Version classiqueVersion mobile

Agriculture dépendante et agriculture durable

 | 
Geneviève Pierre

Deuxième partie. Les réformes de la PAC depuis 1992 et leur application sur les plateaux du sud-est du Bassin parisien

Chapitre 9. Des revenus agricoles garantis

Texte intégral

Sources et documents utilisés

  • 1 Observatoire de l’agriculture bourguignonne.

1Il a été possible – mais de façon inégale selon les départements – d’avoir accès aux documents de gestion des centres de fiscalité et d’économie rurale. Ces documents ne revêtent pas un caractère exhaustif puisque seuls les agriculteurs au bénéfice réel y sont comptabilisés, ce qui écarte généralement les plus bas revenus et les plus petites exploitations. Le centre de comptabilité et d’économie rurale de Haute-Marne (CCER) exclut, dans les moyennes, les exploitations de moins de 35 hectares de SAU et celles dont le produit hors sol correspond à plus de 20 % du produit total. En fonction de l’évolution des revenus, l’effectif n’est jamais constant mais il a une valeur indicative très intéressante et présente les grandes lignes d’évolution des revenus, de leur composition, en permettant des comparaisons entre les différents espaces de production des plateaux de Bourgogne, plateau de Langres et Barrois. En Haute-Marne, les exploitations comptabilisées par le CCER correspondent à plus de 75 % de la production agricole et 60 % des exploitations, mais beaucoup plus sur le plateau de Langres et surtout en Barrois. D’autre part, le conseil régional de Bourgogne, dès 1990, a engagé un travail d’observation des résultats des différents systèmes de production visés par la réforme de la PAC de 1992. Il s’agit de l’Observatoire de l’agriculture bourguignonne, réalisé par le centre d’économie rurale de Bourgogne, à partir d’un échantillon d’exploitations agricoles suivies en comptabilité dans les centres départementaux d’économie rurale. On se focalise dans tous les cas sur les systèmes de production grande culture, polyculture-élevage et bovins viande en Bourgogne, bovins lait en Haute-Marne. Pour la Bourgogne, les documents fournis proviennent soit de l’Observatoire économique régional de Bourgogne1 où les plateaux de basse Bourgogne sont traités comme des régions de « grande culture à faible potentiel », soit de l’Observatoire départemental du CER de l’Yonne. Les documents obtenus provenant du CCER de Haute-Marne sont les plus complets puisqu’ils entrent dans le détail des régions agricoles et de l’ensemble de la comptabilité de gestion.

La très forte dépendance aux paiements compensatoires de la PAC

Quelques définitions

2Ces définitions sont tirées du RICA (Réseau d’information comptable agricole) et des documents de gestion fournis par les centres d’économie rurale. Le produit agricole représente la valeur de l’ensemble des productions, des cultures de vente, des productions animales (lait, bovins, ovins, autres) et fourrages, de l’élevage hors sol et des produits divers dont la transformation en pailles, les subventions et primes, paiements compensatoires et primes animales ainsi que des prestations diverses et produits financiers. La valeur ajoutée est égale au produit brut agricole diminué des approvisionnements et achats ou charges externes, des frais divers de fournitures et de services, des frais financiers et de gestion. Les charges proportionnelles sont dépendantes de la variation interannuelle de l’activité ; elles correspondant aux engrais et amendements, semences et plants, traitements phytosanitaires, frais vétérinaires, aliments du bétail, frais de production animale et assurances. Les charges de structures ne sont pas liées directement à ces variations conjoncturelles d’activité. Elles correspondent aux salaires, charges sociales, fermage, entretien de la mécanisation, matériel et outillage, énergie, cotisations sociales, assurances, impôts et taxes, transports et déplacements, frais divers de gestion et frais financiers, amortissements. La marge brute globale correspond à la valeur ajoutée additionnée des subventions d’exploitation, ou encore, au produit global des activités diminué des charges proportionnelles. L’EBE, excédent brut d’exploitation, est égal à la marge brute totale, à laquelle on ajoute les produits divers, et de laquelle on soustrait les charges de structure. L’ENE (excédent net) correspond à l'ΕΒΕ, moins les amortissements et les frais financiers. Le revenu agricole disponible est égal au résultat courant auquel on ajoute les amortissement et duquel on retire les annuités des emprunts à rembourser.

Les effets de la PAC de 1992 dans les premières années de la réforme

  • 2 J.-C. Detaille, Observatoire départemental 1991-1995, CER de l’Yonne, juin 1996.
  • 3 Observatoire de l’agriculture bourguignonne, conseil régional et CER Bourgogne, résultats 1996, ju (...)

3Le CER de l’Yonne a mené une étude comparative de l’évolution des revenus agricoles entre les différentes régions et systèmes de production, dans les premières années de mise en place de la réforme, de 1991 à 19952. Ce travail est complété par l’Observatoire de l’agriculture bourguignonne et par le CER de Bourgogne, pour l’année 19963. Ils permettent la comparaison entre les régions à « fort potentiel en grande culture », du nord du département de l’Yonne, et celles à « faible potentiel » des plateaux du Tonnerrois et du sud de l’Auxerrois. L’évolution du revenu agricole, par UTA, de 1991 à 1996, dans les exploitations de polyculture de l’Yonne a été très favorable aux « régions agricoles de faible potentiel ». L’écart de revenu s’est inversé en 1993. De 1994 à 1996, une UTA des plateaux dispose d’un revenu agricole de 40 000 francs supplémentaire, en moyenne, par rapport à une UTA du nord du département, même si le produit agricole par hectare de SAU est toujours à l’avantage du nord du département, dans des systèmes de production plus intensifs. Parallèlement, l'ΕΒΕ par hectare de SAU est devenu, à partir de 1993, plus élevé en région agricole des plateaux de Bourgogne que dans le nord du département. Les rendements de référence départementaux ont été plutôt favorables aux plateaux, en Bourgogne (graphique 3).

Source : CER de l’Yonne.
graphique 3. Exploitations de grande culture de l’Yonne : évolution du poids des primes sur l'ΕΒΕ, par hectare, de 1991 à 1995

4Dans les systèmes spécialisés en grande culture de l’Yonne, qu’ils soient de « fort potentiel » ou de « faible potentiel », la dépendance à l’égard des paiements compensatoires et subventions PAC est très forte et comparable, mais elle a un impact différent sur les plateaux pour deux raisons essentielles. Tout d’abord, parce que les compensations et revenus, plus élevés que ce que l’on escomptait, ont conforté un système de production agricole régionalisé, hyperspécialisé dans trois grandes cultures dépendantes de la PAC de 1992. Cette sécurité de revenu n’encourage pas à explorer d’autres productions, mais les marges de manœuvre des agriculteurs en cas de fortes variations des cours sont inexistantes ; il n’y a pas de production de repli à l’inverse des régions agricoles de grande culture du nord du département. Les voies de diversification sont difficiles à définir sur les plateaux. On a privilégié l'intensification du facteur terre ; la densité de travail agricole est faible. Les plateaux de Bourgogne présentent une augmentation du revenu et un accroissement des superficies par UTA, assez marqué, au moment de la mise en place de la réforme (tableau 40.)

tableau 40. SAU par UTA dans les exploitations de grande culture en Bourgogne

tableau 40. SAU par UTA dans les exploitations de grande culture en Bourgogne

Sources : CER Bourgogne, Observatoire économique régional, Observatoire de l’agriculture, Conseil régional de Bourgogne.

