Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marquer la prééminence sociale

 | 
Jean-Philippe Genet
, 
E. Igor Mineo

Partie II. L’affirmation des élites

Marquer la prééminence sociale dans la noblesse française médiévale

Du rôle du bijou et du vêtement à travers deux exemples genrés, au xive siècle

Michelle Bubenicek

Texte intégral

1Le xive siècle constitue de toute évidence, une période de mutation dans l’évolution de la parure aristocratique, l’époque d’une « révolution somptuaire ». En dépit de la crise économique et des troubles divers induits par un phénomène de guerre endémique, le luxe vestimentaire s’y diffuse beaucoup plus largement qu’au siècle précédent, et désormais, la rivalité politique existant entre les grands est sensible jusque dans le vêtement et le bijou. À la fin du xive siècle, l’on peut dire que le luxe de la parure est devenu en quelque sorte un code du pouvoir. Mais cette pratique du luxe, assez bien connue chez les élites du pouvoir central, est-elle sensible dans toutes les strates d’un milieu nobiliaire par nature très divers ? Plus concrètement, quels pouvaient être les freins, les limites que cette pratique, en dehors des milieux de la cour, était susceptible de rencontrer ? Quelle pouvait être, enfin, la signification profonde d’une diffusion générale de cette « politique du paraître », appliquée à l’ensemble de la noblesse ?

2On se propose d’apporter un début de réponse à ce vaste questionnement grâce à deux cas de figure rencontrés dans des sources d’archives restées pour la plupart inédites. Les exemples qui vont suivre ne concernent donc directement ni la sphère royale, ni les milieux princiers, mais plutôt la haute et moyenne noblesse de culture française, saisie ici grâce à deux figures « genrées » de nobles, l’une masculine – celle d’un moyen seigneur bourguignon, Étienne de Saint-Dizier – ; l’autre féminine – celle d’une grande dame gravitant dans l’orbite de la cour de France, Yolande de Flandre – ; deux personnages nobles qui ont en commun d’avoir été tous deux soumis à des vicissitudes politiques marquantes.

La « révolution somptuaire » du xive siècle et la parure nobiliaire

  • 1 Pour une synthèse concernant le Moyen Âge, voir P. Kreamer, Le luxe et les lois somptuaires au Moy (...)

3Si l’on observe l’histoire de la vêture aristocratique sur la longue durée médiévale, il semble a priori aisé d’opérer une première périodisation autour de la révolution commerciale du Moyen Âge central. La réouverture des routes marchandes, tout comme la participation aux croisades ouvrent l’accès aux produits de luxe et, notamment, aux étoffes précieuses comme la soie, que l’Occident n’est alors guère en mesure de produire. La révolution commerciale s’accompagne ainsi d’une première « révolution somptuaire », déjà très sensible au xiiie siècle et qui est d’abord celle des tissus de luxe. Cet apport matériel bouleverse sans nul doute d’une manière générale l’usage du vêtement, à un point tel que les autorités politiques en construction cherchent à s’imposer aussi dans ce même domaine du luxe et de la parure, en s’efforçant d’en limiter les usages grâce à des textes normatifs et des lois dites « somptuaires1 ». Cette réglementation a une triple fonction : d’un point de vue économique, tout d’abord, il s’agit de limiter dans toutes les catégories sociales les dépenses concernant le vêtement et ses accessoires, car celles-ci sont jugées improductives ; d’un point de vue moral, il est également manifeste que ces mêmes dépenses vont contre la tradition chrétienne de vertu et de modestie, et qu’il importe pour cette raison même de les contrer ; d’un point de vue social, enfin, il va de soi que la parure doit continuer à permettre d’identifier chaque individu, à sa place, dans l’ordre sociétal. Dès la fin du xiiie siècle, par exemple, les rois Philippe III le Hardi et Philippe le Bel promulguent tous deux des lois somptuaires qui réglementent l’usage de la vêture et des étoffes dans le royaume de France.

  • 2 Pour une chronologie européenne des lois somptuaires au Moyen Âge, voir F. Boucher, Histoire du co (...)
  • 3 Par exemple : « Item, chevalier qui aura 3 000 livres de terre ou plus, ou li bannerets, pourra av (...)
  • 4 H. Duplès-Agier, « Ordonnance somptuaire inédite de Philippe le Hardi », dans Bibliothèque de l’Éc (...)
  • 5 Ordonnances des rois de France de la troisième race, Paris, 1723, t. 1, p. 541-542.
  • 6 J. Quicherat, Histoire du costume en France, Paris, Hachette, 1877, p. 204.

