Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marquer la ville

 | 
Patrick Boucheron
, 
Jean-Philippe Genet

Partie III. Mémoires des tracés, durée de la ville

Londres et sa configuration monumentale

Jean-Philippe Genet

Texte intégral

  • 1 En fait, ces bâtiments ont été largement restaurés à plusieurs reprises : St. Giles, dont l’archit (...)
  • 2 Voir www.history.ac.uk/cmh/main. Signalons notamment une étude exemplaire, B. Campbell et al., « A (...)
  • 3 J. Schofield, London 1100-1600. The Archaeology of a Medieval Capital, Londres, Equinox, 2011. Le (...)
  • 4 La description est une sorte de préface à la vie de Thomas Becket : J. C. Robertson, J. B. Sheppar (...)
  • 5 John Stow, The Survey of London, Londres, 1598, révisé en 1603 : l’édition utilisée ici est celle (...)
  • 6 John Schofield, The London Surveys of Ralph Treswell, Londres, London Topographical Society, 1987.

1La Londres médiévale urbaine est à la fois bien et mal connue. Elle a presque entièrement disparu, notamment en raison du grand incendie de Londres en 1666. Il n’a laissé subsister que quelques maisons, déjà très transformées, et de rares monuments miraculeusement épargnés : à l’intérieur des limites de la cité, le Guildhall (bien que très altéré par des additions ultérieures) est le seul monument subsistant, tandis qu’aux portes de la cité, on trouve l’église de St. Giles Cripplegate, celle-là même où s’était marié Oliver Cromwell dans le faubourg situé au nord-ouest, à proximité de la chartreuse (Charterhouse) fondée par Gautier de Mauny, elle aussi épargnée, mais sous la forme d’un manoir Tudor que lui a donné lord North, qui l’avait acquise en 1545 peu après la dissolution des monastères, rasant notamment l’église1. D’autres vestiges médiévaux, comme la chapelle du Temple et bien sûr Westminster, n’étaient pas dans le territoire de la cité de Londres au moment du grand incendie, et a fortiori au Moyen Âge. Pour autant, la ville médiévale est mieux connue que beaucoup d’autres villes au passé aussi ancien, d’une part parce que l’on dispose d’une riche documentation archivistique et graphique sur la cité médiévale, de l’autre dans la mesure où les historiens, notamment ceux du Centre for Metropolitan History de l’Institute of Historical Research de Londres2 et les archéologues anglais, dont la réputation n’est plus à faire, ont eu de multiples possibilités d’intervention dans cette ville en continuelle reconstruction du fait du dynamisme économique de la City3. N’oublions pas non plus la mise à jour fortuite de nombreuses structures anciennes du fait des bombardements nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Par ailleurs, nous disposons de deux textes décrivant la cité : l’un, celui de William Fitzstephen4, le principal administrateur au service de Thomas Becket, date du xiie siècle ; l’autre, beaucoup plus détaillé, est l’œuvre d’un véritable historien, John Stow, et date de la fin du xvie siècle : il est particulièrement précieux pour notre propos5. Enfin, on dispose des cartes et des plans dressés dans ses surveys et ses cartes par le painter-stainer Ralph Treswell (1540-1616) pour ses nombreux clients londoniens6.

  • 7 Selon B. Campbell et al., « A Medieval Capital… », art. cité, p. 44-45, la population de Londres e (...)
  • 8 G. Rosser, Medieval Westminster 1200-1540, Oxford, Clarendon Press, 1989.
  • 9 J.-P. Genet, « Londres est-elle une capitale ? », dans Les villes capitales au Moyen Âge. 36e Cong (...)
  • 10 C. Liddy, « The Rhetoric of the Royal Chamber in Late Medieval London, York and Coventry », Urban (...)
  • 11 D. Keene, « Metropolitan C: London as a City-State », Historical Research, 77/198, 2004, p. 460-48 (...)
  • 12 C. Barron, London in the Later Middle Ages. Government and People, 1200-1500, Oxford, Oxford Unive (...)

2Londres offre un cas de figure assez rare dans le monde médiéval : une capitale qui n’en est pas une, puisque même si elle est bien la ville capitale de l’Angleterre en ce sens qu’elle en est la ville la plus peuplée (avec une population oscillant entre 40 000 et 80 000 habitants pour la fin du Moyen Âge7) et la plus riche (elle est dix fois plus riche que la plus riche des autres villes anglaises), elle n’est pas le siège du gouvernement royal, installé à seulement six ou sept kilomètres de là, plus en amont sur la Tamise, à Westminster, un borough totalement indépendant de Londres, avec sa propre municipalité8. Il faut cependant noter que la cité a juridiction sur des territoires qui s’étendent à l’extérieur de la cité : d’ouest en est, Faringdon, West Smithfield, The Moor et Portsoken. Un récent colloque de la société des médiévistes m’a d’ailleurs permis de traiter de ce problème en comparant les couples Londres-Westminster et Paris-Saint-Denis, et je n’y reviendrai qu’occasionnellement9. Les Londoniens ne s’embarrassaient pourtant pas de ces subtilités : ils voyaient leur ville comme the king’s chamber et n’entendaient pas laisser à d’autres, qu’il s’agisse de York ou, plus tard, de Coventry, les bénéfices sonnants et trébuchants de la présence, fût-elle partielle, de l’administration et de la maison royales10. Pour l’historien, néanmoins, se pose la question de savoir ce qu’est exactement Londres, si elle n’est pas une capitale au sens stricte. Est-elle une city-state à l’italienne ou, éventuellement, à la flamande, comme semblerait le suggérer plus ou moins Derek Keene11 ? N’est-elle pas en réalité tenue en main par le pouvoir royal comme le suggère Caroline Barron, quand elle parle, avec un humour tout britannique, d’un jeu dans lequel chacun saurait who is the mouse, and who is the cat12 ?

3Il m’a donc paru intéressant, dans ces conditions, de s’interroger sur le « marquage » spatial et monumental de la ville, afin d’essayer de déterminer si celui-ci peut nous éclairer. Nous nous efforcerons d’abord de décrire le patrimoine monumental de la cité et son insertion dans l’espace urbain, en distinguant (de façon assez arbitraire, car ce n’est pas toujours facile) entre celui que l’on peut décrire comme civique ou non religieux, et celui qui entre clairement dans la catégorie du religieux, avant de tenter de déchiffrer les significations de ce marquage symbolique, du point de vue du pouvoir royal comme de celui de la société politique.

  • 13 C. Thomas, The Archaeology of Medieval London, op. cit., p. 127.

4Londres est une ancienne cité romaine, et sa muraille est pour l’essentiel romaine. Elle a été entretenue pendant toute la période médiévale : en 1157, Henri II l’avait fait réparer et y avait fait ajouter une série de bastions dont l’un a été retrouvé et restauré en 1999. En 1477, c’est le maire, Ralph Jocelin, qui entreprit de réparer le mur de la cité, en reconstruisant certaines sections en briques et faisant courir un nouveau parapet de briques tout le long du mur13. Un fossé large de 27 mètres l’encerclait. D’ailleurs, les six portes qui percent la muraille sont les six portes de la ville romaine, auxquelles ne sera ajoutée qu’une porte piétonnière transformée en vraie porte à la fin du xve siècle, Moorgate, lorsque l’on décidera en 1415 de diviser (avec une véritable carte permettant aux acquéreurs de choisir leur lot en visualisant son emplacement) la plaine marécageuse de Moorfields, au nord de la ville. Deux de ces portes, Newgate et Ludgate (reconstruite en 1215), sont aussi des prisons, mais les autres forment des demeures prestigieuses réservées aux officiers civiques de la cité ou à des personnalités illustres : Aldgate est ainsi la résidence du sergent du lord-maire, et Geoffrey Chaucer y a aussi logé à partir de 1374. Une exception à cette configuration générale est la Bishopsgate, qui était gérée collectivement par les marchands de la Hanse, en fait pour l’essentiel des marchands de Cologne, jusqu’au règne d’Édouard IV. Cripplegate, enfin, fut entièrement reconstruite en 1491 par les exécuteurs testamentaires de l’orfèvre Edmund Shaa.

  • 14 C. Barron, London in the Later Middle Ages…, op. cit., p. 16-18 sur le rôle militaire de Londres.
  • 15 St. Bride’s Inn, extérieur à la muraille sur la rive gauche de la Fleet. Sur la résidence royale à (...)
  • 16 La forteresse dépendait au xiiie siècle de la famille Fitzwalter. Selon une tradition controversée (...)
  • 17 Les autres prisons royales de Londres, la Marshalsea et la prison du King’s Bench, sont également (...)

5Régulièrement entretenue et réparée grâce à des taxes payées par les citoyens comme le murage, la muraille de Londres n’avait pourtant rien de bien impressionnant. C’est d’ailleurs l’un des rares vestiges de la ville médiévale que l’on peut encore observer aujourd’hui, puisque les bombardements nazis l’ont dégagée, notamment dans le quartier Barbican. D’une façon générale d’ailleurs, Londres n’est pas une ville « militaire ». Il n’est qu’épisodiquement question de la milice londonienne, qui ne semble avoir joué un rôle important que pendant la crise de la guerre des Barons, notamment quand elle fut taillée en pièces par la cavalerie lourde du prince Édouard lors de la bataille de Lewes. Elle reparaît cependant de temps à autre, par exemple lorsqu’elle contribua à repousser l’attaque du bâtard de Fauconberg en 147114. Le plus important monument militaire de Londres est la tour de Londres, une forteresse royale pratiquement extérieure à la cité qu’elle flanque à l’est ; mais, en marquant ainsi son extrémité orientale, elle en est aussi partie intégrante. Construite par Guillaume le Conquérant pour tenir la ville, elle a gardé ce statut menaçant aux yeux des Londoniens, pour lesquelles elle est le symbole même de la tyrannie, d’autant que sa garnison s’est à plusieurs reprises conduite de façon répréhensible. Le roi n’y résidait pour ainsi dire jamais, avant qu’Édouard Ier y fasse réaménager de somptueux appartements royaux : Henri III, en particulier, après avoir utilisé Bridewell15, séjournait au palais épiscopal quand il devait passer la nuit dans la cité. En dépit de ses efforts, Édouard Ier n’a pu effacer cette image : sa marque sur la ville est l’empreinte de la peur. La chapelle n’a d’ailleurs jamais été honorée d’une sépulture royale, et celle des fils d’Édouard IV, très probablement assassinés sur l’ordre de Richard III, si du moins leurs restes sont bien ceux que l’on a découverts par hasard en 1671, enterrés face contre face au pied d’un escalier sous un amas de pierre, est restée secrète. Le pendant occidental de la tour de Londres était formé par les deux forteresses féodales du Baynard’s Castle et de Montfichet’s Tower, mais elles n’avaient rien de royal et furent détruites par Jean sans Terre. Il est significatif que leur emplacement ne fût pas remis à la disposition de la cité, mais à celle des dominicains qui reconstruisirent sur cet espace leur vaste couvent à partir de 1276. Seul Baynard’s Castle a été reconstruit à trois reprises, mais il n’occupait plus qu’une petite portion du site de l’ancienne forteresse, le long de la Tamise16 ; le second de ces châteaux, reconstruit en 1428, servira de quartier général à la maison d’York et à ses partisans pendant la guerre des Deux-Roses. Le mur était en partie entretenu par les ordres mendiants dans la mesure où leurs couvents étaient à sa proximité immédiate : les dominicains se chargeaient de la zone stratégique où la muraille devait longer la rivière Fleet avant qu’elle ne se jette dans la Tamise. Là se trouvait l’une des principales prisons de la ville, la Fleet, mais elle était à l’extérieur de la muraille17. Les franciscains (greyfriars) s’étaient installés dans le coin que formait la muraille au nord-ouest et le couvent des ermites de Saint-Augustin était adossé à la muraille à proximité de la tour de Londres. On comprend mieux qu’il n’y ait pas eu de sociétés de portes à Londres !

  • 18 Voir S. Cassagnes-Brouquet, « Le pont de Londres, une œuvre d’art et un lieu de pouvoir », dans A. (...)
  • 19 C. Barron, London in the Later Middle Ages…, op. cit., p. 50-51 ; sur le pont, B. Watson, T. Brigh (...)

6Mais il y avait bien une sorte de société du pont. Le seul pont permettant de traverser la Tamise est en effet l’une des composantes les plus formidables des défenses de la ville, comme il en est l’indispensable poumon, donnant accès aux banlieues de la rive sud, Lambeth et Southwark, et, au-delà, aux comtés méridionaux du Kent et du Surrey. C’est l’ouverture du pont grâce à des complicités au sein de la municipalité londonienne qui permit aux labourers révoltés d’entrer dans Londres en 1381 et de s’emparer de la tour de Londres où ils exécutèrent le chancelier et le trésorier d’Angleterre (respectivement l’archevêque de Canterbury, Simon Sudbury, et le prieur de l’hôpital, John Hales). Le pont était de toute façon notoirement difficile à garder, en dépit de la violence des remous que provoquaient ses dix-neuf arches – il y avait au centre un pont ouvrant dont le célèbre Tower Bridge construit un peu plus à l’est au xixe siècle rappelle le souvenir. Le châtelet qui en protégeait l’accès sur la rive sud n’a pas empêché en 1450 les rebelles de Jack Cade d’accéder aux cordes qui retenaient le pont ouvrant, même si c’est sur le pont qu’ils furent finalement défaits par les autorités de la ville. Le pont de pierre, reconstruit par Peter de Colechurch à partir de 1176, après la destruction du dernier pont de bois, avait été financé par plusieurs guildes créées pour l’occasion et d’abord géré comme une institution religieuse, avec pour centre une chapelle dédiée à saint Thomas Becket, reconstruite à la fin du xive siècle, située sur le pont lui-même et abritant la tombe de Peter de Colechurch. Les maisons du pont étaient l’un des deux centres majeurs de production du livre et des objets artistiques à Londres18. La municipalité reprit le contrôle de l’œuvre du pont à partir de 1284, mais les Londoniens continuèrent à léguer des biens et des aumônes au pont19. Il était toutefois en si mauvais état en 1475 que l’on décida de ne plus manœuvrer le pont ouvrant, ce qui obligea à reporter l’essentiel du trafic portuaire en aval de la cité, les nefs les plus grosses ne pouvant plus accéder au wharf en eau profonde de Queenhithe et devant s’arrêter à celui de Billingsgate. Au reste, s’il est incontestablement un monument civique, le pont de Londres porte aussi la marque du pouvoir royal : c’est sur le châtelet sud que sont exposés, depuis le supplice du héros écossais William Wallace en 1305, empalés sur des piques et enduits de goudron pour porter plus longtemps témoignage du passage de la justice royale, les têtes ou les quartiers des cadavres des rebelles condamnés pour haute trahison.