5Depuis 1992, ce système de production en grande culture, hyperspécialisé, et sa logique de développement, loin d’être remis en cause, apparaissent confortés. L’augmentation des superficies moyennes d’exploitation nourrit le système. Elle explique en grande partie les hauts revenus dégagés par exploitation, dans le but de combler la relative médiocrité des résultats par hectare. La PAC de 1992 prolongée par l’Agenda 2000, grâce aux paiements à l’hectare, accélère cette tendance particulièrement marquée sur les plateaux de basse Bourgogne icaunais. La condition de l’apparente solidité du système et de ses revenus est sa dépendance par rapport à la PAC. Le tableau 41 montre que les régions agricoles de plateaux ont le pourcentage de subventions dans l'ΕΒΕ le plus élevé de l’ensemble de ces départements. Cependant, entre les différents plateaux du sud-est du Bassin parisien, on distingue des nuances dans l’évolution et la composition des revenus, liées au degré de spécialisation en grande culture des systèmes de production. L’exemple haut-marnais permet de l’illustrer.

tableau 41. Poids des primes dans les exploitations en système de polyculture de Bourgogne en 1996

tableau 41. Poids des primes dans les exploitations en système de polyculture de Bourgogne en 1996
  • 4 Excédent brut d’exploitation

Sources : CER Bourgogne, Observatoire économique régional, Observatoire de l’agriculture, Conseil régional de Bourgogne.
Note 44

Les évolutions de revenus : l’exemple haut-marnais

6Les documents de comptabilité du CCER de Haute-Marne distinguent plusieurs régions économiques agricoles. La Grande Montagne correspond à la partie la plus élevée du plateau de Langres, au moins 400 mètres d’altitude, où les sols sont les plus superficiels et les conditions climatiques les plus rudes (secteur d’Auberive). La Petite Montagne se rapporte à la partie sud du plateau de Langres, où les altitudes moyennes sont d’environ 250 mètres, les sols plus profonds et les conditions climatiques plus favorables (secteur de Prauthoy). Le Barrois centre inclut le Barrois vallée, mais également la plus grande partie du plateau, de Châteauvillain-Juzennecourt à Doulaincourt, Poissons, Saint-Blin, Andelot, Chaumont.

7On reconnaît des différences internes dans l’évolution des résultats agricoles. Le graphique 4 montre que l’évolution du revenu agricole par UTA est généralement favorable, de 1990 à 1996, particulièrement pour le Barrois centre et la Petite Montagne, de façon moins nette pour la Grande Montagne. L’évolution des revenus par exploitation, dans le graphique 5 et le tableau 42 ne présentent pas de tendances nettement différentes. De 1996 à 1998, la diminution des revenus par UTA et par exploitation est typique de ce que l’on connaît dans les plateaux du sud-est du Bassin parisien, liée notamment à la baisse des cours céréaliers et oléagineux. Ces différences de revenus globaux, entre Grande Montagne, d’une part, et Barrois, Petite Montagne, d’autre part, ont deux explications : le revenu par hectare de SAU et l’intensification du facteur terre dans la constitution du revenu.

Source : CCER Haute-Marne.
graphique 4. Évolution du revenu par UTA de 1990 à 2001 dans les exploitations agricoles des plateaux haut-marnais

Source : CCER de Haute-Marne ; en francs et équivalent franc pour2001.
graphique 5. Évolution du revenu par exploitation de 1990 à 2001 sur les plateaux haut-marnais

tableau 42. Évolution du revenu agricole par exploitation de 1990 à 2001

tableau 42. Évolution du revenu agricole par exploitation de 1990 à 2001

Source : CCER de Haute-Marne.

8Les exploitations de la Grande Montagne se distinguent généralement, au cours des années 1990, par un plus faible revenu et un plus faible produit agricole par hectare de SAU par rapport aux autres régions de plateaux, traduisant la moins grande intensification du système de production. Parallèlement, le nombre d’UTA par exploitation y est le plus élevé de l’ensemble des plateaux, supérieur à deux, dans les années 1990. Le revenu global par exploitation et par UTA y est, logiquement, le plus faible. Il faut se garder cependant des conclusions trop hâtives. Les évolutions connues, entre 1998 et 2001, au moment de la mise en place de la PAC de 2000, donnent des résultats différents. Dans l’évolution des revenus, on doit tenir compte de la combinaison de facteurs conjoncturels, économiques, climatiques et structurels : les évolutions des revenus ne sont pas toutes à mettre sur le compte de la PAC de 2000. Il est vrai que les revenus par exploitation et par hectare de SAU (graphiques 5 et 6, tableau 42), sur l’ensemble des plateaux haut-marnais, après avoir connu une hausse nette entre 1990 et 1996, liée en grande partie à des cours favorables, ont connu une baisse significative entre 1996 et 1998, diminution accentuée depuis 1998. L’évolution souvent défavorable des cours des céréales et oléagineux, les conditions climatiques de production de 2001, plutôt mauvaises, se traduisant par une baisse des récoltes (diminution du produit des cultures de vente), la baisse du paiement compensatoire oléagineux (de 51 euros par hectare) en 2001, la modulation des aides directes, se conjuguent pour expliquer la diminution générale des revenus. Toutefois, le cas de la Grande Montagne mérite plus d’attention. Après avoir connu, dans la décennie 1990, des évolutions atténuées et un niveau de revenu en retrait par rapport au Barrois centre et à la Petite Montagne haut-marnaise, la période 1998-2001 définit un renversement de situation dans le revenu par unité de main d’œuvre, par exploitation et par hectare de SAU, désormais un peu plus élevé que ceux du Barrois centre et de la Petite Montagne. Toutefois, le niveau de revenu agricole par hectare de SAU obtenu en 2001 dans les exploitations de la Grande Montagne est inférieur à celui de 1990. Cette situation peut n’être que très conjoncturelle ! Il est à noter qu’en 2001 cette région a moins subi que le reste de la Haute-Marne l’effet des précipitations trop abondantes qui ont surtout affecté les régions de sols plus profonds. En Grande Montagne, on ne peut guère mettre l’augmentation des revenus par exploitation sur le compte de l’accroissement des superficies moyennes d’exploitation, qui a été modeste sur cette période, notamment entre 1998 et 2001 (diminution de 1,6 % pour les exploitations du CCER), alors que l’évolution des superficies moyennes des exploitations CCER de la Grande Montagne n’est guère différente de celle du Barrois centre, entre 1990 et 2001. La mise en place de la nouvelle PAC, à partir de 2006 (accord de Luxembourg) prend, pour base de définition des paiements uniques par exploitation, la référence 2000-2002, pour laquelle les différences entre Barrois centre, Petite Montagne et Grande Montagne, sont atténuées, dans une conjoncture générale de diminution des revenus.

