Version classiqueVersion mobile

Le banquet de Pauline Schmitt Pantel

 | 
Vincent Azoulay
, 
Florence Gherchanoc
, 
Sophie Lalanne

Problèmes de genre

À propos d’un fragment de Zénon de Kition : la question du genre dans la littérature physiognomonique antique

Jérôme Wilgaux

Texte intégral

  • 1 Littéralement, la physiognômonia est l’art de porter un jugement sur la nature (phusis) des person (...)
  • 2 Cet article s’est progressivement construit à partir de communications présentées à Fribourg (Suis (...)

1Le renouvellement des thématiques historiques, à l’instigation le plus souvent des sciences sociales, s’est accompagné, au cours des vingt dernières années, du développement de problématiques relevant du « genre ». Cet approfondissement constant des modalités et des implications de l’articulation du masculin et du féminin, auquel nous invitent les travaux de Pauline Schmitt Pantel pour le monde grec ancien, nous incite également à un élargissement et une diversification de nos sources. C’est dans cet esprit que je me suis intéressé aux sources physiognomoniques antiques1, en partant du portrait suivant, attribué à Zénon de Kition2 :

  • 3 Clément d’Alexandrie, Le Pédagogue, III, 11, 74, 3 = SVF, I, no°246 (traduction personnelle). Le t (...)

1 Καλήν τινα ϰαὶ ἀξιέραστον ὑπογράφειν ὁ Κιτιεὺς ἔοιϰεν Ζήνων εἰϰόνα νεανίου ϰαὶ οὕτως αὐτὸν ἀνδριαντουργεῖ· « ἔστω », φησί, « ϰαθαρὸν τὸ πρόσωπον, ὀφρὺς μὴ ϰαθειμένη, μηδὲ ὄμμα ἀναπεπταμένον μηδὲ ἀναϰεϰλασμένον, μὴ ὕπτιος ὁ τράχηλος, μηδὲ ἀνιέμενα τὰ τοῦ σώματος μέλη, ἀλλὰ [τὰ] μετέωρα ἐντόνοις ὅμοια, ὀρθὸν οὖς
5 πρὸς τὸν λόγον [ὀξύτης, ϰαὶ ϰατοϰωχὴ τῶν ὀρθῶς εἰρημένων], ϰαὶ σχηματισμοὶ ϰαὶ ϰινήσεις μηδὲν ἐνδιδοῦσαι τοῖς ἀϰολάστοις ἐλπίδος. Αἰδὼς μὲν ἐπανθείτω ϰαὶ
ἀρρενωπία, ἀπέστω δὲ ϰαὶ ὁ ἀπὸ τῶν μυροπωλίων ϰαὶ χρυσοχοείων ϰαὶ ἐριοπωλίων ἄλυς ϰαὶ ὁ ἀπὸ τῶν ἄλλων ἐργαστηρίων, ἔνθα ἑταιριϰῶς ϰεϰοσμημέναι, ὥσπερ αἱ ἐπὶ τέγους ϰαθεζόμεναι, διημερεύουσι. »
l. 1 : νεανίου Cobet : νεανίδα, νεανία codd.
l. 3 : ἀναϰεϰλασμένον codd. : διαϰεϰλασμένον Cobet.
l. 4 : ὀρθὸν οὖς Cobet : ὀρθόνους codd., ὀρθὸς νοῦς Wachsmuth, suivi par von Arnim.
l. 5 : [ὀξύτης, ϰαὶ ϰατοϰωχὴ τῶν ὀρθῶς εἰρημένων] Schofield, qui à la suite de Dindorf propose de comprendre ce passage comme une incise, expliquant l’expression ὀρθὸν οὖς.
l. 8 : ϰεϰοσμημέναι codd. : ϰεϰοσμημένοι Cobet.
« Il est beau et digne d’être aimé le portrait de jeune homme que Zénon de Kition semble nous donner comme modèle, et tel un sculpteur c’est ainsi qu’il le représente : qu’il ait, dit-il, le visage pur, le sourcil non relâché, l’œil ni grand ouvert ni à moitié fermé, le cou non penché vers l’arrière, et les membres du corps non relâchés mais prêts à bondir comme sous l’effet d’une forte tension, l’oreille dressée au logos (c’est-à-dire une promptitude à comprendre et à retenir les paroles prononcées avec justesse), et que son apparence, ses mouvements ne donnent nulle espérance à ceux qui vivent dans la licence. Que n’émane de lui qu’une impression de pudeur et de virilité, et qu’il se tienne éloigné de la vie dissolue des boutiques de parfums, des ateliers d’orfèvre, des marchés aux laines, et de celle des autres ateliers, là où des femmes parées comme des courtisanes passent leur journée, à l’instar de celles qui attendent dans les bordels3. »

2Le bref apparat critique, bien sûr non exhaustif, qui complète ce texte fournit la raison première de mon choix : selon que l’on retient l’une ou l’autre des leçons proposées par les manuscrits, ce portrait est celui d’un jeune homme ou d’une jeune fille, et les éditeurs modernes ont donc proposé des corrections, au début et à la fin du texte, pour tenter de rendre l’ensemble plus cohérent. Afin de rendre compte de cette curieuse incertitude, je commenterai, dans une première partie, ce texte et les attitudes qui sont recommandées, puis dans une seconde partie j’analyserai de manière plus générale la place du féminin dans ce type de discours particulier qu’est le discours physiognomonique.

