Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clisthène et Lycurgue d’Athènes

 | 
Vincent Azoulay
, 
Paulin Ismard

Revisiter les normes du « modèle athénien ». Le politique élargi

Les dèmes, lieux de citoyenneté, lieux de conflits

Évelyne Scheid-Tissinier

Texte intégral

1L’un des aspects fondamentaux de la construction clisthénienne est l’institutionnalisation des dèmes telle qu’elle fut voulue et mise en œuvre par le réformateur, mesure qui eut pour conséquence de conférer à ces unités territoriales une dimension nouvelle. Les dèmes devenaient ainsi les cellules civiques, au nombre de 139 à l’époque classique, de cet ensemble politique qu’est la cité.

  • 1 Sur l’analyse des motivations qui ont inspiré ses réformes à Clisthène, voir entre autres Kagan 19 (...)
  • 2 Hérodote, V, 66 : τὸν δῆμον προσεταιρίζεται ; V, 69 : τὸν 'Αθηναίων δῆμον πρὸς τὴν ἑαυτοῦ μοῖραν π (...)
  • 3 [Aristote], Constitution des Athéniens, 21 : ὁ δῆμος ἐπίστευε.

2Sans revenir sur l’évocation des motifs politiques qui ont pu conduire l’Alcméonide, dans sa stratégie de conquête du pouvoir, à remodeler comme il l’a fait les cadres administratifs de l’Attique1, il n’est pas inutile de rappeler un certain nombre de points concernant sa manière de procéder. Tout d’abord, le fait que sa tactique a été de se ménager l’adhésion et l’accord de la population, et non pas d’user à son égard de contrainte et de violence, comme le signalent à la fois Hérodote et Aristote. Clisthène, selon les formules célèbres employées par Hérodote, « mit le peuple dans son hétairie » ou « mit de son côté le peuple des Athéniens2 », tandis qu’Aristote affirme que « le peuple avait confiance en lui3 ».

  • 4 Hérodote, V, 69 : δέϰαχα δὲ ϰαὶ τοὺς δήμους ϰατένειμεν ἐς τὰ φυλάς.

3Cette adhésion du dêmos, bien dans la tradition qui avait assuré quelques décennies auparavant le succès de Pisistrate, a sans aucun doute favorisé la mise en place des nouvelles institutions. Clisthène, précisent les mêmes sources, fit effectivement passer le nombre des phulai, des tribus, de quatre à dix puis « il distribua les dèmes entre les tribus en dix groupes4 ». Aristote mentionne lui aussi l’instauration des dix tribus puis « la division de l’ensemble du territoire, de la chôra en trente groupes de dèmes ».

  • 5 [Aristote], Constitution des Athéniens, 21, 5, évoquant en effet les quatre tribus ioniennes, chac (...)
  • 6 [Aristote], Constitution des Athéniens, 21, 3. Les sources faisant état de ces naucraries et du rô (...)

4Le second point est que les innovations s’appliquent à des structures déjà existantes, qu’il s’agisse des tribus, des trittyes5 mais aussi des dèmes. C’est ce qui ressort de la phrase d’Hérodote qui mentionne la répartition des dèmes entre les tribus. Certes, Aristote affirme que Clisthène « a créé (les dèmes) à la place des naucraries », en même temps que les démarques étaient institués « pour occuper les fonctions qui étaient auparavant celles des naucrares6 ». Les dèmes et les démarques auraient donc pris le relais d’institutions préexistantes, et les dèmes se trouvaient ainsi pourvus d’un statut nouveau.

  • 7 [Aristote], Constitution des Athéniens, 21, 4-5 : δήμοτας ἐποίησεν ἀλλήλων τοὺς οἰϰοῦντας ἐν ἑϰάστ (...)
  • 8 [Aristote], Constitution des Athéniens, 21, 5-6 : Προσηγόρευσε δὲ τῶν δήμων τοὺς μὲν ἀπὸ τῶν τόπων (...)

5Clisthène, précise effectivement Aristote, 1) « rendit concitoyens de dèmes (démotes) ceux qui habitaient dans chacun des dèmes, 2) fit en sorte « qu’ils s’appellent d’après leur dème ». Avec la conséquence suivante : « De là vient que les Athéniens se nomment encore d’après leur dème7. » L’insistance est mise sur la rupture avec le passé qui a été ainsi introduite. 3) Enfin, il « donna leur nom aux dèmes, soit d’après leur emplacement, soit d’après leurs fondateurs ; car tous ne se trouvaient plus dans les emplacements8 ».

  • 9 Lysias, Pour Polystratos (20), 12. La double appartenance à sa famille et à sa communauté locale q (...)

6Il ne s’agit donc pas d’une simple réorganisation administrative centralisée de l’ensemble du territoire, visant à permettre le recensement des citoyens. Les habitants d’un même dème se découvrent unis par un ensemble d’obligations et de droits nouveaux. Chacun se trouve à la fois membre de sa famille et membre de son dème, et le lien que crée cette nouvelle appartenance commune s’incarne dans le port du démotique qui vient s’adjoindre au patronyme. Le substantif dêmotês qui surgit alors désigne désormais le lien puissant et héréditaire qui unit entre eux les membres d’un même dème. Les dèmes ne sont pas un simple ensemble de petites communautés juxtaposées, mais constituent le premier niveau de cette construction politique qu’est la cité. Celui qui est admis comme démote dans son dème est reconnu par ce fait même comme un membre de la communauté des Athéniens, ou, pour le dire autrement, les Athéniens le sont d’abord à travers leur dème. Une réflexion formulée par le fils de Polystratos qui défend son père, accusé d’avoir été un proche de Phrynichos, et d’avoir fait comme lui partie des Quatre-Cents lors de la révolution oligarchique de 411, éclaire ce lien : « Mon père, fait remarquer le plaideur, était du même dème (que Phrynichos), c’est vrai : ce n’est pas une raison pour qu’il soit frappé, ou alors vous êtes coupables, vous aussi, parce que vous êtes de la même cité9. »

Les dèmes entre rupture et continuité

  • 10 Pour ce qui est de l’existence des dèmes avant la réforme de Clisthène, voir Whitehead 1986, p. 11 (...)
  • 11 Aristote, Politique, 1252b.
  • 12 Thucydide, I, 5, qui décrit également les Étoliens vivant encore au ve siècle « dans des bourgades (...)
  • 13 Hésiode, Les travaux et les jours, v. 639.
  • 14 Hésiode, Les travaux et les jours, v. 35-36.
  • 15 Hésiode, Les travaux et les jours, v. 38-39 ; v. 219-221, v. 250.
  • 16 Hésiode, Théogonie, v. 88-89 : λαοῖς βλαπτομμένοις.

7Il est évident que, avant l’intervention clisthénienne, la chôra de l’Attique était peuplée d’un ensemble de bourgades semblables à ces kômai, dans lesquelles les auteurs classiques voient les plus anciens établissements humains10. Aristote considère ainsi les kômai comme la première « association » humaine, la première koinônia, qui aurait dépassé le cadre de la famille et réuni plusieurs familles11, alors que Thucydide, décrivant les débuts de la Grèce, évoque des communautés dépourvues de remparts et « installées par bourgades, par kômai12 ». La première kômê qui se trouve évoquée par une source littéraire renvoie au tout début du viie siècle. C’est le bourg d’Ascra, en Béotie, la kômê où le père d’Hésiode est venu s’installer sur la pente de l’Hélicon13. Un des aspects sur lesquels insiste Hésiode est le besoin de justice qui émane de ces communautés. Le règlement des conflits semblables à la querelle d’héritage qui a opposé Hésiode à son frère Persès14 est ainsi du ressort des rois-juges, des basileis, les nobles locaux dont le poète a largement dénoncé la corruption et l’incompétence15. Ce qui explique les louanges qu’il adresse par contraste aux rois sages, les juges exceptionnels qui savent offrir par le seul effet de leur sentence une juste revanche « aux homme lésés16 ».

