Version classiqueVersion mobile

Agriculture dépendante et agriculture durable

 | 
Geneviève Pierre

Remerciements

Texte intégral

1Ce travail, réalisé entre 1997 et 2002 dans le cadre d’un doctorat de géographie au sein du LADYSS (laboratoire « Dynamiques des sciences sociales ») de Paris I, Paris VIII et Paris X, n’aurait pas été possible sans le soutien éclairé et attentif de monsieur le Professeur Jean-Paul Charvet, directeur de thèse. Le concours de nombreux acteurs locaux du développement rural et agricole des trois départements de l’étude, Yonne, Côte-d’Or et Haute-Marne a été, bien évidemment, indispensable. Le travail de terrain, la collecte des données et des informations, les enquêtes, n’ont été possibles que grâce à leur disponibilité et leur compétence. J’ai été amenée à rencontrer, parfois longuement, des agriculteurs sur les plateaux de Bourgogne, de Langres et du Barrois de la Haute-Marne (beaucoup d’agriculteurs rencontrés n’ont pas voulu que leur nom soit cité.), des techniciens des chambres d’agriculture (François Contat à l’APVA de Haute-Marne, M. Blondel à la maison de l’agriculture de Haute-Marne, Hélène Toussaint et Jacques Simon à la chambre d’agriculture de l’Yonne, l’antenne de la chambre d’agriculture de Châtillon-sur-Seine), des ADASEA des trois départements (où l’accueil a été attentif et les informations, très fournies, et d’un très grand intérêt - je remercie particulièrement monsieur Bouvet pour l’ADASEA de Haute-Marne-) et du CNASEA, les services statistiques, fonciers et forestiers des DDAF et des DRAF, les centres d’économie rurale (notamment monsieur Degeorge pour le CCER de Haute-Marne), les SAFER, les services de la Mutualité sociale agricole, de l’Office national des forêts, des fédérations de producteurs (monsieur Leblond pour la Fédération des producteurs de lait de Haute-Marne, Fédération de producteurs de truffes de Bourgogne), les responsables des journaux agricoles départementaux, Didier Quintard et Jean-Pierre Arlix, à Terres de Bourgogne, et l’Avenir agricole et rural de la Haute-Marne, des syndicats agricoles, FDSEA et Confédération paysanne (messieurs Collin et Bailly), les centres régionaux de la propriété forestière, les fédérations de chasseurs (particulièrement en HauteMarne), les syndicats et maisons de pays (l’ADECAPLAN à Auberive, Martine Girault et Jacqueline Mangin pour la maison de pays du Châtillonnais, le centre de développement du Tonnerrois et Joël Galmiche pour l’ACEIF), les chambres de commerce et d’industrie, les comités départementaux et régionaux du tourisme, les organismes stockeurs et les négociants céréaliers (Henri Durnerin à 110 Bourgogne, Robert Bilbot à Dijon Céréales, EMC2, Souflet-Ramel à Lézinnes, la SEPAC en Haute-Marne, la SCARM), Michel Maurice, l’ONIC, l’AGPB (Dominique Chambrette pour la Côte-d’Or), la Fédération des oléoprotéagineux. J’espère que les organismes et personnes que j’aurais malencontreusement oubliées sauront me pardonner.

2Je remercie également mesdames Martine Tabeaud et Élisabeth Mornet, pour les Publications de la Sorbonne, ainsi que Marie-Caroline Saussier qui a effectué une relecture minutieuse de cet ouvrage. Le CARTA à Angers, UMR ESO 6590, m’a fourni une aide matérielle indispensable.

3Enfin, je remercie particulièrement Olivier Jacques, sans lequel le travail de thèse et la réécriture de cet ouvrage auraient été impossibles.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search