  • 20 G. Milne, The Port of Medieval London, Stroud, Tempus, 2003, p. 75-80, et C. Thomas, The Archaeolo (...)
  • 21 Les archéologues ont notamment fouillé St. Olave’s Dock, construit à la fin du xive siècle, qui av (...)
  • 22 Mais les changements climatiques ont provoqué des variations considérables dans l’amplitude des ma (...)
  • 23 Le quai et son entrepôt à arcades sont visibles, avec l’amorce du pont de Londres, sur le frontisp (...)

7D’une façon générale, la principale caractéristique de Londres est la densité de l’occupation des sols, surtout au centre et à proximité de la Tamise. Cela entraîne l’absence de dégagements : Londres est une ville sans places ; et c’est en fait le cimetière et l’espace situé au nord-est de la cathédrale, l’ancien folkmoot, qui en tient lieu. La nécessité d’accéder à la rue d’une part, et à la rivière, de l’autre, entraîne la prédominance de parcelles allongées sur laquelle sont construites des maisons disposant d’une étroite façade sur la rue : mais la long house n’est pas une spécificité londonienne. De fait, ni les quais de la Tamise ni ce que l’on pourrait appeler le style viaire ne peuvent être qualifiés de monumentaux. Quant au port, les archéologues ont certes exhumé des restes de quai soigneusement construits en pierre, notamment à Queenhithe et à la Vintry, consacrés au commerce des vins de Gascogne et à celui des Hanséates dont les entrepôts du Steelyard, construits dès la fin du xiie siècle, ont été redécouverts sous la station de métro Cannon Street20, mais ils sont plutôt exceptionnels ; et c’est surtout à l’est de la cité que se trouvaient de véritables docks21 : en fait, si l’on excepte quelques rares bassins de taille réduite et leurs quais de pierre (Queenhithe en amont du pont, Billingsgate en aval), les marchandises étaient déchargées sur des wharfs qui ne sont souvent que des amorces de jetée ou des escaliers plongeant dans un fleuve au niveau variable en fonction des marées22. Avec le temps, Billingsgate a pris de plus en plus d’importance, mais c’est seulement au milieu du xve siècle que la cité a acquis l’espace nécessaire à son développement23. Chaque quai était voué à un produit dont l’évacuation se faisait difficilement par une multitude de ruelles étroites perpendiculaires au rivage, parfois presque inaccessibles en raison de l’engorgement. La laine, plus volumineuse, était embarquée au Woolwharf, à proximité de la tour de Londres, et le marchand John Chircheman y avait édifié, en 1376-1381, la Douane (Custom House). L’étroite Thames Street, parallèle au fleuve, permettait ensuite la redistribution des marchandises dans la ville. Cette disposition interdisait pratiquement la construction de tout bâtiment d’ampleur le long de la Tamise, du moins avant 1475 et le déplacement progressif du port médiéval vers l’est : le waterfront londonien n’a progressivement acquis sa dimension monumentale qu’à partir de la fin du xve siècle, l’étape décisive étant ici la construction de Somerset House en 1549 sur le site de Strand Inn, l’une des inns of Chancery, mais en amont de la cité.

  • 24 À l’est, tout près d’Aldgate, se trouvait le vaste jardin dépendant de Blanch Allerton Manor (poss (...)
  • 25 D. Keene, V. Harding, Historical Gazetteer of London before the Great Fire: 1. Cheapside, Cambridg (...)
  • 26 West Cheap était la rue des mercers et des haberdashers. East Cheap était un marché aux viandes, l (...)
  • 27 Il s’agit de l’une des croix d’Éléonore de Castille, mais celles-ci n’avaient rien d’exceptionnel, (...)
  • 28 J. Stow, The Survey of London, op. cit., p. 260.

8Pour ce qui est des rues, elles sont presque toujours étroites, si l’on excepte les deux extrémités de la cité24 et les environs immédiats de la cathédrale Saint-Paul. La seule rue dont on peut considérer qu’elle avait une certaine ampleur était Cheapside(West Cheap et East Cheap Street)25, délimitée à l’ouest par l’église de St. Michael le Querne et Paul’s Gate, menant à la cathédrale, et à l’est par le great conduit, la fontaine principale de la ville, construite dès le xiiie siècle pour acheminer par des conduites de plomb l’eau captée d’abord à Tyburn puis ensuite à Paddington. La rue était certes large, au point qu’elle fut plusieurs fois le théâtre de joutes, mais elle servait de marché26 et elle était donc perpétuellement encombrée. De plus, on trouvait en son centre une grande croix monumentale, l’une des rares marques royales de la cité27, et le Standard, qui servait de pilori et de lieu d’exécutions pour les peines publiques : la réputation du lieu était telle que, curieusement, les rebelles choisirent à plusieurs reprises d’y exécuter leurs victimes, agissant en lieu et place d’une justice royale incapable, que ce soit lors du lynchage de l’évêque d’Exeter Walter Stapledon par les Londoniens en 1326, l’exécution de Richard Lyons par les rebelles de 1381 ou celle de lord Say par Jack Cade en 145028. À l’est, la Cheap se poursuivait par Poultrye (où se trouvait l’une des deux prisons des sheriffs, l’autre étant à Bread Street), le marché aux volailles, qui par l’intermédiaire d’une patte-d’oie donnait naissance à trois rues. Celle du centre, la plus large, Cornhill, se poursuivait jusqu’à Aldgate et à la route de l’Essex. Celle du sud, Lumbardstrete, d’abord étroite, s’élargissait quand elle devenait Fenchurch Street ; elle allait aussi jusqu’à Aldgate. Mais ces rues étaient, comme Cheapside, encombrées par des bâtiments, notamment des fontaines : une église, St. Mary Fenchurch, se dressait même au milieu de la rue de ce nom. Une seule voie nord-sud avait une certaine envergure, Bishopsgate, qui coupait perpendiculairement ces trois voies et se prolongeait ensuite jusqu’au pont de Londres par Graschestret et Briggestret.

  • 29 C. Barron, London in the Later Middle Ages…, op. cit., p. 18 ; J. Stow, The Survey of London, op.  (...)
  • 30 A. F. Sutton, « The Tumbling Bear and Its Patrons: A Venue for the London Puy and Mercery », dans (...)

9Comme toute ville, Londres est un théâtre, et elle était régulièrement parcourue par des processions religieuses (cf. infra), civiques et royales. La première de ces dernières semble avoir eu lieu en 1236, pour l’entrée d’Éléonore de Provence29 et la procession du couronnement, le roi couchant à la Tour à la veille de son couronnement, est restée traditionnelle. Mais l’une des caractéristiques des entrées et des parcours rituels londoniens est le rôle que s’attribuent les citoyens et les métiers de la cité, soit par leur participation directe aux défilés, soit en offrant la représentation de pageants (spectacles donnés sur des estrades fixes ou mobiles) d’une qualité littéraire et théâtrale souvent remarquable. Ces réjouissances duraient parfois plusieurs jours. L’une des premières fêtes documentées est celle où le maire, les aldermen et « un grand nombre de la commune », pour la naissance du futur Édouard III en novembre 131230 :

karolerent & menoyent molt graunt ioye é passerent par my la cite od graunt luer de torches ove trompes & autres menestracies [et le lendemain, s’assemblèrent au Guildhall] o…les bone gentz de la comune et siloges alerent cantare a seint pol [pour y enttendre la messe] … et apres la messe menerent la karole en le monster de seint poul od trompes e puys retourneren chescon a sa meson.

10Le lundi suivant (une semaine après la naissance) en robes magnifiques, maire et aldermen vont à cheval avec les drapers, mercers et vintners, eux aussi magnifiquement vêtus, à Westminster, puis s’en reviennent au Guildhall pour dîner, et « apres dyner alerent en karole tut le iour parmy la cite et graunt partie de la nuyt ».

  • 31 C. Barron, London in the Later Middle Ages…, op. cit., p. 152.
  • 32 Pour cette entrée, voir F. Taylor, J. S. Roskell (éd.), Gesta Henrici Quinti, Oxford, Clarendon Pr (...)

11De toute façon, depuis 1227, le maire et les sheriffs, le lendemain du jour où ils avaient prêté serment, c’est-à-dire en principe le 28 octobre, fête des saints Simon et Jude, devaient aller se présenter au roi et aux barons de l’Échiquier à Westminster : mais à partir de 1453, et en dépit de l’opposition du roi, le mayor’s riding avait pris tellement d’ampleur qu’il ne pouvait plus se déployer dans les rues de la cité et fut transféré sur la Tamise, devenant une cavalcade par barge ! Le soir seulement, le maire revenu à Londres y offrait un banquet avant d’aller se recueillir sur le lieu de naissance de Thomas Becket à Cheapside, puis de prier sur la tombe de ses parents à la cathédrale Saint-Paul31. Les parcours cérémoniels entraient donc le plus souvent dans la cité soit par le pont (ce fut le cas en 1357 pour l’entrée du Prince Noir et de son prisonnier Jean le Bon et, après Azincourt, de celle d’Henry V32), soit par Bishopsgate, pour emprunter ensuite Cornhill et Cheapside, qui était alors couverte de tentures somptueuses et de draps d’or. De là, ils se prolongeaient vers la cathédrale Saint-Paul et, éventuellement, vers Westminster, via Ludgate, Fleet Street, le Strand et Charing Cross, mais, comme le montre l’exemple du mayor’s riding, il est clair que la plus grande rue de Londres était devenue la Tamise et que l’on avait renoncé, à partir milieu du xve siècle, à se servir du réseau viaire, insuffisant.

  • 33 J. Schofield, London Medieval Houses, op. cit., p. 51-52.
  • 34 Plan ibid., p. 202.

12Le bâti compte évidemment pour beaucoup dans la monumentalité d’une ville. La typologie des maisons londoniennes peut se déduire des fouilles archéologiques et des surveys de Ralph Treswell. John Schofield distingue deux sortes de maisons moyennes, les long houses, comme celles qui s’ouvrent sur la Tamise, larges de trois à onze mètres avec trois étages comprenant de trois à six pièces, souvent desservies par une allée, et des maisons plus petites, avec seulement deux pièces sur deux ou trois étages. Enfin, il y avait de nombreuses petites maisons d’une seule pièce33. Mais ce qui distingue vraiment Londres des autres villes anglaises, c’est qu’elle abritait en grand nombre de vastes demeures d’apparat, des halls et des inns. Le mouvement avait été donné dès la fin du xiie siècle par les ecclésiastiques, abbés et évêques, dont les hôtels (inns) sont de véritables résidences seigneuriales, voire princières : on peut citer intra-muros ceux des abbés de Saint Alban, Chertsey, Peterborough, Colchester ou Waltham. Mais les prélats se sont surtout établis aux portes de la cité : l’évêque de Winchester et l’archevêque de Canterbury ont construit de véritables palais dans les paroisses de leurs diocèses qui se trouvaient être limitrophes de Londres, Southwark, pour l’évêque de Winchester (mais aussi le prieur de Lewes et d’autres), et Lambeth (qui subsiste aujourd’hui) pour l’archevêque de Canterbury et son subordonné direct, l’évêque de Rochester, rejoints par l’évêque de Hereford. Au xiiie siècle, une vingtaine d’autres résidences ont été construites pour des ecclésiastiques, surtout le long de Fleet Street (l’hôtel de l’évêque de Bath, celui de l’évêque de Chichester à Chancery Lane, ceux des abbés de Cirencester, de Tewkesbury et de Faversham), du Strand (ceux des évêques d’Exeter, de Durham, de Norwich, de Carlisle et de l’archevêque d’York) et de Holborn (ceux des évêques de Lincoln et d’Ely). Ces hôtels sont souvent assortis d’entrepôts : il s’agit en effet à la fois de lieux où l’on peut résider et de lieux où les agents des prélats stockent ce qui provient de leurs domaines et qu’ils viennent vendre à Londres en même temps que ce qu’ils achètent dans la cité pour l’acheminer ensuite vers leurs résidences seigneuriales. Un trait caractéristique de ces bâtiments est la présence de chapelles, souvent imposantes. Ils comportent des étables, parfois très vastes, et certains, comme l’hôtel des abbés de Waltham, ont des dortoirs34.