Un portrait exemplaire

  • 4 Cf. A. J. Festugière, La révélation d’Hermès Trismégiste, II, Le dieu cosmique, Paris, 1949, p. 29 (...)
  • 5 Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, VII, 10-11 (traduction R. Goulet, LGF (...)
  • 6 Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, VII, 22.
  • 7 Ibid., VII, 34. Cf. M. Schofield, The Stoic Idea of the City, op. cit., p. 117.
  • 8 Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, VII, 129-130 (traduction R. Goulet, L (...)
  • 9 Cf. M. Schofield, The Stoic Idea of the City, op. cit., p. 115-118 ; V. Laurand, « Du morcellement (...)

3Clément d’Alexandrie est le seul à nous avoir transmis ce fragment de Zénon de Kition, fondateur de l’École du Portique. Certains chercheurs4 y ont vu la description du comportement que ses jeunes disciples – de l’un ou l’autre sexe – devaient adopter, et en rapprochent en conséquence le décret qui aurait été voté par les Athéniens sur proposition de Thrasôn, récompensant Zénon pour avoir exercé une influence positive sur les jeunes gens, par son enseignement comme par son propre mode de vie : « […] Puisque Zénon, fils de Mnaséas, de Kition, qui pendant de nombreuses années a exercé la philosophie dans la cité, a été, par ailleurs, jusqu’à la fin, un homme de bien et qu’en incitant à la vertu et à la modération (ἐπ' ἀρετὴν ϰαὶ σωφροσύνην) ceux des jeunes gens qui venaient se confier à ses soins, il les exhortait aux plus belles choses, ayant offert en exemple à tous sa propre vie qui était en accord avec les discours qu’il tenait, il a paru bon au peuple […] de louer Zénon fils de Mnaséas, de Kition, et de le couronner d’une couronne d’or conformément à la législation, à cause de sa vertu et de sa modération, de construire d’autre part pour lui au Céramique un tombeau aux frais de l’État […]5. » Ainsi que l’indique encore Diogène Laërce, Zénon incitait les jeunes gens à « faire montre d’une décence (kosmiotês) parfaite dans leur démarche, leur tenue et leur habillement6 », mais au-delà de ces simples préceptes de bienséance, et sans entrer dans le détail du texte et des commentaires, toute interprétation doit tenir compte de la possibilité que ce fragment appartienne à l’ouvrage de Zénon intitulé L’Art d’aimer7. Il faudrait donc lire ce texte en comprenant que pour Zénon, beauté de l’âme et beauté du corps sont étroitement liées ; une belle apparence est le témoignage, la manifestation d’une âme disposée à la vertu, et cette apparence peut donc à bon droit susciter l’amour. Citons de nouveau Diogène Laërce : « Le sage sera amoureux des jeunes gens qui manifestent par leur apparence une disposition naturelle pour la vertu (τῶν νέων τῶν ἐμφαινόντων διὰ τοῦ εἴδους τὴν πρὸς ἀρετὴν εὐφυΐαν), comme le dit Zénon dans sa République, Chrysippe dans son premier livre Sur les genres de vie et Apollodore dans son Éthique. L’amour est un effort pour se faire un ami à cause de la beauté qui se manifeste (διὰ ϰάλλος ἐμφαινόμενον). […] La beauté est la fleur de la vertu (εἶναι δὲ ϰαὶ τὴν ὥραν ἄνθος ἀρετῆς)8. » Ainsi, le jeune homme (ou la jeune fille), par sa réserve, son rejet des artifices, montre qu’il ne veut donner aucun espoir aux débauchés, et il devient alors « digne d’être aimé » aux yeux des sages9.

  • 10 R. Förster, Scriptores physiognomonici, op. cit., t. II, no°125, p. 307-308.
  • 11 Voir, par exemple, la description du kinaidos donnée par [Aristote] (Physiognômonika, A21, 808a12- (...)

4Ce texte a été retenu par Richard Förster dans son anthologie des textes physiognomoniques antiques10. L’on pourrait s’en étonner, puisque ce passage n’est en rien une description physique – rien ne nous est dit par exemple de la couleur des yeux ou de la forme des épaules – et s’en tient à la seule manière de se comporter. Mais nous y retrouvons l’idée que le corps manifeste des dispositions morales, et l’ensemble des textes rassemblés par Förster montre bien que le physiognomoniste porte effectivement un jugement sur l’apparence dans son ensemble, et non pas simplement sur les traits physiques : sont donc pris en compte dans les descriptions les coiffures, les gestes, les attitudes… et les mouvements du corps sont d’ailleurs souvent cités comme étant les plus révélateurs11.