  • 17 [Aristote], Constitution des Athéniens, 16, 4-5 : « C’est dans ce dessein aussi qu’il établit les (...)
  • 18 Ce thème de la ruralité, voire de la rusticité des dèmes opposés à la ville, à l’astu, lieu de cul (...)

8La situation de l’Attique à la fin du vie siècle ne peut évidemment se comparer tout à fait à celle de la Béotie près de deux siècles plus tôt. La législation de Solon a donné aux citoyens athéniens un certain nombre de garanties. Néanmoins, la création opérée par Pisistrate vers le milieu du vie siècle de juges de dèmes itinérants17, qui font la tournée de la chôra pour répondre aux besoins de « ceux qui avaient des différends », laisse transparaître un désir de justice locale auquel le tyran a cherché à répondre. Il l’a fait en mettant en place une autorité qui émanait d’un pouvoir central surplombant et échappait de ce fait à l’emprise des influences locales. Si l’on suit Aristote, le propos de Pisistrate était de s’assurer une certaine stabilité politique en dissuadant les paysans de quitter la campagne, la chôra, et leurs terres pour se rendre en ville, dans l’astu, et se mêler de surcroît d’activités politiques qui ne les regardaient pas18.

  • 19 Sous l’archontat de Lysikratès : [Aristote], Constitution des Athéniens, 26, 3. L’emploi de l’arti (...)
  • 20 [Aristote], Constitution des Athéniens, 53, 2 : ϰατὰ δήμους περιόντες ἐδίϰαζoν. Après 403, en rais (...)

9Il n’en reste pas moins que les juges de dèmes sont chargés de faire la tournée de bourgades qui, toutes rustiques qu’elles soient, ont une existence suffisamment reconnue pour que les juges s’y arrêtent et y siègent. On peut d’autre part considérer que ces entités territoriales portaient déjà le nom de dème, à moins d’imaginer que leur nom s’est perdu et qu’Aristote commet un anachronisme en parlant de dèmes. D’autant plus que ces juges de dèmes, qui disparaissent pendant un certain temps (peut-être après avoir été supprimés en 510, au moment de la chute des Pisistratides), sont rétablis en 453-45219. Leur nombre est alors fixé à trente et ils sont désignés dans le cadre de chaque tribu. Ils reprennent le nom et la manière de procéder de leurs prédécesseurs puisqu’« ils allaient de dème en dème pour juger les affaires20 ».

  • 21 Whitehead 1986, p. 260-264.

10Les affaires qui relèvent de leur compétence ne semblent pas très importantes. Leur valeur ne dépasse sans doute pas dix drachmes. Mais un règlement équitable de ce type de conflits n’en était pas moins un élément important qui contribuait à maintenir la concorde dans ces espaces de sociabilité que constituaient les dèmes. La réforme clisthénienne n’avait manifestement pas prévu de doter ces nouvelles entités territoriales d’une justice spécifique et locale. Faut-il penser que, pendant une période allant de la mise en place des réformes jusqu’au milieu du ve siècle, il revenait aux démarques de jouer le rôle de juges locaux dans leur dème21 ? Il se pourrait alors que le mécontentement des justiciables ait incité à rétablir des juges qui incarnaient une justice capable de rester extérieure aux manœuvres locales parce qu’elle émanait d’une instance supérieure, celle de la cité.

  • 22 Voir l’article de P. Ismard dans ce volume.

11Par ailleurs, les nouveaux dèmes clisthéniens n’avaient pas toujours les frontières qui étaient celles des anciens villages. Aristote signale effectivement que les lieux, les topoi n’étaient plus toujours les mêmes. Cela implique que certains villages sont devenus des dèmes, aux dépens d’autres qui ont dû se joindre aux bourgades qui avaient été retenues pour recevoir cette qualification. Il est peu vraisemblable que Clisthène ait disposé d’une cartographie précise de l’Attique, et qu’il ait déjà eu tout prêt en arrivant au pouvoir le schéma de la distribution des dèmes dans la chôra de l’Attique. Il a donc fallu faire des ajustements et des arbitrages. Des décisions ont été prises, notamment celle de choisir pour ces dèmes des nouveaux noms. Les noms des « fondateurs », dit Aristote, c’est-à-dire de héros locaux ? Est-il possible que l’existence de liens cultuels existant entre différents villages ait entraîné leur réunion au sein d’une même entité22 ? Qui a pris ces décisions ?

  • 23 C’est le point de vue très convaincant de Traill 1975, p. 29-30, qui reprend à son compte les thès (...)

12Il est certain que les hommes libres de l’Attique, ceux qui étaient citoyens du fait de leur ascendance aussi bien que ceux qui venaient d’être intégrés dans le corps civique, se sont tous sentis concernés par l’injonction qui leur était faite de se faire connaître dans cette nouvelle structure administrative qui allait leur permettre de bénéficier de droits politiques nouveaux23. Des choix ont sans doute dû être opérés concernant le dème auquel il convenait de se rattacher. N’y avait-il pas, par exemple, des familles qui pouvaient choisir selon l’emplacement de leurs terres de se rattacher à tel dème plutôt qu’à tel autre ? On peut dès lors imaginer l’intense activité qui a dû régner pendant quelques mois dans toute la chôra de l’Attique et qui a très bien pu se dérouler dans le cadre de ce qui constituait les premières assemblées des démotes. De multiples palabres et négociations ont dû avoir lieu, avant que les nouvelles entités administratives soient dûment délimitées, que l’enregistrement des citoyens, les anciens et les nouveaux, soit définitivement mené à bien.

  • 24 Thucydide, II, 14, 2, et II, 16, 1.

13Il paraissait d’autre part normal que l’appartenance aux dèmes soit héréditaire, à une époque où l’immense majorité des citoyens résidaient de manière stable sur la propriété foncière qui les faisait vivre. Il en était d’ailleurs encore largement ainsi à la veille de la guerre du Péloponnèse, si l’on songe aux réticences manifestées par la population de l’Attique à quitter la chôra et à venir se réfugier, selon les ordres de Périclès, derrière les murailles de la ville24.

  • 25 Whitehead 1986, p. 26-28.

14Pour ce qui est de la ville même d’Athènes, il n’est pas impossible qu’un maillage ait existé à travers l’existence de quartiers qui avaient été autrefois des villages et qui avaient été progressivement intégrés dans le tissu urbain. Les dèmes urbains eux-mêmes n’ont donc pas nécessairement été le résultat de la création radicale que l’on décrit parfois25. Quoi qu’il en soit, la dénomination des dèmes qui changent pour certains de nom accompagne cette réorganisation. L’élection des premiers démarques la termine.

Les visages de la sociabilité

15Le nouveau cadre change-t-il fondamentalement les rapports quotidiens, les rapports de parenté, d’alliance et de voisinage qui lient les habitants les uns aux autres ? Par certains aspects, la communauté du dème reste ce qu’elle a toujours été. Un espace de solidarités et de querelles, d’amitiés et d’inimitiés, de rumeurs aussi, au sein duquel chaque individu cherche à tenir sa place et son rang, à protéger sa réputation, à préserver son capital économique et social.

  • 26 Hésiode, Les travaux et les jours, v. 344-351.
  • 27 Hésiode, Les travaux et les jours, v. 700.
  • 28 Hésiode, Les travaux et les jours, v. 710-713.

