Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites nordiques de l'Europe occidentale (xiie-xve siècle)

 | 
Tuomas M.S. Lehtonen
, 
Élisabeth Mornet

Les élites nordiques et l'Église romaine

Un Italien dans la Baltique. La légation de Guillaume de Modène (1180-1251) en Norvège et en Suède (juin 1247-été 1248)

Sylvain Gouguenheim

Résumé

Guillaume, évêque de Modène, cardinal de Sabine et légat pontifical en Prusse, en Livonie, en Estonie et dans une grande partie des pays de la Baltique, parcourut l’ensemble de ces régions durant près de vingt-cinq ans. Si ces terres entrèrent ou s’enracinèrent dans la chrétienté latine, elles le doivent à l’action inlassable et aux étonnantes qualités du prélat, sans doute l’un des meilleurs négociateurs du siècle.

En dehors d’un rapide travail de H. Fieberg en 1926, on ne dispose sur Guillaume de Modène que de la biographie très précise que lui a consacrée G. Donner en 1929. Le personnage mériterait une étude de grande ampleur, menée à l’aune des problématiques dégagées depuis une vingtaine d’années par les médiévistes européens. Le présent article se limitera à présenter deux facettes de son action : ses légations en Prusse où il conduisit l’évangélisation, procéda à des arbitrages et à des réglements de conflits et mena à bien la constitution des diocèses ; ses missions en Scandinavie où il s’occupa de la réforme de l’Église, notamment en diffusant les canons de Latran IV, tout en étant invité à participer à des affaires politiques de la plus haute importance, à l’époque du roi Håkon IV.

Cet homme qui fut vice-chancelier d’Honorius III a donc mené une étonnante carrière de réformateur, de missionnaire et de légat. Ses activités de diplomate et d’arbitre dans le monde de la mer Baltique et dans les conflits qui l’agitaient sont à la mesure des intentions pontificales d’exercer une influence plus forte dans le règlement des conflits internes à la chrétienté. Ce qui se passe en Prusse ou en Scandinavie ne diffère donc pas du reste de l’Europe.

William, Bishop of Modena, cardinal of Sabina and papal legate to Prussia, Livland, Estonia and to many of the Baltic countries, travelled through all these regions for approximately twenty-five years. The fact that these lands adopted or even became deeply rooted in Latin Christendom is due to this prelate’s tireless action and astonishing qualities, no doubt one of the century’s best negociators.

Apart from H. Fieberg’s brief work of 1926, the only other work that exists on William of Modena is G. Donner’s very accurate biography from 1929. Yet, William of Modena is worthy of a large-scale study, conducted on a par with issues singled out by European medievalists over the past 20 years. This article will present only two facets of his actions. One is his legations in Prussia, where he evangelized, acted as an arbiter, settled conflicts, and founded dioceses. The other facet is his missions to Scandinavia, where he carried out Church reform, in particular by publicizing the canons of the Council of Latran IV. Besides, he was continuously encouraged to participate in political matters of the utmost importance, at the time of King Håkon IV.

Thus this man, who was vice-chancellor to Honorius III, had an astonishing career as reformer, missionary and legate. His activities as a diplomat and arbiter in the Baltic region and in the conflicts that shook it were consistent with the papal intentions to exert more influence over the settlement of internal Christian matters. What took place in Prussia and in Scandinavia is thus not different from what happened in the rest of Europe.

Texte intégral

  • 1 G. A. Donner, Kardinal Wilhelm von Sabine, Bischof von Modena (1222-1234), Päpstlicher Legat in den (...)

1Guillaume, évêque de Modène, cardinal de Sabine et légat pontifical en Prusse, en Livonie, en Estonie et dans une grande partie des pays de la Baltique parcourut l’ensemble de ces régions durant près de vingt-cinq ans1. Si ces terres entrèrent au sein de la chrétienté latine, elles le doivent à l’action inlassable et aux étonnantes qualités du prélat, sans doute l’un des meilleurs négociateurs du siècle. L’homme, pourtant, est oublié des historiens.

  • 2 Tiraboschi, Memorie storiche Modenensi, IV, p. 58. Le travail de Garampi ne semble plus se trouver (...)
  • 3 Dans les Indice 190 et 191 des Archives du Vatican se trouvent des références de Garampi concernant (...)

2Le grand érudit Giuseppe Garampi (1741-1792) avait décelé son importance. Lors de sa propre légation en Pologne (1772-1776), il entreprit des recherches sur ses prédécesseurs dans cette fonction. Le travail qu’il rédigea à ce sujet traitait de Guillaume de Modène mais a malheureusement disparu ; il a toutefois été utilisé par Tiraboschi dans son histoire de Modène2. Le cardinal est sans doute à l’origine de la présence des actes de Guillaume aux archives du château Saint-Ange3.

  • 4 H. Fieberg, Wilhelm von Modena, ein päpstlicher Diplomat des 13. Jahrhunderts, Königsberg, 1926.

3En dehors d’un rapide travail de Hermann Fieberg en 19264, on ne dispose sur Guillaume de Modène que de la biographie très précise que lui a consacrée Gustav Donner en 1929. Le personnage mériterait une étude de grande ampleur, menée à l’aune des problématiques dégagées depuis une vingtaine d’années par les médiévistes européens (prosopographie, rapports entre pouvoir religieux et pouvoir politique, modalités de règlements des conflits et procédures d’arbitrage…). Je me limite à en présenter un épisode, au risque de donner une image réductrice d’un homme qui traita avec le même talent les affaires des royaumes de Suède et de Norvège et la christianisation de la Prusse ou de la Livonie.

  • 5 Je remercie Raphaëlle Schott de m’avoir aidé à rassembler la documentation liée à cette légation.

4Lorsqu’il accomplit cette légation en Scandinavie, Guillaume de Modène est un homme âgé de 67 ans, très expérimenté et qui peut faire état de remarquables réussites, d’ordre diplomatique, politique ou institutionnel. L’étude des documents émis lors de ce voyage dans les royaumes du Nord permet de souligner plusieurs facettes de son talent5. On verra tout d’abord la mission liée au couronnement de Håkon de Norvège, puis la réforme de l’Église de Suède, avant d’esquisser une rapide synthèse sur l’exercice de la fonction de légat pontifical.

