Versión clásicaVersión móvil

Les villes capitales au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public

Formes d'émergence, d'affirmation et de déclin des capitales

Formes d’émergence, d’affirmation et de déclin des capitales : rapport introductif

Patrick Boucheron, Denis Menjot y Pierre Monnet

Texto completo

1Dans le langage courant de la société de consommation, la tendance est à l’utilisation abusive du concept de « capitale » : Lyon est capitale de la gastronomie, Thiers de la coutellerie, Castelnaudary du cassoulet, Romans (feu capitale) de la chaussure… Nous arrêtons là l’énumération en priant les lecteurs dont la ville est capitale de quelque chose de nous pardonner de ne pas l’avoir citée, mais la liste serait bien trop longue. Les historiens eux-mêmes sont entraînés par cette tendance à l’extension de la notion de ville-capitale et distinguent des capitales – alors que d’autres parlent de centralités – politiques, économiques, financières, religieuses, intellectuelles et culturelles. Une ville est d’ailleurs choisie chaque année pour être la capitale culturelle de l’Europe.

  • 1 Chr. Charle et D. Roche dir., Capitales culturelles, capitales symboliques. Paris et les expérience (...)

2Or, dans la plupart des cas, cette extension lexicale accompagne une dilution sémantique. Elle oblige par conséquent les historiens à ressaisir conceptuellement une notion qui s’échappe. C’est particulièrement vrai en histoire culturelle où la notion de capitale a été considérablement élargie pour la période moderne et contemporaine en prenant en compte les acteurs et les facteurs de l’attraction culturelle. De là certains efforts théoriques récents de redéfinition des concepts : Christophe Charle et Daniel Roche suggèrent de distinguer les capitales culturelles des capitales symboliques ; les premières exerçant un rôle hégémonique et directif par leur pouvoir d’irradiation de la norme culturelle, les secondes étant plutôt des hauts lieux sur lesquels les acteurs sociaux projettent une certaine image de la prééminence1. Reste à poursuivre ce travail de resémantisation de la notion de capitale dans le champ de l’histoire politique et urbaine.

Les capitales médiévales : une histoire politique et urbaine

  • 2 Voir par exemple les contributions au dossier « Révolution urbaine et mondialisation », Vingtième s (...)
  • 3 Selon le modèle construit par J. Gottmann, Megalopolis. The Urbanized Northeastern Seaboard of the (...)
  • 4 R. Dagorn, « Métropole/Mégalopole », dans J. Lévy et M. Lussault dir., Dictionnaire de la géographi (...)
  • 5 Cl. Nicolet, R. Ilbert, J.-C. Depaule dir., Mégapoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospe (...)

3Qu’est-ce donc qu’une capitale ? Il convient tout d’abord de remarquer que la notion est strictement historique. Si nous regardons vers la géographie, nous constatons que les apports récents portent moins sur la notion de capitale que sur celles, il est vrai d’une brûlante actualité, de métropole et de mégapole ou plus exactement de métropolisation et de mégapolisation des villes – entendons la manière dont une grande ville devient une métropole ou une mégapole2. Ces travaux prennent en compte des indices strictement géographiques comme la taille, mais aussi la hiérarchie urbaine et le niveau de commandement. Rappelons la distinction, telle qu’elle est aujourd’hui classiquement posée par les géographes : la métropole est un espace urbain qui se caractérise par la participation des acteurs à des processus d’échelle mondiale, mais qui demeure une société locale, alors que la mégalopole a une configuration de l’espace urbain qui rend impossible sa gestion locale3. Les mégalopoles cessent donc d’être des unités urbaines et ne peuvent plus être traitées comme des villes individuelles4. Quant aux « mégapoles » des historiens, telles que le programme de géographie urbaine rétrospective de Claude Nicolet a proposé de les considérer dans l’aire méditerranéenne et sur la longue durée, elles constituent un objet hybride, essentiellement défini par des critères de taille et de morphologie urbaine5.

  • 6 Par exemple, parmi d’autres manuels et ouvrages généraux, J.-P. Paulet, Géographie urbaine, Paris, (...)
  • 7 R. Brunet, « Capitale », dans R. Brunet, R. Ferras, H. Théry, Les mots de la géographie, dictionnai (...)
  • 8 J. Pelletier et Ch. Delfante, Villes et urbanisme dans le monde, Paris, 2000, p. 69.
  • 9 J.-J. Bavoux dir., Introduction à l’analyse spatiale, Paris, 1998.
  • 10 Pour une analyse des lieux centraux en français, voir P. Claval, « Chronique de géographie économiq (...)
  • 11 P. Claval, La logique des villes. Essai d’urbanologie, Paris, 1981.
  • 12 E. Meynen dir., Zentralität als Problem der mittelalterlichen Stadtgeschichtsforschung, Cologne, Vi (...)
  • 13 Y. Grafmeyer, Sociologie urbaine, Paris, réed. 2005, p. 11-12. Voir également M. Bassand, V. Kaufma (...)
  • 14 P. Bruyelle, « Réseaux urbains, réseaux de villes : des notions encore pertinentes ? », dans Nouvea (...)

4Si la mégapole, la métropole, la grande ville sont des concepts de géographie urbaine, la capitale, elle, ne l’est pas6. Les géographes s’accordent pour la définir avec Roger Brunet, de manière volontairement neutre, comme la « ville où se trouve le siège du gouvernement7 » et reconnaître comme Jean Pelletier et Charles Delfante, que « le mot “capitale” est peu utilisable car les villes à la tête des États ne sont pas forcément les plus importantes de ceux-ci8 ». Ils considèrent la notion de capitale comme un fait historique, peu pertinent en analyse spatiale : autrement dit, une question renvoyée au questionnaire de l’historien. Dans cette discipline, la ville qui a une fonction de capitale n’est étudiée qu’en tant qu’elle est un élément dans un réseau urbain hiérarchisé9. En se fondant sur les réflexions théoriques des économistes allemands, Johann-Heinrich von Thünen (1842-1850), August Lösch (1940) et surtout Walter Christaller (1933) sur les lieux centraux10, les géographes se sont penchés sur la distribution des villes dans l’espace11 et forgé des outils pour analyser la centralité. Ce sont ces outils que les historiens ont cherché à utiliser en les adaptant à leurs sources pour étudier les réseaux urbains médiévaux12. Sur ce concept de centralité réfléchissent aussi des sociologues qui considèrent que « le phénomène urbain… a nécessairement partie liée avec la figure de la centralité13 ». Les géographes – qui sont passés de l’étude des « réseaux urbains » à celle des « réseaux de villes »14 – comme les sociologues considèrent donc que le rapport entre la capitale et son territoire, ainsi que la question de sa fondation, de son développement ou de sa migration, obéissent à une logique purement politique, du ressort des historiens, et des historiens de l’État bien plus que des historiens de la ville.

  • 15 On pourrait d’ailleurs imaginer un beau sujet de sémantique historique qui suivrait les définitions (...)
  • 16 C’est ainsi que les pages désormais classiques que B. Guenée consacre à la « Naissance des capitale (...)
  • 17 La question n’est pas nouvelle, elle a fait l’objet de réflexions générales dans Das Hauptstadtprob (...)

5Le sens commun donné par les dictionnaires nous ramène effectivement au politique15. Le Robert définit la capitale comme une « ville qui occupe le premier rang hiérarchique dans un état, une province » et Le Larousse comme « le lieu où siègent de manière fixe l’État et le gouvernement ». Si l’on s’en tient par conséquent à la définition de ces dictionnaires, il faut reconnaître que le Moyen Âge ne connaît qu’imparfaitement, épisodiquement et tardivement ce phénomène, sauf dans quelques monarchies centralisées, habituellement et abusivement réduites à la France et à l’Angleterre16. Entre Rome et les capitales fixes des États modernes absolutistes, le Moyen Âge serait dans ce domaine, l’histoire d’un manque. Cela pourrait expliquer que le terme de « capitale » ne figure pas dans les récents dictionnaires historiques du Moyen Âge, ni le Dictionnaire du Moyen Âge dirigé par Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink, ni le Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge dirigé par André Vauchez, ni le Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval de Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt, ni même le dernier recours que constitue souvent le Lexikon des Mittelalters, ou cette véritable encyclopédie des sciences humaines que sont les Geschichtliche Grundbegriffe. La question mérite cependant d’être posée. Une principauté, un royaume au Moyen Âge peut-il se concevoir sans capitale17 ?

6Notons tout d’abord qu’à la différence de très nombreuses notions forgées par les historiens modernes, qui les empruntent souvent aux sciences sociales, la langue médiévale tant latine que vernaculaire connaît bien l’emploi de ville-tête, chef, principale, royale, supérieure. On pourrait à l’infini multiplier les exemples des occurrences combinant sedes et caput appliquées à telle ou telle ville au cours des siècles médiévaux : Pavie au vie siècle, Tolède au viie siècle, Oviedo aux viiie et ixe siècles, Ratisbonne, Trèves et Aix-la-Chapelle au xie siècle, Barcelone ou Palerme au xiie siècle. Cela vaut aussi dans chaque langue depuis Paris capitale jusqu’à houbestat en allemand, qualificatif employé au xiie siècle au profit de Ratisbonne dans la chronique impériale. On trouve également hovetstad pour Stockholm dans le Libellus Magnipolensis en 1394 et maestra ciutat pour Saragosse dans la Crónica de Bernat Desclot à la fin du xiiie siècle. Pour autant ces traces ne donnent aucune définition précise ; comme c’est habituellement le cas, les mots sont employés dans des contextes très divers et pour désigner des fonctions fort variées dans des espaces qui plus est changeants : caput regni, sedes regia ne sont pas des indices automatiques et sûrs d’une capitale au sens moderne du terme.

7Une difficulté supplémentaire du sujet, et de la tâche qui consiste à le circonscrire, tient au poids des traditions et des héritages : héritage médiéval et héritage contemporain. C’est dire qu’il convient de lever deux hypothèques, l’hypothèque impériale (Rome et Byzance) et l’hypothèque nationale (Londres et Paris) pour espérer retrouver la diversité et l’historicité propres aux capitales plurielles des régions d’Occident durant la période médiévale. Ces hypothèques sont d’autant plus difficiles à lever dans leur forme impériale et nationale qu’il est constitutif de notre modernité qu’un territoire ait une capitale exerçant sur lui une fonction de commandement. Par ailleurs, l’Occident médiéval se reconnaît dans un héritage qui a aussi ceci de « romain » qu’il offre la figure de la construction d’un empire à partir d’une ville capitale. Il est d’ailleurs paradoxal de considérer que de tous les grands ensembles territoriaux en partie issus de la romanité, le seul à porter dans son nom la trace de cette matrice d’un empire urbain soit le Saint Empire romain germanique et celui-ci fut sans cesse confronté à la question de sa centralité, aussi longtemps que le roi des Romains est venu chercher sa couronne impériale en Italie des mains du pape, ce qui est le cas jusqu’à Frédéric III en 1452.

  • 18 M. Folin, « Signorie, città, officiali », Archivio storico italiano, 140, 1997, p. 465-489, notamme (...)
  • 19 Sur le mythe de Rome, voir Fl. Hubenak, Roma. El mito político, Buenos-Aires, 1997.
  • 20 Si l’on en croit Alphonse Dupront, la perte de Jérusalem entraîne moins une translation qu’un trans (...)

8Mais dans les régions méridionales, la plupart des constructions se font à partir d’une ville qui donne le nom à un territoire : royaumes d’Oviedo, de Léon ou de Pampelune, comtés de Foix, de Toulouse, de Barcelone, d’Urgell, de Besalú, etc. – pour ne rien dire des États princiers de la péninsule italienne à la fin du Moyen Âge, qu’ils soient constitués d’un dense réseau urbain (duché de Milan) ou se réduisent à un stato monocitadino comme les duchés de Ferrare, de Mantoue ou d’Urbino18. Il faut toutefois relativiser l’importance d’une capitale « réelle » au Moyen Âge tant le rêve demeure tout au long de la période de retrouver le modèle et le souvenir, finalement inaccessible, de LA capitale, Jérusalem ; inaccessible au sens où telle ou telle ville pourra bien s’intituler au Moyen Âge « nouvelle Rome » (jusqu’à Moscou !)19 mais non point « nouvelle Jérusalem »20.

  • 21 Les historiens des villes n’intègrent pourtant généralement pas la capitale dans leurs réflexions, (...)
  • 22 La problématique d’ensemble a été formulée par F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et cap (...)

9La réflexion sur les capitales n’est cependant pas séparable d’une problématique d’ensemble qui s’ancre dans l’histoire urbaine car la capitale est toujours une ville21. Cette démarche a plusieurs conséquences qui se traduisent par une série de questionnements22.

  • 23 P. Boucheron et D. Menjot, La ville médiévale, dans J.-L. Pinol dir., Histoire de l’Europe urbaine,(...)

10La première conséquence conduit à reconnaître le fait que la multiplication et le développement des capitales est concomitante du grand essor urbain observable en Occident à partir du xiie siècle. Les capitales s’inscrivent donc pour la plupart dans des espaces structurés par d’autres pouvoirs et par d’autres villes qui forment un semis plus ou moins dense et peuvent plus ou moins fonctionner en réseau à tel point que tout choix d’une capitale par un pouvoir ne peut pas ne pas tenir compte d’une armature urbaine et territoriale. Les deux derniers siècles du Moyen Âge ne sont pas à cet égard une période de crise et de stabilisation qui pousserait à « pétrifier » le nombre et la répartition des capitales mais tout autant qu’une autre, une phase de création dans des États princiers, dans des royaumes comme la Bohême avec Prague et jusqu’au niveau de la chrétienté tout entière avec Avignon23.

  • 24 À ce sujet, un des travaux les plus riches d’enseignements reste B. Chevalier, Tours, ville royale, (...)

11Une autre conséquence est de relier fonction politique et développement urbain et de s’interroger sur la manière dont la capitale construit ou favorise la ville et engendre une forme particulière d’urbanité24. Il faut considérer deux types de développement, celui, d’une part, de la capitale qui se surimpose à une ville déjà existante, ancienne, et la « dilate », comme c’est souvent le cas dans les régions méditerranéennes fortement romanisées et celui, d’autre part, de la capitale neuve qui « crée » la ville, modèle plus fréquent dans l’Europe du Nord et de l’Est, notamment avec la polarisation territoriale par la christianisation. C’est le cas des capitales qui accompagnent la conversion du prince, Poznan en 966 avec Miezko, Kiev en 988 avec Vladimir (quitte à ce que la ville se réinvente ensuite une prédestination comme ce fut le cas à Kiev, ville aux sept collines) ou de Prague, capitale construite à marche forcée par Charles IV.

12Dernière conséquence d’une approche urbaine de l’histoire des capitales : une localité qui cesse d’être capitale, siège, ou résidence du roi et de ses administrations, ne cesse pas d’être ville et de pouvoir même se tenir en réserve. Kiev ne disparaît pas avec le transfert du siège métropolitain et des fonctions résidentielles à Vladimir puis à Moscou. Tolède devient capitale de la marche médiane de l’émirat puis du califat omeyyade de Cordoue, après avoir été la capitale du royaume wisigothique. Palerme, capitale de la Sicile musulmane depuis la seconde moitié du xe siècle, demeure sedes regni après la conquête normande du xiie siècle ; elle perd son rang de capitale avec les Angevins mais la retrouve sous la dynastie aragonaise au xive siècle. Cracovie redeviendra capitale sous Casimir Le Grand (1333-1370) mais l’union lithuano-polonaise la remettra en question. Oslo sera pour un temps résidence et siège de la chancellerie sous Hakon IV (1299-1319) avant de tomber en sommeil pendant l’éclipse norvégienne de l’union de Kalmar… Bref, il existe des alternatives qui font qu’une capitale délaissée peut être réactivée, surtout, fait important, que notre période se caractérise aussi par des recompositions territoriales à géométrie variable dans toutes les parties du continent (Scandinavie, Russie, Pologne-Lituanie, Bohême et Hongrie, mais aussi Léon et Castille jusqu’à la double monarchie franco-anglaise) ; ces recompositions et divisions décentrent telle ou telle capitale et la désadaptent brusquement à son nouvel espace.

13Pour « repolitiser » et « réurbaniser » l’histoire des capitales médiévales, il nous a semblé qu’il fallait conduire une réflexion en deux temps. D’abord, par une approche historiographique, déconstruire le modèle centralisateur étatique qui fait de la capitale, seule et unique, l’indice de la modernité. Puis, après cette déconstruction des téléologies nationales, tenter de reconstruire un nouveau modèle de capitales en cherchant des marqueurs et des degrés de « capitalité » et en distinguant le problème de la résidence royale de celui de la fixation d’un centre administratif.

L’invention historiographique des capitales : deux traditions nationales en perspective

  • 25 Et de ce fait par essence changeante, sans forcément d’ailleurs que le lieu et le nom changent ! La (...)
  • 26 « Residenz - Hauptstadt – Metropole : Zur politischen, ökonomischen und kulturellen Mittelpunktbild (...)

14Si l’on peut donc s’accorder à penser que la notion de capitale est avant tout une construction historique25 qui doit également intégrer les éléments spécifiques de sa dimension politique et culturelle (la capitale est décision volontaire et non effet du hasard ou de la nature), particulièrement sous sa forme spatiale (localisation, déplacement, topographie, équipement monumental), il convient dès lors d’évoquer les modèles historiographiques de compréhension et de définition de la capitale. Comme de juste, à l’échelle des pays européens qui composent ce que les médiévistes entendent par l’Occident médiéval, ces traditions historiographiques sont variées. Si l’on voulait tenter un résumé à grands traits, on pourrait affirmer que la capitale peut se trouver érigée en indice et résultat d’une centralisation de longue durée ainsi que les exemples anglais et français tendent à le montrer en même temps que leurs répliques (cas de Prague), ou bien que l’absence, l’instabilité, la modestie et l’imperfection de la capitale peuvent devenir tantôt le signe d’un blocage de construction nationale étatique (modèle inversé du précédent) tantôt au contraire le produit d’une logique territoriale d’équilibre, voire de modernité et non d’archaïsme26.

