Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marquer la ville

 | 
Patrick Boucheron
, 
Jean-Philippe Genet

Partie V. Les marques de la concorde

Conclusions

Jean-Claude Maire Vigueur

Texte intégral

1Existe-t-il une seule ville au monde où les marques du pouvoir soient aussi foisonnantes, aussi monumentales, aussi stratifiées qu’à Rome ? Tous les pouvoirs qui se sont succédé dans la ville n’ont certes pas laissé de traces aussi abondantes que l’Antiquité ou la papauté moderne, et seul un œil expérimenté peut aujourd’hui reconnaître les rares vestiges qui subsistent du régime communal qui gouverna la ville du milieu du xiie à la fin du xive siècle. D’un autre côté, la valeur que nous attachons aujourd’hui à ces marques, qu’il s’agisse de leur qualité artistique ou de leur capacité à faire sens, ne coïncide pas toujours, loin de là, avec leur niveau de visibilité dans le paysage de la Rome contemporaine : personnellement, j’échangerais volontiers des quartiers entiers de la Rome umbertienne, porteurs d’un message bien connu et trop de fois répété, contre un seul pan du théâtre de Pompée ou contre les restes de l’une ou l’autre des grandes forteresses baronniales de la fin du Moyen Âge. Il convient également de préciser que tous les régimes n’ont pas eu au même degré la volonté d’imprimer leur marque dans la ville : en moins de vingt ans, les réalisations du fascisme en matière d’urbanisme et d’architecture ont bien davantage marqué le paysage de la Rome intra-muros que ne l’ont fait les gouvernements de centre droit ou de centre gauche qui se sont succédé au pouvoir depuis la dernière guerre, sans doute parce que ceux-ci misaient sur de tout autres moyens de communication et de propagande. Même si Rome est un palimpseste moins facile à déchiffrer qu’il n’y paraît de prime abord, elle n’en reste pas moins une ville dans laquelle, de la république romaine à la république italienne, les traces du pouvoir n’ont cessé de s’accumuler au point d’en faire, pour qui s’intéresse aux formes du pouvoir symbolique, une ville unique en son genre. Or étrangement, aucun des participants du colloque qui s’y est tenu les 10, 11 et 12 décembre 2009 dans le cadre du projet « Vecteurs de l’idéel » n’a fait la moindre allusion à Rome. Rome, on le verra, ne sera pas tout à fait absente de mes conclusions mais il est un peu dommage (et j’ai sans doute ma part de responsabilité dans cette lacune) que Rome n’apparaisse explicitement dans aucune des cinq parties du programme.

