Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clisthène et Lycurgue d’Athènes

 | 
Vincent Azoulay
, 
Paulin Ismard

Redéfinir le koinon. Cristallisations politiques

Offrandes publiques et privées sur l’Acropole et l’Agora d’Athènes à l’époque lycurguéenne (340-320 av. J.-C.)1

Maria Chiara Monaco

Texte intégral

  • 1 Mes plus sincères remerciements aux organisateurs du colloque ; comme toujours, à Emanuele Greco ; (...)
  • 2 Mitchel 1970, passim.
  • 3 Humphreys 1985, p. 199-252.
  • 4 Schwenk 1985.
  • 5 Faraguna 1992.
  • 6 Lambert 1997.

1Depuis les années 1970, l’époque de Lycurgue a fait l’objet de nombreuses études historiques et épigraphiques d’importance fondamentale, tels les longs essais de Mitchel2 et de Humphreys3, et les monographies de Schwenk4, Faraguna5 et Lambert6. Au-delà d’évidentes différences de méthodes et de buts, ces études ont pour caractéristique commune d’exploiter les nombreuses sources épigraphiques à disposition afin de mettre en lumière les aspects économiques de la politique en vigueur à l’époque de Lycurgue.

  • 7 Hintzen-Bohlen 1997.
  • 8 Palagia 1980 ; Latini 2001, p. 83-101
  • 9 Romano 1985, p. 441-454 ; Romano 1996, p. 71-85.
  • 10 Thompson et Scranton 1943, p. 300-301 (programme de Lycurgue) ; Thompson 1982, p. 133-147 (program (...)
  • 11 Townsend 1986, p. 421-438 ; Faraguna 1992, p. 259 (programme commencé par Eubule) ; Hintzen-Bohlen(...)
  • 12 Palagia et Tracy 2003.

2Le bilan des études archéologiques s’avère en revanche bien plus modeste. Il aura fallu attendre 1997 pour voir paraître, sous la signature de B. Hintzen-Bohlen, une monographie – d’ailleurs assez critiquée – relative aux programmes de construction athéniens à l’époque d’Eubule et de Lycurgue7. Depuis, si je ne m’abuse, ne sont parus qu’un nombre limité d’articles sur Euphranor8, sur la topographie d’Athènes et plus particulièrement sur le stade9, ainsi que sur deux programmes commencés par Eubule et menés à terme par Lycurgue : la Pnyx10 et le théâtre de Dionysos11. Le congrès organisé à Athènes en 2001 contient lui aussi quelques remarques intéressantes mais, comme son titre l’indique assez bien – The Macedonians in Athens, 322-229 B.C. –, il porte essentiellement sur le siècle qui suivit l’époque de Lycurgue et sur les rapports difficiles et controversés qui s’établirent entre la cité et les occupants macédoniens12.

3Alors que les historiens ont depuis longtemps montré le caractère réducteur de cette opposition, les études archéologiques se sont sans doute trop préoccupées de chercher les traces matérielles d’une résistance démocratique à opposer à la domination macédonienne. Il est vrai que les archéologues rencontrent plus de difficultés que leurs collègues historiens ou épigraphistes à définir un corpus documentaire qui soit attribuable à une période aussi précise que l’époque lycurguéenne. Mais il est légitime de se demander si les raisons de ce silence résident ailleurs, et si le peu d’études qu’ils ont consacrées au sujet ne s’expliquent pas aussi par le fait que l’époque de Périclès, identifiée à l’âge d’or de la polis, tend à éclipser les réalisations du siècle suivant.

4Telles sont les considérations qui orientent ce bref article dont le but sera de mettre en lumière le caractère des espaces publics – civils et sacrés – de l’époque de Lycurgue en explorant leur valeur sémantique et en les considérant surtout et avant tout comme autant de lieux dévolus aux offrandes publiques et privées. Il ne saurait évidemment être ici question de prétendre à l’exhaustivité : je me limiterai donc à quelques exemples significatifs, en mentionnant les documents qui, sans être datables à l’année près, permettent néanmoins de percevoir des césures ou au contraire des persistances de longue durée.

Sur l’Acropole

  • 13 Tréheux 1955-1956, p. 133-146 ; La Follette 1986, p. 75-87 ; Downey 1997, p. 362-373 ; Hurwit 2004 (...)
  • 14 Kajava 2001, p. 71-94 ; Whittaker 2002, p. 25-39.

5L’Acropole apparaît à l’époque de Lycurgue comme cristallisée. On ne construit plus d’édifices religieux ou de bâtiments de service : la Chalcothèque, qui est très probablement le dernier en date, remonte probablement aux années 380-37013. Ce n’est qu’au début de l’époque impériale que l’Acropole verra la construction, d’ailleurs isolée, d’un nouvel édifice : le temple d’Auguste et de Rome14. Aux grands simulacres publics du ive siècle destinés à célébrer les victoires sur les Perses, ne succèdent ni de nouveaux bâtiments ni de statues de culte, mais presque exclusivement des offrandes privées.

  • 15 Faraguna 1992, p. 245-285 ; Hintzen-Bohlen 1997, p. 119-121 ; Hurwit 1999, p. 253-260 ; Holtzmann (...)

6Bien qu’il appartînt au genos des Étéoboutades, dont étaient traditionnellement issus le prêtre de Poséidon-Érechthée et la prêtresse d’Athéna Polias, Lycurgue s’intéressa moins au plateau de l’Acropole qu’à l’Agora. En concentrant son activité sur les flancs méridionaux de l’Acropole, il ne construisit rien de grand sur le rocher15.

  • 16 Faraguna 1992, p. 367-369.
  • 17 Faraguna 1992, p. 373-377.
  • 18 Pour les Nikai et la commission (IG II2 333) : Thompson 1944, p. 176-177 ; Thompson 1970, p. 1-6 ;(...)
  • 19 Harris 1992, p. 637-652.