Source : CCER Haute-Marne.
graphique 6. Revenu agricole par hectare de SAU sur les plateaux haut-marnais

tableau 43. Produit agricole par hectare de SAU de 1990 à 2001

tableau 43. Produit agricole par hectare de SAU de 1990 à 2001

Source : CCER Haute-Marne.

tableau 44. UTA par exploitation sur les plateaux haut-marnais 1990 et 2001

tableau 44. UTA par exploitation sur les plateaux haut-marnais 1990 et 2001

Source : CCER Haute-Marne.

9Si la logique de l’agrandissement joue pleinement son rôle dans la constitution du revenu, elle est peu différente pour l’ensemble des régions agricoles (tableaux 44 et 45). Ainsi, la Grande Montagne qui cumule, a priori, plusieurs handicaps dans la constitution de son revenu, c’est-à-dire un système de production moins intensif par hectare de SAU (le produit agricole par hectare de SAU n’est que de 939 euros en 2001, contre 1 070 pour le Barrois centre et 945 pour la Petite Montagne), mais employant néanmoins plus de main-d'œuvre par exploitation (tableau 46), réussit néanmoins à s’adapter à la conjoncture.

tableau 45. SAU par exploitation référencée au CCER de Haute-Marne

Source : CCER de Haute-Marne.

tableau 46. Évolution de la SAU par UTH de 1990 à 2001 sur les plateaux haut-marnais

tableau 46. Évolution de la SAU par UTH de 1990 à 2001 sur les plateaux haut-marnais

Source : CCER de Haute-Marne.

10La Grande Montagne haute-marnaise s’est habituée à une gestion prudente de l’exploitation, destinée à la prémunir contre les aléas conjoncturels. Le revenu agricole dépend, certes, des paiements compensatoires, élément de revenu stable apporté par la réforme de la PAC de 1992, transformé en paiement unique par exploitation dès 2006, mais surtout d’une gestion de l’exploitation plus économe, peut-être aussi parfois plus routinière, que dans d’autres régions : les frais d’amortissement du matériel et le niveau, plus faible qu’ailleurs, des emprunts, traduisent une utilisation plus fréquente du matériel ancien et un moindre niveau des investissements : le niveau d’achat du matériel est bien plus faible que dans les autres régions agricoles de la zone d’étude. Tout cela se traduit dans le niveau du revenu agricole actuel. La dépendance aux paiements compensatoires de la PAC de 1992, qui est très élevée, l’est cependant proportionnellement moins que dans le Barrois centre ou dans la Petite Montagne haute-marnaise.

11En Barrois centre et en Grande Montagne, la dépendance par rapport aux primes de la PAC (tableau 47) apparaît moins forte que sur les plateaux de Bourgogne de l’Yonne et en Petite Montagne haut-marnaise. L’importance des primes liées à l’élevage en Grande Montagne, dans des exploitations en système mixte grande culture-herbivores, réduit le taux de dépendance directe par rapport aux paiements compensatoires COP de la PAC sans pour autant le supprimer : depuis 1993, la part des primes et subventions dans la composition du produit agricole a toujours été en moyenne supérieure à 25 %. Cependant, la part de l’élevage s’est maintenue dans le produit agricole, alors que celle des cultures de vente a régressé. En Petite Montagne (graphiques 7 et 8), la part des produits d’élevage dans le produit agricole est inférieure à 25 % et le produit des cultures de vente représente, en fonction de la conjoncture économique, des quantités vendues et des prix, plus de 40 % (45 % en 1998) du produit agricole. La dépendance directe par rapport aux paiements compensatoires de la PAC s’y révèle aussi bien plus forte et ce fait ne sera pas remis en cause par le découplage, introduit à partir de 2006.

tableau 47. Primes et subventions PAC en % de l’EBE sur les plateaux haut-marnais, tous systèmes de production confondus, en 1998 et 2001

1998

2001

Barrois centre

75 %

96,3 %

Petite Montagne

92 %

92 %

Grande Montagne

73 %

86,7 %

Source : CCER Haute-Marne.

Source : CCER de Haute-Marne.
graphique 7. Assolement type pratiqué dans les exploitations haut-marnaises référencées au CCER de Haute-Marne

graphique 8. Origine des subventions et primes PAC en 2001 dans les exploitations agricoles des plateaux haut-marnais

  • 5 Détenteurs de superficies en céréales, oléagineux et protéagineux.
  • 6 CCER de Haute-Marne.
  • 7 J.-C. Sourie, A.-S. Wepierre, G. Millet, « Analyse de scénarios de politique agricole pour des rég (...)
  • 8 Le niveau de découplage est partiellement au choix des États, en découplage partiel ou total, et s (...)

