Version classiqueVersion mobile

Risque, nature et société

 | 
Lucien Faugères
, 
Christiane Villain-Gandossi

II. Étude de cas. La prévision des séismes (Grèce, Albanie)

Histoire de la méthode VAN

Conflits, crises, blocages dans une entreprise d'innovation méthodologique

Lucien Faugères

Note de l’éditeur

Note ajoutée le 5-02-1995
Cinq années après le séminaire de Delphes, force est de constater que les commentaires auxquels nous nous livrions en 1990 restent encore, malheureusement, d'actualité. L'équipe VAN a poursuivi sa veille sismologique, mais avec des moyens considérablement limités par rapport à ceux dont elle disposait dans les années 1985-1989. Le laboratoire de P. Varotsos, à Athènes, est resté en activité, mais le nombre de stations de mesure exploitées a été réduit à 4. Malgré un intérêt latent de la communauté scientifique, illustré par de nombreuses invitations de P. Varotsos à l'étranger, celle-ci répugne à s'engager dans une recherche de type fondamental, destinée à faire progresser la compréhension de variations électromagnétiques certes complexes mais parfaitement mesurables et reliées à des phénomènes ayant à voir, d'une manière ou d'une autre, avec la dynamique de la lithosphère.

Texte intégral

1Un moment crucial du séminaire a été la rencontre avec deux des "inventeurs" de la méthode VAN de prévision des séismes, les professeurs Alexopoulos et Varotsos. Leurs interventions, complétées par des observations de M. Papanikolaou, géologue, ont rendu immédiatement sensible aux autres participants que, près de dix ans après sa première formulation, cette méthode représentait bien plus qu'une pratique nouvelle, instaurée dans un domaine scientifique particulier.

2Il s'agit certes, avant tout, d'une innovation, et d'une innovation qui transgresse le domaine traditionnel des recherches consacrées aux séismes, celui de la sismologie. VAN aborde le problème de la prévision à partir d'un domaine jusqu'alors non relié à la sismologie, celui de la physique du solide.

3Mais l'équipe VAN innove plus encore lorsqu'elle adopte, très tôt, une attitude d'ouverture aux médias, et de communication permanente avec les autorités. Cette attitude est peu répandue dans les milieux scientifiques mais elle est imposée à l'équipe VAN par la nature de ses travaux, par la contestation qu'ils soulèvent, et par les responsabilités jusqu'alors inconnues qu'elle introduit dans le domaine de la prévention d'un risque naturel. La transgression va ainsi très loin puisqu'elle débouche rapidement sur un champ vaste incluant les dimensions sociologique, économique, juridique, politique... de la prévision.

4C'est en raison de la complexité de la situation engendrée par les recherches de l'équipe VAN (innovation dans le secteur des sciences de la terre, implications socio-économiques lourdes, encore très peu formalisées par l'équipe), que cette dernière a été choisie comme support pour une étude de cas, dans le séminaire de Delphes. De ce point de vue, la présentation de la méthode s'est révélée très stimulante, et a bien répondu au projet initial.

5En dehors des principes de base de la prévision électrique, qui ont été exposés en premier par P. Varotsos, et discutés par les sismologues et physiciens présents, les interrogations ont essentiellement porté sur la situation actuelle de l'équipe, sur les raisons de cette situation, et sur les initiatives susceptibles de permettre de gérer la crise qu'elle affronte aujourd'hui. Les travaux de l'équipe VAN ont en effet, dès le début, fait l'objet de réserves ou critiques plus ou moins vives, de la part d'une partie très importante de la communauté des sismologues. Au cours des dernières années, la tension s'est encore renforcée, aboutissant à des procès d'intention et des campagnes de désinformation dont K. Alexopoulos a donné quelques exemples précis. Elle a abouti à un conflit ouvert au sein de la sismologie grecque et, finalement, en 1989, à une suspension des crédits de fonctionnement de l'équipe. Et ceci alors qu'une conférence internationale réunie à Athènes (février 1990) a confirmé son caractère prometteur.

6Afin de mieux comprendre les multiples facteurs et événements qui ont conduit à cette situation, il est indispensable de reconstituer en détail l'histoire de l'équipe VAN au cours des dix dernières années. La chronique que nous proposons ci-dessous montre la complexité des compétitions et interactions que peut susciter l'émergence d’une pensée inter- et transdisciplinaire, dans un secteur scientifique et dans une société que rien ne préparait à l'accueillir.

1. LES TREMBLEMENTS DE TERRE DE FEVRIER-MARS 1981 ET LES PREMIERES MESURES DE COURANTS TELLURIQUES

7Les premières mesures de courant électrique qui vont servir de point de départ aux réflexions de l'équipe VAN et conduire progressivement à l'élaboration d'une méthode de prévision, ont été effectuées dans les jours qui ont suivi les tremblements de terre des 24 février et 4 mars 1981. De magnitude 6.5 à 6.7 tous les deux, ces séismes provoquèrent une panique sévère à Athènes, et firent des victimes ainsi que des dégâts considérables au voisinage de l'épicentre, localisé une centaine de km à l'ouest de la capitale (presqu'île de Pérachora, au Nord de Corinthe).