7Les sources épigraphiques et littéraires donnent à penser que son activité s’intégrait dans un vaste programme qui exploitait au mieux les ressources de l’Acropole et des autres sanctuaires. Nous savons ainsi qu’il fit probablement transférer sur le rocher les trésors d’autres divinités en les confiant aux prêtres d’Athéna16, qu’il pourvut à la confection de nouveaux vases cultuels en or et en argent pour cent canéphores17, qu’il confia, enfin, à une commission spéciale le soin de restituer les appliques d’or des Nikai, qui avaient été fondues pendant la guerre du Péloponnèse18. Les sources épigraphiques semblent montrer que la fonte de dédicaces anciennes pour obtenir de nouveaux pompeia (ornements) fit alors l’objet d’une réglementation précise. Une inscription gravée en 335, fragmentaire mais très précieuse, mentionne au moins 25 statues (5 enfants, 6 nus, 4 hommes, 4 hommes imberbes, 3 hommes barbus et 3 palladia, auxquels s’ajoutent un perirrhanterion et des stèles de bronze endommagées) : on peut en déduire que ce matériel était très probablement destiné à être refondu19.

  • 20 Pausanias, I, 24, 4.
  • 21 Imhoof-Blumer et Gardner 1885/1887, p. 137-138, pl. BB, III ; Kroll 1993, p. 129, n. 175.

8Les nouvelles statues monumentales de divinités sont peu nombreuses, et toutes s’avèrent problématiques. Faute de pouvoir la dater précisément, on attribue généralement au ive siècle la statue de Zeus, signée par Léocharès (actif entre 390 et 325), que Pausanias signale dans le sanctuaire à côté d’un Zeus Polieus20. Cette statue, qui se trouve représentée sur quelques émissions monétaires d’époque impériale, avait très probablement un caractère votif et devait être placée à l’intérieur du temenos, à côté de la vieille image cultuelle21.

  • 22 Pausanias, I, 23, 7.
  • 23 Despinis 1994, p. 173-198 ; Despinis 1997, p. 209-217 ; Despinis 2004, p. 263, p. 305 ; Despinis 2 (...)
  • 24 Pasquier 2007a, p. 103-104 ; Pasquier 2007b, p. 126-127.
  • 25 Despinis 1997, p. 209-217.

9On est récemment revenu sur le problème de l’identification de l’Artémis Brauronia mentionnée par Pausanias, que Praxitèle aurait créée pour le sanctuaire situé dans l’angle sud-ouest du plateau22. Comme on le sait, cette statue est traditionnellement identifiée avec l’Artémis de Gabies. Despinis a proposé de reconnaître un fragment de l’original dans une tête colossale qu’il date de 330 environ23. L’hypothèse est assurément attrayante mais, dans le catalogue de l’exposition que le musée du Louvre a consacrée à Praxitèle, Alain Pasquier n’a pas manqué de souligner les difficultés qu’elle soulevait24. Difficultés qui relèvent du fait que l’attribution et la datation de la tête monumentale se fondent sur des indices externes (tels que le lieu de découverte, à proximité du sanctuaire d’Athéna Hugieia) et sur des éléments d’ordre iconographique (tels que la coiffure souvent attestée dans les statues d’Artémis), davantage que sur des critères stylistiques. En raison de ses dimensions, la statue est en outre considérée comme une image cultuelle qui aurait été installée dans un temple. De ce temple, toutefois, la zone du Brauronion, très mal conservée, ne présente aucune trace25.

  • 26 Mantis 2000, p. 85-86 ; von den Hoff 2003, p. 189-191.
  • 27 IG II2 4335.

10C’est à Mantis qu’il revient d’avoir publié la plus récente des grandes statues de divinités connues jusqu’à présent. Il s’agit d’une œuvre d’à peu près 2 mètres de hauteur, datée de 320 environ, qui représente Athéna dans le type bien connu de Vescovali26. Il faudra un jour se demander s’il n’est pas possible de rattacher cette image à l’une des bases de la seconde moitié du ive siècle qui portaient des statues de la déesse27.

  • 28 Arrien, I, 16, 7 (panoplies) ; Plutarque, Alexandre, 16, 17-18 (boucliers) ; Harris 1995, p. 235.
  • 29 Themelis 2003, p. 163.
  • 30 Arrien, I, 16, 7.
  • 31 Stevens 1940, p. 64-66 (qui suppose des phases différentes) ; Orlandos 1977, p. 209-215 ; Korres 1 (...)
  • 32 Arrien, I, 16, 6 et I, 29, 5 ; Habicht 2000, p. 37-38.
  • 33 Arrien, III, 6, 2. Pour les squelettes d’hommes avec des fers aux pieds trouvés dans une tombe hel (...)
  • 34 Green 1991, p. 181 ; Hurwit 1999, p. 254 ; Habicht 2000, p. 37.
  • 35 Stewart et Korres 2004.
  • 36 Korres 2000, p. 314-325 ; Mercuri et Soccal 2004, p. 513-515 ; Krumeich et Witschel 2009, p. 209-2 (...)
  • 37 Voir supra n. 13.

