Version classiqueVersion mobile

Risque, nature et société

 | 
Lucien Faugères
, 
Christiane Villain-Gandossi

De Delphes I à Delphes II

(1991-1996) Activités et projets du groupe d'étude européen sur le risque et la crise (G.E.E.R.C.)

Lucien Faugères

Texte intégral

AU LENDEMAIN DE DELPHES I

1Réunis une première fois à Delphes en mars 1990, les membres du GEERC ont adopté à l'issue du séminaire un calendrier qui comportait trois propositions de réunions, répondant chacune à des objectifs précis.

  1. Une réunion à Dubrovnik (Yougoslavie) en mai-juin, devait être consacrée à l'organisation interne du groupe et à la définition de ses orientations à moyen terme.
  2. Une réunion était envisagée à Prague à l'automne, sur le thème "terminologie et sémantique de l'inter-disciplinarité".
  3. Une participation à une croisière scientifique méditerranéenne était envisagée sur invitation de l'URSS pour l'été 1991.

2Par ailleurs, G. Hadjiconstantinou avançait l'idée d'une réunion : "Approches systémiques, interdisciplinarité et théorie des systèmes complexes" (projet désigné dès ce moment sous le nom de Delphes II).

MODIFICATIONS DE CALENDRIER, REUNIONS DE TEXEL ET PORTO CARRAS

3Compte tenu des événements intervenus sur le plan international, ce calendrier a dû être révisé. Finalement, les réunions de Dubrovnik et Prague ont été repoussées à un avenir que l'on souhaite le moins lointain possible. En compensation, deux réunions ont été rapidement organisées, l'une en novembre 1990 par J. Berting dans l'île de Texel (Pays-Bas), l'autre en février 1991 par G. Hadjiconstantinou à Porto Carras (Chalcidique, Grèce) - réunions suivies de bien d'autres rencontres au cours des deux années suivantes, qui ont été marquées notamment par le lancement d'un programme européen de formation universitaire supérieure consacré à la gestion des risques et des crises (EURISURBE).

Texel

4La réunion a été centrée sur les problèmes théoriques. Elle a permis d'isoler de nouveaux concepts à intégrer dans la théorie du risque (concepts de discontinuité, de seuil et de blocage, de sécurité et d'insécurité, étroitement liés à ceux de risque et de crise) et d'explorer les possibilités et les difficultés de l'analyse systémique et de l'analyse multidimensionnelle dans la gestion du risque. Un élargissement des recherches est apparu pratiquement inévitable. Du point de vue de la théorie interdisciplinaire et des méthodologies, il sera nécessaire de faire appel :

  • à la théorie des jeux (simulation),
  • aux analyses du type "la science de la science",
  • à des modèles de coopération...

5L'évaluation critique de programmes du Centre de Vienne dits "interdisciplinaires" mais ayant connu des problèmes, a également servi de banc d'essai pour isoler des facteurs de blocages, à la fois endogènes et exogènes.

6Du point de vue des études de cas, des domaines à peine explorés à ce jour s'ouvrent :

  • les risques (naturels autant que technologiques, sociologiques, politiques...) dans la ville - la cité vulnérable -,
  • le fonctionnement de la société au sens large et celui des organisations sociales, le comportement des individus face au risque et à la crise par exemple.

7Les espaces de pauvreté peuvent être appréhendés en tant que des espaces de risques (cf. explosions de violences en banlieue). Le cas de la ville de Thessalonique pourrait être, de ce point de vue, l'objet d'une recherche globale, conçue et assumée en partie par le GEERC.

Réunion de Porto Carras

8La réunion a permis d'approfondir ce projet. Elle se situait dans une perspective thématique nouvelle et avait pour objectif l'élaboration d'un cursus-type, pouvant servir de modèle pour une formation universitaire ou autre, et déboucher sur un nouveau métier : celui de gestionnaire de risque (risk manager).

9Ce thème a été retenu parce qu'on assiste actuellement à une mobilisation importante des chercheurs et décideurs en vue de la mise sur pied d'une véritable science des risques (cindynique, du grec kindynos, le danger). Une demande réelle de gestionnaires de risques existe dans les pays les plus avancés. Elle émane soit d'entreprises, soit de services et administrations, soit de collectivités territoriales.

10Les discussions au sein du groupe sur le profil du gestionnaire de risque, et sur la formation qu'il devrait recevoir, ont fait alors ressortir le besoin d'une formation de type "généraliste", équilibrée, faisant intervenir de nombreuses disciplines.

11Quatre modules de base ont été envisagés dès cette réunion pour servir de structure initiale :

  • module fondamental (terminologie, typologie des risques, modèles théoriques),
  • module économie et management (macro et micro-cindynique en relation avec la macro et la micro-économie),
  • module méthodes et techniques (analyse de système, modélisation, traitements de l'information, communication),
  • module études de cas et simulations (audits de risques réels).

LE PROJET DELPHES II

12Les deux réunions de Texel et Porto Carras ont été également l'occasion de préciser le projet Delphes II, dans ses orientations et son organisation.

13La date retenue au départ (1992) a été repoussée à plusieurs reprises, compte tenu des problèmes structurels et matériels nouveaux soulevés par la mise en sommeil progressive du Centre de Vienne. Désormais, l'initiative appartient aux chercheurs du GEERC. Mais il est clair que l'avancement rapide des actions dans le domaine de la formation rend encore plus nécessaire l'organisation d'un séminaire théorique, inspiré de la première proposition de G. Hadjiconstantinou, et qui pourrait porter l'intitulé suivant : "Seuils et interactions entre disciplines".