5Les indications données par Zénon ont suffisamment de parallèles dans les sources antiques, que celles-ci soient ou non de nature physiognomonique, pour pouvoir être déchiffrées aisément :

  • Le sourcil non relâché, pour être compris, doit être rapproché des autres prescriptions du texte et en particulier de ce qui est dit des membres du corps, le relâchement dont il est question devant être ici interprété comme une manifestation de mollesse, et donc, ainsi que l’indiquait Festugière dans un commentaire de ce texte, comme une preuve de vie dissolue12.
  • L’œil ni trop ouvert ni trop fermé témoigne de la préférence habituelle dans les textes physiognomoniques pour le juste milieu. Une telle disposition de l’œil est l’un des signes du courageux (andreios)13 ou de l’honnête homme (kosmios)14. Au contraire, des yeux grands ouverts sont la marque de l’impudent15, ou bien encore un indice de délire dans le corpus hippocratique16, tandis que les yeux à moitié fermés sont languissants, séducteurs, et constituent en quelque sorte une invite sexuelle17.
  • De manière générale, dans les traités physiognomoniques, un corps qui se tient droit est l’un des signes qui permettent d’identifier un bon caractère, un caractère viril, tandis qu’une inclinaison du cou est perçue négativement : ceux qui aiment lancer des insultes ou les impudents se tiennent penchés en avant18. Une « tête penchée vers la droite » révèle le kinaidos19. Pour Quintilien, un cou penché en arrière est une marque d’arrogance20 tandis que Clément d’Alexandrie dénonce avec vigueur les femmes qui boivent en se penchant en arrière, manifestant ainsi leur profonde indécence21.
  • 22 Xénophon, Mémorables, II, 1, 22 (voir également Philon d’Alexandrie, De Sacrificiis, 21 et suiv.). (...)

6D’un auteur à l’autre, de l’époque classique jusqu’à la période romaine, les jugements portés sur les gestes et les attitudes présentent donc de manière générale de fortes similitudes, et Clément qui, lorsqu’il écrit le Pédagogue vers 190 après J.-C., ne cesse de préciser ce que doit être la bonne manière, pour un chrétien, de s’habiller et de se comporter, peut ainsi, à bon droit, s’inspirer des écrits d’un philosophe païen ayant vécu dans la seconde moitié du ive siècle et la première moitié du iiie siècle avant J.-C. L’un des ouvrages de Xénophon, les Mémorables, contient d’ailleurs une description célèbre du Vice et de la Vertu (reprise de Prodicos), qui présente tout un ensemble d’indications assez proches de notre texte : le Vice, Kakia, est par exemple fardé et a les yeux grands ouverts, tandis que la Vertu, Aretê, a le corps pur, des yeux qui n’expriment que la pudeur (l’aidôs), et une attitude générale remarquable de sophrosunê22.

  • 23 Cf. H. North, Sophrosyne. Self-Knowledge and Self-Restraint in Greek Literature, New York, 1966 ; (...)
  • 24 Cf. M. Foucault, Histoire de la sexualité, II. L’usage des plaisirs, Paris, 1984, p. 269 ; voir ég (...)
  • 25 Cf. Xénophon, Cyropédie, VIII, 1, 33.

7Car c’est bien de sophrosunê dont il est question dans le texte de Zénon, ce terme grec que, selon les contextes, selon les auteurs, on peut traduire par « tempérance, modération, mesure, retenue, contrôle de soi, volonté de ne pas dépasser certaines limites, respect de la morale23… », une sophrosunê qui, dans les descriptions physiques, comme nous le voyons ici, se remarque avant tout dans la tenue du corps et les regards que l’on porte24, dans une retenue qui, en elle-même, est déjà la marque de la beauté25.

  • 26 Cf. H. P. Duerr, Nudité et pudeur. Le mythe du processus de civilisation, Paris, 1998.

8Les observations précédentes montrent bien que les règles de civilité – et tout ce qui relève de ce qu’il est convenu aujourd’hui d’appeler la discipline des corps – étaient tout aussi contraignantes dans l’Antiquité qu’elles ont pu l’être, et le sont toujours, aux périodes moderne et contemporaine26. Il nous faut cependant constater que le portrait brossé par Zénon ne nous permet pas de déterminer sans aucune hésitation le sexe de la personne concernée, comme si les mêmes préceptes pouvaient s’adresser aux femmes tout autant qu’aux hommes. Il ne faudrait cependant pas en conclure hâtivement que la physiognomonie ne prenait pas en compte la différence des sexes.

Le masculin et le féminin dans la littérature physiognomonique

  • 27 [Polémon], 1 (Förster, op. cit., I, p. 298) ; traduction personnelle.
  • 28 L’index des noms propres, dans l’édition de Förster, n’en recense aucune (si ce n’est quelques div (...)
  • 29 [Aristote], A23, 808a19-24.