  • 35 C. Barron, « Centres of Conspicuous Consumption: The Aristocratic Town House in London, 1200-1550  (...)
  • 36 J. Schofield, London Medieval Houses, op. cit., p. 226 : le site a été fouillé en 1880 et en 1966  (...)
  • 37 J. Schofield, London Medieval Houses, op. cit., p. 202 ; un temps attribué comme wardrobe à l’épou (...)
  • 38 Ibid., p. 181.
  • 39 Ibid., p. 179.
  • 40 Cf. H. M. Hansen, « The Peasant’s Revolt of 1381 and the Chronicles », Journal of Medieval History(...)
  • 41 C’est aujourd’hui le site du College of Arms, auquel il a été donné en 1555.
  • 42 Pour Coldharbour II, J. Schofield, London Medieval Houses, op. cit.…, p. 41.
  • 43 Henry VIII y construira un palais qu’il n’occupera que quelques années et qui sera donné en 1553 à (...)

13Cette triple fonction (apparat, administration et religion) se retrouve dans les inns des grands seigneurs, dont plusieurs ont été louées ou rachetées aux ecclésiastiques35. Les hôtels aristocratiques sont souvent proches du mur d’enceinte de la cité : le long du mur occidental, on peut citer Warwick Inn, tout près du mur d’enceinte à l’ouest, où les Neville étaient installés dès avant 1351 et où le kingsmaker logeait en 1458, Bergavenny House, construit par les earls of Richmond au début du xive siècle, mais passé ensuite aux Beauchamp, lord Bergavenny36 ou Northumberland Inn, occupée de façon intermittente par les Percies37 ; Lovell’s Inn, près des Shambles, n’est pas loin. L’hôtel de Roger Mortimer, earl of March, acquis par la suite par Henry Percy, earl of Northumberland, à la mort duquel en 1455 il était considéré comme en ruine38, se trouvait à l’opposé, près d’Aldgate. Dans l’ensemble, ces hôtels sont assez mal connus, mais ils passaient rapidement de mains en mains : The Erber, un vaste bâtiment, avait été donné en 1340 par Édouard III à sir Geoffrey Scrope, chief justice of the common pleas mais après l’exécution en 1399 de William Scrope, earl of Wiltshire, il a été occupé par les deux Richard Neville (l’earl of Salisbury et le kingsmaker), puis par le frère d’Édouard IV, le duc de Clarence39. Quant aux earls of Suffolk, s’ils résidaient au Pope’s Head, c’est que le fondateur de la fortune de la famille, William de la Pole, était lui-même un marchand de Londres et qu’il avait acquis la demeure des Bardi, qui s’était établi dans la maison du maire de Londres, Gregory de Rokesley, dans Lombard Street ! Ils l’abandonnèrent au xve siècle, et une partie des bâtiments est alors devenue une taverne. Au reste, les nobles ont suivi la même voie que les ecclésiastiques et ont eu eux aussi tendance à quitter Londres pour se rapprocher du roi et pouvoir construire plus grand : c’est ce qu’a fait le duc de Lancastre, Henri de Grosmont, quand il a édifié entre le Strand – la voie qui mène de la cité à Westminster – et la Tamise son palais du Savoy (le terrain avait été donné par Henri III à son oncle Pierre de Savoie), seul exemple médiéval de véritable palais urbain à Londres, qui sera la cible des rebelles en 1381 en raison de leur haine contre son gendre, Jean de Gand40. C’est seulement à la fin du xve siècle que les nobles semblent investir dans de nouvelles demeures implantées à Londres, tel le beau-père d’Henry VII, Thomas Stanley, earl of Derby, qui consacrait sa grandeur nouvelle en construisant Derby House41. C’est aussi le moment où le roi, qui utilisait jusque-là, tout comme les princes de la famille royale, quand ils devaient passer la nuit à Londres pour une raison ou par une autre, la King’s Wardrobe et la Duke’s Wardrobe, les magasins royaux dans lesquels des appartements de fortune avaient été aménagés, recommence à construire dans la cité ou à ses abords immédiats, comme Henri VII à Coldharbour II en 148542 et Henri VIII à Bridewell en 151543.

  • 44 Il ne subsiste pas de maisons médiévales londoniennes : celles qui ont survécu à Holborn sont d’un (...)
  • 45 J. Stow, The Survey of London, op. cit., p. 247 et 186-187.
  • 46 S. L. Thrupp, The Merchant Class of Medieval London (1300-1500), Ann Arbor, University of Michigan (...)
  • 47 Voir les reproductions dans P. Davie, Lost London 1870-1945, Amersham, Trans Atlantic, 2009.
  • 48 J. Stow, The Survey of London, op. cit., p. 236-237.

14Les maisons de qualité moyenne ou médiocre n’ont guère laissé de traces et ne présentaient sans doute pas de caractères originaux marquants44 : on distingue trois types de maisons londoniennes, il y avait à Londres, comme dans les villes flamandes, de nombreuses maisons « bourgeoises » de grande envergure, qui étaient parfois aussi somptueuses que celles des nobles et représentaient pour ces derniers une alternative à la construction d’un hôtel. John Stow en mentionne plusieurs, comme Crosby Place et Gisors Hall45. Cette dernière maison, construite par le vintner John Gisors qui la lègue en 1291 à son fils, appartenait à une véritable dynastie de marchands et de maires de Londres46. Mais le meilleur exemple de ces belles maisons reste celle de sir John Crosby, construite entre 1466 et 1475 pour un riche grocer de Londres fait chevalier par Édouard IV et mort en 1475. Elle était suffisamment luxueuse pour que Richard III y réside à plusieurs reprises pendant ses séjours londoniens, aussi bien avant qu’après son accession au trône ; elle a ensuite été la propriété de sir Thomas More, qui y a écrit l’Utopia. Elle subsiste encore aujourd’hui, puisqu’elle a été déplacée en 1910 de Bishopsgate à Chelsea, où elle est aujourd’hui insérée dans une structure complexe, développée par un millionnaire, Christopher Moran47. Quant à Poultney’s Inn, construite à Dowgate par sir John Poultney, plusieurs fois maire de Londres et mort en 1349, elle fut utilisée en partie par les Bohun (le « manoir de la Rose »), par le Prince Noir, les Fitzalan, earls of Arundel, les De La Pole, duc de Suffolk, des membres de la famille Holland, ainsi que par le duc de Buckingham avant d’être donné par Richard III en 1485 à John Writh, garter king of arms, et aux autres hérauts et poursuivants48, et c’est la partie du site qui donnait sur la Tamise qui fut utilisée par Henry VII pour y construire le logis royal de Coldharbour II à partir de 1485.

  • 49 D. Bowsher et al., The London Guildhall, Londres, Museum of London Archaeology Service, 2007, 2 vo (...)
  • 50 Pour l’utilisation de la bibliothèque du Guildhall et de la documentation officielle londonienne, (...)

15Mais une importante catégorie de bâtiments de prestige londoniens est celle des hôtels civiques. Le principal est évidemment le Guildhall, d’envergure moyenne jusqu’au xve siècle, mais qui est reconstruit sur un plan beaucoup plus ambitieux par John Croxton entre 1411 et 1440. Il fallut aussi reconstruire la gatehouse au début du xve siècle. C’est alors un ensemble imposant avec, autour du bâtiment principal qui abrite le great hall, deux cours, celle du maire et celle des aldermen, et une chapelle, ancienne, mais englobée dans une collégiale, fondée après la peste noire en 1356 pour quatre prêtres et un chapelain, et ce grâce aux donations des bourgeois (notamment celle d’Adam Fraunceys) et qui est reconstruite au xve siècle : elle sera dédicacée en 1444, mais elle était toujours en travaux en 145549. Il possède une porte monumentale et plusieurs grandes salles, et notamment un vaste hall, qui permettent la tenue des conseils, y compris le common council. À la fin du xve siècle, les archives ont été réorganisées et une belle bibliothèque y a été aménagée ; le Guildhall jouera de ce fait un rôle important dans la diffusion des nouvelles et la documentation des élites marchandes londoniennes50. Fonctionnel et de belle qualité, à en juger par son coût élevé, le bâtiment n’a pourtant pas tout à fait la monumentalité des palais communaux italiens ou des hôtels de ville flamands. Les édiles londoniens avaient auparavant eu un autre projet, mais ils l’ont abandonné en cours de route : ils avaient en effet acheté au début du xve siècle l’un des halls de la famille Neville, le Leadenhall, qui aurait pu être développé.

  • 51 Construite en 1419 grâce à un draper, Simon Eyre, mais l’argent laissé à sa mort en 1459 ne fut pa (...)
  • 52 C. Thomas, The Archaeology of Medieval London, op. cit., p. 122-126.
  • 53 Cf. Campbell et al., « A Medieval Capital… », art. cité : le tableau des coûts de transport montre (...)
  • 54 I. Archer, C. Barron, V. Harding (éd.), Hugh Alley’s Caveat. The Markets of London in 1598, Londre (...)
  • 55 D. Bowsher et al., The London Guildhall, op. cit., t. 2, p. 382-388.

16En fait, ils en ont fait un grenier public, aux côtés du marché public qui existait déjà sur les lieux depuis 1296 au moins, et le rez-de-chaussée du Leadenhall a été rapidement transformé en marché couvert avec, sur l’un des quatre côtés, une chapelle51 (les trois écoles prévues à l’origine ne furent pas construites, en dépit du manque criant d’écoles à Londres). Les bâtiments entouraient une vaste cour centrale : deux étages surmontaient un haut rez-de-chaussée constitué de grandes arcades, tandis que de grandes tours se dressaient aux coins52. Le Leadenhall sera plus tard transformé en bourse. Les marchés, essentiels au ravitaillement de la ville53, sont les principaux lieux de l’investissement spatial civique de la municipalité londonienne : nous en avons même une très bonne description grâce au Caveat de Hugh Alley qui, en 1598, dans une sorte de programme de travail destiné à soutenir sa candidature au poste de contrôleur des marchés, nous a laissé une description graphique d’une dizaine de marchés de la ville54. Tout près du Leadenhall se trouvait Gracechurche Market : un marché « ouvert » où les producteurs des comtés voisins venaient vendre leurs produits ; un « conduit » orné d’une tour y avait été édifié en 1491 par les exécuteurs testamentaires de sir Thomas Hill, maire de Londres au début du règne d’Henry VII. L’arcade du port de Billingsgate permettait de vendre les grains, les fruits et les légumes tout juste débarqués des bateaux, tandis que les marchés au poisson, Oulde Fishestrete et New Fish Market, se trouvaient non loin de la Tamise, l’un à l’ouest, l’autre à l’est. Les poissons étaient aussi vendus avec la viande aux Stokkes (stockmarket) à l’extrémité est de la Cheap, dans un marché couvert édifié sur un terrain acquis en 1283 par le maire Henry le Waleys et reconstruit entre 1406 et 1411 : les revenus de ce marché, placé sous la protection de la municipalité, allaient au Pont de Londres. Les bouchers se trouvaient encore aux Shambles, entre la Cheap et Ludgate : pour ce marché comme pour celui d’East Cheap, les bêtes venaient du marché de Smithfield, situé hors les murs, sorte de foire aux bestiaux permanente, et elles étaient tuées sur place ou à proximité immédiate des marchés ; les déchets étaient évacués rapidement – du moins en principe – vers des barges amarrées en attente sur la Tamise. La municipalité prenait aussi en charge les nombreuses fontaines, dont plusieurs ont déjà été évoquées. Citons enfin Blackwell Hall, contigu au Guildhall, racheté par la cité en 1396 pour y établir un marché aux tissus de laine55. Il y avait aussi un important marché à Southwark.

  • 56 Voir le chapitre 6, « Un cursus honorum londonien », de S. Cassagnes-Brouquet, L’art en famille. L (...)
  • 57 La liste est donnée par S. L. Thrupp, The Merchant Class of Medieval London, op. cit., p. 6 : au x (...)

17Une dernière spécificité de l’architecture laïque à Londres est constituée par l’importance croissante, à partir de la fin du xive siècle, des bâtiments « professionnels ». Il n’y a pas à Londres de guilde des marchands, mais une multitude de métiers (misteries) : à la fin du xve siècle, quarante-sept compagnies possédaient une livrée et vingt-deux n’en avaient pas, mais il est difficile d’établir une liste stable, la tendance étant alors à la fusion des métiers. Les marchands faisant partie de la livrée dominaient leur métier, non sans contestations56 ; et certains métiers avaient plus de pouvoir, d’importance et de prestige que d’autres57. Ces grandes compagnies sont les merchant companies, et les membres de leurs livrées sont les merchants of London, dont l’horizon dépasse largement et leur métier et la cité elle-même, notamment en matière financière. Ce sont les membres de cette oligarchie marchande qui, de fait, gouvernait la cité et régulait ses relations avec la Couronne, dont ils étaient les bailleurs de fonds privilégiés. Les métiers, en combinaison avec les paroisses où ils étaient implantés, étaient aussi à l’origine des nombreuses confraternités qui structuraient la vie sociale et culturelle de Londres ; il y avait d’ailleurs parfois plusieurs confraternités pour un seul métier, les membres de la livrée en ayant une, et les autres membres du métier la leur. De fait, les responsabilités qui incombaient aux métiers s’étant rapidement accrues, de même que leurs avoirs collectifs, alimentés par des legs généreux mais quelquefois difficiles à gérer, ceux-ci se sont dotés d’un personnel administratif qui, comme d’ailleurs celui du Guildhall, s’est rapidement développé et ils se sont du coup trouvés à la tête d’imposantes archives, tandis que les réunions des dirigeants du métier et des confréries se multipliaient : il fallait trouver de l’espace.

