Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villes capitales au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public

Formes d'émergence, d'affirmation et de déclin des capitales

Capitales royales et princières de l’Italie lombarde d’après la poésie d’éloge (viie-ixe siècle)

Thomas Granier

Texte intégral

  • 1 Fr. Bougard, « Palais princiers, royaux et impériaux dans l’Italie carolingienne et ottonienne », (...)

1Les différents pouvoirs – lombard, byzantin, péri-byzantin, pontifical et carolingien – contemporains ou successifs dans l’Italie des vie-ixe siècles ont tous pour siège fixe et durable une cité. Ce qui peut faire de ce siège une capitale, c’est une série de composantes objectives : une véritable ville au sein d’un réseau urbain, résidence du souverain, siège quasi unique et permanent et centre de rayonnement du pouvoir royal avec le palais (la sedes regia), lieu d’où partent et où reviennent les missi, lieu de l’avènement du souverain et de la promulgation de la loi, lieu de conservation du trésor et siège des organes administratifs centraux, et dont le contrôle enfin, à cause de ces deux derniers caractères, est nécessaire pour prendre le pouvoir. Ainsi Vérone puis Milan sont-elles un temps capitales du royaume lombard dans les décennies suivant la conquête de 569, mais une telle concentration de fonctions s’observe surtout pour Pavie à partir des années 620-630, alors qu’elle n’existe pas dans le regnum Francorum avant la fin du viiie siècle. Quant aux cités des princes du Midi, pleinement indépendants depuis 774, Bénévent, Salerne et Capoue, si leur rayonnement à l’échelle de la Péninsule est surtout régional, elles concentrent elles aussi ces fonctions à l’échelle de leurs principautés1.

2Ce qui fait la capitale, c’est aussi une charge symbolique. Seule Rome dispose pleinement de la tradition historique qui fait indiscutablement d’elle, dans les sources, la caput de l’empire et de l’Église. Mais les poèmes et inscriptions monumentales composés à la louange du prince et de ces cités dans l’Italie des viie-ixe siècles, parce qu’ils évoquent précisément le rapport entre la cité et le souverain, constituent une source privilégiée pour saisir la charge symbolique que peuvent, dans certains contextes, acquérir les cités royales et princières. Ces œuvres affirment la dignité de capitale d’abord en établissant des comparaisons avec Rome, Constantinople et Jérusalem, et les modèles de souveraineté correspondants, l’empire et la royauté d’Israël ; ensuite en affirmant le lien privilégié entre la capitale et le prince qui y accomplit des opérations cruciales pour la nature et l’idéologie de son pouvoir et ne peut le faire que dans celle-ci.

3Une telle élaboration concerne d’abord le royaume du nord, et c’est pour Pavie qu’elle est la plus aboutie ; elle est ensuite reprise dans le Midi, mais avec des originalités certaines et une nette transformation entre viiie et ixe-xe siècles.

*

  • 2 Versus de Verona. Versum de Mediolano civitate, G. B. Pighi éd., Bologne, 1960 (Università degli S (...)

4La première cité siège de la royauté lombarde italienne, Vérone, fait l’objet de Versus de Verona composés au temps du roi carolingien Pépin (796-806). Le poète y affirme que la cité jouit de la résidence régulière du roi (Magnus habitat in te rex Pipinus piissimus, v. 94), mais le titre de gloire essentiel de Vérone est le nombre des reliques qu’elle conserve, bien plus que la présence de Pépin lui-même, et le poète ne mentionne pas le fait qu’elle a été brièvement sedes regia au temps d’Alboin et d’Authari : elle n’a pas à l’échelle du royaume l’importance de Milan et Pavie et n’est pas capitale2.

  • 3 … que precipuo uocatur nomine metropolis, / … ad quam cuncti uenientes presules Ausonie / iuxta no (...)

5Le Versum de Mediolano ciuitate, composé à la fin du règne de Liutprand, entre 739 et 744, affirme la double dignité de Milan. C’est d’abord « la reine des villes et la mère de la patrie » : Hec est urbium regina mater adque patrie (v. 22) et le lieu de l’accession au trône : Sceptrum inde Langobardi principale optinent (v. 52). Le terme sedes, au v. 57, y désigne toutefois la chaire épiscopale : Milan est aussi, en effet, métropole religieuse3.

  • 4 Liutprandum, pium regem, meritis almificum, / cui tantam sanctitatis Xristus dedit gratiam. / Tota (...)
  • 5 D. Harrison, The Early State, op. cit., p. 114.

6À la date du poème, elle est doublement distinguée par la présence de Liutprand, qualifié de saint, et de l’évêque Théodore, membre d’une lignée royale4. Le roi siégeant alors à Pavie5, le poète exagère sa présence, détail qui montre que le lien permanent avec le prince est un critère majeur de la gloire de la ville. Sans que soient employées les expressions caput regni, sedes regia ou leurs équivalents, le Versum s’approche au plus près du concept de capitale en affirmant que l’autorité de Milan rayonne sur tout le royaume : elle est siège de l’association des pouvoirs royal et ecclésiastique, lieu de la distinction chrétienne du pouvoir royal : un roi saint, une même lignée qui fournit roi et évêque. Le Versum établit ainsi un lien étroit entre capitale royale et capitale religieuse.

  • 6 P. Delogu, « Il regno longobardo », dans Storia d’Italia, G. Galasso dir., vol. I, P. Delogu, A. G (...)
  • 7 Rhythmus de synodo Ticinensi, MGH. Poetae Latini Aevi Carolini. T. IV. Fasc. II-III, K. Strecker é (...)
  • 8 Paolo Diacono, Storia dei Longobardi, op. cit., 5, 38-41 p. 284-297 et St. Gasparri, I duchi longo (...)

7Ce lien est déjà mis en évidence, plus tôt, pour Pavie : dans les dernières années du viie siècle, peut-être en 698, le roi Cunipert (679-700) y réunit un concile pour régler le schisme de l’Église d’Aquilée qui refuse d’accepter la condamnation des Trois Chapitres6. L’unique source sur l’événement est un poème commandité par le roi7, qui commence par faire l’éloge de l’œuvre de ses parents et prédécesseurs Aripert (653-661) et Perctarit (661-662 et 672-688) au service de la foi catholique, puis rapporte la répression de la rébellion du duc pro-arien Alahis, entre 688 et 693 (v. 21-25) : Cunipert entre triomphalement à Pavie où Alahis s’était momentanément installé8. Le poème évoque le schisme (v. 26-35), le roi convoque le concile dans l’aula du palais (Aulam ingressi ortodoxi pariter, v. 41), les Aquiléens reconnaissent leur erreur (v. 51-52), puis Cunipert décide que des envoyés porteront la nouvelle de cet accord au pape Serge Ier (687-701) (v. 61-65).

  • 9 Fontis labacro recepere simile,/Nobiscum simul Trinitatem credere / Aquiligenses dissedentes synod (...)
  • 10 Utreque parti rex pius elegere et Ubi resedens papa pius Sergius, Rhythmus, op. cit., v. 61 et 66  (...)
  • 11 La partie conservée de l’épitaphe de Cunipert, quoiqu’inspirée du Rhythmus, ne dit rien du concile (...)

8Le poète inscrit ainsi le concile dans un contexte à court terme de reconquête de Pavie, par Perctarit en 672 puis Cunipert vers 690, de rétablissement de l’autorité royale sur son siège et de renouvellement de l’élimination de l’arianisme. En écrivant qu’Aquilée refuse de « croire avec nous », les catholiques, et que Cunipert souhaite unifier tout le royaume dans la foi catholique, il identifie royaume, identité à la première personne et foi catholique9. La procédure donne au roi le rôle central en faisant reposer sur lui la possibilité d’accord (v. 46-50) ; c’est lui qui prend l’initiative d’annoncer cet accord au pape, tous deux étant mis en parallèle par la construction proche des vers 61 et 6610. C’est enfin par cette action précise de rétablissement de l’unité catholique que le roi obtient le salut (v. 76-80 et 93-95) : le succès du concile est censé apporter faveur divine, solidité et durée à un pouvoir restauré à Pavie. Le concile est donc un épisode décisif de la christianisation de la tradition royale lombarde, au lendemain du retour définitif de rois catholiques au pouvoir11.

9Au v. 38, alors que les autres emplois de sedes, sedere ou resedere concernent le pape et Rome, le poète souligne que le concile est réuni urbi ubi [rex] resedet. Ce qui fait la capitale est donc l’organisation d’un acte de gouvernement crucial pour l’unification religieuse et donc l’avenir du royaume, voulu et dirigé par le roi, dans sa résidence même.

