Version classiqueVersion mobile

Problèmes du genre en Grèce ancienne

 | 
Violaine Sebillotte Cuchet
, 
Nathalie Ernoult

III. Hiérarchies et usages

Genre et identité politique à Athènes au ve siècle à partir des Vies de Plutarque

Pauline Schmitt Pantel

Texte intégral

  • 1 En dernier lieu Schmitt Pantel 2003 ; 2004 ; 2005b ; 2007b.

1Cette enquête poursuit la réflexion que j’ai menée sur les espaces masculin et féminin dans les rituels et dans les pratiques sociales1. Elle aborde cette fois de front la question de l’implication du genre, entendu comme la classification sociale et culturelle, le plus souvent hiérarchisée entre masculin et féminin, dans la définition grecque de l’identité politique. La méthode est toujours la même : étudier de façon parallèle, à propos d’une institution, d’une pratique sociale, d’un discours, les mises en scène du féminin et du masculin, puis les comparer, pour enfin, si possible, réfléchir sur les enjeux de la construction du genre.

2Le genre est une catégorie sociale construite dans un contexte culturel particulier et dans un but (ou des buts) qui lui aussi ne peut se comprendre que dans un contexte historique (culturel et chronologique) précis. Ici le contexte est celui de l’Athènes du ve siècle. Le but de cette recherche collective sur le genre est, Violaine Sebillotte l’a rappelé dans l’introduction, de confronter ensuite cette forme particulière de construction sociale et politique à toutes les autres, pour mesurer sa place, sa plus ou moins grande importance dans cet ensemble et, au-delà, réfléchir à la constitution d’une identité civique.

3Le choix d’une source unique, Plutarque, répond à un souci de cohérence. Dans le cadre d’un article, il est difficile de mener une synthèse faisant appel à plusieurs types de documents, tout en s’interrogeant sur la nature spécifique du discours de chacun. L’appui sur une seule source est, dans la perspective d’une réflexion globale sur la question du genre et de l’identité politique, bien sûr insuffisant, un élargissement à d’autres sources est prévu dans un travail de plus grande ampleur.

  • 2 Pour un développement sur ce point, voir Schmitt Pantel 2006. Je démontre que la plupart des sourc (...)
  • 3 Ampolo 1990 ; Pelling 2002 ; Mossé 1999 et Mossé 2001.
  • 4 Frazier 1996.

4La source choisie, Plutarque, auteur du ier-iie siècle après J.-C., est d’utilisation délicate pour qui veut retrouver et étudier la construction du genre au ve siècle avant J.-C. Je rappelle en deux mots comment j’utilise Plutarque2 : comme un auteur qui, en dehors de son talent d’écrivain et sa visée de moraliste, a aussi une démarche d’historien, et qui est une source utilisable pour écrire l’histoire du ve siècle, y compris pour tout ce qui concerne les mœurs, si l’on respecte les précautions nécessaires de la recherche des sources (Quellenforschung). Je suis en cela avec parfois quelques nuances les conclusions de Carmine Ampolo, Claude Mossé et Christopher Pelling3. J’admets bien sûr que Françoise Frazier4, pour l’approche éthique, et plus généralement la critique littéraire récente anglo-saxonne ont raison de nous rendre attentifs à Plutarque en tant qu’auteur et au contexte intellectuel de l’écriture de son œuvre. Mais je pense que l’on peut étudier, à partir des Vies, la manière dont le genre fait partie de la construction du domaine politique, manière qui, selon moi, remonte à l’époque classique.

  • 5 Voir, outre Schmitt Pantel 2006 ; Schmitt Pantel 1999 ; Schmitt Pantel 2005a ; Schmitt Pantel (à p (...)

5Enfin cette étude recoupe une réflexion sur l’entrecroisement des mœurs et du politique dans les pratiques et les discours concernant l’époque classique5. Je voudrais ici poursuivre l’enquête sur les Vies des hommes politiques dans le domaine du genre, en m’interrogeant sur le statut des remarques et des anecdotes concernant les domaines masculin et féminin (l’apparence physique, les relations entre les sexes…). Ces histoires peuvent avoir de multiples fonctions : être insérées dans les Vies pour le repos du lecteur (ou de la lectrice) et avoir un sens ludique, ou avoir un but moral qui cadrerait avec le propos général du Plutarque moraliste. Elles peuvent aussi avoir une fonction dans la narration du bios et l’agencement général du récit. Elles sont peut-être enfin une manière de construire l’identité politique du personnage.

6Dans les Vies d’Aristide, Thémistocle, Cimon, Périclès, Nicias et Alcibiade, les seuls personnages dont il sera question ici, les thèmes touchant à la construction du genre sont nombreux. L’apparence joue un rôle dans l’aptitude à la séduction, la beauté de Cimon, celle d’Alcibiade en particulier sont rappelées, et cette beauté n’est pas exclusivement une beauté virile. Plaire, séduire, par son corps, sa parole, sa politique constituent un continuum.

7Les relations entre les sexes (un thème plus large que celui de la seule vie sexuelle) sont à l’évidence un thème important et traité de façon complexe. Ce thème donne en effet lieu à une réflexion à la fois sur la nature des comportements (du plus vulgaire au plus noble), sur la tempérance (de l’excès à la modération, une évolution qui suit le cours de la vie de chaque individu) et sur la valeur comparée des relations entre hommes d’un côté et entre hommes et femmes de l’autre. Les relations entre garçons, par la rivalité qu’elles entretiennent entre les amants, préparent à la vie politique. Les relations avec les femmes font partie de la description du mode de vie de l’homme politique et de son identité. Ces deux formes de relations sont aussi importantes, mais elles ne sont pas forcément mises sur le même plan.

  • 6 Le terme de « valence » est emprunté à Héritier 2002.

8Si l’étude des relations avec les hommes et avec les femmes permet de repérer la place respective et nécessaire de chaque sexe dans la construction de l’identité individuelle, les choses se compliquent lorsque les domaines masculin et féminin interfèrent, quand l’un s’immisce dans l’autre ou même l’envahit, dans les pratiques ou les rêves. On pourrait dire que la construction grecque du genre admet la valence du masculin et du féminin, mais cette valence est pensée comme différentielle6. Dans certains cas, ceux que je relève ici dans les Vies de Plutarque, le féminin est utilisé pour dévaloriser des conduites, en particulier quand entre en jeu la définition de l’homme en tant que citoyen, en tant qu’être politique.