2L’Italie, elle, est en revanche largement représentée voire même surreprésentée, dans le programme du colloque, puisque pas moins de onze communications y sont consacrées. Quatre d’entre elles, et ce n’est évidemment pas un hasard, portent sur deux types de construction appelés à se diffuser un peu partout dans l’Occident des xvie et xviie siècles alors que dès la fin du Moyen Âge, il en existe déjà de nombreux exemples dans les villes italiennes. Il s’agit de la forteresse ou du château princier, objets des communications de A. Zorzi, G. Ciccaglioni et N. Covini, et du nouveau type de résidence aristocratique désigné du nom de palazzo en italien, d’« hôtel » en français. Inutile de dire qu’on est là en présence d’un immense sujet sur lequel le colloque ne pouvait donner que quelques coups de projecteur. La chance ou le savoir-faire des organisateurs du colloque ont fait en sorte que les trois premières communications s’attachent au même problème, celui du sens à donner aux forteresses urbaines construites, dans les décennies centrales du xive siècle, par un certain nombre de seigneurs de l’Italie du Nord et du Centre. L’exemple choisi par Ciccaglioni est celui de l’Augusta, vaste forteresse qui englobe tout le secteur Sud-Ouest de la ville de Lucques et fut aménagée par Castruccio Castracani en 1322, peu d’années après sa prise du pouvoir. À Parme, ville qui est restée plus d’un siècle et demi sous la domination des seigneurs de Milan, Visconti et Sforza n’ont quasiment jamais cessé de construire de nouveaux ouvrages de fortification, tout en réaménageant les réalisations de leurs prédécesseurs. La plupart de ces ouvrages rentrent dans la catégorie ou de la forteresse (rocca) ou de la citadelle (cittadella), mais Covini préfère s’attarder, et on la comprend, sur le choix fait par Luchino Visconti, au moment où il devient seigneur de la ville, en 1346, de transformer rien de moins que la grande place communale en un vaste périmètre fortifié auquel il donne le nom de Stainpace. La place conservera cette nouvelle configuration jusqu’au dernier quart du xve siècle, date à laquelle les habitants s’enhardiront à démanteler, pierre après pierre, une forteresse qui, de toute façon, ne répondait plus aux exigences d’un pouvoir seigneurial désormais soucieux de gouverner avec l’appui de ses sujets et non plus grâce à la crainte qu’il inspire. Tout en ayant soin de préciser que le « despotisme », autrement dit la volonté d’imposer par la force leur domination sur une population qui leur reste hostile, n’est pas, loin de là, la seule raison qui explique les multiples ouvrages de fortification construits par les seigneurs de Milan, Covini n’en laisse pas moins clairement entendre qu’à ses yeux, la méfiance des seigneurs à l’égard de la population locale a joué un rôle important, sinon déterminant, dans chacune de leurs initiatives en ce domaine. Plutôt que de méfiance, A. Zorzi préfère parler d’inimitié ou d’hostilité pour expliquer ce qu’il appelle l’arroccamento urbain des seigneurs, autrement dit le mouvement qui conduit la plupart des seigneurs citadins, dans les décennies centrales du xive siècle, à construire une vaste citadelle ou forteresse à l’intérieur de leur propre ville, et pas seulement dans les villes « étrangères » passées sous leur domination, et à en faire à la fois le siège de leur résidence et de leur gouvernement. Mais l’hostilité dont parle A. Zorzi n’est pas tant celle des habitants de la ville à l’égard de leur seigneur que du seigneur à l’égard d’une population dans laquelle celui-ci refuse, à partir d’une certaine date, de reconnaître la source de sa propre légitimité. En d’autres termes, les seigneurs auraient cherché, au cours des décennies centrales du xive siècle, à s’affranchir des traditions communales dont ils tiraient leur pouvoir, en marquant fortement la distance qui les sépare du reste de la population, en adoptant un mode de résidence qui taille dans le vif du tissu urbain et tranche avec le style de vie de ceux qui étaient jusque-là leurs concitoyens. Toujours selon A. Zorzi, le phénomène du « retranchement seigneurial » doit être rapproché d’autres changements qui affectent alors l’ensemble du nouveau système de pouvoir et dans lesquels il propose de voir l’expression d’une « mutation seigneuriale ».

3Indéniablement, un important changement s’est produit, vers le milieu du xive siècle, sinon dans la nature même du pouvoir seigneurial, du moins dans l’image que les seigneurs entendent diffuser de leur pouvoir, souvent en adoptant quelque chose des rites, symboles et styles de vie des plus grandes dynasties régnantes. Est-ce à dire pour autant qu’il existe des analogies entre le Louvre de Charles V et les châteaux ou forteresses urbaines des Visconti, della Scala, Gonzague ou Este ? À part la position du Louvre, adossé aux murailles de Paris comme le sont tant de châteaux seigneuriaux en Italie, et son caractère plus résidentiel, si je comprends bien, que militaire, je n’en vois à vrai dire aucune, mais peut-être est-ce simplement dû au fait que la communication d’A. Salamagne nous en apprend beaucoup plus sur le Louvre de Charles V que le peu que l’on sait des palais italiens de la même époque. Il semble de prime abord plus facile de trouver des points de contact entre les communications de F. Lemerle et de M. Folin, dans la mesure où toutes deux portent sur l’émergence, à Paris comme à Ferrare, d’un type d’habitation élaboré par des hommes de l’art et conçu pour répondre aux exigences d’intimité et d’ostentation de personnages ou de familles qui font partie dans les deux cas de l’élite de la société citadine. Reste que, s’il n’est pas difficile de repérer les éléments communs aux deux types d’architecture, Lemerle et Folin, et on ne saurait évidemment le leur reprocher, ont choisi deux approches radicalement différentes de la question de l’habitation aristocratique : alors que la première porte toute son attention sur la morphologie de l’hôtel particulier parisien, le second examine le problème plus général de la dispersion ou de la concentration, dans les villes italiennes, des palais nobiliaires et conclue à l’absence, en Italie, de véritables quartiers aristocratiques, à la seule exception de la célèbre Addizione d’Hercule d’Este.