  • 6 Une dizaine de lettres constitue la correspondance de Pierre de Celle et des Chartreux ; voir notam (...)
  • 7 Codex Bohemiae, II, 15, lettre d’Innocent III en date du 3 avril.
  • 8 Liv-Est-und Kurländisches Urkundenbuch (désormais LUB), I, 69.

5Un rappel des grandes lignes de la vie du personnage est toutefois indispensable. Entré dans l’ordre des Chartreux en 1204, Guillaume appartient à un ordre lié à la mission en Estonie : des liens ont été tissés entre les Chartreux et l’archevêque de Lund Eskil (1161-1167) par l’intermédiaire de Pierre, abbé du monastère de la Celle6. Guillaume effectue des études de droit à Bologne et entre comme notaire à la Curie pontificale, au plus tard en 12097. En décembre 1219 il en est le vice-chancelier, charge qu’il exerce jusqu’en avril 1222. Il répond certainement vite aux attentes que l’on a des hommes affectés à ce poste ; Honorius III loue sa science (eruditione scientiae praeditus8).

6Un chancelier traite la correspondance pontificale ; il est là pour appliquer une politique définie par la Curie. Il doit être expert en droit, fin connaisseur des relations internationales entre les Églises et les États, au courant des progrès ou des revers de l’évangélisation et de la christianisation. Tout le monde cherche à l’approcher, à gagner ses faveurs et il se constitue aisément un réseau d’amitiés, rarement désintéressées, mais utiles à l’exercice de son métier. Bref, il est l’un des hommes qui connaît le mieux la situation religieuse de l’Europe de son temps. Il est celui qui délivre au nom du pape privilèges et mandements, à la fois garant de l’authenticité des actes émis à Rome et premier exécutant de la politique pontificale.

7Guillaume de Modène fut très lié aux Dominicains. Géraud de Frachet prête à saint Dominique l’intention d’aller en Prusse peu avant sa mort et affirme que les deux hommes étaient très liés :

  • 9 Géraud de Frachet, Vitae fratrum ordinis praedicatorum, dans Monumenta O. P. hist., B. M. Reichert (...)

Le seigneur Guillaume de Sabine fut le meilleur ami de l’ordre et du bienheureux Dominique, depuis qu’il était devenu familier avec lui à la cour pontificale.9

8Guillaume est en effet le procureur des Dominicains à la Curie, c’est-à-dire leur protecteur et leur intermédiaire attitré auprès du pape. Cette proximité avec l’un des ordres nouveaux, parmi les plus engagés dans l’extension de la foi chrétienne, est le reflet de la passion évangélisatrice qui anime, sa vie durant, le vice-chancelier de la Curie romaine.

9Il mène une brillante carrière en Italie. Élu évêque de Modène en mai 1222, il exerce cette charge jusqu’à sa résignation volontaire en 1234. À sa demande, il est alors déchargé de cette fonction pour pouvoir se consacrer entièrement à la mission prussienne. L’autorisation pontificale montre en quelle estime on le tient alors. Il avait fait preuve de son énergie et de son efficacité en luttant contre les hérétiques en Lombardie en 1224. Grégoire IX le charge en 1230 d’intervenir dans le conflit opposant l’archevêque de Brême aux paysans révoltés des Stedinger, peut-être un peu vite qualifiés d’hérétiques. La mission était impossible et Guillaume ne peut empêcher une croisade d’anéantir la révolte en 1234. En 1237 il fait partie de la troïka constituée par Grégoire IX pour diriger l’Inquisition dans la Péninsule, en compagnie du cardinal d’Ostie et du prieur du Sacré Collège.

  • 10 Voir la formule de datation : Datum Lateranensi per manum Wilhelmi sancte romane ecclesie vicecance (...)

10Avant de se rendre pour la première fois en Prusse, Guillaume de Modène fut en contacts avec l’Ordre teutonique, engagé dans les combats de Terre sainte, mais qu’il devait par la suite retrouver sur les rives de la Baltique. Lorsqu’il dirigeait la chancellerie romaine, il fut en effet amené à rencontrer le grand maître de l’Ordre et à rédiger à son intention les privilèges délivrés par la papauté. Il fut notamment le rédacteur du grand privilège Etsi neque délivré en faveur de l’Ordre teutonique le 15 décembre 122010. Le préambule de cet acte ressemble beaucoup par l’esprit à celui de la célèbre bulle Omne datum optimum accordée en 1139 par Innocent II aux Templiers.

  • 11 Effectum iusta du 8 décembre 1216, Strehlke, Tabulae…, no 303.

11En outre, Etsi neque ne se présente pas comme une confirmation des privilèges pontificaux précédents (on n’y trouve pas le verbe confirmamus mais toujours statuimus)11. C’est un acte nouveau, un privilège complet, calqué sur celui octroyé au Temple et rédigé selon les normes juridiques et stylistiques de la chancellerie romaine. C’est une prouesse de la part d’un homme qui était alors vice-chancelier depuis moins de huit mois. Il est possible que Guillaume ait travaillé en accord avec le grand maître de l’Ordre allemand, Hermann de Salza, qui séjourna à la Curie entre décembre 1220 et février 1221.

12À sa demande, et donc en raison d’aspirations profondes, Guillaume de Modène a consacré la majeure partie de son action à l’évangélisation de la Prusse. Il a accompli trois légations dans l’espace balte. En 1224-1226, son ressort recouvre la Livonie, l’Estonie, la Courlande, les îles de Gotland et de Bornholm. En 1228-1230, il officie au Danemark et en Prusse. Enfin, de 1234 à 1242, il séjourne en Prusse et en Livonie, mais se rend de nouveau à Gotland, au Danemark, en Estonie et en Courlande. Il connaît donc à merveille ces régions, les hommes qui les peuplent, leurs déchirements et leurs attentes.