4Dans l’ordonnance promulguée en mai 12792, Philippe III déclare ainsi que, durant les cinq années à venir, les grands seigneurs ne devront pas se faire confectionner plus de cinq habillements fourrés par an ; les seigneurs de moindre rang seront quant à eux limités à quatre habillements de ce type ; d’autres encore à trois3, etc. Le prix des étoffes est fixé à 30 sous l’aune pour les nobles, à 25 sous pour les bourgeois. On interdit également aux bourgeois les chariots de luxe, les harnais et les éperons dorés. Enfin, les contraventions sont punies, selon le rang de l’intéressé, d’une amende de 20 à 40 livres, dont un sixième au profit du dénonciateur4… Philippe le Bel renouvelle la loi en 1294, en choisissant d’en faire une constitution perpétuelle. Désormais, il n’est plus permis à quiconque de se faire confectionner plus de quatre habillements par an, ni d’employer des étoffes dont l’aune excéderait le prix de 25 sous5. Disposition qui semble cependant être resté un vœu pieux dès les années qui suivent. L’un des effets tangibles de la conquête de la Flandre fut, en effet, d’inonder le royaume tout proche de draps précieux dont la moindre aune se vendait largement à plus de 25 sous et, comme en témoignent les récits conservés de fêtes contemporaines, les puissants, à commencer par les grands nobles, rivalisent alors, sans limites, de luxe et de richesse, si bien que l’ordonnance royale de 1294 semble bien être restée lettre morte. Lors de son entrée dans la ville de Bruges, en 1301, la reine Jeanne se plaint alors amèrement de la splendeur des atours des femmes : « Je croyais être reine ici, j’en vois des centaines. » Même constat en 1313, lors des fêtes données par Philippe le Bel pour la chevalerie de son fils aîné, Louis6. En ce tout début du xive siècle, il n’est guère aisé, semble-t-il, pour la royauté française de cantonner l’usage de la vêture la plus précieuse au roi et à ses seuls proches, et de lutter contre ce qui semble bien être devenu un véritable mouvement de société, à savoir le goût de la mode.

  • 7 Camelin : teinte fauve naturelle. Sur saint Louis, et ses choix, voir la synthèse de J. Le Goff, Sa (...)
  • 8 J. Quicherat, Histoire du costume en France, op. cit., p. 228.

5Certes, les monarques eux-mêmes, à commencer par saint Louis, cherchent à lutter contre ce courant général en donnant l’exemple, en imposant d’en haut une image de mesure, voire d’austérité. On sait que Louis IX, dès son premier voyage d’Orient, bannit, à son retour, de sa mise les fourrures précieuses, les broderies et les teintes de draps – tel le vert et l’écarlate – jugées trop clinquantes ; et que c’est à dessein qu’il arborait un habit de drap noir, brun ou « camelin7 ». Philippe le Bel, de même, en restera à l’habit long et sombre des hommes de lois et des hommes de plume, signe d’autorité. Quelques années plus tard, Philippe VI de Valois, un moment hanté par le désir de suivre la dernière mode, – une mode, comme on va le voir, singulièrement « raccourcie » –, fut tancé par le pape Jean XXII qui lui reprocha l’indécence de sa mise ; il adopta dès lors l’habit long et sombre « à l’ancienne8 ».

  • 9 F. Boucher, Les conditions de l’apparition du costume court en France, vers le milieu du xive sièc (...)
  • 10 La jaquette est complétée par un pourpoint (habit de dessous), sorte de justaucorps rembourré, et (...)
  • 11 Hangard-Maugé (dir.), Les arts somptuaires. Histoire du costume et de l’ameublement et des arts et (...)
  • 12 F. Boucher, Histoire du costume en Occident…, op. cit., p. 191-195.
  • 13 Il s’agit encore d’une hypothèse ; le premier cas de figure étudié dans le cadre de notre dossier (...)

6Car cette histoire de mode luxueuse, à suivre ou à ne pas suivre, est finalement aussi affaire de forme, tout comme elle est une affaire de génération. La « révolution somptuaire » du premier xive siècle, c’est aussi, et peut-être surtout, celle du vêtement court9. En cette période, ce sont surtout les jeunes gens, dont les jeunes nobles, qui, en Italie, en France, en Angleterre, en Espagne, revendiquent le droit de se vêtir plus richement ; ce sont eux aussi qui progressivement imposent d’autres coupes, d’autres lignes : la longue tunique laisse ainsi place à la « jaquette », un habit court et très ajusté qui n’atteint pas les genoux10. La coiffure, également, connaît des développements, comme en témoignent les immenses chaperons qui apparaissent sur les miniatures, que d’aucuns jugent derechef excessifs. D’une manière générale, ces nouvelles tendances de la mode apparaissent d’ores et déjà à leurs détracteurs comme les signes patents d’une dépravation des mœurs. Notons cependant que l’origine géographique comme la cause précise de l’apparition, puis de la diffusion du vêtement court, qu’il est commode de dater du règne de Philippe VI de Valois11, restent assez obscures : une origine espagnole, catalane ou encore italienne a pu tour à tour être invoquée, mais il est assez tentant de lier cette évolution au premier humanisme qui se développe alors en Italie et favorise un certain individualisme, dans lequel l’attention au corps et à sa vêture a une part certaine12. L’épanouissement du tissage de la soie dans des cités italiennes comme Florence, Lucques ou Venise, – car seule la souplesse de la soie se prête aux coupes ajustées –, tout comme le perfectionnement de l’organisation commerciale, auraient dès lors permis la diffusion du costume court dans les contrées voisines13.

  • 14 A. de Riedmatten, Humbert le Bâtard. Un prince aux marches de la Savoie, Lausanne, Université de L (...)

7Certes, passé la mi-xive siècle, ces nouveautés en matière de parure semblent être devenues monnaie courante. Un même luxe de vêture caractérise alors nombre de nobles et de bourgeois. Et la soie brochée, le velours, les draps de grand prix circulent sans grande limitation de quantité ou d’usage. Sous les Valois, et en dépit de la crise qui sévit, le luxe de la cour, très sensible chez les amateurs de beaux objets que furent Charles V et ses frères, semble bien être entré dans la norme générale. L’usage de la soie, en particulier, qui l’emporte sur le drap, semble désormais bien caractériser la fin du xive siècle, tout comme le siècle suivant14.