4Même si certains souverains ou seigneurs ont caressé le rêve, surtout en Italie, de construire de toutes pièces des villes absolument vierges de toute empreinte antérieure, dans la réalité toutes les villes sont remplies des traces d’un passé plus ou moins monumental que les pouvoirs, plutôt que de les abolir, tentent au contraire bien souvent de réutiliser à leur profit. Le premier exemple qui vient à l’esprit est bien entendu celui de Rome où le pape, la commune, les églises, les barons et bon nombre d’autres laïcs se livrent une concurrence acharnée pour s’approprier les vestiges de l’urbs antique, les plus modestes s’estimant heureux de pouvoir décorer la façade de leur maison d’un morceau de marbre sculpté quand les barons, eux, ne visaient à rien moins qu’à occuper les monuments les plus imposants, à commencer par le Colisée, le mausolée d’Hadrien, le théâtre de Marcel, et tant d’autres. À vrai dire, les auteurs qui se sont fixés comme objectif, comme les y invitait l’argumentaire du colloque, d’étudier le travail de la durée sur les marquages anciens, d’examiner leurs modalités de réactivation et de resémantisation de la part de nouveaux pouvoirs, ont choisi, ce qui est assez logique compte tenu du temps qui leur était imparti, de concentrer leur attention sur un objet beaucoup plus circonscrit : la porte monumentale et l’arc de triomphe, donc deux des éléments les plus caractéristiques de l’architecture classique dans le cas de J.-C. Schmitt et de Y. Pauwels, la topographie et l’urbanisme de deux villes de petite et moyenne dimension, Foligno et Toulouse, dans le cas de Q. Cazes et de J.-B. Delzant. Cela posé, la parenté, toute relative, qui unit les sujets retenus d’un côté par J.-C. Schmitt et Pauwels, de l’autre par J.-B. Delzant et Q. Cazes, n’a pas empêché chacun des auteurs, et c’est fort heureux pour nous, de recourir à des méthodes d’analyse totalement différentes l’une de l’autre. Schmitt ne prend en examen qu’un seul exemple de porte, la célèbre Porta Romana de Milan, reconstruite par les Milanais en 1171 après la destruction de leur ville par les troupes de Frédéric Barberousse et dont le décor sculpté est considéré comme une des premières grandes manifestations d’un art proprement communal. Avant de procéder à une nouvelle lecture de ce décor sculpté, J.-C. Schmitt se livre à une série de considérations destinées à nous rappeler la multiplicité des usages et des valeurs qui s’attachent, dans la culture européenne, au thème du seuil et de la porte et dont il se sert ensuite pour montrer comment les Milanais ont su réactualiser, en le référant à des événements de leur histoire immédiate, le vieux thème du dehors et du dedans, de l’admission et de l’exclusion. À la différence de la porte monumentale qui, en Italie du moins, n’a jamais connu d’éclipse durant tout le Moyen Âge, l’arc de triomphe est une redécouverte de la Renaissance d’abord réservée à l’architecture des églises. Ses premières applications à l’architecture civile remontent, en Italie, au milieu du xve siècle et visent bien évidemment à accroître, par le jeu des références antiques, la légitimité du pouvoir qui en commande l’exécution. Le succès du modèle ne fera que s’amplifier tout au long de l’époque moderne, où il devient un élément incontournable des architectures éphémères dressées pour les circonstances les plus diverses, mais également présent dans de nombreux édifices civils et religieux.