Les relations entre hommes

  • 7 Wohl 1999. Cet article est centré sur l’interprétation à donner à la mutilation des Hermès mais il (...)
  • 8 Dover 1978 ; Cantarella 1988 ; Davidson 1997 ; voir Leduc 2003b.

9À l’exception notable de Nicias qui semble ne pas être un être sexué chez Plutarque, dans toutes les Vies, Plutarque rappelle un ou plusieurs épisodes d’érôs entre garçons qui concerne le personnage, soit comme éraste (amant), tels Aristide et Thémistocle, soit comme éromène (aimé), tels Alcibiade7 et Damon au début de la Vie de Cimon. Rappelons ce qui est pour les historiens de l’Antiquité une évidence après les travaux menés depuis une génération sur l’homosexualité grecque8 : cette forme d’érôs est totalement licite et s’inscrit parfaitement dans l’histoire de vie d’un homme politique. Des nuances toutefois existent. Les épisodes les plus positifs sont ceux qui font de l’érôs entre hommes un moyen de s’éduquer à la vie politique et/ou morale. La rivalité entre Aristide et Thémistocle pour le beau Stésiléos est un agôn, une compétition, de même nature que l’agôn politique qui va les faire se mesurer leur vie durant. Regardons cette histoire.

  • 9 Scholarque de l’école du Lycée, vivant fin iiie siècle.
  • 10 Plutarque, Thémistocle, 3, 1 : meirakiôdé archén.
  • 11 Id., Aristide, 2, 3-4.

10La Vie d’Aristide détaille l’épisode de la rivalité amoureuse qui a opposé Aristide à Thémistocle, épisode que Plutarque dit emprunter à Ariston de Céos9, et offre les bases d’un parallèle entre amour et politique. Cette rivalité semble se situer quand les deux hommes sont des adolescents10. « L’inimitié (echthra) entre les deux hommes aurait eu une origine amoureuse (erôtiké arché). Ils s’étaient épris tous les deux de Stésiléos originaire de Céos dont l’éclatante beauté (idea kai morphé sômatos) surpassait de beaucoup celle de tous les autres adolescents. Ils portèrent leur passion (erastentas) à un tel excès que même lorsque la beauté du jeune homme (pais) fut passée, ils persévérèrent dans leur rivalité (philoneikia), comme s’ils avaient été préparés (comme au gymnase) par celle-ci pour la vie politique à lutter11. »

  • 12 Id., Thémistocle, 3, 2.
  • 13 Id., Aristide, 2, 3-4.

11La Vie de Thémistocle reprend le même thème de façon moins développée12. Aristide et Thémistocle apparaissent comme les érastes dans cette affaire, Stésiléos comme l’éromène, qualifié de pais, qui grandit et perd sa beauté. Cet épisode de rivalité amoureuse est cité par Plutarque avec précaution, comme le dire d’Ariston. Ce type d’histoire appartient vraisemblablement à une tradition ancienne, remontant au moins au iiie av. J.-C. Pour Ariston, elle donne une explication à la constante opposition politique qui va marquer la vie des deux hommes. Pour Plutarque elle permet de mettre sur le même plan rivalité amoureuse et rivalité politique13. Le récit de l’engagement dans la vie politique tant de Thémistocle que d’Aristide suit immédiatement cet épisode. Plutarque va tout au long des deux Vies s’attacher à distinguer les deux hommes par leur vie et par leurs mœurs. Mais l’épisode qui ouvre leur rivalité politique leur est bien commun : amphoteroi. Une passion amoureuse pour un jeune homme, une aventure que nous rangerions dans la vie privée des personnages, est utilisée pour rendre compte d’un trait du comportement politique.

  • 14 Id., Alcibiade, 4, 1. Sur la charis de Socrate, voir Azoulay 2004b, en particulier le chapitre 8 : (...)
  • 15 Id., Alcibiade, 4, 4.

12Le domaine des amours entre hommes et le domaine politique ont des points communs, l’un peut préparer à l’autre, leurs us et coutumes sont proches. Éduquer et devenir meilleur, telle est bien la justification de l’amour réciproque d’Alcibiade et Socrate. Que Socrate s’intéresse au jeune Alcibiade est la marque même des dispositions naturelles de l’enfant pour l’arété14. Alcibiade de son côté choisit cet éraste, dînant avec lui, luttant, combattant, logeant sous sa tente, alors qu’il repousse nombre des autres amants15.

13L’amour entre garçons n’est toutefois pas toujours présenté de façon positive. Dans l’histoire de la rivalité de Thémistocle et Aristide, la passion pour Stésiléos est jugée excessive à partir du moment où elle s’adresse à un jeune homme qui n’est plus « beau » et parce que ses conséquences sont une véritable stasis entre les deux hommes. De plus, un désir suscité par la seule beauté physique est méprisable. C’est le cas d’Anytos, paradigme de l’éraste poursuivant Alcibiade, qui traite le jeune homme comme un ornement supplémentaire de sa vie de luxe. Il faut donc distinguer l’amour que porte Socrate à Alcibiade de l’attention que lui portent ses autres amants. Le premier sert à révéler les aspects positifs du caractère d’Alcibiade, la seconde permet au contraire de dresser un portrait négatif du jeune homme, l’un balançant l’autre, dans la rhétorique du discours, dans l’énumération des épisodes, dans les prises de décision du jeune. Le récit des amours homosexuelles d’Alcibiade annonce le caractère double du personnage politique, tantôt épris de vertu et capable de bons conseils et d’actions valeureuses, tantôt se laissant aller à son incroyable hubris qui lui fait croire possible tout geste, même le plus inconsidéré. Pais, il a des érastes qu’il éconduit souvent. Il mêle déjà vie privée et vie publique, aidant par exemple un métèque amoureux éconduit à obtenir une forte somme d’argent en échange de son retrait dans l’adjudication des fermes de la cité.

  • 16 Plutarque toutefois n’ajoute pas foi au témoignage d’Antiphon.
  • 17 Plutarque, Périclès, 8-8.