11Combien y avait-il d’offrandes macédoniennes sur l’Acropole à l’époque de Lycurgue ? Elles étaient assurément fort nombreuses. Après avoir vaincu une première fois les Perses au Granique, en 334, Alexandre envoya aux Athéniens trois cents panoplies, ou, si l’on s’en tient au récit de Plutarque, trois cent boucliers28 pris à l’ennemi. Bien qu’on manque d’attestations de la sorte29, on peut supposer que les armes avaient été déposées dans le Parthénon avec l’inscription suivante : « Alexandre, fils de Philippe, et les Grecs (hormis les Spartiates) ont pris ce butin aux barbares qui habitent l’Asie30. » En dessous des métopes représentant la Gigantomachie, l’architrave orientale du Parthénon présente des cavités, dont la trace est toujours visible, utilisées pour la fixation de quatorze boucliers. À vrai dire, il n’est pas absolument certain que ces mortaises doivent être associées aux panoplies dédiées par Alexandre, bien que l’on ait suggéré cette hypothèse31. Arrien, avant de rappeler le cadeau du Macédonien à la cité d’Athènes, raconte l’histoire des mercenaires athéniens qui avaient combattu au Granique aux côtés des Perses et qui furent capturés par Alexandre32. Traités avec grande dureté, enchaînés et contraints à de lourds travaux dans les champs macédoniens, ils furent libérés seulement au printemps 33133. Même en considérant ces événements, on peut se demander s’il n’est pas hasardeux de souscrire à l’affirmation de Hurwit34 qui lit la présence des boucliers (sur le Parthénon ?) comme le signe d’une transformation du temple : d’un monument commémorant la victoire des Athéniens sur les Perses, il serait devenu un monument commémorant la victoire d’Alexandre sur les Athéniens eux-mêmes et sur leurs espoirs de libération. Au contraire, si les cavités dont j’ai parlé étaient effectivement destinées à la fixation des boucliers consacrés par Alexandre, il faudrait plutôt se demander si cette dédicace ne marqua pas le début de l’époque à laquelle la zone située à l’est du Parthénon fut surtout utilisée pour célébrer les victoires de l’Occident contre les Barbares : c’est en effet là que devait être exposée l’offrande des Galates35. Au même endroit, Attale fera élever son quadrige commémorant la victoire pour la compétition et, sans vouloir insister sur les motivations idéologiques qui poussèrent les Attalides à positionner ces monuments, rappelons que, pour l’autre anathêma dédié à l’occasion de la même victoire dans les Panathénées, Eumène II choisit la zone d’accès aux Propylées, en correspondance visuelle directe avec le petit temple d’Athéna Nikè36. Plus tard, c’est là encore que devait s’élever le monoptère d’Auguste et de Rome37.

  • 38 Hypéride, Pour Euxenippos, 19 ; Harris 1995, p. 235-236.
  • 39 Themelis 2003, p. 163-164.
  • 40 IG II2 1492 ; Harris 1995, p. 234-235 ; Themelis 2003, p. 164-166.
  • 41 IG II2 1473, l. 6-8 ; Harris 1995, p. 234 ; Themelis 2003, p. 165.

12Les offrandes faites par la mère et la femme d’Alexandre sont encore plus problématiques et incertaines. Si l’on en croit Hypéride38, Olympias aurait dédié une phiale en or à Hygieia. On ne sait si cette Hygieia doit être identifiée avec Athéna Hygieia, qui avait son sanctuaire sur le plateau de l’Acropole, ou avec l’Hygieia honorée dans le sanctuaire de l’Asklepieion, sur le versant sud. La date de l’offrande est elle aussi mal assurée, mais il faut vraisemblablement la placer ante 331 av. J.-C.39 Malgré les quelques avis contraires, c’est très probablement en 319-318 av. J.-C., après la mort d’Alexandre, que Roxane dédia un rhyton et une peritrachelidia en or à Athéna40. La même année, une inscription rapporte qu’Alexandre fils de Polyperchôn dédia une panoplie à Athéna41.

  • 42 Athènes, MAcrop 1331 : Brouskari 1974, p. 1331 ; Stewart 1993, p. 106-113 (œuvre de Lysippe).
  • 43 Fittschen 1977, p. 21-25, n. 7.
  • 44 Fittschen 1977, p. 21-25 ; Niemeier 1985, p. 107-108.
  • 45 Ashmole 1951, p. 13-28 ; Hurwit 1999, p. 252.
  • 46 Todisco 1993, p. 223 ; Rolley 1999, p. 290.
  • 47 Kotsidu 2000, p. 26.

13Près de l’Erechtheion, on a retrouvé une tête de jeune homme dont l’identification demeure controversée : on y reconnaît généralement Alexandre42. La tête, qui a donné lieu à une foule d’hypothèses, ressemble plus précisément au type de l’Alexandre Erbach, connu par deux autres copies romaines43. On y a vu tantôt une copie tardo-hellénistique ou romaine, tantôt un original du ive siècle44, voire une œuvre de Léocharès45. Dans ce dernier cas, il pourrait s’agir d’une transposition dans le marbre de la statue chryséléphantine d’Alexandre élevée dans le Philippeion d’Olympie46. Si l’on considère qu’il s’agit d’une copie, on peut supposer, comme certains l’ont d’ailleurs fait, que l’original se trouvait sur l’Agora, à côté de la statue de Philippe, père d’Alexandre47. Il faut espérer que des études ou des découvertes ultérieures sur l’Acropole puissent un jour résoudre quelques-uns de ces nombreux problèmes.

  • 48 IG II2 3828 ; Hurwit 1999, p. 251, 293-294.
  • 49 Monaco (à paraître).
  • 50 Athènes, MAcrop 1338 ; IG II2 3025 ; Rausa 1998, p. 226-227 ; Von den Hoff 2003, p. 180 ; Shear 20 (...)
  • 51 Goette 2007, p. 122.

14Mais laissons de côté les offrandes macédoniennes, et intéressons-nous aux offrandes privées. Les anathêmata offerts à titre privé par les stratèges depuis la fin de l’époque archaïque disparaissent. Il faut cependant mentionner le groupe familial offert par le stratège Képhisodotos, œuvre de Démétrios d’Alopéké, près du Brauronion, vers le milieu du ive siècle48. Il s’agit là de la réminiscence d’une pratique pluriséculaire49. En revanche, les offrandes des tribus pour les victoires aux épreuves athlétiques remportées aux Panathénées, mais aussi aux Olympiades et aux Isthmia, s’inscrivent dans une tradition ininterrompue. La base d’un certain Atarbos Lysias Thorikios50, datée de 323 (archontat de Képhisodôros), célébrait la double victoire d’une tribu : à gauche, une victoire dans le dithyrambe des Grandes Dionysies, à moins qu’il ne s’agisse du kuklios chôros des Grandes Panathénées, comme le suggère Goette51 ; à droite, une victoire dans la pyrrhique des Grandes Panathénées. La base, dans sa deuxième phase, portait trois statues en bronze d’identification incertaine.