8Dans les semaines et les mois qui suivirent, de nombreuses répliques du choc initial continuèrent à ébranler la région. Elles furent l'occasion pour les membres de l'équipe, deux spécialistes de la physique du solide (K. Alexopoulos, P. Varotsos) et un électronicien (K. Nomikos), de tenter d'appliquer certaines de leurs observations de laboratoire au problème de la prévision des séismes. Au départ, l'équipement utilisé par l'équipe est très fruste. A partir du 9 mars, des couples d'électrodes équipées d'amplificateurs sont simplement enfoncés dans le sol à Pérachora afin de suivre en continu les variations du champ électrique tellurique (mesuré par les différences de potentiel électrique entre les électrodes). Les mesures montrent d'abord qu'un signal électrique très bref (de 1 à 4 minutes) intervient de manière régulière immédiatement avant les secousses (signal rapproché). Mais la théorie de la physique du solide laisse prévoir qu'un autre signal devrait lui être associé, qui le précéderait de quelques heures. L'identification de ce signal serait extrêmement importante car, précurseur du séisme, ce signal pourrait être utilisé pour une prévision et la mise en alerte des populations.

9Cette identification est effectuée après quelques semaines de mesures, moyennant modification du matériel. Des filtres sont utilisés pour couper le signal rapproché, abaisser le "bruit" sur l'ensemble des enregistrements et permettre ainsi de détecter d'autres types de signaux, d'une amplitude inférieure.

10Ces modifications font émerger le signal recherché, qui se situe dans un intervalle compris entre quelques heures et quelques jours avant le séisme, et qui est désigné comme Signal électro-sismique (S.E.S.). Des contacts sont pris avec les sismologues grecs (notamment le professeur J. Drakopoulos, Athènes), sans qu'une approche commune puisse être engagée à ce point des travaux.

2. PRESENTATION DE LA METHODE ET SOUTIEN PUBLIC (1981 - SEPT. 82)

11En août 1981, la première communication officielle concernant l'existence d'un signal précurseur des séismes est donnée par P. Varotsos dans le cadre de la conférence d'Oslo sur les Bases fondamentales de la tectonique (Basement tectonics). A cette époque il n'est question ni de prévision de magnitude, ni de prévision d'épicentre.

12Mais l'importance des enjeux, et la sensibilité de la population grecque sont tels que cette annonce provoque immédiatement l'intervention des médias et des prises de positions contradictoires dans la communauté scientifique. L'information sur les S.E.S. est reprise par les journaux grecs deux jours après la conférence. Dès le lendemain, réunissant les journalistes à l'observatoire d'Athènes, J. Drakopoulos indique que pour les sismologues la prévision est impossible, la recherche entreprise dénuée de signification, et que la prudence suggérerait d'abandonner la voie dans laquelle s'est engagée l'équipe VAN. Celle-ci est alors à son tour, le jour suivant, interrogée par les journalistes. Elle demande naturellement de pouvoir continuer à expérimenter, de manière à faire progresser la fiabilité de la méthode.

13Le débat est dès lors sur la place publique et ne cessera d'alimenter d'innombrables controverses, avec naturellement des points forts lorsque, au fil des années, de nouveaux séismes destructeurs vont frapper la Grèce, succès ou échecs des prévisions assurées par VAN servant tour à tour d'arguments aux partisans de la méthode et opposants à une poursuite des recherches. Dans une situation déjà conflictuelle dans le domaine scientifique, la pression du public devenait un élément déterminant. Elle était telle que l'équipe put convaincre de la nécessité de poursuivre les investigations, en l'absence de toute autre méthode fiable de prévision, et finalement trouver les concours nécessaires à la mise sur pied d'un réseau de stations d'enregistrement des courants telluriques, localisées en divers points du pays. Compte tenu du matériel disponible et des possibilités logistiques existantes, l'équipe VAN conçut un système dans lequel les mesures effectuées dans chaque station seraient transmises en temps réel, grâce à des lignes téléphoniques affectées en permanence à l'équipe et reliées à un centre unique, localisé à Athènes, où leur interprétation serait effectuée en continu.

14On peut suivre tout au long de 1982 la mise en place effective sur le terrain de l'infrastructure correspondante (stations, laboratoire d'Athènes), les progrès parallèles dans l'élaboration des principaux concepts utilisés par l'équipe, la communication des résultats à la communauté scientifique internationale, ainsi que les effets de la coordination établie avec les pouvoirs publics grecs. C'est en janvier 1982 que le soutien officiel du Ministère des Travaux publics est acquis pour l'installation du réseau de stations. Dès le 27 janvier 82, la première version d'un article de présentation est adressée à la revue Tectonophysics.

15En octobre 1982, au soutien du Ministère des Travaux publics s'ajoute celui de la Défense Nationale, et la centralisation du réseau devient effective (télémétrie, lignes téléphoniques, installation de stations sur des bases militaires). A la fin de 1982, le réseau de mesures comporte 16 stations.