  • 58 A. F. Sutton, « Merchants, Music and Social Harmony: The London Puy and its French and London Cont (...)
  • 59 Les tenures sur lesquelles elle s’élève, le long d’Ironmonger Lane, près de St. Martin Pomary, aut (...)
  • 60 A. F. Sutton, The Mercery of London. Trade, Goods and People, 1130-1578, Aldershot, Ashgate, 2005, (...)

18Alors qu’au xiiie siècle, les métiers se contentaient en général d’auberges ou d’églises paroissiales selon la nature de leurs réunions, ils ont donc progressivement ressenti le besoin de se doter de halls et de bâtiments à usage collectif. Le cas des mercers est exceptionnel, admirablement étudié par Anne Sutton, en ce que ce besoin est apparu très tard, parce qu’ils avaient à leur disposition des facilités suffisantes. Ils utilisèrent d’abord pour beaucoup de leurs réunions le Tumbling Bear, qui était en 1304 la propriété d’un vintner, John de Cheshunt, troisième prince du Puy de Londres (une société courtoise qui semble avoir cessé de fonctionner vers 1315)58 dont de nombreux mercers étaient membres, et en 1315 celle de Richard de Béthune, maire de l’étape de la laine anglaise alors à Saint-Omer ; pour d’autres, ils utilisaient la nef de l’église Saint-Pancrace. Et de plus en plus ils utilisèrent les locaux de l’hôpital St. Thomas Acon (Acre), fondé par le fils ou le neveu d’Agnès, la sœur de Thomas Becket. Plusieurs confréries (dont certaines, comme celle des marchands de Lucques, avaient des liens avec les mercers) y avaient leur siège, et la mercery y fonda sa chapelle, tandis que ses membres y instituaient des chantries. À partir de 1420, les locaux parurent insuffisants pour la maungerie annuelle, et les mercers louèrent à plusieurs reprises la Prince’s Wardrobe59. En 1424, le richissime mercer Richard Whittington fonda Whittington College, une collégiale pour six prêtres et un chapelain avec un hôpital : c’était la compagnie des mercers qui gérait cet ensemble qui, s’il offrait des facilités supplémentaires, ne fut pas investi par la compagnie. Ce n’est finalement qu’en 1510 que les mercers se préoccupèrent d’acheter un terrain à St. Thomas pour y construire un hall qui ne sera terminé qu’en 152460.

  • 61 Les cordwainers acquièrent un terrain en 1393, les carpenters en 1426, les armourers et braziers e (...)
  • 62 J. Schofield, London Medieval Houses, op. cit., p. 44.
  • 63 Ibid., plan p. 47 ; M. Davies, A. Saunders, The History of the Merchant Taylors’ Company, Leeds, Ma (...)

19La typologie du hall commercial paraît assez homogène. Leur pièce principale était toujours la grande salle d’apparat, le hall proprement dit, mais des pièces supplémentaires abritaient les locaux administratifs de la compagnie, et l’ensemble était souvent complété par une chapelle ou des almshouses (comme Cutler’s Inn, construit en 1440 avec des almshouses), pour loger les pauvres, les vieux ou les handicapés. Au même titre que les inns de la noblesse et du clergé, plusieurs de ces halls disposaient de jardins, dans lesquels se déroulaient des fêtes. Les métiers ont parfois eu recours au marché de l’immobilier, mais ils ont le plus souvent acquis (ou reçu en legs) des terrains ou des maisons61. Dans chacun de ces cas, les halls sont érigés peu après, soit après démolition des constructions antérieures, soit en les adaptant à leur nouveau rôle : une liste manuscrite de 1475 énumère vingt-sept halls dépendant de ces compagnies62. Certains sont modestes, mais ils sont parfois d’une richesse spectaculaire, comme celui des épiciers (grocers), construit entre 1427 et 1441 pour la somme impressionnante de 1 750 £. Il est d’autant plus difficile de se faire une idée de leur aspect que la plupart furent reconstruits de façon plus somptueuse encore entre 1530 et 1666, alors que la population avait décuplé et que le grand envol commercial et colonial de la cité avait commencé. Mais quelques bâtiments ont été fouillés par les archéologues ou dépeints par des artistes avant leur disparition (c’est le cas pour le Grocers Hall) ; et le Merchant Taylors’ Hall a survécu en partie, conservant le Hall originel, dont il est difficile de dire s’il appartenait à la maison que le fabriquant des tentes royales, John Yakeslee, avait léguée au métier en 1347, ou à une construction ultérieure sur son site, une cuisine du xve siècle et une crypte ; la chapelle qui surplombait la crypte a disparu ainsi que les almshouses qui entouraient une cour attenante63.

  • 64 H. Ringrose, The Inns of Court. An Historical Description of the Inns of Court and Chancery of Eng (...)
  • 65 P. Brand, « Legal Education in England before the Inns of Court », dans J. A. Bush, A. Wijffels (é (...)
  • 66 Reproduit dans J. Schofield, London Medieval Houses, op. cit., p. 184.

20Il existe enfin un autre type de hall que l’on peut assimiler aux halls professionnels, les inns des juristes, qui s’égrainent pour la plupart le long de Holborn et du Strand, les routes qui relient Londres à Westminster64. Les apprentis de la cour du Roi (la Court of the Common Bench et ceux de la Court of the King’s Bench à Westminster) sont mentionnés pour la première fois en 1289, alors qu’ils sont déjà nombreux, puisqu’en 1291, on veut limiter leur nombre à cent quarante65. On ne sait quand sont apparues les inns, mais les apprentis sont mêlés en 1339 à un meurtre à proximité du Temple, dont les vastes bâtiments avaient été transférés lors de la chute de l’ordre aux hospitaliers, qui n’en avaient pas l’usage, ayant leur propre établissement à Clerkenwell : là s’installeront le Middle Temple et l’Inner Temple. Il ne subsiste que des fragments des bâtiments médiévaux : un fragment de tour à l’Inner Temple reconstruit en 1816, rien au Middle Temple reconstruit en 1562. Lincoln’s Inn est créé par un groupe d’apprentis qui louent l’hôtel de l’évêque de Chichester à Chancery Lane : ils y construisent leur inn de 1489 à 1492, mais les vestiges les plus anciens subsistant aujourd’hui remontent plutôt à une nouvelle campagne de constructions entre 1506 et 1520. Quant à Gray’s Inn, si elle s’est développée à partir de 1370 dans l’hôtel qui avait appartenu à un juge important, Reginald Grey, ses bâtiments remontent à 1555-1560. Les inns of Chancery, qui furent progressivement rattachées à chacune des inns of Court, étaient situées dans la même zone : une seule a survécu aujourd’hui, Staple Inn, connue à partir de 1415 au moins, bien qu’elle n’ait plus rien à voir avec sa destination initiale, mais son aspect contemporain sur Holborn renvoie à une reconstruction de 1580, d’ailleurs très restaurée : le site avait été légué en 1333 par un mercer, Richard Starcolf, pour être vendu à des usages pieux. Furnival’s Inn occupe l’hôtel de sir William Furnival, Clifford’s Inn celui de la famille Clifford, légué en 1344 aux apprentis par la veuve de Robert Clifford, tué à Bannockburn en 1314, mais l’on ne sait pas grand-chose de ses bâtiments, connus seulement par une peinture de 188466.

  • 67 D. Bowsher et al., The London Guildhall, op. cit., t. 2, p. 388-391.
  • 68 P. Coss, The Foundations of Gentry Life, Oxford, Oxford University Press, 2010, p. 54-74.

21Au final, il est cependant frappant de constater la fluidité du marché immobilier à Londres. Les bâtiments passent, en fonction des besoins, d’un type de propriétaire à un autre : grands hôtels ecclésiastiques ou aristocratiques, halls commerciaux ou professionnels, toutes ces caractéristiques apparaissent interchangeables, ce qui implique que leur architecture ne les marque pas définitivement pour un emploi ou pour un autre. Il faut ici faire attention à ne pas se laisser abuser par les reconstructions du xvie siècle qui ont conduit à « typer » certains de ces bâtiments, notamment les halls professionnels. L’une des conséquences de cette situation est le fait que beaucoup de ces inns (au sens d’hôtel aristocratique) sont devenus des inns au sens commercial du terme, c’est-à-dire des auberges ou même des tavernes : même si elle est sise à Southwark et non à Londres, c’est le cas de l’une des plus célèbres d’entre elles, où se retrouvent les pèlerins mis en scène par Geoffrey Chaucer dans ses Canterbury Tales, l’auberge du Tabard, ancien hôtel des abbés de Hyde. L’étude archéologique récente du quartier du Guildhall fait ressortir de l’oubli cinq auberges, dont deux, The Saracen’s Head, dans Cat Street, datée du xive siècle et The King’s Arms, sont construites sur les sites de grandes maisons juives du xiie siècle ; les autres, The Three Tuns (propriété des Mercers), The Maidenhead et The Swan sont aussi liées à des propriétaires prestigieux, souvent ecclésiastiques67. On semble retrouver là l’un des éléments caractéristiques de la société anglaise, une relative fluidité, qui, sans jamais oublier de signaler l’opulence, ne marquerait ni le rang, ni le statut de façon durable : mais ce serait à Londres, et à Londres seulement, que les choses se passeraient ainsi, car ces mêmes familles ou ces mêmes institutions qui ne « marquent » pas la ville, marquent leur localité d’origine ou d’attachement, dans leurs manoirs ou dans les chapelles et les églises où ils multiplient les vitraux et les décorations et où ils commissionnent les tombes et fondent les chantries qui vont perpétuer la renommée de leur famille68. Seuls les marchands de Londres semblent marquer la ville, ne laissant aux nobles, à la gentry et au roi lui-même que la portion congrue : seuls, les hommes de loi se posent en concurrents potentiels à partir du milieu du xve siècle.

  • 69 Derek Keene, Arthur Burns, Andrew Saint (éd.), St Paul’s. The Cathedral Church of London 604-2004, (...)
  • 70 Derek Keene, Arthur Burns, Andrew Saint (éd.), St Paul’s…, op. cit., p. 33-34 ; pour l’école, A. F (...)

22Venons-en maintenant à la marque de l’Église sur la ville et à ses connotations. De tous les monuments religieux londoniens, le plus prestigieux est sans conteste la cathédrale Saint-Paul69. Londres n’a pas brûlé qu’en 1666 : la cité avait déjà été incendiée en 1087. La cathédrale reconstruite par l’évêque Maurice est à cette époque la seconde plus grande d’Angleterre, juste après celle de Winchester, qui abrite alors le trésor royal et qui est de loin le siège épiscopal le plus riche du pays : de fait, Saint-Paul est l’une des plus grandes églises gothiques européennes. Aucune des églises paroissiales de la ville (Saint-Paul en contrôle une vingtaine, un nombre qui tend d’ailleurs à décliner) ne peut l’égaler, pas plus que les églises des ordres mendiants. L’agrandissement de la cathédrale a été favorisé par le pouvoir royal qui a donné à l’évêque la possibilité d’empiéter sur les fossés qui protégeaient alors Baynard’s Castle du côté de la ville. Le palais royal qui s’étendait à l’époque anglo-saxonne au nord de la cathédrale et dont l’enclos de Saint-Martin-le-Grand est peut-être un vestige, n’existait plus après l’incendie et permettait aussi une extension vers le nord. La cathédrale, dont on peut considérer que les travaux sont terminés en 1313, à l’exception du cloître, de la salle capitulaire et des chapelles du cimetière du Pardon, se trouvait donc dans un vaste enclos de cent cinquante sur deux cent cinquante mètres de côté, qui contenait les deux palais épiscopaux (le nouveau et l’ancien), le palais de l’archidiacre de Colchester et les demeures du doyen, du chancelier et du chantre, ainsi qu’un beffroi, la petite église Saint-Gregory et la fameuse Paul’s Cross, utilisée pour les sermons et les proclamations publiques : celle-ci dominait les abords du cimetière où était censé se réunir le folkmoot, l’assemblée plénière des citoyens (les freemen), remplacée à partir du xiiie siècle par le common council. Aux xive et xve siècles, des collèges pour les chantry priests et les minor canons (Saint Peter’s College à partir de 1330, Minor Canons’ College en 1353, Holmes’ College à partir de 1386, Lancaster College à partir de 1399) y furent établis, le tout protégé par une clôture percée de trois portes. En gros, trois cents personnes environ vivaient là, auxquelles il faut ajouter les élèves de la prestigieuse école70.

  • 71 Mais il semble que le tabou soit valable dans les autres « capitales » : il en va de même à Paris, (...)
  • 72 Voir A. Fehrmann, Grab und Krone. Königsgrabmäler im mittelalterlichen England und die posthume Se (...)
  • 73 A. Hamilton Thompson, The English Clergy and their Organization in the Later Middle Ages, Oxford, (...)
  • 74 Derek Keene, Arthur Burns, Andrew Saint (éd.), St Paul’s…, op. cit., p. 36-37.