  • 12 Fr. Bougard, « Palais princiers, royaux et impériaux », op. cit., p. 190 ; C. Calderini, « Il pala (...)
  • 13 Marmora cui pretiosa dedit museumq. columnas/Roma caput fidei, N. Everett, Literacy in Lombard Ita (...)
  • 14 G. Dagron, dans Histoire du christianisme, t. 4, op. cit., p. 97-101.
  • 15 C. Calderini interprète le projet de thermes comme un rattachement à la tradition romaine et un si (...)
  • 16 N. Everett, Literacy in Lombard Italy, op. cit., p. 249 ; A. Badini, « La concezione della regalit (...)

10Peu après 729, Liutprand (712-744) fait édifier à Corteolona, à une vingtaine de kilomètres à l’est de Pavie, une résidence royale dotée d’un monastère Saint-Anastase12. Deux inscriptions expriment la grande importance idéologique de cette excroissance rurale de la capitale. La première décrit la fondation de Liutprand comme un sacer labor (v. 5) visant à illustrer les triomphes du peuple lombard (v. 7) ; surtout, elle évoque le remploi de matériaux romains pour l’édification de Saint-Anastase (v. 3-4), établissant ainsi un lien physique direct entre le nouveau palais royal et son monastère et Rome, caput fidei13. La seconde est plus riche et plus explicite : elle commence par évoquer, par le vocabulaire de la chute (cecedit… / Scismatis in foueam recto de culmine Caesar, v. 1-2), la déviance hérétique de l’empereur Léon III l’Isaurien (717-741), qui commence sa première campagne iconoclaste peut-être en 725, au plus tard en 72614. Liutprand décide de faire édifier des thermes avec des éléments de remploi (v. 3-4), décision qui est peut-être déjà une réaction à l’attitude impériale, la démonstration d’un lien privilégié entre le roi et la tradition romaine, alors que l’empereur rompt avec la tradition15. À Rome où il est allé chercher les matériaux, Liutprand fait ses dévotions au chef d’Anastase le Perse conservé au monastère dit « des Ciliciens » ad Aquas Salvias (v. 6) ; le Christ lui inspire de fonder une domus Christi, celle-là même où l’inscription est visible. La suite du texte y met le roi en scène, en situation de prière : Fac precor ut crescat mecum catholicus ordo (v. 13), et le dernier vers compare la présente église au Temple de Jérusalem en demandant que Dieu fasse au roi la même promesse qu’à Salomon : Et templo concede isti ut Salomoni locutus (v. 14)16.

  • 17 Anasatase le Perse est martyrisé le 22 janvier 628 ; la relique de sa tête arrive à Rome entre 628 (...)

11Corteolona est une résidence privée, familiale, où le roi habite personnellement plus qu’il ne siège ex officio ; la présence du roi n’en fait pas à proprement parler une sedes regia. Les inscriptions ancrent néanmoins profondément Corteolona dans la tradition romaine par le remploi de matériaux, par les thermes du premier projet, par la dédicace – nouvelle en milieu lombard – à saint Anastase, l’un des grands saints alors vénérés à Rome17 : tout cela la rattache à la caput fidei et fait d’elle un écho de celle-ci ; elle s’oppose ensuite à Constantinople, lieu de la déviance iconoclaste impériale ; elle se compare enfin à Jérusalem, siège du Temple de Salomon. Le complexe de Corteolona, ses inscriptions et ses sculptures montrent donc la fondation d’une annexe à la capitale qui en intensifie la fonction religieuse et la fait rayonner sur l’ensemble du royaume, qui lie la stabilité de la souveraineté lombarde à celle de la foi catholique orthodoxe et donne à voir cette association. Corteolona acquiert donc un visage comparable à celui de Monza, palais accompagné d’un établissement religieux, fondé par Théodelinde au voisinage de Milan vers 590-600.

12Le règne de Cunipert est marqué par le concile de Pavie et le poème qui en fait part, celui de Liutprand par la fondation du palais de Corteolona et l’opposition à l’iconoclasme impérial : deux moments d’affirmation du rayonnement religieux orthodoxe de Pavie et de remploi de modèles et de matériaux romains antiques, deux moments forts de promotion religieuse et monumentale de Pavie comme capitale, et de son rapprochement avec les deux traditions romaines, antique et pontificale. Corteolona n’est pas une capitale, pas même une ville, mais il n’est pas fortuit qu’un tel déploiement de moyens architecturaux, artistiques, idéologiques et littéraires concerne la résidence voisine de la capitale proprement dite, Pavie : Corteolona est la concrétisation la plus achevée de l’apogée idéologique de la royauté lombarde avec Liutprand. Corteolona n’est pas caput – seule Rome est et reste caput fidei – mais elle joue un rôle-clef pour l’insertion des Lombards et de leur cité royale, Pavie, dans le catholicus ordo dont Rome est la tête : c’est par cette association à Rome et Jérusalem, face à Constantinople, que Corteolona, plus que Pavie encore, devient capitale d’un royaume chrétien dont le roi est défenseur de la foi.

*

  • 18 St. Gasparri, I duchi longobardi, op. cit., no 1, p. 86.
  • 19 P. Delogu, Mito di una città meridionale, op. cit., p. 36-54 ; J.-M. Martin, « Le cas du royaume d (...)
  • 20 Regnator tibi, summe decus, trinominis ille / Hebreae gentis Solymis construxit asylum, Die Gedich (...)
  • 21 Die Gedichte des Paulus Diaconus, op. cit., IV, iii, p. 18-19.

13C’est dès 570 environ, avec le duc Zotton, qu’un pouvoir ducal lombard s’organise dans le Midi, centré sur la cité de Bénévent, dans un rapport de sujétion très lâche au pouvoir royal du nord18. Deux siècles plus tard, le duc de Bénévent Arechis (758-787, prince en 774) fait de l’ancien castrum littoral de Salerne, conquis vers 645, un second centre de la principauté : dans les années 760 sont construits nouvelle enceinte, palais et chapelle palatine Saints-Pierre-et-Paul avec pavage en marbre antique, et Paul Diacre compose trois inscriptions monumentales destinées à ces fondations salernitaines19. La première, un titulus, court au sommet des murs intérieurs de la chapelle ; les sept vers conservés rappellent – comme les inscriptions de Corteolona vers 730 – la fondation du Temple de Jérusalem, reprenant le récit de 1 Rois 6, 20-30 : Salerne est comparée à la plus éminente des capitales religieuses, Jérusalem, sa chapelle au Temple d’Israël, son prince à Salomon20. La deuxième, de quatorze vers, probablement pour les portes de la chapelle, appelle la protection céleste sur Arechis21. La troisième, qui loue les murs de la ville, s’ouvre par une forte image visuelle :

  • 22 Aemula Romuleis consurgunt moenia templis/Ampla procul fessis visenda per aequora nautis, Die Gedi (...)

Rivalisant avec les temples de Rome se dressent les murailles,
De loin elles s’offrent au regard des navigateurs épuisés sur les vastes plaines marines22.

14Les murs offrent asile aux marins exactement comme Arechis luimême est pour son peuple phare et port de repos (v. 20 et 27), thème repris par Paul dans son épitaphe d’Arechis (mort le 26 août 787) :

  • 23 Ornasti patriam doctrinis, moenibus, aulis. / Hinc in perpetuum laus tua semper erit. / Tu requies (...)

Tu as orné la patrie de savoir, de murailles, de palais.
En ces lieux ta louange sera à jamais éternelle.
Toi, tu fus pour les tiens, à la fois, et le repos, et le port, et le salut23.

  • 24 … et ante omnes tu, Benevente, doles. / Nec minus excelsis nuper quae condita muris, / Structorem, (...)

15Un lien thématique étroit est donc établi entre le prince et la cité renaissante où il installe son pouvoir : tous deux, et celle-ci par l’œuvre de celui-ci, offrent la même protection au peuple. Il y a une sympathie particulière entre le prince et son peuple, la cité en est le théâtre, les fondations du prince dans celle-ci en sont la manifestation visible et la concrétisation, ainsi que le titre de gloire future du prince. Dans l’épitaphe, Paul Diacre montre les deux cités pleurer Arechis : Bénévent surtout (v. 32), Salerne ensuite, quoique nec minus (v. 33). Il y a donc une hiérarchie entre les deux : Bénévent est mentionnée la première, son deuil est plus douloureux, car c’est la première capitale des Lombards du Midi. Salerne a toutefois un rapport particulier avec Arechis : il est son fondateur, de cette fondation elle tire son qualificatif de clara (v. 34)24.