  • 52 Athènes, MAcrop 3176 + 5460 + 2635 ; Rausa 1998, p. 192-217 ; Goette 2007, p. 119-120.
  • 53 Athènes, MAcrop 6465 + 6465a (= 4065) ; IG II2 3026 ; Rausa 1998, p. 217-234 ; Von den Hoff 2003, (...)
  • 54 IG II2 3131.
  • 55 IG II2 3019.
  • 56 Davies 1971, p. 414-415, n. 11234 ; Faraguna 1992, p. 228-229 ; Hintzen-Bohlen 1997, p. 106-108 ; R (...)

15Une autre base, datée des années 330-320, sur laquelle on retrouve des athlètes se nettoyant avec un strigile, commémore la victoire d’une tribu dans une épreuve non identifiée (lampadédromie ou euandria)52. La base, élevée après une victoire dans l’épreuve de la pyrrhique, est plus fragmentaire, mais aussi plus intéressante53. Cette base, qu’il faut peut-être dater des années 340, est un anathêma de Xénoklès, fils de Xeinis de Sphettos, riche évergète et personnage bien connu qui, ami proche de Lycurgue, fut l’un des hommes politiques les plus importants de l’époque. Comme l’atteste une inscription du milieu du ive siècle54, il avait même participé aux Grandes Panathénées et remporté l’épreuve de la lutte ou du pancrace. Une autre inscription, datée de 346-345, rapporte que la tribu de Xénoklès, l’Akamantis, a remporté la lampadédromie des Grandes Panathénées alors que celui-ci était gymnasiarque55. En réalité, les activités agonistiques de Xénoklès sont restées dans l’ombre, comme estompées par sa carrière politique. Xénoklès fut en effet triérarque pendant cinq ans ; il est peut-être le philos auquel Lycurgue aurait confié l’administration financière à l’expiration de son mandat ; il fut honoré d’un décret du genos des Kerykes ; en 321-320, dans sa qualité d’epimeletês tôn musteriôn, il finança la construction d’un pont sur ses fonds propres et participa aux nombreux travaux qui furent entrepris à Éleusis au cours de ces années56.

  • 57 Von den Hoff 2003, p. 178-179.
  • 58 Von den Hoff 2003, p. 179.

16À la fin du ive siècle, on identifie une nette césure, caractérisée par la forte augmentation du nombre de statues représentant des canéphores, des arrhéphores et des prêtresses d’Athéna Polias, autant de témoignages du pouvoir des puissants genê auxquels incombaient traditionnellement les charges sacerdotales57. Il faudrait se demander comment on peut insérer dans ce panorama les statues de bois, œuvres de Képhisodotos II et de Timarchos, qui représentaient Lycurgue et ses fils Habrôn et Lykophrôn dans l’Erechtheion : elles furent probablement exécutées en 307, au moment où la cité honorait Lycurgue et où Habrôn était revêtu de son sacerdoce58.

  • 59 IG II2 3061, 3072.
  • 60 IG II2 4328 ; 4329 ; 4334 ; 4338 ; 4339.

17Jusqu’au milieu du ive siècle, on trouve encore sur l’Acropole des dédicaces pour des victoires chorégiques59, mais à l’époque de Lycurgue, elles semblent disparaître complètement, peut-être désormais aimantées par le théâtre rénové et les lieux d’exposition qui en étaient voisins. Comme on l’imagine facilement, la divinité qui reçoit le plus grand nombre d’anathêmata est Athéna qui, en tant qu’Erganè, attire un nombre croissant d’offrandes à partir de la moitié du ive siècle60.

  • 61 Von den Hoff 2003, p. 180.
  • 62 IG II2 3827.
  • 63 IG II2 3822.
  • 64 Monaco 2007, p. 155-156.

18En songeant à la popularité de ce culte, je me demande si on ne peut pas, au moins en partie, démentir l’affirmation faite récemment par R. von den Hoff selon laquelle l’Acropole aurait été un lieu d’exposition d’anathêmata réservé à une élite très restreinte61. Il s’agit presque exclusivement d’offrandes privées, dans la mesure où les anathêmata publics, comme j’aurai l’occasion de le montrer, se concentrent désormais sur l’Agora. Les très rares exceptions, dues à Samippe d’Élide62 et à Phanokritos de Paros63, sont intéressantes à double titre : il s’agit en effet de dédicaces publiques, qui émanent au surplus d’étrangers. Or, n’en déplaise à ceux qui continue à s’en étonner, les dédicaces d’étrangers sont très rares sur l’Acropole, non seulement à l’époque de Lycurgue, mais aussi de manière plus constante, y compris au temps de sa plus grande splendeur, à l’époque de Périclès64.

Sur l’agora

  • 65 Monaco (à paraître).
  • 66 Krumeich et Witschel 2009, p. 198-199 ; Monaco (à paraître).
  • 67 Pour la statue de Conon : Wycherley 1957, p. 213 ; Richter 1965, p. 107 ; Sehlmeyer 1999, p. 23 ; (...)
  • 68 Pour Évagoras : Costa 1974, p. 45 ; Lewis et Stroud 1979, p. 180-193 ; Funke 1983, p. 149-189 ; Kr (...)
  • 69 Burnett et Edmonson 1961, p. 74-91 ; Anderson 1963, p. 411-413 ; Buckler 1972, p. 466-474 ; Shear (...)
  • 70 Gauthier 1985, p. 102-103 ; Krumeich 1997, p. 209 ; Shear 2007, p. 110 ; Monaco (à paraître). Pour (...)
  • 71 Pour le stratège : Bianco 1997 ; PAA 9, 2000, p. 582-587 ; pour la statue sur l’Agora : Shear 2007 (...)
  • 72 Athènes, EM 10397 ; IG II2 43 ; SEG 41.40 ; SEG 45.1210 ; SEG 46.119 ; Accame 1941, p. 48-69 ; Car (...)
  • 73 Picozzi 1988, p. 65-93 ; Corso 2004, p. 92-99 ; von den Hoff 2007, p. 307-319 ; Krumeich et Witsch (...)
  • 74 Lycurgue, Contre Léocrate, 51.