14Certaines remarques de Plutarque sont même nettement marquées par une désapprobation morale. Tout jeune, Alcibiade se serait enfui de sa maison pour aller dans celle de Démocratès, son amant. Demander une proclamation du héraut pour chercher l’enfant dans la cité serait l’équivalent d’une mort sociale16. De même Sophocle qui est, sa vie durant, amoureux des jeunes garçons, est ainsi tancé par Périclès, alors qu’il loue la beauté d’un pais : « Un stratège ne doit pas avoir seulement les mains pures mais les yeux aussi17. »

  • 18 Id., Thémistocle, 8-3.
  • 19 Id., Reg. et Imp. Apopht., 185 C.

15Cette critique porte moins sur le désir des hommes que sur l’incapacité à savoir s’en détacher, comme le montre l’anecdote concernant Thémistocle. Plutarque veut prouver le caractère philotimos de Thémistocle et il met en scène sa réserve et sa tempérance dans divers domaines. Comme il est capable de ne pas dépouiller de leurs bijoux les cadavres des ennemis, Thémistocle peut aussi renoncer au désir pour le bel Antiphanès18. L’anecdote est plus explicite dans les Apophtegmata : « Antiphanès, le beau garçon dont Thémistocle était amoureux (erônta) dans les premiers temps l’évitait et ne le regardait pas, mais après que Thémistocle eut acquis réputation et pouvoir, il venait vers lui et le flattait : “Jeune homme (meirakion), dit Thémistocle, cela a pris du temps, mais nous sommes arrivés tous les deux au bon sens”19. »

  • 20 Id., Cimon, 1, 2-4.

16L’histoire la plus exemplaire sur le bon usage du désir pour les garçons est celle du jeune Damon qui, courtisé avec violence par le chef d’une cohorte romaine, le tue et passe de la révolte individuelle à la révolution20. Il est intéressant de voir en Damon un double de Cimon.

  • 21 Ludwig 2002.

17Le thème de la nécessaire tempérance, en ce domaine comme en d’autres, est cher à Plutarque. Il reste que le désir pour un éromène est non seulement licite, il est le modèle de la séduction qui se joue à tous les niveaux de la vie sociale et dans la vie politique à l’époque classique21.

  • 22 Schmitt Pantel 2007b.

18L’épisode qui fait le plus clairement le lien entre la séduction érotique et la séduction politique est celui de l’entrée dans la vie politique d’Alcibiade22.

  • 23 Plutarque, Alcibiade, 10-1.

« Son entrée dans la vie publique (eis to démosion) eut lieu, dit-on, à l’occasion d’une contribution volontaire (epidosis) et ne fut pas préméditée. Il passait quand il entendit de bruyantes manifestations dans l’assemblée du peuple (ecclesia). Il demanda la cause de ce bruit. Ayant appris qu’il s’agissait de dons faits à l’État, il monta à la tribune et offrit sa contribution. Le peuple applaudit et poussa des cris de joie (hédoné), si bien qu’Alcibiade oublia la caille qu’il tenait sous son manteau. Celle-ci, effrayée, s’échappa. Là-dessus les Athéniens redoublèrent leurs cris et beaucoup se levèrent pour s’élancer à la poursuite de l’oiseau. Ce fut Antiochos, le pilote, qui la prit et la lui rendit. Aussi devint-il très cher à Alcibiade23. »

  • 24 Schnapp 1997.

19Ce court texte, que j’ai déjà étudié ailleurs, lie de la façon la plus explicite la séduction politique et la séduction érotique. Alcibiade porte en effet sous son manteau un oiseau qui est le cadeau classique que fait l’éraste à son éromène24. La caille est le signe de la séduction érotique bien connue qu’exerce le jeune Alcibiade sur les hommes de son entourage. Mais à l’ecclesia le contexte est politique. Alcibiade en montant à la tribune séduit le démos en promettant de donner sur sa fortune une somme d’argent qui servira aux dépenses publiques, c’est un geste typique des riches hommes politiques du temps. Ce sont deux faits en quelque sorte parallèles : séduction érotique et séduction politique, que le texte fait se confondre, par le vocabulaire employé (il est question du plaisir – hédoné – du peuple), par l’attitude prêtée au démos qui se lève pour attraper la caille et la donner à Alcibiade, tentant ainsi de prendre la place de l’amant auprès du jeune aimé. C’est d’ailleurs cette place si enviée qu’obtient Antiochos en rendant la caille à Alcibiade.

20On peut remarquer la mise sur le même plan de deux domaines de la séduction, la relation homosexuelle masculine entre citoyens et la vie politique, comme s’il n’y avait pas de différence de nature et d’importance entre les deux aux yeux de la cité. Ceci se traduit par le parallélisme entre deux gestes de séduction : le don d’un gibier (la caille) et le don de richesses (l’epidosis). Et finalement, le domaine public (démosion) de la séduction politique est traité de la même manière que le domaine privé de la séduction amoureuse.

21Les relations entre hommes, omniprésentes dans la vie sociale et dans l’imaginaire des Grecs, doivent être prises en compte dans la réflexion sur la construction du genre. Elles ne constituent pas un domaine à part, mais bien un secteur clef de l’expérience sociale. Mais qu’elles jouent un rôle important dans la construction du genre ne signifie pas qu’elles éclipsent les relations entre femmes et hommes, qui ont une part elles aussi dans la constitution de l’identité politique.

Les relations entre femmes et hommes

  • 25 Plutarque, Cimon, 4-9.
  • 26 Ibid., 16-1.

22Loin d’être accessoires dans les Vies, les relations entre femmes et hommes occupent une place importante, toujours à des moments clefs de la progression du récit. Elles ne sont, pas plus que les relations entre hommes, présentées de façon univoque, mais bien sous différents aspects. Plusieurs « grands hommes » du ve siècle sont « tout à fait portés à l’amour des femmes ». L’expression est employée pour Cimon, mais elle vaut aussi au moins pour Thémistocle, Périclès et Alcibiade. Cimon est un bon exemple car il fréquente des femmes de tout statut25. Des femmes libres, sans doute des hétaïres, comme Asteria originaire de Salamine et Mnestra. Une épouse légitime : Isodiké, de bonne famille athénienne, une Alcméonide, fille d’Euryptolème et petite-fille de Mégaclès, dont il est passionnément épris : il fut très affligé par sa mort. Une étrangère d’Arcadie, dont on peut supposer qu’elle avait le statut de concubine. La palette des catégories de femmes avec lesquelles des relations sont possibles est complète. Le texte de Plutarque s’interroge seulement sur le problème de la descendance de Cimon. Il avait trois fils, et les sources de Plutarque ne sont pas d’accord sur les mères qu’il faut leur donner. Stésimbrote fait de la femme d’Arcadie la mère des deux jumeaux, Lacédaimonios et Éléios, aux noms révélateurs du philolaconisme de Cimon leur père. Mais Diodore le Périégète attribue ces deux fils et un troisième nommé Thessalos à la même femme : Isodiké, l’épouse légitime de Cimon. On perçoit là un écho du débat du milieu du ve siècle quand la légitimité des enfants peut être remise en cause, après la loi de Périclès de 451 interdisant le mariage des citoyens avec une étrangère26.