L’exemple allemand : non-capitalité et pluralité des lieux centraux

  • 27 Voir par exemple la liste des occurrences médiévales de caput et sedes pour les parties de l’empire (...)

15L’exemple allemand nous semble de ce point de vue particulièrement pertinent pour faire comprendre les changements de paradigmes intervenus entre deux positions contradictoires qui ont longtemps oscillé, pour faire bref, entre la peur d’avoir une capitale et la peur de ne pas en avoir. On pourra rappeler à bon droit cette citation extraite du Wilhelm Meister de Goethe : « Wir fürchten uns vor einer Hauptstadt », cette peur d’une capitale étant comme constitutive du wir des Allemands. Justement, cette citation a le mérite de placer la notion de capitale au cœur d’un problème d’histoire culturelle puisqu’elle appelle à étudier les manières d’accepter et de se représenter la capitale pour un territoire et une population donnés. Cette citation permet également de toucher un discours mis en place dans l’empire depuis la fin du Moyen Âge et repris jusqu’aux Lumières, à savoir qu’une capitale unique et fixe est synonyme de tyrannie, d’absolutisme, de refus de la pluralité, de déséquilibres entre des zones centrales denses tournées vers la capitale et des « déserts » centrifuges… Bref, la monarchie élective ne serait pas compatible avec la capitale fixe et resterait en cela d’autant plus médiévale que le Moyen Âge n’a pas connu, chacun en convient, la notion actuelle de siège fixe du gouvernement et de l’État, mais des sièges, des têtes27 aussi mobiles et muables que la place des convives au repas ou que les corps vivants ou morts des rois.

  • 28 Pas d’État, pas de nation, pas de capitale au cours du long Saint Empire : d’où un État tardif, une (...)
  • 29 E. Engel, K. Lambrecht, H. Nogossek dir., Metropolen im Wandel. Zentralität in Ostmitteleuropa an d (...)

16La lecture des grandes synthèses historiques rédigées depuis le xixe siècle en Allemagne sur l’histoire nationale enseigne que l’un des thèmes les plus récurrents tenait à dire que ce pays, situé au centre de l’Europe, a toujours eu un problème avec son centre. Ce n’est qu’assez récemment que l’étude historique de la notion de capitale s’est détachée d’une approche qui consistait à voir celle-ci comme le point d’aboutissement d’un processus étatico-national plus ou moins réussi, pour en faire au contraire le point d’observation de ce processus même, celui d’une logique territoriale et politique libre de toutes les téléologies du grand roman national et privilégiant par exemple la dimension symbolique, monumentale, culturelle… d’une dynamique cumulative qui se dégage ou non au profit d’une ville sur la longue durée. L’enjeu n’est pas mince car dans le cas précis de l’Allemagne, l’absence de capitale unique et historiquement constituée a longtemps formé l’un des éléments de l’arsenal idéologique du Sonderweg28, de la voie spécifique du développement des pays allemands par comparaison avec la France, l’Angleterre ou l’Espagne, mais aussi avec la Bohême, la Pologne29

  • 30 Remarque qui incite au passage à réfléchir sur la question de savoir si la notion de capitale relig (...)
  • 31 E. Ewig, « Résidence et capitale pendant le haut Moyen Âge. Capitales du Bas-Empire », Revue histor (...)

17Dans cette même optique, on peut lire encore dans un certain nombre de grandes collections, que si l’empire avait jamais possédé une seule capitale comme Paris au Moyen Âge, elle aurait au plus tard volé en éclats avec la Réforme30. Sans l’avouer, la force du modèle parisien et français est fondamentale dans cette pensée séculaire de la non-capitale en Allemagne (signe supplémentaire de la force des transferts culturels franco-allemands !) : c’est sous la plume d’historiens allemands que l’on trouve par exemple la formule qui, pour la fin du Moyen Âge, en forçant un peu le trait, oppose le royaume pourvu d’« une capitale sans roi » (Paris) à l’empire d’« un roi sans capitale »31.

  • 32 W. Berges, « Das Reich ohne Hauptstadt », dans Das Hauptstadtproblem in der Geschichte, op. cit., p (...)
  • 33 P. Monnet, « Des juristes en ville : le Reichskammergericht à Francfort. Aspects politiques et soci (...)
  • 34 Un exemple, quand Henri II veut distinguer Bamberg comme lieu royal, disons comme lieu capital à se (...)

18Le point culminant de ce cadre de pensée peut être situé avec l’article publié en 1952 par Wilhelm Berges (Reich ohne Hauptstadt)32. Pour lui et pour les thèses qu’il résume, les causes de la non-émergence d’une capitale pour l’empire du xe au xixe siècle (la longévité du vieux Reich abolit la coupure médiévale) résident dans le fait que l’autorité royale est ici demeurée une autorité par et pour la noblesse, et donc n’était pas par essence tournée vers un principe de contrôle spatial, ce qu’elle ne deviendra qu’avec la fixation durable du pouvoir autour du patrimoine des Habsbourg, évolution trop tardive et géographiquement un peu excentrée et en outre catholicisée avec le xvie siècle… L’autre cause avancée tient au fait que l’empire ne pouvait pas devenir un État et conséquemment posséder une capitale en raison du non-règlement de la question des biens d’empire dont la réinféodation (Leihezwang) aurait toujours empêché les dynasties royales changeantes d’avoir au moins un cœur fixe en dehors des biens de leur maison. Est invoquée ensuite l’incapacité de cet État impérial à créer des institutions efficaces. Elles n’auraient pas forcément eu besoin d’être fixes dans un premier temps, mais du moins efficaces, opérantes : justement elles restent plus longtemps qu’ailleurs mobiles parce qu’elles ne sont plus efficaces dès que le lien avec le roi se distend par la distance. L’installation de la Chambre impériale de justice, Reichskammergericht, à Francfort en 1495 puis son départ deux ans plus tard peuvent illustrer ce propos33. Enfin la symbolique et la mémoire impériales ne jouent pas en faveur d’une fixation : soit cette mémoire est carolingienne, mais elle se heurte à la récupération capétienne et française qui en est faite autour de la figure de Charlemagne, soit cette mémoire est romano-italienne, mais elle se heurte alors au pape dans sa prétention à l’universalité. Le dernier faisceau d’arguments se concentre sur la force de l’Église, longtemps Église d’empire puis Église d’évêques et d’abbés électeurs qui joue sur les concurrences dynastiques et sur l’opposition entre l’empereur et le pape. Il en résulte qu’il existe dans l’empire même une force puissante qui, pour sa part, est habituée aux fixations et aux constructions spatiales, lesquelles bien sûr ne peuvent aller dans le sens d’une capitale politique unique au service d’un empereur : les évêchés en Allemagne sont pour la plupart devenus des résidences territoriales de princes, l’Église s’étant féodalisée34.

  • 35 U. Schultz dir., Die Hauptstädte der Deutschen. Von der Kaiserpfalz in Aachen bis zum Regierungssit (...)

19Plusieurs inflexions sont ensuite venues corriger cette rétroprojection par la négative et relancer la réflexion sur l’historicité des capitales. D’abord, l’existence de deux Allemagnes après 1945 dont les capitales respectives renvoyaient en fait à d’autres capitales décisionnelles (Washington pour Bonn, Moscou pour Berlin amputée). Ensuite, la construction de l’Europe avec son caractère de rassemblement de plusieurs territoires commandés par des centres respectifs, tels d’anciennes « principautés ». Enfin la rupture de 1989 avec le transfert et la fusion de la capitale en 1991 à Berlin (par seulement 338 voix contre 320 au Parlement !)35.

  • 36 Sauf pour E. Ennen, « Funktions-und Bedeutungswandel der “Hauptstadt” vom Mittelalter zur Moderne » (...)
  • 37 P. Moraw, « Reichsstadt, Reich und Königtum im späten Mittelalter », Zeitschrift für historische Fo (...)
  • 38 G. Annas, Hoftag-Gemeiner Tag-Reichstag. Studien zur strukturellen Entwicklung deutscher Reichversa (...)

20Dans ce mouvement, on peut dégager une nette influence venue non tant de l’histoire urbaine dans un premier temps36 que de la tradition des études constitutionnelles (Verfassungsgeschichte). C’est vrai des travaux de Peter Moraw qui a insisté sur le fait que, tout au long du Moyen Âge et au-delà, en Allemagne, la résidence royale ou princière rencontre le lieu capital sur un mode quantitatif et non qualitatif, en sorte que résidence, capitale et cour se complètent en permanence sur un mode changeant et épisodique37. Cela provient de l’évolution institutionnelle et constitutionnelle de l’empire où le jeu entre le roi et les princes oblige le premier à mener jusqu’à la fin du Moyen Âge une politique de diète, de conseil et de curia (Hoftagspolitik)38 qui demeure viscéralement attachée à la personne même du roi et à sa cour et, ce faisant, se répartit sur plusieurs villes qui, tour à tour, revêtent provisoirement et incomplètement des fonctions de capitale. Il faut donc parler au pluriel de capitales d’empire (Reichshauptstädte), au sens (Reich est le mot principal ici) d’un empire dualiste ou partagé qui engendre par essence un type particulier de villes partiellement et épisodiquement « capitales » (on en reste à l’adjectif, sans passage – la distinction est fondamentale – au substantif). L’autre champ historiographique qui a le plus aidé à faire évoluer la situation est tracé par la recherche active sur les itinéraires royaux et, à la suite, sur les résidences dont, c’est un signe, le cadre chronologique embrasse les xiiie-xviie siècles en distinguant trois phases : 1200-1450, de l’itinérance à la résidence ; 1450-1550, du fortifié au château-palais ; 1550-1650, de la résidence à la capitale (une chronologie très germanique pour le coup).

  • 39 À l’exception de Prague fondée en 1348 sur le modèle parisien mais aussi un peu napolitain comme pr (...)
  • 40 Voir la carte de « L’empire : dynasties royales, électeurs et lieux impériaux » fournie en annexe, (...)

21Ce ne sont donc pas en elles-mêmes l’ampleur et la pluralité géographiques d’un empire mouvant qui sont en cause, mais davantage son évolution politico-territoriale, son caractère électif (avec pour conséquence de fréquentes doubles élections et les polarisations territoriales concurrentes qui les accompagnent) et une symbolique de longue durée (pour Otton III, par exemple, Rome peut encore être envisagée sérieusement comme une capitale possible de l’empire, sans compter d’autre part que le premier acte d’un rex Romanorum, jusqu’à Frédéric III en 1452, sera de descendre en Italie pour chercher sa couronne impériale à Rome). Le « moment » 1356 entérine cette évolution : Francfort sera le lieu de l’élection, Aix-la-Chapelle celui du couronnement, Nuremberg (« capitale » économique cachée) le lieu des insignes (que imperium dicuntur). Prague sera au même moment une belle et volontaire capitale avec son université, son pont, son palais et sa ville neuve créés par Charles IV, mais capitale dans l’empire plus que de l’empire39. Vienne aura sa cour impériale, mais celle des Habsbourg sera aussi autrichienne que Munich pouvait être (déjà) bavaroise40.

  • 41 W. Paravicini dir., Nord und Süd in der deutschen Geschichte des Mittelalters, Sigmaringen, 1990.
  • 42 B. Schneidmüller, St. Weinfurter dir., Heilig-Römisch-Deutsch. Das Reich im mittelalterlichen Europ (...)

22Dès lors, la question de la non-capitalité allemande au Moyen Âge doit être reformulée comme celle de la pluralité des lieux centraux de la monarchie et de l’empire. Ce phénomène peut être mis en relation avec trois éléments. Premier élément, un multicentrisme qui provient de la monarchie élective institutionnalisée et entretenue par la pluralité des dynasties concurrentes pouvant prétendre au trône. Second élément, un polycentrisme qui peut s’expliquer par le fait que la pluralité et la rivalité dynastiques rendent nécessaire le choix de plusieurs lieux de communication et de modération répartis dans l’empire pour l’élection, le couronnement, les diètes (il fallait là des plates-formes communes et diverses au gré des problèmes divers qui se posent et des rapports de force changeants, qui plus est dans un empire où la coupure fondamentale qui s’installe à compter du xiiie siècle est celle qui accroît la distance entre le Nord et le Sud)41. Il en ressort que la répartition des lieux occupant des fonctions centrales et capitales sur plusieurs villes n’est pas une servitude ou un défaut de l’histoire mais la réponse spécifique et adaptée à la réalité d’un empire multiple, régionalisé, perpétuellement sur la ligne d’équilibre entre cohérence et éclatement42. Francfort, Nuremberg, Aix-la-Chapelle ou Cologne sont de tels lieux symbiotiques d’un empire éclaté, des lieux qui furent aussi des places d’élaboration de réformes (à rapprocher ici du cas des villes conciliaires de Bâle et Constance). Enfin le troisième élément réside dans l’évolution que connaissent au xve siècle les pays germaniques vers une Allemagne d’élites de princes-électeurs qui mettent la main sur l’institution centrale, la seule, la diète d’empire, qui tend à sortir du giron impérial personnel et donc à se détacher de la sphère géographique des Habsbourg (Vienne) pour élire domicile à Nuremberg, Augsbourg puis Ratisbonne. Ce glissement correspond aussi au xve siècle à l’accentuation de la pression ou des tendances centrifuges aux périphéries plus ou moins lointaines : Hussites, Turcs, Bourguignons, Suisses, Slaves. Le pluralisme et le polycentrisme ne sont donc pas le produit de la Réforme et des partages confessionnels du xvie siècle mais de l’évolution territoriale et institutionnelle de l’empire depuis le xiie siècle qui a empêché qu’un seul lieu central ou principal en Allemagne (et il y en avait beaucoup) puisse se transformer en un lieu capital. Ce phénomène qui confirme en creux le lien entre capitale et politique, insiste sur la dispersion des fonctions capitales et souligne que dans l’empire comme ailleurs migrer c’est aussi gouverner.

L’exemple ibérique : capitales multiples et successives, capitale tardive

23Contrairement à l’Allemagne, la capitale n’a pas été un problème historiographique en Espagne, bien que l’histoire médiévale de la Péninsule ait été celle d’un éclatement et de tentatives avortées de réunifications et que la question de la capitale n’ait été définitivement réglée qu’à l’époque moderne avec son installation à Madrid par Philippe II en 1561.

  • 43 Dans une abondante production, on se reportera principalement à leurs deux grandes synthèses, A. Ca (...)

24Jusqu’à la fin de l’époque franquiste, les historiens espagnols ont très majoritairement une approche nationale de leur passé et considèrent l’unité comme l’idéal à atteindre selon le modèle français ou anglais et plus récemment allemand et italien. Ils exaltent les Rois Catholiques « qui ont fait l’Espagne moderne », en unifiant territorialement et religieusement la Péninsule et déplorent que leurs prédécesseurs n’aient jamais réussi à surmonter leurs divisions. Dans la première moitié du xxe siècle, les deux figures emblématiques de l’histoire médiévale espagnole, Americo Castro (1885-1971) et Claudio Sánchez-Albornoz (1893-1984) ont cherché l’identité espagnole au-delà des divisions politiques. Le premier l’a trouvée dans la coexistence et la fusion des trois cultures, chrétienne, juive et musulmane à partir de 711. Le second dans l’homo hispanicus qui, sans être immuable, a résisté à tous les dominateurs successifs, Romains, Wisigoths et Berbères qui furent hispanisés43.

  • 44 Par exemple, dernièrement, dans la belle synthèse de M.-A. Ladero Quesada, La formación médieval de (...)
  • 45 La Historia Medieval en España. Un balance historiográfico (1968-1998), XXV Semana de Estudios Medi (...)

25L’historiographie des trente dernières années cherche plutôt à mettre en évidence l’existence et la permanence depuis l’Antiquité d’entités spécifiques définies et déterminées par un milieu géographique, parfois une langue ou un dialecte et une autonomie acquise au Moyen Âge44. La constitution espagnole de 1978 en créant les communautés autonomes, a renforcé cette tendance à l’histoire locale et au mieux régionale, d’autant plus que celle-ci trouve plus facilement auprès des nouveaux pouvoirs des sources de financement pour des éditions de sources, l’organisation de rencontres scientifiques et la publication d’ouvrages. L’imposant bilan historiographique dressé à Estella en 1998 sur l’Histoire médiévale en Espagne illustre parfaitement la domination de cette forme d’histoire. Il ne signale pas de publication spécifiquement axée sur la question de la centralité politique dans l’Espagne médiévale45. Actuellement, les Espagnols seraient plutôt portés à dénoncer dès l’époque moderne le poids excessif de la capitale madrilène, facteur de déséquilibre et d’absolutisme.

  • 46 C. Martin, La géographie du pouvoir dans l’Espagne wisigothique, Lille, 2003.
  • 47 R. Collins, Early Medieval Spain. Unity and diversity (400-1000), Londres, 1983.
  • 48 Alors que J. Orlandis, Historia del reino visigodo español, Madrid, 1988 et L. A. García Moreno, Hi (...)

26Il est vrai que dans la Péninsule au Moyen Âge, le problème de la capitale ne s’est posé qu’à certaines époques et pour certaines entités politiques. Les Wisigoths sous la conduite du roi Léovigilde (569-586) avaient unifié l’Hispania antique et fait de Tolède le centre du royaume. Céline Martin a bien montré que cette cité était une véritable capitale dont elle assumait les deux fonctions de sedes regia et de caput regni et que c’était autour de cette « véritable petite Rome » que toute la construction politique wisigothique était organisée à la fois matériellement et symboliquement46. La centralisation s’accentua au cours du viie siècle au point que certains historiens comme Roger Collins47 voient dans celle-ci une des causes de la rapide conquête du royaume par les armées musulmanes qui mirent moins de cinq ans (711-715) à dominer toute la Péninsule alors qu’elles avaient mis plus d’un demi-siècle pour s’emparer du Maghreb48. Cette centralisation pourrait expliquer que la résistance n’ait pu s’organiser après la mort du souverain, tué à la bataille du Guadalete et la prise de la capitale par les contingents de Tariq.