19Dans la première moitié du ive siècle, même si elle ne fut pas enrichie de nouveaux bâtiments, l’Agora fit l’objet d’un programme idéologique complexe et devint le lieu où se donnaient à voir les éphémères victoires remportées par les Athéniens et par la Seconde Confédération65. Les images publiques des stratèges et des personnages considérés comme des eleutheroi commencèrent à se dresser dans l’espace où il y avait seulement le groupe des Tyrannoctones, naguère isolé66 : Conon67 et Evagoras68 en 393, Chabrias69, Timothée70 et Iphicrate en 37571. Le décret de fondation de la Seconde Confédération fut d’ailleurs exposé sur l’Agora, à côté de la statue de Zeus Eleutherios72 ; c’est également sur l’Agora que furent créés l’autel et la statue d’Eirènè73 (le premier en 375, la seconde sans doute à la même époque), afin de célébrer la Koinê Eirênê. Dans le Contre Léocrate, Lycurgue affirme lui-même : « C’est que, seuls entre les Hellènes, vous savez, Athéniens, honorer les braves. Chez les autres peuples, vous trouverez des statues d’athlètes dressées sur les places publiques ; chez vous, ce sont celles de stratèges vainqueurs et des meurtriers du tyran. Des héros de cette qualité, on n’en trouverait guère par toute la Grèce74. » Cependant, c’est précisément à l’époque de Lycurgue que l’on assiste à une mutation fondamentale.

  • 75 Camp 1990, p. 181-184 ; Hintzen-Bohlen 1997, p. 44-45.
  • 76 Camp 1990, p. 74-77 ; Hintzen-Bohlen 1997, p. 45-48.
  • 77 Townsend 1995, p. 34-38.
  • 78 Pausanias, I, 5 ; Shear Jr. 1970, p. 145-222 ; Kron 1976, p. 228-232 ; Camp 1990, p. 69-72 ; Hintz (...)
  • 79 Romano, 1985, p. 441-454 ; Romano 1996, p. 71-85.
  • 80 Pour le stade d’Hérode : Gasparri 1974-1975, p. 313-392 ; Papanicolaou-Christensen 2003, p. 25-29.
  • 81 Kalligas conférence, musée Goulandri, le 18 janvier 2008.

20Contrairement à l’Acropole, l’Agora renferme de nombreux bâtiments construits à l’époque de Lycurgue : la fontaine monumentale du sud-ouest75, le temple d’Apollon Patrôos76, des tribunaux77 ; on peut également mentionner le déplacement du monument des Héros Éponymes78. Paradoxalement, on a beaucoup moins réfléchi aux raisons qui sous-tendent la construction des édifices qu’à celles relatives à leur disparition. Pourtant, c’est à cette époque que l’Agora perdit sa fonction d’espace agonistique, avec la création du nouveau stade. À ce propos, il convient de noter que le problème de la localisation du stade de Lycurgue reste ouvert : malgré l’opinion avancée par Romano79, il ne se trouvait pas sur la Pnyx. En dépit de l’absence de vestiges, on a longtemps songé à le situer sous le stade d’Hérode, sur la colline de l’Ardettos80. Dans deux colloques récents, nos collègues grecs ont supposé qu’il pouvait se trouver près de la Stoa d’Eumène, sur le flanc sud de l’Acropole81. Seules les recherches futures pourront confirmer ou démentir cette hypothèse.

  • 82 Faraguna 1992, p. 273-274 ; Monaco 2001, p. 132.
  • 83 Palagia 1982, p. 99-113 ; Palagia 1994, p. 113-122.
  • 84 Athènes, Agora I 6524 = Rhodes & Osborne 2003, n79 = SEG 12.87 ; Meritt 1952, p. 335-359 ; Ostwa (...)
  • 85 Wallace 1989, p. 182-184 ; Faraguna 1992, p. 270-272 ; Sawada 1996, p. 82-84 ; Rhodes et Osborne 2 (...)

21À partir des années 340, la préoccupation qu’ont les Athéniens de rappeler l’importance et la centralité de leur régime politique devient sensible. Les attestations en sont bien connues. Il s’agit, avant tout, de la statue de la Démocratie votée par le Conseil en 333-332 avec le culte qui lui était associé, et significativement placée près de la Stoa de Zeus Eleutherios82. Malgré les tentatives d’Olga Palagia, l’iconographie de la statue, à laquelle les stratèges offraient des sacrifices, reste inconnue83. L’interprétation du célèbre décret de 337 contenant la loi proposée par l’orateur Eukratès est beaucoup plus débattue84. La loi, qui acquitte les assassins des tyrans et interdit à l’Aréopage de se réunir sous la tyrannie, a souvent été considérée comme la réponse athénienne aux visées de Philippe. Mais la référence à l’Aréopage mérite plus d’attention et donne à penser que le texte se réfère presque exclusivement à la vie politique intérieure de la cité85. Les lieux d’exposition du décret sont extrêmement significatifs : d’un côté l’Aréopage, de l’autre l’Ekklesia, point cardinal et symbole de la démocratie athénienne, qui ne tarderait pas à être profondément transformée.

  • 86 Pour l’orateur : de Falco 1954 ; Treves 1958, p. 327-380 ; Davies 1971, p. 99-102 ; Mitchel 1970, (...)
  • 87 Dinarque, Contre Démosthène (1), 101 ; de Falco 1954, p. 94-95 ; Wycherley 1957, p. 209, n. 695 ; (...)
  • 88 Polyeucte de Sphettos, <Contre Démade>, fr. 1 Baitter-Sauppe (= Apsinès, Art rhétorique, 10, 6).
  • 89 Plutarque, Préceptes politiques, 820E ; Gauthier 1985, p. 110.