12La relative diversité des systèmes de production pratiqués dans les différentes régions agricoles de plateaux introduit des nuances dans le taux de dépendance par rapport aux primes et subventions directes de la PAC, mais aussi par rapport à l’importance du revenu par exploitation, par UTA, et par unité de surface. Ce sont les systèmes de production généralement les plus tournés vers la grande culture céréalière très peu diversifiée qui apparaissent les plus dépendants : plateaux de Bourgogne de l’Yonne et Petite Montagne (les paiements compensatoires représentent plus de 90 % de l’EBE), avec des revenus par exploitation plus élevés qu’en Grande Montagne, du moins jusqu’en 1998. Plus la présence de l’élevage est marquée, y compris l’élevage spécialisé (Grande Montagne) plus les agriculteurs risquent d’être des « petits scopeurs5 » qui, dans certains cas (moins de 92 tonnes de production), ne sont pas soumis au gel des terres. Le Barrois, tout comme les plateaux de Côte-d’Or, représentent des exemples intermédiaires. Ainsi, ce que la PAC de 1992 a principalement changé pour ces systèmes de production, quelles que soient les nuances apportées, ce sont les conditions de la pérennité de l’activité, fortement suspendues au bon vouloir de décisions politiques que l’agriculteur, à son niveau, ne peut pas maîtriser, même en gérant différemment son exploitation. La Grande Montagne n’échappe pas non plus à cette dépendance dans la mesure où, parallèlement à la grande culture, les exploitations en système mixte (et, bien sûr, les exploitations spécialisées dans les différentes formes d’élevage bovin notamment) connaissent un encadrement important de leur activité par la PAC (quotas laitiers) et l’exploitant peut bénéficier de différents types et niveaux de primes pour le troupeau de bovins à viande, bien que de façon moins systématique et « directe » que dans le cas des primes SCOP. L’EBE dépend, généralement, à plus de 70 %, des primes et paiements compensatoires « COP » de la PAC. Comment la pérennité de l’activité agricole de production peut-elle être durablement assurée alors que le politique peut changer les règles du jeu, les aggraver ou en ajouter de nouvelles ? C’est à la fin des années 1990, au moment où l’on baisse à nouveau les prix garantis des céréales, où les compensations oléagineuses sont diminuées, où la modulation des aides est introduite par la France, pour les campagnes agricoles 1999-2000 et 2000-2001 (et qui sera généralisée dès 2005 sous une forme différente définie dans l’accord de Luxembourg de 2003), que toute la fragilité du système se révèle. En Haute-Marne6 30 % des exploitations spécialisées en COP sont modulées. Elles correspondent surtout aux plus grandes exploitations et aux exploitations les plus spécialisées en COP, très représentées sur les plateaux, puisque la modulation française de 1999-2002 ne s’applique qu’à partir de 30 000 euros d’aides directes versées au titre des superficies en COP. Le taux maximum de modulation correspond à 20 % des aides reçues, c’est-à-dire en moyenne à 24 400 euros, pour des aides directes reçues de plus de 124 000 euros. 8 % des exploitations spécialisées en COP haut-marnaises sont parvenues à ce niveau maximum de modulation même si, en moyenne, les exploitations modulées du département l’ont été à hauteur 2 750 euros, pour des paiements compensatoires moyens reçus de 55 800 euros. La révision à mi-parcours de la PAC en 2003, dans un sens favorisant un découplage beaucoup plus large des aides, est une preuve de la dépendance de ces espaces à des décisions politiques extérieures ; toutefois, le taux de modulation applicable est moins sévère que celui appliqué par la France, même s’il, s’applique à partir de 5 000 euros d’aides reçues. Il est cependant vrai que ces mesures affecteront les plateaux du sud-est du Bassin parisien. Une étude commandée par le ministère de l’Agriculture et menée conjointement avec l’INRA7 a évalué les effets sur les revenus, sur les assolements, sur les conduites culturales des exploitations de grande culture en région intermédiaire (cas du département de l’Indre, fortement concerné par les terres à cailloux), de différents scénarios de politique européenne : poursuite de l’Agenda 2000 dans les mêmes conditions, dégressivité des aides de 3 % par an, et scénario de découplage partiel ou total, pour la période 2003 à 2007. Dans tous les cas, ce sont les exploitations de plus de 100 hectares qui sont le plus touchées, or ces exploitations sont ultradominantes sur les terres à cailloux. Le débat sur la révision à mi-parcours de l’Agenda 2000 a porté sur trois points importants : l’échéance et le calendrier de la nouvelle réforme, le niveau du découplage, partiel (souhaité par la France) ou total (souhaité par le commissaire européen Frantz Fischler) et l’écoconditionnalité. Une solution intermédiaire s’est imposée (accord du 26 juin 2003)8. Dans le cas du découplage total ou partiel, beaucoup d’organisations agricoles en France s’inquiètent du blocage du revenu direct pour chaque exploitation. L’augmentation ou la diminution des revenus, à partir de cette part de prime fixe, serait beaucoup plus liée qu’aujourd’hui à l’évolution des cours mondiaux qui ne reposent, dans les terres à cailloux, que sur quelques productions. Ainsi, les fluctuations des cours introduisent un autre élément de fragilité dans un système de production apparemment consolidé par les revenus fixes apportés par les paiements compensatoires. Sur ces plateaux hyperspécialisés dans lesquels la PAC a accentué un modèle unique de développement, renforçant la simplification extrême des assolements et des paysages, comment envisager la définition d’une agriculture durable et multifonctionnelle renouvelant les interrelations entre le développement agricole et le développement rural, ainsi que le proposent les lois d’orientation agricoles et d’aménagement du territoire de 1999, appuyées par la nouvelle PAC depuis 2000 ?

Comment mieux maîtriser le revenu ?

Système extensif, système intensif, productivisme

  • 9 Compte tenu de l’évolution des marchés internationaux, du GATT et de la PAC.
  • 10 Violette Rey, 1982, op. cit., p. 68.
  • 11 C. Béranger, « Extensification, l’évolution des réflexions », Comité national extensificationdiver (...)

13L’extensification apparaît théoriquement pertinente en système de grande culture car nous raisonnons là en terme de productions généralement excédentaires9 au sein de la PAC, sauf pour les oléagineux. Il y a donc nécessité d’ajuster les quantités produites aux besoins, ce qui peut justifier une conduite extensive. Cela peut d’autre part constituer une réponse à la baisse des prix agricoles. On s’interroge sur les charges structurelles et proportionnelles dans un contexte de baisse des prix mais également de contrôle de la production pour maintenir les marges brutes par hectare. D’autre part, extensification, système extensif de production et forte productivité ne sont pas incompatibles. La production agricole repose sur des combinaisons variables de facteurs de production, le travail, le capital, et la terre, le plus rigide et le plus contraignant. La théorie économique suppose le choix de la combinaison assurant la plus grande productivité au facteur le plus coûteux et le plus rare. Le productivisme tant décrié actuellement sert de définition au modèle de croissance de l’agriculture française depuis les années 1960 jusqu’aux années 1980. On peut le définir comme un ensemble de phénomènes d’intensification du facteur travail, caractérisés par la combinaison de quantités croissantes de terre et de capital par travailleur10. La définition du productivisme ne se réduit pas à la nécessité d’augmenter la production (qui justifie généralement le processus d’intensification) ni à la défense de la productivité globale des facteurs. C’est souvent l’intensification du facteur travail qui constitue la meilleure définition du productivisme pour ses détracteurs. Cependant, cette définition n’est pas contradictoire avec celle d’extensification ou de système extensif qui encouragent l’accumulation de capital et de terre par unité de travailleur même si les rendements ou le produit global par hectare de SAU s’inscrivent dans une logique de diminution. D’autre part, on peut parler d’extensification réalisée par « intensification du facteur terre », par augmentation de la SAU. Selon C. Béranger, « quand on parle d’extensification, il s’agit bien d’utiliser de façon plus extensive le facteur terre, la surface agricole, tout en poursuivant l’accroissement de la productivité du travail et du capital11 ». L’extensification ne doit pas se raisonner seulement au niveau de l’exploitation, mais s’inscrire dans une approche globale qui en étudie les conséquences au niveau de la région, au niveau des filières d’approvisionnement et des entreprises de collecte, de transformation et de commercialisation. Des systèmes de production extensifs peuvent-ils être adoptés avec succès au niveau de la petite région agricole ? Doit-on plutôt parler de tentative de réalisation de système extensif, d’extensification ou de désintensification ?

