuse une grave pénurie tandis que les intempéries empêchent les navires vénitiens de rapporter les grains chargés en Sicile56. L’automne et l’hiver suivants, la situation connaît un véritable paroxysme : l’empire reste déficitaire, les traites siciliennes sont fermées et les « murmures » se répandent dans la capitale57.

  • 58 Par exemple, ibid., f° 19r, 4 sept. 1454 : les Dix intiment l’ordre aux recteurs d’Albanie, d’où p (...)
  • 59 A. Viggiano, « Il dominio da terra… », op. cit., p. 566.

29Partout, les recteurs résistent farouchement aux injonctions de laisser circuler les grains à destination de Venise ou pire, s’emparent des navires chargés de blé qui passent à proximité de leur juridiction. Ils paralysent ainsi un système annonaire fondé sur la redistribution par la capitale58. Force est de trouver d’autres solutions. Le choix de l’intensification du contrôle et de la recherche de disponibilités à l’intérieur même du Stato di Terra, finalement retenu, met en évidence certains problèmes de fond de la politique vénitienne à l’égard de la Terreferme : la difficulté à appliquer les décisions du pouvoir central, les carences de l’institution médiatrice du rectorat, ou encore les résistances tenaces des communautés59.

  • 60 M. Macchi, Storia del Consiglio dei Dieci, 2 vol., Turin, 1849, en part. p. 75-119. À plusieurs re (...)
  • 61 Ibid., f° 14v-15r, 22 août 1454 ; f° 76r, 20 oct. 1455 ; f° 78r, 12 nov. 1455 et f° 83r, 4 fév. 14 (...)
  • 62 Ibid., f° 76v, 22 oct. 1455, des négociations secrètes sont entreprises en vue d’acheter du fromen (...)

30La progressive mainmise du Conseil des Dix sur la politique annonaire, à partir de l’hiver 1453, constitue la réponse vénitienne. Sa procédure inquisitoriale, le secret qui entoure ses décisions, la subordination des magistratures d’appel concourent au succès de son action qui emprunte trois formes principales60 : la première consiste, on l’a vu, en une réforme de l’appareil annonaire vénitien. La seconde vise à mettre au pas les recteurs, à leur conférer des délégations supplémentaires de pouvoir, et à vaincre les résistances des communautés locales et des groupes de pression, en particulier celles des propriétaires fonciers vénitiens : se succèdent ainsi perquisitions, saisies, ventes forcées sur le marché, et finalement interdiction totale, le 4 février 1456, d’acheter des grains pour les stocker et les revendre dans les régions situées en deçà du Mincio61. Enfin, les Dix mettent en place un solide réseau de facteurs qui négocient traites et achats de céréales à Rome, dans les Marches, à Ljubljana ou encore en Dalmatie62

31La crise annonaire de 1453-1456 a ainsi porté à son terme le processus de recomposition de l’appareil annonaire hérité de la période « communale ». Elle a conduit au renforcement de l’autorité de la capitale sur ses nouveaux États et développé un intérêt croissant pour leurs ressources. Pourtant, la prégnance d’une culture politique « communale » au sein des élites vénitiennes, le jeu complexe d’équilibre qui prévaut en Terreferme et, en définitive, la garantie acquise de la primauté du ravitaillement de la capitale ne devaient pas encourager de changement substantiel avant le siècle suivant.