22À l’époque de Lycurgue, le premier orateur à recevoir une statue publique sur l’Agora fut Démade qui, en 335, avait contribué à apaiser la colère d’Alexandre et à obtenir des conditions favorables à la polis86. Il est fort probable qu’à la suite de ces événements le dêmos lui ait accordé au moins deux des megistai timai : une statue en bronze et la nourriture au prytanée87. Ce n’était pas une mince récompense car c’était la première fois, depuis un demi-siècle, qu’un citoyen se voyait conférer de tels honneurs. Mais il y a plus encore : ces honneurs distinguent un orateur et non un stratège, comme c’était le cas jusqu’alors. Dans la mesure où elles se rapportent à une activité diplomatique, et non plus militaire, les megistai timai accordées à Démade inaugurent une ère nouvelle. Sur le moment, la décision fut contestée88. Mieux, Plutarque nous apprend que les honneurs accordés à Démade furent abrogés bien avant la fin du siècle : on fondit le bronze de sa statue pour en faire des pots de chambre89.

  • 90 Pour Diphilos : Davies 1971, p. 167-169 (= Diphilos (II) syntriérarque avant 325-324) ; avec quelq (...)
  • 91 Pour la statue : Dinarque, Contre Démosthène (1), 43 ; Wycherley 1957, p. 211, n. 700.

23Une autre statue de l’Agora, que les Athéniens élevèrent vers 323 en l’honneur de Diphilos, fils de Diopeithès de Sounion (dans lequel il faut peut-être reconnaître un suntrierarchos), s’avère plus difficile à situer dans un contexte précis90. Dinarque en fait mention dans le Contre Démosthène, et il en attribue la paternité à son adversaire91. En l’absence de données prosopographiques sur Diphilos, nous ne pouvons malheureusement pas en dire plus.

  • 92 Gauthier 1985, p. 110-112.
  • 93 IG I3 131.
  • 94 IG II2 832.
  • 95 Osborne 1981, p. 165-166.
  • 96 Gauthier 1985, p. 110-112.
  • 97 Schol. Aristophane, Grenouilles, v. 944.
  • 98 Osborne 1981, p. 166 ; Gauthier 1985, p. 110, n. 112 ; Faraguna 1992, p. 219-220, 394-395.
  • 99 Kralli 2000, p. 133-162 ; Azoulay 2009b.

24Sur la base du décret passé pour Démade, on a cru pouvoir évoquer un changement institutionnel dû à l’initiative de Lycurgue92. On trouve un premier règlement définissant les principales catégories de bienfaiteurs dès le ve siècle93. Un second règlement, mieux conservé, peut être daté des années 230. Adopté en 229-228, ce décret94 indique les conditions à remplir pour être considéré comme un bienfaiteur : avoir érigé un trophée pour des victoires terrestres ou navales, avoir restauré la liberté, ou employé sa fortune personnelle pour le salut commun ; ou bien avoir été bienfaiteur ou encore bon conseiller. Osborne (relativement à la sitêsis dans le Prytanée)95 et Gauthier96 pensent que la procédure s’est maintenue sous Lycurgue, mais qu’elle a été intégrée à un cadre législatif nouveau : avant 330, la loi n’aurait permis d’accorder des honneurs qu’aux stratèges ; ce n’est qu’ensuite que les évergètes, les bons conseillers et les restaurateurs de la liberté se seraient vu reconnaître le même droit. Le scandale des honneurs accordés à Démade serait la cause principale de la modification de la législation intervenue au ive siècle. En se fondant sur une scholie d’Aristophane97, le décret pourrait être attribué à Képhisophôn de Cholargos98. En réalité, les témoignages relatifs à une modification de la législation sous Lycurgue restent très incertains, et la reconstruction proposée, qui a été critiquée plus d’une fois99, reste hautement conjecturale et fragile dans son ensemble. Certes, Démade est le premier orateur à recevoir des honneurs et une statue sur l’Agora, alors qu’auparavant, comme Lycurgue le souligne lui-même, cet espace n’était occupé que par les statues des stratèges. Mais expliquer cet événement par une modification de la législation dont il n’y aurait par ailleurs aucune trace est peut-être risqué. Ce qui est certain, c’est que, à partir du milieu du IVe siècle, les honneurs et les dédicaces de statues publiques, réservés jusqu’alors aux stratèges, sont accordés aux orateurs et aux hommes politiques. Reste à se demander si, plutôt qu’à un acte législatif, ce phénomène n’est pas imputable aux changements consécutifs à la bataille de Chéronée et à la dissolution de la Seconde Confédération, et s’il ne marquerait pas la fin de l’époque classique et du monde des poleis, et l’avènement des royaumes hellénistiques.

***

25Le tableau que je viens d’esquisser ne me paraît pas confirmer l’hypothèse d’une opposition très nette entre occupation macédonienne d’une part et résistance démocratique d’autre part. Au temps de Lycurgue, sur l’Acropole conçue comme lieu de dédicaces, on note à la fois une forme de continuité ainsi que deux nouveaux aspects : d’un côté, on constate de nombreuses offrandes attribuables à Alexandre ou à sa famille ; de l’autre, les anathêmata que les stratèges élevaient à titre privé ont disparu. On note également la présence de nombreuses statues liées au monde sacerdotal et aux puissants genê qui lui sont associés.

  • 100 Étienne 2004, p. 127.

26Sur l’Agora, outre une réaction de sursaut de la démocratie – je pense surtout à la statue de Demokratia et au culte qui lui fut dédié –, on relève une série d’importantes césures. Les dédicaces publiques, anticipant ce qui sera la tendance de l’époque hellénistique, délaissent le monde militaire au profit de la politique et de la diplomatie, car, comme le souligne Roland Étienne, si « Démétrios ouvre l’époque hellénistique, Lycurgue ferme incontestablement l’époque classique100 ».

