Version classiqueVersion mobile

Les villes capitales au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public

Avant-propos

Régine Le Jan

Texte intégral

1Constantinople-Byzance-Istanbul, trois noms pour une seule ville, qui fut capitale de trois empires successifs – l’Empire romain, l’Empire byzantin, l’Empire ottoman –, avant de perdre son statut après la Première Guerre mondiale, quand fut fondée la jeune République turque. C’est en cette ville chargée de mémoire, lieu symbolique des continuités et des changements que nous avons choisi de tenir le XXXVIe Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, répondant à l’invitation de l’Institut français d’Études anatoliennes.

2Choisir Istanbul pour tenir notre congrès était un pari qui s’inscrit dans une politique d’ouverture internationale de plus en plus active. À la fin des années 1990, les médiévistes ont rompu avec la tradition hexagonale en tenant congrès à Rome (1996), puis à Göttingen (1998) et à Madrid (2002). En choisissant d’aller à Istanbul, nous avons quitté l’Europe occidentale et nous nous sommes portés en terre d’Orient, manifestant ainsi notre désir d’ouverture et de dialogue avec nos collègues étrangers, ainsi que notre souci de prendre pleinement en compte tous les champs de la médiévistique. Le pari fut gagné puisque 140 sociétaires ont participé à ce congrès, visitant la ville médiévale sous un franc soleil, découvrant les charmes de Bursa, suivant avec attention les travaux, avec des collègues et étudiants turcs, dans les splendides locaux de l’Université du Bosphore qui nous accueillait.

3Le thème retenu Les villes capitales s’était imposé de lui-même, tant le site s’y prêtait. Il nous fallait en effet un thème illustrant la mémoire de Constantinople tout en respectant nos équilibres et en tenant compte du renouvellement des thématiques de la recherche historique. Le thème permettait d’échapper à l’histoire urbaine classique, qui aurait conduit aux monographies, et de dégager des modèles explicatifs et comparatifs du développement des villes capitales, de leurs spécificités et de leur identité.

4Qu’est-ce qu’une ville capitale ? La capitale n’est-elle pas toujours une ville ? Le Petit Robert donne une définition qui correspond à ce que furent les grandes capitales antiques et à ce que sont les capitales des États contemporains : une ville qui occupe le premier rang (hiérarchique) dans un État, une province, le siège du gouvernement. Mais quand l’historien du Moyen Âge prend en compte l’Orient et l’Occident, du ve au xve siècle, il constate que certains États médiévaux n’eurent pas de villes capitales et que les cours y étaient itinérantes, tandis que d’autres maintenaient ou développaient un centre urbain concentrant toutes les fonctions liées au pouvoir. Mais il constate aussi un fort contraste entre l’Orient et l’Occident.

5Dans l’Empire romain de la fin de l’Antiquité, Rome et Constantinople étaient des capitales impériales incontestées, même si d’autres villes d’Occident purent un temps prétendre être des capitales d’empire, comme Milan ou Trèves. Après la chute de l’Empire romain d’Occident en 476, l’Orient reste une terre d’empires, avec l’Empire romain qui y perdure sous sa forme byzantine, et d’autres empires qui se créent avec l’expansion de l’islam. Le modèle romain de la capitale d’empire s’y prolonge sous des formes diverses, avec Constantinople, Bagdad ou Le Caire. L’Occident au contraire a pu vivre sans empire, jusqu’au ixe siècle, et si les Carolingiens ont rétabli l’empire en 800 et s’il renaît sous une forme romano-germanique à partir de la fin du xe siècle, il n’y a pas de véritables capitales d’empire.

6Le contraste est donc saisissant entre un Orient avec de véritables capitales d’empire et un Occident où l’existence de cours impériales ne génère pas de véritable capitale. Sans doute la crise des villes d’Occident au haut Moyen Âge explique-t-elle en partie ce contraste, mais on peut aussi se demander si la primatie religieuse de la ville de Rome, qui ne fut jamais une véritable capitale politique au Moyen Âge, n’a pas empêché le développement de véritables capitales. Charlemagne tenta sans doute de faire d’Aix-la-Chapelle la capitale de son empire, mais il échoua car les penseurs carolingiens identifiaient l’empire à l’ecclesia et celle-ci, sur terre, ne pouvait avoir d’autre capitale que Rome. Au tournant de l’an mil, l’empereur Otton III et le pape Sylvestre II rêvèrent d’un empire universel dont Rome aurait été la capitale, mais le cœur de l’empire était situé audelà des Alpes, ce qui condamna l’entreprise à l’échec. Rome, devenue capitale religieuse universelle, ne pouvait être la véritable capitale d’un empire centré sur la Germanie.