  • 27 Plutarque, Reg. et Imp. Apopht., 185 A.

23D’autres hommes politiques du ve siècle usent de la même manière des avantages sinon d’une polygamie au sens strict du terme (une seule femme reste l’épouse légitime), du moins de la vie commune avec plusieurs femmes. Thémistocle pourrait illustrer par sa vie le topos d’une jeunesse de débauche et d’un âge mûr de raison. « Thémistocle encore jeune (meirakion) s’abandonnait au vin et aux femmes (gunaikes). Mais après le commandement de Miltiade de l’armée athénienne et la victoire de Marathon contre les barbares, il ne fut plus jamais possible de voir Thémistocle se mal conduire. À ceux qui exprimaient leur étonnement de ce changement il disait : “Le trophée de Miltiade m’empêche de dormir et d’être indolent (rhathumein)27. » La plupart des historiens modernes laissent de côté l’allusion à l’indolence : pour eux, mœurs et politique n’ont rien de commun ! Le changement de mode de comportement est bien provoqué par le désir de mener une vie politique glorieuse, l’intempérance allant mal avec le service de la cité. Dans la suite de sa vie, une seule femme est citée : son épouse, Archippé, fille de Lysandre, présentée comme la mère de son fils.

  • 28 Id., Thémistocle, 18, 7. On trouve cette histoire ailleurs chez Plutarque : Reg. et Imp. Apopht., (...)

24« De son fils qui tyrannisait sa mère et par elle son père aussi, il disait en plaisantant : “Il est le plus puissant des Grecs, car les Grecs sont commandés par les Athéniens, les Athéniens par moi, moi par sa mère et sa mère par lui”28. » Là encore le parallèle entre la vie de famille et la vie civique est intéressant.

  • 29 Id., Périclès, 24, 8.

25Périclès est lui aussi entouré de femmes de différents statuts. Il a d’abord une épouse légitime, et la manière dont Plutarque évoque leurs relations conjugales vaut la peine d’être citée : « Il était marié à une de ses parentes qui avait épousé en première noce Hipponicos dont elle avait eu Callias le riche ; elle avait donné deux fils à Périclès : Xanthippos et Paralos. Puis la vie commune leur étant devenue pénible, il la passa avec son consentement à un autre mari et lui-même prit Aspasie pour compagne et l’aima singulièrement29. »

26Je reviendrai plus loin sur le cas d’Aspasie. La sécheresse avec laquelle est tracé le destin du mariage de Périclès est une fidèle description du rôle du gamos à l’époque classique. Périclès épouse une femme sans doute veuve et déjà mère d’un fils, pour avoir à son tour deux fils, puis il la répudie et la donne à nouveau en mariage à un autre homme. Il n’y a pas de place pour l’indignation ou les récriminations, tout semble se faire de gré à gré, entre gens de bonne compagnie auxquels la vie commune est devenue pénible !

27Périclès a des relations avec d’autres femmes. Le récit de sa Vie en fait mention assez tard, et non comme une intempérance due à la jeunesse, dans le contexte du luxe qui s’installe peu à peu à Athènes et va de pair avec l’embellissement de la ville par Périclès. Phidias est le pivot de cette histoire.

  • 30 Ibid., 13, 14-16.

« C’est Phidias qui fit la statue d’or de la déesse. […] Il avait la haute main sur presque tout, et comme je l’ai dit, il commandait à tous les artistes, à cause de l’amitié (philia) que Périclès avait pour lui. De là les jalousies (phtonos) contre l’un, des propos injurieux (blasphémia) contre l’autre. On disait que Phidias recevait pour Périclès des femmes libres (eleutheras gunaikas) avec lesquelles celui-ci avait des rendez-vous. Les poètes comiques s’emparèrent de cette rumeur et déversèrent sur lui une foule de propos infamants. Ils le calomnièrent à propos de la femme de Ménippe, son ami et son second comme stratège, et à propos de Pyrilampe, compagnon (hetairos) de Périclès, qui s’adonnait à l’élevage des oiseaux (ornithotrophia) et qu’on accusait d’envoyer secrètement des paons aux maîtresses de Périclès30. »

28Phidias et Pyrilampe jouent tous deux le rôle d’entremetteurs en fournissant, pour l’un, un lieu pour les rencontres qui ne soit pas la maison de Périclès et, pour l’autre, des cadeaux très appréciés dans les échanges entre amoureux. Grâce à eux, Périclès peut poursuivre la fiction d’une vie irréprochable. La réalité des faits nous importe peu, contrairement à Plutarque qui veut faire un portrait moral de ses personnages. Le type des relations qui sont évoquées est très banal ; ce sont des rencontres avec des hétaïres (les femmes libres), rien que de licite dans la cité.

  • 31 Très nombreuses études sur ce sujet. L’étude de Hoffmann 1990 fait le point pour la Grèce classiqu (...)

29Un pas de plus est franchi avec l’accusation d’adultère avec la femme de Ménippe. La cité athénienne punit sévèrement l’adultère, défini de façon très restrictive comme les relations sexuelles d’un homme avec l’épouse d’un citoyen. L’adultère porte en effet atteinte à la légitimité de la filiation, des enfants pouvant naître de cette union, et par là au statut de citoyen puisque la citoyenneté s’acquiert par la naissance d’un père citoyen et d’une mère fille de citoyen31. Il représente donc un danger pour la famille comme pour la cité. Rassurons-nous : ce sont les mauvaises langues que sont les auteurs comiques de la fin du ve siècle qui ont propagé cette histoire ! Peut-être. Il demeure que la mention d’un adultère marque les limites des pratiques hétérosexuelles permises à l’intérieur de la cité.