Notes

1 La question du passage de la commune urbaine à l’État territorial, longtemps négligée, fait aujourd’hui l’objet d’une bibliographie abondante et profondément renouvelée dont nous ne retiendrons ici que quelques titres particulièrement significatifs : N. Bulst, J.-Ph. Genet dir., La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne ( xii-xviiie siècles), Actes du colloque de Bielefeld (29 novembre-1er décembre 1985), Paris, 1988 ; G. Chittolini, A. Molho, P. Schiera éd., Origini dello Stato. Processi di formazione statale in Italia fra medioevo ed età moderna, Bologne, 1994 (Annali dell’Istituto italo-germanico in Trento, 39) ; A. Zorzi et W. J. Connell dir., Lo stato territoriale fiorentino (secoli xiv-xv ). Ricerche, linguaggi, confronti, Atti del seminario internazionale di studi (San Miniato, 7-8 juin 1996), Pise, 2001. Pour une présentation exhaustive de l’historiographie produite à ce sujet, se reporter à E. Fasano Guarini, « Centro e periferia, accentramento e particolarismi : dicotomia o sostanza degli Stati in età moderna ? », dans Origini dello Stato…, op. cit., p. 147-176. Voir aussi la récente synthèse d’I. Lazzarini, L’Italia degli Stati territoriali. Secoli xiii-xv , Rome-Bari, 2003.

2 Pour un rappel des étapes de la conquête de la Terreferme et une mise au point historiographique sur ses enjeux, voir : M. E. Mallett, « La conquista della Terraferma », dans A. Tenenti, U. Tucci dir., Storia di Venezia. Dalle origini alla caduta della Serenissima, vol. IV, Il Rinascimento. Politica e cultura, Rome, 1996, p. 181-244. Sur les relations entre la capitale et ses États de Terreferme : A. Ventura, Nobiltà e popolo nella società veneta del ‘ 400 e ‘ 500, Bari, 1964 ; G. Borelli, P. Lanaro, F. Vecchiato éd., Il sistema fiscale veneto, problemi e aspetti, xv-xviii secolo, Atti della prima giornata di studio sulla Terraferma veneta (Lazize, 29 mars 1981), Vérone, 1982 ; G. Cracco, M. Knapton éd., Dentro lo « Stado italico ». Venezia e la Terraferma fra Quattrocento e Seicento, Trente, 1984 ; G. M. Varanini, Comuni cittadini e stato regionale. Ricerche sulla Terraferma veneta nel Quattrocento, Vérone, 1992.

3 Voir A. Tenenti, « Il senso dello Stato », dans Storia di Venezia, vol. IV, Il Rinascimento…, op. cit., p. 311-344, en part. p. 313 et p. 318 et M. E. Mallett, « La conquista… », op. cit., p. 219. Le terme de status noster apparaît précédemment : Archivio di Stato di Venezia (= ASVE par la suite), Senato Misti, Reg. 49, f° 105r, 14 avril 1412.

4 Ce sujet a donné lieu à de rares études générales, pour la plupart anciennes : voir notamment B. Cecchetti, « La vita dei Veneziani nel 1300. Parte 2. Il vitto dei Veneziani nel sec. xiv », Archivio Veneto, 29, 1885, p. 235-304 ; 30, 1885, p. 27-96 et p. 279-333 ; L. Dal Pane, « La politica annonaria di Venezia », Giornale degli economisti e annali di economia, n.s., Milan, 1946, p. 331-353.

5 L. Palermo, « Il commercio del grano in un sistema annonario : l’Italia centrale nel Tardo Medioevo », dans Mercati e consumi. Organizzazione e qualificazione del commercio in Italia dal xii al xx secolo, Istituto Formazione Operatori Aziendali (IFOA) éd., I° Convegno Nazionale di Storia del Commercio in Italia, Reggio Emilia, 6-7 giugno 1984, Modena, 8-9 giugno 1984, Bologne, 1986, p. 79-96, p. 80 et 85.

6 Voir notamment S. Ciriacono, « Venise et ses villes. Structuration et déstructuration d’un marché régional xvie-xviiie siècles », Revue historique, 560, 1986, p. 287-307 ; M. Knapton, « City Wealth and State Wealth in Northeast Italy, 14th-17th centuries », dans La ville, la bourgeoisie…, op. cit., p. 183-210 ; P. Lanaro, I mercati della Repubblica veneta. Economie cittadine e Stato territoriale (secoli xv-xviii ), Venise, 1999 ; S. R. Epstein, « Storia economica e storia istituzionale dello Stato », dans Origini dello Stato…, op. cit., p. 97-111.