  • 25 P. Peduto, « Paolo Diacono e la cappella », op. cit., p. 665 ; c’est d’ailleurs Arechis qui établi (...)
  • 26 Fl. De Rubeis, « La tradizione epigrafica longobarda nei ducati di Spoleto e Benevento », dans I L (...)

16Les inscriptions salernitaines établissent des renvois significatifs à Rome, peut-être via des modèles épigraphiques tardoantiques locaux ou régionaux : l’Arc de Trajan de Bénévent, devenu la Porta Aurea des remparts, ou le titulus composé par Paulin de Nola en l’honneur de saint Félix à Cimitile auquel peut renvoyer celui de la chapelle de Salerne25. Mais le fait le plus significatif est le remploi d’une technique épigraphique très particulière : le titulus de la chapelle palatine est réalisée en grandes lettres de bronze doré fixées dans le marbre, imitation directe du type d’inscriptions qui exprime le plus haut degré de solennité du pouvoir dans l’Antiquité tardive, dont les derniers emplois sont datés de 315 pour Rome, de 425 pour Constantinople26.

  • 27 J. Mitchell, ibid., p. 127.
  • 28 G. P. Brogiolo, « Cividale del Friuli », dans Il futuro dei Longobardi, op. cit., vol. 1, p. 270-2 (...)
  • 29 Fl. de Rubeis, « Le iscrizioni dei re longobardi », dans Poesia dell’Altomedioevo Europeo, op. cit (...)
  • 30 P. Delogu, « Patroni, donatori, commitenti », op. cit., p. 320 ; J. Mitchell, « The display of scr (...)

17Les inscriptions à l’antique qui ornent le Tempietto de Pissignano, un peu au nord de Spolète, peut-être chapelle funéraire de la famille ducale au début du viiie siècle, cherchent elles aussi à donner dignité et prestige à l’antique au pouvoir ducal, sans recourir à cette technique exceptionnelle27. À Cividale, les ducs de Frioul pratiquent un évergétisme plus traditionnel, ainsi la fondation du xenodochium Saint-Jean par le duc Rodoald à la fin du viie siècle28. Par ailleurs, les inscriptions funéraires réalisées autour de la cour de Pavie, et en particulier de Liutprand, dans la première moitié du viiie siècle montrent l’effort de création d’un style lombard propre, caractérisé surtout par une graphie très étirée verticalement, qui ne renvoie pas directement à des modèles antiques. Or, si les épitaphes bénéventaines du ixe siècle adoptent et prolongent cette tradition épigraphique, ce n’est pas à ce modèle que fait puiser Arechis pour l’inscription monumentale du palais de Salerne, dont la chapelle n’est pas funéraire29. Le choix de la technique de l’inscription salernitaine – qui n’est employée que dans deux autres cas connus dans le haut Moyen Âge, pour l’abbatiale de Saint-Vincent du Vulturne dédiée en 808 sous l’abbé Josué (792-817) et à Corvey à la fin du ixe siècle30 – est donc d’une originalité absolue dans les années 760 : la démarche d’Arechis est sans précédent en Occident depuis le ive siècle.

  • 31 H. Belting, « Studien zum beneventanischen Hof im 8. Jahrhundert », Dumbarton Oaks Papers, 16, 196 (...)

18Le poème de Paul Diacre sur les murs de Salerne célèbre le prince comme structor, reparator et auctor (v. 12 et 23), à l’image des empereurs antiques31, mais il exprime aussi une opposition entre Salerne et Rome, explicite dès le tout premier mot, aemula : les temples de la Ville sont fondés par des hommes vénérant les faux dieux (v. 9-12) grâce aux richesses issues du pillage du monde (v. 3-4). Les murs de Salerne, eux, sont fondés grâce aux vertus et à la générosité d’un prince catholique (v. 7-8 et 12-16). Quant à la fragile gloire de Rome, elle a passé (v. 5-6), à la différence de l’éternelle gloire des chrétiens (v. 28-30). Le thème de la Rome païenne caput mundi est donc ici traité de façon négative par une vision noire de la conquête romaine et une opposition entre paganisme et christianisme. Pourtant, derrière cette dénonciation, il y a l’imitation : Arechis veut faire de ses constructions les égales de la grandeur romaine.

19Si l’on rapproche ce poème de la forme choisie pour l’inscription de la chapelle, on conclut à une démarche tout à fait spéciale d’Arechis, une récupération de formes antiques exceptionnelles au service d’une dénonciation de la Rome antique païenne et d’une promotion de Salerne, à l’égal de la Rome chrétienne, caput elle aussi, mais de la principauté lombarde du sud, jouissant d’une dignité et d’un prestige sans précédent dans l’Occident médiéval.

  • 32 J. L. Nelson, « Making a Difference in Eighth-Century Politics : The Daughters of Desiderius », da (...)
  • 33 Fl. De Rubeis, « La tradizione epigrafica in Paolo Diacono », op. cit., p. 153, estime que l’épita (...)

20Vers 700, le poème sur le concile de Pavie exalte la dignité du roi et de Pavie égale à celle du pape et de Rome ; dans les années 730, Corteolona est, grâce à ses marbres romains, sa dédicace à saint Anastase et l’orthodoxie de son roi, un écho de la caput fidei face à l’hérésie impériale ; dans les années 760, Salerne est aemula Romae, et sa chapelle palatine est dédiée à Pierre et Paul. En 787 enfin, une relative romanisation du pouvoir princier est lisible dans l’épitaphe d’Arechis : le mot « Lombard » n’y est jamais employé, alors que Paul Diacre lui-même appelle Arechis culmen Bardorum dans le poème sur les murs de Salerne, et que l’on retrouve fréquemment le terme dans les épitaphes bénéventaines des ixe-xe siècles, comme si la spécificité lombarde n’était pas l’enjeu essentiel de l’épitaphe, où Arechis se rapproche plutôt d’un modèle impérial : il règne sur différents peuples (v. 35-36) ; il est allié à d’autres peuples extérieurs, les Francs de la Saône, les Bavarois du Danube et les Lombards du Pô (v. 37 – il est en effet gendre et beau-frère de ces princes par les mariages des différentes filles du roi Didier)32 ; il faudrait pour le louer les modèles du style latin, Cicéron et Virgile (v. 5-6) ; le tout exprimé dans un vocabulaire parfois archaïsant : flamen, lustrum, patria (v. 16-17 et 22). Ce gommage des spécificités lombardes va beaucoup plus loin que dans le poème sur le concile de Pavie, où le roi restaurateur d’unité prend l’initiative de la réunion d’un concile sur une question dogmatique, à l’imitation des empereurs eux-mêmes, mais reste avant tout roi des Lombards (v. 2 et 22)33.

  • 34 Il y a d’autres preuves de récupération d’éléments romains : Liutprand fonde par exemple à Pavie l (...)
  • 35 Un « centre idéologique » du royaume selon D. Harrison, The Early State, op. cit., p. 115.
  • 36 Roma nominat Papiam et appellat filiam suam. Et sicut Roma coronat imperatorem in ecclesia Sancti (...)
  • 37 Th. Granier, « À rebours des laudes civitatum : les Versus Romae et le discours sur la ville dans (...)