  • 12 J.-C. Tirel, « Extensification », INRA Productions animales, 1991, p. 5-12.
  • 13 C. Béranger, « Extensification », Initiatives rurales, no 7-8,1989, p. 57-59.

14La limite entre désintensification et extensification est ténue. Même après extensification, J.-C. Tirel souligne que « beaucoup de nos systèmes de production conserveront par exemple une productivité par hectare de la terre que nous envieraient bien des pays en mal de développement12 » Par rapport aux autres espaces de grande culture dans le monde, le système européen est toujours plus intensif. Les tailles moyennes d’exploitation de grande culture en France et en Europe se situent, dans l’immédiat, hors de portée d’une mise en place généralisée de systèmes extensifs comparables à d’autres grandes régions productrices de grains dans le monde, comme les États-Unis, le Canada ou l’Australie. Cependant, le débat impulsé par la réforme de la PAC et sa critique du productivisme a permis d’approfondir la réflexion sur la mise en pratique de nouvelles méthodes de production qui se veulent plus respectueuses des préoccupations environnementales. Dans la perspective d’une baisse des prix agricoles garantis et des cours mondiaux, on maintient son revenu en limitant les intrants et les engrais, tout en se fixant un optimum de rendement raisonnable, généralement assez élevé : on reste dans un système intensif. Les modèles de mise en pratique de culture raisonnée ou de compression des charges pour obtenir des marges optimales se sont généralisés, et les journaux agricoles en présentent de nombreux exemples montrant des différences qui tiennent au degré plus ou moins intensif du système d’origine. Pourtant, l’extensification ne consiste pas simplement à réduire tel ou tel facteur de production à l’hectare mais doit chercher à « bâtir des itinéraires techniques différents jouant sur tous les équilibres et interactions du système de production pour produire moins en conservant ou en accroissant la marge obtenue13 ». Ainsi, il ne faut pas confondre extensification et économie des coûts de production réalisées dans une logique de production intensive. Or, c’est bien généralement ce que l’on observe sur les plateaux du sud-est du Bassin parisien.

15Dans le cadre d’un système moins intensif, on renonce consciemment au potentiel maximal théorique de production. On peut définir ainsi la production extensive : il s’agit d’une production non maxima par hectare ; mais, c’est une agriculture intensive par rapport au facteur de production « travail ». Pour les plateaux du sud-est du Bassin parisien, on doit plutôt parler de désintensification que d’extensification. Il s’agit éventuellement de produire autant à l’hectare (rarement moins) en maintenant voire en améliorant les marges brutes par hectare, grâce à la diminution des charges. Cela correspond à la fois à la diminution des gaspillages et des coûts de production mais également à une réduction des pollutions (engrais, phytosanitaires, déjections animales) assurant une meilleure préservation de l’environnement. Dans tous les cas, l’extensification suppose soit des grandes structures de production, soit des possibilités d’agrandissement de ces structures : le problème foncier et successoral intervient donc au cœur de l’analyse (voir chapitre 6). De plus, il existe une contradiction évidente entre la logique extensive et les politiques favorables à l’installation, que l’on cherche à conduire tant bien que mal depuis la charte nationale à l’installation et la signature des chartes départementales (1996).

Les aspects des pratiques agricoles moins intensives et leurs contraintes

16On peut diminuer les charges proportionnelles par le biais des intrants. Les coûts de production peuvent être abaissés, si l’on réduit les charges de structure, notamment en ce qui concerne le matériel. On peut mettre en place des cercles d’échange, des banques de matériel, des CUMA (Coopératives d’utilisation du matériel en commun). La limitation des coûts de production peut se réaliser par le biais de nouvelles stratégies de commercialisation : collecte, transformation, achat d’intrants, production et utilisation de la fumure animale de l’exploitation et limitation des achats d’aliments du bétail en système mixte, production de ses semences fermières. La difficulté d’une conduite technique moins intensive réside dans la juste maîtrise du risque. Jusqu’à quel point peut-on diminuer les charges à l’hectare sans compromettre gravement les récoltes ? Selon des techniciens travaillant sur les plateaux de Bourgogne, on ne peut guère descendre à un niveau de charges variables inférieur à 380 euros par hectare sans prendre un risque important. Dans les petites terres, la gestion technique du risque est d’autant plus ardue qu’intervient le problème des engrais azotés, de l’absorption et de la fixation de l’azote. Dans le cadre de l’extensification, afin de diminuer les risques de pollution, il faut admettre délibérément une baisse des rendements. Sur ces plateaux, particulièrement en Grande Montagne, on a admis, par obligation, depuis plusieurs décennies, de ne pas chercher des rendements plus élevés. Cependant, il est difficile de définir un rendement acceptable et fiable dans la mesure où celui-ci se joue à partir du mois de mai, quand les intrants ont déjà été déversés. Dans les petites terres, la maîtrise technique a comparativement moins d’importance que sur sol profond car, sur les sols à cailloux, c’est le facteur climatique et notamment hydrique qui est le plus déterminant pour le niveau des rendements. On peut, dans certains cas, envisager une extensification sans technicité. On obtient un rendement inférieur aux autres agriculteurs de la région mais on passe peu de temps sur la parcelle et, dans ce cas, l’existence de très vastes structures de production est un préalable nécessaire : on fait moins de dépenses à l’hectare.

  • 14 J.-P. Butault, P. Lerouvillois, « La réforme de la PAC et l’inégalité des revenus agricoles dans l (...)