7 S. R. Epstein, « Storia economica… », op. cit., p. 103-104 et P. Lanaro, I Mercati…, op. cit., p. 21 et suiv., qui insiste à ce sujet sur l’influence des théories de D. C. North, Istituzioni, cambiamento istituzionale, evoluzione dell’economia, Bologne, 1994 (trad. it. de Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge, 1990).

8 Sur les institutions vénitiennes, voir notamment l’ouvrage « classique » de G. Maranini, La costituzione di Venezia, 2 vol., Florence, 1927-1931, rééd. 1974, vol. 2, Dopo la Serrata del Maggior Consiglio, et la récente synthèse de G. Gullino, « L’evoluzione costituzionale », dans Storia di Venezia, vol. IV, Il Rinascimento…, op. cit., p. 345-378.

9 Voir A. M. Pult Quaglia, « Per provvedere ai popoli » : il sistema annonario nella Toscana dei Medici, Florence, 1990, pour la situation florentine ; pour une comparaison avec l’État pontifical : L. Palermo, « Il commercio del grano… », op. cit.

10 À ce propos, on pourra se reporter à M. Aymard, Venise, Raguse et le commerce du blé pendant la seconde moitié du xvie siècle, Paris, 1966, en part. p. 72-74 ainsi qu’à H. J. Hübner, « Quia bonum sit anticipare tempus ». Die Kommunale Versorgung Venedigs mit Brot und Getreide vom späten 12. bis ins 15. Jahrhundert, Francfort/Main, 1998. Sur le Collège (Collegio), voir G. Maranini, La costituzione…, op. cit., vol. 2, p. 325-360. La décision de créer la magistrature des Provéditeurs aux Blés figure dans ASVE, Maggior Consiglio, Liber Novella, f° 108r, 6 juin 1365 ; pour leur capitulaire, voir ASVE, Provveditori alle Biave, B. 1, reg. 1, f° 31r-36r, 28 août 1328-6 juil. 1365. Cette magistrature se surimpose à celle des Officiers au Froment, institués dès la fin du xiiie siècle.

11 A. Viggiano, Governanti e governati. Legittimità del potere ed esercizio dell’autorità sovrana nello Stato Veneto della prima età moderna, Trévise, 1993, et id., « Il dominio da terra : politica e istituzioni », dans Storia di Venezia, vol. IV, Il Rinascimento…, op. cit., p. 529-575, en part. p. 553 et suiv.

12 Pour une récente étude synthétique de la genèse et du fonctionnement des systèmes annonaires de Vérone, Vicence, Padoue et Trévise, puis de leur évolution sous la domination vénitienne, se reporter à S. Collodo, « Il sistema annonario delle città venete : da pubblica utilità a servizio sociale (secoli xiii-xvi) », dans Città e servizi sociali nell’Italia dei secoli xii - xv , Pistoia, Centro italiano di studi di storia e d’arte, 1990, p. 383-415 ; dans une optique comparative et pour le cas de Ravenne, voir F. Bocchi, « La politica annonaria delle città emiliane », dans Ead., Attraverso le città italiane nel Medioevo, Casalecchio di Roma, 1987, p. 125-142.