16Les travaux et les jours d’Hésiode fournissent quelques aperçus des rapports sociaux qui liaient les individus les uns aux autres dans cet espace du village, où chacun vivait sous le regard d’autrui. Il y a l’indispensable solidarité entre voisins, qui permet de se porter assistance en cas de besoin. Des voisins avec lesquels il faut cependant veiller à rester en bons termes, en étant attentif à la gestion des emprunts et des restitutions qu’on est nécessairement amené à se faire26. Les mêmes voisins incarnent l’opinion publique, qui commente tout ce qu’elle voit et qui est toujours prête à rire des malheurs d’un homme qui n’a pas su se choisir une bonne épouse27. Il y a également les inévitables conflits. La dispute qui surgit avec l’hetairos, le concitoyen en quelque sorte, pour une insulte échangée ou un tort commis et auquel il est préférable de pardonner, s’il propose une réparation, mais dont il faut, dans le cas contraire, veiller à se venger, afin de ne pas passer pour un homme incapable de faire respecter son droit et son honneur28.

  • 29 Devant ses juges, Socrate relève la présence, parmi ceux qui sont venus le soutenir, de Criton « m (...)
  • 30 Lysias, Contre Pancléon (23), 2 : ἡρόμην ὁπόθεν δημοτεύοιτο ; 23, 3 : ἐπυνθανόμην εἴ τινα γιννώσϰο (...)
  • 31 Aristophane, Nuées, v. 1321 : ὧ γείτονες, ϰαὶ ξυγγενεῖς, ϰαὶ δημόται. Voir aussi l’association fai (...)
  • 32 Aristophane, Nuées, v. 1209-1210 : Φήσουσι δή μ/οἱ φίλοι χοἰ δημόται.
  • 33 Aristophane, Cavaliers, v. 319-320 : οἱ δημόται ϰαὶ φίλοι, et aussi Assemblées des femmes, v. 1023 (...)

17Ce qui émane des situations mises en scène par Aristophane ou des récits développés dans les plaidoyers judiciaires laisse transparaître un espace assez semblable, au sein duquel tout le monde se connaît et où la vie de chacun échappe difficilement au regard des autres. Un démote ne peut pas vivre dans son dème sans être connu sinon de tous, du moins d’une bonne partie de ses concitoyens. Les assemblées de démotes réunissent l’ensemble des hommes. Mais il y a aussi les voisins, les hommes qui appartiennent à la même classe d’âge29, ou ceux qui sont d’une manière ou d’une autre apparentés. Le témoignage le plus connu à cet égard est celui que fournit le plaideur de Lysias qui cherche à identifier un certain Pancléon, dont il a à se plaindre. Il commence par lui demander de quel dème il est, puis, ce dernier ayant affirmé être du dème de Décélie, il se rend en un lieu d’Athènes où il sait devoir rencontrer des Décéliens pour demander si quelqu’un connaît le Pancléon en question30. Le vieux Strepsiade que met en scène Aristophane, lorsqu’il est battu par son fils, appelle ainsi à l’aide « ses voisins, ses parents et ses démotes31 ». Quelque temps auparavant, il se plaisait à imaginer la jalousie qu’éprouveraient « ses amis et démotes » en assistant à la réussite de son fils, désormais assez instruit pour être en mesure de gagner des procès32. La même formule qui rapproche les amis et les démotes est utilisée par un personnage des Cavaliers qui, après s’être fait vendre du cuir de mauvaise qualité par le Paphlagonien, est revenu avec des chaussures neuves et déjà abîmées et a été accueilli par les moqueries de ses « démotes et amis33 ».

  • 34 Haussoulier 1884, Préface, p. I et II, affirme : « La vie municipale est une école de la vie publi (...)

18Fréquemment attestée, l’association dêmotai/philoi renvoie aux liens de proximité et de solidarité, voire à la complicité qui unissent d’une manière particulièrement étroite ceux qui vivent dans une communauté et un espace limités comme l’est le dème, un lieu où le citoyen peut se sentir, plus que partout ailleurs, chez lui. C’est effectivement le cadre au sein duquel nombre d’hommes, surtout dans les dèmes ruraux, faute d’avoir la disponibilité nécessaire pour se rendre régulièrement à Athènes, exerçaient essentiellement leur citoyenneté. Les activités communes à la fois religieuses et politiques que partagent régulièrement les démotes scandent le temps et créent un entre-soi et un réseau de convivialité avec lesquels les citoyens sont familiarisés depuis leur plus jeune âge34.

  • 35 Platon, Lachès, 187D-E. Voir aussi l’expression « participation aux biens communs (du dème), μετέχ (...)
  • 36 Isée, fr. V, 1, Contre les gens du dème au sujet d’un domaine. Roussel 1922, p. 224, n. 2, avance (...)
  • 37 Isée, fr. V, 1, Contre les gens du dème au sujet d’un domaine. Il est vrai que les mêmes protestat (...)
  • 38 Aristophane, Nuées, v. 1218-1219.

19Nicias évoque ainsi le jeune Socrate, accompagnant son père aux cérémonies religieuses, hiera, ou à « une autre réunion de démotes (sullogos tôn dêmotôn) », du dème d’Alopèkè35. On trouve la même évocation de la part d’un plaideur d’Isée qui parle « des sacrifices et des réunions communes (sunousias koinas)36 » qu’il partage avec les gens de son dème, le dème de Sphettos. Aussi invoque-t-il son malaise d’être engagé dans une action judiciaire contre son dème et présente sa situation comme celle d’une victime : « Je suis victime d’une injustice (adikoumai) de la part des gens de mon dème, par lesquels il m’est difficile de me voir dépouillé sans protester, mais avec qui il m’est déplaisant d’être en lutte37. » D’une manière assez semblable, le créancier qui se présente chez Strepsiades pour se faire rembourser une dette et qui se trouve être du même dème que lui dit son déplaisir à l’idée de se faire un « ennemi » (echthros) d’un démote38.

  • 39 Lysias, Pour Mantithéos (16), 14 : « Quand les gens du dème eurent été rassemblés avant le départ (...)
  • 40 Lysias, Pour Polystratos (20), 23.
  • 41 Whitehead 1986, p. 226, mentionne le portrait du lâche fait par Théophraste, Caractères, 25, 3, to (...)

20Cette solidarité qui est ainsi mise en avant, sans pour autant empêcher les règlements de comptes, est également à l’œuvre pendant les campagnes militaires. Bien que les soldats ne soient pas enrôlés dans le cadre du dème mais dans celui de la tribu, il semble que les hommes d’un même dème avaient coutume de partir ensemble. Mantitheos, un plaideur de Lysias, décrit les hoplites de son dème réunis pour partir en campagne39. Un autre plaideur de Lysias rappelle le courage de son père Polystratos qui, pendant les différentes campagnes auxquelles il a été amené à participer, n’a jamais quitté son poste. « Les gens de son dème, les démotes, le savent ; ils peuvent le dire40. » Cela laisse penser que les démotes, même s’ils étaient mobilisés par tribu, faisaient probablement campagne les uns à côté des autres en se réconfortant et en s’entraidant le cas échéant41. La conduite de chacun était ainsi placée sous le regard des hommes de son dème avec lesquels, une fois de retour chez lui, il reprendrait la vie au quotidien.

  • 42 Isée, La succession de Ménéklès (2), 16, 17, 45 : τοὺς δήμοτας μάρτυρας. Les démotes sont la mémoi (...)
  • 43 Isée, La succession de Ménéklès (2), 18.
  • 44 Isée, La succession de Ménéklès (2), 36 et 37, où le plaideur convoque « les témoignages de ceux q (...)
  • 45 Isée, La succession de Pyrrhos (3), 13.