5Le fait que deux villes aussi différentes que Foligno et Toulouse se retrouvent quasiment côte à côte dans le programme du colloque n’est évidemment pas le fait du hasard. Même si la topographie toulousaine est examinée par Q. Cazes dans la très longue durée, alors que J.-B. Delzant focalise son regard sur une brève séquence de l’histoire de Foligno, le xive et le début du xve siècle, l’un et l’autre se posent en fait la même question : quelles sont les stratégies des nouveaux pouvoirs face aux structures urbaines dont ils héritent ? Leurs réponses sont en revanche loin d’être identiques. À Toulouse, chaque nouveau pouvoir semble s’être ingénié, depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne, à développer un nouveau tracé viaire et à déplacer l’emplacement des lieux de pouvoir à l’intérieur de l’espace urbain. À Foligno, les Trinci qui, au cours du xive siècle, prennent une part de plus en plus importante dans le gouvernement de la cité au détriment des institutions communales, s’appliquent au contraire à montrer que leurs initiatives en matière de politique urbaine s’inscrivent dans la pleine continuité de la politique antérieure, mais ils n’en finissent pas moins, en procédant d’abord par très petites touches puis d’une manière de plus en plus explicite, par conférer à leurs marques sur la ville une visibilité bien supérieure à celles de la vieille commune.

6Chose étrange, alors que cette ville connaît dans les derniers siècles du Moyen Âge une des plus fortes expansions territoriales et démographiques de tout l’Occident, Londres se caractérise par l’absence quasi totale, durant cette même période, de toute marque du pouvoir royal, à l’exception bien sûr de la fameuse Tour, mais dont la construction remonte au règne de Guillaume le Conquérant. Comment l’expliquer ? Sans aucun doute, comme le suggère J.-P. Genet, par l’absence physique du roi, qui réside à Westminster, situé à six ou sept kilomètres de là, et qui ne fait que de rares apparitions dans la capitale de son royaume. On peut quand même se demander si la monarchie aurait été en mesure de rivaliser avec la richesse et le dynamisme des grands prélats et des seigneurs, des institutions religieuses et des associations professionnelles qui recouvrent la ville d’un dense filet d’hôtels particuliers (les inns), d’églises et d’institutions charitables, de vastes constructions destinées à abriter sociétés commerciales et sièges des métiers (les halls). J.-P. Genet parle aussi d’une symbolique de l’absence pour expliquer la situation de prime abord très paradoxale d’une ville de première importance qui, tout en étant située à deux pas du siège de la monarchie, ne reçoit aucune marque d’attention, si l’on peut dire, de la part des souverains. L’idée demanderait à être précisée, et je suis convaincu qu’elle pourrait l’être facilement en comparant la situation de Londres à celle de certaines villes de l’Italie communale où, pendant une assez longue période, le pouvoir communal s’est limité à de très rares interventions sur la forma urbis, alors que l’évêque, ou, à Rome, le pape, faisait preuve en ce domaine d’un étonnant activisme, comme s’il cherchait à compenser la perte de son pouvoir sur la cité des hommes en multipliant ses marques sur la cité de pierre.

7Ce que les Italiens aiment appeler la forma urbis, autrement dit la ville considérée sous l’angle de ses structures matérielles et de l’organisation de son espace, est sans aucun doute le terrain le plus riche d’enseignements quand on s’interroge sur les marques du pouvoir dans la ville. C’est aussi le terrain le plus fréquenté, particulièrement en Italie où le puissant réseau des facultés d’architecture a favorisé un essor considérable des recherches sur les aspects les plus variés des politiques urbaines conduites par des pouvoirs qui offrent par ailleurs l’avantage, si l’on ose dire, de se succéder en Italie à un rythme beaucoup plus rapide qu’ailleurs. Conscients de cette situation, les organisateurs du colloque ont choisi de fixer des bornes très étroites à l’examen de la forma urbis et ils ont fort bien fait, mais il n’était quand même pas inutile de rappeler, comme l’a fait É. Crouzet-Pavan dans la première partie de sa communication, que les villes italiennes disposaient dans ce domaine d’une formidable avance sur les autres villes de l’Occident, grâce au dynamisme et au savoir-faire de leurs régimes populaires. Ils ont en revanche décidé de faire une très large place à des formes de marquage de nature éphémère ou proches de l’immatériel qui découlent de tout un ensemble de pratiques, d’usages et de conduites dont les organisateurs n’ont retenu que deux grandes catégories, sans doute en raison de leur plus forte aptitude à « tracer » la ville. Il s’agit d’abord des parcours et itinéraires liés aux grandes cérémonies politiques et religieuses, ensuite des cris, bruits et musiques dont la dissémination dans l’espace urbain constituerait, pour reprendre une expression utilisée dans l’argumentaire du colloque, une « mise en son » de la ville.