13 Sur l’administration de l’empire colonial, voir F. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Âge, Paris, 1959 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 193), en part. la deuxième partie p. 181-349 ; D. Jacoby, Recherches sur la Méditerranée orientale du xiie au xve siècle, Londres, 1979, et plus récemment la synthèse de B. Arbel, « Colonie d’oltremare », dans A. Tenenti, U. Tucci éd., Storia di Venezia, vol. V, Il Rinascimento società ed economia, Rome, 1996, p. 947-985. À propos de l’expérience de la première domination vénitienne sur Trévise, voir M. Knapton, « Venezia e Treviso nel Trecento : proposte per una ricerca sul primo dominio veneziano a Treviso », dans Tomaso da Modena e il suo tempo (Atti del Convegno internazionale di studi. Treviso 31 agosto-3 settembre 1979), Trévise, 1980, p. 41-78 ; G. M. Varanini, « Venezia e l’entroterra (1300 circa-1420) », dans Storia di Venezia, vol. III, La formazione dello stato patrizio, G. Arnaldi, G. Cracco et A. Tenenti dir., Rome, 1997, p. 159-236.

14 Voir la bibliographie indiquée en note 2. Sur les « pactes de dédition » qui étaient négociés avec nombre de communautés lors de leur adhésion spontanée ou lors de leur conquête par Venise, voir A. Menniti Ippolito, « Le dedizioni e lo stato regionale. Osservazioni sul caso veneto », Archivio Veneto, s. 5, 127, 1986, p. 5-30 et id., « La dedizione di Brescia a Milano (1421) e a Venezia (1427) : città suddite e distretto nello stato regionale », dans Stato, società e giustizia nella Repubblica veneta (sec. xv - xviii ), G. Cozzi éd., Rome, 1985, II, p. 17-58.

15 A. Ventura, « Introduzione », dans Dentro lo « stado italico »…, op. cit., p. 5-15, p. 10.

16 Voir en particulier les exemples et l’analyse proposés par A. Ventura, Nobiltà e popolo…, op. cit., p. 258-259. Les relations que les recteurs devaient adresser au Sénat ne nous sont malheureusement conservées qu’à partir de la fin du xve siècle. Voir Venezia e la Terraferma attraverso le relazioni dei rettori. Atti del Convegno, Trieste, 23-24 ottobre 1980, A. Tagliaferri éd., Milan, 1981.

17 Sur les propriétaires fonciers vénitiens en Terreferme : A. Ventura, Nobiltà e popolo…, op. cit., p. 259-272 ; G. M. Varanini, « Venezia e l’entroterra… », op. cit. ; id., « Proprietà fondiaria e agricoltura », dans Storia di Venezia, vol. V, op. cit., p. 807-880.

18 ASVE, Maggior Consiglio, Liber Leona, f° 149r, 8 décembre 1405.

19 Sur la création de ces magistratures et sur leurs attributions, se reporter à G. Maranini, La costituzione…, op. cit., p. 331-333 pour les Savi del consiglio dei Pregadi ; p. 333-340 pour les Savi alla terraferma ; p. 341-343 pour les Savi agli ordini.

20 ASVE, Senato Terra, Reg. 2, f° 111v, 20 juin 1449 pour l’entrée de deux chefs des Dix, et ASVE, Consiglio dei Dieci, Reg. 15, f° 83v, 4 février 1456 pour celle des Sages. Cette dernière décision intervient au lendemain d’une grave crise de ravitaillement et marque un renforcement de la politique annonaire, désormais définie comme une prérogative légitime sinon exclusive du pouvoir central :… factum bladorum dici etiam et reputari possit de rebus connexis et pertinentibus ad statum noster.

21 Voir à ce sujet M. Knapton, « Il fisco nello stato veneziano di terraferma tra ‘ 300 e ‘ 500 ; la politica delle entrate », dans Il sistema fiscale veneto : problemi e espetti XV-XVIII secolo, G. Borelli, P. Lanaro éd., Vérone, 1982, p. 17-57, en part. p. 23. Quelques exemples de recours aux camere de Terreferme : ASVE, Senato Misti, Reg. 48, f° 37v, 12 octobre 1408 et f° 192r, 7 novembre 1410 ; Senato Terra, Reg. 2, f° 133v, 14 février 1450.