Notes

1 Mes plus sincères remerciements aux organisateurs du colloque ; comme toujours, à Emanuele Greco ; et à Arianna Esposito, Valeria Meirano et Eva Soccal qui, à différents moments de son élaboration, ont revu le texte en français.

2 Mitchel 1970, passim.

3 Humphreys 1985, p. 199-252.

4 Schwenk 1985.

5 Faraguna 1992.

6 Lambert 1997.

7 Hintzen-Bohlen 1997.

8 Palagia 1980 ; Latini 2001, p. 83-101

9 Romano 1985, p. 441-454 ; Romano 1996, p. 71-85.

10 Thompson et Scranton 1943, p. 300-301 (programme de Lycurgue) ; Thompson 1982, p. 133-147 (programme d’Eubule) ; Faraguna 1992, p. 259-260 (programme commencé sans doute par Eubule) ; Forsén 1996, p. 47-55 ; Lawall 2005, p. 31-67 (programme d’Eubule).

11 Townsend 1986, p. 421-438 ; Faraguna 1992, p. 259 (programme commencé par Eubule) ; Hintzen-Bohlen 1997, p. 21-29 ; Moretti 2001, p. 156-160. Pour les phases précédentes : Moretti 2000, p. 275-298.

12 Palagia et Tracy 2003.

13 Tréheux 1955-1956, p. 133-146 ; La Follette 1986, p. 75-87 ; Downey 1997, p. 362-373 ; Hurwit 2004, p. 198-200.

14 Kajava 2001, p. 71-94 ; Whittaker 2002, p. 25-39.

15 Faraguna 1992, p. 245-285 ; Hintzen-Bohlen 1997, p. 119-121 ; Hurwit 1999, p. 253-260 ; Holtzmann 2003, p. 213-214.

16 Faraguna 1992, p. 367-369.

17 Faraguna 1992, p. 373-377.

18 Pour les Nikai et la commission (IG II2 333) : Thompson 1944, p. 176-177 ; Thompson 1970, p. 1-6 ; Faraguna 1992, p. 372-373, 377-379 ; Harris 1995, p. 272-275 (pour la bibliographie et les sources littéraires et épigraphiques).

19 Harris 1992, p. 637-652.

20 Pausanias, I, 24, 4.

21 Imhoof-Blumer et Gardner 1885/1887, p. 137-138, pl. BB, III ; Kroll 1993, p. 129, n. 175.

22 Pausanias, I, 23, 7.

23 Despinis 1994, p. 173-198 ; Despinis 1997, p. 209-217 ; Despinis 2004, p. 263, p. 305 ; Despinis 2007a, p. 88-89 ; Despinis 2007b, p. 62-67.

24 Pasquier 2007a, p. 103-104 ; Pasquier 2007b, p. 126-127.

25 Despinis 1997, p. 209-217.

26 Mantis 2000, p. 85-86 ; von den Hoff 2003, p. 189-191.

27 IG II2 4335.

28 Arrien, I, 16, 7 (panoplies) ; Plutarque, Alexandre, 16, 17-18 (boucliers) ; Harris 1995, p. 235.

29 Themelis 2003, p. 163.

30 Arrien, I, 16, 7.

31 Stevens 1940, p. 64-66 (qui suppose des phases différentes) ; Orlandos 1977, p. 209-215 ; Korres 1994, p. 138 (le problème reste encore à étudier).

32 Arrien, I, 16, 6 et I, 29, 5 ; Habicht 2000, p. 37-38.

33 Arrien, III, 6, 2. Pour les squelettes d’hommes avec des fers aux pieds trouvés dans une tombe hellénistique de la ville d’Akanthos, interprétés comme les dépouilles de prisonniers : Faklaris 1986, p. 178-184.

34 Green 1991, p. 181 ; Hurwit 1999, p. 254 ; Habicht 2000, p. 37.

35 Stewart et Korres 2004.

36 Korres 2000, p. 314-325 ; Mercuri et Soccal 2004, p. 513-515 ; Krumeich et Witschel 2009, p. 209-210.

37 Voir supra n. 13.

38 Hypéride, Pour Euxenippos, 19 ; Harris 1995, p. 235-236.

39 Themelis 2003, p. 163-164.

40 IG II2 1492 ; Harris 1995, p. 234-235 ; Themelis 2003, p. 164-166.

41 IG II2 1473, l. 6-8 ; Harris 1995, p. 234 ; Themelis 2003, p. 165.

42 Athènes, MAcrop 1331 : Brouskari 1974, p. 1331 ; Stewart 1993, p. 106-113 (œuvre de Lysippe).

43 Fittschen 1977, p. 21-25, n. 7.

44 Fittschen 1977, p. 21-25 ; Niemeier 1985, p. 107-108.

45 Ashmole 1951, p. 13-28 ; Hurwit 1999, p. 252.

46 Todisco 1993, p. 223 ; Rolley 1999, p. 290.

47 Kotsidu 2000, p. 26.

48 IG II2 3828 ; Hurwit 1999, p. 251, 293-294.

49 Monaco (à paraître).

50 Athènes, MAcrop 1338 ; IG II2 3025 ; Rausa 1998, p. 226-227 ; Von den Hoff 2003, p. 180 ; Shear 2003, p. 164-180 ; Goette 2007a, p. 122-123.

51 Goette 2007, p. 122.

52 Athènes, MAcrop 3176 + 5460 + 2635 ; Rausa 1998, p. 192-217 ; Goette 2007, p. 119-120.

53 Athènes, MAcrop 6465 + 6465a (= 4065) ; IG II2 3026 ; Rausa 1998, p. 217-234 ; Von den Hoff 2003, p. 180 ; Goette 2007, p. 123-124.

54 IG II2 3131.

55 IG II2 3019.

56 Davies 1971, p. 414-415, n. 11234 ; Faraguna 1992, p. 228-229 ; Hintzen-Bohlen 1997, p. 106-108 ; Rausa 1998, p. 218-221.