21Dans la même perspective, le comportement des membres d’une même famille n’échappe pas à la vigilance et aux critiques de l’opinion publique, à cette conscience commune du dème alimentée par tout ce qui se dit, ce qui se laisse voir ou deviner. Le plaideur d’Isée, qui se présente comme le fils adoptif de Ménéklès, invoque ainsi l’opinion publique à l’appui de ses affirmations. Les démotes du dème d’Acharnes dans lequel vivait Ménéklès, ont bien sûr été témoins des formalités que Ménéklès n’a pas manqué d’accomplir pour régulariser l’adoption du plaideur42. Mais l’essentiel n'est pas là. Le plaideur et sa femme ont si bien soigné et choyé Ménéklès que « ce dernier se louait d’eux devant tous les gens du dème43 ». Enfin, lors du décès de son père adoptif, le plaideur lui a donné des obsèques irréprochables, « au point de mériter l’éloge unanime des gens du dème44 ». L’absence de critiques vaut sans doute approbation générale. Inversement, dans une autre affaire de succession, le plaideur invoque les témoignages des voisins qui ont entendu le vacarme qui sortait de la maison de Pyrrhos, ainsi que les bruits permanents de disputes et de fêtes, ce qui laissait penser que la maîtresse de maison qui vivait de cette façon ne pouvait être une femme honnête, légitimement épousée45.

  • 46 Isée, La succession de d’Astyphilos (9), 17-18.
  • 47 Isée, La succession d’Astyphilos (9), 21.

22Il se trouve de la même manière toujours des voisins, c’est-à-dire, la plupart du temps, des démotes, pour assister aux disputes. Dans le dème rural d’Araphène, les démotes ont été témoins d’un violent conflit familial. Deux frères en sont venus aux mains à propos du partage d’un domaine. L’un des deux frères, Euthycratès, devait par la suite mourir des coups que lui avait portés à cette occasion son frère Thoudippos. La querelle s’est déroulée à l’extérieur, si bien que les démotes qui travaillaient à ce moment-là dans les champs voisins avaient été témoins des événements et auraient pu les raconter46. Les mêmes démotes peuvent témoigner de la brouille qui a suivi et qui a définitivement séparé les deux branches de la famille. Personne n’a vu par la suite les deux cousins, fils des deux adversaires, participer ensemble aux fêtes religieuses du dème47.

  • 48 Démosthène, Contre Evergos et Mnésiboulos (47), 58-61.
  • 49 Démosthène, Contre Evergos et Mnésiboulos (47), 62.
  • 50 Lysias, Sur l’olivier sacré (7), 18.

23À Athènes même, ce sont les serviteurs des voisins qui sont alertés par le vacarme et les cris que provoque l’intrusion violente menée dans la maison du plaideur par Théophémos et son frère Evergos, venus opérer une saisie particulièrement brutale. C’est un voisin qui leur signale que le garçon qu’ils étaient en train d’emmener en le prenant pour un esclave était en fait le fils de la maison48. Les voisins enfin, qui semblent avoir été proches du plaideur, ont été suffisamment indignés pour prendre la peine de se déplacer au Pirée et le prévenir de ce qui s’était passé chez lui49. Le client de Lysias, accusé d’avoir arraché un olivier sacré, invoque lui aussi la difficulté qu’il y a à dissimuler des choses à des voisins « qui non seulement savent les uns sur les autres ce que tout le monde peut voir, mais qui vont fureter dans les secrets les plus jalousement gardés ». Et parmi ces voisins, le plaideur sait qu’il a des amis, mais aussi des gens avec lesquels il est en conflit pour des questions de biens50.

La portée des conflits

24Les tensions, les rivalités et les conflits ont leur place dans les dèmes tout comme au sein des familles ou au niveau de la cité tout entière. Les uns et les autres sont inhérents aux rapports sociaux dont ils constituent l’autre face, aussi réelle et incontournable que les conduites d’amitié, d’entraide et de solidarité. Les affaires qui se déroulent dans le cadre du dème et qui sont assez importantes pour justifier d’être examinées en appel par le tribunal de Héliée laissent entrevoir des conflits dont les enjeux concernent le plus souvent soit les biens, essentiellement fonciers, soit le statut des individus, donc l’accès à la citoyenneté.

25Ce qui se présente comme une simple querelle de voisinage peut ainsi dissimuler des enjeux patrimoniaux. C’est le cas de l’affaire, consécutive à un dégât des eaux, qui oppose Calliclès au fils de Tisias, le client de Démosthène. Le père de Tisias avait comblé un fossé situé sur sa terre en élevant un muret de pierres sèches, pour se protéger des eaux de pluie qui ruisselaient de la montagne proche. Ces travaux eurent pour conséquence qu’un jour les eaux allèrent se déverser sur les champs de son voisin Calliclès, lequel a alors attaqué le fils de Tisias. À côté des arguments d’ordre topographique et technique, les éléments utilisés par la défense éclairent à la fois les rapports humains et les enjeux qui sont au cœur de l’affaire :

  1. La construction du muret, quinze ans auparavant, n’avait suscité aucune objection ni de la part du père du plaignant ni de la part d’aucun autre voisin et les voisins, ont fourni leur témoignage51.
  2. Les dommages causés par les eaux sont en fait minimes. Le plaideur se réfère aux dires de sa mère, laquelle a été invitée par la mère de Calliclès à venir constater les dégâts. Le jeune homme en profite pour mentionner les bons rapports de voisinage qui ont toujours existé entre leurs deux mères, laissant entrevoir au passage une sociabilité féminine, faite de visites et de services rendus, qui réunissait des voisines « comme il est normal ». Il ajoute d’ailleurs que leurs deux pères se fréquentaient de la même manière tant qu’ils ont vécu52.
  3. Il y a derrière ces attaques, légalement injustifiables, des intérêts personnels. La propriété avait été achetée par le père de Tisias à un homme qui n’aimait pas la campagne et entretenait mal son bien53. Sur cette propriété, il y a des tombeaux qui sont anciens et sont ceux d’un précédent propriétaire54. À trois reprises enfin, le plaideur mentionne les tentatives faites par Calliclès pour le dépouiller de son bien en poussant un cousin à le revendiquer55, ce qui lui permet d’affirmer que le propos de Calliclès est d’obtenir ses terres et qu’à cet effet il essaye de le ruiner en lui faisant imposer une amende énorme. Il termine en accusant ses adversaires de vouloir le chasser du dème56.
  • 57 La question de la résidence et de l’affiliation reste très discutée. Y avait-il dans les dèmes des (...)

26On ignore si Tisias et son fils sont affiliés à ce dème ou s’ils n’y sont que résidents57, de même qu’on ne connaît pas le parcours qui a conduit Tisias à s’installer sur cette propriété. En l’occurrence, Calliclès n’a certainement pas le pouvoir de faire rayer son jeune adversaire des listes du dème. Il a en revanche celui de le contraindre à partir vivre ailleurs, s’il arrive à le ruiner et à récupérer ses terres, rendant en pratique difficile sa participation aux activités religieuses et politiques du dème.

  • 58 Isée, La succession de Pyrrhos (3), 60-62 ; La succession de Dikaiogénès (5), 17. Démosthène, Cont (...)
  • 59 Scholie à Eschine, Contre Timarque, 18. Voir Haussoulier 1884, p. 20-21.

27Le vote des démotes suivi de l’inscription du jeune homme sur le registre du dème, le lêxiarchikon grammateion est, pour le jeune Athénien un moment fondamental dont les enjeux sont considérables. C’est cette inscription qui lui confère le droit de porter désormais le démotique, signe de son intégration comme citoyen dans le dème et, à travers le dème, dans la cité. Une tradition rattache de manière révélatrice lêxiarchikon au substantif lêxis, un terme juridique athénien qui désigne une action en justice et plus précisément une « action en pétition d’hérédité ». Isée emploie ainsi couramment l’expression lêxis tou klêrou pour désigner l’action entreprise en justice en vue d’obtenir un héritage58. D’où le rapprochement suivant : « Ce registre fut appelé lêxiarchikon parce que ceux qu’on y inscrivait avaient la disposition de la lêxis, c’est-à-dire de l’héritage, du klêros59. »

  • 60 Isée, La succession de Ménéklès (2), 17 ; La succession d’Apollodoros (7), 27. Démosthène, Contre (...)
  • 61 La procédure d’inscription est évoquée par [Aristote], Constitution des Athéniens, 42, 1-2. Voir R (...)
  • 62 Un demi-siècle après Clisthène, la loi sur la citoyenneté de Périclès de 451-450 ([Aristote], Cons (...)