9Ceux qui pratiquent la physiognomonie dans l’Antiquité célèbrent cette discipline pour son utilité dans la vie de chaque jour : « La physiognomonie est assurément [une invention] qui apporte de fréquents et grands secours à ceux qui l’apprennent ; car nul ne confierait de l’argent, ne confierait sa propre épouse ou n’accepterait un dépôt, ne partagerait son amitié, s’il reconnaissait sur la personne concernée les signes de l’impudence, de la mauvaise foi ou de tout autre vice27. » Chacun, dès lors, l’a compris, la physiognomonie est avant tout écrite par des hommes pour des hommes, et de fait, les femmes sont peu présentes dans les traités28. Les traités physiognomoniques passent en revue un grand nombre de caractères dont ils nous livrent une description physique, mais l’impression fréquente que l’on en retire est qu’une partie des traits retenus ne peut concerner que des hommes, et cela devient évident lorsqu’on nous dit, par exemple, lors de la description du « courageux » (thumôdous), que l’un des signes pertinents est le port d’une belle barbe29.

  • 30 S. Swain éd., Seeing the Face, Seeing the Soul : Polemon’s Physiognomy from Classical Antiquity to (...)
  • 31 Ibid., p. 459.

10Le traité de Polémon, dont nous possédons une traduction arabe, a l’intérêt d’agrémenter son texte d’une dizaine de cas, très précisément décrits et commentés : il s’agit toujours d’hommes, sauf une fois où, en fait, la femme qui est présentée ne laisse voir que ses yeux et le haut de son nez, le reste étant couvert par un voile, de sorte que seule l’agitation de son corps permet à Polémon de développer une interprétation physiognomonique30. À deux reprises, il montre comment, lors de mariages, il a pu anticiper une fin tragique, un enlèvement de la mariée par l’un des invités : dans les deux cas, il nous décrit précisément le ravisseur mais n’évoque que rapidement la mariée, décrivant simplement le regard de l’une et se contentant de remarquer, pour la seconde, qu’elle riait sans véritable joie31. Dans les rares cas où il est question d’une femme, Polémon ne se livre donc pas à une véritable description et à une analyse de leur caractère mais annonce des événements à venir.

11Ces remarques préliminaires ne doivent cependant pas nous abuser, la distinction du masculin et du féminin joue bien un rôle essentiel dans les écrits physiognomoniques. En voici les points essentiels.

  • 32 Voir notamment Aristote, Histoire des animaux, IX, 1, 608a21 et suiv. ; [Aristote], A10, B5 ; Polé (...)

12Les traités comparent et opposent un type masculin et un type féminin, identifiables par leurs caractères comme par leurs traits physiques. De manière générale, les traits physiques du type féminin sont caractérisés, comparés au type masculin, par des dimensions plus petites, de la mollesse, un manque de vigueur et de force, un aspect souvent plus charnu. Les caractères associés au type masculin sont positifs, tandis que les caractères associés au type féminin sont négatifs : l’individu qui relève du type masculin est plus fort, plus audacieux, plus noble de caractère. Le type féminin est, par contre, considéré comme plus injuste, plus fourbe, plus lâche. L’inventaire des traits physiques et moraux des types masculin et féminin débouche donc sur une dévalorisation quasiment constante du féminin et un constat de nette opposition entre les deux types32.

  • 33 S. Swain éd., op. cit., p. 393 ; Anonyme latin, 3.

13Il est cependant précisé que tout individu peut posséder des traits masculins comme des traits féminins : dans la masculinité réside la féminité, dans la féminité réside la masculinité33.

  • 34 S. Swain éd., op. cit., p. 383 ; p. 393.

14L’idée sous-jacente est que si le masculin s’oppose au féminin, cette distinction se retrouve en chaque personne, de sorte qu’il existe une continuité entre les deux sexes, avec, aux deux extrémités de la ligne, un homme de type masculin et une femme de type féminin, et comme situations intermédiaires des hommes possédant un plus ou moins grand nombre de traits féminins, et des femmes possédant au contraire des traits masculins. Comme l’écrit par exemple Polémon, on catégorise une personne selon ce qui prédomine en elle, le masculin ou le féminin34.

  • 35 Sur ce terme et sa traduction, voir V. Laurand, « Du morcellement à la totalité du corps : lecture (...)
  • 36 S. Swain éd., Seeing the Face, Seeing the Soul : Polemon’s Physiognomy from Classical Antiquity to (...)