21Les inscriptions salernitaines et l’épitaphe d’Arechis opèrent donc une très forte romanisation de l’image du prince et de la cité, et ce dans la continuité d’une série d’événements : l’unification catholique du royaume à la fin du viie siècle, le développement d’une autorité souveraine dans la première moitié du viiie siècle, la récupération de cette souveraineté au sud au lendemain de 774 préparée par une évolution sensible dès l’avènement d’Arechis en 75834. Dans ces étapes d’importante transformation du pouvoir lombard, les cités jouent un rôle déterminant. Au service de cette évolution idéologique s’opère une récupération d’éléments romains : fondations, reliques d’Anastase, inscriptions en lettres de bronze doré, dédicace aux saints Pierre et Paul. C’est au terme de cette longue tradition que Paul Diacre, chantant l’action d’Arechis, fait de Salerne l’aemula Romae, la seconde capitale des Lombards du Midi. Le Poème sur le concile de Pavie fait clairement de celle-ci une capitale religieuse, siège de l’orthodoxie, à l’égal de Rome35. Une supériorité n’est que suggérée, par l’initiative royale du concile. Il faut attendre les Instituta regalia et ministeria camere regum Longobardorum du xe siècle pour voir clairement exprimer le thème de Pavie « seconde Rome »36. Comparaisons et rivalité avec Rome sont donc plus explicites et plus précoces dans le Midi lombard indépendant que dans le royaume, où elles ne s’expriment que dans le cadre de l’exaltation d’un glorieux passé, longtemps après que le pouvoir lombard souverain y a disparu. C’est donc la référence à la tradition romaine qui s’avère cruciale pour faire de Salerne une capitale, mais ce renvoi est à double sens : récupération des facteurs de prestige, de dignité et d’autorité, mais rivalité plus ou moins explicite. Cette ambivalence du modèle romain, mis à profit mais aussi dénoncé, se retrouve dans l’opposition radicale entre le pamphlet contre Rome, capitale déchue et abandonnée par ses empereurs, dans les Versus Romae peut-être composés en Italie du sud entre 878 et 882, et la glorification de la capitale du monde, terreur guerrière foudroyant les nations du globe sous le pontificat de Serge III (904-911) sous la plume du poète Eugenius Vulgarius37. Ainsi la romanisation de l’image du prince est-elle incomplète et sélective, s’accompagnant de la dénonciation de l’imperium antique et du prestige flétri de la Ville dans l’un des poèmes de Paul Diacre.

  • 38 H. Belting, « Studien zum beneventanischen Hof », op. cit. [qui fait toutefois de Sainte-Sophie la (...)
  • 39 P. Delogu, Mito di una città meridionale, op. cit., p. 27 et n. 56.
  • 40 Translatio sancti Mercurii (BHL 5936), G. Waitz éd., MGH. Scriptores Rerum Langobardicarum et Ital (...)
  • 41 Cl. Azzara, « Il ducato di Benevento e l’eredità del regno dei Longobardi », article disponible en (...)

22Le centre traditionnel des Lombards du Midi, Bénévent, est le théâtre d’une fondation essentielle pour le pouvoir méridional et son idéologie, celle de Sainte-Sophie, édifiée à partir de 758 et dotée de reliques en 768 par Arechis. Il ne s’agit pas d’une église palatine, celle-ci, Saint-Sauveur, n’apparaissant qu’au xe siècle38. La fondation de Sainte-Sophie fait délibérément référence à Justinien et Constantinople, ce que les sources disent clairement : dans son Histoire des Lombards de Bénévent de la fin du ixe siècle, l’historien Erchempert reprend, pour rapporter la fondation d’Arechis, le vocabulaire de Paul Diacre narrant la fondation de Justinien dans son Histoire des Lombards, un passage qui déjà reprend celui de sa propre Histoire romaine. Adelperge, l’épouse d’Arechis, étant la dédicataire de cette dernière œuvre, la signification idéologique de la fondation constantinopolitaine est bien connue dans le milieu princier lombard39. L’imitation de Justinien est ensuite rappelée par les récits des transferts de reliques à Sainte-Sophie : la Translation de saint Mercure et le poème d’Alfan de Salerne (1058-1085) sur le transfert des Douze Frères Martyrs40. Les actions particulières d’Arechis à Bénévent et Salerne montrent, avant même la prise de Pavie en 774 et l’accession à la souveraineté qui en découle, la volonté d’affirmer une tradition princière méridionale propre, chargée d’éléments romains et byzantins, et ne reposant donc pas uniquement sur la tradition royale du nord41.

  • 42 Aurea nam Capua sine principe desiit esse ; / Ticinum geminum, heu, viduata manens / Iudicibus tum (...)

23Un peu plus d’un siècle après les fondations d’Arechis, le lien éminent entre Bénévent et son prince est spécialement loué dans le poème dédicatoire de l’Histoire d’Erchempert au prince Aion de Bénévent (884-890), daté de 885 ou 889-890, chacune de ces deux dates correspondant à une double restauration du pouvoir lombard, à Capoue et à Bénévent, et à la restauration de l’autorité bénéventaine sur Capoue. C’est en effet ce thème que développe le poème : Bénévent, « jumelle de Pavie » (Ticinum geminum, v. 10), gémissait, privée de ses princes ou soumise à des tyrans (v. 10-14). Mais voici que se lève une lumière nouvelle : Capoue a retrouvé un prince et Bénévent accueille son nourricier (v. 9 et 15-16), la principauté est réunie sous la protection de Dieu (v. 21-22). La fin du poème développe les thèmes religieux : joie des chrétiens (v. 17-20) sous le pieux prince qui, guidé par Dieu, la Vierge, les apôtres et les saints (v. 27-28), obtient la victoire (v. 29) et arrache le peuple chrétien à la domination des païens (v. 25-26). Le poète conclut en associant au constat du règne présent (v. 31-32) le souhait de l’entrée du prince au royaume des cieux (v. 30)42.

24Erchempert fait de Bénévent l’héritière naturelle de Pavie et célèbre sa domination sur l’autre cité de la principauté, Capoue (à cette date, Salerne est siège d’une principauté distincte), établissant une hiérarchie entre les villes, critère essentiel du rang de capitale : c’est la restauration de la souveraineté lombarde chrétienne méridionale à Bénévent qui rend à celle-ci son rang de capitale et fournit à l’historien l’occasion de l’achèvement de son œuvre. Bénévent est alors explicitement rattachée à Pavie, elle est sa « jumelle » et de fait désormais sa remplaçante.

  • 43 Vita Barbati episcopi Beneventani (BHL 973), MGH. SRLI, op. cit., p. 555-563 ; Th. Granier, « Évêq (...)
  • 44 Ch. Wickham, Early Medieval Italy. Central power and local society 400-1000, Londres-Basingstoke, (...)

25À la fin du ixe ou au xe siècle, la Vie de l’évêque Barbat de Bénévent (663-682), contemporain du roi Grimoald (662-671) et de son fils le duc Romuald de Bénévent (662-687), renchérit notablement sur ce thème en faisant état de l’achèvement de la conversion des Lombards du Midi, et surtout de leur duc, et de la refondation d’un évêché à Bénévent, avec Barbat pour titulaire : la conversion est indissociable de la restauration du siège épiscopal de la cité méridionale43. De plus, conversion et refondation sont contemporaines du règne du dernier roi arien, Grimoald44, et antérieures de trente à quarante ans au concile de Pavie : la Vie revendique donc un achèvement de la conversion des Lombards du sud parallèle, voire antérieur, à l’unification religieuse de l’Italie du nord. Bénévent dispose ainsi d’une tradition de capitale religieuse orthodoxe équivalente à celle de la Pavie du Rhythmus de synodo, et ceci au moment où elle est siège d’une principauté souveraine et alors que le poème dédicatoire d’Erchempert rappelle la gémellité avec Pavie.

  • 45 P. Delogu, Mito di una città meridionale, op. cit., p. 35-36.

26Il existe donc une tradition lombarde qui va de Cunipert à Aion en passant par Liutprand et Arechis selon laquelle le prince et sa cité sont le centre de l’orthodoxie et du pouvoir souverain orthodoxe, tradition qui fait de cette cité la gardienne de la foi et la promeut donc au rang des capitales historiques, Jérusalem, Rome et Constantinople. Au cœur de cette tradition, avec le palais qui renouvelle son rôle de centre du pouvoir, avec Sainte-Sophie qui manifeste la complète christianisation du pouvoir et du peuple, Bénévent devient, avec Arechis, pôle religieux des Lombards du Midi : elle ajoute à son statut réel de siège fixe et permanent du pouvoir les caractères symboliques de la capitale45 ; elle les retrouve à la fin du ixe siècle selon Erchempert.

27Pour Arechis vers 760, alors qu’il existe un pouvoir royal lombard légitime centré sur une capitale, Pavie, la référence romaine et byzantine qui fait de Salerne et de Bénévent des capitales est facteur d’originalité et d’indépendance dans le cadre large d’une identité lombarde commune. Ce n’est plus le cas aux ixe-xe siècles : la souveraineté des Lombards du Midi, effective, n’est plus à démontrer ou à défendre ; le modèle romain et impérial n’est plus nécessaire, mais au contraire dangereux dans un contexte qui est celui de la défense du particularisme lombard face à l’Empire, carolingien puis ottonien, et Rome, alors plus envahissants et menaçants. L’affirmation d’une originalité par rapport à Pavie n’est plus nécessaire ; c’est au contraire, face au pouvoir postcarolingien du nord, la revendication de l’identité lombarde qui est déterminante : ce ne sont plus les traditions romaines et byzantines qui, au viiie siècle, différencient Bénévent et Salerne de Pavie qui sont célébrées ; Bénévent est maintenant capitale parce que « jumelle de Pavie » et dotée d’une tradition religieuse presque exactement parallèle à celle de la Pavie du Rhythmus de synodo Ticinensi. Ainsi les éléments symboliques qui font de Bénévent une capitale sont-ils radicalement différents au viiie et aux ixe-xe siècles.