8Mise en son : la formule est jolie mais est-elle vraiment pertinente ? L’utiliser, n’est-ce pas supposer qu’il ait pu exister une ou des époques où la ville n’ait pas été remplie de sons et de bruits ? Puisque tel n’est évidemment pas le cas, alors ce n’est pas de mise en son qu’il faut parler, mais de paysage sonore et, puisque le colloque s’inscrit dans un programme de recherche portant sur les vecteurs de l’idéel, des changements introduits dans ce paysage par des pouvoirs particulièrement attentifs aux formes de la communication symbolique. Il me semble d’ailleurs que c’est bien ainsi que l’ont compris les auteurs intervenus dans la quatrième partie du colloque. Prenant pour exemple la ville de Laon, N. Offenstadt a fort bien montré comment, même dans une ville qui est loin de figurer parmi les plus importantes du royaume, l’administration royale était parvenue à mettre en place, à la fin du Moyen Âge, un système de communication sonore qui repose sur l’utilisation de cloches, de trompettes et surtout de crieurs publics répartis en trois catégories bien distinctes, opérant chacune selon des modalités très différentes en fonction de la solennité de l’annonce à communiquer. Convaincus par les humanistes que la musique avait le pouvoir d’agir sur les esprits, les princes italiens des xve et xvie siècles se sont efforcés de faire descendre la musique dans la rue ou, plus exactement, d’encourager dans les rues de leurs villes l’exécution de musiques jugées plus aptes que celles du peuple à produire les effets désirés par le pouvoir. Selon C. Cavicchi, les rues des villes italiennes seraient ainsi devenues, à l’instigation de leurs princes, le théâtre d’un nouveau genre de spectacles musicaux, nés du savoir faire de musiciens professionnels qui savent adapter des pièces du répertoire savant au goût du peuple et, dans cet esprit, font une large place aux instruments d’origine militaire comme le fifre et le tambour. Il s’agit en somme de remplir les rues d’une musique apte à renforcer la popularité du prince et à éloigner les foules de la tentation du désordre et de la subversion. Or il existe durant l’année, on le sait, une période chaude, particulièrement propice aux débordements et aux transgressions de toute nature : c’est la période du carnaval, que les pouvoirs en place redoutent plus que toute autre pour les troubles qu’elle peut entraîner. Dans la Florence du début du xvie siècle, les métiers ont ainsi l’habitude de parcourir la ville en chantant des canti carnascialeschi de contenu souvent licencieux, expression d’une culture populaire à la Bachtin volontiers irrévérencieuse à l’égard de la religion, des classes supérieures et des autorités politiques. C’est plus que n’en pouvait supporter un personnage comme le grand-duc Cosme Ier de Médicis qui, malgré les conditions difficiles de son accession au pouvoir, souhaite instaurer un régime dynastique de type absolutiste. En l’espace de quelques années, pour la plus grande satisfaction d’une noblesse qui aspire à occuper la première place dans les fêtes de carnaval, les canti carnascialeschi sont remplacés par des mascherate, un type de spectacle musical fort éloigné des goûts populaires, mais qui réunit en revanche tous les ingrédients, nous dit P. Canguilhem, dans le style, le choix des thèmes et des instruments, pour plaire à la noblesse. C’est ainsi que se réalise à Florence une « curialisation » du carnaval, qui répond aussi bien aux exigences du prince qu’à celles de ses courtisans. À Vicence, Bologne et Vérone, trois villes dont les académies créées au xvie siècle sont l’objet de la communication de I. M. Groote, le pouvoir est au contraire tout à fait étranger à la décision prise par le patriciat local de se doter d’une institution vouée à l’organisation de spectacles musicaux et théâtraux. Mieux : la création et l’animation de ces florissantes académies sont interprétées par l’auteur comme un substitut à l’activité politique dont le patriciat de ces villes de province est privé du fait de son éloignement des lieux du pouvoir, qu’il s’agisse de Rome ou de Venise.