28Quelle que soit la valeur de ce rapprochement qui laisse de côté la reconnaissance obligatoire de la part de la phratrie de la légitimité du fils naturel ou adopté, avant celle qui est effectuée par le dème60, il a le mérite de pointer le double enjeu, familial et patrimonial, qui s’attache à cette inscription dont dépendent non seulement l’accès aux droits politiques du garçon mais également l’avenir de sa famille61. De ce point de vue, le privé et le public sont étroitement imbriqués. Seul un fils légitime en effet, reconnu comme tel par l’assemblée des démotes, soit du fait de sa filiation soit du fait de son adoption, est en mesure de recueillir l’héritage de son père et de continuer son oikos en épousant une Athénienne pour transmettre finalement le patrimoine familial à la génération suivante62.

29Cette procédure, en raison des enjeux qu’elle véhicule et du pouvoir qu’elle confère aux membres de l’assemblée des démotes en charge de la décision, ne peut manquer de susciter des tensions et des manœuvres ou de réveiller des ressentiments.

  • 63 Isée, La succession d’Apollodoros (7), 27-28.

30Il arrive que les conflits soient évités. Apollodoros n’avait ainsi pas eu le temps, avant de mourir, de faire inscrire son fils adoptif sur le registre du dème, et il avait recommandé à ses démotes de veiller à ce que la chose se fasse le moment venu. Lors de l’assemblée électorale, les tentatives faites par les adversaires de Thrasyllos pour démontrer la non-validité de son adoption ont échoué. Les démotes s’en sont tenus à ce qu’ils savaient et à ce qu’ils avaient promis, et Thrasyllos a été inscrit comme fils adoptif d’Apollodoros63.

  • 64 Démosthène, Contre Léocharès (44), 36 et 37.
  • 65 Démosthène, Contre Léocharès (44), 41-42.

31En revanche, les démotes du dème d’Otrynè ont été l’objet des pressions répétées exercées par un certain Léostratos, inscrit dans le dème d’Éleusis mais désireux de changer de dème pour recueillir la succession d’un parent. Dans un premier temps, Léostratos parvient à rallier à sa cause un petit nombre de démotes, parmi lesquels le démarque, et tente de se faire inscrire sur le registre du dème, mais sa tentative échoue64. Après son échec, il fait une nouvelle tentative pour faire inscrire cette fois son fils Léocharès, normalement affilié au dème d’Éleusis, en l’instituant fils adoptif du défunt dont il veut obtenir la succession. L’assemblée des démotes inscrit le garçon mais l’élection est finalement considérée comme illégale du fait qu’elle a eu lieu avant que le garçon ait été accepté par la phratrie65.

  • 66 Cette révision générale des listes est le seul exemple attesté pour le ive siècle. Une autre révis (...)
  • 67 Le plaidoyer de Démosthène, Contre Euboulidès (57), est riche d’enseignements sur l’organisation d (...)
  • 68 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 48 : παλαιὸς ἐχθρὸς ἐμοί, et aussi 49 : ἐχθρός ; 61 : ἐχθρὸς τ (...)

32Un autre plaidoyer de Démosthène, Contre Euboulidès, évoque une affaire qui s’est déroulée dans le dème d’Halimonte lors de la mise en œuvre de la révision des registres, appelée diapsêphisis, organisée en 346-345 conformément au décret de Démophilos66. Euxitheos s’est trouvé rayé de la liste des démotes à la suite des menées de l’un de ses concitoyens, Euboulidès, et il a fait appel, comme il en avait le droit, de cette décision67. Les deux hommes étaient séparés par une très ancienne inimitié. Euboulidès, proclame Euxitheos, était « pour lui un vieil ennemi », et cette inimitié remonte à la génération précédente. Antiphilos, le père d’Euboulidès, était en effet déjà l’« ennemi » de Thoucritos, le père d’Euxitheos68, sans que l’origine de la brouille soit autrement précisée.

  • 69 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 8.
  • 70 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 63-65.
  • 71 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 9-14. L’assemblée s’est déroulée à Athènes et Euboulidès s’est (...)
  • 72 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 11 : « À peine mon nom fut-il appelé qu’il bondit à la tribune (...)

33L’origine de la rancune, echthra, qu’Euboulidès voue à Euxitheos est en revanche bien datée. Elle vient du témoignage qu’Euxitheos a produit à l’encontre d’Euboulidès dans une action publique pour impiété, une graphê asebeias, que ce dernier avait intentée à la sœur de Lakédaimonios, ce qui a eu pour effet que l’accusateur n’a pas obtenu le cinquième des suffrages69. Il a dû par conséquent payer l’amende de mille drachmes prévue dans ce cas, et subi une atimie partielle qui l’empêchait de porter de nouvelles accusations publiques. Euxitheos s’est fait par ailleurs de nouveaux ennemis, lorsqu’il a rempli la charge de démarque. Il a suscité la rancœur de gens dont il a exigé qu’ils règlent le loyer de terres sacrées resté longtemps impayé. Néanmoins, l’action d’Euxitheos a été appréciée par une majorité de démotes puisqu’un décret a été voté en son honneur à la fin de son mandat. Ses ennemis n’ont pas cessé pour autant de s’acharner contre lui en enlevant des armes qu’il avait consacrées à Athéna et en martelant le décret que ses concitoyens lui avaient voté. Enfin, à peine votée la décision qui l’excluait du dème, ils se sont attaqués à ses biens, une maison à la campagne, comme s’il était aussitôt devenu un banni, un phugas, qui n’était plus protégé par la loi de la cité70. Quant à Euboulidès, la révision des registres de dèmes lui a fourni l’opportunité de prendre sa revanche. Après avoir réuni autour de lui ses partisans et manipulé le déroulement de l’assemblée des démotes71, il est intervenu personnellement pour dénigrer son adversaire, a réussi à le faire exclure et s’est ainsi vengé de celui qui, dans un autre contexte, avait causé sa défaite devant un tribunal72.

34Le comportement d’Euboulidès et de son père dans le dème d’Halimonte, celui de Léostratos dans le dème d’Otryné laissent entrevoir l’existence d’influences locales qui ne sont pas sans effet dans la vie politique du dème. On ignore ainsi avec quels arguments Léostratos était parvenu à se concilier l’appui d’un certain nombre de démotes et du démarque. Est-ce en usant de son statut social, de sa position politique ou encore par la corruption ?

  • 73 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 59. Sur les cas de corruption attestés dans les autres dèmes e (...)
  • 74 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 58 : « Dans aucun dème il n’y eut plus de scandales que dans l (...)

35Les agissements d’Euboulidès et de son père, Antiphilos, qui se poursuivent sur deux générations sont le fait d’hommes qui, sans occuper une position de premier plan dans la cité, n’en sont pas moins capables de s’assurer pour leurs intrigues le concours d’un certain nombre de leurs concitoyens. À la génération précédente, Antiphilos, en tant que démarque, aurait profité de la révision de la liste des démotes consécutive à la disparition du registre pour soutirer de l’argent à certaines personnes, et en exclure d’autres avec le concours de certains membres de l’assemblée. Les votes négatifs, affirme Euxitheos, furent désavoués par les tribunaux. Les votes positifs étaient-il tous justifiés ou bien étaient-ils liés, pour certains d’entre eux, à la corruption ? Euboulidès lui-même a mis en place un système identique en s’assurant l’aide d’un certain nombre de partisans. Euxitheos cite des noms précis d’étrangers admis dans le dème d’Halimonte moyennant cinq drachmes par personne73, et le vote de 346 a donné lieu à de nombreuses irrégularités74.