  • 46 Chronica sancti Benedicti Casinensis, G. Waitz éd., MGH. SRLI, op. cit., p. 467-489, ici p. 474, l (...)
  • 47 Hic decus Ausoniae urbis et hic regimen /… Nam Capuam ingrediens Ottonia cuspide pellens / Agmina, (...)

28Si Salerne et Bénévent se comparent à l’ancienne ou à la nouvelle Rome ou rivalisent avec elle, c’est grâce à l’action particulière du prince : à Bénévent, Arechis fonde Sainte-Sophie, en imitation directe de la fondation de Justinien à Constantinople ; à Salerne, il est à l’origine de tout un ensemble architectural et artistique qui fait de la nouvelle capitale l’« émule », à tous les sens du terme, de Rome. Le cas de la troisième cité lombarde du Midi, Capoue, est différent : c’est depuis l’Antiquité que celle-ci jouit d’une tradition de comparaison à Rome. Elle est refondée, avec de nouveaux remparts, sur un site voisin de l’emplacement antique, en 856, et une inscription placée sur ces remparts rappelle la qualification cicéronienne de « seconde Rome », mais l’essentiel des monuments antiques est sur l’ancien site, il n’y a pas de programme princier particulier de construction, et Capoue n’est pas le siège d’un prince éminent au moment de la composition de l’inscription : il faut attendre 887 pour voir l’avènement, avec Atenolf, d’un prince unificateur du pouvoir capouan46. C’est plus tard, dans l’épitaphe de Landolf V de Sant’Agata, prince de Capoue, mort le 24 juillet 1007, que l’on trouve une rare et tardive évocation d’un pouvoir princier centré sur Capoue en tant que capitale : « Il fut l’honneur de l’Ausonie et le souverain de la ville » (v. 4) ; « Entrant dans Capoue, en chassant par les armes les troupes d’Otton,/Il en fit un refuge pour le Latium » (v. 11-12)47.

  • 48 P. Arthur, Naples, from Roman town to city-state. An archaeological perspective, Rome, 2002 (Archa (...)
  • 49 N. Cilento, « La Chiesa di Napoli nell’Altomedioevo », dans Storia di Napoli, E. Pontieri dir., vo (...)
  • 50 Vita et Translatio s. Athanasii Neapolitani episcopi (BHL 735 e 737). Sec. IX, A. Vuolo éd., Rome, (...)

29Un telle glorification de la capitale princière n’a pas son équivalent à Naples, pourtant véritable ville, chef-lieu d’un duché indépendant dont elle est le siège unique, fixe et permanent48. Le duc y fonde des institutions religieuses aux viiie-xe siècles, et plusieurs abbesses apparentées à sa famille se succèdent à la tête de deux monastères entre le viiie et le xiie siècle49, mais jamais Naples n’est célébrée comme capitale ducale dans les sources locales ; il n’y a pas de rapport privilégié entre la dignité de la ville et le duc : ce sont les églises, les évêques, les vertus chrétiennes des habitants et, surtout, les saints qui lui assurent protection et pérennité, non le duc50.

30Cette particularité tient à la nature de son pouvoir : indépendant de fait depuis le milieu du ixe siècle, il n’est pas souverain et reste théoriquement le délégué de l’Empire byzantin. Il ne bénéficie pas de l’événement fondateur que constitue pour le pouvoir bénéventain la disparition de la royauté lombarde en 774. Alors que Naples présente des caractères urbains bien plus développés que ceux de Bénévent et de Salerne, le rapport toujours subordonné de son duc à une souveraineté extérieure l’empêche d’être capitale. C’est parce que les princes de Bénévent sont non seulement indépendants, mais souverains à partir de 774, qu’ils peuvent reprendre à leur compte la tradition, élaborée autour de Pavie et de Corteolona, d’expression et de célébration de cette souveraineté dans le lien privilégié entre le prince et sa capitale.

*

31Certes, les quelques poèmes ici étudiés, éloignés dans le temps et l’espace, ne sont que des détails dans le processus général de développement de l’idéologie du pouvoir lombard, processus qui ne met pas en jeu que les capitales. Louange, épitaphe, inscription monumentale, ils sont de type et de portée différents. Le cas de Bénévent dans le poème d’Erchempert est plus tardif, celui de Salerne se distingue par des inscriptions particulières, celui de Corteolona est le cas exemplaire, le plus achevé… mais elle n’est pas stricto sensu capitale : il n’y a donc pas un modèle unique – politique, architectural et littéraire – de promotion de la capitale lombarde.

32Certes, aussi, la tradition lombarde de la capitale – royale, ducale et princière – emprunte abondamment à d’autres traditions – biblique, romaine et chrétienne – qui se sont déjà, auparavant, en partie fondues dans l’idéologie impériale chrétienne. La poésie d’éloge et dédicatoire obéit à des modèles traditionnels de forme et de contenu et les cas étudiés ne présentent pas forcément une grande originalité.

  • 51 Plus largement, D. Harrison, The Early State, op. cit., affirme que les villes sont l’un des outil (...)
  • 52 Corteolona, l’une des principales résidences des Carolingiens en Italie du Nord aux viiie-ixe sièc (...)

33De ces poèmes se dégage toutefois le fait que certaines cités sont le lieu de transformations décisives du pouvoir lombard et de son idéologie, lieu en particulier de la maturation de l’idée de souveraineté, qui passe par l’adoption de caractères chrétiens par un pouvoir non sacré ; c’est cela qui les fait entrer dans la continuité de Jérusalem, Rome et Constantinople et fait d’elles des capitales. Qu’elles sont l’un des moyens utilisés pour élaborer une souveraineté et une idéologie chrétienne de celle-ci : une souveraineté au service de l’orthodoxie de la foi, précisément ancrée dans une capitale où le prince fonde ou restaure simultanément, de façon privilégiée et spectaculaire, la souveraineté et l’orthodoxie ; si la cité princière acquiert la charge symbolique qui fait d’elle une capitale, c’est avant tout parce que son prince est chrétien et y exerce les composantes chrétiennes de son pouvoir. Qu’elles sont le théâtre de l’imitation de pratiques romaines, la clef de la récupération de modèles romains, décisifs dans ce développement de la souveraineté51. Que les ducs et princes lombards puisent tôt, dès le début du viiie siècle, à cette tradition déjà en grande partie élaborée autour du roi et de sa capitale, Pavie, dès la fin du viie siècle, et qu’ils l’imitent dans les chefs-lieux des grands duchés périphériques : Spolète et Bénévent, mais également Salerne, et Cividale de Frioul dans une moindre mesure. Qu’enfin cette évolution idéologique est de plusieurs décennies antérieure à la promotion d’Aix-la-Chapelle à un rang comparable de siège permanent du pouvoir où le roi sacré, chef de l’Église et guide du peuple chrétien, siège seul face au Christ52.