  • 49 Entre autres, parmi les ouvrages de synthèse J. Vallvé, El califato de Córdoba, Madrid, 1992 : M. J (...)
  • 50 Bernat Desclot, dans sa chronique écrite à la fin du xiiie siècle présente Saragosse, comme la « ma (...)

27Après la chute du royaume de Tolède, Cordoue devint la capitale de l’émirat puis du califat omeyyade qui étendait sa domination sur la majeure partie du territoire péninsulaire. La politique de centralisation de la dynastie fit de cette ville une capitale surdimensionnée qui concentrait les fonctions politiques, économiques, culturelles et artistiques. Les trois générations de royaumes de taïfas issus successivement de l’implosion du califat en 1031, de l’affaiblissement au milieu du xiie siècle de l’empire berbère almoravide et de l’effondrement du califat almohade après la victoire des chrétiens à Las Navas de Tolosa en 1212, se structurèrent autour d’un centre dont les souverains respectifs cherchèrent à faire une vraie capitale sur le modèle de Cordoue ; c’est le cas tout particulièrement de Grenade sous les Nasrides49. Dans les pays chrétiens du Nord, les princes ne concevaient leurs territoires que centrés sur une ville selon le modèle de Rome. Naquirent ainsi les royaumes d’Oviedo puis de Léon et celui de Pampelune qui prit le nom de royaume de Navarre (première mention en 1172). Quant au royaume du Portugal, il a pour capitale incontestée Lisbonne depuis la reconquête de la ville en 1147. Si la Couronne d’Aragon n’a pas de capitale unique, c’est sans doute parce qu’elle est une union sous un même souverain dont les composantes (Catalogne et royaumes d’Aragon, de Valence et de Majorque, puis de Sicile, de Sardaigne et de Naples) sont dotées chacune d’une autonomie politique et d’une capitale fixe et stable tout au long du Moyen Âge : Barcelone, Saragosse, Valence, Majorque, Palerme, Cagliari et Naples même si ces villes ne rassemblent pas toutes les fonctions de capitale50.

  • 51 D. Menjot, « Un chrétien qui meurt toujours. Les funérailles royales en Castille à la fin du Moyen (...)
  • 52 Par exemple la vaste synthèse de M. A. Ladero Quesada, « La genèse de l’État dans les royaumes hisp (...)
  • 53 D. Torres Sanz, La administración central castellana en la baja Edad Media, Universidad de Valladol (...)
  • 54 Comme on peut le constater à la lecture du texte et de la bibliographie de l’histoire de Burgos, C.(...)
  • 55 A. Rucquoi, Valladolid en la Edad Media, 2 vol., Valladolid, 1987 (trad. française, Aix-en-Provence (...)

28Reste le cas particulier de la couronne de Castille qui, avec l’union des royaumes de Léon et de Castille en 1230 et jusqu’à la fin du xive siècle, n’a plus « une » capitale, ce qui représente une rupture nette avec la tradition des deux royaumes, mais seulement des résidences où le souverain s’installe temporairement. Pourquoi cette absence de capitale qui va de pair avec l’inexistence d’un panthéon, le renoncement des souverains au sacre et la disparition sur les monnaies de la figure monarchique, remplacée par châteaux et lions51 ? Pourquoi ensuite cette centralisation progressive sur Valladolid à partir de l’accession au trône des Trastamares en 1369 alors que les souverains disposaient des capitales, Léon et Burgos, de chacun de leurs deux royaumes, puis de celles des royaumes qu’ils avaient reconquis, Jaén, Cordoue, Séville, Murcie ? Les nombreuses et importantes publications des historiens espagnols sur la monarchie castillane et la genèse de l’État moderne dans les royaumes hispaniques n’abordent pratiquement pas la question de la centralité et le problème de la création tardive d’un centre politique52. Les historiens du droit et de l’administration traitent des institutions et des outils de gouvernement pas de la centralisation ni du lieu de celle-ci53. Quant aux nombreuses études sur Burgos, aucun n’est centrée sur l’échec de la ville à se transformer en capitale de la couronne de Castille54. Seule la thèse d’histoire urbaine d’Adeline Rucquoi fait exception en s’interrogeant sur la capitalité de Valladolid et les raisons de son choix comme capitale par la monarchie55. Elle met d’abord en évidence l’existence d’un certain nombre de freins à l’itinérance : l’essor et la complexification de l’administration qui doit résider en permanence dans un lieu, le développement de la cour qui rend nécessaire l’installation des Grands et l’image du pouvoir qui nécessite des constructions de prestige. Ces freins qui vont se renforcer expliquent à partir de 1370 l’émergence de la fonction capitale dans cette ville : résidence privilégiée du roi et de la Cour, lieu d’installation de la chancellerie, de l’administration centrale, du tribunal de l’audiencia et de l’université dont la croissance n’a cependant rien de comparable avec celle de Salamanque. Une autre raison du choix de Valladolid pourrait résider dans le basculement géopolitique qui, suite à l’arrêt de la reconquête en 1266, amène les souverains à se tourner vers l’Europe et la côte atlantique de leur royaume.

  • 56 E. B. Ruano, La prelación ciudadana. Las disputas por la precedencia entre las ciudades de la Coron (...)
  • 57 P. Linehan, History and the Historians of Medieval Spain, Oxford, 1993.

29Eloy Benito Ruano et Adeline Rucquoi abordent indirectement le problème de la capitale par le biais, le premier, de l’étude de la rivalité entre les villes aussi bien pour la préséance aux Cortes que lors du serment prêté au nouveau roi et, la seconde, d’une recherche sur la mémoire des villes de Castille56. Leurs travaux montrent que le besoin d’une capitale était sous-jacent à toute l’historiographie castillane médiévale et que la lutte se situait au niveau idéologique entre Tolède qui se considérait comme « chef de l’empire d’Espagne depuis le temps des rois goths jusqu’à maintenant » comme le dit Pierre Ier en 1351, et Burgos « chef de la Castille et chambre des rois » selon Alphonse X en 1255 et comme le rappellent à Henri III les procureurs de la ville en 1402. Il y eut toujours en Castille une recherche de capitalité au moins symbolique et en cela la Castille diffère fondamentalement de l’Allemagne. Même si les Sévillans sont capables de parler du « royaume de Séville », les Murciens du « royaume de Murcie » et les Cordouans du « royaume de Cordoue », ni Séville ni Cordoue ne sont jamais dans la liste des villes prétendant au titre de capitale de la Couronne. Le fait que le transfert de Valladolid à Madrid en 1561 se soit fait sans heurts prouve qu’au contraire de l’Allemagne la notion de centralité était pleinement assurée en Castille. Tellement assurée d’ailleurs que dans l’imaginaire et dans l’histoire officielle qui est celle de Rodrigo Jiménez de Rada reprise par l’Estoria de España – écrite sous Alphonse X57 –, Tolède était la capitale de toute l’Espagne.

30La question de l’absence de capitale unique pendant plus d’un siècle et demi doit être reformulée comme celle de la capitalité de Valladolid. Il s’agit moins d’une preuve de retard ou d’échec des prédécesseurs des Rois catholiques que de l’adaptation à une réalité qui comportait toute une série de freins à la stabilisation d’un centre politique. Le premier était l’impossibilité pour les monarques, pour des raisons politiques, de privilégier la capitale de la Castille ou celle du Léon ou de choisir Tolède, reconquise en 1085, mais trop proche de la frontière jusqu’à la victoire des armées chrétiennes sur les Almohades en 1212 pour redevenir capitale, sans oublier aussi peut-être le fait que la ville se trouvait sous la coupe de l’archevêque qui était primat de Castille et chancelier du roi. Après cette date, l’avancée rapide de la « reconquête » déplaçait le centre de gravité vers le sud. L’extension considérable du territoire au xiiie siècle, explique aussi, au moins en partie, le fait que les souverains aient été amenés à privilégier des images et des symboles « réunificateurs » comme les symboles héraldiques des deux royaumes. Les villes étant les piliers du pouvoir royal, le roi pouvait difficilement en choisir une seule comme capitale, sépulture ou lieu de réunions des Cortes (voir carte en annexe). La capitale en Castille était le lieu où se trouvait le roi de sorte qu’elle n’avait pas besoin de se matérialiser dans un lieu précis.

  • 58 « Valence ressemblait à une ville hanséatique qui se consacrait à l’industrie et au commerce plus q (...)
  • 59 J. Fuster, Nosaltres, els valencians, Barcelone, 1982 (7 éd.), p. 52-53.
  • 60 M. Sanchis Guarner, La ciutat de València. Sintesi d’Historia i de Geografia urbana, Ajuntament de (...)
  • 61 E. Gómez Nadal, El País Valencía i els altres, Valence, 1990, p. 203.

31Curieusement le paradigme d’une capitale absente et objet de regret apparaît dans l’historiographie d’un royaume ibérique, celui de Valence mais sur un mode cette fois emprunté au nord du Saint Empire. À la fin du xixe siècle, l’historien Juan Perales émit ainsi l’idée, non fondée sur une recherche d’archives, que Valence n’était qu’une capitale nominale au Moyen Âge, qui, comme les villes hanséatiques, n’étendait pas sa juridiction au-delà de son territoire municipal. Comme celles-ci, Valence était obligée de vivre adossée au pays en se consacrant à des tâches économiques qui lui procuraient richesse et prospérité58. Perales donnait ainsi naissance à une idée qui allait devenir un mythe. En 1962, Joan Fuster, dans un essai, reprend la formule qu’il juge heureuse et opportune de « Valence hanséatique » et présente la ville comme un emporium, un port, difficilement comparable aux villes, principautés et républiques urbaines italiennes qui possédaient elles un hinterland propre plus ou moins modeste. Et il conclut, « Valence hanséatique au Moyen Âge était seulement dans ce domaine (économique) cap i cos (tête et corps)59 ». L’idée d’une « capitalité » seulement nominale de Valence est encore reprise et diffusée dans un manuel de synthèse publié par la municipalité de la ville en 1972 et plusieurs fois réédité60 et dans un autre ouvrage dont l’auteur Gómez Nadal, écrit en 1990 : « Valence n’est pas autre chose qu’un marché, avec à peine une vocation dirigeante, un emporium et non une ville qui exerce la capitania d’un pays61. »

  • 62 M. Llop Catalá, La ciudad de Valencia, capital de su reino, Alicante, 1984.
  • 63 A. Rubio Vela, « Valencia : la conciencia de capitalidad y su expresión retórica en la prosa munici (...)

32Ce manque de capitalité est totalement rejeté par certains qui considèrent au contraire que Valence est une capitale aussi bien économique que politique, religieuse et culturelle62. Ils font remarquer que dès la chronique de Jacques le Conquérant, Valence était qualifiée de « capitale de tout le royaume de Valence », expression que l’on retrouve dans une charte adressée au milieu du xve siècle par Alphonse le Magnanime aux jurats. Dernièrement, Agustín Rubio a recherché dans les missives de la municipalité de Valence l’expression rhétorique de la « capitalité »63. Il met en évidence trois images qui sont le témoignage culturel de la conscience et du sentiment de suprématie politique du gouvernement local de Valence : une image organique, qui affleure dans les qualificatifs attribués à la ville de cap e mare (tête et mère) ; une image mère-fils, qui insiste sur le lien étroit entre toutes les entités municipales, comme autant d’enfants qui doivent obéissance et respect et qui attendent de la ville aide et protection ; une image de supériorité enfin, dans le qualificatif ciutat maestra attribué à la ville. À deux reprises, le terme de métropole est employé : Valenca, aquesta ciutat, mare, maestra e metropola en aquest regne (Valence, cette ville, mère, maîtresse et métropole dans ce royaume). Comme l’historiographie allemande, l’historiographie valencienne, longtemps inquiète, ne s’est donc apaisée que très récemment.

33La simple lecture des inflexions introduites dans deux historiographies aussi différentes et aussi éloignées l’une de l’autre et du paradigme français et anglais de la monocapitale de longue durée montre que la réflexion sur la capitale peut servir d’observatoire de l’évolution des grandes lignes de force institutionnelles et géopolitiques d’un ensemble donné, compréhension au sein de laquelle la capitale n’est pas le point de mire de toute l’histoire nationale mais, au mieux, un champ d’observation problématique au croisement de l’histoire urbaine, politique, culturelle et sociale.

  • 64 A. Wendehorst, J. Schneider dir., Hauptstädte. Entstehung, Struktur und Funktion, Neustadt an der A (...)

34Au terme de cette observation de cas historiographiques qui ont eux-mêmes contribué à construire ou à détruire la capitale, il importe de souligner l’apport d’une méthode qui consiste à regarder du côté des degrés de « capitalité » et de centralité et du côté des logiques fonctionnelles et spatiales64. On peut en effet en attendre trois avantages. Tout d’abord une typologie plus complexe qui aille au-delà de la simple opposition entre espaces nationaux centralisés à monocapitale et espaces polycentriques par l’introduction d’interactions entre le local, le national et l’international. Cette typologie ne devrait pas seulement résulter d’une comparaison des espaces européens entre eux mais aussi de la position et de la définition de la capitale comme type de ville par rapport à d’autres types urbains tels que résidence, métropole et lieu central. On peut attendre ensuite de l’analyse fonctionnelle et spatiale la reconnaissance de la fragilité de la prédominance, c’est-à-dire la précarité de l’affirmation exclusive d’un centre (y compris dans le cas parisien) et l’effet des compétitions entre villes (hormis une ou deux exceptions, aucune capitale européenne depuis le Moyen Âge ne dispose des modalités conjointes et continues d’un rapport dialectique à l’histoire nationale). Et enfin on peut attendre de l’approche mentionnée la reconnaissance de l’absence de dynamique unique de formation des capitales en Europe tant, au cours du Moyen Âge plus encore que pendant d’autres périodes, le pouvoir d’intégration du territoire par une seule ville est varié.

35Plus que la possession d’une capitale de longue date par un pays, ce sont bien davantage semble-t-il cette fragilité, cette compétition et cette variété des dynamiques qui peuvent être retenues comme les marques mêmes de la modernité.

La répartition spatiale des fonctions capitales : dynamiques et modèles

Le geste fondateur : ville légitimée, ville légitimante

36Il convient donc de ramener la notion de capitale à son sens commun, et de revenir à la source politique de son histoire. Ce qui fait la capitale est le geste souverain qui la fonde et l’on pourrait dire, de manière au fond très banale, qu’il n’est pas de capitale sans pouvoir souverain. Même dans l’empire où pourtant la figure du roi-fondateur de villes ou de capitales n’est pas prégnante, quelques villes pourront juger utile de s’appuyer sur la légitimité d’une création impériale, ainsi que le prouve l’exemple de Francfort qui, sur les bases de la canonisation de Charlemagne en 1165, orchestre sous Frédéric Ier et Frédéric II la légende du saint fondateur de la ville dans un culte mi-civique mi-religieux amplifié par l’adoption de Francfort comme lieu régulier de l’élection par la Bulle d’Or promulguée sous un autre Karolus, Charles IV de Luxembourg, en 1356. Mais, convenons-en, il s’agit moins là d’un geste que d’une geste, dans un dispositif de mémoire ouvert à de nombreuses autres villes, et que l’on retrouve aussi bien à Magdebourg qui, plus que Francfort, hésite entre Charles le Grand et Otton le Grand.

  • 65 Erikskrönica. Chronique d’Erik, première chronique rimée suédoise (première moitié du xive siècle), (...)

37La capitale est un lieu décidé, dans la mesure où elle naît d’une décision politique, au sens le plus tranchant du terme, comme acte de souveraineté. C’est, par exemple, cet acte que célèbre l’Erikskrönika tout récemment traduite, en mettant en scène « Birger Jarl le sage » fondant Stockholm au milieu du xiiie siècle non pas ex nihilo, mais quasiment : « Plein de sagesse et de prévoyance,/il fit construire la ville de Stockholm,/un beau château et une bonne ville,/faite en tout point comme il l’avait demandé65. » Régent du royaume pour son fils le roi Valdemar Birgersson, Birger Jarl accomplit le geste de toute puissance caractéristique d’une légende de fondation : sagesse de la décision (le choix d’un site de refuge – de petites îles entre le lac et la mer – assure la pérennité de l’entreprise) ; efficacité de l’exécution (la ville procède du château aussi sûrement que la réalité se plie aux désirs princiers). L’archéologie ne dément pas tout à fait cette lecture politique de l’essor urbain : s’il existait sans doute quelque habitat fortifié depuis la fin du xiie siècle, le site ne se développe vraiment que dans la seconde moitié du xiiie siècle (la première mention de Stockholm dans les sources suédoises date de 1252 ; trente ans plus tard, elle est clairement désignée comme la plus peuplée des villes du royaume). Au début du xive siècle, au moment où est rédigée la chronique rimée, les rois de Suède y résident et s’y font inhumer : la concomitance entre la croissance urbaine et le choix de Stockholm comme capitale rend donc crédible, pour le lecteur de l’Erikskrönika, le récit de fondation.

  • 66 Nous nous appuyons ici sur J. M. Garcia, História de Portugal : uma visão global, Lisbonne, 1989 : (...)