  • 12 Cronicon Livonie, A. Bauer éd., Heinrich von Lettland Livländische Chronik, Ausgewählte Quellen zur (...)

13Son action en Livonie est bien connue grâce à la Chronique de Henri de Livonie12 ; malheureusement on ne dispose pas d’une œuvre équivalente pour la Prusse et l’on doit se contenter pour son action sur ce terrain de sources diplomatiques.

  • 13 Chronique d’Aubri de Trois-Fontaines, MGH SS, t. XXIII, p. 921.
  • 14 Preussisches Urkundenbuch (désormais PUB), I, no 54 du 3 janvier 1225.
  • 15 H. Boockmann, Der Deutsche Orden, Munich, 1982, p. 91.

14Le bilan de ces légations est exceptionnel. L’homme a su se faire apprécier des princes locaux comme de l’Ordre allemand ou des convertis. Il a d’ailleurs appris le prutène, prêché en Pogésanie et Pomésanie et même traduit en prutène la grammaire de Donat13. Dès 1225, au cœur de sa légation, se trouve la protection des convertis14. En janvier 1230 il est à la cour de Henri de Silésie. Peut-être a-t-il alors participé aux négociations entre Conrad de Masovie et l’Ordre ? Hartmut Boockmann avait proposé de lui attribuer la rédaction de la bulle de Rieti de juin 1234, par laquelle la papauté prenait la Prusse in ius et proprietatem beati Petri, protégeant ainsi l’Ordre de toute intervention d’une tierce puissance15.

  • 16 19 octobre 1235, PUB, I-1, no 119.
  • 17 PUB, I-1, no 132.
  • 18 S. Gouguenheim, « Gregor IX., Wilhelm von Modena und die Herrschaftsbildung des Deutschen Ordens », (...)

15Il négocie habilement une foule de traités, mettant fin à plusieurs conflits : entre l’évêque de Riga et l’ordre des Porte-Glaive en 1226 et 1234, entre le duc Conrad de Masovie et les Teutoniques autour de la terre de Dobrin en 123516 et de celle de Löbau en 124217, entre le Danemark et l’Ordre allemand à propos de l’Estonie (traité de Stensby, 1238). En février 1241, il met un terme à la querelle opposant l’évêque de Cujavie et le duc Sambor de Pomérélie. On peut sans doute lui attribuer la paternité du si controversé traité de Kruschwitz (juin 1230) par lequel Conrad de Masovie cédait le Culmerland à l’Ordre allemand et lui accordait l’intégralité des droits seigneuriaux. Le texte est serti de garanties et de précautions qui relèvent du droit romain et l’on y retrouve la formule initiale de la bulle Omne datum optimum, dont Guillaume de Modène s’était servi pour la rédaction du privilège Etsi neque en 122018.

  • 19 Diplomatarium Danicum (désormais DD), 1re série, VI, N. Skyum-Nielsen éd., Copenhague, 1979, nos 17 (...)
  • 20 PUB, I-1, no 143.

16Ses compétences s’affirment aussi dans le domaine ecclésiastique. Il introduit la législation de Latran IV dans l’Église de Riga en 1226, organise les diocèses d’Estonie en 123419 et procède au partage territorial de la Prusse entre les quatre évêchés qu’il crée à cette occasion et l’Ordre allemand, donnant à celui-ci deux tiers des terres contre un tiers aux prélats (4 juillet 124320).

  • 21 PUB, I-1, no 158.
  • 22 On retrouve en effet ici, mot pour mot, le texte du 21 février 1234 expédié par Grégoire IX (PUB, I (...)
  • 23 CW, I, no 9.

17Ayant quitté la Prusse à la fin de l’année 1242, Guillaume de Modène est présent à la cour pontificale à Anagni au mois de juillet 1243. C’est d’Anagni qu’est daté le document procédant à la division diocésaine de la Prusse. Le légat semble alors prêt à repartir et, dans un premier temps, Innocent IV accepte l’idée d’une nouvelle légation, bien qu’il déclare avoir besoin de la présence de Guillaume, de « la sagesse de ses conseils »21. Mais, dans un passage qui fleure le topos, il montre le prélat faisant assaut d’éloquence et de larmes pour obtenir l’autorisation d’aller de nouveau prêcher sur les rives de la Baltique et se déclarant prêt à boire l’amer calice du martyre22. En fait, tout cela reste lettre morte : Guillaume de Modène ne se rend pas dans le Nord. S’il n’est pas parti, en dépit de son insistance, c’est que le pape juge sa présence « tout à fait essentielle, particulièrement en ce moment »23.

  • 24 Die Statuten des Deutschen Ordens, M. Perlbach éd., Halle, 1890, p. XLVIII.
  • 25 CW, I, no 9.

18Demeuré à la Curie, Guillaume de Modène n’en continue pas moins à soutenir l’Ordre. Il intervient dans la rédaction de sa Règle vers 124424. Tenu éloigné d’une terre qui le fascine, il désigne lui-même son successeur provisoire, son propre chapelain, le dominicain Henri, ce qui est de nature à rassurer les fidèles présents en Prusse25.

  • 26 LUB, I, no 180.
  • 27 LUB, I, no 181.

19Depuis Lyon, où séjourne la Curie, il supervise le partage territorial de la Courlande entre l’Ordre et les futurs évêques du pays (5 février 124526). On apprend à cette occasion que la région, reconquise grâce aux efforts des Teutoniques, est considérée comme appartenant à la Prusse et que l’on y applique donc le même type de partage, deux tiers des terres allant à l’Ordre et le reste aux évêques (alors qu’initialement, à l’époque des Porte-Glaive, une proportion inverse avait été fixée)27. À cette occasion, Innocent IV lui décerne encore le titre de légat (apostolice sedis legato…), comme s’il n’avait pas cessé de l’être.

  • 28 PUB, I-1, no 238.