30Dans le champ de la séduction, on attend évidemment le nom d’Alcibiade qui plaît aux femmes autant qu’il plaît aux hommes. L’attitude d’Alcibiade vis-à-vis des femmes explore les limites qu’il ne faut pas franchir. Lui aussi est entouré de femmes de tout statut : hétaïre, épouse, concubine, femme adultère, un portrait qui serait banal si Alcibiade ne le rendait odieux par son caractère excessif, comme en témoignent la violence vis-à-vis de son épouse (avec un commentaire très impartial de Plutarque) et la passion du pouvoir dans l’épisode de séduction de Timaia, femme d’Agis, roi de Sparte.

  • 32 Plutarque, Alcibiade, 8, 3-4.

31Comme tout bon citoyen, Alcibiade a une épouse, Hipparétè. Elle lui a été donnée en mariage soit par Hipponicos, son père, soit par Callias, son frère, fils d’Hipponicos, avec une dot de dix talents, somme considérable. Alcibiade toutefois, devenu père, exigea dix autres talents, affirmant que cela avait été convenu s’il avait des enfants32. La suite de leur vie conjugale est ainsi racontée par Plutarque :

  • 33 Plutarque, Alcibiade, 8, 3-4. La même histoire est racontée par Andocide, Contre Alcibiade, IV, 13 (...)

« Hipparétè était une femme rangée (eutaktos) et attachée à son mari. Mais malheureuse en ménage et voyant qu’Alcibiade fréquentait des courtisanes étrangères et athéniennes (hetairai xenai kai astai), elle quitta sa maison et se retira chez son frère. Comme Alcibiade ne s’en inquiétait pas et continuait ses débauches, elle dut déposer sa demande en divorce chez l’archonte, non point par un intermédiaire, mais en se présentant en personne. Quand elle s’y rendit pour le faire conformément à la loi, Alcibiade se jeta sur elle, la saisit et la ramena chez lui en traversant la place publique, sans que personne n’osât s’y opposer ni la lui enlever. Elle resta chez lui jusqu’à sa mort, qui arriva peu de temps après. Cette violence (bia) ne parut pas contraire à la loi (paranomos) ni à l’humanité (apanthrôpos) : car il semble que si la loi prescrit à la femme qui veut quitter son mari de se présenter elle-même au magistrat, c’est pour donner au mari l’occasion de se réconcilier avec elle et de la garder33. »

  • 34 Ibid., 16, 5.

32À cette scène ordinaire de violence conjugale, le moraliste n’a rien à redire, il se contente de citer la loi, avec un détachement qui peut étonner de la part de l’auteur des « Consolations à sa femme ». Alcibiade a une curieuse manière de se réconcilier avec sa femme ! Nous ne savons pas si, après la mort de son épouse, Alcibiade se maria à nouveau, ce qui était normalement la règle à Athènes. Parmi ses nombreuses aventures, deux ont un statut particulier. Il prend une femme sur le contingent des prisonniers de la cité de Mélos faits par la cité athénienne, vit avec elle, et il en a un enfant qu’il élève (trephein), ce qui peut signifier qu’il le reconnaît comme enfant légitime34. Mais l’histoire la plus célèbre est son aventure avec la femme du roi de Sparte, Agis. Alcibiade s’est réfugié à Sparte où il vit « à la manière laconienne » : il se rase, il se baigne dans l’eau froide, il mange du pain d’orge et du brouet noir… faisant preuve d’une grande capacité d’adaptation, certains dirons d’une duplicité totale. Dans sa nouvelle identité spartiate, il séduit la femme du roi.

  • 35 Ibid., 23, 7-8.

« Il corrompit Timaia, femme du roi Agis, alors en expédition militaire à l’étranger, si bien qu’elle devint enceinte de son fait et ne s’en cachait pas. Elle accoucha d’un enfant mâle qu’on appela au-dehors Léotychidas ; mais à l’intérieur de la maison, le nom que sa mère lui donnait à voix basse devant ses amies et ses servantes était : Alcibiade, tant l’amour la possédait. Quant au père, il disait en se rengorgeant : “Si j’ai fait cela, ce n’est pas pour outrager le roi, ni parce que j’ai succombé au plaisir, c’est pour que mes descendants règnent sur Lacédémone”35. »

  • 36 Xénophon, République des Lacédémoniens, I, 7-8.
  • 37 Plutarque, Lycurgue, 15, 14-15.

33Comme le note bien le texte grec, ce n’est là une affaire ni d’hubris, ni d’hédoné, mais de descendance et de pouvoir. Est-ce un adultère ? On sait qu’à Sparte les règles concernant l’usage des épouses n’étaient pas les mêmes qu’à Athènes. Un Spartiate peut consentir à ce que son épouse ait des relations sexuelles avec un autre Spartiate pour avoir des enfants36. Et le législateur de Sparte, Lycurgue, trouve stupide la coutume instituée par les autres législateurs qui veut que les femmes soient réservées à leurs époux37 ! Toutefois cette mesure dérogatoire à la monogamie reste dans le cadre défini de la communauté des homoioi, des citoyens, puisqu’il s’agit avant tout de procréer des Spartiates. La relation entre Alcibiade et Timaia n’obéit donc pas à ces règles pour deux raisons au moins : le roi Agis n’a pas donné son consentement et sa réaction après la naissance de l’enfant n’est pas de l’adopter ! De plus, Alcibiade est un étranger, un homme qui n’a aucun droit civique à Sparte. D’ailleurs Timaia ne se vante pas en public de l’ascendance de son fils, mais dans le secret de la maison. Cette relation est donc hors norme et met le doigt sur ce que craignaient toutes les cités, Sparte comme les autres : l’usurpation par une naissance illégitime de la citoyenneté et, circonstance aggravante ici, de la royauté.

34Ainsi, avec le cas d’Alcibiade, on voit dans le détail la façon dont la description des relations entre hommes et femmes s’insère dans un discours sur la bonne manière d’être citoyen, avec, au passage, des remarques inquiétantes sur l’inscription violente dans le corps des femmes de la marque d’un pouvoir. Les exemples de Cimon, Périclès et Alcibiade montrent à quel point les relations avec les femmes font totalement partie de la construction d’une vie de citoyen, tour à tour époux, concubin, amant. Cette normalité hétérosexuelle a toutefois des bornes : il ne faut point qu’elle perturbe l’ordre civique, comme le fait l’adultère.