23Cela dit, si grand que soit le prestige de la cathédrale, elle a relativement peu de liens formels avec le pouvoir royal et avec la cité de Londres, isolée de l’un comme de l’autre. Du moins apparemment, car la réalité est tout autre. D’abord, il y a un véritable tabou : pas de cadavres royaux dans la cathédrale71. Tous les Plantagenêts anglais ne sont pas enterrés à Westminster, il s’en faut. Par exemple, le Prince Noir ou Henri IV et sa femme sont enterrés à Canterbury. Seuls, le duc de Lancastre, Jean de Gand et sa première épouse, Blanche de Lancastre, sont ensevelis dans la cathédrale72. Londres n’ayant pas de véritable rôle politique à l’époque anglo-saxonne, la cathédrale ne pouvait se prévaloir que de deux tombeaux de rois anglo-saxons, Saebbi, obscur roi des Saxons de l’Est, mort en 694, et le tristement célèbre Æthelred the Unready, mort en 1016 : leurs tombeaux étaient cependant bien visibles, des sarcophages de marbre gris datant du xiie siècle, refaits après l’incendie. Mais il est vrai que la cathédrale possédait des reliques de deux saints Ethelbert, l’un roi du Kent et l’autre roi d’East Anglie. Mais la cathédrale était physiquement inscrite dans ce que l’on pourrait appeler la zone royale de Londres, entre la collégiale de Saint-Martin-le-Grand, le couvent des dominicains (blackfriars) érigé sur le site de Baynard’s Castle, et proche des wardrobes royales. En fait, le lien entre Saint-Paul et le pouvoir royal passe par les hommes, car nombreux sont les chanoines qui sont au service du roi en tant que king’s clerks : encore faut-il nuancer cette affirmation, car la véritable collégiale londonienne du roi est Saint-Martin-le-Grand, dont tous les bénéfices étaient à sa disposition et dont Henry VII finira par transférer les prébendes à Westminster quand il y fonde et construit la magnifique chapelle Saint-Stephen73. Du coup, cela explique que les liens ne soient pas beaucoup plus forts avec la cité de Londres, beaucoup des membres du clergé attachés à Saint-Paul étant originaires de diverses régions anglaises, et notamment du Nord ; très peu de chanoines appartiennent à des familles de la bourgeoisie londonienne : John Colet est l’une des trois ou quatre exceptions qui confirment la règle74. Cela dit, de par leurs charges et ne serait-ce qu’en raison des nombreux biens que le chapitre – à la différence de l’évêque – possède dans la cité, les contacts de ce clergé avec la population citadine sont nombreux.

  • 75 Ibid., p. 35.
  • 76 M.-H. Rousseau, Saving the Souls of Medieval London. Perpetual Chantries at St. Paul’s Cathedral, (...)

24L’étude des legs des testateurs londoniens montre en effet que ces derniers privilégient avant tout les églises paroissiales de la ville et la charité du Pont de Londres : sur 3 832 testaments londoniens entre 1258 et 1544, 163 seulement comportent des legs à Saint-Paul75. De même, les confraternités religieuses sont plutôt associées aux églises paroissiales et c’est surtout là que sont fondées les chantries, et non dans la cathédrale, même si celle-ci en possède 84, dont beaucoup, cependant, sont fondées par des ecclésiastiques et non par des laïcs londoniens76. Pourtant, les Londoniens se pressent pour être enterrés dans le cimetière de la cathédrale, où se trouve la chapelle qui abrite la tombe des parents de Thomas Becket, que l’on peut considérer comme véritable patron de Londres après – et même avant – saint Paul, et qui éclipse la dévotion au saint qui est au centre des célébrations liturgiques à la cathédrale, saint Erkenwald, évêque de Londres de 675 à 693, et aux autres reliques célèbres qu’elle possède, comme le bras de saint Osyth ou même un fragment de la vraie croix. Becket était célébré à deux occasions, le 30 décembre, jour de son martyr, et le 7 juillet, jour de la fête de sa translation, qui est la fête londonienne la plus importante ; et par l’intermédiaire de ses parents, il joue, on l’a vu, un grand rôle lors de la visite rituelle du maire à la cathédrale à son retour de Westminster. Ce sont d’ailleurs ces grandes processions, qui partent de la cathédrale ou y arrivent, qui marquent le mieux sa place centrale dans l’espace de la cité : certaines sont isolées dans l’année liturgique (la Toussaint ou la fête de la purification de la Vierge, le 2 février), mais il y a deux grandes séries de manifestations, pendant le cycle de Noël (processions des 25, 26 et 27 décembre, pour Noël et les fêtes de Saint-Étienne et de Saint-Jean-l’Évangéliste, et du 1er et du 6 janvier, pour les fêtes de la Circoncision et de l’Épiphanie) et celui de l’Ascension (13 au 16 mai) et de la Pentecôte, les gens de la cité se rendant à la cathédrale via Cornhill et Cheapside, ceux de l’Essex partant de Saint-Bartholomew pour rejoindre la cathédrale, puis, enfin, partant du lieu de naissance de Thomas Becket à Cheapside pour aller jusqu’à la cathédrale.

  • 77 Les sermons médiévaux n’ont pas été étudiés systématiquement : voir M. McLure, The Paul’s Cross Se (...)
  • 78 Par exemple, les sermon du 26 juin 1356 et du 22 janvier 1357, Quodcumque dixerit vobis facite (Io (...)
  • 79 A sermon had at Paulis upon quinquagesom Sonday concernynge certayne heretickes, imprimé par Thomas (...)
  • 80 Selon Polydore Virgile et Sir Thomas More, il se serait laissé convaincre de prêcher à St. Paul’s (...)
  • 81 Peter W. M. Blayney, The Bookshops on Paul’s Cross Churchyard, Londres, The Bibliographical Societ (...)
  • 82 In the end, perhaps Londoners felt that St.Paul’s belonged more to the nation at large than it belo (...)

25Il faut souligner enfin le rôle très particulier que joue la Croix de Saint-Paul (St. Paul’s Cross). C’est le lieu des grands débats publics, des grands sermons auxquels assistent des centaines, voire des milliers de personnes. Le folkmoot, l’assemblée primitive des citoyens, ne se réunissant plus, les prédicateurs peuvent bénéficier de ce vaste espace. Mais cette prédication n’est le plus souvent pas « londonienne », sauf pendant la période de l’Ascension, mais plutôt nationale77 ; elle prendra fin avec la destruction de la Croix par les puritains en 1642. Les grandes controverses religieuses (mendiants et antimendiants, pro et antilollards, pro et antiluthériens, etc.) y sont évoquées par des théologiens célèbres, comme Richard Fitzralph78 et John Fisher79. Il arrive aussi qu’y soient prononcés des sermons au contenu résolument politique, comme lorsque Ralph Shaa80 (par ailleurs frère d’un lord-maire de Londres) affirma dans son sermon que les enfants d’Édouard IV devaient être réputés bâtards et que le légitime détenteur de la Couronne était désormais Richard III. De fait, les abords immédiats de la Croix et du cimetière sont l’autre grand centre de production de livres81, et les scriveners londoniens se retrouvent pour attendre le client dans la nef de la cathédrale : tout cela fait de ce coin de Londres l’un des nœuds de la communication civique et l’un des points nodaux de la sphère publique, mais ce n’est pas la cathédrale qui en est l’agent principal. Pour compenser la relative distance entre la cathédrale et les citoyens londoniens, Caroline Barron et Marie-Hélène Rousseau suggèrent que la cathédrale aurait pu avoir une aura nationale82. Ce n’est pas impossible. On peut aussi penser que sans être directement liée au roi, la cathédrale en est trop proche par les hommes qui la peuplent.

  • 83 B. Harvey, Westminster Abbey and its Estates in the middle Ages, Oxford, Clarendon Press, 1977, p. (...)
  • 84 Ce n’est pas à proprement parler une église paroissiale : cette enclave territoriale dépendant dir (...)
  • 85 J. Arnold, Dean John Colet of St. Paul’s. Humanism and Reform in early Tudor England, Londres, I.  (...)
  • 86 D. Bowsher et al., The London Guildhall, op. cit., t. 2, p. 391-395, pour la fouille des restes de (...)

26La cathédrale ainsi prise entre la Couronne et la cité, il semble clair que les Londoniens, répétons-le, sont avant tout attachés à leurs églises paroissiales. Elles sont si nombreuses qu’il est difficile d’en fixer le nombre : il y a eu 162 paroisses entre le xiie siècle et 1550, mais ce chiffre a fluctué. Il en restait 157 au xve siècle, dont treize hors les murs, mais quatre ont été absorbées par l’essor des couvents et deux autres ont été réunies. On donne souvent le chiffre de 107 églises, mais il y en avait peut-être un peu plus. Elles présentent un double visage : en effet, le problème du gouvernement de Londres a toujours été celui d’une oscillation entre une structure géographique (celle des wards) et une structure professionnelle, celle des métiers (guildes, puis, à partir du xve siècle, compagnies dont les plus puissantes, les compagnies à livrée, détiennent à la fin du Moyen Âge l’essentiel du pouvoir). Quelques-unes de ces compagnies, mais fort peu au total, détiennent des chapelles dans la cathédrale, mais presque toutes, soit directement, soit indirectement par l’intermédiaire des dizaines de confréries qui dépendent d’elles, sont liées à des églises paroissiales, généralement celles qui sont implantées dans les quartiers où s’exercent leurs activités. Ces églises paroissiales ne sont pas toutes autonomes : certaines dépendent de la cathédrale (de dix-neuf à vingt-cinq selon les périodes) ou de l’abbaye de Westminster (une douzaine au xiie siècle)83, d’autres (comme Saint-Mary-le-Bow84) de l’archevêque de Canterbury, mais leurs liens étroits avec les métiers, dont les membres y fondent des chantries qui permettent de rémunérer des chapelains en grand nombre, assurent leur prospérité et permettent de renforcer leurs liens avec la population londonienne, du moins celle des freemen de Londres, les citoyens à part entière. Cela permet d’ailleurs à ces paroisses de disposer de desservants de grande qualité, souvent licenciés ou docteurs en théologie des universités (de Cambridge plus souvent que d’Oxford), et plusieurs d’entre elles sont des centres d’éducation, grâce à leurs chapelains, au même titre que Saint-Paul dont l’école ne deviendra véritablement célèbre qu’au xvie siècle après sa refondation et la réforme de John Colet85. Même si les églises sont en général très petites86, la richesse de leur décoration contribuait à l’impression de splendeur que ne manquait pas de susciter Londres chez les visiteurs étrangers, tel Venceslas Sacek de Birkov, l’un des membres de la suite de Léo de Rozmital, l’ambassadeur qu’envoie en 1464 dans les cours européennes le roi de Bohême George de Podebrady :

  • 87 D. Péricard-Méa (dir.), De la Bohême jusqu’à Compostelle. Aux sources de l’idée d’union européenne(...)

Depuis notre départ de Bohême, nous n’avons pas vu d’églises aussi belles et de reliquaires aussi nombreux qu’à Londres. Dans la ville on compte vingt reliquaires, et dans tout le royaume environ quatre-vingts, tous semblablement ornés d’or et de pierreries87.

  • 88 Voir C. Thomas, The Archaeology of Medieval London, op. cit., p. 144-146 pour une mise au point su (...)

27Si les églises paroissiales étaient très nombreuses, il n’en va de même ni des établissements réguliers ni des collégiales, à l’exception de ceux ou de celles qui étaient liés à un hôpital. Les établissements religieux, présentés sur le tableau 1, sont relativement peu nombreux : il est facile de voir que les fondations royales sont de loin les plus importantes, Westminster étant le plus riche des monastères anglais et Syon arrivant en huitième position. Et le fondateur de la chartreuse de Londres, sir Walter Manny (Gautier de Mauny) n’est pas un Londonien, mais un capitaine hennuyer au service du roi. Presque tous sont à la périphérie de Londres, et plusieurs de ces fondations royales sont tardives, comme celles d’Henri V (pour des ordres contemplatifs, chartreux à Sheen et brigittins à Syon) ou même comme cette anomalie qu’est l’abbaye cistercienne urbaine fondée en 1350 par Édouard III sur l’un des cimetières de la peste88. Il est d’ailleurs significatif que les deux seuls monastères intra-muros soient des monastères féminins, alors que les autres monastères ceinturent littéralement la cité : bénédictins (Westminster), clunisiens (Bermondsey), hospitaliers (New Temple, confisqué aux Templiers, et Saint John’s Clerkenwell), chartreux (Charterhouse et Sheen), chanoines augustins (St. Bartholomew à Smithfield et Southwark). Il n’est donc pas étonnant que, dans ces conditions, les établissements réguliers ne jouent qu’un rôle de second ordre à Londres.

Tableau 1 — Établissements réguliers

Westminster Middlesex Bénédictins 3 470 959
Syon Middlesex Brigittins 1 731 1431 Henri V
Sheen Surrey Chartreux 800 1414 Henri V
St. Bartholomew Smithfield Augustins 693 1123 Henri Ier
Charterhouse Smithfield Chartreux 642 1371 Sir Walter Manny
Southwark Surrey Augustins 626 1106 Guillaume de Pont de l’Arche etc.
St. Mary’s Grace East Smithfield O.C. 547 1350 Édouard III
Bermondsey Surrey Clunisiens 464 1089 Alwin Child, Londres
Holy Trinity Londres Augustines 355 1107 Reine Mathilde
St. Helen Londres Bénédictines 320 1216 Guillaume, fils de Guillaume l’orfèvre
The Minorites (Saint Clare) Middlesex Franciscaines 318 1294 Edmond, earl of Lancaster
Halliwell Middlesex Augustines 294 1127 Robert fitz Gebran,Chanoine de St.Paul
Clerkenwell Middlesex Augustines 263 1144 Jordan Fitzralph [Briset] et sa femme Muriel de Munteni
Stratford at Bow Middlesex Bénédictines 108 1122 Cristiana de Sumeri ?
Les fondations royales ou princières sont en caractères gras. Le tableau donne les informations suivantes, outre le nom et la localisation de l’établissement : l’ordre, le revenu lors de la dissolution, la date de fondation, le nom des fondateurs. Les données sont tirées de D. Knowles et N. Hadcock, Medieval Religious Houses…, op. cit.
  • 89 Jens Röhrkasten, The Mendicant Houses of Medieval London, 1221-1539, Vita Regularis. Ordnungen und (...)
  • 90 W. Page (éd.), A history of the County of London, t. 1, London within the Bars, Westminster and So (...)
  • 91 Ibid., p. 502-507.