17Pour définir le caractère plus ou moins intensif du système de production sur les plateaux du sud-est du Bassin parisien, on a retenu un certain nombre de critères issus des statistiques du CCER de Haute-Marne, du CER de l’Yonne, du CER de Bourgogne et de l’Observatoire économique régional de Bourgogne, édité par le conseil régional. D’après les définitions formulées dans les paragraphes précédents, il apparaît que le critère foncier est important, mais également les revenus que l’on en tire par rapport aux rendements pratiqués. Selon J.-P. Butault et P. Lerouvillois14, dans les systèmes de grande culture en France, « le poids de la surface des exploitations dans la formation des inégalités a doublé, tandis que celui de l’intensification, c’est-à-dire du produit agricole par hectare de SAU, s’est réduit de moitié », introduisant un premier critère de définition de l’intensification. On peut retenir les critères comparatifs suivants, valables en systèmes de grande culture et systèmes mixtes. La SAU par UTA apparaît comme la première approche d’un système consommant de l’espace grâce à la forte productivité du travail. Le produit agricole global par hectare de SAU c’est-à-dire le « résultat économique agricole de production » – les primes étant considérées comme une part de ce produit, comme produisant du revenu agricole – par superficie, censé être moins favorable en système extensif ou « moins intensif » que le produit agricole par UTA. Les charges proportionnelles et de structure par hectare de SAU doivent être inférieures. Cependant, la marge brute par hectare de SAU peut être équivalente, traduisant dans ce cas l’efficacité économique du système de production qui raisonne autrement le rapport entre la valeur ajoutée et les coûts de production. La reconnaissance de pratiques de désintensification doit montrer une évolution qui n’a pas forcément été impulsée ou initiée par la réforme de la PAC de 1992. Quelles peuvent être les signes de désintensification ? Il faut définir des critères associés, montrant une évolution « parallèle » pendant les années 1990. L’évolution des rendements doit montrer que l'on ne recherche pas le rendement maximum. L’augmentation de la SAU par UTA, de 1990 à 2001, doit être étudiée parallèlement à l’éventuelle diminution des charges d’intrants et de mécanisation par hectare de SAU, à l’évolution des marges brutes par hectare de SAU et du produit global par hectare de SAU et à l’évolution du produit agricole par UTA.

18Ces données envisagées dans les pages suivantes (tableaux 39 à 47) permettent de définir, au sein des plateaux du sud-est du Bassin parisien, des degrés différents de productivité des facteurs de production. L’évolution des rendements ne montre pas, il est vrai, de stratégie évidente de limitation des rendements, sur une période courte. Le graphique 9 compare plusieurs régions agricoles en grande culture plus ou moins intensives selon leurs rendements.

Sources : DDAF Yonne, service statistique, TER-LAB, TERUTI, et CCER deHaute-Marne.
graphique 9. Évolution des rendements en blé tendre d’hiver de 1992 à 1999 dans quelques régions du sud-est du Bassin parisien

19Dans l’Yonne, sur les plateaux et en basse Yonne, on remarque un parallélisme dans l'évolution des rendements liée à l’influence des conditions climatiques conjoncturelles. Cependant, les rendements des plateaux restent toujours inférieurs à ceux du nord de l’Yonne, même si les différences entre bonnes et mauvaises années y sont atténuées, voire très atténuées. Cela signifie que, sur les plateaux, il est plus difficile qu’ailleurs de prévoir à l’avance son rendement tant il dépend des conditions climatiques de mai et de juin. La « modestie » du rendement en bonne année montre que l’on ne cherche pas – ou que l’on ne peut pas – « pousser » le rendement.

20Le produit agricole par hectare de SAU, avant la réforme de la PAC de 1992, avantage nettement la région « Bourgogne plaine », caractérisant un système de grande culture plus intensif même que le Barrois centre. En Grande Montagne haute-marnaise, la relative faiblesse du produit agricole par hectare de SAU définit le système le moins intensif. Or, la mise en place de la PAC a plutôt nivelé le produit agricole par hectare de SAU de l’ensemble de ces systèmes de production. En 2001, le produit agricole par hectare de SAU de la Grande Montagne rattrape presque celui de la Petite Montagne (voir le tableau 48). L’écart entre Barrois centre et Grande Montagne, pour le produit agricole par hectare de SAU, est beaucoup plus faible en 2001 qu’en 1990 ; cependant, dans ces évolutions, il ne faut pas négliger les effets conjoncturels, climatiques. Le caractère moins intensif des exploitations de la Grande Montagne apparaît clairement mais de façon nuancée, en fonction des systèmes de production, plus ou moins spécialisés. Les tableaux 48 et 49 s’intéressent aux exploitations mixtes bien représentées en Grande Montagne et en Barrois centre. Cela permet de comparer les conduites de gestion des exploitations, à système de production semblable, pour des régions agricoles différentes.

tableau 48. Évolution du produit agricole par hectare de SAU de 1993 à 2001 dans les exploitations en systèmes mixtes, grandes cultures et herbivores

1993 (en francs)

1996 (en francs)

1998 (en francs)

2001 (en francs et euros)

Barrois centre

6879

7 582

7 587

7 498 (1 143)

Grande Montagne

5685

6208

6073

6 114 (932)

Source : CCER Haute-Marne.

tableau 49. Évolution du produit agricole par UTA de 1993 à 2001 en système mixte

1993 (en francs)

1996 (en francs)

1998 (en francs)

2001 (en francs et euros)

Barrois centre

523 185

613554

616700

647 427(98 700)

Grande Montagne

462218

524937

551140

579 816 (88 392)

Source : CCER Haute-Marne.

21D’après les deux tableaux, la hiérarchie « d’intensité productive » apparaît bien respectée, d’autant plus que les primes ont été incluses dans les résultats. Certes, l’augmentation de la SAU par UTA, de 1991 à 2001 peut laisser penser à une stratégie d’extensification : en Grande Montagne, l’exploitation augmente de 33 % sa superficie moyenne ; ce n’est pas l’augmentation la plus marquée, mais les exploitations sont déjà grandes au moment de la mise en place de la réforme. Il s’agit surtout d’une logique déjà décrite de se prémunir contre la baisse des prix et d’utiliser au mieux les dispositions de la réforme de la PAC de 1992. La région Grande Montagne, dans laquelle le produit agricole est le plus faible par hectare de SAU, ne profite guère de ces agrandissements pour développer l’extensification. Il est vrai que la forte représentation des systèmes mixtes, avec élevage bovin laitier, l’importance des STH, minimisant l’importance de la SCOP, ont pu freiner cette stratégie. Le manque de moyens financiers a également pu jouer. De plus, l’acquisition de surfaces en herbages n’apparaît intéressante que si des droits à produire (lait) y sont attachés. À système de production semblable, système mixte grande culture-herbivores, la moindre intensivité et la moindre productivité du travail des exploitations de la Grande Montagne apparaît par rapport à celles du Barrois centre, alors que le nombre d’UTA par exploitation est très comparable : 2,22 UTA par exploitation en 2001 en Barrois centre et 2,21 en Grande Montagne.