35Deux comportements viennent également bouleverser la norme, leur interprétation est complexe et mériterait un plus long développement, aussi je ne fais ici que les évoquer, ce sont l’inceste et l’amour. On relève deux cas d’inceste dans la vie de ces grands hommes : celui de Cimon avec sa sœur Elpiniké et celui de Périclès avec sa belle-fille.

  • 38 Plutarque, Cimon, 4, 6.

« Étant jeune encore, Cimon fut accusé d’avoir des rapports amoureux (plesiazen : être proche, avoir commerce avec, en parlant des relations sexuelles) avec sa sœur (adelphé). On rapporte en effet qu’Elpiniké, même en dehors de cela, ne fut nullement vertueuse (ataktos), et qu’elle commit une faute avec le peintre Polygnote. […] Il y a des gens qui disent que l’union d’Elpiniké et de Cimon ne fut pas secrète mais publique (phanérôs), et qu’il l’avait épousée parce que sa pauvreté l’empêchait de trouver un mari digne de sa naissance. Mais lorsque Callias, un des riches d’Athènes, s’éprit d’elle et se présenta en offrant de payer l’amende de son père, elle se laissa persuader, et Cimon la donna en mariage à Callias38. »

  • 39 Piccirilli 1998. Voir aussi sur ce dossier Hoffmann 1992, tout particulièrement le chapitre VII de (...)

36Le droit athénien permet le mariage avec une sœur née d’un même père mais pas avec une sœur née d’une même mère (sœur utérine). Cimon et Elpiniké étaient-ils homopatrioi ou homométrioi ? Luigi Piccirilli a repris tout le dossier sur cette difficile question39. Il est impossible d’y répondre, car une partie de la tradition, celle qui est favorable à Cimon, les considère comme seulement de même père et l’autre partie, qui est défavorable, comme de même mère, jugeant leur union illégale. Peu importe pour mon propos, il reste que l’inceste est une conduite rejetée légalement par la cité.

  • 40 Plutarque, Périclès, 13, 16.
  • 41 Ibid., 36, 2.
  • 42 Ibid., 36, 6.

37Périclès, nous venons de le voir, fut accusé par les auteurs satiriques d’adultère. Plus grave, Stésimbrote de Thasos, cité par Plutarque, l’accuse d’avoir eu avec la femme de son fils, sa belle-fille, une relation quasi incestueuse40. Plus de détails nous sont donnés dans la suite de la Vie. L’allégation provient du fils même de Périclès, Xanthippe, à la suite de différends d’ordre financier41. Une sordide histoire de famille dont on ne sait rien de plus42. Elle fut vraisemblablement colportée par les adversaires de Périclès et Plutarque ne la prend absolument pas en compte. On comprend aisément pourquoi. Cette accusation est grave car Périclès par cette sorte d’inceste porterait le désordre sexuel au cœur de la parenté et de la cité, et par là bien sûr le désordre politique. Cela contredit totalement l’image que Plutarque donne du grand homme.

38Bref, ces deux histoires d’inceste, mise l’une sur le compte de la jeunesse, l’autre sur le compte de la calomnie, dessinent non plus les limites de la norme comme l’adultère, mais bien l’anormalité, c’est-à-dire le caractère hors la loi civique et religieuse, qui guette les conduites entre femmes et hommes.

39Un prolongement possible de cette réflexion serait d’étudier le statut, quelque peu étrange dans cette construction des normes civiques, de l’amour, agapé, attachement réciproque entre femme et homme, comme celui de Périclès et Aspasie. Mais c’est une question délicate et compliquée car la hiérarchie des affects est peut-être bien une invention de Plutarque. Il faudra revenir sur ce thème.

40Les relations entre hommes, d’une part, et les relations entre femmes et hommes, d’autre part, dans les Vies pourraient donner une image somme toute assez équilibrée de l’importance du masculin et du féminin dans la constitution d’une identité de citoyen. Toutefois la relation entre hommes dans le domaine de l’érôs est valorisée par rapport à celle qui existe bien sûr aussi entre hommes et femmes. C’est elle qui forge les qualités nécessaires à la vie publique, tant par la forme d’attachement qu’elle suscite que par la rivalité qu’elle provoque, et qui est comparable au jeu politique. De plus le désir et la séduction qui entrent en jeu sont de même nature que la charis politique. Cette traduction politique à plusieurs niveaux d’un comportement sexuel n’a pas son équivalent dans les relations entre hommes et femmes. Il faut rappeler aussi, mais chacun le sait, que, dans ces histoires écrites par des hommes, le point de vue est toujours celui de l’homme et plus particulièrement du citoyen. La construction d’une identité de genre n’échappe pas à l’omniprésence d’un discours masculin.

41Pour terminer ce tour d’horizon de la place du masculin et du féminin dans la construction de l’identité politique des hommes chez Plutarque, je m’arrêterai sur deux épisodes, l’un de la Vie de Thémistocle, l’autre de la Vie d’Alcibiade.

Devenir une femme

42Banni d’Athènes, Thémistocle s’est réfugié en Asie, d’abord à Kymé puis à Aigai, petite ville d’Éolide, où il est l’hôte de Nicogénès, l’homme le plus riche de la région. Thémistocle voit en songe un serpent enroulé autour de sa poitrine se transformer en aigle qui l’enlève.

  • 43 Plutarque, Thémistocle, 26, 4-6.

« Nicogénès le laissa partir après avoir imaginé l’expédient que voici. La plupart des nations barbares et en particulier les Perses sont naturellement à l’égard de leurs femmes d’une jalousie sauvage et intraitable. Ils gardent strictement non seulement leurs femmes légitimes (tas gametas), mais encore celles qu’ils ont achetées à prix d’argent (tas argurônétous) et qu’ils ont prises pour concubines (pallakeuomenas), afin qu’elles ne soient vues par personne du dehors. Elles vivent au logis dans une réclusion complète et quand elles voyagent elles sont transportées dans des voitures entièrement recouvertes d’un baldaquin clos de tous les côtés. On prépara pour Thémistocle un chariot de ce genre où il se cacha pour faire le voyage. Les gens qui l’accompagnaient répondaient à ceux qu’ils rencontraient et qui leur posaient des questions que c’était une fille d’origine grecque (gunaion hellênikon) qu’ils menaient d’Ionie à un des seigneurs de la porte du roi (de la cour)43. »

  • 44 Voir sur ce point Schmitt Pantel 2007a.