20Peu de temps avant sa mort, en 1251, il rappelle aux évêques de Prusse que c’est lui qui a partagé les terres et les revenus de la province entre les Teutoniques et l’évêque Christian28. Il confirme que l’Ordre a droit aux dîmes dans les parts qui lui sont attribuées. La même année, il négocie avec les cardinaux Pierre d’Albano et Jean de Saint-Laurent le règlement du conflit entre eux et Albert Suerbeer, le nouvel archevêque de Riga (24 février 1251). Jusqu’à la fin de ses jours, Guillaume de Modène joue bien le rôle d’un procureur de l’Ordre à la Curie, chargé de veiller à ses intérêts. Même retenu à Lyon, contre sa volonté, il ne laisse pas échapper la mission de Prusse, incontestablement l’affaire de sa vie. Pourtant il accepte une fois de partir pour une autre mission lointaine, dans les royaumes scandinaves.

Le couronnement du roi de Norvège

Une mission politique

  • 29 Diplomatarium Norvegicum (désormais DN), XVII, no 11 (20 novembre 1246).
  • 30 DN, I, nos 30 et 31 en date du 30 octobre et du 3 novembre 1246.

21La mission fixée par Innocent IV relève de la politique internationale. Guillaume, peut-être déçu de ne pas avoir eu l’autorisation de repartir en Prusse, ne souhaite alors rien d’autre que de se retirer du monde dans les silences de la Grande Chartreuse, du moins si l’on en croit la lettre qu’il adresse à l’abbé du monastère, Hugues. Ses préparatifs étaient sans doute déjà faits, et c’est à la dernière minute qu’il y renonce et présente ses excuses (il dit écrire faute d’avoir le temps de venir sur place)29. Sans doute la mission d’Innocent IV est-elle venue perturber des projets de retraite déjà bien avancés, et dont on peut supposer qu’ils proviennent de la déception essuyée deux ans auparavant. Guillaume supplie d’ailleurs Hugues de ne pas l’exclure de l’ordre au motif de son départ pour la Norvège… Mais il obéit au pape qui, après avoir refusé de le laisser partir en 1245, lui ordonne de prendre la mer en direction de la Norvège, pourvu de lettres de recommandation à l’adresse du roi Håkon IV et de l’Église norvégienne30.

  • 31 Matthieu Paris, Chronica majora, H. R. Luard éd., Londres, 1872-1883, t. IV, p. 626 (désormais Chro (...)

22Il est chargé de procéder au couronnement royal, affaire dont l’enjeu est bien plus important pour Innocent IV que la christianisation de la Prusse31. La lutte contre Frédéric II impose ses exigences. Le pape veut en effet trouver un successeur à l’antiroi, Henri Raspe, landgrave de Thuringe, décédé en février 1247. Håkon lui semble alors l’homme idéal pour prendre la relève.

  • 32 DN, I, no 11. La demande fut de nouveau examinée en 1231 (DN, I, no 12) et 1242 (DN, I, no 25). Håk (...)

23Mais le roi de Norvège entend être couronné par un légat. C’est une ancienne exigence de sa part, déjà exprimée sous Grégoire IX en 122932. Ce cérémonial renforcerait son pouvoir dans un royaume de Norvège à peine sorti d’une guerre civile. Le pape de son côté ne peut y trouver qu’un avantage, celui d’affermir le pouvoir de Håkon à un moment où il veut faire du souverain l’adversaire de l’empereur.

  • 33 DN, I, no 32.
  • 34 Chronica majora, t. IV, p. 651.
  • 35 Selon Matthieu Paris (Chronica majora, t. IV, p. 651-652), qui servit d’intermédiaire entre les deu (...)
  • 36 Chronica majora, t. V, p. 201.

24Les modalités du couronnement sont fixées dans une lettre d’Innocent IV remise à Guillaume de Modène (3 novembre 124633). Guillaume débarque à Bergen le 16 juin 1247. Après quelques négociations nécessaires, entamées le 17 juin, la cérémonie a lieu le 29 juillet 1247 dans la cathédrale Saint-Olaf de Bergen. Håkon remet alors au légat l’impressionnante somme de 15 000 marcs sterlings, au nom de l’Église de Norvège. Guillaume obtient, « extorque », s’exclame Matthieu Paris, 500 marcs supplémentaires34… Une fois couronné, Håkon prend la croix. Mais lorsque Saint Louis le presse de venir le rejoindre en Terre sainte, le roi de Norvège refuse, prétextant de l’impétuosité propre à son peuple, qui risquerait d’entraîner des heurts avec les Français !35 D’une manière générale, Håkon fit montre d’une grande prudence dans les affaires internationales. En 1251, le pape n’hésite pourtant pas, selon Matthieu Paris, à lui faire miroiter la couronne impériale. Avec prudence, Håkon répond qu’il veut bien « combattre les ennemis de l’Église mais pas tous les ennemis du pape »36.

La réforme du royaume

  • 37 DN, VIII, no 6.

25Le 16 août 1247, Guillaume de Modène promulgue un vaste édit de réforme de l’Église norvégienne37. Il rappelle d’abord le double caractère de sa mission, le couronnement royal et le « Verbe de Dieu », c’est-à-dire la prédication de la réforme. Il a convoqué à Bergen le souverain, les prélats, les clercs et les barons du royaume. À plusieurs reprises, comme il en a la longue habitude, il prêche en public.

26La réforme n’est pas imposée d’autorité. Plusieurs réunions ont eu lieu, au cours desquelles, dit Guillaume, le roi, les prélats et les nobles ont discuté et même « disputé » du contenu des mesures à prendre. L’ancien évangélisateur de la Prusse est un bon légat, qui sait l’importance d’une négociation, qui prend soin à ne pas faire avorter une réforme par excès d’autoritarisme. Il rédige ensuite lui-même les statuts.

27On y trouve des mesures normatives habituelles. L’Église de Norvège doit jouir d’une liberté « pleine, tranquille, pacifique ». Le patronage laïc est donc supprimé, et les élections épiscopales doivent se dérouler sans intervention des laïcs. La justice du royaume est réorganisée et les champs de compétence des diverses juridictions fermement rappelés. L’édit stipule qu’un laïc dépend de la justice royale pour les affaires temporelles (même s’il fait l’objet d’une plainte déposée par un clerc), et de la justice épiscopale pour les questions spirituelles. On peut faire appel d’une sentence épiscopale auprès de l’archevêque et de celui-ci auprès du pape ; Guillaume de Modène entend faire respecter la hiérarchie des juridictions tout en épargnant à la Curie, dont il connaît la surcharge de travail, un trop-plein d’affaires à traiter.