22L’évolution de l’économie agricole des années 1990 qui voit la mise en place de la PAC, la baisse des prix agricoles et une certaine modération, dans un premier temps, dans l’utilisation des charges d’intrants, se traduit par un maintien voire une légère augmentation des marges brutes, sur le plateau de Bourgogne de l’Yonne, en Petite Montagne, voire une forte augmentation en Barrois centre et en plaine de Bourgogne (système le plus « intensif » en grandes cultures), du moins jusqu’en 1998, mettant un terme à toute interrogation sur une éventuelle extensification. Parallèlement à la stratégie de l’agrandissement on ne constate pas durablement de diminution des charges proportionnelles (par hectare de SAU), qui aurait pu traduire l’utilisation des mêmes moyens sur une surface plus grande. L’évolution des charges répond aussi souvent à des préoccupations conjoncturelles : ainsi, elles diminuent (intrants et mécanisation) entre 1998 et 1999, sans doute par effet d’anticipation des réformes à venir. On constate une certaine stabilité, sur dix ans, dans le niveau des charges, malgré la baisse de 1993. Cependant, en fonction des types de charges, on peut observer quelques nuances. Les charges d’intrants connaissent une forte diminution entre 1990 et 1996, pour toutes les régions agricoles, surtout marquée entre 1990 et 1993. À partir de 1996, le niveau des charges augmente à nouveau, traduisant un rattrapage des intrants, engrais de fond et produits phytosanitaires, que l’on a négligés au moment de la mise en place de la réforme. Le rattrapage est cependant moins net en région Grande Montagne. Les charges de mécanisation, par hectare de SAU, exprimées en francs courants, ont à peine marqué le pas entre 1990 et 1993, pour augmenter à nouveau à partir de 1996, mais de façon relativement modérée, sans dépasser le niveau de 1990. Elles sont les plus élevées là où le système apparaît le plus intensif et les plus faibles en Grande Montagne, qui s’efforce néanmoins de rattraper son retard, puisque c’est dans cette région que ces charges augmentent le plus depuis 1990.

23On peut confirmer l’existence de différents niveaux d’intensité productive entre les régions agricoles de plateaux et leurs systèmes de production, mettant à part la Grande Montagne, là où les rendements obtenus par hectare de SAU, le produit agricole, les marges brutes, les charges d’intrants et de mécanisation sont les plus faibles, mais pas forcément les revenus par UTA et par hectare de SAU. De plus, de 1998 à 2001, l'ΕΒΕ ainsi que la marge brute par exploitation se rapprochent de ceux de la Petite Montagne, toutes exploitations confondues (graphiques 10 et 11). Cela définit une conduite et une gestion d’exploitation différente (tableaux 50 et 51), beaucoup plus économe en matériel, outillage et intrants (poids de l’élevage) : les habitudes d’économie et de gestion prudentes ont été adoptées de longue date face aux aléas conjoncturels, aux variabilités des rendements, aux plus faibles revenus par UTA et par exploitation en général. Les paiements compensatoires de la PAC ont apporté un revenu fixe bienvenu, bien que le poids des primes sur la marge brute se situe dans la moyenne des autres régions agricoles (Petite Montagne et Barrois centre), toutes exploitations confondues, et le poids des primes sur l'ΕΒΕ y est un peu plus faible. Ces résultats économiques témoignent d’une stratégie moins intensive, mais pas d’une extensification à proprement parler, sur la longue durée. Ce caractère moins intensif est également confirmé par la comparaison entre les exploitations spécialisées en cultures de vente du Barrois centre (où elles sont majoritaires), de la Petite Montagne (trente exploitations) et de la Grande Montagne (peu nombreuses, une vingtaine tout au plus), d’après le CCER de Haute-Marne (tableau 51). Les différences de gestion d’exploitation, de marges brutes par hectare, de produit agricole par hectare de SAU et par UTA subsistent entre, d’une part, le Barrois centre et la Petite Montagne et, d’autre part, la Grande Montagne, sauf pour « immobilisations en matériel et outillage ». Le produit agricole par UTA dans les exploitations spécialises en cultures de vente de la Grande Montagne est moins en retrait par rapport aux autres régions agricoles, et plus favorable que dans les exploitations en système mixte, du fait du nombre réduit d’UTA (1,44 UTA par exploitation).

Source : CCER Haute-Marne.
graphique 10. EBE sur les plateaux haut-marnais de 1993 à 2001

Source : CCER de Haute-Marne.
graphique 11. Marges brutes par hectare de SAU des exploitations haut-marnaises

tableau 50. Charges d’intrants, poids des immobilisations, coûts d’achat du matériel et autofinancement, tous systèmes de production, en 2001.

Intrants* (en euros/ha de SAU) (

Coûts d’achat du matériel en euros/ha de SAU)

Immobilisations en matériel et outillage (en euros/ha de SAU)

Barrois centre

249

146

446

Petite Montagne

191

143

498

Grande Montagne

178

91

367

Source : CCER deHaute-Marne.
* intrants : engrais et amendements, semences et plants, produits de traitements.

tableau 51. Intrants, immobilisations, matériel et autofinancement, produit agricole et primes dans les exploitations spécialisées en culture de vente en 2001

tableau 51. Intrants, immobilisations, matériel et autofinancement, produit agricole et primes dans les exploitations spécialisées en culture de vente en 2001
  • 15 Prime de 300 francs par hectare si le chargement est inférieur à 1,4 UGB, majorée à moins d’une UG (...)
  • 16 Sources : CNASEA Bourgogne-Franche-Comté et Alsace-Lorraine-Champagne.
  • 17 Enquête sur le devenir de l’espace agricole et rural de la Haute-Marne, perspectives d’évolution d (...)
  • 18 Aide de 1 500 F par UGB réduite.