43Cette opération est à la fois de l’ordre du travestissement de l’homme en femme et de l’ordre du changement de statut, on traite Thémistocle comme une femme destinée à un noble perse. La perte d’identité est double, virile et citoyenne. Enfermer Thémistocle dans un chariot de femme peut être lu comme une métaphore de la perte d’identité politique grecque qui va bientôt le frapper. Thémistocle s’apprête en effet à adopter la coutume perse de la proskynèse (se prosterner devant le roi) pour être reçu à une audience royale. Or l’adoption de la proskynèse est pour tout Grec de l’époque classique synonyme de l’abandon de la liberté et du passage à un statut de sujet d’un pouvoir despotique44. Il ne faut donc pas seulement comprendre l’anecdote comme un simple subterfuge pour faire voyager Thémistocle incognito en Ionie, où certains Grecs veulent s’emparer de lui, et sur le sol perse. C’est également une manière d’exprimer la transformation du citoyen athénien lui-même qui va accepter de se comporter en sujet d’un despote et abandonner donc son identité d’homme libre grec. C’est un épisode clef de la transformation de Thémistocle à la fin de sa vie, qui, de libérateur de la Grèce, devient un potentat barbare.

  • 45 Plutarque, Alcibiade, 39, 1-3. Deux autres textes parlent de cet épisode. Diodore XIV, 11, et Athé (...)

44Le cas d’Alcibiade est plus radical encore. Il arrive parfois à Alcibiade de porter des robes de pourpre comme une femme. Mais ce jeu de brouillage entre les sexes peut mal finir, comme en témoigne sa mort dont voici le récit : « Lysandre envoya donc prier Pharnabaze d’exécuter cet ordre (se défaire d’Alcibiade) et le satrape en chargea Bagaïos son frère et Sousamithrès son oncle. Alcibiade se trouvait alors dans un village de Phrygie, où il vivait avec la courtisane Timandra, et où il eut en dormant la vision que voici : il se vit revêtu des habits de sa compagne, qui lui tenait la tête dans ses bras et lui peignait et lui fardait le visage comme à une femme. D’autres disent qu’il vit dans son sommeil Bagaïos qui lui coupait la tête et brûlait son corps. Mais tous conviennent que le songe précéda de peu sa mort45. »

  • 46 Ibid., 39, 7. Une autre version donne une cause différente à la mort d’Alcibiade : ce serait une a (...)

45L’histoire raconte comment ses assassins mirent le feu à la maison, et comment Alcibiade réussit à sortir avec sa chlamyde et son poignard. « Mais à peine dehors, il fut massacré de loin par le jet de javelots et de flèches des Perses. Quand il fut ainsi tombé et que les barbares se furent retirés, Timandra recueillit son corps et l’ayant couvert et enveloppé de ses propres tuniques (chitôn), elle fit avec ce qu’elle avait un enterrement brillant (lampros) et magnifique (philotimos)46. »

46La situation d’Alcibiade à la fin de sa vie est assez proche de celle de Thémistocle : il est recherché par tous et mis en marge de la vie politique grecque. Il s’agit bien d’un récit sur la fin d’un pouvoir. Une interprétation réaliste du rêve vient tout d’abord à l’esprit. Alcibiade rêve qu’il est une femme, songe prémonitoire du rituel des funérailles par lequel sa compagne va apprêter son corps et le vêtir en utilisant ses tuniques de femme. Il est d’ailleurs intéressant de noter le parallélisme esquissé entre les gestes de beauté féminine et les gestes de beauté du mort.

47Mais on peut penser aussi à une interprétation métaphorique. Alcibiade est en fuite. Exilé d’Athènes, il est poursuivi par le général spartiate Lysandre qui veut sa mort et reçoit l’aide du barbare perse. Il a perdu son statut de citoyen athénien, il est aussi renié par son ancien allié, Sparte, et son éternel ennemi, le Perse. En rêvant qu’il devient une femme, il ne fait qu’exprimer l’absence, désormais totale, de prise sur son destin et sa déchéance politique.

  • 47 J’étudie la mort des hommes politiques athéniens dans Schmitt Pantel 2006.

48Ces deux exemples de Thémistocle et d’Alcibiade décrivent une position extrême où le féminin est choisi pour dire la négation absolue de l’identité politique du Grec. Mais en même temps, dans les deux cas, le féminin est un recours : une ruse pour Thémistocle qui va lui permettre de sauver sa vie, le seul mode de lien social qui demeure après la faillite générale de tous les autres liens pour Alcibiade. C’est Timandra, au nom évocateur, qui, en prodiguant à Alcibiade les gestes du rituel funéraire, lui permet d’obtenir son statut de mort47.

  • 48 Plutarque, Cimon, 6, 6-7.
  • 49 Id., Vertus de femmes.

49L’étude des relations entre les hommes et les femmes l’a montré, il serait erroné de faire une lecture uniquement négative de la part du féminin dans la construction de l’identité politique grecque. Une image très valorisée des femmes surgit même de certains épisodes des Vies, consacrées aux hommes illustres de l’époque classique. Des femmes, véritables héroïnes, mettent en échec le pouvoir politique des hommes. Ainsi dans la Vie de Pélopidas, la mort d’Alexandre, tyran de Phères, est attribuée à l’action d’une femme, Thébè, fille de Jason et épouse du tyran. Et dans la Vie de Cimon, l’histoire de Cléonice annonce la vengeance divine et humaine qui va s’abattre sur Pausanias48. Thébè et Cléonice, comme une tribu d’autres héroïnes que Plutarque connaît bien et dont il a raconté l’histoire49, permettent de nuancer le propos un peu dépréciatif que les épisodes de Thémistocle et Alcibiade semblaient jeter sur le féminin. Il faut toutefois remarquer le cadre dans lequel ces femmes interviennent, qui est la lutte contre des tyrans – aussi bien Pausanias qu’Alexandre de Phères le sont chacun à sa manière – et pour rétablir un ordre « citoyen » dans les cités.