57 Von den Hoff 2003, p. 178-179.

58 Von den Hoff 2003, p. 179.

59 IG II2 3061, 3072.

60 IG II2 4328 ; 4329 ; 4334 ; 4338 ; 4339.

61 Von den Hoff 2003, p. 180.

62 IG II2 3827.

63 IG II2 3822.

64 Monaco 2007, p. 155-156.

65 Monaco (à paraître).

66 Krumeich et Witschel 2009, p. 198-199 ; Monaco (à paraître).

67 Pour la statue de Conon : Wycherley 1957, p. 213 ; Richter 1965, p. 107 ; Sehlmeyer 1999, p. 23 ; Oliver 2007, p. 184, n. 83 ; Shear 2007, p. 99, 107-108 ; pour l’identification du portrait avec le type Pastoret : Gauer 1968, p. 120-124 ; Dontas 1977, p. 85-89 ; Frel 1981, p. 41 ; Dillon 2006, p. 109 ; Schulze 2007, p. 291.

68 Pour Évagoras : Costa 1974, p. 45 ; Lewis et Stroud 1979, p. 180-193 ; Funke 1983, p. 149-189 ; Kralli 2000, p. 134 ; Shear 2007, p. 99, 107-108.

69 Burnett et Edmonson 1961, p. 74-91 ; Anderson 1963, p. 411-413 ; Buckler 1972, p. 466-474 ; Shear 2007, p. 110. Pour le stratège : Bianco 2000, p. 47-72 ; Monaco (à paraître).

70 Gauthier 1985, p. 102-103 ; Krumeich 1997, p. 209 ; Shear 2007, p. 110 ; Monaco (à paraître). Pour le stratège : Bianco 2007.

71 Pour le stratège : Bianco 1997 ; PAA 9, 2000, p. 582-587 ; pour la statue sur l’Agora : Shear 2007, p. 110 ; pour la statue et les megistai timai : Monaco (à paraître).

72 Athènes, EM 10397 ; IG II2 43 ; SEG 41.40 ; SEG 45.1210 ; SEG 46.119 ; Accame 1941, p. 48-69 ; Cargill 1981, p. 14-47 ; Rhodes & Osborne 2003, no 22 ; Monaco (à paraître).

73 Picozzi 1988, p. 65-93 ; Corso 2004, p. 92-99 ; von den Hoff 2007, p. 307-319 ; Krumeich et Witschel 2009, p. 200.

74 Lycurgue, Contre Léocrate, 51.

75 Camp 1990, p. 181-184 ; Hintzen-Bohlen 1997, p. 44-45.

76 Camp 1990, p. 74-77 ; Hintzen-Bohlen 1997, p. 45-48.

77 Townsend 1995, p. 34-38.

78 Pausanias, I, 5 ; Shear Jr. 1970, p. 145-222 ; Kron 1976, p. 228-232 ; Camp 1990, p. 69-72 ; Hintzen-Bohlen 1997, p. 40-42.

79 Romano, 1985, p. 441-454 ; Romano 1996, p. 71-85.

80 Pour le stade d’Hérode : Gasparri 1974-1975, p. 313-392 ; Papanicolaou-Christensen 2003, p. 25-29.

81 Kalligas conférence, musée Goulandri, le 18 janvier 2008.

82 Faraguna 1992, p. 273-274 ; Monaco 2001, p. 132.

83 Palagia 1982, p. 99-113 ; Palagia 1994, p. 113-122.

84 Athènes, Agora I 6524 = Rhodes & Osborne 2003, n79 = SEG 12.87 ; Meritt 1952, p. 335-359 ; Ostwald 1955, p. 123-128 ; Braccesi 1965, p. 110-126 ; Schwenk 1985, p. 40-41 ; Engels 1988, p. 181-203 ; Camp 1990, p. 248-250 ; Arnaoutoglou 1998, p. 75-77.

85 Wallace 1989, p. 182-184 ; Faraguna 1992, p. 270-272 ; Sawada 1996, p. 82-84 ; Rhodes et Osborne 2003, p. 388-392, n. 79.

86 Pour l’orateur : de Falco 1954 ; Treves 1958, p. 327-380 ; Davies 1971, p. 99-102 ; Mitchel 1970, p. 14-18 ; Marzi 1991, p. 70-83 ; Habicht 2000, p. 26-29, 34-35, 59-60, 64-65.

87 Dinarque, Contre Démosthène (1), 101 ; de Falco 1954, p. 94-95 ; Wycherley 1957, p. 209, n. 695 ; Marzi 1991, p. 75 ; Faraguna 1992, p. 394, n. 53 ; Kralli 2000, p. 147-148.

88 Polyeucte de Sphettos, <Contre Démade>, fr. 1 Baitter-Sauppe (= Apsinès, Art rhétorique, 10, 6).

89 Plutarque, Préceptes politiques, 820E ; Gauthier 1985, p. 110.

90 Pour Diphilos : Davies 1971, p. 167-169 (= Diphilos (II) syntriérarque avant 325-324) ; avec quelques perplexités : Osborne 1981, p. 165, n. 39 ; Faraguna 1992, p. 314-316.

91 Pour la statue : Dinarque, Contre Démosthène (1), 43 ; Wycherley 1957, p. 211, n. 700.

92 Gauthier 1985, p. 110-112.

93 IG I3 131.

94 IG II2 832.

95 Osborne 1981, p. 165-166.

96 Gauthier 1985, p. 110-112.

97 Schol. Aristophane, Grenouilles, v. 944.

98 Osborne 1981, p. 166 ; Gauthier 1985, p. 110, n. 112 ; Faraguna 1992, p. 219-220, 394-395.

99 Kralli 2000, p. 133-162 ; Azoulay 2009b.

100 Étienne 2004, p. 127.

Auteur

Université de la Basilicate

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540