16Mais à cette date, des prévisions de séismes ont été d'ores et déjà effectuées, sur la base de l'identification de S.E.S., et l'équipe a pris l'initiative d'authentifier chaque prévision par un (ou plusieurs) télégrammes. Elle inaugure ainsi une nouvelle phase de développement de la méthode, mais s'engage aussi sur un nouveau terrain, celui de la communication de la prévision, qui ne cessera d'être l'objet de discussions et contestations.

3. DEVELOPPEMENT DE LA METHODE ET PREVISION (SEPT. 82 - SEPT. 85)

17Pourquoi l'envoi de télégrammes à l'occasion de chaque prévision ? Pour des raisons scientifiques d'abord (il s'agit de fournir une base statistique sérieuse à une évaluation ultérieure de l'efficacité de la méthode), pour des raisons pratiques également (il s'agit de mettre en mémoire, sans contestation possible, toute prévision effectuée, et de préserver ainsi la crédibilité de l'équipe).

18Dans une première phase (jusqu'en sept. 84), l'envoi des télégrammes concerne de manière systématique tous les séismes qui ont pu être détectés grâce à un S.E.S., quelle que soit la magnitude de ces séismes.

19Le premier télégramme est émis le 26 septembre 82 : il est adressé à un membre de l'équipe VAN (K. Alexopoulos) avec photocopie (non officielle) au Ministère des TP.

20De septembre 1982 à octobre 1983, 154 télégrammes sont émis.

21D'octobre 1983 à septembre 1984, 156 télégrammes sont émis (au total : 310). En outre 5 sont adressés à D. Papanikolaou (géologue) et 4 à J. Drakopoulos (sismologue) pendant la période sept 83 - début 84.

22Pendant les deux mêmes années (1983-1984), l'équipe VAN commence à connaître une certaine notoriété - mais aussi une contestation grandissante - dans le domaine scientifique, tandis que sur le plan de la prévision en Grèce, les pouvoirs publics s'efforcent de mettre en place une structure incontestable de coordination des recherches et d'évaluation de la fiabilité des prévisions.

23Dans une chronique de cette période, on peut relever les faits suivants :

  • juillet-sept. 83 : mise en place de l'Organisation pour la prévention anti-sismique (O.A.S.P.). Il s'agit d'une structure autonome, disposant d'un budget propre, et qui a pour mission la coordination de toutes les recherches en matière de prévention du risque sismique. Son directeur est un ingénieur (M. Skobos), son président un sismologue (J. Drakopoulos). L'OASP comprend encore 5 membres ingénieurs, et 1 géologue (D. Papanikolaou). L'OASP doit conseiller le gouvernement, et, à terme, prendre position sur la méthode VAN. Une lettre ministérielle demande que sa position soit connue en janv. 84 ;

  • sept. 83 : présentation par l'équipe VAN de ses résultats, et premières discussions dans le cadre de la Conférence de la Société de Physique grecque, à Kalamata ;

  • octobre 83 : après plusieurs réunions qui manifestent les divergences entre spécialistes grecs, l'OASP décide le recours à un corps d'experts étrangers pour mener à bien une évaluation de la méthode VAN ;

  • nov. 83 : la réunion de l'Union des géologues grecs (professionnels) aborde la question de la méthode VAN, mais hors de la présence des membres de l'équipe ;

  • nov. 83 : les résultats obtenus par l'équipe au cours de 1982-83 sont intégrés dans le texte soumis au comité de lecture de la revue Tectonophysics ;

  • mai 84 : réunion de la Société géologique de Grèce, au cours de laquelle les premiers affrontements autour de la méthode ont lieu, en présence de P. Varotsos, qui répond à deux communications négatives de J. Drakopoulos et B.C. Papazachos ;

  • 18 juin 1984, acceptation du texte de présentation de la méthode VAN par la revue Tectonophysics. La publication des résultats de la première période de mesures, les principes de prévision dans le temps, dans l'espace (localisation de l'épicentre), et en magnitude, ainsi que l'interprétation donnée par l'équipe VAN aux S.E.S., va donner très vite un écho international aux discussions jusqu'alors circonscrites pour l'essentiel à la communauté scientifique grecque ;

  • octobre 84 : première réunion d'évaluation, organisée par J. Drakopoulos et à laquelle participent des sismologues grecs ainsi que O. Kulchanek (dir. du Dép. sismologique, Univ. d'Uppsala). Cette réunion s'achève par un compte rendu positif des recherches de l'équipe VAN et suggère de continuer les travaux ;

  • les 20-23 nov. 84, seconde réunion, regroupant une dizaine de scientifiques étrangers (S. Crampin, O. Kulhanek, D. Lazarus, L. Dajiong, W. Ludwig, K. Meyer, L. Slifkin, R. Teysseire, S. Uyeda, rédacteur en chef de la revue Tectonophysics, J. Zschau), qui aboutit également à un compte rendu positif, et recommande de continuer les recherches. En accord avec l'équipe VAN, il est convenu que désormais les télégrammes seront limités aux séismes de magnitude supérieurs à 4.8 ;