9Venons-en maintenant à l’examen des grands rituels urbains. Les études de cas réunies dans la troisième partie du colloque concernent exclusivement de grandes processions civiles ou religieuses, mais il me paraît justifié d’y ajouter deux autres communications qui, sans doute pour des raisons d’équilibre entre les parties, figurent en d’autres endroits du programme. Que ressort-il en effet, du point de vue qui nous intéresse ici, du dispositif mis en place par les habitants d’Amiens pour protéger leur ville contre tout risque d’attaque par surprise et qui fait l’objet de la communication d’E. de Crouy-Chanel ? Essentiellement qu’un dispositif aussi contraignant, qui oblige à la répétition indéfinie des mêmes parcours et des mêmes gestes à accomplir toujours dans les mêmes lieux, finissait par générer dans l’esprit de chaque citadin un mode d’appréhension et d’appropriation de l’espace urbain déterminé par la nature de leurs obligations militaires. L’existence de ce type d’opérations ou de mécanismes mentaux fait d’ailleurs l’objet d’une véritable théorisation dans la communication de T. Dutour qui, à propos du mode de fonctionnement des communes urbaines dans le Nord de la France, insiste sur le côté immatériel de ces communautés d’habitants ; souvent dépourvus d’édifices propres à accueillir leurs assemblées, leurs membres n’en possèdent pas moins une vision de leur ville qui découle en bonne partie de la topographie des lieux où ils sont amenés à participer à la vie politique de la communauté.

10On me dira qu’il s’agit là de pratiques et d’usages qui ne changent pas grand-chose aux structures matérielles de la ville. C’est tout à fait exact mais il en va souvent de même pour les grandes processions, qu’elles soient civiles ou religieuses, dont il est question dans les communications de la troisième partie du colloque, sans que cela ôte quoi que ce soit à la valeur et à la force du message qu’elles ont pour but de transmettre. Rien de plus éclairant à cet égard que la communication de A. I. Carrasco Manchado. Alors même que les entrées royales se multiplient dans le royaume de Castille au cours des xive et xve siècles et deviennent, dans les mains de la monarchie, l’instrument le plus propice à l’instauration du dialogue qui va lui permettre de renégocier ses liens avec chacune des villes du royaume, les mesures prises par les autorités municipales pour accueillir le cortège royal sont de nature purement cosmétique : on décore les façades des maisons de tissus précieux, on jonche le sol des rues de fleurs et de feuilles odoriférantes, on va même, à partir d’une certaine date, jusqu’à dresser des arcs de triomphe, mais il s’agit toujours d’un apparat très éphémère qui ne laisse aucune trace durable dans l’espace urbain. Très différent apparaît à cet égard le comportement des villes italiennes, où les autorités n’hésitent pas, en vue d’assurer le meilleur accueil possible aux papes et aux souverains qui les visitent, à confier à de grands architectes le soin d’ériger des apparats décoratifs très sophistiqués, mais aussi, et la communication de L. Nuti en cite plusieurs exemples, à procéder à des destructions destinées à avoir un impact durable sur la forma urbis.