15Il convient alors de remarquer que cette distinction du féminin et du masculin a dans les traités physiognomoniques une valeur méthodologique, puisqu’elle contribue à l’interprétation des signes : l’identification d’un trait physique comme typiquement masculin ou féminin permet de justifier son interprétation morale, de la même manière qu’un physiognomoniste peut faire référence aux animaux, aux peuples, à l’affection (pathos), à l’harmonie des traits (epiprepeia35), et aussi quelquefois à des explications physiologiques. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que le manuscrit d’Istanbul de Polémon, récemment traduit en anglais, cite la distinction du masculin et du féminin parmi les principes de base de la physiognomonie, au même titre, par exemple, que la méthode zoologique36.

  • 37 Sur cette méthode ethnologique, voir J. Wilgaux, « La physiognomonie antique : bref état des lieux (...)

16La manière de procéder est en fait similaire à celle employée dans la méthode ethnologique37. Les physiognomonistes savent très bien que d’un Égyptien à l’autre, les différences physiques peuvent être plus ou moins importantes, mais ils partent de l’idée que les Égyptiens partagent néanmoins certains traits physiques et moraux, et que toute personne possédant l’un de ces traits physiques communs à tous les Égyptiens aura donc le caractère correspondant.

17Il en est de même pour les hommes et les femmes : chaque représentant du sexe masculin ou du sexe féminin possède des caractéristiques qui lui sont propres, mais il existe des traits physiques et moraux plutôt masculins, d’autres plutôt féminins, et donc ils peuvent être utilisés pour déterminer quelle est la part du féminin et du masculin dans chaque individu faisant l’objet d’un examen physiognomonique.

  • 38 Toute allure efféminée signale nécessairement un homme partageant avec les femmes un goût excessif (...)
  • 39 E.g. Anonyme latin, 54, 74.
  • 40 Dans la démarche, par exemple, cf. [Aristote], 813a14-19 ; Anonyme latin, 76 ; 85 ; 98.
  • 41 Aristote, Poétique, 26, 1461b26-1462a14.

18Au-delà de cet aspect méthodologique, la manière dont la physiognomonie se représente le féminin se retrouve aisément dans bien d’autres sources, le féminin étant avant tout perçu comme une menace pour le masculin : à partir d’un point de vue androcentré, les traités ne cessent d’évoquer le cas d’efféminés, de kinaidoi, d’androgynes, stigmatisant ainsi la présence chez les hommes de traits féminins qui indiquent autant de défauts, aux connotations le plus souvent sexuelles38. Les traités ne nous donnent cependant guère de renseignements sur les femmes elles-mêmes : les attitudes, les comportements considérés comme caractéristiques du féminin, qui nous sont décrits ici et là, ne font que témoigner d’un manque de maîtrise de soi, révélateur d’intempérance sexuelle (dans la tenue du corps, dans les regards par exemple39), ou d’une certaine gaucherie40. De telles observations se retrouvent dans d’autres sources, qui, lorsqu’elles mentionnent des gestes féminins, les critiquent le plus souvent pour leur caractère excessif, désordonné, tumultueux. Pensons par exemple aux lamentations féminines, et aux mauvais acteurs, objets de moquerie pour leur gesticulation ridicule qui imite les femmes de basse condition41.

19Il est donc clair que les traités physiognomoniques ne décrivent pas les comportements féminins pour eux-mêmes, mais seulement dans la mesure où ils s’écartent dangereusement des comportements attendus des hommes.

  • 42 Anonyme latin, 7 (traduction J. André).

20Il est probable, cependant, que la pratique physiognomonique était plus attentive aux spécificités féminines et, peut-être, plus nuancée. D’une part, en effet, la totalité des signes observables devait faire l’objet de l’analyse, et chaque signe ne prenait sa valeur que replacé dans cette totalité. Les dimensions d’une partie du corps, des mains par exemple, devaient donc être appréciées non pas simplement par rapport aux hommes, mais aussi par rapport aux autres femmes et par rapport au reste du corps. D’autre part, l’interprétation d’un homme et d’une femme ne pouvait se faire de la même manière, car les parties les plus significatives n’étaient pas les mêmes pour les deux sexes ; l’Anonyme latin insiste en particulier sur la différence de la droite et de la gauche, le côté droit étant associé au masculin, le côté gauche au féminin : « Si on observe chez la femme un côté droit plus fort, ou un côté gauche chez l’homme, sache que l’individu de ce genre est un vantard (en grec, alazôn) et un menteur, car le physique entraîne les défauts correspondants. Car, si la gauche, dans le type masculin, admet davantage la faiblesse et les défauts, c’est la droite dans le type féminin42. »

  • 43 Voir notamment G. E. R. Lloyd, Polarity and Analogy : Two Types of Argumentation in Early Greek Th (...)

21La grille de lecture physiognomonique reprend ainsi le système binaire grec, opposant notamment le masculin au féminin, la droite à la gauche, les parties supérieures du corps aux parties inférieures43, la multiplication des critères permettant de parvenir à l’analyse la plus fine et la plus appropriée possible.