22 Sur les banques, voir les synthèses récentes de U. Tucci, « Monete e banche nel secolo del ducato d’oro », dans Storia di Venezia, vol. V, « Il Rinascimento. Società ed economia, A. Tenenti, U. Tucci éd., Rome, 1996, p. 753-806 et de L. Pezzolo, « La finanza pubblica : dal prestito all’imposta », dans Storia di Venezia, vol. V, op. cit., p. 703-751 ainsi que l’ouvrage de référence de R. C. Mueller, The Venetian Money Market. Banks, Panics, and the Public Debt, 1200-1500, Baltimore-Londres, 1997. Pour un exemple de l’importance du rôle des banques dans le financement de l’annone vénitienne : ASVE, Senato Misti, Reg. 60, f° 48r, 21 déc. 1437.

23 Voir, entre autres : P. Malanima, « La formazione di una regione economica : la Toscana nei secoli xiii-xv », Società e storia, 6, 1983 p. 229-269 ; S. R. Epstein, « Storia economica… », op. cit. ; id., « Strutture di mercato », dans Lo stato territoriale fiorentino…, op. cit., p. 93-134 ; cette contribution au colloque de Chicago a été largement reprise par l’auteur dans id., Freedom and Growth. The Rise of States and Markets in Europe, 1300-1750, Londres-New York, 2000 ; id., « Town and country : economy and institutions in late medieval Italy », Economic History Review, XLVI, 3, 1993, p. 453-477.

24 G. Luzzatto, Storia economica di Venezia dal xi al xvi secolo, Venise, rééd. 1995, p. 144-145.

25 Paolo Morosini, Historia della città, e Republica di Venetia di Paolo Morosini senatore venetiano, Venise, 1637, p. 403, cité dans I. Mattozzi, « La politica annonaria veneziana e le città suddite : il caso di Ravenna nel xv secolo », dans D. Bolognesi dir., Ravenna in età veneziana, Ravenne, 1986, p. 101-127, note 7, p. 103.

26 ASVE, Collegio, Notatorio, Reg. 5, f° 50v, 22 avril 1416.

27 Les prix des froments de diverses provenances apparaissent régulièrement dans les décisions des Provéditeurs aux Blés modifiant l’échelle mobile du poids du pain : voir par exemple ASVE, Provveditori alle Biave, B. 1, Reg. 2 (Capitolare 2 °), f° 43r, 2 novembre 1433 : le setier de froment de Padoue coûte 4 livres de petit contre 3 livres et 8 sous pour celui d’Albanie ; le 10 mars 1438 (ibid., f° 55v), le setier de froment padouan coûte à Venise 4 livres et 18 sous tandis que ceux d’Albanie, des Pouilles et de Calabre voient leur prix osciller entre 3 livres 14 sous et 3 livres 16 sous.

28 Voir notamment G. M. Varanini, « Mercato subregionale ed economia di distretto nella Terraferma veneta : il commercio del vino », dans id., Comuni, cittadini e stato regionale. Ricerche sulla Terraferma veneta nel Quattrocento, Vérone, Libreria Editrice Universitaria, 1992, p. 163-181. Sur le marché vénitien de la viande et la Terreferme, voir F. Faugeron, « Nourrir la ville : l’exemple de la boucherie vénitienne à la fin du Moyen Âge », Revue d’histoire urbaine, août 2006, sous presse.

29 Plusieurs pactes de dédition, à l’instar de celui de Vérone de 1405 contiennent des dispositions annonaires interdisant notamment les exportations hors du district lors des pénuries : F. Vecchiato, Pane e politica annonaria in terraferma veneta tra secolo xv e secolo xviii (il caso di Verona), Vérone, Università degli Studi di Padova, 1979, p. 41. Un privilège sous forme de bulle d’or est accordé à la ville. Sur le sens politique à accorder aux privilèges, voir la réflexion de S. R. Epstein, « Strutture di mercato… », op. cit., p. 103-105.