  • nov. 84 : mise en place d'un Comité spécial de prévision des séismes (E.P.C.), à l'initiative de M. Geitonas, Ministre adjoint responsable des Travaux Publics. Chargé de conseiller le ministre, l'E.P.C. est une cellule qui réunit le directeur de l'OASP (M. Skobos), J. Drakopoulos, D. Papanikolaou, et les membres de l'équipe VAN. L'E.P.C travaille avec les moyens de l'OASP, et fournit les documents officiels en vue de la mise en alerte des populations ;

  • de nov. 84 à août 85, 39 télégrammes seront émis en respectant la nouvelle norme de magnitude, et adressés aux destinataires antérieurs (K. Alexopoulos, copie au Ministère des TP), pendant que le Comité EPC se met en place. Le problème de la mise en alerte des populations commence à être posé. On relève pendant cette période le cas du séisme de magnitude 5.8, intervenu le 30 avril près de Volos, où il engendre une atmosphère de panique. L'observation d'un signal précurseur d'un second choc permet l'annonce par P. Varotsos d'une faible magnitude (4.3), et sur cette base, la population est invitée à reprendre ses activités. Les répliques ressenties dans la région dans les cinq jours suivants n'ont pas dépassé 3.7 ;

  • 29 sept. 85 : le premier télégramme de prévision adressé effectivement à l'E.P.C. et transmis aux autorités responsables (avec cosignature des membres de l'E.P.C., dont J. Drakopoulos), est émis. Il inaugure une nouvelle période des recherches de l'équipe VAN.

4. LA COMITE EPC ET LES PREVISIONS VAN : SUCCÈS ET DEFAILLANCES (1985-1988)

24Pendant les années 85-88, les prévisions effectuées par VAN ne concernent plus désormais que des séismes d'importance déjà notable (magnitude supérieure à 4.8) et sont naturellement beaucoup moins nombreuses que dans les années précédentes. Mais elles permettent d’aborder (qu'il s'agisse de succès ou d'échecs) des problèmes jusqu'alors encore non formalisés, faisant apparaître de nouveaux aspects, possibilités ou points d'ombre, de la méthode utilisée. Par ailleurs, les premiers essais d'application à l'étranger (France, Japon, Bulgarie..) commencent à voir le jour..., avec beaucoup de difficultés. Les contacts avec les équipes étrangères, en visite en Grèce, deviennent très nombreux et les observations de chercheurs extérieurs à l'équipe VAN contribuent à confirmer à la fois l'intérêt de la méthode, mais aussi la complexité des problèmes soulevés par sa mise en oeuvre.

25Plusieurs événements sismiques importants (séquences comprenant un premier choc et des répliques plus ou moins nombreuses), sont intervenus pendant la période.

261. la première séquence concerne la mer Egée centre-orientale (mars 1986), et se décompose comme suit :

27- premier choc :

28la prévision émise avant le séisme donnait un épicentre dans la région de Salonique ;

29le séisme intervient le 25-03-86, les coordonnées de l'épicentre étant 38° 35 N et 25° 14 E, magnitude 5.9 (5.5 pour la magnitude de surface) ;

30la prévision était donc erronée ;

31- second choc :

32la prévision, émise le 25-3-86, indiquait un épicentre à 130 km à l'E Athènes, une magnitude de 6.1 ;

33le séisme intervient le 29-3-86, les coordonnées de l'épicentre étant 38° 37 N et 25° 16 E, la magnitude 6.1 ;

34la prévision était correcte ;

35- troisième choc :

36la prévision est également correcte ;

37le séisme intervient le 4-04-86, les coordonnées de l'épicentre étant 38° 34 N et 25° 12 E, et la magnitude 4.3 ;

38- un quatrième choc est également prédit de manière correcte. Il intervient le 9-04-86, les coordonnées de l'épicentre étant 38° 43 N et 25° 16 E, et la magnitude 4.8 ;

39A la suite de cette séquence, il était clair qu'un des problèmes-clé de la prévision était posé par la détection et l'interprétation du SES correspondant au premier choc d'une séquence. Chaque station n'enregistre que les SES correspondant à des séismes intervenant dans une portion particulière du territoire grec. La ou les stations susceptibles d’enregistrer le signal précurseur d'un séisme dans une région donnée ne sont pas connues au départ. Elles ont besoin d'être "calibrées". Chacune d'entre elles doit être étalonnée par rapport à chacune des zones sismiques située dans un rayon de l'ordre de 200 km. Le premier choc généré dans cette région permet ce calibrage. Les chocs suivants sont alors identifiés grâce à la (ou les) stations calibrées.

40Une autre conséquence de l'épisode de mars 1986 et des prévisions correctes effectuées sur les chocs 2 et 3, est que celles-ci ont conforté le gouvernement dans ses intentions antérieures, et abouti à la mise sur pied d'une nouvelle structure de gestion administrative de la prévention.