  • 44 S. Swain éd., Seeing the Face, Seeing the Soul : Polemon’s Physiognomy from Classical Antiquity to (...)
  • 45 E.g. Hippocrate, Maladies des femmes, I, 6. Cf. J. J. Winkler, Désir et contraintes en Grèce ancie (...)

22Il serait, par ailleurs, trop simple de penser qu’une femme idéale serait une femme partageant un grand nombre de traits physiques et donc moraux masculins ; au contraire, le manuscrit d’Istanbul du traité de Polémon met exactement sur le même plan la présence de traits masculins chez une femme et la présence de traits féminins chez un homme, les deux situations étant perçues comme une altération, une corruption du type44. Nous pouvons de ce point de vue rapprocher cette idée de ce que nous voyons dans les corpus hippocratique ou aristotélicien, où, lorsqu’il est fait mention de femmes ressemblant à des hommes par leur apparence physique, il s’agit de femmes stériles ou ayant de la peine à concevoir45.

  • 46 Remarquons également qu’un individu, quel que soit son sexe, relevant plutôt du type masculin donn (...)

23Les deux types, masculin et féminin, ne se résument donc pas simplement à ce qui serait une synthèse des traits communs, mais correspondent bien à ce qui est approprié naturellement à chaque sexe46.

Retour à notre portrait initial

24Les traités physiognomoniques prennent pour point de départ cette idée commune dans le monde gréco-romain que les apparences physiques se prêtent à des lectures morales, mais ils systématisent le propos et le naturalisent : un kinaidos, quels que soient ses efforts, ne pourra jamais cacher sa véritable nature au physiognomoniste. Les gestes, les attitudes, les apparences dans leur ensemble font ainsi l’objet d’un examen constant et sont soumis à des jugements de valeur, renvoyant à des normes sociales intériorisées, incorporées, dont le respect permet d’autant plus d’établir des hiérarchies entre les individus que ces dernières sont perçues comme naturelles : l’analyse physiognomonique est, nous l’avons dit, le dévoilement d’une phusis.

  • 47 Cf. Aristote, Politique, I, 13, 1260a13 et suiv.
  • 48 Cf. e.g. Clément d’Alexandrie, Le Pédagogue, II, 7, 58.

25Les règles de bienséance différaient assurément selon le sexe, et chaque catégorie de la société avait sa vertu propre, pour reprendre une formulation aristotélicienne47, mais, concrètement, nulle description ne nous est donnée dans les sources physiognomoniques de ce que serait l’attitude exemplaire d’une femme sage et décente, empreinte de sophrosunê. Il est vrai que, dans le cas du portrait brossé par Zénon, plus que le sexe, c’est le critère de l’âge qui semble ici essentiel : les jeunes garçons comme les jeunes filles (et comme les femmes de manière générale) ont pour point commun d’être dans une position subordonnée et on attend donc de tous de la réserve, de la modestie, de la tranquillité, de l’obéissance48. Mais de manière plus générale, toute à son analyse de ce que le corps exprime naturellement, et à sa stigmatisation de toute déviance par rapport à la norme virile, la physiognomonie ne nous donne que très indirectement accès aux normes corporelles qui pouvaient être spécifiques aux femmes, et le portrait de Zénon conserve son ambiguïté.

Notes

1 Littéralement, la physiognômonia est l’art de porter un jugement sur la nature (phusis) des personnes dont l’apparence est examinée, afin de leur attribuer un caractère particulier (ou bien encore de prévoir leur avenir). Plusieurs traités physiognomoniques, datant des époques hellénistique et romaine, ont été regroupés et édités par R. Förster, Scriptores physiognomonici graeci et latini, Leipzig, 1893 (2 vol.), ouvrage qui recense également environ deux cents extraits d’œuvres antiques, grecques et latines, liés d’une manière ou d’une autre à la physiognomonie. Sur la physiognomonie antique, voir S. Swain éd., Seeing the Face, Seeing the Soul : Polemon’s Physiognomy from Classical Antiquity to Medieval Islam, Oxford, 2007 ; V. Dasen et J. Wilgaux dir., Langages et métaphores du corps dans le monde antique, Rennes, 2008. Les traités de physiognomonie commentés dans cet article sont ceux du Pseudo-Aristote (cf. S. Swain éd., p. 637-661), de Polémon de Laodicée (cf. S. Swain éd., p. 333-485), d’Adamantios (cf. S. Swain éd., p. 493-547) et de l’Anonyme latin (J. André éd., Paris, Les Belles Lettres, 1981).

2 Cet article s’est progressivement construit à partir de communications présentées à Fribourg (Suisse) en novembre 2008, à Rennes en avril 2009 et à Nantes en mars 2010. J’adresse mes remerciements à tous ceux qui, par leurs questions, leurs commentaires, leurs critiques, m’ont permis d’enrichir ces analyses.

3 Clément d’Alexandrie, Le Pédagogue, III, 11, 74, 3 = SVF, I, no°246 (traduction personnelle). Le texte grec retenu ici est celui proposé par Malcom Schofield, dans The Stoic Idea of the City, Chicago, 1999, p. 115-116 ; plusieurs corrections avaient été proposées par K. G. Cobet dans la revue Mnemosyne, notamment en 1857 et 1862.