28Les couvents des ordres mendiants89 qui ne figurent pas sur cette liste, à l’exception des clarisses, ne sont pas non plus de taille à rivaliser avec les églises paroissiales. Paradoxalement, ils sont installés en ville, du côté de la « Londres royale » pour les deux plus importants (greyfriars et blackfriars), ou à proximité immédiate de la tour de Londres (les crosiers, présents à Londres dès 1249 mais dont le couvent date de 1265) ou des murailles (les augustins, le long de la muraille nord, et les sachets près d’Aldersgate – mais ils disparaissent après 1305). Seuls les carmes et, de 1267 à 1316, les Fratres de Areno sont restés installés à la sortie ouest de la ville, où ils seront rejoints par les clarisses. L’une des raisons de ce paradoxe est le fait que la plupart de ces couvents ont été fondés ou refondés sur l’intervention du roi ou de membres de la famille royale. Jens Röhrkasten montre que dans la plupart des cas, les ordres mendiants se sont installés à Londres où ils ont rencontré un accueil favorable plus tôt qu’on ne le croyait, mais ces établissements primitifs étaient modestes et, au début au moins, les dominicains et les franciscains résidaient à Holborn, en dehors de la cité, tout comme les sachets. Pour les dominicains, l’archevêque de Canterbury, Robert Kilwardby, lui-même un dominicain, semble s’être entremis auprès d’Édouard Ier pour qu’il les patronne, obtenant ainsi les vastes terrains de Mountfichet Tower et une partie de ceux de Baynard’s Castle à Ludgate pour y bâtir un vaste couvent90. Les augustins ont été fondés magnifiquement en 1253 par Humphrey Bohun, earl of Hereford et d’Essex, tout comme les clarisses, refondées en 1281 par le frère du roi, Edmund de Lancastre, et sa femme Bianca, mais restées hors les murs. Quant aux franciscains, s’ils ont pu quitter Holborn très rapidement grâce à des marchands de Londres, ils n’avaient d’abord trouvé qu’un terrain près de la bien nommée Stinking Lane, où transitaient les carcasses des animaux tués aux Shambles : c’est grâce à la reine Marguerite de France, fille de Philippe III le Hardi et deuxième épouse d’Édouard Ier qu’ils acquirent les terrains et l’argent nécessaire à l’érection de leur grand couvent au début du xive siècle91.

29Les chapitres séculiers et les collégiales présentent une situation plus tranchée : les grandes collégiales sont des fondations royales et n’ont rien à voir avec la cité ; une seule est d’ailleurs londonienne (Saint-Martin-le-Grand). En revanche, les petites collégiales que nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer en parlant des halls des métiers, car leur fondation était souvent incluse dans les donations qui ont permis de les construire, sont assez nombreuses et sont pour la plupart dues à l’initiative de marchands de Londres. Plusieurs sont d’ailleurs liées à des églises paroissiales ou à des confréries.

Tableau 2 — Chapitres séculiers et collégiales

St. GeorgeWindsor Berkshire Collège royal (warden, 12 chanoines, 13 vicaires) 1 396 1348 Édouard III
St. Stephen, Westminster Middlesex Collège royal (Dean, 12 chanoines, 13 vicaires) 1085 1348 Édouard III
Saint-Martin-le-Grand Londres Collégiale royale (dean et 9 + 2 chanoines réduits à 2) 44790 11581503 Refondé par Henri II.Réduit par Henri VII au profit de Westminster
St. Michael Crooked Lane Londres Collège (maître et 9 chapelains) 126 1381 William Walworth, fishmonger
St. Laurence Pountney Londres Collège (maître et 7-13 prêtres) 79 1332 John Poultney, draper
Whittington’s College Londres Collège 36 1424 Rich. Whittington,Mercer
All Hallows Barking Collège (5 prêtres ?) 36 1465  ?
Guildhall Londres Collège (warden, 5-7 chapelains) 33 1368 Maire et Aldermen
Jesus Commons Londres Collège de prêtres ? 1400
St.Thomas Pont de Londres Collège : 2 prêtres et 4 clercs 1205 Peter de Colechurch
The Tower, St. Peter ad Vincula Londres Collège : recteur et 7 chapelains 1354 Édouard III
Garlickhithe, St.James Londres Collège de 7 chantry priests 1481
Mêmes informations et même source que le tableau précédent.
  • 92 Henry VII en possédait les statuts : ms Oxford Bodleian Library Bodley 448.
  • 93 C. Thomas, The Archaeology of Medieval London, op. cit., p. 48-49 pour St. Bartholomew the Great e (...)

30Restent les hôpitaux. Ce sont presque tous à l’origine des établissements religieux, mais à Londres, ils méritent un traitement particulier, car, dès le xive siècle, l’on a affaire à des fondations laïques, dans lesquelles les ecclésiastiques ne jouent qu’un rôle très secondaire, contrastant avec les grandes fondations du xiie siècle tenues par des chanoines réguliers augustiniens, comme St. Bartholomew, à proximité du prieuré. Le meilleur exemple de cette laïcisation se situe non dans Londres même, mais juste à sa porte occidentale : là, se trouvait le Savoy qui, comme on l’a vu, avait été détruit par les rebelles en 1381. C’est sur ses ruines qu’Henri VII fonde en 1505 le Savoy Hospital, destiné à cent « pauvres », placés sous la garde d’un médecin, d’un apothicaire et d’un chirurgien, sur le modèle de l’Ospedale de Santa Maria Nova à Florence92. Cette intervention royale tardive ne saurait masquer le fait que, pour les hôpitaux, si l’on excepte deux fondations importantes dues aux reines du xiie siècle et la fondation d’une léproserie par Henri III, l’initiative appartient aux marchands de Londres et même, dans bien des cas, à la municipalité londonienne : il ne s’agit pas ici seulement de charité ou de philanthropie, même si l’engagement des marchands anticipe la vague philanthropique qui caractérisera le protestantisme anglais au xvie siècle, mais bien d’une politique urbaine d’hygiène. C’est d’ailleurs celle-ci qui explique que la plupart des hôpitaux soient hors les murs. Les recherches archéologiques montrent que ces hôpitaux (dont seul St. Bartholomew à Smithfield a survécu en partie) ont été continuellement entretenus pendant le Moyen Âge93 : la dissolution des monastères portera en fait un coup très dur à la situation hospitalière de Londres.

Tableau 3 — Hôpitaux

Savoy Londres Hôpital pour 100 pauvres hommes 567 1505 Henry VII
St. Mary without Bishopsgate Moor Field Hôpital (180 lits en 1535) 504 1197 Walter et Rose Brown
St. Katharine by the Tower Londres Hôpital (pour les femmes ?) 315 1381 Mathilde de Boulogne,épouse du roi Étienne
St. Thomas Southwark Hôpital (40 lits en 1535) 309 1215 Peter des Roches, évêque de Winchester
St. Bartholomew Smithfield Hôpital pour les pauvres 305 11231420 Rahere, prêtreAutonomie
St. Thomas of Acon Hôpital 277 1191 Thomas Fitz Theobalda
Elsing : St. Mary within Cripplegate Londres Hôpital pour 100 pauvres, hommes et femmes (dont des aveugles) 193 1332 William Elsing, mercer
St. James Westminster Fondé pour 14 lépreuses 100 Vers 1100 Citizens of London
St. Anthonyb Londres Hôpital pour 12 pauvres hommes 55 Av. 12541449 Henri III
St. Mary of Bethlehem (Bedlam) Londres Hôpital pour fous et malades 40 1247 Godfrey, évêque de BethlehemSimon Fitz Mary
Syon (9 orders of Holy Angels) Brentford, Middlesex Hôpital pour 9 pauvres malades 40 ? 1446 John Somerset, médecin et chapelain d’Henry VI
Brook Street BrentwoodEssex Hôpital pour lépreux, malades 10 1163 ?
St. Mary, Domus Conversorum Londres ? Hospice pour juifs convertis, puis pour malades 1232 ?
Hackney Middlesex Léproserie 1280 Citizens of London
Hammersmith Middlesex Léproserie ? (dépendance de St. Bartholomew)
Holloway (Highgate) Islington, Middlesex Léproserie 1473 William Poole
Knightsbridge Middlesex Léproserie ?
Le Loke (St. Mary & St. Leonard) Southwark Léproserie xiie Citizens of London ?
Mile End Middlesex Léproserie (6 lits en 1529) Av.1274 Évêque de Londres ?
St Giles Holborn Pour 40 lépreux (14 pauvres 1535) 1101 Mathilde, épouse d’Henri Ier
The Papey (St. Augustine) Londres (Aldgate) Fraternité pour prêtres infirmes 1430 William Barnabie, William Oliver, John Stafford, prêtres
St. Giles Cripplegate Smithfield Fraternité pour les pauvres 1415 Henry V
Vintners’ Hall Almhouses Londres Pour 13 pauvres 1358 John Stody, vintner
St. John Baptist Londres Fraternité pour 7 pauvres et leurs femmes si besoin 1405 John ChurchmanMerchant Taylors
Whittington’s Londres Pour 13 pauvres 1424 Richard Whittington, mercer
Grocers’ Hall Londres Pour 7 vieillards 1429 Grocers
Almshouse Croydon Pour 7 pauvres des deux sexes 1445 Elias Davy, mercer
Salters’ Almshouse Londres 1455 Salters
Holy Trinity Southwark Pauvres, malades xiie Thomas Becket (?)
St Mary Rouncival Charing Cr.Westminster Pauvres 1231 Guillaume le Maréchal
Almshouse (Old St Anne’s Chapel) Westminster Pauvres femmes Av. 1509 Lady Margaret (mère d’Henry VII)
Almshouse (Gatehouse) Westminster 13 pauvres (sans leurs femmes) Av. 1509 Henry VII
Clayhanger (St. Loy, Tottenham ? Tottenham Hôpital Av.1229 ?
Les fondations royales ou princières sont en caractères gras. Le tableau indique le nom de l’hôpital, sa localisation, sa nature, son revenu lors de la dissolution, la date de fondation, le nom des fondateurs : cf. Knowles et Hadcock, Medieval Religious Houses…, op. cit., p. 310-410.
a) Le beau-frère de Becket, dont le père possédait le site sur lequel sera construit l’hôpital.
b) Transformé en école en 1449.

31L’examen du patrimoine monumental et de l’organisation urbanistique de la cité de Londres, révèle donc l’absence presque totale du pouvoir royal et de ses marques symboliques dans la ville, l’un des contrastes les plus frappants avec Paris. La puissance menaçante de la tour de Londres en acquiert une singularité d’autant plus efficace, mais elle se différencie aussi de celle qu’exprime le château comtal à Gand, le polycentrisme urbain de la Flandre ne posant pas dans les mêmes termes le problème de la capitale qui, rappelons-le, est plutôt l’exception que la règle au Moyen Âge. Les autres bâtiments royaux de Londres sont en fin de compte assez peu impressionnant, à l’exception peut-être de la King’s Wardrobe, déjà évoquée, qui est effectivement un bâtiment de dimensions importantes, et il existait aussi, épars dans la ville d’autres wardrobes utilisées par les autres membres de la famille royale, à commencer par la reine, qui pouvaient également servir de résidences occasionnelles. Et on ne peut guère y ajouter que quelques départements de l’administration royale, comme le dépôt des Rolls. De la même façon, les grands, laïcs ou ecclésiastiques, sont-ils plus présents dans les environs de la cité qu’intra-muros, du moins à partir du xive siècle. Cette absence est d’autant plus frappante que les rois d’Angleterre disposaient de résidences urbaines dans plusieurs villes anglaises. Même si les appartements de la tour de Londres et la proximité de Westminster expliquent dans une certaine mesure cette situation, elle n’en reste pas moins d’autant plus provocante par sa radicalité que les souverains ont multiplié les résidences à proximité immédiate de Londres : Eltham, Kennington, Sheen, Richmond, Rotherhithe, etc. Sans doute, s’il marque puissamment son autorité contraignante par l’architecture guerrière de la Tour, le roi s’insinue-t-il plus subtilement dans le cœur et l’esprit de ses sujets par son association, au reste assez lâche, avec la cathédrale. Mais ici aussi subsiste une certaine ambiguïté, car la cathédrale Saint-Paul n’est pas intimement liée à la cité, qu’elle dépasse d’ailleurs, puisqu’elle dessert aussi un diocèse étendu, auquel certaines manifestations, telles que les processions de l’Ascension, sont dévolues, et où certains des événements qui y sont mis en scène ont clairement une ampleur nationale, à commencer par les prédications de la Croix de Saint-Paul.

  • 94 Sont foreign ceux qui ne sont pas free of the city of London, soit plus de la moitié de la populat (...)
  • 95 F. Rexroth, Deviance and Power in Late Medieval London, Cambridge, Cambridge University Press, 200 (...)
  • 96 En ce sens, Londres réunit les capacités à la fois d’Amsterdam et de Paris, si l’on se réfère à l’ (...)