41Une Commission inter-ministérielle pour la prévention des catastrophes (S.D.O.) est créée, qui inclut le Ministère de la Défense. A partir d'avril 1986, les télégrammes de prédiction sont envoyés systématiquement au Ministère des TP, de la Défense (S.D.O.), ainsi qu'à l'OASP.

422. la séquence de Kalamata (sept. 1986) se décompose comme suit :

43premier choc : il intervient le 13 sept., avec un épicentre près de Kalamata, une magnitude 6.2, et fait une cinquantaine de victimes, avec des destructions très importantes en ville et dans de nombreux villages ;

44second choc : il intervient le 15 sept., avec une magnitude 5.3 (ou 5.6), et un épicentre proche du précédent ;

45Dans la période du 8 au 14 sept, de nombreux SES ont été enregistrés à la station récemment installée (en juin) de Kératéa, proche d'Athènes. Mais les possibilités de cette station n'étaient pas encore connues (calibration non effectuée) et la prévision effectuée le 10 sept, pour le premier choc est très imprécise. En revanche le second choc est prévu, et la prévision communiquée à la population. Il n'y aura pas de nouvelles pertes humaines.

463. au début de 1988, après une année 1987 sans séisme important, deux nouveaux épisodes font l'objet de prévisions :

47premier épisode : un SES enregistré par les stations de Kératéa et Kavala suscite l'envoi d'un télégramme le 1er février, annonçant un séisme à l'Ouest de l'île de Lesbos, avec une magnitude de 5 (+ ou-0.7). Un séisme intervient effectivement le 10 février dans la région (épicentre : 39.9 N, 26.9 E, magnitude : 4.3 ;

48second épisode (dit ionien) : le 12 mars, un SES est enregistré à la station de Ioanina (et elle seule). Il permet l'annonce d'un séisme de magnitude 5 (+ou- 0.5) à 350 km au NW d'Athènes (ou 260 à l'WNW). Le séisme intervient le 18 mars à 250 km à l'WNW d'Athènes, semant la panique à Patras et Agrinion.

49Pendant ces mêmes années, les contacts de l'équipe VAN avec des spécialistes étrangers se sont développés et le laboratoire d'Athènes ainsi que les stations reçoivent la visite de scientifiques de plus en plus nombreux, dont l'objectif est à la fois de réaliser une enquête et de se former à une technique afin de l'appliquer sur d'autres terrains. A côté des suédois, des japonais, des bulgares, particulièrement intéressés (japonais et bulgares vont installer des stations à partir de 1987-88), il faut attirer l'attention sur la collaboration avec des spécialistes français. Celle-ci s'est instaurée précocement, dès 1985, à la suite d'une visite à Athènes d'H. Tazieff, alors Secrétaire d'Etat à la prévention des Risques Majeurs, mais géologue de profession, et a joué un rôle non négligeable dans la réflexion méthodologique sur la prévision des séismes ainsi que dans la prise en considération des résultats de l'équipe VAN sur le plan international.

50C'est en 1985 qu'H. Tazieff reçoit de K. Alexopoulos le premier article publié en 1984 par Tectonophysics. A son instigation, deux missions seront effectuées à Athènes, fin 1985 et début 1986, avec des objectifs complémentaires : la première axée sur les aspects physiques de la méthode (rapport J. Labeyrie, M. Halbwacks), la seconde sur l'exploitation statistique des prévisions (très nombreuses) émises dans la première phase des recherches (rapport J. Labeyrie, Y. Ménéchal). Les rapports ayant conclu à la nécessité de poursuivre les investigations, une réunion est organisée à Paris en avril 1986 pour développer une coopération et des applications en France. Sont présents K. Alexopoulos, P. Varotsos et D. Papanikolaou, géologue, représentant M. Geitonas, invités grecs. Le Secrétariat d'Etat français décide l'installation de stations de mesures en France, et obtient la promesse des moyens nécessaires. Quelques jours plus tard, les changements politiques intervenus, le départ d'H. Tazieff du Secrétariat d'Etat, interrompent l'opération.

51Toutefois, dans les mois et les années suivantes, les contacts seront maintenus avec l'équipe VAN. Ainsi J. Labeyrie effectue plusieurs séjours à Athènes et sur le terrain, développe ses réflexions sur les fondements théoriques et les implications géologiques de la prévision (article dans "La Recherche", 1988). C'est l'intervention publique de H. Tazieff, dans les derniers mois de 1988, qui va relancer la discussion sur la valeur de la méthode VAN sur le plan international, à propos des prévisions effectuées lors de la séquence sismique intervenue dans les îles ioniennes en sept.-oct. 1988. Au cours de plusieurs réunions (en particulier, le 11-01-89, lors de la séance organisée à l'Institut de Physique du Globe par D. Hatzfeld), partisans et opposants au développement de la méthode VAN s'affrontent à leur tour en France, alors qu'en Grèce, les polémiques débouchent sur une véritable situation de crise.