  • 75 Lysias, Pour Mantithéos (16), 14.

36Quelques décennies auparavant, la conduite du jeune Mantitheos, telle qu’il se plaît à la rappeler devant le tribunal, laisse entrevoir les moyens dont pouvait disposer un démote aisé pour s’attirer la reconnaissance de ses concitoyens. Constatant au moment de partir en campagne que, parmi les hoplites de son dème, certains n’avaient pas d’argent à emporter, il proclame « que c’était le devoir de ceux qui étaient pourvus de fournir le nécessaire à ceux qui étaient sans ressource ». Et joignant le geste à la parole, il montre lui-même l’exemple en remettant une somme de trente drachmes à deux de ses camarades – une générosité incompatible avec les accusations de ceux qui lui reprochaient d’avoir été un proche des Trente. Cette leçon publique de solidarité est supposée avoir laissé des souvenirs : les deux bénéficiaires des largesses de Mantitheos sont en effet invités à venir confirmer ses dires et contribuer ainsi à sa défense75.

  • 76 Mossé 1984 et 2007 ; Ober 1996.
  • 77 Lysias, Contre Épicratès (27), 12.

37Il y a là un ensemble de comportements qui relèvent d’une sorte de clientélisme qui naît de la coexistence de l’égalité politique des démotes et des différences de leurs positions sociales, qui fait qu’il y a des hommes aisés et influents et d’autres qui sont disposés, contre certaines compensations, à accorder leur soutien et leurs services76. À propos d’Épicratès, un homme en vue accusé de vol et de corruption, Lysias évoque ainsi comme un phénomène coutumier l’action des gens qui sont redevables aux hommes politiques mis en accusation : « Les démotes et amis (dêmotai kai philoi) qui viennent pleurer et intercéder » en leur faveur devant les tribunaux77. Leostratos ou Euboulidès ne se situent pas au même niveau, mais dans le cadre qui est le leur, celui du dème, on décèle des stratégies et des comportements qui ne sont pas très différents.

  • 78 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 6.

38Le dème ne détient pas la maîtrise absolue de la citoyenneté, même s’il a la garde de ses registres. Un vote positif ne pouvait pas être mis en question. En revanche, un vote négatif pouvait être remis en cause par celui qui avait été victime du refus des démotes. Il lui revenait alors d’intenter une action contre le dème pour défendre sa légitimité, avec le risque d’être vendu comme esclave s’il perdait son procès. La cité reste l’instance surplombante, chargée de neutraliser les intrigues locales ou de réparer les injustices. C’est le contenu de la supplique qu’Euxitheos adresse au tribunal : « Je vous demande, Athéniens, de ne pas préjuger, d’après la sentence des démotes, que je n’appartiens pas à la cité. Si vous aviez admis que les démotes pourraient toujours respecter la justice, vous n’auriez pas permis d’en appeler à vos tribunaux ; mais vous présumiez que la rivalité, l’envie, la haine ou d’autres motifs produiraient des erreurs, aussi avez-vous ménagé aux victimes de l’injustice ce recours auprès de vous78. »

***

39Les propos ainsi tenus par Euxitheos pointent les périls que génère cette imbrication de liens sociaux qui constitue le réseau qui enserre les démotes et leurs familles dans une étroite proximité. Les amitiés et les solidarités coexistent avec les inimitiés et les rancœurs. Or la spécificité du dème est d’être en même temps le lieu dans lequel le privé et le public se trouvent étroitement liés. Une inimitié agissante, si l’opportunité lui est donnée de se manifester dans l’espace des décisions politiques prises par les démotes, peut ruiner l’avenir d’un individu ou d’une famille. La mise en cause de sa citoyenneté dans le cadre du dème crée effectivement pour l’homme, ou plus souvent pour le jeune homme qui en est victime, une situation qui met en danger la possession de son patrimoine, compromet son mariage et la naissance de descendants légitimes. Les enjeux sont considérables puisque c’est l’appartenance de l’individu à la cité qui est ainsi mise en cause. Ce qui explique la nécessaire ingérence de la cité qui possède, comme le dit Euxitheos, le pouvoir de venir au secours des victimes et de leur rendre justice. Le pouvoir par conséquent de porter un regard plus neutre sur les faits exposés par les plaignants et de remettre éventuellement en cause les décisions prises par les démotes. La nécessaire complémentarité des dèmes et de la cité, laquelle se trouve toujours en position surplombante, trouve dans ces pratiques judiciaires son illustration la plus évidente.

Notes

1 Sur l’analyse des motivations qui ont inspiré ses réformes à Clisthène, voir entre autres Kagan 1963, Lewis 1963, Lévêque et Vidal-Naquet 1964, Grace 1974, Andrewes 1977. Lambert 1993, p. 26, n. 6, donne un panorama utile de la bibliographie.

2 Hérodote, V, 66 : τὸν δῆμον προσεταιρίζεται ; V, 69 : τὸν 'Αθηναίων δῆμον πρὸς τὴν ἑαυτοῦ μοῖραν προσεθήϰατο.

3 [Aristote], Constitution des Athéniens, 21 : ὁ δῆμος ἐπίστευε.

4 Hérodote, V, 69 : δέϰαχα δὲ ϰαὶ τοὺς δήμους ϰατένειμεν ἐς τὰ φυλάς.

5 [Aristote], Constitution des Athéniens, 21, 5, évoquant en effet les quatre tribus ioniennes, chacune divisée en trois trittyes faisant ainsi un total de douze trittyes.

6 [Aristote], Constitution des Athéniens, 21, 3. Les sources faisant état de ces naucraries et du rôle financier et/ou militaire qui a pu être le leur, ainsi que la bibliographie qui s’y rapporte sont analysées par Lambert 1993, p. 251-261.

7 [Aristote], Constitution des Athéniens, 21, 4-5 : δήμοτας ἐποίησεν ἀλλήλων τοὺς οἰϰοῦντας ἐν ἑϰάστῳ τῶν δήμων ; τῶν δήμων ἀναγορεύωσιν ; ὅθεν ϰαὶ ϰαλοῦσιν Ἀθηναῖοι σφᾶς αὐτοὺς τῶν δήμων. Aristote attribue la création du démotique au souci de Clisthène d’empêcher que l’on puisse reconnaître les nouveaux citoyens, étrangers ou anciens esclaves récemment intégrés dans le corps civique, des citoyens plus anciens. Ces naturalisations sont également évoquées par Aristote dans la Politique, III, 2, 1275b37. Sur ces mouvements de population et ces naturalisations, voir Kagan 1963, Grace 1974, Patterson 1981, Whitehead 1986, p. 11 et suiv.

8 [Aristote], Constitution des Athéniens, 21, 5-6 : Προσηγόρευσε δὲ τῶν δήμων τοὺς μὲν ἀπὸ τῶν τόπων, τοὺς δὲ ἀπὸ τῶν ϰτισάντων · οὐ γὰρ ἃπαντες ὑπῆρχον ἔτι τοῖς τόποις.

9 Lysias, Pour Polystratos (20), 12. La double appartenance à sa famille et à sa communauté locale qui fait l’identité du citoyen athénien se retrouve dans la remarque d’Aristote, Politique, III, 9, 1280b, définissant la cité comme « une communauté de familles et de villages (ἡ γενῶν ϰαὶ ϰωμῶν ϰοινωνία) ». Sur les rôles respectifs impartis à la phratrie et au dème, voir Lambert 1993, p. 39-43.