32Londres possédait deux des monuments les plus imposants du Moyen Âge européen : son immense cathédrale, dont la flèche était la plus haute d’Europe, et la massive tour de Londres. Et pourtant, ce qui marque la cité, et cela avec une force croissante du xive au xvie siècle, c’est l’emprise de son oligarchie marchande : les halls des métiers et des professions, par leur nombre et par l’ampleur de certains d’entre eux, sont la plus évidente de ces marques. Mais ici aussi, les édifices religieux servent à transmettre visuellement et spatialement le message civique : ce ne sont ni la cathédrale, ni de vastes églises, collégiales ou autres, mais cette multitude d’églises paroissiales, petites, parfois très petites, mais dont beaucoup semblent avoir été richement décorées, grâce aux confréries derrière lesquelles on retrouve les paroissiens et, encore une fois, les métiers. Les petites collégiales sont elles aussi associées aux métiers. Les plus prestigieuses des grandes demeures servent indifféremment aux nobles, aux prélats ou aux plus grands marchands, ce qui est en soi une preuve de la richesse et du statut social réel de ces derniers. Et les nombreux hôpitaux témoignent du souci du bien commun qui anime les plus généreux membres de l’élite dominante. Car, bien sûr, domination il y a, et ce marquage n’est pas seulement destiné aux marchands londoniens pour qu’ils se rassurent par leur propre image, il s’adresse aussi – surtout ? – aux pauvres, aux marginaux94 et aux étrangers, dans le double sens que prend le mot foreign à Londres95. Enfin, il s’adresse aussi à l’absent, c’est-à-dire au roi, pour lui rappeler que, s’ils sont bien ses sujets, les Londoniens et particulièrement les marchands entendent bien garder leur autonomie. Capitale imparfaite, Londres n’en sera que mieux armée pour accumuler le capital qui fera la révolution industrielle et l’essor maritime et colonial de l’Angleterre96.

Notes

1 En fait, ces bâtiments ont été largement restaurés à plusieurs reprises : St. Giles, dont l’architecture est celle de l’église reconstruite en 1394, a brûlé en 1545 et a été bombardée par les Allemands en 1940, comme d’ailleurs la chapelle du Temple.

2 Voir www.history.ac.uk/cmh/main. Signalons notamment une étude exemplaire, B. Campbell et al., « A Medieval Capital and its Grain Supply. Agrarian Production and Distribution in the London Region c. 1300 », Historical Geography Research Series, 30, 1993. L’étude montre que, sur le plan économique, Londres domine une vaste « région » constituée des comtés d’Essex, du Kent, Bedfordshire, Berkshire, Buckinghamshire, Hertfordshire, Middlesex, Northamptonshire, Oxforshire, Surrey.

3 J. Schofield, London 1100-1600. The Archaeology of a Medieval Capital, Londres, Equinox, 2011. Le Museum of London Archaeology Service a publié de nombreuses monographies. Voir aussi Christopher Thomas, The Archaeology of Medieval London, Stroud, Sutton, 2002.

4 La description est une sorte de préface à la vie de Thomas Becket : J. C. Robertson, J. B. Sheppard (éd.), Materials for the History of Thomas Becket, Londres, Longman, 1875-1885, 7 vol., t. 3, p. 2-13. Cf. F. Stenton, Norman London, Londres, G. Bell and Sons, 1934, p. 25-35, et C. N. L. Brooke, London, 800-1216. The Shaping of a City, Londres, Secker & Warburg, 1975, p. 112-121, ainsi que J. Scattergood, « Misrepresenting the City: Genre, Intertextuality and William FitzStephen’s Description of London (c. 1173) », dans J. Boffey, P. King (éd.), London and Europe in the Later Middle Ages, Londres, Centre for Medieval and Renaissance Studies (Queen Mary and Westfield College, 9), 1995, p. 1-34.

5 John Stow, The Survey of London, Londres, 1598, révisé en 1603 : l’édition utilisée ici est celle publiée en 1994 par l’éditeur Alan Sutton avec une introduction d’A. Fraser, fac-similé de celle de 1902, comprenant l’introduction et les notes critiques d’H. Morley.

6 John Schofield, The London Surveys of Ralph Treswell, Londres, London Topographical Society, 1987.

7 Selon B. Campbell et al., « A Medieval Capital… », art. cité, p. 44-45, la population de Londres est supérieure à 70 000 en 1300 et aurait même pu atteindre 100 000 habitants, pour une population totale de 4 millions (au lieu du chiffre de 6 millions souvent avancé).

8 G. Rosser, Medieval Westminster 1200-1540, Oxford, Clarendon Press, 1989.

9 J.-P. Genet, « Londres est-elle une capitale ? », dans Les villes capitales au Moyen Âge. 36e Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur, Istanbul, 2005, Paris, 2006, p. 155-184 ; voir aussi les observations de M. Ormrod, « Competing Capitals? York and London in the Fourteenth Century », dans S. Rees Jones, R. Marks, A. J. Minnis (éd.), Courts and Regions in Medieval Europe, Woodbridge, York Medieval Press, 2000, p. 75-98.

10 C. Liddy, « The Rhetoric of the Royal Chamber in Late Medieval London, York and Coventry », Urban History, 29/3, 2002, p. 323-349 : selon Camden, l’expression remontait aux temps anglo-saxons, mais sa première apparition dans les sources date de 1328.

11 D. Keene, « Metropolitan C: London as a City-State », Historical Research, 77/198, 2004, p. 460-480.

12 C. Barron, London in the Later Middle Ages. Government and People, 1200-1500, Oxford, Oxford University Press, 2004 ; voir aussi l’excellente case study qu’est son « The Quarrel of Richard II with London 1392-1397 », dans F. R. H. Du Boulay, C. Barron (éd.), The Reign of Richard II. Essays in Honour of May McKisack, Londres, Athlone Press, 1971, p. 173-201.

13 C. Thomas, The Archaeology of Medieval London, op. cit., p. 127.

14 C. Barron, London in the Later Middle Ages…, op. cit., p. 16-18 sur le rôle militaire de Londres.

15 St. Bride’s Inn, extérieur à la muraille sur la rive gauche de la Fleet. Sur la résidence royale à Coldharbour II et les wardrobes royales, voir infra ; par ailleurs, Édouard II avait acquis vers 1317, pour la donner à son épouse, la tour Servat, une tour crénelée construite au bord du Wallbrook au sud de la Poultry par un M. P., sir William Servat, mais, à partir de 1367, elle n’a plus d’usage royal : J. Schofield, London Medieval Houses, New Haven, Yale University Press, 1994, p. 169.

16 La forteresse dépendait au xiiie siècle de la famille Fitzwalter. Selon une tradition controversée, Fitzwalter devait le service militaire de 19 chevaliers à la cité de Londres et recevait du maire de Londres la bannière de la cité : cf. M. D. Lobel, The City of London from Prehistoric Times to c.1520, Oxford, Oxford University Press, 1989, p. 59-62.

17 Les autres prisons royales de Londres, la Marshalsea et la prison du King’s Bench, sont également en dehors de la cité, à Southwark : elles seront l’une et l’autre forcées par les rebelles en 1381 : cf. J. Stow, The Survey of London, op. cit., p. 377.

18 Voir S. Cassagnes-Brouquet, « Le pont de Londres, une œuvre d’art et un lieu de pouvoir », dans A.-M. Flambard-Héricher (éd.), Les lieux de pouvoir au Moyen Âge en Normandie et sur ses marges, Caen, Publications du CRAHM, 2006, p. 71-91, et C. P. Christianson, Memorials of the Book Trade in Medieval London. The Archives of Old London Bridge, Cambridge, D. S. Brewer, 1987.

19 C. Barron, London in the Later Middle Ages…, op. cit., p. 50-51 ; sur le pont, B. Watson, T. Brigham, A. Dyson, London Bridge. 2000 Years of River Crossing, Londres, Museum of London Archaeology Service, 2001. Voir V. Harding, L. Wright (éd.), London Bridge. Selected Accounts and Rentals 1381-1538, Londres, London Record Society, 1995.

20 G. Milne, The Port of Medieval London, Stroud, Tempus, 2003, p. 75-80, et C. Thomas, The Archaeology of Medieval London, op. cit., p. 128-130, pour les quais de pierre à Trig Lane.

21 Les archéologues ont notamment fouillé St. Olave’s Dock, construit à la fin du xive siècle, qui avait 32 mètres de long sur 6 de large avec des bâtiments en pierre construits sur des arcades et, plus loin à l’est, un vaste cellier : cf. C. Thomas, The Archaeology of Medieval London, op. cit., p. 116.

22 Mais les changements climatiques ont provoqué des variations considérables dans l’amplitude des marées, d’environ deux mètres en l’an mil à quatre vers 1450 (et huit en 2000) : cf. G. Milne, The Port of Medieval London, op. cit., p. 146.

23 Le quai et son entrepôt à arcades sont visibles, avec l’amorce du pont de Londres, sur le frontispice d’un manuscrit flamand des poèmes de Charles d’Orléans, exécuté pour Édouard IV, mais terminé pour Henri VII : Londres, British Library Royal 16 F 2.

24 À l’est, tout près d’Aldgate, se trouvait le vaste jardin dépendant de Blanch Allerton Manor (possédé sous Richard II par sir Thomas Roos), qui avait le statut de sanctuaire, comme certaines églises. Aussi cet espace apparemment vide était-il peuplé de toutes sortes de réprouvés et d’exclus, dont certains tenaient même boutique : H. B. Wheatley, London Past and Present. Its History, Associations and Traditions. Based upon the Handbook of London by the Late Peter Cunningham, Londres, J. Murray, 1891, p. 203-204.

25 D. Keene, V. Harding, Historical Gazetteer of London before the Great Fire: 1. Cheapside, Cambridge,  Chadwyck-Healey, 1987.

26 West Cheap était la rue des mercers et des haberdashers. East Cheap était un marché aux viandes, les maisons des bouchers avec chacune son étal sur la rue, bordant celle-ci des deux côtés. Au Moyen Âge, il y avait encore des cook shops, mais elles avaient disparu au xvie siècle.

27 Il s’agit de l’une des croix d’Éléonore de Castille, mais celles-ci n’avaient rien d’exceptionnel, puisque Édouard Ier les avait fait édifier en 1290 à chacune des douze étapes observées par le cortège funéraire de son épouse, de Lincoln à Westminster : J. Steane, The Archaeology of the Medieval English Monarchy, Londres, Batsford, 1993, p. 48-53. Il y avait une autre croix, Old Cheap Cross, mais presque rattachée à St. Michael le Querne (où Stow fait aussi massacrer Stapledon, cf. infra).

28 J. Stow, The Survey of London, op. cit., p. 260.

29 C. Barron, London in the Later Middle Ages…, op. cit., p. 18 ; J. Stow, The Survey of London, op. cit., p. 121.

30 A. F. Sutton, « The Tumbling Bear and Its Patrons: A Venue for the London Puy and Mercery », dans J. Boffey, P. King (éd.), London and Europe in the Later Middle Ages, op. cit., p. 85-110, d’après le Letter Bk D, traduit dans H. T. Riley (éd.), Memorials of London and London Life, Londres, Longmans, Green and Co., 1868, p. 105-107.

31 C. Barron, London in the Later Middle Ages…, op. cit., p. 152.

32 Pour cette entrée, voir F. Taylor, J. S. Roskell (éd.), Gesta Henrici Quinti, Oxford, Clarendon Press, 1975, p. 101-115, et J.-P. Genet, La genèse de l’État moderne. Culture et société politique en Angleterre, Paris, PUR, 2003, p. 122-126.

33 J. Schofield, London Medieval Houses, op. cit., p. 51-52.

34 Plan ibid., p. 202.

35 C. Barron, « Centres of Conspicuous Consumption: The Aristocratic Town House in London, 1200-1550 », The London Journal, 20, 1995, p. 1-16.

36 J. Schofield, London Medieval Houses, op. cit., p. 226 : le site a été fouillé en 1880 et en 1966 ; J. Stow, The Survey of London, op. cit., p. 322.

37 J. Schofield, London Medieval Houses, op. cit., p. 202 ; un temps attribué comme wardrobe à l’épouse d’Henri IV, la reine Jeanne de Navarre.

38 Ibid., p. 181.

39 Ibid., p. 179.

40 Cf. H. M. Hansen, « The Peasant’s Revolt of 1381 and the Chronicles », Journal of Medieval History, 6, 1980, p. 393-415.

41 C’est aujourd’hui le site du College of Arms, auquel il a été donné en 1555.

42 Pour Coldharbour II, J. Schofield, London Medieval Houses, op. cit.…, p. 41.

43 Henry VIII y construira un palais qu’il n’occupera que quelques années et qui sera donné en 1553 à la cité pour y installer des pauvres (et plus tard les femmes de mauvaise vie).

44 Il ne subsiste pas de maisons médiévales londoniennes : celles qui ont survécu à Holborn sont d’un niveau supérieur ; d’ailleurs, leur état actuel est celui – très altéré – d’une reconstruction de la fin du xvie siècle. Rien ne prouve que celles que les gravures (Cheapside), les dessins (Hart Street) ou les photographies (Gray’s Inn Lane, Cloth Fair) permettent d’entrevoir soient médiévales : J. Schofield, London Medieval Houses, op. cit., passim.

45 J. Stow, The Survey of London, op. cit., p. 247 et 186-187.

46 S. L. Thrupp, The Merchant Class of Medieval London (1300-1500), Ann Arbor, University of Michigan Press, 1977 [1948], p. 345-346.

47 Voir les reproductions dans P. Davie, Lost London 1870-1945, Amersham, Trans Atlantic, 2009.

48 J. Stow, The Survey of London, op. cit., p. 236-237.

49 D. Bowsher et al., The London Guildhall, Londres, Museum of London Archaeology Service, 2007, 2 vol.

50 Pour l’utilisation de la bibliothèque du Guildhall et de la documentation officielle londonienne, voir A. Gransden, Historical Writing in England c. 1307 to the Early Sixteenth Century, Londres, Routledge et Kegan Paul, 1982, p. 227-237, et l’introduction à A. H. Thomas, I. D. Thornley (éd.), The Great Chronicle of London, Londres, G. W. Jones, 1938.