38On est là dans un cas limite sans doute, où la souveraineté s’exerce sur un espace très faiblement urbanisé, et où la décision politique apparaît toute puissante : à l’inverse, lorsque le réseau urbain est déjà fortement développé et surtout fermement hiérarchisé, le pouvoir souverain est moins de fondation que de consécration. C’est le cas, par exemple lorsque le roi du Portugal Alfonso III décide en 1256 de faire de Lisbonne sa capitale66. La ville capitale s’impose à son roi, qui en retour favorise un renforcement de sa prééminence politique et urbaine. La grève du Tage se couvre peu à peu d’une ligne de bâtisses hétéroclites toutes liées à la construction navale ; le dégagement du front de mer étant dédoublé par la percée de la Rua Nova, première grande artère commerciale parallèle au rivage et manifestant à la fois le dynamisme commercial de la cité et la puissance politique de la capitale royale. Dans le cas lisboète, la politique de centralisation est poursuivie et accentuée par la dynastie d’Avis à partir de 1385 et la parure monumentale dont la ville se couvre (notamment au cœur de la cité, avec la construction de la forteresse du paço dos Estaus à l’angle de la place du Rossio) est l’expression architecturale de cet effet d’entraînement.

  • 67 J. Toynbee, Les villes dans l’histoire, trad. franç., Paris, 1972, p. 84.
  • 68 G. Dagron, « Constantinople », dans Cl. Nicolet, R. Ilbert, J.-C. Depaule dir., Mégapoles méditerra (...)

39Il est donc hasardeux d’affirmer avec Toynbee que les souverains peuvent déplacer leurs capitales au gré de leur « bon plaisir »67 : leur décision est politiquement, et parfois géographiquement contrainte – et l’on pourrait même avancer à titre d’hypothèse provisoire que leur liberté de choix est inversement proportionnelle au niveau de hiérarchisation de l’armature urbaine. Reste en tout cas qu’il existe un lien structurel entre capitale et légitimité, et que ce lien n’est pas à sens unique. Gilbert Dagron a très bien décrit cette dialectique entre ville légitimée et ville légitimante dans le cas de Constantinople : « Légitimée à sa naissance par le geste fondateur et le transfert symbolique de la tychè romaine, Constantinople devient légitimante pour les futurs compétiteurs qui visent à l’empire et pour les empereurs “légitimes” qui ne peuvent la quitter sans risquer de perdre la basiléia68. » Cette capacité de la capitale à conserver et à transmettre le principe de légitimité qui la constitue est fondamentale : au-delà du cas exceptionnel de la capitale d’empire qu’est Constantinople, on peut tenter d’en généraliser le principe, et ce à deux niveaux.

  • 69 Th. Deswarte, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-Léon, Turnhout, (...)

40D’abord, pour comprendre la manière dont une ville-capitale peut thésauriser la légitimité du régime politique qui l’a fondée, et en conserver intact le souvenir après sa disparition. Ainsi peut-on aborder la question passionnante des anciennes capitales, qui sont moins des capitales-fantômes que des trésors de légitimités dormantes, maintenant vivace et disponible le principe de souveraineté qui les ont constituées. Une fois encore, Tolède constitue l’exemple le plus accompli de cette dynamique. Comme on l’a vu, c’est à la fin du vie siècle que le roi wisigoth Léovigilde en fait le centre politique de l’Hispania qu’il unifie et centralise sous son autorité. L’histoire de la conquête musulmane, puis de la Reconquista, est d’abord celle de la création, dans les petits royaumes chrétiens du Nord, de répliques de la capitale perdue. C’est d’abord Pravia, qui est, selon la Cronica Albeldense, sedes regia sous Silo 774-783. Puis, avec l’avancée de la reconquête, les souverains transportent leur capitale plus au Sud à Oviedo au carrefour de voies romaines où ils cherchent à recréer Tolède selon les chroniques asturiennes. L’expansion territoriale conduit en 910 García à transporter sa capitale dans la cité romaine de Léon au cœur des territoires qu’il contrôle. Il y édifie une résidence (cathédrale, palais) et y installe sa cour et son administration. Les ossements royaux qui se trouvaient dans le panthéon à Oviedo sont transportés à Léon69. Et lorsqu’en 1085, le roi Alphonse VI de Castille-Léon reprend Tolède, il y trouve de quoi réconforter son rêve de restauration impériale. Peu importe alors que la capitale ne demeure pas à Tolède : la reprise de l’urbs regia constitue, en elle-même, la potestas regia de son conquérant qui est appelé imperii magnificus triumphator et prend le titre d’imperator que son fils Alphonse VII continue de porter.

  • 70 S. Kelly, The New Solomon. Robert of Naples (1309-1343) and Fourteenth-Century Kingship, Leiden, 20 (...)
  • 71 G. Kristó, « Les bases du pouvoir royal de Charles Ier en Hongrie », dans N. Coulet et J.-M. Matz d (...)
  • 72 M.-M. de Cevins, « Société et vie culturelle en Hongrie sous les rois angevins », dans N.-Y. Tonner (...)

41On pourrait multiplier les exemples de ces transferts de souveraineté où l’ancienne capitale relégitime le pouvoir qui s’y installe pour la réactiver comme capitale. L’histoire des princes angevins de la première moitié du xive siècle l’illustre avec éloquence. C’est le cas à Naples, où le roi Robert (1309-1343) prétend réaffecter au présent de sa glorification dynastique les traces glorieuses d’un passé continué, depuis l’époque arabo-musulmane jusqu’à l’empire souabe70. Mais c’est également vrai du règne de Charles Ier (ou Charles-Robert) d’Anjou (1308-1342) en Hongrie. Lorsqu’il débarque sur le littoral dalmate en août 1300, sa légimité est très fragile et se heurte à la résistance du dernier roi de la maison Árpád, André III. La conquête du pouvoir par le prince angevin passe par plusieurs jalons, qui sont autant d’étapes dans des villes détenant ou ayant détenu des fonctions capitales : Charles se fait couronner à Buda par l’archevêque d’Esztergom le 15 juin 1309, puis à nouveau le 17 août 1310 à Székesfehérvár où il reçoit la sainte couronne. Entre 1311 et 1323, il doit affronter une douzaine de princes territoriaux71. Mais sa victoire n’est véritablement complète qu’avec le transfert de la cour royale de Temesvar, au sud du pays, jusqu’à Visegrad, dans la boucle du Danube. Entreprenant la construction d’un nouveau palais dans l’ancienne capitale des Árpád, Charles Ier s’installe dans la continuité magyare en proclamant son attachement à la « dynastie des saints rois72 ».

  • 73 G. Martinez-Gros, Ibn Khaldun et les sept vies de l’Islam, Paris-Arles, 2006, p. 80.

42Toujours au xive siècle, mais sur l’autre rive de la Méditerranée, Ibn Khaldun théorise dans sa Muqaddima (« Introduction à l’histoire universelle ») les effets politiques de la désynchronisation entre les rythmes de la ville capitale et ceux du pouvoir souverain qui l’a fondée, favorisée, ou revitalisée. Le changement dynastique entraîne souvent le transfert de capitale : les Fatimides créent Mahdiya contre Kairouan (909) et Le Caire contre Fustat (969) ; les Saljukides préfèrent Ispahan à Bagdad (1051), les Almoravides Marrakech à Fès (1070) et les Almohades Séville à Cordoue. Mais si certaines villes ne se remettent jamais de cette déchéance (Kairouan ou Bagdad), d’autres survivent et peuvent connaître une seconde vie : ainsi Fès, création des Idrissides (791) réinvestie par les Mérinides en 1276 qui flanquent la ville devenue ancienne (Fès el Bali) par une nouvelle capitale (Fès el Jedid), ou Le Caire, ancienne capitale des Fatimides, dont la reprise par les Ayyoubides (1176) puis par les Mamlouks (1250) s’accompagne également de glissements topographiques de l’épicentre monumental. Le penseur maghrébin trouve dans ces mouvements de quoi conforter sa théorie générale du processus d’accumulation : la capitale est aussi un capital accumulé et cet effet de capitalisation s’inverse bientôt lorsque les pouvoirs souverains en consomment la substance. Restent pour les nouveaux conquérants à capitaliser ailleurs leurs ressources. L’ancienne capitale thésaurise une puissance immatérielle de légitimation (science, langue, traditions religieuses…) éventuellement disponible pour une nouvelle aventure politique et urbaine. Mais alors, précise Gabriel Martinez-Gros en commentateur d’Ibn Khaldun, « il faut une rude poigne bédouine pour y rendre vie à ce que les âges ont figé dans l’attente73 ».

43Ce pouvoir légitimant de la capitale est fondamental pour comprendre – et c’est la seconde dimension du problème que l’on aborde ici – la manière dont certaines villes dominantes s’auto-instituent, par le fait même de leur capacité de domination, en pouvoir souverain dont la légitimité se transmet à ceux qui les dominent. On pense ici à la situation singulière des États italiens de la fin du Moyen Âge : dire de Milan qu’elle est la capitale de l’État des Visconti-Sforza ou Venise de l’État de Terre Ferme, et plus encore peut-être, que Florence est la capitale du Stato fiorentino est difficilement compréhensible si l’on s’attache seulement au premier terme de la dialectique constantinoplienne : le souverain confère sa légitimité à la capitale qu’il instaure. Ici, nulle fondation souveraine, mais l’auto-organisation d’un État régional polarisé par une ville dominante. Lorsque le pouvoir seigneurial s’empare de ce réseau urbain macrocéphale, c’est au fond l’autorité légitimante de la grande ville qui rejaillit sur lui, plus que l’inverse.

  • 74 Voir la récente relecture de l’histoire institutionnelle milanaise à l’époque communale dans P. Gri (...)
  • 75 J.-Cl. Maire Vigueur, « Conclusione. Flussi, circuiti e profili », dans ID. dir., I podestà dell’It (...)
  • 76 Voir sur ce point la synthèse de G. Andenna, R. Bordone, F. Somaini, M. Vallerani, Comuni e signori (...)
  • 77 Ch. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne nel Trecento. Mercanti, produzione, traffici, Flor (...)
  • 78 J. Boutier, S. Landri, O. Rouchon dir., Florence et la Toscane, xive -xixe siècles. Les dynamiques (...)
  • 79 A. Brown, « The language of empire », dans W. J. Connel et A. Zorzi dir., Florentine Tuscany. Struc (...)

44Dans le cas milanais, au moment de l’insignorimento des trois dernières décennies du xiiie siècle, c’est-à-dire de la seigneurialisation de ses institutions communales, la métropole lombarde thésaurise un capital symbolique immense. Elle ne le doit pas seulement à sa puissance économique, à sa prééminence démographique, à l’accumulation de souvenirs glorieux, depuis l’époque où elle fut capitale impériale (iiie siècle) puis cité heureuse de saint Ambroise (ive siècle), mais aussi à la mémoire, plus récente et plus brûlante, de son histoire civique74. La destruction de la ville en 1167, la constitution de la première ligue lombarde, la bataille de Legnano en 1176 : autant d’épisodes qui scandent le souvenir de cette décennie glorieuse fondant ce que Jean-Claude Maire Vigueur appelle le « leadership [de Milan] sur le monde communal ». Ce dernier en mesure la capacité d’attraction au flux des magistrats itinérants d’origine milanaise gouvernant les cités italiennes en leur âge podestataire, et dessinant de ce fait la carte des rayonnements symboliques et des puissances politiques75. Dès lors, Milan sous la seigneurie des Visconti sera bien la capitale incontestée d’un État régional dont on saisit mieux aujourd’hui l’hétérogénéité politique, le pluralisme institutionnel et la complexité sociale76. Dans le cas de Florence – où la Seigneurie, c’est la ville elle-même – la constitution de l’État régional repose également sur la domination économique d’une métropole industrielle et marchande77 et sur l’équilibre négocié d’un ensemble territorial composite78. Mais elle passe également par l’émergence de ce qu’Alison Brown appelle un « langage impérial », imposant un tournant souverain à la communication politique d’inspiration communale79.

La capitale, Caput regni, et les deux corps du roi

  • 80 Voir les contributions rassemblées dans Micrologus. Natura, scienze e società medievali, XI, 2003, (...)
  • 81 I. Pânzaru, « Caput mystice. Fonctions symboliques de la tête chez les exégètes de la seconde moiti (...)

45C’est un fait : la capitale est caput regni. Mais de quelle tête s’agitil ? Ou plutôt : cette tête repose-t-elle sur le corps physique ou sur le corps mystique du roi ? Car la métaphore organiciste, dominante dans le vocabulaire politique médiéval, induit pour nous une fausse évidence. L’éviter oblige à un détour par l’histoire de l’imaginaire. Si le symbolisme du cœur est aujourd’hui bien connu80, celui de la tête demeure plus obscur. Analysant la notion de caput mystice dans l’exégèse du xiie siècle, Ioan Pânzaru a montré que la fonction symbolique de la tête recouvrait les notions de primauté et d’autorité (Rome est caput mundi comme l’évêchê est le chef de la province ou le vendredi saint celui du Carême) mais aussi, ce qui est plus inattendue, celle de représentation. La tête et le corps sont, dit Pierre Lombard, comme l’époux et l’épouse, en conformité. D’où le fait que la tête soit le « régulateur analogique » du corps : elle souffre pour les membres et sa guérison entraîne le salut du corps tout entier ; elle exprime ce que le corps ne peut dire81. Nul doute que l’idée médiévale de capitale et, au-delà même, de centralisation politique, emprunte à cette mystique de la tête.

  • 82 Voir sur ce point les contributions rassemblées dans P. Boucheron et J. Chiffoleau dir., Les palais (...)

46Dire de la capitale qu’elle est sedes regia permet, d’une certaine manière, de retrouver ces notions de centralisation et de représentation. Qui y siège ? La cour ou les cours souveraines, la maison du roi ou l’administration de son État ? Pour débrouiller cette question, le plus simple est de partir d’un constat élémentaire : à l’époque médiévale, la dispersion des fonctions capitales est la règle et sa concentration l’exception. Par conséquent, on doit distinguer le problème de la fixation d’une capitale administrative de celui de la résidence princière et, pour ce dernier, ne pas confondre la question de la demeure et du séjour des princes avec celui de la construction d’un complexe palatial associant fonctions résidentielles, curiales et administratives. Car si le palais fait souvent la capitale, la résidence royale ne peut quant à elle suffire à la constituer82.

47Dans l’empire, ce n’est pas le corps du roi qui se dédouble mais la personne de l’empereur qui se sépare de l’empire. Cette dualité explique que la fonction capitale demeure attachée à la personne du roi, à sa présence physique, plus qu’à un lieu. On a pu remarquer que dans les grandes villes d’empire les signes matériels et immobiles de la personne royale faisaient davantage défaut qu’ailleurs, hormis à Nuremberg et à Prague où Charles IV a voulu signer sa présence dans la pierre et les monuments. Autrement dit, les villes disposaient d’une plus grande latitude (dans un mélange de liberté et de compétition) pour marquer leur attachement à l’empereur et à l’empire : chroniques, entrées royales, sceaux, armoiries, fresques, statuaire, portes de la ville. À Francfort, l’entrée du roi par la Galgentor, censée reproduire l’itinéraire suivi par Charlemagne, signale la pénétration dans un lieu particulier de l’empire, domus specialis imperii disent les chroniques, mais justement domus, une « maison » ni plus ni moins. C’est donc bien davantage de la ville que du roi que provient l’initiative d’une rencontre entre le principe royal et l’espace urbain ainsi que le prouvent les programmes iconographiques royaux commandés et financés par les Conseils pour décorer les hôtels de ville de Lübeck, Aix-la-Chapelle ou Cologne. D’ailleurs leur composition et leur évolution dépendent des services rendus par le roi à la ville et non l’inverse : que tel roi accorde à la ville un bon privilège et il entrera alors dans la galerie de statues ornant les salles ou la façade du Rathaus. N’eston pas à l’opposé ici de la construction méthodique, raisonnée et concentrée d’une monumentalité capitale ?

  • 83 J. Barbier, « Le système palatial franc : genèse et fonctionnement dans le Nord-Ouest du regnum », (...)
  • 84 W. Paravicini, « Die Residenzen der Herzöge von Burgund (1362-1477) », dans H. Patze et W. Paravici (...)
  • 85 E. Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les ancie (...)

48La question de la sédentarisation de la cour est connexe au problème de l’émergence des capitales – c’est-à-dire qu’elle lui est à la fois intrinsèquement liée et structurellement distincte. Le modèle politique puise ses racines dans le haut Moyen Âge – par-delà la parenthèse carolingienne qui est le temps des séjours royaux dans les palais ruraux83. On a déjà évoqué le problème crucial des résidences royales dans l’empire ; on pourrait également ajouter celui de l’archipel urbain des Pays Bas bourguignons, formant une nébuleuse de capitales inachevées. Mais faut-il, là encore, évoquer le manque d’une capitale quand Philippe le Bon déplace sa cour entre Lille, Bruges, Gand, Bruxelles ou Arras ou doit-on considérer comme Élodie Lecuppre-Desjardin, à la suite de Werner Paravicini84, que cette « migration incessante » est, en elle-même, un mode de gouvernement85 ? Philippe le Hardi réside majoritairement à Arras (49 % des séjours attestés) et à Lille (18 %), ville qui accède à la première position des résidences de Jean sans Peur (31 %) suivies d’Arras et de Gand (respectivement 20 et 19 %). Bruxelles obtient les faveurs de Philippe le Bon (39 %), devant Lille (20 %) et Bruges (18 %) qui gagne sa prééminence sous Charles le Téméraire (32 %). L’itinérance des ducs obéit à une logique politique dans laquelle on doit reconnaître une orientation générale (un lent glissement vers le nord) nuancée ou contrariée par une gamme variée et changeante de causes politiques, de choix sociaux et d’opportunités urbaines.

  • 86 J. Boutier, J. Dewerpe, D. Nordman, Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), P (...)