30 Voir G. M. Varanini, « Gli statuti delle città della terraferma veneta nel Quattrocento », dans G. Chittolini, D. Willoweit éd., Statuti, città, territori in Italia e Germania tra Medioevo ed Età moderna, Bologne, 1991, p. 247-317. Le cas de Ravenne montre un raidissement progressif de la politique vénitienne en matière annonaire : I. Mattozzi, « La politica annonaria veneziana… », op. cit., p. 119 et suiv.

31 Voir M. Knapton, « Il fisco nello stato veneziano… », op. cit., en part. p. 28 et p. 33 ; G. M. Varanini, Comuni cittadini e stato regionale…, op. cit., p. 251-278, sur les rares modifications tarifaires des dazi perçus par la camera de Vérone. Pour un exemple de retour aux tarifs en vigueur à l’époque seigneuriale : Padoue dont un dazio sur les bêtes fixé par les Carrare avait été suspendu puis rétabli par Venise, ASVE, Senato Misti, Reg. 47, f° 146r, 20 septembre 1407. Au contraire de Venise, Florence s’empare du droit de fixer gabelles et dazi et procède à une harmonisation de la fiscalité indirecte ainsi qu’à l’abolition de certaines barrières internes de son nouvel État territorial : S. R. Epstein, « Strutture di mercato », op. cit., p. 96-99.

32 Sur les effets économiques pervers de ces systèmes concurrents, S. R. Epstein, « Strutture di mercato », op. cit., p. 110-111. Sur les arbitrages rendus par les juridictions d’appel, voir la note 11. Le Sénat lui-même intervient pour les plus importants de ces arbitrages : par exemple ASVE, Senato Misti, Reg. 53, f° 3r, 16 sept. 1419 entre Conegliano et Trévise ou encore ibid., Reg. 59, f° 164r, 8 juin 1436 entre Gemona et Venzone dans le Frioul.

33 ASVE, Senato Misti, Reg. 47, f° 317r (copie), 28 février 1407 : Quia utile et bonum est providere ad omnem comoditatem locorum, et fidelium nostrorum, et similiter ad meliorationem introituum nostrorum, captum fuit in nostris consiliis Rogatorum et additionis quod elargetur, quod de cetero quicumque noster fidelis, et subditus possit conducere de locis nostris acquisitis de novo ad alia loca nostra et de uno loco ad alium includendo in his loca nostra Tervisane, et Cenetensis, vinum, bladum, victualia, mercantias, et omnes alias res, et ipsa vendere, et de ipsis disponere et facere, sicut posset de rebus victualibus, et mercantiis, illius loci nostri, ad que ipsa talia conduxisset, solvendo tam in locis de quibus extrahentur predicta, quam in quolibet locorum nostrorum, ad que conducentur predicta datia consueta ; accipiendo contralitteras a Rectoribus, ut non defraudentur datia nostra. Et ut rectores non habeant causam de negandi dictam licentiam, cadere debeat quilibet rector qui denegaret dictam licentiam in penam ducatorum mille pro quolibet contrafaciente et qualibet vice […] ; remanentibus etiam firmis ordinibus nostris vigore quorum de dictis locis possunt extrahi de dictis victualibus, mercantiis et rebus pro portano ad loca non subiecta nostro dominio… Sur l’interprétation de ce texte, voir A. Ventura, Nobiltà e popolo…, op. cit., p. 256 et M. Knapton, « Il fisco nello stato veneziano… », op. cit., p. 30.

34 ASVE, Senato Misti, Reg. 47, f° 103r, 15 mars 1407.

35 Pour un exemple de définition de ce monopole commercial : ASVE, Senato Misti, Reg. 49, f° 45r, 31 juil. 1411.

36 ASVE, Maggior Consiglio, Liber Novella, f° 21v, 3 mai 1351.

37 M. Knapton, « Il fisco nello stato veneziano… », op. cit., p. 28 : Se ciò denota un atteggiamento conservatore e cauto nei confronti di certe sensibilità locali, sta anche a dimostrare che – per quanto riguarda la politica economica – le esigenze economiche veneziane nei confronti della terraferma erano già state in gran parte formulate e – in una certa misura – anche imposte prima della conquista.