5. VERS LA CRISE (MAI 1988 - MARS 1990)

52La dégradation des relations entre l'équipe VAN et ses détracteurs s'était accélérée, en fait, avant que ne se produise la séquence ionienne, dès le mois de mai 1988.

53Le 15 mai, un SES était enregistré, qui avait donné lieu à la prévision d'un séisme de magnitude 5.3 à 300 km à l'Ouest d'Athènes (ou 5, à 330 km au NW), à la veille de la conférence "Nuclear Test Bomb Verification" (Suède, 16 mai). Dans le cadre de cette conférence, P. Varotsos annonce la prévision et la mise en alerte des réseaux sismologiques en Suède et Allemagne est effectuée à fin de vérification. Le 18 mai, un séisme de magnitude 5.8 est effectivement enregistré à 300 km à l'Ouest d'Athènes (W de l'île de Céphalonie). Un nouvel SES conduit à émettre une prévision le 21 mai, dans le même secteur. Un second choc, de magnitude 5.5, intervient le 22, à 300 km à l'Ouest d'Athènes. Dans le même temps, l'équipe VAN est informée par la revue Tectonophysics qu'un texte de J. Drakopoulos discutant l'article de 1984, met en doute la réalité de l'expédition des télégrammes (p. 57. "Why do the authors systematically refuse to send their telegram either to the government or the seismological institute, before the occurence of a particular earthquake ?"), ce qui suscite la réponse écrite de VAN et une modification des dispositions suivies antérieurement.

54Désormais, les télégrammes sont envoyés non seulement à S.D.O., mais aussi (copies) au Japon (S. Uyeda) et en France (copies à H. Tazieff, Y. Massinon, J. Labeyrie). Cette décision va permettre à H. Tazieff de donner un écho exceptionnel aux prévisions effectuées lors de la séquence ionienne.

SEQUENCE IONIENNE DE SEPTEMBRE-OCTOBRE 1988

55- La séquence est annoncée par une activité électrique qui débute à Ioanina le 31 août. Une prévision est émise sur cette base et annonce une secousse à venir "à 300 km au NW d'Athènes, magnitude 5.3, ou à 240 km à l'Ouest, entre Zakynthos et Patras, magnitude 5.8". La dernière zone étant réputée non sismique par les sismologues (rappel de J. Drakopoulos après la prévision). Cette dernière, transmise en France par télégramme, est communiquée par H. Tazieff aux médias français, et se trouve rapidement reprise dans la presse et la télévision internationales. Le séisme intervient le 22 septembre, avec une magnitude de de 5.1 ou 5.5, exactement entre Zakynthos et Killini, dont le môle portuaire est détruit.

56- Le 29 septembre une reprise d'activité électrique conduit à l'émission d'une prévision. Un second télégramme émis le 30 annonce un séisme dans la même région, de magnitude 5.3. Le 3 octobre, une reprise d'activité électrique suscite un 3ème télégramme, annonçant que l'activité séismique n'est pas terminée. Une seconde annonce internationale est faite par H. Tazieff le 5 octobre. Le séisme intervient le 16 octobre, avec une magnitude 6 (5.4 à 5.7 selon l'USGS). Il est catastrophique car superficiel. 2000 maisons sont totalement détruites à Vartholomeo, à faible distance de Killini, les dégâts sont évalués à 25 milliards de drachmes, mais il n'y a pas de victimes.

57- A cette occasion, l'impact des annonces transmises par les médias auprès de la population est étudiée pour la première fois dans le cadre de travaux portant sur la prévision des séismes. L'équipe de H. Yoshii (Bunkyo Univ. Japon) montre que 50 % des habitants font confiance à la prédiction (et 34 % doutent en partie), que plus de 50 % évacueront leur famille en cas de prédiction, que 80 % estiment indispensable la diffusion des prévisions par le gouvernement.

58- Finalement la séquence s'achève par un dernier épisode électrique le 21 octobre, qui suscite une prévision d’un séisme dont l’épicentre serait localisé "à plusieurs dizaines de km du précédent", et de magnitude 5.8 ou moins (Leucade-Magnésie) ou voisine de 6 (région du Magne-Méthoni). La secousse a lieu effectivement dans le Sud Ouest de la Laconie, avec une magnitude de 5.

59Tout au long de la séquence ionienne, une vive controverse s'est instaurée entre l'équipe VAN et certains sismologues grecs (notamment J. Drakopoulos, B.C. Papzachos) : ces derniers sous-estiment les risques de séismes jusqu'au 17 octobre, puis insistent après le second choc sur les possibilités de catastrophe. Les controverses de l'automne 1988 préparent la crise qui aboutit, en 1989, à des décisions catastrophiques pour la continuation des recherches.

LA CRISE DE 1989

60Les divergences d'appréciation entre l'équipe VAN et le groupe de sismologues hostiles à sa méthode de prévision vont prendre un tour aigu au cours de 1989, une année caractérisée par ailleurs par une grande quiescence du point de vue de l'activité sismique (une seule prévision de séisme important, de magnitude 5.9, à 245 km à l'WSW d'Athènes, le 20 août ; le séisme correspondant intervient).