  • 38 DN, VII, no 18.

28Le légat a aussi le souci de maintenir l’ordre dans le royaume. L’excommunication frappera quiconque menace la paix ou le roi. La discipline religieuse est rappelée par quelques formules. Guillaume souhaite l’envoi en Norvège d’un moine bénédictin afin de redresser des monastères que la négligence des prélats a conduits en dehors du droit chemin. Le lendemain, dans un texte plus court, il rappelle les évêques aux devoirs de leur charge : ils ne doivent pas prendre plus du quart de la dîme, doivent nommer des curateurs en cas de vacance du siège, afin d’empêcher l’accaparement par les prélats des revenus des églises ; enfin Guillaume leur rappelle l’interdiction de s’approprier les églises ou leurs biens38… Voilà un programme de réforme très classique, qui vise à établir la paix et la justice dans le royaume, en apportant le soutien de Rome à la hiérarchie politique et ecclésiastique. L’objectif du légat est avant tout politique. Il ranime les structures indispensables au bon fonctionnement du pays. Son souci de la discipline veille toutefois à ne pas imposer de blocages. Ainsi, un évêque pourra lever une excommunication lancée par le légat, même après le départ de celui-ci, à condition que le coupable ait accompli sa pénitence.

  • 39 DN, VII, no 18.

29Cette souplesse apparaît dans un épisode bien précis39. Du milieu du mois de juin au milieu du mois d’août, les pluies ont été telles qu’elles ont rendu impossibles tous les travaux des champs. Or les paysans, désormais pressés par le temps, sont confrontés à des coutumes, dont Guillaume de Modène signale qu’elles sont consignées dans un livre (fait exceptionnel en lui-même) et qui interdisent de travailler les jours de fêtes religieuses. Cela ne laisse plus guère que quatre ou cinq jours possibles de labeur. Ayant pris conseil des prélats norvégiens, le légat autorise les paysans à venir aux champs ou à pêcher ces jours de fêtes. Sa mansuétude semble avoir été facilitée par l’expérience qu’il a physiquement éprouvée (corporali experiencia) de la rigueur du climat nordique (distemperanciam terre illius).

30L’ensemble de ces mesures relève du champ habituel des réformes relancées par le concile de Latran IV en 1215.

La réforme de l’Église de Suède

  • 40 DD, 1, VII, N. Skyum-Nielsen et H. Nielsen éd., Copenhague, 1990, no 281.

31Le 2 novembre 1247 Guillaume est dans le royaume de Suède. Il va y rester longtemps : on le retrouve à Lund le 27 juillet 124840. Sans doute quitte-t-il les terres du Nord en août ou septembre ; il est en tout cas à Aix au mois d’octobre.

  • 41 Diplomatarium Suecanum (désormais DS), J. G. Liljegren éd., Stockholm, 1829, I, no 359. Douze des a (...)

32Comme en Norvège, Guillaume procède à une vaste reprise en mains de l’encadrement ecclésiastique. Le 1er mars 1248, il convoque à Skänninge un concile autour de l’archevêque d’Uppsala et de ses cinq suffragants41. Il commence par brosser un tableau désolant de la situation. Le royaume est mirabiliter et miserabiliter conturbatum, « perturbé de manière étonnamment misérable ». Bien évidemment il fait allusion au conflit opposant le roi Erik Eriksson au jarl (duc) Birger, qui a provoqué de nombreux dommages dont il dresse une liste rapide (incendies, rapines, meurtres).

33L’Église est plongée dans un état lamentable. Aux dires du légat, tous les prêtres sont mariés ou concubins, tous ou presque sont fils de prêtres ! L’historien doit se méfier devant ce lieu commun des réformes ecclésiastiques. Il est toutefois possible qu’une coutume d’héritage soit à l’origine de cette situation « pré-grégorienne » : les prêtres cherchent à avoir une femme, afin de, lorsqu’ils meurent, faire passer leurs biens mobiliers entre les mains de leurs enfants ou de leurs parents les plus proches. Les églises s’appauvrissent et le clergé est pris dans un cercle vicieux : il ne peut vivre qu’en s’inscrivant dans ces pratiques, illégales en droit canon, de transmission des biens. On est aux antipodes des prescriptions de Latran IV.

34Guillaume de Modène, rompu à l’art des négociations, entreprend d’abord de régler les problèmes politiques. « Après de longues négociations que nous avons eues avec les différentes parties », écrit-il, « la paix a été conclue ». L’affaire a pris plusieurs jours et les termes de deliberatio et de disputacio employés par Guillaume en soulignent toute la difficulté.

35Il faut ensuite procéder à la réforme de l’Église. Guillaume de Modène rappelle les normes en vigueur. Le mariage et le concubinage des prêtres sont interdits, leurs femmes ou leurs compagnes sont frappées d’anathème. Seule est tolérée la présence dans l’entourage d’un prêtre d’une femme de plus de 50 ans et à condition, stipule le légat, de ne pas dormir sous le même toit et encore moins dans le même lit ! Les enfants de prêtres n’ont pas droit à un quelconque héritage pris sur les biens d’Église et ils ne peuvent être élevés par leur père… Après une période troublée liée au conflit politique, l’excommunication du légat vient frapper ceux qui ont commis des actes de violence contre les clercs ou les Dominicains (que Guillaume a toujours protégés partout où il s’est rendu). Seuls les hommes du roi et du duc Birger sont à l’abri de cette sanction, dans un souci de conciliation et pour éviter une reprise du conflit.