4 Cf. A. J. Festugière, La révélation d’Hermès Trismégiste, II, Le dieu cosmique, Paris, 1949, p. 292-293 ; M.-O. Goulet-Cazé, Les Kynica du stoïcisme, Stuttgart, 2003, p. 84.

5 Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, VII, 10-11 (traduction R. Goulet, LGF, 1999, légèrement modifiée). Sur ce décret, voir récemment M. Haake, « Documentary Evidence, Literary Forgery, or Manipulation of Historical Documents ? Diogenes Laertius and an Athenian Honorary Decree for Zeno of Citium », CQ, 54/2 (2004), p. 470-483.

6 Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, VII, 22.

7 Ibid., VII, 34. Cf. M. Schofield, The Stoic Idea of the City, op. cit., p. 117.

8 Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, VII, 129-130 (traduction R. Goulet, LGF, 1999).

9 Cf. M. Schofield, The Stoic Idea of the City, op. cit., p. 115-118 ; V. Laurand, « Du morcellement à la totalité du corps : lecture et interprétation des signes physiognomoniques chez le Pseudo-Aristote et chez les Stoïciens », dans Penser et représenter le corps dans l’Antiquité, F. Prost et J. Wilgaux éd., Rennes, 2006, p. 191-207.

10 R. Förster, Scriptores physiognomonici, op. cit., t. II, no°125, p. 307-308.

11 Voir, par exemple, la description du kinaidos donnée par [Aristote] (Physiognômonika, A21, 808a12-17, traduction personnelle) : « Les yeux baissés, des genoux qui se heurtent en marchant, la tête penchée vers la droite, les mains ont les paumes renversées et sont relâchées ; il a deux façons de marcher, soit en se penchant de tous côtés, soit en remuant constamment les hanches, et il ne cesse de porter son regard tout autour de lui […]. » Sur ce terme, voir les remarques de J. J. Winkler, Désir et contraintes en Grèce ancienne, Paris, 2005, p. 96 : « Le kinaidos était un homme socialement déviant dans la totalité de ce qu’il était : cela apparaissait essentiellement dans son comportement, qui transgressait et enfreignait de façon flagrante la définition sociale et dominante de la masculinité. »

12 A. J. Festugière, La révélation d’Hermès Trismégiste, II, Le dieu cosmique, op. cit. L’un des aspects les plus frappants de cette description est l’importance des négations, ainsi que le souligne V. Laurand, « Du morcellement à la totalité du corps : lecture et interprétation des signes physiognomoniques chez le Pseudo-Aristote et chez les Stoïciens », op. cit., p. 203 : « Dans ce portrait du type de la jeune fille sage, ou apte à la sagesse, ce qu’il ne faut pas, c’est un seul signe qui viendrait contredire la pureté du visage, et l’harmonie des attitudes. »

13 Cf. [Aristote], Physiognômonika, A13, 807b1-2 ; Polémon, B44 ; Adamantios, B44 ; Anonyme latin, 90.

14 Cf. [Aristote], Physiognômonika, A18, 807b36-37 ; Anonyme latin, 107.

15 Cf. [Aristote], Physiognômonika, A17, 807b29.

16 Cf. e.g. Epidémies, VI, 1, 15.

17 Cf. [Aristote], Physiognômonika, B6, 813a19 et suiv. ; Adamantios, A23 ; Clément d’Alexandrie, Le Pédagogue, III, 11, 68, 1 ; 11, 70, 1.

18 Cf. e. g. [Aristote], Physiognômonika, A28, 808a33 ; A17, 807b31-32 ; Anonyme latin, 106.

19 Cf. [Aristote], Physiognômonika, A21, 808a12-17.

20 Quintilien, Institution oratoire, XI, 3, 68 ; voir également Anonyme latin, 75 ; 76 ; 94.

21 Clément d’Alexandrie, Le Pédagogue, II, 33, 1.

22 Xénophon, Mémorables, II, 1, 22 (voir également Philon d’Alexandrie, De Sacrificiis, 21 et suiv.). Parmi les autres parallèles possibles, mentionnons le portrait de la Justice proposé par Chrysippe (SVF III, 197-8, apud Aulu-Gelle, Nuits attiques, XIV, 4).

23 Cf. H. North, Sophrosyne. Self-Knowledge and Self-Restraint in Greek Literature, New York, 1966 ; A. Rademaker, The Rhetoric of Self-Restraint. Polysemy and Persuasive Use of an Ancient Greek Value Term, Leyde, 2005.

24 Cf. M. Foucault, Histoire de la sexualité, II. L’usage des plaisirs, Paris, 1984, p. 269 ; voir également D. Cairns, « Bullish Looks and Sidelong Glances : Social Interaction and The Eyes in Ancient Greek Culture », dans Body Language in the Greek and Roman Worlds, D. Cairns éd., Swansea, 2005, p. 123-155.