8À ces divers égards, la première moitié du xive siècle constitue donc, nous semble-t-il, avant le basculement qui s’observe vers 1340-1350, un demi-siècle de « tension » politique et sociale inédite – le lieu d’un vrai débat, quasi philosophique –, autour de l’usage à faire du luxe et de la parure, chez les dominants, comme chez les dominés, puisque les bourgeois enrichis sont également visés par les ordonnances à portée somptuaire. C’est dans ce contexte qu’il faut situer l’appel à la modération vestimentaire du pape Jean XXII au jeune roi Philippe VI ; c’est dans ce contexte également qu’il faut lire le jugement moral que porte, à propos de la défaite française de Crécy (25 août 1349), le chroniqueur de Saint-Denis. La bataille a été perdue, selon lui, parce que Dieu a voulu, ce faisant, punir « l’orgueil » qui « estoit bien grand en France, surtout chez les nobles » ; et le chroniqueur, pour lequel il n’est pas douteux que c’est l’amollissement général des mœurs chevaleresques qui est responsable de la défaite, de brocarder, toujours à propos des nobles, la

  • 15 D’après J. Quicherat, Histoire du costume en France, op. cit., p. 229.

deshonnesteté des habits qui couroient par le royaulme, car les uns avoient les robes si courtes qu’elles ne leur venoient que aux fesses, [et quand ils se baissoient pour servir un seigneur, ils montraient leurs braies a ceulx qui estoient derriere eux […]]. Et les autres avoient robes froncées sur les reins comme femmes […] et leur venoient leurs cornettes et leurs manches près de terre, et sembloient mieux jongleurs que autres gens15

9À l’origine de la déconfiture, sans nul doute, il y aurait eu le vêtement court…

10C’est en rapport avec cette très exacte périodisation – il faudrait attendre la « révolution somptuaire » du premier xive siècle, révolution des formes, révolution des matériaux, pour voir, dans les décennies suivantes, une « banalisation » du luxe dans une double acception sociale et politique –, qu’il nous semble utile d’analyser tour à tour deux figures de nobles, l’une masculine, l’autre féminine. L’usage précis qu’elles font de la parure et, accessoirement, du bijou, devrait en effet nous permettre de vérifier concrètement les effets de la « révolution somptuaire » susmentionnée.

Le seigneur et la soie : le cas Étienne de Saint-Dizier (v. 1328-1330)

11Commençons par la première figure, celle d’Étienne de Saint-Dizier, sire de Saint-Laurent-la-Roche, un moyen seigneur du Jura, actif dans la première moitié du xive siècle. Il n’est pas inutile de situer Étienne dans son environnement politique, comme dans la hiérarchie nobiliaire. La seigneurie de Saint-Laurent-la-Roche, fief du comté de Bourgogne, lui-même terre d’Empire, est alors sous contrôle du duc de Bourgogne Eudes IV, très lié aux milieux royaux. En dépit de l’hommage dû par le duc de Bourgogne à l’empereur pour la Comté, cet espace frontalier apparaît en outre traditionnellement comme une terre de mœurs et de culture françaises. On peut donc considérer cette noblesse, sinon comme faisant partie de la noblesse française, du moins comme en étant très proche. Étienne de Saint-Dizier, qui possède un ensemble de seigneuries situées dans l’actuel département du Jura, est, pour ces terres, le vassal direct du comte d’Auxerre, lui-même vassal direct du duc-comte de Bourgogne Eudes IV. Le comte d’Auxerre étant à ranger parmi les « barons » de Franche-Comté, avec Étienne de Saint-Dizier, on se situe au troisième rang par rapport au rang comtal, dans ce qu’il convient d’appeler la « moyenne noblesse bourguignonne », assurément moins connue que la strate baronniale, principalement par manque de sources ; les dossiers qui permettent de la connaître sont donc appréciables à maints égards.

  • 16 Il s’agit de la forteresse d’Alièze, dans le Jura. Cette forteresse était très proche géographique (...)

12Or, en février 1328, le sire de Saint-Laurent-la-Roche connaît une fin tragique. Il est assassiné, semble-t-il, par ses proches. Son propre frère cadet, aidé d’un petit groupe de vassaux rebelles et bénéficiant sans doute également de la complicité de son épouse, n’a pas hésité à le capturer de nuit au sein de ses appartements, à le jeter en prison, puis à le faire exécuter par strangulation, avant de se débarrasser illico du cadavre dans un ravin des environs. Il s’agit donc d’un meurtre de seigneur, dans lequel ont manifestement trempé plusieurs de ses vassaux locaux, à commencer par le frère cadet de l’intéressé, qui lui devait pourtant hommage pour sa forteresse et ses terres toutes proches16.

  • 17 Les sources font apparaître, auprès d’usuriers de tout poil, nombre de reconnaissances de dettes c (...)
  • 18 L’auteur de la réplique, Pierre de Mont, était un noble de la suite d’Huguette de Sainte-Croix, l’ (...)
  • 19 On sait, en effet, qu’en Franche-Comté, la procédure accusatoire a longtemps cohabité avec l’inqui (...)
  • 20 Cendal, sendail, sendal : riche étoffe de soie comparable au taffetas.
  • 21 AD Doubs, B 62 (dossier d’enquête relatif au meurtre d’Étienne de Saint-Dizier).
  • 22 Enteule, entaillie : sorte de bijou-reliquaire, porté sur soi, dont la mode semble orientale (Byzan (...)