36Les prélats sont rappelés aux devoirs de leur charge. Archevêque et évêques sont tenus de lire et de connaître les Décrétales de Grégoire IX, cette dernière mouture du droit canon (ultima compilatio), qui en constitue la jurisprudence. Ils ont un an pour se procurer l’ouvrage, sous peine d’excommunication… Enfin, ils doivent effectuer régulièrement leurs visites diocésaines, tout en veillant à ce que leurs serviteurs n’abusent pas de leurs hôtes ; la durée d’une visite ne peut excéder trois jours. Ces mesures sont à rappeler tous les ans lors des synodes diocésains : que le légat soit reparti ne doit pas entraver la continuité de l’œuvre réformatrice.

  • 42 DS, I, nos 426 et 456.
  • 43 DS, I, no 431. Alexandre IV renouvelle cette confirmation le 4 septembre 1258 (DS, I, no 450).
  • 44 DS, I, nos 466 et 576.

37De fait, elle se poursuit. Les papes ont renouvelé régulièrement les mesures adoptées par Guillaume, tant dans le domaine de la discipline que dans celui du droit. Innocent IV autorise en 1252 la réintégration des clercs excommuniés pour concubinage, une fois leur pénitence accomplie. Lars, archevêque d’Uppsala, confirme à deux reprises cette décision, le 21 juin 1255 et le 13 janvier 125942. Les dispositions relevant du droit canon font aussi l’objet de l’attention de la Curie ; ainsi Alexandre IV confirme la procédure instaurée par Guillaume de Modène qui instituait un collège électoral de cinq chanoines pour l’élection de l’archevêque d’Uppsala43. Enfin, comme elle le fait partout en Europe, la papauté entend protéger les clercs contre les violences. Les sanctions prononcées par Guillaume de Modène contre ceux qui agressent des clercs ou des moines sont rappelées par Alexandre IV le 28 mars 1259 ou par Grégoire X le 5 août 127444.

38Normalisation donc. Mais il n’y a là rien de particulièrement sévère ; l’Église de Suède rentre dans le rang, et se plie aux principes édictés par la papauté à Latran IV. Elle fait bien partie de la chrétienté latine.

Un légat au travail

Régler des conflits

  • 45 […] medh andre flere götha maend i rigessensraad, DS, I, no 364.
  • 46 LUB, I, no 160.

39Un légat n’est pas un simple représentant du pape, doté par délégation de tous ses pouvoirs, il incarne littéralement le souverain pontife. Le légat pontifical appartient au cercle restreint de l’élite internationale. Guillaume est reçu par les princes, ses avis sont écoutés, ses sentences appliquées. Un acte d’Erik de Suède en date du 25 décembre 1248 mentionne qu’il a siégé au sein du Riksråd, ce conseil des nobles entourant le roi (dont on aurait là une des premières attestations45). C’est en vertu de cette autorité qu’il peut procéder à des arbitrages acceptés par les parties en présence. Il est vrai que Guillaume de Modène est un grand négociateur. Il est connu en Scandinavie pour avoir mis un terme au conflit entre le Danemark et l’Ordre teutonique au sujet de Reval et du partage de l’Estonie (traité de Stensby du 7 juin 123846). Figuraient parmi les témoins de l’acte Erik de Suède et l’archevêque de Lund.

  • 47 Confirmation par Innocent IV, DS, I, no 369.
  • 48 DS, I, no 360.
  • 49 DN, II, no 7 (13 août 1247).

40Guillaume réconcilie donc le roi Erik et le duc Birger. Il tranche également plusieurs conflits. Certains sont internes à l’Église de Suède, comme celui qui oppose l’évêque de Linköping à celui de Växjö (2 mars 124847). Un autre met aux prises le même évêque de Linköping et un laïc à propos de la possession d’une maison48. On fait appel au légat pontifical pour des affaires parfois triviales, comme ces frères dominicains de Bergen qui viennent se plaindre de ce que les latrines des chanoines du chapitre cathédral donnent dans leur jardin… Guillaume demande à ce qu’elles soient démontées et remplacées par des latrines privées (private camere) sous peine d’excommunication49.

Délivrer des privilèges

  • 50 DN, I, no 39 (29 septembre 1247).
  • 51 DS, I, nos 347, 349 et 352.

41La distribution de faveurs et de privilèges fait partie de la panoplie des décisions que l’on attend d’un légat. Toute légation est l’occasion de rappeler l’efficience de la protection pontificale et d’œuvrer à la cohésion de l’Église. Guillaume de Modène ne déroge pas à la règle. En Norvège il accorde sa protection au monastère cistercien d’Hovedö et charge l’évêque d’Oslo, Thorkell, de la garantir50. Le couvent dominicain de Sigtuna en Suède est favorisé par plusieurs décisions. Le 2 décembre 1247, Guillaume délivre quarante jours d’indulgences à qui visite l’église des frères prêcheurs ; trois jours plus tard ce sont vingt jours d’indulgences qu’il accorde au bénéfice de ceux qui viennent écouter la prédication des Mendiants et, le 17 décembre, il exhorte les fidèles à faire des dons à la maison de Sigtuna51.

  • 52 DS, I, no 354.
  • 53 Finlands medeltidsurkunder (désormais FMU), R. Hausen dir., Helsingfors, 1910, I, no 94.

42Les prélats ne sont pas oubliés. Guillaume est là pour accorder des faveurs, et il ne rechigne pas à faire montre de souplesse par rapport au droit en fonction des circonstances. Ainsi, le 20 décembre 1247, il autorise l’évêque de Linköping à utiliser le dixième de la part de la dîme qui lui revient (un quart du produit de celle-ci) pour achever la construction de sa cathédrale52. En visite à Gotland, le prélat délivre à Visby un privilège en faveur des clercs de l’île, en vertu duquel ils peuvent disposer librement de leurs biens personnels dans leur testament. Il montre à cette occasion que la protection du patrimoine ecclésiastique n’entrave pas nécessairement la liberté de transmission des biens propres53.

  • 54 DS, I, no 353, 19 novembre 1247.
  • 55 DS, I, no 362.