Notes

1 Fr. Bougard, « Palais princiers, royaux et impériaux dans l’Italie carolingienne et ottonienne », dans Palais royaux et princiers au Moyen Âge. Actes du Colloque international tenu au Mans les 6-7 et 8 octobre 1994, A. Renoux dir., Le Mans, 1996, p. 181-196 ; id., « Public power and authority », dans Italy in the Early Middle Ages. 476-1000, Cr. La Rocca dir., Oxford, 2002 (The Short Oxford History of Italy), p. 34-58, ici p. 45-46 ; P. Delogu, Mito di una città meridionale (Salerno, secoli VIII-XI), Naples, 1977 (Nuovo Medioevo, 2) ; D. Harrison, The Early State and the towns. Forms of integration in Lombard Italy (568-774), Lund, 1993, p. 62, 115 et 150-154 ; J.-M. Martin, « Palais princiers, royaux et impériaux en Italie méridionale et en Sicile (viiie-xive siècles) », dans Palais royaux et princiers au Moyen Âge, op. cit., p. 173-180 ; id., « Le cas du royaume de Sicile : traditions et influences occidentales », dans Les palais dans la ville. Espaces urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale, P. Boucheron et J. Chiffoleau dir., Lyon, 2004 (Collection d’Histoire et d’Archéologie Médiévales, 13), p. 77-93 ; L. Pani Ermini, « Lo spazio urbano delle città capitali », dans Ravenna da capitale imperiale a capitale esarcale. Atti del XVII Congresso internazionale di studio sull’Alto Medioevo. Ravenna, 6-12 giugno 2004, 2 vol., Spolète, 2005 (CISAM. Atti dei Congressi, XVII), vol. 2, p. 1003-1057 + 26 pl. h.-t. ; A. Peroni, « Pavia « capitale longobarda ». Testimonianze archeologiche e manufatti artistici », dans I Longobardi e la Lombardia. Saggi [catalogue d’exposition], Milan, 1978, p. 103-120 ; H. Taviani-Carozzi, Salerno longobarda : una capitale principesca, dans Ead., B. Vetere et A. Leone, Salerno nel Medioevo, Galatina, 2000 (Le città del Mezzogiorno medievale, 3), p. 5-53 et P. Vaccari, « Pavia nell’Alto Medioevo », dans La città nell’Alto Medioevo, Spolète, 1959 (CISAM. Settimane, VI), p. 151-192.

2 Versus de Verona. Versum de Mediolano civitate, G. B. Pighi éd., Bologne, 1960 (Università degli Studi di Bologna. Facoltà di Lettere e Filosofia. Studi pubblicati dall’Istituto di Filologia Classica, VII), texte p. 152-154, ici v. 94 p. 154.

3 … que precipuo uocatur nomine metropolis, / … ad quam cuncti uenientes presules Ausonie / iuxta normam instrountur senotali canone, Versum de Mediolano ciuitate, Fr. Glorie éd., Itineraria et alia geographica, Turnhout, 1965 (CCSL, 175), p. 369-377, ici v. 23 et 26-27 p. 375.

4 Liutprandum, pium regem, meritis almificum, / cui tantam sanctitatis Xristus dedit gratiam. / Totam urbem presul magnus ornauit Theodorus, / ueniens benigne natus de regali germine, / quem ad sedem raptat trahens pro amore populus, Versum de Mediolano ciuitate, op. cit., v. 53-57 p. 376.

5 D. Harrison, The Early State, op. cit., p. 114.

6 P. Delogu, « Il regno longobardo », dans Storia d’Italia, G. Galasso dir., vol. I, P. Delogu, A. Guillou et Gh. Ortalli, Longobardi e Bizantini, Turin, 19801, 19952, p. 1-216, ici p. 115 et P. Riché, dans Histoire du christianisme, J.-M. Mayeur, Ch. et L. Pietri, A. Vauchez et M. Venard dir., t. 4, Évêques, moines et empereurs (610-1054), G. Dagron, P. Riché et A. Vauchez dir., Paris, 1993, p. 607-682, ici p. 637-638. Dans l’Histoire des Lombards, Paul Diacre affirme que le schisme est réglé par un concile tenu à Aquilée : Paolo Diacono, Storia dei Longobardi, L. Capo éd., Rome-Milan, 19921, 20036 (Fondazione L. Valla. Scrittori Greci e Latini), 6, 14 p. 316-319 et commentaire p. 571-572. Ch.-J. Hefele, Histoire des conciles d’après les documents originaux, H. Leclercq trad., t. III-1, Paris, 1909, p. 156, suit le récit de Paul Diacre et ignore absolument le concile de Pavie.

7 Rhythmus de synodo Ticinensi, MGH. Poetae Latini Aevi Carolini. T. IV. Fasc. II-III, K. Strecker éd., Berlin, 1923, no CXLV p. 728-731 ; N. Everett, Literacy in Lombard Italy, c. 568-774, Cambridge, 2003 (Cambridge Studies in Medieval Life and Thought. Fourth Series, 53), p. 286 et n. 39 et M. Kamptner, « “Scripsi per prosa” » (Stefanus, Rhythmus de Synodo Ticinensi, MGH Poet. IV/2, p. 728-731) », dans Poesia dell’Altomedioevo Europeo : manoscritti, lingua e musica dei ritmi latini. Atti delle euroconferenze per il Corpus dei ritmi latini (IV-IX sec.), Arezzo 6-7 novembre 1998 e Ravello 9-12 settembre 1999, Fr. Stella éd., Tavarnuzze, 2000 (Millennio Medievale, 22. Atti di Convegni, 5), p. 187-195.

8 Paolo Diacono, Storia dei Longobardi, op. cit., 5, 38-41 p. 284-297 et St. Gasparri, I duchi longobardi, Rome, 1978, (ISIME. Studi storici [32], Fasc. 109), no 6 p. 47.

9 Fontis labacro recepere simile,/Nobiscum simul Trinitatem credere / Aquiligenses dissedentes synodum / Quinta, qui totus concordat cum quattuor, / Una tempnentes rei facti omnium. / Fides ut esset in tota Hesperia / Coadunata, advocari praecepit/Rex Cunincpertus urbi, ubi resedet, / Ticino dicta ab amne, qui confluet, / Proprio gerens Papia vocabolum, Rhythmus, op. cit., v. 31-40 p. 729.

10 Utreque parti rex pius elegere et Ubi resedens papa pius Sergius, Rhythmus, op. cit., v. 61 et 66 p. 730.

11 La partie conservée de l’épitaphe de Cunipert, quoiqu’inspirée du Rhythmus, ne dit rien du concile ni de la capitale : Fl. de Rubeis, « Le forme dell’epigrafia funeraria longobarda », dans Il futuro dei Longobardi. L’Italia e la costruzione dell’Europa di Carlo Magno [catalogue d’exposition], C. Bertelli et G. P. Brogiolo éd., 2 vol., Milan, 2000, vol. 1, p. 135-145, ici ph. 89, p. 142 et notice 213 p. 144 ; Ead., « La tradizione epigrafica in Paolo Diacono », dans Paolo Diacono. Uno scrittore fra tradizione longobarda e rinnovamento carolingio. Atti del Convegno Internazionale di Studi, Cividale del Friuli – Udine, 6-9 maggio 1999, P. Chiesa éd., Udine, 2000 (Libri e Biblioteche, 9), p. 139-162, ici p. 147-148. Le concile est par ailleurs contemporain d’une rupture entre Rome et Constantinople avec le refus de Serge Ier de ratifier les Actes du concile de Constantinople de 691-692 : G. Dagron et P. Riché, dans Histoire du christianisme, t. 4, op. cit., p. 60-61 et 648.

12 Fr. Bougard, « Palais princiers, royaux et impériaux », op. cit., p. 190 ; C. Calderini, « Il palazzo di Liutprando a Corteolona », dans Contributi dell’Istituto di Archeologia, 5, Milan, 1975 (Pubblicazioni dell’Università Cattolica del Sacro Cuore. Scienze Storiche, 10), p. 174-203 + 4 pl. ; R. Cassanelli, « Un frammento scultoreo di età longobarda dal palazzo liutprandeo di Corteolona », dans « Ubi palatio dicitur ». Residenze di re e imperatori in Lombardia, M. David éd., Cinisello Balsamo, 1999, p. 85-87 [je remercie très vivement la Dottoressa Laura Pelissetti, Directrice des Publications du Centro di Documentazione Storica de Cinisello Balsamo (MI), de m’avoir fait parvenir cette publication] et D. Harrison, The Early State, op. cit., p. 64.

13 Marmora cui pretiosa dedit museumq. columnas/Roma caput fidei, N. Everett, Literacy in Lombard Italy, op. cit., p. 248-254, texte des inscriptions p. 249.

14 G. Dagron, dans Histoire du christianisme, t. 4, op. cit., p. 97-101.

15 C. Calderini interprète le projet de thermes comme un rattachement à la tradition romaine et un signe du prestige très particulier de cette résidence, confirmé par la qualité des sculptures retrouvées : « Il palazzo di Liutprando a Corteolona », op. cit., p. 179.

16 N. Everett, Literacy in Lombard Italy, op. cit., p. 249 ; A. Badini, « La concezione della regalità in Liutprando e le iscrizioni della chiesa di S. Anastasio a Corteolona », dans Longobardi e Lombardia : aspetti di civiltà longobarda. Atti del VI Congresso Internazionale di Studi sull’Alto Medioevo. Milano, 21-25 ottobre 1978, 2 t., Spolète, 1980 (CISAM. Atti dei Congressi, VI), t. 1, p. 283-302, ici p. 292. Le renvoi est à 1 Rois 9, 1-9 : Dieu déclare avoir exaucé la prière de Salomon et sanctifié le Temple et promet d’assurer la descendance du roi et le pouvoir de celle-ci si tous lui obéissent fidèlement.