13Quelles furent les raisons de l’élimination physique radicale du sire de Saint-Laurent-la-Roche ? C’est là qu’intervient doublement la question de la parure et du bijou. Car, parmi les motifs qui conduisirent Étienne de Saint-Dizier à sa perte, il y eut, manifestement, le caractère jugé trop dépensier du sire de Saint-Laurent. L’année même de sa mort, Étienne était ainsi un homme positivement ruiné17. Certes, la participation à diverses opérations militaires à l’issue malheureuse, à commencer par la campagne de Savoie à laquelle il venait de se rendre aux côté de son seigneur, le comte d’Auxerre, y fut beaucoup. Mais à ces motifs d’ordre féodal, il faut de toute évidence ajouter le goût des dépenses de luxe, concernant notamment le vêtement et le bijou, qui semble bien avoir été celui d’Étienne. La nuit de sa capture, l’un des agresseurs du sire de Saint-Laurent-la-Roche, pourtant membre de la maisonnée18, lui assène, en effet, la réplique suivante, qui peut être interprétée comme le déclencheur d’une action judiciaire par voie accusatoire19 et sonne, en tout cas, comme une sorte de justification de l’attentat punitif : « Or, suz, vos havez trop porté la senaille20 ! » (Debout, vous avez trop porté la soie21 !) À cette notation flagrante s’en ajoutent d’autres, plus discrètes : les sources mentionnent ainsi la croix-reliquaire (« entaillie22 »), un bijou de prix, qu’Étienne portait au cou, lorsqu’il fut prié par ses gardiens de dicter ses dernières volontés ; dans sa geôle, enfin, il semble qu’il ait été étranglé au collier qu’il portait alors.

  • 23 Voir par exemple le cas de Richard de Présilly, qui reproche à Étienne de Saint-Dizier de ne pas l (...)

14Ce goût manifeste du sire de Saint-Laurent-la-Roche pour la soie et les bijoux raffinés eût été peut-être jugé admissible par son entourage, s’il en avait eu les moyens matériels, et s’il avait été, sur le plan financier, en règle avec sa femme et ses vassaux. Or, tel n’était manifestement pas le cas. Non content de dépenser constamment, Étienne s’avérait, semble-t-il, incapable de rembourser à ses vassaux la moindre somme due ; et ce n’est pas un hasard si, parmi ses exécutants, certains profitent justement de la capture du sire de Saint-Laurent pour lui faire inscrire dans ses dernières volontés, le règlement de telle ou telle dette23. Cette situation d’incurie manifeste suffisait-elle à justifier l’élimination d’un seigneur devenu gênant ? D’autres motifs paraissent avoir encore étoffé l’accusation de « tyrannie » à l’origine de l’expédition nocturne de 1328 et de la justice privée qui fut faite du sire de Saint-Laurent, en particulier une accusation de tentative d’empoisonnement dirigée contre son épouse.

  • 24 Le goût avéré d’Étienne pour la soie constitue en effet, à mon sens, un indice assez sûr de la dif (...)
  • 25 Du moins dans l’espace français, alors qu’ils envahissent déjà l’espace italien : voir supra, note (...)
  • 26 R. Jacob, « Le meurtre du seigneur dans la société féodale. La mémoire, le rite, la fonction », An (...)

15Quoi qu’il en soit, l’accusation faite à Étienne d’avoir « trop porté la soie » a joué ici un rôle manifeste dans le processus d’élimination de ce seigneur jugé « tyrannique » à maints égards ; et si elle a pu, en 1328, jouer ce rôle, c’est bien parce qu’elle participe de ce débat susmentionné autour d’un luxe licite ou non, moral ou non. Ainsi, il n’est plus guère permis à un seigneur impécunieux, qui n’honore pas ses dettes, de dépenser outre mesure. En outre, un luxe ostentatoire excessif – sans doute accompagné du choix de ce costume court et ajusté qui se diffuse alors en Europe24 – a pu, chez Étienne, être interprété, en ce premier tiers du xive siècle où le port de la soie, tout comme le vêtement plus court et plus ajusté qui l’accompagne, sont encore rares25, comme la preuve flagrante de mœurs efféminées et amorales. On franchit, en tout cas, ici, les normes du gouvernement seigneurial acceptable et, une fois ces limites franchies, le passage à un autre gouvernement, en l’occurrence celui du frère cadet – via l’élimination physique du « tyran » –, est possible ; mieux, permise : lorsqu’un seigneur se signale par sa cruauté, ses excès, son mépris des commandements de l’Église, le meurtre peut en effet apparaître comme une sorte de châtiment providentiel26.

  • 27 « et suz ce, lidiz sires de Saint Lorant se vestoit et li fit l’on chacier uns estivaz sainz chace (...)
  • 28 « et a monter ciz qui parle li presta ses mytaines, quar il le vit soffler en ses mains dou froit… (...)