49Les itinéraires princiers modèlent donc des configurations spatiales, souvent polarisées par des lieux de séjour dominants, mais demeurant toujours dynamiques et fluctuantes. Car la résidence principale du prince et de sa cour n’est pas le centre administratif de son État. Il y dépose ses armoiries, tout au plus, mais n’y concentre ni ses ressources politiques et fiscales, ni le capital symbolique (fondations d’églises, lieux de mémoire des inhumations) qui demeure dispersé. Il s’agit là, sans conteste, d’un mode de gouvernement, plus que d’un déficit de centralisation. On aurait tort par conséquent d’associer la sédentarisation de la résidence royale avec la modernisation de l’État quand l’on sait que la pratique du nomadisme de cour persiste pour la monarchie française durant l’époque moderne – comme l’atteste l’organisation du voyage à grand spectacle de Charles IX en 1564-1566, faisant le tour de la France royale au large et rassemblant son royaume comme un paysan sa gerbe86. Or, si la pratique persiste, ce n’est pas comme un archaïsme, mais comme un des vecteurs les plus efficaces de la construction territoriale.

  • 87 Guillaume Le Breton, Gesta, dans Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, H.-F. Delaborde éd., P (...)

50Il existe donc bien deux modèles de spatialisation de la résidence princière : la centralisation et la dispersion. Ces deux modèles ne sont ni concurrents ni hiérarchisés ; ils comportent l’un et l’autre des coûts politiques et des gains symboliques et peuvent se combiner entre eux. C’est cette combinatoire – oscillant entre deux limites théoriques jamais atteintes au Moyen Âge, la résidence fixe et l’errance permanente – qui donne un premier indice de capitalité. Encore doit-on distinguer entre la personne du prince, sa maison et sa cour, dont les déplacements ne sont pas toujours synchrones. Qu’est-ce qui freine l’errance du roi, sinon le poids des souvenirs accumulés ? On pense évidemment à l’amas d’archives qu’il faut bien poser quelque part, à cet alourdissement de la mémoire de l’État ployant sous la masse documentaire. Sur ce point, la monarchie française a son roman des origines : l’embuscade de Fréteval en 1194 où le roi Philippe Auguste aurait perdu son trésor – vaisselles, sceaux, chartes et registres si imprudemment confiés à l’errance d’un chariot de sa caravane –, ce qui l’aurait convaincu qu’il fallait désormais suivre à la trace le Plantagenêt dans la course à la centralisation87.

51Pour l’empire, c’est plutôt l’hésitation permanente entre fixation et déplacement, sorte d’impossible séparation entre les deux corps, qui l’emporte. Entre des royaumes qui commencent vers 1200 à concentrer leurs moyens de gouvernement sur un lieu et des principautés qui, au même moment (la concordance chronologique importe), suivent ce même mouvement en faveur de résidences adaptées au territoire, le roi allemand appelé à l’empire ne sait pas où s’arrêter. Veut-il retenir une ville géographiquement centrale pour l’addition complexe des états de l’empire, qu’elle appartient à un prince ecclésiastique ou à un prince laïc, ou bien lui réclame le privilège de l’immédiateté. Au fond, tout au long du Moyen Âge, on ne sort jamais de l’équation selon laquelle le principe électif et l’octroi de la dignité impériale par le pape à Rome contraignent le roi des Romains à mener une vie de cour et de gouvernement itinérante et lui interdisent d’envisager de séparer les deux plus précocement qu’à la toute fin du xve siècle, quand l’empire enfin se germanise. Le roi-empereur est moins dans la souveraineté sacrée, principe initial des deux corps, que dans la négociation permanente avec tous.

  • 88 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, 1996, p. 280.
  • 89 M.-L. Derat, Le domaine des rois éthiopiens (1270-1527). Espace, pouvoir et monachisme, Paris, 2003 (...)
  • 90 U. Burkowska, « The Funeral Ceremonies of the Polish Kings from the Fourteenth to the Eignteenth Ce (...)
  • 91 N. Coulet, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale (milieu XIVe-milieu XVe), Aix-en-Pro (...)

52Mais en Angleterre comme en France, c’est aussi le mort qui saisit le vif – la nécropole royale fixant la résidence à distance, Saint-Denis et Paris, Westminster et Londres – en des « lieux d’immortalité monarchique88 ». Ce modèle est commun à toute la civilisation chrétienne ; on le retrouve, par exemple, dans le domaine des rois éthiopiens de l’Amhära et du Säwa, où les monastères royaux sont les points d’appui de la construction territoriale, servant à la fois de nécropoles monarchiques, de lieux de concile et d’étapes pour le camp royal. Ainsi se constitue une « région-capitale89 », avec une pluralité de centres où les lieux de l’inhumation royale sont aussi ceux de la décision politique. Il est vrai qu’on ralentit plus aisément l’errance des morts que celle des vivants. La memoria du fondateur (Dagobert à Saint-Denis, Édouard le Confesseur à Westminster, mais aussi le saint évêque Stanislas à Cracovie, que le roi Ladislas Ier à Cracovie choisit à la fois comme capitale et nécropole royale en 1320)90 aimante le corps des successeurs. Lorsque les princes angevins désertent Aix pour Naples, la capitale provençale ne cesse pas d’être le tombeau des rois. Avec une clause très ferme : si le successeur du roi défunt ne fait pas transférer sa dépouille dans un délai de deux ans, l’héritier de la couronne de Naples perd tous les droits sur les comtés de Provence, Forcalquier et Piémont. Mais là encore, rien n’est jamais acquis : le couvent des Mineurs de Marseille, où est inhumé saint Louis d’Anjou, prend l’allure d’un nouveau sanctuaire dynastique dans le courant du xive siècle91.

  • 92 Pour le cadre français, voir récemment les remarques de M. Gaude-Ferragu, D’or et de cendres. La mo (...)
  • 93 B. Andenmatten et L. Ripart, « Ultimes itinérances. Les sépultures des princes de la maison de Savo (...)

53Car l’insistance topographique des nécropoles royales ne constitue pas un ancrage intangible. Nombreux sont les princes qui, dans les deux derniers siècles du Moyen Âge, délaissent les nécropoles monastiques de leurs aïeux pour de nouveaux lieux d’inhumation : soit des chartreuses non loin de leurs nouvelles capitales (Champmol pour les ducs de Bourgogne, Pavie pour les ducs de Milan, dans les deux cas à la fin du xive siècle), soit des caveaux princiers directement au cœur de leur capitale – ainsi les Habsbourg, qui établissent leur nécropole dans la cathédrale Saint-Etienne de Vienne à partir du duc Rodolphe IV, mort en 136592. C’est dans ce mouvement d’ensemble que s’inscrit l’abandon, par les ducs de Savoie, de leur nécropole d’Hautecombe dans la seconde moitié du xve siècle. S’ouvre alors une période de pérégrinations – jusqu’à la fixation, au milieu du xvie siècle, d’une nouvelle nécropole dans la cathédrale de Turin – dont Bernard Andenmatten et Laurent Ripart ont montré récemment la richesse et la complexité93.

  • 94 C. Elhers, Metropolis Germaniae. Studien zur Bedeutung Speyers für das Königtum (751-1250), Götting (...)

54En Castille aussi les souverains attendent dans l’espérance de la foi la résurrection promise par l’Église dans des lieux différents. Jusqu’à la fondation de l’Escorial par Philippe II, il n’y a pas de panthéon royal. Deux « cimetières aux rois » apparaissent cependant momentanément et successivement : sainte Marie de Séville et sainte Marie de Tolède où furent enterrés sept des neuf souverains qui régnèrent en Castille entre 1252 et 1406. Pour l’empire, ce n’est que sous les Saliens au profit de Spire que s’établit une nécropole à la fois dynastique et royale qui se veut au centre du royaume94. Comme Caspar Ehlers l’a bien montré, le cas de Spire traduit la mise en place volontaire d’un cycle qui associe au profit de la metropolis Germaniae les séjours royaux (18 entre 1024 et 1125), les diètes (28 sous les Saliens), le palais, la cathédrale, le couple fondateur (Conrad II et Gisela), la memoria royale, un ensemble de tombes et peutêtre un mausolée à la gloire des Saliens. Mais là encore la fin de la dynastie signale l’arrêt d’un processus qui empêche la nécropole de se faire sanctuaire. Rodolphe pour les Habsbourg, Charles IV pour les Luxembourg en Bohême reprendront certes le modèle, mais sans la volonté de placer cette nécropole au cœur de l’empire.

  • 95 B. Chevalier, Tours ville royale, 1356-1520. Origine et développement d’une capitale à la fin du Mo (...)
  • 96 Ibid., p. 11.
  • 97 Ibid., p. 340.

55Précédée ou non par la mise en place d’une nécropole dynastique, la résidence royale fait souvent la fortune de la ville qui l’accueille. Encore doit-on nuancer ce postulat : les exemples d’intégration urbanistique véritable sont finalement plus rares que les cas de coexistence où la cité royale flanque la ville sans en modifier ni la forme urbaine ni la composition sociale. On a déjà cité le cas exemplaire de Valladolid à partir de l’avènement des Trastamare en 1369 et celui, parallèle, de la Grenade de l’émirat nasride. Mais si la présence du roi fait la richesse de la ville, elle ne suffit pas à faire la capitale. Le meilleur exemple est de ce point de vue la « capitale de repli » de la monarchie des Valois qu’est Tours. « Tours, devenu capitale d’une certaine manière », écrit Bernard Chevalier95, sans avoir vraiment été choisie, connaît à partir de 1444 une transformation éphémère et frôleuse. Alors qu’à Avignon, la vieille cité provençale est submergée et absorbée par la capitale pontificale, ici la ville-capitale flanque la ville, et la résidence royale, isolée des grandes cours souveraines, reste à distance de l’organisme urbain. La bonne ville s’en trouve « soulevée, grandie et transformée par sa nouvelle fonction96 », mais pas métamorphosée. Un peuple d’officiers, de juristes et de marchands se trouve consolidé par les retombées de la présence de la cour. Une fois refermée la parenthèse royale, en 1520, « l’histoire de la capitale s’achève après avoir consolidé la puissance de cette classe, et celle de la bonne ville continue sans faille, sous sa direction97 ».

Capitale, siège du gouvernement : centralisation, attraction politique et transformations sociales

  • 98 Sur les résidences princières de l’empire, voir la série des publications dirigées par W. Paravicin (...)
  • 99 B. Guenée, « L’histoire de l’État en France à la fin du Moyen Âge, vue par les historiens français (...)
  • 100 N. Coulet, Aix-en-Provence…, op. cit., p. 884

56Dès lors, si la résidence princière peut parfois décider de l’emplacement de la capitale, c’est toujours l’installation des organes du gouvernement qui fait la ville-capitale – au sens où elle refaçonne en profondeur la société urbaine, la réorganise autour d’un principe puissant de relégitimation sociale98. Par conséquent, la véritable question que pose le problème des villes-capitales à l’histoire de l’État est celle de la centralisation politique. De ce point de vue, il faut sans doute en revenir à ce qu’écrivait Bernard Guenée il y a plus de quarante ans : « La centralisation médiévale […] bien différente de nos modernes centralisations […] centralise moins la décision que le contrôle99. » C’est ainsi que Noël Coulet a pu montrer, dans le cas aixois, que « le courant descendant qui achemine les ordres de l’autorité importe moins que la circulation montante qui canalise vers Aix les appels des plaideurs de tout le comté et ramène régulièrement dans l’enceinte du palais, devant la Cour des Comptes, les agents locaux du pouvoir portant avec eux les archives de leur gestion100. »

  • 101 Voir par exemple les contributions réunies dans Ph. Contamine et O. Mattéoni dir., La France des pr (...)
  • 102 J. Baldwin, Paris 1200, Paris, 2006, p. 209.
  • 103 M.-M. de Cevins, « Société et vie culturelle en Hongrie sous les rois angevins », dans Les princes (...)

57On remarquera au passage qu’il y a en germe dans cette simple remarque tout un programme de recherche – sur le contrôle des agents du pouvoir, la capitalisation archivistique, l’importance de la justice d’appel101. Pour John Baldwin encore tout récemment, la mise en place d’un processus de contrôle des comptes par les agents royaux dans la capitale du royaume de France à partir des années 1190 constitue « un commencement modeste, il est vrai, mais [qui] amorce un processus irréversible » de centralisation parisienne : « Paris est le centre où les grands barons suivent les officiers royaux pour y ériger leurs demeures de façon à pouvoir mieux traiter avec le gouvernement du roi102. » On pourrait de ce point de vue multiplier les exemples : en Hongrie, dans la seconde moitié du xive siècle, les grandes villes marchandes adoptent le droit de Buda. En cas de litige, les magistrats municipaux portaient l’affaire devant le Grand Argentier de la « ville du Trésor », qui devient à la fin du règne de Louis II une instance d’appel103. Et lorsque manque ce droit d’appel (comme dans les villes d’empire) manque également un puissant ressort de la centralisation des fonctions capitales.

  • 104 Voir la carte de l’empire fournie en annexe, ainsi que son commentaire.
  • 105 P. Moraw dir., Deutscher Königshof, Hoftag und Reichstag im späteren Mittelalter, Stuttgart, 2002 : (...)

58Il est significatif que lors des grandes réformes de l’empire, laborieusement adoptées et négociées entre les états au cours de la diète de Worms en 1495, le choix du lieu d’implantation des nouvelles institutions soit demeuré incertain. Où fixer l’administration qui recueillerait et contrôlerait le Denier commun ? Où implanter le Tribunal de la chambre d’empire (Reichskammergericht) ? Si Francfort fut désignée pour accueillir ce dernier, la ville ne fit rien pour le retenir et dès 1497 le tribunal s’établit à Worms avant d’aller à Spire en 1527 puis à Wetzlar en 1693, soit dans des lieux qui n’étaient, loin s’en faut, ni centraux ni capitaux. Quant au Reichstag, la réforme de 1495 ne précise rien au sujet d’un lieu fixe d’implantation, c’est-à-dire qu’elle laisse inchangée la pratique consacrée par la Bulle de 1356 d’une première diète post-électorale à Nuremberg – sans interdire ensuite un déplacement au gré des souhaits du roi, des princes et des villes104. À relire l’ensemble des ordonnances de réforme de l’empire en 1495, il est frappant de constater combien les lieux sont évités ou absents105.

  • 106 G. Labrot, L’image de Rome. Une arme pour la Contre-Réforme, 1534-1677, Seyssel, 1987, p. 24.

59Au-delà du circuit administratif, cette question de la centralisation remontante pose le problème de la capacité de la ville-capitale à convaincre de sa légitimité. De ce point de vue, l’image de la ville est bien, selon l’expression de Gérard Labrot, « machine agissante » : par le fait même qu’elle est capable de s’insinuer dans les esprits, elle devient « instrument d’intervention et de contrôle106 ». La capitalité emprunte à la tautologie : est capitale, ou plus précisément demeure capitale, la ville qui se présente comme telle avec suffisamment d’autorité et d’éloquence pour convaincre tout à chacun qu’elle mérite de l’être. En ce sens, les marques symboliques de la fonction capitale font plus que la représenter : d’une certaine manière, elles l’instituent.

  • 107 B. Andenmatten et L. Ripart, « Ultimes itinérances… », op. cit., p. 220 et suiv.
  • 108 G. Castelnuovo, « Principi e città negli stati sabaudi », dans S. Gensini dir., Principi e città al (...)
  • 109 R. Brondy, Chambéry. Histoire d’une capitale, Paris-Lyon, 1988, notamment p. 257-261.
  • 110 A. Barbero, Un’oligarchia urbana. Politica ed economica a Torino fra ter e quattrocento, Rome, 1995

60Voici pourquoi l’on doit être attentif aux phénomènes de concurrences et de contestations qui fragilisent certaines capitales. Le cas de Chambéry est, de ce point de vue, intéressant. Jusqu’en 1563, où Chambéry perd son titre de capitale de l’État savoyard au profit de Turin, elle demeure une capitale fragile et disputée. Les lieux de résidence habituels des ducs de Savoie sont plutôt, depuis la moitié du xiiie siècle, le séjour rustique du Bourget (sur les rives du lac), mais aussi les châteaux de Ripaille ou de Thonon. À la suite de la cession par Filipo Maria Visconti de Vercelli en 1327, de la « Dédition » de Nice en 1388 et de la récupération de Turin en 1418, les ducs (devenus comtes) de Savoie peuvent s’appuyer sur ces trois cités épiscopales à l’identité urbaine solidement constituée. Ils en font leurs lieux de résidence, même si leur véritable projet urbain se situe plutôt, pour le xve siècle, à Genève107. Dans le même temps, Chambéry concentre depuis 1295 au moins les organes du gouvernement princier : il s’agit bien d’une capitale « inventée » par l’État ducal, dont le choix est stratégique mais risqué (Chambéry n’est pas un évêché et ne jouit pas d’une tradition urbaine très ancienne)108. On se situe donc dans une configuration classiquement bipolaire – dispersion des fonctions de résidence en différents lieux, urbains ou non, et concentration des fonctions administratives en une ville capitale – à ceci près que la fonction capitale de Chambéry est contestée109. Elle l’est par Bourg, dont le rôle est surtout régional en Bresse, mais qui tente de mettre la main sur les archives de la chambre des comptes de Chambéry au moment où, de 1391 à 1404, Amédée VIII y réside. Elle l’est aussi par Annecy, qui fut déjà capitale des comtes de Genève et revendiquait de ce fait un rôle de commandement politique. Elle l’est surtout par Turin à partir des années 1430, qui s’impose par la maturité de sa société politique et par son rayonnement intellectuel110. On pourrait citer maints autres exemples de capitales faibles, ou de capitales contestées car tout est alors question de rapport de forces et de hiérarchies urbaines comme l’illustre la dispersion des lieux de réunion des assemblées d’États (Cortes, Corts) en Castille et en Catalogne (voir cartes en annexe).

  • 111 Bonne vue d’ensemble dans B. Krekic dir., Urban Society of Eastern Europe in Premodern Times, Berke (...)
  • 112 Voir J.-P. Arrignon, La Russie médiévale, Paris, 2003 ainsi que S. Franklin et J. Shepard, The Emer (...)