43On recourt enfin à son autorité pour obtenir confirmation et garantie de certains accords. Les chanoines de Linköping se font confirmer l’attribution par leur évêque des revenus de la dîme de l’église de Slaka54. Guillaume confirme une donation du même évêque aux Cisterciennes de Visby, en prenant soin de mentionner, suivant la formule curiale qu’il a eue sous les yeux, le privilège épiscopal (sicut in ejus litteris vidimus plenius contineri)55. Son action consiste non seulement à remettre de l’ordre mais aussi à le maintenir.

Témoigner de la puissance pontificale

  • 56 DS, I, nos 355 et 357 du 1er février 1248.
  • 57 Par exemple, DN, I, no 39 du 29 septembre 1247.
  • 58 DS, I, no 344 du 19 novembre 1247 et DS, I, no 358 du 18 février 1248 ; FMU, I, no 92.

44Les légats, délégués du pape, investis par lui de tous ses pouvoirs, doivent par leur apparence, leur maintien, leur entourage, témoigner de la puissance romaine. La mission accomplie par Guillaume de Modène illustre concrètement l’envergure de ces envoyés du Siège apostolique. Le prélat dispense ainsi librement la protection apostolique au monastère de Säby (Julita) sur la rive sud du lac Mälaren (diocèse de Strängnäs) ou aux Cisterciennes de Riseberg (dans la région de Närke, près d’Örebro, à l’ouest du lac Mälaren)56. Il utilise dans la rédaction de ses actes les formulaires de la Curie. Il date ses diplômes en fonction de l’année en cours du pontificat d’Innocent57. On retrouve d’un acte à l’autre les mêmes préambules ou les mêmes formules comminatoires, qui font partie des habitudes curiales58. La protection pontificale s’exprime dans les termes usuels (sub beati Petri et sedis apostolicis protectione).

  • 59 […] clericus publicus brandeburgensis sacre imperiali auctoritate notarius iuratus, DN, XI, no 1.
  • 60 DN, II, no 16 du 7 novembre 1246.

45Une équipe entoure le légat. Henri de Livonie notait que Guillaume, lors de sa première légation, était accompagné de sa familia. Celle-ci, composée de clercs, de notaires, de serviteurs, fonctionne comme une Curie en miniature. Le personnel n’est pas forcément romain : on relève, dans un acte émis à Bergen le 16 août 1247, la trace d’un certain Johannes Mach, notaire impérial et clerc du Brandebourg, au service du légat59. Bref, c’est bien, à une plus grande échelle, la papauté qui se déplace… Toutefois le pouvoir accordé au légat comporte certaines limites : ainsi Guillaume peut autoriser les enfants naturels à recevoir l’ordination, mais l’accès à l’épiscopat relève de la licence pontificale60.

  • 61 Chronica majora, t. IV, p. 627.

46Pompe et prestige attirent certaines critiques. Un légat ne doit pas manquer de rapporter de l’argent au Saint-Siège ; Matthieu Paris dénonce « la cupidité innée chez les Romains », qui permet à Guillaume de Modène d’obtenir, grâce à des envoyés dépêchés « furtivement », 4 000 marcs d’argent de la part de l’Église d’Angleterre. Et si le cardinal célèbre la messe sur son vaisseau, le chroniqueur anglais en profite pour s’étonner du luxe que présente un navire bourré de froment et de tonneaux de vin, où le légat et sa suite disposent d’appartements et de chambres séparés61 :

Il y avait en effet dans ce navire, comme on le lit pour l’arche de Noé, des appartements séparés et des chambres sur trois niveaux, fermées à clé, qui avaient été spécialement aménagées de manière artificielle pour le légat.

47L’honneur du légat est aussi celui de la papauté dont il est partout le symbole vivant. C’est le luxe romain qui s’exhibe ici, à la colère du chroniqueur anglais.

48La mission de Guillaume de Modène est riche d’enseignements et donne des aperçus multiples sur la situation du monde scandinave au milieu du xiiie siècle. En premier lieu, l’objectif et le résultat de la légation sont d’arrimer fermement l’Église nordique au monde de la chrétienté latine et sous l’obédience romaine. Si Innocent IV a d’abord dépêché son légat auprès de Håkon de Norvège pour des raisons politiques, il lui a laissé les coudées franches pour prendre toutes les mesures d’ordre ecclésiastique nécessaires à la diffusion des canons de Latran IV. La normalisation appliquée aux Églises norvégienne et suédoise, et que Guillaume a su à la fois imposer et négocier, est celle que la papauté a voulue pour l’ensemble de l’Europe.

49Guillaume de Modène fait preuve dans les royaumes du Nord des mêmes qualités qu’il a développées en Prusse ou en Livonie. Cet Italien est à l’aise dans les terres de la Baltique. Il réforme la discipline des Églises, tranche des conflits, déploie ses talents de négociateur, de prédicateur et d’organisateur. Doué de qualités exceptionnelles, il entre sans peine dans le cercle des élites scandinaves, comme il a su le faire au sein de celles de Livonie ou de Pologne.

50Grand artisan de l’intégration à l’Europe de la Prusse, il démontre que la Scandinavie n’est pas une terre isolée mais qu’elle fait bien partie, en ces temps d’expansion de la chrétienté européenne, du champ d’action de la Curie romaine, donc de la chrétienté latine. Nous sommes bien, à Bergen ou Uppsala, comme à Königsberg ou Riga, en Europe. Une Europe qui n’hésite alors pas à dessiner ses frontières ni à se définir comme chrétienne.

Notes

1 G. A. Donner, Kardinal Wilhelm von Sabine, Bischof von Modena (1222-1234), Päpstlicher Legat in den nordischen Ländern († 1251), Helsingfors, 1929, XXV-445 p.

2 Tiraboschi, Memorie storiche Modenensi, IV, p. 58. Le travail de Garampi ne semble plus se trouver aux Archives du Vatican (L. Arbusow, Römischer Arbeitsbericht, III. Latvijas üniversitätes Raksti. Acta Universitatis Latviensis, 1, Riga, 1929-1931, p. 65-158, ici p. 141).

3 Dans les Indice 190 et 191 des Archives du Vatican se trouvent des références de Garampi concernant la Pologne, la Lituanie et les provinces adjacentes.