16Un autre épisode de la fin tragique du sire de Saint-Laurent-la-Roche, également très lié au vêtement, illustre bien le fait que se cristallisent alors autour de l’usage de la parure des tensions qui vont bien au-delà d’une simple affaire de « mode », et touchent à la légitimité politique et sociale d’un gouvernant. Lorsqu’il est tiré de son lit, en pleine nuit, par le commando dirigé par son propre frère, Étienne de Saint-Dizier se voit interdit de vêtement et c’est, comme le notent plusieurs témoins, sans manteau, « sans chausses27 », manifestement en simple chemise et seulement pourvu de bas-de-chausses, donc quasi nu, que le prisonnier va devoir chevaucher jusqu’à la forteresse voisine. On est alors en février ; il est permis de penser que la nuit jurassienne était alors particulièrement glaciale. En tout cas, ce dépouillement vestimentaire choque suffisamment l’un des sbires participant à l’attentat pour qu’il n’hésite pas à prêter au seigneur prisonnier ses « mitaines », pour lui permettre un tant soit peu de se réchauffer28. Ce qui apparaît ici fondamental est l’analyse que l’on peut faire de la privation de vêtement imposée à Étienne de Saint-Dizier, une privation qui – il convient de le noter – perdure bien au-delà du temps de trajet entre les deux forteresses, puisque ce n’est que le lendemain, au cours de sa captivité au château d’Alièze, que l’on prête au sire de Saint-Laurent de quoi se vêtir un peu plus décemment, dont des « chausses » et des « souliers »…

  • 29 D. Régnier-Bohler, « Fictions », dans P. Ariès, G. Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. 2, G (...)
  • 30 O. Blanc, « Le manteau, vêtement de l’autorité », dans C. Aribaud, S. Mouysset (éd.), Vêture et po (...)

17À première vue, on peut certes juger que le fait d’avoir empêché Étienne de se vêtir a pu être imposé par la seule urgence du contexte : il importait en effet sûrement de quitter sans tarder la maisonnée, au sein de laquelle des solidarités favorables à Étienne auraient pu venir contrecarrer le déroulement de l’attentat. Mais, dans ce cas, pourquoi prolonger outre mesure la privation, une fois gagnée la forteresse voisine ? Sachant au contraire combien la nudité, au Moyen Âge, signifie rupture et « destruction d’un ordre antérieur fait d’ordre », combien encore les pièces d’une parure sont « signes du rang et des composantes de la sociabilité29 », on est en droit de penser qu’il y eut là comme une double sanction imposée au sire de Saint-Laurent-la-Roche. Le dépouillement vestimentaire imposé venait d’abord opportunément sanctionner la conduite scandaleusement hors-norme d’un seigneur dépensier et frivole – en l’occurrence, la victime est humiliée autant par sa quasi-nudité que par sa captivité –, tout en préparant son exécution future, car la chemise constitue, on le sait, la tenue rituelle du condamné. Mais il permettait aussi de nier, voire d’effacer, le statut seigneurial d’Étienne de Saint-Dizier, pour permettre de l’éliminer comme seigneur et parvenir à faire régner localement un ordre politique nouveau. Car, parmi les pièces refusées au sire de Saint-Laurent, il y a, en tout premier lieu, le manteau, ce vêtement d’autorité par excellence, qui, en étoffant la silhouette, en la drapant dans sa « majesté », symbolise et solennise la puissance temporelle30.

  • 31 D. Régnier-Bohler, « Fictions », art. cité, p. 328-329.

18Le fait que l’aguet perpétré ait eu lieu de nuit, dans la chambre du seigneur (« il troverent le segneur de Saint Lorant gisant en son lit ») est, du reste, à interpréter sous le même angle de la rupture souhaitée et affichée d’un ordre antérieur : car le lit apparaît comme le lieu même de la vulnérabilité, le « lieu où l’identité est aisément occultée » comme le « lieu de graves transgressions31 ». Tiré de son lit et privé de sa parure sociale, le sire de Saint-Laurent n’est plus qu’un anonyme plongé dans la plus grande faiblesse, et auquel l’on pourra désormais sans crainte désobéir. La poursuite de l’opération – c’est-à-dire la captivité puis l’exécution – aurait-elle, du reste, été envisageable sans cette étape marquée du « dépouillement » matériel ? En l’occurrence, le refus du vêtement apparaît bien, ici, outil du déclassement social. Une étape indispensable, semble-t-il, avant de passer à la violence ultime, celle du meurtre du seigneur.

La dame et la mode : le cas Yolande de Flandre (v. 1360-1370)

  • 32 L’expression est de J. Le Goff, dans sa « Préface » à F. Piponnier, Costume et vie sociale. La cou (...)

19Quelques décennies plus tard, au cours des années 1360-1370, l’usage que fait une Yolande de Flandre, comtesse de Bar et dame de Cassel, de la parure et du bijou confirme bien le fait qu’en un demi-siècle à peine, loin des débats et polémiques des années 1330-1340, ceux-ci sont devenus, y compris chez les femmes nobles désireuses d’occuper une position politique, l’emblème d’un pouvoir revendiqué et exercé ; et qu’a contrario, que le fait d’être privé(e) d’un certain type de parure doit être interprété comme le signe d’une faiblesse politique certaine. Chez la dame de Cassel, il apparaît clairement que porter certaines étoffes, arborer un certain type de bijoux, constitue un indice sûr d’une « politique du costume à la fois instrument et expression du pouvoir32 ».

  • 33 M. Bubenicek, « Instruments de pouvoir ou objets de collection ? Les joyaux de Yolande de Flandre  (...)
  • 34 F. Piponnier, Costume et vie sociale…, op. cit., p. 36.