11Le rituel des entrées royales, est-il besoin de le dire, réservait une place éminente au clergé de la ville, et l’accueil du roi par l’évêque sur le parvis de la cathédrale était l’un des moments les plus riches de sens de toute la cérémonie. Mais il n’est pas un seul moment du rituel qui ne soit pour le roi l’occasion d’afficher sa proximité avec l’Église et de s’approprier ainsi une parcelle de la sacralité dont celle-ci est le dépositaire. Le procédé n’a évidemment rien de propre à la monarchie castillane, et il s’est le plus souvent réalisé, au moins dans un premier temps, avec le plein assentiment des autorités religieuses, convaincues d’y voir le signe de leur prééminence sur le pouvoir politique. Mais le colloque nous offre également l’occasion d’observer un autre processus de sacralisation, qui s’opère cette fois au profit d’une ville, non d’un personnage, et se déroule à l’enseigne de la plus étroite collaboration entre le pouvoir religieux et le pouvoir politique. La ville dont il s’agit est la petite ville de Turin, objet, à partir du début du xve siècle, d’une série de transformations qui conduiront les ducs de Savoie à en faire, au milieu du xvie siècle, la capitale officielle de leurs États. Or, loin de se lancer, comme on pourrait s’y attendre, dans une politique de grands travaux susceptibles de conférer un air de capitale à ce qui n’était qu’un petit centre de caractère encore très rural, les ducs se contentent, en matière d’urbanisme et de décor urbain, de prendre quelques rares mesures d’embellissement, alors même qu’ils multiplient, avec la collaboration très active du clergé et en particulier des ordres mendiants, les initiatives destinées à moraliser et à sanctifier la totalité de l’espace urbain. La construction de nouvelles églises viendra couronner, dans la seconde moitié du xvie siècle, ce double processus de « capitalisation », pour reprendre le terme utilisé par L. Gaffuri, et de sacralisation de la ville, mais, pour les deux auteurs de la communication, il ne fait aucun doute qu’avant cette date, le principal vecteur de cette double transformation est à rechercher dans la diffusion de nouveaux cultes et de nouveaux rituels dont les ducs encouragent le déploiement dans l’espace urbain à travers l’usage liturgique des rues et des places. On remarquera peut-être que, dans le programme du colloque, une seule intervention séparait la communication « turinoise » de L. Gaffuri et P. Cozzo de la communication « programmatique » de D. Iogna-Prat. Je dirais que, sur le fond, rien ne les sépare et que la première constitue au contraire une très bonne illustration, à travers l’examen d’un cas concret, de la thèse formulée par le second en termes beaucoup plus généraux : s’il est vrai qu’à partir du xiiie siècle, l’État se substitue à l’Église et hérite du rôle qui était le sien dans la morphogénèse du paysage urbain, la marque du pouvoir sur la ville n’en continue pas moins de passer par la sacralisation des espaces publics. Observe-t-on le même type de transfert dans les villes allemandes quand elles rejoignent le camp de la Réforme luthérienne ? À en juger d’après la seule communication qui s’interroge sur l’impact de la Réforme sur une ville, en l’occurrence la lointaine Breslau, il semblerait que non et que l’on ait alors procédé à une véritable sécularisation de l’espace urbain. On peut toutefois se demander si le cas de Breslau a valeur d’exemple, d’autant que l’auteur de la communication, G. McDonald, semble avoir été beaucoup plus sensible à la personnalité de Laurent Corvin, l’humaniste qui a fait basculer la ville dans le camp de la Réforme, qu’aux conditions de mise en œuvre des réformes qu’il préconisait.

12Unifiée, pacifiée et remodelée par le prince, la ville réunit toutes les conditions pour devenir le symbole et l’image de cette concorde que le pouvoir entend instaurer dans l’ensemble de ses territoires. Telle est, si je comprends bien les quelques lignes de l’argumentaire qui introduisent à la cinquième partie du programme, l’idée qui a incité les organisateurs à consacrer la dernière partie du colloque aux « concordes urbaines », plus concrètement à quelques exemples précis de représentation de cette concorde. Et de fait, le premier exemple pris en examen, celui de l’enluminure ornant le premier folio des Chroniques et conquêtes de Charlemagne, une œuvre qui fut offerte à Philippe le Bon, duc de Bourgogne, en 1460, offre une image de la ville où tout concourt à exalter les valeurs de beauté, d’ordre et d’harmonie dont l’espace urbain est devenu le réceptacle grâce au gouvernement éclairé du prince. Encore faut-il bien voir, comme nous y invite É. Lecuppre-Desjardin dans son analyse d’une grande finesse de l’enlumine exécutée par Jean Le Tavernier, que cette image est également porteuse d’un message politique nettement moins consensuel : non seulement en effet on n’y trouve aucune trace des édifices – beffroi, hôtel de ville, cathédrale – qui sont l’expression de l’identité urbaine et de l’aspiration des habitants à se gouverner par eux-mêmes, mais l’image insiste aussi très fortement sur le lien privilégié qui unit le prince aux couches supérieures de la société urbaine, noblesse et grande bourgeoisie, et qui devrait servir de modèle au reste de la population. Or il se trouve que c’est un message d’une tout autre teneur qui émane d’une œuvre extrêmement proche, dans l’espace comme dans le temps, de l’enluminure de Jean Le Tavernier. Il s’agit du portail de l’hôtel de la Poterne, à Lille, siège de la Cour des comptes qui avait compétence pour les provinces les plus septentrionales des États bourguignons. Le portail fut construit en 1466, et donc sous le règne de Philippe de Bourgogne, mais à la demande et aux frais des maîtres de la Cour qui ont eux-mêmes fourni au peintre des indications très précises sur les sujets qu’il était tenu de représenter sur les deux panneaux destinés à décorer les murs intérieurs du portail. G. Small, auteur de la communication sur ce portail, insiste à juste titre sur l’importance de la Cour des comptes dans le système de gouvernement des États bourguignons et rappelle que les maîtres avaient une si haute idée de leur fonction qu’ils pouvaient aller jusqu’à s’opposer à certaines décisions du prince quand ils les estimaient contraires au bien commun ou, si l’on préfère, à l’utilité publique. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner que des personnages aussi imbus de leur importance aient choisi, pour décorer le portail de leur hôtel, un programme iconographique en mesure de susciter un sentiment de crainte, pour ne pas dire d’effroi, dans l’esprit de ceux qui s’apprêtaient à franchir le seuil d’une institution aussi redoutable. Ce qui surprend davantage, c’est que, dans ce programme, voué à exalter la sacralité du pouvoir central et de l’institution qui la représente le mieux, les maîtres ont choisi de représenter la Justice non pas sous la forme de la Crucifixion, comme c’est le cas dans les cours de justice françaises, mais sous la forme, chère aux villes flamandes, du Jugement dernier. L’auteur de la communication y voit une manière, pour les maîtres de la Cour des comptes, d’exprimer leur préférence pour l’instauration d’un dialogue entre le prince et les villes, voire même de reconnaître la légitimité de la tradition municipale dans les villes flamandes.