51 Construite en 1419 grâce à un draper, Simon Eyre, mais l’argent laissé à sa mort en 1459 ne fut pas utilisé conformément à ses vœux et servit en fait à fonder en 1460 une fraternité de La Trinité pour 60 prêtres : D. Knowles, R. Neville Hadcock, Medieval Religious Houses. England ans Wales, Londres, Longman, 1971 [1953], p. 431.

52 C. Thomas, The Archaeology of Medieval London, op. cit., p. 122-126.

53 Cf. Campbell et al., « A Medieval Capital… », art. cité : le tableau des coûts de transport montre l’importance de l’axe de la Tamise : la limite des 6.3 pence va de Douvres à Yarmouth et jusqu’à Oxford. Cambridge est à 9.3, mais en passant par Lynn et par la mer, pas par la voie terrestre qui serait encore plus chère.

54 I. Archer, C. Barron, V. Harding (éd.), Hugh Alley’s Caveat. The Markets of London in 1598, Londres, London Topographical Society, 1988.

55 D. Bowsher et al., The London Guildhall, op. cit., t. 2, p. 382-388.

56 Voir le chapitre 6, « Un cursus honorum londonien », de S. Cassagnes-Brouquet, L’art en famille. Les milieux artistiques à Londres à la fin du Moyen Âge (1350-1530), Turnhout, Brepols, 2005, p. 139-160, qui analyse bien la complexité des structures des métiers londoniens et les tensions qu’elles engendrent.

57 La liste est donnée par S. L. Thrupp, The Merchant Class of Medieval London, op. cit., p. 6 : au xive siècle, les mercers, les grocers (épiciers), les drapers, les fishmongers (poissonniers), les goldsmiths (orfèvres), les skinners (fourreurs), les tailors et les vintners (marchands de vin qui avaient aussi le monopole des 354 tavernes réputées exister à Londres en 1309), auxquels s’ajoutent les ironmongers (quincaillers, c’est-à-dire les marchands de métaux), les salters (marchands de sel) et les haberdashers (les merciers qui vendent la mercerie en dehors de Londres, à la différence des mercers qui, de fait, s’occupent de plus en plus de vendre les tissus anglais).

58 A. F. Sutton, « Merchants, Music and Social Harmony: The London Puy and its French and London Contexts, c. 1300 », London Journal, 17, 1992, p. 1-17.

59 Les tenures sur lesquelles elle s’élève, le long d’Ironmonger Lane, près de St. Martin Pomary, autrefois propriétés du juif Hagin, fils de Moïse, ont été données à la reine Eléonore de Castille vers 1280, puis ont appartenu à plusieurs grands personnages (Otto de Grandison, l’earl de Lincoln et Piers de Gaveston) avant de passer au Prince Noir. Au xve siècle, la Couronne la loue : voir D. Keene, V. Harding, Historical Gazeteer of London before the Great Fire, op. cit., p. 159-168.

60 A. F. Sutton, The Mercery of London. Trade, Goods and People, 1130-1578, Aldershot, Ashgate, 2005, p. 70-74 et 176-177.

61 Les cordwainers acquièrent un terrain en 1393, les carpenters en 1426, les armourers et braziers en 1428, les shearmen en 1456, les haberdashers en 1458, les pewterers en 1486, etc.

62 J. Schofield, London Medieval Houses, op. cit., p. 44.

63 Ibid., plan p. 47 ; M. Davies, A. Saunders, The History of the Merchant Taylors’ Company, Leeds, Maney, 2004.

64 H. Ringrose, The Inns of Court. An Historical Description of the Inns of Court and Chancery of England, Oxford, R. L. Williams, 1909, et E. Williams, Early Holborn and the Legal Quarter of London. A Topographical Survey, Londres, Sweet & Maxwell, 1927, 2 vol.

65 P. Brand, « Legal Education in England before the Inns of Court », dans J. A. Bush, A. Wijffels (éd.), Learning the Law. Teaching and the Transmission of Law in England, 1150-1900, Londres/Rio Grande, Hambledon Press, 1999, p. 51-84, et « Courtroom and Schoolroom: The Education of Lawyers in England prior to 1400 », Historical Research, 60/142, 1987, p. 146-165 ; voir aussi J.-P. Genet, « L’enseignement de la common law en Angleterre : enseigner le droit national en langue étrangère », dans H. Hugonnard-Roche (dir.), L’enseignement supérieur dans les mondes antiques et médiévaux, Paris, Vrin, 2008, p. 69-85.

66 Reproduit dans J. Schofield, London Medieval Houses, op. cit., p. 184.

67 D. Bowsher et al., The London Guildhall, op. cit., t. 2, p. 388-391.

68 P. Coss, The Foundations of Gentry Life, Oxford, Oxford University Press, 2010, p. 54-74.

69 Derek Keene, Arthur Burns, Andrew Saint (éd.), St Paul’s. The Cathedral Church of London 604-2004, New Haven, Yale University Press, 2004.

70 Derek Keene, Arthur Burns, Andrew Saint (éd.), St Paul’s…, op. cit., p. 33-34 ; pour l’école, A. F. Leach, « The Ancient Schools in the City of London », dans W. Besant (éd.), London City, Londres, A. & C. Black, 1910, p. 117-126, mais voir aussi H. Kleineke, « The Schoolboy’s Tale: A Fifteenth-Century Voice from St Paul’s School », dans C. Burgess, M. Davies, A. Prescott (éd.), London the Church and the Kingdom. Essays in Honour of Caroline M. Barron, Donington, Shaun Tyas, 2008, p. 146-159.

71 Mais il semble que le tabou soit valable dans les autres « capitales » : il en va de même à Paris, à Naples, à Milan, à Prague, à Barcelone, à Lisbonne, etc.

72 Voir A. Fehrmann, Grab und Krone. Königsgrabmäler im mittelalterlichen England und die posthume Selbstdarstellung der Lancaster, Munich, Deutsch Kunstverlag, 2008.

73 A. Hamilton Thompson, The English Clergy and their Organization in the Later Middle Ages, Oxford, Clarendon Press, 1947, p. 83.

74 Derek Keene, Arthur Burns, Andrew Saint (éd.), St Paul’s…, op. cit., p. 36-37.

75 Ibid., p. 35.

76 M.-H. Rousseau, Saving the Souls of Medieval London. Perpetual Chantries at St. Paul’s Cathedral, c.1200-1548, Londres, Ashgate, 2012. Le nombre des chantries est indicatif, il évolue sans cesse : il diminuait dans la mesure où, le capital ayant permis de les fonder se dévaluant, l’évêque les amalgamait pour assurer aux chapelains un niveau de vie décent, tandis qu’en apparaissait sans cesse de nouvelles.

77 Les sermons médiévaux n’ont pas été étudiés systématiquement : voir M. McLure, The Paul’s Cross Sermons 1534-1642, Toronto, University of Toronto Press, 1958, et M. Morrissey, Politics and the Paul’s Cross Sermons, 1558-1642, Oxford, Oxford University Press, 2011.

78 Par exemple, les sermon du 26 juin 1356 et du 22 janvier 1357, Quodcumque dixerit vobis facite (Ioh.II.5), deux sermons antimendiants : A. Gwynn, « The Sermon Diary of Richard Fitzralph, Archbishop of Armagh », Royal Irish Academy Proceedings, 46/C, 1937, p. 1-57.

79 A sermon had at Paulis upon quinquagesom Sonday concernynge certayne heretickes, imprimé par Thomas Berthelet en 1526 (STC 10892, 10892.4 et 10892.7), dans C. A. Hatt (éd.), English Works of John Fisher, Bishop of Rochester (1469-1535), Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 145-174 : ce sermon a été prêché le 11 février 1526 pour l’abjuration de leurs erreurs par Robert Barnes et quatre marchands du Steelyard coupables d’avoir introduit en fraude des Bibles interdites. John Fisher a aussi prêché dans la cathédrale : This sermon folowynge was compyled and sayd in the Cathedrall chyrche of Saynt Poule the body beynge present of the moost famouse prynce King Henry VII, imprimé par Wynkyn De Worde en 1509 (STC 10900 et 10901), dans J. E. B. Mayor (éd.), The English Works of John Fisher, Londres, N. Trübner (Early English Text Society, Extra Series, XXVII), 1876, p. 268-288.

80 Selon Polydore Virgile et Sir Thomas More, il se serait laissé convaincre de prêcher à St. Paul’s Cross le 22 juin 1483, mais serait mort peu après du chagrin d’avoir plaidé une cause aussi abominable : voir H. Ellis (éd.), Polydore Vergil’s English History, Londres, Camden Society, 1844, p. 183-185.

81 Peter W. M. Blayney, The Bookshops on Paul’s Cross Churchyard, Londres, The Bibliographical Society, 1990.

82 In the end, perhaps Londoners felt that St.Paul’s belonged more to the nation at large than it belonged to them […], Derek Keene, Arthur Burns, Andrew Saint (éd.), St Paul’s…, op. cit., p. 44. Voir aussi l’analyse d’une procession civique (de 1535 il est vrai) par Clive Burgess, « London, the Church and the Kingdom », dans London the Church and the Kingdom…, op. cit., p. 98-117.

83 B. Harvey, Westminster Abbey and its Estates in the middle Ages, Oxford, Clarendon Press, 1977, p. 47, citant la confirmation de l’évêque de Londres, Gilbert Foliot.

84 Ce n’est pas à proprement parler une église paroissiale : cette enclave territoriale dépendant directement de l’archevêque de Canterbury était la deuxième église de Londres par l’importance – manifestée par sa flèche et ses célèbres cloches – et le siège du tribunal ecclésiastique de l’archevêque, la Court of Arches.

85 J. Arnold, Dean John Colet of St. Paul’s. Humanism and Reform in early Tudor England, Londres, I. B. Tauris, 2007.

86 D. Bowsher et al., The London Guildhall, op. cit., t. 2, p. 391-395, pour la fouille des restes de deux églises paroissiales, St. Lawrence Jewry et St. Michael Bassishaw : très petites à l’origine, elles avaient été agrandies au xive siècle avec une rangée de déambulatoires de chaque côté de la nef et, dans le cas de St. Michael, une tour ; C. Thomas, The Archaeology of Medieval London, op. cit., p. 56-57, pour Saint Mary Overie, une église fondée en 1106.

87 D. Péricard-Méa (dir.), De la Bohême jusqu’à Compostelle. Aux sources de l’idée d’union européenne (introd. de M. Nejedly), Biarritz/Paris, Atlantica, 2008, p. 178.

88 Voir C. Thomas, The Archaeology of Medieval London, op. cit., p. 144-146 pour une mise au point sur les remarquables fouilles du cimetière où ont été récupérés 753 squelettes (photographie p. 114), sans compter le cadavre décapité de sir Simon Burley.

89 Jens Röhrkasten, The Mendicant Houses of Medieval London, 1221-1539, Vita Regularis. Ordnungen und Deutungen religiosen Lebens im Mittelalter, 21, Münster, Lit, 2004.

90 W. Page (éd.), A history of the County of London, t. 1, London within the Bars, Westminster and Southwark, Londres, Constable, 1909, p. 498-502 (www.british-history.ac.uk, consulté le 30/08/2013).

91 Ibid., p. 502-507.

92 Henry VII en possédait les statuts : ms Oxford Bodleian Library Bodley 448.

93 C. Thomas, The Archaeology of Medieval London, op. cit., p. 48-49 pour St. Bartholomew the Great et surtout p. 97-103 pour St. Mary without Bishopsgate, reconstruit au milieu du xiiie siècle : son infirmerie faisait 60 m. de long et l’hôpital possédait un énorme cimetière. Ses puits ont livré près de 2 000 morts de la fin du xiiie siècle, victimes d’une grave épidémie non identifiée, un demi-siècle avant la peste noire. Entre 1300 et 1350, un vaste charnier a été construit.

94 Sont foreign ceux qui ne sont pas free of the city of London, soit plus de la moitié de la population. Et il y a bien sûr les « vrais » étrangers, qui n’ont pu ou voulu obtenir des lettres de denization : on les pensait peu nombreux (Sylvia Thrupp parle de 3 % de la population), mais l’édition récente d’un document jusque-là ignoré et l’étude qui l’introduit (J. L. Bolton, The Alien Communities of London in the Fifteenth Century. The Subsidy Rolls of 1440 and 1483-1484, Stamford, Richard III & Yorkist History Trust in association with Paul Watkins, 1998) incitent à penser à un chiffre de 5 % à 6 %, ce qui permet de beaucoup mieux comprendre l’intensité meurtrière de l’Evil May Day de 1517.

95 F. Rexroth, Deviance and Power in Late Medieval London, Cambridge, Cambridge University Press, 2007 [Das Milieu der Nacht. Obrigeit und Randgruppen im spätmittelatlerlichen London, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1999].

96 En ce sens, Londres réunit les capacités à la fois d’Amsterdam et de Paris, si l’on se réfère à l’opposition typologique de Charles Tilly, Coercion, Capital, and European States, A.D. 990-1990, Cambridge, Blackwell, 1992 [trad. fr. 1995] ; id. « Entanglements of European Cities and States », dans C. Tilly, W. P. Blockmans, Cities and the Rise of States in Europe, A.D. 1000 to 1800, Boulder, Westview Press, 1994, p. 1-28.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540