25 Cf. Xénophon, Cyropédie, VIII, 1, 33.

26 Cf. H. P. Duerr, Nudité et pudeur. Le mythe du processus de civilisation, Paris, 1998.

27 [Polémon], 1 (Förster, op. cit., I, p. 298) ; traduction personnelle.

28 L’index des noms propres, dans l’édition de Förster, n’en recense aucune (si ce n’est quelques divinités féminines, qui ne font pas d’ailleurs l’objet d’une description).

29 [Aristote], A23, 808a19-24.

30 S. Swain éd., Seeing the Face, Seeing the Soul : Polemon’s Physiognomy from Classical Antiquity to Medieval Islam, op. cit., p. 457.

31 Ibid., p. 459.

32 Voir notamment Aristote, Histoire des animaux, IX, 1, 608a21 et suiv. ; [Aristote], A10, B5 ; Polémon, B2 (S. Swain éd., Seeing the Face, Seeing the Soul : Polemon’s Physiognomy from Classical Antiquity to Medieval Islam, op. cit., p. 393-395) ; Adamantios, B2 (S. Swain éd., op. cit., p. 517-519) ; Anonyme latin, 3-7.

33 S. Swain éd., op. cit., p. 393 ; Anonyme latin, 3.

34 S. Swain éd., op. cit., p. 383 ; p. 393.

35 Sur ce terme et sa traduction, voir V. Laurand, « Du morcellement à la totalité du corps : lecture et interprétation des signes physiognomoniques chez le Pseudo-Aristote et chez les Stoïciens », op. cit., notamment p. 196-200.

36 S. Swain éd., Seeing the Face, Seeing the Soul : Polemon’s Physiognomy from Classical Antiquity to Medieval Islam, op. cit., p. 481. Cette importance de la distinction masculin/féminin se retrouve chez l’Anonyme latin, 3. Cf. A. Zucker, « La sémiologie animale dans les traités de physiognomonie antique », dans Mensch und Tier in der Antike : Grenzziehung und Grenzüberschreitung. Symposion vom 7. bis 9. April 2005 in Rostock, A. Alexandridis, M. Wild et L. Winkler-Horacek éd., Wiesbaden, 2008, p. 165.

37 Sur cette méthode ethnologique, voir J. Wilgaux, « La physiognomonie antique : bref état des lieux », dans V. Dasen et J. Wilgaux dir., Langages et métaphores du corps, op. cit., p. 193-195.

38 Toute allure efféminée signale nécessairement un homme partageant avec les femmes un goût excessif pour les plaisirs sexuels, infidèle, adultère, transgressant allègrement les normes sexuelles masculines, cf. e.g. Adamantios A4 ; Clément d’Alexandrie, Le Pédagogue, III, 3, 15. Au fil des descriptions et des interprétations sont donc stigmatisés les adultères (moichoi, adulteri, moechi), les libidineux (lagnoi, libidinosi, turpiter cum mulieribus conuenientes), ceux qui s’adonnent à l’amour et aux plaisirs (veneri dediti, iuxta uenerem proniores…), à l’amour des petits garçons (paiderastês, iuxta pueros pronus), bref tous ceux qui se révèlent incapables de maîtriser leurs désirs sexuels. Voir notamment M. W. Gleason, Making Men. Sophists and Self-Representation in Ancient Rome, Princeton, 1995, ainsi que J. J. Winkler, Désir et contraintes en Grèce ancienne, op. cit., notamment le chapitre 2, « Faire la loi : la supervision du comportement sexuel dans l’Athènes classique », p. 95 et suiv.

39 E.g. Anonyme latin, 54, 74.

40 Dans la démarche, par exemple, cf. [Aristote], 813a14-19 ; Anonyme latin, 76 ; 85 ; 98.

41 Aristote, Poétique, 26, 1461b26-1462a14.

42 Anonyme latin, 7 (traduction J. André).

43 Voir notamment G. E. R. Lloyd, Polarity and Analogy : Two Types of Argumentation in Early Greek Thought, Cambridge, 1966.

44 S. Swain éd., Seeing the Face, Seeing the Soul : Polemon’s Physiognomy from Classical Antiquity to Medieval Islam, op. cit., p. 483.

45 E.g. Hippocrate, Maladies des femmes, I, 6. Cf. J. J. Winkler, Désir et contraintes en Grèce ancienne, op. cit., p. 105-106.

46 Remarquons également qu’un individu, quel que soit son sexe, relevant plutôt du type masculin donnera naissance à une descendance masculine, un individu de type féminin à une descendance féminine, cf. Anonyme latin, 7.

47 Cf. Aristote, Politique, I, 13, 1260a13 et suiv.

48 Cf. e.g. Clément d’Alexandrie, Le Pédagogue, II, 7, 58.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search