14La motivation pour une telle rencontre est soutenue par le constat toujours actuel de la nécessaire mise en contact, de la coopération des disciplines face à la complexité. Les méthodes d'appréhension, et de gestion de la complexité, devraient être au centre du débat. On discutera également, de manière plus concrète, diverses situations de blocage et d'interface entre disciplines. Les interventions pourront se situer dans le domaine du risque, ou dans des domaines reliés au risque, et à des niveaux d'analyse différents.

15Les exemples de blocages proposés, considérés comme des points de discontinuité, ou des lieux de bifurcations possibles, pourront être choisis dans des cadres variés :

  • phénoménologique (manifestations de risques),
  • organisationnel (réactions des structures),
  • économique (crise macro-et microéconomique)
  • culturel, politique (blocages sociaux),
  • intellectuel, idéologique (conflits scientifiques ou autres),
  • théorique, paradigmatique (crises conceptuelles).

16Ce catalogue, nullement exhaustif, est par nature largement ouvert à la discussion.

REUNIONS DE THESSALONIQUE, LA HAYE, MARSEILLE (FRIOUL), MIDDLEBOURG, PARIS

17Avec le séminaire de formation avancée Delphes II, les animateurs du GEERC ont espéré ouvrir une voie vers ce qui pourrait devenir une Ecole permanente de réflexion interdisciplinaire et d'échanges internationaux, et ainsi apporter une contribution à la nécessaire réunification de la pensée scientifique et de la culture européenne. Cette Ecole de Delphes aurait par ailleurs en permanence le souci de faire déboucher les débats théoriques sur des applications concrètes, et par là, de contribuer, à une meilleure harmonisation des formes du développement à l'échelle du continent. Dans l'attente de la reprise des échanges interdisciplinaires et transdisciplinaires à Delphes même, plusieurs réunions ont permis de faire avancer les recherches au sein du Groupe et de mettre ses principes en application, de manière concrète.

18Ce fut le cas, notamment lors du colloque organisé en octobre 1991 à Thessalonique par l'Association des économistes de Thessalonique, à l'invitation de G. Hadjiconstantinou, Président. Cette réunion, située dans la même perspective que celle de Porto Carras, a eu un public extérieur de chefs d'entreprises et décideurs et a donc été ainsi l'occasion d'échanges transdisciplinaires concrets. Les premiers résultats d'une recherche sur les "Complexes de risques", amorcée dès 1990 à Thessalonique, ont été présentés à cette occasion, y compris dans le cadre de visites sur le terrain (Evaluation des risques dans l'entreprise et dans la ville. Public. Assoc, des Economistes de Thessalonique, Edit. G. Hadjiconstantinou, Thessalonique, 1992, 221 p.)

19En novembre 1991, un séminaire organisé par Jan Berting à La Haye a été consacré aux questions méthodologiques et au projet EURISURBE ("Gestion des risques en entreprise et en milieu urbain en Europe"). Ce projet, regroupant quatre universités (Paris I, Rotterdam, Groningen, Coïmbra), ayant été accepté par la commission de Bruxelles, il a été au centre du séminaire du Frioul (Marseille) en octobre 1992.

20Le séminaire du Frioul, organisé en liaison avec l'Institut de Prévention et Gestion des Risques de la ville de Marseille (Cl. Collin), a également abordé les aspects fondamentaux (théorie du risque). Il se situait dans la continuité directe de Delphes I et anticipait sur certains points le programme de la réunion Delphes II, toujours envisagée.

21Dès la rentrée 1992, le programme EURISURBE est devenu une réalité, avec des enseignements dispensés à Paris, Rotterdam et Coïmbra (et Manchester à partir de 1994), à des étudiants des pays concernés. Le succès de l'expérience a été sanctionné par la création d'un Diplôme d'Etat français (Diplôme d'Etudes Supérieures Spécialisées, DESS) "Gestion Globale des Risques et des Crises", dont les enseignements sont ouverts aux étudiants de plusieurs pays européens et ont commencé en septembre 1993. Le programme est suivi par une équipe pédagogique très étoffée, pluridisciplinaire, dans laquelle figurent plusieurs membres du GEERC, et qui organise des réunions régulières (Middlebourg en février 1993, Paris en septembre 1993, Thessalonique en décembre 1993, Paris en septembre 1994).

22Le GEERC est devenu entre temps une Association internationale de droit français (loi 1901), dont le siège social est à Paris (191 rue Saint-Jacques, 75005), et qui reste en relations étroites avec l'UNESCO (ICSS) pour la définition et l'organisation de ses activités. Une association-soeur vient de naître en Grèce, à l'initiative de G. Hadjiconstantinou. Elle se propose de promouvoir des recherches globales sur les risques dans ce pays, ainsi que d'implanter un enseignement fidèle aux orientations développées depuis 1993. Dans la même perspective, en raison des activités en cours dans le programme ERASMUS, à partir de Coïmbra, Rotterdam, Manchester, l'Association commence à diffuser ses idées au Portugal, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni.

23Par ailleurs, des contacts ont été établis avec l'Institut Européen des cindyniques, créé en 1990 à Paris, avec pour objectif de faire émerger une véritable "science des dangers". Le GEERC a ainsi pu participer activement, avec l'I.E.C, à la préparation du colloque international "Cindynics 94", qui a eu lieu les 17-18 novembre 1994 à la Sorbonne, à l'invitation de l'Université Paris I, et qui a réuni plusieurs centaines de participants, chercheurs, ingénieurs, gestionnaires d'entreprises et de collectivités territoriales, étudiants... Dans son prolongement, une rencontre internationale a eu lieu à l'UNESCO en novembre 1995 sur le thème "Modèles de gestion des risques et des crises - risk and crisis management models". La mise en communication amorcée à ces occasions entre des universitaires et des décideurs de toutes origines répond autant qu'il est possible aux objectifs affichés dans le premier séminaire de Delphes.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search