38 Par exemple ASVE, Senato Misti, Reg. 54r, f° 32v, 26 mai 1422 pour la réparation du pont de Bassano, très utile aux habitants de Trévise, de Bassano et de Vicenza propter victualia que per illum transeunt et conducuntur.

39 La commune de Bergame, jalouse de ses privilèges, s’efforce de limiter ces concessions dans les chefs-lieux environnants : R. Predelli éd., I Libri Commemoriali della Repubblica di Venezia, Regesti, Monumenti storici publicati dalla R. deputazione di storia patria per le Venezia, serie 1, Documenti, 7 vol., Venise, 1876-1883, vol. 8, no 71 p. 141, 1er juil. 1428 et no 78 p. 143, 9 juil. 1428 ; ASVE, Senato Misti, Reg. 57, f° 64v, 10 déc. 1428 : Bergame obtient le monopole des transactions de froment à 12 milles à la ronde et par conséquent l’interdiction de tenir des marchés extra-urbains dans ce périmètre.

40 ASVE, Senato Misti, reg. 60, f° 28v, 30 juil. 1437. La magistrature des Provéditeurs sur les biens incultes n’est créée qu’en 1545. Voir U. Mozzi, I magistrati Veneti alle Acque ed alle Bonifiche, Bologne, 1927.

41 Selon A. Ventura, Nobiltà…, op. cit., p. 257, le district de Bergame ne serait autosuffisant que quatre mois par an.

42 A. Viggiano, « Il dominio da terra… », p. 565.

43 Par exemple : ASVE, Senato Misti, Reg. 56, f° 96v, 1er mai 1427 : la franchise totale s’applique au pain, vin, huile, fromage et autres vivres conduits depuis Venise et toutes les terres vénitiennes à l’armée continentale et à la flotte du Pô.

44 Parmi de très nombreuses décisions de la sorte : ASVE, Senato Misti, Reg. 58, f° 95r, 13 déc. 1431 et ibid., Reg. 60, f° 143r, 9 mai 1439.

45 Ibid., f° 115r, 27 déc. 1438 : les recteurs de Padoue doivent obliger tous les particuliers, tant laïcs que religieux à mettre leurs stocks de froment sur le marché au prix obligatoire de 32 sous le setier, soit 8 sous de moins que les prix en vigueur alors sur le marché « libre » ; ibid., f° 109v, 5 novembre 1438 pour un exemple de « description » des blés à Legnano afin d’assurer l’approvisionnement de Vérone ; l’avoine et l’épeautre font l’objet d’une surveillance particulière et de réquisitions périodiques : ASVE, Senato Misti, Reg. 56, f° 52r, 30 août 1426.

46 ASVE, Maggior Consiglio, Liber Leona, f° 149r, 8 décembre 1405 : Licet per gratiam Yeshu Christi habeamus ad gubernandum quamplures civitates loca et territoria acquisita de novo et ad subveniendum eis de blado ultra campum nostrum…

47 ASVE, Senato Misti, Reg. 49, f° 65v, 12 novembre 1411. Dans une précédente réponse à une requête similaire de Vérone, le Sénat répondait… quod ipsis satis patet conditio civitatis nostre Venetiarum, in qua bladum non recolligitur sed conducitur per modum omnibus manifestum per cives et subditos nostros Venetiarum, afin de réévaluer à la baisse l’aide demandée, ibid., Reg. 47, f° 31r, 2 janv. 1406.