17 Anasatase le Perse est martyrisé le 22 janvier 628 ; la relique de sa tête arrive à Rome entre 628/631 et 650, peut-être à l’initiative du pape Théodore (642-649) : J.-M. Sansterre, Les moines grecs et orientaux à Rome aux époques byzantine et carolingienne (milieu du vie siècle-fin du ixe siècle), 2 vol., Bruxelles, 19831, 19932, (Académie royale de Belgique. Mémoires de la classe des Lettres, in-8°, 2e série, 66, 1, 1983), vol. 1, p. 13-16 et 147-149 et A. Badini, « La concezione della regalità in Liutprando », op. cit., p. 291.

18 St. Gasparri, I duchi longobardi, op. cit., no 1, p. 86.

19 P. Delogu, Mito di una città meridionale, op. cit., p. 36-54 ; J.-M. Martin, « Le cas du royaume de Sicile », op. cit., p. 84 ; J. Mitchell, « The display of script and the uses of painting in Longobard Italy », dans Testo e immagine nell’Alto Medioevo, 2 t., Spolète, 1994 (CISAM. Settimane, 41), t. 2, p. 887-954 + 53 pl., ici p. 895-898 et H. Taviani-Carozzi, Salerno longobarda : una capitale principesca, op. cit., p. 6-20.

20 Regnator tibi, summe decus, trinominis ille / Hebreae gentis Solymis construxit asylum, Die Gedichte des Paulus Diaconus, K. Neff éd., Munich, 1908 (Quellen und Untersuchungen zur lateinischen Philologie des Mittelalters, 3, 4), ici IV, ii, v. 4-5, p. 18 ; P. Delogu, « Patroni, donatori, commitenti nell’Italia meridionale longobarda », dans Committenti e produzione artistico-letteraria nell’Alto Medioevo occidentale, 2 t., Spolète, 1992 (CISAM. Settimane, 39), t. 1, p. 303-339, ici p. 320-323 ; P. Peduto, « Paolo Diacono e la cappella palatina di Salerno », dans Paolo Diacono e il Friuli altomedievale (secc. VI-X). Atti del XIV Congresso internazionale di studi sull’Alto Medioevo. Cividale del Friuli – Bottenicco di Moimacco 24-29 settembre 1999, 2 t., Spolète, 2001 (CISAM. Atti dei Congressi, XIV), t. 2, p. 655-670 + 11 pl.

21 Die Gedichte des Paulus Diaconus, op. cit., IV, iii, p. 18-19.

22 Aemula Romuleis consurgunt moenia templis/Ampla procul fessis visenda per aequora nautis, Die Gedichte des Paulus Diaconus, op. cit., IV, i, p. 14-18, ici v. 1-2 p. 15 ; traduction dans H. Taviani-Carozzi, La principauté lombarde de Salerne ( ixe-xie siècle). Pouvoir et société en Italie lombarde méridionale, 2 vol., Rome, 1991 (Collection de l’EFR, 152), vol. 1, p. 29 ; cette inscription peut orner les remparts ou former une frise au sommet des murs extérieurs du palais : P. Peduto, « Paolo Diacono e la cappella », op. cit., p. 661.

23 Ornasti patriam doctrinis, moenibus, aulis. / Hinc in perpetuum laus tua semper erit. / Tu requiesque tuis portusque salusque fuisti, Die Gedichte des Paulus Diaconus, op. cit., XXXV, p. 143-149, ici v. 25-27, p. 147-148.

24 … et ante omnes tu, Benevente, doles. / Nec minus excelsis nuper quae condita muris, / Structorem, orba, tuum, clara Salerne, gemis, ibid., v. 32-34, p. 148 ; on trouve une semblable évocation de la douleur dans l’épitaphe de Cunipert : Fl. De Rubeis, « La tradizione epigrafica in Paolo Diacono », op. cit., p. 153-154.

25 P. Peduto, « Paolo Diacono e la cappella », op. cit., p. 665 ; c’est d’ailleurs Arechis qui établit la domination lombarde sur Nola et Cimitile : C. Ebanista, « Cimitile in età longobarda », dans Società multiculturali nei secoli V-IX. Scontri, convivenza, integrazione nel Mediterraneo occidentale. Atti delle VII giornate di studio sull’età romanobarbarica. Benevento, 31 maggio-2 giugno 1999, M. Rotili éd., Naples, 2001, p. 287-320.

26 Fl. De Rubeis, « La tradizione epigrafica longobarda nei ducati di Spoleto e Benevento », dans I Longobardi dei ducati di Spoleto e Benevento. Atti del XVI Congresso internazionale di studi sull’Alto Medioevo. Spoleto, 20-23 ottobre 2002 – Benevento, 24-27 ottobre 2002, 2 t., Spolète, 2003, (CISAM. Atti dei Congressi, XVI), t. 1, p. 481-506 + 9 pl., ici p. 491 ; J. Mitchell, « Le iscrizioni dedicatorie su edifici », dans Il futuro dei Longobardi, op. cit., vol. 1, p. 127-131, ici ph. 81 et notice 202, p. 130-131.

27 J. Mitchell, ibid., p. 127.

28 G. P. Brogiolo, « Cividale del Friuli », dans Il futuro dei Longobardi, op. cit., vol. 1, p. 270-277, ici p. 270 ; St. Gasparri, I duchi longobardi, op. cit., no 11, p. 68 ; C. Jäggi, « Il Tempietto di Cividale nell’ambito dell’architettura altomedievale in Italia », dans Paolo Diacono e il Friuli altomedievale, op. cit., t. 1, p. 407-427 + 7 pl. et S. Lomartire, « I tituli dipinti del Tempietto longobardo di Cividale », ibid., t. 2, p. 455-491 + 12 pl.

29 Fl. de Rubeis, « Le iscrizioni dei re longobardi », dans Poesia dell’Altomedioevo Europeo, op. cit., p. 223-237 ; Ead., « La tradizione epigrafica in Paolo Diacono », op. cit., p. 150-151 et 155 et N. Everett, Literacy in Lombard Italy, op. cit., p. 275.

30 P. Delogu, « Patroni, donatori, commitenti », op. cit., p. 320 ; J. Mitchell, « The display of script », op. cit., p. 895-898 et 917-918 et ID., « Le iscrizioni dedicatorie su edifici », op. cit.

31 H. Belting, « Studien zum beneventanischen Hof im 8. Jahrhundert », Dumbarton Oaks Papers, 16, 1962, p. 141-193, ici p. 171.

32 J. L. Nelson, « Making a Difference in Eighth-Century Politics : The Daughters of Desiderius », dans After Rome’s Fall. Narrators and Sources of Early Medieval History. Essays presented to W. Goffart, A. Callander Murray éd., Toronto-Buffalo-Londres, 1998, p. 171-190.

33 Fl. De Rubeis, « La tradizione epigrafica in Paolo Diacono », op. cit., p. 153, estime que l’épitaphe fait d’Arechis l’héritier direct de la tradition royale lombarde : pas seulement, donc, Paul Diacre allant bien au-delà.

34 Il y a d’autres preuves de récupération d’éléments romains : Liutprand fonde par exemple à Pavie le monastère Saint-Pierre au Ciel d’Or : D. Vicini, M. Spini et D. Tolomelli, « Pavia capitale del regno », dans Il futuro dei Longobardi, op. cit., vol. 1, p. 236-251, ici p. 239.

35 Un « centre idéologique » du royaume selon D. Harrison, The Early State, op. cit., p. 115.

36 Roma nominat Papiam et appellat filiam suam. Et sicut Roma coronat imperatorem in ecclesia Sancti Petri cum papa suo, ita Papia cum episcopo suo coronat regem in ecclesia Sancti Michaelis Maioris, Die « Honoratie civitatis Papie », C. Brühl et C. Violante éd., Cologne-Vienne, 1983, p. 17, l. 8-10 et O. Capitani, « L’immagine urbana nelle fonti narrative altomedievali », dans Imago urbis. L’immagine della città nella storia d’Italia. Atti del Convegno internazionale (Bologna, 5-7 settembre 2001), Fr. Bocchi et R. Smurra éd., Rome, 2003, p. 251-270, ici p. 252.