61D’une certaine manière, l’histoire prime ici sur la géographie. Certes, il est relativement fréquent que les transferts de capitale suivent la migration du centre de gravité des ensembles territoriaux : que l’on songe, par exemple, aux capitales successives du royaume d’Oviedo-Léon que nous avons évoquées et de celui de Croatie, de Split et Zadar sur la côte dalmate jusqu’à Zagreb au xvie siècle111. Que l’on songe également à la grande migration des capitales russes et au destin contrarié de la ville de Kiev112. On sait que le baptême de Vladimir Svjatoslavic en 988/989 lui permet d’ériger sa dynastie au-dessus de celles des autres princes tribaux et de fédérer sous son autorité les principautés patrimoniales de la Russie. Ce rehaussement politique est concomitant de l’urbanisation de Kiev avec la construction de la « ville de Vladimir » sise sur la colline Starokievskaja. À proximité de l’église de la Mère-de-Dieu dite de la dîme, première église construite en pierre et briques selon les techniques byzantines, sont édifiés des bâtiments princiers et les résidences des boyards, les terems. Jaroslav le Sage (1018-1054) multiplie la surface habitée en ajoutant à la ville de Vladimir, la ville de Jaroslav. Celle-ci est organisée autour de la cathédrale Sainte-Sophie, siège métropolite, (construite entre 1037 et 1050, par des maîtres byzantins qui la décorent de mosaïques et de fresques) et de deux monastères consacrés à saint Georges et sainte Irène dans l’environnement desquels s’installent de nombreux habitats princiers et aristocratiques. Cette ville haute, très aérée, est le cœur du pouvoir ; elle s’ouvre sur la ville basse par la célèbre porte d’or. Toutefois, la prise de la ville et son pillage par les troupes d’André Bogoljubskij en 1169, marquent le déclin irrémédiable de la ville, accentué par la conquête mongole de 1240. Elle avait alors déjà perdu ses fonctions de résidence grand-princière et de résidence métropolitaine, la décomposition de la Russie de Kiev ayant donné naissance à trois entités politiques plus ou moins autonomes, le plus souvent hostiles. De là le transfert de la chaire métropolitaine de Kiev à Vladimir en 1299. Ce déplacement du centre religieux précède et prépare la migration des fonctions capitales, y compris lors du troisième acte de cette histoire, lorsqu’en 1426, la capitale de l’État russe est transférée de Vladimir à Moscou, qui, détruite par les Tatars du khan Batu en 1238, a été relevée de ses cendres par ses princes, les descendants de Daniel Alexandrovic (1272-1303) alors en lutte contre les princes de Tver’.

  • 113 M. Stantcheva, Bulgarie. Trois capitales anciennes. Pliska, Preslav, Tirnovo, Paris, 1981.

62Les déplacements de capitale n’obéissent pas seulement à des critères stratégiques d’équilibre territorial, mais peuvent revêtir une dimension plus symbolique de régénération politique. Ainsi en Bulgarie : Pliska fut la première capitale de l’État bulgare, fondé par le khan Asparoukh (681-701). Son successeur Boris Ier adopte la religion chrétienne en 865. Puis, en 893, après avoir maté une révolte païenne, le jeune roi Siméon (893-927) déplace sa cathédrale au sud-ouest, à Preslav, pour y fonder une nouvelle ville chrétienne. Son nom, d’origine slave, signifie « très glorieux ». Il s’agit d’une ville royale et chrétienne, qui disparaît en 971 sous les coups des armées byzantines. C’est alors que se développe Tirnovo, capitale du Deuxième royaume bulgare, une fois que le pays se fut libéré de la domination byzantine (1186). Elle demeure capitale jusqu’à la conquête ottomane de 1393 où elle est détruite par les flammes113.

  • 114 Pour ne rien dire de Vichy, qui fut à la fois capitale de repli et capitale de la « régénération », (...)
  • 115 P. Lewis, « The Centre, the periphery and the problem of power distribution in 14th century France  (...)
  • 116 Voir M. Macarrone, « Ubi est papa, ibi est Roma », dans H. Mordek dir., Aus Kirche und Reich. Studi (...)

63Retenons en tout cas que l’abandon d’une ancienne capitale jugée corrompue par l’histoire pour fonder un nouvel État qu’on espère purifié et régénéré est un fantasme récurrent du pouvoir autoritaire qui trouve de nombreux échos dans l’histoire contemporaine114. À l’inverse, il n’est pas rare non plus qu’une capitale demeure, en dépit d’une recomposition territoriale, décentrée et désadaptée au nouvel ensemble politique qu’elle commande, mais confortée par l’histoire dans sa prééminence symbolique : c’est le cas, par exemple, des anciennes capitales d’empire – à commencer évidemment par Constantinople. Mais on pourrait également citer Londres, ou Paris – cette dernière étant, sur le plan militaire, la pire capitale que l’on puisse imaginer, si facilement prise qu’elle oblige ceux qui la gouvernent à s’inventer des capitales de repli. Dans ce cas encore, le souvenir est tenace et le poids de l’histoire déterminant. De 1420 à 1436, il existe bien deux capitales pour le royaume de France : Bourges pour la France capétienne, Paris pour la France lancastrienne – même si le duc de Bedford réside le plus souvent à Rouen. Mais lorsque Charles VII convoque le Parlement à Poitiers, il s’agit bien du Parlement de Paris à Poitiers115. Ubi papa, ibi Roma disent les canonistes, établissant au xiiie siècle l’identité fictive du pape et de sa capitale : telle est la matrice, sans doute, de l’idée royale116.

  • 117 S. Thrupp, The Merchant Class of Medieval London (1300-1500), Ann Arbor, 1962.
  • 118 J.-Ph. Genet, Genèse de l’État moderne. Culture et société politique en Angleterre, Paris, 2003, p. (...)
  • 119 B. Bove, Dominer la ville. Prévôts des marchands et échevins parisiens de 1260 à 1350, Paris, 2004, (...)

64Si la fonction capitale doit s’imposer au territoire administré, elle doit également « prendre » dans la société urbaine, ce qui pose le problème essentiel de l’articulation entre la société locale et l’horizon territorial du niveau de commandement. De ce point de vue, les exemples parisiens et londoniens forment vraisemblablement une fausse symétrie. S’appuyant sur les études classiques de Sylvia Thrupp précisant les contours de la classe dirigeante londonienne117, Jean-Philippe Genet définit Londres comme étant « avant tout une capitale économique, dont les rapports avec le pouvoir sont faits de multiples marchandages118 ». La classe dominante parisienne, que Boris Bove décrit comme « un patriciat à l’ombre du roi », est plus profondément façonnée par les fonctions capitales de la ville qu’elle gouverne : la présence du pouvoir central limite sans doute l’exercice immédiat de la puissance sociale, mais elle offre à l’échelle du continent européen des opportunités politiques qui permettent de convertir cette domination en un rapport politique plus stable et plus profitable119.

  • 120 N. Coulet, « Aix, capitale de la Provence angevine », dans L’État angevin. Pouvoir, culture et soci (...)
  • 121 Pour un cadre général, voire désormais M. Aurell, J.-P. Boyer et N. Coulet, La Provence au Moyen Âg (...)
  • 122 E. Baratier, Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), (...)
  • 123 N. Coulet, Aix-en-Provence…, op. cit., p. 28.

65Ce type de compromis socio-politique est sans doute caractéristique des sociétés politiques des villes capitales. Il vaut également à l’échelle d’une capitale provinciale comme Aix. Ainsi que l’a montré Noël Coulet, il n’y a nul déterminisme géographique à ce que Aix devienne – et c’est un fait tardif dans l’histoire – capus Provincie, chef-lieu de la patria Provincie120. Aix n’est pas plus au centre de la Provence que Brignoles, où la cour siège fréquemment et où le Parlement vient trouver refuge en cas de Peste121. Pour qu’Aix devienne capitale – et surtout, pour qu’elle le demeure – il faut à la fois un choix souverain et son acceptation par la société politique. Les motivations du choix sont explicitées dans l’enquête de 1252 sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence, où l’on lit : Vivitas Aquensis. Est sua propria et capus Provinciae ubi habet palatium122. « Il y a là son palais ». Tel est le fait essentiel : à suivre les itinéraires d’Alponse Ier et d’Alphonse II de 1196 à 1209, on voit la manière dont l’errance des princes se ralentit en même temps que se développe leur appareil d’État. La cour, progressivement, se sédentarise. Et pourquoi à Aix ? Sans doute parce que le comte de Provence y trouve un environnement local politiquement favorable. Est sua propria : ce n’est pas le seul seigneur de sa ville, « mais aucun pouvoir local ne fait réellement obstacle à son autorité, ni seigneur ni, encore moins, organisation communale123 ».

  • 124 C. Vallat, B. Marin, G. Biondi, Naples. Démythifier la ville, Paris, 1998, p. 105.

66Lorsque la capitale n’est pas contestée, elle peut être menacée par son propre gigantisme. À la fin du Moyen Âge, la ville capitale se caractérise par une concentration de privilèges, concédés par le pouvoir souverain, souvent en compensation de la perte effective d’autorité politique du gouvernement urbain. À Naples, par exemple, cette politique s’ébauche dès le privilège royal de 1306 reconnaissant à la ville la possession de la gabella del buon denaro et s’affirme définitivement en 1442 lorsque Alphonse d’Aragon exempte sa capitale de l’obligation de disposer d’un cadastre. Naples conserve jusqu’à la fin de l’Ancien Régime cette immunité fiscale, ne subissant aucune taxation directe de ses feux124. Ceci est fondamental pour comprendre le développement d’un discours critique de la Philosophie des Lumières sur la grandeur des capitales après 1760 : la hantise du gigantisme urbain se conjugue à la critique des privilèges pour dénoncer un échange inégal entre une capitale prédatrice et un territoire dominé. C’est ainsi que Montesquieu affirme « dans les États despotiques, la capitale s’agrandit nécessairement » (L’Esprit des lois, XXIII, 24).

  • 125 G. Vittolo, « Progettualità e territorio nel Regno svevo di Sicilia : il ruolo di Napoli », Studi s (...)
  • 126 A. Berque, « Le Tokyo idéal », Corps écrit, 29, 1988, La ville, p. 67-72.

67Au Moyen Âge, ce type de reproche s’adresse sans doute moins à la capitale qu’à la cour, qui cristallise souvent rancœurs et mécontentements. Et c’est pourquoi il faut sans doute se défaire de cette conception héritée des Lumières pour juger des rapports entre affirmation des capitales et modernisation de l’État. Il est tout à fait frappant, par exemple, de constater qu’une construction institutionnelle aussi évidemment statolâtre que l’État de Frédéric II refuse le modèle de la cité capitale pour adopter l’itinérance d’une cour autour de trois pôles. Les Pouilles constituent le centre économique du royaume, où Frédéric II a le plus longtemps résidé, notamment à partir de 1223 et de la construction de sa domus à Foggia. Cette dernière concentre certaines fonctions de commandement politique, mais pas toutes, puisque Barletta abrite les magistrats chargés du contrôle des comptes et Brindisi la monnaie. La Basilicate est « le poumon vert du royaume », avec ses réseaux de châteaux et de chasses royales, centrés sur Melfi. La Campanie, enfin, concentre la fonction intellectuelle, elle-même distribuée entre Naples (où Frédéric II a fondé un Studium en 1224), Salerne – haut-lieu de l’enseignement médical – et Capoue, centre important de l’Ars dictaminis où s’élabore la mystique du pouvoir absolu qui accompagne la construction institutionnelle frédéricienne – pouvoir absolu qui refuse le modèle de la ville capitale peut-être d’abord parce qu’il refuse le modèle de la ville elle-même125. Et si la capitale idéale n’était pas une ville ? Un grand quotidien japonais avait lancé en 1988 un concours pour le réaménagement de Tokyo. L’un de ses lecteurs imagina d’embarquer bureaux administratifs, Parlement et ministères sur un radeau immense qui, en un long périple, déplacerait la capitale de port en port, faisant en plusieurs années le tour de l’archipel…126

  • 127 O. Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523),(...)
  • 128 C. Pedretti, Leonardo da Vinci. The Royal Palace at Romorantin, Harvard, 1972.

68Dès lors, et pour conclure, la fascination pour le « modèle » parisien – qui capitalise de manière instable et provisoire toutes les fonctions capitales – doit être fortement nuancé. Certes, cette fascination existe au Moyen Âge, puisque le modèle a incontestablement essaimé : on peut faire la liste de quelques répliques parisiennes, que ce soit hors du royaume (le cas de Prague est évidemment le plus net, puisque Charles IV de Luxembourg en fait à partir de 1344 à la fois une capitale politique, une métropole économique et un pôle universitaire) ou à l’intérieur du royaume (avec les différentes capitales régionales des États princiers territoriaux, de Nantes à Moulins, dominée depuis les années 1370 par la présence imposante du château de Louis II127). Mais il est illusoire de croire que tout est déjà joué au Moyen Âge, que la centralisation parisienne obéit à une marche inéluctable et fatale. Paris est la capitale incontestable, elle n’est qu’exceptionnellement une ville royale. Il y a Vincennes, et il y aura Versailles. Et entre Vincennes et Versailles, le rêve du Val de Loire, qui est pour les rois de France comme l’idéal d’une capitale dispersée et désurbanisée. Lorsque Léonard de Vinci dessine pour François Ier les plans de son palais de Romorantin en 1518, c’est plus qu’une demeure qu’il ambitionne de construire, mais bien une nouvelle capitale pour une nouvelle monarchie128. Telle est l’ambition de la Renaissance, qu’aucune cité, qu’aucune histoire, qu’aucune société urbaine ne peut borner : celle d’un territoire administré à partir d’un lieu neutre, centré, géométrique, dont Léonard trace le plan, ce centre vide qui est l’espace même de la souveraineté.

Lieux de réunions des Cortes de Léon et Castille de 1188 à 1474

Lieux de réunions des Cortes de Léon et Castille de 1188 à 1474

Lieux de réunions des Cortes et Parlaments de Catalogne

Lieux de réunions des Cortes et Parlaments de Catalogne

1. Source : Rafael Conde, Ana Hernández, Sebastià Riera y Manuel Rovira, « Fonts per a l’estudi de les Corts i els Parlaments de Catalunya. Catàleg dels processos de Corts i Parlaments », dans Les Corts a Catalunya. Actes del Congrés d’Història Institucional (1988), departamento de Cultura de la generalitat de Catalunya, Barcelona, 1991, p. 25-61.
2. Les Parlaments sont les assemblées qui ne rassemblent pas les trois « bras » (noblesse, clergé, villes).
3. Non comprises les Cortes générales de la Couronne d’Aragon réunies en dehors du territoire catalan : Monzón (1362-1363), Monzón (1376), Monzón-Tamarit de Llitera-Fraga (1383-1384), Monzón (1388-1389), Monzón (1435-1436), Monzón (1469-1470), Tarazona (1484), Monzón (1510), Monzón (1512).

Le Saint-Empire au xive siècle : dynasties royales, électeurs, lieux impériaux

Le Saint-Empire au xive siècle : dynasties royales, électeurs, lieux impériaux

69Commentaire de la carte de l’empire : dynasties royales, électeurs, lieux impériaux.

70La carte entend montrer la coexistence en même temps que la répartition sur plusieurs villes de quatre systèmes qui structurent le dualisme et l’écartèlement territorial du Saint Empire aux xive et xve siècles.

71Trois dynasties se disputent alors le trône, toutes trois établies à l’est et au sud, ce qui tend d’ailleurs à déplacer le centre de gravité de l’empire d’ouest en est : les Wittelsbach (Bavière, Munich), les Luxembourg (Bohême, Prague), les Habsbourg (Autriche, Vienne).

72Les trois « capitales » dynastiques et princières de ces ensembles ne correspondent en rien aux trois lieux impériaux qui font le roi des Romains de manière fixe depuis la Bulle de 1356 : l’élection à Francfort-sur-le-Main, le couronnement à Aix-la-Chapelle, la première diète royale et la garde des insignes à Nuremberg.

73Les trois lieux dynastiques et les trois lieux impériaux ne correspondent à leur tour (sauf pour Prague au titre du royaume de Bohême) à aucun des lieux centraux ou capitaux des sept électeurs désignés nommément par la Bulle de 1356 pour accomplir en premier l’élection royale : les archevêques de Trèves, Cologne et Mayence, le roi de Bohême, le compte palatin, le duc de Saxe et le margrave de Brandebourg.

74Enfin les 18 lieux de réunion différents des diètes royales et d’empire (Königstage et Reichstage) ne correspondent jamais aux trois capitales princières dynastiques, dans un seul cas à un lieu de prince-électeur (Mayence), mais incluent en revanche les trois lieux qui font le roi des Romains (Francfort, Aix, Nuremberg).

75Quant au lieu du couronnement impérial, il demeure Rome jusqu’en 1452 tandis que le roi des Romains peut choisir ou non de se faire couronner roi de Bourgogne à Arles, et roi de Lombardie à Milan.

Notas

1 Chr. Charle et D. Roche dir., Capitales culturelles, capitales symboliques. Paris et les expériences européennes, Paris, 2002 ; Chr. Charle dir., Capitales européennes et rayonnement culturel, xviiie-xxe siècle, Paris, 2004 ; dans cette perspective, St. Van Damme, Paris capitale philosophique de la Fronde à la Révolution, Paris, 2005, propose une lecture originale de la territorialisation d’une pensée universaliste, inspirée de la sociologie boltanskienne des économies de la grandeur. Pour la période médiévale, voir aussi La ville et la transmission des valeurs culturelles au bas Moyen Âge et aux temps modernes, 17e colloque International, Spa, 1994, Bruxelles, crédit communal, collection histoire, n ° 96, 1996, première partie « la métropole et son influence », p. 17-150.