4 H. Fieberg, Wilhelm von Modena, ein päpstlicher Diplomat des 13. Jahrhunderts, Königsberg, 1926.

5 Je remercie Raphaëlle Schott de m’avoir aidé à rassembler la documentation liée à cette légation.

6 Une dizaine de lettres constitue la correspondance de Pierre de Celle et des Chartreux ; voir notamment la lettre 114, qui fait explicitement mention du projet d’une fondation de l’ordre cartusien au Danemark (The Letters of Pierre de la Celle, J. Haseldine éd. et trad., Oxford, 2001, p. 444). Je remercie Nicolas Bourgeois qui m’a fait connaître ce dossier (voir en dernier lieu son article : « Les Cisterciens et la Croisade de Livonie », Revue Historique, CCCVII/3, 2005, p. 522-560).

7 Codex Bohemiae, II, 15, lettre d’Innocent III en date du 3 avril.

8 Liv-Est-und Kurländisches Urkundenbuch (désormais LUB), I, 69.

9 Géraud de Frachet, Vitae fratrum ordinis praedicatorum, dans Monumenta O. P. hist., B. M. Reichert éd., 1 (1896), p. 335.

10 Voir la formule de datation : Datum Lateranensi per manum Wilhelmi sancte romane ecclesie vicecancellarii… ; Tabulae ordinis Teuthonici, E. Strehlke éd., Berlin, 1869, réimpr. H. E. Mayer, Toronto, 1975 (désormais Strehlke), no 306.

11 Effectum iusta du 8 décembre 1216, Strehlke, Tabulae…, no 303.

12 Cronicon Livonie, A. Bauer éd., Heinrich von Lettland Livländische Chronik, Ausgewählte Quellen zur deutschen Geschichte des Mittelalters, Darmstadt, 1975, 2e éd.

13 Chronique d’Aubri de Trois-Fontaines, MGH SS, t. XXIII, p. 921.

14 Preussisches Urkundenbuch (désormais PUB), I, no 54 du 3 janvier 1225.

15 H. Boockmann, Der Deutsche Orden, Munich, 1982, p. 91.

16 19 octobre 1235, PUB, I-1, no 119.

17 PUB, I-1, no 132.

18 S. Gouguenheim, « Gregor IX., Wilhelm von Modena und die Herrschaftsbildung des Deutschen Ordens », à paraître dans la série Ordines militares. Colloquia Torunensia, Torun, 2007.

19 Diplomatarium Danicum (désormais DD), 1re série, VI, N. Skyum-Nielsen éd., Copenhague, 1979, nos 175 et 177 (15 et 28 février 1234).

20 PUB, I-1, no 143.

21 PUB, I-1, no 158.

22 On retrouve en effet ici, mot pour mot, le texte du 21 février 1234 expédié par Grégoire IX (PUB, I-1, no 107).

23 CW, I, no 9.

24 Die Statuten des Deutschen Ordens, M. Perlbach éd., Halle, 1890, p. XLVIII.

25 CW, I, no 9.

26 LUB, I, no 180.

27 LUB, I, no 181.

28 PUB, I-1, no 238.

29 Diplomatarium Norvegicum (désormais DN), XVII, no 11 (20 novembre 1246).

30 DN, I, nos 30 et 31 en date du 30 octobre et du 3 novembre 1246.

31 Matthieu Paris, Chronica majora, H. R. Luard éd., Londres, 1872-1883, t. IV, p. 626 (désormais Chronica majora). Sur la situation politique de la Norvège, M. Kaufhold, Deutsches Interregnum und Europäische Politik. Konfliktlösungen und Entscheidungsstrukturen, Hanovre, 2000, p. 69-83. Voir la Chronique de Håkon, Hakonar Saga, G. Vigfusson éd., Londres, 1887 ; trad. G. W. Dasent, The saga of Hakon, Londres, 1894.

32 DN, I, no 11. La demande fut de nouveau examinée en 1231 (DN, I, no 12) et 1242 (DN, I, no 25). Håkon y tenait.

33 DN, I, no 32.

34 Chronica majora, t. IV, p. 651.

35 Selon Matthieu Paris (Chronica majora, t. IV, p. 651-652), qui servit d’intermédiaire entre les deux souverains.

36 Chronica majora, t. V, p. 201.

37 DN, VIII, no 6.

38 DN, VII, no 18.

39 DN, VII, no 18.

40 DD, 1, VII, N. Skyum-Nielsen et H. Nielsen éd., Copenhague, 1990, no 281.

41 Diplomatarium Suecanum (désormais DS), J. G. Liljegren éd., Stockholm, 1829, I, no 359. Douze des actes délivrés par Guillaume de Modène sont datés de Skänninge, pour un à Linköping et un à Stockholm.

42 DS, I, nos 426 et 456.

43 DS, I, no 431. Alexandre IV renouvelle cette confirmation le 4 septembre 1258 (DS, I, no 450).

44 DS, I, nos 466 et 576.

45 […] medh andre flere götha maend i rigessensraad, DS, I, no 364.

46 LUB, I, no 160.

47 Confirmation par Innocent IV, DS, I, no 369.

48 DS, I, no 360.

49 DN, II, no 7 (13 août 1247).

50 DN, I, no 39 (29 septembre 1247).

51 DS, I, nos 347, 349 et 352.

52 DS, I, no 354.

53 Finlands medeltidsurkunder (désormais FMU), R. Hausen dir., Helsingfors, 1910, I, no 94.

54 DS, I, no 353, 19 novembre 1247.

55 DS, I, no 362.

56 DS, I, nos 355 et 357 du 1er février 1248.

57 Par exemple, DN, I, no 39 du 29 septembre 1247.

58 DS, I, no 344 du 19 novembre 1247 et DS, I, no 358 du 18 février 1248 ; FMU, I, no 92.

59 […] clericus publicus brandeburgensis sacre imperiali auctoritate notarius iuratus, DN, XI, no 1.

60 DN, II, no 16 du 7 novembre 1246.

61 Chronica majora, t. IV, p. 627.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540