13La notion de concorde urbaine est donc loin d’être exempte de toute ambiguïté et l’on peut même se demander si l’idéal qu’elle représente a vraiment eu, dans la communication politique des États princiers, toute l’importance que semblent lui prêter les organisateurs du colloque. Sans même aborder ici le problème de la diffusion d’une image comme celle qui figure sur le frontispice du manuscrit offert à Philippe le Bon, il est évident que même le plus obséquieux des courtisans flamands ne pouvait pas ne pas éprouver une certaine perplexité devant l’image d’une ville où ne figure aucun de ses monuments les plus caractéristiques, cathédrale, beffroi et hôtel de ville. Quant au portail de l’hôtel de la Poterne, s’il a bien pour fonction première d’imprimer dans les esprits l’image de la toute-puissance du prince, il n’en appelle moins celui-ci à respecter les droits et les traditions de ses villes. On me dira que ces deux exemples sont loin d’épuiser la matière et que l’on pourrait citer bien d’autres représentations de la concorde urbaine où rien ne vient troubler ni parasiter l’image que le prince entend donner des bienfaits de sa politique urbaine. C’est fort possible, mais il me semble qu’il aurait été de bonne méthode, au terme du colloque, de rappeler que personne n’était dupe de ces représentations et que leurs auteurs, tout comme les princes qui les commissionnaient et le public auquel elles s’adressaient, n’ignoraient rien des remous soulevés par cette politique, de la contestation et des résistances dont elle faisait l’objet. É. Crouzet-Pavan est la seule à avoir consacré une part essentielle de sa communication à cette passionnante question du marquage « à l’envers » de l’espace urbain de la part de fractions de la population qui manifestent de cette façon leur opposition à l’action des pouvoirs établis, en l’occurrence la toute-puissante république vénitienne, mais la communication de L. Gaffuri et P. Cozzo offre d’autres exemples de ce type de marquage, et l’on observera avec Folin que même une opération aussi bien préparée que l’Addizione Ercolea de Ferrare a été totalement détournée de ses objectifs initiaux du fait de l’entrée en scène d’entrepreneurs uniquement préoccupés de la rentabilité de leurs investissements. L’histoire des villes italiennes est semée d’échecs de ce genre, qui sont la contrepartie sans doute inévitable de l’exceptionnel dynamisme des républiques et des princes qui les gouvernent en matière d’urbanisme et d’architecture.

Auteur

Université de Roma-Tre

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540