10 Pour ce qui est de l’existence des dèmes avant la réforme de Clisthène, voir Whitehead 1986, p. 11-25 et p. 364-368. L’existence du démotique, antérieurement aux réformes de Clisthène, fait toujours l’objet de conjectures et de discussions. Whitehead 1986, p. 70-71, fait remarquer que certains témoignages littéraires (relativement tardifs cependant) permettent de supposer l’existence du démotique dès l’époque archaïque. Il y a ainsi deux passages de Plutarque, l’un qui mentionne un homme du dème de Philaidai (Solon, 9, 12), et l’autre où se trouve mentionné Myron (Μύρων Φλυεύς), qui s’opposa aux Cyloniens (Solon, 9, 4). De leur côté, les dédicaces recensées et analysées par Raubitschek 1949, qui a tenté de repérer la date précise de l’apparition des démotiques, ne fournissent pas d’élément décisif. Par ailleurs, si le souhait de Clisthène était d’amener la disparition du patronyme au bénéfice du démotique, ce projet ne s’est pas réalisé puisque le démotique qui ne s’est pas imposé immédiatement est loin d’avoir éliminé l’usage du patronyme. Whitehead 1986, p. 72 conclut : Increasingly, a norm and paradigm prevailed : an Athenian was known by his father and his deme. Voir par ailleurs les attestations épigraphiques des patronymes et des démotiques réunies p. 72-73, n. 27.

11 Aristote, Politique, 1252b.

12 Thucydide, I, 5, qui décrit également les Étoliens vivant encore au ve siècle « dans des bourgades non fortifiées (ϰατὰ ϰώμας ἀτειχίστους) » (III, 94). Et c’est encore de la même manière qu’Hérodote (I, 96) imagine la vie des premiers Mèdes, eux aussi dispersés dans des ϰῶμαι.

13 Hésiode, Les travaux et les jours, v. 639.

14 Hésiode, Les travaux et les jours, v. 35-36.

15 Hésiode, Les travaux et les jours, v. 38-39 ; v. 219-221, v. 250.

16 Hésiode, Théogonie, v. 88-89 : λαοῖς βλαπτομμένοις.

17 [Aristote], Constitution des Athéniens, 16, 4-5 : « C’est dans ce dessein aussi qu’il établit les juges de dèmes (διὸ ϰαὶ τοὺς ϰατὰ δήμους ϰατεσϰεύασε διϰαστάς), et lui-même sortait souvent dans la chôra, pour examiner et réconcilier ceux qui avaient des différends (ἐπισϰοπῶν ϰαὶ διαλύων τοὺς διαφερομένους), afin de les empêcher de descendre à la ville (εἰς το ἄστυ), et de négliger leurs travaux. »

18 Ce thème de la ruralité, voire de la rusticité des dèmes opposés à la ville, à l’astu, lieu de culture où réside le pouvoir politique, est repris dans un texte du ive siècle, le dialogue pseudo-platonicien de l’Hipparque (228C) qui met en scène le tyran, fils de Pisistrate, soucieux d’éduquer, à la suite de ceux de la ville, les habitants de la campagne. À cet effet, il fait dresser sur les routes, à michemin entre la ville, astu, et chaque dème, des hermès, sur lesquels il fait graver les pensées qui lui paraissent les plus sages et qu’il a lui-même mises en vers.

19 Sous l’archontat de Lysikratès : [Aristote], Constitution des Athéniens, 26, 3. L’emploi de l’article peut laisser penser que ces juges étaient déjà au nombre de trente au vie siècle. Voir Rhodes 1981, p. 215, 257, 331, 589, 591 ; Macdowell 1978, p. 206 ; Whitehead 1986, p. 261-264.

20 [Aristote], Constitution des Athéniens, 53, 2 : ϰατὰ δήμους περιόντες ἐδίϰαζoν. Après 403, en raison des mauvais souvenirs attachés au nombre de trente, ces juges sont portés à quarante, mais ils sont alors tirés au sort à raison de quatre par tribu et ne se déplacent plus. Ils sont devenus des juges de tribu et leur compétence est à cette époque strictement limitée aux affaires ne dépassant pas dix drachmes. Il demeure que le règlement des conflits reste extérieur au cadre du dème.

21 Whitehead 1986, p. 260-264.

22 Voir l’article de P. Ismard dans ce volume.

23 C’est le point de vue très convaincant de Traill 1975, p. 29-30, qui reprend à son compte les thèses de Thompson 1971 : All the Kleisthenes’ bill had to do was to ordain “that each man was to register in his home village”, which meant in whichever deme-center he regarded as the focus of his local community.

24 Thucydide, II, 14, 2, et II, 16, 1.

25 Whitehead 1986, p. 26-28.

26 Hésiode, Les travaux et les jours, v. 344-351.

27 Hésiode, Les travaux et les jours, v. 700.

28 Hésiode, Les travaux et les jours, v. 710-713.

29 Devant ses juges, Socrate relève la présence, parmi ceux qui sont venus le soutenir, de Criton « mon contemporain, du même dème que moi (ἐμος ἡλιϰιώτης ϰαὶ δημότης) » : Platon, Apologie de Socrate, 33E.

30 Lysias, Contre Pancléon (23), 2 : ἡρόμην ὁπόθεν δημοτεύοιτο ; 23, 3 : ἐπυνθανόμην εἴ τινα γιννώσϰοιεν Δεϰελειόθεν δημοτευόμενον Παγϰλέωνα. Les usages qui sont faits du verbe δημοτεύεσθαι et de son participe δημοτευόμενος (cf. aussi Démosthène, Contre Léocharès (44), 39 ; Contre Euboulidès (57), 49 et 55), ainsi que les définitions fournies par les lexicographes montrent que ce verbe renvoie essentiellement à une situation administrative : le fait d’être inscrit dans un dème et éventuellement le fait de participer aux activités politiques du dème. Voir Whitehead 1986, p. 68-69, n. 6-8.

31 Aristophane, Nuées, v. 1321 : ὧ γείτονες, ϰαὶ ξυγγενεῖς, ϰαὶ δημόται. Voir aussi l’association faite par Lysias, Contre Andocide (6), 53, où le plaideur se demande « quel ami, quel parent, quel démote (ποῖον φίλον, ποῖον συγγενῆs, ποῖον δημότην) » (en admettant la correction de Blass, au lieu de διϰαστήν) pourrait envisager d’aider Andocide.

32 Aristophane, Nuées, v. 1209-1210 : Φήσουσι δή μ/οἱ φίλοι χοἰ δημόται.

33 Aristophane, Cavaliers, v. 319-320 : οἱ δημόται ϰαὶ φίλοι, et aussi Assemblées des femmes, v. 1023-1024 ; Ploutos, v. 253-254. Même association chez Lysias, Contre Épicratès (27), 12.

34 Haussoulier 1884, Préface, p. I et II, affirme : « La vie municipale est une école de la vie publique, de la vie politique [...] », ajoutant que le jeune Athénien se formait dans l’assemblée des démotes avant de fréquenter l’assemblée du peuple.

35 Platon, Lachès, 187D-E. Voir aussi l’expression « participation aux biens communs (du dème), μετέχειν τῶν ϰοινῶν », chez Démosthène, Contre Léocharès (44), 35.

36 Isée, fr. V, 1, Contre les gens du dème au sujet d’un domaine. Roussel 1922, p. 224, n. 2, avance l’idée que le plaideur est sans doute menacé de voir ses terres saisies par le dème comme remboursement d’un emprunt.

37 Isée, fr. V, 1, Contre les gens du dème au sujet d’un domaine. Il est vrai que les mêmes protestations sont émises par les plaideurs qui doivent s’opposer à leurs concitoyens. C’est d’ailleurs de cette manière que le plaideur commence son discours : « Mon plus grand désir, juges, aurait été de n’avoir à me plaindre d’aucun de mes concitoyens. »

38 Aristophane, Nuées, v. 1218-1219.

39 Lysias, Pour Mantithéos (16), 14 : « Quand les gens du dème eurent été rassemblés avant le départ (συλλεγέντων τοίνυν τῶν δημοτῶν προ τῆς ἐξόδου). »

40 Lysias, Pour Polystratos (20), 23.

41 Whitehead 1986, p. 226, mentionne le portrait du lâche fait par Théophraste, Caractères, 25, 3, toujours en quête, pendant les combats, de l’assistance de ses démotes.