20Comme ses homologues masculins, Yolande de Flandre commande ainsi des tenues confectionnées dans les tissus les plus précieux, richement brodés et ornés de fourrures, de perles ou de pierreries33. Dans ces broderies clinquantes, dans ces accumulations de perles et de pierreries, on peut certes voir un reflet fidèle du goût des princes du temps pour l’étalage des richesses : la seconde moitié du xive siècle connaît, en effet, la mode des joyaux et des broderies somptueuses, principalement de motifs végétaux34. Mais, en pleine guerre de Cent Ans, le roi Charles V, très dépensier en sa jeunesse, perpétue aussi volontiers en son règne cette politique du paraître pour mieux donner le change à des adversaires politiques nombreux et imposer à tous sa majesté. Soucieux de se maintenir sur un pied d’égalité avec leur souverain, ses frères se lancent à leur tour dans une course au luxe et à la parure : le vêtement est alors le signe distinctif de l’appartenance au sang royal, en même temps qu’une arme politique. Et il semble bien que Yolande de Flandre ait tenu de la même façon à faire reconnaître son statut, tant sur le plan social comme sur le plan politique, car les tissus et les couleurs employés pour la confection de sa garde-robe sont très révélateurs : si la richesse de sa mise la place d’emblée en haut de l’échelle sociale, plus précisément, les tissus et les couleurs portés par elle correspondent à des choix déterminés, qui ne laissent rien au hasard, mais tendent au contraire à l’identifier aux proches du souverain.

  • 35 C. de Mérindol, Signes de hiérarchie sociale à la fin du Moyen Âge d’après les vêtements, Paris, L (...)
  • 36 Ibid., p. 191-192.
  • 37 Ibid., p. 195-196 ; la sanguine semble être légèrement inférieure, mais est utilisée pour les vêtem (...)

21Si l’on scrute les tissus employés, on constate ainsi que nombre de ses vêtements ont été réalisés en marbré, en mêlé et en velours : or, utilisé seul, le marbré – une étoffe qui produit l’effet de marbrures – est plutôt réservé, à l’époque, au roi et à ses intimes et il semble en avoir été de même pour le mêlé35. La robe de velours, quant à elle, reste le privilège d’une aristocratie peu nombreuse, dans la mesure où l’étoffe reste rare au xive siècle : de façon très significative, seuls quelques privilégiés seront admis à la porter en 1378, lors de l’entrevue de Charles V et de Charles IV de Luxembourg, ou encore lors de l’entrée d’Isabeau de Bavière dans la capitale en 138936. Et l’impression relative à l’adoption par la comtesse de Bar des codes vestimentaires propres aux cercles du pouvoir se renforce encore si l’on considère la nature des couleurs qui composent la même garde-robe : le rouge (vermeil, sanguine, mêlé [nuance de brun-rouge]), le bleu (azur, pers) et le violet (inde). Au xive siècle, en effet, le rouge, sous sa nuance de vermeil en particulier, sert à vêtir le roi et ses proches, et il faut attendre la fin du siècle pour voir une « démocratisation » de la teinte37. Il existe de même une hiérarchie des bleus, l’azur venant en tête, suivi de l’inde – un bleu sombre tendant sur le violet – et du violet, mais les trois teintes sont d’emblée réservées au roi et à son entourage, la référence étant l’azur des armes de France.

  • 38 L’un sis rue du Colombier, dans le quartier à la mode durant la première moitié du siècle, le bour (...)

22Il y a là, sans nul doute, un ensemble d’indices convergents : pour Yolande de Flandre, une garde-robe confectionnée aux couleurs du roi et de sa familia se devait, d’une part, de souligner les liens de proche parenté qui l’unissaient à eux ; d’insister, d’autre part, sur sa loyauté indéfectible envers la couronne, et cela malgré son union malheureuse avec le propre frère de Charles le Mauvais, Philippe de Navarre-Longueville. Il lui importait en effet d’autant plus d’être acceptée à la cour que, « chassée » du gouvernement du Barrois par un fils avide d’indépendance, elle recentra à partir de 1360 la majeure partie de ses activités dans la capitale du royaume, en utilisant au mieux, pour ce faire, ses deux hôtels parisiens38. Or, pour paraître à la cour et s’y imposer, il lui fallait plus que jamais faire montre de richesse : incontestablement, la mise est alors pour elle un instrument de pouvoir, qui, en soulignant son rang et sa puissance, lui permet d’intégrer le jeu politique.

  • 39 Sur ce point, je me permets de renvoyer à mon étude sur Yolande de Flandre : Quand les femmes gouv (...)

23Quelque dix années plus tard, cependant, la situation politique de la dame s’est fortement dégradée. Un temps prisonnière du roi Charles V, elle ne parvient à quitter, en 1373, les geôles royales de la tour du Temple qu’après avoir signé des traités contraignants qui, en confiant d’ores et déjà l’intégralité de son patrimoine à son fils et unique héritier, Robert Ier de Bar – lequel n’était autre que le beau-frère du roi ! –, réduisaient d’autant son autonomie et la mettaient en quelque sorte à la retraite de l’action politique… Significativement, alors, la comtesse se fait confectionner une nouvelle matrice pour son grand sceau ; et elle y apparaît à dessein avec la coiffe et la mise discrètes d’une veuve retirée, alors que la finesse de ses précédentes matrices faisait très clairement apparaître une femme jeune et sensible aux dernières tendances de la mode39. En une sorte d’autocensure, Yolande de Flandre manifeste alors qu’elle n’est pas dupe des manœuvres qui la privent de sa liberté d’action et adopte une mise vestimentaire en conséquence : il apparaît évident qu’elle s’efforce de traduire jusque dans sa parure son rejet, son désaveu des méthodes brutales de la souveraineté.