24L’extensification dans le domaine de l’élevage serait-elle plus probante ? En Grande Montagne, la prime à l’herbe concernant le maintien de l’extensification en système d’élevage bovin a eu un peu plus d’impact. En effet, la taille moyenne élevée des exploitations et une proportion d’herbages inférieure à 75 % de la SAU a exclu beaucoup d’exploitations de ces mesures. La prime au maintien des systèmes d’élevage extensifs est une mesure agri-environnementale. Elle est la seule à s’appliquer d’emblée sur l’ensemble du territoire national sous réserve d’un taux de chargement du cheptel inférieur à 1,4 unité de gros bovin (UGB) et augmentée en dessous d’une UGB15. La prime est plafonnée à 30 000 francs par exploitation, ce qui correspond à 100 hectares de SAU. C’est un des socles des mesures agri-environnementales, complété en Haute-Marne et en Bourgogne par des programmes régionaux « zonés », s’appliquant en plus de la prime à l’herbe, comme « la diminution de la charge de cheptel par augmentation de la surface fourragère », concernant très peu les plateaux de basse Bourgogne, sauf à leurs marges. Cette « prime à l’herbe16 » a peu d’impact dans la région d’étude, compte tenu des systèmes de production pratiqués, en grande culture et systèmes mixtes, (même si la part de l’élevage est localement plus importante, à Auberive, Sombernon, Vézelay, Nogent-en-Bassigny), du chargement par hectare de SAU dans les exploitations d’élevage, de l’importance relativement faible des STH dans la SAU, y compris en Grande Montagne ou dans l’est du Barrois haut-marnais, et de la taille moyenne des exploitations. En Haute-Marne, les programmes complémentaires cherchent à valoriser des prairies sans droits à produire. En effet, une enquête de l’ADASEA de Haute-Marne17 a repéré des prairies permanentes sans références laitières chez les exploitants agricoles sans succession. Elles représentent plus de 100 hectares dans les cantons d’Arc-enBarrois, Châteauvillain, Vignory, Doulaincourt, Blaiserives, Saint-Blin, Prauthoy, plus de 300 hectares dans le canton de Langres, mais moins de 100 hectares à Auberive, en Grande Montagne. Bien que cela touche surtout le sud-est du département (le grand Bassigny), le programme s’applique aussi à la région agricole du plateau de Langres. Ce programme encourageant la diminution du chargement par un agrandissement d’au moins 15 % de la SFP de référence18 (celle de 1992-1993), contractualisé sur cinq ans, a eu d’autant moins de succès que les exploitations s’étaient déjà fortement agrandies dans les années précédentes. La prime à l’herbe, qui rencontre un peu plus de succès, reste circonscrite à quelques cantons des plateaux en privilégiant le plateau de Langres de Haute-Marne. En basse Bourgogne, 30 % de la SAU des cantons de Vézelay et de Saint-Seine-l’Abbaye est primée, mais près de 50 % à Sombernon. Sur le plateau de Langres haut-marnais, la mesure concerne 30 % au plus de la SAU à Auberive ou Prauthoy mais beaucoup plus à Langres dont une partie du canton se situe en région herbagère du Bassigny. La nouvelle PAC de 2000 durcit les conditions de définition du chargement maximal autorisé pour bénéficier de la prime puisqu’on inclut plus d’animaux dans le calcul, les génisses et les jeunes bovins notamment ; selon la révision à mi-parcours en 2003, les primes doivent être délivrées par hectare de prairies, et non plus par tête, favorisant l’extensification. Parallèlement, la France a choisi les options permettant un « recouplage » maximal des aides afin de garantir l’approvisionnement des filières : pas de découplage pour la prime au maintien du troupeau de vaches allaitantes et un découplage de 60 % pour le prime à l’abattage. Dans cet espace agricole, la maîtrise des coûts de production par la réduction des intrants apparaît la plus probante et permet de contrôler davantage le revenu, même si l’intensité productive est inférieure à d’autres régions de grande culture.

Notes

1 Observatoire de l’agriculture bourguignonne.

2 J.-C. Detaille, Observatoire départemental 1991-1995, CER de l’Yonne, juin 1996.

3 Observatoire de l’agriculture bourguignonne, conseil régional et CER Bourgogne, résultats 1996, juillet 1997.

4 Excédent brut d’exploitation

5 Détenteurs de superficies en céréales, oléagineux et protéagineux.

6 CCER de Haute-Marne.

7 J.-C. Sourie, A.-S. Wepierre, G. Millet, « Analyse de scénarios de politique agricole pour des régions céréalières intermédiaires », Notes et Études économiques, 17, 2002, p. 147-162.

8 Le niveau de découplage est partiellement au choix des États, en découplage partiel ou total, et s’appliquera à partir de 2005 : la France a choisi un découplage à 75 %.

9 Compte tenu de l’évolution des marchés internationaux, du GATT et de la PAC.

10 Violette Rey, 1982, op. cit., p. 68.

11 C. Béranger, « Extensification, l’évolution des réflexions », Comité national extensificationdiversification, ministère de l’Agriculture, séminaire des 23 et 24 octobre 1990.

12 J.-C. Tirel, « Extensification », INRA Productions animales, 1991, p. 5-12.

13 C. Béranger, « Extensification », Initiatives rurales, no 7-8,1989, p. 57-59.

14 J.-P. Butault, P. Lerouvillois, « La réforme de la PAC et l’inégalité des revenus agricoles dans l’UE », Économie et Statistique, no 329-330,1999, p. 73-86.

15 Prime de 300 francs par hectare si le chargement est inférieur à 1,4 UGB, majorée à moins d’une UGB.

16 Sources : CNASEA Bourgogne-Franche-Comté et Alsace-Lorraine-Champagne.

17 Enquête sur le devenir de l’espace agricole et rural de la Haute-Marne, perspectives d’évolution d’ici l’an 2002, ADASEA Chaumont, 1995.

18 Aide de 1 500 F par UGB réduite.

Table des illustrations

Légende Source : CER de l’Yonne.graphique 3. Exploitations de grande culture de l’Yonne : évolution du poids des primes sur l'ΕΒΕ, par hectare, de 1991 à 1995
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre tableau 40. SAU par UTA dans les exploitations de grande culture en Bourgogne
Légende Sources : CER Bourgogne, Observatoire économique régional, Observatoire de l’agriculture, Conseil régional de Bourgogne.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre tableau 41. Poids des primes dans les exploitations en système de polyculture de Bourgogne en 1996
Légende Sources : CER Bourgogne, Observatoire économique régional, Observatoire de l’agriculture, Conseil régional de Bourgogne.Note 44
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Source : CCER Haute-Marne.graphique 4. Évolution du revenu par UTA de 1990 à 2001 dans les exploitations agricoles des plateaux haut-marnais
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Source : CCER de Haute-Marne ; en francs et équivalent franc pour2001.graphique 5. Évolution du revenu par exploitation de 1990 à 2001 sur les plateaux haut-marnais
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre tableau 42. Évolution du revenu agricole par exploitation de 1990 à 2001
Légende Source : CCER de Haute-Marne.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Source : CCER Haute-Marne.graphique 6. Revenu agricole par hectare de SAU sur les plateaux haut-marnais
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre tableau 43. Produit agricole par hectare de SAU de 1990 à 2001
Légende Source : CCER Haute-Marne.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre tableau 44. UTA par exploitation sur les plateaux haut-marnais 1990 et 2001
Légende Source : CCER Haute-Marne.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre tableau 46. Évolution de la SAU par UTH de 1990 à 2001 sur les plateaux haut-marnais
Légende Source : CCER de Haute-Marne.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Source : CCER de Haute-Marne.graphique 7. Assolement type pratiqué dans les exploitations haut-marnaises référencées au CCER de Haute-Marne
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende graphique 8. Origine des subventions et primes PAC en 2001 dans les exploitations agricoles des plateaux haut-marnais
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Sources : DDAF Yonne, service statistique, TER-LAB, TERUTI, et CCER deHaute-Marne.graphique 9. Évolution des rendements en blé tendre d’hiver de 1992 à 1999 dans quelques régions du sud-est du Bassin parisien
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Source : CCER Haute-Marne.graphique 10. EBE sur les plateaux haut-marnais de 1993 à 2001
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Source : CCER de Haute-Marne.graphique 11. Marges brutes par hectare de SAU des exploitations haut-marnaises
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre tableau 51. Intrants, immobilisations, matériel et autofinancement, produit agricole et primes dans les exploitations spécialisées en culture de vente en 2001
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/32188/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search