37 Th. Granier, « À rebours des laudes civitatum : les Versus Romae et le discours sur la ville dans l’Italie du haut Moyen Âge », dans Le médiéviste devant ses sources. Questions et méthodes. Séminaire Sociétés, Idéologies et Croyances au Moyen Âge, Cl. Carozzi et H. Taviani-Carozzi dir., Aix-en-Provence, 2004 (Le Temps de l’Histoire), p. 131-154 ; H. Hofmann, « Roma caput mundi ? Rom und Imperium romanum in der literarischen Diskussion zwischen Spätantike und dem 9. Jahrhundert », dans Roma fra Oriente e Occidente, 2 t., Spolète, 2002 (CISAM. Settimane, 49), t. 1 p. 493-559, ici p. 496-497 et Fr. Stella, « Roma antica nella poesia mediolatina. Alterità e integrazione di un segno poetico », dans Roma antica nel Medioevo. Mito, rappresentazioni, sopravvivenze nella « Respublica christiana » dei secoli IX-XIII. Atti della XIV Settimana Internazionale di Studio. Mendola, 24-28 agosto 1998, Milan, 2001 (Storia. Ricerche), p. 277-308, ici p. 281. Roma caput mundi, rerum suprema potestas,/Terrarum terror, fulmen quod fulminat orbem,/Regnorum cultus, bellorum vivida virtus, / Immortale decus solum, haec urbs super omnes, Eugenii Vulgarii sylloga, MGH. Poetae Latini Aevi Carolini. T. IV. Fasc. I, P. Von Winterfeld éd., Berlin, 1899, p. 406-444, ici XXXVIII, p. 440, v. 1-4.

38 H. Belting, « Studien zum beneventanischen Hof », op. cit. [qui fait toutefois de Sainte-Sophie la chapelle palatine] ; M. Brozzi, C. Calderini et M. Rotili, Les Lombards, La-Pierre-Qui-Vire, 1981 (Les Formes de la Nuit), p. 209-212 ; P. Delogu, Mito di una città meridionale, op. cit., p. 15-36 ; ID., « Patroni, donatori, commitenti nell’Italia meridionale longobarda », op. cit., p. 310 ; J.-M. Martin, « Palais princiers, royaux et impériaux en Italie méridionale », op. cit., p. 173 et M. Rotili, « Una città d’età longobarda : Benevento », dans I Longobardi [catalogue d’exposition], G. C. Menis éd., Milan, 19901, 19922, p. 131-143, ici p. 133.

39 P. Delogu, Mito di una città meridionale, op. cit., p. 27 et n. 56.

40 Translatio sancti Mercurii (BHL 5936), G. Waitz éd., MGH. Scriptores Rerum Langobardicarum et Italicarum, Hanovre, 1878 [MGH. SRLI], p. 576-578, ici c. 1, p. 576 l. 32-p. 577 l. 1 ; Translatio Duodecim Martyrum (BHL 2300), ibid., p. 574-576, ici v. 70-72 p. 575 ; A. Vuolo, « Agiografia beneventana », dans Longobardia e Longobardi nell’Italia meridionale : le istituzioni ecclesiastiche. Atti del 2 ° Convegno internazionale di studi promosso dal Centro di Cultura dell’Università Cattolica del Sacro Cuore. Benevento, 29-31 maggio 1992, G. Andenna et G. Picasso éd., Milan, 1996 (Bibliotheca Erudita. Studi e documenti di Storia e Filologia, 11. Dipartimento di Studi Medioevali, Umanistici e Rinascimentali), p. 199-237, ici p. 206-213 ; Justinien n’est pas mentionné en revanche dans le passage que consacre à Arechis la Chronique du Mont-Cassin des environs de 1100 : Chronica monasterii Casinensis. Die Chronik von Montecassino, H. Hoffmann éd., MGH. Scriptores 34, Hanovre, 1980, 1, 9 p. 37-39.

41 Cl. Azzara, « Il ducato di Benevento e l’eredità del regno dei Longobardi », article disponible en ligne sur le site Reti Medievali : http://centri.univr.it/RM/biblioteca/scaffale/a.htm#Claudio%20Azzara.

42 Aurea nam Capua sine principe desiit esse ; / Ticinum geminum, heu, viduata manens / Iudicibus tumuit sive subiecta superbis ; / Hostibus innumeris hinc spoliata gemit. / Sentibus et ramnis tabefactaque tota fatiscit, / Civibus exuta atque referta feris. / Lux redit ecce nova, altorem cum suscipit, illi, / Te quoque magnanimum gaudet adesse patrem. /… Tempore preterito tellus divisa maligne, / Uniturque tuo ecce tuente Deo, U. Westerbergh, Beneventan Ninth-Century Poetry, Lund-Stockholm, 1957 (Acta Universitatis Stockholmiensis. Studia Latina Stockholmiensia, 4), p. 8-29, ici v. 9-16 et 21-22, p. 9 ; W. Pohl, Werkstätte der Erinnerung. Montecassino und die Gestaltung der langobardischen Vergangenheit, Vienne-Munich, 2001 (Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung. Ergänzungsband, 39), p. 33-42 ; H. Taviani-Carozzi, La principauté, op. cit., vol. 1, p. 52-53.

43 Vita Barbati episcopi Beneventani (BHL 973), MGH. SRLI, op. cit., p. 555-563 ; Th. Granier, « Évêques d’Italie méridionale latine, viie-ixe siècles », dans Les saints et l’Histoire. Sources hagiographiques du haut Moyen Âge, A. Wagner éd., Rosny-sous-Bois, 2004 (Sources d’histoire, 1), p. 141-151.

44 Ch. Wickham, Early Medieval Italy. Central power and local society 400-1000, Londres-Basingstoke, 1981 (New Studies in Medieval History, 4), p. 34.

45 P. Delogu, Mito di una città meridionale, op. cit., p. 35-36.

46 Chronica sancti Benedicti Casinensis, G. Waitz éd., MGH. SRLI, op. cit., p. 467-489, ici p. 474, l. 16-26 ; N. Cilento, Le origini della signoria capuana nella Longobardia minore, Rome, 1966 (ISIME. Studi Storici [19], Fasc. 69-70), p. 97-100 ; id., Italia meridionale longobarda, Naples, 1966, p. 136-140 ; Th. Granier, « À rebours des laudes civitatum », op. cit., p. 143 et 148 ; H. Taviani-Carozzi, La principauté, op. cit., vol. 1, p. 220.

47 Hic decus Ausoniae urbis et hic regimen /… Nam Capuam ingrediens Ottonia cuspide pellens / Agmina, confugium fecit eam Latio, C. Russo Mailer, Il senso medievale della morte nei carmi epitaffici dell’Italia meridionale fra VI e XI secolo, Naples, 1981 (Università degli Studi di Salerno. Istituto di Filologia e Storia Medievale), p. 141-142.

48 P. Arthur, Naples, from Roman town to city-state. An archaeological perspective, Rome, 2002 (Archaeological monographs of the British School at Rome, 12, Dipartimento di Beni Culturali. Università degli Studi di Lecce), ici p. 16-20 et 145-151.

49 N. Cilento, « La Chiesa di Napoli nell’Altomedioevo », dans Storia di Napoli, E. Pontieri dir., vol. 2, L’Altomedioevo, 2 t., Naples, 1969, t. 2, p. 641-735, ici p. 664.

50 Vita et Translatio s. Athanasii Neapolitani episcopi (BHL 735 e 737). Sec. IX, A. Vuolo éd., Rome, 2001 (ISIME. Fonti per la Storia dell’Italia Medievale. Antiquitates, 16), texte p. 113-143, ici c. 1, § 8, 12 et 20-40, p. 116-119.

51 Plus largement, D. Harrison, The Early State, op. cit., affirme que les villes sont l’un des outils majeurs de la création d’un État lombard.

52 Corteolona, l’une des principales résidences des Carolingiens en Italie du Nord aux viiie-ixe siècles, peut servir de modèle à Aix : Fr. Bougard, « Public power and authority », op. cit., p. 48 ; Paul Diacre, à la cour de Charles entre 782 et 786/787, peut lui faire connaître les réalisations d’Arechis (certes bien plus modestes et de portée idéologique bien plus réduite qu’Aix) et Charles lui-même voit les palais et praetoria italiens en 781 et 787 : P. Delogu, Mito di una città meridionale, op. cit., p. 54-67.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540