24Suite à la « révolution somptuaire » opérée durant ses premières décennies, le xive siècle voit donc l’adoption progressive et définitive par la noblesse française du luxe de la parure, un luxe tout autant signe du pouvoir que signe de distinction sociale. Les quelques exemples précédemment analysés confirment aisément que les enjeux du pouvoir nobiliaire, qu’il s’agisse d’un pouvoir de rang seigneurial ou d’un pouvoir quasi princier, tournent également autour des signes forts que sont la parure et le bijou. En plus d’être, par leur nature même, de réels marqueurs d’un statut social ou hiérarchique, ceux-ci constituent, de toute évidence, un marqueur appréciable d’une position politique revendiquée ou obtenue, stable ou contestée. Ainsi, le manteau et, plus généralement, les vêtements refusés par les conjurés de 1328 au sire de Saint-Laurent-la-Roche peuvent apparaître comme le signe tangible de la totale remise en cause de son autorité seigneuriale. Quelques décennies plus tard, c’est a contrario en se privant elle-même d’une tenue conforme aux derniers canons de la mode et en arborant ostensiblement la parure terne et sans relief d’une veuve retirée des affaires, que la comtesse de Bar manifeste son opposition aux pressions politiques qui l’ont écartée de la réalité du pouvoir ; une attitude volontariste qui traduit la conscience profonde qu’a la dame du caractère irréfutable de sa situation – celle d’un affaiblissement politique certain –, comme des « signes » concrets qui donnent à voir ce pouvoir.

Notes

1 Pour une synthèse concernant le Moyen Âge, voir P. Kreamer, Le luxe et les lois somptuaires au Moyen Âge, thèse de droit, université de Paris, 1920.

2 Pour une chronologie européenne des lois somptuaires au Moyen Âge, voir F. Boucher, Histoire du costume en Occident, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Flammarion, 1965, p. 206 : premières lois somptuaires italiennes, à partir de 1330 ; mais, à partir de 1450, les édits somptuaires sont plus rares et n’ont plus guère d’application. On peut retenir en outre de ces lois qu’elles ont bien davantage visé l’abus des tissus de luxe que les outrances des formes.

3 Par exemple : « Item, chevalier qui aura 3 000 livres de terre ou plus, ou li bannerets, pourra avoir trois paires de robes par an, et non plus, et sera l’une de ces trois robes pour esté… ».

4 H. Duplès-Agier, « Ordonnance somptuaire inédite de Philippe le Hardi », dans Bibliothèque de l’École des chartes, Paris, 1854, t. 15, p. 176-181.

5 Ordonnances des rois de France de la troisième race, Paris, 1723, t. 1, p. 541-542.

6 J. Quicherat, Histoire du costume en France, Paris, Hachette, 1877, p. 204.

7 Camelin : teinte fauve naturelle. Sur saint Louis, et ses choix, voir la synthèse de J. Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996, not. au chap. 3.

8 J. Quicherat, Histoire du costume en France, op. cit., p. 228.

9 F. Boucher, Les conditions de l’apparition du costume court en France, vers le milieu du xive siècle, Paris, 1955.

10 La jaquette est complétée par un pourpoint (habit de dessous), sorte de justaucorps rembourré, et par des chausses mises à découvert sur presque toute leur longueur et qui vont s’attacher aux braies vers le haut des cuisses.

11 Hangard-Maugé (dir.), Les arts somptuaires. Histoire du costume et de l’ameublement et des arts et industries qui s’y rattachent, Paris, Hangard-Maugé, 1857, t. 1, p. 183.

12 F. Boucher, Histoire du costume en Occident…, op. cit., p. 191-195.

13 Il s’agit encore d’une hypothèse ; le premier cas de figure étudié dans le cadre de notre dossier va cependant tout à fait dans ce sens : voir infra.

14 A. de Riedmatten, Humbert le Bâtard. Un prince aux marches de la Savoie, Lausanne, Université de Lausanne, 2004, p. 59-60, note par exemple les « fortunes en chiffon » dépensées par Humbert, bâtard de Savoie, à la fin du xive siècle, signalant, en particulier, les quantités considérables de soie blanche utilisée pour doubler les vêtements du maître. Les dépenses en vêtements pouvaient atteindre plus de 20 % du budget de la maisonnée.

15 D’après J. Quicherat, Histoire du costume en France, op. cit., p. 229.

16 Il s’agit de la forteresse d’Alièze, dans le Jura. Cette forteresse était très proche géographiquement de Saint-Laurent-la-Roche, fief principal d’Étienne. Cette proximité de fait était de nature à favoriser la complicité comme la haine entre frères ; dans le cas ici étudié, c’est la haine qui paraît avoir habité les relations des deux frères. Sur ce dossier, voir notre ouvrage sous presse aux Presses universitaires de France : Meurtre au donjon. L’affaire Huguette de Sainte-Croix.

17 Les sources font apparaître, auprès d’usuriers de tout poil, nombre de reconnaissances de dettes concernant Étienne de Saint-Dizier.

18 L’auteur de la réplique, Pierre de Mont, était un noble de la suite d’Huguette de Sainte-Croix, l’épouse d’Étienne de Saint-Dizier.