61Un des éléments de la crise est représenté par la défaillance des autorités publiques engagées dans les trois instances (OASP, EPC, EDO) "couvrant" la prévision des séismes, ceci en raison des élections législatives indécises de juin et novembre 1989. En l'absence de prise de décision des responsables politiques, l'OASP, chargé depuis 1983, de coordonner les recherches, va prendre la décision en novembre 1989 de supprimer les moyens financiers accordés jusqu'alors pour le fonctionnement du réseau de stations. Précisons que l'OASP, dont le Président a été depuis ses débuts J. Drakopoulos, a été renouvelée en juin 1989, et réunit désormais trois sismologues, cinq ingénieurs nouveaux membres, mais ne comprend plus de géologues (après en avoir eu deux, D. Papanikolaou et P. Marinos, entre 1986 et 1989).

62Les réactions à la nouvelle situation ainsi créée ont été de deux ordres :

  • A Athènes, le 15 décembre 1988, le Président de la Société géologique de Grèce D. Papanikolaou organise une conférence au cours de laquelle est condamné l'arrêt du financement de VAN, par une décision prise en l'absence de jugement porté par un large groupe de spécialistes, et réclame une réunion internationale de haut niveau ;

  • en février 1990, une conférence internationale se tient à Athènes sur le thème "Measurements and theoretical models of the earth's electric field variations related to earthquakes". Elle réunit une trentaine de spécialistes de renom venus de nombreux pays (Allemagne de l'Ouest, Bulgarie, France, Japon, Italie, Pologne, Suède, USA, URSS), et une quinzaine de spécialistes grecs, MM. Drakopoulos et Papazachos n'étant pas présents. Dans ses conclusions, la conférence souligne la nécessité de poursuivre les travaux ("For the immediate future, it is important that the VAN program be continued and expanded"). Elle est aussi l'occasion de faire le point des applications engagées dans d'autres pays : une station fonctionne près de Sofia, le réseau de stations installé par S. Uyeda au Japon commence à donner des résultats, en France H. Tazieff organise un réseau de stations dans les Alpes du Nord. D'autres pays sont également intéressés par une expérimentation. Considérée comme une méthode susceptible de faire progresser rapidement la prévision des séismes, et compte tenu de l'absence de toute autre méthode aussi prometteuse, la méthode VAN est considérée, au début de 1990, par un nombre grandissant de spécialistes comme une voie de recherche d'avenir. Elle fournit en outre un instrument nouveau pour aborder des phénomènes géophysiques jusqu'alors peu étudiés (champs telluriques) et par là, contribuer à faire progresser la connaissance de la géologie et de la rhéologie de la croûte terrestre.

63Au cours de ce même mois de février 1990, l'OASP fait connaître sa décision de ne plus assurer les dépenses de fonctionnement (électricité, lignes téléphoniques) de VAN. Le réseau est mis hors d'état de fonctionner. Seules quatre stations (sur 22 au total reliées en 1989) fonctionnent encore avec des moyens non officiels. La situation est restée figée, dans l'attente de décisions politiques, suspendues aux résultats des élections législatives de début avril 1990. Ces dernières élections ont conduit à l'installation d'un gouvernement de tendance conservatrice, dont les intentions pourraient se révéler fort différentes.

6. APPROFONDISSEMENT DE LA CRISE EN 1990

64Alors que la situation, du point de vue administratif, reste figée (seules quatre stations de mesures restent en activité : Ioanina en Epire, Keratea au SE d'Athènes, Pighos dans le Péloponnèse, Assiros au N de Thessalonique) un nouvel affrontement des chercheurs est occasionné par une nouvelle séquence sismique qui se déroule en avril-mai 1990 et qui donne lieu à l'enregistrement de signaux et à des prévisions par l'équipe VAN.

65Le premier enregistrement est effectué le 26 avril, par la station de Ionina. Il montre une série de signaux électriques très semblable à celle qui avait été observée en 1988 avant la séquence sismique de Killini : activité électrique de longue durée, seulement quelques différences dans le rapport entre composantes N-S et E-W. Une prévision est émise le 27 avril, et diffusée aux correspondants habituels, grecs et étrangers, sous la forme d'un télégramme (accompagné d'une copie des enregistrements permettant la comparaison avec les signaux de 1988). Le télégramme mentionne une prévision de séisme avec épicentre à 350 km au NW ou 220 km à l'W d'Athènes, et magnitude de 5.3 et 5.8 respectivement. Il fait aussi mention de la similitude avec le SES d'août 1988, et d'une probabilité plus forte de voir se réaliser la seconde solution. Compte tenu de la situation politique, immédiatement après les élections, et à la demande de son Secrétaire Général, l'équipe VAN adresse l'information au gouvernement.