7En Occident, l’itinérance des souverains et de leur cour pallia l’absence de grandes métropoles urbaines comme Constantinople ou Bagdad, qui concentraient et intégraient les fonctions politiques, religieuses et économiques. Mais il serait bon de s’interroger sur les liens de cause à effet, car l’itinérance, elle-même liée à la nature du pouvoir et au mode de relations entre centre et périphérie, freine ou empêche l’émergence de villes capitales. La cour et le palais concentrent les fonctions liées au pouvoir et sont de véritables capitales itinérantes. Quand l’empire est multipolaire, comme dans l’Empire germanique, la cour se déplace mais les fonctions sont distribuées dans des villes différentes, sans que l’une puisse se définir comme la capitale, malgré les conflits qu’ont pu susciter les rivalités.

8Le Moyen Âge couvre dix siècles durant lesquels des villes ont émergé et se sont affirmées comme capitales. Le cas emblématique est celui de Paris, mais Londres n’est pas en reste. Situées dans des lieux stratégiques autant que symboliques, toutes deux marquées par leur passé romain, elles se sont affirmées comme capitales aux xiie et xiiie siècles, dans le contexte du renforcement des royautés française et anglaise. Les capitales des principautés régionales, dont il est fait état dans le volume, permettent également de comprendre la diversité des modèles d’émergence. Certaines se sont affirmées rapidement, comme Gand, Rouen ou Barcelone, tandis que d’autres n’émergèrent que lentement et tardivement, comme en Bretagne ou en Bourgogne.

9Certaines capitales sont nées d’une volonté politique et ont parfois été créées de toutes pièces, comme Reccopolis, fondée par le roi wisigoth Reccarède ou Medina-Al-Zharat, fondée par Abd-er-Rahman III en Espagne, ou Aix-la-Chapelle en Francie. Elles se sont rarement maintenues, car le cas de Paris ou celui de Londres ne doivent pas cacher les processus de déclin et de transfert des capitales. Tolède s’est progressivement affirmée comme capitale du royaume wisigothique avant de céder la place à Cordoue après la conquête musulmane. Bagdad ou certaines capitales turques sont entrées en crise, ont décliné ou ont disparu comme capitales, après la chute de leurs empires. À l’inverse, Constantinople a maintenu sa prééminence, sous un autre nom, après la conquête turque. Enfin, certaines villes ont revendiqué un statut de capitale sans jamais l’obtenir, car il leur manquait certaines fonctions ou certains insignes liés au pouvoir et à la présence du prince.

10Le volume prend en compte la symbolique, l’autorité et la mémoire des lieux. Il met donc l’accent sur les marqueurs sociaux et symboliques qui caractérisent la ville capitale. Couleurs, devises, blasons sont autant de signes qui contribuent à identifier matériellement la ville du prince. Le développement de la chapelle royale, les conflits autour des primaties et bien d’autres facteurs attestent de l’importance des marqueurs religieux qui contribuent à identifier la ville comme capitale.

11En même temps, on ne saurait étudier le phénomène de la ville capitale en laissant de côté la société qui s’y développe. Le palais et la cour supposent un personnel, liés aux fonctions palatiales, ils suscitent des besoins et entretiennent des activités économiques. La ville du prince attire, puisque l’accès au prince est le vecteur obligé de l’ascension sociale. Les élites s’y pressent, elles en repartent, contribuant au brassage culturel et faisant le lien entre le centre et les provinces. Ainsi se développe une société particulière, avec ses caractères propres, sa sociabilité, son identité collective qui distingue souvent profondément la capitale des autres villes.

12C’est pourquoi elle suscite l’admiration, elle est l’objet de panégyriques qui vantent sa richesse et sa beauté. Mais les mots pour dire la capitale servent aussi le pouvoir, ils sont une forme de discours légitimant et de représentation d’un monde centré sur le prince. À l’inverse, la capitale suscite aussi critiques et rejets qui visent autant le prince que la ville à laquelle on l’identifie.

13Le volume offre ainsi une analyse très novatrice d’un thème qui, à travers les villes capitales, touche aux mécanismes du pouvoir, au système de représentation, aux identités collectives, aux relations entre centre et périphérie, entre les différents niveaux de la hiérarchie sociale.

14Pour terminer cet avant-propos, il m’est agréable de remercier chaleureusement tous ceux qui ont contribué au succès de ce congrès : Pierre Chuvin, directeur de l’IFEAD, et Pinar Dost qui fut notre ange gardien durant tout le congrès, Lale Arslan Özcan et Hande Ersöz Demirdağ qui assurèrent les traductions simultanées des communications, les membres du bureau de la Société qui ont donné beaucoup de leur temps avant et pendant le congrès, et tous les participants qui ont accepté dans la bonne humeur les petits imprévus de ce congrès extraordinaire.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search