19 On sait, en effet, qu’en Franche-Comté, la procédure accusatoire a longtemps cohabité avec l’inquisitoire.

20 Cendal, sendail, sendal : riche étoffe de soie comparable au taffetas.

21 AD Doubs, B 62 (dossier d’enquête relatif au meurtre d’Étienne de Saint-Dizier).

22 Enteule, entaillie : sorte de bijou-reliquaire, porté sur soi, dont la mode semble orientale (Byzance). Ces bijoux-reliquaires étaient destinés à être portés sur la poitrine ; c’étaient de petits réceptacles qui adoptaient souvent, comme c’est le cas ici, la forme de la croix. Les plus modestes étaient faits de bronze ou d’argent ; les plus beaux, en or, s’ornaient de perles et de pierres précieuses : voir les nombreux exemples fournis par V. Gay, Glossaire français du Moyen Âge à l’usage de l’archéologue et de l’amateur des arts, précédé de l’inventaire des bijoux de Louis, duc d’Anjou, dressé vers 1360, Paris, Librairie de la Société bibliographique, 1872, p. 477-478.

23 Voir par exemple le cas de Richard de Présilly, qui reproche à Étienne de Saint-Dizier de ne pas lui avoir remboursé la somme de 30 livres, relative à un cheval : « chers sires, vos havez grant tort de moy, quar vos me devez bien XXX livres dou cheval » (dossier d’enquête susmentionné).

24 Le goût avéré d’Étienne pour la soie constitue en effet, à mon sens, un indice assez sûr de la diffusion de cette forme du costume court, de l’espace italien vers les contrées plus occidentales, dont l’espace français. Car le rôle de la Comté comme espace de communication, notamment commerciale, entre le royaume et l’Italie est bien connu ; par ailleurs, s’agissant de condamner une allure nouvelle, c’est généralement le matériau – la soie – qui, comme dans la réplique de Pierre de Mont, est l’objet de critiques (ainsi, les ordonnances somptuaires condamnent surtout le luxe des étoffes, et beaucoup plus rarement les formes employées : voir la date de la première législation somptuaire à Florence : 1330 ; à Florence toujours, contre le raccourcissement des pourpoints, législation promulguée en 1340 : F. Boucher, Histoire du costume en Occident…, op. cit., p. 203 et 206).

25 Du moins dans l’espace français, alors qu’ils envahissent déjà l’espace italien : voir supra, note précédente.

26 R. Jacob, « Le meurtre du seigneur dans la société féodale. La mémoire, le rite, la fonction », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 1990, p. 247-263, ici p. 250.

27 « et suz ce, lidiz sires de Saint Lorant se vestoit et li fit l’on chacier uns estivaz sainz chaces… ».

28 « et a monter ciz qui parle li presta ses mytaines, quar il le vit soffler en ses mains dou froit… ».

29 D. Régnier-Bohler, « Fictions », dans P. Ariès, G. Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. 2, G. Duby (dir.), De l’Europe féodale à la Renaissance, Paris, Seuil, 1985, p. 367-369.

30 O. Blanc, « Le manteau, vêtement de l’autorité », dans C. Aribaud, S. Mouysset (éd.), Vêture et pouvoir (xiiie-xxe siècle). Actes du Colloque des 19 et 20 octobre 2001 au Centre universitaire d’Albi, Toulouse, CNRS Éditions/Université Toulouse-Le Mirail, 2003, p. 53-66, ici p. 58-60.

31 D. Régnier-Bohler, « Fictions », art. cité, p. 328-329.

32 L’expression est de J. Le Goff, dans sa « Préface » à F. Piponnier, Costume et vie sociale. La cour d’Anjou (xive-xve siècles), Paris/La Haye, Mouton, 1970, p. 8.

33 M. Bubenicek, « Instruments de pouvoir ou objets de collection ? Les joyaux de Yolande de Flandre », dans S. Gouguenheim et al. (éd.), Retour aux sources. Textes, études et documents offerts à Michel Parisse, Paris, Picard, 2004, p. 457-471 (avec pièces justificatives). Le surcot très ajusté dont on possède une description plus détaillée grâce à la femme de chambre de Yolande constitue, semble-t-il, un exemple révélateur du train de vie de la dame : « un sercot mabré fourré de menu vair brodé a pelles […] vigne et en maniere de noulleure »et « un corsset d’un mellé vermeillet ovré devant en maniere de boutonneure d’une vigneteure dont la tige et les grappes sont de grosses perles et les fuylles sont d’or ourlees de menues perles ».

34 F. Piponnier, Costume et vie sociale…, op. cit., p. 36.

35 C. de Mérindol, Signes de hiérarchie sociale à la fin du Moyen Âge d’après les vêtements, Paris, Le Léopard d’or, 1989, p. 182-185.

36 Ibid., p. 191-192.

37 Ibid., p. 195-196 ; la sanguine semble être légèrement inférieure, mais est utilisée pour les vêtements du dauphin, de la reine et de quelques officiers proches du roi au xive siècle.

38 L’un sis rue du Colombier, dans le quartier à la mode durant la première moitié du siècle, le bourg Saint-Germain ; le second situé « au Pont Perrin », dans le faubourg Saint-Antoine, quartier promis sous Charles V, du fait de la proximité de l’hôtel Saint-Pol, à la plus grande faveur.

39 Sur ce point, je me permets de renvoyer à mon étude sur Yolande de Flandre : Quand les femmes gouvernent. Yolande de Flandre : droit et politique au xive siècle, Paris, École des chartes, 2002, chap. 8.

Auteur

Professeur d’histoire médiévale, Université de Franche-Comté

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540