2 Voir par exemple les contributions au dossier « Révolution urbaine et mondialisation », Vingtième siècle, 81, 2004, p. 37-117, et notamment l’article de H. Théry, « Brasilia de la capitale à la métropole ? », p. 93-105.

3 Selon le modèle construit par J. Gottmann, Megalopolis. The Urbanized Northeastern Seaboard of the United States, New York, 1961. Pour une tentative d’actualisation historique du modèle, voir T. Barker et A. Sutcliffe dir., Megalopolis. The Giant City in History, Londres, 1993.

4 R. Dagorn, « Métropole/Mégalopole », dans J. Lévy et M. Lussault dir., Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, 2003, p. 609-612. De manière très significative, on trouve dans ce dictionnaire une entrée « capital spatial », mais pas « capitale ».

5 Cl. Nicolet, R. Ilbert, J.-C. Depaule dir., Mégapoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospective, Paris-Rome, 2000.

6 Par exemple, parmi d’autres manuels et ouvrages généraux, J.-P. Paulet, Géographie urbaine, Paris, 2000 : P. Bruyelle dir., Les très grandes concentrations urbaines, Paris, 2000. Voir aussi D. Pumain, « Villes, métropoles, régions urbaines… un essai de clarification des concepts », communication au colloque « Métropoles et aménagement du territoire », Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région Île-de-France, 12-13 mai 1993. Texte présenté sous format électronique (PDF) dans www.omd.uqam.ca.

7 R. Brunet, « Capitale », dans R. Brunet, R. Ferras, H. Théry, Les mots de la géographie, dictionnaire critique, Paris, 1992, p. 85-86. L’auteur ajoute de manière presque désinvolte : « Les capitales sont parfois les plus grandes villes de leur pays (Moscou, Londres, Paris), et assez souvent une autre. » Plus intéressante pour l’historien est en revanche sa remarque sur la dynamique du changement de capitale qui peut, selon les cas, jalonner une indépendance, marquer l’avancée d’un front pionnier (Brasilia, Ankara, Tokyo, Harare), ou assurer un meilleur équilibre entre les composantes du pays, selon certaines stratégies territoriales. D’où le fait que certaines anciennes capitales survivant à des amputations territoriales deviennent désadaptées à leur nouvel espace : c’est le cas, aujourd’hui, de Budapest ou de Vienne. Voir aussi R. Brunet, Le déchiffrement du monde, Paris, 2001.

8 J. Pelletier et Ch. Delfante, Villes et urbanisme dans le monde, Paris, 2000, p. 69.

9 J.-J. Bavoux dir., Introduction à l’analyse spatiale, Paris, 1998.

10 Pour une analyse des lieux centraux en français, voir P. Claval, « Chronique de géographie économique : la théorie des lieux centraux », Revue géographique de l’Est, 6, 1966, p. 131-152 et du même auteur, « La théorie des lieux centraux revisitée », Revue géographique de l’Est, 13, 1973, p. 225-251.

11 P. Claval, La logique des villes. Essai d’urbanologie, Paris, 1981.

12 E. Meynen dir., Zentralität als Problem der mittelalterlichen Stadtgeschichtsforschung, Cologne, Vienne, 1979, premier ouvrage consacré à la centralité, il rassemble les multiples champs d’histoire urbaine dans lesquels la théorie des lieux centraux a ensuite porté ses fruits. La théorie des lieux centraux a été appliquée au réseau du Périgord par Ch. Higounet, « Centralité, petites villes et bastides dans l’Aquitaine médiévale » dans J.-P. Poussou et Ph. Loupès dir., Les petites villes du Moyen Âge à nos jours, Paris, 1987, p. 41-48. Le dossier a été repris pour une autre région par J.-L. Fray, Villes et bourgs de Lorraine. Réseaux urbains et centralité au Moyen Âge, Clermont-Ferrand, 2006 et O. Kammerer Entre Vosges et forêt noire : pouvoirs, terroirs et villes de l’Oberrhein, 1250-1350, Paris, 2001.

13 Y. Grafmeyer, Sociologie urbaine, Paris, réed. 2005, p. 11-12. Voir également M. Bassand, V. Kaufmann et D. Joye dir., Enjeux de la sociologie urbaine, Lausanne, 2001.

14 P. Bruyelle, « Réseaux urbains, réseaux de villes : des notions encore pertinentes ? », dans Nouveaux espaces et systèmes urbains, livre jubilatoire en hommage à B. Dézert, Paris, 1996, p. 17-26. Très récemment vient de paraître le premier ouvrage consacré à un réseau de villes au Moyen Âge, L. Buchholzer-Rémy, Une ville en ses réseaux : Nuremberg à la fin du Moyen Âge, Paris, 2006.

15 On pourrait d’ailleurs imaginer un beau sujet de sémantique historique qui suivrait les définitions de la capitale sur la longue durée dans les encyclopédies et glossaires européens, jusqu’à nos jours.

16 C’est ainsi que les pages désormais classiques que B. Guenée consacre à la « Naissance des capitales » dans L’Occident aux xive et xve siècles. Les États, Paris, 1971, p. 195-204 consistent pour l’essentiel en une histoire comparée de l’évolution urbaine de Paris et de Londres.

17 La question n’est pas nouvelle, elle a fait l’objet de réflexions générales dans Das Hauptstadtproblem in der Geschichte, Tübingen, 1952 : voir aussi Th. Schieder, G. Brunn dir., Hauptstädte in europäischen Nationen, Munich, Vienne, 1983 et A. Sohn, H. Weber dir., Hauptstädte und Global Cities an der Schwelle zum 21. Jahrhundert, Bochum, 2000.

18 M. Folin, « Signorie, città, officiali », Archivio storico italiano, 140, 1997, p. 465-489, notamment p. 477 pour le concept de stato monocitadino. Voir aussi, pour une mise en perspective des histoires comparées des structures territoriales et des réseaux urbains en Italie et en Allemagne, G. Chittolini et D. Willoweit dir., L’organizzazione del territorio in Italia e Germania : secoli XIII-XIV, Bologne (« Annali dell’Istituto storico italo-germanico », 37), 1994.

19 Sur le mythe de Rome, voir Fl. Hubenak, Roma. El mito político, Buenos-Aires, 1997.

20 Si l’on en croit Alphonse Dupront, la perte de Jérusalem entraîne moins une translation qu’un transfert compensatoire où le centre est remplacé par des répliques (les objets sacrés) ou des ersatz de centres (Rome, Paris…) : A. Dupront, Le mythe de croisade, 4 vol., Paris, 1997. Ces notions de transferts et de répliques du centre sont discutées dans D. Iogna-Prat, « Alphonse Dupront ou la poétisation de l’Histoire », Revue historique, 300, 2000, p. 887-910, notamment p. 906-907.

21 Les historiens des villes n’intègrent pourtant généralement pas la capitale dans leurs réflexions, c’est le cas par exemple de J. Gautier-Dalché dans sa vaste synthèse, Historia urbana de Castilla y León, Madrid, 1989.

22 La problématique d’ensemble a été formulée par F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, Paris, 1979 et reprise récemment par L. Nilsson dir., Capital Cities. Images and Realities in the Historical Development of European Capital Cities, Stockholm, 2000.

23 P. Boucheron et D. Menjot, La ville médiévale, dans J.-L. Pinol dir., Histoire de l’Europe urbaine, t. 1, De l’Antiquité au xviiie siècle, Paris, 2003, p. 285-592 (notamment p. 591-592).

24 À ce sujet, un des travaux les plus riches d’enseignements reste B. Chevalier, Tours, ville royale, 1356-1520, origine et développement d’une capitale à la fin du Moyen Âge, Louvain-Paris, 1975.

25 Et de ce fait par essence changeante, sans forcément d’ailleurs que le lieu et le nom changent ! La Vienne, capitale princière des duchés autrichiens puis la Vienne de la cour impériale de Maximilien, puis la Vienne de l’empire austro-hongrois et enfin la Vienne de la République autrichienne actuelle n’ont ni le même profil ni la même fonction sous l’apparente continuité du nom et du lieu.

26 « Residenz - Hauptstadt – Metropole : Zur politischen, ökonomischen und kulturellen Mittelpunktbildung im Mittelalter und früher Neuzeit », dans Wissenschaftliche Mitteilungen der Historiker-Gesellschaft, 1988, 2/3, p. 7-94

27 Voir par exemple la liste des occurrences médiévales de caput et sedes pour les parties de l’empire entre les xe et xve siècles chez E. Engel, « Hauptstadt, Residenz, Residenzstadt, Metropole, zentraler Ort. Probleme ihrer Definition und Charakterisierung », dans E. Engel, K. Lambrecht, H. Nogossek dir., Metropolen im Wandel. Zentralität in Ostmitteleuropa an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit, Berlin, 1995, p. 11-31. Francfort est qualifiée de principalis sedes orientalis regni au ixe siècle et l’argument est mobilisé lors de la Bulle de 1356 pour justifier la fixation en ville de l’élection : Mayence en 1081 est caput Galliae et Germanie, Spire en 1125 est appelée par Orderic Vital metropolis Germaniae… Aix-la-Chapelle est dénommée civitas sacra et libera et sedes et caput regni Theutonici (car résidence et lieu du couronnement, d’où la formule double, sedes et caput) par Frédéric Barberousse dans un privilège du 8 janvier 1166 consécutif à la canonisation de Charlemagne en 1165 (dans un même mouvement qui voit l’empereur ériger Monza en caput Lombardie et Arles en caput Provinciae : d’une certaine façon, et les villes italiennes ne s’y sont pas trompées, la distribution du qualificatif de caput à une ville par le prince est un acte d’autorité et de reprise en main). Prague du temps de Charles IV fut bien appelée sancta civitas caput regni, mais le regnum est la Bohême et d’ailleurs la Bulle de 1356 ne peut faire autrement que de rappeler une fois pour toutes que l’élection du roi des Romains se fait à Francfort, son couronnement à Aix-la-Chapelle et que la première diète royale se tiendra à Nuremberg… À propos de Nuremberg, et le fait est intéressant en soi, quand cette ville prétend s’élever au-dessus des autres villes d’empire et faire figure de capitale « cachée » de l’empire, c’est par la garde des insignes impériaux conservés dans l’Hôpital du Saint-Esprit depuis 1424 qu’elle argumente mais en les appelant insigna que imperium dicuntur : la ville se repose uniquement sur cela pour s’identifier à l’imperium (et sans faire valoir par ailleurs son statut de facto de capitale économique de l’empire, preuve si besoin était que la capitale économique n’est pas une notion d’époque, ainsi Paris ne fut pas au Moyen Âge une capitale économique et ne fut pas plus présentée comme telle), et non sur des institutions fixes, des bâtiments, une cour, un château, une université. Le passage en revue des appellations de lieu capital, central, dominant… auquel les historiens allemands se sont livrés ne peut en tout cas permettre à l’observateur d’ériger la terminologie en marqueur sûr de capitalité : on n’a pas manqué de relever par exemple qu’en 1251, la ville de Kulm est désignée civitas capitalis au seul titre d’avoir distribué son droit urbain à toutes les villes de la colonisation orientale et d’être ainsi sur le plan juridique une « ville-mère ». Civitas capitalis se retrouve certes une autre fois, en 1365, pour parler de Vienne, mais d’abord dans une acception géographique limitée à l’Autriche et ensuite comme traduction, en cette année de fondation de l’université viennoise, du modèle universitaire de Paris appelée elle aussi civitas capitalis.

28 Pas d’État, pas de nation, pas de capitale au cours du long Saint Empire : d’où un État tardif, une nation tardive et une capitale moderne tardive, à savoir Berlin, celle des deuxième et troisième Reich avec la fin catastrophique de 1945 et une ville divisée après la guerre.

29 E. Engel, K. Lambrecht, H. Nogossek dir., Metropolen im Wandel. Zentralität in Ostmitteleuropa an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit, op. cit.

30 Remarque qui incite au passage à réfléchir sur la question de savoir si la notion de capitale religieuse a un sens ou non, et ce avant et après la confessionnalisation.

31 E. Ewig, « Résidence et capitale pendant le haut Moyen Âge. Capitales du Bas-Empire », Revue historique, 230, 1963, p. 25-72. C. Brühl, « Remarques sur les notions de “capitale” et de “résidence” pendant le haut Moyen Âge », Journal des Savants, 1967, p. 193-215

32 W. Berges, « Das Reich ohne Hauptstadt », dans Das Hauptstadtproblem in der Geschichte, op. cit., p. 1-29.

33 P. Monnet, « Des juristes en ville : le Reichskammergericht à Francfort. Aspects politiques et sociaux d’une brève histoire (1495-1497) », dans J.-M. Cauchies dir., Les juristes dans la ville : urbanisme, société, économie, politique, mentalités (40es rencontres du Centre européen d’études bourguignonnes, Wetzlar 1999), Neuchâtel, 2000, p. 107-128.

34 Un exemple, quand Henri II veut distinguer Bamberg comme lieu royal, disons comme lieu capital à ses yeux et d’après les catégories de son temps, il élève en 1007 la ville aux sept collines ( !) en siège épiscopal et l’évêque déclare alors la ville caput orbis et non caput imperii.

35 U. Schultz dir., Die Hauptstädte der Deutschen. Von der Kaiserpfalz in Aachen bis zum Regierungssitz Berlin, Munich, 1993.

36 Sauf pour E. Ennen, « Funktions-und Bedeutungswandel der “Hauptstadt” vom Mittelalter zur Moderne », dans Th. Schieder, G. Brunn dir., Hauptstädte in europäischen Nationalstaaten, op. cit., p. 153-163 dont la conclusion cependant est que la capitale au sens historique est un type particulier de ville en raison avant tout de sa fonction politique. Sinon, les travaux des spécialistes des villes en Allemagne sur ce plan, et le signe est parlant, portent sur les résidences. Voir E. Ennen, M. Van Rey, « Probleme der frühneuzeitlichen Stadt, vorzüglich der Haupt-und Residenzstädte », Westfälische Forschungen, 25, 1973, p. 169-174 : K. Andermann dir., Residenzen. Aspekte hauptstädtischer Zentralität von der frühen Neuzeit bis zum Ende der Monarchie, Sigmaringen, 1992 : W. Paravicini dir., Höfe und Residenzen im spätmittelalterlichen Reich. Ein dynastisch-topographisches Handbuch, Ostfildern, 2003.

37 P. Moraw, « Reichsstadt, Reich und Königtum im späten Mittelalter », Zeitschrift für historische Forschung, 1979, 6, p. 385-424 et ID., Deutscher Königshof, Hoftag und Reichstag im späteren Mittelalter, Sigmaringen, 2002. Compléter par E. Isenmann, « Reichsstadt und Reich an der Wende vom späten Mittelalter zur frühen Neuzeit », dans J. Engel dir., Mittel und Wege früher Verfassungspolitik, Stuttgart, 1979, p. 9-224 : P. J. Heinig, Reichsstädte, freie Städte und Königtum 1389-1450. Ein Beitrag zur deutschen Verfassungssgeschichte, Wiesbaden, 1983 : P. Moraw dir., Deutscher Königshof, Hoftag und Reichstag im späteren Mittelalter, Osfildern, 2002.

38 G. Annas, Hoftag-Gemeiner Tag-Reichstag. Studien zur strukturellen Entwicklung deutscher Reichversammlungen des späten Mittelalters (1349-1471), Göttingen, 2004.

39 À l’exception de Prague fondée en 1348 sur le modèle parisien mais aussi un peu napolitain comme première université « allemande » d’administrateurs et de juristes, l’université en Allemagne est de création princière et n’a donc pas vocation à constituer un facteur de capitalité… Voir sur cette question la synthèse récente de Th. Kouamé, « La diffusion d’un modèle universitaire dans le Saint Empire aux xive et xve siècles », dans Fr. Attal, J. Garrigues, Th. Kouamé, J.-P. Vittu dir., Les universités en Europe du xiiie siècle à nos jours. Espaces, modèles et fonctions, Paris, 2005, p. 179-197.

40 Voir la carte de « L’empire : dynasties royales, électeurs et lieux impériaux » fournie en annexe, avec commentaire joint.

41 W. Paravicini dir., Nord und Süd in der deutschen Geschichte des Mittelalters, Sigmaringen, 1990.

42 B. Schneidmüller, St. Weinfurter dir., Heilig-Römisch-Deutsch. Das Reich im mittelalterlichen Europa, Dresde, 2005.

43 Dans une abondante production, on se reportera principalement à leurs deux grandes synthèses, A. Castro, La realidad histórica de España, Mexico, 1948, Cl. Sánchez-Albornoz, España, un enigma histórico, Buenos Aires, 1956.

44 Par exemple, dernièrement, dans la belle synthèse de M.-A. Ladero Quesada, La formación médieval de España. Territorios, regiones, reinos, Madrid, 2004.

45 La Historia Medieval en España. Un balance historiográfico (1968-1998), XXV Semana de Estudios Medievales, Estella, 1998, Pampelune, 1999.

46 C. Martin, La géographie du pouvoir dans l’Espagne wisigothique, Lille, 2003.

47 R. Collins, Early Medieval Spain. Unity and diversity (400-1000), Londres, 1983.

48 Alors que J. Orlandis, Historia del reino visigodo español, Madrid, 1988 et L. A. García Moreno, Historia de la España visigoda, Madrid, 1989, expliquent cette chute principalement par la grave crise socio-politique que traversait le royaume de Tolède.

49 Entre autres, parmi les ouvrages de synthèse J. Vallvé, El califato de Córdoba, Madrid, 1992 : M. J. Viguera Molins, De las taïfas al reino de Granada, vol. 9. de Historia de España de Historia 16, Madrid, 1995 : P. Guichard, Al-Andalus (711-1492), Paris, 2000.