42 Isée, La succession de Ménéklès (2), 16, 17, 45 : τοὺς δήμοτας μάρτυρας. Les démotes sont la mémoire vivante du dème et de son état civil, témoins des épisodes qui marquent la vie des démotes : acceptation sur les registres (Démosthène, Contre Euboulidès (57), 23-24), testaments (Isée, La succession d’Astyphilos (9), 8), adoptions (Isée, La succession d’Apollodoros (7), 26-28), statut des épouses (Isée, La succession de Pyrrhos (3), 79 ; La succession de Kiron (8), 18).

43 Isée, La succession de Ménéklès (2), 18.

44 Isée, La succession de Ménéklès (2), 36 et 37, où le plaideur convoque « les témoignages de ceux qui savent (τὰς μαρτυρίας τῶν εἰδότων) ».

45 Isée, La succession de Pyrrhos (3), 13.

46 Isée, La succession de d’Astyphilos (9), 17-18.

47 Isée, La succession d’Astyphilos (9), 21.

48 Démosthène, Contre Evergos et Mnésiboulos (47), 58-61.

49 Démosthène, Contre Evergos et Mnésiboulos (47), 62.

50 Lysias, Sur l’olivier sacré (7), 18.

51 Démosthène, Contre Calliclès (55), 15 et 21.

52 Démosthène, Contre Calliclès (55), 23. La mère de Calliclès et celle de Tisias « se fréquentaient comme il était normal, toutes deux habitant la campagne et étant voisisines, (πρὸς ἀλλήλας ἀφιϰνουμένων, οἷον εἰϰὸς ἅμα μὲν ἀφοτέρων οἰϰουσῶν ἐν ἀγρῶ ϰαὶ γειτνιωσῶν) ». Ce type de sociabilité est présenté comme une chose banale, et les deux verbes, qui sont au participe actif féminin, désignent les femmes comme des sujets actifs, avec le verbe γειτνιάω qui est très peu employé. La même sociabilité entre voisins a existé entre les deux hommes tant qu’ils ont vécu, ἅμα δὲ τῶν ἀνδρῶν χρωμένων ἀλλήλοις ἕως ἔζων.

53 Démosthène, Contre Calliclès (55), 11.

54 Démosthène, Contre Calliclès (55), 14.

55 Démosthène, Contre Calliclès (55), 1, 31, 34.

56 Démosthène, Contre Calliclès (55), 1, 35.

57 La question de la résidence et de l’affiliation reste très discutée. Y avait-il dans les dèmes des résidents qui participaient aux activités politiques même s’ils étaient enregistrés ailleurs ? Voir Jones 1999 et Milanezi 2007.

58 Isée, La succession de Pyrrhos (3), 60-62 ; La succession de Dikaiogénès (5), 17. Démosthène, Contre Léocharès (44), 15, fait dire à son client à propos d’un oikos demeuré sans héritier, parce que le fils adoptif était mort sans enfant : « L’oikos est resté désert, jusqu’à notre action en justice (lêxis). » Dans la même perspective, à propos d’un parent qui revendique la succession, le klêros, d’un frère défunt sans tenir compte de l’existence de sa fille, Isée (La succession de Pyrrhos (3), 41) proclame qu’en agissant ainsi, il fait implicitement de sa nièce une bâtarde.

59 Scholie à Eschine, Contre Timarque, 18. Voir Haussoulier 1884, p. 20-21.

60 Isée, La succession de Ménéklès (2), 17 ; La succession d’Apollodoros (7), 27. Démosthène, Contre Léocharès (44), 41 : faite avant l’acceptation du candidat par la phratrie, l’inscription sur le registre du dème est considérée comme illégale.

61 La procédure d’inscription est évoquée par [Aristote], Constitution des Athéniens, 42, 1-2. Voir Rhodes 1981.

62 Un demi-siècle après Clisthène, la loi sur la citoyenneté de Périclès de 451-450 ([Aristote], Constitution des Athéniens, 26, 4 ; Plutarque, Périclès, 37), en ne reconnaissant comme citoyens que les enfants nés de l’union légitime de deux parents citoyens, a considérablement renforcé les contraintes. Sur les raisons qui ont motivé la mise en place de cette loi et sur ses effets, voir Patterson 1981, Whitehead 1986, p. 97 et suiv., Lambert 1993, p. 43-57.

63 Isée, La succession d’Apollodoros (7), 27-28.

64 Démosthène, Contre Léocharès (44), 36 et 37.

65 Démosthène, Contre Léocharès (44), 41-42.

66 Cette révision générale des listes est le seul exemple attesté pour le ive siècle. Une autre révision des listes de citoyens avait eu lieu au milieu du ve siècle, quelques années après l’adoption de la loi de Périclès, en 445, pour désigner ceux qui avaient droit au titre de citoyens et pouvaient de ce fait prétendre à recevoir leur part du blé dont le roi d’Égypte avait fait don au peuple athénien. Il y eut, dit Plutarque, Périclès, 37, une enquête, et de nombreuses actions, des graphai, furent intentées devant les tribunaux contre ceux qu’on soupçonnait être des nothoi, c’est-à-dire des hommes qui n’étaient pas nés d’une mère elle-même fille de citoyen. Il est difficile de ne pas imaginer que les assemblées des démotes aient été consultées sur la filiation de tel ou tel de leurs membres. Qu’une pareille consultation ait pu donner lieu à des injustices, c’est assez vraisemblable. Un quart des citoyens se retrouvèrent finalement exclus de la citoyenneté et vendus comme esclaves.

67 Le plaidoyer de Démosthène, Contre Euboulidès (57), est riche d’enseignements sur l’organisation des assemblées électives des démotes et leur déroulement, ainsi que sur la place du démarque : voir Haussoulier 1884 ; Osborne 1985, p. 83-87 et 146-151 ; Whitehead 1986, p. 86-90 et 292-301 ; Lambert 1993, p. 28-29 et 232.

68 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 48 : παλαιὸς ἐχθρὸς ἐμοί, et aussi 49 : ἐχθρός ; 61 : ἐχθρὸς τῶ ἐμῶ πατρί.

69 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 8.

70 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 63-65.

71 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 9-14. L’assemblée s’est déroulée à Athènes et Euboulidès s’est s’arrangé pour que le cas d’Euxitheos soit examiné très tardivement, à un moment où, le soir arrivant, les démotes les plus âgés avaient quitté l’assemblée, si bien qu’il ne restait plus que trente votants parmi lesquels tous les partisans d’Euboulidès. Voir Haussoulier 1884 ; Whitehead 1986, p. 88-90 ; Jones 1999, p. 87-88.

72 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 11 : « À peine mon nom fut-il appelé qu’il bondit à la tribune et se met à me calomnier, parlant vite, d’abondance et à grands cris. »

73 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 59. Sur les cas de corruption attestés dans les autres dèmes et qui donnent parfois une mauvaise réputation à certains dèmes, Whitehead 1986, p. 292-297. Certains citoyens pauvres, dit Isée, Défense d’Euphilétos (12), 1-2, sont tentés d’adopter des étrangers qui les aideront fiancièrement en échange de la citoyenneté qu’ils les auront aidés à obtenir.

74 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 58 : « Dans aucun dème il n’y eut plus de scandales que dans le nôtre. »

75 Lysias, Pour Mantithéos (16), 14.

76 Mossé 1984 et 2007 ; Ober 1996.

77 Lysias, Contre Épicratès (27), 12.

78 Démosthène, Contre Euboulidès (57), 6.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540