48 ASVE, Provveditori alle Biave, B. 1, Reg. 2, f° 38r, 30 mai 1432.

49 Par exemple : ASVE, Senato Misti, Reg. 52, f° 9r, 26 avril 1417, pour le froment de Corfou, de Crète et de Négrepont.

50 ASVE, Provveditori alle Biave, B. 1, Reg. 2, f° 35r à 39v, 4 janv. 1432 – 11 déc. 1432.

51 Sur les rapports ville / contado et les questions annonaires, se reporter entre autres à E. Fiumi, « Sui rapporti economici tra città e contado nell’età comunale », Archivio Storico Italiano, CXIV, 1956, p. 18-68, et à la récente mise au point de J. C. Maire Vigueur, « Les rapports villecampagne dans l’Italie communale : pour une révision des problèmes », dans La ville, la bourgeoisie…, op. cit., p. 21-34.

52 ASVE, Senato Terra, Reg. 3, f° 111v, 15 avril 1454.

53 ASVE, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni Miste (ensuite Dieci), Reg. 15, f° 93v, 12 mai 1456. Par ailleurs des mesures sont prises afin de protéger les ruraux qui ont été contraints d’acheter des grains à crédit : ASVE, Senato Terra, Reg. 4, f° 8v, 10 juin 1456.

54 Voir la relation du recteur de Trévise en 1577, citée par F. Vecchiato, Pane e politica…, op. cit., p. 37 : Per haver il territorio fertile di ogni cosa necessaria al vivere, pare che doveria essere sempre abondante di tutte le cose e molto habitata, et piena di populo, ma essenda vicina a Venetia che absume in se stessa quasi ogni cosa, et che tira facilemente le persone ad habitarvi per le molte comodità che vi trovano, Treviso resta penurioso et poco populato, per cio’che ogni cosa, di qualunque sorte si sia, fuor che il pane e il vino, è molto cara, et vale molto più pretio che non vale a Venetia.

55 ASVE, Senato Terra, Reg. 3, f° 81v, 18 septembre 1453 et ASVE, Dieci, Reg. 14, f° 185v, 12 déc. 1453.

56 ASVE, Dieci, Reg. 15, f° 25v, 31 oct. 1454.

57 Ibid., f° 14v-15r, 22 août 1454 :… in diebus veneris et sabbati proxime preteritis cum populus et miserabiles persone non reperissent farinam in fontico recedentes inde cum maximis clamoribus et verbis non honeste dictis murmurabant. ASVE, Senato Mar, Reg. 5, f° 122r, 15 déc. 1455 : une grave pénurie de froment à Corfou, Modon et Négrepont entraîne l’impossibilité de fournir le biscuit habituel aux galères.

58 Par exemple, ibid., f° 19r, 4 sept. 1454 : les Dix intiment l’ordre aux recteurs d’Albanie, d’où parvenait une partie des secours alimentaires, de ne pas retenir les grains à destination de Venise.

59 A. Viggiano, « Il dominio da terra… », op. cit., p. 566.

60 M. Macchi, Storia del Consiglio dei Dieci, 2 vol., Turin, 1849, en part. p. 75-119. À plusieurs reprises les délibérations du conseil insistent sur le secret qui doit présider à la mise en œuvre des décisions : par exemple ASVE, Dieci, Reg. 15, f° 15r, 22 août 1454.

61 Ibid., f° 14v-15r, 22 août 1454 ; f° 76r, 20 oct. 1455 ; f° 78r, 12 nov. 1455 et f° 83r, 4 fév. 1456.

62 Ibid., f° 76v, 22 oct. 1455, des négociations secrètes sont entreprises en vue d’acheter du froment à Sigismond de Malatesta ; ibid., f° 77r, 5 nov. 1455, f° 78v, 19 nov. 1455 pour les Marches ; ibid., f° 80r, 26 nov. 1455 pour Ljubljana ; f° 80v, 17 déc. 1455 pour les négociations des traites à Rome ; les Dix n’hésitent pas à demander au cardinal de Saint Marc d’intercéder auprès du pape afin d’obtenir des traites de froment des Marches : ibid., f° 80v, 17 déc. 1455.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540