50 Bernat Desclot, dans sa chronique écrite à la fin du xiiie siècle présente Saragosse, comme la « maestra ciutat del regisme d’Aragó » et aussi « Maestre e cap de aqueix regne ». À la même période, Jacques II qualifie Barcelone de cap (tête) et casal (maison d’origine) de Catalogne : l’expression est utilisée maintes fois par la suite. En 1341, la ville est dite cap et mare (mère) de toute la Catalogne. Les capitales ibériques de la couronne d’Aragon sont les plus grandes villes des quatre entités, les centres économiques, mais pas culturels (l’université est fondée à Lleida en 1300). Les corts particulières que chacune de ces entités possède – à l’exception du royaume de Majorque – s’y réunissent le plus souvent (voir carte des lieux de réunion des Corts de Catalogne). Dans chacune sont installés les organes du gouvernement : tribunal de la Audiencia, Maestre Racional qui a en charge les finances de la monarchie, archives, et le souverain y possède un palais.

51 D. Menjot, « Un chrétien qui meurt toujours. Les funérailles royales en Castille à la fin du Moyen Âge » dans M. Nuñez, E. Portela éd., La idea y el sentimiento de la muerte en la historia y en el arte de la Edad Media, Santiago de Compostela, 1987, p. 127-138 : T. F. RUIZ, « Une royauté sans sacre : la monarchie castillane du bas Moyen Âge », Annales ESC, 1984, p. 429-453. La monarchie castillane légitime son pouvoir par d’autres cérémonies, J. M. Nieto Soria, Ceremonias de la realeza. Propaganda y legitimación en la Castilla Trastámara, Madrid, 1993.

52 Par exemple la vaste synthèse de M. A. Ladero Quesada, « La genèse de l’État dans les royaumes hispaniques médiévaux (1250-1450) » dans Le premier âge de l’État en Espagne (1450-1700), Paris, 1989, p. 9-65.

53 D. Torres Sanz, La administración central castellana en la baja Edad Media, Universidad de Valladolid, Valladolid, 1982.

54 Comme on peut le constater à la lecture du texte et de la bibliographie de l’histoire de Burgos, C. Estepa, T. Ruiz, J. Bonachia, H. Casado, Burgos en la Edad Media, Valladolid, 1984.

55 A. Rucquoi, Valladolid en la Edad Media, 2 vol., Valladolid, 1987 (trad. française, Aix-en-Provence 1992) notamment dans le tome 2, « Valladolid, capital del reino », p. 21-185.

56 E. B. Ruano, La prelación ciudadana. Las disputas por la precedencia entre las ciudades de la Corona de castilla, Tolède, 1972 : A. Rucquoi « Les villes d’Espagne de l’histoire à la généalogie » dans H. Brand, P. Monnet et M. Staub dir., Memoria, communitas, civitas. Mémoire et conscience urbaines en Occident à la fin du Moyen Âge, Ostfildern, 2003, p. 145-166.

57 P. Linehan, History and the Historians of Medieval Spain, Oxford, 1993.

58 « Valence ressemblait à une ville hanséatique qui se consacrait à l’industrie et au commerce plus qu’à la capitale d’un royaume car elle pouvait difficilement étendre sa juridiction au-delà de ses murailles, garrottée qu’elle était par le féodalisme » J. B. Perales, Continuación de las décadas de la historia de la insigne y coronada ciudad y reino de valencia, III, Valence-Madrid, 1880, p. 175.

59 J. Fuster, Nosaltres, els valencians, Barcelone, 1982 (7 éd.), p. 52-53.

60 M. Sanchis Guarner, La ciutat de València. Sintesi d’Historia i de Geografia urbana, Ajuntament de Valencia, 1972, 3e éd, 1981, p. 124.

61 E. Gómez Nadal, El País Valencía i els altres, Valence, 1990, p. 203.

62 M. Llop Catalá, La ciudad de Valencia, capital de su reino, Alicante, 1984.

63 A. Rubio Vela, « Valencia : la conciencia de capitalidad y su expresión retórica en la prosa municipal cuatrocentista », Anales de la Universidad de Alicante. Historia Medieval, Alicante, 2003, p. 231-254.

64 A. Wendehorst, J. Schneider dir., Hauptstädte. Entstehung, Struktur und Funktion, Neustadt an der Aisch, 1979.

65 Erikskrönica. Chronique d’Erik, première chronique rimée suédoise (première moitié du xive siècle), éd. et trad. C. Péneau, Paris, 2005, p. 117 (vers 510-513). Nous remercions Corinne Péneau pour les précisions qu’elle nous a apportées quant à l’interprétation de ce passage.

66 Nous nous appuyons ici sur J. M. Garcia, História de Portugal : uma visão global, Lisbonne, 1989 : M. de Oliveira, História de Portugal, Lisbonne, 1985 : J. Mattoso, Identificão de um país, 1096-1325, Lisbonne, 1985. Voir aussi, en français : D. Couto, Histoire de Lisbonne, Paris, 2000.

67 J. Toynbee, Les villes dans l’histoire, trad. franç., Paris, 1972, p. 84.

68 G. Dagron, « Constantinople », dans Cl. Nicolet, R. Ilbert, J.-C. Depaule dir., Mégapoles méditerranéennes…, op. cit., p. 376-397, citation p. 380.

69 Th. Deswarte, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-Léon, Turnhout, 2003, particulièrement p. 65-94 et 168-175.

70 S. Kelly, The New Solomon. Robert of Naples (1309-1343) and Fourteenth-Century Kingship, Leiden, 2003.

71 G. Kristó, « Les bases du pouvoir royal de Charles Ier en Hongrie », dans N. Coulet et J.-M. Matz dir., La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Rome, 2000, p. 423-429.

72 M.-M. de Cevins, « Société et vie culturelle en Hongrie sous les rois angevins », dans N.-Y. Tonnerre et E. Verry dir., Les princes angevins du xiiie au xve siècle. Un destin européen, Rennes, 2003, p. 219-245. Voir aussi L’Europe des Anjou. Aventure des princes angevins du xiiie au xve siècle, Paris, 2001, et notamment la contribution de G. Vittolo, « Ville et monarchie dans le Mezzogiorno angevin », p. 39-47.

73 G. Martinez-Gros, Ibn Khaldun et les sept vies de l’Islam, Paris-Arles, 2006, p. 80.

74 Voir la récente relecture de l’histoire institutionnelle milanaise à l’époque communale dans P. Grillo, Milano in età comunale (1183-1276), Spolète, 2001.

75 J.-Cl. Maire Vigueur, « Conclusione. Flussi, circuiti e profili », dans ID. dir., I podestà dell’Italia comunale, Parte I, Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine XII sec.-metà XIV sec.), 2 vol., Rome, 2000, vol. 2, p. 897-1099, citation p. 985.

76 Voir sur ce point la synthèse de G. Andenna, R. Bordone, F. Somaini, M. Vallerani, Comuni e signorie nell’Italia settentrionale : la Lombardia, Turin, 1998 accompagnée des réflexions critiques de M. Della Misericordia, « La Lombardia composita. Pluralismo politico-istituzionale e gruppi sociali nei secoli X-XVI (a proposito di una pubblicazione recente) », Archivio storico lombardo, 124-125, 1999, p. 601-647 ainsi que M. Gentile, « Leviatano regionale o forma-stato composita ? Sugli usi possibili di idee vecchie e nuove », Società e storia, 89, 2000, p. 561-573. Voir aussi plus récemment A. Gamberini, Lo stato visconteo. Linguaggi politici e dinamiche costituzionali, Milan, 2005.

77 Ch. M. de La Roncière, Firenze e le sue campagne nel Trecento. Mercanti, produzione, traffici, Florence, 2005.

78 J. Boutier, S. Landri, O. Rouchon dir., Florence et la Toscane, xive -xixe siècles. Les dynamiques d’un État italien, Rennes, 2004.

79 A. Brown, « The language of empire », dans W. J. Connel et A. Zorzi dir., Florentine Tuscany. Structures and Practices of Power, Cambridge, 2000, p. 32-47.

80 Voir les contributions rassemblées dans Micrologus. Natura, scienze e società medievali, XI, 2003, Il cuore/The heart.

81 I. Pânzaru, « Caput mystice. Fonctions symboliques de la tête chez les exégètes de la seconde moitié du xiie siècle », Le Moyen Âge, CVII, 2001, p. 439-453.

82 Voir sur ce point les contributions rassemblées dans P. Boucheron et J. Chiffoleau dir., Les palais dans la ville. Espaces urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale, Lyon, 2004.

83 J. Barbier, « Le système palatial franc : genèse et fonctionnement dans le Nord-Ouest du regnum », Bibliothèque de l’École des chartes, 148, 1990, p. 245-299 et C. Brühl, « Remarques sur les notions de “capitale” et de “résidence” pendant le haut Moyen Âge », Journal des Savants, 1967, p. 193-215,

84 W. Paravicini, « Die Residenzen der Herzöge von Burgund (1362-1477) », dans H. Patze et W. Paravicini dir., Fürstliche Residenzen im spätmittelalterlichen Europa, Sigmaringen, 1991, p. 69-102.

85 E. Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bouguignons, Turnhout, 2004, p. 37.

86 J. Boutier, J. Dewerpe, D. Nordman, Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, 1984.

87 Guillaume Le Breton, Gesta, dans Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, H.-F. Delaborde éd., Paris, 1885, t. 2, p. 196-197. Sur l’épisode et la tradition, inventée par Guillaume le Breton, du lien de cause à effet qu’il entretient avec la création des archives royales dans le Palais de la Cité à Paris, voir J. Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement. Les fondations du pouvoir royal en France au Moyen Âge, trad. franç., Paris, 1991, p. 86-87 et p. 515-516. En réalité, les pertes de Fréteval se réduisent sans doute à quelques registres comptables : la tradition du rapt originel sert à entretenir la fiction de l’antiquité des archives de France, et en tout cas à masquer l’inégale centralisation politique (et documentaire) des royaumes français et anglais à l’orée de la grande décennie de modernisation administrative 1194-1204.

88 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, 1996, p. 280.

89 M.-L. Derat, Le domaine des rois éthiopiens (1270-1527). Espace, pouvoir et monachisme, Paris, 2003, p. 49.

90 U. Burkowska, « The Funeral Ceremonies of the Polish Kings from the Fourteenth to the Eignteenth Centuries », Journal of Ecclesiastical History, 36, 1985, p. 513-534.

91 N. Coulet, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale (milieu XIVe-milieu XVe), Aix-en-Provence, 1988, vol. 1, p. 55.

92 Pour le cadre français, voir récemment les remarques de M. Gaude-Ferragu, D’or et de cendres. La mort et les funérailles des princes dans le royaume de France au bas Moyen Âge, Villeneuve d’Ascq, 2005, notamment p. 57-65.

93 B. Andenmatten et L. Ripart, « Ultimes itinérances. Les sépultures des princes de la maison de Savoie entre Moyen Âge et Renaissance », dans A. Paravicini Bagliani, E. PIBIRI et D. Reynard dir., L’itinérance des seigneurs (xive-xvie siècles), Lausanne, 2003 (Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 34), p. 193-248. Pour la Castille, voir D. Menjot, « Un chrétien qui meurt toujours… », op. cit., no 51.

94 C. Elhers, Metropolis Germaniae. Studien zur Bedeutung Speyers für das Königtum (751-1250), Göttingen, 1996.

95 B. Chevalier, Tours ville royale, 1356-1520. Origine et développement d’une capitale à la fin du Moyen Âge, Tours, 1983, p. 10.

96 Ibid., p. 11.

97 Ibid., p. 340.

98 Sur les résidences princières de l’empire, voir la série des publications dirigées par W. Paravicini, Höfe und Residenzen im spätmittelalterlichen Reich, Stuttgart, vol. 1 : Dynastischtopographisches Handbuch, 2003 : vol. 2 : Bilder und Begriffe, 2005 : vol. 3 : Quellenkunde (à paraître). Pour une présentation de l’ensemble du centre de recherche de la Residenzenkommission : P. Monnet, « Cours et résidences dans l’empire et en Europe : une commission, des colloques, des publications », Bulletin de la Mission historique française en Allemagne, 41, 2005, p. 168-173.

99 B. Guenée, « L’histoire de l’État en France à la fin du Moyen Âge, vue par les historiens français depuis cent ans », Revue historique, 232, 1964, p. 331-360, citation p. 347.

100 N. Coulet, Aix-en-Provence…, op. cit., p. 884

101 Voir par exemple les contributions réunies dans Ph. Contamine et O. Mattéoni dir., La France des principautés. Les Chambres des comptes, xive et xve siècles, Paris, 1996 : H. Millet dir., Suppliques et requêtes. Le gouvernement par la grâce en Occident (xiie-xve siècle), Rome, 2003 : L. Feller dir., Contrôler les agents du pouvoir, Limoges, 2005.

102 J. Baldwin, Paris 1200, Paris, 2006, p. 209.

103 M.-M. de Cevins, « Société et vie culturelle en Hongrie sous les rois angevins », dans Les princes angevins…, op. cit., p. 226.

104 Voir la carte de l’empire fournie en annexe, ainsi que son commentaire.

105 P. Moraw dir., Deutscher Königshof, Hoftag und Reichstag im späteren Mittelalter, Stuttgart, 2002 : id., Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung. Das Reich im späten Mittelalter, 1250 bis 1490, Berlin, 1985.

106 G. Labrot, L’image de Rome. Une arme pour la Contre-Réforme, 1534-1677, Seyssel, 1987, p. 24.

107 B. Andenmatten et L. Ripart, « Ultimes itinérances… », op. cit., p. 220 et suiv.

108 G. Castelnuovo, « Principi e città negli stati sabaudi », dans S. Gensini dir., Principi e città alla fine del Medioevo, San Miniato, 1996, p. 77-93 : ID., « Le prince, ses villes et le politique : pouvoirs urbains et pouvoir savoyard des deux côtés des Alpes (Chambéry et Turin, xive-xve siècles) », dans L. Croq dir., Le prince, la ville et le bourgeois (xive-xviiie siècles), Paris, 2004, p. 47-64.

109 R. Brondy, Chambéry. Histoire d’une capitale, Paris-Lyon, 1988, notamment p. 257-261.

110 A. Barbero, Un’oligarchia urbana. Politica ed economica a Torino fra ter e quattrocento, Rome, 1995.

111 Bonne vue d’ensemble dans B. Krekic dir., Urban Society of Eastern Europe in Premodern Times, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1987.

112 Voir J.-P. Arrignon, La Russie médiévale, Paris, 2003 ainsi que S. Franklin et J. Shepard, The Emergence of Rus 750-1200, Londres et New York, 1996.

113 M. Stantcheva, Bulgarie. Trois capitales anciennes. Pliska, Preslav, Tirnovo, Paris, 1981.

114 Pour ne rien dire de Vichy, qui fut à la fois capitale de repli et capitale de la « régénération », voir par exemple le cas récent et étonnant du transfert brutal (et quasiment clandestin) de la capitale birmane de Rangoun à Pyinmana, à 300 kilomètres plus au nord. La junte au pouvoir espère trouver dans ce bastion isolé au cœur de la jungle un réduit plus sûr et surtout indemne des compromissions et du cosmopolitisme supposés de la ville littorale de Rangoun, coupable de son passé colonial (Le Monde, mercredi 9 novembre 2005).

115 P. Lewis, « The Centre, the periphery and the problem of power distribution in 14th century France », dans J. R. Highfield dir., The Crown and Local Communities in England and France, Gloucester, 1981, p. 33-50 et G. Naegle, Stadt, Recht und Krone : Französische Städte, Königtum und Parlement im späten Mittelalter, Husum, 2002.

116 Voir M. Macarrone, « Ubi est papa, ibi est Roma », dans H. Mordek dir., Aus Kirche und Reich. Studien zur Theologie, Politik und Recht im Mittelalter, Festschrift für F. Kempf, Sigmaringen, 1983, p. 371-382.

117 S. Thrupp, The Merchant Class of Medieval London (1300-1500), Ann Arbor, 1962.

118 J.-Ph. Genet, Genèse de l’État moderne. Culture et société politique en Angleterre, Paris, 2003, p. 44.

119 B. Bove, Dominer la ville. Prévôts des marchands et échevins parisiens de 1260 à 1350, Paris, 2004, notamment p. 323-327.

120 N. Coulet, « Aix, capitale de la Provence angevine », dans L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre xiiie et xive siècle, Rome, 1998, p. 317-338.

121 Pour un cadre général, voire désormais M. Aurell, J.-P. Boyer et N. Coulet, La Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence, 2005.

122 E. Baratier, Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), Paris, 1969, p. 324.

123 N. Coulet, Aix-en-Provence…, op. cit., p. 28.

124 C. Vallat, B. Marin, G. Biondi, Naples. Démythifier la ville, Paris, 1998, p. 105.

125 G. Vittolo, « Progettualità e territorio nel Regno svevo di Sicilia : il ruolo di Napoli », Studi storici, 37, 1996, p. 405-424. Au moins l’empereur Staufen avait-il un projet royal inscrit et hiérarchisé dans l’espace pour ce royaume, à la différence de la Germanie où, après avoir concédé aux princes territoriaux ecclésiastiques et laïcs le privilège et le soin d’organiser à leur guise leurs États, leurs résidences et leurs cités (Confœderatio de 1220 et Statutum de 1231/1232), il n’eut de cesse de contrecarrer la politique de son fils Henri (VII) qui non seulement tenta une alliance avec des villes en Allemagne, mais souhaitait aussi amorcer la construction d’un étagement urbain mieux adapté aux besoins de la Couronne.

126 A. Berque, « Le Tokyo idéal », Corps écrit, 29, 1988, La ville, p. 67-72.

127 O. Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523), Paris, 1998, p. 131 : « à mesure que s’appesantissait l’autorité du prince sur la ville, grandissait envers elle sa sollicitude ».

128 C. Pedretti, Leonardo da Vinci. The Royal Palace at Romorantin, Harvard, 1972.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search