66L'activité sismique débute effectivement dix jours après le SES, par un séisme de faible importance. Le 16 mai, dans une réunion publique tenue à Patras et à laquelle les médias font un large écho, les adversaires de la méthode VAN démentent la prévision de séismes à venir. Dès le lendemain, 17 mai, un premier séisme important (magnitude 5.1) intervient dans la région Aigion-Patras. Le 24 mai, un second séisme (magnitude 5.0) se produit à proximité de l'île de Zakinthos. Le 28 mai, un courrier est adressé directement au Premier Ministre, M. Mitsotakis, pour l'informer de la similitude entre la séquence de Killini et la séquence en cours, et de la probabilité d'un troisième événement, avec un épicentre différent (300 km WNW d'Athènes). Une troisième secousse (comme en 1988) intervient effectivement le 16 juin à proximité de Prévéza, où 400 maisons sont détruites.

67A la suite de ces événements, une véritable campagne de presse est ouverte en juin-juillet. Dans l'attente de décisions de la part des autorités, P. Varotsos, pour l'équipe VAN, demande la création d'un Comité International ad hoc, et une réforme de l'organisme grec OASP. En octobre, P. Varotsos et J. Drakopoulos s'affrontent à nouveau au cours d'une conférence organisée par la Commission européenne de Sismologie à Barcelone. Les points de vue en présence ne se sont nullement rapprochés. Des initiatives venant de l'extérieur seront sans doute nécessaires pour surmonter les blocages actuels.

COMMENTAIRES

68La crise de 1989-90, venant après les nombreuses polémiques antérieures, inaugurées pendant le long délai imposé par Tectonophysics pour la publication des premiers résultats de l'équipe VAN, tous ces éléments illustrent les résistances d'une communauté scientifique - ainsi que de certains responsables administratifs ou politiques - à la diffusion d'une méthode qui remet en cause trop d'idées établies.

69La méthode ne fait pourtant que reprendre, en les systématisant, des observations datant de la fin du siècle dernier, qui établissaient déjà une liaison entre l'activité sismique et des perturbations brutales des courants telluriques. Mais la prévision électrique avait été considérée par la suite comme peu fiable et finalement condamnée unanimement par les spécialistes, ceci en raison de la difficulté rencontrée pour distinguer le signal électro-sismique de tous les autres types de variation des courants (d'origine ionosphérique, ou introduits par les activités industrielles, les réseaux ferroviaires électrifiés...). Cette condamnation antérieure permet de comprendre les réticences persistantes, et parfois l'hostilité déclarée, d'une partie très importante de la communauté des sismologues et géophysiciens, au plan grec ou international.

70Un autre élément de conflit a été le souci très tôt affiché par l'équipe VAN de faire bénéficier la population grecque des retombées de ses travaux. Les recherches ont été développées comme on l'a vu en liaison étroite avec les autorités gouvernementales, systématiquement averties des prévisions effectuées à partir des signaux électro-sismiques, et ainsi mises à même de prendre éventuellement des mesures préventives.

71La médiatisation de la méthode VAN a naturellement rencontré un écho très favorable auprès de l'opinion publique, qui est prête à tenir compte, dans sa majorité, des prévisions de séismes. Mais toute prévision confronte les pouvoirs publics à des responsabilités mal explorées, à des prises de décision (évacuation, mesures de sécurité...), dont les implications économiques et politiques sont considérables, mais dont, en même temps, on ne saisit pas encore avec suffisamment de précision le poids et le tissu des interactions. Dans ces conditions, toute défaillance de la prévision enregistrée au cours des séquences de séismes ne peut qu'alimenter des réserves et des prudences par ailleurs légitimes ; elle peut éventuellement servir d'alibi pour freiner une recherche qui de toute évidence doit se déployer dans d'autres domaines que celui de la seule sismologie sensu stricto.

72Dans le cadre du séminaire, l'objectif n'était naturellement pas de se livrer à une évaluation scientifique de la fiabilité de la méthode et de ses incertitudes actuelles. Des rencontres de sismologues et de physiciens, organisées sur des bases très différentes, ont eu l'occasion, ces dernières années et jusqu'à tout récemment de se livrer à un tel examen. Si l'équipe VAN a eu sa place dans les discussions de Delphes, c'est parce que la véritable entreprise qu'a représenté pour elle la mise en oeuvre de la méthode de prévision électrique est exemplaire à bien des titres.

73La courte histoire de l'équipe VAN nous montre d'abord, à sa manière, comment s'édifie la connaissance scientifique et comment cheminent, difficilement, les innovations.

74Ensuite elle permet d'entrevoir la complexité des situations qui s'établissent lorsqu'une recherche transgresse le cadre d'une discipline spécialisée et débouche sur le terrain des sciences sociales. Face à une question comme celle des risques naturels, et en particulier de la prévention du risque sismique par la prévision des tremblements de terre, les frontières des disciplines ne peuvent plus rester étanches.

75Le séminaire de Delphes aura permis sur ce thème d'amorcer la réflexion interdisciplinaire et transdisciplinaire indispensable, en établissant une communication entre sismologues et physiciens, et au delà de ceux-ci, entre eux et bien d'autres représentants de disciplines des sciences sociales, des sciences exactes, ou du monde non scientifique.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search