  • 50 Sebillotte Cuchet 2004.

50Dans un tout autre dossier, celui de l’attachement des Grecs à leur patrie, Violaine Sebillotte note la valorisation du féminin (héroïnes et divinités) dans le serment des éphèbes athéniens, tout comme dans d’autres représentations de la cité, et elle la met en relation avec l’attachement de toutes ces filles à leur père50. Au-delà de la seule figure du père, il me semble en effet que la valorisation de ces héroïnes tient à leur entier dévouement à la construction masculine de l’image de la cité.

51Pour conclure, je reviendrai aux histoires de Thémistocle et d’Alcibiade. Entre le féminin annonciateur de déchéance civique et le féminin ultime recours, il ne faut bien sûr pas choisir. La construction grecque du genre passe aussi par cette ambiguïté. Loin des oppositions claires et tranchées, et des hiérarchies elles aussi intangibles, elle nous invite à une lecture nuancée et différente selon les contextes et les types de documents. Devenir femme pour Alcibiade est sans doute la marque de sa mort en tant que citoyen grec, mais c’est bien une femme qui reste, seule à ses côtés, pour lui rendre les honneurs funèbres et en faire un beau mort.

Notes

1 En dernier lieu Schmitt Pantel 2003 ; 2004 ; 2005b ; 2007b.

2 Pour un développement sur ce point, voir Schmitt Pantel 2006. Je démontre que la plupart des sources dont se sert Plutarque pour décrire les epitedeumata datent de l’époque classique.

3 Ampolo 1990 ; Pelling 2002 ; Mossé 1999 et Mossé 2001.

4 Frazier 1996.

5 Voir, outre Schmitt Pantel 2006 ; Schmitt Pantel 1999 ; Schmitt Pantel 2005a ; Schmitt Pantel (à paraître) ; Schmitt Pantel 2007a et 2007b.

6 Le terme de « valence » est emprunté à Héritier 2002.

7 Wohl 1999. Cet article est centré sur l’interprétation à donner à la mutilation des Hermès mais il aborde aussi la plupart des épisodes concernant l’érôs d’Alcibiade.

8 Dover 1978 ; Cantarella 1988 ; Davidson 1997 ; voir Leduc 2003b.

9 Scholarque de l’école du Lycée, vivant fin iiie siècle.

10 Plutarque, Thémistocle, 3, 1 : meirakiôdé archén.

11 Id., Aristide, 2, 3-4.

12 Id., Thémistocle, 3, 2.

13 Id., Aristide, 2, 3-4.

14 Id., Alcibiade, 4, 1. Sur la charis de Socrate, voir Azoulay 2004b, en particulier le chapitre 8 : « Les grâces de l’amour ».

15 Id., Alcibiade, 4, 4.

16 Plutarque toutefois n’ajoute pas foi au témoignage d’Antiphon.

17 Plutarque, Périclès, 8-8.

18 Id., Thémistocle, 8-3.

19 Id., Reg. et Imp. Apopht., 185 C.

20 Id., Cimon, 1, 2-4.

21 Ludwig 2002.

22 Schmitt Pantel 2007b.

23 Plutarque, Alcibiade, 10-1.

24 Schnapp 1997.

25 Plutarque, Cimon, 4-9.

26 Ibid., 16-1.

27 Plutarque, Reg. et Imp. Apopht., 185 A.

28 Id., Thémistocle, 18, 7. On trouve cette histoire ailleurs chez Plutarque : Reg. et Imp. Apopht., 185 D.

29 Id., Périclès, 24, 8.

30 Ibid., 13, 14-16.

31 Très nombreuses études sur ce sujet. L’étude de Hoffmann 1990 fait le point pour la Grèce classique et cite la bibliographie essentielle. Elle consacre un chapitre à Alcibiade mais ne parle pas de Périclès.

32 Plutarque, Alcibiade, 8, 3-4.

33 Plutarque, Alcibiade, 8, 3-4. La même histoire est racontée par Andocide, Contre Alcibiade, IV, 13-15.

34 Ibid., 16, 5.

35 Ibid., 23, 7-8.

36 Xénophon, République des Lacédémoniens, I, 7-8.

37 Plutarque, Lycurgue, 15, 14-15.

38 Plutarque, Cimon, 4, 6.

39 Piccirilli 1998. Voir aussi sur ce dossier Hoffmann 1992, tout particulièrement le chapitre VII de la deuxième partie. Geneviève Hoffmann réfléchit au rapport entre les stratégies matrimoniales et le pouvoir politique, et remarque que le discours démocratique veut donner l’image d’une identité politique sans substrat familial. Pour ce qui est des alliances matrimoniales, Cimon entre dans la famille des Alcméonides par son mariage avec Isodiké.

40 Plutarque, Périclès, 13, 16.

41 Ibid., 36, 2.

42 Ibid., 36, 6.

43 Plutarque, Thémistocle, 26, 4-6.

44 Voir sur ce point Schmitt Pantel 2007a.

45 Plutarque, Alcibiade, 39, 1-3. Deux autres textes parlent de cet épisode. Diodore XIV, 11, et Athénée XIII, 574 e-f. Sur le lieu de sa mort, voir Robert 1980. Et son interprétation : « Il s’agit d’un assassinat politique dans des conditions de secret, assassinat d’un homme isolé et fugitif, sur une route de l’Asie Mineure perse. […] Je traiterai uniquement de la topographie, recherche qui ne doit pas exiger des dons de divination psychologique et policière, étude terre à terre. C’est un travail de géographie historique. »

46 Ibid., 39, 7. Une autre version donne une cause différente à la mort d’Alcibiade : ce serait une affaire privée et non plus politique. « Il avait séduit une jeune femme de bonne famille et la gardait avec lui, et ce sont les frères de cette femme qui, exaspérés par cet outrage, mirent pendant la nuit le feu à la maison où il vivait et l’abattirent comme je l’ai dit, au moment où il sautait au travers du feu pour sortir. » Ibid., 39, 9.

47 J’étudie la mort des hommes politiques athéniens dans Schmitt Pantel 2006.

48 Plutarque, Cimon, 6, 6-7.

49 Id., Vertus de femmes.

50 Sebillotte Cuchet 2004.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search